Version classiqueVersion mobile

Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne

 | 
Otto Gerhard Oexle
, 
Jean-Claude Schmitt

Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Age en France Göttingen 1998

La différence des sexes

Jacques Dalarun, Danielle Bohler et Christiane Klapisch-Zuber

Texte intégral

1Dans la découverte de la différence des sexes comme question d’histoire, c’est l’éveil de l’intérêt pour le « deuxième sexe » qui a fait prendre conscience d’une différence de ce deuxième par rapport à un premier, jusque-là presque seul en scène dans un long one man show. Suivre le filon de ce qu’il est convenu d’appeler 1’« histoire des femmes » ne manque pas de poser la question de la différence des sexes.

  • 1 La publication en version italienne a donc précédé généralement d’une année l’édition française. V (...)

2Il faut d’emblée constater qu’en réaction à un modèle américain d’autonomisation de l’histoire des femmes, largement ressenti en France comme un contre-modèle, dans la lignée, en revanche, des pétitions de principe de Georges Duby et Michelle Perrot dans leur ouverture à l’Histoire des femmes en Occident, les médiévistes français manifestent une certaine prudence face à des sujets de recherche qui extrairaient par trop les femmes d’une histoire sociale plus englobante. Le paradoxe est que pour mettre au jour ces caractéristiques de la recherche française, il faille partir d’une entreprise dont le principe et l’editio princeps sont dus au flair éditorial des éditeurs de Bari, Vito et Giuseppe Laterza1. Annexer sans vergogne la Storia delle donne in Occidente au bilan de l’école historique française est donc faire fi des impulsions venues d’ailleurs, ce que nous constaterons aussi plus loin à propos de secteurs plus particuliers des recherches françaises sur les femmes. Cette Histoire tenta, vers la fin des années 1980, de présenter non pas la synthèse, mais la problématique des rapports de sexe à l’œuvre dans la recherche historique. Ses promoteurs pouvaient espérer qu’elle encouragerait, en particulier en France, un intérêt pour l’histoire des femmes qui n’aurait pas trop osé s’exprimer auparavant, ou le faisait timidement. Elle nous offrira ici un repère pour juger des avancées de la production historique française dans le domaine de l’histoire des femmes pendant la période qui encadre ses dates de parution.

L’histoire des femmes chez les historiens médiévistes français

3Essayons d’abord de situer en volume la place de l’histoire des femmes dans la production des historiens médiévistes français au cours de la dernière quinzaine d’années. Nous prendrons pour indicateurs les Annuaires de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public parus en 1988 et 1996, qui entourent donc la sortie du tome II consacré au Moyen Age. L’Annaire de 1996 établit un bilan de la production pour les années 1994-1996. La place qu’y occupe l’histoire des femmes est réduite, pour ne pas dire marginale. Sur 347 personnes (dont un tiers exactement de femmes : 117), qui sont membres de l’Association et ont donné la liste de leurs publications pour ces années, seulement 55 (soit 16 %, ou une sur six) s’intéressent à la présence des femmes dans le passé par au moins l’un de leurs titres publiés ou annoncés. Autrement dit, 84 % des historiens médiévistes membres de l’honorable Société n’ont pas d’intérêt pour les femmes, ou du moins n’en laissent rien transparaître dans les titres de leurs publications. Les trente-deux médiévistes femmes sont toutefois un peu plus actives, en proportion, que leurs collègues masculins dans ce domaine : alors qu’elles représentent 58 % des 55 auteurs, elles produisent un volume plus consistant (66 %) des titres repérés.

  • 2 On l’observe aussi en valeur relative dans la population féminine considérée : en 1988, 13 femmes (...)

4La situation de 1996, qui paraît relativement atone, représente néanmoins une certaine évolution par rapport aux années précédentes. Le dépouillement comparable de l’Annuaire conduit pour l’année 1988, qui consigne la production des membres de la Société des années 1986-88, soit peu avant la parution de l’Histoire des femmes en Occident pilotée par Georges Duby et Michelle Perrot, montre d’abord qu’en 1988 on compte une moindre proportion de femmes dans la Société (28 % au lieu de 34 % en 1996). En outre, 12 % des historiens et historiennes (soit un sur 8, contre un sur six huit ans plus tard) sont manifestement intéressés par l’histoire des femmes. Sur cette petite fraction des médiévistes, 37 % de femmes (contre 58 % en 1996) produisent 43 % des titres (au lieu de 66 % en 1996). Nous en tirons une double conclusion. En premier lieu, certes il y a eu progression en l’espace de huit années, et elle a touché plus sensiblement les médiévistes femmes que les hommes : en valeur absolue, le nombre des femmes intéressées a triplé, celui des hommes est resté rigoureusement le même2. Sans vouloir en attribuer l’impulsion à la seule publication de l’Histoire des femmes, il nous semble que l’engagement plus décidé de collègues, surtout féminins, dans des recherches concernant le passé des femmes reflète un éveil à la problématique du « genre ». En second lieu, il est clair que l’histoire des femmes en France n’est pas, pour le Moyen Age en tout cas, cultivée par les seules historiennes et que toutes les historiennes ne se consacrent pas à l’histoire des seules filles d’Eve, ce dont il faut assurément se féliciter.

  • 3 Quelques uns de ces titres se retrouvent dans la bibliographie annexe, par exemple 2, Gaillard 198 (...)
  • 4 1, Bubenicek 1994 ; 1, Schneider 1995 ? ; 1, Le Jan 1995 ; 1, Sommé 1995 ; 1, Marguerite de Navarr (...)

5Les titres mentionnés par ces Annuaires permettent de poser une autre question : les intérêts principaux de ces recherches possèdent-ils des traits spécifiques variant avec le sexe de l’auteur ? Si l’on examine, en tenant compte de cette variable, la répartition des titres selon leurs thématiques principales, on s’aperçoit qu’en 1996 ceux concernant la sainteté, les monastères, la vie religieuse et le rapport des femmes au sacré occupent en proportion une place un peu plus faible que le ratio général ne le laisserait présager : 60 % des titres dans ce domaine viennent de plumes féminines qui, rappelons-le, produisent pourtant 66 % de l’ensemble des titres3. En revanche, ce qui concerne les femmes et le pouvoir, thème généralement discuté à partir de figures féminines importantes exerçant du pouvoir, attire davantage les chercheuses, avec 80 % des titres sur ce sujet, que leurs collègues masculins. Ces observations suggèrent que les historiennes s’intéressant aux rapports entre les sexes délaissent un peu la religion et les institutions religieuses où l’on a si longtemps enfermé les femmes et leur histoire, au profit de recherches attestant (ou contestant plus ou moins directement) les positions de pouvoir qu’elles ont acquises au Moyen Age4.

  • 5 2, Lauwers 1995.
  • 6 La différence des sexes et les rapports de sexe sont par exemple au centre des travaux de 1, Bourc (...)

6On constate donc un double, oh ! bien léger, tremblement, une sorte de frémissement, dont on n’ose dire qu’il soit contestataire ni féministe, mais qui sans doute apporte l’écho d’un intérêt nouveau. Il est remarquable, cela dit, que cette bibliographie « féminine » ne soit pas pour autant engagée dans le débat sur le gender. Le mot ou ses équivalents, à une exception près5, n’apparaissent pas ; les titres ne brandissent aucunement l’étendard d’une théorisation de la différence sexuelle6. Sans doute certains jugeront-ils cela reposant par comparaison avec les emportements théoriques de nos ami(e)s d’outre-Atlantique. Mais on peut craindre que ce silence ne témoigne chez les médiévistes français d’une timidité extrême devant les enjeux de l’histoire des femmes ou de l’histoire des rapports entre les sexes au Moyen Age. Il existe chez nous comme une gêne à se situer par rapport à des discussions qui ont secoué de façon salutaire d’autres traditions historiographiques.

Histoire sociale et différence sexuelle

  • 7 Pour ne citer que le porte-drapeau majeur de l’histoire médiévale des femmes, Georges Duby ne donn (...)

7Regardons maintenant de plus près les intérêts que reflètent ces titres quant à l’histoire sociale. Il faut certes admettre que l’échantillon de la production historique française représenté par l’Annuaire n’est pas parfaitement représentatif de la totalité de celle-ci. Outre les raisons rappelées plus haut par Jean-Claude Schmitt et Dominique Iogna-Prat, souvent s’impose un décryptage des titres à qui veut y trouver les femmes, ce qui affecte certainement et rend critiquable et incomplet notre rapide recensement7. Les titres mêmes sur lesquels nous nous fondons ici pour présenter ce bref panorama n’explicitent pas nécessairement tout le contenu du travail. Derrière « Les hommes et la terre », apprécié dès longtemps, il est fort possible que l’enquête ait été sensible, sans que ce titre le révèle, au travail et aux rôles féminins. Si l’on est d’humeur optimiste, on fera l’hypothèse qu’historiens et historiennes ont désormais assez intégré ce facteur de différenciation pour ne plus même le souligner. Malheureusement, il semble plutôt que les analyses se satisfassent en général d’un masculin englobant parce qu’elles ignorent tout simplement la différence sexuelle et admettent sans critique la seule dimension masculine, ou indifférenciée, des témoignages et des faits.

  • 8 1, Aurell 1995 et 1996 ; 1, Duhamel-Amado, thèse 1995 (parue en 1998).
  • 9 Voir là-dessus les contributions étrangères dans Clio no 8, « Georges Duby et l’histoire des femme (...)

8Les recherches sur les lignages de l’époque féodale et sur les structures familiales, souvent inspirées par les travaux de Georges Duby, tournent largement autour des femmes8. Dans cette ligne, l’échange des femmes, leur place dans les stratégies matrimoniales et patrimoniales sont au centre des préoccupations. Cependant, même si, dans le décompte des recherches impliquant les femmes, nous prenons en considération les travaux consacrés à ces thèmes, fondamentaux pour l’appréciation des rôles et des pouvoirs féminins, nous ne pouvons qu’être frappés par la place réduite qu’ils occupent aujourd’hui dans le paysage historiographique global. Serait-ce qu’en France aussi se ferait sentir le rejet de ce que, aux Etats-Unis, on taxe non sans dédain d’histoire – ou d’anthropologie – « structurale » ; rejet qui poserait un problème d’autant plus important qu’au moins pour la période médiévale les historiens français se gardent de l’énoncer avec clarté9 ? Il semble, toutefois, que les raisons sont d’une autre nature, et plus particulièrement françaises. Car, même avec ses spécificités propres – le pouvoir et ses divers aspects, les formes de domination d’un sexe sur l’autre, la répartition et l’éventuelle complémentarité des rôles familiaux (productifs, éducatifs, etc.) et sociaux (assistance...), l’exclusion, etc., tous mots-clé de l’histoire des femmes – cette dernière a répercuté les intérêts et désintérêts majeurs de l’histoire sociale à la française. De ce point de vue, la régression de la recherche et des publications dans certains secteurs naguère dominants se reflète aussi dans l’histoire des femmes telle qu’elle a été pratiquée dans la décennie écoulée.

  • 10 Elles sont nombreuses toutefois dans l’Annuaire 1996, avec une quinzaine de titres concernant la s (...)
  • 11 Sur ces thèmes, encore vigoureusement représentés dans nos Annuaires, 1, Cancellieri 1995 ; 1, Gon (...)

9En France, l’histoire des femmes a bénéficié, à ses origines, des études, florissantes dans les années 1960-1980, sur la famille, le corps ou la vie privée, c’est-à-dire des apports de la démographie tout autant que de l’anthropologie historiques. Mais on observe aussi que, pour formuler ses propres intentions, elle s’est très souvent posée en réaction, sinon même en opposition à ces dernières. Pour nombre d’historiennes, la démographie historique, l’histoire des structures familiales, l’histoire du corps, de la maladie et des attitudes devant la vie et la mort, thèmes classiques jusque dans les années 1980, ont bien été le point de départ, et parfois le moteur, d’études plus spécifiquement consacrées à la place des femmes dans l’histoire10 ; mais, sous l’impact de la remise en cause féministe, ces « spécialités » ont été reniées, parfois violemment, par des chercheuses qui refusaient de laisser enfermer, tant sur le plan historiographique que conceptuel, les femmes dans les prisons historiques où leur propre époque, imitée par les historiens postérieurs, les avaient confinées – le privé et la famille, les tâches domestiques, les fonctions corporelles de la maternité et de la reproduction, les métiers associés au corps et au privé tels que la prostitution, le service domestique, la prime éducation, la charité11.

  • 12 Assorti, quand le besoin s’en fait néanmoins sentir, d’une utilisation a-critique des données util (...)
  • 13 Voir par exemple 1, Iancu 1994.

10Cette mise à distance, obéissant à des impulsions critiques et souvent militantes, a accompagné les mouvements qui ont plus généralement affecté l’historiographie française : perte de prestige et reflux de l’histoire « lourde », qu’elle soit économique, démographique ou sociologique, montée en puissance d’autres approches (la microanalyse, la microhistoire), préférence accordée à l’analyse longitudinale contre les coupes transversales effectuées dans les sources massives et les vastes corpus, retour à l’histoire politique ou du politique, réflexion sur l’événement. Elle a sinon discrédité, du moins encore plus marginalisé des recherches qui, pourtant, dans les études médiévales, avaient toujours trouvé difficilement leur voie, non seulement par manque documentaire, mais par timidité méthodologique ou par ignorance statistique. Aujourd’hui, les diverses approches de la démographie historique, par exemple, suscitent chez beaucoup un dédain global ou n’incitent qu’à en évoquer les limites12. Il resterait pourtant à mener sur la période médiévale un travail empirique énorme de recherche et de critique des données biographiques consentant une analyse fine des variables démographiques et sociales ; son absence obère les jugements portés sur les représentations qu’on se faisait des femmes, de leur sexualité, vices et péchés, de leur rôle social (et pas seulement familial), mais aussi sur le pouvoir qui leur était concédé, auquel elles pouvaient prétendre ou qu’elles s’appropriaient, sur le contexte humain dans lequel elles ont développé leurs stratégies propres, créatrices d’identité13.

  • 14 Les travaux sont peu nombreux, si l’on sort du cercle domestique. Voir par exemple i, Lamazou-Dupl (...)

11Il y aurait également beaucoup à dire sur la notable rareté des recherches actuelles sur le travail des femmes au Moyen Age. On peut en partie l’attribuer au discrédit où sont tombées l’histoire économique et la sociologie historique et alléguer la rareté des archives françaises, seigneuriales, corporatives, notariales ou commerciales en comparaison de celles d’Angleterre et d’Italie qui font entrer plus aisément dans le monde du travail ; on peut de même déplorer la pauvreté des sources juridiques et normatives si l’on pense aux fueros espagnols ou aux statuts ruraux et citadins italiens. Mais cela justifie-t-il la discrétion des recherches dans ce secteur ? Des enquêtes de terrain, une réflexion s’imposeraient assurément sur la place des femmes dans l’économie médiévale, leurs capacités techniques et leur inventivité, les lieux et les domaines où elles les ont déployées et où ces activités ont été soit reconnues et légitimées, soit contredites et entravées14.

  • 15 1, Bourin et Chareille 1992 (t. II, 2) ; voir aussi 1, Lauwers 1995.

12Il est toutefois un secteur, la « genèse médiévale de l’anthroponymie moderne », où la prise en considération et le traitement systématiques de la différence sexuelle ont prouvé leur utilité. Ce champ de recherche qui, selon nos Annuaires, n’est qu’ébauché en 1988, regroupe en 1996 autour de Monique Bourin les travaux d’une quinzaine de chercheurs auxquels s’ajoutent quelques enquêtes indépendantes. Or l’un des volumes publiés par le groupe et consacré à l’anthroponymie féminine montre tout le profit qu’on peut tirer de l’introduction de la dimension de la différence sexuelle dans une analyse historique globale des faits relevant de l’onomastique15.

Aspects religieux

13Le Moyen Age occidental étant pétri de christianisme, mieux, s’auto-définissant comme christianitas, c’est dans le discours des clercs qu’il faut rechercher en priorité les traces d’une construction historique du gender. Qu’il y ait autonomie relative de certains autres discours (le médical par exemple), sans doute ; mais l’anthropologie « théologisée » des clercs est largement dominante, parce qu’ils détiennent exclusivement le savoir dominant, parce qu’ils contrôlent majoritairement les savoirs seconds. Puisque le champ religieux est le lieu où s’affirme la subordination de la femme, c’est là aussi, comme l’avait déjà suggéré David Herlihy, qu’a quelque chance de se jouer une réhabilitation de la Femme, voir une promotion des femmes. Au moment où l’Histoire des femmes en Occident prenait corps, tandis que l’histoire religieuse et culturelle en France semblait triompher sans effort sur les ruines d’une vulgate marxiste qui l’avait longtemps assignée au rôle accessoire de superstructure et que l’histoire économique et sociale entrait en crise, on pouvait avoir l’impression que les aspects religieux de l’histoire des femmes allaient être largement privilégiés.

  • 16 2, La femme dans la vie religieuse... 1988 ; 2, La femme au Moyen Age 1989.
  • 17 2, Les religieuses dans le cloître... 1994.
  • 18 2, Delumeau 1992.
  • 19 2, Dalarun 1994b.
  • 20 2, Epiney-Burgard et Zum Brunn 1988 ; 2, L’Herinite-Leclereq 1997.

14Or la production historiographique française n’est pas venue confirmer cette impression. Sans doute paraissent, dès 1988, les Actes de divers colloques, sur La femme dans la vie religieuse du Languedoc ou La femme au Moyen Age, où les aspects religieux sont fort présents16. Sans doute les Actes d’un autre colloque, Les religieuses dans le cloître et le monde, parus en 1994, constituent-ils une très belle somme diachronique sur le thème qui nous intéresse, dans une perspective plus institutionnelle que spirituelle17. Sans doute Jean Delumeau a-t-il eu le mérite de réunir en 1992 de remarquables études, débordant elles aussi le Moyen Age, sur La religion de ma mère18 ; il soulignait ainsi ce lien discret, mais efficient, du féminin et du religieux qui caractérise l’Occident. On peut encore signaler une habilitation de 1994 qui, reprenant la vieille intuition de Jules Michelet, s’intitule « Dieu changea de sexe pour ainsi dire » et met l’accent sur la féminisation du religieux au miroir de l’hagiographie19 ; ou encore les belles anthologies réunies par G. Epinay-Burgard et E. Zum Brunn sur les Femmes troubadours de Dieu, ou par Paulette L’Hermite-Leclercq sur L’Eglise et les femmes dans l’Occident chrétien20. Mais au total, rares ont été les ouvrages affichant l’ambition de couvrir le sujet de manière synthétique. Encore ceux à peine cités relèvent-ils tous du recueil de contributions ou de l’anthologie commentée de sources.

  • 21 2, Warner 1989.
  • 22 2, Camporesi 1983/1986 ; 2 Bell 1985/1994 ; 2 Bynuml987/1994 ; 1, Bertini et al. 1989/1991.
  • 23 2, Bynum 1982, 1991, 1995 ; 2, Dronke 1984 ; 2, Elliott 1993.

15L’intérêt d’un vaste public cultivé pour les sciences humaines a été manifeste en France dès les années 1970, a explosé dans les années 1980, s’est affaissé dans les années 1990. Lâchés par le grand public et poussés par les éditeurs, les historiens français ont déversé l’essentiel de leur activité scripturaire dans les manuels universitaires et les innombrables dictionnaires encyclopédiques. Les effets de la demande sociale sur l’œuvre historique sont encore plus patents en matière de traductions françaises d’ouvrages étrangers. Paru en anglais en 1976, l’ouvrage de Marina Warner fut publié en français en 198921. Les livres de Piero Camporesi, Rudolph M. Bell, Caroline W. Bynum ou Ferruccio Bertini ont eu la chance de paraître dans le créneau chronologique « porteur » des années 1980 et furent donc traduits en français entre 1986 et 199422. Mais de la même Caroline Bynum, les ouvrages qui se situent en amont et en aval attendent toujours leur traduction, de même, il est vrai, que ceux de Peter Dronke ou Dyan Elliott par exemple23.

  • 24 2, Grundmann 1935/1974.
  • 25 Floraison qui n’a pas pris fin et où brillent particulièrement les travaux d’Anna Benvenuti ; 2, B (...)
  • 26 2, Koch 1964 ; 2, Capitani 1977.
  • 27 2, Dinzelbacher 1992 ; 2, Zarncke 1930.
  • 28 2, Borresen 1993.

16Que dire, surtout, de l’ignorance dans laquelle reste tenu en France l’ouvrage fondamental et fondateur d’Herbert Grundmann, Religiöse Bewegungen im Mittelalter, paru en 1935 à Berlin24 ? Or c’est la traduction en italien de cette somme en 1974 qui déclencha en Italie un intérêt scientifiquement bien plus soutenu qu’en France pour Il movimento religioso femminile, qui se manifesta par d’innombrables colloques, à dimension générale ou régionale, une floraison de monographies et des éditions ou rééditions de sources concernant les mulieres religiosae de la Péninsule25. L’article de Gottfried Koch sur les femmes dans les mouvements cathare et vaudois, publié en 1964, fut traduit treize ans plus tard dans le recueil Medioevo ereticale d’Ovidio Capitani26. Les travaux de Peter Dinzelbacher jouissent en Italie d’une excellente notoriété et Maria Pia Alberzoni a eu le mérite de remettre à l’honneur les travaux pionniers de Lilly Zarncke parus en 1930, essentiels pour la compréhension du cadre institutionnel des établissements religieux féminins qui conflueront dans l’Ordo sanctae Clarae27. C’est en italien, enfin, que les études originellement en français et en anglais de la norvégienne Kari Elisabeth Børresen ont été réunies en 1993 sous le titre Le madri della Chiesa28.

  • 29 2, Parisse 1983 ; 2, Corbet 1986.
  • 30 1, Moulinier 1995 a et b.
  • 31 .2, Dalarun 1995.
  • 32 2, Dalarun 1992, 1994a.
  • 33 2, Arnaud-Gillet 1997.
  • 34 2, Lopez 1994, 1996.
  • 35 2, Sainte Claire... 1995.
  • 36 2, La Madeleine 1992.
  • 37 2, Barnay 1992 ; 2, Iogna-Prat et al. 1996.
  • 38 2, Krumeich [1989] 1993.

17Certes, de solides monographies françaises sont venues dans les dix dernières années éclairer les rapports des femmes et de la religion au Moyen Age. Citons en amont les travaux, bien connus en Allemagne, de Michel Parisse ou de Patrick Corbet29, puis les études consacrées à des personnages telles Radegonde, Christina de Markyate, Hildegarde de Bingen30, Marie d’Oignies, Angèle de Foligno31, Marguerite de Cortone, Claire de Rimini, Micheline de Pesaro32, Brigitte de Suède, Ermine de Reims33, Colette de Corbie34, le colloque dédié à Sainte Claire d’Assise et sa postérité35, les recueils sur Madeleine36, les apparitions ou le culte mariais...37 Il n’en est pas moins frappant que la plus novatrice des études consacrées à Jeanne d’Arc, par exemple, nous vienne de Sigmaringen38.

  • 39 2, L’Hermite-Leclercq 1989.

18Cette revue s’apparente à la galerie de portraits car, hormis l’excellente monographie de Paulette L’Hermite-Leclercq sur le monastère de La Celle39 et le colloque de Poitiers déjà cité

19 2, Les religieuses dans le cloître... 1994.

La prédication en langue romane avant 1300,40 Penser au Moyen Age41
  • 42 1, La condicíon... 1986.
  • 43 2, Vauchez 1987.
  • 44 2, Dalarun 1994/1997.

20On aura noté que les historiennes et historiens français ne se sont pas cantonnés à des dossiers relevant du cadre national. Les Anglaises, les Allemandes, les Suédoises au besoin, les Italiennes surtout, se sont partagé leurs faveurs. On ne peut que se réjouir du fait que l’école historique française ne fonctionne pas en vase clos. D’un colloque comme La condición de la mujer en la Edad Media, tenu à Madrid en 1985, les Français n’étaient certes pas absents42. Mais, à bien y regarder, on peut se demander si ce ne sont pas pour une part les auteurs les plus influencés par les écoles historiques voisines qui ont aussi consacré le plus d’attention à la religion féminine, ce qui ne viendrait que renforcer la relative aporie de l’école historique française sur le sujet (et on aura ainsi compris que la notion même d’« école historique » nationale ne saurait non plus échapper à la critique). Les travaux de Michel Parisse ou de Patrick Corbet sont largement redevables à l’historiographie germanique. Ceux d’André Vauchez ou de Jacques Dalarun sont fortement influencés par les recherches italiennes sur le Movimento religioso femminile. Dans le cas d’André Vauchez, les articles les plus « féminins » du recueil Les laïcs au Moyen Age...43 procèdent en majorité de la vague des colloques italiens des années 1980. Dans le cas de Jacques Dalarun, les monographies sur Micheline de Pesaro ou Claire de Rimini furent publiées en Italie, l’édition originale de Francesco : un passaggio... fut rédigée en italien et l’édition française en est simplement la traduction44.

21Un si rapide catalogue, incomplet de surcroît, repose sur l’attendu que toute monographie dédiée à une religiosa mulier ou à un monastère féminin ressortit au filon de l’histoire des femmes et plus précisément de la « religion féminine », catégorie en soi fort contestable. Pourquoi aurait-on systématiquement l’idée qu’écrire sur Hildegarde de Bingen est contribuer à l’histoire des femmes, alors qu’écrire sur Bernard de Clairvaux n’apparaît pas immédiatement comme une contribution à l’histoire des hommes ? Qu’écrire sur Marguerite Porete, c’est inévitablement affronter la « mystique féminine », alors que commenter Bonaventure n’apparaît pas obligatoirement comme une interrogation sur la mystique masculine ? Une histoire des hommes est-elle possible ?

  • 45 2, Scaraffìa et Zarri 1994 ; 2, Leonardi et Pozzi 1988.

22Sans doute peut-on parler d’une défiance pour une approche de l’histoire des femmes trop identifiée à ses aspects religieux, de même que, nous le notions plus haut, pour l’approche identifiant les femmes au corps et au privé. Pour filer encore le parallèle avec l’Italie, on notera que le premier volume, paru en 1994, de la Storia delle donne in Italia s’intitule Donna e fede et qu’en amont une anthologie des mystiques féminines avait fait merveille45. Assigner étroitement les femmes au religieux, à un religieux inspiré dans le cas de la mystique, n’est-ce pas toutefois reconduire les idées reçues du siècle passé, où ce que l’on a appelé le « dimorphisme sexuel » de la pratique religieuse laissait repérer les symptômes d’une adhésion féminine plus intense à la religion ? Idées reçues de très loin, car c’est aux derniers siècles du Moyen Age, précisément, que se noue l’étrange alliance du prêtre et de la femme. Assigner par trop les femmes au religieux, à un religieux intériorisé plus connoté de sentiment que de raison, d’inspiration que de savoir, de langage du corps que de parole articulée, n’est-ce pas tomber un peu vite victime consentante de la propagande cléricale médiévale en légitimant ses catégories retorses ? Le soupçon en a été émis par certains historiens français. Comme dans le cas de la « religion populaire », il faut soumettre à la critique la notion de « religion féminine ». Ce débat n’a guère eu lieu en France et c’est en revanche la catégorie d’histoire religieuse qui se trouve soumise à une critique radicale : toute histoire de l’Occident médiéval ne doit-elle pas être consubstantiellement religieuse, puisque tout est religieux dans la société médiévale ? Le religieux en soi a-t-il même un sens pour cette période ? Débat très français qui, pour la compréhension du Moyen Age, est aussi éclairant que peut l’être toute lapalissade et qui procède en réalité bien plus des clivages que les Lumières, puis la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’épistémologie universitaire qui en résulte avaient artificiellement établis.

23Dans la trilogie des Dames du XIIe siècle, le dernier volume affronte résolument Eve et les prêtres et vient dénouer les fils de l’écheveau noués par l’Histoire des femmes. En réponse aux questions lancées en amont, Georges Duby propose une chronologie et un moteur. Vers 1100, tout à la fois l’image de la Femme se dégrade sous les coups de boutoir de la Réforme grégorienne et les premiers signes d’un intérêt renouvelé pour le salut des femmes se font jour. Vers 1180, la situation des femmes fut exhaussée, car « les hommes s’accoutumèrent à les traiter comme des personnes ». L’enjeu est bien du registre de la considération. Quant au moteur, il est religieux, lié au rapport privilégié des femmes avec la Surnature, comme à une ouverture pastorale qui les laisse investir le champ du sacré pour qu’elles se l’approprient bientôt intimement en une féminisation du religieux même. L’avis a d’autant plus de poids que Georges Duby ne s’est jamais défini comme spécialiste d’histoire religieuse et qu’il a longuement cherché l’impulsion d’un tel mouvement du côté des relations sociales, des lignages, des stratégies matrimoniales, de l’amour courtois, dont il ne nie pas pour autant les actives incidences.

Statut et fonction du féminin dans l’imaginaire littéraire

24Un sondage opéré sur les publications des quinze dernières années dans le domaine des textes dits littéraires mène aux observations suivantes :

  • 46 3, Rey-Flaud 1983 ; 3, Huchet 1987.

25En premier lieu, la permanence de l’intérêt pour l’enjeu le plus dynamique des textes littéraires : le modèle courtois, qui fait l’objet d’analyses diverses et nombreuses, guidées encore par l’appel à une « cohérence » psychologique, mais désormais bien ancrées dans l’horizon narratologique et souvent psychanalytique (« névrose courtoise », « amour discourtois », fin ’amor comme « mise à distance de la femme par les mots » etc.)46. Textes lyriques et romanesques sont interrogés dans la longue durée, de la production des troubadours et trouvères à la mise en question du modèle courtois dans la période du Moyen Français. L’intérêt se confirme également pour l’institutionnalisation du modèle (fondation de la Cour d’Amour) au début du XVe siècle. L’amour courtois apparaît aux yeux des chercheurs français comme une sorte de valeur sûre pour qui veut présenter une communication ou un article dans le milieu spécialisé. Pour ces relations entre sexes dont le modèle courtois fournit le schème, seul le roman chevaleresque tardif a malheureusement échappé jusqu’ici à de véritables analyses qui tiendraient compte du statut singulier de cet héritier des grands classiques, alors que la rhétorique amoureuse, persistante et remodelée ainsi que l’accomplissement chevaleresque tel que le voit l’automne médiéval mériteraient une approche spécifique. Et seul un regard plus historique pourrait dégager alors ce qui se révèle du « goût » des sociétés de cour, par exemple au XVe siècle, avant le passage à l’imprimé.

  • 47 3, Paupert 1995 ; Mikhaïlova 1996.
  • 48 3, Hicks et Moreau 1997 ; 3, Cerquiglini-Toulet 1994.
  • 49 Voir l’ensemble de publications de 3, Dulac, entre autres 1978, 1995.

26Autres valeurs sûres pour la critique contemporaine, les figures de femmes elles-mêmes et leurs voix, celle d’abord de Marie de France dont on sait peu de choses, mais qui s’est récemment proposée à l’analyse de la notion de don et de jointure, à l’étude d’une « éthique de l’écriture »47. Pour l’essentiel toutefois, l’analyse s’est consacrée à Christine de Pizan. Dans ce domaine, la recherche en France égale l’intérêt porté ailleurs à la première « écrivaine » de notre littérature48. La bibliographie christinienne est bien mise à jour : on peut évoquer ici les travaux fertiles qui portent sur la voix auctoriale, le rapport de Christine au savoir de son temps, ses relations avec le milieu de cour, le statut de l’auteur et ce qu’on peut appeler « l’institution littéraire », ainsi qu’un intérêt de plus en plus marqué pour les textes à visée historiographique et didactique, (Livre des fiais et bonnes meurs du sage roy Charles V, La Mutation de Fortune, Livre des Trois Vertus, Livre du Corps de Policie etc.)· Se complète et s’enrichit l’évaluation d’une Christine autrefois souvent réduite à sa production lyrique, cette fois approchée comme une voix militante, par le souci dont elle témoigne pour le positionnement de la femme dans la société. Dans ce domaine les historiens de la littérature en France se sont montrés aussi vigilants que leurs homologues étrangers, et très clairement ils se sont souciés d’une approche féministe49.

  • 50 3, Bec 1995

27Mais où chercher la femme en littérature, ailleurs que chez Marie de France et Christine ? Les trobairitz restent le seul lieu possible d’une interrogation : l’accès difficile à leur identité et à la certitude d’un écriture véritablement « féminine » a permis à certains chercheurs d’exposer tout l’intérêt de leur énigme, de l’amour peut-être homosexuel à l’usage du « contre-texte » jouant du code masculin troubadouresque50.

  • 51 3, Paupert 1990 ; 3, Régnier-Bohler 1984.
  • 52 1, Ariès et Duby 1983.
  • 53 3, Régnier-Bohler 1983.

28D’autre part, l’intérêt philologique s’est porté sur un texte inconnu de la seconde moitié du XVe siècle, Les Evangiles des Quenouilles, savoirs de femmes échangés au cours de veillées interdites aux hommes : le groupe des femmes, les « matrones », leurs interventions diverses dans des champs multiples de la vie, sexuelle et communautaire, les imposent comme une sorte de gynécée51. L’espace féminin, d’ailleurs, envisagé comme thème structurant de récits, a suscité un intérêt probablement issu des enquêtes menées dans le cadre de l’Histoire de la vie privée52. Gestes des mains, tissage et broderie, scènes d’intérieur qui sont souvent des scènes de refuge sont maintenant plus volontiers pris en compte, comme des éléments codifiés du champ narratif, mais révélateurs d’une micro-histoire de l’imaginaire du Féminin : ces éléments ont cessé d’être uniquement les indices des realia. Cette tendance à envisager une distribution des sexes dans l’économie des textes est marquée par l’attention aux gestes effectués dans l’espace des femmes, aux clôtures imposées ou recherchées, et plus particulièrement au scénario où le geste seul de la broderie permet à la femme privée de parole, Philomèle par exemple, de faire connaître son tragique destin53.

  • 54 3, Perret 1985 ; 3, Bouchet 1999 ; 3, Régnier-Bohler 1988.
  • 55 3, Bouchet 1999.
  • 56 3, Roussel 1996 ; 3, Mora 1998.
  • 57 3, Marchello-Nizia 1980.

29Ainsi, l’identité de la femme, élaborée par l’imaginaire, intéresse de plus en plus les chercheurs français : la tentative incestueuse (père/fille), les exils, l’incognito féminin, le travestissement ou les indices d’un masque, voire le déguisement en homme de femmes provisoirement vouées au silence54 concernent bien, à leur manière, la problématique d’une constitution du sujet féminin, et parmi d’autres, Le Roman de Silence55. Tout particulièrement les récits qui ont pour noyau le conte de la Fille à la main coupée (La Manekine, La Belle Helaine de Constantinople, La Fille du comte d’Anjou qui en est un avatar56) ont engagé vers des pistes d’interprétation plus anthropologiques (intérêt pour l’usage du conte populaire, pour l’OEdipe « inversé » ainsi que pour l’évaluation d’une « situation qu’interdit la réalité sociale »57).

  • 58 3, Perret 1997 ; 3, Baumgartner 1999.
  • 59 3, Perret 1983.
  • 60 3, Horowitz 1995.

30Notre sondage montre clairement les incidences des travaux historiques sur les analyses d’œuvres dites littéraires, en particulier les chroniques romancées (Lusignan, Bouillon). La figure de Mélusine a reçu une part d’hommages diversifiés, allant de la troublante sexualité féminine, interdite au regard, à l’utopie de la fertilité, la naissance d’héritiers parallèle à l’édification des murs et à l’accroissement des terres du lignage58. C’est Jacques Le Goff qui a attiré l’attention vers ce « conte » devenu « légende », et désormais, à partir des efforts accomplis par les chercheurs français, Mélusine appartient au patrimoine de l’herméneutique internationale. De véritables lignées de femmes sont maintenant prises en compte dans le domaine des récits alimentés par des contes féeriques : Mélusine et la reine Sibylle sont des versions ambivalentes, voire satanisées, des fées de l’Autre Monde59. Pour le champ arthurien en amont, il y a quelques années, une étude s’attachait à la « diabolisation de la sexualité » dans la Queste del Graal60.

  • 61 3, Marchello-Nizia 1981 ; Régnier-Bohler 1983.
  • 62 3, Demaules 1995.

31L’intérêt pour le corps désiré et interdit des femmes est souvent très évident : on peut faire état ici d’analyses qui font contraster précisément le pouvoir masculin et la nudité féminine. Un article publié dans les Annales a bien analysé un épisode d’exhibition d’un corps de femme ; une autre approche a tenté de situer à la fois les codes littéraires et les statuts symboliques respectifs de la nudité masculine et du corps nu des femmes61. La femme au bain, dans la chronique lignagère des Lusignan ou dans un épisode de roman (Âtre périlleux), renvoie au tabou du flux menstruel, à « l’image étrange de la femme comme signe de mort » dans l’imaginaire arthurien62.

  • 63 3, Marchello-Nizia 1981.
  • 64 3, Régnier-Bohler 1995.
  • 65 Par exemple 3, Arthurian literature and Gender (Bonn 1993), Actes parus en 1995.

32C’est dire combien la fonction fertilisante du féminin apparaît maintenant sous un jour neuf : le savoir des femmes, leur rôle dans l’éducation amoureuse et chevaleresque sont reconnus, analysés, mis en lumière63. Mais plus particulièrement dans le large espace romanesque arthurien, fées, mères et sœurs contribuent à la constitution de l’identité masculine64. Ce n’est pas nécessairement une découverte d’archives jusqu’ici inconnues, mais un accent nouveau dans le fait d’aborder le texte littéraire, avec une vigilance neuve pour la spécificité de l’élaboration symbolique, au moyen de questionnements visiblement empruntés aux historiens et aux anthropologues. On prendra pour exemple l’abondance des titres qui, il est vrai, étaient suscités par des thèmes de colloques65.

  • 66 3, Blons-Pierre 1995.
  • 67 3, Ribard 1995.

33Les sondages sur des études plus spécifiques dont l’objet serait précisément le gender (ou sur des études qui en affichent l’intention) dégagent l’intérêt consolidé pour le discours spécifique de voix sexuées (discours féminin et discours masculin chez Chrétien de Troyes ; distribution des « figures et destins » de femmes et d’hommes dans le Conte du Graal, pour rester dans le domaine le plus classique66, antagonisme et alliances, ou, encore pour le Tristan en prose récemment édité), les mutations d’une société traditionnelle masculine vers une société de fiction « plus mystérieuse, faut-il dire plus féminine ? »67. Mais les titres ne feront pas illusion : bien souvent il s’agit de décrire un mouvement narratif, et rarement d’interroger une distribution révélatrice des statuts sexués en littérature.

  • 68 3, Baumgartner 1992.

34Une piste de recherche suggestive a cerné dans le Lancelot un mouvement progressif vers la « précellence du lignage maternel du héros »68. Il n’est pas surprenant que cette approche qui s’attache à la mémoire ancestrale apparaisse précisément dans un ouvrage offert à Georges Duby. Ainsi, même si le cercle des littéraires travaillant dans la mouvance de 1’« histoire des mentalités » est relativement restreint, il y a depuis une dizaine d’années une tendance plus nette à absorber quelque chose de la méthode anthropologique, du moins dans les formulations, quitte à faire parfois retomber l’analyse dans des voies moins neuves.

  • 69 3, Dufournet 1992 ; 3, Lorcin 1979.
  • 70 Voir les travaux sur l’invective, en particulier dans le colloque pluridisciplinaire L’invective a (...)
  • 71 3, Marchello-Nizia et Perret 1990.

35Car les historiens du fait littéraire sont souvent encore bridés par les codes génériques qui semblent leur interdire l’interprétation de nature disciplinaire. Il est donc logique que l’opposition, voire la violence des relations entre sexes, soit saisie au ras de la lettre dans le genre du fabliau, prolixe en scènes de ménage, et dans l’usage du topos de la femme luxurieuse69. Le mariage apparaît comme une institution particulièrement apte au bouleversement d’un monde inversé, comme un terrain où le ridicule de l’autorité maritale se montre aisément. Peut-on ici invoquer le témoignage littéraire pour une « différence des sexes » ? Ce serait aller dans le sens des interprétations les plus faciles. Le domaine où le fabliau et la nouvelle peuvent proposer une texture complexe et plus riche est certainement celui qui intéresse la linguistique pragmatique70. L’affrontement entre sexes, entre mari et femme, permet de dissocier, tout en les maintenant étroitement associés, les deux pôles sexués, qui tentent de s’anéantir par le pouvoir des mots, mais n’y parviennent jamais. Même les stratégies longuement analysées des malheurs du mari dans les Quinze Joyes de Mariage ne font que souligner la permanence, malheureuse mais incontournable, de l’alliance. Quelques récits ont attiré l’attention des chercheurs par l’impossibilité qui s’y démontre de faire fonctionner soit une société exclusivement féminine et vouée à une reproduction satanisée et par suite à l’extinction (Les Grands Géants) soit une société exclusivement masculine, homosexuelle, vouée à la non-reproduction et à l’extinction également (Le Roman de Berinus)71.

  • 72 3, Régnier-Bohler 1986, 1997.

36Reste un domaine qui a jusqu’ici peu intéressé les historiens de la littérature en France : le statut et la « différence des sexes » dans les textes normatifs. Ceux-ci appartiennent pourtant à des mondes culturels auxquels la littérature évoquée ci-dessus n’est pas du tout étrangère. Les textes usent d’une topique tenace et s’ils n’opposent pas nécessairement l’homme et la femme, ils situent cette dernière dans un monde où le regard communautaire a le droit de construire leur image qui, au terme de l’injonction et du récit exemplaire, rejoint celle des normes explicitées dans d’autres domaines, non littéraires. Or la prise en compte de la norme dans l’acte narratif est peu fréquente en France : l’intérêt féministe dont témoignent nos collègues ailleurs n’a pas gagné nos territoires qui persistent à occulter cette dimension. Timidement, pourtant, on commence à interroger les textes didactiques qui s’élaborent en marge des productions dites courtoises72.

  • 73 3, Régnier-Bohler 1998.
  • 74 3, Notz 1982.

37Il est un domaine cependant où les analyses des fictions et le souci des normes de comportement ont pu se rejoindre : c’est celui de F « honneur » des femmes, reconnu ou soustrait par l’évaluation masculine73. Dans ce sens le Cycle de la Gageure est bien connu, car il a beaucoup intéressé les chercheurs outre-Atlantique (honneur calomnié et réhabilitation par la femme elle-même), mais en France c’est plutôt le thème narré d’un « honneur » tragiquement menacé qui a fait l’objet de questionnements, ou le thème de la femme exilée qui, pour la nouvelle du ΧΙΙIe siècle et sa réécriture au XVe siècle, fait objet d’une suggestive étude74 : l’énigme de l’inceste, du viol vu mais occulté, de la punition d’un mari, injuste et évitée, de la punition encore d’une femme, sanction injuste qui devient source de fécondité. Ce sont à la fois des thèmes sociaux (l’honneur d’un lignage, l’absence d’héritier) qui sont évoqués ici, et des horizons plus largement anthropologiques (fertilité/fécondité etc.).

  • 75 3, Régnier-Bohler 1992.

38Enfin, parmi les thèmes qui pourraient être fédérateurs (la subjectivité, l’émergence du Moi), on constate en France jusqu’ici peu d’intérêt pour les textes se situant hors du « littéraire » à proprement parler. Contrairement aux audaces infatigables de chercheurs souvent féministes dans d’autres pays, les littéraires français se risquent peu dans le domaine des énonciations de femmes, à l’écoute de leur « voix », par exemple celle des mystiques75. Hormis celle de Christine, bien entendu.

39Le problème reste encore et toujours le poids d’une taxinomie rigide : il y aurait le texte « littéraire » d’une part et, sur une autre rive, tous ces autres textes qui ne peuvent prétendre à ce statut. Pour dénouer ce frein, pour sortir de ces murs, il faudrait un regard plus largement comparatiste, qui permettrait d’envisager le champ de l’écrit dans sa diversité générique et dans les différents territoires linguistiques. Or jusqu’ici, le comparatisme dans le domaine médiéval dit littéraire n’a permis, nous semble-t-il, que des analyses parcellaires, des rapprochements un peu trop restreints. Une frontière à briser.

Perspectives

40Les recherches empiriques, qui prédominent chez les historiens médiévistes, et l’accumulation des faits qui marque encore le secteur qui nous intéresse, sont obsédées par la crainte de perdre le fil directeur de la solide tradition d’histoire sociale à la française. La recherche sur les femmes et le gender, dans l’historiographie médiévale actuelle, est largement inspirée en France par la crainte de l’isolement, au risque de se diluer dans l’histoire sociale sans en changer les perspectives. Que l’histoire des femmes doive être totale, inclure l’histoire des rapports entre les sexes, c’est-à-dire ne jamais renoncer à la confrontation des spécificités féminines avec les masculines, juger des premières par le rapprochement avec les secondes et ne pas se détourner d’une visée globale, reste donc un postulat courant parmi les historiens et les médiévistes français. Est-il le bon, ou le seul possible ?

41On a parfois critiqué l’Histoire des femmes en Occident pour le poids qu’elle a accordé à une histoire des représentations, et l’on a brandi la double menace de l’oubli des realia et du biais idéologique, par où seraient trop fortement valorisées les visions masculines de la Femme. Faut-il pour autant que l’historiographie française des femmes décroche, comme on l’en presse parfois, la contextualisation des représentations sur les femmes des canevas interprétatifs de Georges Duby, qui se fondaient sur une histoire des structures du monde féodal ? La déconstruction de ses positions par l’historien/ne doit-elle engager les recherches à s’aventurer davantage du côté de la particularité des « voix » et des actions féminines, à analyser avec plus de franchise les phénomènes de récupération, d’appropriation, d’inversion, qui porteraient à une historiographie plus combative et en clarifieraient les enjeux ? On l’a vu, certaines des recherches des littéraires semblent, de ce point de vue, plus audacieuses, en s’adressant de front au problème de la spécificité de la voix féminine.

42Quoi qu’il en soit, l’explicitation de leur propos s’impose dans tous les cas aux chercheurs et chercheuses. Cela est vrai, par exemple, lorsqu’ils s’attachent à de « grandes figures », voire aux femmes de pouvoir. Que veut-on atteindre à travers elles ? S’agit-il de prendre la mesure de l’exception, pour elles, et de l’occasion manquée pour les autres ? De jauger l’éventail, le volume des capacités féminines en leur temps ? D’apprécier leur spécificité ? Mais la remarque vaut tout autant pour les recherches d’histoire « structurale » visant à intégrer l’histoire des femmes dans des modèles généraux. Le but est-il, en fin de compte, d’absorber et du même coup résorber la différence sexuelle, comme la démarche de la majorité des médiévistes semble les porter aujourd’hui à le faire ? Ou de l’utiliser comme un levier pour remettre en cause non seulement les classements et les grilles d’interprétation traditionnels, mais les perspectives historiques autorisées ? Faut-il craindre plutôt d’en dégager l’irréductibilité ou de la diluer dans les schémas dominants ? Aucune stratégie de recherche sur les femmes ne devrait éviter d’affronter ces questions, qui font du genre une des terres les plus excitantes à explorer.

Bibliographie

Bibliographie des travaux cités

1. Histoire sociale

P. Ariès et G. Duby dir., Histoire de la vie privée. 2 : L’époque féodale, Paris, 1983.

M. Aurell, Une famille de la noblesse provençale au Moyen Age : les Porcelet, Avignon, 1986.

M. Aurell, Les noces du comte. Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, 1995.

F. Bertini, F. Cardini, Μ. T. Fumagalli, B. Brocchieri et C. Leonardi, Medioevo al femminile, Rome-Bari, 1989 ; tr. fr. : La vie quotidienne des femmes au Moyen Age, Paris, 1991.

A. Boureau, Le droit de cuissage. La fabrication d’un mythe (XIIIe-XXe s.), Paris, 1995.

M. Bourin et P. Chareille dir., Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. II, 2, Persistances du nom unique. Désignation et anthroponymie des femmes, Tours, 1992.

M. Bubenicek, Yolande de Flandre, comtesse de Bar (XIVe s.) (thèse 1994).

J. Caille, « Ermengarde de Narbonne (1127-1129/1196-1197, Une grande figure féminine du Midi aristocratique », dans La femme dans l’histoire et la société méridionales, Montpellier, 1995, p. 9-50.

J.-A. Cancellieri, « Emigrer pour servir. La domesticité des femmes corses en Italie comme rapport de dépendance insulaire (1250-1350 environ) », dans M. Balard et A. Ducellier éd., Coloniser au Moyen Age, Paris, 1995.

La Condición de la mujer en la Edad Media, Actes du colloque de Madrid (1985), Madrid, 1986.

G. Duby et M. Perrot dir., Histoire des femmes en Occident, 5 vol., Paris, 1991-1992.

C. Duhamel-Amado, Du groupe aristocratique au lignage. Parenté, familles et patrimoines dans les vicomtés de Béziers et d’Agde du Xe au milieu du XIIe siècle (thèse 1995, à par. sous le titre Genèse du lignage méridional).

Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (VIe-XI s.). Actes du colloque, Bruxelles-Lille, 1996.

N. Gonthier, « Les victimes de viol devant les tribunaux à la fin du Moyen Age d’après les sources dijonnaises et lyonnaises », Criminologie, 27/2 (1994), p. 9-32.

D. Iancu, « Juives et néophytes aixoises. Leurs testaments (1467-1525) », dans Proceedings of the XIth World Congress of Jewish Studies, Jérusalem, 1994, I, p. 165-172.

C. Klapisch-Zuber dir., Storia delle donne in Occidente, II : Medioevo, Rome-Bari, 1990. Ed. française : Histoire des femmes en Occident, II : Le Moyen Age, Paris, 1991.

C. Klapisch-Zuber, Das Haus, der Name, der Brautschatz. Strategien und Rituale im gesellschaftlichen Leben der Renaissance, Francfort, 1995.

C. Klapisch-Zuber., « Les femmes et la mort à la fin du Moyen Age », dans D. Toussaint dir., Ilaria del Carretto e il suo monumento. La donna nell’arte, la cultura e la società del ‘400, Lucques, 1995, p. 207-221.

V. Lamazou-Duplan, « Les élites et l’argent. Les dames toulousaines et leur fortune à la fin du Moyen Age : institutions, pratiques, mentalités », dans Elites du sud (XIVe-XVIIIe s.), Pau, 1994, p. 73-101.

F. Michaud-Fréjaville, « Hommes et femmes dépendants de Déols au XIIIe siècle ; L’apport de l’étude anthroponymique », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 313-325.

R. Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe s.). Essai d’anthropologie sociale, Paris, 1995.

Marguerite de Navarre, 1492-1992. Actes du colloque de Pau, 1993, éd. par N. Cazauran et J. Dauphiné, Mont-de-Marsan, 1995.

L. Moulinier, Le manuscrit perdu à Strasbourg. Enquête sur l’œuvre scientifique de Hildegarde de Bingen, Paris, 1995.

L. Moulinier, « H comme Histoire : Hrotsvita, Hildegarde et Herrade, trois récits de fondation au féminin », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 2 (1995b), p. 95-107.

J. Schneider, « Dans la société messine du XVe siècle : Dame Colette Baudoche (v. 1380-† 1441) », Lotharingia, 7 (1997), p. 67-76.

M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne. Une femme au pouvoir au XVe siècle, Villeneuve d’Ascq, 1998.

M. Vincent-Cassy, « Dedans et dehors : les domestiques à la fin du Moyen Age », dans Das Öffentliche und das Private in Mittelalter und Früher Neuzeit, G. Melville et P. von Moos dir., Cologne-Weimar-Vienne, 1998, p. 499-525.

2. Femmes et religion

C. Arnaud-Gillet, Entre Dieu et Satan. Les visions d’Ermine de Reims, Florence, 1997.

S. Barnay, Les apparitions de la Vierge, Paris, 1992.

R.M. Bell, Holy Anorexia, Chicago/Londres, The University of Chicago Press, 1985 ; tr. fr. L’anorexie sainte, Paris, 1994.

A. Benvenuti Papi, « In castro poenitentiae ». Santità e società femminile nell’Italia medievale, Rome, 1990.

A. Bondeelle-Souchier, « Les moniales cisterciennes et leurs livres manuscrits dans la France d’Ancien Régime », dans Cîteaux. Commentarli Cisterciense s, 45 (1994), p. 193-337.

K.E. Borresen, Le madri della Chiesa. Il Medioevo, Naples,1993.

C.W. Bynum, Holy Feast and Holy Fast. The Religious Significance of Food to Medieval Women, Berkeley, University of California Press, 1987 ; tr. fr. Jeûnes et festins sacrés : les femmes et la nourriture dans la spiritualité médiévale, Paris, 1994.

C.W. Bynum, Jesus as Mother. Studies in the Spirituality of the High Middle Ages, Berkeley, 1982.

C.W. Bynum, Fragmentation and Redemption. Essays on Gender and the Human Body in Medieval Religion, New York, 1991.

C.W. Bynum, The Résurrection of the Body in Western Christianity, 200-1336, New York, 1995.

C. Caby, « La sainteté féminine camaldule au Moyen Age : autour de la beata Gherardesca de Pise », Hagiographica, 1 (1994), p. 235-269.

P. Camporesi, La carne impassibile [1983] ; tr. fr. La chair impassible, Paris, 1986.

O. Capitani, Medioevo ereticale, Bologne, 1977.

P. Corbet, Les saints ottoniens. Sainteté dynastique, sainteté royale et sainteté féminine autour de l’an Mil, Sigmaringen, 1986.

J. Dalarun, La sainte et la cité. Micheline de Pesaro († 1356) tertiaire franciscaine, Rome, 1992.

J. Dalarun, « Lapsus linguae ». La légende de Claire de Rimini, Spolète, 1994a.

J. Dalarun, « Dieu changea de sexe, pour ainsi dire ». La féminisation du religieux au travers de l’hagiographie (XIIe-XIVe siècles), mémoire d’habilitation, Paris-I, 1994b.

J. Dalarun., Francesco : un passaggio. Donna e donne negli scritti e nelle leggende di Francesco d’Assisi, Rome, 1994c. En fr. : François d’Assise, un passage. Femmes et féminité dans les écrits et les légendes franciscaines, Arles, 1997.

J. Dalarun, « Angèle de Foligno a-t-elle existé ? », dans « Alla Signorina ». Mélanges offerts à Noëlle de La Blanchardière, Rome, 1995, p. 59-97.

J. Delumeau, La religion de ma mère. Le rôle des femmes dans la transmission de la foi, Paris, 1992.

P. Dinzelbacher, Mittelalterliche Frauenmystik, Paderborn, 1992.

P. Dronke, Women Writers of the Middle Ages. A Critical Study of Texts from Perpetua († 203) to Marguerite Porete († 1310), Cambridge, 1984.

G. Duby, Dames du XIIe siècle. III : Eve et les prêtres, Paris, 1996.

D. Elliott, Spiritual Marriage. Sexual Abstinence in Medieval Wedlock, 1993.

G. Epiney-Burgard et E.Z. Brunn, Femmes troubadours de Dieu, Turnhout, 1988.

La Femme au Moyen Age, Actes du colloque de Maubeuge (1988), M. Rouche et J. Heuclin éd., Maubeuge, 1989.

La Femme dans la vie religieuse du Languedoc, Actes du colloque de Fanjeaux (1987), Toulouse, 1988.

M. Gaillard, Les abbayes féminines dans le Nord-Est de la Gaule du VIe au Xe siècle (thèse, 1986).

S. Gouguenheim, La Sibylle du Rhin. Hildegarde de Bingen, abbesse et prophétesse rhénane, Paris, 1996.

G. Hasenohr, « La vie quotidienne de la femme vue par l’Eglise : l’enseignement des « journées chrétiennes » de la fin du Moyen Age », dans Frau und Spätmittelalterlicher Alltag, H. Kühnei dir., Vienne, 1986, p. 19-101.

H. Grundmann, Religiose Bewegungen im Mittelalter. Untersuchungen über die geschichtlichen Zusammenhänge zwischen der Ketzerei, den Bettelorden und der religiösen Frauenbewegung im 12. und 13. Jahrhundert und über die geschichtlichen Grundlagen der deutschen Mystik, Berlin, 1935 ; tr. ital., Movimenti religiosi nel Medioevo..., Bologne, 1974.

D. Iogna-Prat, E. Palazzo et D. Russo dir., Marie. Le culte de la Vierge dans la société médiévale, Paris, 1996.

G. Koch, « Die Frau im mittelalterlichen Katharismus und Waldensertum », Studi medievali, série 3, V (1964), p. 742-774.

G. Krumreich, Jeanne d’Arc in der Gerschichte, Sigmaringen, 1989 ; trad. fr. Jeanne d’Arc à travers l’Histoire, Paris, 1993.

M. Lauwers, « L’institution et le genre. A propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occident médiéval », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 2 (1995), p. 279-317.

C. Leonardi et G. Pozzi, Scrittici mistiche italiane, Gênes, 1988.

P. L’Hermite-Leclercq, Le monachisme féminin dans la société de son temps. Le monastère de La Celle (XIe-début du XVIe siècle), Paris, 1989.

P. L’Hermite-Leclercq, L’Eglise et les femmes dans l’Occident chrétien des origines à la fin du Moyen Age, Turnhout, 1997.

A. de Libera, Penser au Moyen Age, Paris, 1991.

E. Lopez, Culture et sainteté. Colette de Corbie (1381-1447), Paris, 1994.

E. Lopez, Pierre de Vaux : Vie de sœur Colette, Paris, 1996.

La Madeleine (VIIIe-XIIIe siècles), Rome, 1992 (Mélanges de l’Ecole française de Rome. Moyen Age, vol. CIV/1).

P. Paravy, De la Chrétienté romaine à la Réforme en Dauphiné, Evêques, fidèles et déviants (versl340-versl530), Rome, 1993, 2 vol.

M. Parisse, Les nonnes au Moyen Age, Paris, 1983.

Les Religieuses dans le cloître et dans le monde des origines à nos jours, Actes du colloque du CERCOR de Poitiers (1988), Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1994.

Sainte Claire d’Assise et sa postérité, Actes du colloque de l’UNESCO, 1994, G. Brunel-Lobrichon et al. éd., Nantes-Paris, 1995.

L. Scaraffia et G. Zarri dir., Donne e fede. Santità e vita religiosa in Italia ; t. II de la Storia delle donne in Italia, Rome-Bari, 1994.

A. Vauchez, Les laïcs au Moyen Age. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987.

A. Vauchez, La spiritualité du Moyen Age occidental, VIIe-XIIIe s. [1975], rééd., Paris, 1994.

A. Vauchez, dir., Histoire du Christianisme, vol. V, Paris, 1993.

M. Warner, Seule entre toutes les femmes. Mythe et culte de la Vierge Marie [1976], tr. fr. Paris, 1989.

L. Zarncke, Der Anteil des Kardinals Ugolino an der Ausbildung der drei Orden des heiligen Franz, Berlin, 1930.

M. Zink, La prédication en langue romane avant 1300, Paris, 1976.

3. L’imaginaire littéraire

E. Baumgartner, « Mélusine et la Dame du Lac », dans Mélusines continentales et insulaires, J.M. Boivin et P. Mac Cana éd., Paris, 1999.

E. Baumgartner, « Sainte(s) Hélène(s) », dans Femmes, mariages, lignages. Mélanges offerts à G. Duby, Bruxelles, 1992, p. 43-53.

P. Bec, Chants d’amour des femmes troubadours, Paris, 1995.

A. Berthelot, « “Si moi ou autre vous regarde, les yeux sont faits pour regarder”. La Belle dame sans merci, ou la dame qui ne voulait pas jouer », dans La Fin ‘amor dans la culture féodale, 1994, p. 13-21.

C. Blons-Pierre, « Discours féminin et discours masculin dans les romans de Ch. de Troyes », Arthurian romance and gender, Fr. Wolfzettel éd., Amsterdam-Atlanta, 1995, p. 104-118.

F. Bouchet, « Le silence de la travestie : le Roman de Silence (XIIIe siècle) », Paris, 1999.

M.M. Castellani, Du conte populaire à l’exemplum. La Manekine de Philippe de Beaumanoir, Lille, 1988.

J. Cerquiglini-Toulet, « Fondements et fondations de l’écriture chez Christine de Pizan. Scènes de lecture et scènes d’incarnation » dans The City of Scholars. New approaches to Ch de P., M. Zimmermann et D. De Rentiis éd., Berlin-New York, 1994, p. 79-96.

M.L. Chenerie, « Les béguines et l’idéalisation des vertus féminines dans le Roman de messire Charles de Hongrie », dans Mélanges offerts à J. Dufournet, Paris, 1993, p. 349-359.

M. Demaules « Gauvain et la sirène », dans L’Hostellerie de Pensée, Etudes sur l’art littéraire au Moyen Age offertes à D. Poirion, Paris, 1995, p. 129-139.

J. Dufournet, « Les relations de l’homme et de la femme dans les fabliaux : un double discours » dans Femmes, mariages, lignages. Mélanges offerts à G. Duby, Bruxelles, 1992, p. 103-123.

L. Dulac, « L’autorité dans les traités en prose de Christine de Pizan : discours d’écrivain, parole de prince » dans Une femme de lettres au Moyen Age. Etudes autour de Christine de Pizan, L. Dulac et B. Ribémont éd., Orléans, 1995.

L. Dulac, « Un mythe didactique chez Ch. de Pizan : Semiramis ou la veuve héroïque du De Mulieribus Claris de Boccace à la Cité des Dames », dans Mélanges Charles Camproux, Montpellier, 1978, p. 315-343.

J.-G. Gouttebroze, « Parfum de femme et misogynie dans le Livre des Manieres d’Etienne de Fougères », Les Soins de beauté : Moyen Age – Début des temps modernes, Actes Coll. Intern. Grasse 1995, Nice, 1987, p. 311-318.

J.-G. Gouttebroze, « Structure narrative et structure sociale : notes sur La Manekine », dans Les relations de parenté dans le monde médiéval, Colloque CUERMA, Aix en Provence, 1989, p. 199-213.

E. Hicks et T. Moreau, La Cité des Dames de Christine de Pizan, Paris, 1986, 1992 (traduction et présentation).

J. Horowitz, « La diabolisation de la sexualité dans la littérature du Graal au XIIIe siècle, le cas de la Queste del Graal » dans Arthurian roman and Gender. Masculin/Féminin dans le roman arthurien médiéval. Geschlechterrollen im mittelalterlichen Artusroman, Fr. Wolfzettel dir., Amsterdam, 1995, p. 238-250.

J.-C. Huchet, L’Amour discourtois. La Fin’Amors chez les premiers troubadours, Toulouse, 1987.

C. Marchello-Nizia et M. Perret, « Une utopie homosexuelle au XIVe siècle. L’île sans femmes d’Agriano », Stanford French Review, 14 (1990), p. 231-241.

C. Marchello-Nizia, La Manekine de Philippe de Beaumanoir, Paris, 1980 et 1985, traduction et postface « Entre OEdipe et carnaval », p. 201-218.

C. Marchello-Nizia, « Amour courtois, société masculine et figures de pouvoir », Annales ESC, 36 (1981), p. 969-982.

C. Martineau-Genieys, « Modèle, maquillages et misogynie, à travers les textes littéraires français du Moyen Age » dans Les soins de beauté (voir plus haut), p. 33-50.

M. Mikhaïlova, Le Présent de Marie, introd. R. Dragonetti, Paris-New York-Amsterdam, 1996.

F. Mora-Lebrun, Préface de la traduction, Le Roman du Comte d’Anjou, Paris, 1998, p. 7-32.

M.F. Notz, « La femme en ce jardin : la féminité médiévale entre nature et figure », Femme et Nature, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997, p. 35-42.

M.F. Notz, « Esthétique de la violence et cruauté de la prose dans La Fille du comte de Pontieu », Eidolon, 6 (1982), p. 51-68.

A. Paupert, « Les femmes et la parole dans les Lais de Marie de France », dans Amour et merveille dans les lais de M. de F., J. Dufournet éd., Paris, 1995, p. 169-187.

A. Paupert, Les fdeuses et le clerc. Une étude des Evangiles des Quenouilles, Paris, 1990.

M. Perret, « Le statut du nom propre dans Mélusine », Colloque Mélusines continentales et insulaires, J.M. Boivin et P. Mac Cana éd., Paris, 1999.

M. Perret, « Travesties et transsexuelles ; Yde, Silence, Grisandole, Blanchandine », Romance Notes, 25/3 (1985), p. 328-340.

M. Perret, « Le lion, le serpent, le sanglier » dans Jean d’Arras, Le Roman de Mélusine ou l’histoire des Lusignan, traduit et présenté, préface de J. Le Goff, Paris, 1979, p. 313-332.

M. Perret, « L’invraisemblable vérité. Témoignage fantastique dans deux romans des XIVe et XVe siècles », dans Europe. Le Moyen Age maintenant, D. Régnier-Bohler dir., 1983, p. 25-35.

D. Régnier-Bohler, « La fonction symbolique du féminin. Le savoir des mères, le secret des sœurs et le devenir des héros » dans Arthurian romance and gender (voir plus haut), p. 4-25.

D. Régnier-Bohler, « Le conte et la pensée mythiques. Figures de l’identité et suspens du temps », Ethnologie Française, 23 (1993), p. 37-47.

D. Régnier-Bohler, « Morphologies du clandestin : être ou ne pas être. Le portrait-masque de l’inceste » dans Masques et déguisements dans la littérature médiévale. M.L. Ollier éd., Montréal-Paris, 1988.

D. Régnier-Bohler, « Le moi et le temps chez les femmes du Moyen Age » dans Le Temps, sa mesure et sa perception, Colloque d’Orléans 1991, Caen, 1992, p. 215-228.

H. Rey-Flaud, La Névrose courtoise, Bibliothèque des Analytica, Navarin diff., 1983.

J. Ribard, « Masculin/Féminin dans le Tristan en prose », dans Arthurian Romance and Gender. Masculin/ Féminin dans le roman arthurien médiéval. Geschlechterrollen im mittelalterlichen Artusroman. F. Wolfzettel dir., Amsterdam, 1995, p. 265-273.

C. Roussel, « Wauquelin et le conte de la fille aux mains coupées », Bien dire, bien aprandre, Lille, 1996, p. 219-236.

J.-J. Vincensini, « Viol de la fée, violence du féerique » dans La violence dans le monde médiéval, Actes Colloque CUERMA, Aix-en-Provence, 1994, p. 543-560.

Notes

1 La publication en version italienne a donc précédé généralement d’une année l’édition française. Voir pour la période médiévale 1, Klapisch-Zuber dir., 1990/1991 (le chiffre précédant, ici et dans les notes suivantes, le nom d’auteur renvoie à l’une des trois sections de la bibliographie).

2 On l’observe aussi en valeur relative dans la population féminine considérée : en 1988, 13 femmes sur 80 membres féminins de la Société, soit 16 %, en 1996, 32 sur 117, soit 27 %, s’intéressent aux femmes.

3 Quelques uns de ces titres se retrouvent dans la bibliographie annexe, par exemple 2, Gaillard 1986 ; 2, Lopez 1994 et 1996 ; 2, Caby 1994 ; 2, Lauwers 1995 ; 2, Dalarun 1992 et 1994a.

4 1, Bubenicek 1994 ; 1, Schneider 1995 ? ; 1, Le Jan 1995 ; 1, Sommé 1995 ; 1, Marguerite de Navarre 1995 ; 1, Caille 1995 ; 1, Femmes et pouvoirs... 1996.

5 2, Lauwers 1995.

6 La différence des sexes et les rapports de sexe sont par exemple au centre des travaux de 1, Bourcau 1995 ou 2, Dalarun 1994c/1997.

7 Pour ne citer que le porte-drapeau majeur de l’histoire médiévale des femmes, Georges Duby ne donne pas ses publications en 1988 et ne paraît pas dans les annuaires suivants.

8 1, Aurell 1995 et 1996 ; 1, Duhamel-Amado, thèse 1995 (parue en 1998).

9 Voir là-dessus les contributions étrangères dans Clio no 8, « Georges Duby et l’histoire des femmes ».

10 Elles sont nombreuses toutefois dans l’Annuaire 1996, avec une quinzaine de titres concernant la sexualité, la vie, la mort et leurs rituels, la démographie, les maladies.

11 Sur ces thèmes, encore vigoureusement représentés dans nos Annuaires, 1, Cancellieri 1995 ; 1, Gonthier 1994 ; 1, Klapisch-Zuber 1995a et b ; 1, Vincent-Cassy 1998.

12 Assorti, quand le besoin s’en fait néanmoins sentir, d’une utilisation a-critique des données utiles à une démonstration particulière. Combien d’absurdités peut-on lire, par exemple, sur la mortalité des femmes en couches, sur la fécondité ou sur la longévité et l’espérance de vie médiévales, qui s’appuient sur quelques données éparses et souvent discutables, en les rendant encore plus discutables par des extrapolations inconsidérées ou par simple incompréhension !

13 Voir par exemple 1, Iancu 1994.

14 Les travaux sont peu nombreux, si l’on sort du cercle domestique. Voir par exemple i, Lamazou-Duplan 1994. On citera aussi la thèse en voie d’achèvement de Cécile Béghin sur les femmes du Languedoc, dans la ligne des travaux de Françoise Michaud-Fréjaville et de Kay Reyerson.

15 1, Bourin et Chareille 1992 (t. II, 2) ; voir aussi 1, Lauwers 1995.

16 2, La femme dans la vie religieuse... 1988 ; 2, La femme au Moyen Age 1989.

17 2, Les religieuses dans le cloître... 1994.

18 2, Delumeau 1992.

19 2, Dalarun 1994b.

20 2, Epiney-Burgard et Zum Brunn 1988 ; 2, L’Herinite-Leclereq 1997.

21 2, Warner 1989.

22 2, Camporesi 1983/1986 ; 2 Bell 1985/1994 ; 2 Bynuml987/1994 ; 1, Bertini et al. 1989/1991.

23 2, Bynum 1982, 1991, 1995 ; 2, Dronke 1984 ; 2, Elliott 1993.

24 2, Grundmann 1935/1974.

25 Floraison qui n’a pas pris fin et où brillent particulièrement les travaux d’Anna Benvenuti ; 2, Benvenuti Papi 1990.

26 2, Koch 1964 ; 2, Capitani 1977.

27 2, Dinzelbacher 1992 ; 2, Zarncke 1930.

28 2, Borresen 1993.

29 2, Parisse 1983 ; 2, Corbet 1986.

30 1, Moulinier 1995 a et b.

31 .2, Dalarun 1995.

32 2, Dalarun 1992, 1994a.

33 2, Arnaud-Gillet 1997.

34 2, Lopez 1994, 1996.

35 2, Sainte Claire... 1995.

36 2, La Madeleine 1992.

37 2, Barnay 1992 ; 2, Iogna-Prat et al. 1996.

38 2, Krumeich [1989] 1993.

39 2, L’Hermite-Leclercq 1989.

40 3, Zink 1976 ; 2, Hasenohr 1986 ; 2, Bondeelle-Souchier 1994

41 2, de Libera 1991.

42 1, La condicíon... 1986.

43 2, Vauchez 1987.

44 2, Dalarun 1994/1997.

45 2, Scaraffìa et Zarri 1994 ; 2, Leonardi et Pozzi 1988.

46 3, Rey-Flaud 1983 ; 3, Huchet 1987.

47 3, Paupert 1995 ; Mikhaïlova 1996.

48 3, Hicks et Moreau 1997 ; 3, Cerquiglini-Toulet 1994.

49 Voir l’ensemble de publications de 3, Dulac, entre autres 1978, 1995.

50 3, Bec 1995

51 3, Paupert 1990 ; 3, Régnier-Bohler 1984.

52 1, Ariès et Duby 1983.

53 3, Régnier-Bohler 1983.

54 3, Perret 1985 ; 3, Bouchet 1999 ; 3, Régnier-Bohler 1988.

55 3, Bouchet 1999.

56 3, Roussel 1996 ; 3, Mora 1998.

57 3, Marchello-Nizia 1980.

58 3, Perret 1997 ; 3, Baumgartner 1999.

59 3, Perret 1983.

60 3, Horowitz 1995.

61 3, Marchello-Nizia 1981 ; Régnier-Bohler 1983.

62 3, Demaules 1995.

63 3, Marchello-Nizia 1981.

64 3, Régnier-Bohler 1995.

65 Par exemple 3, Arthurian literature and Gender (Bonn 1993), Actes parus en 1995.

66 3, Blons-Pierre 1995.

67 3, Ribard 1995.

68 3, Baumgartner 1992.

69 3, Dufournet 1992 ; 3, Lorcin 1979.

70 Voir les travaux sur l’invective, en particulier dans le colloque pluridisciplinaire L’invective au Moyen Age organisé par le Centre de recherches sur l’Espagne médiévale, Université Sorbonne Nouvelle-Paris III, Actes parus dans Atalaya, Sorbonne Nouvelle, 1994.

71 3, Marchello-Nizia et Perret 1990.

72 3, Régnier-Bohler 1986, 1997.

73 3, Régnier-Bohler 1998.

74 3, Notz 1982.

75 3, Régnier-Bohler 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search