Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger au Moyen Âge

Les peuples étrangers dans l’idéologie impériale

Scythes et Occidentaux

Élisabeth Malamut

Texte intégral

La théorie ethnique ou nationale des sociétés humaines

Un traité diplomatique unique de théorie ethnique au milieu du Xe siècle

  • 1 À ce sujet, voir T. Lounggis, Constantin VII Porphyrogénète, De administrando imperio à son fils R (...)

1Entre 948 et 952 un empereur, Constantin VII Porphyrogénète écrit un traité sur les nations et les peuples étrangers qu'il destine à son fils et successeur pour bien gouverner : le De administrando imperio1.

  • 2 De administrando imperio, G. Moravscik, R.J.H. Jenkins éd. et trad., 2 vol., Washington D.C., 1967 (...)
  • 3 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 13, 1. 175-178.

2De cet ouvrage conçu comme un manuel diplomatique dans sa première partie et comme une encyclopédie ethnologique dans la seconde, le chapitre 13 constitue le pivot central2. Il est, en effet, consacré aux réponses que l'empereur doit donner aux requêtes des nations du Nord, appelées Scythes, selon des critères strictement idéologiques. L'idée fondamentale est celle de la division de l'humanité en nations (ethnè) distinctes, régulées par leur propre organisation sans possibilité de communication : « Les nations ayant des mœurs, des lois et des institutions différentes, chacune doit consolider celles qui lui sont propres et rejeter les associations qui tendent au mélange des hommes »3.

  • 4 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 13, 1. 178-185.
  • 5 Les ennemis qui font alors la guerre à Byzance sont d'une autre race (cdlophyloi ou allogeneis). I (...)
  • 6 La partie diplomatique du De administrando imperio (op. cit. n. 2) est consacrée en priorité aux r (...)
  • 7 Ils passent le Danube en 1046 et en 1077, maîtres de la Macédoine, ils s'avancent jusqu'à la côte (...)

3Une théorie ethnique est alors exposée et argumentée à partir de la loi naturelle : « de même que chaque animal se mêle à ses congénères, de même chaque nation a le devoir d'unir par le mariage ceux de même race (homogenos) et de même langue (homophônos) et non ceux d'une autre race (allophylos) et d'une autre langue (alloglôssos). Car de là naissent l'harmonie de pensée (homophrosynè) et de discours, des conversations amicales et une vie commune. En revanche des mœurs étrangères (allotria ethè) et des lois différentes sont propres à engendrer des inimitiés, des disputes, des haines et des révoltes »4 Jouant sur le vocabulaire de l'altérité en opposition à celui de l'identité, c'est-à-dire sur les composés d'allos par rapport aux composés de homos, Constantin VII et les chroniqueurs postérieurs du XIe siècle5 ont focalisé la théorie politique de l'altérité ethnique sur les Petchénègues. La raison en est certes politique et circonstancielle, puisque les Petchénègues6, après avoir joué un rôle important dans les guerres byzantino-bulgares, ont menacé l'existence même de l'empire7.

Les peuples du Nord comme représentation idéale de la théorie ethnique

  • 8 H. Ahrweiler, « Byzantine Concepts of the Foreigner : The case of the Nomads », dans Studies on th (...)

4En dehors des événements précis évoqués, il est certain que la représentation à cette époque des Petchénègues se fonde sur l'opposition dans l'idéologie byzantine entre l'oikouménée, c'est-à-dire la terre habitée et civilisée coïncidant idéalement avec l'empire, et les Barbares aux marges du monde civilisé. Cette conception a toujours trouvé son support dans l'altérité des peuples du Nord8 et son expression à travers un ensemble de critères caractéristiques.

  • 9 Constitution XVIII sur les peuples étrangers dans : PG 107, col. 956.
  • 10 Ibid., c. 43.
  • 11 Ibid., c. 45.
  • 12 Ibid., c. 46.
  • 13 Texte et traduction allemande dans : Maurikios, Dos Strategikon des Maurikios, G.T. Dennis, E. Gam (...)
  • 14 Maurice, Stratégikon, XI. 2, 6-7 : « Les ethnè scythes sont d'une nature unique, pour ainsi dire, (...)

5On relèvera d'abord le tempérament de ces peuples et leur mode de vie, comme il est dit dans les Taktika de Léon VI, ouvrage sur l'art militaire de la fin IXe-début Xe siècle9 : « les ethnè scythes sont d'une nature unique, primitifs et inactifs, ils vivent en nomades. Seules, parmi eux, les nations bulgares et turques (c'est-à-dire hongroises) se soucient de l'organisation militaire »10 ou encore « au sujet de l'ethnos des Turcs, les Bulgares s'en différenciant quelque peu, c'est un ethnos très peuplé et libre »11 et enfin « ils résistent à la chaleur et au froid et au manque du nécessaire et vivent une vie nomade »12 Léon VI reprend ici mot pour mot le Stratègikon de Maurice de la fin du VIe-début VIIe siècle13 sous le chapitre intitulé : « Comment il faut se comporter avec les Scythes, c'est-à-dire les Avars, les Turcs et le reste des ethnies hunniques qui vivent comme eux »14.

  • 15 Constitution XVIII, op. cit. n. 9, c. 46.
  • 16 Ibid.,c. 47.
  • 17 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 13, 1. 24-28, 73-75, 104-110.

6Il s'agit ensuite de leur organisation politique : « les ethnè scythes sont organisés de façon monarchique et leurs chefs s'imposent par la crainte et non par l'amour », dit Léon VI en reprenant là encore le Stratègikon15. Enfin ils sont impies et ont une soif insatiable d'argent16. Au Xe siècle, les requêtes des peuples du Nord avaient augmenté et touchaient notamment des privilèges impériaux (couronnes, vêtements royaux, feu grégeois et même mariages princiers)17, ce sont celles-là qui sont dénoncées par Constantin VII.

La rupture ou la christianisation des peuples étrangers

7L'idéologie byzantine vis-à-vis des peuples étrangers était donc marquée par l'attachement viscéral des Byzantins au passé, qui leur fait emprunter aux textes anciens jusqu'à recopier ceux-ci en changeant simplement le nom des peuples : ainsi les Turcs et les Avars du Stratègikon sont-ils devenus les Turcs et les Bulgares de Léon VI. Cette idéologie subit néanmoins une profonde mutation avec la christianisation de ces peuples.

  • 18 Constitution XVIII, op. cit. n. 9, c. 42.
  • 19 Théophane Continué, p. 164-165 ; Nicolas I Patriarch of Constantinople, Letters, R.J.H. Jenkins, L (...)

8Cette mutation est tout à fait visible dans les Taktika. Alors que les chapitres concernant les Turcs, c'est-à-dire en ce temps les Hongrois, sont identiques au développement du Stratègikon, des chapitres nouveaux sont ajoutés18, qui révèlent la difficulté d'admettre que Byzance ait été alliée aux Hongrois dans une guerre contre le peuple récemment baptisé des Bulgares. La question qui se pose à Léon VI est de justifier le massacre de chrétiens par des chrétiens. Ses arguments reposent d'abord sur la violation par les Bulgares de la paix éternelle promise lors du baptême de Boris. Les sources de l'époque, en particulier le patriarche Nicolas Mystikos19, reviennent à plusieurs reprises sur ce serment mutuel prêté par les Romains et les Bulgares dont elles attestent à la fois l'authenticité et sa transgression par le seul souverain bulgare Syméon. Violant donc les traités de paix, les Bulgares ont pillé la Thrace et, par la justice du Christ, ils ont alors reçu le châtiment. En effet – si l'on en croit Léon VI–, alors que les Romains étaient occupés avec les Saracènes, la divine Providence a armé le bras des Hongrois à la place des Romains contre les Bulgares, la flotte romaine ne servant qu'à leur faire traverser le Danube. La justice divine a envoyé des bourreaux pour que les Romains chrétiens n'aient pas à verser le sang des Bulgares chrétiens contre leur volonté.

  • 20 Lettre no 9, op. cit. n. 19, p. 55.
  • 21 Lettre no 23 (922). op. cit. n. 19, p. 160.

9S'il est légitime de voir en Léon VI, qui avait appelé les Hongrois à l’aide et qui par la suite traita séparément avec les Bulgares en abandonnant ses alliés, un casuiste avant l'heure, il n’en reste pas moins que le cas de conscience posé par la guerre entre chrétiens suscita un problème moral aigu chez les contemporains. Nicolas Mystikos déjà cité mentionne l'œuvre du Diable « qui a contribué au si grand massacre de l'héritage du Christ, un massacre perpétré par des mains qui ne sont pas impures ou instruites à servir l'impiété, mais rendues pures par le baptême du Christ, qui s'élevaient vers le Père céleste, et fortifiées par le signe de la croix contre la malice du Diable »20. On comprend pourquoi Léon VI préférait éluder la présence de soldats romains face aux Bulgares. Néanmoins, il s'agit de justifier le massacre des Bulgares chrétiens et cela ne se peut sans la justice divine. La même idée est reprise par Nicolas Mystikos quelques années plus tard quand il justifie l'aide apportée aux intérêts byzantins par les nations impies, Turcs, Alains, Petchénègues, Russes ou autres génè scythes pour la destruction complète du génos bulgare : « la destruction de tant d'églises, de tant de palais épiscopaux, le massacre des prêtres, la souillure des vierges, l'offense faite aux moines, tout cela comment Dieu le supportera-t-il ? Cela témoignera de ce que Dieu qui a tant œuvré pour la christianisation des Bulgares les abandonne parce qu'ils ne veulent pas cesser la guerre »21.

La nouvelle représentation des peuples étrangers devenus chrétiens

10Quelle que soit néanmoins l'argumentation développée pour justifier la guerre, on ne peut nier qu'une rupture se produit à l'époque étudiée dans la représentation byzantine des peuples du Nord récemment christianisés. On pourrait même parler de crise de conscience. Il fallait résoudre le problème de mener la guerre contre des chrétiens, d'autant qu'en devenant chrétiens, ces peuples s'étaient transformés.

  • 22 Jean Mauropous, Discours 182, dans Ioannis Euchaitorum metropolitae quae in codice Vaticano graeco (...)

11Nous touchons ici un point essentiel de la théorie ethnique byzantine qui est fondée sur un système de valeurs et de contre-valeurs lié à la romanité christianisée. Ces deux notions de romanité et de christianisation sont indissociables. Ainsi, le peuple étranger christianisé ne peut plus être barbare, il acquiert nécessairement et immédiatement les valeurs romaines et vice versa : un peuple romanisé devient immédiatement chrétien. Le discours de Jean Mauropous22 sur le passage du Danube par les Petchénègues est à cet égard un texte exemplaire de cette logique conceptuelle.

  • 23 J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Travaux et Mémo (...)
  • 24 Jean Mauropous, Discours 182, op. cit. n. 22 ; J. Lefort, « Rhétorique et politique... », op. cit.(...)

12Pendant l'hiver 1046, une foule entière de Petchénègues traversa le Danube gelé et l'armée byzantine d'Occident envoyée par Constantin Monomaque fut mise en infériorité par l'importance de l'invasion. L'empereur, adoptant la solution qui lui paraissait la plus avantageuse, décida d'établir les Petchénègues dans l'empire et leur distribua des terres. De nombreux chefs furent baptisés en même temps qu'ils recevaient honneurs et dignités. Cette politique pacifique, qui résultait à la fois de la contrainte des événements et de la volonté de l'empereur, est interprétée comme une victoire miraculeuse par Jean Mauropous en 104723. Et il nous raconte le processus qui lia les événements et aboutit à la double conversion des Petchénègues. Au cœur du combat la croix du Christ est, en effet, apparue à l'empereur comme elle était apparue au Grand Constantin : « Alors ces allogènes qui parlaient une langue étrangère et avaient une apparence étrange, cette nation sans foi ni loi, cette race scythe, nomade, de mœurs sauvages, qui vivait et se nourrissait de façon infâme et impure, ces hommes qui n'étaient dignes de rien, qui ne connaissaient ni raison, ni loi, ni foi, qui ne se conformaient à aucune forme de gouvernement, ne se liaient entre eux par aucun lien visant à assurer la concorde (homonoia), mais doués et habiles à dévaster un pays, à y faire des incursions subites, à faire du butin, à répandre le crime par les mains souillées de meurtre pour tout ce qu'elles touchent, ont été subitement frappés par la peur. La peur a transformé des bêtes sauvages en hommes sensibles. Ils ont jeté leurs armes, ils ont supplié l'empereur pour sa miséricorde et, ayant reçu le signe de la grâce et l'enseignement par l'empereur de la connaissance de Dieu, ils ont été baptisés »24.

  • 25 É. Malamut, « L'image byzantine des Petchénègues », Byzantinische Zeitschrift, 88 (1995), p. 123.

13Dieu a œuvré pour la soumission des Petchénègues à l'empereur, à la justice et à la loi, et l'empereur a joué un rôle d'intermédiaire pour la christianisation des Petchénègues. Ils sont venus à Dieu par la grâce, mais aussi par l'enseignement de l'empereur, imitateur du Christ25.

L'intégration des peuples étrangers

  • 26 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 24 (922-923), p. 169 : « le génos commun des Bulgares et des (...)
  • 27 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 9 (août-début septembre 917), p. 65.
  • 28 Agapetis Diakonos, Der Fürstenspiegel für Kaiser Justinianos, R. Riedinger éd., Athènes 1995.

14Nous avons analysé la représentation byzantine des sociétés humaines, leur division en nations (ethnè) et en races ou lignées (génè), le premier terme désignant un ensemble de gens vivant sur un territoire et soumis à une même organisation éthique, sociale et politique, le second faisant davantage référence à une ascendance ou à un lignage. Quand il désigne un peuple, je traduirais volontiers le terme génos par race, quand il désigne un individu, il s'agit d'un lignage. Quand il désigne les chrétiens, il s'agit d'une famille26. Néanmoins cette famille n'est pas toujours rassemblée. Aussi peut-il y avoir plusieurs familles (génè) de chrétiens. Mais ces familles ont un seul corps, la foi, une seule tête, le Christ27, et c'est pourquoi leurs membres doivent être en harmonie. L'empereur des Romains, représentant du Christ dans le royaume terrestre, est le souverain suprême. Selon le Diacre Agapet, qui prodigua ses conseils à Justinien au VIe siècle, dans un ouvrage que l'on assimile à un Miroir des Princes byzantin28, l'empereur a été placé par Dieu au gouvernail d'un État comprenant la terre entière. Cet État doit être gouverné sur le modèle du royaume céleste. Pour Byzance, il y avait donc deux façons d'intégrer les peuples étrangers païens dans le génos des chrétiens, selon qu'ils étaient à l'intérieur de l’empire ou bien à l'extérieur. Dans la première solution, ils deviennent chrétiens et romains, dans la seconde, ils deviennent chrétiens sous la suzeraineté byzantine et leur prince prend place à l'intérieur d'une grande famille dont l'empereur est le père. Une place ambiguë est réservée aux peuples étrangers occidentaux dans la mesure où, étant chrétiens et descendants de l'empire romain, ils sont les égaux des Byzantins mais, étant de culture barbare, ils ont bien des points communs avec les peuples du Nord.

La christianisation et l'intégration des Barbares dans l'empire

  • 29 Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, I. Thurn éd., Berlin-New York, 1973 (CFHB, V), p. 310.
  • 30 Ibid., p. 468 ; É. Malamut, « L'image byzantine des Petchénègues... », op. cit. n. 25, p. 125. Sur (...)
  • 31 V. Tapkova-Zaïmova, « Les Mixobarbares et la situation politique et ethnique au BasDanube pendant (...)
  • 32 Ils étaient perçus comme des « sous-Byzantins » ; voir H. Ahrweiler, « Citoyens et étrangers dans (...)
  • 33 Jean Mauropous, Discours 182, op. cit. n. 22, p. 144 ; voir à ce sujet V. Tapkova-Zaïmova, « Quelq (...)
  • 34 Les termes juridiques utilisés pour les fédérés aux VIe-VIIe siècles furent remis à l'ordre du jou (...)

15Lors de la reconquête byzantine de l'espace danubien sur les Bulgares en 972, l'empereur Jean Tzimiskès eut une politique volontariste de romanisation, voulant « rendre les forteresses du Danube aux Romains, qu'ils fussent chefs d'armée, soldats ou commerçants »29. En fait, ceux-ci se mêlèrent à la population locale jusqu'à l'arrivée dans les années vingt du XIe siècle des Petchénègues, qui se mêlèrent à nouveau aux populations locales. On rapporte qu'en 1049 un chef petchénègue du nom de Koulinos reconnut sur le champ de bataille de Diakene un chef byzantin gravement blessé appelé Kékauménos. Il savait, en effet, qui était ce général byzantin « depuis le temps où il commandait les phrouria du Danube et depuis le temps où les génè s'étaient mêlés les uns aux autres »30. Ces races mêlées du Danube, Slaves, Bulgares, Romains, Petchénègues, et plus tard, Ouzes, Valaques et Albanais, les contemporains les appelaient Mixobarbares31. Les Mixobarbares n'avaient pas un génos de même rang que les Romains32. Ils n'étaient plus des étrangers et ils n'étaient pas perçus comme des Romains. Nous n'avons de renseignement que pour le statut juridique et administratif des chefs. Il est dit qu'ils s'établissaient dans l'empire en faisant acte de soumission par traité (hypoptôsis enspondos), en reconnaissant leur servitude, en renonçant aux impôts et aux revenus des villes, en déposant leur propre puissance entre les mains de la puissance romaine33 : en clair, ils se soumettaient à la loi romaine, ne créaient pas d'État autonome à l'intérieur de l'empire et devenaient les fidèles serviteurs de l'empereur34.

Les limites de l'intégration des étrangers dans l'empire : les facteurs de résistance, les solutions adoptées

  • 35 Attaliate, p. 204.
  • 36 À côté des grandes villes, il existait désormais des epauleis, c'est-à-dire des communautés dont l (...)

16Cette politique d'intégration eut des limites qui furent, me semble-t-il, plus culturelles qu'idéologiques. Selon les propos d'Attaliate concernant les villes du Danube, la caractéristique principale des populations de cette région était justement leur diversité linguistique35 : Byzance était parvenue à baptiser ces populations et à les soumettre à la loi romaine, mais non à les helléniser. Cet échec de l'hellénisation n'était pas seulement perceptible au niveau de la langue, mais aussi au niveau de l'acculturation. Ainsi les Petchénègues, en s'établissant au-delà du Danube, transmirent-ils aux populations déjà établies, y compris les Romains, leur mode de vie, c'est-à-dire une certaine forme de nomadisme36.

17Cette hellénisation manquée explique également que les Latins, si nombreux au XIIe siècle comme mercenaires dans l'armée byzantine, remplissant parfois les fonctions de généraux en chefs et même de conseillers et de diplomates de l'empereur sous le règne de Manuel Ier Comnène, ne se soient pas intégrés dans la société byzantine si ce n'est de façon infime.

  • 37 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 26. Le mariage fut conclu en 944 et la princesse mouru (...)
  • 38 De Cerimoniis, II, p. 691.
  • 39 Anne Comnène, Alexiade, B. Leib éd., Paris, 1967, II, p. 209.

18Or, contrairement aux peuples scythes, il n'y avait pas pour les Francs de discrimination idéologique concernant le rang de leur génos. Dans la conception chrétienne et universaliste du pouvoir impérial perpétuée au Xe siècle, l'Occident christianisé était en quelque sorte mis à part. Après toute la controverse du VIIIe siècle, qui avait opposé Irène l'Athénienne à Charlemagne sur la titulature impériale, il y avait eu de la part de Byzance une acceptation du fait accompli. Et l'on insistait désormais sur l'origine commune romaine des deux parties du monde et sur la descendance de Charlemagne pour justifier les mariages. Ainsi, dans le chapitre 13 du De administrando imperio, les Francs font-ils partie de la famille romaine et chrétienne et les mariages peuvent-ils être conclus avec eux, leurs lignages étant illustres et renommés. Rappelons que Romain II, le fils de Constantin VII, fut marié à Berthe-Eudocie, fille d'Hugues d’Arles, l'un des descendants de Charlemagne, roi d’Italie en 92637. Dans le De Cerimoniis, les rois francs sont appelés « frères »38. Un siècle et demi plus tard, Anne Comnène dit de Godefoy de Bouillon qu'il était d'illustre génos39.

  • 40 Kekaumenos, Strategikon, D. Tsougkarakis éd., 1993, p. 250-252 ; P. Lemerle, Prolégomènes à une éd (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 Lorsqu'à la fin du XIIIe siècle, les Italiens devinrent les seuls maillons économiques de l'empire (...)
  • 43 Le normand Odon Stigand II fut à la fois interprète et médecin à la cour byzantine entre 1057-1060 (...)
  • 44 E. Amsellem, Les Occidentaux à Byzance 1025-1204, op. cit. n. 43, p. 176-179.

19Et pourtant, même ceux qui étaient de génos royal, qui servaient l'empereur en faisant serment de mourir pour lui, comme Pierre, le neveu de l'empereur de Francie, au service de Basile II en 979, restaient des ethnikoi (étrangers) et, pour ne pas « rabaisser les Romains »40, Pierre ne put être nommé stratège. Un siècle plus tard, Kékauménos, l'auteur des Conseils à l'empereur, rappelait qu'il ne fallait pas conférer de grandes dignités ni de grands commandements aux étrangers, en citant justement en exemple la politique de Basile II41. Pourtant les temps ont changé et Kékauménos lui-même concède que les étrangers, sous-entendus les mercenaires occidentaux, jouiront d'exceptions s’ils sont de sang royal. Il est vrai que désormais les empereurs distribuaient assez largement les dignités et les charges aux Occidentaux. Plus tard, au-delà de l'époque concernée, certains Latins bénéficièrent d'un statut politique égal à celui des Romains par l'acquisition de l'égalité des droits42, mais le fossé entre Occidentaux et Byzantins resta d'ordre culturel et religieux. Il ne s'agissait pas tant de la connaissance de la langue grecque, partagée par nombre d'Occidentaux surtout quand ils se trouvaient au service de l'empereur43, que du refus par les Occidentaux de l'hellénisation à travers l'orthodoxie. Et finalement il y eut très peu de mariages mixtes à Byzance, en dépit des mariages des empereurs avec des princesses latines pour des raisons strictement politiques. Une étude récente a montré que, sur un échantillon étudié de quatre-vingt-quatre Latins au service de Byzance de 1025 à 1204, trois familles seulement s'étaient assimilées44.

  • 45 Anne Comnène, op. cit. n. 39, II, p. 207.
  • 46 Que ce soit Roussel de Bailleuil ou Robert Guiscard ; cf. Anne Comnène, op cit n 39 I p. 10, 37.
  • 47 Ibid., II, p. 228-229 ; IIΙ, p. 125-139 ; Kinnamos, p. 35.

20En dépit de l'idéologie officiellement exprimée suivant laquelle les Latins étaient aussi des Romains et de lignée de même rang, ils sont perçus comme des « Barbares » par les Byzantins à partir de la fin du XIe siècle. Les circonstances politiques extrêmement graves pour Byzance qu'ont pu successivement représenter le péril normand et la Première croisade ont certainement modifié la représentation qu'en avait Constantin VII au milieu du Xe siècle. Anne Comnène parle du génos des Barbares45 qui s'ébranle des pays compris entre l'autre rive de l'Adriatique et les colonnes d'Hercule lors de la Première croisade. Il est intéressant d'examiner précisément la portée politique de ce concept appliqué aux Latins. Le terme « Barbares » est toujours accompagné des qualificatifs de présomption, d'avidité de pouvoir, d'orgueil, de cupidité, partageant en cela une qualité scythe. Mais le plus grave est leur propension à devenir des tyrans46. Leurs critères culturels et religieux empêchaient les Latins de s'intégrer dans la société byzantine et, en même temps, ces critères représentaient une grave menace, car ils les justifiaient de vouloir imposer leur tyrannie, c'est-à-dire de vouloir usurper l'empire. Il fallut par conséquent créer des rapports qui puissent les lier à l'empereur et qui soient d'une autre nature que ceux qui liaient l'empereur à ses sujets byzantins. Ces rapports devaient être reconnus par les deux parties et surtout par les Latins : ce fut le serment d'homme lige de l’empereur prêté par Godefroy de Bouillon, Raoul et autres chefs croisés en 1096, par Bohémond à Dévol en 1108, par Raymond de Poitiers en 114547.

La filiation spirituelle des princes étrangers : l'exemple bulgare

21Vis-à-vis d'un État voisin et menaçant, comme l'était la Bulgarie depuis la fin du VIIe siècle, et que l'empire avait tout intérêt à intégrer dans sa sphère politique et religieuse pour un ensemble de raisons intérieures et extérieures, Byzance adopta le système de la filiation spirituelle.

  • 48 De cerimoniis, p. 681.
  • 49 D'après le Continuateur de Théophane, Boris converti aurait écrit à la despoina Théodora en lui de (...)
  • 50 V. Beševliev, Dieprotobulgarischen Inschriften, Berlin, 1963, p. 175.
  • 51 En témoigne la lettre de Photius à Boris (866) : « pour notre fils spirituel [...] archôn de Bulga (...)
  • 52 Ce que Boško Bojovic appelle la « symphonie » des deux pouvoirs dans l'État médiéval serbe ; cf. B (...)

22En baptisant en 864 le prince bulgare Boris, Byzance l'intégra dans la famille pyramidale des princes chrétiens dont l'empereur représentait le sommet. Dans l'esprit des Byzantins, le prince, en reconnaissant dans l'empereur byzantin son père spirituel48, reconnaissait implicitement sa subordination et la soumission de sa nation, gage de la paix éternelle entre les deux États49. En outre, Byzance espérait par sa politique de christianisation des Slaves fondre ceux-ci dans l'universalité de son pouvoir à l'intérieur même de ses frontières, d'autant qu'elle n'avait pas renoncé à réintégrer la Bulgarie, territoire considéré comme usurpé à l'empire. L'idéologie byzantine se heurta ici à la propre idéologie du prince bulgare, qui voyait dans la christianisation le moyen d'intégrer justement dans son État les Slaves qui en étaient jusqu'à présent exclus par l'élite protobulgare. Or, il réussit à attirer également les Slaves situés au-delà de ses frontières, grâce aux missionnaires et fondateurs de l'Église bulgare, Clément d'Ohrid et Naum, qui diffusèrent et enseignèrent la liturgie slave et furent à l'origine de la littérature slavonne. Par ailleurs, Boris continua de porter le titre d'« archôn par la grâce de Dieu »50 que portaient les souverains à l'époque protobulgare, ce qui signifiait que son élection était d'origine divine et que son pouvoir restait souverain51. Très rapidement des conflits surgirent avec Byzance au sujet de la reconnaissance d'une Église bulgare, qui amenèrent Boris à se tourner vers la papauté pour obtenir cette hiérarchie écclésiastique que lui refusait Byzance. Car, le pays étant désormais christianisé, il ne pouvait y avoir de souverain indépendant sans une Église indépendante, les deux institutions étant liées dans une symbiose et une « harmonie » propres aux États orthodoxes52. Byzance en était consciente, et c'est pourquoi elle ne finit par accepter l'autonomie de l'Église bulgare qu'en 870, aiguillonnée par les prétentions de Rome sur ladite Église.

  • 53 Théodore Daphnopatès, Correspondance, J. Darrouzès, L.G. Westerink éd., Paris, 1978, p. 72 : « Car (...)
  • 54 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 16, p. 111.
  • 55 Ibid., lettre no 19 (printemps-été 921), p. 129.
  • 56 Ibid.
  • 57 Nous avons, en effet, l'exemple des princes serbes à partir de la fin du XIIe siècle qui, mariés à (...)
  • 58 De administrando imperio, op. cit. n. 1, c. 13, 1. 175.

23Quand Byzance se trouva confrontée quelques décennies plus tard aux prétentions universalistes de Syméon de Bulgarie, fils de Boris, il lui fallut manier une argumentation idéologique capable de contrebalancer l'acception issue de la pratique courante et légitimée par une tradition séculaire selon laquelle le pouvoir suprême pouvait être usurpé par quiconque était élu de Dieu. Ainsi Byzance, en s'opposant à l’appropriation par Syméon du titre de « basileus des Romains », s’accrocha-t-elle aux arguments tirés de la théorie ethnique. Syméon, par sa filiation naturelle, par son génos, n'avait aucun droit légitime à ce titre53 et ne pouvait non plus prétendre à un mariage qui lui permettrait d'entrer dans le génos des Porphyrogénètes. Aussi le projet de mariage qu'on lui avait fait miroiter, quand il était encore sous les murs de la capitale en 913, entre Constantin, fils de Léon VI, et sa propre fille, fut-il écarté dès 914 avec le coup d’État qui renversa le patriarche Nicolas Mystikos, son interlocuteur de l'année précédente, et qui hissa au pouvoir Zoé, la mère du jeune empereur. En 920 l'accession au trône de Romain Lécapène, qui s'était d'abord proclamé le protecteur de Constantin et lui avait ensuite donné sa fille en mariage, ôta tout espoir à Syméon d'entrer dans le lignage porphyrogénète. On lui proposa le mariage avec une fille de Romain Lécapène, que l'on qualifia de « mariage impérial »54 et qu'il refusa avec hargne. Un an plus tard, Nicolas Mystikos lui disait ouvertement, dans sa correspondance, que jamais les puissants ni le peuple de l'empire romain ne le reconnaîtraient comme leur empereur55, car aux Bulgares les Romains pouvaient seulement donner de l'or, des vêtements et même des territoires, pratique qui, tout en étant avantageuse pour les Bulgares, ne lésait pourtant pas les Romains56. Allant plus loin encore dans le refus d'un quelconque lien avec l'empereur des Romains dont les Bulgares pourraient se prévaloir pour leurs prétentions et leur titulature57, Constantin VII, dans le fameux chapitre 13 du De administrando imperio, critiqua vertement le mariage entre Pierre, le fils de Syméon, et la petite fille de Romain Lécapène – union qui finit par se réaliser quelques années après la mort de Syméon-, parce qu'elle introduisait une innovation (kainotomia)58, chose toujours condamnable et mauvaise par nature dans la conception byzantine du respect des traditions et des lois. Ce mariage fut une transgression, même si les Bulgares étaient chrétiens, même s'il s'agissait, dans l'ordre, de la fille du troisième empereur, et c'est justement à ce propos que Constantin VII énonça la théorie des ethnies dont nous parlions au début de cet exposé.

  • 59 Théodore Daphnopatès, op. cit. n. 53, p. 72.
  • 60 Ibid. ; V. Zlatarski, Istorija..., op. cit. n. 51, p. 496.
  • 61 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 5, p. 32.

24La filiation spirituelle était donc théoriquement la seule qui pouvait être revendiquée par le prince bulgare, celle dont l'acte premier a été le baptême de Boris. Or, elle a été précisément transgressée quand Syméon s'est révolté contre l'empereur, en ne se contentant pas de sa propre « ration »59 : « Tu tenais le rang d'un fils, tu t'es évadé de cette filiation spirituelle » lui écrit l'empereur Romain Lécapène60. Dans le même esprit, Nicolas Mystikos, en évoquant la rupture des serments solennels, lui lance cette imprécation : « Peut-il être appelé encore chrétien, celui qui offense les terribles mystères du Christ ? »61.

  • 62 V. Zlatarski, Istorija..., op. cit. n. 51, p. 372 ; G. Ostrogorsky, « Die Kronung Symeons von Bulg (...)
  • 63 R.J.H. Jenkins, « The peace with Bulgaria (927) celebrated by Theodore Daphnopatès », Polychronion (...)

25Les Byzantins usaient néanmoins très subtilement de la hiérarchie spirituelle au sein de la pyramide des souverains dont l'empereur occupait le sommet. Et, concernant justement Syméon, il semble bien que l'entrevue de 913 entre le souverain bulgare et le patriarche Nicolas Mystikos – entrevue dont la teneur a été discutée par nombre d'historiens62–, a promu Syméon au rang de frère comme en témoigne un discours prononcé par le préposé à la chancellerie Théodore Daphnopatès en 927 pour célébrer la paix avec les Bulgares63.

  • 64 Nous sommes d'avis qu'il y eut un réel couronnement de Syméon lors de l'entrevue de 913 et non une (...)
  • 65 R.J.H. Jenkins, The peace..., op. cit. n. 63, p. 291.
  • 66 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettres no 23,1. 118 (922), no 25,1. 137 (922-923), no 30, 1. 49 (fin d (...)
  • 67 De cerimoniis, p. 690.

26Dans ce discours, Théodore expose comment, à la mort de l'empereur Léon VI, le prince Syméon, en brisant les accords de paix, en faisant preuve d'apostasie par une révolte ouverte et en profanant ses sceaux du titre d'« empereur des Romains », avait de facto renoncé à sa filiation spirituelle. Mais il ajoute qu'après son couronnement par Nicolas Mystikos64 « le frère repartit de la même façon qu'il était venu, laissant le sceptre à l'enfant »65. Par la suite, tant que Romain Lécapène eut en face de lui cet ennemi dangereux pour l'empire, toutes les lettres adressées à Syméon le nomment frère de l'empereur66. Après la mort de Syméon en 927, il semble bien que la fraternité spirituelle ait fait à nouveau place à la filiation comme il en était du temps du prince Boris et comme en témoigne le protocole67.

***

27Pour conclure, nous pensons avoir montré que Byzance avait construit au Xe siècle une véritable théorie ethnique des sociétés humaines, théorie reflétant une idéologie fondée depuis des siècles sur l'opposition entre Barbares et Romains. Mais, si les Byzantins la voulaient stable et immuable, les bouleversements démographiques à l'échelle mondiale et les transformations politiques des États étrangers ont contraint l'empire à adapter cette théorie ethnique. Les solutions furent diverses et originales : intégration par la romanisation, intégration dans la famille des chrétiens, intégration par divers serments directement liés à la personne impériale. Finalement, l'empire byzantin était une remarquable machine à intégrer. Il a néanmoins échoué dans l'acculturation qui, du Xe au XIIe siècle, commence à s'incarner dans la grécité orthodoxe.

Notes

1 À ce sujet, voir T. Lounggis, Constantin VII Porphyrogénète, De administrando imperio à son fils Romain [en grec], Thessalonique, 1990, p. 32-36. Dans cet article sont cités dans l'édition du Corpus de Bonn (Corpus scriptorum historiae byzantinae), Bonn, 1828-1897 : Attaliate, Constantin VII (De cerimoniis), Génésios, George le Moine Continué, Kinnamos, Theophane Continué, Zonaras.

2 De administrando imperio, G. Moravscik, R.J.H. Jenkins éd. et trad., 2 vol., Washington D.C., 1967 (CFHB, I).

3 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 13, 1. 175-178.

4 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 13, 1. 178-185.

5 Les ennemis qui font alors la guerre à Byzance sont d'une autre race (cdlophyloi ou allogeneis). Ils s'opposent ainsi à tous les Byzantins, qui sont de même race (homophyloi), même s'ils sont souvent étrangers au pays où ils habitent (xénoi). Voir le reproche d'Attaliate, repris par le Continuateur de Skylitzès, fait à Nicéphore Bryennios de se montrer lâche envers les Petchénègues, et vantard envers les Romains ; cf. Attaliate, p. 262 ; Ioannis Skylitzès continuatus, E.T. Tsokalès éd., Thessalonique, 1968, p. 176. À cette conduite, Attaliate oppose celle exactement inverse de Nicéphore Botaniate, l’autre prétendant à l'empire, qui distribuait donations et dignités aux Romains étrangers (xénoi) venant à lui ; cf. Attaliate, p. 263.

6 La partie diplomatique du De administrando imperio (op. cit. n. 2) est consacrée en priorité aux relations avec les Petchénègues.

7 Ils passent le Danube en 1046 et en 1077, maîtres de la Macédoine, ils s'avancent jusqu'à la côte thrace, cf. Nicephori Bryennii historiarum libri quatuor, P. Gautier, éd. et trad., Bruxelles, 1975 (CFHB, IX), p. 236.

8 H. Ahrweiler, « Byzantine Concepts of the Foreigner : The case of the Nomads », dans Studies on the Internal Diaspora of the Byzantine Empire, H. Ahrweiler et A.E. Laïou dir., Washington, 1998, p. 1-13.

9 Constitution XVIII sur les peuples étrangers dans : PG 107, col. 956.

10 Ibid., c. 43.

11 Ibid., c. 45.

12 Ibid., c. 46.

13 Texte et traduction allemande dans : Maurikios, Dos Strategikon des Maurikios, G.T. Dennis, E. Gamillscheg éd. et trad., Vienne, 1981 (CFHB, XVII), p. 360-368 ; trad, anglaise seule dans Maurice's strategikon, Handbook of Byzantine Military Strategy, G.T. Dennis éd., Philadelphie, 1984, p. 116-120.

14 Maurice, Stratégikon, XI. 2, 6-7 : « Les ethnè scythes sont d'une nature unique, pour ainsi dire, dans leur genre de vie et leur organisation, primitifs et inactifs. Seuls les ethnè des Turcs et des Avars se soucient de l'organisation militaire, faisant des batailles rangées plus fortes que les autres ethnè scythes. Et 1' ethnos des Turcs est très peuplé (polyandron) et libre (eleutheron) [...] ils résistent à la chaleur et au froid et au manque du nécessaire et mènent une vie nomade ».

15 Constitution XVIII, op. cit. n. 9, c. 46.

16 Ibid.,c. 47.

17 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 13, 1. 24-28, 73-75, 104-110.

18 Constitution XVIII, op. cit. n. 9, c. 42.

19 Théophane Continué, p. 164-165 ; Nicolas I Patriarch of Constantinople, Letters, R.J.H. Jenkins, L.G. Westerink éd„ Washington, 1973 (CFHB, 6). Dans une lettre datée de juillet 913 (no 5, p. 27-29), alors que Syméon marche contre Constantinople, Nicolas Mystikos l'accuse d'avoir brisé l'accord de paix négocié lors du baptême des Bulgares en 864. Dans une autre lettre datée cette fois de 921 (no 18, p. 127), il lui réitère cette prière adressée sans fin à Dieu de revenir à la paix originelle qui, par le divin baptême, a été donnée aux Romains et aux Bulgares.

20 Lettre no 9, op. cit. n. 19, p. 55.

21 Lettre no 23 (922). op. cit. n. 19, p. 160.

22 Jean Mauropous, Discours 182, dans Ioannis Euchaitorum metropolitae quae in codice Vaticano graeco 676 supersunt, P. de Lagarde éd., Gottingen, 1882 (Abhandlungen der königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, 28), p. 144-145.

23 J. Lefort, « Rhétorique et politique : trois discours de Jean Mauropous en 1047 », Travaux et Mémoires, 6 (1976), p. 266-267, 274-275.

24 Jean Mauropous, Discours 182, op. cit. n. 22 ; J. Lefort, « Rhétorique et politique... », op. cit. n. 23, p. 285-286 et 290.

25 É. Malamut, « L'image byzantine des Petchénègues », Byzantinische Zeitschrift, 88 (1995), p. 123.

26 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 24 (922-923), p. 169 : « le génos commun des Bulgares et des Romains non seulement se détruit lui-même dans la vie présente, mais encore la vie future les rendra étrangers les uns aux autres et ils s'ensevelissent eux-mêmes dans une mort où ils ne connaîtront pas le royaume de Dieu ».

27 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 9 (août-début septembre 917), p. 65.

28 Agapetis Diakonos, Der Fürstenspiegel für Kaiser Justinianos, R. Riedinger éd., Athènes 1995.

29 Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, I. Thurn éd., Berlin-New York, 1973 (CFHB, V), p. 310.

30 Ibid., p. 468 ; É. Malamut, « L'image byzantine des Petchénègues... », op. cit. n. 25, p. 125. Sur le récit extrêmement précis de Skylitzès concernant Katakalôn Kékauménos et la bataille de Diakene, cf. J. Shepard, « A suspected source of Scylitzes'Synopsis Historion : the great Catacalon Cecaumenus », dans Byzantine and Modem Greek Studies, 16 (1992), p. 171 – 181.

31 V. Tapkova-Zaïmova, « Les Mixobarbares et la situation politique et ethnique au BasDanube pendant la seconde moitié du XIe siècle » dans Actes du XVe congrès international des études byzantines, Bucarest, 1971, II, Bucarest, 1975 [repris dans V. Tapkova-Zaïmova, Byzance et les Balkans à partir du VIe siècle, Londres, Variorum Reprints, 1979, XV], p. 615 – 619.

32 Ils étaient perçus comme des « sous-Byzantins » ; voir H. Ahrweiler, « Citoyens et étrangers dans l'empire romain d'Orient », dans Atti del II Seminario intemazionale di Studi Storici « Da Roma alla Terza Roma », 21-23 avril 1982, p. 345-346.

33 Jean Mauropous, Discours 182, op. cit. n. 22, p. 144 ; voir à ce sujet V. Tapkova-Zaïmova, « Quelques particularités dans l'organisation militaire des régions du Bas-Danube et la politique byzantine aux XIe-XIIe siècles », dans Mélanges Edmond-René Labande, Poitiers, 1974 [repris dans V. Tapkova-Zaïmova, Byzance et les Balkans..., op. cit. n. 31, XVI], p. 670.

34 Les termes juridiques utilisés pour les fédérés aux VIe-VIIe siècles furent remis à l'ordre du jour, mais ne recouvraient plus les mêmes réalités. On rappellera d'ailleurs l'exemple de Nestor, un Illyrien d'un génos dont le rang était identique à ceux de Dristra, arrivé au sommet de la hiérarchie militaire en tant que duc du Paristrion, voir É. Malamut, « L’image byzantine des Petchénègues... », op. cit. n. 25, p. 131 ; V. Tapkova-Zaïmova, « Quelques particularités... », op. cit. n. 33, p. 670-673. Il est de fait que l'armée restait le plus sûr moyen d'intégrer les étrangers.

35 Attaliate, p. 204.

36 À côté des grandes villes, il existait désormais des epauleis, c'est-à-dire des communautés dont l'économie était entièrement pastorale ; cf. Attaliate, Bonn, p. 204 ; V. Tapkova Zaïmova, « Les Mixobarbares... », op. cit. n. 31, p. 619 ; H. Ahrweiler, « Byzantine Concepts of the Foreigner... », op. cit. n. 8, p. 10.

37 De administrando imperio, op. cit. n. 2, c. 26. Le mariage fut conclu en 944 et la princesse mourut en 949.

38 De Cerimoniis, II, p. 691.

39 Anne Comnène, Alexiade, B. Leib éd., Paris, 1967, II, p. 209.

40 Kekaumenos, Strategikon, D. Tsougkarakis éd., 1993, p. 250-252 ; P. Lemerle, Prolégomènes à une édition critique et commentée des « Conseils et Récits » de Kékauménos, Bruxelles, 1960 (Mémoires, Classe de Lettres, 2e s., 54, fasc. 1), p. 41-42.

41 Ibid.

42 Lorsqu'à la fin du XIIIe siècle, les Italiens devinrent les seuls maillons économiques de l'empire ; cf. H. Ahrweiler, « Citoyens et étrangers... », op. cit. n. 32, p. 349. Je ne partage pas l'avis de l'auteur sur la référence de l'isopoliteia au niveau culturel. Il s'agit uniquement d'une égalité politique.

43 Le normand Odon Stigand II fut à la fois interprète et médecin à la cour byzantine entre 1057-1060 ; cf. E. Amsellem, Les Occidentaux à Byzance 1025-1204, Mémoire de diplôme d'études approfondies, soutenu à Paris en septembre 1998, p. 97. L'auteur cite R.N. Sauvage, La chronique de Sainte-Barbe en Auge, Caen, 1906.

44 E. Amsellem, Les Occidentaux à Byzance 1025-1204, op. cit. n. 43, p. 176-179.

45 Anne Comnène, op. cit. n. 39, II, p. 207.

46 Que ce soit Roussel de Bailleuil ou Robert Guiscard ; cf. Anne Comnène, op cit n 39 I p. 10, 37.

47 Ibid., II, p. 228-229 ; IIΙ, p. 125-139 ; Kinnamos, p. 35.

48 De cerimoniis, p. 681.

49 D'après le Continuateur de Théophane, Boris converti aurait écrit à la despoina Théodora en lui demandant « de n'être plus qu'un désormais et non deux, étant liés par une foi et une amitié inébranlable, et il promettait de se soumettre et de faire une paix éternelle et sans faille », cf. Théophane Continué, p. 164 ; voir aussi Génésios, p. 97 ; Georges le Moine Continué, p. 732-733.

50 V. Beševliev, Dieprotobulgarischen Inschriften, Berlin, 1963, p. 175.

51 En témoigne la lettre de Photius à Boris (866) : « pour notre fils spirituel [...] archôn de Bulgarie par la grâce de Dieu », cf. Photius, Epistulae et Amphilochia, I.B. Laourdas, L.G. Westerink éd., Leipzig, 1983, p. 2 ; V. Zlatarski, Istorija na bălgarskata dăr žava prez srednite vekove, Sofia, I, 2, p. 71. Pour la bibliographie concernant la lettre de Photius à Boris, voir P. Odorico, « La Lettre de Photius à Boris de Bulgarie » Byzantinoslavica, 54 (1993), p. 83-88. Ž

52 Ce que Boško Bojovic appelle la « symphonie » des deux pouvoirs dans l'État médiéval serbe ; cf. B.I. Bojovic, L'idéologie monarchique dans les hagio-biographies dynastiques du Moyen Âge serbe, Rome, 1995, p. 710.

53 Théodore Daphnopatès, Correspondance, J. Darrouzès, L.G. Westerink éd., Paris, 1978, p. 72 : « Car d'où te viendrait le droit à ce nom ? De tes ancêtres ? Tu sais parfaitement ce qu'il en est » lui dit Romain Lécapène dans une lettre datée de 924-925 ; V. Zlatarski, Istorija..., op. cit. n. 51, p. 496.

54 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 16, p. 111.

55 Ibid., lettre no 19 (printemps-été 921), p. 129.

56 Ibid.

57 Nous avons, en effet, l'exemple des princes serbes à partir de la fin du XIIe siècle qui, mariés à des princesses byzantines de sang impérial, s'intitulent « gendre de l'empereur ».

58 De administrando imperio, op. cit. n. 1, c. 13, 1. 175.

59 Théodore Daphnopatès, op. cit. n. 53, p. 72.

60 Ibid. ; V. Zlatarski, Istorija..., op. cit. n. 51, p. 496.

61 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettre no 5, p. 32.

62 V. Zlatarski, Istorija..., op. cit. n. 51, p. 372 ; G. Ostrogorsky, « Die Kronung Symeons von Bulgarien durch den Patriarchen Nikolaus Mysticos », Bulletin de l'Institut archéologique bulgare, 9 (1935), p. 275-286 ; A. Stauridou-Zafraka, La rencontre de Syméon et Nicolas Mystikos (Août 913) dans le cadre de l'antagonisme byzantino-bulgare [en grec], Thessalonique, 1972 : l'auteur donne l'ensemble de la bibliographie sur le sujet.

63 R.J.H. Jenkins, « The peace with Bulgaria (927) celebrated by Theodore Daphnopatès », Polychronion (Festschrift F. Dölgerzum 75. Geburtstag), Heidelberg, 1966, p. 287-303.

64 Nous sommes d'avis qu'il y eut un réel couronnement de Syméon lors de l'entrevue de 913 et non une simple filiation spirituelle qui, de toute façon, avait déjà été consentie à Boris quand il fut baptisé. Quelle que soit l'interprétation que l’on puisse donner à certains passages obscurs du texte édité par R.J.H. Jenkins, toutes les sources byzantines, sauf Zonaras qui est un auteur du XIIe siècle (cf. Zonaras, p. 462), témoignent du couronnement de Syméon (cf. Théophane Continué, p. 385 ; Georges le Moine Continué, p. 878 ; Skylitzès, op. cit. n. 29, p. 200). Par ailleurs, il faut avouer que, malgré les observations de P. Karlin-Hayter (« The Homily on the Peace with Bulgaria of 927 and the “Coronation” of 913 », Jahrbuch der österreichischen Byzantinistik, 17 [1968], p. 29-39), l'interprétation de R.J.H. Jenkins est à ce jour la plus satisfaisante si l'on tient compte de l'ensemble du texte analysé. Enfin, la solution la plus plausible reste que Syméon ait été couronné soit basileus de Bulgarie soit césar de Bulgarie, étant entendu que, pour les Bulgares, le terme césar équivalait à cette époque au terme tsar. Mais il ressort également que ce couronnement n'a pas été ensuite reconnu comme valide par le pouvoir byzantin, et cela dès 914, d'où l'extrême subtilité dans l'emploi des termes aussi bien dans les sources officielles que dans les chroniques et la correspondance concernant Syméon, son couronnement et le port de ses titres.

65 R.J.H. Jenkins, The peace..., op. cit. n. 63, p. 291.

66 Nicolas I, op. cit. n. 19, lettres no 23,1. 118 (922), no 25,1. 137 (922-923), no 30, 1. 49 (fin de l'année 924), no 31, 1. 127 (janvier-avril 925) ; Théodore Daphnopatès, op. cit. n. 53, lettres no 5 (an 924), 1. 38, 52, 96 ; no 6 (an 925), 1. 2, 22, 31, 96, 101, 106, 112, 116, 130, 152.

67 De cerimoniis, p. 690.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540