Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne

 | 
Otto Gerhard Oexle
, 
Jean-Claude Schmitt

Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Age en France Göttingen 1998

Les tendances actuelles de la recherche médiévale française vues d’Allemagne

Otto Gerhard Oexle

Texte intégral

I

  • 1 Fr. Graus, « Verfassungsgeschichte des Mittelalters », Historische Zeitschrift, 243 (1986), p. 529 (...)
  • 2 O.G. Oexle, « Ein politischer Historiker : Georg von Below (1858-1927) », dans N. Hammerstein éd.,(...)
  • 3 Sur ce point, les contributions pour W.J. Mommsen éd., Leopold von Ranke und die moderne Geschicht (...)
  • 4 O.G. Oexle, « “Une science humaine plus vaste”. Marc Bloch und die Genese einer Historischen Kultu (...)
  • 5 O.G. Oexle, « Was deutsche Mediävisten an der französischen Mittelalterforschung interessieren mus (...)
  • 6 On dispose à présent sur ce point de : H.-W. Goetz, Moderne Mediävistik. Stand und Perspektiven de (...)

1La « culture » de la science historique française se distingue depuis longtemps de celle de l’allemande et on peut ramener cette différence à l’opposition entre « société » et « Etat ». Cette différence existe-t-elle encore aujourd’hui ? En Allemagne, la genèse tardive de l’Etat unitaire avec la fondation du Reich en 1870-1871, et plus encore les conflits qui se sont fait jour au sein du nouveau Reich immédiatement après cette fondation, ont incité la science historique dans sa majorité à voir dans l’histoire de l’Etat et de son organisation (Verfassung) sa tâche centrale afin de donner ainsi une légitimité historique à la fondation de 1870-1871. La « particularité de l’histoire allemande depuis Hegel et Kant de considérer l’Etat et sa force comme la mesure aussi bien que comme le lieu culturel central pour toutes les valeurs, de l’ériger en système de valeurs et de mesures particulier à l’histoire et indépendant de toute philosophie » (comme le constatait de façon critique l’historien et théologien Ernst Troeltsch en 1922), la quête de l’« Etat médiéval allemand » (Georg von Below) qui en a résulté, et la conviction même qu’il avait une obligation de remonter dans le passé pour y rechercher l’histoire de l’Etat allemand et, dans celle-ci, l’histoire du peuple allemand, et si possible jusqu’aux Germains1, « tout cet “étatisme Allemand”, comme disent les Français » (Ernst Troeltsch), a aussi conduit à laisser à l’arrière-plan des problématiques relevant authentiquement de l’histoire sociale2, ou à les aborder dans le cadre de la Verfassungsgeschichte, et à ce que l’on considérait après 1945 encore la Verfassungsgeschichte comme la véritable histoire sociale. Cela était souvent associé à l’importance exemplaire qui était et qui est toujours encore accordée en partie à l’historiographie de Ranke, avec son projet de représenter des « faits » (la vraie théorie se trouve dans la connaissance des faits », écrivait Ranke en 1831) et de « retrouver la manière dont le passé s’est réellement déroulé » (comme disait Ranke en 1824). Le culte de l’Etat et l’attachement partiel des historiens allemands, jusqu’à la fin du vingtième siècle encore, à la normativité d’une œuvre historique3 qui avait trouvé sa justification dans la situation socio-politique antérieure aux révolutions de 1830 et 1848, a toujours étonné et irrité les historiens français. Marc Bloch lui-même, le connaisseur le plus profond de l’historiographie allemande de l’entre-deux-guerres en France, en a donné la preuve au cours de ses controverses avec Georg von Below et Friedrich Meinecke4. En dehors de cela, du côté allemand, le concept d’histoire universelle de Ranke et sa question « que s’est-il réellement passé » n’ont cessé d’empêcher tout débat avec les concepts français différents d’« histoire totale », d’« histoire globale », « globalisante », ou « totalisante »5. Ce n’est que progressivement, et à vrai dire tout récemment, que les choses ont commencé à évoluer6.

  • 7 L. von Stein, Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich von 1789 bis auf unsere Tage, vol. 1, (...)
  • 8 Balzac, La Comédie humaine, P. Georges Castex éd., vol. 1, Paris, 1976, p. 17.

2Pour la France, en revanche, Jean-Claude Schmitt et Dominique Iogna-Prat ont pu évoquer, à la fin de leur survol des tendances actuelles de la recherche médiévale, l’engagement durable des médiévistes français dans une « histoire sociale totalisante ». Cette situation témoigne sans détour, au tournant du XXe au XXIe siècle encore, de l’enracinement de la science historique française dans le contexte culturel spécifique d’un pays dans lequel – comme le constatait dès 1849 Lorenz von Stein dans son « Histoire du mouvement social en France de 1789 à nos jours » – « les mouvements généraux de l’Europe ont coutume de prendre rapidement et résolument une forme précise », dans lequel « comme dans aucun autre » « la société a eu une histoire », et qui, par conséquent, constitue un terrain incomparablement « fertile pour l’observation des causes et des conflits qui agitent aujourd’hui notre société européenne »7. C’est précisément cet élément qui a produit en France une littérature qui, si je fais abstraction du XVIIIe siècle, a vu, depuis la révolution de 1789, sa tâche principale dans la représentation des bouleversements et des mouvements sociaux. Dans l’introduction de la Comédie Humaine, Balzac expliquait en 1842 qu’il voyait le sens de l’ensemble de son immense œuvre dans ce qu’elle « accorde aux faits constants, quotidiens, secrets ou patents, aux actes de la vie individuelle, à leurs causes et à leurs principes autant importance que jusqu’alors les historiens en ont attaché aux événements de la vie publique des nations »8. Par un tel projet, Balzac voulait aller jusqu’à accorder la première place à la littérature, devant l’histoire elle-même. Et combien d’écrivains français ont suivi Balzac dans ce projet et dans son ambition ? Et quels effets ceci n’a-t-il pas manqué d’avoir sur la perception de la société et de son histoire dans le public et, par là, chez les historiens eux aussi ?

  • 9 Sur ce point : W. Oberkrome, Volksgeschichte. Methodische Innovation und völkische Ideologisierung (...)
  • 10 O.G. Oexle, « Die Moderne und ihre Mittelalter. Eine folgenreiche Problemgeschichte », dans P. Seg (...)
  • 11 Sur ce sujet, M. Frank, Gott im Exil. Vorlesungen über die Neue Mythologie, 2e partie, Francfort, (...)

3Prendre comme thème central de l’historien cette opposition entre des influences culturelles en provenance de la « société » ou de « l’Etat » permet d’expliquer pourquoi la science historique allemande n’a pas seulement rejeté l’essai de renouvellement des perspectives qu’a été la Kulturgeschichte d’un Karl Lamprecht, mais aussi – et cette fois en une opposition nette avec la situation française – l’éclosion européenne d’une Historische Kulturwissenschaft, une science historique de la culture, entre 1880 et 1930. Contrairement à l’idée que les vaincus tirent les leçons de l’histoire plus vite et mieux que les vainqueurs, la science historique allemande après 1918 s’est de surcroît abandonnée, une fois encore et plus encore que dans le passé, à la fascination de l’Etat et du Reich. A cela s’est ajouté qu’après 1918, la recherche d’un renouveau de la science historique a retenu pour concept directeur9 non « la société », mais « le peuple », et de ce fait – tout à fait dans le sens de la référence de plus en plus dominante à partir des années 1880 au concept de la « communauté » (« organique »)10 – ce ne sont plus ni la « culture », ni la « tradition » qui ont été désormais considérées comme les fondements des relations sociales, mais le « sang11 ».

  • 12 O.G. Oexle, « “Zusammenarbeit mit Baal”. Über die Mentalitäten deutscher Geisteswissenschaftler 19 (...)
  • 13 Sur ce sujet, les contributions à P. Schöttler éd., Geschichtsschreibung als Legitimationswissensc (...)
  • 14 G. Algazi, O. Brunner, « “Konkrete Ordnung” und Sprache der Zeit », dans P. Schöttler éd., Geschic (...)
  • 15 Cf. Oexle, Deutsche Mediävisten (op. cit., note 5), p. 92 et suiv.
  • 16 P. Schöttler, « Die historische “Westforschung” zwischen “Abwehrkampf” und territorialer Offensive (...)
  • 17 Oexle, « Zusammenarbeit mit Baal », p. 10 et suiv. Sur ce thème, principalement, K. Schönwälder, H (...)
  • 18 F.-R. Hausmann, “Deutsche Geisteswissenschaft” im Zweiten Weltkrieg. Die Aktion “Ritterbusch” (194 (...)
  • 19 P. Schöttler, « Zur Geschichte der Annales-Rezeption in Deutschland (West) », dans M. Middell et S (...)
  • 20 Oexle, Deutsche Mediävisten (op. cit., note 5), p. 90 et suiv.

4Ces deux éléments, aussi bien l’ancien « étatisme » que la nouvelle référence au « peuple », expliquent les prédispositions mentales, c’est-à-dire affectives et cognitives, des historiens allemands pour le national-socialisme12, y compris chez des historiens qui ne défendaient pas ou, du moins pas en tout, le programme du national-socialisme, et auxquels la brutalité et la vulgarité du mouvement nazi inspiraient plutôt de la répugnance. Nous voyons ceci beaucoup mieux que nous ne le pouvions il y a quelques années seulement13. Et même la modernité des approches en termes d’histoire sociale de la science historique allemande des années 1930 s’en est vue récemment obscurcie14. Nous voyons aussi plus clairement aujourd’hui dans quel contexte fatal se trouvait le plus souvent la Landesgeschichte, incontestablement novatrice en elle-même, qui a même souvent été élevée au rang d’un modèle inavoué des historiens français de l’Ecole des Annales, au point qu’on en est arrivé dans certains cas à les soupçonner de plagiat15. Entre-temps, nous connaissons mieux le contexte de cette Landesgeschichte médiévale : c’est ce que l’on a appelé la Westforschung, de l’entre-deux-guerres et ses prolongements jusqu’à 194516. Ce que cette connaissance implique pour l’évaluation scientifique de la Landesgeschichte allemande, il faudra attendre encore un peu pour le savoir. Une composante importante de l’inspiration des historiens allemands depuis 1933 et surtout après 1939, y compris et justement chez les médiévistes, a été du reste aussi le paradigme du Reich comme « puissance ordonnatrice européenne », schéma interprétatif qui a su s’ajuster au déroulement de la guerre dans toutes ses phases et jusqu’à la dernière17. Le réseau de « mobilisation des Geisteswissenschaften dans la guerre » qui englobait toutes les sciences humaines a été décrit pour la première fois voici peu par le romaniste Frank-Rutger Hausmann18 ; cette « mobilisation » était, dans son essence, une grande manifestation de courants anti-occidentaux et particulièrement anti-français. L’histoire médiévale était là aussi à la pointe, avec l’historien des institutions Theodor Mayer. La question de la continuité entre, d’une part, cette « mobilisation », tout à fait innovatrice dans ses méthodes et son organisation, et d’autre part, la science historique allemande de la seconde après-guerre se trouve de même aujourd’hui à l’ordre du jour. On comprend ainsi plus aisément pourquoi le rejet des orientations culturalistes, qui s’était déjà produit une première fois après 1900, s’est répété après 1945 et pourquoi il a pu prendre la forme d’un rejet de la « Nouvelle Histoire » qui se constituait alors en France19. Et il est également remarquable qu’au cours du renouveau de l’historiographie allemande qui s’est amorcé à partir de 1970 sous le signe d’une histoire de la société, Historische Sozialwissenschaft, le Rhin soit demeuré une frontière bien plus profonde que l’Atlantique. Ceci s’est traduit aussi par les étonnants malentendus qui, dans les années 1980 encore, ont détourné de nombreux historiens allemands (surtout les historiens des Temps modernes) de la science historique française dans son ensemble : par exemple le prétendu apolitisme des Français et leur prétendu désintérêt pour le XIXe et le XXe siècle et pour leur propre époque, au profit, pensait-on, d’une focalisation aveugle au présent sur le Moyen Age et les Temps modernes20.

  • 21 M. Borgolte, Sozialgeschichte des Mittelalters. Eine Forschungsbilanz nach der deutschen Einheit ( (...)

5Dans son analyse générale, publiée en 1996, de l’histoire médiévale dans les deux Etats allemands après 1945 – qui était, d’ailleurs, le premier bilan sur ce sujet –, Michael Borgolte a montré qu’en dépit de nombreuses tentatives et innovations de la recherche médiévale en Allemagne de l’Ouest, par exemple chez Karl Bosl, Arno Borst, Erich Maschke, Peter Classen et, last but not least, dans les « écoles » médiévistes de Fribourg et Münster (Gerd Tellenbach et Karl Schmid), aucune analyse de la société médiévale comme « globalité » n’a été faite. Ceci vaudrait aussi pour la recherche médiévale en RDA. Ceci a conduit Borgolte à parler d’un « départ manqué » deux fois21. Il serait difficile de le contredire.

6Ce bilan comparatif centré sur l’histoire sociale est-il trop critique, voire trop négatif ? Il me semble qu’un examen comparatif ne pourra échapper au résultat d’une telle analyse. C’est une question politique ancienne et toujours d’actualité qui se pose ici : les Allemands ont-ils besoin des Français ? et à l’inverse : les Français ont-ils besoin des Allemands ?

II

7En contrepoint à l’histoire médiévale allemande, toujours marquée par les renversements et les ruptures de l’histoire politique du XIXe et du XXe siècles, Jean-Claude Schmitt et Dominique Iogna-Prat ont pu souligner l’évolution ininterrompue et extrêmement dynamique d’un axe central de la recherche médiévale française, même si cette évolution a été « inégale, irrégulière et contradictoire », et si elle ne s’est nullement limitée aux conséquences des Annales et de leurs fondateurs.

  • 22 O.G. Oexle, « Jacques Le Goff in Germany », dans M. Rubin éd., The Work of Jacques Le Goff and the (...)
  • 23 H. Keller, Zwischen regionaler Begrenzung und universalem Horizont. Deutschland im Imperium der Sa (...)
  • 24 O.G. Oexle, « Individuum und Erinnerungskultur im 13. Jahrhundert, oder : Wie man eine moderne Bio (...)

8Un développement si suivi et si conséquent de certaines orientations de fond engendre nécessairement des résultats impressionnants. De nombreux médiévistes allemands de ma génération se souviendront certainement des impressions stimulantes suscitées voici près de quatre décennies par La civilisation de l’Occident médiéval (1964) de Jacques Le Goff, et, en Allemagne, surtout par la version allemande qui constitua en 1965 le volume 11 de la Fischer-Weltgeschichte (« Das Hochmittelalter »)22. On ne peut qu’être également impressionné par la riche série de tableaux en plusieurs volumes, axés sur l’histoire sociale, à la conception et à la réalisation desquelles des médiévistes français ont toujours été associés de près. J’énumère : Histoire de la France rurale (à partir de 1975) et Histoire de la France urbaine (à partir de 1980) ; Histoire de la vie privée (à partir de 1985), Histoire de la famille (à partir de 1986), Histoire de la France religieuse (à partir de 1988), Histoire des femmes en Occident (à partir de 1991) et enfin Histoire des jeunes en Occident (à partir de 1996). Du côté allemand, il n’existe rien de comparable. Ces entreprises fortement empreintes d’histoire sociale ont souvent un caractère comparatif. Mais surtout, et de façon tout à fait remarquable, le Moyen Age y est toujours replacé dans des contextes construits de façon diachronique et structurelle. En face, du côté allemand, les nombreuses présentations générales de l’histoire allemande, conçues à partir des années 1970 comme des ouvrages collectifs, même si elles prennent clairement en compte l’histoire sociale-je pense ici aux tableaux de Johannes Fried et de Hagen Keller dans le cadre de la Propyläen-Geschichte Deutschlands23 – sont encore très référées aux dates charnières de l’histoire politique qui, de surcroît, continue à s’articuler comme une histoire des dynasties régnantes. Et quelle différence, par exemple entre la toute récente biographie de saint Louis par Jacques Le Goff24, et une « Biographie » de Charlemagne publiée à peu près au même moment par un médiéviste allemand.

  • 25 Sur ce qui suit, existe déjà : O.G.Oexle, « Die “Wirklichkeit” und das “Wissen”. Ein Blick auf das (...)

9A considérer les profils différents de la recherche médiévale en France et en Allemagne, trois éléments me semblent significatifs25.

  • 26 Sur le sujet, W. Schulze, Deutsche Geschichtswissenschaft nach 1945, Munich, 1989, p. 201 et suiv.

10Premièrement : les historiens français, et ceci vaut également pour les médiévistes, ont une conscience politique plus forte que les historiens allemands qui – peut-être de façon compréhensible – ont eu tendance à tirer des bouleversements de leur vingtième siècle exactement la conséquence inverse, comme le montrent les récurrentes renaissances rankiennes, particulièrement celle de 1945 et des années suivantes26.

  • 27 Sur les différentes définitions des positions, les points de vue divergents de W. Paravicini, « Re (...)

11Deuxièmement : les historiens français ont, me semble-t-il, une conscience épistémologique plus forte – que l’on relise de ce point de vue « Le Dimanche de Bouvines - 27 juillet 1214 » de Georges Duby, de 1973, en tant que représentation d’un « fait » historique. Voilà aussi une chose à laquelle a fait obstacle la tradition rankienne, l’impact du fameux et douteux « que s’est-il réellement passé ? ». C’est du reste aussi ce qu’a montré l’étrange discussion finale de la rencontre de Sèvres de 1997 sur « La recherche médiévale française aujourd’hui », au cours de laquelle les historiens allemands présents, à la grande surprise de leurs collègues français, se sont lancés dans une vaste querelle sur le statut épistémologique du « fait » historique27.

  • 28 Cf. les contributions dans O.G. Oexle éd., Das Problem der Problemgeschichte, Göttingen, 2001 (Göt (...)

12Et troisièmement : les médiévistes allemands, (et les historiens allemands en général) n’aiment pas parler d’eux, ils n’aiment donc pas parler des conditions subjectives de leur recherche. Il n’y a aucune trace, en Allemagne, d’une quelconque ego-histoire des historiens. Il n’y a aucun équivalent dans l’historiographie allemande, à l’essai de Georges Duby « Le plaisir de l’historien » ou à « L’appétit de l’histoire » de Jacques Le Goff, parus tous deux dans le volume dirigé par Pierre Nora en 1987, Essais d’ego-histoire, ou encore au livre de 1991 de Duby, L’histoire continue. Ceci est regrettable parce qu’une subjectivité réfléchie est une condition essentielle de l’objectivité scientifique. Ceci, du moins, vaut si l’on suit les prémisses d’une Historische Kulturwissenschaft et son enracinement dans une compréhension critique de la science et de la connaissance historique telle que l’a formulée par exemple Max Weber au début du XXe siècle : le fait empirique et la réflexion « transcendantale », c’est-à-dire tournée vers les conditions de la connaissance empirique, sont indissociables. La connaissance historique comme « science d’expérience », comme « science de la réalité » (Max Weber), voire comme « science d’observation » (Marc Bloch), est nécessairement liée aux conditions préalables d’une telle réflexion28.

III

  • 29 W. Schulze, La politique de la science en Allemagne au vingtième siècle (Conférence annuelle de l’ (...)
  • 30 Naturwissenschaft, Geisteswissenschaft, Kulturwissenschaft : Einheit - Gegensatz - Komplementaritä (...)

13On ne saurait trop remercier Jean-Claude Schmitt et Dominique Iogna-Prat de leur lumineuse présentation et de leurs considérations informatives sur l’histoire des institutions. Le paysage allemand de la recherche est différent et marqué par des institutions structurées différemment : les Universités sont l’affaire des Länder ; la Deutsche Forschungsgemeinschaft et la Max-Planck-Gesellschaft, pour ne parler que d’elles, sont des associations de grande taille, de droit privé, mais alimentées par l’Etat, qui sont certes soumises à un contrôle étatique et social, mais qui ont toute liberté dans l’utilisation de leurs crédits. Je n’entrerai pas dans le détail de ces différences, et je préfère renvoyer à la publication de Winfried Schulze, actuel président du Wissenschaftsrat allemand, sur « La politique de la science en Allemagne au vingtième siècle » (1998)29. Mais je voudrais introduire une question qui me semble de grande importance pour l’avenir de la science historique : celle de la relation entre science historique et sciences naturelles. Qu’en est-il chez les historiens français, où en sont les débats sur ce sujet ?30

14Schmitt et Iogna-Prat se sont exprimés sur les six domaines soumis à la discussion commune de cette rencontre. Je n’y reviendrai pas ici. Ils ont, de plus, évoqué quatre autres thèmes qui mériteraient un débat de fond : l’apparition de l’Etat moderne ; la périodisation de l’histoire sociale (avec l’exemple de la « mutation de l’An Mil ») ; le nouvel intérêt pour une histoire des religions et des pratiques religieuses ; et, enfin, la nouvelle tendance à une historicisation de l’histoire, « une préoccupation relativement récente pour l’histoire de l’histoire, entendue dans le double sens d’étude de l’historiographie et de la place des historiens dans le débat collectif, voire dans l’arène publique ». Cette réflexion a trois aspects. Elle renvoie à la réappropriation des réflexions politico-sociales des « classiques de la modernité » aux alentours de 1900, elle sait intégrer l’élément contemporain dans ses effets sur la pensée historique et inclut aussi les débats actuels sur le statut épistémologique de la connaissance historique.

  • 31 Sur ce sujet a eu lieu la rencontre organisée à Göttingen par le Max-Planck-Institut fur Geschicht (...)

15Comme l’avait déjà montré la rencontre de Sèvres, la tâche est considérable en ce domaine, et elle ne pourra être accomplie, en dernière analyse, que dans une démarche comparatiste, incluant donc plusieurs sciences historiques « nationales »31. La question de la genèse de l’Etat moderne, dans la diversité des réponses qui y ont été données, serait une problématique tout à fait appropriée, de même que la question des périodisations et des divisions spécifiques de l’histoire qui sont mises à la base des différentes historiographies, et bien sûr aussi celle de l’importance accordée par les historiens dans leur travail concret à la religion et à la pratique religieuse.

16On peut en tout cas adhérer sans hésitation au constat de Schmitt et Iogna-Prat d’un « frémissement historiographique qui est devenu, dans les années 1990, un véritable mouvement de fond ». J’espère que, sans négliger tout l’indispensable travail que réclament nos thèmes médiévaux, nous ne perdons pas de vue ce cadre contemporain où s’accomplit notre travail de médiévistes : le cadre de ce que cela signifie d’être historien dans la société d’aujourd’hui.

Notes

1 Fr. Graus, « Verfassungsgeschichte des Mittelalters », Historische Zeitschrift, 243 (1986), p. 529-289.

2 O.G. Oexle, « Ein politischer Historiker : Georg von Below (1858-1927) », dans N. Hammerstein éd., Deutsche Geschichtswissenschaft um 1900, Stuttgart, 1988, p. 283-312.

3 Sur ce point, les contributions pour W.J. Mommsen éd., Leopold von Ranke und die moderne Geschichtswissenschaft, Stuttgart, 1988, particulièrement celle de T. Nipperdey « Zum Problem der Objektivität bei Ranke ».

4 O.G. Oexle, « “Une science humaine plus vaste”. Marc Bloch und die Genese einer Historischen Kulturwissenschaft », dans P. Schöttler éd., Marc Bloch. Historiker und Widerstandskämpfer, Francfort-New York, 1999, p. 102-144.

5 O.G. Oexle, « Was deutsche Mediävisten an der französischen Mittelalterforschung interessieren muss », dans M. Borgolte éd., Mittelalterforschung nach der Wende 1989 (Historische Zeitschrift, suppl. N.F. 20), Munich, 1995, p. 89-127.

6 On dispose à présent sur ce point de : H.-W. Goetz, Moderne Mediävistik. Stand und Perspektiven der Mittelalterforschung, Darmstadt, 1999.

7 L. von Stein, Geschichte der sozialen Bewegung in Frankreich von 1789 bis auf unsere Tage, vol. 1, réimpr. Darmstadt, 1959, p. 145 et suiv.

8 Balzac, La Comédie humaine, P. Georges Castex éd., vol. 1, Paris, 1976, p. 17.

9 Sur ce point : W. Oberkrome, Volksgeschichte. Methodische Innovation und völkische Ideologisierung in der deutschen Geschichtswissenschaft 1918-1945, Göttingen, 1993, (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, 101).

10 O.G. Oexle, « Die Moderne und ihre Mittelalter. Eine folgenreiche Problemgeschichte », dans P. Segl éd., Mittelalter und Moderne. Entdeckung und Rekonstruktion der mittelalterlichen Welt, Sigmaringen, 1997, p. 307-364, ici p. 333 et suiv.

11 Sur ce sujet, M. Frank, Gott im Exil. Vorlesungen über die Neue Mythologie, 2e partie, Francfort, 1988, p. 80 et suiv.

12 O.G. Oexle, « “Zusammenarbeit mit Baal”. Über die Mentalitäten deutscher Geisteswissenschaftler 1933 – und nach 1945 », Historische Anthropologie, 8 (2000), p. 1-27.

13 Sur ce sujet, les contributions à P. Schöttler éd., Geschichtsschreibung als Legitimationswissenschaft 1918-1945, Francfort. 1997, et à W. Schulze et O.G. Oexle éd., Deutsche Historiker im Nationalsozialismus, Francfort, 1999 et 3e éd. 2000, « Zur Mediävistik », avec particulièrement les contributions de P. Schöttler, « Von der rheinischen Landesgeschichte zur nazistischen Volksgeschichte oder Die “unhörbare Stimme des Blutes” », p. 89-113, et de P. Racine, « H. Heimpel à Strasbourg », ibid., p. 142-156.

14 G. Algazi, O. Brunner, « “Konkrete Ordnung” und Sprache der Zeit », dans P. Schöttler éd., Geschichtsschreibung als Legitimationswissenschaft 1918-1945, p. 166-203.

15 Cf. Oexle, Deutsche Mediävisten (op. cit., note 5), p. 92 et suiv.

16 P. Schöttler, « Die historische “Westforschung” zwischen “Abwehrkampf” und territorialer Offensive », dans Id. éd., Geschichtsschreibung als Legitimationswissenschaft, p. 204-261.

17 Oexle, « Zusammenarbeit mit Baal », p. 10 et suiv. Sur ce thème, principalement, K. Schönwälder, Historiker und Politik. Geschichtswissenschaft im Nationalsozialismus, Francfort-New York, 1992 ; Ead., « “Lehrmeisterin der Völker und der Jugend”. Historiker als politische Kommentatoren, 1933 bis 1945 », dans P. Schöttler éd., Geschichtsschreibung als Legitimationswissenschaft, p. 128-165.

18 F.-R. Hausmann, “Deutsche Geisteswissenschaft” im Zweiten Weltkrieg. Die Aktion “Ritterbusch” (1940-1945), Dresde-Munich, 1998.

19 P. Schöttler, « Zur Geschichte der Annales-Rezeption in Deutschland (West) », dans M. Middell et S. Sammler éd., Alles Gewordene hat Geschichte. Die Schule der Annales in ihren Texten 1929-1992, Leipzig, 1994, p. 40-60.

20 Oexle, Deutsche Mediävisten (op. cit., note 5), p. 90 et suiv.

21 M. Borgolte, Sozialgeschichte des Mittelalters. Eine Forschungsbilanz nach der deutschen Einheit (Historische Zeitschrift, Suppl. N.F. 22), Munich, 1996. Cf. aussi les contributions au volume édité par Borgolte, Mittelalterforschung nach der Wende 1989 (op. cit., note 5).

22 O.G. Oexle, « Jacques Le Goff in Germany », dans M. Rubin éd., The Work of Jacques Le Goff and the Challenges of Medieval History, Woodbridge, 1997, p. 79-84.

23 H. Keller, Zwischen regionaler Begrenzung und universalem Horizont. Deutschland im Imperium der Salier und Staufer 1024 bis 1250, Berlin, 1986 (Propyläen Geschichte Deutschlands, 2) ; J. Fried, Der Weg in die Geschichte. Die Ursprünge Deutschlands. Bis 1024, Berlin, 1994 (Propyläen Geschichte Deutschlands, 1).

24 O.G. Oexle, « Individuum und Erinnerungskultur im 13. Jahrhundert, oder : Wie man eine moderne Biographie schreibt », Rechtshistorisches Journal, 15 (1996), p. 44-50.

25 Sur ce qui suit, existe déjà : O.G.Oexle, « Die “Wirklichkeit” und das “Wissen”. Ein Blick auf das sozialgeschichtliche Œuvre von Georges Duby », Historische Zeitschrift, 232 (1981). p. 61-91.

26 Sur le sujet, W. Schulze, Deutsche Geschichtswissenschaft nach 1945, Munich, 1989, p. 201 et suiv.

27 Sur les différentes définitions des positions, les points de vue divergents de W. Paravicini, « Rettung aus dem Archiv ? Eine Betrachtung aus Anlaβ der 700-Jahrfeier der Lübecker Trese », Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 78 (1998) p. 11-46, et de O.G. Oexle, « Im Archiv der Fiktionen », Rechtshistorisches Journal, 18 (1999), p. 511-525, reproduit dans R.M. Kiesow et D. Simon éd., Auf der Suche nach der verlorenen Wahrheit. Zum Grundlagenstreit in der Geschichtswissenschaft, Francfort, 2000, p. 87-103.

28 Cf. les contributions dans O.G. Oexle éd., Das Problem der Problemgeschichte, Göttingen, 2001 (Göttinger Gespräche zur Geschichtswissenschaft, 12), avec des contributions de M. Hänel, J. Heinssen, R. Laube et O.G. Oexle.

29 W. Schulze, La politique de la science en Allemagne au vingtième siècle (Conférence annuelle de l’Institut Historique Allemand publiée par la Société des Amis de l’Institut Historique Allemand, 4), Sigmaringen, 1998.

30 Naturwissenschaft, Geisteswissenschaft, Kulturwissenschaft : Einheit - Gegensatz - Komplementarität ? Avec des contributions de L. Daston, K. Flasch, A. Gierer, O.G. Oexle et D. Simon, Göttingen, 1998, 2e éd. 2000, (Göttinger Gespräche zur Geschichtswissenschaft 6).

31 Sur ce sujet a eu lieu la rencontre organisée à Göttingen par le Max-Planck-Institut fur Geschichte en collaboration avec la Mission Historique Française et le British Centre for Historical Research : Die Gegenwart des Feudalismus — Présence du féodalisme et présent de la féodalité – The presence of feudalism, N. Fryde, P. Monnet et O.G. Oexle éd., Göttingen, 2002 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte, 173).

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540