Version classiqueVersion mobile

Les historiens et le latin médiéval

 | 
Monique Goullet
, 
Michel Parisse

Section 1. Approches historiques du latin médiéval. Quelques perspectives diachroniques

Vinea

Alain Guerreau

Texte intégral

Sacrosancte Dei ecclesie sancti Vincentii matisconensis duitatis. Ego Raculfus dono pro remedio anime mee unam vineam in pago matisconense, in agro salorniacense, in villa Liviniaco...

  • 1 Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, M.-C. Ragut éd., Mâcon, 1864, p. 71.

1Ceci est le début de la charte 94 du cartulaire de la cathédrale Saint-Vincent de Mâcon1, charte attribuable au deuxième quart du xie siècle. Levigny est un hameau de la commune de Charnay-lès-Mâcon, à environ trois kilomètres de l’ancienne cathédrale. Et le pire est qu’on y cultive de la vigne.

2Le pire tout simplement parce que ce semblant de « continuité » matérielle apparaît au médiéviste, naïf par profession, comme ce qu’il croit être la meilleure garantie de la « traduction », « Moi, Racoux, je donne pour le salut de mon âme une vigne sise... » Or, précisément, « traduire » vinea par « vigne » est une parfaite absurdité. Non pas une erreur ou un contresens, mais une pure et simple absurdité : il n’y a pas, il ne peut pas y avoir en français contemporain (ou dans une autre langue européenne) de mot qui soit, même de loin, un équivalent acceptable du terme vinea dans une charte du xie siècle. Ce que l’on démontre aisément.

  • 2 Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la bibliographie sur ce sujet est très limitée. En franç (...)
  • 3 Synthèse à jour : P. Galet, Cépages et vignobles de France. II. L’ampélographie française, Montpel (...)

3D’abord au plan matériel2. Une vinea du xie siècle était parsemée de plants bien différents des cépages actuels3. Ceux-ci, depuis la fin du xixe siècle, sont tous greffés sur des « plants américains », qui n’existaient pas au Moyen Âge. Dans une vigne actuelle, tous les plants appartiennent au même cépage (gamay, chardonnay, etc.). Or une des caractéristiques dominantes des vinee médiévales était justement d’être constituées de mélanges. Les modes de culture (variés) étaient eux aussi radicalement différents. Toutes les opérations sans exception étaient réalisées à la main, aucun animal n’était utilisé. Les outils étaient rudimentaires (ni sécateur, ni charrue...). Il n’existait ni engrais chimique ni produits phyto-sanitaires, tout juste un peu de fumier (en quantité le plus souvent très limitée).

4Les pieds, plus ou moins rangés lors d’une plantation, étaient fragiles et devaient être remplacés fréquemment ; pour cela, on provignait abondamment (en enfouissant sommairement un sarment d’un pied voisin) ; ainsi, au bout de quelques années, régnait le plus sympathique désordre (lié à l’absence d’emploi de la charrue). Chaque pied était individuellement lié à un échalas, que l’on extrayait à l’automne et que l’on replantait à chaque printemps (à la main, naturellement). Selon les régions, et même selon les habitudes des exploitants, les vinee pouvaient ainsi acquérir les physionomies les plus diverses ; les miniatures de la fin du Moyen Âge sont à cet égard de précieux documents : les vinee ressemblent plutôt à de somptueux maquis !

  • 4 Cette résistance différente des cépages est précisément illustrée par le cas du phylloxera, qui ne (...)

5Du fait de la variété des cépages sur une même parcelle, les raisins n’étaient jamais mûrs ensemble. L’avantage décisif de cette variété était d’amortir les chocs : d’un côté, les cycles végétatifs étaient décalés, ce qui évitait par exemple que le gel ou au contraire la pourriture détruisent la totalité de la récolte ; de même, les insectes et chenilles, araignées et autres micro-organismes n’attaquaient pas en général tous les cépages à la fois4, laissant subsister l’espoir d’une récolte minimale. Dans l’ensemble néanmoins, les rendements étaient faibles et irréguliers, peut-être le dixième de ce qu’on obtient aujourd’hui avec une taille sévère (ordre de grandeur).

6On ne mentionne ici la vinification que pour mémoire : labeur de la vendange, foulage, fermentation dirigée selon les méthodes les plus diverses et le plus souvent propres à favoriser tous les germes possibles. Le produit, rarement très alcoolisé, commençait quatre fois sur cinq à tourner dès le printemps...

7La conclusion n’est pas sujette à discussion : la vinea du xie siècle n’avait à peu près rien de commun avec une vigne actuelle : cépages différents, outils différents, apports différents, méthodes de culture totalement autres ; et pour brocher sur le tout, un produit qu’on ne peut comparer ni en quantité ni en qualité.

  • 5 Ce point essentiel n’est mentionné ici que pour mémoire. Sur l’« archéologie du livre médiéval », (...)

8D’un autre côté, ce terme vinea n’apparaît pas dans le vide : on le trouve ici dans un texte appartenant aux archives d’une cathédrale et c’est de toute manière un vocable « latin », langue qui, au xie siècle, n’était connue et utilisée que par les clercs. Et le clerc qui rédigea cette charte 94, comme tous les autres, avait appris à lire et à écrire en lisant et en recopiant le psautier. Son latin était pour l’essentiel et avant tout celui de la Vulgate, plus ou moins enrichi par la fréquentation de textes liturgiques, de vies de saints et de traités de saint Augustin. Ce serait donc une erreur de méthode catastrophique d’« oublier » que le rédacteur de cette charte, au moment d’écrire vineam sur un feuillet de parchemin5, avait présents à l’esprit des dizaines de versets bibliques incluant vinea. On ne compte pas moins de dix occurrences dans les seuls psaumes, et 156 au total dans la Vulgate (131 dans l’Ancien Testament et 26 dans le Nouveau).

9Il ne saurait être question ici de chercher à cerner le sens de vinea dans la Vulgate, ce serait le sujet de tout un travail. Le plus curieux est constitué de deux absences : une seule occurrence de vinea dans l’ensemble des épîtres, et aucune chez saint Jean. Constatation troublante, qui conduit à s’apercevoir qu’on ne peut pas faire l’économie d’une recherche simultanée des occurrences de uitis, terme employé précisément par saint Jean dans quelques versets fondamentaux. En deux mots. Dans l’Ancien Testament, vinea, souvent accompagnée d’allusions aux figuiers et aux oliviers, était d’abord un marqueur de l’activité agricole et de la prospérité. D’où des contextes où il s’agissait essentiellement de planter, de récolter, ou de détruire. Le Cantique des cantiques, puis surtout les grands prophètes (Isaïe, Ézéchiel, Jérémie), passèrent plus ou moins subrepticement à un sens dérivé, qu’on trouvait en particulier chez Isaïe : (IV, 7) Vinea domini sabaoth domus Israel. Dans les évangiles synoptiques, la vigne apparaissait à propos du « mauvais ouvrier » ou de « l’ouvrier de la onzième heure ». Chez saint Jean éclatait enfin la proclamation essentielle, qui renvoyait aux prophètes : Ego sum uitis uera (XV, 1).

  • 6 Il serait superflu d’insister sur la quantité de labeur d’analyse que suppose une approche rationn (...)

10De là, environ 250 occurrences de vinea chez saint Augustin et près de 13000 dans la Patrologie latine de Migne6.

  • 7 J. Trier, Der deutsche Wortschatz im Sinnbezirk des Verstandes, Heidelberg, 1931. Id., Zur Wortfel (...)

11Une analyse du champ sémantique7, même le plus restreint, devrait nécessairement inclure aussi bien les travaux (taille, récolte, pressurage) que toutes les parties (raisins, sarments, ceps, etc.), ainsi bien entendu que le produit, élément capital de la représentation médiévale du monde. Car le vin était le sang du Christ, c’est-à-dire le moyen de toute rédemption. Quel médiéviste, même le dernier des débutants, pourrait prétendre que la phrase citée pour commencer, dono pro remedio anime mee unam vineam, ait pu ne pas être directement et intimement liée à cette représentation ?

12Qui pourrait dès lors affirmer de bonne foi que « vigne » soit un équivalent acceptable de vinea ? Face à cette observation marquée du sceau de l’empiricité la plus pure, l’objection ordinaire, puérile et apeurée, consiste à peu près à dire : « Oui certes, tout cet environnement sémantique existait probablement, mais il n’empêche, malgré certains écarts matériels, qu’une vigne était et est une vigne, au xie siècle, comme aujourd’hui ». Cette objection est inconsistante ; rappelons seulement que :

  1. d’un point de vue strictement biologique, cela est rigoureusement faux ;
  2. si toute considération des « réalités historiques » se ramenait à une sorte de logique matérielle intemporelle et éternelle (la « nature des choses »), il resterait à expliquer pourquoi vitis vitifera, particulièrement appropriée aux pentes sèches et au climat méditerranéen, s’est trouvée cultivée, au xiie siècle, dans le nord des îles Britanniques et au-delà du cercle polaire, tandis qu’inversement plus aucun cep n’était entretenu en Afrique du Nord.

13En prenant au sérieux, si peu que ce soit, une putative « logique matérielle » qui serait en quelque sorte indépendante des structures sociales, l’historien, ici le médiéviste, coupe net la branche sur laquelle il est assis et s’interdit a principio toute possibilité d’explication des phénomènes les plus massifs dont il est chargé de rendre compte. On doit une fois pour toutes partir de la constatation qu’au xie siècle le dernier des manants comme le prince ou l’évêque savaient, aussi bien les uns que les autres, que le liquide bu par le prêtre dans le calice dominical provenait d’une vinea et que de ce geste dépendait pour une bonne part le sort de leur âme post mortem, sort qui les préoccupait autant (ou aussi peu) les uns que les autres. Si un médiéviste prétend le contraire, c’est à lui d’en apporter la preuve.

14À ces observations élémentaires, on joindra seulement pour finir trois considérations de portée un peu plus large.

  • 8 C’est ici un point crucial, que l’on ne peut signaler que praetereundo : le sens des mots du « lat (...)
  • 9 Il s’agit là d’un moyen relativement simple de faire passer dans la pratique scientifique quotidie (...)

15l. L’examen de l’intraduisibilité a porté ici sur vinea. Mais on serait parvenu au même résultat avec campus, terra, aqua, murus, flos, domus, sedes, etc. Bref, tout ce qu’on appelle habituellement le « vocabulaire concret élémentaire » ; tous ces mots « qui ne font pas problème » ! On ne trouve d’entrée vinea ni dans Biaise ni dans Niermeyer ; pour ces braves lexicographes, « une vigne, c’est une vigne », que ce soit chez Cicéron, chez Tite-Live8, chez saint Augustin, saint Bernard, dans un cartulaire du xiie siècle,... ou chez nous. Les médiévistes seraient bien avisés de s’apercevoir enfin que c’est exactement le contraire, et qu’une priorité absolue devrait consister à réexaminer avec un minimum d’attention les 500 « mots de base » du latin médiéval (avant de s’échiner sur des hapax qui ne sont bien souvent que des cacographies ou des erreurs de lecture). Un tel réexamen ne peut en aucune manière conduire à des « traductions », mais à des présentations structurées de l’ensemble (démesuré) des écarts9 qui séparent ces vocables des mots contemporains que l’on considère en toute irréflexion comme en étant la soi-disant « traduction ».

  • 10 C’est la question décisive du rapport entre histoire et sens : l’historien peut-il ne pas se préoc (...)
  • 11 La difficulté consiste à éviter la segmentation et l’empilement plus ou moins arbitraires, qui son (...)

162. L’objet vitis vitifera (ou aqua, ou murus...) n’est pertinent pour l’historien qu’au travers de son sens10. Et aucun objet matériel n’a de sens an und für sich. Mais exclusivement au travers des procédures sociales qui le mettent en jeu, et dont il devient alors un marqueur, un outil, un enjeu (procédures sociales qui, notons-le au passage, sont impensables et inconsistantes sans la présence desdits objets : la notion rebattue de Geistesgeschichte est un fantasme vicieux). La vieille opposition entre représentations et realia est un obstacle dirimant sur la voie d’une histoire un tant soi peu cohérente et rationnelle. L’apparence d’une simplification produit une aporie. La lexicographie médiévale, qui ne peut pas ne pas être un des fondements majeurs de la médiévistique, est à reconstruire de fond en comble sur la base d’une prise en compte méthodique, minutieuse et structurée de l’ensemble des procédures et liens sociaux (eux-mêmes fortement structurés11) traduits par chaque lexème considéré.

  • 12 La situation n’a guère évolué par rapport à celle que nous présentions dans A. Guerreau, « Pourquo (...)
  • 13 Cette historicisation, quand on l’entreprend, conduit à des résultats fort surprenants et instruct (...)

173. Dans la pratique, le mot isolé n’existe pas. Il n’y a pas de mot qui puisse être autre chose qu’une occurrence dans un texte. C’est-à-dire, pour être bref, dans un assemblage articulé, assemblage qui n’est lui-même qu’une procédure sociale, hic et nunc. Concrètement, c’est cette notion (à reconstruire dans chaque conjoncture) d’assemblage qui constitue peut-être l’outil de base du programme d’une nouvelle lexicographie. II faut sortir de la notion intuitive et vague (et qui, pour cela, a tant de succès dans les cercles « postmodernes ») de « contexte », qui a eu son utilité, mais qui est devenue un obstacle. Chercher le sens d’un mot d’après son contexte ou d’après ses contextes est une formule qui manifeste un retard dramatique par rapport aux possibilités techniques qui existent à présent. Il serait déjà utile de généraliser (et d’apprendre aux étudiants à généraliser, dès leur première année d’étude) des outils comme ceux de cooccurrence ou de segment répété. Une prise en compte fine et méthodique des relations syntaxiques ouvrira des perspectives d’analyse encore difficiles à imaginer. Mais cela suppose que l’on mène de front un travail d’élaboration technique et de mise au point de procédures statistiques beaucoup plus proches des réalités textuelles qu’elles ne le sont pour l’heure12, et une réflexion systématique sur les « énoncés médiévaux », les « procédures médiévales d’énonciation », et des notions pour nous centrales, mais jusqu’ici fondamentalement obscures (car non historicisées) de mot13, de phrase, de texte.

Notes

1 Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, M.-C. Ragut éd., Mâcon, 1864, p. 71.

2 Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la bibliographie sur ce sujet est très limitée. En français, le seul ouvrage qui fournisse une information cohérente et solide est celui de Marcel Lachiver, Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français, Paris, 1988.

3 Synthèse à jour : P. Galet, Cépages et vignobles de France. II. L’ampélographie française, Montpellier, 1990.

4 Cette résistance différente des cépages est précisément illustrée par le cas du phylloxera, qui ne s’attaque pas aux racines des « plants américains », alors qu’il détériore et détruit celles des cépages européens traditionnels.

5 Ce point essentiel n’est mentionné ici que pour mémoire. Sur l’« archéologie du livre médiéval », E. Ornato, La face cachée du livre médiéval, Rome, 1997.

6 Il serait superflu d’insister sur la quantité de labeur d’analyse que suppose une approche rationnelle d’une telle masse documentaire, parfaitement disponible. Les méthodes sont à inventer. Dans ce cas, le matériau relève de ce que les clercs actuels appellent « exégèse » et « théologie dogmatique », définitions et délimitations insensées et anhistoriques qui font obstacle à toute prise en compte de ces textes comme textes historiques à part entière, en dehors et à l’exclusion de toute considération d’« éternité » ou de « religion ». Mais on ne saurait non plus oublier que de « grands thèmes », comme l’ivresse de Noë, les noces de Cana, le pressoir mystique (parmi bien d’autres), étaient des éléments constitutifs de base du système médiéval des représentations, dont on trouve également une abondante expression dans l’iconographie.

7 J. Trier, Der deutsche Wortschatz im Sinnbezirk des Verstandes, Heidelberg, 1931. Id., Zur Wortfeldtheorie, Berlin, 1973. P. Guiraud, La sémantique, Paris, 1972. Wortfeldforschung. Zur Geschichte und Theorie des sprachlichen Feldes, L. Schmidt éd., Darmstadt, 1973 (fondamental). H. Geckeler, Zur Wortfelddiskussion, Munich, 1971. Id., Strukturelle Semantik und Wortfeldtheorie, Munich, 1982. L’analyse structurale des champs sémantiques est trop abstraite pour les philologues et trop empirique pour les linguistes : situation de blocage extrêmement préjudiciable à la recherche historique.

8 C’est ici un point crucial, que l’on ne peut signaler que praetereundo : le sens des mots du « latin médiéval » est radicalement distinct du sens des mots du « latin classique » ; il s’agissait de deux civilisations différentes, liées à des structures sociales quasi antithétiques. Vinea chez Virgile et vinea chez saint Bernard renvoient à deux espaces totalement différents, il est puéril de s’imaginer que le « mot » puisse avoir le même « sens » chez ces deux auteurs.

9 Il s’agit là d’un moyen relativement simple de faire passer dans la pratique scientifique quotidienne du médiéviste l’hypothèse fondamentale d’altérité de la civilisation médiévale par rapport à la nôtre. On peut, et l’on doit, tenter par ailleurs de formuler des hypothèses globales sur les principes de fonctionnement de cette société ; mais ces hypothèses ne pourront être ajustées, et le cas échéant validées, que dans la mesure où des études bien plus « ciblées », de ce genre, s’accumuleront peu à peu.

10 C’est la question décisive du rapport entre histoire et sens : l’historien peut-il ne pas se préoccuper d’herméneutique ? H. Brinkmann, Mittelalterliche Hermeneutik, Tübingen, 1980. F. Ohly, Schriften zur mittelalterlichen Bedeutungsforschung, Darmstadt, 1977. R. Konersmann, Der Schleier des Timanthes. Perspektiven der historischen Semantik, Francfort-sur-le-Main, 1994.

11 La difficulté consiste à éviter la segmentation et l’empilement plus ou moins arbitraires, qui sont la plaie saignante de la lexicographie traditionnelle. Un mot est un nœud de relations, comme n’importe quel « objet » social. Le découpage en détruit la logique. Les articles du Niermeyer sont un des sommets en la matière.

12 La situation n’a guère évolué par rapport à celle que nous présentions dans A. Guerreau, « Pourquoi (et comment) l’historien doit-il compter les mots ? », Histoire & Mesure, 4 (1989), p. 81-105.

13 Cette historicisation, quand on l’entreprend, conduit à des résultats fort surprenants et instructifs : A. Guerreau-Jalabert, « Parole/parabole : analyse d’un champ lexical et sémantique », dans La parole du prédicateur, R.-M. Dessi, M. Lauwers éd., Nice, 1997, p. 311-339.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search