Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne

 | 
Otto Gerhard Oexle
, 
Jean-Claude Schmitt

Les tendances actuelles de l'histoire du Moyen Âge en Allemagne Sèvres 1997

La souveraineté royale pendant le haut Moyen Age et le Moyen Age central

Joachim Ehlers
Traduction de Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 On consultera les synthèses suivantes : E. Boshof, Königtum und Königsherrschaft im 10. und 11. Jah (...)

1Ce tour d’horizon de la recherche allemande consacrée aux problèmes liés à la souveraineté royale pendant le haut Moyen Age et le Moyen Age central sera prioritairement axé sur les « tendances récentes » qui nous retiennent ici. Ainsi n’aborderai-je plus en détail des thèmes classiques de recherche1 comme l’élection royale, la monarchie et l’aristocratie ou bien la royauté et l’Eglise que dans la mesure où ils ont été récemment étudiés sous des angles neufs ou prometteurs et seulement s’ils ont suscité ou suscitent de nouveaux travaux. Quant au laps de temps couvert par mon propos, il se limite aux dix à quinze dernières années, sans pour autant exclure les travaux déterminants plus anciens. Au demeurant, je vais parler de « tendances » et non de leurs représentants, c’est-à-dire que je ne citerai pratiquement pas de noms, une méthode bien peu moderne, délaissant ainsi les aspects socio-historiques de notre propre discipline. A l’occasion, j’attirerai l’attention sur des déficits toujours actuels de la recherche.

2J’articule mon étude autour de cinq chapitres qui recouvrent des champs de recherche caractéristiques de la médiévistique allemande portant sur la royauté du haut Moyen Age et du Moyen Age central :

  1. Rex in ecclesia. Que signifie en effet la souveraineté monarchique dans une société chrétienne qui a seulement formulé et défini la différence entre clercs et laïcs dans une situation historique concrète ; une souveraineté que, par conséquent, le couple antinomique moderne « Royauté/Eglise » ne peut ni appréhender ni décrire correctement ?

  2. Repraesentatio. Comment la souveraineté monarchique fut-elle présentée à ses contemporains et comment ces derniers l’ont-ils prise et reconnue pour telle ?

  3. La royauté comme facteur d’intégration. Comment le roi conçoit-il sa fonction de modérateur entre des forces aristocratiques divergentes, à quelles attentes doit-il répondre et quelle est sa relation à l’Empire ?

  4. Le roi en conflit. Il s’agit moins ici des procédures de résolution des discordances (abordées par Gerd Althoff et Gert Melville) que des champs de tensions internes et externes auxquels la royauté fut soumise.

  5. Le roi et sa cour.

Rex in ecclesia

  • 2 F. Graus, « Verfassungsgeschichte des Mittelalters », Historische Zeitschrift, 243 (1986), p. 529-5 (...)
  • 3 A. Angenendt, Kaiserherrschaft und Königstaufe. Kaiser, Könige und Päpste als geistliche Patrone in (...)
  • 4 H.K. Schulze, « Königsherrschaft und Königsmythos. Herrscher und Volk im politischen Denken des Hoc (...)
  • 5 R. Elze, « Königskrönung und Ritterweihe. Der Burgundische Ordo für die Weihe und Krönung des König (...)

3La caractéristique constante d’une médiévistique moderne en Allemagne réside dans la prise en compte de facteurs et de contextes sociaux : « société » est ici heureusement compris comme un concept ouvert et non pas (sur)déterminé ni, en règle générale, enfermé dans des théories spécifiques. Ce concept d’une « société », qu’il convient pour notre époque d’appeler ecclesia ou société chrétienne, ouvre des horizons heuristiques et facilite l’affranchissement envers une histoire politique en définitive uniquement tournée vers l’étude des formes de souveraineté2. Un exemple précis montrera bien la signification qu’un tel point de vue peut avoir pour l’étude de la monarchie médiévale. En effet, si les empereurs, les rois et les papes pouvaient agir à égalité en tant que patrons ecclésiastiques (quand bien même ce ne serait qu’au plan de la mission)3, c’est bien qu’il est possible de circonscrire le champ commun ouvert à l’intégration et au conflit. Une étude synthétique de la théologie de la souveraineté au haut Moyen Age et au Moyen Age central4 ne sera toutefois possible que lorsque l’on disposera d’une édition complète des Ordines de tout l’Occident (y compris des Ordines anglo-saxons)5, seule capable d’éclairer l’élaboration d’une tradition à la lumière des protocoles rédactionnels des formules et de leur diffusion.

  • 6 M. Groten, « Von der Gebetsverbrüderung zum Königskanonikat. Zu Vorgeschichte und Entwicklung der K (...)
  • 7 J. Fleckenstein, « Problematik und Gestalt der ottonischen Reichskirche », dans Reich und Kirche vo (...)
  • 8 R. Schieffer, « Der ottonische Reichsepiskopat zwischen Königtum und Adel », Frühmittelalterliche S (...)
  • 9 S. Weinfurter, « Die Salier und das Reich », dans Die Salier und das Reich (voir note 1), 1, p. 1-1 (...)
  • 10 O. Engels, « Das Reich der Salier - Entwicklungslinien », dans Die Salier und das Reich (voir note (...)
  • 11 Sur le concept de « principauté » : O. Hageneder, « Der Landesbegriff bei Otto Brunner », Jahrbuch (...)

4On doit corriger les analyses anciennes sur l’intégration des rois comme chanoines dans les églises cathédrales6. Parallèlement, les recherches consacrées aux rapports des rois avec leurs évêques7 ne cessent de s’affranchir d’un carcan méthodique qui, par ses préférences problématiques topiques (« Roi/Eglise », « noblesse ecclésiastique/Noblesse laïque »), avait fini par conduire à une certaine monotonie. Seule la prise en compte de la place spécifique occupée par l’épiscopat ottonien d’Empire entre royauté et noblesse pouvait confirmer que les hautes fonctions ecclésiastiques furent regardées par leurs détenteurs et leurs familles comme un élément de la revendication nobiliaire de participer à l’Empire8, de sorte que l’opposition un peu simpliste entre « noblesse » et « clergé » a considérablement perdu de son sens. Cette constatation montre de manière particulièrement pertinente que l’alliance recherchée par l’opposition noble avec les forces de la réforme ecclésiastique contre des traits autocratiques de la souveraineté royale salienne9 n’était en aucun cas motivée seulement par des raisons tactiques mais guidée aussi par des soucis de salut personnel. Au cours de cette confrontation, une grande partie de l’épiscopat s’est détournée du roi et a introduit, ce faisant, un changement dans la conscience de sa fonction traditionnelle10, changement qui trouva son expression dans l’aspiration à la construction de principautés territoriales11.

  • 12 O. Engels, « Der Reichsbischof in ottonischer und frühsalischer Zeit », dans Beiträge zu Geschichte (...)

5Il s’agit sûrement ici de spécificités proprement allemandes qui ne doivent pas troubler le regard jeté sur les caractères généraux de l’Eglise saisis dans les constructions étatiques nées de l’ancien Empire carolingien et observés, au-delà, dans l’ensemble du monde latin12. Sur ce point, la recherche se trouve au milieu du gué et rien n’est encore arrêté.

Repraesentatio

  • 13 M. Reinke, « Die Reisegeschwindigkeit des deutschen Königshofes im 11. und 12. Jahrhundert nördlich (...)
  • 14 C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis. Studien zu den wirtschaftlichen Grundlagen des Königtums (...)
  • 15 E. Müller-Mertens, Die Reichsstruktur im Spiegel der Herrschaftspraxis Ottos des Grossen, Berlin, 1 (...)
  • 16 Die deutschen Königspfalzen. Repertorium der Pfalzen, Königshöfe und übrigen Aufenthaltsorte der Kö (...)
  • 17 Keller (note 1). Keller, « Grundlagen ottonischer Königsherrschaft », dans Festschrift Gerd Tellenb (...)

6La première forme de l’auto-représentation du roi, c’est sa présence physique à différents endroits : au-delà même des indications apportées sur les itinéraires et les bases matérielles de la royauté, l’iter regis demeure un élément révélateur en soi13. La comparaison entre les itinéraires carolingiens limités au cœur de leur empire14 et les voyages bien plus lointains des souverains ultérieurs15 est déjà fort éclairante ; et la recherche fondamentale conduite sur les palais royaux16 ouvre de larges perspectives sur la structure interne de l’espace saisi par le roi. Partant des formes d’appréhension de l’espace sous les Ottoniens, il n’est pas difficile de déceler les ruptures intervenues par rapport aux principes d’organisation carolingiens17.

  • 18 Intitulatio III : Lateinischer Herrschertitel und Herrschertitulaturen vom 7. bis zum 13. Jahrhunde (...)
  • 19 H. Beumann, « Unitas ecclesiae ‒ unitas imperii – unitas regni. Von der imperialen Reichseinheitsid (...)
  • 20 E. Müller-Mertens, Regnum Teutonicum. Aufkommen und Verbreitung der deutschen Reichs-und Königsauff (...)

7La titulature du souverain appartient également à son auto-représentation et l’étude de sa signification pour la période s’étendant du VIIe au XIIIe siècle est désormais un champ de recherche comparatif européen18. La titulature absolue, et non point gentilicement déterminée, du roi allemand trahit en définitive une origine impériale et témoigne ainsi du chemin parcouru depuis « l’idée impériale de l’unité du Reich à l’unité des Regna »19. On comprend mieux dès lors les raisons qui poussèrent Grégoire VII, en conflit avec Henri IV, à employer l’intitulatio de Rex Teutonicorum20.

  • 21 P.E. Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbolik, 3 vol., Stuttgart, 1954-55-56. P.E. Schramm, D (...)
  • 22 A. Grabar, « L’archéologie des insignes médiévaux du pouvoir », Journal des Savants, 1956, p. 5-19, (...)
  • 23 N. Grass, Königskirche und Staatssymbolik, Innsbruck, 1983. N. Gädeke, Zeugnisse bildlicher Darstel (...)
  • 24 H. Hoffmann, Buchkunst und Königtum im ottonischen und frühsalischen Reich, 2 vol., Stuttgart, 1986 (...)
  • 25 J. Wollasch, « Kaiser und Könige als Brüder der Mönche. Zum Herrscherbild in liturgischen Handschri (...)
  • 26 H. Keller, « Herrscherbild und Herrschaftslegitimation. Zur Deutung der ottonischen Denkmäler », Fr (...)
  • 27 J. Fried, Otto III. und Boleslaw Chrobry. Das Widmungsbild des Aachener Evangeliars, der « Akt von (...)
  • 28 Ibid., p. 36 et suiv.
  • 29 P. Rück, « Die Urkunde als Kunstwerk », dans Kaiserin Theophanu, A. von Euw et P. Schreiner dir., 2 (...)
  • 30 M. Schulze-Dörlamm, Die Kaiserkrone Konrads II., Sigmaringen, 1991. La question reste débattue.
  • 31 J. Ehlers, « Pratiques funéraires et sépultures des rois allemands de Henri Ier à Henri V », dans L (...)

8Depuis que Percy Ernst Schramm a attiré l’attention sur les images du souverain et les signes de la souveraineté et rassemblé une première documentation21, aujourd’hui encore fondamentale et irremplacée22, la recherche allemande a poursuivi dans cette voie suivant des questionnaires toujours plus précis, des comparaisons toujours plus différenciées et sur une base documentaire en partie élargie23. La médiévistique a depuis dépassé le germanocentrisme schrammien et se montre désormais capable de s’appuyer sur des fonds soumis à une analyse paléographique poussée24. Elle accorde ainsi une plus grande attention à la fonction liturgique des manuscrits25 et a été ainsi en mesure de souligner la liberté nouvelle (nouvelle au regard des pratiques carolingiennes) adoptée par la représentation imagée du souverain à l’égard de son environnement laïc26. Une monographie consacrée à l’image d’Otton III et de ses proches dans l’Evangéliaire de Liuthar conservé dans le trésor de la cathédrale d’Aix-la-Chapelle27 montre bien quels types d’interprétation de ces témoignages iconographiques peuvent être obtenus à la faveur de perspectives neuves. Non moins riche d’enseignements apparaît le constat négatif suivant : la disparition des images du souverain dans les manuscrits liturgiques depuis la seconde moitié du XIIe siècle paraît s’expliquer de manière fort plausible par la fin des commandes et des mécénats royaux en la matière28. Quant à la fonction représentative des écrits, elle est maintenant bien reconnue et continue d’être toujours mieux explorée à travers l’étude de la construction graphique des chartes29, tandis que certains insignes de souveraineté, telle la couronne impériale, font l’objet d’intenses débats30 et que les sépultures royales sont érigées en sources de mieux en mieux étudiées31.

  • 32 H. Keller, « Die Entwicklung der europäischen Schriftkultur im Spiegel der mittelalterlichen Überli (...)

9La représentation de la monarchie inclut assurément aussi la défense intellectuelle et argumentée de ses positions. Dans un contexte chronologique changeant, et au-delà des signes et des gestes, c’est le niveau d’abstraction plus élevé de l’écrit qui devrait être atteint32. Ce sera plus proprement l’objet du quatrième point de l’exposé.

Le roi comme facteur d’intégration

  • 33 J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Adel (...)
  • 34 J. Fried, « Der karolingische Herrschaftsverband im 9. Jh. zwischen ‘Kirche’ und ‘Königshaus’ », Hi (...)
  • 35 Sur l’onction, A. Angenendt, « Rex et Sacerdos. Zur Genesis der Königssalbung », dans Tradition als (...)
  • 36 C. Brühl, « Fränkischer Krönungsbrauch und das Problem der ‘Festkrönungen’ », dans C. Brühl, Aus Mi (...)
  • 37 N. Staubach, Das Herrscherbild Karls des Kahlen. Formen und Funktionen monarchischer Repräsentation (...)
  • 38 G. Althoff, Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politischen Stellenwert der Gruppenbindungen im frü (...)
  • 39 Pour un bilan des discussions actuelles, H. Keller, « Schwäbische Herzoge als Thronbewerber : Herma (...)
  • 40 Les recherches de Walter Schlesinger sur des élections royales particulières (Charles le Chauve, He (...)
  • 41 Sur la question de la régence, Th. Kölzer, « Das Königtum Minderjähriger im fränkischdeutschen Mitt (...)
  • 42 E. Boshof, « Das Reich in der Krise. Überlegungen zum Regierungsausgang Heinrichs III. », Historisc (...)
  • 43 T. Struve, « Das Bild des Gegenkönigs Rudolf von Schwaben in der zeitgenössischen Historiographie » (...)
  • 44 R. Schneider, « Wechselwirkungen von kanonischer und weltlicher Wahl », dans Wahlen und Wählen im M (...)

10Le roi gouverne avec le plus d’efficacité dans un consensus avec les Grands33 et il ne cesse d’être renvoyé à ce consensus parce que, au haut Moyen Age, au sein de l’ecclesia, on ne peut pas concevoir un regnum pensé comme une unité pragmatique disposant de son propre droit : entre l’ordre divin global et les ordres multiples des maisons nobiliaires s’étend un vide institutionnel qu’il revient au roi de combler34. De ce point de vue, l’ordonnancement toujours plus liturgique du cérémoniel35, une tendance venue de l’ouest36, et tout simplement la sacralisation même de la monarchie37, apparaissent plutôt comme autant de signes de faiblesse, ainsi que, à un tout autre niveau, la tentative d’Henri Ier de s’attacher ou, à tout le moins, de neutraliser la noblesse par des pactes d’amicitiae38. Considérée sous cet angle, la question prétendument fondamentale de la qualité juridique et de la signification politique de l’élection royale perd de son acuité liée à l’antagonisme « succession dynastique/succession élective »39 : ce que nous appelons « l’élection royale » se laisse tout autant (et à nos yeux bien mieux) définir comme un règlement de crise, comme la recherche d’un consensus avec les Grands destiné à maintenir le regnum40. Un tel processus ne pouvait pas s’épuiser à former une « chaîne de réaction » dans l’addition de ses éléments constitutifs, parce que chaque situation donnée contenait ses conditions propres de consensus et réordonnait à nouveau les critères : la succession d’un roi sans descendance masculine (Otton III, Henri II, Henri V) était plus difficile à régler que la confirmation d’un fils déjà élevé à la co-royauté41, et une mort précoce en un temps de conflits non résolus (Henri III) attestait de l’efficacité limitée du procédé42. Des tentatives de modification sous l’influence de l’élection canonique sont peut-être attestées dès le XIe siècle (Rodolphe de Rheinfelden, 1077)43 et en tout cas assurées pour le XIIe siècle et les périodes suivantes44.

  • 45 H.W. Goetz, « Dux » und « Ducatus ». Begriffs-und verfassungsgeschichtliche Untersuchungen zur Ents (...)
  • 46 K.F. Werner, « Völker und Regna », dans Beiträge zur mittelalterlichen Reichs- und Nationsbildung i (...)
  • 47 J. Ehlers, Entstehung (voir note 1).
  • 48 M. Becher, Rex, Dux und Gens. Untersuchungen zur Entstehung des sächsischen Herzogtums im 9. und 10 (...)
  • 49 C. Brühl, Deutschland – Frankreich. Die Geburt zweier Völker, Cologne, 1990.
  • 50 J. Ehlers, Historische Zeitschrift 256 (1993), p. 454 et suiv. (compte rendu de l’ouvrage de Brühl,(...)

11On ne doit pas oublier que les potentialités et les difficultés d’intégration du regnum sont aussi déterminées par la position juridique de ses soutiens : qu’est-ce qu’un dux ? Y a-t-il eu des « duchés ethniques »45, c’est-à-dire des unités ethniquement fondées et, sur cette base, politiquement actives et dirigées de manière quasi monarchique ? Dans les dernières années, la théorie du « duché ethnique », avec toutes ses implications et ses conséquences, a été à ce point remise en cause46 qu’il fut dès lors possible de décrire la naissance de l’Empire médiéval en Allemagne comme un processus politique essentiellement déterminé par la royauté et non plus comme un événement ethnique47. La Franconie, l’Alémanie, la Bavière et la Saxe ne furent pas en premier lieu les produits d’une « ethnie » franconienne, alémanique, bavaroise ou saxonne, mais sont les héritières d’unités administratives (regna) de l’Empire franc. Les habitants de ces entités, regna (en haut-allemand riche et en bas-allemand rike), ont développé ensuite et sur les bases d’une histoire commune une conscience spécifique d’appartenance qui conduisit à une ethnogenèse, à la naissance de gentes. Dans le cas de la Saxe, on a même pu avancer récemment des arguments en faveur d’une phase décisive de construction ethnogénique liée aux débuts de la royauté des Ludolfinges48. Quels que soient les fondements avérés de telles datations, il n’en demeure pas moins que si les « ethnies » ne furent pas des sous-entités d’un peuple allemand précocement constitué, c’est alors toute la période de la monarchie post-carolingienne qui doit être revisitée afin de savoir si le Reich des souverains de ce temps a été purement et simplement un regnum Francorum et « l’Empire d’Otton (Ier)... rien d’autre que l’Empire romano-franc de Charlemagne »49, ou bien si cette royauté ne se rattachait pas qu’à des traditions franques50 et, dans ce cas, avec quel succès elle le fit.

  • 51 Keller, « Reichsstruktur » (voir note 1).
  • 52 S. Weinturter, « Die Zentralisierung der Herrschattsgewalt im Reich durch Kaiser Heinrich II. », Hi (...)
  • 53 Weinfurter, Herrschaft (voir note 1), p. 44 et suiv.
  • 54 M. Werner, « Der Herzog von Lothringen in salischer Zeit », dans Die Salier und das Reich (voir not (...)

12Quelle que soit la réponse apportée à ces questions, la souveraineté royale et le potentiel d’intégration de la monarchie doivent être différemment appréciés. Dans les duchés du Sud, il semble que la position ducale, au cours du Xe siècle, ait pu s’affirmer face au roi régnant avant tout grâce aux ducs issus de la famille de ce dernier51, si bien que Henri II, en tant que roi, a pu jouer de sa propre expérience du pouvoir ducal en Bavière pour centraliser la souveraineté dans l’Empire52 : cette tendance a été poursuivie sous les règnes des deux premiers Saliens53. En Lotharingie, elle se heurta à une forte résistance, mais Henri III parvint si bien à affaiblir le pouvoir ducal qu’un processus d’érosion s’enclencha à l’ouest de l’Empire, entraînant au total des conséquences négatives54. En Saxe, l’offensive royale se solda par les grandes séditions des années 1070, dont il faudrait éclairer le contexte par la royauté saxonne du Xe siècle et sa restauration au XIIe siècle.

  • 55 J. Ehlers, « Die deutsche Nation des Mittelalters als Gegenstand der Forschung », dans Ansätze und (...)

13Ces limites institutionnelles apportées à la force d’intégration de la royauté en Allemagne, cette juxtaposition de plusieurs ethnogenèses régionales et d’une conscience impériale supragentile, constituent une différence majeure entre l’Allemagne et les monarchies d’Occident. Parce que la conscience nationale s’est pour l’essentiel formée autour de la royauté et de ses traditions, qui dans le schéma de compréhension postrévolutionnaire moderne est inséparable de l’Etat et des prodromes de la nation bourgeoise, la confrontation de la recherche allemande avec cette question devait revêtir la forme d’un processus, pas toujours évident, d’éloignement des schémas classiques de transmission nationale propre55.

14Dans ce contexte, il n’est pas indifférent de savoir si la recherche consacrée à la noblesse du haut Moyen Age et du Moyen Age central (sans la décisive participation de laquelle un gouvernement royal et l’existence du regnum n’auraient tout simplement pas été possibles) entend continuer à faire toujours plus abstraction de la qualité de son état et à élargir la notion à celle de « couche dirigeante », car du point de vue de la royauté et de l’intégration impériale une différenciation majeure existait : les groupes sommitaux de la ministérialité appartenaient sans aucun doute à la couche dirigeante de l’Empire, sans pour autant atteindre dans ce cas précis au statut de liberté noble.

  • 56 K. Görich, Otto III. Romanus Saxonicus et Italicus, Sigmaringen, 1993. T. Struve, « Kaisertum und R (...)
  • 57 Sur la critique exercée par les contemporains mêmes (chez Widukind de Corvey entre autres) H. Beuma (...)
  • 58 Keller, « Schwäbische Herzoge » (voir note 39) et Schmidt (note 39 également).
  • 59 N. Kamp, « Probleme des Münzrechts und der Münzprägung in salischer Zeit », dans Beiträge zum hochm (...)

15En dernier lieu, la dignité impériale du roi allemand se révéla d’une haute qualité d’intégration : elle lui conférait, en tant que successeur de Charlemagne et des empereurs romains chrétiens (car c’est d’eux qu’il est avant tout question, non de la Rome antique en tant que telle)56, la plus haute légitimité concevable. Cette légitimité agissait primairement sur un plan intérieur et n’eut de conséquences extérieures que parce que la noblesse accepta majoritairement57 la dignité impériale de son roi et en porta étonnamment longtemps les conséquences politiques (on pense avant tout aux expéditions italiennes). Ici, les conflits liés à la réforme de l’Eglise depuis les années 1070 ont conduit à la possibilité d’une séparation théorique entre l’imperator et le regnum, avec pour conséquence que les Grands non seulement exprimèrent leur prétention à représenter l’Empire mais aussi à vouloir tourner cette exigence contre le roi58. D’ailleurs, un symbole essentiel du pouvoir unitaire de l’Empire faisait défaut : le monnayage depuis la fin de la maison ottonienne était devenu la chose des évêques59.

Le roi en conflit

  • 60 Se reporter ici aux analyses fondamentales de la synthèse de Althoff et Keller (voir note 1). Sur l (...)
  • 61 G. Althoff, « Konfliktverhalten und Rechtsbewusstsein : Die Welfen in der Mitte des 12. Jahrhundert (...)
  • 62 K. Brunner, Oppositionelle Gruppen im Karolingerreich, Vienne, 1979. G. Althoff, « Zur Frage nach d (...)
  • 63 Brühl, Fodrum (voir note 14). W. Metz, Zur Erforschung des karolingischen Reichsgutes, Darmstadt, 1 (...)
  • 64 Althoff, « Königsherrschaft » (voir note 62). Sur la maison ottonienne, W. Glocker, Die Verwandten (...)

16Parce que l’Empire ne peut se concevoir hors de la bipolarité roi/noblesse60, l’analyse des situations conflictuelles reçoit un caractère significatif général qui dépasse les cas particuliers61. Depuis que les études sur l’opposition à la souveraineté royale62 ont montré quel équilibre fluctuant devait être tenu, la question des ressources du pouvoir royal s’est posée sous un jour nouveau. Elle peut certes partir des solides acquis de la recherche sur le patrimoine impérial63, mais elle doit aussi prendre en compte les différents profils d’autorité non seulement de chaque souverain en particulier mais aussi de chacune des dynasties des Carolingiens, des Ottoniens, des Saliens et des Staufen64.

  • 65 Ph. Contamine, La Guerre au Moyen Age, Paris, 1980.
  • 66 K.F. Werner, « Heeresorganisation und Kriegsführung im deutschen Königreich des 10. und 11. Jahrhun (...)

17Les déficits les plus regrettables de la recherche touchent en Allemagne à l’histoire militaire médiévale qui, à la différence de ce qui se passe en France et en Angleterre, dans un mouvement de pacification un peu naïf, met de côté un domaine essentiel de la vie et, ce faisant, réduit injustement l’approche de l’histoire des mentalités : les représentations collectives face aux conflits militaires, face à l’usage de la violence au sein de la société (donc pas seulement face à la guerre contre les ennemis extérieur, les païens ou les hérétiques) ; les conséquences personnelles ou familiales d’une défaite ou d’une victoire ; la réalité de la mort et la menace quotidienne de la catastrophe de l’invalidité pour les membres de la noblesse et de la ministérialité : tout cela a sûrement dû laisser dans l’esprit des contemporains des traces autrement plus fortes que ce que nos débats de séminaires laissent entrevoir. Si la répercussion de ces mêmes représentations sur la royauté est très bien documentée pour le Moyen Age tardif65, les amorces d’une recherche fondamentale sur ce sujet font en revanche pratiquement défaut pour les époques antérieures66. Cela tient (à côté de conditions extérieures à la recherche et de considérations dépendantes de l’histoire récente) au fait que l’Empire du haut Moyen Age et du Moyen Age central n’était guère à même d’être provoqué de l’extérieur, c’est-à-dire qu’il ne fut jamais confronté, comme la France et l’Angleterre au cours de la Guerre de Cent Ans, à une crise militaire grave. La royauté ne fut pas de la sorte soumise à la nécessité d’initiatives modernisatrices, si bien que l’on peut également trouver là une des causes d’un retard administratif certain comparé au reste des monarchies d’Occident.

  • 67 R. Schieffer, « Gregor VII. und die Könige Europas », dans La riforma gregoriana e l'Europa, vol. 1 (...)
  • 68 B. Smalley, The Becket Conflict and the Schools. A Study of Intellectuals in Politics in the Twelft (...)
  • 69 T. Struve, « Kaisertum und Romgedanke in salischer Zeit », Deutsches Archiv für Erforschung des Mit (...)
  • 70 T. Struve, « Die Stellung des Königtums in der politischen Theorie der Salierzeit », dans Die Salie (...)
  • 71 O. Hageneder, « Weltherrschaft im Mittelalter », Mitteilungen des Instituts für österreichische Ges (...)
  • 72 P. Millotat, Transpersonale Staatsvorstellungen in den Beziehungen zwischen Kirchen und Königtum de (...)
  • 73 F.-J. Schmale, « Lothar III. und Friedrich I. als Könige und Kaiser », dans Friedrich Barbarossa, G (...)
  • 74 Cette réévaluation est en bonne voie : Federico Barbarossa nel dibattito storiografico in Italia e (...)
  • 75 L’échec se répéta avec Otton IV ; sur ce point B.U. Hucker, Kaiser Otto IV, Hanovre 1990.

18Au cours des deux plus grands conflits qui ébranlèrent au Moyen Age l’ensemble de l’ecclesia, soit la controverse avec la papauté réformatrice grégorienne et le schisme alexandrin, les potentiels intellectuels de la royauté furent mis à l’épreuve comme jamais. Face aux nouvelles constructions théoriques élaborées dans l’entourage pontifical67 et face à leur diffusion sous forme de traités et de lettres efficacement formulés à travers les studia et les universités68, la royauté salienne en resta à la doctrine gélasienne des deux pouvoirs69, à celle de la qualité immédiate d’une dignité souveraine transmise par Dieu et corroborée par le sacre70, cependant que Frédéric Ier propageait un idéal romain et l’image d’un imperium sacralisé71. Tandis que les deux positions ne pouvaient s’imposer au cours des conflits du moment, la controverse ouvrait pourtant la voie à une nouvelle justification intraséculière de la souveraineté, en cela qu’à partir des réflexions sur la fonction ecclésiastique, la dispute permit à des représentations transpersonnelles du pouvoir monarchique de prendre corps72. La thèse pour la première défendue par Franz-Josef Schmale selon laquelle Konrad III et Frédéric Ier, en freinant un processus pourtant engagé d’équilibre entre le pape et le roi allemand73, auraient bloqué une « modernisation » lancée par Lothaire III, mériterait d’être approfondie, non tant dans le but de réévaluer l’action des Staufen74 que pour mieux comprendre la « restauration saxonne » qui commença avec Lothaire de Supplimbourg et échoua prématurément avec la candidature manquée de Henri le Fier75.

Le roi et sa cour

  • 76 J. Kupper, Liège et l’Eglise impériale, XIe-XIIe siècles, Paris 1982.
  • 77 H.M. Schalter, « Das geistige Leben am Hofe Kaiser Ottos IV. von Braunschweig », Deutsches Archiv f (...)
  • 78 W. Petke, Kanzlei, Kapelle und königliche Kurie unter Lothar III. (1125-1137), Cologne, 1985.
  • 79 P. Csendes, Die Kanzlei Kaiser Heinrichs VI., Vienne, 1981. L’entourage de ce souverain a également (...)
  • 80 Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter (12.-15. Jahrhundert), P. Moraw d (...)
  • 81 Urkundenregesten zur Tätigkeit des deutschen Königs-und Hofgerichts bis 1451, 1. Die Zeit von König (...)
  • 82 J.F. Boehmer, Regesta Imperli, sous la direction de la Kommission für die Neubearbeitung der Regest (...)
  • 83 Die Urkunden Friedrichs I., H. Appelt et al. éd., 1-5 (MGH, Die Urkunden der deutschen Könige und K (...)

19En dehors des structures et des fonctions de la chapelle du roi, l'histoire de la cour royale au haut Moyen Age et au Moyen Age central demeure encore mal connue. Presque tout ce qui a été dit et écrit sérieusement sur la curia, la domus, l’aula, le palatium, le pouvoir de la maison du roi, la familia et les administrateurs, concerne le Moyen Age tardif, la curie des papes, les évêques76 et les princes, les rois français et anglais. Toujours la « culture courtoise » ou « de cour » est remise sur le métier77, mais, dans la recherche actuelle, il est encore trop peu question de la cour du roi allemand comme centre administratif et politique jusqu’à la fin du XIIe siècle (hormis pour Lothaire de Supplimbourg)78. Paresseuse négligence ? Manque de sources ? Constat ? Ce n’est sans doute pas le fait du hasard si le terme de cancellarla, qui permet d’identifier les auteurs de diplômes de la chapelle du roi, n’apparaît que très tardivement, sous Henri VI79, et si les deux rencontres de la Reichenau de 1992 et 1993 sur la cour, la diète royale et la diète impériale ne purent faire commencer l’état de nos connaissances qu’avec les Staufen80. Les « Regestes de documents sur l’activité de la justice de la cour et du roi allemands jusqu’en 1451 » entendent faire remonter l’enquête à la période qui s’étend de Konrad Ier à Henri VI et projettent ici une lumière d’autant plus crue81 : la compétence administrative du roi allemand se situe en effet pendant des siècles en deçà d’un seuil dont seul le franchissement autoriserait l’émergence d’une centralité. Dans ce domaine, le rassemblement continu de sources nouvelles et leur compilation (poursuite des Regesta Imperii82, publication de sources83) préparent de nouvelles avancées des connaissances sur la cour du roi et la pratique de gouvernement : la recherche ne se résume pas à la mise en perspective d’analyses problématiques autrement formulées, mais est aussi portée en grande partie par la peine quotidienne et frugale de ceux qui alimentent matériellement la discussion.

Notes

1 On consultera les synthèses suivantes : E. Boshof, Königtum und Königsherrschaft im 10. und 11. Jahrhundert, Munich, 1997. J. Fried, Die Formierung Europas, 840-1046, Munich, 1991. J. Ehlers, Die Entstehung des deutschen Reiches, Munich, 1994. E. Hlawitschka, Vom Frankenreich zur Formierung der europäischen Staaten-und Völkergemeinschaft, 840-1046, Darmstadt, 1986. B. Schimmelpfennig, Könige und Fürsten, Kaiser und Papst nach dem Wormser Konkordat, Munich, 1996. G. Althoff et H. Keller, Heinrich I. und Otto der Grosse, Göttingen, 1985 (synthèse des champs classiques de la recherche pour les premiers Ottoniens et nouvel angle de discussion). On consultera encore les présentations et recueils d’ensemble plus récemment parus de R. Schieffer, Die Karolinger, Stuttgart, 1992. H. Beumann, Die Ottonen, 3e éd., Stuttgart, 1994. E. Boshof, Die Salier, Stuttgart, 1987. O. Engels, Die Staufer, 4e éd., Stuttgart, 1989. S. Weinfurter, Herrschaft und Reich der Salier, Sigmaringen, 1991. H. Keller, « Reichsorganisation, Herrschaftsformen und Gesellschaftsstrukturen im Regnum Teutonicum », dans Il secolo di ferro : Mito e realtà del secolo X, Spolète 1991, p. 159-195. H. Keller, « Reichsstruktur und Herrschaftsauffassung in ottonisch-salischer Zeit », Frühmittelalterliche Studien, 16 (1982), p. 74-128. Die Salier und das Reich, S. Weinfurter dir., 3 vol., Sigmaringen, 1991. Pour des biographies de souverains : Kaisergestalten des Mittelalters, H. Beumann dir., Munich, 1984 ; Die französischen Könige des Mittelalters, J. Ehlers, H. Müller et B. Schneidmüller dir., Munich, 1996. E. Boshof, Ludwig der Fromme, Darmstadt, 1996. G. Althoff, Otto III., Darmstadt, 1996. F. Opll, Friedrich Barbarossa, Darmstadt, 1990. P. Csendes, Heinrich VI., Darmstadt, 1993. W. Stürner, Friedrich II. 1 : Die Königsherrschaft in Sizilien und Deutschland, 1194-1220, Darmstadt, 1992.

2 F. Graus, « Verfassungsgeschichte des Mittelalters », Historische Zeitschrift, 243 (1986), p. 529-589, en particulier les pages 543 et suiv.

3 A. Angenendt, Kaiserherrschaft und Königstaufe. Kaiser, Könige und Päpste als geistliche Patrone in der abendländischen Missionsgeschichte, Berlin, 1984.

4 H.K. Schulze, « Königsherrschaft und Königsmythos. Herrscher und Volk im politischen Denken des Hochmittelalters », dans Festschrift B. Schwineköper, H. Maurer et H. Patze dir., Sigmaringen, 1982, p. 177-186.

5 R. Elze, « Königskrönung und Ritterweihe. Der Burgundische Ordo für die Weihe und Krönung des Königs und der Königin » [Edition], dans Festschrift J. Fleckenstein, Sigmaringen, 1984, p. 327-342.

6 M. Groten, « Von der Gebetsverbrüderung zum Königskanonikat. Zu Vorgeschichte und Entwicklung der Königskanonikate an den Dom-und Stiftskirchen des deutschen Reiches », Historisches Jahrbuch, 103 (1983), p. 1-34. Sur la question de la Memoria, voir les contributions de Michael Borgolte et de Johannes Fried dans le présent volume.

7 J. Fleckenstein, « Problematik und Gestalt der ottonischen Reichskirche », dans Reich und Kirche vor dem Investiturstreit, K. Schmid dir., Sigmaringen, 1985, p. 83-98. H. Seibert, « Reichsbischof und Herrscher. Zu den Beziehungen zwischen Königtum und Wormser Bischöfen in spätsalisch-frühstaufischer Zeit (1107-1217) », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 143 (1995), p. 97-144. F.-R. Erkens, « Die Kölner Kirche und das Reich in der Regierungszeit Lothars von Supplinburg », dans Festschrift Odilo Engels, Cologne, 1993, p. 283-321. Voir l’étude fondamentale de R. Schieffer, Der geschichtliche Ort der ottonischsalischen Reichskirchenpolitik, Opladen, 1998. Une étude systématique des relations entre la royauté et les communautés ecclésiastiques et de ses rapports à la croisade serait la bienvenue. Consulter en attendant H. Cleve, « Kaiser Friedrich IL und die Ritterorden », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 49 (1993), p. 39-73 ; C. Naumann, Der Kreuzzug Kaiser Heinrichs VI., Francfort, 1994.

8 R. Schieffer, « Der ottonische Reichsepiskopat zwischen Königtum und Adel », Frühmittelalterliche Studien, 23 (1989), p. 291-301. Pour les apports de la prosopographie : H. Zielinski, Der Reichsepiskopat in spätottonischer und salischer Zeit (1002-1125), I, Stuttgart, 1984. A. Graf Finck von Finckenstein, Bischof und Reich. Untersuchungen zum Integrationsprozess des ottonisch-frühsalischen Reiches (919-1056), Sigmaringen, 1989.

9 S. Weinfurter, « Die Salier und das Reich », dans Die Salier und das Reich (voir note 1), 1, p. 1-19, ici les pages 7 et suiv. Reformidee und Reformpolitik im spätsalisch-frühstaufischen Reich, S. Weinfurter dir., Mayence, 1992.

10 O. Engels, « Das Reich der Salier - Entwicklungslinien », dans Die Salier und das Reich (voir note 1), 3, p. 479-541, ici les pages 533 et suiv.

11 Sur le concept de « principauté » : O. Hageneder, « Der Landesbegriff bei Otto Brunner », Jahrbuch des italienisch-deutschen Instituts in Trient, 13 (1987), p. 153-178. H. Weltin, « Der Begriff des Landes bei Otto Brunner und seine Rezeption durch die verfassungsgeschichtliche Forschung », Zeitschrift für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, 107 (1990), p. 339-376.

12 O. Engels, « Der Reichsbischof in ottonischer und frühsalischer Zeit », dans Beiträge zu Geschichte und Struktur der mittelalterlichen Germania Sacra, I. Crusius dir., Göttingen, 1989, p. 135-175. R. Kaiser, Bischofsherrschaft zwischen Königtum und Fürstenmacht. Studien zur bischöflichen Stadtherrschaft im westfränkisch-französischen Reich im frühen und hohen Mittelalter, Bonn, 1981. P. Feige, « Die Anfänge des portugiesischen Königtums und seiner Landeskirche », Spanische Forschungen der Görresgesellschaft, Erste Reihe : Gesammelte Aufsätze zur Kulturgeschichte Spaniens, 29, O. Engels dir., Münster, 1978, p. 85-436. H. Kleinschmidt, Untersuchungen über das englische Königtum im 10. Jahrhundert, Göttingen, 1979. J. Ehlers, Geschichte Frankreichs im Mittelalter, Stuttgart, 1987.

13 M. Reinke, « Die Reisegeschwindigkeit des deutschen Königshofes im 11. und 12. Jahrhundert nördlich der Alpen », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 123 (1987), p. 225-251. Sur le périmètre d’action, voir K. Schmid, « Königtum, Adel und Klöster am Bodensee bis zur Zeit der Städte », Schriften des Vereins für Geschichte des Bodensee und seiner Umgebung, 99-100 (1981-82), p. 531-576 ; T. Struve, « Mathilde von Tuscien-Canossa und Heinrich IV. Der Wandel ihrer Beziehungen vor dem Hintergrund des Investiturstreites », Historisches Jahrbuch, 115 (1995), p. 41-84 ; Th. Gross, Lothar III. und die Mathildischen Güter, Francfort, 1990. J. Fried, « Friedrich Barbarossas Krönung in Arles (1178) », Historisches Jahrbuch, 103 (1983), p. 347-371. K. Zeillinger, « Friedrich I. Barbarossa, Manuell Komnenos und Süditalien in den Jahren 1155-56 », Römische historische Mitteilungen, 27 (1985), p. 53-83. Friedrich Barbarossa. Handlungsspielräume und Wirkungsweisen des staufischen Kaisers, A. Haverkamp dir., Sigmaringen, 1992. Kaiser Friedrich Barbarossa. Landesausbau – Aspekte seiner Politik – Wirkung, E. Engel et B. Töpfer dir., Weimar, 1994. G. Baaken, « Das sizilische Königtum Kaiser Heinrichs VI. », Zeitschrift für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, 112 (1995), p. 202-244.

14 C. Brühl, Fodrum, gistum, servitium regis. Studien zu den wirtschaftlichen Grundlagen des Königtums im Frankenreich und in den fränkischen Nachfolgestaaten Deutschland, Frankreich und Italien vom 6. bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts, 2 vol., Cologne, 1968. C. Brühl, « Königspfalz und Bischofsstadt in fränkischer Zeit », Rheinische Vierteljahrsblätter, 23 (1958), p. 161-274. K.F. Werner, « Missus-Marchio-Comes. Entre l’administration centrale et l’administration locale de l’empire carolingien », dans K.F. Werner, Vom Frankenreich zur Entfaltung Deutschlands und Frankreichs, Sigmaringen, 1984, p. 108-156.

15 E. Müller-Mertens, Die Reichsstruktur im Spiegel der Herrschaftspraxis Ottos des Grossen, Berlin, 1980. E.-M. Eibl, « Zur Stellung Bayerns und Rheinfrankens im Reich Arnulfs von Kärnten », Jahrbuch für Geschichte des Feudalismus, 8 (1984), p. 73-113. E. Müller-Mertens et W. Huschner, Reichsintegration im Spiegel der Herrschaftspraxis Kaiser Konrads II., Weimar, 1992.

16 Die deutschen Königspfalzen. Repertorium der Pfalzen, Königshöfe und übrigen Aufenthaltsorte der Könige im deutschen Reich des Mittelalters, publiés par le Max-PlanckInstitut für Geschichte, Göttingen, 1983 et années suivantes. Parus à ce jour, vol. 1 (Hessen), t. 1-4 ; vol. 2 (Thüringen), t. 1-4 ; vol. 3 (Baden-Württemberg), t. 1 et 2. Voir la contribution de Thomas Zotz dans la présent volume.

17 Keller (note 1). Keller, « Grundlagen ottonischer Königsherrschaft », dans Festschrift Gerd Tellenbach, Sigmaringen, 1985, p. 17-34. Keller, « Zum Charakter der ‘Staatlichkeit’zwischen karolingischer Reichsreform und hochmittelalterlichem Herrschaftsausbau », Frühmittelalterliche Studien, 23 (1989), p. 248-264.

18 Intitulatio III : Lateinischer Herrschertitel und Herrschertitulaturen vom 7. bis zum 13. Jahrhundert, H. Wolfram et A. Scharer dir., Vienne, 1988. H.W. Goetz, « Der letzte ‘Karolinger’ ? Die Regierung Konrads I. im Spiegel seiner Urkunden », Archiv für Diplomatik, 26 (1980) [paru en 1982]), p. 56-125. Sur le surnom de Charlemagne, voir K.F. Werner, « Il y a mille ans, les carolingiens : Fin d’une dynastie, début d’un mythe », Annuaire-Bulletin de la Société de l'histoire de France, 1991-1992 (1993), p. 17-89.

19 H. Beumann, « Unitas ecclesiae ‒ unitas imperii – unitas regni. Von der imperialen Reichseinheitsidee zur Einheit der Regna », dans H. Beumann, Ausgewählte Aufsätze, Sigmaringen, 1987, p. 3-43.

20 E. Müller-Mertens, Regnum Teutonicum. Aufkommen und Verbreitung der deutschen Reichs-und Königsauffassung im früheren Mittelalter, Berlin, 1970. H. Beumann, Der deutsche König als « Romanorum rex », Wiesbaden, 1981. T. Struve, « Kaisertum und Romgedanke in salischer Zeit », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 44 (1988), p. 424-454.

21 P.E. Schramm, Herrschaftszeichen und Staatssymbolik, 3 vol., Stuttgart, 1954-55-56. P.E. Schramm, Die deutschen Kaiser und Könige in Bildern ihrer Zeit, 751-1190. Nouvelle édition publiée par P. Berghaus et N. Gussone, F. Mütherich dir., Munich, 1983.

22 A. Grabar, « L’archéologie des insignes médiévaux du pouvoir », Journal des Savants, 1956, p. 5-19, 77-92 ; 1957, p. 25-31 et J. Déer, « Byzanz und die Herrschaftszeichen des Abendlandes », dans J. Déer, Byzanz und das abendländische Herrschertum, Cologne, 1972, p. 42-69, s’étaient élevés en leur temps contre la faible attention accordée aux traditions antique tardive et byzantine au profit d’une tradition germanique (à bien des égards hypothétique).

23 N. Grass, Königskirche und Staatssymbolik, Innsbruck, 1983. N. Gädeke, Zeugnisse bildlicher Darstellung der Nachkommenschaft Heinrichs I., Berlin, 1992. Bilder erzählen Geschichte, H. Altrichter dir., Fribourg-en-Brisgau, 1995 (Karolinger, Otto III., Heinrich IL). Sur le couronnement d’Aix-la-Chapelle : E. Boshof, « Aachen und die Thronerhebung des deutschen Königs in salisch-staufischer Zeit », Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, 79 (1991), p. 5-32.

24 H. Hoffmann, Buchkunst und Königtum im ottonischen und frühsalischen Reich, 2 vol., Stuttgart, 1986. H. Hoffmann, Bamberger Handschriften des 10. und des 11. Jahrhunderts, Hanovre, 1995.

25 J. Wollasch, « Kaiser und Könige als Brüder der Mönche. Zum Herrscherbild in liturgischen Handschriften des 9. bis 11. Jahrhunderts », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 40 (1984), p. 1-20. J. Fried, « Tugend und Heiligkeit. Beobachtungen und Überlegungen zu den Herrscherbildern Heinrichs III. in Echternacher Handschriften », dans Mittelalter. Annäherungen an eine fremde Zeit, W. Hartmann dir., Regensburg, 1993, p. 41-64.

26 H. Keller, « Herrscherbild und Herrschaftslegitimation. Zur Deutung der ottonischen Denkmäler », Frühmittelalterliche Studien, 19 (1985), p. 290-311.

27 J. Fried, Otto III. und Boleslaw Chrobry. Das Widmungsbild des Aachener Evangeliars, der « Akt von Gnesen » und das frühe polnische und ungarische Königtum, Stuttgart, 1989. Cette représentation de l’empereur entouré de l’aura de gloire et de majesté (mandorle) atteint « la ressemblance maximale au Christ [...] qui paraissait encore être permise au Moyen Age » : Hoffmann, Buchkunst (voir note 24), 1, p. 21.

28 Ibid., p. 36 et suiv.

29 P. Rück, « Die Urkunde als Kunstwerk », dans Kaiserin Theophanu, A. von Euw et P. Schreiner dir., 2, Cologne, 1991, p. 311-333. Graphische Symbole in mittelalterlichen Urkunden. Beiträge zur diplomatischen Semiotik, P. Rück dir., Sigmaringen, 1996.

30 M. Schulze-Dörlamm, Die Kaiserkrone Konrads II., Sigmaringen, 1991. La question reste débattue.

31 J. Ehlers, « Pratiques funéraires et sépultures des rois allemands de Henri Ier à Henri V », dans La figuration des morts dans la chrétienté médiévale, Cahiers de Fontevraud, 1 (1988), p. 209-222. J. Ehlers, « Grablege und Bestattungsbrauch der deutschen Könige im Früh-und Hochmittelalter », dans Braunschweigische Wissenschaftliche Gesellschaft, Jahrbuch 1989, p. 39-74. J. Ehlers, « Otto II. und Kloster Memleben », Sachsen und Anhalt, 18 (1994), p. 51-82. J. Ehlers, « Tradition und Integration. Orte, Formen und Vermittlung kollektiven Erinnerns im früheren Mittelalter », Mittelalterforschung nach der Wende 1989, M. Borgolte dir., Munich, 1995, p. 363-386. J. Ehlers, « Le pouvoir des morts : lieux de sépulture, rites funéraires et mémoire des rois allemands (Xe-XIIe siècles) », dans Lieux du pouvoir au Moyen Age et à l’époque moderne, M. Tymowsky dir., Varsovie, 1995, p. 29-59. J. Ehlers, « Magdeburg - Rom - Aachen - Bamberg. Grablege des Königs und Herrschaftsverständnis in ottonischer Zeit », dans Otto III. - Heinrich II. Eine Wende ? B. Schneidmüller et S. Weinfurter dir., Sigmaringen, 1998, p. 47-76. A. Lanzer, « Herrschertod in Brauchtum und Recht », dans Forschungen zur Rechtsarchäologie und Rechtlichen Volkskunde, L. Carlen dir., Zürich, 1983, p. 99-133. Sur les sépultures de Spire : C. Ehlers, Metropolis Germaniae. Studien zur Bedeutung Speyers für das Königtum (751-1250), Göttingen, 1996, p. 73 et suiv. Sur la signification de la plaque tombale de Rodolphe de Rheinfelden à Mersebourg : Boshof (voir note 1), p. 246, et H. Sciurie, « Die Merseburger Grabplatte König Rudolfs von Schwaben und die Bewertung des Herrschers im 11. Jahrhundert », Jahrbuch für die Geschichte des Feudalismus, 6 (1982), p. 173-183 ; cf. T. Struve, « Das Bild des Gegenkönigs Rudolf von Schwaben in der zeitgenössischen Historiographie », dans Festschrift H. Zimmermann, Sigmaringen, 1991, p. 459-475.

32 H. Keller, « Die Entwicklung der europäischen Schriftkultur im Spiegel der mittelalterlichen Überlieferung », Festschrift K.-E. Jeismann, Münster, 1990, p. 171-204.

33 J. Hannig, Consensus fidelium. Frühfeudale Interpretationen des Verhältnisses von Königtum und Adel am Beispiel des Frankenreiches, Stuttgart, 1982. H. Keller, « Grundlagen ottonischer Königsherrschaft », dans Reich und Kirche vor dem Investiturstreit, K. Schmid dir., Sigmaringen, 1985, p. 17-34.

34 J. Fried, « Der karolingische Herrschaftsverband im 9. Jh. zwischen ‘Kirche’ und ‘Königshaus’ », Historische Zeitschrift, 235 (1982), p. 1-43. Pour un autre point de vue, H.W. Goetz, « Regnum : Zum politischen Denken der Karolingerzeit », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, 104 (1987), p. 110-189. Keller, « Zum Charakter » (voir note 17). Weinfurter, Herrschaft (voir note 1).

35 Sur l’onction, A. Angenendt, « Rex et Sacerdos. Zur Genesis der Königssalbung », dans Tradition als historische Kraft, N. Kamp et J. Wollasch dir., Berlin, 1982, p. 100-118.

36 C. Brühl, « Fränkischer Krönungsbrauch und das Problem der ‘Festkrönungen’ », dans C. Brühl, Aus Mittelalter und Diplomatik, 1, Hildesheim, 1989, p. 351-412. C. Brühl, « Kronen-und Krönungsbrauch im frühen und hohen Mittelalter », ibid., p. 413-443.

37 N. Staubach, Das Herrscherbild Karls des Kahlen. Formen und Funktionen monarchischer Repräsentation im früheren Mittelalter, 1ère partie, thèse ms., Münster, 1982. N. Staubach, Rex christianus. Hofkultur und Herrschaftspropaganda im Reich Karls des Kahlen, 2e partie : Die Grundlegung der ‘religion royale’, Cologne, 1993. E. Karpf, Herrscherlegitimation und Reichsbegriff in der ottonischen Geschichtsschreibung des 10. Jahrhunderts, Stuttgart, 1985.

38 G. Althoff, Verwandte, Freunde und Getreue. Zum politischen Stellenwert der Gruppenbindungen im früheren Mittelalter, Darmstadt, 1990. G. Althoff, Amicitiae und Pacta. Bündnis, Einung, Politik und Gebetsgedenken im beginnenden 12. Jahrhundert, Hanovre, 1992. Hors de l’Empire : K. Schmid, « Zur amicitia zwischen Heinrich I. und dem westfränkischen König Robert im Jahre 923 », Francia, 12 (1984), p. 119-147.

39 Pour un bilan des discussions actuelles, H. Keller, « Schwäbische Herzoge als Thronbewerber : Hermann II. (1002), Rudolf von Rheinfelden (1077), Friedrich von Staufen (1125) », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 131 (1983), p. 123-162. U. Schmidt, Königswahl und Thronfolge im 12. Jahrhundert, Cologne, 1987. E. Hlawitschka, Untersuchungen zu den Thronwechseln der ersten Hälfte des 11. Jahrhunderts und zur Adelsgeschichte Süddeutschlands, Sigmaringen, 1987. U. Reuling, « Zur Entwicklung der Wahlformen bei den hochmittelalterlichen Königserhebungen im Reich », dans Wahlen und Wählen im Mittelalter, R. Schneider et H. Zimmermann dir., Sigmaringen, 1990, p. 227-270. A. Wolf, « Königskandidatur und Königsverwandtschaft. Hermann von Schwaben als Prüfstein für das ‘Prinzip der freien Wahl’ », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 47 (1991), p. 45-117. U. Nonn, « Geblütsrecht, Wahlrecht, Königswahl : Die Wahl Lothars von Supplinburg 1125 », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, 44 (1993), p. 146-157. J. Fried, « Die Königserhebung Heinrichs I. Erinnerung, Mündlichkeit und T raditionsbildung im 10. Jahrhundert », dans Mittelalterforschung nach der Wende 1989, M. Borgolte dir., Munich, 1995, p. 267-318. A. Wolf, « Quasi hereditatem inter filios. Zur Kontroverse über das Königswahlrecht im Jahre 1002 und die Genealogie der Konradiner », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanistische Abteilung, 112 (1995), p. 64-157. L. Vones, « Der gescheiterte Königsmacher. Erzbischof Adalbert I. von Mainz und die Wahl von 1125 », Historisches Jahrbuch, 115 (1995), p. 85-124. R. Pauler, « War König Konrads III. Wahl irregulär ? », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 52 (1996), p. 135-159.

40 Les recherches de Walter Schlesinger sur des élections royales particulières (Charles le Chauve, Henri Ier, Henri II, Rodolphe de Rheinfelden) restent importantes. Elles sont désormais réunies dans : W. Schlesinger, Ausgewählte Aufsätze, Sigmaringen, 1987, p. 173-296. Pour le XIIe siècle, U. Schmidt, Königswahl und Thronfolge im 12. Jahrhundert, Cologne 1987. Mise au point bibliographique dans l’ouvrage de Schimmelpfennig (voir note 1), p. 80-84.

41 Sur la question de la régence, Th. Kölzer, « Das Königtum Minderjähriger im fränkischdeutschen Mittelalter », Historische Zeitschrift, 251 (1990), p. 291-323. K.-U. Jäschke, Notwendige Gefährtinnen. Königinnen der Salierzeit als Herrscherinnen und Ehefrauen im römisch-deutschen Reich des 11. und beginnenden 12. Jahrhunderts, Saarebruck, 1991. J.W. Busch, « Thronvakanzen als Spiegel der Entwicklung des deutschen Reiches zwischen dem 10. und dem 14. Jahrhundert », Majestas, 3 (1995), p. 3-33.

42 E. Boshof, « Das Reich in der Krise. Überlegungen zum Regierungsausgang Heinrichs III. », Historische Zeitschrift, 228 (1979), p. 265-287. P.G. Schmidt, « Heinrich III. Das Bild des Herrschers in der Literatur seiner Zeit », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 39 (1983), p. 582-590. F. Prinz, « Kaiser Heinrich III. Seine widersprüchliche Beurteilung und deren Gründe », Historische Zeitschrift, 246 (1988), p. 529-548. Des spécialistes n’hésitent pas à mettre en doute l’existence d’une grave crise, ainsi T. Reuter, « Unruhestiftung, Fehde, Rebellion, Widerstand. Gewalt und Frieden in der Politik der Salierzeit », dans Die Salier und das Reich, S. Weinfurter dir., 3, Sigmaringen, 1991, p. 297-325, et dans une certaine mesure également H. Keller, Zwischen regionaler Begrenzung und univeralem Horizont. Deutschland im Imperium der Salier und Staufer, 1024-1250, Berlin, 1986, p. 73-85.

43 T. Struve, « Das Bild des Gegenkönigs Rudolf von Schwaben in der zeitgenössischen Historiographie », dans Festschrift H. Zimmermann, Sigmaringen, 1991, p. 123-144.

44 R. Schneider, « Wechselwirkungen von kanonischer und weltlicher Wahl », dans Wahlen und Wählen im Mittelalter, R. Schneider et H. Zimmermann dir., Sigmaringen, 1990, p. 135-171.

45 H.W. Goetz, « Dux » und « Ducatus ». Begriffs-und verfassungsgeschichtliche Untersuchungen zur Entstehung des sogenannten « jüngeren » Stammesherzogtums an der Wende vom 9. zum 10. Jahrhundert, Bochum, 1981 (2e édition).

46 K.F. Werner, « Völker und Regna », dans Beiträge zur mittelalterlichen Reichs- und Nationsbildung in Deutschland und Frankreich, C. Brühl et B. Schneidmüller dir., Munich, 1997, p. 15-43 (avec de nombreux renvois à ses travaux précédents sur le sujet).

47 J. Ehlers, Entstehung (voir note 1).

48 M. Becher, Rex, Dux und Gens. Untersuchungen zur Entstehung des sächsischen Herzogtums im 9. und 10. Jahrhundert, Husum, 1996.

49 C. Brühl, Deutschland – Frankreich. Die Geburt zweier Völker, Cologne, 1990.

50 J. Ehlers, Historische Zeitschrift 256 (1993), p. 454 et suiv. (compte rendu de l’ouvrage de Brühl, Deutschland Frankreich cité à la note précédente). Sur le couronnement d’Otton Ier à Aix-la-Chapelle et la crédibilité du témoignage de Widukind : H. Hoffmann, « Ottonische Fragen », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 51 (1995), p. 53-82 ; ici les pages 60 et suiv.

51 Keller, « Reichsstruktur » (voir note 1).

52 S. Weinturter, « Die Zentralisierung der Herrschattsgewalt im Reich durch Kaiser Heinrich II. », Historisches Jahrbuch, 106 (1986), p. 241-297.

53 Weinfurter, Herrschaft (voir note 1), p. 44 et suiv.

54 M. Werner, « Der Herzog von Lothringen in salischer Zeit », dans Die Salier und das Reich (voir note 1), 1, P· 367-473.

55 J. Ehlers, « Die deutsche Nation des Mittelalters als Gegenstand der Forschung », dans Ansätze und Diskontinuität deutscher Nationsbildung im Mittelalter, Sigmaringen, 1989, p. 11-58.

56 K. Görich, Otto III. Romanus Saxonicus et Italicus, Sigmaringen, 1993. T. Struve, « Kaisertum und Romgedanke in salischer Zeit », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 44 (1988), p. 424-454. La base documentaire utilisée naguère par Schramm a été rétrécie par H. Bloch, « Der Autor der ‘Graphia aurea urbis Romae’ », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 40 (1984), p. 55-175.

57 Sur la critique exercée par les contemporains mêmes (chez Widukind de Corvey entre autres) H. Beumann, « Imperator Romanorum, rex gentium. Zu Widukind 111,76 », dans H. Beumann, Ausgewählte Aufsätze, Sigmaringen, 1987, p. 324-340.

58 Keller, « Schwäbische Herzoge » (voir note 39) et Schmidt (note 39 également).

59 N. Kamp, « Probleme des Münzrechts und der Münzprägung in salischer Zeit », dans Beiträge zum hochmittelalterlichen Städtewesen, B. Diestelkamp dir., Cologne, 1982, p. 94-110. B. Kluge, Deutsche Münzgeschichte von der späten Karolingerzeit bis zum Ende der Salier, Sigmaringen, 1990.

60 Se reporter ici aux analyses fondamentales de la synthèse de Althoff et Keller (voir note 1). Sur l’étroite imbrication entre lignages nobles et factions nobiliaires par le culte des morts : G. Althoff, Adels-und Königsfamilien im Spiegel ihrer Memorialüberlieferung. Studien zum Totengedenken der Billunger und Ottonen, Munich, 1984.

61 G. Althoff, « Konfliktverhalten und Rechtsbewusstsein : Die Welfen in der Mitte des 12. Jahrhunderts », Frühmittelalterliche Studien, 26 (1992), p. 331-352.

62 K. Brunner, Oppositionelle Gruppen im Karolingerreich, Vienne, 1979. G. Althoff, « Zur Frage nach der Organisation sächsischer coniurationes in der Ottonenzeit », Frühmittelalterliche Studien, 16 (1982), p. 129-142. K. Brunner, « Das Bett des Königs in Magdeburg » dans Festschrift B. Schwineköper, Sigmaringen, 1982, p. 141-153. A. Krah, Absetzungsverfahren als Spiegelbild von Königsmacht. Untersuchungen zum Kräfteverhältnis zwischen Königtum und Adel im Karolingerreich und seinen Nachfolgestaaten, Aalen, 1987. E. Boshof, « Das Reich in der Krise. Überlegungen zum Regierungsausgang Heinrichs III. », Historische Zeitschrift, 228 (1979), p. 265-287. G. Althoff, « Königsherrschaft und Konfliktbewältigung im 10. und 11. Jahrhundert », Frühmittelalterliche Studien, 23 (1989), p. 265-298. F.-R. Erkens, « Fürstliche Opposition in ottonisch-salischer Zeit », Archiv für Kulturgeschichte, 64 (1982), p. 307-370.

63 Brühl, Fodrum (voir note 14). W. Metz, Zur Erforschung des karolingischen Reichsgutes, Darmstadt, 1971.

64 Althoff, « Königsherrschaft » (voir note 62). Sur la maison ottonienne, W. Glocker, Die Verwandten der Ottonen und ihre Bedeutung in der Politik, Cologne, 1989. L’opposition saxonne à Otton III était apparemment moins nombreuse qu’on ne l’avait cru jusqu’à présent : Görich (voir note 56).

65 Ph. Contamine, La Guerre au Moyen Age, Paris, 1980.

66 K.F. Werner, « Heeresorganisation und Kriegsführung im deutschen Königreich des 10. und 11. Jahrhunderts », dans Ordinamenti militari in occidente nell’alto medioevo, Spolète, 1968, p. 791-843. F. Prinz, Klerus und Krieg im früheren Mittelalter. Untersuchungen zur Rolle der Kirche beim Aufbau der Königsherrschaft, Stuttgart, 1971. L. Auer, « Der Kriegsdienst des Klerus unter den sächsischen Kaisern. I : Der Kreis der Teilnehmer », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 79 (1971), p. 316-407 ; « II : Verfassungsgeschichtliche Probleme », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 80 (1972), p. 48-70.

67 R. Schieffer, « Gregor VII. und die Könige Europas », dans La riforma gregoriana e l'Europa, vol. 1, Rome, 1989, p. 189-211. W. Imkamp, Das Kirchenbild Innozenz’III. (1198-1216), Stuttgart, 1983. G. Baaken, « Der deutsche Thronstreit auf dem IV. Laterankonzil (1215) », dans Festschrift H. Zimmermann, Sigmaringen, 1991, p. 509-521. H. Fuhrmann, « ‘Der wahre Kaiser ist der Papst.’ Von der irdischen Gewalt im Mittelalter », dans H. Fuhrmann, Einladung ins Mittelalter, Munich, 1987, p. 121-134. O. Hageneder, « Mandatum und Praeceptum im politischen Handeln Papst Innocenz’ III. » dans Proceedings of the sixth international congress of medieval canon law, S. Chodorow dir., Cité du Vatican, 1985, p. 377-390.

68 B. Smalley, The Becket Conflict and the Schools. A Study of Intellectuals in Politics in the Twelfth Century, Oxford, 1973.

69 T. Struve, « Kaisertum und Romgedanke in salischer Zeit », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters 44 (1988), p. 424-454. H.H. Anton, « Beobachtungen zur heinrizianischen Publizistik : Die Defensio Heinrici IV. Regis », dans Festschrift F.J. Schmale, Darmstadt, 1988, p. 243-261.

70 T. Struve, « Die Stellung des Königtums in der politischen Theorie der Salierzeit », dans Die Salier und das Reich (voir note 1), 3, p. 217-244. J. Vogel, Gregor VII. und Heinrich IV nach Canossa. Zeugnisse ihres Selbstverständnisses, Berlin, 1983. Les deux parties utilisèrent des arguments historiques à l’appui de leurs thèses : H.W. Goetz, « Geschichte als Argument. Historische Beweisführung und Geschichtsbewusstsein in den Streitschriften des Investiturstreits », Historische Zeitschrift, 245 (1987), p. 31-69.

71 O. Hageneder, « Weltherrschaft im Mittelalter », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 93 (1985), p. 257-278. J. Ahlers, Die Welfen und die englischen Könige, 1165-1235, Hildesheim, 1987. W. Georgi, Friedrich Barbarossa und die auswärtigen Mächte, Francfort, 1990. P. Moraw, « Heiliges Reich », dans Lexikon des Mittelalters, 4, 1989, col. 2025-2028.

72 P. Millotat, Transpersonale Staatsvorstellungen in den Beziehungen zwischen Kirchen und Königtum der ausgehenden Salierzeit, Rheinfelden, 1989.

73 F.-J. Schmale, « Lothar III. und Friedrich I. als Könige und Kaiser », dans Friedrich Barbarossa, G. Wolf dir., Darmstadt, 1975, p. 121-148 ; pour une explication plus poussée : M.-L. Crone, Untersuchungen zur Reichskirchenpolitik Lothars III. (1125-1137) zwischen reichskirchlicher Tradition und Reformkurie, Francfort, 1982.

74 Cette réévaluation est en bonne voie : Federico Barbarossa nel dibattito storiografico in Italia e in Germania, R. Manselli dir., J. Riedmann, Bologne, 1982. Friedrich Barbarossa. Handlungsspielräume und Wirkungsweisen des staufischen Kaisers, A. Haverkamp dir., Sigmaringen, 1992. O. Engels, Stauferstudien, Sigmaringen 1988. A. Bühler, « Königshaus und Fürsten. Zur Legitimation und Selbstdarstellung Konrads III. 1138 », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 137 (1989), p. 78-90.

75 L’échec se répéta avec Otton IV ; sur ce point B.U. Hucker, Kaiser Otto IV, Hanovre 1990.

76 J. Kupper, Liège et l’Eglise impériale, XIe-XIIe siècles, Paris 1982.

77 H.M. Schalter, « Das geistige Leben am Hofe Kaiser Ottos IV. von Braunschweig », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 45 (1989), p. 54-82. P. Ganz, « Friedrich Barbarossa : Hof und Kultur », dans Friedrich Barbarossa (voir note 74), p. 623-650. P. Johanek, « Kultur und Bildung im Umkreis Friedrich Barbarossas », ibid., p. 651-677. Curialitas. Studien zu Grundfragen der höfisch-ritterlichen Kultur, J. Fleckenstein dir., Göttingen, 1990.

78 W. Petke, Kanzlei, Kapelle und königliche Kurie unter Lothar III. (1125-1137), Cologne, 1985.

79 P. Csendes, Die Kanzlei Kaiser Heinrichs VI., Vienne, 1981. L’entourage de ce souverain a également été étudié : I. Seitmann, Heinrich VI. Herrschaftspraxis und Umgebung, Erlangen, 1983. Pour une partie du règne de Frédéric Ier : R.M. Herkenrath, Die Reichskanzlei in den Jahren 1181 bis 1190, Vienne, 1985 (suite de l’enquête menée en 1977 par l’auteur sur les années 1174-1180). Pour Frédéric II : M.B. Wellas, Griechisches aus dem Umkreis Kaiser Friedrichs II., Munich, 1983. Th. Koelzer, « Magna imperialis curia. Die Zentralverwaltung im Königreich Sizilien unter Friedrich II. », Historisches Jahrbuch, 114 (1994), p. 287-311.

80 Deutscher Königshof, Hoftag und Reichstag im späteren Mittelalter (12.-15. Jahrhundert), P. Moraw dir., Ostfildern, 2001 (Vorträge und Forschungen, 48).

81 Urkundenregesten zur Tätigkeit des deutschen Königs-und Hofgerichts bis 1451, 1. Die Zeit von König Konrad I. bis Heinrich VI., 911-1197, B. Diestelkamp et E. Rotter éd., Cologne, 1988 ; 2. Die Zeit von Philipp von Schwaben bis Richard von Cornwall (1198-1272), E. Rotter éd., Cologne, 1994.

82 J.F. Boehmer, Regesta Imperli, sous la direction de la Kommission für die Neubearbeitung der Regesta Imperii bei der Österreichischen Akademie der Wissenschaften und der Deutschen Kommission ftir die Bearbeitung der Regesta Imperli bei der Akademie der Wissenschaften und der Literatur zu Mainz, III. Salisches Haus (1024-1125), 2. Teil : 1056-1125, 3. Abteilung : Die Regesten des Kaiserreiches unter Heinrich IV. (1056[1050]-1 106), éd. par T. Struve, Cologne, 1984. IV. Ältere Staufer, 2. Abteilung : Die Regesten des Kaiserreiches unter Friedrich I. 1152(1122)-1190, 2. Lf. 1158-1169, F. Opll éd., Vienne, 1991.

83 Die Urkunden Friedrichs I., H. Appelt et al. éd., 1-5 (MGH, Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, vol. 10, 1-5.), Hanovre, 1975-79-85-90-90. Die Urkunden der Kaiserin Konstanze, Th. Kölzer éd.. (MGH, Die Urkunden..., vol. 11, 3.), Hanovre, 1990. Die Urkunden Heinrich Raspes und Wilhelms von Holland, D. Haegermann et J.G. Kruisheer éd., 1 (MGH, Die Urkunden..., vol. 18, 1.), Hanovre, 1989. Travail préparatoire pour les diplômes de Frédéric II : P. Zinsmaier, « Beiträge zur Diplomatik der Urkunden Friedrichs II. », Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 41 (1985), p. 101-174 ; et pour Roger II de Sicile : C. Brühl, Urkunden und Kanzlei Rogers II. von Sizilien. Mit einem Beitrag : Die arabischen Dokumente Rogers II., A. Noth éd., Cologne, 1978.

Auteur

Pierre Monnet (Traducteur)

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540