Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les historiens et le latin médiéval

 | 
Monique Goullet
, 
Michel Parisse

Section 3. Tradition et innovation, quelques exemples littéraires

Éginhard et Suétone. À propos des chapitres 18 à 27 de la Vita Karoli

Jean Meyers

Texte intégral

  • 1 P. Dronke, « Functions of Classical Borrowing in Medieval Latin Verse », dans Classical Influences (...)

1On pourrait penser que les problèmes d’imitation relèvent d’un phénomène littéraire qui n’intéresse que de très loin les historiens. Pourtant, il arrive que l’appréciation historique de certaines œuvres soit intimement liée aux connotations intertextuelles qui s’instaurent inévitablement entre un auteur et son modèle. Ainsi, Peter Dronke a pu montrer en étudiant les citations virgiliennes dans l’hymne impérial de l’Archipoète, rédigé après la destruction de Milan en 1162, que ce poème, dans lequel bien des historiens n’avaient vu qu’un panégyrique servile de Frédéric Ier Barberousse, cachait en fait un commentaire à double tranchant des événements contemporains et présentait l’empereur davantage comme un démon subalterne, sauvage et effrayant que comme un dieu souverain et invincible1. Je n’essaierai pas ici de révéler que la Vita Karoli est une critique masquée de Charlemagne, mais je voudrais simplement rappeler qu’Éginhard fait partie de ces auteurs que l’on ne peut lire sans tenir compte des œuvres qu’ils imitent.

2Dans sa Vita Karoli, Éginhard a fait renaître la biographie antique en façonnant son récit sur le modèle des Vies des douze Césars, en particulier sur celui de la Vie d’Auguste. Comme Suétone, Éginhard a organisé sa matière par thème plutôt que par ordre chronologique : quelques pages sur la famille, la jeunesse et l’adolescence, la vie publique – guerres, politique, travaux publics ; puis la vie privée – mariages, enfants, amitiés, manière de vivre, culture et comportement religieux ; enfin, quelques pages réservées à l’administration du royaume, à la mort et aux funérailles. Par ailleurs, le biographe carolingien emprunte aux Vies des douze Césars, et spécialement à celle d’Auguste, quantité d’expressions et de formules, comme pour conformer aussi sa langue à celle de son modèle. Cette imitation presque constante de Suétone a été, comme chacun le sait, une pièce importante dans le débat assez vif sur l’autorité à accorder à Éginhard. Pour certains, comme Louis Halphen, qui fut le critique le plus sévère de la Vita Karoli, le biographe de Charlemagne a souvent été entraîné trop loin par Suétone :

  • 2 Éginhard, Vie de Charlemagne, L. Halphen éd-, Paris, Les Belles-Lettres, 1967 (1re éd., 1938), p. (...)

« À force de vouloir en tout et toujours », écrit-il, « donner la réplique au biographe des Césars, il n’a pas craint d’exagérer bien des traits qu’il avait pu en effet relever chez l’empereur franc ; c’est à l’incitation de Suétone qu’il a, dans plus d’un cas, faussé les proportions, déformé la vérité et tracé de Charlemagne une image qu’il y aurait quelque imprudence à accepter autrement que sous bénéfice d’inventaire. »2

  • 3 Cf. F. L. Ganshof, « Notes critiques sur Éginhard, biographe de Charlemagne », Revue belge de phil (...)

3Pour d’autres, tel François L. Ganshof, l’imitation de Suétone n’a pas déformé le portrait de Charlemagne et le simple fait qu’Éginhard attribue à l’empereur franc des habitudes de vie analogues à celles que Suétone décrit chez Auguste ne semble pas suffisant pour contester leur réalité3.

  • 4 Halphen et Ganshof ne sont évidemment pas les seuls à s’être opposés sur la question. En Allemagne (...)

4Charlemagne dans la Vita Karoli n’est-il donc qu’un singe d’Auguste, né des méthodes de composition suivies par l’auteur, ou bien ressemble-t-il à lui-même, c’est-à-dire au Charlemagne historique en dépit des méthodes de composition ? C’est là sans doute une question historique, mais c’est aussi une question littéraire, et l’on ne peut guère y répondre sans examiner de près les rapports que l’œuvre d’Éginhard entretient avec celle de Suétone et sans déterminer l’impact de ces rapports sur la biographie de Charlemagne4.

5Je me propose donc d’aborder ici la question d’un point de vue nouveau et strictement littéraire. Je ne pouvais évidemment pas, dans les limites de cette communication, m’attacher à l’ensemble de l’œuvre, ni à tous les aspects de l’imitation de Suétone. Mes remarques se borneront aux chapitres 18 à 27 de la Vita Karoli et à leur rapport avec les chapitres correspondants de la Vit a Augusti, à savoir les chapitres 61 à 93.

6Le choix de cette partie du texte s’imposait pour plusieurs raisons : c’est celle où Éginhard aborde la vie privée et le portrait de Charles :

  • 5 Kar. 18 : Cujus animi dotes et summam in qualicumque et prospero et adverso eventu constantiam cae (...)

« Je parlerai maintenant », écrit-il, « de ses qualités morales, de son extraordinaire constance dans toutes les conjonctures heureuses ou malheureuses et, d’une façon générale, de tout ce qui touche à sa vie privée et intime.5 »

  • 6 Praef. : Vitam et conversationem et ex parte non modica res gestas domini et nutritoris mei Karoli (...)
  • 7 Kar. 6 : ...nisi vitae illius modum potius quam bellorum quaegessit eventus memoriae mandare praese (...)
  • 8 Cf. M. Manitius, « Einharts Werke und ihr Stil », Neues Archio, 7 (1882), p. 517-568, spéc. p. 530 (...)

7Or, la vie et les mœurs du roi sont la matière principale de l’œuvre d’Éginhard, comme le biographe le souligne dans sa préface6 et au chapitre 6, où il rappelle qu’il s’est proposé « dans le présent ouvrage de faire connaître plutôt le genre de vie du roi que le détail de ses guerres »7. Par ailleurs, c’est la partie qui présente aux yeux de l’historien le plus grand intérêt, puisque c’est là que le biographe devient indépendant des Annales royales, sa source principale, et qu’il fournit des renseignements originaux. Enfin, c’est à cet endroit que les emprunts à Suétone sont les plus nombreux : sur les 112 parallèles que Max Manitius croit avoir repérés entre Éginhard et Suétone dans la Vita Karoli, 70 l’ont été dans les seuls chapitres 18 à 278. Certes, plusieurs de ces rapprochements sont à mon sens non fondés, mais il n’en demeure pas moins vrai que c’est dans cette partie de son œuvre qu’Éginhard s’inspire le plus souvent de Suétone, spécialement de la Vita Augusti, avec laquelle son texte offre à cet endroit les parallèles les plus clairs et les plus évidents.

  • 9 Cf. ce qu’écrit W. Berschin, Biographie..., p. 212 : « Man kann und solite die Vita Karoli vor dem (...)
  • 10 W. Steidle, Sueton und die antike Biographie, Munich, 1951 (2e éd., 1963).
  • 11 E. Cizek, Structures et idéologie dans « Les Vies des Douze Césars » de Suétone, Bucarest - Paris, (...)
  • 12 Sur ce système, cf E. Cizek, Structures..., p. 65-66.

8En vertu de ces parallèles et de leur nombre, on ne peut donc apprécier le portrait de Charlemagne que par rapport à celui d’Auguste chez Suétone9. On sait que Suétone a eu pendant très longtemps mauvaise réputation et qu’on lui a dénié toute valeur littéraire et historique. Cependant, depuis l’ouvrage de Steidle paru en 195110, la recherche s’est efforcée de prouver que Suétone n’était pas le compilateur sans esprit et sans intentions littéraires qu’on croyait, et il n’est plus question aujourd’hui, comme l’a écrit Eugen Cizek, « de juger Suétone comme une sorte de ramasseur de potins, amorphe et nigaud, mais comme un écrivain sérieux, capable de réfléchir sur ce qu’il écrit. »11 E. Cizek a ainsi montré que les biographies suétoniennes étaient basées sur l’opposition virtutes-vitia et que les faits, les événements, les manifestations de caractère, etc., ressortissaient pour la plupart à un trait moral, à un trait de caractère qu’ils révélaient du même coup. Ces traits, comme l’a montré Cizek, conduisent ainsi lentement vers une certaine image que l’auteur se fait du César en question et qu’il essaie d’inculquer dans l’esprit de son lecteur. Pour chaque biographie, Cizek a donc fait le compte de tous les traits, de toutes les marques de caractère et du récit en notant par + ce que le biographe juge positif, à même de relever une virtus, par - ce qu’il estime négatif, expression d’un vitium, par o le trait neutre, difficile à juger ou extérieur à toute antinomie virtus-vitium, par + et - celui qui est trop contradictoire, par 0 et + soit la marque d’une hésitation penchant néanmoins vers la vertu, soit un avantage accordé par le destin, enfin par o et - leur contraire, c’est-à-dire soit la marque d’une hésitation penchant pourtant vers le vice, soit un malheur, une défaite infligés par le destin12.

  • 13 Il est clair, comme l’a souligné Cizek (Structures..., p. 66), que l’élément subjectif joue nécess (...)

9Il m’a semblé qu’il pouvait être intéressant de reprendre cette grille de lecture pour l’appliquer aux chapitres 18 à 27 de la Vita Karoli et de comparer le résultat ainsi obtenu avec celui auquel Cizek est parvenu en analysant les chapitres correspondants de la Vita Augusti (chap. 61-93)13. Si Éginhard a voulu « en tout et toujours donner la réplique au biographe des Césars », comme le supposait Halphen, les résultats devraient être à peu près similaires.

10Voici donc, selon la méthode d’E. Cizek, les traits dans la vie de Charlemagne d’après les chapitres 18 à 27 (le lecteur voudra bien dans un premier temps ne pas tenir compte de la dernière colonne se rapportant à Auguste et sur laquelle nous reviendrons plus loin) :

Les traits dans les chapitres 18-27 de la Vita Karoli

Conduite de Charles à l’égard de sa famille, 18-20

Conduite de Charles à l’égard de sa famille, 18-20

Charles et les étrangers, 21

Charles et les étrangers, 21

Portrait physique et santé, 22-23

Portrait physique et santé, 22-23

La manière vertueuse de vivre chez Charlemagne, 24

La manière vertueuse de vivre chez Charlemagne, 24

La culture de Charlemagne, 25

La culture de Charlemagne, 25

Charles et la religion, 26-27

Charles et la religion, 26-27

Bilan des traits

Bilan des traits
  • 14 On trouvera en annexe le relevé des traits de la Vita Augusti d’après l’étude de Cizek.

Note 1414

  • 15 L. Halphen, « Études critiques... », p. 303 (c’est moi qui souligne).
  • 16 Praef. :...quanta potui brevitate complexus sum, operam inpendens ut de his quae ad meam notitiam p (...)
  • 17 Éginhard..., L. Halphen éd., p. IX ; cf. aussi L. Halphen, « Études critiques... », p. 299-302. Ha (...)

11Si l’on compare le bilan de ces traits avec celui des traits de la biographie d’Auguste, on constate que les écarts entre les deux sont assez importants. La Vita Karoli totalise moins de la moitié des traits présents dans la Vita Augusti (74 contre 154) : il est donc faux de prétendre, comme le fait Halphen, qu’Éginhard veut « nous fournir, autant que possible, trait pour trait, une réplique aux détails de l’historien romain »15. Le biographe de Charles est beaucoup plus sobre que celui d’Auguste, conformément d’ailleurs aux indications de sa préface : il a écrit avec le plus de sobriété qu’il a pu, de manière à ne rien négliger et à ne pas fatiguer par la longueur de son récit l’esprit de ceux qui répugnent à tout ce qui est nouveau16. Ce sont surtout les traits neutres qui disparaissent, ce qui, bien entendu, fait ressortir le pourcentage des traits positifs (62 % chez Éginhard contre 42 % chez Suétone), mais aussi celui des traits négatifs (16 % contre 7 %) : Charlemagne n’apparaît pas comme « le modèle de toutes les vertus »17 ; c’est un homme qui a ses défauts, ses faiblesses comme tous les hommes, donc comme Auguste, et Éginhard n’a pas craint de leur accorder une place plus grande que ne l’avait fait Suétone : même si l’on ne tient compte que des traits positifs et négatifs, le pourcentage des seconds reste plus important chez Charles que chez Auguste (26 % contre 18 %).

  • 18 Dans le portrait physique de Charlemagne (chap. 22), j’ai jugé qu’on pouvait néanmoins tenir compt (...)
  • 19 Cela explique que les traits de la Vie d’Auguste ne sont pas nécessairement notés à cet endroit de (...)

12La comparaison ne doit pas s’arrêter là : il est clair que les multiples remplois de Suétone et de sa Vie d’Auguste en particulier sont une invitation implicite a comparer les portraits de l’empereur franc et de l’empereur romain, à évaluer les ressemblances et les divergences, à noter les traits où l’un se révèle supérieur ou inférieur à l’autre. Les résultats de cette comparaison sont notés dans la colonne figurant à droite dans le relevé des traits qui précède : j’y ai noté par le signe Ø les cas où les traits de la Vita Karoli ne trouvaient aucun parallèle parmi ceux de la Vita Augusti18 ; quant aux traits suétoniens comparables à ceux d’Éginhard, ils ont été notés par les signes habituels (+, -, o, etc., suivis de la référence au passage correspondant de la Vita Augusti), non plus uniquement en fonction de leur contexte d’origine, mais en tenant compte aussi des inflexions que peut leur faire subir leur confrontation avec les traits propres à la vie de Charles19. On peut ainsi relever aisément les traits qui sont sans rapport avec ceux de Suétone, ainsi que les traits par lesquels les deux empereurs se ressemblent ou se différencient. Voici le bilan de cette comparaison :

Bilan des traits comparés

  • * Je compte ici le passage du chap. 20 où Éginhard reproche à Charlemagne d’avoir satisfait à la cru (...)

Traits de la Vita Karoli sans rapport avec ceux de la Vita Augusti :

23

Traits comparables dans les deux Vitae :

51

— traits où Charles est supérieur à Auguste :

20*

— traits où Auguste est supérieur à Charles :

7

— traits positifs partagés par les deux :

20

— trait négatif partagé par les deux :

1

— traits neutres partagés par les deux :

2

— trait contradictoire partagés par les deux 

1

total :

74

  • 20 Kar. 22 : oculis praegrandibus ac vegetis (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).
  • 21 Aug. 79, 3 : oculos habuit claros ac nitidos (je cite d’après l’édition de H. Ailloud, Paris, Les B (...)
  • 22 Kar. 22 : naso paululum mediocritatem excedenti (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).
  • 23 Aug. 79, 4 : nasum et a summo eminentiorem et ab imo deductiorem.
  • 24 Kar. 22 : facie laeta et hilari (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).
  • 25 Aug. 79, 2 : Vultu... tranquillo serenoque.
  • 26 Kar. 22 :formae auctoritas ac dignitas tam stanti quam sedenti plurima adquirebatur... (Éginhard.. (...)
  • 27 Aug. 79, 3 : oculos... quibus etiam existimari volebat inesse quiddam divini vigoris, gaudebatque, (...)
  • 28 Aug. 79, 5 : ...brevem staturam..., sed quae commoditate et aequitate membrorum occuleretur.
  • 29 Kar. 22 : tamen haec [cervicem obesam et breviorem ventremque projectiorem] caeterorum membrorum c (...)
  • 30 Kar. 22 : voce clara quidem, sed quae minus corporis formae conveniret (Éginhard..., L. Halphen éd (...)
  • 31 Aug. 84, 5 : Pronuntiabat dulci... oris sono, sed nonnumquam infirmitatis faucibus...
  • 32 Kar. 23 : Vestitu patrio, id est Francico, utebatur : ad corpus camisam lineam et feminalibus linei (...)
  • 33 Kar. 24 : Caena cotidiana quaternis tantum ferculis praebebatur, praeter assam..., qua ille libent (...)
  • 34 Aug. 74, 5 : cenam ternisferculis aut cum abundan tissime senis praebebat...
  • 35 Aug. 78,1 : Post cibum meridianum, ita ut vestitus calciatusque erat, retectis pedibus paulisper c (...)
  • 36 Kar. 24 : Aestate post cibum meridianum... depositis aestibus et calciamentis velut noctu solitus e (...)
  • 37 Kar. 25 : Erat eloquentia copiosus et exuberans poteratque quicquid vellet apertissime exprimere ( (...)
  • 38 Aug. 86,1 : Genus eloquendi secutus est elegans et temperatum... praecipuamque curam duxit sensum a (...)
  • 39 Kar. 25 : et rhetoricae et dialecticae, praecipue tamen astronomiae ediscendae plurimum et tempori (...)
  • 40 S. Hellmann, « Einhards... », p. 53, avait déjà à juste titre insisté sur le fait que les passages (...)

13Il est évident que la comparaison est nettement en faveur de Charlemagne : la Vita Karoli présente 20 traits dans lesquels l’empereur franc est placé au-dessus de l’empereur romain. Toutefois, Charles n’est ni un « sur-Auguste », ni un alter ego d’Auguste : dans 7 traits, c’est le Romain qui l’emporte sur le Carolingien et, surtout, 23 traits sont sans rapport avec le portrait du premier César. Par ailleurs, même quand les empereurs partagent certains traits, Éginhard prend toujours soin d’indiquer les détails par lesquels ils différent : Charlemagne a de grands yeux vifs20, Auguste des yeux vifs et brillants21 ; l’un a le nez un peu trop long22, l’autre a un nez bombé du haut et recourbé par le bas23 ; Charles a un visage gai et souriant24, Auguste un visage calme et serein25 ; Charles donnait par son physique une forte impression d’autorité26, alors qu’Auguste impressionnait surtout par son regard27 ; le corps d’Auguste était si bien proportionné que cela masquait sa petite taille28, quand chez Charlemagne, l’harmonie de son corps masquait son cou gras et trop court et son ventre trop saillant29 ; Charles avait une voix claire, mais convenant mal à son physique30 ; Auguste une voix douce, mais la gorge parfois malade31 ; bien que les deux empereurs fassent preuve de sobriété dans leur tenue, ils ne s’habillent évidemment pas de la même manière32 ; l’empereur franc ne fait en général servir à sa table que quatre plats, en dehors de son plat favori, le rôti33, alors qu’Auguste en faisait servir le plus souvent trois et parfois six au maximum34 ; l’un fait la sieste sans se déshabiller35, l’autre en se déshabillant et en se déchaussant36 ; si les deux empereurs étaient éloquents, l’un parlait avec abondance et facilité37, l’autre avec pureté et modération38 ; Charlemagne se passionna comme Auguste pour les arts libéraux, mais le premier manifesta un intérêt particulier pour l’astronomie39, dont Suétone ne parle pas. Enfin, même si les empereurs partagent des attitudes similaires vis-à-vis de la religion, il est évident que le fait que l’un fut chrétien et l’autre païen implique une différence primordiale pour l’auteur et ses lecteurs. En définitive, sur les 24 traits que partagent les deux Vitae, 14 présentent néanmoins des détails qui différencient leurs deux héros40.

  • 41 Cf. E. Cizek, Structures..., p. 104 et p. 197.

14Il convient enfin d’insister sur le fait que l’expression de certains traits distinguant l’empereur franc de l’empereur romain est empruntée à d’autres vies qu’à celle d’Auguste : les caractéristiques du corps (Corpore fuit amplo atque robusto, statura eminenti, quae tamen justam non excederet) combinent un passage du portrait de Tibère (68,1 : Corpore fuit amplo atque robusto, statura quae iustam excederet) et un autre tiré de celui de Caligula (50,1 : Statura fuit eminenti) ; les grands yeux vifs (praegrandibus oculis ac vegetis) rappellent à la fois Tibère (68, 2 :facie... cum praegrandibus oculis) et César (45,1 : nigris vegetisque oculis) ; Charlemagne a de beaux cheveux blancs (canitie pulchra) comme Claude (30,1 : specie canitieque pulchra) et, comme lui (30,1 : Auctoritas dignitasque formae non defuit ei, uerum stanti uel sedenti ac praecipue quiescenti), il a, assis comme debout, beaucoup d’autorité et de prestance (formae auctoritas ac dignitas tam stanti quam sedenti plurima adquirebatur) ; enfin, son cou est trop gras comme celui de Néron et son ventre trop gros (cervix obesa et brevior venterque projectior), comme celui de Néron (51,1 : ceruice obesa, uentre proiecto) et de Titus (3, l : uentre paulo protectiore). Mais les expressions de Suétone ne se retrouvent pas ici pour évoquer tous ces empereurs ; les pistes sont trop brouillées pour permettre leur évocation précise et le portrait que Suétone fait de certains d’entre eux, tels Tibère, Caligula ou Néron, est trop négatif41 pour qu’Éginhard ait voulu que Charlemagne leur ressemble. Ce que nous avons ici, c’est une sorte de « patchwork » attentif et minutieux destiné à traduire dans un langage suétonien les particularités de Charlemagne, et les traces de réécriture et de fusion d’expressions d’origine diverse révèlent un art de la mosaïque qui doit à mon sens inspirer plus de confiance que de méfiance.

  • 42 C’est ce qui ressort nettement des notes où Halphen signale dans son édition les variantes entre É (...)

15Tout porte donc à penser que si Éginhard a voulu dresser de Charlemagne un portrait suétonien qui permette de le comparer favorablement à Auguste, il a veillé soigneusement à ne pas faire de l’empereur franc une simple réplique, un clone, dirait-on aujourd’hui, de l’empereur romain. Cette constatation devrait, me semble-t-il, être plutôt rassurante pour l’historien, à moins de considérer, comme Louis Halphen, qu’Éginhard ne se démarque de son modèle que par exagération ou naïveté42.

  • 43 Kar. 24 : Noctibus sic dormiebat ut somnum quater aut quinquies non solum expergescendo, sed etiam (...)
  • 44 Et non à « quatre ou cinq reprises », comme le dit L. Halphen (Éginhard...), p. 73, n. 4.
  • 45 Aug. 78, 3-4 : In lectum inde transgressus non amplius cum plurimum quam septem horas dormiebat... (...)
  • 46 Éginhard..., L. Halphen éd., n. 4.
  • 47 Kar. 19 : Erat enim in amicitiis optime temperatus, ut eas etfacile admitteret et constantissime r (...)
  • 48 Aug. 66, 1 : Amicitias neque facile admisit et constantissime retinuit.
  • 49 Éginhard..., L. Halphen éd., p. 61, n. 6.

16Il convient ici de s’arrêter un instant sur quelques passages qui sont pour Halphen caractéristiques de la méthode de l’auteur carolingien. Dans le chap. 24, le biographe signale que Charlemagne se réveillait souvent à quatre ou cinq reprises pendant son sommeil et qu’il se levait chaque fois43, ce qui correspond au passage où Suétone dit d’Auguste qu’il se réveillait souvent à trois ou quatre reprises44, mais restait couché et faisait appel, pour se rendormir, à des lecteurs ou des conteurs45. Le rapprochement des deux textes amène Halphen à écrire qu’« Éginhard a cru, naïvement, devoir souligner que Charlemagne, lui, se levait à chaque interruption de son sommeil »46. En réalité, il me semble que la naïveté eût été de dire que Charlemagne restait couché, même s’il avait l’habitude de se lever. Il en va de même pour le passage où Éginhard rapporte que l’empereur franc était en amitié d’une fidélité à toute épreuve, bien qu’il se donnât facilement47, contrairement à Auguste qui était constant en amitié, mais se donnait difficilement48. Halphen ici aussi estime qu’« Éginhard a cru naïvement élever ainsi Charlemagne au-dessus d’Auguste, en modifiant légèrement la phrase » de Suétone49 Une fois de plus, c’est l’inverse qui eût été naïf. On comprend bien entendu le raisonnement de Halphen, mais il ne serait justifié que si, dans tous les traits communs aux deux Vitae, Charles était toujours présenté comme supérieur à Auguste, de même que la suspicion eût été légitime si les deux empereurs s’étaient toujours ressemblés en tout comme des jumeaux. Or l’analyse comparative qui précède montre combien les deux portraits divergent en dépit des ressemblances.

  • 50 Même si l’on admet que la Vie n’a pas été écrite avant 830, comme L. Halphen, (« Études critiques. (...)
  • 51 Aug. 64, 3 : Nepotes... docuit... neque caenavit una, nisi ut in imo lecto assiderent, neque iter (...)
  • 52 Kar. 19 : Filiorum ac filiarum tantam ineducando curam habuit ut numquam domi positus sine ipsis c (...)

17La position la plus raisonnable est donc de faire crédit au biographe, qui a vécu dans l’entourage de Charlemagne depuis 796 au plus tard, et de se rallier à ce qu’écrivait F. L. Ganshof en 1924 (p. 738) : « Éginhard écrit... à une époque où vivent encore bien des hommes ayant assidûment fréquenté la cour de Charlemagne, ayant bien connu celui-ci50. S’il s’était laissé entraîner, par l’imitation de Suétone, à prêter à Charlemagne des traits de physionomie ou de caractère et des habitudes qui n’avaient pas été les siennes, il aurait été consciemment au devant de l’incrédulité ; le livre qu’il entendait consacrer à la gloire de son maître eût nécessairement et par avance manqué son but ; nul ne l’eût pris au sérieux. » Si l’on est forcé à mon sens d’admettre qu’Éginhard n’a donc pas naïvement pris le contre-pied de la réalité, ne peut-on du moins supposer qu’il aura eu tendance à déformer la vérité en exagérant certains traits ? L. Halphen en veut pour preuve le passage du chapitre 19, relatif aux rapports de Charlemagne avec ses enfants et qui répond en partie au chapitre 64 de la Vita Augusti. Suétone y affirme qu’Auguste « ne manquait jamais, quand ses petits-fils dînaient avec lui, de les faire asseoir au pied de son lit, et, lorsqu’ils l’accompagnaient en voyage, de les faire aller devant lui, en voiture, ou chevaucher à ses côtés »51. Or Éginhard renchérit en signalant que l’empereur franc, lui, ne dînait jamais qu’entouré de ses enfants et ne se mettait en route qu’accompagné de ses fils à cheval et suivi de ses filles52.

  • 53 L. Halphen, « Études critiques... », p. 304.

« L’exagération est manifeste », écrit L. Halphen, « et les Annales royales permettent de constater combien rares devaient être les occasions où Charles emmenait ses enfants avec lui au cours de ses perpétuels déplacements ; car elles nous le montrent maintes fois, à l’approche des fêtes de Noël, soit partant les retrouver dans un de ses palais des bords du Rhin, soit les appelant auprès de lui lorsqu’il avait décidé d’hiverner en Saxe ou dans quelque autre lointain pays. »53

  • 54 F. L. Ganshof, « Notes critiques... », p. 736, n. 5.
  • 55 Dans ses Études critiques, Halphen d’ailleurs ne traduit pas les mots domi positus (p. 304), qu’in (...)
  • 56 L. Halphen, « Études critiques... », p. 306.

18Ici, en effet, Éginhard semble bien être pris en flagrant délit d’exagération. Mais jusqu’à quel point force-t-il le trait ? On notera d’abord que L. Halphen renvoie à plusieurs passages des Annales royales prouvant au moins le désir de l’empereur d’être avec ses enfants ; ensuite, on n’oubliera pas, comme l’a fort bien souligné F. L. Ganshof, que « les Annales ne rapportent pas tous les déplacements royaux ou impériaux, surtout ceux qui se faisaient à courte distance et qui sont peut-être plus particulièrement visés dans le texte d’Éginhard »54. Or, c’est, me semble-t-il, ce que permet de supposer l’expression domi positus, qui peut très bien se rapporter à caenaret aussi bien qu’à iter faceret : Éginhard voudrait donc dire que lorsqu’il séjournait dans son palais, l’empereur dînait toujours avec ses enfants et les emmenait toujours dans ses déplacements, mais non qu’ils l’accompagnaient dans tous ses voyages55. Si l’on interprète le texte de cette façon, l’exagération est beaucoup moins criante. Dans la mesure par ailleurs où il s’agit là du seul passage où Éginhard peut être soupçonné d’avoir quelque peu forcé une habitude de Charlemagne, il me paraît imprudent d’en déduire qu’en raison de son imitation de Suétone, il « a donc subi un entraînement qui devait presque malgré lui l’amener à déformer les traits de son modèle, à en fausser tout au moins les proportions »56.

  • 57 Il est clair que l’étude qui précède mériterait d’être affinée, car, comme l’a bien montré Cizek ( (...)
  • 58 Éginhard..., L. Halphen éd., p. xi.
  • 59 R. Morrissey, L’empereur à la barbe fleurie. Charlemagne dans la mythologie et l’histoire de Franc (...)
  • 60 Praef. : regis excellentissimi et omnium sua aetate maximi clarissimam vitam... (Éginhard..., L. Ha (...)

19Il est temps à présent de conclure57. L’examen des chapitres 18 à 27 de la Vita Karoli, comparés aux chapitres correspondants de la Vita Augusti, révèle l’oeuvre d’un auteur qui s’est servi de son modèle avec indépendance et intelligence, et il me paraît absolument injustifié de considérer comme L. Halphen qu’Éginhard a suivi Suétone « si fidèlement », qu’il a repris « avec une telle servilité les expressions familières à l’historien latin que sa Vie de Charlemagne apparaît souvent plus comme la treizième “Vie des Césars” que comme une œuvre originale »58. En réalité, l’originalité d’Éginhard est précisément d’avoir écrit une treizième « Vie des Césars » pour faire apparaître l’empereur des Francs comme un nouvel Auguste, mais d’avoir gardé suffisamment d’indépendance pour ne pas transformer son héros en sosie de l’empereur romain : Charles reste aussi et avant tout « le roi des Francs, profondément enraciné dans une tradition franque », comme l’a fort bien souligné récemment Robert Morrissey59. Par ailleurs, en dépit d’une certaine distance épique qu’Éginhard introduit inévitablement dans la représentation de « la vie illustre du meilleur et du plus grand roi de son époque »60, Charlemagne garde sous sa plume sa dimension humaine, et le poids de ses défauts et de ses faiblesses pèse même plus lourd dans son portrait que dans celui d’Auguste.

  • 61 L. Ranke, « Zur Kritik... », p. 96-97 : Wie auffallend, dass ein Schriftsteller, der eine dergröβt (...)
  • 62 Cf. J. Fontaine, « De la pluralité à l’unité dans le “latin carolingien” ? », dans Nascita delI’Eu (...)
  • 63 Cette remarque de P. Jaffé, « Einharti Vita Caroli Magni », dans Monumenta Carolina, Berlin, 1867 (...)
  • 64 S. Hellmann, « Einhards... », p. 45-47, 52-53 ; P. Lehmann, « Das literarische Bild... », p. 15-16 (...)

20À mon sens, rien n’autorise donc à tirer argument de l’imitation de Suétone par Éginhard pour discréditer la valeur historique de son portrait de Charlemagne. Au contraire, la subtilité dont l’auteur fait preuve dans la construction de son récit inviterait plutôt à douter sérieusement qu’il n’ait été que le compilateur distrait, naïf et sans esprit que l’on a parfois fait de lui. Certes, on pourra toujours trouver surprenant, comme Ranke, « qu’un écrivain qui avait à peindre une des plus grandes et des plus rares personnalités de tous les siècles, ait été chercher des mots qui avaient déjà été employés pour l’un ou l’autre empereur »61. Cependant, il ne faut pas oublier que la réforme de la latinité, prônée par Charlemagne, a poussé les écrivains carolingiens à écrire « à la manière de » tel ou tel auteur pour retrouver, d’abord par mimétisme, une norma rectitudinis, mais qu’en retrouvant une grande partie de la littérature latine antique, les auteurs ont aussi trouvé, comme l’a souligné J. Fontaine, « des moyens nouveaux d’exprimer leur propre temps et leur propre personne »62. Par ailleurs, tout le monde s’accorde pour reconnaître que Suétone a attiré l’attention d’Éginhard sur certains aspects de son sujet dont les historiens de son temps ne se préoccupaient guère63. Mais le plus important est surtout, comme l’ont bien montré Hellmann et Lehmann64, que la lecture de Suétone a inspiré à Éginhard l’idée de caractériser une personnalité plutôt que d’en narrer les exploits en détail.

  • 65 Voir à ce sujet l’introduction de J. Gascou, Suétone historien, École française de Rome, 1984, p. (...)
  • 66 Kleinclausz l’avait parfaitement compris : « La dureté », écrit-il (p. 85), « de certains critique (...)
  • 67 Cf. J. Favier, Charlemagne, Paris, 1999, p. 148-149.
  • 68 On ne dispose guère sur la langue de l’auteur, et en particulier sur le problème de l’imitation de (...)

21Suétone, le modèle d’Éginhard, n’a été reconnu comme un historien digne d’intérêt qu’après avoir été étudié comme un écrivain digne de ce nom65. De la même manière, Éginhard a lui aussi été longtemps critiqué en tant qu’historien parce qu’on n’avait pas tenu assez compte de ses intentions littéraires66. Or celles-ci sont encore loin d’avoir reçu à ce jour toute l’attention qu’elles méritaient ; l’imitation de Suétone, en particulier, continue, on le sent bien, à gêner certains historiens. Ainsi, dans le Charlemagne qu’il vient de publier chez Fayard, Jean Favier reconnaît qu’Éginhard ne peut « emprunter à contretemps », que s’il « est peut-être un plagiaire, ou à tout le moins un écrivain soucieux des modèles classiques, ce n’est pas un faussaire ». Cependant, il préfère laisser de côté dans le portrait dessiné par Éginhard « les grands yeux, le nez long, l’apparence générale, le cou trop gras et le ventre trop gros, tous traits empruntés aux portraits de divers empereurs romains brossés par Suétone », bien qu’il retienne par exemple les remarques sur la sobriété de boisson et sur la sieste, traits pourtant empruntés eux aussi au biographe des Césars67. Cette méfiance devant les remarques d’Éginhard montre bien que la recherche a besoin d’une étude approfondie de l’écrivain68. Celle-ci ne mettrait peut-être pas fin à toutes les suspicions, mais elle pourrait sans doute nous apprendre encore beaucoup sur l’historien.

Annexes

Annexe

Les traits dans les chapitres 61-93 de la Vita Augusti

Le tableau est repris à E. Cizek, Structures et idéologie dans « Les Vies des Douze Césars » de Suétone, Bucarest – Paris, 1977, p. 85-89. Sur le sens des différents symboles, cf. plus haut, p. 132.

Conduite d’Auguste à l’égard de sa famille, 61-65

dans 61 :

le problème

o

honneurs qu’il avait rendus à sa mère et à sa sœur

+

dans 62 :

sa fiancée et sa première femme

o

mariage avec Scribonia

o

divorce et mariage avec Livie : raisons mélangées

+ et -

dans63 :

il eut une fille, Julie

o

le problème de sa succession et les solutions qu’il y apporta

o

choix de Tibère, qu’il contraignit à renvoyer sa femme

hypothèses sur les fiancés antérieurs de Julie

o

dans 64 :

ses petits-fils

o

les mariages des petits-fils

o

l’adoption des petits-fils

o

l’éducation sévère des filles de la famille

+

il s’occupa beaucoup de ses petits-fils

+

dans 65 :

le mauvais destin de sa famille

o et -

les aventures des filles et la fin des garçons

o et -

il fait déporter Agrippa Postumus

o et +

dignité dans les mésaventures

+

amertume dans le cas de Julie, sa fille

o et -

il relégua à juste titre Julie

+

Il demeura ensuite inébranlable

+ et -

destin de Julie, sa petite-fille

o et -

sort d’Agrippa Postumus

o et -

la peine éprouvée par Auguste

+ et -

Conduite d’Auguste à l’égard de ses proches et de ses affranchis, 66-67

dans 66 :

fidèle à l’égard de ses amis

+

il ne disgracie que deux de ses amis

+

dont Salvidienus Rufus qui machinait une rébellion

+

Gallus ingrat, mais Auguste pleura sa mort

+

les autres brillèrent jusqu’à la fin de leur vie

+

la susceptiblilité de M. Agrippa et l’indiscrétion de Mécène

o

Auguste exigeant pourtant envers ses amis

+

susceptible à leur égard

+

il abandonne pourtant les legs aux membres

de la famille des défunts

+

dans 67 :

patron sévère, mais clément

+

preuves d’indulgence

+

sévérité pourtant envers Polus

+

envers Thallus

+

envers le précepteur et les domestiques de son fils Gaius

+

Les débauches d’Auguste, 68-71

dans 68 :

débauche probable

o et

accusations contre lui à son égard

0 et -

la foule elle-même l’accusa

-

dans 69 :

ses amis ne nièrent pas les adultères commis par Auguste, passion d’Auguste

mais ils paraissent inspirés par des raisons politiques

+ et -

accusations de M. Antoine

quant à Livie

0 et -

quant à Scribonia

0 et -

quant aux autres femmes

0 et -

une lettre d’Antoine à ce propos

0 et -

dans 70 :

une orgie d’Auguste

à ce moment-là Rome souffrait de la disette

Passion d’Auguste pour les meubles de prix et les vases de Corinthe

-

graffiti à cet égard

-

une épigramme au même propos

-

dans 71 :

Auguste réfuta l’accusation de débauche

-

également celle de luxe excessif

o et +

engouement pour les vierges qu’il aimait déflorer

0 et +

il aimait aussi le jeu

-

preuve dans une de ses lettres

-

une autre lettre au même sujetune lettre à sa fille au même propos

-

La manière vertueuse de vivre chez Auguste, 72-78

dans 72 :

manière de vivre parfaite à tous les autres égards

+

il habita toujours des maisons modestes

+

il préféra les chambres modestes

+

la description de son intérieur

0

à la campagne mêmes goûts modestes

+

il fit raser les villas trop somptueuses de sa petite-fille Julie

+

il embellit de curiosités antiques ses villas

+

dans 73 :

il aima le mobilier simple

+

il préféra les vêtements simples

+

il avait cependant un costume de ville pour les cas imprévus

0

dans 74 :

il donnait constamment des repas et dans les règles

+

il n’y invitait que les citoyens de naissance libre

+

les moments de l’arrivée et du départ de ses repas

0

dans 75 :

largesses lors des jours de fête

+

les présents qu’il faisait souvent distribuer

+

vente aux enchères lors de ces repas

o

dans 76 :

il était sobre de nourriture

+

ce qu’il mangeait modestement

+

quand il mangeait

+

une lettre à ce sujet

0

idem

0

idem

0

idem

0

dans 77 :

Auguste était très sobre de vin

+

ce qu’il buvait

+

ses goûts très simples

+

dans 78 :

ses petites siestes

o

comme il veillait modestement

+

son sommeil

o

ce qu’il faisait lors de ses insomnies

o

il avait besoin de sommeil

o

Portrait restreint : portrait physique et santé : 79-83

dans 79 :

beauté

+

guère de soins pour la chevelure

+

idem pour la barbe

+

la noblesse de son visage

+

yeux vifs et brillants

+

les autres parties de la tête

+

corps bien proportionné

+

dans 80 :

maladie de la peau

o

Auguste boitait un peu

o

défauts à la main droite

o et -

il souffrait de la vessie

o

dans 81 :

il fut malade assez souvent

o

ses souffrances chroniques

o

dans 82 :

ce qu’il portait comme vêtements

o

comment il dormait en été

o

il supportait mal le soleil

o

comment il voyageait

o

comment il soutenait une santé aussi faible

o

ses bains

o

dans 83 :

ses sports

o

ses amusements

o

modestie de ces repas

+

amabilité personnelle à cette occasion

o

Les amusements littéraires, 84-89

dans 84 :

passion pour l’éloquence et les studia liberalia

+

il préparait à fond ses discours

+

il les lisait

0

il avait une voix douce

+

dans 85 :

liste de ses ouvrages en prose

0

ouvrages en vers

0

sa tragédie Ajax et son exigence à l’égard de soi-même

+

dans 86 :

son style elegans et temperatum

+

passion de la clarté

+

sa phrase claire

+

critique des modernistes et des archaïsants

+

il réprouvait Mécène, Tibère et M. Antoine

+

il plaidait pour le style simple et net

+

dans 87 :

expressions curieuses qu’il employa

0

lexique étrange

0

particularités de la façon d’écrire

0

dans 88 :

Auguste était un partisan de l’orthographe phonétique

0

il faisait les fautes d’orthographe courantes

+ et -

un exemple

0

les lettres

0

dans 89 :

Auguste aima les études grecques

+

sa bonne formation en cette matière

+

il ne parla et n’écrivit guère le grec

0

il aimait les poèmes et les comédies grecs

o

dans ses lectures il chercha les préceptes et les exemples utiles

+

il fit connaître au public des ouvrages entiers

0

il encouragea les talents de son époque

+

il n’aimait pas qu’on le prît pour sujet d’un ouvrage non sérieux

0

Auguste et la religion, 90-93

dans 90 :

terreur du tonnerre et des éclairs

0

dans 91 :

ne négligea pas les songes

+

il en tint compte à Philippes

o et +

quelques cauchemars

0

songe de Jupiter Tonnant qu’il respectait

0 et +

à la suite d’une vision nocturne il demandait l’aumône au peuple

+

dans 92 :

respect des auspices et des prodiges

+

quelques superstitions

0

respect des prodiges

0

à propos d’un palmier

0

à propos d’un chêne

0

la superstition de certaines dates

0

dans 93 :

il respecta uniquement les cultes étrangers anciens

+

mépris pour le bœuf Apis et pour le mosaïsme

+

Notes

1 P. Dronke, « Functions of Classical Borrowing in Medieval Latin Verse », dans Classical Influences on European Culture, R. R. Bolgar éd., Cambridge, 1971, p. 159-164.

2 Éginhard, Vie de Charlemagne, L. Halphen éd-, Paris, Les Belles-Lettres, 1967 (1re éd., 1938), p. xiii (c’est l’édition d’après laquelle je cite dans cet article). Voir aussi bien sûr ses remarques dans « Études critiques sur l’histoire de Charlemagne », Revue historique, 126 (1917), p. 271-314, spéc. p. 302-306 (études reprises dans le volume Études critiques sur l’histoire de Charlemagne, la conquête de la Saxe, le couronnement impérial, l’agriculture et la propriété rurale, l’industrie et le commerce, Paris, 1921, p. 60-103).

3 Cf. F. L. Ganshof, « Notes critiques sur Éginhard, biographe de Charlemagne », Revue belge de philologie et d’histoire, 3 (1924), p. 724-758, spéc. p. 734-738 ; id., « Éginhard, biographe de Charlemagne », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance. Travaux et documents, 13 (1951) p. 217-217-230 ; et, à sa suite, A. Kleinclausz, Épinhard, Paris (Annales de l'université de Lyon, 3e série, Lettres, fasc. 12), 1942, p. 67-87.

4 Halphen et Ganshof ne sont évidemment pas les seuls à s’être opposés sur la question. En Allemagne par exemple, Éginhard a surtout été défendu contre les critiques sévères de L. Ranke, « Zur Kritik fränkisch-deutschen Reichsannalisten », dans Sämmtliche Werke, t. 51-52, Leipzig, 1888, p. 95-149, par S. Hellmann, « Einhards literarische Stellung », Historische Vierteljahrschrift, 27 (1932), p. 40-110 (repris dans Ausgewählte Abhandlungen zur Historiographie und Geistesgeschichte des Mittelalters, Darmstadt, 1961, p. 159-229) et par P. Lehmann, « Das literarische Bild Karls des Grossen, vornehmlich im lateinischen Schriftum des Mittelalters », Sitzungsberichte der Bayer. Akademie, Philol.-Hist. Klasse, fasc. 9 (1934), (repris dans Erforschung des Mittelalters, I, Leipzig, 1941 [2e éd., Stuttgart, 1959], p. 154-207). On trouvera un bon aperçu des différentes opinions sur Éginhard chez W. Berschin, Biographie und Epochenstil im lateinischen Mittelalter. III. Karolingische Biographie, 750-920 n. Chr., Stuttgart, 1991 (Quellen und Untersuchungen zur lateinischen Philologie des Mittelalters, 10), p. 216-220.

5 Kar. 18 : Cujus animi dotes et summam in qualicumque et prospero et adverso eventu constantiam caeteraque ad interiorem atque domesticam vitam pertinentia jam abhinc dicere exordiar. (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 54 ; p. 55 pour la trad.). H. Löwe, « Religio Christiana. Rom und das Kaisertum in Einhards Vita Karoli Magni », dans Storiografia e Storia. Mélanges Eugenio Duprè Theseider, 1.1, Rome, 1974, p. 1-20, ici p. 5-6, considère que les chapitres 26 et 27 constituent le début de la partie De regni administratione et fine, mais on peut tout aussi bien les rattacher aux mores et studia, comme le souligne W. Berschin, Biographie..., p. 216. Leur place respecte en outre l’ordre de la Vita Augusti et ce n’est qu’à partir du chapitre 28 sur le voyage de Charlemagne à Rome et sur son couronnement qu’Éginhard passe vraiment à un autre registre.

6 Praef. : Vitam et conversationem et ex parte non modica res gestas domini et nutritoris mei Karoli..., postquam scribere animus tulit, quanta potui brevitate complexus sum... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 2).

7 Kar. 6 : ...nisi vitae illius modum potius quam bellorum quaegessit eventus memoriae mandare praesenti opere animo esset propositum. (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 20 ; trad.-légèrement remaniée ici, p. 21).

8 Cf. M. Manitius, « Einharts Werke und ihr Stil », Neues Archio, 7 (1882), p. 517-568, spéc. p. 530-532, article à compléter par id., « Zu Einharts Vita Karoli », Neues Archio, 12 (1887), p. 205-206.

9 Cf. ce qu’écrit W. Berschin, Biographie..., p. 212 : « Man kann und solite die Vita Karoli vor dem Hintergrund des Divus Augustus lesen. »

10 W. Steidle, Sueton und die antike Biographie, Munich, 1951 (2e éd., 1963).

11 E. Cizek, Structures et idéologie dans « Les Vies des Douze Césars » de Suétone, Bucarest - Paris, 1977, p. 1.

12 Sur ce système, cf E. Cizek, Structures..., p. 65-66.

13 Il est clair, comme l’a souligné Cizek (Structures..., p. 66), que l’élément subjectif joue nécessairement son rôle dans de tels comptes, que n’importe qui pourrait facilement contester. Mais le chiffre exact importe moins que le pourcentage, le taux approximatif ; l’essentiel est de voir quel est ou quels sont les traits dominants.

14 On trouvera en annexe le relevé des traits de la Vita Augusti d’après l’étude de Cizek.

15 L. Halphen, « Études critiques... », p. 303 (c’est moi qui souligne).

16 Praef. :...quanta potui brevitate complexus sum, operam inpendens ut de his quae ad meam notitiam pervenire potuerunt nihil omitterem neque prolixitate narrandi nova quaeque fastidientium animos offenderem... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 2). Il est faux de prétendre aussi, comme le font E. Bernheim, « Die Vita Karoli Magni als Ausgangspunkt zur literarischen Beurteilung des Historikers Einhard », dans Historische Aujsdtze dem Andenken an Georg Waitz gewidmet, Leipzig, 1886, p. 80-81 et A. Kleinclausz, Éginhard..., p. 80, n. 75, que la Vita Karoli est beaucoup plus courte que la Vita Augusti essentiellement parce qu’Éginhard ne parle guère de l’administration de Charlemagne. Sur les raisons de ce silence relatif, voir les remarques de F. L. Ganshof, « Éginhard, biographe... », p. 223.

17 Éginhard..., L. Halphen éd., p. IX ; cf. aussi L. Halphen, « Études critiques... », p. 299-302. Halphen considère qu’Éginhard ne s’est permis qu’une seule critique, à l’endroit où il reproche à Charlemagne d’avoir voulu garder ses filles auprès de lui et où il évoque discrètement les scandales de la cour qui s’ensuivirent (L. Halphen, « Études critiques... », p. 302). C’est montrer, me semble-t-il, plus d’indulgence envers Charlemagne qu’Éginhard ne l’a fait lui-même.

18 Dans le portrait physique de Charlemagne (chap. 22), j’ai jugé qu’on pouvait néanmoins tenir compte pour la comparaison de traits positifs ou négatifs présents chez l’empereur franc et absents chez l’empereur romain : si Charles a une qualité physique ou un défaut que ne mentionne pas Suétone, on peut en déduire qu’Auguste lui est dans ce cas inférieur, ce que j’ai noté par (Ø), ou supérieur, ce que j’ai noté par + (Ø).

19 Cela explique que les traits de la Vie d’Auguste ne sont pas nécessairement notés à cet endroit de la même manière que dans le relevé de Cizek.

20 Kar. 22 : oculis praegrandibus ac vegetis (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).

21 Aug. 79, 3 : oculos habuit claros ac nitidos (je cite d’après l’édition de H. Ailloud, Paris, Les Belles-Lettres, 1996, 1re éd. 1931).

22 Kar. 22 : naso paululum mediocritatem excedenti (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).

23 Aug. 79, 4 : nasum et a summo eminentiorem et ab imo deductiorem.

24 Kar. 22 : facie laeta et hilari (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).

25 Aug. 79, 2 : Vultu... tranquillo serenoque.

26 Kar. 22 :formae auctoritas ac dignitas tam stanti quam sedenti plurima adquirebatur... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).

27 Aug. 79, 3 : oculos... quibus etiam existimari volebat inesse quiddam divini vigoris, gaudebatque, si qui sibi acrius contuenti quasi ad fulgorem solis vultum summitteret.

28 Aug. 79, 5 : ...brevem staturam..., sed quae commoditate et aequitate membrorum occuleretur.

29 Kar. 22 : tamen haec [cervicem obesam et breviorem ventremque projectiorem] caeterorum membrorum celabat aequalitas (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66). Il ressemble d’ailleurs en cela à Néron (cf. Suétone, Ner. 51,1 (cervice obesa, ventre proiecto).

30 Kar. 22 : voce clara quidem, sed quae minus corporis formae conveniret (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 66).

31 Aug. 84, 5 : Pronuntiabat dulci... oris sono, sed nonnumquam infirmitatis faucibus...

32 Kar. 23 : Vestitu patrio, id est Francico, utebatur : ad corpus camisam lineam et feminalibus lineis indueinduebatur ; deinde tunicam, quae limbo serico ambiebatur, et tibialia ; tum fasciolis crura et pedes calciamentis constringebat et ex pellibus lutrinis vel murinis thorace confecto umeros ac pectus hieme muniebat, sago veneto amictus... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 68-70) ; Aug. 82,1 : Hieme quaternis cum pingui toga tunicis et subucula et thorace laneo et feminalibus et tibialibus muniebatur...

33 Kar. 24 : Caena cotidiana quaternis tantum ferculis praebebatur, praeter assam..., qua ille libentius quam ullo alio cibo vescebatur (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 70-72).

34 Aug. 74, 5 : cenam ternisferculis aut cum abundan tissime senis praebebat...

35 Aug. 78,1 : Post cibum meridianum, ita ut vestitus calciatusque erat, retectis pedibus paulisper conquiescebat opposita ad oculos manu.

36 Kar. 24 : Aestate post cibum meridianum... depositis aestibus et calciamentis velut noctu solitus erat, duabus aut tribus horis quiescebat (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 72).

37 Kar. 25 : Erat eloquentia copiosus et exuberans poteratque quicquid vellet apertissime exprimere (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 74).

38 Aug. 86,1 : Genus eloquendi secutus est elegans et temperatum... praecipuamque curam duxit sensum animi quam apertissime exprimere.

39 Kar. 25 : et rhetoricae et dialecticae, praecipue tamen astronomiae ediscendae plurimum et temporis et laboris inpertivit (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 74).

40 S. Hellmann, « Einhards... », p. 53, avait déjà à juste titre insisté sur le fait que les passages empruntés à Suétone servent aussi souvent à exprimer une différence ou un contraste qu’à marquer une coïncidence.

41 Cf. E. Cizek, Structures..., p. 104 et p. 197.

42 C’est ce qui ressort nettement des notes où Halphen signale dans son édition les variantes entre Éginhard et Suétone.

43 Kar. 24 : Noctibus sic dormiebat ut somnum quater aut quinquies non solum expergescendo, sed etiam desurgendo interrumperet (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 72).

44 Et non à « quatre ou cinq reprises », comme le dit L. Halphen (Éginhard...), p. 73, n. 4.

45 Aug. 78, 3-4 : In lectum inde transgressus non amplius cum plurimum quam septem horas dormiebat..., sed ut in illo temporis spatio ter aut quater expergisceretur. Si interruptum somnum reciperare, ut evenit, non posset, lectoribus aut fabulatoribus arcessitis resumebat producebatque ultra primam saepe lucem.

46 Éginhard..., L. Halphen éd., n. 4.

47 Kar. 19 : Erat enim in amicitiis optime temperatus, ut eas etfacile admitteret et constantissime retineret... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 60).

48 Aug. 66, 1 : Amicitias neque facile admisit et constantissime retinuit.

49 Éginhard..., L. Halphen éd., p. 61, n. 6.

50 Même si l’on admet que la Vie n’a pas été écrite avant 830, comme L. Halphen, (« Études critiques... », p. 309-314), voire avant 833, comme M. Lintzel, « Die Zeit der Entstehung von Einhards Vita Karoli », dans Kritische Beiträge zur Geschichte des Mittelalters. Festschrift für Robert Holtzmann, Berlin, 1933, p. 22-42, ou a fortiori avant 825/826, comme H. Löwe, « Die Entstehungszeit der Vita Karoli Einhards », Deutsches Archiv, 39 (1983), p. 85-103.

51 Aug. 64, 3 : Nepotes... docuit... neque caenavit una, nisi ut in imo lecto assiderent, neque iter fecit, nisi ut vehiculo anteirent aut circa adequitarent.

52 Kar. 19 : Filiorum ac filiarum tantam ineducando curam habuit ut numquam domi positus sine ipsis caenaret, nunquam iter sine illis faceret. Adequitabant ei filii, filiae vero pone sequebantur... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 60).

53 L. Halphen, « Études critiques... », p. 304.

54 F. L. Ganshof, « Notes critiques... », p. 736, n. 5.

55 Dans ses Études critiques, Halphen d’ailleurs ne traduit pas les mots domi positus (p. 304), qu’intentionnellement, je n’ai pas traduits plus haut non plus.

56 L. Halphen, « Études critiques... », p. 306.

57 Il est clair que l’étude qui précède mériterait d’être affinée, car, comme l’a bien montré Cizek (cf. not. ses remarques, p. 105), il faudrait tenir compte aussi de l’agencement des traits, de leur ordre dans le récit, des ressorts intérieurs de celui-ci et de la teneur des faits qu’ils évoquent pour apprécier parfaitement la biographie d’Éginhard. Ce travail aurait évidemment dépassé les limites de cette étude, mais il me semble néanmoins que telle quelle, elle n’en permet pas moins d’asseoir des conclusions fiables.

58 Éginhard..., L. Halphen éd., p. xi.

59 R. Morrissey, L’empereur à la barbe fleurie. Charlemagne dans la mythologie et l’histoire de France, Paris, 1997, p. 45, η. 1. Cf. aussi ce qu’écrivait F. L. Ganshof, « Éginhard, biographe... », p. 228-229 : « Il (Charlemagne) est profondément attaché à tout ce qui est de son peuple : il est “franc” – c’est-à-dire austrasien – à travers tout. C’est le costume franc qu’il porte toujours. Il s’adonne passionnément aux exercices où excellent les Francs, à l’équitation et à la chasse. Il veille à ce que ses enfants soient instruits dans les “arts libéraux”, mais à ce qu’ils reçoivent aussi l’éducation traditionnelle des membres de l’aristocratie franque : filer la laine, pour les filles, manier les armes, monter à cheval, chasser pour les fils. Il aime les chants ou les récits épiques de sa nation, s’en fait lire des fragments durant les repas et en fait composer un recueil ; il fait donner des noms franciques aux mois, aux vents, rédiger une grammaire francique. Deux fois seulement, à Rome, pour faire plaisir au pape, il consent à s’affubler de vêtements romains. »

60 Praef. : regis excellentissimi et omnium sua aetate maximi clarissimam vitam... (Éginhard..., L. Halphen éd., p. 5). Sur l’idée de « distance épique », voir R. Morrissey, L’empereur..., p. 45.

61 L. Ranke, « Zur Kritik... », p. 96-97 : Wie auffallend, dass ein Schriftsteller, der eine dergröβten und seltensten Gestalten aller Jahrhunderte darzustellen hat, sich dennoch nach Wörten umsieht, une sie schon einmal von einem oder dem andern Imperator gebraucht worden sind. W. Berschin, Biographie..., p. 199, cite ce passage en exergue de son chapitre sur Éginhard et écrit (p. 213) que lorsqu’on fait le compte des parallèles suétoniens dans le portrait de Charlemagne, on a du mal à voir encore dans ce pastiche un travail original d’Éginhard.

62 Cf. J. Fontaine, « De la pluralité à l’unité dans le “latin carolingien” ? », dans Nascita delI’Europa ed Europa carolingia : un’equazione da verificare, Spoleto,19-25 aprile 1979,1.1, Spolète, 1981 (Settimane di Studio, 27), p. 788-789 (p. 789 pour la citation).

63 Cette remarque de P. Jaffé, « Einharti Vita Caroli Magni », dans Monumenta Carolina, Berlin, 1867 (Bibliotheca rerum germanicarum, 4), p. 501, se retrouve notamment chez L. Halphen, (Éginhard...), p. xi-xii ; A. Kleinclausz, Éginhard..., p. 78-79 ; F. L. Ganshof, « Éginhard, biographe... », p. 221 et chez W. Berschin, Biographie..., p. 213.

64 S. Hellmann, « Einhards... », p. 45-47, 52-53 ; P. Lehmann, « Das literarische Bild... », p. 15-16. Voir aussi F. L. Ganshof, « Éginhard, biographe... », p. 221 et G. Vinay, « Il caso di Eginardo (c. 770-840) », dans Alto Medioevo latino, Naples, 1978, p. 297-318, ici p. 307.

65 Voir à ce sujet l’introduction de J. Gascou, Suétone historien, École française de Rome, 1984, p. ix-xvi. Il ne me paraît d’ailleurs pas impossible qu’Éginhard ait été indirectement victime aussi de la mauvaise réputation dont jouissait son modèle.

66 Kleinclausz l’avait parfaitement compris : « La dureté », écrit-il (p. 85), « de certains critiques envers l’historien du grand Empereur s’explique en vérité par une double erreur. La première a été de ne pas tenir assez compte de l’intention qu’il a eue de composer une œuvre littéraire autant qu’historique ; la seconde, d’avoir demandé à un historien du neuvième siècle de posséder la discipline scientifique d’un élève de l’École des chartes ou de l’École des Hautes Études. » Il est d’ailleurs assez significatif que c’est surtout après l’étude publiée en 1932 par S. Hellmann sous le titre de Einhards literarische Stellung que se sont répandus et consolidés les jugements plus positifs sur Éginhard.

67 Cf. J. Favier, Charlemagne, Paris, 1999, p. 148-149.

68 On ne dispose guère sur la langue de l’auteur, et en particulier sur le problème de l’imitation de Suétone, que d’études très anciennes comme celles de Janke, Die Einfluss Surtons au/die historische Richtigkeit Einhards in die Vita Karoli, Diss., Berlin, 1872 ; de F. Schmidt, De Einhardo Suetonii imitatore, Bayreuth, 1880 ; de M. Manitius, « Einharts Werke... », « Zu Einharts... » ; et d’A. Schmidt, Die Sprache Einhards. Ein Beitrag zur Einhardsfrage, Diss., Greifswald, 1904.

Notes de fin

* Je compte ici le passage du chap. 20 où Éginhard reproche à Charlemagne d’avoir satisfait à la cruauté de Fastrade, dans la mesure où son biographe voit dans cet épisode une exception à la « bonté naturelle et à la mansuétude coutumière » de l’empereur, alors qu’Auguste se montre régulièrement clément et cruel à la fois.

Table des illustrations

Titre Conduite de Charles à l’égard de sa famille, 18-20
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Charles et les étrangers, 21
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Portrait physique et santé, 22-23
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre La manière vertueuse de vivre chez Charlemagne, 24
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre La culture de Charlemagne, 25
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Charles et la religion, 26-27
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Bilan des traits
Légende Note 1414
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/21094/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540