Version classiqueVersion mobile

Les historiens et le latin médiéval

 | 
Monique Goullet
, 
Michel Parisse

Section 6. Des dictionnaires de latin médiéval

Un lexique latin médiéval - français ?

Michel Parisse

Texte intégral

1La table ronde sur l’enseignement du latin médiéval en Europe, qui a ouvert ce colloque, démontre qu’il faut faire partout un grand effort pour éviter un recul de la connaissance du latin médiéval. L’ignorance de cette langue interdirait en effet toute recherche sur les trois quarts des sources de l’histoire médiévale et donnerait à cette discipline un caractère exotique. Pour encourager les études dans ce domaine, il ne convient pas seulement de voir et revoir les conditions de l’enseignement de la langue latine et le degré des exigences nécessaires ; il faut aussi fournir aux chercheurs des moyens commodes de travail, notamment pour la traduction. Une telle préoccupation n’est pas nouvelle, et il convient de citer en premier lieu les mérites qui reviennent au sieur Du Cange, dont le premier dictionnaire médiolatin, paru en 1658, fut considérablement agrandi un siècle plus tard. À la fin du xixe siècle, l’abbé Migne incorporait dans les instruments de travail de sa volumineuse collection un dictionnaire latin-français, publié sous le nom de Maigne d’Arnis. Au xxe siècle, le comité Du Cange, créé auprès de l’Institut de France, entreprenait une œuvre gigantesque et internationale pour la mise à jour du dictionnaire de Du Cange et son élargissement suivant des normes scientifiques très exigeantes. Des fascicules ont été publiés, commençant avec la lettre L. Dans tous les pays d’Europe des entreprises analogues se sont concentrées sur le latin médiéval qui leur était spécifique. Certains dictionnaires ont été achevés, d’autres sont à différents niveaux d’avancement (voir tableaux 1 et 2).

2On sait que Friderick Niermeyer, inquiet de la durée de la publication des fascicules du Nouveau Ducange, produisit seul un Mediae Latinitatis Lexicon Minus, qui est devenu un usuel mais demeure, en raison de son prix et de sa limitation étroite aux termes techniques, peu accessible aux chercheurs débutants. Albert Biaise s’était pour sa part intéressé au latin chrétien et a publié en 1954 un Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, qui rend les plus grands services. Aujourd’hui il est possible de se tirer d’affaire dans un texte médiolatin à l’aide de quatre dictionnaires : un dictionnaire de latin classique, comme le Grand Gaffiot (ou encore le Goelzer ou le Quicherat), le Du Cange (entièrement en latin, rappelons-le), le Biaise et le Niermeyer ; l’emploi de l’article défini devant le nom de leurs auteurs rappelle que ces usuels sont entrés dans la langue commune. Toutefois les étudiants et les chercheurs ne peuvent que rarement disposer de tous ces instruments de travail de façon commode, que l’on parle d’acquisition ou d’utilisation dans un institut. En effet le glossaire de Du Cange, heureusement disponible en reprint, représente un investissement que n’importe quel institut ne peut toujours réaliser. Le Biaise et le Niermeyer ne sont pas non plus disponibles partout et coûtent chacun autour de 1 000 F. Au total seul un dictionnaire de latin classique est facile d’accès. Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour se rendre compte qu’une lacune considérable existe et que, les vocables latins du Moyen Âge étant en nombre considérable, il est urgent de disposer d’un lexique qui recouvre toutes les exigences. Un dictionnaire qui s’en tiendrait strictement aux termes spécifiques du latin médiéval ne permettrait en aucun cas de lire les textes médiévaux, où les mots de latin classique demeurent en quantité considérable. Sans que le calcul ait été fait précisément, les spécialistes admettent volontiers qu’un dictionnaire du latin classique permet de comprendre plus de 90 % d’un texte de latin médiéval. Pour fournir le reste bien des lexiques ont été élaborés, selon des exigences plus ou moins grandes. Citons pour mémoire le Mittellateinisches Glossar de Habel et Gröbel pour les Allemands et le Revised medieval latin word-list de Latham pour les Anglais. Le réseau Internet livre aussi des listes de mots traduits. Il n’y a rien de disponible en français et l’idée est venue de combler cette lacune en élaborant un « lexique latin médiéval-français ».

3La réalisation de cet ouvrage doit répondre à plusieurs exigences, dont trois principales :

  • comprendre le latin classique et le latin médiéval ;
  • proposer un ouvrage en un seul volume maniable ;
  • rester à un prix abordable pour les étudiants, ne dépassant pas celui des dictionnaires de latin classique usuels (le nouveau Grand Gaffiot se vend au prix de 289 F).

4L’originalité de ce lexique serait donc l’intégration des mots du latin classique, qui donnerait tout son sens à l’ouvrage, car le latin en usage au Moyen Âge contient potentiellement tous les mots du latin classique. Cela dit, de nombreuses questions se sont posées immédiatement. Le Grand Gaffiot, sorti récemment, qui corrige et améliore la version de 1934, contient un nombre important de mots empruntés à des glossaires, ou d’hapax dont on doute qu’ils se rencontrent encore dans les sources médiévales. L’idée d’un tri a été émise, mais il a été convenu que celui-ci ne pourrait s’effectuer qu’en fin de parcours, au moment où nous disposerons de la totalité des mots inventoriés par les dictionnaires. Nous serons alors en mesure d’évaluer quantitativement les hapax et les mots rares, et de décider si leur intégration dans le lexique est souhaitable.

5Se pose également la question de l’orthographe des mots médiévaux, qui n’a pas été uniformisée comme celle du latin classique. Les mots latins nés au Moyen Âge ont une orthographe variable, voire très variable (on peut trouver une dizaine de graphies pour feodum) : ces graphies doivent-elles toutes faire l’objet d’une entrée dans le lexique, ou bien figurer simplement entre parenthèses ? En outre chaque région et chaque pays intègrent des mots d’origine locale en nombre assez important ; on ne peut imaginer que notre lexique couvre l’Europe entière : aussi, pour certains de ces mots faudra-t-il continuer à se reporter aux lexiques et dictionnaires de latin médiéval ouverts dans différents pays (voir tableau no 3).

6Reste le problème le plus important : celui de la matière à intégrer dans chacune des entrées. L’entreprise se veut rapide et économique, et ne prétend pas concurrencer les grands programmes scientifiques en cours : il a donc été décidé de n’indiquer ni sources ni datations. Quant à la traduction des lemmes, même si tout le monde sait aujourd’hui que traduire c’est trahir, et si tous les historiens sont bien conscients des problèmes sémantiques que soulève une telle entreprise, elle est évidemment le but ultime de notre lexique, qui veut introduire un lecteur ignorant dans les textes médiévaux. Le grand principe qui a été retenu d’emblée est de donner une traduction aussi large que possible, qui recouvre un maximum de sens du mot latin sans les désambiguïser ; ainsi ordo sera traduit par « ordre », et les sens non couverts par ce mot français viendront ensuite : « manière », « rite cérémoniel », etc. Nous ne prétendons faire qu’un lexique, qui pour certaines notions difficiles devra être complété par la consultation des grands dictionnaires.

7De la large discussion qui s’est alors ouverte est ressorti un accord unanime en faveur de la réalisation de ce lexique « latin médiéval - français », tel qu’il vient d’être succinctement décrit, bien différent des dictionnaires usuels actuels et proche dans l’esprit des ouvrages de Latham et Habel, et notablement plus complet. Un appel aux collaborations a été lancé ; une équipe s’est mise en place sous la direction de Michel Parisse, appuyée sur le Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris et le Comité Du Cange, ouverte aux bonnes volontés. Le colloque s’est achevé sur un constat optimiste concernant aussi bien la relance de l’enseignement du latin pour les études médiévales que sur la réalisation d’un lexique.

Annexes

Annexes

1. — sections alphabétiques couvertes et progression

1. — sections alphabétiques couvertes et progression

2. — sections chronologiques couvertes

2. — sections chronologiques couvertes

3. — liste des dictionnaires récents de latin médiéval

Glossarium mediae latinis Cataloniae a b anno DCCC usque ab annum MC, Barcelone, 1960-1965 (1 vol., A-D).

Latinitatis medii aeui lexicon Bohemorum, Prague, 1987-1993 (A-Inc).

Lexicon latinitatis medii aevi lugoslaviae, Zagreb, 1978 (1 vol., complet).

Glossarium mediae et infimae latinitatis regni Hungariae, Leipzig, 1901 (réimp. 1970,1 vol., complet).

Lexicon latinitatis nederlandicae medii aeui, Leyde, 1977-1998 (A-P).

Dictionary of medieval latin from British sources, Londres, 1975-1997 (A-L).

Lexicon mediae et infimae Suedae, Stockholm, 1968-1992 (A-P).

Novum glossarium mediae latinitatis (= Nouveau Du Cange), 1959-1999 (L-P).

Lexicon mediae et infimae latinitatis Polonorum, par Marian Plezia, Breslau, 1953 (inachevé).

Glossarium latinitatis medii aeui Finlandicae, par Reino Hakamies, Helsinki, 1958.

Latinitatis Italicae medii aeui inde ab anno CDLXXVI usque ad annum MXXII lexicon inperfectum, par Francesco Amaldi et al., 4 vol. en 3 t., Bruxelles, 1939-1964, Turin, 1970.

Lexicon mediae aetatis Danicae, Aarhus, 1987-1992 (A-Inc).

Mittellalteinisches Wörterbuch, Munich, 1967-1997 (A-Corr).

Sites à connaître sur Internet

À l’occasion du colloque, Christine Ducourtieux a exploré le Net en quête d’un hypothétique lexique de latin médiéval. Il en est résulté une liste de quelques adresses commentées que vous pouvez consulter à l’adresse suivante : http://www.ccr.jussieu.fr/​urfist/​medlatin.htm sur le site de Ménestrel (Médiévistes sur Internet/sources, travaux, références en ligne) : http://www.ccr.jussieu.fr/​urfist/​mediev.htm.

Cette page est actuellement mise à jour et enrichie par Monique Goullet et Christine Ducourtieux.

Les travaux de l’axe de recherche « Le latin médiéval », dirigé par Michel Parisse, sont détaillés sur le site du LAMOP (Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris) : http://panoramix.univ-paris1.fr/​UFR09/​LAMOP/​lamop.html.

Table des illustrations

Titre 1. — sections alphabétiques couvertes et progression
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre 2. — sections chronologiques couvertes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search