Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger au Moyen Âge

L'étranger dans les nouvelles de langue d'oïl

Marie-Thérèse Lorcin

Texte intégral

1Toute enquête menée dans les sources littéraires est soumise aux contraintes qu'impose le genre choisi. On ne trouvera pas la même image, ni du réel ni de l'imaginaire, dans l'épopée et dans les fabliaux, dans la poésie lyrique et dans le Roman de Renard.

2La nouvelle telle qu’elle s'épanouit en France au XVe siècle est un récit bref en prose, qui met en scène des personnages peu nombreux et dont le but est de distraire. Les faits racontés sont présentés comme véridiques et survenus récemment en un lieu déterminé. Elle est, comme la plupart des récits brefs, qu'ils soient en vers ou en prose, classée parmi les genres mineurs. Mais ses caractéristiques justifient qu'on l'élise comme terrain de chasse à l'étranger.

  • 1 Voir la bibliographie.
  • 2 Voir les sources imprimées.

3En premier lieu, comme l'ont montré les travaux des spécialistes des littératures médiévales et modernes1, la nouveauté, d'où elle tire son nom, passe alors avant la brièveté. Le narrateur présente en effet les événements racontés comme récents, donc nouveaux pour ses auditeurs et lecteurs. Certes les verbes sont au passé, mais c'est un passé rendu proche par le cadre, les circonstances, les personnages, et souvent par l'intervention de l'auteur lui-même. Les premières phrases assurent immédiatement l'immersion dans le présent. Voici par exemple comment débute la 91e nouvelle du premier des deux recueils qui vont nous retenir2.

« Ainsi que j'estroye n'a gueres en la conté de Flandres, en l'une des plus grosses villes du pays, ung gentil compaignon me fist un joyeux compte d'un homme maryé, de qui la femme estoit tant luxurieuse… »

4Autre exemple : la 58e nouvelle du second recueil.

« Pour acroistre et multiplier tousjours le nombre des centz nouvelles, je vous en vueil icy racompter une petite de la sentence et jugement que fist ung compaignon de Mets en plain auditoire et devant la justice et present aussi ses deux compaignons que illecques estoient, comme vous orrés.
Il n'y a à Metz guiere de gens de nostre temps qui n'ayent bien congneu Colair le boiteux qui soulloit demeurer et tenir ostellerie derrier Sainct Gergonne ».

  • 3 Nouvelles dites de Sens réunies dans la seconde moitié du XVe siècle. Cf. Nouvelles françaises iné (...)

5Pourtant, quoi qu'en dise l'auteur, les faits relatés ne sont pas tous inédits. Les nouvelles rédigées en langue d'oïl entre 1450 et 1515 ont parfois des antécédents en France ou en Italie, dans des œuvres écrites soit en latin, soit en une langue vernaculaire. Le sujet peut être tiré d'un fabliau, d’un exemplum, d'un miracle, d'un lai ; il peut avoir déjà inspiré Boccace ou Chaucer, et poursuivra peut-être son chemin jusqu'à La Fontaine, voire au-delà. C'est ce qu'Ernest Langlois appelait « le matériel roulant du folklore »3, et c'est ce qui maintient une étroite parenté entre le conte et la nouvelle. Mais que les matériaux soient neufs ou d'occasion, l'auteur prend soin de les actualiser. Il modifie l'aventure à son gré, il la délocalise et il l'attribue à des personnages de son choix. Il peut profiter de l'occasion pour remplacer un indigène par un étranger.

6Il est donc tentant de chercher les étrangers que le narrateur introduit dans le récit, de voir s'il fait d'eux des êtres familiers ou exotiques et s'il attribue leurs qualités et défauts à leurs origines.

7En second lieu, la nouvelle de la fin du XVe siècle vise simplement à distraire, et non à édifier. Le ton en est léger, jamais véhément ni tragique. Le style est sobre, évitant l'étude psychologique et la longue description. Le narrateur veut susciter le sourire ou le rire. Aussi tous les moyens sont-ils bons : l'obscène et le scatologique cohabitent avec les traits spirituels et fins.

8On peut donc se demander si les auteurs font de l'étranger un personnage comique, dont le parler, l'allure ou le comportement prêtent à rire. Vieille recette dont le Roman de Renard, pour ne citer que lui, se servait déjà.

  • 4 Les deux recueils seront ainsi désignés : CNN pour le premier, Ph. De V. pour le second.

9La queste à l'étranger s'avèrerait plus fructueuse si elle était menée tout au long du « premier siècle d'or » de la nouvelle de langue française. Le thème prend en effet, dans les récits de Marguerite de Navarre et de Bonaventure des Périers, une ampleur et une variété remarquables. Mais cela dépasserait les limites assignées à ces quelques pages. Seront utilisées ici les Cent Nouvelles nouvelles composées entre 1456 et 1467 dans l'entourage du duc de Bourgogne, et Les Cent Nouvelles nouvelles écrites entre 1505 et 1515 par Philippe de Vigneulles, marchand et chroniqueur messin, qui s'inspire largement de l'ouvrage précédent4.

10Ces deux recueils amènent à faire les mêmes constats. Les étrangers sont peu nombreux dans les nouvelles, et ils sont presque tous jeunes. Le thème le plus exploité est la différence de parler et les méprises qu'elle entraîne. Mis à part ce problème de communication, le comportement des étrangers ne diffère pas de celui des indigènes.

11Sur 240 personnages mis en scène par Philippe de Vigneulles, 16 seulement ne sont pas du pays. Les proportions sont similaires dans les nouvelles bourguignonnes.

12Les étrangers sont les personnages qui ne sont pas originaires de la contrée où se déroule l'histoire. Les nouvelles en effet sont toutes écrites en français, mais leur théâtre est européen. Ainsi, des nouvelles bourguignonnes, 45 se déroulent dans les états du duc, 23 dans le royaume de France mais hors du duché, et 11 dans divers pays : Espagne, Italie,… Les nouvelles messines sont situées en majorité en Allemagne, en Italie et dans la région parisienne, c'est-à-dire dans les pays où Philippe de Vigneulles avait voyagé pour ses affaires. Il peut donc se trouver des étrangers n'importe où. Prenons un exemple dans les Cent Nouvelles nouvelles.

« La XLVe Nouvelle par Monseigneur de la Roche.

Combien que nulle des histoires precedentes n'aye touché ou racompté aucun cas adevu es marches d'Ytalie, mais seullement face mencion des advenues en France, Alemaigne, Angleterre, Flandres et Brabant, si s'estendra elle toutesfoiz, a cause de la fresche advenue, a ung cas a Romme nagueres advenu et connus, qui fut tel. A Romme avoit ung Escossois de l'eage d'environ vingt a XXIJ ans, lequel par l'espace de XIIIJ ans se maintint et conduisit en l'estat et habillement de femme, sans ce que dedans le dit terme il fust venu a la coignoissance publicque qu'il fust homme ; et se faisoit appeler donne Margarite ».

  • 5 CNN, no 45, p. 193-194.

13Donne Margarite gagnait sa vie comme blanchisseuse, bien accueillie dans tous les grands hôtels par les femmes de la maison. Il lui arrivait souvent de passer la nuit en leur compagnie. Le scandale éclata le jour où une fille se plaignit à son père, qui alerta la justice. L'Écossais fut condamné à être promené nu dans Rome, ce qui entraîna des révélations en cascade. « Et après cette punicion il fut banny de Rome, dont les femmes furent bien desplaisantes »5.

14Ce héros trop bien acclimaté est toujours appelé « L'escossois ». C'est le mode de désignation courant dans les nouvelles : un Allemand, un Italien, un Flamand… ; jamais « un étranger ». Le personnage qui n'est pas du terroir est toujours connu et catalogué. On sait toujours d'où il vient. L'expression « d'estrange nacion » est elle-même exceptionnelle. Les étrangers ne forment pas une catégorie vaste et indifférenciée.

  • 6 Il venait « des servantes de partout », remarque Pierre Goubert dans Y. Lequin, La mosaïque France (...)
  • 7 Ph. De V., no 58, p. 242-244.
  • 8 CNN, no 8, p. 48-51.
  • 9 CNN, no 4, p. 36-39.
  • 10 Ph. De V., no 38, p. 177-178.
  • 11 Ibid., no 49, p. 211-213.

15Nous ne connaissons pas toujours l'âge des héros. Mais les étrangers mis en scène, tout comme « donne Margarite », sont jeunes. Valets et servantes6 partent pour aller gagner leur vie, telle la « grosse jeune Allemande qui servoit léans » dans une auberge de Metz7, ou le « jeune compaignon picard » engagé comme valet à Bruxelles8. D'autres sont entrés comme mercenaires dans les armées du duc de Bourgogne, tel le « gentil compaignon escossois, archier de son corps et de sa grant garde »9. L'armée du duc de Lorraine recrute elle aussi de jeunes hommes, tel celui qui, pour s'introduire chez une jolie mercière messine, feint de ne pas comprendre le français10. Des clercs sont envoyés hors de leur pays d'origine faire un stage de formation. Un curé de Metz raconte l'aventure qui lui advint en sa jeunesse dans les environs de Trêves où il s'était égaré de nuit11.

16Ce recrutement permet au narrateur de mettre l'accent sur deux traits typiquement juvéniles : l'audace et la naïveté. Le jeune audacieux entreprend de séduire les femmes du pays, usant de ruses variées, et dans la plupart des cas il réussit. D'autres récits reposent sur l'excessive naïveté du héros ; c’est une recette comique non moins traditionnelle qu'illustre l'histoire du jeune marié prématurément père.

17Ce thème, connu en Italie dès le début du XIVe siècle, est celui de la 29e nouvelle bourguignonne. Un gentilhomme se marie. Pendant la nuit de noces, la mariée accouche d'un beau petit garçon. Au matin, les amis de l'époux qui viennent, selon l'usage, festoyer dans la chambre, s'étonnent de voir celui-ci faire grise mine. Pressé de questions, il leur montre le bébé près de la mère en disant :

  • 12 CNN, no 29, p. 127-129.

« Si a chascune foiz que je recommencerai elle en fait autant, de quoy je pourrai nourrir le mesnage ? »12

18Philippe de Vigneulles transplante l'histoire en Lorraine. C'est le sujet de sa 68e nouvelle.

« A Metz y avoit ung noble seigneur qui se nommoit seigneur Jaique Desch le viez. Celui seigneur avoit une belle servande jeune et en bon point ».

19Ladite servante devint enceinte des œuvres de son maître. Pour sauver son honneur et celui de la servante, le seigneur chercha pour elle un mari et arrêta son choix sur « ung jeune compaignon allement qui estoit tres fort en-amourez d'icelle servande ». Le mariage fut célébré, et l'époux ne s'aperçut de rien car « ce n'estoit que ung droict jobellin et estoit aisez à abuser ». Six mois plus tard la jeune femme accoucha d'un beau fils. Le mari vint se plaindre au seigneur ; il voulait lui rendre sa femme. Non qu'il la soupçonnât le moins du monde de légèreté, mais il craignait qu'elle ne lui fit désormais un enfant chaque demi-an. Il ne pourrait pas nourrir une si nombreuse famille. C'est ce qu'il expliqua en son jargon :

« Hannes, qui bien fort gastoit le roman et parloit malvaix langaige, ait respondus ainsi : « N'y aut, fait-il, myssire, par my fois, mais, myssre, my sus powre compaigne, et my femme y lait heu yn lamfant en demy an et ce fait elle chescun demy an in lanfan, my le pourraige gouverné ? »

  • 13 Ph. De V., no 68, p. 127-129.

20Le seigneur ne put s'empêcher de rire, puis il certifia au pauvre homme que sa femme ne ferait désormais d'enfant que tous les neuf mois, voire une seule fois par an. Il lui donna deux sacs de blé et le mari partit rasséréné13.

  • 14 Ibid., no 4, p. 69-72.
  • 15 Ibid., no 82, p. 322-325

21Remplacer un naïf du terroir par un naïf étranger permet à Philippe de Vigneulles d'introduire dans son récit un motif comique : le parler supposé du « jeune compaignon allement », son « malvaix langaige ». L'auteur fait en effet une place importante au thème des langues et aux méprises que peut faire naître leur diversité. Il vit à Metz, non loin de la frontière linguistique. De plus, ses personnages sont en général d'humble rang et peu instruits. C'est l'origine de mainte difficulté. Ainsi le serviteur d'un curé de Metz, auquel un visiteur demande si son âne a bu au gué, croit qu'on lui parle latin et avoue son ignorance. Car lui prononce « wet »14. Un valet messin accompagnant son maître à Paris se trouve très embarrassé lorsqu'on l'envoie faire le marché car il ne connaît pas le nom local des maquereaux qu'il doit acheter15. Il n'est pas nécessaire d'appartenir à une autre zone linguistique pour échouer dans la communication ; une différence de vocabulaire ou de prononciation suffit… Cependant le fossé majeur sépare évidemment les deux langues, le français et l'allemand. C'est ce que montre la 60e nouvelle, inspirée d'un exemplum (et que reprendra Bonaventure des Périers) : « …de trois Allemens qui allèrent en France pour apprendre à parler françois ». Cette nouvelle conserve, pour une fois, la forme du conte : elle n'est située précisément ni dans le temps ni dans l'espace.

22Les trois personnages arrivent en France avec une si grande envie d'apprendre la langue que, lorsqu'ils entendent un mot, ils le répètent cent fois pour le retenir. C'est ainsi que dans leur premier gîte, ils entendent l'hôte répondre à un client : « Certes je ne sçay, mais a mon advis il me semble que ce sont trois Allemens ». Et l'un deux répète et retient ces mots : « trois Allemands ». Dans le second gîte, un serviteur admire leur « grosse bourse d'argent ». Le second dit tant de fois qu'il grave en sa mémoire : « une grosse bourse d'argent ». Le troisième retint par cœur : « c'est raison », pour l'avoir entendu dire.

23Nantis de ce modeste bagage dont ils sont fort aise, ils poursuivent leur voyage et traversent un bois où ils trouvent le cadavre d'un homme assassiné. Ils décident d'emporter le corps jusqu'au prochain village pour que le défunt puisse recevoir une sépulture chrétienne. Mais ils ne savent s'expliquer. Les habitants en grant émoi vont quérir les officiers, qui posent aux voyageurs des questions qu'ils ne comprennent pas. Qui a tué cet homme ? demande le juge. « Trois Allemens » répond le premier, fier de montrer qu'il « savoit ung mot de françois ». Le juge en conclut qu'il a devant lui les trois auteurs du meurtre, et demande pourquoi ils ont tué. Les second, croyant bien faire : « Ho ! dit-il, une grosse bourse d'argent ». Le juge tire la conclusion logique de cet aveu et déclare « vous en serés tous trois pendus ». À quoi le troisième, qui n'avait point encore placé son mot, rétorque « c'est raison ».

  • 16 Ibid., no 5, p. 40-42.

24On les jette tous trois en prison car avant de les pendre il faut savoir s'ils n'ont point commis d'autres forfaits. On les interroge donc « par un truchement ». Heureusement pour eux, les vrais coupables pendant ce temps sont arrêtés et passent aux aveux. Les trois Allemands libérés avaient eu si peur qu’ils s'en retournent au pays « sans apprendre plus de françois, car sen qu'ilz en avaient apprins leur avoit esté dangereux tellement qu'il y laissairent causy la piaulx ou le mole de leur chaipiaulx »16.

25Hormis leur parler, qui peut entraîner de si fâcheuses méprises, les étrangers des nouvelles n'ont rien d'étrange en leur comportement ni leur aspect.

  • 17 CNN, no 100, p. 356-358.

26Tout d'abord ils viennent de pays voisins avec lesquels les relations sont anciennes : Angleterre, Écosse, pays flamands, Allemagne, Italie, Espagne… Jamais n'est mis en scène un homme venu d'un monde si éloigné qu’il semblerait inconnu, voire inquiétant. Ceux qui vivent en Occident, mais que leur croyance exclut de la communauté, sont simplement évoqués. « Estes vous juif ou Sarrazin que ne gardez-vous aultrement le vendredy ? »17 s'écrie un cuisinier scandalisé parce que son maître, un évêque espagnol, lui fait préparer deux perdrix un jour de jeûne. Mais on ne verra point de juif ni de Sarrasin intervenir dans le scénario.

  • 18 Ibid., no 5, p. 40-42.

27D'autre part, les événements politiques récents, les ravages des armées, l’occupation étrangère, les guerres civiles, ne laissent point trace dans les nouvelles, qui bannissent les souvenirs tragiques ou amers. La seule évocation de la guerre de Cent Ans rencontrée dans les nouvelles bourguignonnes concerne « Monseigneur Talebot, a qui Dieu pardoint, capitaine anglois si preux, si vaillant, et aux armes si eureux, comme chacun scet »18. Mais il s'agit de deux anecdotes des plus divertissantes. Alliés ou adversaires d'hier sont des frères d'armes.

  • 19 G. A. Crapelet, Proverbes et dictons populaires, Paris, 1831, p. 1-124.
  • 20 Ph. De V., no 86 et 87, p. 337-341.
  • 21 Ibid., no 98, p. 387-396.

28De plus on ne retrouve pas dans les nouvelles les « idées reçues » que véhiculent, dès le XIIIe siècle, proverbes et dictons à propos des pays d'Europe, rassemblés par le Concile d'Apostoile et autres listes19. Des particularismes régionaux, qu'ils soient physiques ou moraux, apparaissent parfois sous forme d'allusions malicieuses glissées dans la narration, telles que : « vestu a la fasson d'Alemaingne », « Comme ung jaloux Ytalien », « Comme il est de coustume à celles de Hollande… ». Mais ces pointes sont en marge du scénario et n'y jouent aucun rôle. Il n'y a que deux exceptions, toutes deux dans les nouvelles messines. La bêtise des Champenois20 et la rouerie des Italiens21 sont non seulement énoncées mais montrées en action. Or ces deux particularités ne sont pas le sujet de proverbes.

  • 22 Ibid, no 37, p. 170-175.

29Signalons pour terminer la vision originale de l'Europe des régions donnée dans le sermon d'un frère Prêcheur que Philippe de Vigneulles accable de plaisanteries. Dieu a donné à quelques saints le pouvoir de guérir la peste, mais chacun a reçu ce pouvoir dans un secteur déterminé : saint Gérard de Toul en Lorraine et en Allemagne, saint Sébastien en Lombardie, saint Antoine en Viennois, etc. Inutile donc d'implorer un saint étranger à la région où l'on se trouve22

***

30Dans les nouvelles françaises écrites entre 1450 et 1515, l'étranger est un thème secondaire.

31Plus que par leur nombre réduit, on est frappé par l'aspect familier qui est donné aux personnages. Seul le parler les distingue des gens du terroir. Qu'ils soient auteurs ou victimes des intrigues, l'Écossais ou l’Allemand mis en scène pourrait être remplacé par un indigène, sauf dans les cas où le nœud de l'histoire réside dans la différence des parlers.

32Les nouvelles montrent surtout l'internationalisme vécu par l'aristocratie, les gens d'Église, hommes d’affaires, étudiants et soldats, et même par des jeunes sans le sou qui vont chercher fortune ailleurs. S'ils savent la langue du pays d'accueil, ils s'intègrent sans peine.

33Ces récits assument pleinement la fonction alors dévolue à la littérature de divertissement. Ils contribuent à dédramatiser les différences en mettant en scène des étrangers ni meilleurs ni pires que les hommes du terroir. Le monde que dessinent les nouvelles est débarrassé de ce qui pourrait provoquer animosité, tristesse ou inquiétude. Il n'y a ni famine, ni peste, ni guerre. Trait commun aux genres narratifs qui aux XIVe et XVe siècles veulent simplement distraire : romans, contes et nouvelles, et parmi lesquels le Décaméron constitue la brillante exception.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Sources imprimées

1. Cent Nouvelles nouvelles, recueil rédigé dans l’entourage du duc de Bourgogne entre 1456 et 1467. Cf. Conteurs français du XVIe siècle, P. Jourda éd., Paris, 1965 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 3-359. Le même volume contient l'Heptaméron de Marguerite de Navarre (écrit vers 1546-1548), p. 701-1131 et Les Nouvelles récréations et joyeux devis de Bonaventure des Périers (publié en 1558), p. 361-594, et d'autres textes.

2. Philippe de Vigneulles, Les Cent Nouvelles nouvelles, C. Livingston éd., Genève, 1972 (recueil composé entre 1505 et 1515 par P. de Vigneulles, marchand et chroniqueur messin).

Éléments de bibliographie

R. Dubuis, Les Cent Nouvelles nouvelles et la tradition de la nouvelle en France au Moyen Âge, Grenoble, 1973.

La nouvelle, actes du colloque international de Montréal (1982), M. Picone et al. dir., Montréal, 1983.

« La nouvelle en France jusqu'au XVIIIe siècle », Cahiers de l'Association internationale d'études françaises, 18 (1966), p. 7-102 et 239-262.

La nouvelle française à la Renaissance, L. Sozzi dir., Genève, 1981.

P. Nykrog, « Entre le fabliau et la nouvelle : réflexions sur une longue absence », dans La nouvelle, actes du colloque international de Montréal, op. cit., p. 199-207.

Recueil général et complet des fabliaux des XIIIe et XIVe siècles, A. de Montaiglon, G. Raynaud dir., Paris, 1872-1896, 6 vol.

A. Sempoux, La nouvelle, Tumhout, 1982 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 40).

M. Zink, « Le temps du récit et la mise en scène dans le fabliau et l'exemplum », dans La nouvelle, actes du colloque international de Montréal, op. cit., p. 27-43.

M. Zink, Littérature française du Moyen Âge, Paris, 1992.

Notes

1 Voir la bibliographie.

2 Voir les sources imprimées.

3 Nouvelles dites de Sens réunies dans la seconde moitié du XVe siècle. Cf. Nouvelles françaises inédites du XVe siècle, E. Langlois éd., Paris, 1908 (Bibliothèque du XVe siècle 6).

4 Les deux recueils seront ainsi désignés : CNN pour le premier, Ph. De V. pour le second.

5 CNN, no 45, p. 193-194.

6 Il venait « des servantes de partout », remarque Pierre Goubert dans Y. Lequin, La mosaïque France, Paris. Larousse, 1988, p. 10.

7 Ph. De V., no 58, p. 242-244.

8 CNN, no 8, p. 48-51.

9 CNN, no 4, p. 36-39.

10 Ph. De V., no 38, p. 177-178.

11 Ibid., no 49, p. 211-213.

12 CNN, no 29, p. 127-129.

13 Ph. De V., no 68, p. 127-129.

14 Ibid., no 4, p. 69-72.

15 Ibid., no 82, p. 322-325

16 Ibid., no 5, p. 40-42.

17 CNN, no 100, p. 356-358.

18 Ibid., no 5, p. 40-42.

19 G. A. Crapelet, Proverbes et dictons populaires, Paris, 1831, p. 1-124.

20 Ph. De V., no 86 et 87, p. 337-341.

21 Ibid., no 98, p. 387-396.

22 Ibid, no 37, p. 170-175.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540