Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les historiens et le latin médiéval

 | 
Monique Goullet
, 
Michel Parisse

Section 5. Des vocabulaires spécifiques

Blasonner en latin (XIIe-XVIe siècle)

Michel Pastoureau

Texto completo

1Les armoiries apparaissent un peu partout en Europe occidentale à l’horizon des années 1140. Dès l’origine, la langue utilisée pour les décrire est la langue vernaculaire et non pas le latin, probablement parce que l’Église est entièrement étrangère à la naissance de ces nouveaux signes sociaux. Ceux-ci ont pour fonction première de dire l’identité des combattants sur les champs de bataille et de tournoi ; comme tels, ils sont d’abord décrits par des hommes de guerre et par des hérauts d’armes, dans une langue qui n’est pas encore savante, ni même particulière.

  • 1 Sur l’apparition et la diffusion des premières armoiries, on me permettra de renvoyer à mon Traité (...)
  • 2 En français moderne, le mot blason n’est pas l’exact synonyme du mot héraldique. Ce dernier qualif (...)

2Rapidement, toutefois, l’usage des armoiries cesse d’être limité aux seuls combattants : princes, seigneurs ou chevaliers. Il s’étend aux femmes, aux clercs, aux habitants des villes, aux artisans et même aux paysans ; puis, un peu plus tard encore, aux personnes morales : villes, corps de métiers, confréries, communautés religieuses, institutions et juridictions diverses. À la fin du xiii e siècle, l’ensemble de la société occidentale fait usage d’armoiries1. Celles-ci sont à la fois des signes d’identité, des marques de possession et des motifs ornementaux. Elles sont présentes en tous lieux et sur de nombreux supports ; pour les décrire on utilise désormais une langue spéciale : la langue du blason2. Celle-ci s’est constituée au fur et à mesure de la diffusion des armoiries dans l’espace géographique et dans l’espace social entre le milieu du xiie siècle et la fin du xiiie, date à laquelle elle atteint déjà une pleine maturité.

  • 3 G. J. Brault, Early Blazon. Heraldic Terminology in the twelfth and thirteenth Centuries with Spec (...)

3Longtemps délaissée par les philologues, cette première langue du blason a fait l’objet de quelques travaux importants depuis les années 1960 : ceux du professeur américain Gerard J. Brault et de ses élèves portant sur l’ancien français et l’anglo-normand, étudiés surtout à partir des armoriaux et des textes littéraires3. Cette langue s’appuie sur un lexique spécifique, emprunté pour une bonne part au vocabulaire des étoffes et du vêtement, et sur une syntaxe originale, qui n’est pas celle de la langue littéraire, encore moins celle de la langue ordinaire, mais qui permet, avec une économie de moyens remarquable, de tout décrire et de le faire avec une grande précision. Blasonner des armoiries en langue vulgaire ne pose guère de problème aux hérauts d’armes, aux poètes et aux romanciers du xiiie siècle. Du moins en France, en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne et dans les pays germaniques.

***

4Il n’en va pas de même en latin. Dès la fin du xii e siècle, en effet, annalistes, chroniqueurs, rédacteurs de chartes, scribes et clercs de tous ordres sont conduits à introduire des descriptions d’armoiries dans les œuvres ou les documents qu’ils compilent en latin. Ils sont gênés pour le faire et, pendant quelques décennies, ont recours à des solutions peu satisfaisantes : soit ils essayent de traduire le blasonnement en latin et, ce faisant, le mutilent ou le trahissent ; soit ils mélangent termes latins et termes vernaculaires et optent ainsi pour une formule peu intelligible ; soit, plus simplement et plus clairement, ils introduisent au milieu d’une phrase en latin un blasonnement entièrement vernaculaire.

  • 4 Jean de Marmoutier, Historia Gaufredi Normannorum ducis et comitis Andegavorum, L. Halphen, R. Pou (...)

5Le plus ancien exemple de blasonnement en latin que j’aie rencontré me semble être dû au moine Jean de Marmoutier qui, vers 1170-1175, dans son Historia Gaufredi Normannorum ducis et comitis Andegavorum, décrit la cérémonie d’adoubement de Geoffroi (à Rouen, en 1127) et comment, à cette occasion, son beau-père, Henri Ier Beauclerc, roi d’Angleterre, a suspendu au cou du nouvel adoubé un écu armorié orné de lions. Cet écu, inspiré par celui qui se voit encore sur la splendide plaque funéraire de Geoffroi, aujourd’hui conservée au musée du Mans, se blasonne en langue vulgaire, tant médiévale que moderne : « d’azur semé de lionceaux d’or ». Le latin de Jean de Marmoutier est plus imprécis : Clipeus leunculos aureos ymaginarios habens collo ejus suspenditur4. Ni le champ d’azur, ni la disposition des lions en semé ne sont évoqués.

6Cette imprécision du latin héraldique perdure au xiiie siècle chez de nombreux auteurs. Peu sûrs de leurs traductions ou adaptations, certains chroniqueurs placent à côté de la description en latin une description en langue vulgaire introduite par les mots quod vulgo dicitur. D’autres se contentent de blasonnements en latin vagues ou écourtés, oubliant les couleurs, confondant les figures (leones qualifiant aussi bien les lions que les léopards ; aves, les aigles, les faucons, les merlettes et tous les autres oiseaux), négligeant les positions et les dispositions à l’intérieur de l’écu (alors qu’il s’agit là de l’essence même de la syntaxe héraldique) et laissant de côté tout ce qui leur fait problème, notamment la qualification des figures géométriques. Matthieu Paris, par exemple, ne fait dans ses chroniques aucune différence entre un écu palé, un écu losangé et un écu echiqueté : pour blasonner un écu palé d’or et de gueules

aurearubealosangé de gueules et de vair (rubea et varia)échiqueté d’or et d’azur (de auro et azuro)5

7Tous les auteurs, cependant, ne sont pas aussi imprécis que Matthieu Paris. Certains parviennent même à blasonner correctement en latin des armoiries relativement simples. En voici quelques exemples recueillis dans un armorial anglais inédit de la seconde moitié du xiiie siècle, compilé en anglo-normand mais comportant quelques blasonnements latins :

  • scutum fasciatum vario et rubeo transverso (Coucy : fascé de vair et de gueules) ;
  • clypeum nigrum g lobulis aureis distinctum (Cornouailles : de sable besante'd’or) ;
  • in scuto aryenteo leo niyer cum corona rubra (Rochefort : d’ary ent au lion de sable couronné de gueules) ;
  • scutum azureum liliis aryenteis interstinctum, inter quae leo aureus observo ore erigitur (Holland : d’azur seme'de fleurs de lis d’argent, au léopard lionne'd’or brochant)6.

8À partir du xive siècle, les textes latins conduits à décrire des armoiries se font plus nombreux et plus variés : chartes et documents administratifs ou notariés, textes historiques et narratifs, poèmes et œuvres littéraires, traités juridiques, traités de noblesse et même armoriaux et manuels de blason directement rédigés en latin. Les difficultés sont encore plus grandes qu’au xiiie siècle car les armoiries sont plus chargées et compliquées, souvent divisées en plusieurs quartiers qu’il faut blasonner avec précision et dans un ordre qui est signifiant. Par là même, essayer de créer une véritable langue latine du blason, précise et rigoureuse, devient à partir du milieu du xive siècle une nécessité.

  • 7 Sur le blasonnement (laborieux) en latin des notaires de Florence au xive siècle, voir C. Klapish- (...)

9Les premiers à le faire sont les juristes et les notaires7 ; ils sont imités par les historiens et les poètes, puis par des auteurs de traités de toutes natures, clercs en majorité. Cette langue latine du blason décalque son vocabulaire sur celui de la langue vulgaire (bande : banda ; fasce : fascia ; pal : palus ; sautoir : saltatorium) mais garde pour l’essentiel la syntaxe du latin. Or celle-ci convient mal pour décrire des armoiries à l’intérieur desquelles l’empilement des plans et la division de chaque plan en plusieurs quartiers sont des éléments syntaxiques de base. L latin doit user et abuser des propositions relatives là où le blasonnement vernaculaire se contente de juxtaposer et de hiérarchiser des syntagmes. En ancien et moyen français, par exemple, l’ordre des mots dans la phrase héraldique est un élément syntaxique essentiel pour décrire la structure et le compartimentage de l’armoirie. En latin, où la place des mots dans la phrase est plus libre, cela n’est guère possible. D’où, pour une même armoirie quelque peu compliquée, un blasonnement français tenant en deux ou trois lignes et un blasonnement latin demandant parfois six ou huit lignes. Contrairement à d’autres domaines techniques ou scientifiques, la phrase latine du blason est toujours ici plus longue que la phrase vernaculaire.

10Citons pour exemples trois blasonnements d’armoiries royales empruntés à un traité compilé en latin vers le milieu xve siècle :

  • scutum quadripartitum, primus et quartus quadrans caeruleis liliis aureis incerto numero respersus, secundus et tertius rubeus tribus leonibus aureis gradientibus et ora observentibus altero alteri superposito impressus (royaume d’Angleterre : écartelé d’azur semé de fleurs de lis d’or et de gueules à trois léopard d’or) ;
  • scutum coccineum cruce plana argentea impressum, crux ipsa quaternis quadrantibus angulata, in quoque angulo quattuor cruces quarum media circulo est circumscripta (royaume latin de Contantinople : de gueules à la croix d’argent cantonnée de seize besants crusillés du même) ;
  • in solo argenteo quinque scutula caerulea in crucis modum collocata, quodlibet quinque nummis bysantiis argenteis puncto nigro impressis et in decussim dispositis onustum (royaume de Portugal : d’argent à cinq écussons d’azur poses en croix, chacun charge de cinq besants d’argent poses en sautoir)8.

***

11À partir du milieu du xvie siècle, cette langue latine du blason, créée artificiellement deux siècles plus tôt, entre dans une nouvelle phase. Elle sert à décrire des armoiries dans des textes sans cesse plus nombreux et de toutes natures. Des armoriaux entiers sont désormais compilés en latin, notamment en Allemagne et dans des pays d’héraldique plus récente, n’ayant guère connu les blasonnements en langue vulgaire sur les champs de bataille et de tournoi (Hongrie, Pologne, Scandinavie). En héraldique comme dans d’autres domaines du savoir, plus on avance dans le temps, plus le latin devient une langue du Nord. En outre, partout, le blason tend à devenir une langue de bibliothèque et de cabinet, maniée par des érudits, des philologues, des « antiquaires », des juristes et des théoriciens. Il n’est plus le fait des hérauts d’armes et se coupe de la réalité vivante des armoiries.

12Ces hommes de cabinet cherchent à débarrasser la langue latine du blason de ses insuffisances et de ses imprécisions, et en même temps à lui donner une autonomie plus grande par rapport à la langue vulgaire. Mais ils ne luttent en rien contre sa lourdeur, bien au contraire. La chasse est désormais faite aux termes par trop décalqués sur les mots vernaculaires. On les remplace par des termes rares, poétiques, précieux, ou bien on leur substitue des néologismes savants. L’afféterie, la pédanterie, l’excès de précision rendent les blasonnements tortueux, parfois obscurs, souvent très longs. La langue vernaculaire du blason sait encore (pas toujours, cependant) allier concision et précision, le latin n’y parvient pas. Il use et abuse des prépositions et des propositions subordonnées, des périphrases et des comparaisons ; et souvent il le fait pour livrer une précision inutile, le seul jeu des associations de couleurs, strictement réglementé par les règles du blason, permettant au lecteur familier des armoiries de reconstituer la structure de l’écu. En outre, la langue offrant des possibilités de nuance, de détail et de subtilité infinies, l’écart se creuse entre la représentation des armoiries – limitée par la taille du dessin et la nécessité de lisibilité – et leur blasonnement latin qui peut s’étendre sur un nombre de lignes ou de pages sans limite. L’érudition fait parfois place à la cuistrerie, notamment dans la première moitié du xviie siècle. Par la suite, à partir des années 1660, les blasonnements en latin se font plus rares, sauf en Scandinavie où ils restent en usage jusqu’au xixe siècle.

***

  • 9 Dans les pays germaniques, la priorité est souvent donnée à l’image sur le blasonnement. Les armoi (...)

13L’étude de la langue latine du blason n’a jamais suscité l’intérêt des chercheurs, qu’ils soient héraldistes, philologues ou linguistes. Elle pose pourtant des questions essentielles concernant la composition et la description des armoiries (les plus grandes difficultés concernant le jeu des figures géométriques, des axes, des plans et des compartimentages) et la genèse d’une langue néo-latine technique, en grande partie recréée sur la langue vernaculaire. Il serait pertinent de mieux cerner la naissance de cette langue mais aussi d’étudier comment elle s’est diffusée, géographiquement et intellectuellement. La langue héraldique vernaculaire est pratiquement la même en France et en Angleterre, mais elle est différente dans les pays germaniques. Par là même, la langue héraldique latine qui en est décalquée présente elle aussi des divergences9. En outre, si à partir du xve siècle elle tend parfois à s’unifier, les différences restent fortes entre les blasonnements latins employés par les héraldistes dans leurs armoriaux ou manuels et ceux, plus savants et plus précieux, qu’utilisent les érudits, historiens ou philologues.

14Le présent article ne peut pallier ce manque de travaux. Il souhaite seulement attirer l’attention sur ces questions et, dans l’esprit de notre colloque, proposer pour la première fois une liste des principaux termes de blason latins rencontrés dans des sources compilées entre la fin du xiie siècle et le début du xviie. Ces sources sont celles qui ont été mentionnées plus haut : annales, chroniques, chartes et documents notariés, textes littéraires, documents administratifs et législatifs, traités de droit, de noblesse, de blason, armoriaux, recensements d’armoiries et, pour les débuts de l’époque moderne, ouvrages d’érudition portant sur l’histoire, l’archéologie et la philologie. Faute de place, il m’est impossible d’en donner ici la liste détaillée. Mais j’espère avoir un jour prochain l’occasion de transformer mes nombreuses fiches en un véritable Dictionnaire latin des termes de blason ( xiie- xviie siècle). Pour l’heure, je me contente de deux annexes : un glossaire analytique et un glossaire alphabétique. Je remercie par avance tous les chercheurs qui pourront m’aider à les enrichir et à les améliorer.

Anexos

Annexes

Glossaire analytique

couleurs :

argent (blanc) : albus, argenteus, candidus

azur (bleu) : azureus, azzurrus, blavus, caeruleus, cyaneus

gueules (rouge) : coccineus, guleus, miniatus, puniceus, ruber, rubeus

or (jaune) : aureus, croceus, flavus, galbinus, giallus, luteus

pourpre (gris ou violet) : purpureus, subniger

sable (noir) : furvus, niger, pulleus

sinople (vert) : prasinus, viridis

fourrures :

hermine (d’), adjectif : ermeticus, erminalis, Pontici muris vellere descriptus, Pontici muris maculis respersus

hermine (P), substantif : maculae ad instar illarum muris Armenii, vellus

vair : varius, variatus

vairé : variatus, variegatus ; petasis (rubeis et aureis) variegatus

pièces :

bande : balteus, balteus obliquus, benda, fascia diagonalis, fascia obliqua

bâton : baculus, fissura

bordure : bordura, limbus, margo

burelle :fasciola transversa, teniola transversa

chef : caput, caput scuti, summum, summitas

chevron : cantherius, chevernus, signum capitale, tigillum, tignum, trabea

cotice : aerola transversa, bendula, fasciola diagonalis

croix : crux

croisette : crucicula, crux minuta

fasce : cingulum, fascia, fascia transversa, transversum

franc-canton : angulus, angulus quadratus (dexter, sinister)

franc-quartier : quadrans (dexter, sinister)

fretté : cancellatum, fectatum, reticulatum

pairie : palliolum, pallium

pal : palus

sautoir : crux sancti Andreae, decussis, saltatorium

partitions :

bandé : oblique fasciatum, obliquo teniatum

barré : oblique sinistrorsum fasciatum

coupé : bipartitum transverse, partitum ex transverso, sectum ad diametrum, sectum fasciatim

écartelé : quadripartitum, quadripartite partitum, quarteratum, quarteratim sectum

échiqueté : scaccatum, tesselatum, tesselarum ductibus distinctum

fascé : barratum, fasciatum, Jasciatum transversum, teniatum

gironné : contra-conatum, cuneatum

losangé : rhombalis interstinctum

palé : pallatum, (x) pali (aurei et coccinei)

parti : ab summo bipartitum, ad perpendiculum bipartitum, partitum secundum longum

principaux meubles :

(animaux et végétaux gardent pour la plupart leur nom usuel dans le blason latin)

annelet : annellus, annulus

anille : ferrum molendinarium

besant : besantium, circululus, nummus bysantinus

billette : laterula, plinthidis

coquille : conchylium

croissant : luna cornuta, luna crescens, lunula

écusson : scutulum, scutum parvum

étoile : stella

fleur de lis : lilium

fusée : fusillus

Iambei : lemniscus, limbus

losange : rhombulus, rhombus, tessera

mâcle : macula

manche : manica

merlette : merula

molette : rotula, stelluta perforata

orle : limbus simplex (duplex, triplex)

quintefeuille : quinquefolium

roc d’échiquier : latrunculus lusorius

rose : rosa

tourteau :globulus, pila, tortella

trèfle : trifolium

positions et dispositions :

à dextre : ad dextra, dextro (positus)

à senestre : ad sinistra, sinistro (positus)

de l’un en l’autre : de dictis coloribus transmutatus, ex eisdem coloribus commutatus

en bande : oblique dextrorsum (positus)

en cœur : in media parte

en chef : in capite, in summo

en croix : in crucem (positus)

en fasce : ad modum fascie, fasciatim, in loco fascie (positus)

en orle : in circulum

en pal : in palum (positus)

en pointe : deorsum, infra

en sautoir : decussim (positus, trajectus)

semé : conspersus, interstinctus, sparsus

sur le tout : desuper, insuper, supra (positus)

modifications des lignes de bordure :

cannelé : canaliculatus, invectus

crénelé : cernellatus, pinnatus

denché : acute indentatus, incuspidatus

denticulé : denticulatus

endenté : dentatus, indentatus

engrelé : ingradatus, ingrediatus

nébulé : nebulatus, nubilatus

noué : nodatus

ondé : undatus, undulatus

ployé : curvatus, incurvatus

vivré : acute multangulatus

modifications des extrémités de la croix et du sautoir :

ancré : anchoratus, reversus

au pied fiché : cujus pars inferior spiculata est

bourdonné : globulatus

fleudelisé : liliatus

fleuronné : floridus, liliatus

patté : patens, patulatus

potencé : patibulatus, pedatus

tréflé : trifoliatus

attributs des principales figures :

accompagné : (cum...), ambitus, comitatus

adossé : tergo obversus, tergo stans

affronté : coram aditus, coram erectus

armé et lampassé : Jaculis et lingua (...)

becqué et membré : rostro et cruribus (...)

bicéphale : capita duo habens

chargé : adpictus, impressus, onustus

componé : compositus, gombonatus

contourné : conversus, deversus

couche : jacens, recubans

couronné : coronatus

issant : emergens, exeuns

naissant : nascens

passant : gradiens, incedens

rampant : erectus

renversé : eversus, reversas

saillant : saliens

Lexique alphabétique

adpictus : chargé

aerola transversa : cotice

albus : (d’) argent

ambitus : accompagné

anchoratus : ancré

angulus : franc-canton

angulus quadratus : franc-quartier

annellus : annelet

annulus : annelet

argenteus : (d’) argent

aureus : (d’) or

azzurrus : (d’) azur

baculus : bâton, cotice

balteus : bande

balteus obliquus : bande, barre

barratus (-um) : fascé

benda : bande

bendula : cotice

besantium : besant

bipartitus (-um) ab summo : parti

bipartitus (-um) ad perpendiculum : parti

bipartitus (-um) transverse : coupé

blavus : (d’) azur

bordura : bordure

caeruleus : (d’) azur

canaliculatus : cannelé

cancellatus (-um) : fretté

candidus : (d’) argent

cantherius : chevron

capita duo habens : bicéphale

capite (in) : en chef

caput : chef

cernellatus : bretessé, crénelé

chevernus : chevron

cingulum : fasce

circulum (in) : en orle

circululus : besant, tourteau

circum (in) : en orle

coccineus : (de) gueules

comitatus : accompagné

commutatus ex eisdem coloribus : de l’un en l’autre

compositus : componé

conchylium : coquille

conspersus : semé

contra-conatus : gironné

conversus : contourné, renversé

coram erectus : affronté

coronatus : couronné

croceus : (d’) or

crucicula : croisette

crucem (in) : en croix

crux : croix

crux minuta : croisette

crux sancti Andreae : sautoir

cujus pars inferior spiculata est : au pied fiché

cuneatus : gironné

curvatus : ployé

cyaneus : (d’) azur

decussim positus (trajectus) : posé en sautoir

decussis : sautoir

dentatus : endenté

denticulatus : denticulé

deorsum : en pointe

desuper : sur le tout

deversus : contourné

dextra (ad) : à dextre

dextro : à dextre

emergens : issant

erectus : rampant

ermeticus : (d’) hermine

erminalis : (d’) hermine

eversus : renversé, versé

exeuns : issant

fascia : fasce

fascia diagonalis : bande, barre

fascia obliqua : bande

fascia transversa : fasce

fasciatim : posé en fasce

fasciatus (-um) : fascé

fasciatus (-um) transversus (-um) : fascé

fasciola diagonalis : cotice

fasciola transversa : burelle

fectatus (-um) : fretté

ferrum molendinarium : anille, fer de moulin

fissura : bâton, cotice

favus : (d’) or

foridus : fleuronné

furvus : (de) sable

fusillus : fusée

galbinus : (d’) or

giallus : (d’) or

globulatus : bourdonné

globulus : besant, tourteau

gombonatus : componé

gradiens : passant

guleus : (de) gueules

impressus : chargé

incedens : passant

incurvatus : ployé

incuspidatus : denché, vivré

indentatus : endenté

indentatus acute : denché, émanché, vivré

infra : en pointe

ingradatus : engrelé

ingrediatus : engrelé

insuper : sur le tout

interstinctus : semé

invectus : cannelé

jacens : couché

laterula : billette

latrunculus lusorius : roc d’échiqier lemniscus : lambel

lingua et falculis : armé de lampassé

liliatus : fleurdelisé

lilium : fleur de lis

limbus : bordure, lambel

loco fascie (in) : en fasce

luna cornuta : croissant

luna crescens : croissant

lunula : croissant

luteus : (d’) or

macula : mâcle

manica : manche

margo : bordure

media parte (in) : en coeur

merula : merlette

miniatus : (de) gueules

modum fascie (ad) : en fasce

modum pali (ad) : en pal

multangulatus acute : émanché, vivré

nascens : naissant

nebulatus : nébulé, ondé

niger : (de) sable

nodatus : noué

nubilatus : enté, nébulé, ondé

nummus bysantinus : besant

oblique dextrorsum positus : posé en bande

oblique sinistrorsus (-um) fasciatus (-um) : barré

oblique teniatus (-um) : bandé

obliquofasciatus (-um) : bandé

onustus : chargé

pallatus (-um) : palé

palliolum : pairie

pallium : pairie

palum (in) : en pal

palus : pal

partitus (-um) ex transverso : coupé

partitus (-um) secundum longum : parti

patens : patté

patibulatus : potencé

patulatus : patté

pedatus : potencé

petasis variegatus : vairé

pila : tourteau

pinnatus : bretessé, crénelé

plinthidis : billette

prasinus : (de) sinople

pulleus : (de) sable

puniceus (de) gueules

purpureus (de) pourpre

quadrans (dexter, sinister) : franc-quartier

quadripartite partitus (-um) : écartelé

quadripartitus (-um) : écartelé

quarteratim sectus (-um) : écartelé

quarteratus (-um) : écartelé

quinquefolium : quintefeuille

recubans : couché

reticulatus (-um) : fretté

reversus : ancré, versé

rhombalis interstinctus (-um) : losangé

rhombulus : losange

rhombus : losange

rosa : rose

rostro et cruribus : becqué et membré

rotula : tourteau

ruber : (de) gueules

rubeus : (de) gueules

saliens : saillant, sautant

saltatorium : sautoir

scaccatus (-um) : échiqueté

scutulum : écusson

scutum parvum : écusson

sectus (-um) ad diametrum : coupé

sectus (-um) fasciatim : coupé

signum capitale : chevron

sinistra (ad) : à senestre

sinistro : à senestre

sparsus : semé

stella : étoile

stelluta perforata : molette

subniger : (de) pourpre

summitas : chef

summo (in) : en chef

summum : chef

supra : sur le tout

teniatus (-um) : fascé

teniola transversa : burelle

tergo obversus : adossé

tergo stans : adossé

tesselarum ductibus distinctus (-um) : échiqueté, losangé

tesselatus (-um) : échiqueté, losangé

tessera : losange

tigillum : chevron

tignum : chevron

tortella : tourteau

trabea : chevron

transmutatus de dictis coloribus : de l’un en l’autre

transversum : fasce

trifoliatus : tréflé

trifolium : trèfle

undatus : ondé

undulatus : ondé

variatus : vair, vairé

variegatus : vairé

varius : vair

virgulatus : bandé, fascé, vairé

viridis : (de) sinople

Notas

1 Sur l’apparition et la diffusion des premières armoiries, on me permettra de renvoyer à mon Traité d’héraldique, 2e éd., Paris, 1993, p. 20-58 et 298-310.

2 En français moderne, le mot blason n’est pas l’exact synonyme du mot héraldique. Ce dernier qualifie la science qui a pour objet l’étude des armoiries. Le terme blason a un sens plus limité : il désigne l’ensemble des figures, des couleurs et des règles qui composent les armoiries. Le verbe blasonner, attesté dès la fin du xive siècle, signifie « décrire des armoiries dans la langue spécifique de l’héraldique ». L’étymologie du mot blason reste controversée. Dans les textes littéraires des xiie et xiiie siècles, où son emploi est fréquent, il désigne tantôt le bouclier du chevalier couvert de figures, tantôt le fait de décrire ces figures. Voir l’ouvrage de G. J. Brault cité à la note suivante, spécialement p. 130.

3 G. J. Brault, Early Blazon. Heraldic Terminology in the twelfth and thirteenth Centuries with Special Reference to Arthurian Literature, Oxford, 1972 ; A. M. Barstow, A Lexicographical Study of Heraldic Terms in Anglo-Norman Rolls of Arms (1300-1350), University of Pennsylvania Press, 1974. Pour l’allemand et le néerlandais, presque tout reste à étudier. Force est de recourir, encore et toujours, au vieil ouvrage de G. A. Seyler, Geschichte der Heraldik, Nuremberg, 1890, p. 6-70.

4 Jean de Marmoutier, Historia Gaufredi Normannorum ducis et comitis Andegavorum, L. Halphen, R. Poupardin éd., dans Chroniques des comtes d’Ajou, Paris, 1913, ici p. 179.

5 T. D. Tremlett, « The Matthew Paris Shields », dans A. R. Wagner éd., Aspilogia II. Rolls of Arms Henry the Third, Londres, 1967, p. 36-38, no 83, 84, 92.

6 Londres, British Library, ms. Harley 6589, fol. iiiv. Voir A. R. Wagner, A Catalogue of English Medieval Rolls οf Arms, Londres, 1950, p. 7.

7 Sur le blasonnement (laborieux) en latin des notaires de Florence au xive siècle, voir C. Klapish-Zuber, M. Pastoureau, « Parenté et identité : un dossier florentin du xive siècle », Annales. ESC, 5 (1988), p. 1201-1256.

8 Paris, BNF, ms. latin 6020, fol. 51 et 51v (Liber armorum et de arte blaysonandi de Bernard de Rousergue).

9 Dans les pays germaniques, la priorité est souvent donnée à l’image sur le blasonnement. Les armoiries sont peintes ou dessinées avant d’être blasonnées. En France et en Angleterre, c’est plutôt le contraire : beaucoup d’armoiries sont blasonnées avant d’être représentées. De ce fait, en Allemagne et dans les pays germaniques, la description en latin colle davantage à l’image qu’au blasonnement en langue vernaculaire.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site