Version classiqueVersion mobile

Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne

 | 
Otto Gerhard Oexle
, 
Jean-Claude Schmitt

Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Âge en Allemagne Sèvres 1997

La souveraineté royale

Jacques Krynen

Texte intégral

1L’étude de la Königsherrschaft est une tendance forte de la médiévistique allemande : d’anciennes questions sont revisitées, de nouveaux objets et de nouvelles problématiques voient le jour, les méthodes s’affinent. Cette tendance n’est-elle pas d’autant plus digne d’intérêt qu’elle se développe dans le sillage d’une tradition historiographique elle-même déjà très forte ? Ce n’est pas relativiser le mérite actuel des collègues allemands que d’évoquer ce fait, mais au contraire souligner le contraste avec le cas français. Vu d’ici, en tout cas, l’avance de la médiévistique allemande en matière d’histoire du pouvoir apparaît bien comme une chose ancienne.

2Le renouvellement des approches n’a-t-il pas commencé avec Otto von Gierke et Fritz Kern, s’agissant des mentalités et des théories politiques ? Avec Eduard Eichmann et Percy Ernst Schramm s’agissant des représentations du souverain ? Avec Wilhem Berges scrutant l’éthique dirigeante, Ernst Kantorowicz la dogmatique juridico-théologique ? On songe encore à Otto Brunner critiquant dès 1939 les anachronismes d’un Georg von Below.

3Pour tous ces savants qui écrivent avant-guerre, le mouvement historique gît essentiellement dans les rapports de pouvoir. Tous, il est vrai, peu ou prou, sont tributaires de l’hégélianisme, du national-romantisme et de l’historicisme du dix-neuvième siècle, lesquels semblent avoir décidé une fois pour toutes du primat de l’étatico-politique dans la recherche historique. Mais ils innovent. Leur examen de la Königsherrschaft, loin de n’évoluer qu’au sommet de l’Etat, s’opère en regard des forces vives du moment, aristocratie, noblesses et bourgeoisies, clergés, fonctionnaires et lettrés, jusqu’aux paysans, eux-mêmes astreints au servitium regis. Cela fait plus de cinquante ans que les historiens allemands envisagent le Pouvoir comme un principe et une force de structuration, pas seulement comme un instrument de domination. Tandis qu’en France, jusqu’à une période récente, étudier la royauté était censé éloigner l’historien du réel, c’était outre-Rhin un moyen de faire de l’histoire sociale, intellectuelle, culturelle, voire économique. Déjà Otto Brunner reprochait aux Français de séparer l’histoire de l’Etat de l’histoire économique et sociale. Le renouveau contemporain des études sur la souveraineté en Allemagne ajoute à de précédents renouveaux, portés par une longue tradition d’histoire politique érudite, elle-même en perpétuel enrichissement, ouverte à une multiplicité de sources, ainsi d’ailleurs qu’à l’histoire monarchique d’autres pays, y compris le nôtre (Henrich Mitteis et Walther Kienast).

4C’est dire que le contraste avec le cas français est grand. En France, au XXe siècle, les historiens n’ont réservé aux Rois thaumaturges qu’un accueil poli. Toute une partie de l’œuvre magistrale de Marc Bloch est tombée en déshérence. Certes, les choses ont changé à partir des années 70. Mais le nombre des médiévistes qui aujourd’hui adoptent la royauté pour angle d’attaque demeure limité. En 1978, le jubilé de l’empereur Charles IV, nous dit-on, a suscité en Allemagne plus de trois cents contributions. En 1980, pour celui du sage roi Charles V, on n’a eu droit chez nous qu’à une exposition à la Bibliothèque nationale, au demeurant fort réussie...

5Pourquoi un tel contraste ? Il serait insuffisant d’attribuer tout notre déficit à l’influence conjuguée de l’anthropocentrisme issu de la Révolution, du marxisme, et de la Nouvelle Histoire. On peut se demander, notamment, si le fait que les rois de France soient devenus, eux, empereurs en leur royaume, n’a pas dans une certaine mesure voué la royauté à devenir un thème somme toute secondaire. A l’inverse, on peut se demander si les historiens allemands n’ont pas fait leur miel des malheurs du pouvoir impérial. Avec de solides assises matérielles de départ, mais une souveraineté qui se décompose et une nation qui ne suit pas, l’histoire politique de l’empire médiéval n’est-elle pas plus complexe, plus dramatique aussi ? Ne nous privons pas de suggérer le stimulant effet de ce dernier facteur. Première puissance d’Occident au XIe siècle, idéalement enraciné dans l’ancienne Rome, l’empire recule inexorablement devant la montée en puissance de la papauté, de ses proches voisins, mais aussi de ses princes et de ses propres villes. Durant les derniers siècles du Moyen Age, l’Allemagne offre l’image politiquement renversée de la France des Capétiens, avec des empereurs contraints d’aliéner les droits régaliens, de concéder d’exhorbitants privilèges, de vendre les vicariats... Le comble ! Pardon de ces banalités. Mais c’est un authentique drame que celui de ces souverains juridiquement fondés à proclamer leur regimen universale, alors que leurs sujets immédiats les condamnent à n’être au mieux que des diplomates suprêmes. Malgré les Ottons maîtres du regnum italicum, malgré Barberousse à Roncaglia, Frédéric II à Melfi, Sigismond à Constance, l’empire ne peut rien contre son « infortune » (Peter Moraw). Quoi de plus fascinant qu’un « empire qui tous les jours empire » (plaisanterie française du XIIIe siècle) ?

6De jure, cependant, l’empire subiste bien. Même les plus farouches zélateurs de l’indépendance des regna le reconnaissent. Le souverain allemand a donc le droit pour lui. Abstraction faite de l’idée impériale, comment exploite-t-il le Jus à l’intérieur de son Etat, vis-à-vis des principautés et autres forces centrifuges ? Lisant le rapport de Joachim Ehlers, nous nous sommes demandé si les médiévistes allemands, qui collaborent de plus en plus avec d’autres spécialistes, philologues, ethnologues, historiens de l’art, travaillent de concert avec des historiens du droit. En Italie, en Grande-Bretagne, en Espagne, l’essor de l’histoire juridique contribue grandement à la compréhension des doctrines et des pratiques du pouvoir. Difficile aujourd’hui de ne pas reconnaître que les droits savants ont constitué l’armature de la culture politique européenne jusqu’aux XVIe-XVIIe siècles, et que l’édification de l’Etat a nécessité l’enrôlement de juristes de tout acabit dans ses rouages. Bref, Accurse n’avait pas tout à fait tort en affirmant que « l’on trouve tout dans le Corpus ». Le rapport de notre collègue Ehlers ne fait pas allusion à cette dimension juridique. Est-ce à dire que les médiévistes allemands intègrent spontanément, naturellement, l’apport romano-canonique ? Dans leurs études sur la légitimité, sur la langue des diplômes, sur les justifications grand dynastiques, se livrent-ils eux-mêmes à des analyses juridico-politiques ? Il serait intéressant de savoir si histoire politique et histoire du droit évoluent aujourd’hui en Allemagne d’un même élan. En France, juristes et historiens se sont superbement ignorés pendant longtemps. Depuis quelques années, l’histoire politique a commencé de les rapprocher. En Allemagne, existe-t-il entre eux une sorte de partenariat ?

7Il y a un partenariat « qui persiste », et qui reste « riche d’avenir », souligné par Peter Moraw, celui des spécialistes du Moyen Age tardif et des chercheurs sur l’époque moderne. Peut-être souhaiterions-nous en savoir plus sur les formes et les résultats de ce partenariat avec les modernistes. Car, bien que faisant preuve de vitalité certaine, nous, médiévistes français, ne rayonnons surtout que sur les médiévistes. Si quelques-uns rayonnent sur les médias, cela ne doit pas faire illusion. N’a-t-on pas vu récemment un de nos intellectuels médiatiques intituler un de ses best-sellers Le nouveau Moyen Age pour illustrer l’anarchique avenir que nous réserve l’Europe ? C’est à tout le moins sur les modernistes qu’il nous faudrait rayonner. Comment font les Allemands ? Ici, à s’en tenir à l’histoire politique, les modernistes continuent de penser majoritairement qu’il n’y a pas d’Etat au Moyen Age (le mot n’existant pas à cette époque...), que la souveraineté n’existe pas au Moyen Age (puisque Bodin le premier en a donné la définition moderne...), qu’il n’y a pas eu d’absolutisme « authentique » avant le règne des Bourbons, que la Nation fut l’œuvre des Constituants, voire de la Troisième République... Les modernistes qui lisent attentivement nos œuvres signalent tout au plus dans les leurs que les problèmes qu’ils étudient ont des origines médiévales. Bref, nous travaillons beaucoup, mais le Moyen Age, même le Moyen Age tardif, demeure chez nos collègues modernistes un temps de préhistoire politique. A l’initiative de Jean-Philippe Genet, il y a eu cette formidable enquête collective sur la Genèse de l’Etat moderne en Europe : XIIIe-XVIIe siècles. C’est déjà énorme que d’avoir fait se réunir médiévistes et modernistes autour d’un tel projet. Mais s’ils ont travaillé côte à côte, il leur reste à travailler ensemble. Le font-ils en Allemagne ?

8Le plus grand service que les médiévistes pourraient rendre au Moyen Age serait de cesser de faire exclusivement du Moyen Age. Le temps long de la souveraineté royale en France c’est les XIIe-XVIIe siècles. En Allemagne, les IXe-XVIIIe siècles. Il nous faut briser la chronologie. Investir la documentation postérieure au XVe siècle. Aller bien au-delà de Louis XI ou de Maximilien. Si les Allemands le font, il faut prendre modèle. Se souvenir que Marc Bloch l’a fait, étudiant un miracle royal. Brian Tierney l’a fait en histoire constitutionnelle. François Furet a inscrit sa Révolution française dans le temps long. Si nous n’étudions pas la longue durée, nous pouvons à tout le moins montrer dans les introductions, notes, conclusions de nos travaux que le Moyen Age n’a pas existé ; en tout cas le Moyen Age politique.

9Peter Moraw note que « la survie de l’ancien aux XVIe-XVIIe siècles demeure encore un champ à explorer ». On ne peut que souscrire. A nous, aussi, d’explorer ce champ.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search