Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger au Moyen Âge

Xénophobie et intégration isidoriennes à Léon au XIIIe siècle

Le discours de Lucas de Túy sur les étrangers

Patrick Henriet

Texte intégral

  • 1 Le terme « mozarabe » est entendu ici de façon classique et qualifie les populations chrétiennes v (...)
  • 2 L'histoire sociale de León a été retracée par C. Estepa Díez, Estructura social de la ciudad de Le (...)
  • 3 La documentation du XIIIe siècle mentionne de nombreux Castellani et Asturiani ; C. Estepa Díez, E (...)
  • 4 Outre C. Estepa Díez, Estructura social, op. cit. n. 2, p. 166-170, cf. J. Rodriguez, « Los judíos (...)
  • 5 C. Estepa Díez, Estructura social, op. cit. n. 2, p. 175-176. On voit apparaître en 1165 une area (...)

1À mi-chemin entre Burgos et Saint-Jacques de Compostelle, León est au Moyen Âge une ville ouverte et bigarrée. L'origine de sa fortune médiévale est politique, cet ancien camp romain, qui tire son nom de la Legio VII Gemina, ayant subitement accédé au rang de capitale en 912. Un certain développement économique a suivi, le premier marché étant attesté en 997. Dès cette époque, les habitants viennent d'horizons divers et parfois lointains. Sans doute a-t-il toujours subsisté une population autochtone, mais elle a vite été mêlée d'éléments mozarabes1. Ces derniers apparaissent massivement dans l'anthroponymie et la toponymie du Xe siècle, puis on retrouve leur trace jusqu'au XIIe siècle2. Avec l'essor de la fonction commerciale, cependant, de nouveaux quartiers se sont développés, témoignant ainsi du rôle des populations ultra-pyrénéennes dans le peuplement de la ville. Dès la deuxième moitié du XIe siècle, on découvre ainsi un vico francorum et une rua francorum. La population d'origine hispanique septentrionale est elle-même variée, puisqu'elle regroupe des Navarrais, des Aragonais, des Castillans, des Asturiens et des « Léonais d'origine »3. D'un point de vue religieux, elle n'est pas moins diverse. Des juifs apparaissent dans les textes dès 905. Dans un premier temps, ils sont plutôt installés dans les campagnes et les bourgades. Cependant, en 1065, il est fait mention d'un castrum iudeo-non aux portes de la ville. Sa destruction en 1196, à la suite des guerres entre León, Aragon et Castille, a sans doute accéléré le processus d'installation de la communauté à l'intérieur des murailles urbaines. Au XIIIe siècle en tout cas, les juifs sont majoritairement usuriers ou artisans4. León compte enfin une petite communauté musulmane. Celle-ci est sans rapport avec la courte occupation musulmane de la ville (première moitié du VIIIe siècle), sa présence s'expliquant essentiellement par l'esclavage et la servitude5. Certains textes permettent néammoins de repérer des commerçants libres, peut-être venus d'al-Andalus, tel ce fabricant de papier dont nous décrirons tout à l'heure le triste sort.

  • 6 Je me permets de renvoyer à P. Henriet, « Hagiographie et politique à León au début du XIIIe siècl (...)
  • 7 A. Viñayo, « Santo Martino de León y su noticia histórica : Biografía, santitad, culto », dans San (...)

2Ville de passage et centre cosmopolite, de même que toutes les bourgades situées sur le chemin de Saint-Jacques, León n’en revendique pas moins au Moyen Âge une identité chrétienne spécifiquement hispanique. Depuis la fin du XIe siècle, celle-ci s'est lentement constituée autour de la figure d'Isidore de Séville. En 1063, en effet, les envoyés du roi Ferdinand Ier (1037-1065) avaient obtenu du roi musulman de Séville la translation à León des reliques de celui qui pouvait être considéré comme la plus glorieuse figure de l'Espagne wisigothique. L'église de Saint-Pélage et Saint-Jean Baptiste, qui accueillit alors la dépouille du « docteur des Espagnes », changea rapidement de nom pour devenir Saint-Isidore, avant d'être confiée en 1148 à des chanoines réguliers suivant la règle de saint Augustin. C'est logiquement dans ce monastère privilégié, qu'à partir du XIe et surtout du XIIIe siècle, on forge un nouvel Isidore, adversaire des Maures, thaumaturge et enfin soutien privilégié de l'Église romaine6. D'un point de vue intellectuel, ce même établissement canonial joue à partir de la fin du XIIe siècle le rôle de porte d'entrée à León, voire en Péninsule, des textes et des idées venus de l'extérieur. Le chanoine Martin de León, qui est la plus importante figure intellectuelle de son histoire, voyage en France et, pour la première fois en Espagne, il utilise les Sentences de Pierre Lombard7. Une génération plus tard, Lucas de Tuy compose une série d'œuvres à la fois historiques et apologétiques visant à poser les fondements d'une identité hispanique, léonaise et chrétienne.

  • 8 Miracula sancti Isidori : je cite d'après le ms. 63 des Archives de la Collégiale de SaintIsidore (...)

3Lucas de Tuy a écrit trois œuvres, qui sont en étroite consonance les unes avec les autres. Il s'agit, dans l'ordre de rédaction, d'un volumineux recueil des miracles d'Isidore de Séville, à ce jour largement inédit, d'un traité antihérétique, intitulé De altera vita, et enfin d'un Chronicon mundi, chronique prétendument universelle mais en réalité à peu près exclusivement hispanique8. Cette trilogie s'articule elle-même autour de trois pôles, que l'on peut caractériser brièvement comme : 1) L'apologie du culte des saints en la personne d'Isidore ; 2) L'exaltation d'une série d'espaces sacrés complémentaires : Chrétienté, Hispania, empire ou royaume léonais, ville de León et monastère de Saint-Isidore ; 3) L'exclusion sans partage de tous ceux qui s'en prennent à ces espaces et à ce culte, ce qui revient souvent au même. Dans un contexte hispanique de morcellement politique et de rivalité entre royaumes chrétiens, il n'est pas exagéré de parler à propos de Lucas d'un véritable patriotisme léonais, mais à condition toutefois d'associer à cette notion une volonté constante de sacraliser l'espace. C'est dans cette double optique qu'il faut envisager le problème de l'étranger dans les écrits de Lucas de Túy. En effet, le Chronicon mundi aussi bien que les Miracula et même, dans une moindre mesure, le De altera vita, regorgent d'étrangers, voire d’envahisseurs. S'interroger sur leur présence au sein d'une œuvre qui vise d'abord à définir une double identité, chrétienne et léonaise, c'est tenter de comprendre comment ces éléments exogènes ont été intégrés à l'espace défini par Lucas, ou, au contraire, comment ils ont été refoulés sur ses marges.

4Trois catégories d'étrangers, que nous examinerons successivement, peuvent être isolées. Il s’agit des voisins et envahisseurs, qui menacent le León et son identité d'un point de vue militaire et politique, voire culturel. Puis des étrangers venus d'au-delà des frontières pour porter atteinte à l'orthodoxie de la foi, laquelle se structure autour de la personne d'Isidore. Enfin des amis qui, par leur respect pour León et son saint identitaire, peuvent espérer une totale intégration.

Les Français : envahisseurs et conquis

  • 9 Ouvrage classique (et vieilli) de M. Defourneaux, Les Français en Espagne aux XIe et XIIe siècles,(...)

5Pour l'espace situé au-delà de la péninsule ibérique, les Français sont indéniablement les étrangers auxquels Lucas accorde le plus d'importance. Ils apparaissent essentiellement dans le Chronicon mundi, mêlés à des récits qui doivent parfois autant aux traditions orales et aux récits des jongleurs, voire à l'imagination fertile de Lucas, qu'à des sources proprement historiques. Les « Français » mis en scène ne sont pas toujours, loin s'en faut, des figures réelles, mais ils permettent au chroniqueur de dessiner les contours d'un voisin plutôt envahissant. Dans les années 1230, l'isolement, d'ailleurs tout relatif, qui avait caractérisé la Péninsule au cours du haut Moyen Âge, appartenait depuis belle lurette au passé. À partir de la fin du XIe siècle, en effet, les progrès de la reconquête, le repeuplement et la réorganisation de la carte ecclésiastique avaient entraîné l'arrivée massive d'hommes venus du Nord des Pyrénées, et en particulier de clercs parfois un peu indistinctement qualifiés de clunisiens9. Ce mouvement s'était accompagné de quelques changements majeurs, au premier rang desquels figurent le passage de la liturgie wisigothique à la liturgie « gallicane » et le changement d'écriture. À l’arrière-plan des considérations du Chronicon mundi relatives aux Français, il faut donc prendre en compte cette réalité que Lucas connaissait bien.

  • 10 Sur l'utilisation du monde « français » comme un repoussoir permettant de définir une identité his (...)
  • 11 Provinciam quoque Galliae, quae Hispania citerior dicitur, sibi rebellantem multis agminihus franc (...)
  • 12 Collide incitavit Francos ut expugnarent Hispaniam citeriorem (CM, p. 70).
  • 13 Non solum modo insecutionibus barbarorum, verum etiam Francorum armis ex parte Galliarum consurnpt (...)

6Voisins, belliqueux et volontiers séditieux, les Francs sont le plus souvent présentés comme des envahisseurs10. Dès l'époque wisigothique, ils mettent en danger l’unité des Hispaniques. Ainsi Lucas rapporte-t-il, en reproduisant Julien de Tolède, comment le comte Paul, soutenu par de fortes armées franques, se rebella contre le roi Wamba (672-680)11. Surtout, il précise que le comte Julien, qui incita les Sarrasins à envahir l'Espagne pour le plus grand malheur de celle-ci, avait également pris bouche avec les Francs et leur avait demandé d'atttaquer la « province de Gaule » ou Espagne citérieure, soit la Narbonnaise12 Ainsi, les troupes de Rodrique (710-711), dernier roi wisigoth, furent « anéanties non seulement par les poursuites des barbares, mais aussi par les armes des Francs de la région des Gaules »13. Les Francs ont donc, dans ce qui est évidemment l'événement majeur de l'histoire de l'Espagne chrétienne, une responsabilité conjoncturelle comparable à celle du traître Julien et des barbares sarrasins.

  • 14 Cf. K. Herbers, « Karl der Große und Spanien – Realität und Fiktion », dans Karl der Große und sei (...)
  • 15 Carolus rex Franciae et imperator Romanus […] funesta truncatione ismaeliticum populum trucidavit (...)
  • 16 Ut sibi esset subditus et vasallus (CM, p. 75). Pour une synthèse récente des relations entre le r (...)
  • 17 Atque ut secundum sancti patris Isidori [sic ; ajouter instituta ?] viverent tam Iacobitani quam o (...)
  • 18 Sub imperatoribus scilicet Lodoico et Lotario contra hostes imperii Romani fortiter dimicavit (Ibi (...)

7Leur rôle est plus complexe lorsqu'il s'agit de décrire la venue de Charlemagne en Péninsule, car Lucas était cette fois-ci tributaire d'une tradition plus que centenaire d'exaltation de la figure de l’empereur franc. Celle-ci avait été mise en rapport avec le culte de saint Jacques dans la fameuse histoire du pseudo-Turpin, qui était conservée à Compostelle dans le codex dit Calixtimis14. Charlemagne nous est par conséquent présenté comme un grand massacreur de Sarrasins, qui, par ses victoires, soumet à son joug « les Goths et les Hispaniques » se trouvant en Catalogne, au Pays Basque et en Navarre15. Les choses se gâtent, explique Lucas, lorsque l’empereur écrit au roi asturien Alphonse II (783/791-842) « afin qu'il soit son sujet et son vassal »16. Un certain Bernard, neveu d'Alphonse et élevé par lui, fait alors alliance avec les Sarrasins pour préserver l'indépendance hispanique face à Charlemagne. C'est Roncevaux et la mort de Roland, suivie d'une terrible vengeance franque à l'encontre des musulmans. Charles se rend ensuite en pèlerinage à Saint-Jacques et pousse Alphonse à quelques réformes importantes : transfert du siège épiscopal d'Iria à Compostelle et régularisation du clergé hispanique selon un mystérieux modèle isidorien17. Quant à Bernard, le neveu d'Alphonse II, il devient un fidèle du souverain franc et l'accompagne au-delà des Pyrénées, avant de s'illustrer par une série de hauts faits sous les règnes de Louis et de Lothaire18. Les Francs ont donc rendu service à la Chrétienté en combattant efficacement les musulmans, mais ils ont connu la défaite à partir du moment où ils ont cessé de respecter l'indépendance des rois asturiens, ancêtres des rois léonais.

  • 19 Sur la figure de Bernardo del Carpio dans la littérature hispanique, mise au point dans Histoire d (...)
  • 20 Eo tempore Carolus tertius imperator romanorum cum exercitu magno debellaturus tam christianos qua (...)
  • 21 Habebat (= Alphonse ΠΙ) secum famosissimum militent Bernaldum, qui in istis praeliis tanquam leo f (...)
  • 22 Vox eius (= Alphonse IX) in ira quasi leo rugiens videbatur (CM, p. 109).
  • 23 Sed Bemaldus cum exercitu christianorum et cum Muza rege Caesaraugustano illi ad clausuras Pyrenoe (...)
  • 24 Cf. G. Martin, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l'Espagne médiévale, (...)

8Dans le Chronicon aussi bien que dans la tradition épique postérieure, la grande figure de la lutte contre les Francs est cependant représentée par un autre Bernard, le célèbre Bernardo del Carpio, que Lucas place trois générations après le précédent19. Les événements se déroulent cette fois-ci sous un autre empereur Charles, surnommé Charles Martel et successeur du précédent... Ce Carolus terms intervient en Espagne, nous dit Lucas, « pour combattre aussi bien les Sarrasins que les chrétiens »20. C'est alors qu'intervient Bernardo del Carpio. Ce guerrier d'exception était apparu un peu plus tôt dans le récit, lorsque, pour le compte d'Alphonse III (866-910), il avait massacré une grande quantité de musulmans du royaume de Tolède. Possessions dans la région de León, Bernard avait alors peuplé le castrum de Carpium, vers Salamanque. Il s'était ensuite rebellé contre le roi Alphonse, qui tenait prisonnier son père, avant de combattre à nouveau les musulmans, aux côtés du souverain, dans la région de León et d'Astorga. Les attaches léonaises de Bernardo del Carpio ne font pas de doute pour Lucas. Non seulement c'est dans cette région, alors de frontière, qu'on le voit actif, mais encore il est décrit comme un « lion très vigoureux », tamquam leo fortissimus21. L'homonymie – leo, Legio – ne peut guère relever du hasard. Lucas rappelle ailleurs, dans un autre passage du Chronicon, que le lion est l'emblème du León et figure, à ce titre, dans les armoiries du royaume. Il reprend aussi la comparaison du lion à propos du souverain Alphonse IX (1188-1230), dernier souverain du royaume avant sa fusion définitive avec la Castille, en 123022. Lorsque l'empereur Charles envahit les terres d’Alphonse III, c'est donc logiquement Bernard, personnification de l'indépendance et de la valeur léonaise, aguerri dans la lutte contre les Sarrasins, qui part à leur rencontre avec une armée de chrétiens et de musulmans. « Aux portes des Pyrénées », il rencontre et met en fuite ces envahisseurs que Lucas décrit comme « gaulois » et « romains », sans doute par allusion au titre d’empereur des romains de Charles23. Toute cette légende, qui puise sans doute au moins en partie ses informations dans des sources orales, est donc une illustration narrative du principe, affirmé dès le prologue, selon lequel Hispanorum rex nulli subditur imperio temporali24.

  • 25 Orationis etiam gratia ecclesias sancti Salvatoris et sancti lacobi Carolus visitavit, et a glorio (...)
  • 26 Carolus postea cum rege Adefonso amicitiam fecit, cuius consilio instituta beati Isidori et sancto (...)
  • 27 Le lien entre cette affaire et la mort de Bernard semble établi par le début de la phrase : Post m (...)
  • 28 Le thème de l'introduction en Espagne d'un pouvoir seigneurial oppresseur et opposé aux traditions (...)

9La symétrie entre cet épisode et celui qui présentait l’action du premier Bernard, contemporain de Charlemagne, est évidente. Dans les deux cas, un fortissimus miles n’hésite pas à faire alliance avec les musulmans, qu’il massacre allègrement par ailleurs, afin de combattre et de vaincre l’envahisseur franc. Il se réconcilie ensuite avec l’empereur, qui se préoccupe alors des églises hispaniques et se rend en pèlerinage à Compostelle. Dans le second récit, qui met en scène Bernardo del Carpio, le mystérieux empereur Charles obtiendrait du pape Jean la permission d’élever Oviedo et Compostelle au rang de métropoles25. Surtout, une fois la paix revenue, il pousse Alphonse à confirmer dans son royaume « les institutions de saint Isidore et des saints pères »26. Le danger français n’est cependant pas totalement écarté. Alphonse III avait en effet épousé une cousine germaine de Charles, Amulina, qui se faisait appeler Xemena (Chimène) en Espagne. Juste après la phrase annonçant la mort de Bernard, Lucas décrit le complot par lequel celle-ci aurait essayé de détrôner son époux afin d'installer à sa place leur fils Garseanum. Il va sans dire que l'opinion de Lucas sur cette reine étrangère et séditieuse est résolument négative. Amulina, qui était appelée, nous dit-il, regina de Galiis, ne se serait en effet pas contentée de comploter contre son légitime époux27. Cette mulier inhumana aurait de surcroît introduit de mauvaises coutumes dans le royaume, rabaissant ainsi à la condition servile tout ou partie de la population. Amulina arrive en tout cas à ses fins, et pousse Alphonse III à l'abdication. À l'arrière-plan de cet épisode, on peut discerner deux oppositions. D’une part entre Bernard, bon miles léonais, fidèle à son royaume sinon à son roi, défenseur de l’indépendance léonaise contre l'envahisseur, même chrétien, et Amulina, française, séditieuse et uniquement préoccupée de ses intérêts ou de ceux de son fils. D'autre part entre les bonnes institutions isidoriennes, promulguées par un roi victorieux dans un contexte de réaction contre l'envahisseur, et les mauvaises coutumes d'Amulina, associées à l'origine géographique autant qu'à la trahison28.

  • 29 Libros sanctorum patrum diligenter fecit perquiri, et instituta beati Isidori firmiter observari ( (...)
  • 30 Et dignitatemprimatiae transtulit ad ecclesiam Toletanam (Ibid.).
  • 31 Statuerunt etiam ut scriptores de caetero galicanam litteram scriberent et praetermitterent toleta (...)
  • 32 Cf. P. David, Études historiques sur la Galice et le Portugal, du VIe au XIIe siècle, Lisbonne-Par (...)
  • 33 Cf. en dernier lieu A. Gambra, Alfonso VI. Cancillería, curia e imperio. I Estudio, León, 1997 (Fu (...)
  • 34 Les mentions antérieures sont celles de l'Historia Silense, du Chronicon Compostellanum et de l'Hi (...)
  • 35 In praedicto synodo almi sacerdotes de fide catholica colloquentes statuerunt ut secundum regulant (...)
  • 36 C'est la position de J. Freire Camaniel, El monacato gallego en la alta edad media I, La Corogne, (...)
  • 37 Je reste donc fidèle à Pierre David malgré le livre de J. Freire Camaniel, important à plus d'un é (...)

10L'exaltation d'un Isidore législateur ne se limite pas aux deux récits que nous venons d'examiner. Elle apparaît en effet à de nombreuses reprises dans le Chronicon, et permet de souligner la primauté hispanique en matière de législation religieuse et de vie régulière. Dressant le bilan du règne de Réceswinthe (653-672), le grand roi législateur du VIIe siècle, Lucas précise que celui-ci avait fait rechercher avec diligence les livres des saints pères et qu'il avait ordonné d'observer les Instituta d'Isidore29 On peut se demander s'il n'y a pas là, dans l'esprit de Lucas, une sorte de compensation au transfert de la primatie hispanique de Séville à Tolède, transfert qu'il signale précisément dans la phrase suivante30. Sans Séville, mais grâce aux Instituta beati Isidorii, le ciment de l'unité hispanique reste isidorien. C'est encore cette idée que l'on retrouve dans un épisode célèbre et souvent relevé du Chronicon, lequel explique comment en 1090, lors d'un concile tenu à León, les prélats réunis décidèrent d'abandonner l'écriture wisigothique pour adopter la gallicana littera31. Cette précision ne mérite en fait que peu de crédit32. Il est clair qu'en Castille et León, le changement d'écriture s'est fait partout très progressivement. En plus d'un endroit, on écrit encore en caractères wisigothiques dans le courant du XIIe siècle33. Des diverses allusions au concile de León antérieures à Lucas, aucune ne mentionne d'ailleurs cette supposée décision34. Mais si ce passage n'est d'à peu près aucune utilité pour comprendre dans quelles conditions les régions septentrionales et occidentales de la Péninsule ont abandonné une écriture qui était la leur depuis plus de cinq siècles, il est en revanche fondamental pour saisir le rôle attribué à Isidore dans la définition d'une identité hispanique face aux influences venues du Nord. En effet, toujours selon Lucas, lors dudit concile les évêques assemblés auraient également statué que « les offices ecclésiastiques d'Espagne seraient [désormais] organisés selon la règle du bienheureux Isidore, archevêque de Séville »35. La mention du changement d'écriture était peu crédible, celle-ci est invraisemblable, à moins d'admettre l’existence d'une réglementation canoniale isidorienne et de lui donner un rôle dans les réformes de la fin du XIe siècle36. À cette époque, en effet, l'Église hispanique vient précisément d'adopter la liturgie « gallicane » en lieu et place du rite wisigothique. Cette mention doit donc être mise exactement sur le même plan que les précédentes. C'est à son propos qu'en 1948, Pierre David parlait d'une « satisfaction platonique donnée au particularisme péninsulaire »37. Lucas contrebalance ainsi des faits indéniables, à savoir une pénétration massive de prélats et d'usages français, par une référence incantatoire à un homme qu'il crédite de toutes les vertus hispaniques et qui peut être situé, vis-à-vis des francos des XIe et XIIe siècles aussi bien que des carolingiens, dans une situation d'antériorité radicale. En définitive, de même que dans les épisodes où les empereurs francs rappellent le caractère insurpassable de la législation religieuse isidorienne avant de marquer l'Église péninsulaire de leurs fondations et de leurs pèlerinages jacobéens, Lucas montre comment le ralliement à des normes étrangères n'est concevable que sur un substrat proprement hispanique, et par conséquent isidorien. Il y a là une sorte de renversement de l'Histoire, en vertu duquel l’Hispania n'est plus influencée mais influente, l'étranger vainqueur et conquérant se ralliant à une législation dont il doit implicitement reconnaître la supériorité.

  • 38 Quidam maligni detractores coeperunt Ludovici regis Francorum auribus instillare, quod Elisabeth u (...)
  • 39 Ut omnem gloriam Hispaniae exhiberent ei (CM, p. 105).
  • 40 Sed ubi rex Ludovicus vend Legionem, occurrit ei imperator Adefonsus cum tam glorioso apparatu, qu (...)
  • 41 Réaction du Capétien : Per Deum, inquit, iuro quod non est gloria similis huic in toto mundo (ibid (...)
  • 42 Haec post obitum suum in ecclesia beati Dyonisii est sepulta, et merito sancta regina vocata (ibid (...)
  • 43 Le don de l'« escarboucle » n'est pas compensé par un contre-don, ce qui en dit long sur la symbol (...)

11Lucas ne présente pas les choses d'une façon très différente lorsqu'il se situe dans un registre plus politique. En témoigne un autre récit, lui aussi légendaire, qui montre le même processus d'inversion. À une date qui n'est pas précisée, le roi Louis VII se serait en effet rendu en Espagne sous prétexte d'un pèlerinage à Compostelle. En réalité, le rex Francorum venait s'informer des origines de son épouse Élisabeth, fille d'Alphonse VII (1126-1157), car de mauvais esprits lui avaient suggéré que celle-ci était issue d'une vilissima concubina38. Informé de cette rumeur, le souverain hispanique, qui porte alors le titre d'empereur, ordonne au roi de Navarre et au comte de Barcelone, ses vassaux, de déployer devant le Français « toute la gloire de l'Espagne »39. À León – le lieu, évidemment, n'est pas choisi au hasard-, Louis et son entourage sont véritablement abasourdis par le luxe hispanique40. Français et Espagnols se rendent ensuite de concert à Compostelle, puis à Tolède, où tous les vassaux d’Alphonse, chrétiens comme musulmans, viennent lui baiser la main41. L'origine parfaitement légitime d'Élisabeth est évidemment démontrée avec éclat, après quoi l'« empereur » fait don à son gendre d'une extraordinaire pierre précieuse, que lui avait précédemment offert le roitelet maure Zafadola, l'un de ses principaux vassaux. Louis VII offre ensuite cette pierre à Saint-Denis, et traite avec tous les égards qui s'imposent son impériale épouse. Une fois morte, celle-ci est inhumée dans le panthéon capétien, non sans bénéficier d'une réputation de sainteté42. Ainsi, la suspicion hypocrite d'un souverain français qui n'avait pas hésité à utiliser le pèlerinage compostellan comme une couverture, et qui se demandait si une princesse hispanique était digne de partager sa couche, a-t-elle permis à l'empereur Alphonse VII de manifester sa gloire incomparable et de remettre à leur place les Français, qui pouvaient s'estimer heureux d'avoir pour reine la fille d'un homme incomparablement riche, incomparablement glorieux et incomparablement puissant. Menacée dans sa réputation par l'accusation de bâtardise qui pesait sur Élisabeth, l'Espagne impériale et léonaise a finalement exporté ses richesses physiques et humaines43. Le lieu, symbolique entre tous, de la royauté capétienne, Saint-Denis, se trouve désormais rehaussé en dignité par deux « marqueurs » hispaniques : la pierre de Zafadola et le corps de la sainte reine. Initialement suspectée, c'est en définitive l'Hispania qui est en position de donner des leçons.

Un Aragonais, un Bourguignon, un Castilian : les ennemis d'Isidore et leur sort

12Les passages du Chronicon mundi permettant d'explorer les notions d'identité hispanique et léonaise, puis, en négatif, d'étranger, d'envahisseur et de voisin, pourraient être multipliés. Sont également concernés les Castillans, les Navarrais, les Aragonais, les musulmans. Bien souvent, l'origine mythique ou folklorique des récits de Lucas nous situe dans le domaine des représentations et de la construction idéologique. Paradoxalement, c'est dans les Miracula sancti Isidori que l'on trouve certains épisodes qui, malgré d'inévitables distorsions et une évidente « mise en ordre hagiographique », renvoient à des faits réels et montrent comment les étrangers, selon leur rapport avec Isidore de Séville/León, sont détestables ou au contraire assimilables.

  • 44 MSI, ms. 63, cap. 25-29, fol. 12-13v.
  • 45 Pour retracer l'arrière-plan historique de cet épisode, B. Reilly, The Kingdom of León Castilla un (...)
  • 46 Pour la figure d'Henri de Bourgogne, issu de la maison ducale de Bourgogne et neveu de Constance, (...)
  • 47 Venit cum manu militari permaxima quam tarn ex regno suo quam ex omnibus Galliarum confinibus sibi (...)

13Le premier de ces récits se situe au début du XIIe siècle. Il rapporte, beaucoup plus précisément que le Chronicon mundi, un épisode survenu en 1111, soit au moment des guerres de succesion qui suivirent le décès d'Alphonse VI (1065-1109). En cinq chapitres consécutifs, Lucas décrit les agissements coupables du souverain aragonais Alphonse le Batailleur (1104-1134), qui avait épousé Urraca, fille d’Alphonse VI, et prétendait à rien moins qu'à la domination de l'ensemble des royaumes ibériques44 Si Lucas trébuche un peu dans les plis d'une histoire événementielle, il est vrai, particulièrement chargée, il décrit cependant une situation bien réelle en signalant la présence militaire d'Alphonse dans le royaume de León45. Aux côtés du souverain aragonais, on trouve alors divers grands aristocrates. Lucas s'arrête sur deux d'entre eux : Henri de Bourgogne, issu de la famille ducale de Bourgogne, apparenté à Hugues de Semur, gendre, enfin, d'Alphonse VI, et Gutierre Fernández, un Castillan qui apparaît comme majordome d'Urraca entre 1110 et 111746. Alphonse, Henri, Guttiere Fernández, trois étrangers en terres léonaises. Le trio d'envahisseurs est d'ailleurs flanqué de troupes détestables, que Lucas présente, avec une évidente répugnance, comme recrutées en Aragon ou « dans toutes les régions de Gaule »47. Un Aragonais, un Castillan, un Bourguignon, enfin des soldats français : on pourrait difficilement imaginer une association plus étrangère à l'identité léonaise.

  • 48 Dominicas cruces, calices Christi corpore et sanguine consecratos, sanctae Dei genitricis Mariae e (...)
  • 49 Superest adhuc tumulus sancti Isidori auro et lapibus pretiosis coopertus, et calix sardonicus, qu (...)
  • 50 MSI, ms. 63, fol. 13-v. Henri meurt effectivement peu après la bataille de Viadangos, sans doute a (...)
  • 51 Mort d'Alphonse à Fraga : Rex vero Petrus, ut erat acer et animosus, suorum exercitu congregato ju (...)
  • 52 Cf. R. Del Arco, Sepulcros de la casa real de Castilla, Madrid, 1954, p. 201. L'attitude ultérieur (...)
  • 53 Erat itaque ex regali gotorum stemate in gallicis partibus tolasanorum comes vir clarissimus (cap. (...)

14Cette extranéité foncière devient d'ailleurs patente lorsque les trois hommes s'en prennent ouvertement au centre névralgique du royaume léonais, le monastère de Saint-Isidore. Dans l'impossibilité de payer leurs troupes mercenaires, Urraca et Alphonse auraient en effet pris la décision de spolier le monastère royal des trésors qui lui avaient été octroyés par Ferdinand Ier et son épouse Sancha. Ces « effrayants envahisseurs » emportent donc crucifix, calices, images de la Vierge et de différents saints, candélabres et encensoirs, coupes, reliquaires et aquamaniles48. En demandant une part de butin, Henri de Portugal et Gutierre Fernández poussent même Alphonse à s'en prendre aux plus précieux trésors du monastère, à savoir une croix d'or et d'argent, un calice en onyx, un devant d'autel garni de pierres précieuses, enfin et surtout le reliquaire d'Isidore49. Seul Gutierre Fernández, le Castillan, se repent. Il renonce à sa part, se voue à Isidore et voit alors celui-ci lui apparaître pour lui annoncer, en même temps que le châtiment prochain de ses complices, son rôle éminent auprès du futur empereur Alphonse VII. Et de fait, Isidore obtient bien vite sa revanche. Henri de Bourgogne, qui utilisait le couvercle du reliquaire pour nourrir ses chevaux, voit ceux-ci mourir d'indigestion. Lui-même est ensuite pris d'une fièvre qui ne le lâche plus jusqu'à la mort50. Quant au premier responsable, Alphonse le Batailleur, les remords et la maladie ne lui laissent aucun repos. Il est finalement vaincu par les Maures lors de la terrible bataille de Fraga (1133), au cours de laquelle, selon Lucas, il trouve la mort sans que l'on puisse retrouver son corps. Pieuse invention au demeurant, Alphonse étant en réalité mort plusieurs mois après Fraga, non sans avoir eu auparavant le temps de confirmer le fameux testament par lequel il léguait toutes ses possessions aux ordres militaires51. Quant à Urraca, son sort est beaucoup plus nuancé. Pour Lucas, en effet, la reine demeure la mère d'Alphonse VII, empereur couronné à León. Si elle est effectivement coupable d'avoir trop écouté un époux qui représentait le parti des envahisseurs, elle n'en a pas moins fini, après ces événements, par devenir une parfaite dévote d'Isidore et par se faire enterrer dans le monastère de celui-ci. Elle est donc intimement liée au grand centre léonais, qu'elle contribue à honorer de sa propre dépouille royale52 En définitive, ce long épisode a montré comment le fait de violer la sacralité isidorienne, conçue comme soutien de la ville et du royaume de León, pouvait entraîner le rejet, la mort et sans doute la damnation (Alphonse le Batailleur et Henri de Bourgogne), ou au contraire comment le rapprochement avec le saint et la volonté clairement manifestée de le prendre pour intercesseur étaient synonymes de pardon et de salut (Gutierre Fernández et Urraca). Les étrangers ont certes été châtiés, mais davantage comme violateurs de l'espace isidorien que comme envahisseurs. En effet, le simple fait de venir de loin peut fort bien trouver grâce aux yeux de Lucas. D'un point de vue strictement politique, celui-ci ne peut d'ailleurs être trop exigeant en matière de « pureté de sang » : Alphonse VII, le souverain qu'il exalte et place au premier rang dans les Miracula sancti Isidori, n'est-il pas en effet le fils de Raymond de Bourgogne et le cousin de cet Henri, dont il décrit les méfaits et le châtiment ? Il est vrai que Lucas présente ce « bon Français », qu'il confond avec Alphonse de Toulouse, comme « issu du lignage royal des goths »53. Qu'importe. Ceux qui veulent s'intégrer à la communauté léonaise – ou faut-il dire communauté isidorienne ? – peuvent toujours le faire. De ce point de vue, le meilleur exemple développé par Lucas est sans doute celui du Castillan Pedro Fernández de Castro.

Pedro Fernández de Castro : un Castillan chez les Almohades

  • 54 CM, p. 82-83 ; sur la légende des Juges, cf. G. Martin, Les juges de Castille…, op. cit. n. 24, av (...)
  • 55 Cf. R. Cotrait, Histoire et poésie. Le comte Fernán Gonzalez. Genèse de la légende, Grenoble, 1977 (...)
  • 56 Tunc Burgenses comités inito consilio miserunt ad Veremundum regem Legionensium, ut sororem suam S (...)
  • 57 Quamvis antiqui reges patres ipsius leonem depingere consueverant, eo quod leo interpretatur rex v (...)
  • 58 Cf. supra, n. 22.
  • 59 Quelques exemples dans C. Estepa Díez, Estructura social…, op. cit. n. 2, p. 191, n. 155.

15En tant que Castillan, ce très grand personnage n'avait pourtant pas une tâche particulièrement facile. L'anti-castellanisme de Lucas se meut, il est vrai, à l'intérieur de certaines limites. Depuis 1230, le León et la Castille étaient unifiés sous l'autorité du roi Ferdinand III (1217-1252). Jamais, cependant, le chantre d'Isidore ne perd de vue que la source de toute légitimité est léonaise et que les Castillans ont d'abord été soumis. Reprenant l'histoire des juges de Castille, mythe des origines castillanes qui était apparu pour la première fois dans le Liber regum, une courte chronique navarraise rédigée dans le dernier quart du XIIe siècle, il lui donne un sens totalement différent54. Désormais, les Castillans ne se dotent de juges souverains que parce que le roi léonais, Fruela II, est un tyran, et surtout ils reviennent dans la dépendance léonaise quelques années seulement après avoir manifesté des velléités d'indépendance55. La suite du récit montre comment Fernán González, le premier comte castillan, « sème le désordre dans le royaume », et aussi comment la tentative avortée de constituer à la fin du Xe siècle une royauté castillane, avec l'infant Garcia, n'est concevable que par le double octroi d'une épouse léonaise au jeune homme, qui a treize ans, et d'une autorisation du roi de León, Bermude II (985-999)56. Cette dépendance se retrouve encore de façon feutrée lorsque Lucas rapporte des événements récents. Ainsi, lorsqu'il décrit les hauts faits du règne d'Alphonse VIII (1158-1214), un souverain castillan qu'il apprécie entre autres pour être le père de la reine Bérengère, sa protectrice et la commanditaire du Chronicon, il rapporte qu'il fut le premier à mettre un château dans ses armes. Auparavant, en effet, ses ancêtres n'utilisaient que le lion, roi des animaux57. Le grand Alphonse VIII est ainsi situé dans la dépendance d'un lion/León premier dans le temps et dans la hiérarchie. Et pour que l'on ne s'y trompe pas, Lucas rajoute un peu plus bas, sans paraître y accorder trop d'importance, que lorsque le roi léonais Alphonse IX (1188-1230) se mettait en colère, sa voix était semblable à celle d'un lion rugissant58. Ainsi, malgré l'union de 1230, la Castille n'était pas le León, et il n'était pas question de confondre un Castillan et un Léonais. Le surnom de castellanus alors donné à un certain nombre d'habitants de la ville de León, témoigne bien, au même titre que francos, d'un sentiment d'extranéité59. La situation politique, qui opposait régulièrement la Castille et le León dans la seconde moitié du XIIe siècle, renforçait d'ailleurs cette hostilité plus ou moins latente et poussait chaque royaume à bien accueillir les aristocrates exilés par le souverain rival. C'est dans ce contexte politique qu'il faut situer les aventures de la famille Castro, entre les royaumes de Castille, de León, et al-Andalus.

  • 60 Exposé des événements dans J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, Madrid, (...)
  • 61 Sur Alvarus Petri, cf. Chronica latina regum Castellae, 66, L. Charlo Brea éd., Turnhout, 1997 (CC (...)

16Le premier Castro à s'être exilé dans le royaume de León est Fernando Rodriguez. Au début des années 1160, lors de la minorité du roi Alphonse VIII de Castille, deux des plus importantes familles castillanes, les Castro et les Lara, s'affrontent ouvertement pour savoir qui assurera la régence60. En 1162, vaincus, plusieurs Castro, dont Fernando, se réfugient dans le royaume de León. Dès son arrivée, Fernando porte le titre de majordome. Parfaitement intégré, il épouse Stéphanie, sœur du roi Ferdinand II (1157-1188). Pourtant, en 1168, on le trouve à Séville, puis à Marrakech, où il passe avec ses troupes au service du souverain almohade. Il joue alors le rôle d’intermédiaire entre Léonais et musulmans, les premiers recherchant l'alliance des seconds contre les Castillans. Les bonnes relations entre l'exilé, que l'on appelle castellano dans les terres léonaises, et Ferdinand II ne sont d'ailleurs jamais remises en question avant sa mort, qui survient en 1185. Quant à son fils Pedro Fernández, après une brève réconciliation avec le roi de Castille (1185-1188), il succède à son père dans l'exil, dans les honneurs et dans le rôle d'intermédiaire auprès des Almohades pour le royaume de León. En 1195, lors de la fameuse bataille d'Alarcos, il lutte aux côtés des musulmans contre les Castillans, qu'il contribue à vaincre. Malgré une nouvelle réconciliation avec Alphonse VIII, il repart à la fin de sa vie pour les terres islamiques et meurt à Marrakech en 1214, soit deux ans après la victoire chrétienne de Las Navas de Tolosa61.

  • 62 MSI, ms. 63, cap. 18-22, fol. 9-11v.

17L'histoire des Castro, à laquelle il faudrait adjoindre celle du fils de Pedro Fernández, qui lutte aussi un temps du côté des musulmans, mériterait une étude particulière. Du point de vue qui nous intéresse ici, retenons que nous avons affaire à de très grands personnages qui peuvent être considérés comme doublement étrangers. Exilés chez leurs voisins chrétiens, ennemis jurés de leur roi « naturel », ces « Castillans » vivent ensuite de longues années en al-Andalus et en Afrique du Nord, au service d'un pouvoir musulman qu'ils aident sans renier leur fidélité à leur souverain d'adoption. Il n'est pas facile de savoir comment les intéressés, qu'il faut imaginer accompagnés de troupes sans doute importantes, vécurent cet éloignement. Il est en revanche possible de glaner quelques informations précieuses chez Lucas de Túy, car lors d'un séjour à Séville, Pedro Fernández semble être devenu un fervent dévot d'Isidore. Là encore, les passages des Miracula sancti Isidori qui mettent en scène Pedro Fernández mériteraient une étude monographique62. Ignorés, semble-t-il, des spécialistes du monde mozarabe, ils nous renseignent à la fois sur la présence d'une communauté chrétienne dans la Séville almohade, et sur la persistance d'un culte à Isidore plus d'un siècle après la translation des reliques. Contentons-nous ici d'examiner comment Lucas de Tuy, clerc léonais, pouvait percevoir l'action de ce grand aristocrate castillan quelques années seulement après sa mort.

  • 63 Imperiali gothorum progenitus sternale (MSI, ms. 63, fol. 9).
  • 64 Ibid.
  • 65 Commorante autem eo in eodem loco, terrae indigenas ad se venientes exorabat, ut sibi narrarent mi (...)
  • 66 MSI, ms. 63, cap. 19, fol. 9-v, et 20, fol. 9v-10.
  • 67 Ibid., cap. 21, fol. 10-v.
  • 68 Ibid., cap. 22, fol. 10v-1 1. Cf. aussi Vita sancti Isidori, PL 82, col. 52C.

18En tant qu'exilé en terre léonaise, Pedro pouvait assez facilement s'intégrer dans le schéma de Lucas. Ce dernier savait d'ailleurs pertinemment que Pedro était le fils de Stéphanie, une princesse royale léonaise, et c'est sans doute cela qui lui permet de le présenter comme issu du « lignage impérial » des Goths63. Mais ce jugement très positif pouvait-il s'accomoder d'un séjour et d'une activité militaire au service de l'islam, Lucas étant lui-même un ardent partisan de la lutte contre les « ismaélites » païens ? Assurément. En effet, le séjour de Pedro Fernández chez les musulmans représente pour notre hagiographe une occasion irremplaçable de montrer l'étendue des pouvoirs d'Isidore au cœur même des territoires musulmans. Ce ne sont pas moins de cinq chapitres des Miracula qui traitent, plus ou moins directement, de ce sujet. Dans le premier, l'exilé, gravement malade, se fait porter dans l'église d'Isidore, alors située aux portes de Séville, à l'occasion de la fête de Pâques. Il y guérit miraculeusement, et c'est alors qu'il devient un fidèle du saint64. Si les chapitres suivants ne le mettent pas tous directement en scène, Lucas précise bien qu'il a pris connaissance des événements rapportés grâce à ses récits. Pedro Fernández est donc devenu une sorte de trait d’union entre León et Séville. Il a alimenté en récits exotiques et merveilleux la communauté canoniale de Saint-Isidore, à une époque où celle-ci avait justement entrepris un intense effort d'écriture en faveur de son saint patron. Aux dires de Lucas, Pedro aurait consciemment assumé ce rôle, en appelant les représentants de la communauté chrétienne de Séville à lui rapporter consciencieusement les miracles accomplis par celui qui avait été archevêque de la ville65. Nous apprenons ainsi comment Isidore guérit un jeune possédé musulman, poussant son père au baptême, ou encore comment « Miramolin », le souverain almohade, fit détruire l'église du saint car il ne supportait plus l'attrait qu'elle exerçait sur les musulmans aussi bien que sur les chrétiens66. Implacable, la vengeance fit successivement tomber trois alfaquis prêchant du haut d'un minaret construit avec les pierres de l'église. Plus loin, les terrassiers du souverain almohade ne peuvent creuser la zone où a été inhumé le saint et sont pris de terribles douleurs qui les mènent à la mort67. Un ultime chapitre, enfin, nous apprend comment un envoyé du roi de León rapporta de Séville une merveilleuse chandelle, trouvée dans le sépulcre d'Isidore, qui ne s'éteignait jamais et avait été fabriquée par lui68. À l'arrière-plan de tous ces récits, il faut encore une fois placer la conception d'un espace hispanique sanctifié par des reliques, ou ici par le souvenir de reliques. Celles-ci sont un instrument de la victoire contre l'islam, au-delà des alliances conjoncturelles, qui ont certes amené Pedro Fernández à Séville, mais sur lesquelles Lucas reste très discret.

  • 69 L'épisode est inédit car censuré par les Bollandistes… Cf. P. Henriet, « Hagiographie léonaise… »,(...)
  • 70 PL 81, col. 961A-962C. Cf. P. Henriet, « Un exemple de religiosité politique : saint Isidore et le (...)
  • 71 Le phénomène est courant pour les bienfaiteurs. On ne connaît cependant pas de donation particuliè (...)

19L'idée d'une victoire isidorienne contre les musulmans était d’ailleurs un thème très en vogue à León, où elle s'était imposée vers la fin du XIIe siècle. Une anonyme Vita sancti Isidori rapportait ainsi comment Isidore avait mis Mahomet en fuite après que celui-ci eut foulé le sol de l'Espagne69. Le message était clair : sous la protection du saint évêque de Séville, les chrétiens n'avaient rien à craindre des musulmans. Un premier recueil de miracles isidoriens, composé environ une génération avant celui de Lucas, avait parallèlement mis au point la figure d'un Isidore guerrier, ou pour le moins favorisant les entreprises militaires des souverains chrétiens contre l'islam péninsulaire70. Car au-delà du León, c'était bien de la Péninsule qu'il s'agissait. Lucas organise ainsi toute la première partie des Miracula autour d'un axe León/Séville qui symbolise toute l'Hispania. Faire d'Isidore son intercesseur privilégié, c'était donc intégrer cet espace sacré, indépendamment des actions réelles et, dans le cas de Pedro, de l'alliance avec les Maures. Idéologique et symbolique, cette construction n'en était pas moins directement en prise avec la réalité. Après sa mort marocaine, en effet, Pedro Ferández fut sans problème inscrit aux nécrologes de la cathédrale et surtout de Saint-Isidore de León. Dans ce dernier cas, il est même une fois désigné, de façon honorifique, comme canonicus sancti Isidori71. Le culte du saint a donc pleinement joué sa fonction intégratrice. L'étranger n'est plus celui qui vient d’ailleurs, ce qui est le cas de Pedro à León aussi bien qu'à Séville, mais celui qui refuse un culte considéré comme constitutif à la fois d'une communauté humaine, léonaise ou hispanique, et d'une identité chrétienne. La preuve du caractère réfléchi et cohérent de cette construction nous est donnée par Lucas dans un chapitre qui suit les récits consacrés à l'action sévillane de Pedro et peut être lu sans solution de continuité.

  • 72 Cumque redargueretur a christianis, etiam turpiora asserebat procatioribus verbis, facinorosus ill (...)
  • 73 Nec mora et beati Isidori confessons obtentu divina vindicta affuit (ibid., fol. 11 v).

20Dans un texte qui, là encore, offre quelques indications irremplaçables à l'historien des villes et des sociétés hispaniques, nous faisons connaissance avec un fabricant de papier musulman installé dans le ville de León. Ce Maure impie demeure à côté de la collégiale isidorienne, et, précise Lucas, blasphème souvent le saint72. Pis encore, sans respect pour le caractère sacré de l'enceinte abritant les reliques, il met fréquemment son papier à sécher sur les murs de l'église. Un dimanche, après la messe, alors que les chrétiens sont assis et discutent autour du bâtiment sacré, il n'hésite pas à coller « son papier » sur celui-ci tout en s'en prenant verbalement aux spectateurs indignés. Comme l’indique Lucas, « la vengeance de Dieu, par l'intermédiaire d'Isidore, ne tarda pas »73. Le « maudit Maure » se colle une main sur le mur, en même temps que son papier, puis la perd en voulant l'arracher et meurt peu après, possédé du démon. Ainsi, de même qu’un chrétien dévot d'Isidore assure, chez les Almohades, son intégration à une communauté de salut guidée par la figure de son protecteur, de même, un musulman négateur de la sacralité isidorienne à León se fait-il rejeter, sans appel, de cette même communauté. Derrière l'historiette, Lucas marque la parfaite symétrie d'un processus tout entier subordonné au même objectif, la définition d'une identité léonaise et chrétienne.

Arnaldus, ou l'hérésie à l'assaut de l'Hispania

21La vocation pan-hispanique du premier des saints confesseurs wisigoths ne se comprend donc qu'articulée sur un espace symbolique et réel à la fois, qui s'organise autour de ses reliques et d'un axe nord/sud, menant de Séville à León. En termes de communications et d'influences, cependant, l'axe majeur sur lequel se situait la ville de León était est/ouest, car il suivait le chemin des pèlerins, dit chemin de Saint-Jacques. Or dans ce cadre également, le culte isidorien est présenté par Lucas comme une sorte de pompe aspirant ou rejetant les voyageurs en fonction de leur comportement vis-à-vis du « docteur des Espagnes » et du culte des saints. D'un côté, des pèlerins, de l’autre, des hérétiques. À vrai dire, ce sont surtout ces derniers qui apparaissent dans l'œuvre de Lucas, pour l'essentiel dans le De altera vita. En effet, les pèlerins se rendaient à Compostelle et même s'ils passaient par León, il ne s'agissait normalement là que d'une étape. En revanche, si l’on en croit Lucas, au début du XIIIe siècle les hérétiques auraient fait de León une sorte de repaire que lui-même, si l'on comprend bien son récit, aurait contribué à réduire. Contentons-nous d'extraire de celui-ci deux passages-clé, qui montreront d'une part la présence d'hérétiques « étrangers » dans les terres léonaises, d'autre part comment Lucas intègre les faits dans sa propre définition de ce que doit être une communauté chrétienne.

  • 74 Quidam etiam haereticus nomine Arnaldus de confinibus Galliae venit in Hispaniam zizaniam erroris (...)
  • 75 DAV, p. 182.
  • 76 Dicti confessons Synonima pervertebat (ibid.).
  • 77 Coepit Christi confessorem Isidorum blasphemare (DAV, p. 183).
  • 78 In quodam loco sordidissimo ubi multi egrediehantur ad exquisita naturae (DAV, p. 169).
  • 79 Fieri miracula confinxerunt (ibid.).
  • 80 Confluebant de diversis partibus populi ut aspicerent miracula, quae fieri videbantur. Veniebant p (...)
  • 81 M.E. Martín López, Patrimonio documental de San Isidoro de León. Documentas de los siglos X-XIII. (...)
  • 82 Accessit ad concilium et coepit proponere, quod infamia huius facti Hispaniam totam polluerai, et (...)

22Le premier épisode décrit l'action de celui qui semble bien avoir été la figure centrale des hérétiques léonais dans les deux premières décennies du XIIIe siècle. Ce personnage, nommé Arnaud (Arnaldus) était, écrit Lucas, originaire de confinibus Galliae, ce qui pourrait désigner le Languedoc. Toujours est-il qu'il sema en Espagne, apprend-on dans la même phrase, « la zizanie de l'erreur hérétique »74. Il n’est pas facile de savoir quelles théories professait ce mystérieux personnage, qu'il serait sans doute imprudent de cataloguer trop vite comme un simple cathare. À partir de son installation à León, en tout cas, son activité consiste essentiellement à interpoler les écrits des Pères ou à en retrancher certains passages contraires à ses vues. Lucas cite ainsi Augustin, Jérôme, Bernard de Clairvaux et enfin, ce qui ne surprendra pas, Isidore75. Arnaud fait ensuite circuler ces opuscules, ce qui implique une certaine audience dans le monde des lettrés, et donc, vraisemblablement, au sein du clergé. Son châtiment a toutes les apparences d'un règlement de compte, puisqu'en développant son activité à León, c'est Isidore qu'il a directement insulté. Le jour anniversaire de la translation du saint (22 décembre), alors qu'il est en train de pervertir les Synonymes, Arnaud perd l'usage d'un bras et la vue dans un accident76. Lorsque ses voisins chrétiens accourent et lui expliquent qu'il a été châtié pour avoir travaillé le jour de saint Isidore, qui doit être chômé par tous, il blasphème le « confesseur du Christ », sombre dans de terribles souffrances et ne tarde pas à mourir77 Le deuxième épisode peut être daté entre 1232 et 1235, période de vacance du pouvoir épiscopal. À cette époque se développe à León le culte d'un certain Arnaldus, mort une quinzaine d'années plus tôt, qui a toutes les chances d'être notre corrupteur de textes patristiques. Le corps de ce faux saint avait été enterré, dit Lucas, dans un locus sordidissimus où de nombreuses personnes se rendaient ad exquisita naturae78. Il s'agit donc d'un lieu d'inhumation non consacré, situé en marge de l'organisation cémétériale contrôlée par l'Église. Une fontaine se trouvait là, que les promoteurs du culte d’Arnaud auraient teinte en rouge pour faire croire qu'elle donnait du sang. Miraculeuse, cette eau guérissait ceux qui la buvaient79. Or Lucas, scandalisé, presque à contre-cœurs, ne peut dissimuler le succès populaire de ce culte hérétique. Les infirmes, qu'il nous décrit comme soudoyés par les promoteurs de cette condamnable entreprise, ou tout simplement contrefaisant leur maladie, venaient de régions très diverses et feignaient de retrouver l'usage de leurs membres80. Pour bien mesurer l'indignation de l'auteur, il ne sera pas inutile de rappeler la situation de León sur la route de Compostelle. En 1168, en effet, un diplôme de Ferdinand II avait permis à Saint-Isidore de détourner la route empruntée pas les pèlerins, qui devaient désormais passer obligatoirement devant les portes de la collégiale81. Quant aux miracles, Lucas n'avait jamais ménagé ses efforts pour décrire ceux dont Isidore était capable. Or voici que des hérétiques organisaient une sorte de contre-pèlerinage dans la ville même qui était à la tête du royaume. Ainsi que devait le dire devant le conseil de la ville un certain diacre, revenu de Rome pour mettre fin à cette déplorable dévotion, « l'infamie de cette affaire avait entaché toute l'Espagne, et dans la ville d'où sortaient ordinairement les lois de la justice, car elle était la tête du royaume, pullulait maintenant l'hérésie »82. Ce diacre, selon toute probabilité, c'était Lucas lui-même.

  • 83 MSI, ms. 63, cap. 37, fol. 22. Commentaire de cet épisode : A. Martinez Casado, « Cátaros en León  (...)
  • 84 Vocatus est itaque puer theotonicus, MSI, ms. 63, cap. 37, fol. 22v.

23Ces deux histoires, dont il est raisonnable de penser qu'elles tournent autour du même hérétique, cet Arnaldus venu des « confins de la Gaule », présentent l'hérésie comme un mal qui, venu de l'extérieur, attaque l'orthodoxe Hispania depuis l'un de ses centres névralgiques, à savoir la ville de León. Lucas partait certainement d'une situation réelle car, au XIIIe siècle, les quelques cas d'hérésie attestés en Castille et León sont généralement le fait de voyageurs et d'étrangers, qui se situent de préférence sur ce long axe est/ouest menant à Compostelle. Face à eux, les vrais pèlerins constituent un flot de bons étrangers, unis par et dans le culte des saints. Des saints, et non du seul Santiago : chaque jour en effet, des flots de pèlerins venus de toute l'Europe passaient devant l'église de Saint-Isidore. Beaucoup y rentraient. Dans les Miracula, Lucas rapporte à ce propos une histoire assez étonnante, survenue lorsqu'à la fin du XIIe siècle, les chanoines de la collégiale durent faire face à une poussée d'anti-cléricalisme. L'origine de cette crise était, semble-t-il, la prétendue résurrection miraculeuse du prêtre d’un village voisin, qui, connu pour ses exactions et ses assassinats, avait néanmoins su rester dévot d’Isidore. Apparaissant au défunt, celui-ci lui avait expliqué qu'il bénéficierait de trois jours de sursis pour faire pénitence83. Si les chanoines creusaient sa tombe dans l'enceinte du monastère, ils y trouveraient de la poix et de la résine, signe des tourments infernaux qui le menaçaient. Or certains habitants de la ville avaient ostensiblement mis en doute cette histoire et avaient accusé les chanoines de l'avoir montée de toutes pièces. Un accord fut finalement passé entre les deux parties : on prendrait au hasard le premier enfant pèlerin passant sur le chemin de Saint-Jacques, et on lui demanderait de jeter une pierre au-dessus du mur d'enceinte de Saint-Isidore. Les terrassiers creuseraient alors au lieu de l'impact et l'on verrait bien ce qu'ils trouveraient. Lucas précise la provenance du pèlerin choisi, un jeune homme d'origine germanique84. On s'en doute, la résine et la poix furent au rendez-vous pour la plus grande gloire d'Isidore.

  • 85 Vita sancti Isidori, PL 82, col. 127-28 (ariens), 39-40 (hérétiques narbonnais), 42-43 (acéphale).

24Dans cet épisode, l'espace sacré isidorien, menacé par la mauvaise volonté des sceptiques locaux, a intégré l'espace jacobéen. Il a bénéficié des services d'un arbitre germanique, étranger aux querelles locales mais innocent, pieux et surtout dévot du saint léonais. Dans la mesure où il se déplace pour des raisons cultuelles, l'étranger est un allié potentiel d'Isidore. Lumière de la chrétienté, docteur des Espagnes, l'auteur des Étymologies a progressivement été défini comme le premier spécialiste de la lutte contre l'hérésie. Avant même les Miracula sancti Isidori, sa vita le montrait luttant contre les ariens, ce qui n'est pas surprenant, mais aussi contre Mahomet et divers autres hérétiques, orientaux ou narbonnais85. Dans la construction de Lucas, qui est en réalité un assemblage de pièces dont beaucoup existaient déjà, Isidore structure un espace hispanique d'orthodoxie que se surimpose implicitement à un espace d'évangélisation dominé par saint Jacques. Confesseur et saint « historique », Isidore était mieux placé que l'apôtre pour continuer dans la mort ce qu'il avait commencé de son vivant, à savoir protéger l'Hispanie des souillures venues du monde extérieur.

***

25Viscéralement attaché à la ville de León et à tout ce qu'elle représentait dans l'histoire de l'Espagne, Lucas de Túy était aussi un clerc dévoué à l'Église romaine et à ses dogmes, tels qu'ils avaient été rappelés au concile de Latran IV. Vivant dans une ville stratégiquement située sur un axe de circulation majeur, le chemin de Saint-Jacques, lui-même grand voyageur, mais aussi fin connaisseur des traditions locales, fervent défenseur du culte des saints, chantre inlassable d'un Isidore de Séville progressivement « léonisé », il est en définitive l'auteur d'une œuvre importante, sinon en termes d'originalité intrinsèque, du moins par sa cohérence interne. Or celle-ci se construit invariablement sur les notions complémentaires de centralité et d'identité. Centralité de l'espace léonais dans le contexte du morcellement politique ibérique, identité chrétienne face aux dangers multiples que représentaient les musulmans, les juifs, les hérétiques et les sceptiques. Pour souder cette double construction, Lucas a mis en avant ce qui était pour lui, depuis plus d'un siècle, au cœur de toute légitimité léonaise : la présence physique d'Isidore, dont les reliques faisaient de León un lieu central, indépendamment de tout déclin politique, en même temps qu'elles illustraient et structuraient les fondements d'une vie chrétienne largement pensée en termes d'intercession et de culte des saints.

26Dans ce schéma pensé en termes d'appartenance et d'extranéité, d'intérieur et d'extérieur, d’acceptation et de rejet, les étrangers devaient nécessairement avoir un rôle de choix. Ceux que nous présente Lucas ne viennent pas tous du même monde : il y a ceux qui appartiennent à un passé lointain et déjà mythifié, tels le double Bernard de la contre-épopée carolingienne, voire même Mahomet lors de son débarquement avorté en Espagne ; mais il y a aussi des étrangers bien réels, qui, tels Alphonse le Batailleur ou Henri de Portugal, ont laissé dans la mémoire léonaise un mauvais souvenir ; et il y a enfin les étrangers plus ou moins contemporains de Lucas, tels le bon castillan Pedro Fernández de Castro ou l’hérétique Arnaud. Tous ces hommes sont venus d’un cercle extérieur à León, à son espace et à son histoire. Isidore les intègre ou les rejette, selon le respect qu’ils lui témoignent. L'étranger, dans le discours de Lucas, c'est donc, plus que celui qui vient du dehors, celui qui choisit de rester au dehors. N'imaginons cependant pas que ce discours léonais, tenu par un Léonais, ne valait que pour le León. Bien au contraire. Ces conceptions sont caractéristiques d'une époque et d'un milieu où la définition d'une identité propre ne peut être conçue hors d'un cadre intrinsèquement chrétien. Elles valent aussi, selon des modalités variables, pour le reste de la Chrétienté. Remplaçons seulement León par une autre ville ou un autre royaume, Isidore par Pierre ou Paul, les étrangers par d’autres étrangers.

Notes

1 Le terme « mozarabe » est entendu ici de façon classique et qualifie les populations chrétiennes vivant ou ayant vécu sous domination musulmane au sud de la Péninsule.

2 L'histoire sociale de León a été retracée par C. Estepa Díez, Estructura social de la ciudad de León (siglos XI-XII), León, 1977 (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa, 19).

3 La documentation du XIIIe siècle mentionne de nombreux Castellani et Asturiani ; C. Estepa Díez, Estructura social, op. cit. n. 2, p. 190-191. Les Navarrais et les Aragonais sont en revanche plus rares : ibid., p. 189.

4 Outre C. Estepa Díez, Estructura social, op. cit. n. 2, p. 166-170, cf. J. Rodriguez, « Los judíos leoneses en la época martiniana », dans Santo Martino de León. Ponencias del I Congreso Internacional sobre Santo Martino en el VIII Centenario de su obra literaria, 1185-1985, León, 1987, p. 69-85.

5 C. Estepa Díez, Estructura social, op. cit. n. 2, p. 175-176. On voit apparaître en 1165 une area sarracenorum, et, au début du XIIIe siècle, dans le quartier de Saint-Martin, une Cal de moros.

6 Je me permets de renvoyer à P. Henriet, « Hagiographie et politique à León au début du XIIIe siècle : les chanoines réguliers de Saint-Isidore et la prise de Baeza », Revue Mabillon, n.s. 8 (1997), p. 53-82, et « Hagiographie léonaise et pédagogie de la foi : les miracles d'Isidore de Séville et la lutte contre l'hérésie », dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 1997 [à paraître], qui donnent la bibliographie relative à Saint-Isidore et à la translation de 1063.

7 A. Viñayo, « Santo Martino de León y su noticia histórica : Biografía, santitad, culto », dans Santo Martino de León, op. cit. n. 4, p. 339-360, ainsi que les diverses études réunies dans ce recueil.

8 Miracula sancti Isidori : je cite d'après le ms. 63 des Archives de la Collégiale de SaintIsidore de León [= MSI, ms. 63]. Chronicon mundi : Lucae Diaconi Tudensis Chronicon mundi ab origine usque ad Eram MCCLXXIV, A. Schott éd., Hispaniae illustratae IV, Francfort, 1608, p. 1-112 [= CM] ; De altera vita, J. Mariana éd., Ingolstadt, 1612 [= DAV].

9 Ouvrage classique (et vieilli) de M. Defourneaux, Les Français en Espagne aux XIe et XIIe siècles, Paris, 1949.

10 Sur l'utilisation du monde « français » comme un repoussoir permettant de définir une identité hispanique (ici castillane) tout au long du Moyen Âge, cf. A. Rucquoi, « La France dans l'historiographie médiévale castillane », Annales ESC, 44/3 (1989), p. 677-689.

11 Provinciam quoque Galliae, quae Hispania citerior dicitur, sibi rebellantem multis agminihus francorum interemptis subiugavit (CM, p. 55).

12 Collide incitavit Francos ut expugnarent Hispaniam citeriorem (CM, p. 70).

13 Non solum modo insecutionibus barbarorum, verum etiam Francorum armis ex parte Galliarum consurnpti sunt (CM, p. 70).

14 Cf. K. Herbers, « Karl der Große und Spanien – Realität und Fiktion », dans Karl der Große und sein Schrein in Aachen. Eine Festschrift, H. Müllejans dir, Aix-la-Chapelle-Mönchengladbach, 1988, p. 47-55. Dernière édition de l’Historia Turpini d'après le Liber Calixtinus : Liber sancti Jacobi. Codex Calixtinus, K. Herbers et M. Santos Noia éd., Saint-Jacques de Compostelle, 1999, p. 199-226.

15 Carolus rex Franciae et imperator Romanus […] funesta truncatione ismaeliticum populum trucidavit […] Unde transiectis etiam Roscidae vallis montihus suhdidit imperio suo Gotthos, et Hispanos, qui erant in Catalonia et in montibus Vasconiae et in Navarra (CM, p. 75).

16 Ut sibi esset subditus et vasallus (CM, p. 75). Pour une synthèse récente des relations entre le royaume des Asturies et les Francs, cf. A.P. Bronisch, « Asturien und das Frankenreich zur Zeit Karls des Grossen », Historisches Jahrbuch, 119 (1999), p. 1-40, ici p. 1-4.

17 Atque ut secundum sancti patris Isidori [sic ; ajouter instituta ?] viverent tam Iacobitani quam omnis Hispaniae clerus statuit (CM, p. 75).

18 Sub imperatoribus scilicet Lodoico et Lotario contra hostes imperii Romani fortiter dimicavit (Ibid.).

19 Sur la figure de Bernardo del Carpio dans la littérature hispanique, mise au point dans Histoire de la littérature espagnole. 1. Moyen Âge-XVIsiècle-XVIIe siècle, J. Canavaggio dir., Paris, 1993, p. 53-56 (G. Martin). Lucas est le premier auteur à mentionner Bernardo del Carpio.

20 Eo tempore Carolus tertius imperator romanorum cum exercitu magno debellaturus tam christianos quam sarracenos ad Hispaniam properabat (CM, p. 79).

21 Habebat (= Alphonse ΠΙ) secum famosissimum militent Bernaldum, qui in istis praeliis tanquam leo fortissimus se gerebat (CM, p. 78).

22 Vox eius (= Alphonse IX) in ira quasi leo rugiens videbatur (CM, p. 109).

23 Sed Bemaldus cum exercitu christianorum et cum Muza rege Caesaraugustano illi ad clausuras Pyrenoeorum montium obviant hostiliterprodedente dum exercitus Caroli inordinate se gereret, mox in fugam versus est, et multi tam ex romanis quam ex gallis in illo excidio christianorum et sarracenorum gladiis perierunt (CM, p. 79).

24 Cf. G. Martin, Les juges de Castille. Mentalités et discours historique dans l'Espagne médiévale, Paris, 1992, p. 399, n. 108.

25 Orationis etiam gratia ecclesias sancti Salvatoris et sancti lacobi Carolus visitavit, et a glorioso papa Ioanne obtinuit, ut utraque ecclesia metropolitano privilegio frueretur (CM, p. 79). La volonté de conférer une dignité métropolitaine à Oviedo a pour origine une série de faux rédigés par l'évêque Pélage (1101-1129) : mise au point et bibliographie dans D. Mansilla Reoyo, Geografía ecclesiástica de Espana. Estudio histórico-geográfico de las diócesis, 2 vol., Rome, 1994, ici II, p. 26-35.

26 Carolus postea cum rege Adefonso amicitiam fecit, cuius consilio instituta beati Isidori et sanctorum patrum rex Adefonsus in regno suo firmavit (CM, p. 79).

27 Le lien entre cette affaire et la mort de Bernard semble établi par le début de la phrase : Post mortem autem Bernaldi regina Xemena quae regina de Galiis dicitur, coepit callide cogitare qualiter posset virum suum regem Adefonsum a regno expellere et filium suum Garseanum pro eo substituere (CM, p. 80).

28 Le thème de l'introduction en Espagne d'un pouvoir seigneurial oppresseur et opposé aux traditions hispaniques n’est sans doute pas totalement une vue de l'esprit, mais il n'a pas toujours été traité d'une façon très sereine. Il renvoie généralement au comportement d'un certain nombre de monastères ou d’institutions ecclésiastiques « français », à la fin du XIe et au début du XIIe siècle, qui déboucha sur des révoltes armées des dépendants. Mise au point assez tranchante de R. Pastor dans M. Del Carmen et R. Pastor, Historia de España Ramón Menéndez Pidal X/l : los reinos cristianos en los siglos XI y XII. Economías, sociedades, instituciones, Madrid, 1992, p. 81-82.

29 Libros sanctorum patrum diligenter fecit perquiri, et instituta beati Isidori firmiter observari (CM, p. 55).

30 Et dignitatemprimatiae transtulit ad ecclesiam Toletanam (Ibid.).

31 Statuerunt etiam ut scriptores de caetero galicanam litteram scriberent et praetermitterent toletanam in officiis ecclesiasticis ut nulla esset divisio inter ministros Ecclesiae Dei (CM, p. 101).

32 Cf. P. David, Études historiques sur la Galice et le Portugal, du VIe au XIIe siècle, Lisbonne-Paris, 1947, p. 431-439.

33 Cf. en dernier lieu A. Gambra, Alfonso VI. Cancillería, curia e imperio. I Estudio, León, 1997 (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa, 62), p. 127-137.

34 Les mentions antérieures sont celles de l'Historia Silense, du Chronicon Compostellanum et de l'Historia Compostellana.

35 In praedicto synodo almi sacerdotes de fide catholica colloquentes statuerunt ut secundum regulant beati Isidori Hispalensis archiepiscopi ecclesiastica officia in Hispania regerentur (CM, p. 101). Peu après Lucas, Rodrigo Jiménez de Rada, De rebus Hispaniae, VI, 29, J. Fernandez Valverde éd., CCCM, 72, p. 213-214, accepte le changement d'écriture mais gomme soigneusement sa contrepartie « isidorienne » : ibidemque celebrato concilio […] multa de officiis Ecclesiae statuerunt, et etiam de cetero omnes scriptores, ommissa littera toletana, quam Gulfilas Gothorum episcopus adinvenit, gallicis litteris uterentur.

36 C'est la position de J. Freire Camaniel, El monacato gallego en la alta edad media I, La Corogne, 1998, p. 94-124, en particulier p. 122-124. S'il est vrai que la règle de Chrodegang mettait régulièrement à contribution le De ecclesiasticis officiis d'Isidore, on ne voit pas que les chapitres cathédraux ibériques aient été réformés à la fin du XIe et au XIIe siècle en un sens « isidorien », mais bien plutôt, parfois et comme ailleurs, augustinien : état de la question et bibliographie dans U. Vones-Liebenstein, Saint-Ruf und Spanien. Studien zur Verbreitung und zum Wirken der Regularkanoniker von Saint-Ruf in Avignon auf der iberischen Halbinsel (11. und 12. Jahrhundert), 2 vol., Paris-Turnhout, 1996 (Bibliotheca Victorina, 6), ici I. p. 37-46.

37 Je reste donc fidèle à Pierre David malgré le livre de J. Freire Camaniel, important à plus d'un égard, cité à la note précédente. Pour prouver que les diverses allusions (Lucas, mais aussi, entre autres, le Liber sancti Iacobi ou le fameux canon 2 du concile de Coyanza) à une règle isidorienne reposent sur des fondements réels, il faudrait retrouver des règles canoniales « isidoriennes ». Le seul manuscrit que l'auteur avance pour étayer sa théorie est celui (disparu) de Saint-Maurice de Naumburg (chanoines d'Arrouaise), intitulé Ysidori regula de secularibus celericis (sic). Et la Péninsule ? Cf. J. Freire Camaniel, El monacato…, op. cit. n. 36, p. 122, qui renvoie à G. Becker, Catalogi Bibliothecarum antiqui, no 129, p. 70.

38 Quidam maligni detractores coeperunt Ludovici regis Francorum auribus instillare, quod Elisabeth uxorem ejus imperator Adefonsus genuerat de vilissima concubina (CM, p. 104). Toute cette histoire a ensuite été reprise dans les chroniques alphonsines. Cf. la fine analyse de G. Martin, « L'escarboucle de Saint-Denis, le roi de France et l'empereur des Espagnes », dans Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, F. Autrand, C. Gauvard, J.-M. Moeglin dir., Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 439-462. Je remercie l'auteur de m'avoir communiqué son texte avant l'impression.

39 Ut omnem gloriam Hispaniae exhiberent ei (CM, p. 105).

40 Sed ubi rex Ludovicus vend Legionem, occurrit ei imperator Adefonsus cum tam glorioso apparatu, quod ipse rex Ludovicus, et Franci qui cum eo venerant, obstupuerunt (ibid.).

41 Réaction du Capétien : Per Deum, inquit, iuro quod non est gloria similis huic in toto mundo (ibid.).

42 Haec post obitum suum in ecclesia beati Dyonisii est sepulta, et merito sancta regina vocata (ibid.).

43 Le don de l'« escarboucle » n'est pas compensé par un contre-don, ce qui en dit long sur la symbolique de cet impérial présent.

44 MSI, ms. 63, cap. 25-29, fol. 12-13v.

45 Pour retracer l'arrière-plan historique de cet épisode, B. Reilly, The Kingdom of León Castilla under Queen Urraca (1109-1126), Princeton, 1982, p. 87-118.

46 Pour la figure d'Henri de Bourgogne, issu de la maison ducale de Bourgogne et neveu de Constance, seconde épouse d'Alphonse VI, on peut partir de l'article du Lexikon des Mittelalters, IV, col. 408-409 (P. Feige) ; Guttiere Fernández est un neveu du comte Pedro Ansúrez. Il apparaît comme mayordomus d'Urraca entre 1110 et 1117 et occupe encore cette fonction, pour Alphonse VII, en 1134. Cf. B. Reilly, The Kingdom…, op. cit. n. 45, p. 212-213 pour un résumé de sa carrière.

47 Venit cum manu militari permaxima quam tarn ex regno suo quam ex omnibus Galliarum confinibus sibi conduxerat, MSI, ms. 63, fol. 12.

48 Dominicas cruces, calices Christi corpore et sanguine consecratos, sanctae Dei genitricis Mariae et aliorum sanctorum imagines, candelabra, thuribula, fialas, coronas, sanctarum reliquiarum arcellas, aquemanilia, et alia multa insignia ejusdem ecclesiae quae omnia erant aurea vel argentea (ibid., fol. 12-v). Les « effrayants envahisseurs » : horriferi invassores (ibid. fol. 12).

49 Superest adhuc tumulus sancti Isidori auro et lapibus pretiosis coopertus, et calix sardonicus, qui similiter auro purissimo et pretiosis lapidibus est conmixus, et maior crux, cuius corpus crucifixi totus est de ebore grandi, et ipsa crux auro argento insignita et gemmis. clique frontale quod est ante maius altare auro et margaritis fabricatun (ibid. fol. 12v.). On aura reconnu dans cette description le reliquaire d'Isidore et le calice de doña Urraca (fille de Ferdinand Ier et de Sancha), objets aujourd'hui encore conservés à Saint-Isidore, ainsi que le crucifix de Fernando et Sancha, aujourd'hui au musée archéologique de Madrid. Cf. A. Viñayo, León roman, La Pierre-Qui-Vire, 1972, p. 102-106.

50 MSI, ms. 63, fol. 13-v. Henri meurt effectivement peu après la bataille de Viadangos, sans doute avant le 22 mai 1112 : B. Reilly, The Kingdom…, op. cit. n. 45, p. 82.

51 Mort d'Alphonse à Fraga : Rex vero Petrus, ut erat acer et animosus, suorum exercitu congregato juxta oppidum quod Fraga dicitur, illis occurrit, et christianorum actes peccatis principis memorati ab agarenis contrite sunt et in fugam versus est populus chrislianus. Rex autem Petrus nec vivus nec mortuus ab aliquo potuit inveniri (MSI, ms. 63, fol. 13v). Le Petrus du texte est bien Alphonse le Batailleur, qui, selon Lucas ( ?), aurait pris le nom d'Alphonse VI, père d'Urraca, pour plaire à son épouse (ibid., fol. 12, ajout marginal de la même main). Sur Fraga et la mort « réelle » d'Alphonse, J. M. Lacarra, Vida de Alfonso el Batallador, Saragosse, 1978, p. 130-137.

52 Cf. R. Del Arco, Sepulcros de la casa real de Castilla, Madrid, 1954, p. 201. L'attitude ultérieure d'Urraca envers Saint-Isidore et ses rapports avec sa fille Sancha sont détaillés dans le chapitre 30, MSI, ms. 63, fol. 13v-14v.

53 Erat itaque ex regali gotorum stemate in gallicis partibus tolasanorum comes vir clarissimus (cap. 25, MSI, ms. 63, fol. 12). Allusion à cette fausse généalogie d'Alphonse VII dans E. Flórez, Reinas católicas I, 2e éd., Madrid, 1770, p. 193 et 200. L'erreur se retrouve dans les chroniques alphonsines : Primera Crónica general, R. Menéndez Pidal éd., Madrid, 1977, p. 521a. Elle peut venir du fait qu'Elvire, fille d'Alphonse VI et de sa concubine Jimena Nuñez, épousa Raymond de Saint-Gilles. Elvire était donc mère d’Alphonse-Jourdain, lui-même petit-fils d'Alphonse VI au même titre qu'Alphonse VII. Cf. R. Del Arco, Sepulcros…, op. cit. n. 52, p. 191.

54 CM, p. 82-83 ; sur la légende des Juges, cf. G. Martin, Les juges de Castille…, op. cit. n. 24, avec traduction du passage de Lucas p. 237, n. 56, et analyse p. 214-217.

55 Cf. R. Cotrait, Histoire et poésie. Le comte Fernán Gonzalez. Genèse de la légende, Grenoble, 1977, p. 467-468, qui montre comment Lucas interprète la légende dans un sens providentialiste : l'insubordination castillane est un « premier châtiment divin » de l'exécrable conduite du roi Fruela II.

56 Tunc Burgenses comités inito consilio miserunt ad Veremundum regem Legionensium, ut sororem suam Sanciatn comiti Garsiae daret in conjugem, et concederet eundem regem Castellae vocari. Rex atamen Veremundus hoc se facturum promisit (CM, p. 90).

57 Quamvis antiqui reges patres ipsius leonem depingere consueverant, eo quod leo interpretatur rex vel est omnium bestiarum (CM, p. 109).

58 Cf. supra, n. 22.

59 Quelques exemples dans C. Estepa Díez, Estructura social…, op. cit. n. 2, p. 191, n. 155.

60 Exposé des événements dans J. González, El reino de Castilla en la época de Alfonso VIII, Madrid, 1960, 3 vol., ici I, p. 321-336. On trouve également des informations sur les alliances et les combats des Castro, sur plusieurs générations, dans F. Ruiz Gómez, « La guerra y los pactos. A propósito de la batalla de Alarcos », dans Alarcos 1195. Actas del Congreso Internacional conmemorativo del VIII Centenario de la batalla de Alarcos, R. Izquierdo Benito et F. Ruiz Gómez dir., p. 147-167, ici p. 154-156.

61 Sur Alvarus Petri, cf. Chronica latina regum Castellae, 66, L. Charlo Brea éd., Turnhout, 1997 (CCCM, 73), p. 108.

62 MSI, ms. 63, cap. 18-22, fol. 9-11v.

63 Imperiali gothorum progenitus sternale (MSI, ms. 63, fol. 9).

64 Ibid.

65 Commorante autem eo in eodem loco, terrae indigenas ad se venientes exorabat, ut sibi narrarent miracula quae per beatum confessorem Isidorum ibidem Dominus declarabat (ibid.). Pedro Fernández rapporte ensuite à des tiers les histoires entendues : Referebat praeterea praedictus Petrus Femandi aliud miraculum (cap. 20, ibid., fol. 9v).

66 MSI, ms. 63, cap. 19, fol. 9-v, et 20, fol. 9v-10.

67 Ibid., cap. 21, fol. 10-v.

68 Ibid., cap. 22, fol. 10v-1 1. Cf. aussi Vita sancti Isidori, PL 82, col. 52C.

69 L'épisode est inédit car censuré par les Bollandistes… Cf. P. Henriet, « Hagiographie léonaise… », op. cit. n. 6. Vita sancti Isidori : PL 82, col.19-56.

70 PL 81, col. 961A-962C. Cf. P. Henriet, « Un exemple de religiosité politique : saint Isidore et les rois de León (XIe-XIIIe siècles) », dans Fonctions sociales et politiques du culte des saints dans les sociétés de rite grec et latin au Moyen Âge et à l'époque moderne. Approche comparative, M. Derwich et M. Dmitriev dir., Wroclaw, 1999, p. 77-95, ici p. 83-85 et p. 91-94.

71 Le phénomène est courant pour les bienfaiteurs. On ne connaît cependant pas de donation particulière de Pedro à Saint-Isidore. Nécrologes de Saint-Isidore : Real Colegiata de San Isidore de León, ms. 4. Ce codex contient entre autres deux nécrologes qui n'ont pratiquement pas été étudiés. Dans le premier (XIIIe siècle), Pedro Fernandez est inscrit au 10 des calendes de septembre (23 août) : Obiit famuli Dei Petrus Fernandi et Gundisalvus Fernandi milites (fol. 5). Dans le second, qui a été complété au XVIe siècle mais dont la première couche semble assez proche du premier, il se trouve au 12 des calendes de septembre (21 août), peut-être pour rappeler sa parenté avec Alphonse VII, mort ce même jour : Obiit famulus Dei Adefonsus imperator totius Yspanie. Era 1195 […] Eodem die obiit famulus Dei Petrus Fernandi nepos imperatoris miles. Canonicus sancti Isidori. Era 1252 (fol. 50v). C’est également à cette date (mais avec l'année 1215) et en compagnie d'Alphonse VII qu'on le trouve dans différents nécrologes de la cathédrale, dont les premières couches remontent à la fin du XIIe siècle (Códices 12, 18. 28, 37, 39 des Archives de la cathédrale de León). Cf. M. Herrero Jiménez, Colección documentai de la catedral de León X : Obituarios medievales, León, 1994 (Fuentes y Estudios de Historia Leonesa, 56), p. 469, qui donne le texte suivant : Eodem die obiit famulus Dei donnus Adefonsus imperator, era MCLXV (1165), et donnus Petrus Fernandi Castellanus, eiusdem imperatoris nepos, era MCCLIII (1253).

72 Cumque redargueretur a christianis, etiam turpiora asserebat procatioribus verbis, facinorosus ille sanctum Dei Isidorum blasfemando (MSI, ms. 63, fol. 11-v).

73 Nec mora et beati Isidori confessons obtentu divina vindicta affuit (ibid., fol. 11 v).

74 Quidam etiam haereticus nomine Arnaldus de confinibus Galliae venit in Hispaniam zizaniam erroris haeretici seminando (DAV, p. 182). Sur l'hérésie à León au XIIIe siècle, cf. A. Martinez Casado, « Cátaros en León. Testimonio de Lucas de Túy », Archivos leoneses, 37 (1983), p. 263-311 ; F. J. Fernandez Conde, « Albigenses en Castilla y León a comienzos del siglo ΧΙΠ », dans León medieval. Doce estudios, León, 1978 (Colegio universitario de León. Publicaciones, 13), p. 97-114, et, presque identique mais plus accessible, « Un noyau actif d'Albigeois en León au commencement du XIIIe siècle ? Approche critique d'une œuvre de Luc de Tuy écrite entre 1230 et 1240 », Heresis, 17 (1991), p. 35-50 ; P. Henriet, « Hagiographie léonaise… », op. cit. n. 6.

75 DAV, p. 182.

76 Dicti confessons Synonima pervertebat (ibid.).

77 Coepit Christi confessorem Isidorum blasphemare (DAV, p. 183).

78 In quodam loco sordidissimo ubi multi egrediehantur ad exquisita naturae (DAV, p. 169).

79 Fieri miracula confinxerunt (ibid.).

80 Confluebant de diversis partibus populi ut aspicerent miracula, quae fieri videbantur. Veniebant plures, qui erant occulte muneribus subornati. Alii fingentes se esse caecos, alii claudos, alii daemoniacos, alii aegritudinibus vexatos, et hausta fontis illius aqua se mentiebantur recipere sanitatem (ibid.).

81 M.E. Martín López, Patrimonio documental de San Isidoro de León. Documentas de los siglos X-XIII. Colección diplomática, León, 1995, no 89, p. 119-121. Le document est conservé en original (« privilegio rodado », Archivo de la real Colegiata de San Isidoro de León, no 169). Il a été régulièrement recopié aux XIVe et XVe siècles : ibid., no 250, 251, carpeta 9, no 1 et 22 etc.

82 Accessit ad concilium et coepit proponere, quod infamia huius facti Hispaniam totam polluerai, et unde consueverant oriri leges iustitiae, eo quod esset civitas caput regni, inde haeresis pullulabat (DAV, p. 170).

83 MSI, ms. 63, cap. 37, fol. 22. Commentaire de cet épisode : A. Martinez Casado, « Cátaros en León », op. cit. n. 74, et P. Henriet, « Hagiographie léonaise… », op. cit. n. 6.

84 Vocatus est itaque puer theotonicus, MSI, ms. 63, cap. 37, fol. 22v.

85 Vita sancti Isidori, PL 82, col. 127-28 (ariens), 39-40 (hérétiques narbonnais), 42-43 (acéphale).

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site