Version classiqueVersion mobile

Le Péloponnèse du ive au viiie siècle

 | 
Anna Avraméa

Introduction

Texte intégral

1C’est pour deux raisons impérieuses que j’ai entrepris l’étude du Péloponnèse entre le ive et le viiie s. : le renouvellement de l’approche de la période et celui de la documentation, auxquels je ne dois pas manquer d’ajouter mon attachement au pays.

2Insuffisance d’informations par les sources écrites et idées préconçues des savants du passé ont privé l’histoire d’une documentation importante et de son interprétation. La négligence du témoignage des restes de la culture matérielle par une archéologie orientée vers les fouilles des monuments cultuels ou de sauvetage et un attachement aux conclusions des recherches antérieures ont conduit à maintenir des thèses périmées, qui exigent la révision. Le cas de Corinthe est un des exemples les plus frappants. Comme l’on considérait que la ville était totalement abandonnée vers la fin du vie ou le début du viie s., tout indice qui prouvait le contraire a été ignoré. Il y a pourtant, depuis les dernières décennies, un renouveau considérable de la documentation archéologique et, comme le notait Paul Lemerle, « après le triomphe de la philologie nous assistons de nouveau à celui de l’archéologie au sens le plus large » (Illyricum protobyzantin, p. 502).

3Évitant de nommer la période étudiée par un des termes en usage comme Antiquité tardive, Bas-Empire, Empire protobyzantin ou paléochrétien, qui ne répondent pas à tous les aspects que ces siècles expriment, j’ai adopté les coupures chronologiques conformes à l’histoire du Péloponnèse. Si le ive s. est un point de départ assigné par la majorité des travaux pour des raisons politiques et culturelles, l’aboutissement, le viiie s., constitue une innovation, dictée par les données que ma recherche va présenter, démontrant la persistance jusqu’à ce siècle de la structure administrative et ecclésiastique, du thème et de la province de l’Hellade. Au contraire, tous les travaux qui traitent de cette période s’arrêtent au viie s., au « siècle de la transformation d’une culture » pour emprunter le terme à John Haldon. La problématique établie pour cette période a tourné autour des questions de « transition » de l’Antiquité au Moyen Âge, opposant ceux qui soutenaient la continuité de la tradition antique à ceux qui ont insisté sur une rupture brutale sous les coups des Slaves, qui interrompirent tous les liens avec le passé. Cyril Mango (dans Byzantium and the Classical Tradition, Birmingham 1981, p. 49) a exprimé cette thèse avec clarté : « Personne ne peut nier que ce que nous appelons monde protobyzantin ou période romaine tardive formait la continuité directe de l’antiquité. C’était un monde qui subissait une transformation intérieure profonde, mais continuait à être lié avec son propre passé... pourtant ce monde arriva à une fin abrupte et dramatique pendant le viie s. avec la disparition des villes et une transformation en une existence rurale... Byzance était nécessairement différente parce que cette période coïncide avec les modifications de la composition des populations et cela constitue le facteur le plus important de la discontinuité. »

4Ce n’est pas mon intention d’insister sur le débat continuité-discontinuité, puisqu’une telle entreprise demande la comparaison avec la période qui suit. En revanche, considérant la période étudiée dans son évolution interne, j’insisterai sur les changements qui dominent à côté de quelques persistances. Mais les changements présentent des complexités, qui ne peuvent être évaluées par le schéma simpliste des antithèses païen-chrétien, urbain-rural, et le passage d’un état à l’autre comporte une procédure graduelle et non pas une interruption abrupte due à l’intervention hostile extérieure.

5À côté des persistances présentées dans le cadre de l’administration civile et ecclésiastique (chap. I), ce sont les changements provoqués par la nature et par l’homme qui seront abordés longuement (chap. II, III, IV). La présentation des données sur ces facteurs, que la recherche historique a désignés comme « facteurs de la décadence », ainsi que sur la possibilité pour le pouvoir et les habitants d’affronter leurs effets destructeurs ou de subir leurs méfaits, aura comme but de mettre en valeur et d’essayer d’expliquer plusieurs points controversés. Tremblements de terre, raids, invasions et installations ont été souvent évoqués comme étant le facteur principal qui pourrait expliquer le déclin et la décadence, la pauvreté économique et sociale. Denis Zakythinos résumait ainsi l’image qui prévalait dans la recherche sur le Péloponnèse avec son style éloquent et précis : « Il y a eu dans cette région et pendant les premiers siècles de notre ère un Moyen Âge avant la lettre. Les grands fléaux, les tremblements de terre fréquents et les épidémies, les incursions des barbares... ont complété la ruine de la vie antique » (Le Despotat grec de Morée. Vie et institutions, Londres 1975, p. 148).

6L’attribution aux tremblements de terre et aux envahisseurs des destructions des centres urbains, attestées par une archéologie de caractère presque uniquement urbain, offrait aux historiens une explication de la décadence, puisque urbanisation et aspect monumental civique étaient synonymes du progrès et de l’aisance. D’autre part, les catastrophes des sites et monuments urbains étaient mises en corrélation étroite avec la décadence de la vie rurale et la régression économique du pays. C’est ainsi qu’il faut se demander si l’explication par ces désastres suffit à elle seule à justifier la régression ou s’il faut chercher une explication d’ordre interne à un processus évolutif.

7Le réexamen des données des sources et de l’archéologie concernant l’impact de ces facteurs paraît utile, moins pour mettre en place leur chronologie et les itinéraires des envahisseurs, plus ou moins bien connus, que pour évaluer leurs effets dans un cadre plus complexe. De nouvelles recherches ont d’ailleurs prouvé que les séismes ne sont pas les seules causes de destruction et que la nature a aussi provoqué d’autres phénomènes avec des résultats déterminants. En signalant les destructions, il sera possible, sinon de saisir une image de l’aspect monumental et de sa régression, du moins de constater les changements et les transformations de l’utilisation des sites et des monuments éventuellement désignés. L’exposé des données, volontairement présentées d’une manière fragmentaire et par étapes chronologiques, permettra de suivre le processus des destructions, réparations et/ou changements de l’usage, indiquant ainsi l’altération de la vie des habitants et leur possibilité de s’adapter aux nouvelles conditions.

8La « question slave » sera traitée longuement (chap. IV). Préjugés nationalistes et documentation lacunaire ont été les causes de la perplexité qui domine. La documentation archéologique nouvelle ou renouvelée aidera à présenter le problème de l’installation slave et à évaluer, jusqu’à un certain point, ses effets.

9Habitats, villes et campagnes, leur forme et leur fonction, société, économie et culture urbaine et rurale (chap. V, VI, VII), feront l’objet d’une approche, qui cherche à expliquer le processus de leur évolution, sous l’influence des changements survenus tout le long de cet espace chronologique.

10Pour éviter d’alourdir le texte mais aussi pour faciliter la tâche au lecteur, j’ai rassemblé la documentation dans la dernière partie de l’ouvrage (F. D. : Fiches Documentaires). Ces lemmes géographiques, rédigés avec toutes les données disponibles - sources écrites, documentation archéologique et bibliographie - sont présentés selon l’ordre de la division administrative contemporaine, c’est-à-dire par départements. Les noms de lieu écrits en majuscules sont ceux que mentionnent les sources de notre période. Sur la carte qui accompagne ce travail, les sites repérés par la recherche sont indiqués par le numéro correspondant de chaque lemme des Fiches Documentaires.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search