Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger au Moyen Âge

Étrangers en chrétienté

Clercs italiens en France et en Angleterre (fin XIIe-mi XIVe siècle)

Pascal Montaubin

Texte intégral

  • 1 P. Sambin, « Un certamene dettatorio tra due notai pontifici (1260), lettere inedite di Giordano d (...)
  • 2 G. Barraclough, Papal provisions, Oxford, 1935 ; P. Montaubin, Le gouvernement de la grâce. La pol (...)

1En 1260, sous la canicule estivale de la Campanie romaine, le notaire pontifical Giacomo da Capua écrivait dans un style précieux à son confrère de la chancellerie Giordano da Terracina combien il enviait ceux qui jouissaient des amplas et splendidas provisiones du pape in orto concluso, idest in Francia, et fonte signato, idest in Anglia1. Depuis les années 1130/1150, la Papauté commençait à manifester sa souveraineté dans tous les diocèses de la Chrétienté latine en conférant des bénéfices ecclésiastiques à la place des collateurs ordinaires. Entre 1200 et 1350 surtout, cette politique eut en partie pour résultat original de rendre des centaines d'Italiens titulaires de bénéfices situés en dehors de leur région natale : en France septentrionale et en Angleterre principalement2.

  • 3 Leur condition juridique différait donc sensiblement de celle des étrangers laïques ; cf. C. Billo (...)
  • 4 Synthèse et bibliographie dans A. Paravicini Bagliani, « La suprématie pontificale », dans Histoir (...)
  • 5 Parmi les récents ouvrages d'ensemble : Identité régionale et conscience nationale en France et en (...)

2Clairement définis comme étrangers par le fait d'être nés hors du royaume où ils possédaient leur bénéfice, ces Italiens s'ajoutaient à leurs compatriotes expatriés, banquiers et marchands, étudiants et professeurs, etc., mais clercs jouissant du for ecclésiastique3, ils appartenaient à une grande communauté spirituelle inter-et supra-nationale : l'Eglise catholique, conglomérat hétérogène de nations censées vivre dans la concorde d'une respublica Christiana que la Papauté centralisatrice prétendait organiser sous sa houlette spirituelle, sinon temporelle4. Or, dès le XIIIe siècle, se renforçait en France et en Angleterre le sentiment d'appartenir à une communauté nationale gouvernée par un monarque auquel l'on devait une fidélité particulière, voire exclusive5. La manière dont ces clercs italiens s'insèrent dans les sociétés française et anglaise témoigne des aléas de la confrontation entre les concepts et la réalité de la Chrétienté pontificale d'une part et ceux des monarchies nationales d'autre part.

3La difficulté de retrouver ces bénéficiers italiens provient avant tout de l'ambiguïté de leur signalisation comme étrangers dans la documentation. En effet, les sources émanent surtout de la chancellerie pontificale qui retient rarement le critère national dans la présentation des individus, alors qu’il s'avère moins inhabituel dans les sources françaises et surtout anglaises où un adjectif parfois substantivé indique l'origine après le prénom ou le nom. On retrouve le plus souvent romanus, terme générique qui indique la provenance géographique qui n'est pas nécessairement réduite au Latium d'ailleurs, mais qui souligne surtout les liens avec la cour apostolique (avant 1305). On rencontre plus rarement lombardus, ou encore italicus, voire tuscas exceptionnellement. Cependant, dans la plupart des cas, l'historien doit collecter les indices pour repérer l'Italien : onomastique, liens de parenté, liste des bénéfices détenus, profil de carrière, etc. Ce silence relatif de sources pourtant abondantes invite à la prudence car de nombreux Italiens n'ont pas encore été identifiés comme tels dans les archives et les répertoires prosopographiques.

Évolution quantitative et possessions bénéficiales des Italiens

  • 6 J. Sayers, Papal government and England during the pontificate of Honorius III (1216-1227), Cambri (...)
  • 7 C.R. Cheney, Pope Innocent III and England, Stuttgart, 1976, p. 84, 91-94 ; J.R. Wright, The Churc (...)
  • 8 C.R. Cheney, Pope Innocent III..., op. cit. n. 7, p. 94-96.
  • 9 D. Lohrmann, « Pierre Lombard, médecin de Saint-Louis, un Italien à Paris et ses maisons du Quarti (...)

4L'apparition et la survie du groupe des bénéficiers italiens en France et en Angleterre repose presque exclusivement sur le développement de la politique bénéficiale du Saint-Siège, que le mandat de collation soit délivré directement par le pape (cas le plus fréquent) ou qu'il émane d'un de ses délégués (les collations des légats furent particulièrement lourdes en Angleterre dès Innocent III et Honorius III6). En outre, certains collateurs ordinaires n'hésitaient pas à offrir des bénéfices à des Italiens bien introduits à la Curie afin d'en faire les promoteurs de leurs intérêts. À partir de Jean sans Terre jusque sous Édouard III, le roi d'Angleterre attribuait ou faisait attribuer des bénéfices et des pensions ainsi que le titre de clerc du roi aux protégés des curialistes italiens susceptibles d'inciter le pape à l'appuyer contre les Communes, les barons, voire le clergé anglais7. On ne connaît pas d'exemples similaires pour l'indépendante monarchie capétienne qui disposait d'un important réseau français en cour de Rome déjà avant 1305, mais évêques et abbés de part et d'autre de la Manche pratiquaient cette générosité intéressée voisine de la tentative de corruption8. Exceptionnellement, quelques Italiens obtenaient leur bénéfice en dehors du contexte pontifical, tel Pietro Lombardo da Cremona, qui résidait à Paris dès 1227 et devait sans doute moins sa prébende de Chartres (1247-† 1249) à une improbable intervention apostolique qu'à l'influence du roi Louis IX dont il était le médecin9.

5La localisation des bénéfices résultait de plusieurs paramètres : les souhaits de l'impétrant de la grâce apostolique qui informait le pape, les propres choix politiques du Pontife qui cherchait à éviter la concentration de ses grâces dans les mêmes églises ou qui répugnait à conférer des paroisses à des étrangers, et enfin les réactions de la société locale au moment de l'exécution du mandat papal.

  • 10 Nous avons ici la place de renvoyer uniquement aux listes de chanoines dans J. Le Neve, Fasti Eccl (...)
  • 11 La situation décrite par L. Caillet sous Jean ΧΧII (La Papauté et l'Église de France..., op. cit. (...)
  • 12 Pietro da Collemezzo (archevêque de Rouen, 1236-1244), Gregorio da Napoli (évêque de Bayeux, 1274- (...)
  • 13 C.R. Cheney, Pope Innocent III..., op. cit. n. 7, p. 90-91 ; L. Caillet, La Papauté et l'Église de (...)

6L'intérêt des Italiens s'est porté sur les bénéfices les plus rémunérateurs (prébendes et dignités des cathédrales et des grosses collégiales10) et les moins exigeants sur le plan pastoral (sans cura animarum, sans obligation de résidence, etc.)11. Entre 1200 et 1350, il n'y eut ainsi que deux évêques italiens en Angleterre et cinq en Prance septentrionale, généralement avec l'assentiment du roi12. Les paroisses furent touchées dans une proportion généralement inférieure à 1 % contrairement à ce que laissent entendre des critiques contemporaines13. Ils privilégiaient aussi les bénéfices localisés dans des régions facilement accessibles et plus commodes à gérer de loin : l'axe Italie-foires de Champagne-Paris-Flandres-Londres était recherché pour ses routes commerciales, son réseau bancaire, ses centres d'études et ses cours royales, alors qu'étaient généralement délaissés l'ouest de la France et le sud-ouest de l'Angleterre. La géographie bénéficiale des Italiens reflète aussi les données structurelles des capacités d'accueil des institutions ecclésiastiques. Les gros et riches chapitres des provinces de Reims et de Sens pouvaient a priori s'ouvrir plus facilement que les chapitres normands et anglais de taille médiocre et aux prébendes inégales. Si la France du Nord alignait une trentaine de chapitres cathédraux séculiers, tout le royaume d'Angleterre n'en offrait que sept – ce qui explique en partie leur concentration dans les cathédrales de Lincoln, Salisbury et York qui suscite l'exaspération du clergé anglais. Associées aux contraintes géographiques et accentuées par l'attitude des élites locales, ces données de départ expliquent pourquoi les Italiens furent beaucoup plus nombreux en France qu'en Angleterre.

  • 14 C.R. Cheney, Pope Innocent III..., op. cit. n. 7, p. 84, 89 ; J. Sayers, Papal government and Engl (...)
  • 15 Une vingtaine d'Italiens sur 350 bénéficiers en France septentrionale sous Urbain IV (1261-1264).
  • 16 P. Dupuy, Histoire du différend d'entre le pape Boniface VIII et Philippe le Bel roy de France...,(...)
  • 17 Toutes les prosopographies capitulaires confirment cette tendance. Sous Jean XXII (1316-1334), 469 (...)

7Cependant, ils n'ont toujours constitué qu'une petite minorité des bénéficiaires des grâces apostoliques en France et en Angleterre. Les premiers sont mentionnés dans la seconde moitié du XIIe siècle, mais en quantité très faible. Le pontificat d'Innocent III (1198-1216) constitue un tournant qualitatif, psychologique et structurel, mais les chiffres restent modestes : 20 à 30 Italiens en Angleterre, 21 sous son successeur Honorius III, pour un royaume qui dispose de 9 500 bénéfices14. À la même période, la France septentrionale ne compte sans doute guère plus de quelques dizaines de bénéficiers italiens, de même sous Grégoire IX (1227-1241) dont les collations furent peut-être plus intenses en Angleterre qu'en France. Les pontificats d'innocent IV et Alexandre IV (1243-1261) sont marqués par un accroissement de la politique bénéficiale dont profitent largement les Italiens. En revanche, la période 1261-1285 entraîne une stagnation sinon un recul : longues vacances du Saint-Siège et succession de papes français pénalisent les Italiens dans leur recherche de bénéfices outre-monts15. Mais la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe siècle, d'Honorius IV à Benoît XI (1285-1304), constituent l'apogée des nominations d'Italiens protégés par des pontifes népotistes utilisant pleinement les ressources internationales d'une poli – tique bénéficiale désormais bien ancrée. Répondant aux griefs des barons français en 1302, les cardinaux affirment pourtant que Boniface VIII ne nomme qu’un Italien sur 100 bénéficiers16. Certaines églises furent néanmoins véritablement colonisées au bout de décennies de collations romaines. Ainsi, vers 1303, les chapitres de Chartres, Paris, Reims, Laon et Tournai comptent respectivement 16 chanoines italiens (20 % de l'effectif capitulaire), 12 (24 %), 18 (25 %), 25 (30 %), 17 (39 %), alors que la moyenne pour le XIIIe siècle tourne autour de 10 %. Après 1305, le passage de la curie romaine sous le contrôle des Français sonne le glas des faveurs pour les Italiens. Désormais, Gascons, Quercynois et autres Limousins accaparent à leur place les meilleures prébendes de France et d'Angleterre. Certes, quelques familles italiennes, soutenues par leurs rares cardinaux, maintiennent leur patrimoine bénéficiai international jusque sous Jean XXII, mais ensuite, le reflux est rapide et leur position apparaît désormais anecdotique au milieu du XIVe siècle17.

Une communauté de vie ?

8Détenir un bénéfice français ou anglais signifiait pour les Italiens une position sociale élevée et des entrées à la cour pontificale. Ils n'hésitaient pas à se parer de leur titre exotique dans les actes de la chancellerie apostolique ou encore sous la plume des notaires de Bologne où ils étudiaient. Les études prosopographiques permettent presque toujours de retrouver sous le nom d'un bénéficier un serviteur curial, un parent de dignitaire ecclésiastique ou un protégé issu de la région du pape ou d'un cardinal. Par la politique bénéficiale et l'autorisation des cumuls, la cour apostolique internationalisait ses sources de financement pour entretenir une administration plus étoffée. Le pape et ses proches en profitaient aussi pour développer leur népotisme et leur clientélisme à plus grande échelle. Quelques familles réussirent même d'extraordinaires stratégies de développement bénéficiai au niveau européen sur plusieurs générations : les Orsini (sans doute les premiers à partir de la fin du XIIe siècle), les Conti, les Fieschi (les plus entreprenants), les Colonna, etc. Chacune avait ses prédilections géographiques et tentait de conserver des réserves bénéficiales qui finirent par fondre presque complètement durant le second tiers du XIVe siècle. Surtout intéressés par les revenus de leurs bénéfices, ces Italiens offraient néanmoins l'avantage d'appartenir à une élite sociale (l'aristocratie curiale), intellectuelle et professionnelle (études supérieures poussées, carrières dans la haute administration ecclésiastique, etc.).

  • 18 Les abondantes sources anglaises (Calendar of patent rolls, registres épiscopaux, etc.) fournissen (...)

9Acquérir et conserver un bénéfice lointain réclamait une solide logistique. La plupart des Italiens ne résidaient pas en effet. En Angleterre, un seul sur la vingtaine nommée sous Innocent III s'installa et fit d'ailleurs une belle carrière : magister Johannes romanus vécut à York comme chanoine, puis sous-doyen, trésorier et enfin archidiacre († 1255). On peut dire qu'il fit souche puisque son fils bâtard devint archevêque d'York (1286-† 1296) sous le nom de Jean Le Romeyn ! D'une manière générale, tout finissait par décourager les Italiens déjà peu enclins à s'installer outre-Manche : l'éloignement, l'insularité, le climat (ironise Robert Grosseteste), la faible attraction internationale des universités anglaises, l'hostilité anti-romaine chronique, etc. On repère juste des Italiens de passage (légats et leur suite, collecteurs de taxes, procureurs, etc.) qui ne s'installaient pas dans leurs églises18. Plus que des étrangers, ils y étaient presque toujours des inconnus au point que leurs prébendes se trouvaient parfois attribuées à des tiers parce que, sans nouvelles depuis longtemps, on les croyait morts...

  • 19 Entre 1198 et 1303 : 3 sur 29 à Bayeux, 9 sur 46 à Chartres, 14 sur 56 à Laon, 17 sur 45 à Paris, (...)
  • 20 C. Billot, « Landolfo Colonna, chanoine de Chartres... », dans Monde médiéval et société chartrain (...)
  • 21 E. Hautcoeur, Histoire de l'église collégiale et du chapitre Saint-Pierre de Lille, I, Lille, 1896 (...)
  • 22 G. Brunei, « Un Italien en France au XIIIe siècle. Galien de Pise... », dans Histoires d'archives. (...)
  • 23 Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. II : Diocèse de Rouen, V. Tabbagh dir., Turnhout, 1998, p. 173.
  • 24 Les registres d'Urbain IV, J. Guiraud éd., Paris, 1899, no 707 ; A. Paravicini Bagliani, « Gregori (...)

10En France, la situation apparaît plus nuancée. Tous les évêques italiens résidèrent et administrèrent régulièrement leur diocèse. Plusieurs chapitres cathédraux n'hésitèrent d'ailleurs pas à voter pour des Italiens expérimentés et bien introduits auprès du pape : Aldobrandino Orsini à Paris en 1219, Bartolomeo à Châlons en 1226, Pietro da Collemezzo à Tours, Thérouanne et Châlons dans les années 1220 avant d'être contraint par le pape et le roi d'accepter Rouen en 1236, Adinolfo di Anagni à Bayeux en 1260 et Paris en 1289, etc. Une minorité non négligeable de chanoines italiens passa au moins une fois dans leurs chapitres19. La résidence était certes de durée variable et s'inscrivait à différents stades de la carrière : simple stage de quelques semaines pour de jeunes clercs des grandes familles romaines envoyés faire leurs études à Paris et pour lesquels ces voyages en France assuraient une formation pour de futures carrières dans la haute admistration ecclésiastique, ainsi pour le futur cardinal Napoleone Orsini ; repos temporaire dans un bénéfice local en attendant des heures meilleures à la cour pontificale, comme pour le pré-humaniste Landolfo Colonna qui exploita les ressources de la bibliothèque de Chartres où il était chanoine (1289-† 1329)20 ; lieu de retraite ; voie de garage pour Talato, fils des comtes de Rapallo, qui fut sans doute nommé chanoine de Lille par son parent Innocent IV et qui passa presque un demi-siècle dans sa collégiale où il fit commémorer la mémoire de ses père et mère21, etc. Certains réussirent à s'intégrer de manière exemplaire : Galieno da Pisa, chanoine de Saint-Omer, résidait à Paris dès 1284 et y fonda par testament le couvent des Cordelières de Lourcines en 128 722 ; Francesco Carracioli da Napoli, chanoine de Beauvais et de Rouen, occupa une place importante à l'université comme docteur en théologie et chancelier de Paris (1309-† 1316)23. Quant à Gregorio da Napoli, chanoine de Thérouanne et de Bayeux dès 1254, longtemps actif à la Curie, pouvait-il encore être considéré comme étranger ? En 1264, le pape champenois Urbain IV le nommait doyen de Bayeux et justifiait ainsi son choix : « a primo aetatis tue tempore obsequiis ejusdem [Baiocensis] ecclesiae deputatus, adolescentie tue annos continue in gallicanis partibus peregisti, quodque lingua et moribus adeo Gallicis te conformas, quod potes non Italicus sed Gallicus potius reputari ». Retiré en Normandie dès 1270 alors que le Siège apostolique vaquait, il termina sa vie comme évêque de Bayeux de 1274 à sa mort en 127624.

  • 25 Parmi de nombreux exemples en Angleterre : Pandolfo Verraclo dans les années 1200-1225, Giffredo d (...)
  • 26 Exemple d'Egidio († 1233-38), frère de l'évêque de Norwich Pandolfo (Cf. N. Vincent, « The electio (...)

11La non-résidence ne signifie pas systématiquement la disparition de tous les liens entre le bénéficier et son église. Près de la moitié des chanoines italiens de Paris, Chartres, Reims ou Rouen au XIIIe siècle montrent des signes d'attachement spirituel avec leur chapitre en leur accordant des legs testamentaires, en fondant des obits, etc. La gestion à distance du bénéfice a impliqué la mise en place d'un réseau de procureurs pour se faire recevoir et défendre les droits de son bénéfice. La perception des revenus est certes souvent déléguée à des compagnies bancaires toscanes dès la première moitié du XIIIe siècle. Mais de nouveaux types de liens se nouent entre le centre curial et la périphérie diocésaine grâce à l'intermédiaire des Italiens bénéficiers. En France et en Angleterre, ceux-ci font office de relais de l'autorité apostolique comme juges délégués, exécuteurs de mandats, collecteurs de taxes, nonces, etc.25. Inversement, ils sont les intercesseurs de leurs églises locales ou du roi auprès du pape pourvoyeur de grâces et de privilèges26.

12Le comportement des Italiens ne fut pas foncièrement différent de celui des clercs régnicoles non-résidents mais ils constituent un-lien prisé avec la tête de l'Église latine. Ils font figures de symbole d'une Chrétienté qui s'unifie au profit du Saint-Siège, en dépit des conséquences pastorales non maîtrisées qui en découlent.

Les réactions dans les sociétés française et anglaise

13Ces clercs italiens n'apparaissaient pas comme de simples étrangers, venus d'au-delà des Alpes, mais comme des créatures du pape. L'accueil qui leur fut réservé dépendait en grande partie des relations qu'entretenaient les sociétés anglaise et française (roi, noblesse, clergé, etc.) avec le Saint-Siège. Or le contexte s'avère radicalement différent d'un pays à l'autre et explique pourquoi, en dépit de données quantitatives beaucoup plus faibles, les Anglais furent chroniquement plus hostiles envers les Italiens que les Français, dont certaines églises auraient légitimement pu être jugées envahies.

14En effet, l'Angleterre fit preuve d'une susceptibilité farouche vis-à-vis de la Papauté dont elle était devenue vassale tributaire d'un cens à partir de 1213, lorsque la soumission de Jean sans Terre mit fin à l'interdit jeté sur le royaume en 1208. Dès lors, le pape devenait un allié pour le roi dont le pouvoir était menacé par les revendications des barons et des Communes, qui supportaient donc mal les ingérences de Rome dans leur pays. En outre, l'insularité, la cohésion culturelle de la population, sinon de ses élites, une centralisation avancée des structures administratives, la frustration provoquée par la perte des possessions continentales en 1204, etc., constituent autant de facteurs expliquant l'émergence précoce et affirmée d'un sentiment national.

15En France, en revanche, le royaume apparaît entièrement libre de toute tutelle politique extérieure et le roi n'hésite d'ailleurs pas à braver ouvertement le Saint-Siège sous Philippe Auguste ou sous Philippe le Bel. Héritiers de la tradition carolingienne, les Capétiens savent offrir leur protection intéressée à des papes aux abois qui viennent se réfugier à leurs portes, à Lyon puis en Avignon. L'université de Paris attire une population cosmopolite où se tissent les solidarités des élites ecclésiastiques européennes. La coopération entre le Saint-Siège, la Couronne, le clergé et la société française s'avère beaucoup plus sereine ; l'émergence du sentiment national n'y prend pas autant les accents anti-pontificaux – la bienveillance des pontifes avignonnais calme la surchauffe gallicane de l'époque de Boniface VIII – et par conséquent, les réactions xénophobes à l'encontre des Italiens se révèlent pour ainsi dire milles.

  • 27 Rappelons le célèbre exemple de Robert Grosseteste qui, en 1253, refusa pour des raisons pastorale (...)
  • 28 Exemples pour le premier tiers du XIVe siècle : J.R. Wright, The Church..., op. cit. n. 7, p. 129- (...)

16Certes, dans les deux royaumes, les Italiens se heurtent à mille difficultés pour prendre possession et conserver leur bénéfice : refus des collateurs ordinaires de recevoir le candidat apostolique27, concurrence avec un candidat de l'ordinaire ou du roi – cas plus fréquent en Angleterre en raison des prérogatives étendues du souverain en matière de régale et de collation pleno jure –, confiscations des fruits du bénéfice, voie de fait, etc. Mais ces problèmes ne furent pas propres aux seuls Italiens et furent partagés par les autres protégés du pape, surtout lorsqu'ils ne résidaient pas. D'ailleurs, en France, le succès des mandats apostoliques en faveur des Italiens (80 % dans les cathédrales au XIIIe siècle) semble même supérieur à ceux gratifiant des clercs régnicoles. Mais en Angleterre sévit une guérilla chronique dès Innocent III et l'allongement des délais d'acheminement des nouvelles augmente les difficultés28.

17Outre ces tracasseries récurrentes, mais pas totalement dissuasives, les Italiens furent l'objet de critiques collectives qui ne se résument pas à des manifestations xénophobes, mais s'inscrivent dans le cadre plus général des griefs lancés contre la cour romaine et la centralisation pontificale (elles touchent aussi les levées de taxes, les jugements des causes en appel, etc.). Ces arguments s'ajoutent à ceux de la satire anticuriale, qui insiste depuis le XIIe siècle sur la cupidité de l'entourage du pape. Sans doute cette image caricaturale se trouve-t-elle aussi consolidée par l'hostilité populaire envers les banquiers italiens, les fameux « Lombards ».

  • 29 J. Sayers, Papal government and England..., op. cit. n. 6, p. 189 ; L. Boyle, « Robert Grosseteste (...)

18Les premières réactions collectives hostiles aux nominations d'Italiens apparaissent sous Honorius III de part et d'autre de la Manche. En effet, les politiques bénéficiales actives d'Innocent III (1198-1216) et de Honorius III (1216-1227) additionaient leurs effets au point que des Italiens se succédaient désormais dans les mêmes bénéfices. Les collateurs ordinaires anglais d'abord, puis français, réclamèrent des privilèges leur permettant de récupérer les bénéfices au décès ou à la résignation du titulaire italien. Innocent IV édicta même une mesure générale de ce type en 1253 (Postquam Regimini) dont les effets furent d'ailleurs passagers29.

  • 30 G. Campbell, « The protest of Saint Louis », Traditio, 15 (1959), p. 351-383.

19Dès le second quart du XIIIe siècle sont explicitement dégagés les enjeux idéologiques du malaise causé par les collations apostoliques et à travers elles les nominations de clercs étrangers. Les premiers à exposer collectivement leurs griefs furent les prélats et les nobles présents aux conciles de Bourges (1225) et de Westminster (1226). Avec les plaintes des barons et évêques anglais au concile de Lyon I (1245) et celles des barons et du roi de France en 124 730 se constitue une série d'arguments qui se fige pour être inlassablement répétée pendant deux siècles sans correspondre toujours à la réalité contemporaine. Détaillons ici simplement les topoi critiquant les étrangers.

20Le souci d'ordre pastoral n'apparaît pas prioritaire et ne convainc guère lorsqu'il n'émane pas de prélats réformateurs sincères comme l'évêque de Lincoln Robert Grosseteste, ou encore Guillaume le Maire, évêque d'Angers, et Guillaume Durand le Jeune, évêque de Mende, qui se signalèrent à l'époque du concile de Vienne (1311). On reproche fréquemment aux candidats du pape – aux Italiens avant tout au XIIIe siècle – de ne pas être dignes, d'être illettrés, de ne pas résider, de cumuler plusieurs bénéfices, voire de ne pas savoir la langue de leurs ouailles et donc de frauder la cure des âmes.

21Le principal grief repose en fait sur des arguments d'ordre économique et social. L'absentéisme des bénéficiers provoque la ruine de leurs églises et ne permet pas d'en conserver intacts les droits. Mais les conséquences sociales supposées de cette incurie effrayent plus encore. Les institutions ecclésiastiques ne peuvent plus remplir leur mission charitable au grand dam du peuple. Les nobles, dont les ancêtres financèrent les dotations d'églises qu'ils avaient fondées, ne peuvent désormais plus y caser les clercs de leurs familles, frères, neveux et cousins. Cette réaction témoigne de la permanence du concept de l'Eigenkirche dans les mentalités de l'aristocratie, longtemps encore après le règlement de la querelle des Investitures. Pire, le clerc étranger ne prie plus pour le repos de l'âme des fondateurs. Il rompt la solidarité spirituelle qui unissait les vivants et leurs ancêtres. Négligeant la piété, il n'est pas seulement étranger à une communauté de vivants, il reste étranger à leurs morts. Ces critiques débouchent aussi sur un problème politique. On dénonce la nouveauté des interventions pontificales. Les capitaux fuient hors du royaume, le roi ne sait plus comment récompenser ses serviteurs et perd des fidèles. Si le clergé devient étranger, il risque de rechercher le bien de la curie romaine plus que celui du royaume. Par conséquent, prélats et barons menaçaient le pape de provoquer un schisme (politique) s'il ne remédiait pas à ces abus. Le protégé du pape, en l'occurrence l'Italien, est donc étranger à la communauté chrétienne locale, à la famille noble régionale et au roi.

  • 31 P. Dupuy, Histoire du différend..., op. cit. n. 16, p.61-71 ; J. Coste, Boniface VIII en procès, R (...)
  • 32 Remises en perspective avec les difficultés chroniques rencontrées au cours du XIIIe siècle et enc (...)
  • 33 L. Caillet, La Papauté et l'Église de France..., op. cit. n. 2, p. 380-400.

22La récurrence de ces plaintes varie grandement de part et d'autre de la Manche. En France, ces réactions apparaissent épidermiques, ponctuelles et n'ont débouché sur aucune mesure coercitive d'envergure. Pour retrouver le lointain écho des Gravamina de 1247, il faut attendre la crise entre Boniface VIII et Philippe le Bel : en 1302 avec une plainte des barons au Sacré Collège et 1303 lors d'une ambassade à Benoît XI31. Pourtant, dans le même temps, les quelques centaines d'Italiens pourvus dans le royaume capétien ne font l'objet d'aucune mesure discriminatoire propre, même si certains furent sans doute gênés par les interdictions d'exportation de capitaux32. D'une manière générale, la critique des collations en faveur d’étrangers reste très secondaire, voire marginale, même dans les écrits pourtant virulents de l'avocat Pierre Dubois. La réunion du concile de Vienne en 1311 offre l'opportunité de nouvelles critiques de la part des évêques réformateurs Guillaume Durand le jeune et Guillaume le Maire, mais l'argumentation pastorale prime sur l'affirmation du gallicanisme33. Pendant un siècle et demi, les nominations pontificales d'étrangers n'entrainent pas de réactions violentes dans la société française. Le sentiment xénophobe ne s'observe guère dans les faits et peu dans les discours. Le gallicanisme prend ses racines dans les conflits de souveraineté et de fidélité réclamées par le pape et le roi, mais pas dans les querelles de nationalité proprement dite.

  • 34 T. Eckert, « Nichthäretische Papstkritik in England vom Beginn des 14. bis zur zweiten Hälfte des (...)
  • 35 H. Mackenzie, « The anti-foreign movement in England, 1231-1232 », dans Haskins anniversary essays (...)

23En Angleterre, les critiques avancent avec plus de virulence des arguments semblables et les répétent inlassablement depuis le second quart du XIIIe siècle jusqu'à la Réforme du XVIe siècle34. Le sentiment national se révèle plus ombrageux au point que des actes xénophobes sont commis en 1231-1232 par des notables et le peuple sous la direction de Robert Tweng, noble du Yorkshire35. Les griefs sont exposés de manière récurrente : barons et évêques se plaignent au Parlement et au premier concile de Lyon en 1245-1246 ; les chroniqueurs anglais, avec en tête Matthieu Paris si viscéralement anti-curial et anti-italien, colportent ces ressentiments, au point même que les plaintes des Français de 1225 et 1227 ne sont transmises que par des sources anglaises. L'évêque de Lincoln Robert Grosseteste (1235-† 1253) défend certes des conceptions plus pastorales et ses écrits connaissent une large diffusion. Les critiques anglaises redoublent sous Clément V avec la levée des annates. À Carlisle en 1307 et à Stamfort en 1309, le Parlement, à l'initiative des Communes, attaque les bénéfices détenus par les étrangers. L'avènement du français Clément VI (1342-1352), alors que les hostilités de la guerre de Cent Ans sont engagées, provoque une nouvelle dégradation dans les relations entre l'Angleterre et Avignon. Poussé par le Parlement, Édouard III finit par se rallier à la politique hostile à la Papauté et aux clercs étrangers pourtant peu nombreux. Après diverses dispositions discriminatoires, il édicte des mesures politiques radicales : le Statute of Provisors de 1351 suspend les collations pontificales dans son royaume et le statut Praemunire de 1353 interdit le recours à la juridiction apostolique. Ainsi, les clercs étrangers n'ont presque plus de moyens d'obtenir un bénéfice en Angleterre. Ces statuts furent périodiquement confirmés dans la seconde moitié du XIVe siècle et annoncent la réforme anglicane.

***

24Intégration relativement sereine en France, crispations continuelles en Angleterre, la nomination des bénéficiers italiens reflète les ambiguïtés de l'unité de la Chrétienté. La croissance numérique de leur groupe au XIIIe siècle illustre la montée en puissance de la monarchie pontificale et les mutations ecclésiologiques de l'Église latine. Le service de l'administration curiale qui œuvre pour le bien de tous prime sur celui de l'église diocésaine, voire celui du prince temporel. Mais l'épanouissement de cet idéal pontifical contredit le développement contemporain des monarchies modernisées dans un cadre national. Le choix entre le pape et le roi se faisait plus pressant au XIVe siècle. Perdant en outre leur rôle d'intermédiaires à la Curie après 1305, les Italiens avaient moins leur place en France, ils ne l'avaient plus en Angleterre. En 1378, le Schisme pouvait éclater, chacun était déjà rentré chez soi !

Notes

1 P. Sambin, « Un certamene dettatorio tra due notai pontifici (1260), lettere inedite di Giordano da Terracina e di Giovanni da Capua », Note e discussioni erudite a cura di Augusto Campana, 5 (1955), p. 26.

2 G. Barraclough, Papal provisions, Oxford, 1935 ; P. Montaubin, Le gouvernement de la grâce. La politique bénéficiale des papes du XIIIe siècle dans la moitié nord du royaume de France, thèse de doctorat, Université de Paris I, 1998 ; L. Caillet, La Papauté et l'Église de France. La politique bénéficiale de Jean XXII en France (1316-1334), Rouen, 1975 ; B. Guillemain. La politique bénéficiale de Benoît XII (1334-1342), Paris, 1952.

3 Leur condition juridique différait donc sensiblement de celle des étrangers laïques ; cf. C. Billot, « L'assimilation des étrangers dans le royaume de France aux XIVe et XVe siècles », RH, 270 (1983), p. 273-296.

4 Synthèse et bibliographie dans A. Paravicini Bagliani, « La suprématie pontificale », dans Histoire du christianisme, A. Vauchez dir., vol. V, Paris, 1993, p. 575-576.

5 Parmi les récents ouvrages d'ensemble : Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Age à l'époque moderne, R. Babel, J.-M. Moeglin dir., Sigmaringen, 1997.

6 J. Sayers, Papal government and England during the pontificate of Honorius III (1216-1227), Cambridge, 1984, p. 182.

7 C.R. Cheney, Pope Innocent III and England, Stuttgart, 1976, p. 84, 91-94 ; J.R. Wright, The Church and the english Church (1305-1334), Toronto, 1980, p. 119-124.

8 C.R. Cheney, Pope Innocent III..., op. cit. n. 7, p. 94-96.

9 D. Lohrmann, « Pierre Lombard, médecin de Saint-Louis, un Italien à Paris et ses maisons du Quartier Latin », dans Septième centenaire de la mort de Saint-Louis, Paris, 1976, p. 165-181.

10 Nous avons ici la place de renvoyer uniquement aux listes de chanoines dans J. Le Neve, Fasti Ecclesiae Anglicanae (1066-1300), 5 vol. et (1300-1541), 12 vol., et dans les Fasti Ecclesiae Gallicanae (1200-1500), 4 vol. parus depuis 1996, à compléter avec les multiples monographies capitulaires.

11 La situation décrite par L. Caillet sous Jean ΧΧII (La Papauté et l'Église de France..., op. cit. n. 2, p. 301-302) s'inscrit dans la continuité de ce qui s'est mis en place au XIIIe siècle.

12 Pietro da Collemezzo (archevêque de Rouen, 1236-1244), Gregorio da Napoli (évêque de Bayeux, 1274-† 1276), Gerardo Pigalotti da Paliano (évêque d'Arras 1295-† 1316), Egidio da Roma (archevêque de Bourges, 1295-† 1316), Andrea Ghini da Firenze (évêque d'Arras, 1229-1234, puis de Tournai, 1334-1342). Pandolfo Verraclo (évêque de Norwich, 1214† 1226 ; Cf. N. Vincent, « The election of Pandulph Verraclo as bishop of Norwich [1215] », Historical research, 68 [1995], p. 143-160), Simone di Apulia, (évêque d'Exeter, 1214† 1223).

13 C.R. Cheney, Pope Innocent III..., op. cit. n. 7, p. 90-91 ; L. Caillet, La Papauté et l'Église de France..., op. cit. n. 2, p. 301 ; W.A. Pantin, The english Church in the fourteenth century, Cambridge, 1955, p. 59.

14 C.R. Cheney, Pope Innocent III..., op. cit. n. 7, p. 84, 89 ; J. Sayers, Papal government and England..., op. cit. n. 6, p. 177, 187.

15 Une vingtaine d'Italiens sur 350 bénéficiers en France septentrionale sous Urbain IV (1261-1264).

16 P. Dupuy, Histoire du différend d'entre le pape Boniface VIII et Philippe le Bel roy de France..., Paris, 1655, p. 64.

17 Toutes les prosopographies capitulaires confirment cette tendance. Sous Jean XXII (1316-1334), 469 grâces bénéficiales pour des Italiens en France sur 16 773 (L. Caillet, La Papauté et l'Église de France..., op. cit. n. 2, p. 299) ; une cinquantaine sur 1 396 sous Benoît ΧΠ (1334-1342) (B. Guillemain, La politique bénéficiale de Benoît XII..., op. cit. n. 2, p. 58-59, 146). Pour l'Angleterre : J.R. Wright, The Church..., op. cit. n. 7, p. 36, 285-308. Sur les Italiens à la curie avignonnaise : B. Guillemain, La cour pontificale d'Avignon (1309-1376), Paris, 1962, p. 469-476.

18 Les abondantes sources anglaises (Calendar of patent rolls, registres épiscopaux, etc.) fournissent de précieux renseignements sur leurs déplacements.

19 Entre 1198 et 1303 : 3 sur 29 à Bayeux, 9 sur 46 à Chartres, 14 sur 56 à Laon, 17 sur 45 à Paris, 10 sur 45 à Reims, 10 sur 29 à Tournai.

20 C. Billot, « Landolfo Colonna, chanoine de Chartres... », dans Monde médiéval et société chartraine, J.R. Armogathe dir., Paris, 1997, p. 301-307.

21 E. Hautcoeur, Histoire de l'église collégiale et du chapitre Saint-Pierre de Lille, I, Lille, 1896, p. 164-166 ; Id., Cartulaire de l'église... Lille, Lille, 1894, I, p. 376 no 519, p. 383 no 533, p. 537 no 751, p. 553 no 783, p. 555 no 784, p. 563 no 796 ; Id., Documents liturgiques et nécrologiques... Lille, Lille, 1895, p. 151, 152, 162, 191-192, 230, 233, 237.

22 G. Brunei, « Un Italien en France au XIIIe siècle. Galien de Pise... », dans Histoires d'archives. Recueil d'articles offert à Lucie Favier, Paris, 1997, p. 249-275.

23 Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. II : Diocèse de Rouen, V. Tabbagh dir., Turnhout, 1998, p. 173.

24 Les registres d'Urbain IV, J. Guiraud éd., Paris, 1899, no 707 ; A. Paravicini Bagliani, « Gregorio da Napoli, biografico di Urbano IV », Römische Historiche Mitteilungen, 11 (1969), p. 59-78.

25 Parmi de nombreux exemples en Angleterre : Pandolfo Verraclo dans les années 1200-1225, Giffredo da Vezzano, chanoine de Cambrai, collecteur de taxes apostoliques dans les années 1280-1290 ; en France : Pietro Colonna, chanoine de Paris, dans les années 1220-1230, Grimerio da Picenza, trésorier de Bayeux, dans les années 1290-1300, etc.

26 Exemple d'Egidio († 1233-38), frère de l'évêque de Norwich Pandolfo (Cf. N. Vincent, « The election of Pandulph... », op. cit. n. 12, p. 154-156).

27 Rappelons le célèbre exemple de Robert Grosseteste qui, en 1253, refusa pour des raisons pastorales de concéder une prébende dans sa cathédrale de Lincoln à Federico di Lavagna, neveu d'Innocent IV ; cf. L. Boyle, « Robert Grosseteste and the pastoral care », dans Medieval and Renaissance studies, 8 (1979), p. 3-51.

28 Exemples pour le premier tiers du XIVe siècle : J.R. Wright, The Church..., op. cit. n. 7, p. 129-135 (tracasseries de l'administration royale), 318-332.

29 J. Sayers, Papal government and England..., op. cit. n. 6, p. 189 ; L. Boyle, « Robert Grosseteste... », op. cit. n. 27.

30 G. Campbell, « The protest of Saint Louis », Traditio, 15 (1959), p. 351-383.

31 P. Dupuy, Histoire du différend..., op. cit. n. 16, p.61-71 ; J. Coste, Boniface VIII en procès, Rome, 1995, p. 234-238.

32 Remises en perspective avec les difficultés chroniques rencontrées au cours du XIIIe siècle et encore au XIVe siècle, l'impact de la crise entre le pape et le roi semble bien négligeable. Il convient donc de nuancer l'analyse de J. Coste, A. Paravicini Bagliani, « Ecclesiastici italiani canonici in Francia al tempo di Bonifacio VIII », dans Échanges religieux entre la France et l'Italie du Moyen Âge à l’époque moderne, M. Maccarrone, A. Vauchez dir., Genève, 1987, p. 45-62.

33 L. Caillet, La Papauté et l'Église de France..., op. cit. n. 2, p. 380-400.

34 T. Eckert, « Nichthäretische Papstkritik in England vom Beginn des 14. bis zur zweiten Hälfte des 15. Jahrhunderts », Annuarium historiae conciliorum, 23 (1991), p. 116-359 ; J.R. Wright, The Church..., op. cit. n. 7, p. 237-238.

35 H. Mackenzie, « The anti-foreign movement in England, 1231-1232 », dans Haskins anniversary essays, C.H. Taylor dir., Boston, 1929, p. 182-203.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540