Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Péloponnèse du ive au viiie siècle

 | 
Anna Avraméa

Préface

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

1Dans ses ouvrages, Anna Avraméa n’oublie jamais qu’elle est à la fois historienne et archéologue, selon l’heureux schéma de la formation donnée par les Facultés des Lettres de l’Université grecque. Cette double compétence procure au présent travail toute son originalité : elle permet à son auteur de confronter les informations de sources diverses, d’interroger des documents de provenance variée et de compléter ces renseignements par l’étude des vestiges d’une vie ensevelie du fait des coups successifs de l’adversité historique.

2Ainsi armée, Anna Avraméa a pu scruter, en suivant l’évolution du tissu démographique, les modifications de l’organisation sociale et les transformations du paysage dans une région névralgique du monde byzantin : le Péloponnèse. Située entre l’Orient et l’Occident byzantin, au carrefour des routes maritimes qui unissaient l’Ancienne à la Nouvelle Rome, Constantinople, cette région s’est trouvée, dès le début de l’époque byzantine, exposée aux invasions extérieures, dites barbares, qui modifièrent en maints endroits la physionomie du pays ; elles ont notamment bouleversé sa composition ethnique et ses agencements topographiques, en provoquant des modifications significatives dans la vie économique, les modes de production et, bien entendu, dans le contexte historique. Aussi, malgré la permanence des formes de vie et de pensée antérieures, s’épanouissent dorénavant les conditions d’une nouvelle réalité : la fin du monde antique.

3Choisir d’étudier la période du ive au viiie siècle dans le Péloponnèse, c’est affronter d’emblée toutes les difficultés que pose l’examen d’un problème complexe : celui du passage d’une culture à une autre dans une région qui s’est illustrée, autant pendant la période précédente qu’à l’époque byzantine, par une activité déterminante pour l’ensemble du pays, et ceci malgré les aléas de la situation historique. Notons qu’à l’œuvre dévastatrice des hommes – la longue série de guerres et d’invasions dont fut victime la région – s’ajoutèrent les catastrophes naturelles (séismes, épidémies, etc.) qui frappèrent périodiquement le Péloponnèse. Elles accentuèrent son déclin démographique et provoquèrent la diminution de ses richesses naturelles. D’où le ralentissement de son activité économique, qui cause à son tour des modifications essentielles dans les réseaux routiers et les formes de vie urbaine et rurale et jusque dans le paysage.

4Anna Avraméa a réussi l’exploit d’étudier un territoire en constante évolution : elle inaugure ainsi une nouvelle forme de géographie historique, celle de la dynamique du changement. Ce changement, Anna Avraméa le suit pas à pas grâce à l’abondance de sa documentation et à la sagacité de sa problématique ; et ceci pendant toute cette longue période de mutations, en scrutant les modifications provoquées par les aléas de l’histoire et l’action des hommes, mais en enregistrant aussi, dans la mesure du possible, les effets des transformations naturelles (par exemple le déplacement des lignes des littoraux) sur l’environnement et l’activité des populations. Cette géographie historique dynamique réussit à décrire d’une manière inédite le lent processus de décadence des formes de vie antique malgré les résistances locales, et saisit sur le vif la portée de l’action du pouvoir central, dans une région qui finit, malgré sa position stratégique, par devenir pour Constantinople périphérique et secondaire.

5Il est impossible de résumer en quelques lignes tous les aspects du travail d’Anna Avraméa qui innovent dans l’approche méthodologique et qui enrichissent nos connaissances sur un sujet complexe. Je me limiterai à dire que ce travail définit, étudie et fait progresser, grâce à l’examen d’une région significative, la problématique de la géographie historique du monde byzantin, discipline relativement jeune, puisque le premier rapport sur cette question présenté dans un Congrès international date à peine de trente ans. Incontestablement, l’ouvrage d’Anna Avraméa ouvre de nouveaux horizons grâce au large éventail de ses investigations. Grâce à la pertinence des interprétations et à la qualité des réponses apportées aux problèmes posés, ce travail restera assurément et pour longtemps une oeuvre de référence.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540