Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au service de l’Europe

 | 
Didier Georgakakis

Chapitre 1

Une identité contestée
Genèse de la figure de l’eurocrate, entre la stigmatisation et l’affirmation d’un corps supranational différencié1

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre est tiré pour l’essentiel, c’est-à-dire hors des révisions cosmétiques dont il a fait l (...)

1La figure du « technocrate européen » est devenue incontournable dès lors que l’on lit sur, ou que l’on parle de l’Union européenne et de ses lieux de pouvoir (« Bruxelles », « Luxembourg » « Strasbourg », aujourd’hui « Francfort »). Elle revêt des formes différentes et une intensité variable selon les espaces sociaux et les conjonctures : ici le technocrate européen est un doux rêveur, là le bras de commande d’engrenages bureaucratiques surpuissants, là encore un idéologue cosmopolite à la solde du monde des affaires. Mais force est de reconnaître que s’est imposée, pour prendre son acception la plus partagée, la représentation sociale d’un agent « hors sol » aux fortes compétences techniques ou expertes et dépossédant les États ou les peuples par la production de normes et de règlements (au sens large du terme).

  • 2 Pour une liste souvent surprenante des mythes et préjugés dont l’UE a fait l’objet au fil du temps, (...)

2Bien qu’omniprésente, cette figure a peu été analysée pour elle-même. Généralement, les auteurs cherchent à rompre avec le mythe d’eurofonctionnaires monopolisant le pouvoir européen2. Contre le mythe, une partie d’entre eux restituent – souvent à juste titre – toute la complexité des mécanismes de décision pour conclure au pouvoir très relatif des fonctionnaires européens (pour les pionniers de la science administrative de l’Europe, voir Ziller, 1992 ; Quermonne, 1993). D’autres distinguent aussi entre ce qui relève de la technocratie et d’autres formes de gouvernement (politiques bureaucratiques, communautés épistémiques, prises de décision politiques (Radaelli, 1999) ou remettent en cause les représentations populaires, notamment britanniques, qui voudraient que les fonctionnaires européens soient des juristes militants de la cause européenne, en proposant une analyse de la complexité de leurs profils et de leurs attitudes (Kassim et al., 2013).

3Si ces analyses sont en définitive autant d’apports qui permettent d’approcher la réalité plus vaste et plus complexe du champ bureaucratique européen, elles tendent toutefois à ignorer ce qui fait la force et la persistance du mythe qu’elles remettent en cause. Or l’existence de ce mythe de fonctionnaires européens surpuissants pourrait pourtant bien être instructive en elle-même. À l’image de ce Durkheim appelait une « illusion bien fondée », ce mythe pourrait bien devoir sa force aux réalités sociologiques – à commencer ici par les luttes pour le pouvoir, et donc simultanément pour la définition du capital légitime pour l’exercer – dont la construction européenne est l’enjeu.

  • 3 Pour des perspectives semblables sur d’autres objets, voir Lacroix et Lagroye (1992), et Dulong et (...)

4Orienter la question de la sorte, ce n’est pas seulement contribuer à la nécessaire déconstruction du mythe, c’est aussi s’interroger sur la construction de l’identité et du pouvoir symbolique de la fonction publique européenne en tant que groupe et, ce faisant, tenter d’éclairer les voies qui ont l’ont placée en position d’incarner le processus de la construction européenne avec plus de force que tout autre groupe3.

5L’analyse qui suit voudrait ainsi dépasser le débat sur le caractère réel ou non de la figure de l’eurocrate pour s’interroger sur ses usages sociaux et politiques. Il ne s’agira pas, toutefois et comme on pourrait idéalement le souhaiter, de faire une analyse systématique et comparée dans le temps ou dans la diversité des espaces politiques nationaux des usages de la figure. À partir du cas de la France et d’un corpus de presse portant principalement sur les années 1990 et des mémoires de grands acteurs de l’Europe politique, ce chapitre visera plus modestement à en faire une première esquisse. On cherchera ainsi à montrer ce que la genèse et la persistance de cette figure doivent à un vaste travail de construction symbolique qui est directement lié à la création des institutions et aux repositionnements politiques multiples qu’elle a pu entraîner et continue, du reste, d’entraîner.

6L’analyse qui suit montrera en effet que la figure de l’eurocrate et de sa surcompétence est le produit typique – jamais complètement réalisé dans les faits mais cristallisé et comme durci symboliquement à force d’usages multiples – de dynamiques encastrées dans la structure relationnelle que dessinent les luttes dont la définition de l’Europe est l’enjeu. Si cette figure a pu au départ être liée à la dénonciation de la tentation d’une Europe supranationale, son usage se routinise par la suite et s’élargit – c’est en cela un indicateur de l’intégration européenne – à l’ensemble des acteurs qui, sans nécessairement s’opposer à l’Europe, se positionnent (ou reconstruisent leur rôle) en tant que concurrents du personnel des institutions européennes au sein de la nouvelle configuration du pouvoir européen. La figure de l’eurocrate relève en cela bien d’un mythe, soit une figuration inversée des structures sociales démocratiques mises en cause par la construction européenne.

7Il reste que cette cristallisation a une autre origine. Les concurrents des fonctionnaires ne sont en effet pas les seuls à user de cette figure, pas plus que la dénonciation n’est le seul de ses registres. Si les eurofonctionnaires combattent et dénient cette figure pour une part, ils en sont simultanément, et comme par réaction, eux-mêmes les colporteurs. Pour un groupe particulièrement hétérogène et multiculturel, le stigmate, et partiellement son inversion (cette fois au sens de l’inversion du stigmate de Goffman [1963]), fournit le cadre d’une image collective difficile à imposer de l’intérieur. Hommage en actes à des fondateurs appartenant aux cercles modernisateurs (Gaïti, 1998 ; Dulong, 1998), la figure de l’eurocrate a longtemps offert une représentation valorisante pour des agents qui ne provenait pas (ou peu) de la « noblesse d’État » et étaient, dans le même temps, immergés dans une situation marquée par de fortes tensions. Sous l’angle de sa réappropriation, elle est, pour résumer, le produit du travail social par lequel s’opère l’invention d’un groupe de spécialistes des choses européennes, et des processus de stylisation et de démarcation dont elle relève : être « eurocrate », ce n’est pas, comme on le verra, être technocrate, et moins encore bureaucrate (national) tout court.

8Ce chapitre vise à analyser successivement ces deux processus, qui s’entrecroisent et se répondent donc, mais sont aussi tous deux comme encastrés dans les relations de pouvoir en jeu dans la différenciation des institutions européennes et de leurs serviteurs.

Dénonciations des eurocrates et institutionnalisation des « résistances » à la supranationalité

9Selon Katia Seidel (2010), dont les travaux sur la genèse de ce groupe sont sans doute les plus stimulants avec ceux (moins théorisés mais précurseurs) d’Yves Conrad (1992), le terme « eurocrate » serait employé la première fois par The Economist en 1961. Nul doute que l’ouvrage d’Altiero Spinelli (1966), The Eurocrats, en a popularisé l’usage à partir de 1966. Enquêter plus avant sur l’origine du mot aurait peu d’intérêt, mais on peut immédiatement noter que le terme n’était au départ pas nécessairement péjoratif. Difficile, en effet, de voir un fédéraliste aussi important que Spinelli comme un eurosceptique. Il faut dès lors, et avant même de rappeler comment le terme est utilisé sous un jour plus favorable par les principaux concernés, comprendre pour quelles raisons c’est plutôt la figure négative qui s’est imposée. S’il s’est construit assez vite et s’il a persisté comme tel, c’est qu’il est très vite devenu à différents niveaux un instrument des luttes politiques ouvertes par l’institutionnalisation de l’Europe. Pour le personnel politique comme pour des agents appartenant aux cercles plus larges aspirant à peser politiquement à différents niveaux, la dénonciation de la technocratie européenne est vite devenue un instrument pour fonder ou refonder sa position dans le contexte de transformations politiques dont l’intégration européenne fut tantôt l’enjeu, tantôt le prétexte.

Le reflet d’un risque

10Commençons par le plus simple. La figure de l’eurocrate se fonde en premier lieu dans et par les résistances aux dépossessions, réelles ou hypothétiques, mais toujours multiples et entrecroisées, que fait courir la construction européenne. Quelle que soit au bout du compte la forme qu’elle prendra, la construction européenne est en effet saisie dans des cadres très semblables, bien que déplacés de l’État vers une instance supra-étatique, à ceux qui ont accompagné la construction de l’État en Europe. Chaque fois qu’est remis en cause un monopole d’État, ou chaque fois que des acteurs croient en déceler le risque, les résistances sont particulièrement fortes. Ces résistances se matérialisent sur le plan général dans le caractère hybride des institutions européennes, mais elles s’incarnent plus spécifiquement ici dans la dénonciation, c’est-à-dire simultanément dans la construction ou, selon les époques, la réactivation de la figure d’un technocrate de Bruxelles tirant illégitimement les ficelles. C’est particulièrement le cas dans des conjonctures de tensions plus ou moins mises en scènes entre les leaders politiques nationaux et ceux des institutions européennes, mais pas seulement.

11La « dame de fer » a ainsi souvent dénoncé les « technocrates illégitimes » de Bruxelles. Moins cinglant que lorsqu’il dénonçait les politiques antinationales en 1979, Jacques Chirac devenu président ironise à leur endroit (« la technocratie est obligée de se plier à quelque discipline », conférence de presse de Jacques Chirac, Madrid, 16 décembre 1995). Mais avant eux, les formules de Charles de Gaulle ont tracé la voie et forgé un usage. En dehors de l’allusion célèbre à la langue internationale artificielle « volapük » lors d’une conférence de presse de 1962, la dénonciation des technocrates européens par de Gaulle prend sa forme la plus virulente dans un propos privé adressé à des députés :

Que représenterait une Assemblée supranationale siégeant à Strasbourg qui n’aurait aucune prise réelle sur les intérêts nationaux de Paris, de Rome ou de Bruxelles ? Cela ne mènerait à rien. On n’imagine pas un « truc » où des technocrates recrutés par cooptation feraient la loi depuis leurs bureaux. On peut faire des discours sur l’Europe supranationale. Ce n’est pas difficile : il est facile d’être un jean-foutre ! [Adressé à un groupe de députés, 9 juin 1965, cité dans Passeron, 1966.]

12Sans entrer dans le débat plus général de la position de Gaulle vis-à-vis de la construction européenne, plusieurs aspects sont à souligner en ce qui concerne l’opposition gaullienne. Tout d’abord, elle se structure sur le temps long puisqu’on en trouve des traces dès la CECA (voir plus bas). Elle s’inscrit en outre dans une opposition entre le sérieux (que n’ont pas les technocrates, d’après de Gaulle), et le rêve. Ce que dénonce de Gaulle, ce n’est pas la bureaucratie taciturne mais au contraire une bureaucratie d’artistes et d’aventuriers (images qui recoupent celles que donnent à voir, mais dans un autre sens, les pionniers de la construction européenne comme on va le montrer plus loin). Les propos de la conférence de 1954 ainsi que ceux de la campagne de 1965 dans laquelle figure le fameux discours où il se moquait des soutiens à la construction européenne en disant « bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant “l’Europe, l’Europe, l’Europe”4 » en sont exemplaires.

On a vu s’y employer [sur le traité] des synarques qui rêvent d’un empire supranational, des politiques qui croient tout perdu si l’on ne cède à l’étranger, enfin cette sorte de gens qui sont toujours prêts à s’inscrire pour le voyage dans la lune, en souhaitant que le départ soit différé. Tous voulaient être les prophètes de l’Europe et chacun choisissait d’avance quelque éminente fonction dans le commissariat, la cour, l’assemblée du système préconisé. Mais comment croire aux apôtres s’ils posent leur candidature aux Conseils d’administration ? [Conférence de presse du 7 avril 1954.]

Vous en avez qui crient : « Mais l’Europe, I’Europe supranationale, il n’y a qu’à mettre tout cela ensemble, il n’y a qu’à fondre tout cela ensemble, les Français avec les Allemands, les Italiens avec les Anglais », etc. Oui, vous savez, c’est commode, et quelquefois c’est assez séduisant, on va sur des chimères, on va sur des mythes, mais ce ne sont que des chimères et des mythes. Mais il y a les réalités et les réalités ne se traitent pas comme cela [interview radiotélévisée, 14 décembre 1965].

13Enfin, cette dénonciation de la technocratie européenne s’énonce au profit d’une technocratie nationale qu’il souhaite promouvoir. Pendant toute la période 1961-1962, se réunit en effet la « commission Fouchet » qui regroupe d’autres « experts » et donnera lieu au « plan Fouchet » : ce sont là, faut-il le préciser, des mots et des pratiques tout autant « technocratiques ». Par ailleurs, la commission Fouchet prévoit pour la nouvelle Europe qu’elle tente de définir une « commission politique » – le terme est intéressant – composée de hauts fonctionnaires de chacun des États membres. La commission Hallstein est alors « la bête noire du général » selon l’expression de Jean Lacouture (1986, p. 319). Pour tirer toutes les conséquences de ce que de Gaulle est un des initiateurs du mythe de l’eurocrate – au moins en France –, on peut dire ainsi que l’eurocrate est un sous-produit de la technocratie naissante mais dont il représente une figure à la fois étrangère et inversée : le rêve naïf opposé à la raison, la prétention au pouvoir contre l’instrument de la souveraineté.

14Cette dénonciation a sans aucun doute tracé une voie, fixé l’un des usages principaux de cette figure mythique. Cette voie est de fait à présent reproduite dans une succession d’oppositions, non plus seulement entre les États et la commission, mais aussi entre les parlements et l’Europe, aujourd’hui la société civile et la bureaucratie européenne qui en sont comme autant d’équivalents fonctionnels ou structuraux. Pour en donner quelques exemples, les questions orales au ministre chargé des affaires européennes ou les débats à l’assemblée sont ainsi rituellement devenues l’occasion pour les parlementaires de rappeler leur devoir de contrôle de la technocratie bruxelloise. Cette opposition se retrouve aussi dans les tensions existant entre la Commission et le Parlement européen. Pour prendre un exemple du temps de cette enquête – mais on pourrait les multiplier presque à l’infini –, le député socialiste luxembourgeois Ben Fayot apostrophait le président de la Commission en ces termes : « Les eurocrates oublient souvent les préoccupations quotidiennes des citoyens et ils risquent de tuer l’Europe s’ils ne les aident pas à vivre mieux ici, maintenant et tout de suite » (Dernières nouvelles d’Alsace, 25 octobre 1996). Un schème qui s’est largement routinisé depuis.

L’instrument d’une ouverture des possibles politiques

15Reste qu’aux dénonciations fondées sur des résistances, s’en ajoutent d’autres qui relèvent plus de la conquête de positions. Plus généralement, et c’est l’une des évolutions marquantes des usages de cette figure, la réappropriation des accusations des premiers temps apparaît dans un second temps qui renvoie aux transformations des rôles et des possibles politiques engendrées par l’institutionnalisation de l’Europe. Dans ce cas, le recours à la figure de l’eurocrate s’inscrit dans le marché politique national, tantôt comme la possibilité d’un positionnement distinguant, tantôt comme une sorte de passage obligé dans une professionnalisation politique qui intègre désormais l’Europe comme une de ses composantes, et ce à des niveaux très différents.

16Le plus évident tout d’abord. La dénonciation tient tout d’abord lieu d’instrument de démarcation et plus encore de rupture au sein des appareils politiques ou contre eux. Cela fut particulièrement le cas, dans les années 1990, lors du tournant symbolisé par le référendum pour ou contre le traité de Maastricht. On peut en voir une illustration dans le cas de Jean-Pierre Chevènement, pour qui la dénonciation des technocrates de Bruxelles a représenté un point d’appui constant pour fonder sa propre marque politique (Verrier, 1996). On peut bien évidemment en citer d’autres, qu’il s’agisse de la démarcation de Philippe Séguin et de Charles Pasqua au sein du Rassemblement pour la république (RPR) et de la fondation de courants internes à ce parti de droite, ou de la tentative de sortir d’un bocage politique pour de Philippe de Villiers. Les innombrables conférences, discours publics, tribunes, professions de foi, dessins dont rendra compte Le bêtisier de Maastricht que Jean-Pierre Chevènement coédité avec le caricaturiste politique Plantu en sont autant d’archives.

17À ce positionnement sur le marché politique national s’ajoute aussi une professionnalisation sur des marchés politiques et institutionnels plus restreints. C’est le cas en France avec la création d’institutions spécifiquement chargées de la vigilance à l’égard la technocratie européenne. C’est en ces termes à peine euphémisés que sont par exemple décrites les missions de la délégation de l’Assemblée nationale pour l’Union européenne : « le développement des Communautés européennes transférant à Bruxelles un pouvoir de décision dans un nombre croissant de matières relevant du domaine de la loi, le risque se profilait d’une “sous-information” de l’institution parlementaire, risque accru par la multiplicité et la technicité des dispositions du droit dérivé communautaire ». Héritière d’une institution créée dès 1958, la délégation a semble-t-il un rôle accru depuis 1979. Si l’on en juge par ce qu’elle produit, il n’y a pas de doute qu’elle contribue à faire de cette fonction de vigilance à l’encontre de la technocratie une de ses spécialités.

18L’invention du poste de ministre des Affaires européennes et sa « fonctionnalisation » – c’est-à-dire, le processus sociopolitique conduisant à la matérialisation et à la reconnaissance de la position comme fonction au sein d’un système (Lacroix et Lagroye, 1992) – comme relais des États responsables devant les parlements nationaux de la défense de la démocratie contre la technocratie relève d’un même processus (sur les modifications des structures politiques et administratives induites par l’Europe, voir plus largement Lequesne, 1996a ; Kessler, 1992 ; Oberdorff, 1992). On n’en finirait pas, là encore, de citer des exemples. En réponse aux questions des députés, Élisabeth Guigou, ministre délégué aux Affaires européennes qu’on peut là encore difficilement classer parmi les eurosceptiques, affirme ainsi que « les parlements nationaux ont leur rôle à jouer dans la construction européenne afin d’aider à faire une Europe humaine et non une machine technocratique » (Le Monde, 12 octobre 1990, p. 10).

19Dans ce contexte, la « fonction » du ministre se construit sous la forme d’un rôle d’intermédiaire entre l’Europe et les citoyens : il s’agit désormais tantôt de défendre ou d’expliquer ce qui émane du champ de l’eurocratie, de l’autre d’adresser aux eurocrates des mises en garde publiques. Pour ne prendre que deux exemples, les citations qui suivent d’Alain Lamassoure, lui-même ancien haut fonctionnaire et surtout ministre des Affaires européennes entre 1993 et 1995, l’illustrent particulièrement bien sur différentes scènes.

Il convient en effet de faire le ménage pour éviter un excès de bureaucratie et technocratie communautaires [Assemblée nationale, 28 octobre 1993].

D’abord il faut bien comprendre que l’Europe, c’est nous tous. L’Europe, ce n’est pas une technocratie anonyme, ce n’est pas « Bruxelles », ce n’est pas une sorte de complot derrière la scène qui nous régirait tous [discours pour l’inauguration du Centre d’information sur l’Europe, « Sources d’Europe », 18 mars 1994].

20Aux effets de professionnalisation directement liés à l’intégration européenne (comme la création de postes spécialisés sur les affaires européennes dans l’appareil parlementaire et gouvernemental), il faut encore ajouter la redéfinition des fonctions politiques les plus hautes. Il n’est pas de ministres régaliens qui n’aient peu à peu à prendre position sur l’Europe et à s’emparer de la figure. Mais cela vaut plus particulièrement encore pour le président la République. Là encore, la figure de l’eurocrate s’enracine dans le double rôle que peut jouer selon les conjonctures le président de la République : défendre la construction européenne et donc nuancer l’image de la technocratie de Bruxelles et simultanément mettre à distance les eurocrates en se faisant le héraut d’un retour nécessaire aux règles démocratiques. On en trouve des traces dans Démocratie française de Valéry Giscard d’Estaing (1976). Prôner la rupture avec la « mentalité technobureaucratique » lui permet de livrer une conception de l’Europe conforme au modèle de la démocratie française qu’il cherche à promouvoir (p. 166).

21Les occurrences sont encore beaucoup plus nombreuses pour François Mitterrand (président de la République française de 1981 à 1995) dans la conjoncture de 1990 à 1992. Encore davantage que dans le cas de Giscard d’Estaing, le cas de Mitterrand, qui a participé au Congrès de l’Europe à La Haye en 1948 et jouait en faveur d’une Union de plus en plus proche au cours de sa longue carrière, montre clairement que les reconfigurations institutionnelles l’emportent sur les considérations politiques pour ou contre la construction européenne. Si la conjoncture de Maastricht est évidemment importante, ces occurrences correspondent aussi au poids accru de l’Europe dans la fonction présidentielle et à la mise en forme d’un nouveau rôle possible : celui d’initiateur de la construction européenne. En 1992, le discours européen de François Mitterrand consiste par ailleurs à anticiper la perspective alors très envisageable d’une nouvelle cohabitation en situant la présidence sur un terrain politique noble et à l’accumulation de ressources propres (consolidation du « domaine réservé » du président, extension des marges de manœuvre et des espaces d’initiatives). Là encore, le mythe de technocrates se perpétue à la faveur d’une position qui oscille entre la défense de Bruxelles devant l’opinion et la réassurance de la souveraineté nationale contre les abus technocratiques. En témoignent les citations, extraites des déclarations de politique étrangère depuis 1990 répertoriées par le ministère des Affaires étrangères, qui suivent et reflètent des types variés de situations.

Alors, ce changement considérable va donner naissance à des institutions politiques, à des décisions politiques, à une démocratisation aussi de l’Europe. Le Parlement européen doit avoir davantage de pouvoirs et de compétences. Il ne faut pas que ce que l’on appelle la « technocratie » de Bruxelles d’un terme trop souvent péjoratif, car il y a des gens remarquables, il y a Jacques Delors à la tête de tout cela, c’est un homme considérable, gouverne ces millions, ces dizaines de millions, ces centaines de millions d’hommes et de femmes […]. [Paris, 10 novembre 1991, interview accordée à Jean-Pierre Elkabbach sur la chaîne de télévision française, La Cinq].

Que davantage d’oxygène circule dans les rouages de la nation est en soi excellent. Et puisque vous me parlez de technocratie, j’attends de ces contre-pouvoirs régionaux et départementaux qu’ils nous aident à la contenir dans de justes bornes. Ce progrès sera-t-il annihilé par la technocratie européenne ? J’espère que non. Je suis disposé à lutter avec le concours de ceux qui le voudront, en France et ailleurs, pour empêcher que cela se produise. Je les engagerai à s’opposer énergiquement à quiconque voudra mettre l’Europe en carte et réglementer jusqu’à la manière de respirer ou de dormir ! [Paris Match, 6 mai 1992.]

  • 5 Sur ces aspects, voir Haroche, 2013.

22Le cas de Jacques Chirac, devenu président à la suite de Mitterrand, pourrait tout aussi bien être analysé, même si la conjoncture prête un peu moins à un discours sur la technocratie et si c’est la mise en garde qui semble l’emporter lorsqu’il retrouve des accents de candidat : pour le 50e anniversaire du syndicat professionnel majoritaire dans la profession agricole FNSEA le 14 mars 1996, il mentionne notamment « qu’il faut alléger le poids de la technocratie ». Mais le cas de Chirac peut conduire à analyser un autre usage de cette figure. Figure routinisée, le mythe de l’eurocrate apparaît plus généralement mis au service de la routinisation du charisme gaullien (Collovald, 2010). Les héritiers du gaullisme la déplacent du reste pour l’inscrire dans le cadre d’une opposition parlement/commission, représentation démocratique/technocratie qui s’inscrit plus généralement dans le déplacement des foyers d’une construction européenne qui gagne de fait du terrain, alors que de Gaulle, comme nous l’avons vu, tendait au contraire à passer outre le Parlement5.

23Là encore, les exemples sont nombreux. Il s’agit tantôt d’affirmations directes : « L’Europe des technocrates produit des règlements ; l’Europe des politiques n’engendre que des mythes », prononce ainsi Alain Juppé (Le Monde, 12 octobre 1990, p. 10). Le discours contre les technocrates est utilisé pour refaire du lien lorsque la division des courants menace au sein du RPR ; dans un article du Monde, un éditorialiste important de l’époque, André Passeron, montre ainsi que les « chiraquiens » se sont vivement et ouvertement attaqués aux conceptions, selon eux, tout à la fois supranationales, étriquées et technocratiques des socialistes et de la Commission de Bruxelles, présentées par Jacques Delors (Le Monde, 14 mars 1996). Elle est encore un outil favorisant les tactiques consensuelles lorsqu’un leader gaulliste est au gouvernement, tel Édouard Balladur, alors premier ministre, qui met en garde contre les excès bureaucratiques de Bruxelles lors de sa déclaration de politique générale du 10 avril 1993, qualifiée de « mystérieuse initiative » par Le Monde (10 avril 1993).

24La figure participe encore à la politisation des agents politiques les moins dotés de capital politique, qui peuvent dans la dénonciation des eurocrates reconvertir leurs ressources politiques (dans le cas qui suivra, il s’agira de ressources intellectuelles) dans le débat politique. Indépendamment de ce qu’il est le produit d’une conjoncture mobilisée – c’est-à-dire où la thématique est mobilisée de part et d’autre de l’échiquier politique –, le propos de Claude Allègre, un scientifique lançant sa carrière politique, dans une tribune du Monde le 18 avril 1994, en tire tous les traits :

C’est une Europe pour les hommes que nous voulons construire. Pour réaliser un tel changement de cap, sans nul doute faudra-t-il modifier le comportement de la technocratie bruxelloise, et réglementer le lobbying. […] Nous devons changer d’attitude intellectuelle. Nous devons sortir du manichéisme qui consiste, depuis dix ans, à traiter d’anti-européens tous ceux qui proposent de nouvelles voies. Nous devons cesser de penser que la construction de l’Europe se fera uniquement par des moyens technocratiques et diplomatiques. Nous devons aussi abandonner l’idée que tout dépend de Bruxelles.

La construction européenne doit devenir démocratique et culturelle. Instaurons un débat parlementaire européen mensuel. Organisons des rencontres des forces vives européennes patronales, syndicales, intellectuelles. Incitons nos médias à s’européaniser. Consacrons plus de moyens à l’épanouissement des mouvements scientifiques européens. C’est en construisant une Europe des intellectuels, des médias, du livre, du cinéma, du théâtre que nous construirons le véritable contre-pouvoir culturel qui fera contrepoids à la tendance technocratique, hélas éternelle.

L’oracle européen contre le technocrate européen

25S’il y a bien un sujet qui cristallise les craintes ou qui est source d’incertitude, surtout depuis les années 1990, c’est bien la construction européenne et l’euro. Mais l’Europe s’avère d’autant plus source d’incertitude qu’apparaissent des « prophètes », au sens wébérien du terme, qui viennent mettre en forme ces craintes. Réactivant les identités sociales nobles de l’intellectuel contre les pouvoirs, un ensemble d’intellectuels s’inscrit dans une sorte de comité de vigilance antitechnocratique qui contribue à alimenter la figure et plus encore à la colorer en même temps que leurs propos viennent représenter des « références ». Ces intellectuels ne sont pas n’importe lesquels : ce sont les mêmes qui se sont emparés de thèmes tels que les nouveaux styles de vie dans les années 1980, la crise de la représentation par la suite, et qui sont les plus sollicités par les médias. Ils ne sont pas les initiateurs de la thématique de la technocratie de Bruxelles dont l’origine est politique, mais la place particulièrement importante de cette thématique dans les années 1990 leur offre l’occasion de reconvertir un capital médiatique dont la caractéristique majeure est de devoir être entretenue du fait d’une valeur fluctuante en fonction des variations de l’agenda médiatique. La liste, telle qu’on peut la construire à l’aide des journaux et des parutions sur l’Europe, est relativement conséquente puisqu’elle va d’Edgar Morin à Dominique Wolton dont l’essai La dernière utopie occupe une position intermédiaire entre la production savante et intellectuelle.

26L’intervention de ces intellectuels contribue, là encore, à alimenter le mythe en le colorant des caractéristiques qui font le style de ce collège très visible. Les thèses défendues n’ont souvent rien de nouveau puisqu’elles emboîtent le pas d’une tactique politique fréquente des défenseurs de Maastricht : prendre à contre-pied les dénonciateurs des technocrates (et du traité) pour montrer que le traité est le meilleur moyen de lutter contre les technocrates. Mais elles produisent des mots nouveaux, des « concepts » (« l’appareil technobureaucratique européen »), des « tendances » savamment décryptées (« l’hyperdéveloppement d’une Europe technobureaucratique ») ou encore des formules chocs qui viennent servir des prises de position voulues fermes. Edgar Morin parle ainsi du « crétinisme dans nombre de décisions de l’appareil de Bruxelles » (Morin, 1992), ou encore l’essayiste Alain Minc qui énonce que « ce ne sont pas des critères technocratiques de convergence qui serviront de forceps si la situation européenne du moment va à rebours de cet acte fondateur » (Minc, 1992).

  • 6 Depuis l’écriture de cet article, une quantité d’excellents travaux sur l’Europe et le champ journa (...)

27Resterait bien sûr à parler de l’espace journalistique. Bien qu’il mérite une étude à lui seul6, quelques indications – très provisoires – sont néanmoins possibles. Les usages de la figure sont là encore différents selon les positions et les conjonctures, principalement. Tantôt, les agents du monde de la presse se servent de la figure en agitant le spectre de la peur d’une rébellion du peuple contre ses élites : « [Parmi les mesures à prendre pour que la Communauté à douze devienne le noyau de l’Europe de demain], la première est un accroissement des pouvoirs du Parlement européen (sinon gare à la rébellion des citoyens contre les “eurocrates”) », déclare ainsi Jacques Lesourne dans une tribune du Monde (10 juillet 1991). Tantôt, il consiste à flatter les bas instincts comme tend à la suggérer cette formule de « virus technocratique » qu’emploie le journaliste Gérard Carreyrou lorsqu’il interviewe François Mitterrand. Il reste, pour ne prendre que ce dernier cas, qu’il est difficile de faire le partage entre, d’un côté, les demandes de clarification auxquelles répondent les journalistes à partir du moment où le thème – et notamment pendant les débats sur Maastricht – est devenu un enjeu politique et, de l’autre, la « réponse » aux attentes d’un public populaire dont ils anticipent l’europessimisme.

28Si bien d’autres interprétations sont possibles, on remarquera que les journalistes spécialisés sur l’Europe, et accrédités auprès de la Commission, trouvent dans la thématique l’occasion de se livrer à l’art du portrait sur un mode quasi ethnographique. Sans complaisance mais sans accusation ouverte, ils se livrent, souvent avec « humour » et « détachement » à faire la lumière sur cette tribu très fermée des eurocrates. En dehors du livre de Jean de La Guerivière (1992) dont le titre, Voyages à l’intérieur de l’eurocratie, en tire tous les traits, l’exemple qui suit, tiré d’un article de Bernard Brigouleix dans Le Monde, « Ces messieurs du Berlaymont » (le Berlaymont étant le nom du bâtiment du siège de la Commission à Bruxelles), en est un bon indicateur.

La construction européenne n’a pas seulement donné naissance à de grandes espérances politiques et à de gros dossiers techniques : elle a aussi (surtout, selon les mauvaises langues) suscité l’apparition des « eurocrates », ces « technocrates apatrides » dont parlait de Gaulle. […] Les eurocrates constituent à bien des égards une catégorie à part, les membres d’un club fermé. […] Il en va des Institutions communautaires comme de la plupart des entreprises publiques ou privées : les tâches y sont, quantitativement, réparties d’une façon assez inégale. Certains secteurs d’activité, notamment subalternes, ne paraissent pas devoir conduire leurs titulaires au surmenage ou à l’infarctus. D’autres, davantage. En toute hypothèse, il est assez mal vu, passé un certain niveau de responsabilité, de ne pas arborer en toutes circonstances l’air à la fois affairé et résigné du cadre supérieur harcelé par un emploi du temps inhumain […].

29Au total, l’analyse des usages multiples de cette figure rend bien compte d’une multiplication des acteurs qui s’en servent et, simultanément, de la façon et des contextes dont ils le font. D’instrument d’opposition à l’Europe, la figure s’est en outre transformée en une forme de sens commun européen partagé tant par les porteurs d’une définition nationale de la construction européenne que par ceux qui promeuvent une union toujours plus proche. L’extension de l’usage de cette figure indique sinon la réussite du groupe, du moins celle de l’intégration européenne dont la figure de l’eurocrate est devenue une sorte d’emblème. Un paradoxe pour ce groupe qui se trouve en définitive d’autant plus ciblé que progresse le processus qu’il est censé animer. Cela sans oublier que d’autres facteurs s’adjoignent dans la période, comme le triomphe progressif de l’esprit néolibéral qui conduit à dénoncer la technocratie bruxelloise au même titre qu’il dénonce la bureaucratie et l’État à partir des années 1980-1990.

Du côté des eurofonctionnaires : inversion du stigmate et stylisation du groupe

30Dans un discours prononcé en 1981, Émile Noël, longtemps secrétaire général d’une Commission européenne qui lui doit sa structure administrative, déclarait avant de tenter d’éclairer le rôle de cette institution : « L’ironie est facile sur les technocrates de Bruxelles ou de Luxembourg. La complexité de nos institutions fait que l’opinion publique comprend mal le rôle des fonctionnaires européens. Il lui est plus facile de supputer leurs privilèges et de présumer leur inutilité » (Noël, 1981). Quinze ans plus tard, Yves-Thibault de Silguy, alors commissaire chargé des Affaires économiques et financières entre 1995 et 1999 raconte, dans un ouvrage écrit en cours de mandat, combien il s’est efforcé d’être « simple, clair et aussi peu “techno” que possible » lors d’une émission du Club de la presse à la radio française, à laquelle il est invité en début de mandat (Silguy, 1996). C’est dire si la dénonciation des eurocrates perdure et si elle pèse sur leurs représentants. Au point que l’image collective des fonctionnaires européens ne semble pouvoir se développer que dans des cadres fixés par leurs adversaires.

31Loin d’être passifs, les eurofonctionnaires contribuent pourtant à la diffusion du mythe autrement qu’en se défendant dans les cadres d’une « figure imposée » (voir encadré plus bas). Si le mythe perdure, c’est en effet qu’ils se le réapproprient pour une part, voire qu’ils en sont à l’origine en l’intégrant au travail de définition de soi dans lequel ils s’engagent. Tout d’abord, ils emploient le terme – de façon ostensible dans le cas de précurseurs tel Walter Hallstein, premier président de la Commission ou de Robert Lemaignen, commissaire français de 1958 à 1962, qui endossent tous deux volontiers le terme « technocrates » – à la façon d’un lapsus chez de Silguy lorsqu’il souligne qu’« à leur façon, les lobbyistes fournissent aux “eurocrates” une information bien souvent utile » (Silguy, 1996, p. 138) ou encore, au sein même de la Commission, pour dénoncer leurs collègues de la DG de la concurrence lorsque leurs ressources sont en voie de dévalorisation par rapport à celles des économistes de cette direction, le stigmate renvoyant ici aux positions objectives de pouvoir dans une conjoncture donnée (Abélès et al., 1993). Ensuite, ils contribuent pour une bonne part à en façonner l’image : implicitement par un ensemble de pratiques qui concourent à stabiliser leur position ; explicitement par un travail de stylisation qui les démarque, comme on le verra, à la fois socialement et en regard de leurs administrations nationales.

  • 7 Le terme « noyau dur » utilisé par Luc Boltanski (1982) pour désigner le groupe d’agents qui s’est (...)

32Aussi l’hypothèse est permise d’un double jeu consistant à se démarquer de cette figure sans en perdre les avantages. Pour un groupe éclaté, le stigmate fournit non seulement l’occasion d’une image où se manifeste sa puissance collective, mais il permet aussi de faire corps avec cet ensemble de pratiques inédites auquel ont eu recours les eurofonctionnaires pour stabiliser leur position et asseoir leur pouvoir. Transformée en un style très proche de ceux de pères fondateurs mythifiés (le volontarisme, le goût du défi et du travail hors des sentiers battus, une forte dose de pragmatisme, etc.), la figure contribue en outre à donner sens à des trajectoires sociales en ascension qui se réalisent dans une fonction publique investie de nombreux attributs (économiques et symboliques) des « gens du privé ». La figure permet là encore de lire, en creux, les spécificités de l’institutionnalisation de l’Europe politique, mais cette fois sur le versant de la formation du groupe, ou plus justement du noyau dur7, qui en revendique la pérennité.

Une « figure imposée »

Il est difficile de dire à partir de quand on a fait usage de cette figure en interne. On en trouve toutefois des traces anciennes comme dans le numéro 2 de 1965 d’Information syndicale, la revue d’information du syndicat général du personnel des organisations internationales du Parlement qui évoque « les élections présidentielles françaises, dont nous retiendrons ici qu’une évidence somme toute réconfortante pour les eurocrates que nous sommes censés être, à savoir que l’Europe s’est imposée comme un thème majeur de campagne » (Archives Historique de l’UE [IUE], Papier Falcone 4.9). Si l’expression témoigne d’une prise de distance, c’est encore à l’époque surtout par rapport à l’idée que les fonctionnaires pourraient avoir du pouvoir sur l’Europe. Elle devient une figure imposée par la suite, et voit un rebond avec le traité de Maastricht.

Lorsque les commissaires ou les eurofonctionnaires se définissent, c’est alors souvent pour répondre aux accusations qui leur sont faites. Aussi participent-ils, comme malgré eux, à la diffusion de la figure qu’on leur oppose. Le livre d’Yves-Thibault de Silguy (1996), dont la quatrième de couverture souligne qu’il n’est « pas un eurocrate traditionnel », en est un bon exemple. Tout au long de son livre, le commissaire français s’inscrit contre les images de « la “technocratie européenne” coupée des réalités » (p. 10). Il parle ainsi de ce « bouc émissaire idéal (car collectif lointain, et incapable de répliquer » (p. 21) ; de la critique faite à Paris d’un « Bruxelles-qui-croit-pouvoir-nous-imposer-ses-décisions » (p. 65) ; de l’idée que « les eurocrates de Bruxelles prétendent régner jusque dans notre assiette, et veulent en bannir le vrai fromage » (p. 93), ou encore de ce « Bruxelles citadelle mythique » (p. 98). Plus loin, il ajoute : « Autre inquiétude tout aussi fréquente les critères de Maastricht. Ah les critères déflationnistes pour les uns, technocratiques, ou antidémocratiques ; on en entend des vertes et des pas mûres » (p. 206). Ou encore : « Naturellement – c’est de bonne guerre – les adversaires de la monnaie unique ironisent déjà. Quand on n’est pas sûr d’avoir compris de quoi il est question, ou qu’on n’a pas le courage de se plonger dans des détails techniques (mais la chirurgie ou le pilotage des avions aussi, c’est technique : renonceriez-vous à vous faire opérer de l’appendicite, ou à votre prochain voyage à New York, pour ce motif-là ?), il est plus facile et plus reposant de moquer la complexité insondable du projet. À peu près d’ailleurs sur le même ton docte et ironique que l’on eût employé pour dauber, en cas de simplification excessive, sur “ce superbe mépris des technocrates à l’égard des subtilités de la vraie vie”, ou quelque chose d’approchant. Certes, remplacer des monnaies nationales qui ont derrière elles des siècles d’existence, au moins dans leur principe sinon dans leur appellation actuelle, n’est pas simple. Il n’y a pas cependant de quoi se noyer » (p. 213).

L’eurocratie en pratiques

  • 8 Pour un exemple, voir Dewost, 1992.

33La réappropriation du mythe de l’eurocrate s’opère tout d’abord sous une forme implicite, dans la définition du répertoire des pratiques auxquelles ont eu recours les eurofonctionnaires pour parvenir à s’imposer notamment contre les représentants des États. Sous cet aspect, le mythe vient donner sens à des pratiques qui particularisent le groupe et constituent les premières pierres d’une « culture » commune (Bellier, 1994). Ces pratiques sont nombreuses, comme le recours à – ou le repli sur – la technicité et le droit, qui ont représenté des ressources importantes pour imposer puis consolider une position qui était à faire de part en part. Elles se reflètent tout particulièrement dans l’abondante « production » de la Commission et se donnent à voir jusque dans des tentatives de justifications qui, bien que destinées à rompre avec le mythe de l’oisiveté, alimentent la représentation d’une « machine » communautaire8.

  • 9 Ici encore les travaux parus depuis l’écriture de cet article sont nombreux. En France, voir tout p (...)

34À ces pratiques déjà bien analysées9, il faut en ajouter quelques autres qui leur sont liées. Non seulement elles tombent, elles aussi, particulièrement sous le coup des critiques de la technocratie bruxelloise, mais elles contribuent objectivement à en forger les contours et s’inscrivent – comme on le verra plus loin – dans la définition des postes de fonctionnaires communautaires en voie de fabrication. C’est d’abord le recours à l’étude, qui fait son apparition très tôt dans le répertoire des technologies de la Commission, et ce quasi explicitement pour contrecarrer l’hostilité des représentants des États et permettre de réaliser l’harmonisation interne dont la Commission avait besoin. Dans L’Europe au berceau. Souvenir d’un technocrate, Robert Lemaignen, l’un des deux Français nommés à la Commission en 1957, écrit ainsi :

Enfin, il nous fallut étudier objectivement les réactions probables des gouvernements et des administrations nationales devant une révolution institutionnelle sans précédent. Contre des hostilités prévisibles, une position de défense juridique simplement basée sur les textes eût été vaine et maladroite. La consigne générale d’action choisie par nous comporta, au contraire, une étude complète et objective de toutes les questions du ressort de la Commission, poursuivie en liaison avec les administrations nationales et les opinions publiques [Lemaignen, 1964].

  • 10 Pour d’autres exemples, voire Dulong et Dubois, 1999, et tout particulièrement la contribution de M (...)

35Ce recours aux études s’est développé et, d’une certaine manière, s’est renouvelé avec la production de rapports, ou plus tard de livres verts et blancs qui en constituent sans aucun doute la forme la plus médiatisée. La production de ces rapports objective un travail intellectuel qui correspond bien à l’idéal-type technocratique d’une alliance du pouvoir et de la raison experte comme vierge d’enjeux politiques. Rien d’étonnant, au regard de l’utilisation des études comme ressources et de toute la symbolique qui l’accompagne, si s’est imposée l’image d’un groupe réfugié dans une « tour d’ivoire », image qui sert ordinairement à brocarder les savants10.

36Reste que la métaphore de la tour d’ivoire n’est forte que parce qu’elle donne sens à des pratiques de confidentialité qui là encore correspondent tant à la figure qu’aux pratiques « bruxelloises ». Le mystère, ce principe qui permet aux spécialistes de le devenir et qui est plus largement pour Marx au fondement même du pouvoir de la bureaucratie d’État, peut se comprendre ici comme un sous-produit de la nécessité pratique de se couper des influences extérieures. Indépendamment du « style de vie » qu’il reflète, l’extrait qui suit témoigne d’une confidentialité qui s’inscrit dans la définition du bien-être de l’entre-soi et la démarcation à l’égard des pratiques administratives « traditionnelles », c’est-à-dire aussi nationales. Au moins au niveau du collège des commissaires, il témoigne bien en ce sens de pratiques de « groupe ».

Une ou deux pièces plus grandes étaient disponibles à Val Duchesse. Mais nous découvrîmes à cette occasion une des méthodes de travail du président Hallstein : il préférait, disait-il, pour délibérer, une pièce petite et intime – et désirait réduire au minimum le nombre de collaborateurs nous accompagnant aux débats – souhaitant au fond que, dans la plus large mesure possible, les neuf commissaires discutent seuls entre eux. […] Ce n’est pas seulement le caractère très confidentiel de certains débats qui conduisit à cet usage : c’est le fait que, conformément à la doctrine du président Hallstein, I’atmosphère d’une négociation internationale à dix ou douze est profondément différente de celle qui règne au sein d’un aréopage de cent personnes, dans le brouhaha des entrants et des sortants [Lemaignen, 1964, p. 31–32].

  • 11 Sur ce point, voir notamment Lequesne, 1996b.
  • 12 Cette dimension a été depuis bien analysée, voir notamment White, 2003.

37Les exemples d’une appropriation implicite pourraient être multipliés. Il ne fait nul doute que l’utilisation fréquente et stratégique par les eurofonctionnaires d’une notion d’intérêt communautaire concurrençant l’intérêt général dont les élus de la nation (et donc des nations)11 détenaient auparavant le monopole contribue à alimenter la représentation de pratiques technocratiques à l’extérieur. La théorie de l’engrenage et, plus généralement, les schèmes fonctionnalistes qu’utilisent les eurofonctionnaires sont du même ordre. Ils font à ce point partie de leurs croyances – ou de leur certitude dans leur succès – que leur remise en cause nécessite force d’argumentation, comme le montre notamment un discours de Jacques Delors qui appelle à rompre avec l’idéal technocratique et la « méthode de l’engrenage » (Delors, 1996)12. Fondée dans les contraintes très pratiques qui ont marqué l’invention du groupe et la construction européenne, cette appropriation implicite de la compétence basée sur la raison a indéniablement eu pour effet d’alimenter l’image d’un cercle techniquement surcompétent. Il reste qu’à cette appropriation implicite s’ajoute l’appropriation plus explicite de la figure qui s’est jouée dans le travail de stylisation du groupe.

L’eurocratie comme style

38La définition d’un style correspond à un travail important des agents de la Commission lorsqu’ils publient ou se donnent à voir vers l’extérieur. De ce point de vue, leurs productions ont changé de nature. Les mémoires des anciens commissaires, dont certains revendiquent le terme « technocrate », ont représenté pendant longtemps la forme dominante d’une communication vers l’extérieur qui constituait tout le contraire d’un enjeu. L’abondant travail de communication qui caractérise à présent la Commission passe, quant à lui, par la dénégation de l’image de technocrate tout en présentant une figure à la fois régénérée et perpétuant le style des pères fondateurs. Aussi ces productions convergent-elles vers la définition d’un style démarqué de celui du bureaucrate des administrations « classiques » et résolument ancré dans un esprit de pionnier socialement construite et positionnée.

39L’ouvrage de Robert Lemaignen (1964) est, une fois encore, particulièrement exemplaire de ce travail de mise en forme du groupe pour ce qui concerne la période des débuts. Sa position est, en premier lieu, à l’image d’un engagement communautaire qui a d’abord été le fait d’agents extérieurs aux carrières de hauts fonctionnaires nationaux ou au moins sur leurs marges. En 1957, Lemaignen est nommé par hasard, parce qu’Antoine Pinay a refusé le poste dans l’espoir de fonctions politiques à venir plus importantes. Par ailleurs, si Lemaignen a participé antérieurement aux commissions au plan françaises (au sein desquelles il a rencontré des agents qui seraient ses partenaires ou collaborateurs), c’est en tant que représentant du monde économique et du syndicat français du patronat, CNPF, en particulier. Cette position, qui n’est pas atypique dans des univers tels que le Plan ou l’Europe, où l’expérience du monde économique et l’atypisme sont de mise, permet de comprendre que la revendication d’une position technocratique ait pu être gratifiante. Pour des agents accédant à des positions politico-administratives au départ improbables, cette revendication a pu représenter un instrument permettant de compenser un déficit de crédit d’autant plus fort qu’en tant que membre de la Commission, ils étaient au départ symboliquement rabaissés par ceux qui occupaient les positions les plus hautes au sein de l’espace politico-administratif – comme on l’a vu dans les propos de Charles de Gaulle.

40En second lieu, l’ouvrage de Lemaignen est particulièrement exemplaire, au-delà de la revendication du terme dans le sous-titre, Souvenirs d’un technocrate, du sens dont les acteurs cherchent à investir cette figure imposée d’eurocrate jusqu’à aujourd’hui. La formule montre que, loin d’être passive, la réappropriation du stigmate par les eurofonctionnaires s’inscrit dans un important travail de redéfinition (de soi, de la technocratie, de la politique ou encore des autres) :

L’étymologie devrait mieux nous renseigner. La Technè, c’est l’art, dans sa conception et dans sa pratique. Or, de longue date, la sagesse des nations assure que la politique est un art, une « technè ». Quand la polémique oppose le technocrate au politique, peut-elle dire – et cela paraît probable – que le politique, dans la pratique de son « art », subit plus volontiers l’impulsion du sentiment, tandis que le technocrate attache plus d’importance à l’inexorable loi des faits ? Si telle est la conclusion de cette exégèse, constatons que, dans l’histoire, les entraînements affectifs ont causé aux peuples plus de misères que le respect des durs impératifs de la raison.

Va donc pour « technocrate » ; que les « technocrates » éminents aux côtés desquels je suis fier d’avoir travaillé pendant quatre ans acceptent d’un cœur léger ce sarcasme, et continuent à marcher vers le but magnifique qu’ils visent en continuant d’obéir dans leur action autant aux conseils de leur cœur qu’à ceux de leur bon sens [p. 11].

  • 13 Sur le dédain des grands corps à l’égard des postes européens, voir notamment Kessler (1996). Voir (...)

41Sous ces différents aspects, ce travail de redéfinition de soi renvoie bien, là encore, aux processus par lesquels se met en forme une figure institutionnelle : la fabrication de représentations sociales propres aux rôles et aux positions, la définition des usages légitimes et de la frontière vis-à-vis de l’extérieur, etc. Les particularités de cette figure se donnent ainsi à voir tout au long du livre, dans les expériences dont Lemaignen rend compte comme dans les portraits qu’il fait des autres et de leurs « qualités » – dans tous les sens du terme. « Polyglotte, dialecticien subtil, [doté d’une importante] capacité d’écoute » (p. 28). Hallstein est aussi qualifié d’« architecte en institutions internationales » (p. 29). Pour le dire d’une formule, ce témoignage – mais d’autres pourraient être cités – se fonde sur un ensemble d’oppositions structurales plus ou moins implicites : le voyage contre l’immobilisme, l’écoute contre les esprits bornés, la grâce et l’aisance contre la personnalité tatillonne, l’enthousiasme et la passion contre l’idéal-type wébérien d’un fonctionnaire accomplissant sa tâche sans passion, le goût pour les techniques nouvelles contre la routine bureaucratique, la jeunesse d’esprit contre les (lourdes) traditions administratives, etc. Ces oppositions prennent sens dans le contexte concurrentiel d’une lutte contre les administrations et dans le combat que mènent les eurofonctionnaires contre l’a priori de leur illégitimité. Mais elles entrent aussi en correspondance avec les caractéristiques sociales des agents qui s’investissent dans les institutions européennes : une nouvelle haute bourgeoisie extérieure à la noblesse d’État en voie de convertir son pouvoir économique en positions politico-administratives mais sur un espace délaissé par cette dernière13.

  • 14 Voir en particulier Hallstein, 1969 ; Monnet, 1976 ; Marjolin, 1986.

42« Le choix de l’Europe, c’était une aventure » (p. 127). Cette formule de Lemaignen – mais d’autres pourraient être citées14 – illustre bien les conditions d’entrée en fonction des commissaires. Dès 1964, elle représente en même temps une tentative pour inscrire les institutions nouvelles dans une histoire héroïque qui dit bien l’écart distinctif que souhaite faire valoir son auteur. Aussi le fil conducteur du récit de ses mémoires de technocrates est-il très proche de l’invention de la vie d’artiste et c’est de fait dans ce prisme que s’ancre le style de ces technocrates, comme en symétrie à celui de doux rêveur que critiquait de Gaulle. Parmi de nombreuses traces possibles, la description quasi nostalgique de la vie errante de la Communauté les premiers mois, ou encore celle d’une précarité qui place la Commission dans une position de solliciteur très semblable à celle d’un artiste devant son mécène sont ainsi significatives : « La Communauté en fut réduite, pour payer ses premières dépenses, à solliciter des prêts de la C.E.C.A. qui les accorda avec la meilleure bonne grâce. Mais cette position de solliciteurs n’était ni agréable, ni digne » (p. 36). De même, l’imagerie de la bohème (p. 43) et du voyage lors de l’évocation des liaisons nocturnes du « Trans-Europ-Express ». Les annotations sur ses collègues ou collaborateurs sont également l’occasion de décrire des qualités d’originalité et de prophétisme qui caractérisent souvent les avant-gardes. De Louis Armand à la présidence de l’Euratom, il dit ainsi : « C’était un plaisir de l’entendre éclairer les problèmes les plus divers de vues apparemment paradoxales, toujours originales, et souvent prophétiques. » De François-Xavier Ortoli, il vante les mérites et les qualités de la jeunesse, etc.

43En donnant le change à une position sociale, la figure s’inscrit de fait dans la subversion des principes ordinaires et routiniers de l’organisation politico-administrative. Non content de valoriser l’image de parcours hors des sentiers battus, Lemaignen participe à sa manière à la théorie de l’engrenage en annonçant la mort des façons « traditionnelles » d’administrer et de faire de la politique :

Mais animer une Europe politique ne suffit plus : il faut concevoir et bâtir, pour la servir, un appareil administratif et politique entièrement rénové qui soit à l’échelle du monde moderne […]. Il est permis de penser que l’un des bienfaits apportés par l’intégration européenne sera le bouleversement obligatoire des instruments de gouvernement et d’administration contraints, pour s’adapter à une situation et à des dimensions nouvelles, d’utiliser les ressources techniques et les enseignements méthodologiques qu’aujourd’hui seule la politique – au sens étymologique du terme – néglige pour son action. Vouloir faire l’Europe, c’est aussi vouloir faire cela ; c’est bien une mission digne de la France que de se passionner pour cette œuvre [p. 211-212].

44Dans un contexte particulièrement tendu – Lemaignen publie en plein débat autour de la commission Fouchet –, c’est enfin l’enthousiasme qui prévaut. La conclusion de l’ouvrage permet sous cet angle de mieux comprendre une autre variante de ce style : la dimension « militante » au principe de l’engagement européen et de la formation de ressources symboliques propres au groupe. Le discours pour la jeunesse et contre le conservatisme dans lequel s’incarne cette foi militante fait écho à la voie de salut que représente la fonction publique bruxelloise (au contraire, là encore, de nationale) pour les membres des groupes sociaux en ascension.

Sans doute l’évolution vers une intégration politique européenne se heurte-t-elle aujourd’hui chez nous à la conjonction d’un nationalisme rénové et d’un conservatisme administratif traditionnel. Mais cette opposition est numériquement faible : ni les élites intellectuelles, ni la jeunesse n’oublient que la France s’est toujours enthousiasmée pour les risques de demain, jamais pour les sécurités d’hier. Tôt ou tard – pas trop tard, espérons-le –, elle se passionnera pour cette Europe de l’avenir dont j’ai cherché à décrire les premiers pas. La Communauté économique européenne, dans sa première ébauche, a déjà connu d’éclatants succès et de graves difficultés : ni les uns ne l’ont grisée, ni les autres abattue. Elle devra encore traverser bien des tempêtes pleines d’enseignements pour l’équipage ; elle les défiera sereinement et, continuant sa route, voguera vers son idéal : une Europe politique puissante, moderne et fraternelle, dont le monde a besoin pour le guider de nouveau [p. 216-217].

45Les énoncés qui précèdent tirent tous les traits d’une stylisation qui s’est réalisée pour une grande part. Cette mise en forme symbolique rejoue le travail de stylisation homologue des hauts fonctionnaires français sous la Quatrième République mais, si elle se révèle dans un autre espace que celui de la Cinquième République (sur ces aspects, voir Gaïti, 1998 et 1999), cette révélation prend une force identique. De façon presque homothétique au cas des hauts fonctionnaires se révélant sous le gaullisme, elle lie ici l’accomplissement personnel des eurofonctionnaires à cette autre prophétie que représente la construction européenne. Ce sont sans doute là des origines symboliques, avec d’autres investissements plus matériels et constants (Mangenot, 2001), du mythe partiel d’une fonction publique européenne héritée d’un Français.

46Il reste qu’elles ont pris sens et produit des effets beaucoup plus larges. Ces définitions de l’institution et du groupe qui la porte sous la forme de la passion et de l’ouverture au monde perdurent et ont par la suite pris sens dans des transformations objectives, et ont sans doute été appelées lors de la création d’un modèle qui aspirait à lui des agents dotés d’aspirations homologues au-delà des frontières nationales. Lorsque dans Voyage à l’intérieur de l’eurocratie, Jean de La Guerivière (1992) évoque ces « sciences po » qui investissent en nombre la Commission, qui ont le goût des langues, des voyages et de l’aventure, il indique ainsi en creux tout à la fois la relative homologie des habitus et le travail institutionnel consistant à les faire converger (voir chap. 2) dans la stylisation d’une figure commune de nouveaux grands commis.

  • 15 Voir aussi les articles dans la revue Problèmes politiques et sociaux, 713-714, 22 octobre-5 novemb (...)

47Les caractéristiques sociales liées à ces représentations de la fonction rencontrent, du reste, les caractéristiques de situations qui particularisent les postes communautaires et la façon dont ils se donnent à voir. Les enquêtes publiées à la fin des années 1980 – et c’est en tant qu’opinion publiée qu’elles ont ici leur intérêt – font ainsi valoir la critique par les eurofonctionnaires de la lenteur des procédures administratives, du trop faible prestige de la Commission, mais aussi la valorisation de l’ambiance, de l’intérêt du travail ou encore des responsabilités qu’ils assument (enquête de la CEGOS publiée dans El País, 2 novembre 1988)15. De même, les propos d’eurofonctionnaires cités par le travail des anthropologues qui ont étudié la Commission dans les années 1990 montrent combien ils fondent leur image dans le cadre d’une fonction publique qui comporte tous les attributs du secteur privé (la flexibilité, la relégation de l’ordinaire…) et les situe socialement dans la position d’une élite nouvelle et (à l’époque) fière d’elle-même : « À la Commission, tout va plus vite que dans une administration ordinaire. On avance sans se retourner. C’est comme si l’on conduisait sans rétroviseur » ; « Il faut aller de l’avant, le rythme de travail est fait d’accélérations liées aux exigences de la conjoncture » (Abélès et al., 1993).

48Les lieux où se manifeste cette figure revisitée ne manquent pas (essais, journaux internes, etc.). Image d’une institution destinée à attirer de nouveaux entrants, les profils de postes publiés par la DG en charge de l’administration et du personnel, comme les témoignages d’acteurs qui les accompagnent (voir encadré ci-dessous), représentent ainsi une bonne illustration de la mixité des modèles de référence et simultanément des stratégies de distinction sociale du groupe. Le ton et le contenu des fiches de postes tranchent assez nettement avec leur équivalent dans la fonction publique nationale ou territoriale. Après avoir souligné que « seuls les meilleurs sont retenus », la fiche décline les valeurs de « dynamisme, d’initiative, de compétence dans la gestion des personnes et des ressources, et d’imagination », les « perspectives de carrières stimulantes », voire fait l’éloge d’un esprit entrepreneur aux limites d’un idéal-type « commando » (c’est du reste aussi le registre des « task forces » de la Commission) : « La grande diversité des activités de la Commission ajoutée à la taille relativement réduite de l’institution signifie qu’il est possible d’accéder très rapidement à un grand niveau de responsabilité et d’avoir une carrière motivante. »

49Le témoignage, en l’occurrence ici celui d’une Française de 33 ans fonctionnaire de la catégorie A, va dans le même sens. Il témoigne des qualités d’ouverture d’esprit, et du goût des langues et des voyages requis : « La formation universitaire classique, en droit et sociologie, m’a ouvert la porte à une spécialisation en droit européen au Collège d’Europe de Bruges, où j’ai découvert la richesse de vivre et travailler avec des nationalités et des langues différentes. » Le poste a été trouvé grâce à un dynamisme propre à la jeunesse – grâce à l’expérience d’un « job étudiant » – puis la carrière se déroule dans l’enthousiasme et passe par l’acquisition de responsabilité, autant d’éléments qui distinguent les carrières au sein de la Commission de celles réputées toutes tracées au sein de l’Administration : « L’une des caractéristiques de ce travail, comme tous les emplois à l’intérieur de la Commission, est la dimension plurinationale et multilingue. Cela oblige à une gymnastique quotidienne salutaire. » Mais la conclusion est plus explicite encore : « Pour moi, qui avais le goût du service public, la dimension européenne est un privilège dont je ne me lasse pas pour l’instant. »

50L’image d’un groupe de « privilégiés » n’est, au total, pas vraiment surprenante. En dehors même des conditions objectives qui distinguent les eurofonctionnaires (et notamment le salaire), cette image tire sa force du travail de stylisation accompli et perpétué par le groupe. Elle en est l’une des marques internes et fonctionne longtemps comme l’un des rares points de repères collectifs, comme le donnent à penser les mobilisations du groupe au printemps 1991 ou à l’été 1998. Mais l’image de l’« eurocrate » place aussi les spécialistes statutaires de l’Europe dans une situation unique auprès de leurs concurrents pour revendiquer avec un certain succès le leadership, sinon complètement le monopole, dans la définition légitime de l’intérêt communautaire. Sous sa forme retravaillée et pour partie réinvestie par les eurofonctionnaires, la figure comme les ressources qu’elle appelle pour l’incarner (i.e. le capital intellectuel et ou militant, les dispositions visionnaires, etc.) sont en cela loin d’être le moindre des atouts.

Les « profils » de postes

On reproduit ici les profils de poste publiés en 1997 par la DG9 (ce serait aujourd’hui la DG Ressources humaines et Sécurité). Au descriptif des postes de la catégorie (seul figure ici celui de la catégorie A – aujourd’hui AD) s’ajoute un témoignage.

POSTES DE CATÉGORIE A

Le personnel de la Commission est le reflet de la diversité culturelle des pays membres de l’Union européenne. Ses agents doivent se sentir à l’aise dans un environnement de travail multiculturel et multilingue, hors de leur pays d’origine.
Les emplois sont accessibles aux jeunes hommes et femmes qui sont ressortissants d’un État membre de l’UE. Le recrutement s’effectue principalement par voie de concours général. Pour pouvoir être admis dans l’une de ces catégories, les candidats doivent faire preuve de compétence, d’initiative et de motivation. Seuls les meilleurs sont retenus.
En particulier les candidats à un poste de la catégorie A à la Commission devront faire preuve de dynamisme, d’initiative, de compétence dans la gestion des personnes et des ressources, et d’imagination. En tant que nouvelle recrue à la Commission vous avez des perspectives de carrières stimulantes. La plupart des postes offerts aux jeunes diplômés relèvent de l’administration et de la gestion au sens large, et beaucoup de postes sont ouverts aux diplômés de toutes les disciplines.
Un fonctionnaire peut aussi bien s’investir dans la législation sur l’environnement que dans les négociations avec un pays tiers ou s’occuper de la mise en œuvre de la politique agricole commune… La grande diversité des activités de la Commission ajoutée à la taille relativement réduite de l’institution signifie qu’il est possible d’accéder très rapidement à un grand niveau de responsabilité et d’avoir une carrière motivante.
[…]
Nom : Isabelle Le Moal
Âge : 33
Nationalité : française

La formation universitaire classique, en droit et sociologie, m’a ouvert la porte à une spécialisation en droit européen au Collège d’Europe de Bruges, où j’ai découvert la richesse de vivre et travailler avec des nationalités et des langues différentes.
Dès lors, j’étais décidée à me présenter à un concours communautaire. Avant de passer le concours, j’étais assistante au Collège d’Europe, puis membre du service Porte-parole de la Commission, chargée d’expliquer aux journalistes le contentieux communautaire. C’est l’expérience de la presse acquise au Télégramme de Brest pendant quatre étés de job étudiant qui m’avait permis d’accéder à ce poste.
Une fois le concours passé, j’ai pu rester dans le service comme porte-parole d’un commissaire, puis prendre en plus la responsabilité du service des revues de presse.
Je suis donc les dossiers de fiscalité, Union douanière et protection des consommateurs pour informer les journalistes des développements à tous les stades de procédure (Conseil, Parlement, CES) dans ces secteurs et des décisions prises par la Commission. Je m’occupe des opérations de presse du commissaire (interviews, conférences de presse, déplacements, etc.) et je lui transmets toutes les informations qui sont susceptibles de l’intéresser, en fonction de ses dossiers ou de l’agenda de l’institution.
L’une des caractéristiques de ce travail, comme tous les emplois à l’intérieur de la Commission, est la dimension plurinationale et multilingue. Cela oblige à une gymnastique quotidienne salutaire.

Pour moi, qui avais le goût du service public, la dimension européenne est un privilège dont je ne me lasse pas pour l’instant [c’est nous qui soulignons].

51D’un côté des dénonciations, de l’autre l’invention d’un groupe qui passe par des pratiques et un style démarqués : on comprend mieux que se soit imposée la figure de l’Eurocrate. Par-delà les images publiques, il faudrait montrer que le mythe a également pris son sens et s’est enraciné dans les relations pratiques et de face-à-face des eurofonctionnaires avec les autres agents du champ de l’eurocratie (diplomates, lobbyistes, journalistes, experts, etc.). Il s’est aussi sans aucun doute alimenté de cette « hostilité discrète » évoquée par Lemaignen (1964, p. 81) et parfois du clair ressentiment qui résulte des corps-à-corps institutionnels. Si l’étude des principes de construction de cette figure d’un groupe d’eurocrates immense et omnipotent représente un angle partiel, elle permet d’en restituer toute la complexité et surtout l’ancrage dans le processus même de l’institutionnalisation de l’Union européenne. Loin de se réduire à un « problème de communication », la distance dont sont parés les eurofonctionnaires et qu’enregistrent les élections ou les baromètres sur l’euroscepticisme est aussi une distance sociale. C’est l’un des autres paradoxes de la légitimation du groupe auprès des peuples européens et plus généralement des institutions qu’il incarne. Dans le contexte des batailles au sein du champ de l’eurocratie, leur image d’élite leur permet de faire corps et de tenir la distance par rapport aux autres compétiteurs du champ, notamment les diplomates et les représentants des intérêts privés. Mais ce travail sur les représentations leur échappe complètement dans le contexte des luttes politiques existant au niveau national. Au contraire des « professionnels de la manipulation des images et des symboles » que sont, selon l’expression de Schumpeter, les professionnels de la politique, ils ne sont pas placés dans des conditions leur permettant de façonner ou d’ajuster cette image dans la lutte politique de terrain et se trouvent pieds et poings liés à des professionnels de la politique ou des entrepreneurs de presse qui ont depuis longtemps compris tout le profit qu’ils pouvaient tirer de la dénonciation de ces nouvelles « élites technocratiques », quelle que soit leur position ou doctrine politique.

Notes

1 Ce chapitre est tiré pour l’essentiel, c’est-à-dire hors des révisions cosmétiques dont il a fait l’objet ici, de mon tout premier papier sur les questions européennes, présenté il y a vingt ans lors du colloque sur la technocratie à Strasbourg en 1997 (Dulong et Dubois, 1999). Je voudrais remercier Vincent Dubois, Delphine Dulong et Brigitte Gaïti, ainsi que Jacques Lagroye (1936-2009), dont la contribution à la sociologie de l’institutionnalisation a été d’une valeur inestimable, pour leurs commentaires et suggestions de l’époque.

2 Pour une liste souvent surprenante des mythes et préjugés dont l’UE a fait l’objet au fil du temps, voir le blog Euromyths que les institutions ont créé à l’adresse http://blogs.ec.europa.eu/ECintheUK/euromyths-a-z-index/. Il inclut par exemple : « Plages, Eaux de baignade – L’UE va interdire nos plages », avril 2014 ; « Moutarde, française – l’UE priorise la moutarde française », avril 2001 ; « La Reine, chiens – les corgis de la Reine seront interdits » – avril 2002 ; et « Jouets sexuels – Les femmes seront forcées de remettre les vieux jouets sexuels », février 2004.

3 Pour des perspectives semblables sur d’autres objets, voir Lacroix et Lagroye (1992), et Dulong et Dubois (1999).

4 Voir archive vidéo sur http://www.ina.fr/video/I00012536.

5 Sur ces aspects, voir Haroche, 2013.

6 Depuis l’écriture de cet article, une quantité d’excellents travaux sur l’Europe et le champ journalistique ont paru. Voir, notamment en France, les travaux de P. Aldrin, G. Bastin, O. Baisnée, N. Hubé, J.-M. Utard, etc. Pour ne donner qu’une référence, voir, Aldrin et alii, 2014.

7 Le terme « noyau dur » utilisé par Luc Boltanski (1982) pour désigner le groupe d’agents qui s’est investi dans la construction des frontières symboliques du groupe des cadres peut être transposé à l’analyse des fonctionnaires européens. Ils occupent en effet une position centrale tant parmi les différents acteurs des institutions européennes que dans la construction symbolique de leur figure.

8 Pour un exemple, voir Dewost, 1992.

9 Ici encore les travaux parus depuis l’écriture de cet article sont nombreux. En France, voir tout particulièrement ceux de Cécile Robert.

10 Pour d’autres exemples, voire Dulong et Dubois, 1999, et tout particulièrement la contribution de Michel Mangenot, p. 93-97.

11 Sur ce point, voir notamment Lequesne, 1996b.

12 Cette dimension a été depuis bien analysée, voir notamment White, 2003.

13 Sur le dédain des grands corps à l’égard des postes européens, voir notamment Kessler (1996). Voir également la contribution de Philippe Mangenot dans cet ouvrage.

14 Voir en particulier Hallstein, 1969 ; Monnet, 1976 ; Marjolin, 1986.

15 Voir aussi les articles dans la revue Problèmes politiques et sociaux, 713-714, 22 octobre-5 novembre 1993.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter