Version classiqueVersion mobile

Spinoza au XIXe siècle

 | 
André Tosel
, 
Pierre-François Moreau
, 
Jean Salem

Spinoza en France

Spinoza et Durkheim

Christian Lazzeri

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut paraître paradoxal de vouloir examiner les rapports de la sociologie de Durkheim et de la philosophie de Spinoza, et cela pour au moins deux raisons conjuguées qui pourraient a priori opposer un obstacle insurmontable à une telle tentative. La première est que Durkheim, philosophe qui s’est tourné vers la sociologie, se réfère quelquefois à des philosophes dont il commente les thèses. Les plus fréquemment cités sont Kant, Rousseau, mais aussi Montesquieu et Aristote, et dans une moindre mesure Descartes, Pascal ou Nietzsche1. Spinoza, pour sa part, est très rarement cité pat Durkheim au point qu’il est difficile de savoir dans quelle mesure il connaît vraiment les textes de l’auteur de l’Éthique. Et, dans ces conditions, à quoi bon vouloir comparer deux auteurs dont, sciemment ou non, le second semble largement ignorer le premier ou ne manifester qu’un faible intérêt pour ses écrits2 ?

La seconde raison est que Durkheim s’est tourné vers la sociologie en rupture avec la philo...

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search