Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au service de l’Europe

 | 
Didier Georgakakis

Remerciement pour l’édition française

Texte intégral

1Cet ouvrage est la traduction remaniée d’une première édition en langue anglaise parue chez Palgrave, en septembre 2017. Il est plus fondamentalement tiré d’un travail de terrain, d’articles, de communications ou de conférences en différentes langues et plus généralement de réflexions qui s’étalent sur une vingtaine d’années. Cet assemblage large et sur longue période se justifie par la conviction que j’ai acquise que, tout au long de ces années, j’ai finalement assisté, par touche et sans toujours ou surtout immédiatement le voir, à une sorte de retournement de la trajectoire sociohistorique de la fonction publique européenne en tant que collectif, retournement qui a sévèrement perturbé les conditions de production et de reproduction de sa définition originelle d’un corps d’avant-garde du projet européen en construction. C’est là le fil que suit ce livre et là l’origine de sa thèse principale d’une crise de reproduction sociale et politique. Sans cette collection de travaux sur le long terme et a priori indépendants les uns des autres (ce qu’ils ne sont plus dans l’a posteriori que veut restituer ce livre), il est sans doute peu probable qu’une telle thèse aurait pu voir le jour.

2Cette construction au long cours n’en appelle que plus de remerciements. Très nombreux sont ici celles et ceux qui sont à remercier. Merci tout d’abord à Marine de Lassalle. Non seulement elle m’a aimablement autorisé à réviser, traduire puis reproduire notre article écrit en commun (chap. 3), mais elle a surtout été une source constante d’encouragement et de soutien dans la poursuite de mon travail de terrain sur les acteurs, et en particulier les fonctionnaires de l’UE. Merci ensuite au très grand nombre de collègues qui ont accepté de revoir ou de commenter mon travail à l’une ou l’autre des étapes (ils sont remerciés dans chaque chapitre et j’espère sincèrement ne pas en avoir oublié trop), ainsi qu’aux revues, en particulier les Actes de la recherche en sciences sociales et la Revue française d’administration publique, qui ont accepté la publication d’une version remaniée des articles parus chez eux.

3Ce projet n’aurait sans doute pas existé sans notre aventure collective au Groupe de sociologie politique européenne entre 2000 et 2007 à Strasbourg, pas plus qu’il n’aurait pu être concrétisé sans l’Institut universitaire de France. Merci à ces deux institutions pour leur soutien intellectuel mais aussi sonnant et trébuchant sans lequel le travail de terrain n’aurait pas été possible. Merci ensuite à mes collègues du Centre européen de sociologie et de science politique (CNRS, Paris 1, EHESS), notamment ses deux directeurs successifs, Gisèle Sapiro et Jean-Louis Briquet pour leur soutien à ce projet de livre. Issu de la fusion de deux centres créés, l’un par Raymond Aron puis Pierre Bourdieu et l’autre par Maurice Duverger puis Pierre Birnbaum, ce centre de recherche est une source constante d’inspiration, ainsi que toutes les discussions que nous y avons sur les institutions européennes et plus largement les élites et leur reproduction, la transnationalisation et la globalisation, etc. Faire partie de ce centre m’a également ouvert les portes du laboratoire d’excellence TEPSIS (École des hautes études en sciences sociales, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), qui a subventionné la traduction anglaise et m’a constamment encouragé à parler et à écrire sur l’Europe et ses bureaucraties. Je remercie tout particulièrement son conseil d’administration multidisciplinaire et académique de haut vol pour son soutien.

4Je ne remercierai en outre jamais assez Marina Urquidi pour ses traductions, ici dans les deux sens, puisque si des contributions avaient été traduites en anglais avant de retourner sous une forme remaniée au français, d’autres avaient été produites en anglais directement (ou plus souvent, donc, dans une sorte d’anglais). Chacun mesure les difficultés de l’exercice, tout particulièrement lorsqu’il porte sur un sujet peu connu, réputé technique et demande de naviguer entre des concepts et des auteurs de science politique, de sociologie, d’histoire ou d’anthropologie qui ont rarement le même sens d’une rive à l’autre de l’Atlantique et même de la Manche. Je la remercie sincèrement pour la stimulation intellectuelle qui est née de nos discussions, dont beaucoup sont allées au-delà des questions techniques lorsqu’il s’agissait de traiter des concepts de fonction publique, d’État (avec ou sans majuscule), de statut (qui englobe en français le statut social aussi bien que la règle statutaire qui cadre la fonction publique), des compétences (qui en français mêle aptitudes et domaines de compétences), autant de catégories centrales et dont le passage d’une langue à une autre est sans conteste au cœur des luttes de pouvoir dont traite ce livre.

5Merci enfin Carlo Ruzza et Hans-Jörg Trenz pour m’avoir édité une première fois dans leur belle collection « European Political Sociology », à Palgrave, qui a cédé sans problème la liberté des droits pour l’adaptation française, ainsi qu’aux Éditions de la Sorbonne pour publier cette version française. Celle-ci a en outre été largement aidée par le fonds de la chaire Jean-Monnet (UE) de sociologie politique de l’administration et des politiques européennes que j’ai désormais le plaisir d’animer à Paris 1.

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter