Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger au Moyen Âge

Les abbés bénédictins dans la Normandie ducale

Des abbés étrangers ?

Véronique Gazeau

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier le professeur H. Guillotel, le professeur N. Bulst, L. Morelle et B.-M. Tock (...)

1Lorsqu'en 911 les Normands de Rollon prennent possession de la Normandie, le monachisme offre un tableau véritablement désolant1. Sans verser dans le catastrophisme, il apparaît que seuls deux établissements monastiques ont pu résister aux attaques répétées des Vikings, Le Mont-Saint-Michel et Saint-Évroult où les moines ont toutefois dû céder la place à de simples clercs. Rapidement les ducs entreprennent de relever les ruines de l'Église normande. En l'espace d'à peine un siècle, le monachisme reprend possession de la principauté normande qui correspond pratiquement à la province ecclésiastique de Rouen. On laissera de côté le monachisme cistercien pour ne considérer que le monachisme strictement bénédictin. Entre le Xe siècle et 1204, trois phases chronologiques sont nettement distinctes dans la renaissance et le développement du monachisme en Normandie. Du début du Xe siècle au début des années 1030, les ducs convertis au christianisme prennent l'initiative des restaurations de quelques anciennes abbayes franques (Jumièges, Saint-Wandrille, Fécamp, Saint-Ouen de Rouen, Saint-Taurin d'Évreux et Le Mont-Saint-Michel). Deux abbayes sont fondées par la famille ducale, Bernay et Cerisy. À partir des années 1030, les membres des grandes familles de l'aristocratie ducale, prenant le relais des ducs, fondent un très grand nombre d'abbayes bénédictines qui vont dans la plupart des cas rester des sanctuaires de famille. Dans les années 1080, prend fin cette deuxième phase de fondations. Le XIIe siècle voit l'épanouissement de toutes les maisons bénédictines.

  • 2 Au diocèse de Rouen : Jumièges, Fécamp, Saint-Wandrille, Saint-Ouen de Rouen, La Trinité-du-Mont d (...)
  • 3 Il s’agit au diocèse de Rouen de Saint-Martin de Pontoise, Saint-Victor-en-Caux et Saint-Martin d’ (...)
  • 4 Voir le tableau en annexe. Il peut paraître étonnant de parler d’étranger alors que les Vikings so (...)

2De 911 à 1204, les 29 établissements retenus pour cette étude ont connu 305 abbés2. L'enquête sur les origines de ces derniers constitue un étonnant dossier, quoiqu'encore incomplet. Quatre abbayes ont été laissées de côté, qui n'ont pas encore fait l'objet d'une recherche approfondie3 ; par ailleurs pour certaines abbayes l'établissement des listes abbatiales pose encore quelques problèmes. Il convient de dire que les sources ne permettent pas de connaître les origines des 305 abbés. Parmi eux, au moins 45 viennent de l'extérieur de la principauté normande, soit 14,75 %4. En outre 68 abbés, soit 22,29 %, sont issus d'un monastère normand différent de celui dans lequel ils exercent l'abbatiat. Au total, 113 abbés, soit 37,04 % des abbés bénédictins normands, peuvent être considérés comme étrangers au monastère dont ils ont la charge. L'étude que nous nous proposons de présenter n'envisage que la première catégorie, celle des abbés dont on sait qu'ils viennent à coup sûr d'une contrée qui n'est pas la Normandie.

***

  • 5 J. Laporte, « Les listes abbatiales de Jumièges », dans Jumièges, congrès scientifique du XIIIe ce (...)
  • 6 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961, no<l>.
  • 7 J. Laporte,« Les listes abbatiales de Jumièges », op. cit. n. 5, p. 455.
  • 8 J. Loth, Histoire de l'abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges par un religieux bénédictin de la (...)
  • 9 M. Fauroux, Recueil..., op. cit. n. 6, no 51.
  • 10 Inventio et miracula sancti Vulfranni, J. Laporte éd., Rouen, 1938 (Mélanges publiés par la Sociét (...)
  • 11 F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913 (Bibliothèque de l’École des (...)
  • 12 De abbatibus Montis Sancti Michaelis, P. Labbe éd., Nova Bibliotheca manuscripto rum, Paris, 1657, (...)
  • 13 Annales a nativitate sancti Johannis ad annum MCCXC, dans Robert de Torigni, Chronique suivie de d (...)
  • 14 J. Laporte, « Qui était Maynard de Saint-Wandrille, rebâtisseur de Saint-Wandrille en 960 ? », L’a (...)
  • 15 C’est le cas de Maynard à Saint-Wandrille ; cf. Inventio..., op. cit. n. 10, p. 26-27.
  • 16 J.-M. De Smet, « Recherches critiques sur la vita Gerardi abbatis Broniensis », Revue bénédictine,(...)

3Tous les diocèses ont reçu des abbés étrangers et 17 abbayes sur 29. De façon remarquable, leur arrivée correspond à des moments caractéristiques de l'extension du monachisme dans la principauté. On observe de véritables réseaux d'abbés étrangers, réseaux que nous allons essayer d'identifier dans un ordre chronologique. Au cours du Xe siècle, les abbés sont nombreux à avoir des origines étrangères, comme si les ducs qui sont au départ du renouveau monastique, ne trouvant pas sur place les hommes compétents, s'étaient adressés à des établissements réformateurs et situés hors de la principauté. Sans doute, en 940, Jumièges reçoit Martin, abbé de Saint-Cyprien de Poitiers et de Saint-Jean d'Angély, qui accompagne 12 moines, lesquels vont se joindre à un petit nombre de religieux revenus d'Haspres au diocèse de Cambrai où avait fui la communauté, diocèse de Cambrai où est grande l'influence de Gérard de Brogne5. L'explication de l'origine poitevine est à rechercher du côté des liens familiaux qui existent depuis le mariage de Gerloc, la sœur du duc Guillaume Longue Epée, avec le comte de Poitiers, Guillaume Tête d'Étoupe vers 940. Dudon de Saint-Quentin s'en fait l'écho et un diplôme de Lothaire en faveur de l'abbaye de Poitiers comporte la souscription du duc Richard Ier, le fils de Guillaume Longue Épée6. L'abbatiat de Martin est étonnamment court puisqu'il meurt en 943, déjà revenu à Poitiers7. En effet, il a rapidement confié l'abbatiat de Jumièges à Annon venu de Saint-Mesmin de Micy, lequel Annon regagne vers 941 ou 942 ou peut-être en 950 son abbaye ligérienne d'origine8. L'assassinat de Guillaume Longue Épée stoppa apparemment, pour un temps, la renaissance du monachisme à Jumièges. Toutefois les liens avec Micy ne sont certainement pas rompus, en témoigne un diplôme de 1023-1026 par lequel l'abbé Albert de Micy, neveu d'Annon, fait une donation à Jumièges9. En 959-960 le disciple de Gérard de Brogne à Saint-Pierre de Gand, Maynard, prend la tête de l'abbaye de Fontenelle-Saint-Wandrille10. La communauté s'était un temps, vers 944, retirée en terre flamande, en raison des troubles liés aux expéditions vikings11. Le même Maynard, en 966, est dépêché par le duc pour réformer Le Mont-Saint-Michel12. Il y exerce l'abbatiat jusqu'en 99113. Maynard appartient à une famille apparentée à la famille des comtes de Flandre14. Les tout premiers abbés des monastères restaurés sous les auspices des ducs sont bien des étrangers venus de Poitiers, d'Orléans et de Gand, dont on connaît assez mal l'action. Celle-ci doit être déduite de ce que l'on sait du monachisme poitevin, ligérien et gantois au Xe siècle. Ces abbés se sont efforcés de rapporter les chartes qui avaient été sauvées par les moines dans leur fuite15. Ils ont cherché à reconstituer les patrimoines. Ils ont remplacé les clercs par des moines dans la tradition du grand réformateur des abbayes de Gand, Gérard de Brogne16.

  • 17 Chronicon Fiscamnense, P. Labbe éd., Nova bibliotheca manuscriptorum, Paris, 1657, t.I, p. 325.
  • 18 Rodulfus Glaber, The life of St William, N. Bulst éd., J. France, P. Reynolds trad., Oxford, Clare (...)
  • 19 Annales Gemmeticenses, dans Les annales de l'abbaye Saint-Pierre de Jumièges, chronique universell (...)
  • 20 Chronicon Fiscamnense, op. cit. n. 17,t.I, p. 325.
  • 21 M. Fauroux, Recueil..., op. cit. n. 6, no 35.
  • 22 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall éd. et trad., Oxford, 1973 (Oxford Medi (...)
  • 23 M. Fauroux, Recueil..., op. cit. n. 6, no 87.
  • 24 Gallia Christiana, t. XI, col. 176-177.
  • 25 Inventio..., op. cit. n. 10, p. 31-32.
  • 26 J. Laporte, « Gérard de Brogne à Saint-Wandrille et à Saint-Riquier », Revue bénédictine, 70(1960) (...)
  • 27 Gallia Christiana, t. XI, col. 178 C. Inventio..., op. cit. n. 10, p. 44, n. 70.
  • 28 BNF, ms. lat. 5430 A, p. 49. L’édition annoncée du cartulaire du Mont-Saint-Michel sous les auspic (...)
  • 29 De abbatibus..., op. cit. n. 12, p. 351. En 1048, Suppo est remplacé au Mont par Raoul qui vient d (...)

4Après ces premières restaurations plus ou moins achevées les ducs se tournent vers Cluny ; Mai'eul, appelé par le duc Richard Ier, refusa de prêter main forte à la principauté mais, en 1001, le clunisien Guillaume de Volpiano accepta l'abbatiat de Fécamp17. Il remplaça les chanoines installés en 990 par des bénédictins18. Sous son égide, on pourrait presque parler d'une volonté de « clunisation » de l'abbatiat normand. En effet, outre l'abbatiat fécampois qu'il tient jusqu'à 1028, Guillaume de Volpiano est à la tête de Jumièges de 1015 à 1017. En 1017, un de ses disciples bourguignons, Thierry, le remplace à Jumièges19. En 1028, à Fécamp, Guillaume se fait remplacer par son disciple et prieur, Jean dit de Ravenne20. Lorsque le duc Richard II et son épouse fondent Bernay, c'est à Guillaume de Volpiano qu'ils remettent la nouvelle abbaye21. De 1036 à 1092, Saint-Ouen de Rouen est tenu en main par Nicolas, fils du duc Richard III, qui fut un oblat de Fécamp22. Enfin, en 1034, Saint-Taurin d'Évreux est confié à Fécamp23. Les coutumes clunisiennes sont adoptées dans les monastères restaurés. Toutefois, l'abbaye de Fontenelle semble échapper à la tutelle clunisienne. Après le départ de Maynard, elle retombe pendant une cinquantaine d'années sous la tutelle d'abbés mal connus et qui semblent s'être comportés en mauvais gestionnaires24. Mais, vers 1006-1007, elle est prise en main par un moine chartrain, Gérard abbé de Saint-Arnoul de Crépy-en-Valois25. Gérard apporte en Normandie les coutumes de Fleury et de Chartres26. À Gérard succèdent deux abbés « français », Gradulphe et son frère Robert27. On a vu Maynard contraint de partir pour Le Mont-Saint-Michel en 966. Jusqu'en 1023 les abbés montois ne viennent pas de Cluny. Mais l'offensive clunisienne est lancée dès 1023 par Thierry qui, outre l'abbatiat de Jumièges, prend les rênes du monastère de l'Avranchin28. En 1033, l'Italien Suppo, disciple de Guillaume de Volpiano, qui a pu effectuer un passage à Fécamp, est institué abbé du Mont par Jean de Fécamp29.

***

  • 30 Gallia Christiana, t. XI, col. 125 E.
  • 31 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, 1969, t. II, p. 352.
  • 32 Ibid., t. II, p. 352.
  • 33 L. Musset, « Pélerins et pélerinages en Avranchin jusqu’au XIIe siècle », Revue de l'Avranchin et (...)
  • 34 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, à la suite de B. Guérard, Cartulaire de Saint (...)
  • 35 Gallia Christiana, t. XI, col. 178 D.
  • 36 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. II, p. 296. Le dossier de Gerbert méritera une p (...)

5Dans la période suivante, les abbés étrangers cessent de venir de Cluny ou de Fécamp, bastion normand de l'abbaye clunisienne. Les ducs sont maintenant en retrait, relayés par les chefs des grandes familles de l’aristocratie qui, dans le sillage de leur prince, entreprennent des fondations. Au cours des années 1030-1080, les nouvelles fondations mais aussi les abbayes restaurées durant la période précédente sont encore assez fréquemment dirigées par des abbés étrangers. On peut observer plusieurs provenances. Ainsi, trois abbés - et non des moindres - ont des origines allemandes. Le premier abbé de La Trinité-du-Mont de Rouen fondée en 1030, Isembert, est dit natione teutonicus30. La même formule est employée pour Ainard, premier abbé de Notre-Dame de Saint-Pierre-sur-Dives, une abbaye fondée en 1046-1047 par la même famille que celle qui a fondé La Trinité-du-Mont31. Tous les deux sont experts en chant. Ainard a écrit des chants pour les offices en l'honneur de saint Kilian qui fut évêque de Wurtzbourg32. On sait par ailleurs les liens qui existent entre l'Allemagne et la Normandie. Un prince allemand s'était rendu vers 1015 en pélerinage en Normandie33. Les influences allemandes sont peut-être à considérer du côté de la rédaction du cartulaire de la Trinité-du-Mont, le seul de toute la Normandie, à l'exception de celui de Fécamp, aujourd'hui perdu, à avoir été rédigé au XIe siècle34. Au bas des chartes et des notices, on remarque des listes très longues de témoins membres de la familia des moines, en quelque sorte la ministérialité de l'abbaye. Quelques années plus tard, entre 1063 et 1089, l'abbé Gerbert vient de Mayence à Saint-Wandrille35. Ordéric Vital loue ses talents musicaux36.

  • 37 D. Bates et V. Gazeau, « L’abbaye de Grestain et la famille d’Herluin de Conteville », Annales de (...)
  • 38 Robert de Torigni, De immutatione ordinis monachorum, dans Id., Chronique..., op. cit. n. 13, t. I (...)
  • 39 Ibid., t. II, p. 198.
  • 40 Ibid., t. II, p. 202 et Gallia Christiana, t. XI, col. 914.
  • 41 V. Gazeau, « Quelques exemples de carrières abbatiales en Normandie aux XIe-XIIe siècles », dans F (...)
  • 42 Gallia Christiana, t. XI, col. 844.
  • 43 V. Gazeau, « Quelques exemples de carrières abbatiales... », op. cit. n. 41, p. 319.

6Une autre catégorie d'abbés vient, toujours au XIe siècle, de la vallée de la Loire. C'est le cas du premier abbé de Notre-Dame de Grestain, fondée en 1050 par le second époux de la mère de Guillaume le Bâtard, Herluin de Conteville37. Geoffroi vient de Saint-Serge d'Angers38. Les troisième et quatrième abbés de Conches, fondée en 1035, sont issus de Saint-Laumer de Blois39. Un peu plus tard, dans la première moitié du ΧIIe siècle, le monastère mal connu de Saint-Sever a deux abbés successifs de Fleury40. Geoffroi est venu de Saint-Serge d'Angers, abbaye restaurée par Marmoutier dont les liens avec Robert de Mortain, fils d'Herluin de Conteville, le fondateur de Grestain, sont établis41. Plus tard, en 1186, le cinquième abbé de Grestain, Rodulphus, vint de Perrières, un prieuré normand de Marmoutier42. Le choix de Fleury tient aux liens particuliers que la famille fondatrice de Saint-Sever, les comtes de Chester, entretient avec l'abbaye ligérienne43. Les coutumes de Fleury ont pu être introduites à Saint-Sever mais on n'en a pas la moindre trace, la documentation ayant presque entièrement disparu. Les choix blésois demeurent difficiles à expliquer dans l'état actuel de la question.

  • 44 Robert de Torigni, De immutalione..., op. cit. n. 38, t.I, p. 49 et 63.
  • 45 Gallia Christiana, t. XI, col 179 D. Le dossier de cet abbé méritera des explications.
  • 46 L. Musset. Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaise (...)
  • 47 V. Gazeau, « Le domaine continental du Bec, aristocratie et monachisme au temps d’Anselme », dans (...)
  • 48 Consuetudines Beccenses, M.-P. Dickson éd., dans Corpus consuetudinum, IV, Siegebourg, 1967, p. 36 (...)
  • 49 Pendant qu’il est prieur du Bec, Lanfranc rédige le Liber de corpore et sanguine Domini (Opera Lan (...)

7Un troisième réseau abbatial italien comprend Lanfranc de Pavie, premier abbé de Saint-Étienne de Caen, la fondation de Guillaume le Bâtard en 1063 et Anselme du Bec, le successeur du fondateur de 1078 à 109344. On ajoutera un autre Lanfranc, neveu du grand Lanfranc, exécrable abbé de Saint-Wandrille de 1089 à 109 145. Ce que doivent les deux premiers à l'Italie, c'est d'abord une formation intellectuelle acquise dans les meilleures écoles, formation que l'un et l'autre mettent au service de l'école du Bec, véritable pépinière d'évêques et d'abbés, au temps de leur priorat. En outre, ces deux abbés passent pour avoir été de parfaits gestionnaires. Lanfranc a patiemment commencé à constituer le patrimoine de l'abbaye caennaise46 tandis que sous l'abbatiat d'Anselme, Le Bec reçoit ses premiers prieurés en Normandie, en Angleterre et en Île-de-France47. Anselme a fait appliquer au Bec les coutumes dites du Bec qui font de cette abbaye une abbaye non clunisienne48. Lanfranc a été le conseiller écouté du duc dès 1050 et on sait les fortunes que connaîtront les deux Italiens à Cantorbéry de 1070 à 1089 et de 1093 à 1109. Il convient de prendre en considération que ces Italiens, Lanfranc et Anselme, ne sont pas de la mouvance de Guillaume de Volpiano. Lanfranc et Anselme sont aussi d'authentiques théologiens, Lanfranc ayant joué un rôle particulièrement important dans la querelle sur l'Eucharistie49.

***

  • 50 Les sixième et septième abbés de Conches viennent de Coulombs (Robert de Torigni, De immutatione.. (...)
  • 51 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. VI, p. 72.

8Après 1080, les abbayes continuent à rechercher des abbés étrangers. Et pourtant le temps des fondations est achevé. À nouveau le recrutement des abbés normands semble obéir à des constantes qu'il convient d'élucider. En premier lieu deux établissements du diocèse d'Évreux, Conches et Ivry, tirent des abbés du diocèse de Chartres en provenance de Notre-Dame de Coulombs et de Saint-Père de Chartres50. Il sera difficile de comprendre les emprunts faits à ces abbayes tant la documentation est défectueuse. Saint-Pierre-sur-Dives connaît un éphémère abbé français originaire de Saint-Denis au cours de l'année 110651. L'influence de ce dernier fut extrêmement néfaste, on y reviendra.

  • 52 Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge, 2 : Normandie, J. Ramackers éd., Gottingen, 1937, no 99.
  • 53 Robert de Torigni, De immutatione..., op. cit. n. 38, t. II. p. 80.
  • 54 Richard de Leicester : The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. VI, p. 536 ; Gautier de S (...)
  • 55 R.H.C. Davis, King Stephen, Londres et New York, Third Edition, 1990, p. 12-14.
  • 56 R.-N. Sauvage, L'abbaye de Saint-Martin de Troarn au diocèse de Bayeux des origines au XVIe siècle (...)
  • 57 R.H.C. DAVIS, King Stephen, op. cit. n. 55, p. 44.

9Quatre abbés sont venus d'Angleterre généralement pour mettre à la disposition de leurs maisons leurs capacités de gestionnaire. On connaît mal l'abbé Guy de Chester, en charge de Saint-Sever vers 1158, sinon que le fondateur de ce monastère fut un siècle plus tôt le comte de Chester lui-même. C'est sous son abbatiat qu'une grande confirmation pontificale, véritable instrument de gestion du patrimoine, est accordée à son abbaye52 L'Anglais Guillaume Huboud arrive à Grestain en 1179 pour remettre de l'ordre dans le monastère après le très long et déplorable abbatiat d'Herbert (1139-1179)53. Les deux abbés anglais Richard de Saint-Évroult et Gautier de Saint-Wandrille ont en commun d'avoir été désignés en 1137, date qui résulte certes du hasard de la mort de leur prédecesseur54. Mais le choix qui se porte sur des abbés anglais s'explique vraisemblablement par l'anarchie qui règne en Normandie depuis 1135. L'archevêque Hugues d'Amiens, dont la carrière antérieure s'est déroulée en partie en Angleterre, et Étienne, le roi d'Angleterre, précisément soutenu par l'archevêque dans sa lutte contre le prétendant au duché de Normandie, Geoffroy Plantagenêt, ont certainement favorisé l'avènement de Gautier à la tête de Saint-Wandrille55. Gautier est cité comme chancelier de l'archevêque dans un diplôme en faveur de Troarn en 114656. L'abbé Richard de Saint-Évroult est chanoine de la collégiale de Leicester, ville située dans le comté de la très influente famille de Beaumont-Leicester qui soutient Étienne de Blois57.

  • 58 Ibid., p. 97.
  • 59 Gallia Christiana, t. XI, col. 663 D.
  • 60 Gallia Christiana, t. XI, col. 545.

10Enfin, on observe une nouvelle offensive de Cluny dans les années 1140 puisque pas moins de sept abbés clunisiens vont simultanément se trouver à la tête de maisons normandes. Il s'agit de Pierre de Jumièges, Henri de Fécamp, Fréhier puis Roger de Saint-Ouen de Rouen, Foucher du Tréport, Richard de Saint-Martin de Troarn et Guérin de Saint-Pierre-sur-Dives. La simultanéité de ces désignations est à mettre à nouveau en relation avec la période d'anarchie qui règne en Normandie depuis la mort du duc-roi Henri Ier en 1135. Il est patent que l'archevêque précité Hugues, un ancien clunisien, profite des troubles pour imposer ses candidats. Or Étienne de Blois qu'il soutient est lui-même un ardent défenseur de Cluny. L'abbé Henri de Fécamp est le propre neveu d'Étienne de Blois qui l'a fait désigner abbé en 114058. Ne s'agit-il pas également de contrecarrer les débuts de Cîteaux dans la principauté ? C'est précisément en 1137 qu'est fondé le premier monastère cistercien normand59 et en 1147 que les maisons de Savigny rentrent dans le giron de Cîteaux60. La fièvre clunisienne qui s'était emparée du duché retombe aussi vite qu'elle était venue. L'archevêque Hugues meurt en 1164 et, entre temps, les troubles se sont apaisés. La Normandie est devenue terre du duc-roi Henri II, le fils de Geoffroi.

***

  • 61 Encore récemment l’ouvrage de C. Potts, Monastic revival..., op. cit. n. 4, ne dit rien de la prem (...)
  • 62 Pour étayer notre propos, on pourra faire état de la querelle qui oppose l’abbaye de Montebourg da (...)
  • 63 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. II, p. 96.
  • 64 Il est cependant incontestable que plusieurs abbés étrangers ont fait l’objet d’un rejet de la par (...)

11Il est certain que les ducs ont fait appel à des abbés étrangers parce que la vie monastique avait quasiment disparu dans la nouvelle principauté. L'historiographie normande retient le rôle de Guillaume de Volpiano, grand restaurateur du monachisme dans le duché61. Nous voudrions atténuer la portée de sa mission en répétant que les initiatives premières ne sont pas clunisiennes et que lors de l'arrivée de Guillaume le terrain est déjà labouré. La seconde tentative effectuée par l'archevêque Hugues ne prend pas parce que les moines normands sont vraisemblablement hostiles au monachisme clunisien62. Aussitôt disparus, les abbés clunisiens du milieu du XIIe siècle sont remplacés par des moines normands. Et pourtant Ordéric Vital, moine de Saint-Évroult, une abbaye qui adopte les coutumes clunisiennes dès sa restauration en 1050, voue une grande admiration à l'abbaye bourguignonne. Il célèbre particulièrement deux des abbés de son abbaye, le deuxième, Robert, qui a effectué son noviciat à Cluny, et le quatrième, Mainier, qui a passé une année à Cluny au début des années 1060. Mais Le Mont-Saint-Michel et Saint-Wandrille semblent avoir constitué des pôles de résistance à Cluny. Suppo, propulsé par Fécamp au Mont-Saint-Michel, est rejeté par ses propres moines et Saint-Wandrille n'a jamais eu d'abbé clunisien. Pourtant Ordéric célèbre les qualités de Gerbert, l'abbé allemand de Saint-Wandrille, tout comme il porte au pinacle les deux autres Allemands de La Trinité-du-Mont et de Saint-Pierre-sur-Dives. Mais le même Ordéric blâme sévèrement l'abbé français, Robert, venu de Saint-Denis en 1106 à Saint-Pierre-sur-Dives. Il est vrai que Robert aurait acheté la charge abbatiale au duc de Normandie Robert Courteheuse pour 140 marcs et aurait ensuite fortifié l'abbaye dans un but politique, celui de soutenir le duc contre Henri Ier roi d'Angleterre. L'abbé Robert est capturé par le roi Henri Ier qui, dans son respect pour les ordres sacrés, le laisse repartir ad Francos unde erat. C'est un peu comme si Ordéric associait simonie et origine française. Ordéric fait l'éloge de nombreux abbés étrangers au duché, mais tient avant tout à ce qu'un abbé soit un moine issu de sa communauté. Il déplore qu'un abbé de Saint-Évroult soit advena, donc incapable à ses yeux de bien gérer le patrimoine dont il ne peut connaître la localisation ni la consistance63. Mais dans l'ensemble il a célébré les grandes figures abbatiales normandes quelles que furent leurs origines. Gérard de Crépy, lui aussi abbé étranger de Saint-Wandrille, est assassiné par un de ses moines. Mais son origine étrangère n'est apparemment pas en cause64.

  • 65 Il s’agit de Saint-Sever.
  • 66 Il s’agit de Bernay, Caen, Conches, Cormeilles, Saint-Évroult, Grestain, Ivry, Jumièges, Lessay, L (...)
  • 67 Voir à ce sujet, Dom J. Knowles, The heads of religious houses England and Wales (940-1216), Cambr (...)
  • 68 Consuetudines Beccenses..., op. cit. n. 48, p. XXIII
  • 69 D’après la récente étude et édition encore dactylographiée du cartulaire de Saint-Pierre de Préaux (...)

12Douze abbayes n'ont pas choisi d’abbés en dehors des frontières normandes. En général il s'agit de maisons de taille très moyenne ou quelque peu éloignées comme celles du diocèse de Coutances, où seule une maison sur quatre a admis des abbés étrangers65. Aucune abbaye n'a choisi ses abbés exclusivement en son sein. Il faut cependant évoquer le cas exceptionnel du Bec. Sur les treize abbés qui se succèdent de 1034 à 1204, seul Anselme est étranger mais il a été choisi comme abbé alors qu'il est déjà moine à l'abbaye depuis 28 ans et prieur claustral depuis 25 ans. A cet égard, il faut dire que l'école monastique fonctionne comme un vivier qui alimente les autres établissements normands. C'est ainsi que 25 abbés pour 14 abbayes proviennent du Bec66. C'est de loin l’abbaye qui fournit le plus d'abbés. On connaissait le rôle joué par le Bec de pépinière d'évêques et d'abbés pour l'Angleterre d'après 106667. On connaissait moins celui qui consiste à être un réservoir pour les abbayes normandes. Dans le cadre de cette étude on se bornera à donner deux exemples de l'intérêt de faire venir un abbé du Bec. À Lyre, le huitième abbé, Raoul, impose les coutumes du Bec entre 1130 et 114268. À Préaux, Michel (1152-1168) introduit dans le scriptorium l'obligation de dater les actes, pratique en vigueur au Bec et quasi inexistante partout ailleurs69. Le départ de plusieurs moines du Bec vers l'Angleterre pourrait fournir un élément d'explication au déficit d'abbés en Normandie au XIIe siècle, déficit qui oblige à regarder au-delà des frontières du duché pour trouver des compétences.

***

13À la question posée, s'impose une réponse de normand ! Tous les abbés bénédictins ne sont pas des étrangers. Mais dans la phase de reconstruction du monachisme il fut nécessaire d'aller chercher les meilleurs hors des frontières de la principauté. Ils ont importé des coutumes monastiques, un enrichissement liturgique, une contribution aux études théologiques et beaucoup d’autres choses. Cette étude a fait délibérément l'impasse sur les apports des abbés étrangers en matière d’architecture mais ils sont loin d’être négligeables. En outre la question traitée est inséparable de celle des élections abbatiales. Il est patent qu'un abbé étranger a peu de chance d'avoir été élu par la communauté. Grandes familles, ducs et évêques cherchent à placer au mieux leur candidat, étranger au gré des circonstances politico-religieuses. Ces désignations sont au cœur des rivalités entre les tenants du pouvoir en Normandie. On est encore loin de voir appliquée la Réforme grégorienne.

Annexes

Annexe 1

Origine des abbés étrangers dans la Normandie ducale70

Origine des abbés étrangers dans la Normandie ducale70

Notes

1 Je tiens à remercier le professeur H. Guillotel, le professeur N. Bulst, L. Morelle et B.-M. Tock pour les conseils avisés qu’ils m’ont donnés.

2 Au diocèse de Rouen : Jumièges, Fécamp, Saint-Wandrille, Saint-Ouen de Rouen, La Trinité-du-Mont de Rouen, Le Bec, Saint-Georges de Boscherville et Le Tréport. Au diocèse d’Évreux : Saint-Taurin d’Évreux, Lyre, Conches, La Croix-Saint-Leufroy et Ivry. Au diocèse de Lisieux : Préaux, Cormeilles, Grestain, Saint-Évroult et Bernay. Au diocèse de Bayeux : Saint-Étienne de Caen, Fontenay, Cerisy et Troarn. Au diocèse de Sées : Saint-Martin de Sées et Saint-Pierre-sur-Dives. Au diocèse de Coutances : Lessay, Montebourg, Saint-Sauveur-le-Vicomte et Saint-Sever. Au diocèse d’Avranches : Le Mont-Saint-Michel.

3 Il s’agit au diocèse de Rouen de Saint-Martin de Pontoise, Saint-Victor-en-Caux et Saint-Martin d’Aumale et au diocèse de Bayeux de Saint-Vigor de Bayeux.

4 Voir le tableau en annexe. Il peut paraître étonnant de parler d’étranger alors que les Vikings sont à peine installés en Normandie. Les travaux récents de P. Bauduin (La frontière normande aux Xe-XIe siècles : origine et maîtrise politique de la frontière sur les confins de la Haute Normandie (911-1087), thèse de doctorat manuscrite, Caen, 1997-1998) et de C. Potts (Monastic revival and regional identity in early Normandy, Woodbridge, 1997) démontrent que les liens entre les Vikings et l’aristocratie franque sont très antérieurs à 911 et qu’une sorte de « conscience nationale normande » se forge rapidement en Normandie.

5 J. Laporte, « Les listes abbatiales de Jumièges », dans Jumièges, congrès scientifique du XIIIe centenaire, Rouen, 1955, I, p. 455. Dudon de Saint-Quentin, De gestis Normanniae ducum, seu de moribus et actis primorum Normanniae ducum, J. Lair éd., Caen, 1865 (Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 23), p. 202-203. The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigni. E.M.C. Van Houts éd. et trad., Oxford, 1992 (Oxford Medieval Texts), I, p. 74-75 et 84-87. A. Dierkens, Abbayes et chapitres entre Sambre et Meuse (VIIe-XIe siècles), Sigmaringen, 1985 (Beihefte der Francia, 14), p. 229-253.

6 M. Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961, no<l>.

7 J. Laporte,« Les listes abbatiales de Jumièges », op. cit. n. 5, p. 455.

8 J. Loth, Histoire de l'abbaye royale de Saint-Pierre de Jumièges par un religieux bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, Rouen, 1882-1885 (Société de l’histoire de Normandie, 14), t.I, p. 134. Annon aurait été moine à Haspres vers 935.

9 M. Fauroux, Recueil..., op. cit. n. 6, no 51.

10 Inventio et miracula sancti Vulfranni, J. Laporte éd., Rouen, 1938 (Mélanges publiés par la Société de l’histoire de la Normandie), p. 24-26.

11 F. Lot, Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, 1913 (Bibliothèque de l’École des hautes études), p. XL. Dom N. Huyghebaert, Une translation de reliques à Gand en 944. Le Sermo de adventu sanctorum Wandregisili, Ansberti et Vulframni in Blandinium, Bruxelles, 1978 (Académie royale de Belgique, Commission royale d’histoire), p. 30-37.

12 De abbatibus Montis Sancti Michaelis, P. Labbe éd., Nova Bibliotheca manuscripto rum, Paris, 1657, t.I, p. 351. A. Dierkens, Abbayes et chapitres..., op. cit. n. 5, p. 244.

13 Annales a nativitate sancti Johannis ad annum MCCXC, dans Robert de Torigni, Chronique suivie de divers opuscules de cet auteur, Rouen, 1872-1873, (Société de l’histoire de Normandie), II, p. 218.

14 J. Laporte, « Qui était Maynard de Saint-Wandrille, rebâtisseur de Saint-Wandrille en 960 ? », L’abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle, 10 (1960), p. 20-21.

15 C’est le cas de Maynard à Saint-Wandrille ; cf. Inventio..., op. cit. n. 10, p. 26-27.

16 J.-M. De Smet, « Recherches critiques sur la vita Gerardi abbatis Broniensis », Revue bénédictine, 70 (1960), p. 47.

17 Chronicon Fiscamnense, P. Labbe éd., Nova bibliotheca manuscriptorum, Paris, 1657, t.I, p. 325.

18 Rodulfus Glaber, The life of St William, N. Bulst éd., J. France, P. Reynolds trad., Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 272.

19 Annales Gemmeticenses, dans Les annales de l'abbaye Saint-Pierre de Jumièges, chronique universelle des origines au XIIIe siècle, J. Laporte éd., Rouen, 1954, p. 55.

20 Chronicon Fiscamnense, op. cit. n. 17,t.I, p. 325.

21 M. Fauroux, Recueil..., op. cit. n. 6, no 35.

22 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, M. Chibnall éd. et trad., Oxford, 1973 (Oxford Medieval Texts), t. IV, p. 306. On ignore tout des origines des deux prédécesseurs de Nicolas (Hildebert qui est déjà abbé en 989 et qui le reste jusqu’en 1006, date à laquelle il est remplacé par Henri).

23 M. Fauroux, Recueil..., op. cit. n. 6, no 87.

24 Gallia Christiana, t. XI, col. 176-177.

25 Inventio..., op. cit. n. 10, p. 31-32.

26 J. Laporte, « Gérard de Brogne à Saint-Wandrille et à Saint-Riquier », Revue bénédictine, 70(1960), p. 164.

27 Gallia Christiana, t. XI, col. 178 C. Inventio..., op. cit. n. 10, p. 44, n. 70.

28 BNF, ms. lat. 5430 A, p. 49. L’édition annoncée du cartulaire du Mont-Saint-Michel sous les auspices de K. Keats-Rohan devrait apporter des éclaircissements sur la liste abbatiale de l’abbaye.

29 De abbatibus..., op. cit. n. 12, p. 351. En 1048, Suppo est remplacé au Mont par Raoul qui vient de Fécamp. Après cet abbatiat, les abbés montois ne seront plus choisis à Fécamp.

30 Gallia Christiana, t. XI, col. 125 E.

31 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, 1969, t. II, p. 352.

32 Ibid., t. II, p. 352.

33 L. Musset, « Pélerins et pélerinages en Avranchin jusqu’au XIIe siècle », Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, 39 (1962), p. 221.

34 A. Deville, Cartulaire de la Sainte-Trinité-du-Mont, à la suite de B. Guérard, Cartulaire de Saint-Bertin, Paris, 1840 (Collection de documents inédits pour servir à l’histoire de France), p. 403-487.

35 Gallia Christiana, t. XI, col. 178 D.

36 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. II, p. 296. Le dossier de Gerbert méritera une plus grande attention. Qu’il me soit permis de remercier Monsieur F. Dolbeau qui a attiré mon attention sur un traité de théologie qu’il attribue à l’abbé de Saint-Wandrille et qui conforte les informations fournies par Ordéric Vital sur les talents musicaux de Gerbert.

37 D. Bates et V. Gazeau, « L’abbaye de Grestain et la famille d’Herluin de Conteville », Annales de Normandie, 40/1 (1990), p. 7.

38 Robert de Torigni, De immutatione ordinis monachorum, dans Id., Chronique..., op. cit. n. 13, t. II, p. 202.

39 Ibid., t. II, p. 198.

40 Ibid., t. II, p. 202 et Gallia Christiana, t. XI, col. 914.

41 V. Gazeau, « Quelques exemples de carrières abbatiales en Normandie aux XIe-XIIe siècles », dans Family trees and the roots of politics, K. Keats-Rohan dir., Woodbridge, 1997 p. 326.

42 Gallia Christiana, t. XI, col. 844.

43 V. Gazeau, « Quelques exemples de carrières abbatiales... », op. cit. n. 41, p. 319.

44 Robert de Torigni, De immutalione..., op. cit. n. 38, t.I, p. 49 et 63.

45 Gallia Christiana, t. XI, col 179 D. Le dossier de cet abbé méritera des explications.

46 L. Musset. Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, 1967 (Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 37), p. 31 et suiv.

47 V. Gazeau, « Le domaine continental du Bec, aristocratie et monachisme au temps d’Anselme », dans Les mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, R. Foreville dir., Paris, 1984, p. 259-271.

48 Consuetudines Beccenses, M.-P. Dickson éd., dans Corpus consuetudinum, IV, Siegebourg, 1967, p. 36 et suiv.

49 Pendant qu’il est prieur du Bec, Lanfranc rédige le Liber de corpore et sanguine Domini (Opera Lanfranci, L. d’Achéry éd., Venise, 1745, p. 230-251). Une nouvelle interprétation des ouvrages théologiques d’Anselme est en cours : L’œuvre d’Anselme de Cantorbéry, M. Corbin dir.. Paris, 1986... (7 vol. parus).

50 Les sixième et septième abbés de Conches viennent de Coulombs (Robert de Torigni, De immutatione... op. cit. n. 38, t. II, p. 198) ; le dixième abbé d’Ivry vient de Saint-Père de Chartres (Gallia Christiana, t. XI, col. 653).

51 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. VI, p. 72.

52 Papsturkunden in Frankreich. Neue Folge, 2 : Normandie, J. Ramackers éd., Gottingen, 1937, no 99.

53 Robert de Torigni, De immutatione..., op. cit. n. 38, t. II. p. 80.

54 Richard de Leicester : The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. VI, p. 536 ; Gautier de Saint-Wandrille : Gallia Christiana, t. XI, col. 180 B.

55 R.H.C. Davis, King Stephen, Londres et New York, Third Edition, 1990, p. 12-14.

56 R.-N. Sauvage, L'abbaye de Saint-Martin de Troarn au diocèse de Bayeux des origines au XVIe siècle, Caen, 1911, p.j. IX.

57 R.H.C. DAVIS, King Stephen, op. cit. n. 55, p. 44.

58 Ibid., p. 97.

59 Gallia Christiana, t. XI, col. 663 D.

60 Gallia Christiana, t. XI, col. 545.

61 Encore récemment l’ouvrage de C. Potts, Monastic revival..., op. cit. n. 4, ne dit rien de la première tentative de restauration de Jumièges par Martin et accorde une très large place à Guillaume de Volpiano.

62 Pour étayer notre propos, on pourra faire état de la querelle qui oppose l’abbaye de Montebourg dans le diocèse de Coutances au prieuré clunisien de Saint-Côme-du-Mont (dép. Manche, cant. Quettehou) qui débute dans les années 1147-1150 et qui oblige Pierre le Vénérable à s’interposer pour une affaire de dîme (voir L. Neuwirth, L’abbaye de Montebourg de sa fondation à 1204. Étude du cartulaire et du patrimoine de l’abbaye, mémoire de maîtrise, Université de Caen, 1999, p. 139-140).

63 The Ecclesiastical History..., op. cit. n. 22, t. II, p. 96.

64 Il est cependant incontestable que plusieurs abbés étrangers ont fait l’objet d’un rejet de la part de la communauté. Du temps où il n’est encore que prieur au Bec, avant son accession à l’abbatiat de Saint-Etienne de Caen, Lanfranc se fait moquer pour son accent. Suppo dut affronter la haine des moines du Mont (odium monachorum ; cf. De abbatibus. op. cit n 12 p. 351).

65 Il s’agit de Saint-Sever.

66 Il s’agit de Bernay, Caen, Conches, Cormeilles, Saint-Évroult, Grestain, Ivry, Jumièges, Lessay, Lyre, Le Mont-Saint-Michel, Préaux, Le Tréport et Saint-Wandrille.

67 Voir à ce sujet, Dom J. Knowles, The heads of religious houses England and Wales (940-1216), Cambridge, 1972.

68 Consuetudines Beccenses..., op. cit. n. 48, p. XXIII

69 D’après la récente étude et édition encore dactylographiée du cartulaire de Saint-Pierre de Préaux de D. Rouet, Le cartulaire de Saint-Pierre de Préaux : étude et édition du manuscrit dans son état de 1227, thèse de l’École nationale des chartes, mars 1999, p. 140 et suiv.

70 Les chiffres qui précèdent les noms des abbés indiquent leur rang dans la liste abbatiale.

Table des illustrations

Titre Origine des abbés étrangers dans la Normandie ducale70
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site