Version classiqueVersion mobile

Philadelphie et autres études

Ire Partie : Philadelphie byzantine

Philadelphie et Thessalonique au début du xive siècle : à propos de Jean Monomaque

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

  • 1 Cf. D. Nicol, Philadelphia and the Tagaris Family, in Neo-Hellenica, t. I, 1970, p. 9-17 ; sur Ale (...)
  • 2 Jean Monomachos nous est connu par les correspondances de Michel Gabras (ed. G. Fatouros, Vienne, (...)

1L’histoire tourmentée de l’Asie Mineure byzantine au début du xive siècle est particulièrement bien illustrée par la carrière et le sort de certains personnages de l’époque, originaires ou non de cette région. La vie du pincerne Alexis Philanthrôpènos et celle de Manuel Tagaris (qu’il faut étudier conjointement et en liaison avec l’histoire de l’Asie Mineure occidentale) en donnent un des meilleurs exemples1. Mais le destin moins brillant ou moins tragique de personnages de second rang n’est pas moins significatif du désarroi des temps. Telle nous semble être la vie de Jean Monomachos à qui cette notice est consacrée2.

  • 3 H. Ahrweiler, Smyrne, p. 156.
  • 4 Cf. F. Barišić, Michel Monomachos, éparque et grand connétable (en serbe), in Zbornik Radova, t. 1 (...)
  • 5 A. Laïou, Constantinople and the Latins, p. 342-343.
  • 6 P. Gautier, Anne Comnène, Alexiade, Index, Paris, 1976, p. 84, Monomachatos Georges.

2La famille de Monomachos est attestée en Asie Mineure dès le début du xiiie siècle3 : on trouve des Monomachos exerçant des fonctions importantes (προϰαθήμενος) à Smyrne où ils possèdent des biens considérables ; d’autres Monomachos sont installés dans la région de Milet et d’autres enfin dans celle de Philadelphie. La famille est vraisemblablement originaire de l’Asie Mineure, mais on ne saurait dire si elle est liée à l’empereur du xie siècle Constantin IX Monomaque (ceci semble peu probable), ni si elle a des rapports avec les Monomachos des provinces européennes — Thrace, Thessalie, Constantinople4 — du xive siècle (éventualité à ne pas exclure, comme nous le montre l’histoire de Jean Monomachos et de son frère Constantin installés au début du siècle à Thessalonique5), ni enfin si la famille de Monomachatos connue par Anne Comnène à la fin du xie et au début du xiie siècle6, est une branche de celle des Monomachos. Remarquons que le nom semble assez répandu et qu’il est attesté sans interruption depuis le xie siècle.

  • 7 S. Kourousès, op. cit., p. 311-312.
  • 8 A. Laïou, op. cit., p. 343.
  • 9 Sur le dossier, cf. S. Kourouses, Paratèrèseis épi tinôn épistolôn, in Mélanges N. Tômadakès, E.E. (...)
  • 10 A. Laïou, op. cit., p. 342 : Cathalani qui tenent fortilicias in partibus Galipolis et nominant te (...)
  • 11 Cf. les documents publiés par A. Rubió I Lluch, Diplomatari de l’Orient Catala, Barcelone, 1947, p (...)
  • 12 A. Laïou, op. cit., p. 342 : Et sicut ego scribo multi alii scriberent qui sunt de isto consilio m (...)
  • 13 H. Bibicou, Documents, p. 8, 1. 3.

3Il est certain que Jean Monomachos est originaire de Philadelphie, où il habita avec sa femme et ses enfants au moins jusqu’au siège de la ville par les Turcs en 1304. Homme prospère, Jean Monomachos perdit sa fortune à la suite des événements consécutifs à l’attaque turque (destructions, famine, etc.). De riche, Jean Monomachos devint pauvre, et fut obligé de s’expatrier pour subvenir aux besoins de sa famille qui se trouvait dans la nécessité, nous précise dans une lettre son compatriote Manuel Gabalas7. Donc quelques années plus tard (avant 1307/8), Jean Monomachos est installé à Thessalonique où il exerce d’importantes fonctions militaires : « ego autem sum de parte orientis Romanie et custodio fortiliciam attesalonicensem tamquam capitaneus ipsius fortilicie ». Cette précision nous est fournie par la lettre que Jean Monomachos adresse par l’intermédiaire de Philippe Marchiano, de Matthieu Balbo et de son propre frère Constantin Monomachos à Charles de Valois, le prétendant, au nom de sa femme Catherine de Courtenay, au trône de Constantinople8. Cette pièce est, avec la lettre de Constantin Doukas Limbidarès adressée au même Charles de Valois, de loin le plus important document du dossier de la conspiration provaloisienne fomentée par des personnalités byzantines9. Retenons a) que la lettre de Monomachos est écrite à un moment où les Catalans qui reconnaissaient déjà l’autorité de Charles de Valois ne sont pas encore partis de Kallipolis10 et donc peu avant l’été 130711, et b) que le complot provaloisien regroupe non seulement des réfugiés d’Asie Mineure comme Jean Monomachos lui-même, mais aussi des « maiores », de hautes personnalités byzantines qui ne se manifestent pas ouvertement par crainte de paraître ingrates envers l’empereur Andronic II12. La participation au complot de ces « mégaloi anthrôpoi » (hommes importants) est aussi confirmée par la lettre grecque que Jean Monomachos adressa à Catherine de Courtenay à cette même occasion13.

  • 14 Cf. là-dessus, A. Laiou, Constantinople and the Latins, p. 200 sq. et surtout p. 213.
  • 15 S. Kourousès, Manuel Gabalas, p. 312, note 1.
  • 16 Grégoras, Bonn, p. 241.
  • 17 I. Ševčenko, Review : Nicéphore Choumnos, (J. Verpeaux), in Speculum, t. 35, 1960, 491.
  • 18 Du même, Etudes sur la polémique entre Théodore Métochite et Nicéphore Choumnos, Bruxelles, 1962, (...)
  • 19 Document de Chilandar, ed. V. Mošin et A. Sovre, Supplementa ad Acta Graeca Chilandarii, 1948, p.  (...)

4On a voulu voir dans cette remarque sur l’extension du complot dans les hautes sphères byzantines une allusion à Irène de Montferrat, la seconde femme d’Andronic II, dont le comportement vis-à-vis de son époux impérial et vis-à-vis des Grecs a suscité, on le sait, les plus vives critiques de la part de ses contemporains14. Toutefois, il me semble plus raisonnable d’attribuer cette attitude ambigüe à des représentants de la haute administration plutôt qu’aux membres de la famille impériale dont les intérêts dynastiques étaient forcément opposés à tout prétendant. S’il en est bien ainsi, il faut se demander si l’allusion de Monomachos au complot des « maiores » ne concerne pas Nicéphore Choumnos et son entourage. Par la correspondance de Manuel Gabalas, nous savons que Jean Monomachos était en contact avec Choumnos15, et par Grégoras nous savons que dès la fin de 1306 Nicéphore Choumnos devait se trouver à Thessalonique au chevet de son gendre Jean Paléologue, qui mourut au tout début de 130716. Faut-il ajouter que l’effacement, sinon la disgrâce, de Choumnos commença sûrement en 1305/6 quand il fut remplacé au poste de mésazon par Théodore Métochitès, nommé logothète du génikon17. En effet, la poésie autobiographique de Théodore Métochitès nous apprend que Théodore resta deux ans auprès d’Irène de Montferrat à Thessalonique (l’événement se place en 1303-1305)18 d’où il s’en retourna pour remplacer Choumnos ; ce dernier se trouvait dans la capitale de la Macédoine dès 1306/7, et en 1309/10 il y exerçait officiellement les fonctions de gouverneur, comme nous le précise un document athonite19.

  • 20 Sur Phakrasès, cf. Maximi Planudis, Epistulae, ed. M. Treu, p. 7, et surtout, p. 10, 1. 58.
  • 21 Michel Gabras, ed. Fatouros, n° 23, p. 49-50, 1. 37-45.
  • 22 Ed. Boissonade, Anecdota Graeca, II, p. 197.
  • 23 Sur le déroulement des opérations, cf. en dernier lieu, A. Laïou, Constantinople and the Latins, p (...)
  • 24 Faut-il lier la condamnation de Moschopoulos au complot provaloisien ? d’après I. Sevcenko, The Im (...)
  • 25 Thomas Magistros, Presbeutikos, ed. Boissonade, op. cit., p. 194 sq. ; et du même, Lettre à Josef, (...)
  • 26 Noter que Magistros demande à Métochites d’intervenir auprès de l’empereur en faveur de Chandrènos (...)

5Comment peut-on tracer la carrière de Choumnos de 1307 à 1309, période pendant laquelle Phakrasès semble exercer d’importantes fonctions dans la ville20 alors que Michel Gabras, un autre familier de Jean Monomachos, se trouve aussi à Thessalonique (c’est du moins ce que nous concluons de l’information donnée par Gabras lui-même qui, dans une lettre à Maximos, précise qu’il prononça l’oraison funèbre du despote Jean Paléologue21) ? C’est sans doute dans l’entourage de Nicéphore Choumnos tombé en disgrâce et éloigné à Thessalonique qu’il faut chercher les officiers fort peu zélés qui entravèrent la défense de la ville lors de l’attaque des Catalans alliés aux Valois en 1308, et dont fait état Thomas Magistros dans son discours en faveur de Chandrènos22. Dépêché de Constantinople, Chandrènos a pu organiser la résistance de Thessalonique face à l’agression catalane malgré le peu d’empressement qu’il rencontra auprès de ceux qui étaient chargés de la défense de la ville : tout conduit à reconnaître dans cette attitude le comportement qu’ont sûrement adopté Jean Monomachos et ses amis. Toutefois, les rivalités entre les divers chefs catalans et l’émissaire de Charles de Valois, Thibaud de Chepoy, les opérations victorieuses de Chandrènos contre les armées catalanes qui furent obligées de quitter la Macédoine et de passer en Thessalie, la mort enfin de Catherine de Courtenay en 1308/9 ont mis fin aux velléités provaloisiennes des Byzantins de Thessalonique et d’ailleurs23. Quant au secret de la conspiration, il fut bien gardé : aucune source ne la mentionne, aucun conspirateur ne souffrit de l’échec de la conjuration, du moins à Thessalonique24. Bien au contraire, on vit tomber en disgrâce celui qui libéra la ville de l’emprise catalane, Chandrènos lui-même, ardemment défendu par Thomas Magistros qui, dans son discours en faveur de ce vaillant général, nous a laissé une description détaillée de la misère et de la désolation qui frappèrent le pays du fait des Catalans25, à l’époque alliés de Charles de Valois. Faut-il comprendre que le parti provaloisien continua de contrôler Thessalonique (en 1309/10, Choumnos est officiellement gouverneur), et entreprit de saper la réputation du général victorieux par crainte d’être démasqué par lui ? Quoi qu’il en soit, la disgrâce de Chandrènos reste sans explication satisfaisante26 et la carrière ultérieure de Jean Monomachos prouve que ses égarements provaloisiens restèrent impunis.

  • 27 Cf. G. Fatouros, Die Briefe des Michael Gabras, t. II, p. 143, 1. 145.
  • 28 V. Laurent, Les Grandes Crises religieuses à Byzance, in Bull, de la Section Historique de l’Acad. (...)
  • 29 Ed. Boissonade, Anecdota Graeca, II, p. 1 sq.
  • 30 S. Kourousès, op. cit., p. 312, note 1.

6Notre Jean Monomachos reste sans doute à Thessalonique pendant le gouvernorat de Nicéphore Choumnos, mais quelques années plus tard, en 1312/13, nous le retrouvons à côté de Michel Gabras, désireux de parachever sa formation (en effet sa lettre à Catherine de Courtenay est pleine de fautes). « Comme il a été déçu dans ses espoirs » écrit Gabras à Gabalas, Monomachos décide de changer d’orientation et d’embrasser la carrière des « logoi », ce qu’il fait avec beaucoup d’application auprès de Michel Gabras27. Sommes-nous à Thessalonique ou à Constantinople ? Il me semble que Choumnos, Gabras, Monomachos ont tous regagné la capitale : la levée du schisme arséniate, le 14 septembre 1310, réconcilia sûrement les réfugiés micrasiatiques et leurs amis avec les Paléologues28. Nombreux sont ceux qui vont servir désormais les intérêts de la maison régnante, encouragés par l’attitude d’Andronic II qui montra la plus grande clémence, Nicéphore Choumnos le souligne dans l’éloge qu’il composa en l’honneur de l’empereur29. Jean Monomachos, formé par Gabras au métier des lettres, embrasse alors une nouvelle carrière, son protecteur et ami le réintroduit auprès de Nicéphore Choumnos qu’il avait jadis connu30. C’est sans doute Choumnos qui mettra Monomachos en contact avec Alexis Philanthrôpènos au service duquel notre homme passera le reste de sa vie professionnelle.

  • 31 Sur les événements, cf. P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jh., in Orient. Christ. (...)
  • 32 Ed. G. Fatouros, n° 124, 253, 350, 372, 377, 434.
  • 33 D. Reinsch, Die Briefe d. Matthaios von Ephesos, Berlin, 1974, p. 185, n° 59, et S. Kourousès, Man (...)
  • 34 Sur la carrière de Manuel Gabalas, cf. S. Kourousès, op. cit., p. 293 sq.

7Nous savons par la correspondance de Michel Gabras que Monomachos devint le lecteur du vieux général aveuglé en 1295 sur ordre du duc Libadarios à cause de sa participation au complot contre Andronic II ; signalons que le duc est sans doute le conspirateur provaloisien des années 1307/8. Quand en 1324, Alexis Philanthrôpènos, libéré de prison, fut envoyé par l’empereur à Philadelphie pour combattre les Turcs qui assiégeaient la ville, il était accompagné de son fidèle serviteur, Jean Monomachos31. C’est grâce aux lettres que celui-ci écrit sous la dictée d’Alexis Philanthrôpènos, que le monde apprend les exploits du vieux général ; c’est à Jean Monomachos que les correspondants de Philanthrôpènos écrivent pour demander des réponses à leurs missives : tel est le cas de Michel Gabras, qui, ne l’oublions-pas, fut son maître et ami32. De même, il faut croire que le contact entre Jean Monomachos et Manuel Gabalas ne fut jamais rompu. Une lettre de Manuel Gabalas adressée de Constantinople à Monomachos alors à Philadelphie, montre que le comportement de ce dernier dans le pays fut peu conforme à l’attitude à attendre de l’homme de lettres qu’il prétendait être devenu. Gabalas nous apprend que Monomachos est accusé d’avoir offensé par des gestes et par des paroles obscènes la femme et la fille d’un homme (son nom n’est pas donné) qui demanda vengeance et porta l’affaire jusqu’à l’empereur. Gabalas conseille à son correspondant, si l’accusation n’est pas fondée, comme il l’espère, de balayer tous les soupçons et de se laver de la calomnie, avec l’aide de l’archonte (Alexis Philanthrôpènos)33. La lettre doit être datée d’avant 1329, date à laquelle Gabalas quitta la capitale34. C’est le dernier renseignement que nous possédions sur Jean Monomachos, ce personnage haut en couleur, à qui l’histoire réserva, malgré ses ambitions et ses efforts, un rôle en tout point secondaire.

  • 35 Cf. la carrière de Michel Monomachos et de Georges Attouèmés Monomachos, par F. Barišić, ci-dessus (...)

8Toutefois l’activité et le séjour de Jean Monomachos à Thessalonique posent la question de ses rapports avec les Monomachoi qui se trouvent en Thessalie et en Macédoine pendant la première moitié du xive siècle. Nous connaissons l’éparque et ensuite grand connétable Michel Monomachos, gouverneur de Thessalie et de Thessalonique (mort entre 1343 et 1346), et son frère (autadélphos) Georges Attouémès Monomachos : ce dernier remplaça l’éparque, en expédition avec l’empereur en Acarnanie, au gouvernorat de Thessalie, à Larissa (1339/40)35. L’action de Michel

  • 36 Sur le mystique Monomachos (prénom inconnu), cf. R. Guilland, Les Institutions Byzantines, Berlin- (...)

9Monomachos contre Syrgiannès nous conduit à nous demander si Michel Monomachos n’est pas le même que le mystique Monomachos qui, chargé par Andronic II d’un commandement en Macédoine (vers 1319), arrêta sur l’ordre de l’empereur Syrgiannès, vraisemblablement en août 1320. S’il en est ainsi, il faut considérer que Michel Monomachos fut mystique avant d’être éparque et qu’il est, sans doute, le même que le tatas tès aulès, connu par Gabras36 ; il faut compléter dans ce sens sa carrière, admirablement tracée par F. Barišić.

  • 37 Manuelis Philae Carmina, ed. E. Miller, t. II, p. 141.
  • 38 F. Barišić, op. cit., p. 226-227.
  • 39 Grégoras, ed. Bonn, p. 254-255.
  • 40 E. Miller, Manuel Philès, Poésies, t. II, p. 141, note, 4.
  • 41 R. Guilland, op. cit., t. I, p. 473 : l’auteur croit que l’éparque est de la même famille que Séna (...)

10On ne saurait dire si l’éparque Michel Monomachos a des rapports avec Michel Sénachèreim Monomachos, connu par une poésie de Manuel Philès37 : le second patronyme de Michel Monomachos l’éparque doit être celui d’Attouémès puisque c’est ainsi qu’est désigné son « autadélphos » Georges Monomachos38. De même on ne saurait dire si Michel Sénachèreim Monomachos est le même que le grand stratopédarque Sénachèreim qui en 1313 est chargé par Andronic II d’assurer et de surveiller le passage des Turcs de Chalil (ils avaient dévasté la Thrace avec les Catalans) de Kallipolis en Asie Mineure39 ; l’identification de Michel Sénachèreim Monomachos avec le grand stratopédarque est proposée par l’éditeur de Manuel Philès40, et reprise par R. Guilland41 ; elle reste une hypothèse.

  • 42 S. Kourousès, op. cit., p. 155, et pour le passage cité, ibid., p. 313, note, 4.
  • 43 Sur ces habitudes, cf. mon rapport au XVe Congrès Inter. d. Et. Byz., Athènes, 1976, 1.I, Histoire (...)
  • 44 Ed. E. Miller, t. II, p. 206 ; sur l’antipalamite Théodore Atouémès, ami de Manuel Gabalas, cf. S. (...)
  • 45 Il est patrice et anthypatos, son sceau est daté par G. Schlumberger, Sigillographie, n° 681, du x (...)
  • 46 Des alliances matrimoniales contractées à ce moment permettent sans doute aux Monomachoi d’étendre (...)

11Quoi qu’il en soit les patronymes Attouémès et Sénachèreim attachés chacun à celui de Monomachos montrent, sans doute, l’existence de plusieurs branches de la famille Monomachos, toutes, notons-le, d’origine anatolienne. Il serait, en outre, intéressant d’examiner si le nom d’Atouémès a des rapports comme il semble probable avec celui d’Atoumanos : si cette hypothèse se vérifie, elle nous expliquera la jonction de ce patronyme avec celui de Monomachos. En effet la famille d’Atoumanos était originaire de Philadelphie (ou de sa région), et un Atoumanos est destinataire d’une lettre de Manuel Gabalas (vers 1311-1313). Gabalas recommande à Atoumanos (influent auprès de l’empereur) un compatriote de Philadelphie, sans doute Jean Monomachos qui n’est point étranger à Atoumanos « puisqu’ils ont été élevés ensemble et grâce à cette éducation commune ils sont devenus plus que des amis, des frères »42. Faut-il voir là l’origine des rapports des Atouémès (Atoumanos) avec les Monomachoi ? Ceci ne peut pas être exclu, surtout quand on sait les habitudes matrimoniales à Byzance et quand on n’oublie pas qu’à l’époque surtout tardive, le terme « autadelphos » peut aussi désigner les rapports résultant d’une « adelphopoièsis »43. Terminons en rappelant qu’un Bartholomé Atouémès, connu par une poésie de Philès, est peintre et moine et se dit « d’origine royale »44 : que peut-on conclure de cette affirmation, je l’ignore ; il me semble difficile d’y voir une allusion aux rapports de la famille Atouémès avec Monomachos l’empereur du xie siècle, ou avec les Sénachèreim qui revendiquent, on le sait, la descendance royale arménienne. Retenons seulement que la famille Monomachos qui est attestée sans interruption depuis le xie siècle (le sceau d’un Manuel Monomachos est daté du xiie siècle)45, retrouve une position d’influence au xive siècle, quand nombre de ses représentants abandonnent l’Asie Mineure, à cause sans doute de l’avance turque, pour s’installer en Europe, où ils exercent des fonctions importantes (quand ils ne sont pas des moines) notamment dans l’armée et les commandements des provinces46.

Notes

1 Cf. D. Nicol, Philadelphia and the Tagaris Family, in Neo-Hellenica, t. I, 1970, p. 9-17 ; sur Alexis Philanthrôpènos, cf. Hélène Ahrweiler, Byzance et la Mer, Paris, 1966, s.v. et de la même, L’Histoire et la Géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317), particulièrement au xiiie siècle, in Byzance les Pays et les Territoires, Variorum Reprints, Londres 1976, n° IV, p. 151 (dorénavant, H. Ahrweiler, Smyrne) : l’étude de la famille de Philanthrôpènos reste à faire.

2 Jean Monomachos nous est connu par les correspondances de Michel Gabras (ed. G. Fatouros, Vienne, 1973, notice sur le personnage, t. I, n° 47, p. 47), Manuel Gabalas (ed. D. Reinsch, Berlin 1974, et surtout cf. S. Kourousès, Manuel Gabalas-Matthieu d’Ephèse, en grec, Athènes 1972, s.v.) et par les lettres qu’il envoya à Charles de Valois (ed. Angeliki Laïou, Constantinople and the Latins, The Foreign Policy of Andronicus II 1282-1328, Cambridge, Mass. 1972, p. 342-343: dorénavant, A. Laïou, Constantinople and the Latins) et à Catherine de Courtenay (ed. Hélène Constantinidi-Bibicou, Documents concernant l’histoire byz. déposés aux Archives nationales de France, in Mélanges Octave et Melpo Merlier, Athènes, 1951, p. 1-14 : dorénavant H. Bibicou, Documents).

3 H. Ahrweiler, Smyrne, p. 156.

4 Cf. F. Barišić, Michel Monomachos, éparque et grand connétable (en serbe), in Zbornik Radova, t. 11, 1968, p. 215-234, et remarques par S. Kourousès, op. cit., p. 111, 276, 377 ; aux Monomachoi connus, ajoutons le moine Léon, mort à Constantinople, dans le couvent du Christ Sauveur entre 1308 et 1322 : cf. S. Salaville, Une lettre et un discours inédits de Théolepte de Philadelphie, in Rev. Et. Byz., t. 5, 1947, p. 110, 113.

5 A. Laïou, Constantinople and the Latins, p. 342-343.

6 P. Gautier, Anne Comnène, Alexiade, Index, Paris, 1976, p. 84, Monomachatos Georges.

7 S. Kourousès, op. cit., p. 311-312.

8 A. Laïou, op. cit., p. 343.

9 Sur le dossier, cf. S. Kourouses, Paratèrèseis épi tinôn épistolôn, in Mélanges N. Tômadakès, E.E.B.S., t. 39/40, 1972/73, p. 123-124, les sources et la bibliographie sur la question ; du même, Le patriarche Jean XIII Glykys, en grec, in E.E.B.S., t. 31, 1974, p. 312-313.

10 A. Laïou, op. cit., p. 342 : Cathalani qui tenent fortilicias in partibus Galipolis et nominant te (Charles) dominum.

11 Cf. les documents publiés par A. Rubió I Lluch, Diplomatari de l’Orient Catala, Barcelone, 1947, p. 40-42 : d’après le document n° 34 du 31 août 1307, ibid., p. 42, les pourparlers entre Charles de Valois et les Catalans avaient abouti avant l’arrivée de Chepoy en Grèce.

12 A. Laïou, op. cit., p. 342 : Et sicut ego scribo multi alii scriberent qui sunt de isto consilio maiores nisi timerent ingrati reputari.

13 H. Bibicou, Documents, p. 8, 1. 3.

14 Cf. là-dessus, A. Laiou, Constantinople and the Latins, p. 200 sq. et surtout p. 213.

15 S. Kourousès, Manuel Gabalas, p. 312, note 1.

16 Grégoras, Bonn, p. 241.

17 I. Ševčenko, Review : Nicéphore Choumnos, (J. Verpeaux), in Speculum, t. 35, 1960, 491.

18 Du même, Etudes sur la polémique entre Théodore Métochite et Nicéphore Choumnos, Bruxelles, 1962, p. 275-276 ; sur les poésies de Métochites, cf. I. ŠevČenko-Jeffrey Featherstone, Two Poems by Theodore Metochites, Brookline, Mass., 1981.

19 Document de Chilandar, ed. V. Mošin et A. Sovre, Supplementa ad Acta Graeca Chilandarii, 1948, p. 17 : Acte II, 1. 9-14. Nicéphore Choumnos nous renseigne sur ses rapports avec la ville de Thessalonique, dans son Symbouleutikos, ed. Boissonade, Anecdota Graeca, II, p. 137 sq.

20 Sur Phakrasès, cf. Maximi Planudis, Epistulae, ed. M. Treu, p. 7, et surtout, p. 10, 1. 58.

21 Michel Gabras, ed. Fatouros, n° 23, p. 49-50, 1. 37-45.

22 Ed. Boissonade, Anecdota Graeca, II, p. 197.

23 Sur le déroulement des opérations, cf. en dernier lieu, A. Laïou, Constantinople and the Latins, p. 220 sq., et toujours, G. Schlumberger, Expédition des Almugavares en Orient, Paris, 1902, p. 342 sq.

24 Faut-il lier la condamnation de Moschopoulos au complot provaloisien ? d’après I. Sevcenko, The Imprisonment of Moschopulos, in Speculum, t. 27, 1952, p. 133 sq., l’affaire Moschopoulos est plutôt liée à la révolte de Drimys, toutefois la présence des Catalans dans la prison où se trouve Moschopoulos n’exclut point le rapport de cette affaire avec les Valoisiens de Constantinople.

25 Thomas Magistros, Presbeutikos, ed. Boissonade, op. cit., p. 194 sq. ; et du même, Lettre à Josef, sur les attaques des Italiens (Catalans) et des Perses (Turcs), ibid., p. 212 sq.

26 Noter que Magistros demande à Métochites d’intervenir auprès de l’empereur en faveur de Chandrènos : ibid., p. 211, note I ; en tout état de cause il n’est pas possible de penser que Chandrènos, malgré son origine micrasiatique, fut parmi les provaloisiens : c’est en effet lui qui a combattu victorieusement les alliés de Charles, les Catalans.

27 Cf. G. Fatouros, Die Briefe des Michael Gabras, t. II, p. 143, 1. 145.

28 V. Laurent, Les Grandes Crises religieuses à Byzance, in Bull, de la Section Historique de l’Acad. Roumaine, t. 26, 2, 1945, p. 225-313, et en dernier lieu, P. Nikolo-poulos, Acolouthie du Patriarche Arsénios, in E.E.B.S., t. 43, 1977/8, p. 368 sq.

29 Ed. Boissonade, Anecdota Graeca, II, p. 1 sq.

30 S. Kourousès, op. cit., p. 312, note 1.

31 Sur les événements, cf. P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jh., in Orient. Christ. Per., t. 35, 1969, p. 395 sq. ; et mon article sur La Région de Philadelphie au xive siècle, in Comptes Rendus de l’Acad. d. Inscr. et Bell. Lettr., t. 1983, janvier-mars, p. 175 sq.

32 Ed. G. Fatouros, n° 124, 253, 350, 372, 377, 434.

33 D. Reinsch, Die Briefe d. Matthaios von Ephesos, Berlin, 1974, p. 185, n° 59, et S. Kourousès, Manuel Gabalas (en grec), Athènes, 1972, p. 262.

34 Sur la carrière de Manuel Gabalas, cf. S. Kourousès, op. cit., p. 293 sq.

35 Cf. la carrière de Michel Monomachos et de Georges Attouèmés Monomachos, par F. Barišić, ci-dessus, note 4.

36 Sur le mystique Monomachos (prénom inconnu), cf. R. Guilland, Les Institutions Byzantines, Berlin-Amsterdam, 1967, t. 1, p. 248 ; et C. Kyrrès, Byzance au xive siècle (en grec), Nicosie, 1982, p. 19-20. Sur Michel Monomachos tatas de la cour, cf. Michel Gabras, ed. Fatouros, n° 204, 205.

37 Manuelis Philae Carmina, ed. E. Miller, t. II, p. 141.

38 F. Barišić, op. cit., p. 226-227.

39 Grégoras, ed. Bonn, p. 254-255.

40 E. Miller, Manuel Philès, Poésies, t. II, p. 141, note, 4.

41 R. Guilland, op. cit., t. I, p. 473 : l’auteur croit que l’éparque est de la même famille que Sénachèreim le grand stratopédarque (il ignore le patronyme Atouèmés du frère de l’éparque) et il considère, à tort, que la poésie de Philès mentionne un grand stratopédarque Sénachèreim Monomachos : on l’a vu, la poésie parle d’une bague appartenant à un Michel Monomachos Sénachèreim sans autre qualification.

42 S. Kourousès, op. cit., p. 155, et pour le passage cité, ibid., p. 313, note, 4.

43 Sur ces habitudes, cf. mon rapport au XVe Congrès Inter. d. Et. Byz., Athènes, 1976, 1.I, Histoire, Erosion sociale et comportements excentriques à Byzance, p. 14 sq. ; et aussi, mon travail sur les Nouvelles hiérarchies et les nouvelles solidarités, in Travaux et Mémoires, t. 6, 1976, p. 99 sq.

44 Ed. E. Miller, t. II, p. 206 ; sur l’antipalamite Théodore Atouémès, ami de Manuel Gabalas, cf. S. Kourousès, op. cit., p. 352.

45 Il est patrice et anthypatos, son sceau est daté par G. Schlumberger, Sigillographie, n° 681, du xie-xiie siècle.

46 Des alliances matrimoniales contractées à ce moment permettent sans doute aux Monomachoi d’étendre leur influence : il serait important de savoir si les Atouémès ont, comme nous le supposons, des rapports avec les Atoumanoi, dans la mesure où ces derniers sont ralliés au catholicisme (cf. la carrière de Simon Atoumanos par G. Fedalto, Simone Atumano monaco di Studio, arcivescovo latino di Tebe, secolo xiv, Brescia, 1968) ; les contacts de Jean Monomachos avec l’Occident, trouveraient ainsi une suite inattendue.

© Éditions de la Sorbonne, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search