Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’étranger au Moyen Âge

Avant-propos

Claude Gauvard

Texte intégral

1Où commence l'étranger dans la société médiévale ? Est-il celui du village proche que les rivalités entre jeunes repoussent symboliquement aux limites du terroir pour mieux surveiller les échanges, qu'il s'agisse des biens ou encore des femmes ? Est-il celui qui, comme dans les villes italiennes ou allemandes, se rencontre dès la porte franchie ? La xénophobie latente fait camper les communautés à l'intérieur des frontières de leur pays de connaissance, dans le rayon étroit des lieux familiers que chacun parcourt à petits pas, ceux où se déroulent les rites de passage, de la naissance à la mort. Ces attitudes s'enracinent dans la pratique, dès le XIe siècle, au moment où se sont affirmées les identités, et elles sont bientôt codifiées. Ainsi, les chartes de franchises sont autant destinées à affirmer des privilèges arrachés aux seigneurs qu'à défendre les intérêts des autochtones contre les étrangers qui fréquentent la ville. Face aux forains, les droits sont soigneusement énumérés. La paix qui doit régner est défensive. Au-delà des murailles ou des croix qui marquent l'espace, commencent l'inconnu et la peur que nourrit un profond sentiment d'insécurité.

2Pourtant, rien ne serait plus réducteur que d'imaginer ces hommes du Moyen Âge les yeux rivés sur les horizons étroits de leurs paysages familiers. Pris dans une mobilité qui conduit à une sorte d'« internationalisme vécu », ces hommes voyagent, pour le travail, les études, l'agrément, la quête de Dieu. De ce point de vue, les actes rassemblés ici constituent la suite logique du XXVIe congrès de notre Société qui portait, en 1996, sur le thème « Voyages et voyageurs au Moyen Âge ». L'exemple type de ces étrangers, qui font presque profession du voyage, est ce Nicolas de Popplau étudié par Werner Paravicini. Le voici parcourant l'Europe dans la seconde moitié du XVe siècle, montant un projet de visite des cours princières, « à mi-chemin entre pèlerinage, Grand Tour et ambassade ». Le modèle vient de loin : les voyages aristocratiques, dont le célèbre voyage en Prusse auxquels il faut ajouter les tournois puis les pas d'armes, ont aguerri les nobles ; le tour des universités, les étudiants ; le mercenariat et les contrats d'en denture, les hommes d'armes. Que dire surtout de ceux que leur état astreint à une nécessaire errance, tels les clercs que leurs études et surtout leurs bénéfices conduisent loin de leur lieu d'origine ? Avec une grande continuité pendant tout le Moyen Âge, les abbés sont des étrangers dans leur propre monastère comme les prélats le sont dans leurs évêchés. Qu'il s'agisse de réformer un monastère ou une institution, le souffle vient aussi de l'étranger qui apporte un savoir-faire joint à la nouveauté. Les grands serviteurs de l'État, tels les baillis ou les sénéchaux en France, ont d'ailleurs un profil comparable. Ne pas être natifs de la circonscription qu'ils dirigent, devient une obligation pour éviter les haines et les faveurs. Etre étranger n'est-il pas alors le meilleur moyen de couper avec ces réseaux de solidarités que tissent naturellement ces hommes et ces femmes pour se défendre de l’âpreté de la vie ?

3La question centrale, débattue au fil des différentes communications, devient alors celle-ci : peut-on, au Moyen Âge, supporter l'étranger ? A-t-on choisi de l'intégrer ou de l'exclure ? La question se pose en termes politiques : le moment où se constituent les états nationaux, quelle que soit leur échelle, marque un point de durcissement qui oblige à codifier le statut de l'étranger et, du coup, lui donne des droits, en particulier ce fameux droit d'aubaine qui permet aux autorités de prendre l'étranger sous sa protection. La question se pose aussi en termes sociologiques : quels sont les lieux privilégiés pour que s'intègre l'étranger ? Incontestablement, la cour des grands est un creuset favorable, qu'on y accède en « nourri », en hôte ou en allié, depuis les temps les plus anciens du haut Moyen Âge jusqu'aux cours princières de la fin de l'époque médiévale, en Orient comme en Occident. Là se développe la curiosité, un luxe culturel qui reste l'apanage des élites. Très différente est la réaction du peuple, enclin à trouver dans l'autre un ennemi d'autant plus pernicieux qu'il cache ses armes, toutes de poison. La société ordinaire se méfie de l'étranger jusqu'à cultiver les outils d'une persécution qui éclate en stéréotypes, dès les XIe-XIIe siècles, comme l'a très bien montré Robert Ian Moore. Comment raisonner la foule qui fait porter sur les épaules de l'étranger les causes inexplicables de son désarroi : épidémies, mauvaises récoltes, effets pernicieux de la guerre ? Quelle autorité peut arrêter le bras de ceux qui reconnaissent l'étranger au premier coup d'œil et cherchent à l'exclure ?

4De ce terrible couple, exclusion-inclusion, découle la partie la plus secrète et la plus difficile à atteindre : comment vivre au Moyen Âge en étranger ? Il ne peut pas y avoir de réponse satisfaisante à cette question qui mesure la souffrance de l'incommunicabilité. En ces temps difficiles, il faut sans doute être doté d'une foi de missionnaire pour résister à l'isolement, celui d'une langue et, tout simplement, d'une civilisation différentes. Car ces hommes et ces femmes, qui sont ce qu'ils paraissent aux yeux des autres, ont du mal à construire leur identité sur la différence. La conformité les rassure. Quant aux souffrances de l'exil, l'historien les saisit par lueurs, celles du bannissement n'étant pas des moindres, qui condamne à errer en d'« étranges pays ». L'attitude au moment de la mort est aussi un bon révélateur. Même un chanoine aussi honoré que Guillaume de Machaut, musicien et poète de cour en cour, ou un pape aussi prestigieux que Clément VI, passé de la Chaise-Dieu à Avignon en franchissant les charges les plus diverses, souhaitent inscrire leur corps mort dans la terre de leur enfance, comme si, au terme des périples de leur vie mondaine, ce retour aux racines favorisait leur entrée dans la paix de l'éternité.

5Comment ces hommes et ces femmes ont-ils pu alors construire cette forme très particulière de réciprocité que rappelait Otto Gerhard Oexle en se référant à la sociologie de Simmel ? La question reste d'actualité, car l'historien est aussi un homme qui ne peut pas rester indifférent au devenir de sa propre civilisation. Or, aucun lieu ne pouvait mieux se prêter à une réflexion sur l'étranger et à se réconcilier avec soi-même que celui de Gottingen où s'est déroulé, en juin 1999, ce XXXe Congrès de la Société des Historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public. Lieu étranger pour les Français que nous sommes, mais lieu d'accueil sous l'égide de la Mission historique française en Allemagne confiée à Pierre Monnet et du Max-Planck Institut für Geschichte que dirige Otto Gerhard Oexle, Göttingen a rassemblé nos deux communautés scientifiques, allemande et française. Nos remerciements vont donc aux organisateurs, ainsi qu'à toutes les institutions et à tous ceux qui ont rendu possible cette rencontre, en particulier la Mission historique française en Allemagne, l'université Georg-August de Gottingen, l'Institut Max-Planck d’histoire de Gottingen, l'ambassade de France à Berlin, le Centre national de la recherche scientifique, la Deutsche Forschungsgemeinschaft de Bonn, la fondation Fritz Thyssen de Cologne et le Haut-Conseil culturel franco-allemand pour son haut patronage. Chacun de nous, en réfléchissant sur le passé médiéval qui constitue sa spécialité, s'est enrichi d'une réflexion sur l’autre et a cessé, pour un temps, de se considérer comme étranger.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540