Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Deuxième partie. Mémoire

La thrace orientale et la mer Noire : géographie ecclésiastique et prosopographie (viiie-xiie siècles)1

Catherine Asdracha

Texte intégral

  • 1 Les historiens byzantins sont cités d’après l’édition de Bonn sauf indication contraire.
  • 1 Notitiae ; les renvois dans la présente étude suivent la nouvelle numérotation. Pour un résumé des (...)

1La valeur historique limitée des Notitiae Episcopatuum crée le besoin pour la géographie ecclésiastique d’avoir recours à des sources extérieures auxiliaires, aux listes historiques fournies par les synodes et les conciles ainsi qu’aux renseignements tirés des chroniqueurs, des Vies de Saints, des actes de la pratique, et autres sources ; cela n’est plus à démontrer, après la dernière édition des notices1.

  • 2 Notitiae, p. 44-45, 50-51.

2Une comparaison superficielle avec les manuels de géographie civile (Hiéroklès et Georges de Chypre) montre que les deux domaines sont bien distincts et qu’on ne peut passer sans précautions de l’un à l’autre. Cela est vrai pour la notice la plus ancienne, dite d’Épiphane (not. 1) qui offre plusieurs ressemblances de style avec Hiéroklès, mais dont les listes provinciales diffèrent notablement ; cela doit être vrai aussi pour les suivantes, bien qu’à partir des viiie-xe, siècles les listes de géographie civile n’existent plus, de sorte que le recoupement des divisions civiles par les divisions ecclésiastiques reste superficiel ou n’intéresse que quelques noms nouveaux (exarcheia). Pour la période de transition entre l’état ancien et le nouveau, qui commence à la notice 7, il faut suivre avec attention les premiers changements des listes dans les notices 3 et 4, et les comparer avec les listes des derniers grands conciles de 787, 869 et 8792. Le dernier malheureusement offre des listes de noms en désordre, ce qui leur fait perdre le principal avantage d’une liste ordonnée où apparaît la répartition des évêchés par métropole.

3Je me propose donc d’étudier les métropoles thraces d’Héraclée et d’Andrinople, et les évêchés suffragants avec les archevêchés, à savoir, l’ensemble des sièges qui couvrent la région délimitée a) au nord, par la chaîne de l’Aimos ; b) au sud, par la côte nord-égéenne et la côte nord de Propontide, avec Prokonèsos ; c) à l’ouest, par le cours de l’Hèbre ; d) à l’est, par la côte occidentale de la mer Noire, du cap Aimon à la Longue Muraille d’Anastase.

  • 3 Sur des questions analogues à celles-ci mais ayant affaire à la région voisine des Rhodopes, voir C (...)

4En ce qui concerne la limite chronologique post quem, elle se situe, d’une façon conventionnelle, à l’époque du concile de Nicée II (787), car celui-ci enregistre dans ses listes une augmentation notable du nombre des sièges dans l’éparchie d’Europe, qui passent de 8 à 15, archevêchés et évêchés compris3.

  • 4 Voir ci-dessous, et notes 13, 14.

5Bien entendu, on ne se lassera pas de répéter que la taxis ecclésiastique ignore intentionnellement les nouvelles divisions administratives, survenues après la fondation des métropoles, et qu’elle continue à inscrire celles-ci, comme les archevêchés d’ailleurs, dans le cadre des anciennes provinces romaines : Héraclée à l’éparchie d’Europe, et Andrinople à l’éparchie d’Hémimont. Pourtant — et ceci vaut particulièrement pour les notices —, Europe est souvent confondue avec l’éparchie de Thrace, ou, avec celle de Rhodope, ce qui pourrait être une faute du copiste pure et simple, si cela ne relève pas aussi d’une confusion entre notions géographiques et termes administratifs4.

6Étant donné l’étendue de la période examinée (viiie-xiie siècle compris) et les changements multiples survenus entre temps dans l’organisation thématique en Thrace, il est nécessaire, en vue de suivre le changement du côté des suffragants des métropoles et du côté des archevêchés, de distinguer, grosso modo, deux périodes à l’intérieur des cinq siècles de l’administration des thèmes :

    • 5 Le fait que le thème de Macédoine n’avait, rien à voir avec la notion géographique de la Macédoine, (...)
    • 6 Sur le thème de Thrace, constitué déjà vers 680 sur quatre éparchies de l’ancien diocèse de Thrakik (...)

    de la fin du viiie siècle, époque où se situe la création du thème de Macédoine5 par la division et la récupération de la plus grande partie du thème de Thrace, jusqu’au xe - milieu xie siècle6 ;

    • 7 Zakythinos, Études A ; Idem, Études B ; Carile, Partitio, p. 217-221, 232-239, 247-254 et passim.

    de la fin du xie siècle et, en particulier, à partir du règne d’Alexis I, qui avait procédé à la création de nouveaux thèmes, jusqu’à la fin du xiie siècle, et jusqu’en 1204, date-limite, où une nouvelle organisation thématique est mise en relief par le chrysobulle en faveur des Vénitiens (1198) et dans la Partitio Romaniae7.

  • 8 Zakythinos, Études A, p. 51.
  • 9 Idem, ibid., p. 57-59. Voir un exemple de mention explicite de ce thème, Attaleiatès, Diataxis, éd. (...)

7C’est durant cette période et, principalement, vers la fin du xie siècle, que deux nouveaux thèmes sont créés : celui d’Andrinople-et-Didymoteichon, par une dichotomie du thème de Macédoine créé à l’époque précédente ; celui d’Anchialos, fondé sur le territoire de la ville homonyme par une division faite aux dépens du thème de Thrace et comprenant aussi les villes de Mésemvria, de Sôzopolis et de Déveltos8. Vers la même époque, ce qui restait des territoires ainsi mutilés de Thrace et de Macédoine s’était uni en un seul thème, celui de la Thrace-et-Macédoine9.

8Cependant, ces deux grandes périodes de l’administration civile ne coïncident pas exactement avec l’évolution des provinces ecclésiastiques, dont les notices ne donnent pas une image continue : par exemple, l’Europe des notices 1 et 4 s’oppose à celle des notices 2 et 3 dont l’état des sièges annonce celui de la notice 7. En faisant abstraction des situations particulières, la division en deux périodes reste valable : la première s’achève au xe siècle, où la notice 7 récapitule les mouvements administratifs successifs depuis la notice 1 ; la seconde s’achève à la fin du xiie siècle, avec la période des Comnènes (notices 12-13) après laquelle les sièges provinciaux ne sont plus recensés.

  • 10 Notitiae, p. 53-55, 270.

9Regardons ainsi notre carte schématique qui trace la configuration des thèmes de la région sur la base : primo (pour la première période), de la notice 7, qui est la seule à se réclamer d’un acte officiel, à savoir de l’« acte de promulgation ou préface à la taxis » hiérarchique10 du patriarche Nicolas Ier (901-907), destiné à incorporer les sièges occidentaux qui ont été introduits dans les rangs de préséance déjà par la notice 2 ; et, secundo (pour la deuxième période), sur la base de la notice 13 (fin xiie siècle) où la liste des suffragants fait le pendant de la notice 12, qui comporte les listes des métropoles et des archevêchés, en ce qui concerne l’accroissement des sièges.

  • 11 Asdracha, Les Rhodopes au xive siècle, p. 1.

10Or, vu qu’il s’agit d’un cas dû à l’antériorité de l’administration ecclésiastique face à l’organisation thématique dans l’empire, on observera sur la carte que les limites de la juridiction des métropoles débordent les limites des thèmes en s’étendant sur les thèmes voisins11, et on aboutira aux constatations suivantes :

Éparchie d’Europe

a) Première période (viiie-xe/milieu xie siècle)

  • 12 Kyriakidès, Mélétai, p. 130-132 ; là-dessus, voir les objections d’A. Pertusi, dans son édition du (...)

11Au sujet de la délimitation nord-est des thèmes de Thrace et de Macédoine, il s’agit de savoir si le thème de Thrace avait accès à la mer de Propontide, à l’est de Rhaidestos, ou si le thème de Macédoine s’étendait jusqu’à la muraille d’Anastase, laissant au nord la frontière sud de Thrace12. Ce problème se complique par la confusion continue que les chroniqueurs byzantins font entre Thrace, notion géographique, et Thrace, division administrative, ancienne éparchie ou thème.

12A titre d’exemple, citons quelques passages ayant :

    • 13 Les deux derniers passages peuvent aussi faire allusion à l’éparchie de Thrace.

    Une connotation géographique de Thrace : « Les choses ayant tourné ainsi, les villes côtières de Thrace, Panion ainsi qu’Héraclée, ne cessaient de se ranger du côté du tyran » [Thomas le Slave] (Théophylaktos Continuatus, 714) ; « après la chute des tyrans [révolte de Thomas], les villes côtières de Thrace, Panion ainsi qu’Héraclée, ... résistaient » (Kedrènos, II, 907-13) ; « jusqu’à l’Héraclée de Thrace » (Attaleiatès, 2695) ; « Il sortit [Alexis Ier] de la reine des villes et, étant arrivé en Thrace, établit son camp près de la rivière Almyros » (Anne Comnène, Leib, I, 193) ; « en apprenant... que l’armée arriva à Tzouroulon (une petite ville située quelque part en Thrace) » (ibid., I, 739-11) ; « Quant à lui, il séjourna près de Philippoupolis, qui est une ville de l’arrière-pays de Thrace » (ibid., III, 1784-5) ; « Mais ceux-ci... il les transféra [Jean Tzimiscès, les Pauliciens]... des lieux de l’Arménie en Thrace. Et il les obligea à s’installer aux environs de Philippoupolis » [ibid., III, 17930-31, 1804)13 ; « Il [Manuel Ier] avançait vers le détroit sis près de la ville d’Abydos, où se trouve un bourg côtier de Thrace, qui eut son nom d’après le stratège des Athéniens, Rallias » (Kinnamos, 20120) ; « Des Scythes avec un contingent valaque ayant passé l’Istros... ravagèrent les bourgs de Thrace, situés près de Mesènè et de Tzouroulon [1199] » (Choniatès, Van Dieten, 49957-58).

    • 14 Voir ci-dessus et notes 5 et 6.

    Une connotation administrative (thématique) de la même région : « ... Il est allé [Saint-Pierre d’Atroa] vers les lieux de la province de Bithynie et il est arrivé chez un grand hésychaste, nommé Jacques, qui avait été évêque de γχɛλίoυ [Anchialos], de Macédoine... » (Laurent, Saint-Pierre d’Atroa, § 655-6, p. 193 ; cette forme du nom d’Anchialos est rarissime si elle n’est pas un hapax) ; « Un gel insupportable étant arrivé et l’Istros [le Danube] ayant gelé, les Petchénègues l’ont traversé et ravagé beaucoup la Mysie et la Thrace jusqu’à la Macédoine [les deux thèmes] » (Cedrènos, II, 51417-19) ; « Quelques-uns de ceux-ci (Ouzes)... vinrent à l’empereur et après avoir reçu de terre publique de la [terre] macédonienne [ = thème de Macédoine, en Thrace14]... » (Skylitzès Cont. in Cedrènos, II, 6563-657) ; « Et Nestôr... ravage et la Macédoine et la Thrace... et se retire sur la terre des Petchénègues. Et un contingent des soldats macédoniens... vint à l’empereur [Michel VII] (ibid., 71918-22) ; « Et plusieurs Macédoniens sont tombés [armée du thème de Macédoine] » (ibid., 73021) ; « Et sur les lieux macédoniens, les villes côtières... ont souffert [d’un séisme], Rhaidestos, dis-je, et Panion et même Myriophyton » (Attaleiatès, 8922-901) ; Il traversa [Constantin IX] avec des forces importantes la montagne qui s’élevait au-dessus et qui était une sorte de frontière entre le [pays] macédonien et les pays autour d’Istros » (ibid., 3717-18) ; « Et après avoir envahi [Nestor] la [terre] macédonienne avec les Petchénègues... les soldats recrutés à Andrinople n’ont pas osé lui faire la guerre » (ibid., 20722-2082) ; « Et Comnène [Alexis Ier], après avoir traversé la Macédoine [ = thème] et Voléron, arrive à Strymôn » (Bryennios, 14811) ; « Après avoir été ainsi chassés des lieux de Macédoine et de Philippoupolis, ils [les Petchénègues] campèrent près d’Istros » (Anne Comnène, Leib, II, 8825-28) ; « Et l’empereur [Manuel Ier] avança vers la ville macédonienne de Philippe » (Kinnamos, 20323-2041) ; « Ayant été divisés en quatre camps [les Coumans], attaquèrent toute la Macédoine [ = thème] ... de sorte qu’ils pillèrent plusieurs monastères en cherchant partout sur la montagne de Ganos » (Choniatès, Van Dieten, 50867-70).

  • 15 Constantin Porphyrogénète, De Thematibus, éd. A. Pertusi, p. 158-159, 163-164.

13Par conséquent, dans le cas où l’on admet, avec Pertusi, que les deux thèmes avaient en commun, comme limite est, la muraille d’Anastase15 et, donc, que le thème de Thrace était dépourvu d’accès à la Propontide, la métropole d’Héraclée et la plupart de ses évêchés se trouveraient situés dans le thème de Macédoine. Pourtant, ses évêchés de Sergentzè, au pied sud-est de la Istrandja Dagh actuelle, et de Mèdeia, sur la côte occidentale de la mer Noire, devaient être compris dans le thème de Thrace.

  • 16 Kyriakidès, Meletai, p. 132.
  • 17 De toute façon, ils étaient censés appartenir à l’éparchie d’Europe, voir infra, p. 254, 257-258. P (...)

14En revanche, si l’on pense, comme Kyriakidès16, que le thème de Macédoine ne s’étendait pas jusqu’à la muraille d’Anastase, et que la frontière avec celui de Thrace suivait une ligne allant, à l’est de Rhaidestos, vers le nord jusqu’au cours d’Erginès, la métropole d’Héraclée devait se trouver du coup incorporée dans le thème de Thrace, avec les évêchés de Sergentzè et de Mèdeia et avec ceux, plus proches, de Daônion, Théodoroupolis, Tzouroulos, Métra et Chalkis. Tous les autres évêchés (Panion, Chersonèsos-Examilion, Kallipolis, Charioupolis, Madytos et Pamphylon), Rhaidestos en tète, seraient situés dans le thème de Macédoine. Les évêchés de Lizikos et de Lithoprosôpon n’ayant pas été identifiés, on ne saurait dire dans lequel des deux thèmes ils se situaient17.

  • 18 Voir supra, p. 224-226.

15On remarquera que la seconde hypothèse au sujet de la délimitation des deux thèmes serait plus conforme, au bout du compte, à ce que disent les passages des chroniqueurs, malgré une certaine ambiguïté qui en ressort18.

b) Deuxième période (fin xie-xiie siècle)

16La question du recoupement des deux administrations ne se pose pas pour Héraclée, vu l’unification des deux thèmes concernés, qui fait que tant la métropole que tous ses évêchés se trouvent dans le grand thème de Thrace-et-Macédoine. Ceci concerne, de même, les nouveaux évêchés d’Héraclée qui figurent dans la notice 13 (en fait, déjà dans la notice 10), ceux de Péristasis et d’Athyra.

Éparchie d’Hémimont

a) Première période (viiie-xe/milieu xie siècle)

17De tous les évêchés d’Andrinople, seuls ceux de Voukellon et de Provaton, sinon aussi celui de Tzôïda, se trouvent dans le même thème qu’Andrinople, celui de Macédoine. Les autres évêchés, Vrysis, Skopelos, Voulgarophygon, et encore ceux dont la localisation reste approximative, comme Trapovizyè et Karavos, se situent dans le thème de Thrace ; tel est aussi le cas de trois premiers évêchés, c’est-à-dire, ceux de Sôzopolis, d’Agathoupolis et de Déveltos qui, situés sur la côte et sur la région avoisinante de la mer Noire, sont les évêchés les plus éloignés de leur métropole.

b) Deuxième période (fin xie-xiie siècle)

18Andrinople étant devenue elle-même le chef-lieu du nouveau thème d’Andrinople-et-Didymoteichon, et Anchialos celui du thème homonyme, la métropole voit ses évêchés « disséminés », dirait-on, encore plus, en raison de leur position dans trois thèmes différents.

19Les trois premiers évêchés cités ci-dessus se trouvent alors avec l’archevêché de Mésembria dans le thème d’Anchialos, cependant que le nouveau thème de Thrace-et-Macédoine récupère ceux qui se situaient jadis dans le thème de Thrace. Près de la métropole et dans le même thème d’Andrinople-et-Didymoteichon, lui aussi nouvellement créé, restent toujours les évêchés de Voukellon et de Provaton, celui de Tzôïda faisant partie soit du même thème soit de Thrace-et-Macédoine, vu l’incertitude de sa localisation.

  • 19 Anne Comnène, Leib, II, p. 897, 9327, 10120 et passim ; voir surtout p. 19424-1952.
  • 20 Selon Idrisi (nouv. éd. : Al-Idrisi, Opus geographicum, éd. A. Bombaci, U. Rizzitano, R. Rubinacci, (...)

20Quant aux évêchés de Goloè et de Lima, qui figurent à la fin des suffragants d’Andrinople sur la notice 13, il ne faut pas les prendre en considération, étant donné que leur citation constitue un hapax dans la tradition des notices. La ville de Goloè, dont les habitants étaient Bulgares, est connue d’Anne Comnène, qui la mentionne dans le contexte des guerres d’Alexis I contre les Petchénègues19, ainsi que de l’auteur arabe Idrisi, qui la décrit comme une ville visitée souvent par des commerçants, florissante, et située au milieu d’une plaine fertile20. Son apparition dans la notice du xiie siècle pouvait avoir des connotations historiques en liaison avec son rôle de ville forteresse aux défilés de l’Aimos et avec ses mentions dans les deux auteurs du xie et du xiie siècle, cités ci-dessus.

  • 21 Notitiae, p. 149.

21En ce qui concerne Lima, qui n’est pas connue des sources profanes, son nom devait être plutôt une déformation d’un autre nom, échu en cet endroit d’une autre province21.

22La définition des rapports entre les deux administrations demanderait sans doute quelques nuances, qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre ici. Pour l’étude des sièges épiscopaux, ces remarques générales suffisent à dégager le cadre de leur évolution et à montrer qu’il est indépendant de celui des circonscriptions civiles.

23Revenant à la seule administration ecclésiastique, examinons à l’intérieur de la période envisagée (viiie-xiie siècle) les changements qui sont enregistrés d’une notice à l’autre, et qui concernent les listes des métropoles et des archevêchés ainsi que celles des métropoles avec leurs suffragants. Bien entendu, seront également prises en compte les listes conciliaires qui, pourtant, présentent de sérieuses lacunes entre le concile de Nicée II (787) et le concile anti-photien de 869/870, et dont le témoignage ne peut être que relatif, en raison de l’irrégularité des présences.

I. — LES MÉTROPOLES

  • 22 Sur l’Église d’Héraclée (ancienne Périnthos, l’actuelle Eregli), voir la bibliographie étendue d’An (...)
  • 23 Sur l’évolution du rang de la métropole d’Andrinople ainsi que sur ses suffragants et ses prélats, (...)
  • 24 Notitiae, Index grec, s.v. ράϰλɛια, δριανoύπoλις. Les choses se passent différemment à partir de (...)

24Héraclée et Andrinople22, érigées en métropoles, la première au début et la seconde à la fin du ive siècle, sont restées presque immuables dans les notices, dès la notice l23. Ceci est valable principalement pour Héraclée, qui détient toujours le 3e rang, cependant qu’Andrinople, qui occupait le 31e rang dans la notice 1, voit son rang se stabiliser au n° 40, à partir de la notice 7, en raison des modifications intérieures provoquées par l’arrivée des nouveaux sièges occidentaux24.

  • 25 Notitiae, l36, 235, 340, 436, 531, 631 ; ibid., p. 57, note 3, p. 74 ; Darrouzès, Nicée, p. 15.
  • 26 Honigmann, Synekdèmos, 6362 ; cf. ibid., p. 4-5. Notitiae, l445, 2513 , 4463 ; ibid., p. 57, n. 3, (...)

25Reste le problème de la deuxième métropole d’Hémimont, Markianoupolis, qui est présente dans l’ancienne notice, de 1 à 6, mais qui disparaît dans la notice 7 (sauf sur trois manuscrits qui pourtant donnent des listes probablement plus tardives que celles de cette notice) ; elle est également absente des listes conciliaires de Nicée II (787)25. La ville est classée par Hiéroklès comme la première ville de l’éparchie de Mysie inférieure, et, par la suite, c’est une autre ville de la même éparchie — qui fut en même temps l’un des suffragants de Markianoupolis dans la notice ancienne —, Dorostolon ou Dristra (l’actuelle Silistria), qui devint métropole à son tour, en 1071 (notice 1173)26.

LES ARCHEVÊCHÉS

  • 27 Sur une meilleure précision de la date de la notice 7, pendant le premier patriarcat de Nicolas Ier(...)
  • 28 Sur la situation respective en Asie Mineure, vers la même époque, voir Vryonis, Asia Minor, p. 34.

26Le nombre des archevêchés qui correspondent au territoire des anciennes éparchies d’Europe et d’Hémimont est relativement très grand par rapport à l’étendue de l’espace examiné et au nombre des villes existantes. De 10 (Prokonèsos inclus) dans la notice 2 (viiie-ixe siècle) et déjà dans la notice 1, ils passent à 15 dans la notice 7, au début du règne de Léon VI et sous le patriarcat de Nicolas Ier27, un nombre qui dépasse même celui des archevêchés de toute l’Asie Mineure28.

  • 29 Une explication possible de ce phénomène serait que le patriarche avait bien besoin de conseillers (...)

27Certes, il s’agit là d’un rééquilibrage au profit des sièges occidentaux, qui avait déjà commencé à se manifester dans la notice 2 au niveau des évêchés. Il n’en reste pas moins vrai qu’il faut y voir aussi une volonté politique de renforcer la cohésion de cette partie de l’empire, espace vital de Constantinople, rendu vulnérable face aux invasions venant du Nord (en l’occurrence, face aux Bulgares de Syméon). Cette volonté impériale se trouva associée à l’aspiration du patriarche d’asseoir son pouvoir personnel en Thrace d’une façon plus effective, à travers l’accroissement des sièges dépendant de lui directement, et indépendamment de l’importance des villes concernées29.

28Alors que la notice 7 subit la perte d’Anchialos, les nouveaux sièges qui s’y inscrivent sont ceux de Rhousion, de Vrysis, de Nikè et de Karavizyè.

Vizyè

  • 30 Sur l’histoire de la ville, voir S. Lakidès, στoρία τῆς ἐπαρχίας Bιζύης ϰαὶ Mηδείας ἀπò τῶν ἀρχαιο (...)
  • 31 Notitiae, Index grec, s.v. Bιζύης. Sur l’archevêché, en général, voir Laurent, V/1, p. 635 ; DGHE, (...)

29Le siège de cette ville (l’actuelle Viza, en Thrace orientale)30 figure comme le premier archevêché thrace de la Taxis dans toutes les notices. Soumis à l’éparchie d’Europe, où il fut l’un des suffragants d’Héraclée déjà au ve siècle, Vizyè détient la 3e place sur la liste des archevêchés (not. 1 à 5), après ceux d’Odessos et de Tomis31. Dans la notice 7, avec la perte d’Odessos et de Tomis et l’entrée des nouveaux sièges thraces, il prit la tête de la liste des archevêchés d’une façon continue, avant de passer sur celle des métropoles, au xive siècle (notice 19).

  • 32 Darrouzès, Nicée, p. 19-20. Voir Honigmann, Synekdèmos, 6363, 6371. Cf. Jireček, Pǎtuvanija, p. 880 (...)

30Il est à remarquer que la ville détenait déjà le premier rang dans deux listes du concile de Nicée, en raison encore de l’absence d’Odessos et de Tomis32, liée apparemment aux invasions des Bulgares et à la création de leur État sur la frontière nord de l’empire, qui entraîna la perte des anciennes éparchies de Moesia inferior et de Scythie, à partir de 679/680.

  • 33 Mansi, XII, col. 994D ; ibid., XVI, col. 191 » ; XVII A, 373E ; Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Grumei., (...)

31Les listes conciliaires de 787, de 869 et de 879 mises à part, Vizyè est présente aussi sur certaines listes synodales du xie siècle (1028, 1072, 1082, 1094) que recoupe la notice 11, ainsi que sur plusieurs listes du xiie siècle (1117, 1143, 1147, 1169, 1170, 1192), auxquelles correspond plus ou moins la notice 1233.

Arkadioupolis

  • 34 L’ancienne Vergoulè, voir Samothrakès, Lexikon, s.v. ρϰαδιούπολις ; cf. Zakythinos, Études A, p. 5 (...)
  • 35 Notitiae, Index grec, s.v.

32L’archevêché d’Arkadioupolis (l’actuelle Lule-Burgas)34, venant toujours après Vizyè dans les notices et soumis, lui aussi, à l’éparchie d’Europe, détient la 11e place jusqu’à la notice 7, où, en raison du réarrangement général, il est projeté au numéro 7, avant de figurer comme métropole (85e) dans la finale de la notice 1235.

  • 36 Mansi, XII, col. 994E ; ibid., XVII A, col. 373C ; cf. Darrouzès, Nicée, p. 20.
  • 37 Grumel, n° 840.
  • 38 Idem, nos 1000 (où il corrige en 1116 la date (1071) proposée par Uspenskij, Mnenija, p. 158 et 288(...)

33Sa présence dans les listes conciliaires se manifeste en 787 et en 87936, cependant que son titulaire figure sur plusieurs listes synodales : sur une seule pourtant au xie siècle, en 103237 ; plusieurs au xiie siècle : 1116, 1147, 1157, 1166 (mention certaine du rang d’archevêché), 1168, 1170, 1171, son inscription en 1191 restant ambiguë38.

  • 39 Papadopoulos-Kerameus, Xiphilin, p. 75 ; Sakkeliôn, DIEE, 3, 1889, 419-422 ; cf. Grumel, n° 1179. S (...)

34Sa promotion en métropole, bien qu’elle ne soit pas confirmée par des mentions explicites des listes synodales du xiie siècle, eut lieu, très probablement, sous le règne d’Isaac II ; celui-ci avait, semble-t-il, créé six métropoles de plus (de 1185 à 1189), relançant après un arrêt de presque un siècle, le mouvement des promotions qui avait été ralenti à la fin du xie siècle, par Alexis Comnène39.

  • 40 Vryonis, Asia Minor, p. 201 et note 368.
  • 41 Notitiae, p. 127 ; Darrouzès, Transferts, n° 51 et p. 207-209.

35Le siège d’Arkadioupolis fut lié, par deux fois et de façon différente, aux vicissitudes des guerres, en Orient comme en Occident. Pendant les dernières années du xie siècle, sous l’empereur Alexis I et sous le patriarche Nicolas III (1084-1111), un archevêque de Léonto-polis d’Isaurie, probablement du nom de Léon (voir ci-dessous, p. 279), fut transféré à Arkadioupolis, en raison apparemment de l’impossibilité de regagner son siège après Mantzikert et le déferlement des Turcs en Asie Mineure40. Il n’est pas sûr qu’il a porté, en plus de son propre titre, celui de proèdre (d’Arkadioupolis), décerné d’habitude au détenteur d’un second siège, à partir de la fin du xiiie siècle ; pourtant, l’existence d’un autre précédent de cumuls, en 1105 (celui de « métropolite et archevêque d’Alania et Sôtèropolis ») rend le cas d’« archevêque de Léontopolis et proèdre d’Arkadioupolis » moins invraisemblable en soi41.

  • 42 Idem, Notes inédites, p. 1591-3 ; Idem, Transferts, n° 60 : πὶ τῆς βασιλείας σααϰίου τοῦ γγέλου (...)

36C’est un processus contraire qui survint sous le règne d’Isaac II Ange, avec la donation d’Arkadioupolis en supplément (épidosis) à Grégoire de Nyssa d’Asie42, qui, lui, pouvait, certes si les circonstances le lui permettaient, rester à son propre siège, administrant Arkadioupolis uniquement par des visites.

37La difficulté que présente ce texte à propos de « Jean de Bulgarie », identifié à juste titre avec le tsar Kaloyan, qui pourtant monta sur le trône en 1197, à savoir deux ans après la fin du règne d’Isaac II, pourrait, me semble-t-il, se résoudre si l’on considérait qu’il s’agit ici du second règne d’Isaac II, en 1203-1204, et que l’annotateur ou le copiste a simplement omis le nom de son co-empereur, Alexis IV.

38Quant à l’adjectif « ϰοινῆς » de la deuxième ligne du texte, utilisé comme qualificatif de l’Église d’Arkadioupolis, on ne peut pas hésiter à opter pour la lecture ϰενῆς (vide, déserte) que donne aussi l’apparat critique. En effet, la ville d’Arkadioupolis elle-même est mentionnée dans plusieurs sources profanes contemporaines comme une ville qui se vidait de ses habitants, tantôt devant l’une, tantôt devant l’autre armée étrangère ; parfois, encore, ce fut l’une ou l’autre armée qui évacua la ville.

  • 43 Ansbert, p. 6220-26 ; Historia Peregrinorum, p. 14712-18.
  • 44 Villehardouin, La Conquête, II, § 337, 390 ; l’armée des Vénitiens fut obligée par deux fois d’aban (...)

39Ainsi, en 1190 déjà, les Croisés de Barberousse, sur leur route vers Constantinople, en attaquant la ville la trouvèrent vide d’habitants et de vivres, sauf quelques petites quantités de céréales et de vin43. Plus proches de notre document, de pareilles mentions se rapportent aux heurts survenus entre les Croisés, qui essayaient de prendre possession des villes de Thrace, et les Grecs qui s’étaient ralliés aux Bulgares de Kaloyan : en mars 1205, l’armée des Vénitiens, auxquels la ville avait échu d’après la Partitio Romanie, en entrant dans Arkadioupolis (l’Archadiople des textes latins), l’ont trouvée vidée de ses habitants, qui abandonneront aussi la ville, en juin 1205, devant Henri de Flandres44.

  • 45 Darrouzès, Notes inédites, p. 162, 164.

40En ce qui concerne le rang qui devait être celui de Nyssa et d’Arkadioupolis, au moment de cette épidosis, la date de la promotion d’Arkadioupolis en métropole ayant été attestée par des sources extérieures suggère que Nyssa aurait fait, elle aussi, partie des sept métropoles créées par Isaac II, et que, donc, cette donation aurait suivi le schéma le plus normal, de l’égalité des rangs : métropole donnée en plus à un métropolite45.

Prokonèsos

  • 46 M. Gedeôn, Προιϰόνησος, ἐϰϰλησιαστιϰ παροιϰία, ναο ϰα μοναί, μητροπολται ϰαὶ ἐπίσϰοποι, Constan (...)
  • 47 Notitiae, l55, 259, 456, 560, 875. Voir les objections de l’auteur à propos de l’identification de (...)
  • 48 Schwartz, Acta Conciliorum, I/1, 2, p. 427, 5880 ; Gerland-Laurent, Les listes conciliaires, 7092 ( (...)

41L’inscription de l’archevêché de Prokonèsos (l’actuelle Marmara adasi : dans l’archipel ouest de la mer de Propontide)46 présente quelques curieuses variantes, relevant, peut-être, soit de fautes de lecture des compilateurs, soit d’une confusion avec la position géographique de Prokonèsos dans l’archipel, proche de la côte micrasiatique et, notamment, de Cyzique. Ainsi, dans les notices 1, 2, 4 et 5, et dans certains manuscrits de la notice 8, l’archevêché est soumis à une éparchie fictive de Nèsos47 tandis que, dans la notice n° 3, il se range sous l’éparchie d’Hellespont (Cyzique), détenant donc une place semblable à celle qu’il avait jadis détenue comme suffragant de Cyzique, en 431 et en 451, sur les listes conciliaires d’Éphèse et de Chalcédoine48.

  • 49 Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Mansi, XVII A, col. 373D ; Grumel, nos 833, 835, 839, 896 (xie s.) ; 1072 (...)

42Son rang d’archevêché est attesté en 787 et en 879, sur plusieurs listes synodales du xie siècle (1027, 1028, 1030, 1066) et du xiie siècle (1166, 1170, 1186), avant son érection en métropole, en 128549.

Sèlyvria

  • 50 Pour la bibliographie sur la ville, son Église et ses monuments, voir Anastasiou, Bibliographie, s. (...)
  • 51 Notitiae, Index grec s.v. Ce siège cependant, à l’instar d’Arkadioupolis, continue à figurer dans c (...)
  • 52 Mansi, VII, col. 121A ; 433C (451) ; Honigmann, Synekdèmos, n° 6321 ; cf. E. Honigmann, The origina (...)
  • 53 Notitiae, p. 129, 131-132 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 9219 ; Idem, Notes inédites, p. 161. Cf (...)
  • 54 Grumel, nos 840, 897 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 74-75, 77, 79.

43Oscillant entre la 19e et la 22e place dans les notices 1 à 5, l’archevêché de Sèlyvria (l’actuelle Silivri)50 de l’éparchie d’Europe, a détenu la 11e et la 10e place respectivement dans les notices 7 et 8, avant de se présenter, avec Mésemvria, Milètos et Apros, dans la finale des métropoles : notice 1251. C’est dire que Sèlyvria, qui avait été au ve siècle l’un des premiers évêchés d’Héraclée sous le nom d’Eudoxioupolis52, fut parmi les dernières créations métropolitaines (82 à 84, elle-même 83e) de la fin du règne de Manuel I, et, certainement, avant 1168, comme en témoignent les listes synodales de 1168, 1169 et 117053. Autres mentions des listes, concernant celles-ci l’archevêché : en 1032, 1067, 1157, 116654.

Apros

  • 55 L’une des stations de la partie orientale de la Via Egnatia, Apros était située, d’après Villehardo (...)
  • 56 Notitiae, Index grec, s.v.

44L’archevêché d’Apros (προι, πρως, πρων, dans la région de Kermian actuel55) de l’éparchie d’Europe, qui détient d’une façon plus ou moins continue la 22e place sur les notices 1 à 5, passe au numéro 14 dans la notice 7, juste avant le premier archevêché thrace nouveau de Rhousion56. Son rang ultérieur de métropole présente cette particularité, qu’il est le dernier numéro (84) des dernières créations de Manuel Comnène, qui occupent la finale de la notice 12 et des suivantes.

45Il est vrai que, dans quelques copies de la notice 15 (xiie-xiiie siècle), la place d’Apros est instable, vu la dislocation des quatre dernières métropoles (81 Mésemvria, 82 Milètos, 83 Sèlyvria, 84 Apros) sur les diverses recensions de cette notice ainsi que sur les notices postérieures.

  • 57 Darrouzès, Notes inédites, p. 161-162 ; Idem, Listes Synodales, p. 75, 92, note 19 ; L’édition des (...)
  • 58 Notitiae, p. 116, 128-134. Grumel, nos 1119, 1152. Cf. Darrouzès, Variations, p. 29.

46Cependant, sa vraie place (84e) figure bien dans des manuscrits de la notice 12, qui s’avère le seul témoin de l’ordre historique réel des nouvelles fondations57. Car, cet ordre, notamment au sujet de Sèlyvria et d’Apros, confirmé par les témoignages des listes synodales contemporaines de la notice 12, permet de cerner la date de la fondation de la métropole, qui se situe après le mois de janvier 1171 (dernière mention de l’archevêché) et avant 1179 (première mention de la métropole), ainsi que la date de la finale de la notice elle-même58. La débâcle byzantine en Asie Mineure, consécutive à la bataille de Myriokephalon (1176) obligea l’empereur à transférer le centre de gravité en Europe, privilégiant d’abord et surtout la région toute proche de la capitale.

  • 59 Mansi, XII, col. 994B, E ; Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Mansi, XVII A, col. 373D ; Grumel, nos 826, 83 (...)

47Cela dit, relevons sur les listes synodales la présence de l’archevêché qui, les conciles de 787 et de 879 mis à part, se manifeste principalement pendant le xie (1019, 1027, 1028, 1032, 1072) et le xiie siècle (1168, 1169, 1170, 1171 [janvier])59.

  • 60 Ibid., 1445 ; Darrouzès, Variations, p. 26.
  • 61 Voir surtout l’étude exshaustive de V. Vasiljevskij, Vizantija i Pečenegi, Žurnalj Ministerstva nar (...)

48A l’instar du transfert Léontopolis/Arkadioupolis mentionné ci-dessus, il faut noter le cas plus composite du transfert, vers la fin du xie siècle, de l’évêque d’Axioupolis, probablement l’un des cinq évêchés de Dristra cités dans la notice 14 (Nil Doxapatrès)60, à Avydos, et l’addition peut-être en supplément d’Apros. Ceci pourrait signifier que l’évêque d’Axioupolis, ayant quitté ou ne pouvant pas regagner son siège en raison, selon toute probabilité, des invasions des Petchénègues sur la frontière nord et bien en deçà61, fut transféré à Avydos, alors évêché, recevant ensuite comme supplément, à savoir, en épidosis, l’archevêché assez proche d’Apros.

  • 62 Darrouzès, Transferts, p. 182, n° 53, p. 208-209 : Τ ξιουπόλεως σχολάζοντι δόθη πρότερον Ἄϐυδο (...)

49Compte tenu du jeu de la hiérarchie à l’intérieur des différents rangs ecclésiastiques, cela a dû se passer avant la promotion d’Avydos en métropole, c’est-à-dire, avant 1082, et pendant le temps où Apros tenait encore le rang d’archevêché. Dans ce cas-là, la titulature probable « métropolite et archevêque d’Avydos et d’Apros » dut prendre effet seulement après la promotion d’Avydos en métropole62.

Rhousion

  • 63 La ville devait se trouver à l’est de Kypsella, mais non pas entre l’actuelle Malgara et Rhaidestos (...)

50L’enregistrement de Rhousion (l’actuelle Rusköy, près de Keşan, identifiée souvent avec elle)63 dans les diverses recensions des notices présente quelques anomalies.

  • 64 Notitiae, 766.
  • 65 Ibid., 880, 10678, 687 ; cf. p. 115.

51D’abord cet archevêché tient la tête (15e) parmi les nouvelles créations thraces qui entrent dans la notice 7, bousculant l’ordre existant64. L’inscription à la 15e place de la liste des archevêchés figure aussi sur la notice 8, cependant que dans la notice 10, Rhousion est faussement inscrite, d’une part, comme évêché de Kolôneia, d’autre part, comme métropole65.

  • 66 Ibid., 1180, 100 ; 1277 : T Ρούσιον, Ρωσία Πρεσθλάϐα ; cf. p. 122, 124-125. Sur les doublets qui (...)

52Les irrégularités continuent sur la notice 11, où Rhousion est doublement enregistrée : comme métropole (76e), confondue pourtant avec la métropole éphémère de Preslava ( = Perejaslav) de Russie, une erreur facilement explicable par la similitude des noms Rhousion/ Rhôssia, et qui continue dans la notice 12 ; et comme archevêché, un enregistrement qui persiste dans les notices suivantes66.

  • 67 Notitiae, 13787.

53Par ailleurs, la mention fausse de Thrace au lieu d’Europe, sous laquelle s’inscrit Rhousion sur la notice 1367, doit être due à la confusion déjà relevée entre Thrace, éparchie ecclésiastique, et Thrace, aire géographique, où évidemment se trouve Rhousion.

  • 68 Gouillard, Jean l’Italien, 1378 ; cf. Grumel, nos 925-927.
  • 69 Ibid., n° 942.
  • 70 Ibid., nos 839, 840, 897 ; Oikonomidès, Décret, p. 61.

54Rhousion apparaît pour la première fois comme métropole dans le groupe de celles qui furent fondées au xie siècle : notice 11, n° 77. Mais les listes synodales contredisent la date de fondation qui découle de la place de Rhousion avant Lakédaimonia et Attaleia, dont la date est connue par ailleurs (1082). En effet, les listes synodales de mars 108268 et de novembre 110169 mettent clairement Rhousion parmi les archevêchés. D’autres mentions de l’archevêché avant qu’elle ne passe en métropole : en 1030, 1032, 1067, 107270.

Kypsella

  • 71 Selon T. Tafel (De Via Egnatia, p. 56-58), Ipsala devait être identifiée non pas avec Kypsella, vil (...)
  • 72 Notitiae, Index grec, s.v. Κύψαλ(λ)α/ελα. Cf. Laurent, V/1, p. 651-652.
  • 73 Darrouzès, Nicée, p. 20. Grumel, nos 804, 833, 839, 1109-1110, 1119, 1120 ; Gouillard, Un chrysobul (...)

55Cette petite ville (l’une des stations de la partie orientale de la Via Egnatia, l’actuelle Ipsala71) fut très tôt dotée d’un archevêché, qui oscillait entre la 23e et la 27e place de la liste, depuis la notice 1 jusqu’à la notice 5, avant de passer à la 16e place dans la notice 7, juste après le premier nouvel archevêché thrace de Rhousion. Contrairement à la plupart des autres archevêchés thraces, Kypsella ne fut pas promue en métropole et même il rétrograda au rang d’un évêché de Vrysis, sous l’occupation latine72. Son rang d’archevêché est confirmé par plusieurs listes synodales : en 787 (concile de Nicée II), 997, 1027, 1030, 1079, 1170, 117173.

Nikè

  • 74 Éd. Leib, II, 9322, 1261012, 20125 (pour faire la distinction d’avec Nicée, en Asie Mineure) ; cf. (...)
  • 75 V. Grumel, L’envoyé de Photius au Catholicos Zacharie : Jean de Nikè, REB, t. 14 (1956), p. 169-173 (...)
  • 76 Notitiae, Index grec, s.v. Νίϰη (Νίϰαια, Νιϰίτζα). PG, CXL, col. 269B ; Grumel, nos 1085, 1120 ; cf (...)

56Deuxième archevêché thrace nouveau à entrer dans la notice 7 (18e), Nikè, Nikaia ou Nikitza (l’actuelle Hafsa, la Mikra Nikaia d’Anne Comnène74), fut l’un des suffragants d’Andrinople (v. là-dessus, p. 227) dans la notice 3, quoiqu’il fût classé sous Héraclée dans deux listes conciliaires de Nicée II (787). Sa promotion en archevêché était déjà survenue sous le premier patriarcat de Photius (858-867)75. Bien que sa présence dans la liste des archevêchés soit continue, Nikè ne figure pas sur les listes synodales jusqu’à la deuxième moitié du xiie siècle : 1166, 1169, 117176.

Mesènè

  • 77 Voir l’analyse de ces cas, dans Darrouzès, Variations, p. 36-38.
  • 78 L’emplacement de l’ancienne ville pouvait être celui de l’actuelle Caristiran, sur le Bogaz-köy der (...)
  • 79 Notitiae, Index grec, s.v. Δρηζίπαφα. DHGE, t. 14 (1960), col. 798-799 (R. Janin).

57Cet archevêché ne peut pas être considéré séparément de celui de Drèzipara auquel il succéda à un moment donné. Il s’agit, en fait, d’un cas de deux noms, l’un ancien, l’autre nouveau, réunis dans les documents par ἤτοι, sans indication d’un rapport quelconque avec la réalité historique77. Ainsi, Drèzipara78 est le nom ancien de l’archevêché cité sous l’éparchie d’Europe dans la notice ancienne, de 1 à 5 (31e place, principalement), sa soumission à l’éparchie de Mysie inférieure sur la notice 3 étant sûrement l’une des inexactitudes de cette compilation79.

  • 80 Choniatès, Van Dieten, 49957-58, 62956 ; Cantacuzène, III, 6423, 679 ; Doukas, 31324. Il ne faut pa (...)
  • 81 Notitiae, 471, 574, 284, 773, voir Index grec, s.v. Μεσήνη.
  • 82 Ibid., 12110, 111.

58Le nom nouveau de Mesènè80, qui commence à être associé à Drèzipara par ἤτοι dans les notices 4 et 5, avait figuré seul, au n° 43, parmi les ajouts en finale de la notice 2, et ceci se reproduisit, d’une façon stable, à partir de la notice 781. Une exception pourtant est à relever dans certains manuscrits de la notice 12 : Drèzipara apparaît pour la dernière fois avec Mesènè (18e), juste en dessous d’elle, mais sans aucune particule les joignant82. Cette persistance du nom de Drèzipara à la fin du xiie siècle ne constitue certes qu’une répétition livresque de la notice, étant donné que la ville de Drèzipara avait depuis longtemps disparu, cependant que l’existence de Mesènè est attestée dans une série de sources extérieures (voir ci-dessous, note 80).

  • 83 Darrouzès, Nicée, p. 19-20 ; Mansi, XVII A, 373C ; Oikonomidès, Décret, p. 61. Notitiae, p. 126, 13 (...)

59Quant au témoignage des listes conciliaires, Drèzipara et Mesènè apparaissent séparément, la première au concile de 787, la seconde à celui de 879, tandis que, ensuite, le titulaire de Mesènè est présent, de façon très espacée, dans certaines listes synodales (1072, 1170)83.

Garella

  • 84 Elle devait être située entre Apros et Rhaidestos, plus près d’Apros, cf. Cantacuzène, I, 12317, 13 (...)
  • 85 Mansi, XVI, col. 158D ». 192C ; Notitiae, Index grec, s.v. Γάρελ(λ)α. DHGE, 19, 1981, col. 1257-125 (...)

60L’ambiguïté du rang archiépiscopal de cette ville84 ne s’effacera que dans les listes conciliaires de 869 et sur la notice 7, où elle figurera au numéro 23, qu’elle allait détenir depuis dans les notices suivantes, avec une tendance à la promotion85.

  • 86 Darrouzès, Nicée, p. 54-55 ; Notitiae, p. 14, 27, 32. Garella devait, appartenir comme Mesènè et, D (...)

61Le siège existe, semble-t-il, depuis le viiie siècle, quoique avec des enregistrements différents : il est l’un des quatre derniers évêchés d’Andrinople d’Hémimont (Pervéris, Pamphylon, Skopélos, Garella) sur les listes conciliaires de 787 ; mais il passe avec les trois autres sous Trajanoupolis de Rhodope dans la notice 3, ce qui est contraire à la tendance de cette compilation à suivre, plus ou moins, le concile mentionné. Qui plus est, il figure comme archevêché de Thrace parmi les 3 ajouts en finale (Dérkos, Mesènè, Garella) de la notice 2, qui est censée avoir intégré un certain nombre de nouveautés du viiie siècle, concernant surtout les éparchies occidentales86.

  • 87 Mansi, XIX, col. 1044D ; ibid., XXI, col. 584D », 588A ; Holtzmann, Unions-verhandlung, p. 619 ; cf (...)

62Mentions de l’archevêché dans les listes synodales du xie et du xiie siècles : 1066, 1089, 1143, 118687.

Vrysis

  • 88 Elle serait située au sud-est de Saranta-Ecclessiai, entre celle-ci et Vizyè, sur la route d’Andrin (...)

63La difficulté que présentent les enregistrements de cet archevêché dans les notices et dans les listes synodales, la question du doublet mise à part, est aussi liée à des problèmes de localisation de la ville elle-même (probablement, l’actuelle Bounar Hisar)88. Or, à un certain moment, Vrysis commença à figurer sous deux noms, ceux de Mikra et de Megalè Vrysis, ce qui suggère évidemment l’existence de deux agglomérations bien différentes quoique voisines.

  • 89 Carile, Partitio, p. 22072(Provintia M[i]cr[a] et Megali Brisi), 266 ; cf. Zakythinos, Études B, p. (...)
  • 90 PG, 119, col. 780-781 ; t. 138, col. 389D ; cf. Grumel, n° 1098 ; Darrouzès, Variations, p. 35.
  • 91 Lambros, Catalogue, t. I, p. 279.

64Pourtant, cet état de choses ne se manifesta d’une façon nette que tardivement dans des sources telles que la Partitio Romanie89. De même, dans les sources ecclésiastiques, c’est à propos d’un synode ayant eu lieu pendant le patriarcat de Loukas Chrysovergès (1157-1170), que sont citées Mikra et Megalè Vrysis, la première comme archevêché, la seconde comme évêché90. Par ailleurs, l’archevêché de Mikra Vrysis est mentionné seul dans une notice d’un codex du monastère de Koutloumousiou, de 116991.

  • 92 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, 3165. Cf. DHGE. t. 10 (1938), col. 999-1000 (R. Janin).
  • 93 Mansi, XVII A, col. 373C ; Notitiae, 775,630, et p. 72, 286.

65Ceci dit, Vrysis, en tant que telle, constitue un des cas de doublets les plus stables des notices. En effet, elle figure parmi les nouveaux évêchés de la métropole d’Héraclée dans la notice 3, qui enregistra apparemment la création des nouveaux sièges en Thrace, attestée déjà au concile de 787, mais qui ne remontait pas au-delà du début du viiie siècle, tout au plus, de la fin du viie siècle92. Cependant, l’archevêché de Vrysis, qui a fait son apparition au concile de 879, a passé parmi les nouveaux archevêchés de la notice 7, au numéro 24, retenant en même temps son rang d’évêché, mais, cette fois, sous Andrinople d’Hémimont, dans la même notice93.

  • 94 Ibid., Index grec, s.v. Βρύσις ; ibid., p. 149, 170, 286.

66Ce dernier doublet, qui se répète dans toutes les notices suivantes jusqu’à la création de la métropole, au xive siècle94, peut signifier la coexistence effective d’un archevêché Mikra Vrysis et d’un évêché Megalè Vrysis. Mais, le manque de données supplémentaires provenant de sources extérieures et concernant l’évolution de la ville de Vrysis ne nous permet pas de trancher sur ce point, tout au moins en ce qui concerne la période antérieure au xiie siècle.

  • 95 Oikonomidès, Décret, p. 5839, 61 ; Gouillard, Jean l’Italien, 1377 ; Uspenskij, Deloproizvodstvo, p (...)

67Quoi qu’il en soit, l’archevêché de Vrysis est cité dans la série des listes synodales du xie et du xiie siècle : 1027, 1028, 1072, 1082, 1143, 1156, 1166, 1170, 117195.

Dérkos

  • 96 Sur la ville et sur sa région en général, voir A. Gianniou, Ἀπ τν νατολιϰὴν Θρᾴϰην. Ἡ παρχία Δέ (...)

68Absent de la notice 1, l’archevêché de Dérkos (Délkos, Dérkoi, l’actuelle Terkos96), figure dans la finale de la notice 2 (viiie-ixe siècle) au numéro 42, avec deux autres archevêchés de l’« éparchie de Thrace », Mesènè et Garella.

  • 97 Notitiae, 283, 390. Sur l’alternance Thrace/Europe, voir supra, p. 222.
  • 98 DHGE, t. 14 (1960), col. 314 (R. Janin).

69Pourtant, son inscription dans l’éparchie d’Europe, selon la notice 3 (36e) serait plus conforme aux termes ecclésiastiques qui reproduisent les anciennes éparchies romaines, l’« éparchie de Thrace » de la notice 2 provenant apparemment d’une confusion avec le thème de Thrace existant à cette époque, et dans lequel était située la ville de Dérkos97. Ceci est d’ailleurs confirmé par le fait que Dérkos fut évêché d’Héraclée d’Europe avant d’être promue archevêché98.

  • 99 Darrouzès, Nicée, p. 20-21 ; Mansi, XVII A, col. 373C ; Notitiae, 776.
  • 100 Ibid., Index grec, s.v., Grumel, nos 804, 839, 844, 925, 927, 1082 (xe et xie s.) ; Gouillard, Jean (...)

70L’archevêché est présent dans les listes conciliaires de 787 et de 879/880, et, comme on pouvait s’y attendre, dans la notice 7, au numéro 2599. Sa place parmi les archevêchés varie peu dans les notices postérieures, et il figure régulièrement à partir de la fin du xe siècle jusqu’à la fin du xiie siècle dans les listes synodales : 997, 1030, 1038, 1082, 1116, 1157, 1166, 1171, 1177, 1192, 1197100.

Karavizyè

  • 101 Le site n’a pas été identifié. Il semble, toutefois, que Karavizyè était située dans la région de V (...)
  • 102 Notitiae, Index grec, s.v. Καραϐιζύη, et p. 72. On rencontre aussi les formes Aravizyè, Karavizè, A (...)
  • 103 DHGE, t. 11 (1949), col. 975 (R. Janin). Voir ici p. 231 et 261.
  • 104 Grumel nos 839, 869, 967 ; Mansi, XX, col. 1105B (1094, date rectifiée : cf. Laurent, V/3, p. 135 ((...)

71C’est l’un des nouveaux archevêchés présentés par la notice 7, au numéro 27 ; Karavizyè101 continue depuis lors à être présente dans les notices, sa place montant au numéro 16 dans la notice 15102. Son identification avec Vizyè étant exclue, puisqu’elles se trouvent toutes les deux dans les mêmes listes avec des titulaires différents103, il reste à relever la présence de son titulaire sur les listes synodales des siècles examinés : 1030, 1054, 1094, 1140, 1143, 1147, 1156, 1157104.

Ainos

  • 105 Sur la ville d’Ainos et sur ses environs, voir Asdracha, Les Rhodopes, p. 120-124 et 201. Carile, P (...)
  • 106 Notitiae, Index grec, s.v. Ανος (notices 1 à 8).

72Devenue très tôt l’un des archevêchés de l’éparchie de Rhodope, puisqu’elle est déjà présente dans la notice 1 (d’Épiphane), au numéro 30, Ainos (l’actuelle Enez)105 continue à figurer sur les listes des archevêchés, à peu près à la même place, jusqu’à la notice 7, où elle recule au numéro 43 devant les nouveaux arrivés106.

  • 107 Ibid., 3170, 560-561 et p. 24, 27
  • 108 Laurent, V/1, p. 614-615 ; P. Géôrgantzès, Ἡ μητρόπολις Τραϊανουπόλεως ϰαα πισϰοπα ατς, Xant (...)

73Sa présence éventuelle sur les listes des suffragants d’Héraclée sous un nom déformé (Aimon) et, encore, comme suffragant de Trajanou-polis sous les noms Dénou/Ténou sur la même notice 3, cependant qu’elle est inscrite sur les listes des archevêchés de cette notice107, constitue apparemment un autre cas de doublet évêché/archevêché tout à fait habituel ; et cela, d’autant qu’Ainos fut un suffragant de Trajanoupolis avant d’être promue archevêché108.

  • 109 Ficker, Erlasse, p. 2632 ; cf. Grumel, n° 840. Sur la signification que revêt sa place peu normale (...)

74Un autre doublet, archevêché/métropole cette fois-ci, que l’on remarque dans la notice 11, est dû au passage d’Ainos dans la liste des métropoles, survenu déjà en 1032109. Ainsi, elle fut la première nouvelle métropole thrace (au numéro 62), dont la promotion se situe bien avant les autres promotions de la fin du xie siècle.

  • 110 Mansi, XVII A, col. 373C ; ibid., XX, col. 1105B ; cf. Grumel., n° 967 (1094, date rectifiée, voir (...)

75L’archevêque d’Ainos assiste au concile de 879, tandis que la présence de son métropolite est relevée dans une série de listes synodales, au xie et surtout au xiie siècle : 1094, 1145, 1156, 1158, 1164, 1166, 1169, 1170, 1171, 1173110.

Mésemvria

  • 111 Sur l’histoire de la ville en général, voir M. Constantinidès, Μεσημϐρία τοΕξείνου, I, Athènes (...)

76Le cas de l’Église de cette ville (l’actuelle Nesebăr, sur la côte occidentale de la mer Noire)111 constitue un exemple très typique de la force de l’habitude dans les enregistrements des notices, le doublet évêché/archevêché ayant résisté longtemps aux révisions et même ayant été remplacé par la suite, quoique dans un moindre degré, par le doublet archevêché/métropole.

  • 112 Mansi, XI, 653C ; Notitiae, 170,439 ; 274,507 ; 392,583 ; 472,458 ; cf. ibid., p. 28, 33, 44 ; Darr (...)
  • 113 Notitiae, 795 et p. 286621.
  • 114 Ibid., 8111, 11130. Cf. 12126 (archevêché au numéro 33 et 30).

77Ainsi, l’archevêché de Mésemvria (32e-33e), attesté déjà au concile de 680/681, coexiste dans la notice ancienne, de 1 à 4, sous la même éparchie, l’Hémimont, avec Mésemvria, premier évêché de la métropole d’Andrinople112. La notice brève 5 ne donnant que la liste des métropoles et celle des archevêchés, où l’on trouve Mésemvria au numéro 32, la situation ne se clarifie que dans la notice 7 : Mésemvria y figure seulement comme archevêché, ayant disparu enfin de la liste des suffragants113. Pourtant, elle est dernière parmi les autres archevêchés thraces, au numéro 44, où elle se maintiendra encore dans les listes 8 et 11, après avoir cédé sa place aux nouveaux arrivés114.

  • 115 Grumel, n° 1007 ; cf. Notitiae, p. 131. Il semble que sa fondation eut lieu bien avant 1140, voir i (...)

78Sa promotion au rang de métropole survenue presque un siècle après celle d’Ainos (1032), est attestée pour la première fois au synode de 1140, où elle figure entre la métropole d’Amastris et l’archevêché de Karavizyè115.

  • 116 Ibid., 1282, 1582.

79Cette nouvelle création des Comnène se répercutera dans la notice 12, au numéro 81, place qu’elle retrouvera dans la notice 15, aux côtés de Rhousion, Milètos, Sèlyvria et Apros, à la finale de certaines recensions qui correspondent aux dernières années du règne de Manuel Comnène116.

  • 117 Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Mansi, XXI, 552C, 584D ; cf. Grumel, nos 835, 869, 1011, 1038 ; Darrouzès(...)
  • 118 Rhallès-Potlès, V, p. 309-310 ; Papadopoulos-Kérameus, Analekta, II, p. 364-365, 371. Cf. Notitiae, (...)

80Son archevêque siège au concile de Nicée II (787) et on le retrouve sur les listes synodales de 1030 et de 1054, cependant que le titulaire de la métropole assiste aux synodes de 1143, 1156, 1157, 1166, 1170117. A ces dernières mentions, il faut apparemment ajouter celles qui concernent le synode de 1147, où Mesènè serait une fausse lecture pour Mésemvria, et de 1191, qui restitue la métropole à la place qui lui convient118.

Anchialos

  • 119 Sur la ville d’Anchialos, voir A. Diamantopoulos, Ἀγχίαλος, Archeion, t. 19 (1954), p. 1-145. Sur s (...)
  • 120 Notitiae, 156, 260, 377 et 587, 457, 561 ; cf. ibid., p. 28, 73 ; Darrouzès, Variations, p. 26. D’a (...)

81Omise comme archevêché dans la notice 7, l’Église d’Anchialos (l’actuelle Pomorie, au sud de Nesebăr)119 continue d’être absente des notices jusqu’à la fin du xie siècle. Évêché de Rhodope sur l’ancienne notice, de 1 à 2 et de 4 à 5, au numéro 18-19, ce n’est que dans la notice 3 qu’elle se présente par un doublet, propre à cette notice, à savoir, comme archevêché (23e), d’Europe cette fois-ci, et comme suffragant d’Andrinople d’Hémimont, la dernière éparchie étant en fait la seule appartenance correcte120.

  • 121 Notitiae, 11146 ; son enregistrement en finale se répète sur la notice 12141 ; ibid., p. 125-126, 1 (...)

82Sa réapparition comme dernier archevêché (42e) sur la liste de la notice 11, et notamment à sa finale, qui est la plus authentique pour la fin du xie siècle, doit être considérée comme une création nouvelle, quoiqu’un peu dévalorisée en comparaison avec sa place plus élevée au ixe siècle121.

  • 122 Voir supra, p. 225.
  • 123 Zakythinos, Études A, p. 58-59 ; Études B, p. 173, où l’auteur restitue Anchialos à la place de Vra (...)

83Toutefois, vu la grande importance qu’avait acquise la ville pendant les guerres d’Alexis I contre les Petchénègues122 et la constitution de sa région en thème autonome vers cette époque123, il est plus probable que la nouvelle création est liée d’une certaine manière à cet état de choses.

  • 124 Mansi, XVII A, col. 376E. Notitiae, p. 125-126.
  • 125 P. Ioannou, Eustrate de Nicée. Trois pièces inédites de son procès (1117), REB, 10, 1952, p. 31. Gr (...)

84L’archevêque d’Anchialos assiste et signe au concile de 879, mais aucun titulaire ne figure sur les listes synodales, de 997 à 1101124. Plus tard pourtant, on signale la présence d’Anchialos dans les listes de 1117, 1166, 1170 et 1197, tout en remarquant que son archevêque occupait d’habitude la dernière place, après le titulaire d’Hèraklès (Kyvista)125.

85En terminant ce bref aperçu des archevêchés de la région concernée, je peux faire quelques remarques générales :

86Parmi les archevêchés examinés, deux d’entre eux seulement, Arkadioupolis et Karavizyè occupent leur rang depuis le début des notices ; tous les autres furent d’abord d’évêchés suffragants, soit d’Héraclée d’Europe, soit d’Andrinople d’Hémimont, soit de Traja-noupolis de Rhodope.

87De ce fait, quelques-uns d’entre eux présentent des cas de doublet « évêché/archevêché » (Vrysis en tant que telle, Ainos, Mésemvria, Anchialos dans la notice 3) ; Ainos forme en plus un doublet « archevêché/métropole », avant sa stabilisation dans ce dernier rang ; quant aux doublets « évêchés/archevêché » et « archevêché/métropole » que présente Rhousion sur les notices 10 à 12, ils sont dus plutôt à des fausses lectures (voir supra, p. 237).

88Par ailleurs, on peut relever deux cas de transfert : celui de Léontopolis/Arkadioupolis et celui, plus complexe, d’Axioupolis/ Avydos/Apros, qui pouvait en fait avoir été un acte de transfert, Axioupolis/Avydos, completé d’un acte d’épidosis, Avydos/Apros (voir ci-dessus, p. 236).

  • 126 Ibid., 13746-794 ; 1461-70.

89Ensuite, il faut bien préciser que ceux des archevêchés qui passent au rang de métropole aux xie-xiie siècles, restent, comme d’ailleurs toutes les autres créations des Comnène et d’Isaac II Ange, des sièges sans suffragants. Cela est particulièrement illustré dans certains recensions de la notice 13, ainsi que dans la notice 14, à savoir l’opuscule géographique de Neilos Doxapatrès (1142/1143)126.

  • 127 Ibid., 1471-73 : Κα α ρχιεπισϰοπα α ποϰείμεναι τ θρόν Κωνσταντινουπόλεως ϰαμηδεν μητροπο (...)

90En effet, les rédacteurs des recensions A et S de la notice 13 et Doxapatrès ne se contentent pas d’enregistrer, comme d’habitude, purement et simplement, les métropoles n’ayant pas de suffragants parmi toutes les autres, mais ils déclarent textuellement qu’elles n’ont pas de sièges subordonnés ; de plus, Neilos traite de la même façon les archevêchés, précisant, bien que cela ne fut pas nécessaire dans un contexte byzantin, qu’ils ne sont soumis à aucun métropolite, ni n’ont pas d’évêchés soumis à eux127.

91Les métropoles de notre région citées ainsi sont :

92dans la notice 13, celles d’Ainos, de Madyta, de Rhousion, de Mésemvria, de Sèlyvria et d’Apros ;

  • 128 Notitiae, 13787 : τῇ τοῦ Ρουσίου τῆς Θρᾴϰης θρόνος ὑποϰείμενος οὐϰ ἔστι ; de même, 13772, 778, 791, (...)

93dans la notice 14, celles d’Ainos et de Mésemvria128.

94Il est intéressant enfin de relever, du point de vue du langage, la similitude d’expression entre ces textes et certaines recensions des notices plus tardives, de 17 à 21 (xive-xve siècle) : celles-ci sont plus riches que ne l’ont été les notices antérieures en notes explicatives et détaillées qui se proposent de faire état des changements, surtout des pertes, qui allaient se multipliant au cours de ces siècles critiques pour l’empire.

ÉVÊCHÉS SUFFRAGANTS

  • 129 Cf. Notitiae, p. 142, 158.

95Je procéderai à l’examen des évêchés sur la base de la notice 7, non seulement en raison de son caractère officiel, mais aussi parce que : primo, elle constitue la notice qui rompt complètement avec la liste ancienne en ce qui concerne les suffragants (mais aussi les métropoles et les archevêchés), surtout pour les sièges occidentaux, y compris ceux de la région examinée ; secundo, parce que, contrairement à ce que l’on pouvait attendre, les notices suivantes (de 9-10 et de 13-14), certains cas nouveaux mis à part, ne présentent pas de changements d’ordre historique relevant de l’état réel des sièges à une date proche de la composition des notices129.

HÉRACLÉE D’EUROPE

96D’une manière générale, une première augmentation des sièges se manifeste dans la notice 2, où ils passent de 5 à 8 par rapport à la notice dite d’Épiphanios, et une deuxième augmentation dans la notice 3, qui peut, pour cette métropole précise, se rapprocher de la notice 7 et dont presque tous les noms se trouvent déjà au concile de 787.

  • 130 Ibid., 2139-141, 3163, 165-169. Sur le prétendu évêché Αμου qui vient après Mèdeia, voir ci-dessus (...)

97Les nouveaux venus de la notice 2 sont ceux de Lizikos, Tzouroulos et Théodoroupolis, les nouveaux de la notice 3, Daônion, Vrysis, Métrai, Chalkis, Charioupolis et Mèdeia130.

Théodoroupolis

  • 131 G. L. F. Tafel., Symbolarum criticarum geographiam byzantinam spectantium partes duas. Pars prior : (...)
  • 132 Notitiae, 2141, 7155, et Index grec, s.v. Θεοδωρούπολις ; ibid., p. 24. Darrouzès, Nicée, p. 30 ; I (...)

98Dernier évêché des trois ajouts qui figurent à la finale de la notice 2, les deux autres étant Lizikos et Tzouroulos, Théodoroupolis (emplacement probable près de l’actuelle Kineklü)131 est citée aussi dans les listes de Nicée II ; par contre, elle est absente paradoxalement de la notice 3, puis elle prend la tête des suffragants d’Héraclée dans la notice 7, une place qu’elle conservera dans les notices suivantes132.

Rhaidestos

  • 133 Notitiae, l122, 4131. Les mentions de la ville, port principal de la Propontide pour le commerce de (...)
  • 134 Notitiae, 2138, 3173, 7156, et Index grec, s.v.αιδεστός. Cf. Laurent, V/1, p. 218-219.

99Cinquième et dernier évèché d’Héraclée de la notice 1, une situation reprise dans la notice 4, Rhaidestos (l’actuelle Tekirdağ, sur la côte nord-ouest de la Propontide)133, après avoir subi des changements de place en raison des additions de sièges dans les notices 2 et 3, elle commence à se stabiliser à partir de la notice 7, au deuxième rang après Théodoroupolis134.

  • 135 Darrouzès, Nicée, p. 30. Attaleiatès, Diataxis, Gautier, lignes 526/527 : ... ϰαὶ ὁ ναὸς τοῦ ρχιστ (...)

100Citée dans les listes conciliaires de 787, elle a constitué l’un des plus stables évêchés d’Héraclée, et son siège devait être établi, d’après Attaleiatès, à l’emplacement de l’église de Rhaidestos, dite « de l’Archistratège »135.

Panion

  • 136 Sur la ville de Panion, nom attesté aussi dans l’Antiquité, et sur son identification avec l’ancien (...)
  • 137 Notitiae, 7157 : ibid., Index grec, s.v.
  • 138 Schwartz, Acta Conciliorum, t. III, p. 233 ; cf. Laurent, 5683 V/1, p. 222. L’ambiguïté de ce passa (...)

101Premier évêché d’Héraclée, de la notice 1 à 4, Panion ou Panidos (l’ancienne Visanthè, l’actuelle Barbaros136), céda sa place à Théodoroupolis dans la notice 7, s’étant inscrite même après Rhaidestos, au troisième rang, qui, depuis lors, fut le sien sur les notices suivantes137. Faudrait-il identifier Panion à l’ancien évêché de Théodosioupolis, dont un évêque est cité, en 536, en association avec Panion par la particule conjonctive ἤτοι : ἐπίσϰοπος Πανιτν τοι Θεοδοσιουπολιτν138 ?

  • 139 Darrouzès, Nicée, p. 30. Pous ses prélats, voir infra, p. 293-294.

102Quoi qu’il en soit, le titulaire de Panion figure nommément sur les listes conciliaires de 787, et l’on connaît plusieurs autres noms de ses prélats, surtout aux xie et xiie siècles139.

Chersonèsos/Hexamilion

  • 140 Darrouzès, Variations, p. 36-38 et aussi p. 11.
  • 141 En fait, il s’agissait de deux villes voisines, situées à l’endroit le plus étroit de la côte thrac (...)
  • 142 Notitiae, 7158 ; ibid., p. 64, 104. Darrouzès, Nicée, 189E, 190D, 1717 (p. 65) ; ibid., p. 30 (Hexa (...)

103A l’instar de l’équivalence Drèzipara/Mesènè de l’éparchie d’Europe et d’autres équivalences du même genre140, Chersonèsos/Hexamilion (ce dernier : l’ancienne Lysimachia, l’actuelle Eksamil141) forme une alternance variable à partir de la notice 7, où le second nom figure pour la première fois dans ces documents. Il avait déjà fait une première apparition sur les listes de signature du concile de 787, où justement Chersonèsos n’était pas représentée, la seule Chersonèse présente dans certaines listes du concile étant l’évêché homonyme de Crète142.

  • 143 Notitiae, l120, 2136, 3171, 4129 (celle-ci étant revenue à la liste restreinte de la notice 1) ; ib (...)
  • 144 Mansi, XVII A, col. 376B. Notitiae, 17134, 18154, 19132 ; cf. DHGE, t. 12 (1953), col. 636 (R. Jani (...)

104Dans la notice ancienne, de 1 à 4, l’évêché figure exclusivement sous le nom de Chersonèsos, qui est seul une dernière fois dans la notice 9, suivi depuis lors du nom d’Hexamilion, en lignes séparées ou jointes à lui par ἤτοι143. Hexamilion, présent aussi dans les actes du concile photien de 879, fut toujours un évêché d’Héraclée avant de devenir archevêché, puis métropole, au cours des guerres civiles du xive siècle144.

Kallipolis

  • 145 Notitiae, 1119, 2135, 3162, 4128.
  • 146 A ne pas confondre avec Kal(l)ipolis que Basile I construisit en Calabre, en y installant des popul (...)
  • 147 Notitiae, 7159 ; v. Index grec, s.v.
  • 148 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, 17129, 18153, 19130. La présence de la métropole sur les listes (...)

105Deuxième évêché d’Héraclée sur la notice ancienne de 1 à 4145, Kallipolis ou Kallioupolis (l’actuelle Gelibolu)146 passe au sixième rang dans la notice 7, s’inscrivant depuis lors après Chersonèsos/ Hexamilion147. Présente au concile de 787, elle garda son rang d’évêché jusqu’à la fin du xiie siècle, époque à laquelle, semble-t-il, a lieu sa promotion en métropole148.

Charioupolis

  • 149 Voir l’impossibilité d’identifier Charioupolis avec le Casal[e] Chortocopi de la Partitio Romanie ((...)
  • 150 Notitiae, 388, 168 ; ibid., p. 23, 24. Cf. Laurent, V/1, p. 237-238 ; DHGE t. 12 (1953), col. 415-4 (...)

106Suffragant d’Héraclée de fondation relativement tardive, Charioupolis (l’actuelle Hayrabolu)149 figure parmi les nouvelles créations de la notice 3, tout en étant inscrite (34e) sur la liste des archevêchés de la même notice ; mais cette inscription parmi les archevêchés est une erreur manifeste de cette notice où les anomalies abondent150.

  • 151 Mansi, XVII A, col. 377D ; Darrouzès, Nicée, p. 30. Notitiae, 7160 ; ibid., Index grec, s.v. Χαριού (...)

107Son rang d’évêché se stabilisa à partir de la notice 7 ; cependant, sa création devait remonter au milieu du viiie siècle, puisque son titulaire figurait déjà dans les listes conciliaires de 787 : sa présence est aussi signalée dans la liste de 879151.

Chalkis

  • 152 Notitiae, 3167 ; ibid., p. 24. Sur le problème de l’identification de la ville, voir M. Sarantès (...)
  • 153 Notitiae, 7161 ; Index grec, s.v. Χαλϰίς. Sur les difficultés qui avaient été provoquées déjà à l’é (...)
  • 154 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; P.G., t. 138, col. 213D ; cf. Grumel, n° 1118. Bien entendu le manque de (...)

108Faisant partie des nouvelles augmentations de la notice 3, l’évêché de Chalkis152 ne se stabilisa dans les notices qu’à partir de la notice 7, au huitième rang des suffragants d’Héraclée153. Pourtant, sa création devait remonter au viiie siècle, puisque son titulaire signa comme assistant au concile de 787, ce qui ne se renouvela que beaucoup plus tard, au synode de 1170154.

Daônion

  • 155 Notitiae, 3163 ; ibid., p. 24. Sur la relation de Daônion avec la muraille ancienne connue comme Da (...)
  • 156 Notitiae, 7162 ; Index grec, s.v.
  • 157 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Mansi, XVII A, col. 376A DHGE, t. 14 (1960), col. 77 (R. Janin).

109Autre nouveau nom de la notice 3, l’évêché de Daônion ou Δανεον (l’actuelle Eski Eregli)155 réapparaît parmi les nouveaux venus sur la notice 7, au neuvième rang qui alterne avec le huitième dans les notices suivantes, selon que Chersonèsos/Hexamilion sont enregistrées ensemble ou séparément156. Son titulaire figure dans les listes des signatures des conciles 787 et 879157.

Madytos

  • 158 La ville de Madytos, située sur la côte est de la Chersonèse, disposait d’un petit port, cf. Psello (...)
  • 159 Voir supra, p. 249-250.
  • 160 Darrouzès, Nicée, p. 30.
  • 161 Notitiae, 1121, 2137, 3172, 4130 (Kyla) ; 7163, 959, 1059 (Madytos). Cf. DHGE, t. 12 (1953), col. 1 (...)

110Le cas de Madytos ou Madyta (l’ancienne Madytos, l’actuelle Eceabad, autrefois Maydos ou Mayto, d’après le nom grec158) illustre la répétition du phénomène très connu de l’équivalence des sièges, à l’instar de Chersonèsos/Hexamilion, évêchés de deux villes voisines, situées également en Chersonèse de Thrace159. Cependant, à l’encontre de ceux-ci, Madytos, l’évêché nouveau, n’est pas associé dans les notices avec l’ancien évêché de Κολα ou Κύλα () par ἤτοι, si ce n’est dans d’autres documents, à savoir, certaines listes du concile de 787 : Μάδυτα τοι Κύλα, le second nom désignant ici l’appellation ancienne160. Kyla, le quatrième évêché d’Héraclée dans la notice ancienne (sauf dans la notice 3, où il est douzième en raison des augmentations) n’est remplacée définitivement par Madytos que dans la notice 7, disparaissant complètement depuis lors161.

  • 162 Notitiae, p. 123, 124 et note 4 ; ibid., 1170, 1268. Grumel, nos 938, 943 ; Dölger, Regesten, n° 10 (...)
  • 163 Voir supra, p. 231-232.

111Devenue très tôt métropole (68e), sous l’empereur Constantin X Doukas (1059-1067), Madytos ne quittera pas dorénavant les listes métropolitaines, malgré les réticences du métropolite d’Héraclée, qui avait réussi à obtenir de Nicéphore Botaneiatès un chrysobulle envisageant la restitution de son ancien suffragant162. Or, il est certain que cette exigence, qui répondit à un mouvement général des anciennes métropoles contre l’abus des créations nouvelles qui les privaient d’une partie considérable de leurs ressources, ne fut pas exaucée par Alexis Ier auquel elle fut adressée. Cependant, cette contestation des métropolites contribua à freiner considérablement, pendant presque un siècle, les promotions nouvelles des sièges163.

  • 164 Notitiae, 13778 : τ Μαδύτων Χερρονήσου, ποσπασθείσης ράϰλείας τς Ερώπης, θρόνος οὐϰ πόϰειται (...)

112Il est à remarquer que la succession « évêché/métropole » dans les notices ne présente pas de doublet dans le cas de Madytos qui, non seulement fut radiée des listes épiscopales sur la notice 13, mais il y est dit textuellement qu’elle fut arrachée à la métropole d’Héraclée et qu’elle-même ne dispose pas de suffragants164.

  • 165 Uspenskij, Mnenija, p. 331 (date corrigée en 1089 par Grumel, n° 952) ; Mansi, XXI, col. 600A601A ; (...)

113Quelques mentions de la présence du métropolite de Madytos sur les listes synodales du xie et surtout du xiie siècles : en 1089, 1143, 1144, 1169, 1170, 1171165.

Pamphylon

  • 166 Idem, Nicée, p. 54-55. L’emplacement de la ville est censé avoir été près du cours d’Erginès, un pe (...)

114Absent dans les notices 1 et 2, ainsi qu’aux conciles antérieurs à celui de 787, le siège de Pamphylos (ou Pamphilon, près de l’actuelle Uzun köprü) figure sur les listes de ce concile parmi les suffragants d’Andrinople166. Attribué faussement à la métropole de Trajanoupolis dans la notice 3, avec trois autres évêchés d’Hémimont (Pérveris, Skopélos et Garella), il s’est stabilisé sous la métropole d’Héraclée dans les notices 7 et suivantes.

  • 167 Notitiae, 3562, 7164, cf. Index grec, s.v. Πάμφιλον/Πάμφυλον ; ibid., p. 27, 75 ; Darrouzès, Variat (...)

115Pamphylon et Sergentzè, qui constituent les deux nouveaux ajouts aux sièges d’Héraclée dans la notice 7, par rapport à ceux des listes de 787, sont aussi attestés dans les listes de 879167.

Mèdeia

  • 168 La plus méridionale, après Dérkos, parmi les villes portuaires de la còte thrace occidentale de la (...)
  • 169 Notiliae, 3169 », 7165 ; Index grec, s.v. Mήδεια.

116Inconnu des listes conciliaires et cité pour la première fois dans la notice 3, l’évêché de Mèdeia (l’ancienne Salmydessos, l’actuelle Midye168) est reconduit dans la notice 7 et figure dorénavant d’une façon régulière parmi les suffragants d’Héraclée169.

  • 170 Voir Lakidès, Vizyè et Mèdeia, 53-63.

117Au xive siècle, elle passe au rang des archevêchés et, ensuite, à celui des métropoles : elle est unie à la métropole de Vizyè à partir du xvie siècle170. On ne lui connaît que des titulaires postérieurs à notre époque ; un Méthode « de Mèdaiou » qui assiste au concile de 879 (Mansi, XVII A, col. 376A) n’appartient pas à la liste de Mèdeia (comme dans Stamoulis, Catalogues, p. 143) mais à celle de Mèdaion/ Midaïon, évêché de Synada, en Phrygie Salutaria (cf. Notitiae, 4353, 7412, 9294, 10348, etc.).

Lizikos

  • 171 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, Index grec, s.v. La localisation du site, probablement mais pas (...)

118Premier des trois nouveaux inscrits dans la notice 2 (après Tzouroulos et Théodoroupolis), l’évêché de Lizikos (ou Lizika) est surtout attesté par la signature de son titulaire dans les listes conciliaires de 787 ; il ne cesse désormais d’être cité dans les notices, parmi les derniers suffragants d’Héraclée171.

Sergentzè

  • 172 En fait, le nom d’Istrandja est la variante turque du nom bulgare de la montagne, Strandža, dont la (...)
  • 173 Mansi, XVII A, col. 377A ; Notitiae, p. 75 ; Darrouzès, Variations, p. 11.
  • 174 Notitiae, 7167 ; cf. Index grec, s.v.

119Inconnu des conciles antérieurs à celui de 879, l’évêché de Sergentzè (ou Sergentzion, l’actuelle Istrandja, au pied de la montagne Istrandja (Dagh), au nord-ouest du lac de Dérkos172) figure dans les listes de ce concile, tout comme Pamphylon, quoique pas très proche de lui173. Cité dans les notices pour la première fois dans celle de Léon VI, il n’a pas cessé depuis lors de figurer sous la juridiction d’Héraclée174.

  • 175 Voir infra, p. 257.

120Sous Nicolas III Grammaticos (1084-1111), l’évêché d’Athyra, selon l’opuscule des transferts, « reçut » celui de « Sergentzès » ; cela peut signifier que l’évêque passa d’un siège à l’autre, mais aussi que celui d’Athyra reçut en plus (épidosis) celui de Sergentzè175.

Métrai

  • 176 Elle fut un bourg fortifié près de la rivière Mélas, cf. Cantacuzène, III, 3204. Sur la ville et su (...)

121L’un des nouveaux sièges de la notice 3, l’évêché de Métrai (l’actuelle Çatalca)176 fut en fait fondé déjà au viiie siècle, puisque la signature de son titulaire est apposée dans les listes de 787. Sa présence dans les notices est régulière après la notice 7, bien que cela n’eût plus une grande importance, du fait de la raréfaction des listes des métropoles comportant des suffragants.

  • 177 Darrouzès, Nicée, p. 30 : Nоtitiае. З166, 7168 ; Index grec. s.v. Мέτρα ; cf. ibid., p. 104, note 1

122Pendant la période turque se produisit une union avec Athyra attestée par une compilation du xviie siècle, la notice 13 de Parthey177.

Tzouroulos

  • 178 Bourg important fortifié, construit sur une colline au pied de laquelle coulait l’affluent, d’Ergin (...)
  • 179 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, 2140, 7169 ; ibid., Index grec, s.v. Tζουρουλόν, où figurent au (...)

123L’évêché de Tzouroulos (ou Tzouroulon, l’ancienne Syrallon, l’actuelle Çorlu178) est attesté dans les listes de 787 : il s’introduisii dans la notice 2 et se stabilisa comme dernier évêché d’Héraclée dans les notices 7 et 9. Sa place a varié en raison des nouvelles additions des évêchés de Péristasis et d’Athyra, avant de devenir lui-même archevêché, dans la foulée des promotions des Églises thraces survenues pendant le xive siècle179.

124En terminant ce bref tour d’horizon des suffragants d’Héraclée, suivant leur ordre dans la notice 7, il n’est pas inutile d’ajouter deux autres évêchés qui sont apparus à certains moments sous la juridiction de cette métropole, dans les notices 10 et 13, les évêchés de Péristasis et d’Athyra ; un troisième, celui de Lithoprosôpon, a été classé en Europe dans la notice 3.

Péristasis

  • 180 Sur le problème très compliqué de la datation des différentes recensions de cette notice, voir Noti (...)
  • 181 Sur la côte nord de la Propontide, dans la région de Ganochôra. En fait, l’identification de Périst (...)
  • 182 Notitiae, 1055, 1369 ; ibid., p. 104 et note 1, 144 ; Darrouzès, Variations, p. 11.

125L’un des deux nouveaux (avec Athyra) à figurer dans la notice 10 (qui remonte en gros au xie siècle180), l’évêché de Péristasis (l’ancienne Tiristasis, l’actuelle Hosköy181) y fit sa première apparition, entre Kallipolis et Charioupolis, au sixième rang ; cependant, la notice 13 met Péristasis et Athyra en finale182.

  • 183 Ficker, Erlasse, p. 27 ; Grumel, n° 840. Notitiae, 2190. Sur la ville de Myriophyton, située au sud (...)

126Au xie siècle, le siège est associé à celui de Myriophyton dès sa première mention datée : la liste synodale de 1032. La même titulature apparaît beaucoup plus tard, dans la notice de l’époque turque, toujours parmi les suffragants d’Héraclée, et le titre double devient aussi celui d’une métropole moderne (Péristasis-et-Myriophyton)183.

Athyra

  • 184 Bourg fortifié, situé entre Sèlyvria et Bègion, sur le lac d’Athyra, où débouche la rivière homonym (...)
  • 185 Notitiae, 1066, 1370. Même place sur la notice fictive 16 (140e) et sur celle de l’époque turque (2 (...)

127Aussi récent que Péristasis à paraître sur la notice, Athyra (ou Athyras, l’actuelle Büjük Çekmece)184 est inscrite dans les dernières notices (10 et 13), et à la dernière place, ce qui laisse entendre que l’évêché ne doit pas être bien ancien, car il est inconnu avant le xie siècle. Dans la notice 13, en particulier, une recension la favorise en omettant Péristasis185.

  • 186 Darrouzès, Transferts, p. 18252 ; ἐπίσϰoπος Ἀθύρα ἔλαϐε τὴν Σεργέντζην ; ibid., p. 207 ; cf. Noti (...)

128Comme je l’ai dit à propos de Sergentzè, l’évêque d’Athyra, inconnu des conciles, « reçut » cet évêché au cours du patriarcat de Nicolas III ( 1084-1111), ce qui a constitué un cas spécial, qui allait à l’encontre des autres cas de transfert de la même époque : comme les deux sièges d’Héraclée sont très proches l’un de l’autre, cette mention ne pouvait signifier un vrai transfert d’un prélat qui aurait perdu son siège antérieur (voir les exemples Léontopolis/Arkadioupolis et Axioupolis/Avydos/Apros, concernant la même région, supra, p. 232 et 236) ; compte tenu aussi de l’ambiguïté du terme ἔλαϐεν (qui alterne ailleurs avec ἐδόθη) et, surtout, de l’absence dans ce cas précis du participe οχολάζων, qui s’emploie, par contre, pour les prélats de Léontopolis et d’Axioupolis, on est enclin à y voir une donation en supplément de Sergentzè à l’évêque d’Athyra186.

  • 187 PG, t. 138, col. 212V Voir V. Laurent. L’œuvre canonique du Concile in Trullo (691-692), REB, t. 23 (...)

129Rappelons, dans un autre sens, que ce même prélat est cité par le canoniste Balsamôn comme exemple d’usurpation des droits d’un autre diocèse, en l’occurrence celui de Sèlyvria, où le titulaire d’Athyra avait fait des ordinations contrevenant aux canons de Carthage et du concile In Trullo187.

Lithoprosôpon

130Inconnu par ailleurs, l’évêché de Lithoprosôpon figure uniquement et d’une manière équivoque dans les listes de 787 : d’abord en finale de la liste de présence (330e), entre les évêchés de Lévédos et d’Arkadioupolis d’Asie ; mais dans la liste des signatures (120e), il se trouve entre deux suffragants d’Héraclée, Lizikos et Hexamilion.

  • 188 Darrouzès, Nicée, p. 30, 57-58, 68 ; Notitiae, 3664.

131La notice 3 inscrit ce nom sous la métropole de Philippoupolis, mais en compagnie de trois autres noms : Markéla, Dékatéra et Lévédos ; qui n’ont rien à voir avec la Thrace et dont deux au moins (Dékatéra et Lévédos) sont tirés de la même source que Lithoprosôpon, c’est-à-dire des listes de Nicée (787). Il y a une chance sur deux pour que cette localité soit en Europe ; seule une source extérieure pourrait trancher la difficulté188.

132D’une manière générale, les suffragants d’Europe semblent se stabiliser dans la notice 7 au nombre de 16, si l’on tient compte de l’apparition d’Hexamilion au côté de Chersonèsos.

133En comparant cet état de choses avec celui qui prévalait dans la liste ancienne, on remarquera la disparition de quelques noms et l’arrivée de nouveaux. Parmi ceux qui manquent, Vrysis a passé à l’Hémimont sur la même notice, en s’inscrivant aussi en doublet sur la liste des archevêchés ; Ainos est aussi inscrite sur cette liste des archevêchés, cependant que Madytos a pris la relève de l’évêché de Koila, qui disparut dorénavant des notices.

134Pourtant, les pertes d’Héraclée sont largement compensées par les nouveaux venus : Pamphylon, évêché jusqu’alors d’Andrinople et qui a fait un faux détour par Trajanoupolis ; Sergentzè, qui fit alors sa première entrée dans les notices.

135En revanche, si l’on suivait le mouvement inverse des suffragants d’Héraclée sur les notices, on signalerait ce qui suit :

136Le plus grand nombre des évêchés, à savoir 10 d’entre eux, continuent, pendant des durées différentes et au moins jusqu’à la disparition des listes comportant des suffragants, de relever du ressort de la métropole ; ce sont les évêchés de Théodoroupolis, Panion, Chersonèsos, Charioupolis, Chalkis, Daônion, Pamphylon, Lizikos, Sergentzè et Métrai.

137Les 6 évêchés restants sont promus soit au rang d’archevêché (Tzouroulos), soit directement à celui de métropole (Rhaidestos, Kallipolis, Madytos) ; deux sont passés dans la liste des archevêchés pour devenir sitôt après des métropoles (Hexamilion, Mèdeia).

138Il est à noter que la plupart de ces promotions ont eu lieu pendant l’époque troublée du xive siècle, excepté celles de Madytos et de Kallipolis, qui figurent parmi les rares promotions du temps des Comnène (fin xie et au xiie siècle respectivement).

ANDRINOPLE D’HÉMIMONT

  • 189 Ibid., p. 74 ; Darrouzès, Variations, p. 26. Cf. Laurent, V/l, p. 543-544 ; voir supra, p. 228-229.

139Compte tenu du tournant que prend la nouvelle tradition dans la notice 7, en ce qui concerne les métropoles voisines d’Andrinople, à savoir Philippoupolis, Rhodope et Héraclée, la liste de la première accuse non seulement une forte augmentation de sièges mais aussi un changement presque total des noms189.

  • 190 Voir supra, p. 227-8 ; cf. Dvornik, Les Slaves, Byzance et Rome, p. 237-239.

140Or, même en prenant en considération le caractère compilatoire des recensions antérieures, qui marque aussi, par certains côtés, la notice examinée, ces changements de sièges sont obligatoirement liés à des bouleversements survenus en Thrace à la suite des invasions slaves et des besoins de la christianisation des populations nouvelles. Ceci est particulièrement vrai au sujet de l’ancienne éparchie de Thrace (métropole, Philippoupolis) et de celle d’Hémimont (métropole, Andrinople), régions frontalières par excellence, et ce n’est qu’à travers une étude minutieuse de chaque agglomération que l’on pourrait saisir le chemin parcouru jusqu’à son érection en évêché190.

141Par ailleurs, et faut souligner du point de vue de la géographie ecclésiastique et, même, de la géographique historique tout court, que la juridiction de la métropole’d’Andrinople s’étendait sur une grande partie de la côte de la mer Noire occidentale, et avait en certains moments atteint, et de toute façon avant la création de la métropole de Mésemvria (xiie siècle, voir là-dessus, p. 244), les contreforts sud-est de l’Aimos et le cap homonyme.

Sôzopolis

  • 191 L’importance de la ville médiévale se situant surtout après le xiiie siècle, avec l’expansion du co (...)
  • 192 Notitiae, l440, 2508 , 3584 , 4459 , 7622 ; ibid., p. 286 et note 621.

142Deuxième suffragant d’Andrinople après Mésemvria sur la notice ancienne, Sôzopolis (l’ancienne Apollôneia, auj. Sozopol, sur la côte bulgare de la mer Noire191) est passée en tête de la liste, après la stabilisation de Mésemvria au rang des archevêchés, dans la notice 7192. Depuis lors, l’évêché ne perdit jamais la première place jusqu’à la disparition de la liste des suffragants et jusqu’à son passage tardif en métropole, survenu, pour lui aussi, dans la foulée des promotions du xive siècle.

  • 193 Notitiae, Index grec, s.v. ; Darrouzès, Nicée, p. 54. Cf. Laurent, V/1, p. 546.

143Les titulaires de l’évêché sont présents dans les listes conciliaires de 787 et de 869, mais ils ne se manifestent pas désormais sur la liste des signatures, pendant toute l’époque examinée193.

Agathoupolis

  • 194 Quelques mentions de la ville : Choniatès, Van Dieten, 39425, 39823 ; Pachymère, I, éd. A. Failler, (...)
  • 195 Le titre provisoire de métropolite d’Agathoupolis, dû à un transfert, Andrinople/ Agathoupolis et m (...)

144Nouveau venu sur la notice 7, Agathoupolis (l’actuelle Ahtopol, en Bulgarie194) fut l’évêché le plus méridional d’Andrinople sur la côte de la mer Noire. S’inscrivant toujours après celui de Sôzopolis, il est resté dans le rang des évêchés, semble-t-il, jusqu’à la fin de l’empire et bien au-delà195.

  • 196 Notitiae, Index grec, s.v. Ἀγαθόπολις/ούπολις. Il est le seul évêché quon attribue à Andrinople da (...)

145On ne lui connaît de noms de titulaires qu’à l’époque postbyzantine, où, au cours du xixe siècle, il fut uni au siège de Sôzopolis, en formant la métropole de Sôzoagathoupolis196.

Déveltos

  • 197 La ville fut un maillon important sur le limes sub-balkanique, cf. Jireček, Pâtuvanija, p. 836 (com (...)
  • 198 Darrouzès, Nicée, p. 54, 55 ; Notitiae, p. 286, note 621 ; Mansi, XVII A, col. 377B. Il fut même un (...)

146Évêché relativement nouveau sur la notice ancienne, puisqu’il y est inscrit à partir de la notice 3, Déveltos (la colonie romaine (Colonia) Flavia Deultum, auj. ruines de Stari-Debelt, près de la nouvelle ville homonyme [Debelt], en Bulgarie197) fut pourtant créé bien avant cette époque (ixe siècle), et il se manifesta aux conciles de 787 et de 879198.

  • 199 Notitiae, Index grec, s.v. ; ibid., p. 28 ; Darrouzès, Variations, p. 26.

147Sa place s’affirme dans la notice 7 en même temps que celle des deux autres ajouts de la notice 3 (Provaton et Voulgarophygon) et l’évêché se maintint jusqu’à la dernière liste des suffragants (notice 13). En revanche, l’évêché de Déveltos ne figure point parmi les nombreuses promotions du xive siècle199 ; il semble que le déclin de la ville, tiraillée après 1204 entre la domination byzantine et celle de l’État bulgare, a entraîné la disparition de son siège.

Trapovizyè

  • 200 Mansi, XVII A, col. 376e ; Notitiae, Index grec, s.v. Tραποϐιζύη. Cf. Laurent, v/3, p. 123 ; DHGE, (...)

148Évêché d’un site non identifié mais qui pourrait avoir été situé aux environs de Vizyè, il fut l’un des nouveaux venus dans la notice 7 et, à l’instar de Déveltos, continua à figurer sur la liste jusqu’à la notice 13. Pourtant, sa création est antérieure au xe siècle, puisque son titulaire signa dans les listes conciliaires de 879200.

  • 201 D’ailleurs, Le Quien, Oriens Christianus, I, col. 1189-1190, avait pensé que l’évêché de Trapovizyè (...)

149En l’absence d’autres données historiques (on ne lui connaît que deux titulaires, l’un en 879, l’autre au xe/xie siècle), on pouvait dater la disparition de l’évêché indifféremment entre 1204 et 1369 (année de l’occupation ottomane d’Andrinople). D’autre part, cette même absence des données et les coutumes gérant la tradition de l’inscription des sièges dans les notices, m’amènent à formuler une hypothèse qui risque, certes, de rester dans le domaine spéculatif : Trapovizyè, évêché d’Andrinople, attesté au ixe siècle, pouvait être identique à Karavizyè qui, elle, a fait sa première apparition comme archevêché sur la notice 7 (xe siècle), pour ne passer en métropole que dans la notice de l’époque turque. On serait donc, à partir de la notice 7, en présence d’un doublet encore parmi tant d’autres déjà relevés (Trapovizyè, évêché d’Hémimont = Karavizyè, archevêché), qui serait prolongé jusqu’à la dernière liste des suffragants (not. 13), cédant ensuite la place au seul archevêché de Karavizyè201.

Karavos

  • 202 Notitiae, Index grec, s.υ La forme Kάραϐον n’est pas à exclure du moment où le nom se rencontre tou (...)

150Inconnu dans les listes conciliaires, Karavos apparaît parmi les évêchés nouveaux d’Andrinople dans la notice 7, et se maintient jusqu’à la notice 13. On ne lui connaît pas de titulaires et le site n’a pas été non plus identifié202.

Voukellon

  • 203 Ce serait le village actuel Fikla (en Turquie), au nord d’Andrinople, sur la rive droite du Toundža (...)
  • 204 Notitiae, Index grec, s.v. Bούϰελλον.

151Si les identifications proposées pour les sites de Voukellon203 et de Provaton (voir ci-dessous) s’avèrent correctes, les deux évêchés seraient, parmi tous les autres suffragants d’Andrinople, les plus proches de leur métropole. Mais, à l’encontre de Provaton, Voukellon entre pour la première fois dans la notice à partir de la liste 7 et s’y maintient jusqu’à la liste 13204.

  • 205 Mansi, XVII A, col. 376e. Cf. DHGE, t. 9 (1937), col. 1015 (R. Janin), notice que l’on doit corrige (...)

152En fait, l’érection de l’évêché devait remonter au ixe siècle, puisque son titulaire assista au concile de 879. D’autre part, à l’autre bout de la ligne, son existence se prolonge au moins jusqu’à la fin de l’empire, son évêque ayant été cité à propos d’une cérémonie qui eut lieu en 1403205.

Provaton

  • 206 Très probablement, ruines près du village actuel Pravadi, à une distance de 20 km environ au nord-e (...)

153Cité déjà parmi les nouveaux venus de la notice 3, l’évêché de Provaton ou Provatos ()206 pouvait avoir été créé au viiie siècle, quoiqu’il ne figurât pas dans les listes de Nicée II. Par contre, il fut présent au concile de 879, et sa place dans les notices se stabilisa à partir de la liste 7, toujours après Voukellon.

  • 207 Mansi, XVII A, col. 376E. Notitiae, Index grec, s.υ. Προϐατον ... (Προϐάνδου) ; 17128-130 : Ἀπὸ δὲ (...)

154A l’instar de celui-ci, ainsi que du plus grand nombre des évêchés d’Andrinople, il est cité jusqu’à la dernière liste des suffragants (13), tandis que son identification avec la métropole éphémère de Πρόϐανδος, Προϐάνδους (au gén.), mentionnée comme ex-évêché d’Andrinople promue en métropole sous Andronic III207, serait un témoin valable de la continuité du siège au-delà du xiiie siècle.

  • 208 Darrouzès, Transferts, p. 179, n° 35 : Γρηγόριος ἐπίσϰοπος τῆς Προϐάτου Mαϰεδονίας εἰς Ἀδριανούπολι (...)

155Quant à la mention du transfert d’un titulaire de Provaton à la métropole d’Andrinople, sous le premier patriarcat d’Ignace (847-858)208, entraînant du coup la promotion de l’évêque en métropolite, elle est, me semble-t-il, tout à fait véridique, comme l’est aussi la succession de son évêque Grégoire, inconnu par ailleurs, par Léon et Manuel, qui ont représenté l’évêché au concile de 879 (voir infra, p. 300-301).

  • 209 Voir supra, p. 223 et note 5.

156En outre, dans ce cas-là, cette notice du Traité des transferts nous livre un témoignage de premier ordre sur la constitution du thème de Macédoine. En effet, en situant Provaton en « Macédoine », le rédacteur de la notice veut indiquer non pas la région de Macédoine, géographiquement parlant, mais le thème homonyme, qui fut créé vers cette époque sur une partie du territoire thrace, ayant Andrinople (métropole dont dépend Provaton) comme capitale209.

157De plus, la forme τῆς Προϐάτου (gén.), donc Πρόϐατος, utilisée dans cette notice s’accorde bien avec Πρόϐανδος (), la métropole mentionnée ci-dessus, et confirme l’identification de Provaton-Provatos (évêché) à Provandos, métropole au xive siècle.

Skopélos

  • 210 Darrouzès, Nicée, p. 54 ; Notitiae, 3558 ; ibid., p. 27. Cf. Laurent, V/l, p. 551. Rares mentions d (...)

158Évêché d’Hémimont, attesté pour la première fois au concile de 787, Skopelos (l’actuel Eski-Poloz, au nord-ouest de Kirklareli, jadis Saranta Ecclesiai) fait partie des quatre évêchés d’Andrinople (les autres étant Pérveris, Pamphylon et Garella), qui sont passés provisoirement sous Trajanoupolis, dans la notice 3210.

  • 211 Mansi, XVII A, col. 376E. Notitiae, 7629, 9503, 10593, 13644 ; ibid., p. 286 ; 17130°. A l’instar d (...)

159Sa réapparition après le nom d’Andrinople dans les listes de 879 se répercute dans la notice 7 ; l’évêché y retrouve son affectation normale et continue de figurer parmi les derniers suffragants de cette métropole jusqu’à sa promotion éphémère au même rang, au xive siècle211.

Vrysis

160Sur cet évêché, qui avait été, avec l’archevêché homonyme, l’un des doublets les plus durables des notices, voir supra, p. 240-241.

Voulgarophygon

  • 212 La ville devait avoir changé de nom, de Vourdizon à Voulgarophygon, par suite d’une attaque bulgare (...)
  • 213 Darrouzès, Nicée, p. 54 ; Notitiae, Index grec, s.v. Bουλγαρόφυλον ; ibid., p. 28, 286 et note 621  (...)

161Cité pour la première fois comme évêché d’Andrinople dans les listes de 787, Voulgarophygon (antérieurement Vourtoudizon, Vour-dizon, d’après son nom ancien Vourtoudizos, l’actuelle Baba-Eski212) entre avec Déveltos et Provaton dans la notice 3, une nouveauté par rapport à l’ancienne liste (1 à 2). Pourtant, le siège n’y réapparaît que sur la notice 7, ayant été auparavant présent au concile de 879213. Ainsi se manifeste de nouveau le rapport entre le concile 787 et la notice 3, d’une part, le concile 879 et la notice 7, de l’autre.

162Voulgarophygon n’a pas fait partie des métropoles éphémères du xive siècle, sa disparition lors de la conquête ottomane ayant entraîné apparemment celle de son évêché.

Tzoïda

  • 214 Quelques propositions d’identification : endroit à une distance de 26 km à l’est d’Andrinople, à l’ (...)
  • 215 Notitiae, Index grec, s.v. Tζόϊδα/Tζώ, ibid., p. 286, note 621 ; Mansi, XVII A, col. 376E. Orthogra (...)

163Le site non identifié de Tzoïda214 fut l’un des plus anciens suffragants d’Andrinople, depuis la liste ancienne (n° 1) jusqu’à la dernière notice comportant les suffragants (n° 13). Apparemment absent des listes conciliaires, il doit pourtant être identifié au siège de Tζόxου, dont le titulaire prit part au concile de 879215.

  • 216 Notitiae, 3557 : Περϐέρου ; Darrouzès, Nicée, p. 54, 55. Selon l’auteur, il aurait disparu en pre (...)

164D’autre part, trois autres évêchés d’Andrinople, Pérveris, Pamphylon et Garella, qui figurent avec Skopélos sur les listes conciliaires de 787, ne sont pas admis dans la notice 7. Ayant été classés par erreur, tous les quatre, parmi les suffragants de Trajanoupolis dans la notice 3, ils ont depuis lors suivi des chemins différents : Pamphylon a été constamment, à partir de la liste 7, l’un des suffragants d’Héraclée, ce que son emplacement géographique, relativement proche de cette ville, justifiait suffisamment (v. supra, p. 253) ; Garella fut très tôt admis au rang des archevêchés, depuis la notice 2 (v. supra, p. 239) ; Skopélos figure dans la liste d’Hémimont à partir de la notice 7 ; Pérveris, au contraire, reste le seul suffragant complètement absent des autres notices216

165A l’instar donc de la liste d’Europe, Hémimont voit ses suffragants se stabiliser au nombre de 11, dans la notice 7 ; ceci n’a pas varié au fil des diverses recensions, excepté pour la notice 13, où les ajouts arbitraires de Goloè et de Lima, en finale, doivent être attribués à une erreur de copie (v. supra, p. 227-228).

166Pourtant, cette stabilisation implique pour cette métropole précise un changement presque total des noms de ses suffragants et non pas une addition de nouveaux aux anciens, comme ce fut le cas d’Héraclée. Ainsi, de la notice ancienne, seuls Sôzopolis et Tzoïda, le premier et le dernier dans la notice 7, sont restés, cependant que s’ajoutent plusieurs nouveaux : Agathoupolis, Trapovizyè, Karavos, Voukellon, Skopélos, Vrysis, ainsi que Déveltos, Provaton, Voulgaro-phygon, ces derniers cités aussi sur la notice 3.

167L’arrivée des nouveaux compense donc les pertes subies par rapport à la liste ancienne, comme c’est le cas partout ailleurs dans ces séries de recensions.

  • 217 Asdracha, Les Rhodopes, p. 130-131. A corriger une faute de frappe dans le second § de la p. 130 : (...)

168Or, en sens inverse, on constate ceci en ce qui concerne les sièges manquants, qui avaient appartenu à l’Hémimont dans la notice ancienne : Mésemvria, Anchialos et Nikaia, le premier en doublet permanent, évêché/archevêché, jusqu’au xe siècle, voient leur rang d’archevêché se stabiliser dans la nouvelle notice, quoique d’une manière différente pour chacun d’eux (v. supra p. 243, 244, 238). Anastasioupolis, cité comme évêché tant de Trajanoupolis que d’An-drinople, dans 1 et 2, reste définitivement sous la première métropole à partir de 3, de toute façon dans la notice 7 et depuis lors. Quant à l’évêché de Plôtinopolis, il passe aussi définitivement sous Trajanoupolis, pour être à la longue remplacé par le siège de Didymoteichon217.

169Pour la période ultérieure, les sièges d’Hémimont, dans leur majorité, ont conservé jusqu’à la fin leur statut d’évêchés, n’obtenant, pas de promotion, même provisoire, et se perdant, plus ou moins vers l’époque de la conquête ottomane ; ils resurgirent, quelques-uns d’entre eux, beaucoup plus tard, afin de servir des besoins en partie artificiels créés par le nouvel état de choses.

170Seuls Sôzopolis et Skopélos passent au rang des métropoles du xive siècle, la seconde n’ayant pas tardé à retrouver son statut antérieur. D’ailleurs, si l’on admet l’identification Provaton/Provan-dos, on peut ajouter le siège de Προϐάνδου dans cette catégorie des métropoles éphémères du xive siècle.

171D’autres promotions sont également liées à des problèmes d’identification de sites : en admettant que Trapovizyè égale Karavizyè, on retiendra la promotion de l’évêché en archevêché sur la notice 7 ; dans le même sens, le cas de Vrysis exposé déjà, est lui aussi tributaire de questions similaires.

II. — PROSOPOGRAPHIE

A. Les métropolites à partir du concile de Nicée II (787)

1. HÉRACLÉE

172Rappelons le problème qui se pose au sujet d’une confusion possible entre les six villes épiscopales du Patriarcat de Constant inopie, citées dans les notices sous le nom d’Héraclée (Ἡράϰλεια, exception faite d’Hèraklès ou Kybista et d’Hèrakleioupolis ou Pèdachthoè, en Asie Mineure) : Héraclée de Thrace (métropole depuis toujours), Héraclée du Pont ou Pontohèrakleia (évêché de Klaudioupolis, ensuite métropole), Héraclée de Salbakè, Héraclée de Latmos (évêchés de Carie), Héraclée de Macédoine (suffragant de Thessalonique) et Héraclée ou Pélagonia (évêché de Bulgarie). Ce problème concerne principalement les sceaux ne portant pas de référence géographique précise, d’autant que le titre d’évêque pouvait désigner indifféremment n’importe quel rang (voir Laurent, V/1, p. xxviii, 214, 686 : l’auteur examine aussi le titre « archevêque » d’Héraclée dans le sens général de pasteur de l’Église). Voir exemples d’emploi in Darrouzès, Ecclésiologie, 1228, 1246,18, 14019 et passim, surtout p. 31410-14. Sur un aperçu des titres épiscopaux en général, voir Menevisoglou, Les titres épiscopaux, 180-218.

173La même ambiguïté concerne quelquefois des listes synodales de présence ou de signature (cf. MM, IV, 312 : Héraclée de Latmos), mais non pas les listes des conciles qui sont géographiques et hiérarchiques (cf. Mansi, XII, 998B, 1106C ; XIII, 145D, 368B, 393C ; XVI, 144E 159A, 194B). Par ailleurs, la datation des sceaux étant en général approximative, le classement dans la liste épiscopale des évêques connus exclusivement par la sigillographie ne peut être, lui aussi, qu’approximatif.

174Léon. Qualifié d’« évêque » (épiscopos) d’Héraclée de Thrace, il assiste au concile de Nicée et en signe les actes (Mansi, XIII, col. 136A 365B, 380E ; Darrouzès, Nicée, 13). Un sceau daté du viiie-ixe siècle lui est attribué : il y porte son titre de métropolite (Laurent, V/1, n° 300 ; Zacos-Veglery, I/II, n° 2124).

175Constantin. Connu par deux sceaux datés de la première moitié du ixe siècle, il y porte respectivement le titre d’archevêque et d’évêque de la ville d’Héraclée (Laurent, V/1, nos 301 et 302). Pourtant, une lecture différente de la légende du deuxième sceau (Pontou au lieu de poleôs) l’attribue à un Constantin, évêque de Pontohéraclée (Zacos-Veglery, I/II, n° 1331).

176Ignace. Connu par son épitaphe, trouvée à Kamara Dere en 1965, vue et photographiée par I. Ševčenko en 1967, non identifiée et située à Héraclée (Dumbarton Oaks, Inédite, communiquée par C. Mango) : il y est intitulé métropolite d’Héraclée et higoumène du monastère (lequel ?) où il fut enterré. Mort le 13 juin, indiction B, en l’an du monde 6362 ( = 854), c’est-à-dire, sous le premier patriarcat d’Ignace (847-858). Si la lecture de la date est la bonne, il doit avoir occupé le siège avant ou après Nicéphore, l’évêque de Lagina, transféré à Héraclée par le même patriarche (voir rubrique suivante).

177Nicéphore. Titulaire de Lagina, évêché de Pergè, en Pamphylie, fut transféré à la métropole d’Héraclée par le patriarche Ignace (Darrouzès, Transferts, n° 34, p. 179 et 201), probablement pendant son premier patriarcat (847-858).

178Jean. Quoiqu’il proclamât lui-même, au concile anti-photien de 869, avoir été ordonné par Ignace (au dire d’Anastase le Bibliothécaire : Mansi, XVI, col. 89B), il le fut, semble-t-il, par Photius pendant son premier patriarcat (858-867) (Mansi, ibid., 360A). Il figure parmi les assistants à la condamnation synodale des antiphotiens et des iconoclastes, entre avril et août 861 (Mansi, XV, col. 220D, 243E ; XVI, 104C) ; il est aussi parmi les 130 signataires des dix-sept canons disciplinaires, entre mai et septembre 861 (Pitra, II, 127-141, signatures, p. xxiv-xxv ; Jean : XXV2 ; cf. Grumel, nos 467 et 468). Il assiste au concile photien de 879 et en signe les actes, en même temps qu’un autre Jean, également métropolite d’Héraclée, ordonné par Ignace pendant son deuxième patriarcat (867-877) (Mansi, XVII A, 374B, 500D, 512A ; cf. Le Quien, I, col. 1109-1110).

179Le premier Jean est destinataire de trois lettres de Photius, écrites, les deux premières en 866, la troisième entre 867 et 872 (Photius, Epistulae et Amphilochia : Laourdas-Westerink, I, nos 9, 28 ; II, 218 ; Valettas, Photius, nos 148, 149. Cf. Hergenröther, Photius, I, 466, 593 ; II, 219).

180Jean. (Mansi, XVII A, 373B, 513A (« un assistant... [au concile photien de 879]... un second Jean d’Héraclée » (Hergenröther, II, 514)). Voir rubrique précédente. D’après Zônaras (III, 440), le siège d’Héraclée était vacant en septembre 886.

181Nicolas. Connu par un sceau daté du ixe-xe siècle ; il s’y intitule « évêque d’Héraclée » (Laurent, V/1, n° 877). Il aurait succédé plutôt aux deux Jean qu’à l’évêque Constantin, si ce dernier fait vraiment partie de la liste d’Héraclée (v. supra, p. 268). Son élévation dut avoir lieu après 886, puisque le siège d’Héraclée était vacant à cette date ; le nouveau patriarche Etienne Ier fut pour cela, contrairement à la loi canon, intronisé par le Prototrône, le titulaire de Césarée de Cappadoce (PG, 137, col. 324A et 433c ; Cedrènos, II, 24913-15 : « parce que le [prélat] d’Héraclée ne faisait plus partie des vivants... » ; cf. infra, rubrique Nicéphore, p. 270).

182Démétrius. Partisan du patriarche Euthyme, déposé avec Gabriel (d’Ancyre), Grégoire (de Nicomédie), Hilariôn (d’Hiérapolis) et Cosmas par Nicolas Ier, lors de sa restauration, en juin 912 (Jenkins-Westerink, Nicholas I, Ep. 113 (vers 914) et p. 571 ; PG, 111, 329c ; Karlin-Hayter, VE, p. 12028 sq. ibid., 1 1533-34 ; cf. Grumel, n° 706). En réalité, tous les titulaires euthymiens furent condamnés et déposés par des actes synodaux de la même date, Grumel, nos 630-632, 706 ; cf. Karlin-Hayter, Le Synode, 70-71. Démétrius devait avoir occupé le siège au moins depuis 902 : il reçut vers cette date une lettre d’Aréthas, le futur métropolite de Césarée, encore diacre (Scripta Minora : Westerink, I, n° 44), qui lui fit don d’un ouvrage de Marc-Aurèle dont il garda un double, copié de sa main. Démétrius est propriétaire d’un sceau, daté du début du xe siècle (Laurent, V/1, n° 303, p. 215 : « ixe siècle (début) » est évidemment une faute de frappe).

183Photius. Partisan intransigeant de Nicolas, il succéda à Démétrius en 912, mais il devait être exilé peu après, lorsque Nicolas perdit la régence de l’empire. Grégoire d’Éphèse, partisan aussi de Nicolas connut le même sort (Jenkins-Westerink, Nicholas I Ep. 132 : « lettre à Grégoire d’Éphèse et à Photius d’Héraclée, qui sont en exil », daté vers février 914 ; cf. ibid., p. xxix, 576 ; PG, 111, 349D ; cf. Grumel, n° 634 : datation de la lettre au premier patriarcat de Nicolas). Pour une analyse approfondie des problèmes de la tétragamie de Léon VI en rapport avec les bouleversements dans l’occupation des sièges qui en découlèrent, voir Karlin-Hayter Le Synode, 60-74 ; Eadem, Byz., 39, 1969, 492-496 (datation des lettres 39, 41, 42 et 48, adressées elles aussi à Grégoire d’Éphèse, pendant le second patriarcat de Nicolas ; cf. Darrouzès, Épistoliers, II, n° 40) ; Oikonomidès, DOP, 30, 1976, 1 ; et certes, Kougéas, Aréthas, notamment, p. 6, 30, 73, 94, 119.

184Jean. Intitulé « évêque » d’Héraclée, connu par un sceau daté de la première moitié du xe siècle (Laurent, V/1, n° 878). Ceci rend à mon avis improbable son rapprochement de deux autres Jean, cités ci-dessus ; au contraire, il doit être placé entre Démétrius et Anastase (voir rubrique suivante).

185Anastase. Élevé au trône d’Héraclée par le patriarche Tryphôn (928-931), il garda aussi la charge d’économe de Sainte-Sophie (R. Browning, Byz., 24, 1954, 402, 427, 441 : Lettre n° 1 de l’Anonyme de Londres) qu’il avait acquise en raison probablement de son ralliement à l’union de 920. Opposé à l’ordination de Théophylac-te (933-956), fils de Romain Lécapène, il s’y rallia après une intervention de Théodore Daphnopatès (Darrouzès-Westerink. Théodore Daphnopatès, n° 2 et p. 12-13 ; Sakkeliôn, DIEE, 2, 1895, 401 ; cf. Darrouzès, REB, 14, 1956, p. 114, n° 2). En 945, avec Basile de Césarée, il donna l’habit monastique aux deux fils déchus de Romain Lécapène. Il mourut peu après, en 946 ou, du moins, entre janvier 945 et décembre 947 (Cedrènos, II, 3252 ; Théoph. Cont., 4395-9 : rêve de Romain Lécapène à propos d’Anastase ; cf. Le Quien, I, col. 1110 ; Darrouzès, Épistoliers, p. 28). Le métropolite Alexandre de Nicée (avant 925-944) considéra Anastase et Théodore de Cyzique comme ses principaux ennemis (Darrouzès, ibid., I, 422, 575, 627, 1445, 1611 ; cf. p. 31, 32, 75 et n. 15 ; cf. Paul Maas, BN-J, 3, 1922, 334 ; Grumel, n° 726). Un sceau portant la titulature de métropolite et d’économe de la Grande Église lui est attribué (Laurent, V/1, n° 304). Sur le titre d’économe, voir Darrouzès, Recherches, 16-17, 35-39 et passim.

186Nicéphore. Titulaire du siège d’Héraclée en 956, portant le titre honorifique de proèdre. En raison d’un différend avec l’empereur Constantin VII et contrairement à la loi canonique (voir supra, p. 269), il ne fut pas autorisé à introniser le nouveau patriarche Polyeuctos (956-970), remplacé en cela par le prototrône de Césarée, Basile (Cedrènos, II, 33411). Trois parties dispersées d’une même épigramme de Psellos lui furent attribuées (A. Papadopoulos-Kerameus, VV, 1, 1894, 135) : Περί ; Λουτροῦ : παλλῶν τὸ λουτρὸν ἀλαθῶν δωρημάτων... Nικηφόρος λὰρ πρόεδρος Ἡραxλείας... λουτρὸυ ἐξωρασας προὔθηxε πᾶσι (cf. compte rendu in BZ, 4, 1895, 231 ; Eul. Kourilas, Archeion, 136-137). Sur la valeur de proedros, voir Darrouzès, Registre, 191, 273, cf. Anthimos Amaseias, Néologos de Constantinople, II, fasc. 28, 1893, 541-543 ; M. Gedeôn, ibid., 543-546.

187Jean. Il participe au tome synodique du patriarche Sisinnius (996-998) créant des empêchements aux mariages de deux frères avec deux cousines, le 21 février 997 (PG, 119, 739D ; cf. Grumel, n° 804). Pour un Basile, cité dans une Ekthésis suspecte concernant l’empêchement au mariage qui implique le septième degré de consanguinité, de mars à septembre de la même année, voir infra, p. 273.

188Arsène. Destinataire d’une série de billets de Léon, métropolite de Synades et syncelle, ambassadeur de la cour byzantine auprès d’Otton III, en 997-998 (Darrouzès, Épistoliers, III, nos 17-21 ; Idem, BEB, 14, 1956, 104 ; Sp. Lambros, NE, t. 19, 1925, 1-33 ; t. 20, 1926-27, 324-342). Léon reproche à Arsène, sur un ton sarcastique, ses exactions aux dépens de ses suffragants, dont l’évêque de Rhaidestos (Lettre 1911). Vu que ces lettres, contenues dans le manuscrit de Patmos 706, sont considérées comme postérieures à 997 (Darrouzès, Épistoliers, 41), je situerais le mandat d’Arsène après celui de Jean, dans les toutes premières années du xie siècle.

189Nicolas. Connu par un sceau daté du xie siècle (Laurent, V/1, n° 305) : il se dit moine, métropolite d’Héraclée.

190Léonce. Propriétaire d’un sceau du xie siècle ; il y porte le titre d’évêque d’Héraclée (Laurent, ibid., n° 879).

191Michel. Un autre sceau du xie siècle mentionne un Michel, évêque d’Héraclée, qui ne saurait être son homonyme métropolite, situé dans la deuxième moitié du xiie siècle (Laurent, ibid., n° 880 ; Zacos-Nesbitt, II, n° 1008 ; voir infra, p. 273).

192Mélétios. Il assiste au jugement synodal contre les Jacobites, en mai 1030 (Ficker, Erlasse, 1912 ; cf. Grumel, n° 839) et signe le tome y afférent, en avril 1032 (Ficker, ibid., 264 ; Grumel, n° 840).

193Théodore (Tzanzès). Propriétaire d’un sceau frappé probablement après 1050 mais avant 1071, première date connue de son successeur, Théophile (Laurent, V/1, n° 306) ; Théodore s’intitule métropolite syncelle. Sur l’évolution de ce titre et sur sa dévaluation progressive au xie siècle jusqu’à sa quasi-suppression par Alexis Comnène, avant 1094 environ, voir Athénagoras, EEBS, 4, 1927, 3-38 ; V. Grumel, Les Métropolites syncelles, Éludes Byzantines, 3, 1945, 92-114 ; Darrouzès, Recherches, 17-19, 35-36 et passim. Pour d’autres membres de la famille Tzantzès, connue dès la fin du xe siècle, dans Laurent, l. c. (cf. Théoph. Cont., 65519, 81813, 81915 ; Skylitzès, Thurn, 17860).

194Théophile. Connu premièrement par un document du monastère d’Iviron, daté de janvier 1071 (Actes d’Iviron, II, n° 40). Il porte le titre de syncelle (voir rubrique précédente) dans la liste de présence de novembre 1071 (S. Kougéas, in Εἰς Mνήμην Λάμπρου, Athènes 1935, 574 ; cf. Grumel, n° 900) et dans celle de mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 576, 60, 63, 69). Il figure parmi les 35 prélats qui apposent leur signature au bas d’un chrysobulle de Nicéphore Botaneiatès de décembre 1079, sur l’application des peines de mort et sur le sort des membres de la maison impériale déchue (Zépos, I, 283-288 ; cf. Dölger, Regesten, n° 1047 ; signatures des membres du synode, dans Gouillard, Un chrysobulle, 303, 34). Il porte le titre de proèdre et de protoproèdre (des protosyncelles) dans les listes synodales de mars 1082 (Uspenski, Deloproizvodstvo, 304-5, 359-10 ; 4114 ; Gouillard, Jean l’Italien, 13734 ; cf. Grumel, nos 925-926 ; mention de siège, en avril 1082, Grumel, n° 927). Membre de l’ambassade des métropolites envoyée à Romain Diogène par Michel III (Attaleiatès, 1782), il a occupé son siège probablement jusqu’en 1084 : dans la lettre synodale adressée à cette date à Alexis Ier contre la création de nouvelles métropoles, Théophile évoque un autre chrysobulle de Nicéphore Botaneiatès en faveur de la restitution du siège (alors) métropolitain de Madytos au métropolite (non nommé) d’Héraclée (voir supra, p. 252). Sur le titre protoproèdre (des protosyncelles) que l’on rencontre surtout à l’époque suivante, voir Grumel, Les métropolites syncelles, 106-108, 112.

195Nicélas. Prôximos de l’école de Chalkoprateia (là-dessus, voir Darrouzès, Recherches, 211, 215, 232) dans sa jeunesse, diacre et didascale de la Grande Église ; ensuite, il ne devint métropolite didascale de la Grande Église ensuite, il ne devint métropolite d’Héraclée qu’en 1117 (sans doute, après le mois de mai), date de son discours contre le métropolite Eustrate de Nicée, accusé d’erreurs sur l’Incarnation (Darrouzès, Ecclésiologie, n° 9, 276-304 ; première édition : P. Ioannou, Byz., 28, 1958, 8-30 ; Idem, REB, 10. 1952, 27-34 ; cf. Grumel, nos 1002-1003). Auteur de chaînes éxégétiques dont une chaîne de Saint-Luc, composée de juin 1116 à mai 1117 (cf. J. Sickenberger, Die Lukaskatene des Niketas von Herakleia (Texte und Unters. N.F., t. 22) Leipzig 1902, 30-112) ainsi que de réponses canoniques (PG, 119, 936B ; cf. A. Pavlov, VV, 2, 1895, 160-176). Destinataire de lettres de Théophylaktos d’Achrida : il y est mentionné comme maître des frères de Théophylactos et comme didascale de l’Evangile : Gautier, Théophylacte, II, Lettre n° 71, 9 (PG, 126, 509), daté de 1088/1089 ; n° 701-2, 26 (PG, ibid., 373), daté entre 1090 et 1094/5 ; n° 911,10 ( ?) (PG, ibid., 436-437), daté entre 1097 et 1104 (hiver) ; cf. ibid., 94-96. Mais on ne doit pas le confondre avec des personnages du même nom, correspondants de Nicétas Stéthatos, mort vers 1090 (Darrouzès, Stéthatos, 19-21 ; voir sa critique sur l’opinion erronée de P. Chrèstou, ibid., 15-16). Nicétas fut le neveu du métropolite Étienne de Serrès, ce qui lui valut le surnom τοῦ Σερρῶν, Serronius, considéré longtemps comme impliquant une vraie charge. De ce vocable τοῦ, accompagné du nom d’un siège désignant presque toujours un lien de parenté avec son détenteur réel, voir infra, p. 292, Etienne ; d’autres exemples dans Darrouzès, Épistoliers, 2446 ; Stéthatos, 16, 89 note). Sur Nicétas et sur son œuvre, voir Beck, Kirche, 651-653 ; Darrouzès, Ecclésiologie, 54-62 ; Idem, REB, 18, 1960, 181-182 ; Idem, Littérature et histoire, n° VI, p. 179-184. Sur la charge de prôximos, voir Idem, Recherches, 211, 215, 232 et passim.

196Basile. Cité uniquement dans un codex de 1191 (Vindobonensis jur. gr. 11 : Beneševič, Svedenija, 12, n. 2), censé résumer les principes d’une « Ekthésis » concernant les mariages défendus et portant la date de 997 (de mars à septembre), à savoir celle du « tomos » de Sisinnius (voir supra, p. 270). Trois autres métropolites y sont mentionnés : Léon de Césarée, Théodore de Sévasteia et Denis de Mélitènè. Étant donné que ces noms relèvent d’un hapax (les sièges d’Héraclée et de Mélitènè ont à cette date des titulaires différents), il n’y a que deux solutions possibles : soit éliminer tous les quatres de leurs listes respectives, soit accepter d’après Pitsakis, Tó ϰώλυμα γάμου, 213-214, surtout notes 108-114 (très documentées ; cf. Grumel, n° 805) le déplacement de ce texte ainsi que de l’« Ekthésis », ambiguë en elle-même, dans la période transitoire entre le tomos de Sininnius et l’arrangement de Luc Chrysovergès et de Manuel Comnène créant l’empêchement du mariage au septième degré de parenté (avril 1166 : cf. Grumel, n° 1068 ; Dölger, Regesten, n° 1468). La position donc de Basile dans cette partie de la liste d’Héraclée n’a qu’une valeur purement hypothétique.

197Pierre. Il signa au bas de l’acte impérial qui déposa le patriarche Cosmas Attikos, accusé de bogomilisme, vers le 26 février 1147 (Lemme de codex Barocc, f° 577v ; cf. Dölger, n° 1351). Il assiste au synode qui jugea Sôtèrichos Panteugénos et en signe les procès-verbaux, en mai 1157 (PG, 140, 200A ; cf. 197B ; Sakkeliôn, PM, 327 ; Darrouzès, Listes Synodales, 77 et 58-61 ; cf. Grumel, nos 1041, 1043 et 1042). On ne sait pas si le même Pierre occupait le siè

198ge en 1143, où le nom seul de la ville est cité dans les listes synodales de 1143, mais il y est sûrement en 1156 (Mansi, XXI, 584D ; PG, 140, 147D).

199Michel. Il occupe déjà son poste en septembre 1161 : il reçoit un écrit contenant un ordre (prostagè) signé par quatre clercs de sa métropole, concernant un contrat de bail. En février 1164, il soumit ce document avec d’autres au synode, soulevant la question du maintien des baux des biens ecclésiastiques conclus au sujet dés enthyria et des autourgia (Uspenskij, Mnenija, 309-321 ; Papad.-Kerameus, Analekta, IV, 106 ; date rectifiée par Grumel, n° 1055). Il assista au synode et signa l’Ekthésis sur des questions dogmatiques, de mai 1166/juillet 1167 (PG, 140, 238C, 256A, 257B-C, 276A ; cf. Grumel, nos 1073, 1075 ; Chalandon, Les Comnène, 651). Il participa au synode qui condamna à l’anathème Constantin de Corfou et en signa l’acte final, en janvier-février 1170 (PG, 138, 212C ; Petit, Documents, 4802, 48235, 48913, 4915 ; cf. Grumel, n° s 1109-1112. Je me contente de renvoyer aux éditions existantes ; pour celle de S. Sakkos, voir D. Stiernon, REB, 28, 1970, 278-280). Michel doit être le métropolite cité par son siège dans une liste de 1169 (Mansi, XXI, 840e) et il est nommément cité dans une autre, de nov. 1171 (PG, 119, 788C ; Laurent, EO, 33, 1934, 3104).

200Théodore (Kritopoulos). Successeur peut-être de Michel, il est premièrement connu par la version arménienne de la lettre synodale au Katholicos d’Arménie, de janvier 1177 : sa signature figure parmi celles de 19 prélats (Patr. Or. XXI, 605 ; cf. Grumel, n° 1132) ; il assista aussi au synode de sept. 1177 (cf. Grumel, n° 1134). Mentionné parmi les exégètes de l’Évangile de saint Matthieu (Sp. Lambros, NE, 1, 1904, 90). Il abdiqua en février 1189 : voir sa démission dans PG, 140, 1129c-l132c ; J. Ivèritis, Grég. Pal., 1, 1917, 350-351 (cf. Darrouzès, Transferts, 162, n. 29).

201Manuel. Il assiste au synode et signe deux actes du patriarcat de Georges Xiphilin, en nov. 1191 et en janvier 1192, établissant les droits des évêques sur les églises construites sur un terrain consacré déjà par une stauropègia (Sakkeliôn, DIEE, 3, 1889, 419, 423 ; Papad.-Kerameus, BZ, 11, 1902, 75 ; Idem, Analekta, I, 4621 ; Grumel, nos 1179, 1180). Il souleva en synode la question des baptêmes des enfants musulmans (PG, 144, 1108C).

2. ANDRINOPLE

202Comme pour Héraclée, le problème se pose au sujet d’Andrinople d’une confusion possible entre les quatre villes épiscopales citées dans les notices sous ce nom Ἀδριανούπολις : Andrinople d’Hémimont (métropole depuis toujours), Andrinople de l’ancienne Épire (évêché sous différentes métropoles, dite aussi Drynoupolis ou Dryinoupolis), Andrinople de Pisidie (évêché d’Antioche), Andrinople d’Honorias (évêché de Klaudioupolis). Ce problème concerne non pas les notices où l’identité des villes est facilement repérable, mais les sceaux sans référence géographique ainsi que les listes synodales dans certains cas (cf. Mansi, VI, 1179C ; XII, 998A, 1103D, 369D ; cf. Laurent, Synodicon, 17-18, 20).

203Manuel. Titulaire du siège en 787 : il assiste au concile de Nicée II et en signe les actes en qualité d’« évêque » d’Andrinople (Mansi, XII, 994C, 1094D ; XIII, 137C, 365D, 384A ; Darrouzès, Nicée, 13, 59 et n. 55). Il est identifié avec le « très saint archiéreus » qui, après la prise d’Andrinople par Krum en 813, fit partie de ses habitants emmenés en déportation en Bulgarie, voire, éventuellement, au nord du Danube, où il leur avait été permis de vivre dans une colonie auto-gouvernée, appelée « Macédoine » (voir plus bas). Les prélats de Déveltos et de Nikè se trouvaient du nombre (voir infra, p. 284, 300), ainsi que les parents du futur empereur Basile Ier et lui-même en bas-âge. Voir les différentes versions du récit de la mise à mort de Manuel et de plusieurs de ses compagnons (814/815) : Scriptor incert. 3452 ; Théoph. Contin., 2166-2175 (Const. Porphyr., Vita Basilii) ; Georg. Contin., 765 ; Simeôn mag ibid., 81723 ; Cedrènos, II, 185 ; Skylitzès, Thurn, 1165-117122 ; Zônaras, III, 408 ; en particulier, les sources hagiographiques : Synaxaire de Const. (22 janvier), col. 415 ; Ménologe de Basile II : PG, 117, 276D-277A ; Prolog slave, in Ch. Loparev, Zapiski de IRAO, 3, 1888, 341 ; J. Martinov, Annus eccl. graeco-slavicus, AASS, XI octobre, p. 50 (22 janvier). Pour l’analyse de ces événements, voir H. Grégoire, Byz., 9, 1934, 762-767 ; cf. Beševliev, Nadpisi, n° 2 et p. 111 ; aussi, Bury, Eastern Empire, 356, 359 (l’auteur se réfère à la « Macédoine » et aux « Macédoniens » dans le sens géographique du terme, tandis qu’il s’agit évidemment du thème de Macédoine, en Thrace orientale, lieu d’origine des déportés et source de l’appellation de leur colonie (v. supra, p. 223 ; cf. Zlatarski, Istorija, I/1, 277-278, 291, 293). Λ signaler que la tradition des chroniqueurs et du Synaxariste quant au lieu du martyre ne s’accorde pas avec celle du Synodikon : Manuel et les autres évêques auraient été mis à mort à Andrinople même (Laurent, Synodicon, 8, n° 1 ; cf. p. 13-14).

204Grégoire. Évêque d’abord de Provaton, il fut transféré à la métropole d’Andrinople par Ignace (Darrouzès, Transferts, n° 35 et p. 201) lors de son premier mandat (847-858), paraît-il, puisqu’en 867 (début du second mandat), on trouve sur le siège le prélat qui suit.

205Cosmas. Présumé ignatien, attesté au concile de 869/870, dont il signe les actes (Mansi, XVI, 144E, 159D, 194C ; cf. Le Quien, I, col. 1174). Sa présence dans le Synodikon reste problématique (Laurent, Synodicon, 19).

206Philippe. Présumé pro-photien, attesté au concile de 879 (Mansi, XVI, 194C ; XVII A, 373B ; cf. Le Quien, l. c). Cité dans le Synodikon (Laurent, 8, n° 7).

207Sophrônios. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 377A ; cf. le cas analogue des deux Jean d’Héraclée, supra, p. 268), Probablement l’un des prélats ordonnés par Ignace au cours de son second mandat. Absent du Synodikon.

208Basile, Constantin. Cités uniquement dans la liste du Synodikon (Laurent, 8, nos 8-9 ; cf. p. 19), ils doivent être situés à l’extrême fin du ixe siècle.

209Étienne. Accusé dans une lettre d’Aréthas, adressée au métropolite Grégoire d’Éphèse qui avait pris sa défense, de s’être volontairement livré aux Bulgares et d’avoir trahi sa foi (Aréthas, Scripta Minora :

210Westerink, I, n° 362,23 ; première édition : S. Šestakov, Β Sl, 1, 1927, 161-163). Cet événement devait être situé en 923, date de la deuxième prise de la ville par Symeôn (cf. Kougéas, Aréthas, 17-18 ; n. Béès, Ellènika, 1, 1928, 368-369 (il propose la première prise d’Andrinople, en 914) ; Zlatarski, Istorija, I/2, 455 sq.). Étienne ne figure pas dans le Synodikon. Sur Grégoire d’Éphèse par rapport à Photius d’Héraclée, mentionnés dans la correspondance du patriarche Nicolas Ier, voir supra, p. 269.

211Daniel, Nicélas, Constantin, Serge. Cités dans le Synodikon (Laurent, Synodicon, 8, nos 10-13) ; placés avec réserve dans le courant du xe siècle (ibid., 19).

212Nicolas. Tenant la deuxième place dans le Synodikon, qualifié de « très saint... nouvel Eleèmôn ... myrovlytès ... » (ibid., 8, n° 2 ; cf. p. 14), il jouissait pour cela d’un culte local ; il a été identifié avec le proèdre (cf. supra, p. 270) d’Andrinople qui assista Jean Tzimiscès à ses derniers moments, en janvier 976 (Léon Diacre, 1784). Un sceau daté de la seconde moitié du xe siècle lui est attribué (Laurent, V/1, n° 717).

213Agapètos. Mentionné par le Synodikon (n° 14), attesté dans plusieurs listes de présence et de signature en divers synodes du patriarcat d’Alexis Studite (1025-1043), notamment, en 1027, 1028, 1030 (Mansi, XIX, 468B, 477B ; PG, 119, 837C, 844C ; Ficker, Erlasse, 201).

214Jean, Étienne. Cités dans le Synodikon (nos 15-16) ; placés avec réserve dans la première moitié du xie siècle.

215Eusèbe. Mentionné par le Synodikon (n° 17 ; cf. p. 20) ; cité dans la liste de présence du synode de juillet 1054, qui rejeta le décret d’excommunication déposé par les légats romains contre le patriarche Michel Cérulaire (PG, 120, 737 ; Will, Acta et Scripta, 156 ; Grumel, n° 869).

216Panthèrios. Cité dans le Synodikon (n° 18) ; mentionné dans la liste de présence du synode, le 14 mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 5722, 60, 66).

217Nicéphore. Cité dans le Synodikon juste après Panthèrios (n° 19) ; il figure dans la liste synodale de mars 1082 (Uspenskij, Deloproiz-vodstvo, 306 ; Gouillard, Jean l’Italien, 1375). Deux sceaux datés de la seconde moitié du xie siècle semblent lui avoir appartenu (Laurent, V/1, nos 718 et 719). Pour l’argumentation au sujet d’un certain Nicolas Andrinopolitain (ou d’Andrinople), contemporain de Nicéphore, neveu et partisan de Léon de Chalcédoine mais non pas métropolite d’Andrinople, voir Oikonomidès, Décret, 66-67, 78 ; cf. Laurent, ibid., p. 545 ; Gautier, Blachernes, 216, n. 2.

218Eustathe, Myrôn, Marc. Mentionnés par le Synodikon (8, nos 20-22), inconnus par ailleurs.

219Léon. Cité dans le Synodikon (n° 23 ; cf. p. 21). Il figure dans les listes de présence du procès de Sôtèrichos Panteugénos, en mai 1157 ; manquant la séance de signature « parce qu’il se trouvait hors de la ville », il signa vers la fin de la liste en s’expliquant par une note (PG, 140, 177A-B, 180C, 193A-B, 196B : Léon d’Andrinople, mais aussi Léon l’Andrinopolitain, signifiant ici le titulaire de la métropole, cf. rubrique Nicéphore. Darrouzès, Listes Synodales, 60-61, 77). Pour d’autres signatures apposées de la même façon que celle de Léon, dans les listes de 1166, voir ibid., 65-66. Sur le personnage, cf. Chalandon, Les Comnène, 642 et n.

220Georges. Cité dans le Synodikon (8, n° 24 ; cf. p. 21) ; il assiste à l’acte synodal de juillet 1173, qui transféra à Kérasous, Michel, ancien métropolite d’Amaseia et ensuite d’Ankyra (Athénagoras, Orthodoxia, 5, 1930, 543 ; Darrouzès, Transferts, n° 58 et p. 210 ; cf. Grumel, n° 1126). En janvier 1177, Georges est signataire de la lettre synodale adressée au Catholicos d’Arménie par le patriarche Michel d’Anchialos (1170-1178 ; seule conservée, la version arménienne, cf. Grumel, n° 1132 ; voir supra, p. 274, Théodore).

221Christodule, Eustathe, Théodose, Théodore, Gérasime. Connus exclusivement du Synodikon (8-9, n° s 25-29) ; supposés s’être succédés sur le siège à de courts intervalles, de 1177 à 1204, et de 1225 à 1241 : ces dernières dates marquent en effet la domination successive sur la ville de Jean Vatatzès, de Théodore Comnène et d’Ivan Asen II (cf. Asdracha, Les Rhodopes, 145, 241-243). Le successeur des prélats ci-dessus, Germain Markoutzas (avant mai 1250-mai 1265), le seul métropolite d’Andrinople à accéder au trône patriarcal (mai 1265-septembre 1266) n’est pas cité dans le Synodikon, en raison sans doute de ses activités unionistes (cf. Eadem, REB, 31, 1973, 293-294).

B. Les archevêques à partir du concile de Nicée II (787)

VIZYÈ

222Théodore. Qualifié d’« épiskopos », il est pourtant archevêque au concile de 787, auquel il assiste et dont il signe les actes (Mansi, XII, 994D, 1095A ; XIII, 140D, 367E-368A ; Darrouzès, Nicée, 20). Un sceau d’un « évêque » Georges, daté par les éditeurs de 787-815 (Zacos-Veglery, I/II, n° 1332 : « on pourrait lire Serge » ; pourtant le siège est occupé à la date indiquée par Théodore) doit plutôt être rapproché de l’archevêque homonyme, bien connu des conciles de 680/681 et de 691/692, propriétaire d’un autre sceau daté de la seconde moitié du viie siècle (Laurent, V/3, n° 1806).

223Michel. Attesté au concile anti-photien de 869/870, dont il a signé « omnia quae... judicata sunt... (subscripsi.) manu propria » (Mansi, XVI, 191D ; cf. ibid., 144A-158D : « metropolita Bizyae » ; il s’appelle « archevêque » seulement dans la liste de signature).

224Pierre. Présent au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 373E).

225Euthyme. Mentionné dans la Vie de Sainte-Marie la Jeune († 902), protectrice de la ville de Vizyè : il avait assisté à sa mort (AASS, novembre IV, col. 697A ; infra, p. 301). Sur cette sainte et sur l’église épiscopale où elle fut enterrée, voir C. Mango, ZR, 11, 1968, 9-13 ; cf. G. Lambousiadès, Thrakika, 9, 1938, 65-66.

226Nicétas. Attesté au synode de janvier 1028 (Mansi, XIX, 477B ; cf. Grumel, n° 835) et de mai 1030 (Ficker, Erlasse, 2010 ; cf. Grumel, n° 839). Son successeur fut probablement le prélat anonyme qui s’intitule proèdre et syncelle sur un sceau daté de la période antérieure au mois d’août 1094 (Laurent, V/3, n° 1807) : date du prostagma d’Alexis Ier qui entraîna la suppression de l’usage du titre de syncelle (Dölger, Regesten, n° 1175 ; cf. Grumel, Les métropolites syncelles, 105-107 ; voir supra, p. 272). On peut ainsi serrer de plus près la chronologie de ce sceau, fixant le terminus ante quem de son propriétaire en mars 1072.

227Léon. Attesté au synode du 14 mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 5732, 61), il réapparaît à celui de la fin 1094 (Mansi, XX, 1105B ; Gautier, Blachernes, 21911 et 272 : Léon aurait assisté au procès d’Eustrate de Nicée, en 1117) ; voir rubrique suivante.

228Nicolas. Connu par un sceau daté de la fin du xie siècle, où il porte le titre de proèdre (Laurent, V/3, n° 1808). L’absence du titre de syncelle en rapport avec ce qui a été dit à la rubrique de Nicétas m’incite à situer ce prélat immédiatement après Léon. Peut-être est-ce lui et non pas Léon, le métropolite qui participa au procès d’Eustrate de Nicée, en avril 1117 (éd. : P. Ioannou, REB, 10, 1952, 31 ; cf. Dölger, Regesten, n° 1273 ; Grumel, n° 1003 ; Darrouzès, Ecclésiologie, 59).

229Théodore. Il figure dans les listes de présence mais pas dans celles de signature au procès de Sôtèrichos Panteugénos, en mai 1157 (PG, 140, 180C ; Sakkeliôn, PM, 317 (siège) ; Darrouzès, Listes Synodales, 77 ; cf. Grumel, n° s 1041, 1043 ; voir supra, p. 277). Par contre, il souscrit au tomos de 1166 concernant des questions dogmatiques (PG, 140, 260C ; cf. DHGE, 9, 1937, col. 44-45, s.v. Bizya (R. Janin) [liste à corriger pour le xie et le xiie siècle]. Il n’est pas sûr qu’il soit le métropolite anonyme de Vizyè, qui signa la déposition de Cosmas Attikos, en février 1147, cf. supra, p. 273, Pierre.

230Jean. Il participa à un certain nombre de synodes : en 1170 (PG, 138, 212D ; Petit, Documents, 48012, 4917 ; cf. ibid., 48525, 48916 (sièges) ; cf. Grumel, n° s· 1110-1112) ; en 1171 (Mansi, XXII, 124D) ; en 1173 (PG, 119, col. 908 ; Rhallès-Potlès, V, 394 ; cf. Grumel, n° 1126 : il est absent, comme Jean d’Ainos, de deux manuscrits).

231Nicétas (ou Nicolas). Il assista au synode de janvier 1192, qui s’occupa des droits des évêques (I. Sakkeliôn, DIEE, 3, 1889, 423 : Nicétas ; Papad.-Kerameus, Analekta, I, 4628 : Nicolas, lecture différente de l’abréviation ; cf. Grumel, n° 1180).

ARKADIOUPOLIS

232Jean. Intitulé « épiskopos », il est pourtant archevêque au concile de 787, où il siège et dont il signe les actes (Mansi, XII, 994e, 1095B, 1099A ; XIII, 140E, 368A, 384C ; Darrouzès, Nicée, 20). Il ne faut pas le confondre avec Nicéphore l’évêque d’Arkadioupolis, suffragant d’Éphèse, qui assiste au même concile (Mansi, XIII, 373B, 388A ; Darrouzès, ibid., 27-29 (tableau de la p. 28), 57) : le problème posé est analogue à celui d’Héraclée, d’Andrinople, de Nikaia/Nikè et d’autres sièges homonymes d’Europe et d’Asie.

233Basile. Attesté au concile de 879 (Mansi, XIII, 373C).

234Syméôn. Le deuxième titulaire d’Arkadioupolis qui assiste, lui aussi, au concile de 879 (Mansi, ibid., 376A) pourrait avoir appartenu au parti opposé à celui du précédent (voir supra, p. 275) ; il n’est pas impossible pourtant qu’il soit le suffragant (il est inscrit juste après Grégoire d’Héraclée du Latros).

235Pierre. Propriétaire d’un sceau, daté du ixe-xe siècle (Laurent, V/1, n° 823) : il y porte le titre d’archevêque.

236Jean. Il signe le tomos contre l’hérésie des Jacobites (Ficker, Erlasse, 278 ; cf. Grumel, n° 840). Il n’est pas improbable qu’il s’identifie au propriétaire d’un sceau daté (de la fin) du xie siècle (Laurent, V/1, n° 824).

237Léon. Destinataire d’une lettre de Nicétas Stéthatos citée dans sa Profession de foi, appelé « proèdre d’Arkadioupolis (Darrouzès, Stéthatos, 4585-6 ; cf. p. 13, 23). Il est possible qu’il soit l’archevêque de Léontopolis d’Isaurie, transféré à Arkadioupolis sous le patriarcat de Nicolas Grammatikos (voir Darrouzès, Transferts, n° 51 et p. 207-208 ; cf. supra, p. 232).

238Nicolas. Il appose sa signature au bas de l’acte impérial qui destitua le patriarche Cosmas Attikos accusé de bogomilisme, en février 1147 (Mansi, XXI, 705 ; Rhallès-Potlès, V, 311 ; cf. Dölger, Regesten, n° 1351).

239Constantin. Il assiste au synode de 1157 et en signe les actes (PG, 140, 180e ; Sakkeliôn, PM, 328 ; Darrouzès, Listes Synodales, 77 ; cf. Grumel, n° 1043) ; même chose en 1166/1167 (PG, 140, 200C, 237B, 256A-B, 260D ; cf. ibid., 268D, 276A (sièges) ; cf. Grumel, n° s 1059, 1073-1075) et en 1170 (Petit, Documents, 48013, 48835, 4917 ; 48526-32, 48917 ; cf. Grumel, nos 1109-1112 ; DHGE, 3, 1924, col. 1485 (R. Janin) ; peut-être aussi en janvier 1171 (V. Laurent, EO, 33, 1934, 31089 (siège) ; cf. Grumel, n° 1119). Il ne faut pas le confondre avec un Michel, évêque d’Arkadioupolis (d’Éphèse), qui figure parmi les signataires, exclusivement d’Asie Mineure, d’une liste synodale de juillet 1167 (Petit, ibid., 4782).

PROKONÈSOS

240Nicétas. Intitulé « évêque », il est pourtant archevêque au concile de 787, auquel il assiste et dont il signe les actes (Mansi, XII, 994D, 1095C ; XIII, 141A, 385A ; Darrouzès, Nicée, 20).

241Ignace. Attesté au concile phobien de 879 (Mansi, XVII A, 373D).

242Denis. Attesté dans la liste synodale de nov. 1027 (Mansi, XIX, 468B, 477B ; cf. Grumel, n° 833) et dans celle de mai 1030 (Ficker, Erlasse, 2016 ; cf. Grumel, n° 839.

243Léon. Connu par un sceau daté du xie siècle : il s’y intitule « archevêque » (Laurent, V/1, n° 829).

244Nicétas. Propriétaire d’un sceau daté du xie siècle, même titre « archevêque » (Laurent, ibid., n° 830).

245On ne saurait inclure dans la liste de Prokonèsos un Cosmas, prétendu archevêque sous le règne de Michel VII Doukas (1071-1078), mentionné dans l’Akolouthia tardive d’un Saint-Timothée, qui aurait vécu dans l’île au vie ou au ixe siècle (cf. M. Gedeôn, EA, 4, 1884, 628-629). Voir Janin, Églises, 211, n° 6.

246Isaac. Il assiste au synode de 1166/1167 et en signe les actes (PG, 140, 237B, 256B, 260D ; cf. ibid., 245B, 268D, 273A (sièges) ; cf. Grumel, nos 1059, 1075). Contrairement à la plupart des archevêques qui sont les mêmes à signer les listes de 1166 et de 1170, il est remplacé dans ces dernières par le titulaire suivant.

247Théodore. Il signe en 1170 la liste synodale de l’acte condamnant à l’anathème Constantin de Corfou (Petit, Documents, 4898) ; sur la date exacte des signatures apposées, voir Grumel, n° 1112 ; cf. ibid., nos 1109-1111.

SÈLYVRIA

248Le titulaire du siège, déjà archevêque, est absent des listes de Nicée II.

249Syméôn. Il est présent au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373D).

250Jacob. Propriétaire d’un sceau daté du début du xe siècle (Laurent, V/1, n° 831) : il y porte le titre archevêque. Cf. K. Konstantopoulos, Thrakika, 1, 1928, 257-260.

251Antipatros. Il signe le tomos contre les Jacobites, en avril 1032 (Ficker, Erlasse, 2711 ; cf. Grumel, n° 840). Ce nom est rare mais porté par un saint évêque de Bostra, en Arabie Petraia, qui y vécut la première moitié du ve siècle (fête : 13 juin, AASS, juin III, p. 179).

252Jean. Il assiste au synode de 1157, mais il ne figure pas dans la liste de signature (PG, 140, 180C ; Darrouzès, Listes Synodales, 77 ; cf. ibid., 74 ; cf. Grumel, nos 1041, 1043).

253Théodule (la lecture « Théodore » est à supprimer). Il assiste au synode de 1166 et en signe les actes en tant qu’archevêque (PG, 140, 237B, 256B, 260D ; cf. 268D, 269D, 245C, (siège) ; cf. Grumel, n° 1059 ; Darrouzès, Listes synodales, 74-75. Promu métropolite, il assista aux synodes de 1169, 1170 et 1171, et en signa les actes (Mansi, XXI, 841A ; Petit, 48012, 48831, 4916-7 ; cf. 48519, 48916 (siège) ; Pavlov, Sinodaljnyj akt, 391 ; cf. Grumel, n° s 1085, 1109-1112 - pourtant, il paraît qu’il n’y eut pas de changement de titulaire en 1170 - ; n° s 1118-1120).

254Théodore. Connu par un sceau non daté, il s’y intitule « archevêque » (Zacos-Nesbitt, II, n° 724 ; sur cet ouvrage, v. Oikonomidès, REB, 44, 1986, 263-267). Il serait tentant, malgré les données contradictoires, d’en faire le successeur du précédent, en 1171, mais ceci reste dans le domaine des hypothèses.

APROS

255[ ?] Justin. Connu par une inscription non datée, trouvée près d’Apros (Taşliklioğlu, Epigrafya, II, p. 83-84, n° 11 : selon l’éditeur, il s’agit d’une épitaphe, ce qui n’est pas probable d’après le texte) : qualifié de « très saint », il devait avoir participé (1. 3 : τσυν[δρομῇ] au lieu de τσυν[εδρίᾳ] de l’éditeur) à la fondation ou à la restauration d’un bâtiment ( ?) (église ?), avec un Georges, « très illustre », au mois de juin, indiction E’. La présence d’un illustrissimus permet de remonter à la période protobyzantine sans plus. Justin pourrait être l’un des premiers archevêques d’Apros (cf. l’emploi de άγιώτατος à propos de Manuel d’Andrinople).

256Jean. Il est archevêque au concile de 787, auquel il assiste et dont il signe les actes en s’intitulant « épiskopos » (Mansi, XII, 994E, 1095D ; XIII, 141A, 368A, 385A ; Darrouzès, Nicée, 20). Un moine Nicolas, appelé higoumène du monastère d’Apros et topotèrètès (ou τόπονπέχων) du métropolite de Tyana dans les listes du concile (Mansi, XII, 994B, 1091A, 1150e ; XIII, 136C), pourrait être attaché à la ville thrace plutôt qu’à un couvent de ce nom qui constitue un hapax (cf. Janin, Églises, 427, n. 4 ; Darrouzès, Nicée, p. 13, n. 7, p. 14).

257Savas. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373D, 513B).

258Stratègios. Il assista au synode de nov. 1027, qui entérina le décret du patriarche Alexis Studite sur les donations de biens aux monastères (Mansi, XIX, 468B, 477B ; PG, 119, 837C, 844C ; cf. Grumel, n° 833 ; DHGE, 3, 1924, col. 1076 (R. Janin).

259Nicétas. Signataire du tomos contre les Jacobites, en avril 1032 (Ficker, Erlasse, 2713 ; cf. Grumel, n° 840).

260Michel. Attesté au synode de mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 5736, 61), il serait le propriétaire d’un sceau daté de la seconde moitié du xie siècle (Laurent, V/1, n° 838). Par contre, on doit lui retirer une bulle à lui attribuée et appartenant à un évêque (anonyme) d’Agrai (ibid., p. 651 et n° 543).

261Romain (Artavasdos). Il eut un des plus longs mandats connus, passant du rang d’archevêque à celui de métropolite avec la promotion du siège, après le janvier 1171 (voir supra, p. 235). Il signe en archevêque les listes synodales de 1166/1167 (PG, 140, 281B : Ἄπ(ρου) ; cf. Grumel, n° 1075 ; Chalandon, Les Comnène, 651) et de 1170 (Petit, Documents, 48014, 48837 ; cf. 48533, 48918 (sièges) ; cf. Grumel, n° 1109). En janvier 1171, encore archevêque, il souleva en synode la question de l’interdiction des emplois séculiers aux membres du clergé, voire aux lecteurs (cf. Grumel, n° 1119, et Darrouzès, Listes Synodales, 75, qui le donnent pour métropolite, mais il est encore archevêque : voir V. Laurent, EO, 33, 1934, 31014 ; 3109 ; aussi, Notitiae, 132-133). C’est comme métropolite qu’il provoqua une décision sur un cas de mariage, en juillet 1179 (Mansi, XXII, 208B ; PG, 138, 764A ; cf. Grumel, n° 1152). Dernières manifestations de Romain : novembre 1191 (Sakkeliôn, DIEE, 3, 1889, 419 ; Papad.-Kerameus, BZ, 11, 1902, 75 ; cf. Grumel, n° 1179) ; janvier

2621192 (Sakkeliôn, ibid., 423 ; Papad.-Kerameus, Analekta, I, 4627 ; cf. Grumel, n° 1180) ; février 1197 (PG, 119, 888A ; Rhallès-Potlès, V, 101 ; cf. Grumel, n° 1185).

263Sur « Artavasdos », connu comme prénom du viiie au xe siècle et comme patronyme à partir du xie, famille d’origine arménienne largement représentée au service de l’empire, pendant les xie et xiie siècles, voir L. Petit, IRAIK, 6, 1900, 57-58 ; Schlumberger, Sigillographie, p. 263, Zacos-Veglery, I/1, nos 35, 262 ; Ahrweiler, Smyrne, 168 ; mais surtout, la liste complétée par Každan, Armjane, p. 111-114 : Stratègoi, un étairiarque, un spatharo-candidate, un patrice, un vestiaire, un vestès et hypatos, un mystographe, etc., plusieurs propriétaires terriens même en Italie du Sud ; notre Romain Artavasdos, p. 114, n° 12. En revanche, on ne saurait déchiffrer dans la version arménienne de la lettre de Michel d’Anchialos au Catholicos d’Arménie, Apros sous Aprnatzvoj dont le titulaire Basile figure parmi les signataires (voir Grumel, n° 1132).

RHOUSION

264Jean. Il est signataire dans la liste conciliaire de 869/870 (Mansi, XVI, 192A : Ioannes archiepiscopus Russii ou « Rusu » ; là-dessus, voir supra, p. 237 et infra, la rubrique Léon).

265Tryphôn. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 363D).

266Euthyme. Connu par la lettre mentionnée d’Aréthas à Grégoire d’Éphèse (Scripta Minora : Westerink, n° 3618-19 ; cf. Béès, Ellènika, 1, 1928, 369-370) : cité comme exemple de comportement courageux envers les Bulgares, lors de l’attaque de Syméôn, en 923, en parfait contraste avec Étienne d’Andrinople (voir supra, p. 275-276).

267Léon. Il assiste au synode de mai 1030 et signe le tomos contre les Jacobites, en avril 1030 (Ficker, Erlasse, 2018 : « Léon Rhousiou » ; ibid., 279 : « Léon Rhousias » ; cf. Lambros, Catalogue, I, 81, n° 9 ; II, 116, n° 141 : « Léon Rhôsias » ; cf. Grumel, n°os 839-840).

268Théophylacte. Il figure dans la liste de présence du synode, au mois de mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 5837, 61).

KYPSELLA

269Théophylacte. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 994D, 1095D ; XIII, 141A, 368A, 385A ; Darrouzès, Nicée, 20) : il se dit « épiskopos » tout en étant archevêque.

270Étienne. Intitulé « archevêque », il figure dans les listes de présence et de signature du concile de 869-870 (Mansi, XVI, 135a, 144B, 158D, : « métropolita », 192A).

271Étienne. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373D, 513B).

272Nicolas. Propriétaire d’un sceau datable du xe siècle (Zacos-Nesbitt, II, n° 242) : il s’y intitule « archevêque ».

273Léon. Il est parmi les signataires du tomos du patriarche Sisinnius (996-998) concernant des empêchements de mariage, en février 997 (PG, 119, 741A ; cf. Grumel, n° 804). Un sceau l’appelant « archevêque de Kypsellou » lui est attribué (Laurent, V/1, n° 839 ; cf. supra, p. 273, Basile).

274Pierre. Attesté dans les listes de présence de certains synodes sous le patriarcat d’Alexis Studite (1025-1043) : en nov. 1027, au sujet des donations des monastères (Mansi, XIX, 468B ; cf. Grumel, n° 833) ; en mai 1030, au sujet des Jacobites (Ficker, Erlasse, 2017 ; cf. Grumel, n° 839), et en avril 1038, au sujet d’un mariage de consanguinité (PG, 119, 741A ; cf. Grumel, n° 844).

275Démétrius. Attesté dans une liste synodale de signature, en décembre 1079, à la fin d’un chrysobulle de Nicéphore Botaneiatès concernant des questions pénales (Gouillard, Un chrysobulle, 3135, 34 ; cf. Dölger, Regesten, n° 1047).

276Jean. Il signa une série d’actes synodaux, en 1166/1167 (PG, 140, 281B ; cf. Grumel, n° 1075), en 1170 (Petit, Documents, 48014, 48838, 48918 ; cf. Grumel, n° 1112) et en 1171 (Pavlov, Sinodaljnyj akt, 391 ; Laurent, EO, 33, 1934, 3109 (siège) ; cf. Grumel, nos 1119-1120).

NIKÈ

277Jean. Il figure dans une liste de présence et dans la liste de signature du concile de 787, en tant qu’« évêque de Nikaia de Thrace » (Mansi, XIII, 373A, 388C). Il est reclassé sous Héraclée dans la liste de signature (Darrouzès, Nicée, 30 [lege Jean à la place de Léon], 57-59). Il y a difficulté dans certains cas à distinguer ses titulaires de ceux de la grande métropole d’Asie Mineure (cf. infra, à propos de l’archevêque Jean).

278Léon. L’un des trois évêques morts en Bulgarie (ou à Andrinople) (Synaxaire de Constantinople, 22 janvier : col. 414-415 ; cf. Darrouzès, Nicée, 58 et n. 55 ; supra, p. 00) ; les deux autres étaient le métropolite d’Andrinople Manuel et l’évêque de Déveltos, Georges, avec d’autres non identifiables (814/815). La qualification « évêque » du Synaxaire, bien que dépourvue de sens technique, correspondrait dans ce cas précis au rang réel de Jean, vu que la promotion du siège en archevêché se situe pendant le premier patriarcat de Photius (Grumel, Jean de Nikè, 170, voir rubrique suivante).

279Jean, Promu archevêque sans doute par Photius, il est l’envoyé du patriarche et porteur de ses lettres au prince Ashot et au Catholicos Zacharie d’Arménie, en 862 et, peut-être, en 878/879 (Darrouzès, REB, 29, 1971, 14118 ; Photius, Epistulae : Laourdas-Westerink, III, nos 28418 et p. 3 [comm.], n° 285). Il assista au concile de Širakavan dont les Actes l’appellent Vahan Nikioy arkiepiskopos (Papad.-Kerameus et Marr, Pravosl. Palest. Sbornik, 11/1, 1892, 196 (en arménien) ; cf. Grummel, nos 473, 515-516. Pravosl. Pal. Sbornik, ibid., Priloženie VII : p. 179-210 : version arménienne de la lettre de Photius au Catholicos ; p. 210-213 : lettre de Photius à Ashot). Sur son identification, voir V. Grumel, l’envoyé de Photius au Catholicos Zacharie avec la suscription : « Jean, archevêque de Nicée » (PG, 96, l’ambiguïté Nikè/Nikaia en attachant ce Jean à la ville thrace. Jean avait lui-même adressé une lettre sur la fête de Noël au Catholicos Zacharie avec la suscription : « Jean, archevêque de Nicée » (PG, 96, 1436) mais il ne serait pas l’auteur d’une Invective, dite Ire du Pseudo-Isaac le catholicos, que lui ont attribuée Anastase de Nicée et Nikôn de la montagne Noire (V. Grumel, ibid., 185-188). Jean serait mort ou aurait été transféré ailleurs peu avant la fin de 879, puisqu’il ne figure pas au concile de 879/880, où assiste le titulaire qui suit.

280Théodore. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373C), devait être le successeur immédiat de l’archevêque Jean.

281Démétrius. Il signe les actes de 1166 (PG, 140, 260d ; cf. 269B, 273A (siège) ; cf. Grumel, nos 1059, 1073) et le tomos de mars 1171 (Pavlov, Sinodaljnyj akt, 391 ; cf. Grumel, n° 1120). C’est le même qui assista au synode en mars 1169 (Mansi, XXI, 841A ; cf. Grumel, n° 1085).

282Georges. Il prit part au synode de février 1197, qui délibéra sur les droits des évêques dans leur diocèse (PG, 119, 888A ; cf. Grumel, n° 1185).

DRÈZIPARA/MESÈNÈ

283Pour cette association des deux sièges, voir supra, p. 238-239.

284Cyriaque. Archevêque, il représente Drèzipara au concile de 787 (Mansi, XII, 1098A ; XIII, 368B, 384B : intitulé « épiskopos » ; Darrouzès, Nicée 20). Il ne faut pas confondre le siège de Mesènè avec les deux homonymes, suffragants, l’un de Corinthe, en Péloponèse, l’autre de Syracuse, en Sicile (cf. Mansi, XII, 994C, 1095A ; XIII, 140A, 365E, 384BC (787) ; XVI, 144C, 159A, 195A (869) : Mesènè de Sicile, évêque Grégoire ; cf. Kyriakidès, Mélétai VI, 88).

285Philippe. Il représente le siège de Mesènè au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373C).

286Un « métropolite » Jean de Mesènè (Mansi, XXI, 707A ; Rhallès-Potlès, V, 31035) qui paraît souscrire à la déposition de Cosmas Attikos, en 1147, est en fait métropolite de Mésemvria, voir infra, rubrique.

287Georges. Attesté au synode de mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 5838, 61).

288Nicétas. Signataire au synode de janvier 1170 (Petit, Documents, 4891 ; cf. Grumel, n° 1109).

GARELLA

289Sisinnius. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 1110D ; XIII, 149C, 372D, 397A ; Darrouzès, Nicée, 54) : il est suffragant d’Andrinople (voir supra, p. 239-240 et 265).

290Hypatius. Présent au concile de 870 avec le titre archevêque (Mansi, XVI, 158D, 192C : archiepiscopus Garihelae).

291Basile. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 374C).

292Léon. Connu par un sceau daté du xe-xie siècle : il s’y intitule évêque mais il est certainement archevêque (Laurent, V/1, n° 841).

293Théodore. Propriétaire d’un sceau estimé du milieu du xie siècle (Laurent, ibid., n° 843).

294Nicétas. Connu par deux sceaux datés de la seconde moitié du xie siècle (Laurent, V/1, n° 842 et V/3, n° 1816) : sur la première bulle, il porte son titre archevêque, sur la seconde, il s’intitule proèdre (cf. supra, p. 270, Nicéphore).

295Vrysis (voir supra, p. 240-241 et infra, p. 301).

296Nicétas. Archevêque, attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 373C).

297Léon. Attesté dans l’acte synodal de nov. 1027, concernant les donations de monastères (Mansi, XIX, 468B, 477B ; PG, 119, 837C, 844C ; cf. Grumel, n° 833).

298Jean. Il figure dans la liste de présence du synode qui délibéra sur l’élection et l’ordination des évêques, le 14 mars 1072 (Oikonomidès, Décret, 5839, 61).

299Constantin. Attesté dans les listes synodales de 1166/1167 (PG, 140, 281B), de 1170 (Petit, Documents, 48014, 4892 ; cf. 48918, 4917) et de 1171 (Pavlov, Sinodaljnyj akt, 391 ; cf. Grumel, n° s 1073, 1075, 1120). Il doit être l’« archevêque de Mikra Vrysis » et « proèdre », dont le litige avec l’évêque de Mégalè Vrysis fut réglé par le synode sous le patriarcat de Luc Chrysovergès (1157-1170) (Mansi, XXII, 16B-F ; PG, 119, 780D-781A ; cf. Grumel, n° 1098).

DÉRKOS

300Grégoire. Il est présent au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 1099C ; XIII, 141B, 368B, 385B ; Darrouzès, Nicée, 20).

301Néophyte. Présumé partisan de Photius, il assiste au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373C) en même temps que Macaire, voir p. 309. Il est propriétaire d’un sceau estimé du dernier quart du ixe siècle (Laurent, V/2, n° 1817 ; cf. Hergenröther, Photius, II, 457-458).

302Jean. Il signe le tomos synodal concernant certains empêchements de mariage, en février 997 (PG, 119, 741A ; Rhallès-Potlès, V, 19 ; cf. Grumel, n° 804).

303Constantin. Attesté dans la liste de présence de mai 1030 (Ficker, Erlasse, 2013 ; cf. Grumel, n° 839).

304Jean. Il figure dans une liste de présence du synode de mai 1157 (Darrouzès, Listes Synodales, 77 ; cf. 59) ; attesté dans les listes de présence et de signature de 1166 (PG, 140, 237B, 256B, 261A, 276D ; cf. Grumel, n°os 1059, 1073). Il est sans doute l’archevêque cité par Balsamôn (Rhallès-Potlès, II, 147-148 ; III, 487) : le synode ne lui permit pas de siéger dans son prôtopapadikion Philéas qu’il préférait à Dérkos en raison de sa plus grande densité démographique (διτο πολυανθρωπότερον εναι) ; Philéas, où Jean aurait servi comme curé (prôtopapas), était un emboreion, sur la côte nord de Propontide, non loin d’Athyra (cf. Anne Comnène, Leib, II, 22110 ; Choniatès, Van Dieten, 56744-45).

305Michel. Attesté au synode en mars 1171 (Pavlov, Sinodaljnyj akt, 391 ; Papad.-Kerameus, Analekta, IV, 109 ; cf. Grumel, n° 1120). Il signa la lettre du patriarche Michel d’Anchialos au Catholicos d’Arménie au sujet de l’Union, de janvier 1177 (Patr. Or., XXI, 605 ; cf. Grumel, n° 1132). Il occupait, peut-être, son poste déjà en nov. 1170, si on peut l’identifier à l’« évêque de Dérkos », accusé avec d’autres par le patriarche Michel pour abus concernant des ordinations (PG, 138, 213D ; cf. Grumel, n° 1118).

306Georges. Il figure dans la liste de présence de janvier 1192 (Sakkeliôn, DIEE, 3, 1889, 423 ; Papad.-Kerameus, Analekta, I, 4629 ; cf. Grumel, n° 1180).

307Grégoire. Attesté au synode de février 1197 qui s’occupa des droits des évêques (PG, 119, 888A ; Rhallès-Potlès, V, 101 ; cf. Grumel, n° 1185).

KARAVIZYÈ

308Cosmas. Connu par un sceau daté du xe siècle (Laurent, V/1, n° 844) : il y porte le titre « archevêque d’Aravizyè ».

309Nicéphore. Il est présent au jugement synodal contre les Jacobites, en mai 1030 (Ficker, Erlasse, 2019 ; cf. Grumel, n° 839).

310Léon (ou Léonce). Il participa, en juillet 1054, au rejet du billet d’excommunication déposé par les légats romains contre le patriarche Michel Cérulaire (Mansi, XIX, 812C ; PG, 120, 737A ; cf. Grumel, n° 869 ; Will, Acta et Scripta, 156).

311Jean. Il prit part au synode des Blachernes de 1094, qui jugea sous la présidence d’Alexis Comnène l’affaire de Léon de Chalcédoine sur le culte des images (Mansi, XX, 1105B ; PG, 127, 973c ; Gautier, Blachernes, 21912, 272 ; cf. Grumel, n° 967 (date rectifiée) ; Laurent, V/3, p. 135). Un sceau estimé du xie siècle semble lui avoir appartenu (Laurent, V/1, n° 845).

312Grégoire Gavalas (et non Gamalas, lecture erronée). Sa signature comprenant aussi son patronyme figure au bas de l’acte impérial de la déposition de Cosmas Attikos, en février 1247 (Mansi, XXI, 705D ; cf. Dölger, n° 1351). Il eut, peut-être, ce poste déjà en 1140 et donc en 1143 : mentions de siège (Mansi, ibid., 557C ; Papad.-Kerameus, VV, 2, 1895, 722 ; cf. Grumel, nos 1007 et 1014). Attesté en 1156 (Mansi, ibid., 838D), il figure sur les listes de présence du procès de Sôtèrichos Panteugénos, en mai 1157 (PG, 140, 180C : d’Aravizyè ; Sakkeliôn, PG, 317 ; Darrouzès, Listes Synodales, 77 ; cf. Grumel, nos 1041, 1043, 1045). Bibliographie sur la famille de Gavalas, mentionnée dès le ixe siècle : Ahrweiler, Smyrne, 169 ; Kourousès, Manuel Gavalas, 297-300 ; cf. Papad.-Kerameus, EPhS, 17, 1886 (Appendice), p. 34.

AINOS

313Jean. Propriétaire d’un sceau estimé du viiie-ixe siècle ; il n’est pas sûr qu’il soit l’archevêque homonyme qui assista au concile de 879, vu que la frappe de la bulle pouvait remonter au viiie siècle (Laurent, V/1, n° 855). Il s’y intitule « archevêque ».

314Jean. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 373C).

315Michel. Archevêque, connu par un sceau daté du xie siècle (Laurent, V/1, n° 856) ; il devait être à ce poste bien avant 1032, date de la création de la métropole (voir supra, p. 243).

316Jean. Premier métropolite d’Ainos connu après la promotion du siège, il signa le tomos contre les Jacobites, en avril 1032 (Ficker, Erlasse, 2632 ; cf. Grumel, n° 840). Il porte en plus le titre « syncelle » sur deux sceaux qu’on lui a attribués et dont le premier date entre 1032 et 1054 (Laurent, V/1, n° 798 ; Zacos-Nesbitt, II, n°os 511-512 ; cf. A. Mordtmann, ΕPhS, 13, 1880, 93). Sur sa qualité de syncelle voir Grumel, Les métropolites syncelles, p. 110 ; d’autres renvois, supra, p. 272, Théophile.

317Michel. Attesté au synode qui s’occupa de l’affaire de Léon de Chalcédoine, fin 1094 (Mansi, XX, 1105B ; Gautier, Blachernes, 2196, 268 ; cf. Grumel, n° 967), il doit être le propriétaire d’un sceau daté de la fin du xie siècle (Laurent, V/3, n° 1789) : il y porte le titre « proèdre » (voir supra, p. 00). En revanche, il faut supprimer un « kyr Parthénios Hellespontios, proèdre d’Ainos » (B. Stephanidès, BZ, 14, 1085, p. 589, n° 1096) dont l’inscription à cette date environ est due à une bévue du catalogue des Vogel-Garthausen (Die Griechische Schreiber, 220), qui avaient pris le chiffre 1096 (n° d’ordre d’un manuscrit d’Andrinople) pour la date du mandat de Parthénios. Ce dernier apparaît en fait dans les listes tardives de la métropole, de 1622 à 1639 (B. Mystakidès, Thrakika, 2, 1929, 302-303).

318Michel. Il figure dans la liste de présence du synode de nov. 1145, qui interdit la permutation de charges (cf. Grumel, n° 1019).

319Jean. Il assista au synode de 1166/1167 et en signa les actes (PG, 140, 237B, 260C, 281A ; cf. 244B, 273A, 274B ; cf. Grumel, n° s 1059, 1075). Il est possible qu’il soit le métropolite mentionné par son siège aux séances synodales de mars 1169 et de février 1170 (Mansi, XXI, 841A ; Petit, Documents 48917 ; cf. Grumel, 1085, 1112) ; toujours est-il que son nom manque de la liste de présence de juillet 1173 dans deux manuscrits (même absence pour Jean de Vizyè, cf. Grumel, n° 1126). On remarquera la fréquence des noms Jean et Michel dans cette liste qui nous est conservée.

MÉSEMVRIA

320Léon. Archevêque, il assiste au concile de 787 et en signe les actes : il s’y intitule « évêque » (Mansi, XII, 994D, 1098A ; XIII, 141B, 368B, 385B ; Darrouzès, Nicée, 20).

321David. On le cite comme « évêque » de Mésemvria, en 850 (Anthimos Amaseias, Néologos de Constantinople, 20 juin 1891) ; il pourrait être identifié avec l’archevêque homonyme, connu par un sceau estimé du ixe siècle (Laurent, V/1, n° 857).

322Timothée. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 373D).

323Constantin. Il figure sur la liste de présence du synode, en mai 1030 (Ficker, Erlasse, 2020 ; cf. Grumel, n° 839).

324Grégoire. Il participa à la séance de la condamnation du billet d’excommunication papal, en juillet 1054 (PG, 120, 737 ; Will, Acta et Scripta, 156 ; cf. Grumel, n° 869).

325Hilariôn. Inconnu des actes synodaux, il est cité par Nicétas d’Ancyre dans son discours sur le droit de démission, qui semble avoir été écrit avant 1092 (Darrouzès, Ecclésiologie, 256, 1. 18-21 et 9-11 ; cf. p. 52) : date ante quem aussi pour l’archevêque Hilariôn qui envoya sa démission d’une façon irrégulière, selon Nicétas, après l’abandon de son siège. Le patriarche pourtant l’accepta et procéda à son remplacement. Ceci dut avoir eu lieu pendant les premières années de Nicolas Grammatikos (1084-1111).

326Luc. Premier métropolite connu de Mésemvria, il fut auparavant higoumène du monastère de Prodrome le Phovéros (Monacheion), situé sur la rive asiatique du Bosphore (Janin, Églises, 7-8). Maître spirituel de Jean, son successeur et rénovateur du couvent en 1112, il y retourna probablement vers la fin de sa vie et y fut enterré. Sa mention dans la Hypotypôsis de Jean ( : Papad.-Kerameus, Noctes Petropolitanae, 624) en rapport avec les données sur le couvent peut situer son mandat à Mésemvria et, donc, la création de la métropole, dans le premier quart du xiie siècle.

327En revanche, il faut rayer de la liste des métropolites un prétendu Grégoire, en 1140 et en 1143 (Kônstantinidis, Mésemvria, 132), les listes synodales censées le mentionner ne donnant que le nom du siège (Mansi, XXI, 552C, 584D, 588A, 600A ; Rhallès-Potlès, V, 76, 85, 88).

328Jean. Il signe l’acte impérial de la déposition de Cosmas Attikos, en février 1147 (Mansi, XXI, 707A ; Rhallès-Potlès, V, 31035 ; cf. Dölger, Regesten, n° 1351). Sur la base du codex Baroc, f° 578r, la lecture Mesènè des éditions ci-dessus est à remplacer par Mésemvria : cf. Notitiae, p. 131 et n. 2.

329Théodore. Il figure dans la liste de présence du procès de Panteugénos, en mai 1157 (PG, 140, 180C ; Darrouzès, Listes Synodales, 77 ; cf. 60 ; Sakkeliôn, PM, 317 (siège) ; cf. Grumel, n° 1043) ; il est absent des listes de signature. Même chose pour sa présence dans une seule liste de l’Ekthésis de 1166, le 2 mars (PG, 140, 237B ; Darrouzès, ibid., 78 ; cf. 64, 66). Peut-être à son poste dès janvier 1156 (PG, 140, 149A ; cf. Grumel, n° 1038).

330Basile. Il participe au synode de janvier 1170 et en signe les actes (Petit, Documents, 48011-12 ; 48829 ; cf. 48512 ; Darrouzès, Listes

331Synodales, 79 ; cf. Grumel, n° 1109). Il assiste aussi au synode de mars 1171 (Pavlov, Sinodaljnyj akt. 391 ; Papad.-Kerameus, Analekta, IV, 109 ; cf. Grumel, n° 1120) et à celui de juillet 1173 (Athénagoras, Orthodoxia, 5, 1930, 543 ; cf. Grumel, n° 1126).

ANCHIALOS

332Jacques. Évêque d’Anchialos, sous le patriarche Taraise (784-806), au plus tard durant le premier quart du ixe siècle. Vers 826-827, il était devenu anachorète près du monastère des Eunuques à Pandè-mos, dans la région de l’Olympe, en Bithynie (Janin, Églises, 149). Mentionné dans les Vies de Saint-Antoine le Jeune ( : Papad.-Kerameus, 20719-20, 20822-25, 21229-2138 : Saint-Antoine assiste à sa mort ; 21410 ; cf. BHG, I, 50, n° 142), dont il fut le maître, et de Saint-Pierre d’Atroa qu’il accompagna dans ses visites monacales (Laurent, Saint-Pierre d’Atroa, § 48, 654-5, 662, 672,18, 692·5, 753 ; cf. BHG, III, 64, n° 2364) ; mis en rapport aussi avec le couvent d’Eristè, à Pandèmos (Théodore Studite, PG, 99, 1072C). Mort entre 837 et 840, très vieux, il fut enterré au monastère des Eunuques, malgré l’intervention de l’ex-impératrice Prokopia, épouse de Michel Rangavès, qui voulait acquérir la relique au profit de son couvent de Pharos (cf. Janin, l. c. et p. 162 ; cf. p. 148, 170 et n. 2). La chronologie de la Vie de Saint-Antoine est importante comme point de repère pour la datation de Jacques : voir F. Halkin, An. Boll., 62, 1944, 198 (cf. J. Van den Ven, BZ, 19, 1910, 308 ; B. Menthon, L’Olympe de Bithynie, Paris 1935, 114, 118, 141, 148-149, 152, 154 ; voir supra, p. 225, b).

333Nicolas. Archevêque attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 376E-377A).

334Théo(dore) ou Théo(dose) (ou encore Théognoste ou Théopempte, etc.). Connu uniquement par un sceau à la légende mutilée, il se situe très approximativement au xie-xiie siècle (Laurent, V/1, n° 854).

335Nicéphore. Propriétaire de deux sceaux, estimés également du xie-xiie siècle (Laurent, V/3, n°os 1823 et 1824). Sur la première bulle, il se dit archevêque d’Anchialos ττοῦ Ἀντιοχείας, donc, neveu ou, au moins, proche parent du patriarche d’Antioche (cf. Nicétas (de Serrès), métropolite d’Héraclée, supra, p. 272). Celui-ci serait peut-être le patriarche homonyme qui monta au siège d’Antioche en 1079/1080 (son sceau : ibid., V/2, n° 1525). La deuxième bulle où Nicéphore est appelé proèdre, fut trouvée dans les ruines de Pernik, sur la rive droite du Strymôn, au sud-ouest de Sofia. Pour une hypothèse au sujet de cette trouvaille, voir Laurent, V/3, p. 165-166. Sur la forteresse de Pernik, voir Jordanka Čangova, ibid., 26, 1968, 123-137.

336Elle ne doit pas être confondue avec le « Pernis » d’Ansbert ou le « Permis » de Historia Peregrinorum, la forteresse Péristitza des Rhodopes (cf. Asdracha, Les Rhodopes, 167 et n. 4).

337Étienne. Il participe à l’Ekthésis de 1166 et signe certains actes (PG, 140, 237B, 248A, 256B, 261A ; cf. 268D 269B, (siège) ; cf. Grumel, n° 1059). Il assista au synode qui condamna Constantin de Corfou, en janvier 1170, et signa l’acte final (Petit, Documents, 48016, 4897 ; cf. 4864 ; cf. Grumel, n° 1109). En revanche, il faut rayer de la liste d’Anchialos, Michel, le futur patriarche de Constantinople (1170-1178 ; ainsi dans DHGE, 2, 1914, col. 1512 : S. Vaihlé). Le vocable τοῦ Ἀγχιάλου (Papad.-Kerameus, Analekta, I, 461) évoque la parenté (neveu ?) du patriarche avec un archevêque anonyme, appelé proèdre d’Anchialos dans un discours d’Eustathe de Thessalonique (Andrés, Catalogo, p. 122-123, f° 157v ; cf. A. Diamantopoulos, Thrakika, 9, 1938, 172) : ce prélat ne pouvait être métropolite d’Anchialos, le siège étant alors un archevêché. Sur ce vocable τοῦ voir supra, p. 272. On connaît le nom du frère aîné de Michel III, Samuel, qui avait exercé la fonction de chartophylax, au début de ce patriarcat (cf. Grumel, n° 1143, Crit.).

338Jean. Il assiste au synode de février 1197 sur les droits des évêques dans leur diocèse et il signe l’acte y afférent (PG, 119, 888A ; cf. Grumel, n° 1185).

C. Les évêques suffragants.

1. MÉTROPOLE D’HÉRACLÉE

THÉODOROUPOLIS

339Grégoire. Titulaire de l’évêché dans les listes conciliaires de 787 (Mansi, XII, 1099B ; XIII, 144A, 368d ; Darrouzès, Nicée, 30).

340Jean. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376B).

341Joseph. Connu par un sceau estimé du xie siècle (Laurent, V/1, n° 307).

RHAIDESTOS

342Jean. Il participa au concile de 787 et en signa les actes (Mansi, XII, 995B, 1099A ; XIII, 141E, 368D, 388C ; Darrouzès, Nicée, 30).

343Nicolas. Présent au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376C).

344Théodore (ou Théodote ou Théodose). Propriétaire d’un sceau daté vers le milieu du xie siècle (Laurent, V/1, n° 308).

345Pothos. Connu par un sceau daté de la seconde partie du xie siècle (Schlumberger, Sigillographie, p. 731, 732 ; Laurent, V/3, n° 1700 : il revient sur sa correction de Pothos en Jean, V/1, n° 309).

346Michel. Propriétaire d’un sceau estimé de la seconde moitié du xiie siècle (Laurent, V/3 bis : il y corrige sa première lecture « Nicétas » et supprime le n° 310 (V/1) ; cf. V/2, p. 455).

347Jean. Élevé à son siège probablement à l’extrême fin du xiie siècle, il sut s’y maintenir en raison de son accord avec les Latins (latinophrosynè). Destinataire d’une lettre du Pape Innocent III, du 14 juillet 1212 (PL, 216, col. 617 ; Haluščynskyj, Acta Innocentii, Ep. 198). En bonnes relations avec Michel Choniatès, le métropolite d’Athènes qui lui adresse une lettre peu avant 1216 (Stadtmüller, Choniates, 265, n° 169). Propriétaire d’un sceau daté du xiie xiiie siècle, voir Laurent, V/1, n° 311 : l’auteur croit pouvoir identifier cet évêque avec son homonyme qui avait restauré son église, en 1232, avec de l’argent emprunté aux Vénitiens (cf. R. Morozzo della Rocca-A. Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei secoli xi-xiii, II, Turin 1940, n° 658). Autre sceau, peut-être du même : Zacos-Nesbitt, II, n° 782.

PANION

348Jean. Attesté au concile de Nicée, en 787 (Mansi, XII, 995B, 1099A ; XIII, 141E, 368D, 388C ; Darrouzès, Nicée, 30).

349Stratègius. Titulaire du siège au concile de 879 (cf. Le Quien, I, col. 1120 ; Gams, Series Episcoporum Ecclesiae Catholicae, Ratisbonne 1873, p. 427). Son absence des listes dans Mansi (XVII A, 373-377 ; 376E : Στρατηγίου... [siège illisible]) semble être due à certains manuscrits utilisés.

350Théodore. Connu par une inscription sur un cippe, daté du ixe-xe siècle ; des travaux de restauration auraient été entrepris pendant son mandat (Papad.-Kerameus, EPhS, 17, 1886, Appendice, 83, n° 13 ; Dumont-Homolle, Mélanges, 410, n° 86a).

351Akindynos. Connu par un sceau estimé du ixe-xe siècle (Laurent, V/1, n° 313).

352Jean. Propriétaire d’un sceau daté du début du xie siècle (ibid., n° 314).

353Paul. Deux sceaux datés du début du xie siècle lui ont été attribués (ibid., nos 315 et 316).

354Michel. Connu par un sceau daté de la première moitié du xie siècle (A. Mordtmann, EPhS, 13, 1880, 93, n° 31 ; Laurent, V/1, n° 317). Peut-être identifiable avec le propriétaire d’un sceau en bronze portant le monogramme d’un « Michel archiéreus de Panidos » (Papad.-Kerameus, EPhS, 17, 1886, App. , 81, n° 10 ; cf. S. Pétridès, EO, 10, 1907, 222, n° II). Voir là-dessus les réserves de Laurent (l. c.) qui lit même « Jean » à la place de « Michel ».

355Théodore. Propriétaire d’un sceau daté du xie-xiie siècle (Konstantopoulos, Byz. Mol., n° 31a ; Laurent, V/1, n° 318 : lecture rectifiée).

356Nicéphore. Propriétaire d’un sceau daté comme le précédent (Konstantopoulos, ibid., n° 31b ; Laurent, Bulles métriques, n° 427 : lecture corrigée ; Idem, V/1, n° 319).

357Jean. Connu par un sceau daté du xie-xiie siècle (Konstantopoulos, ibid., n° 31 c ; Laurent, Bulles métriques, n° 426 ; Idem, V/1, n° 320).

358Léon. Connu par un autre sceau daté du xie-xiie siècle (Laurent, V/1, n° 321).

359Constantin (Manassès). Propriétaire d’un sceau daté vers 1170, il s’y intitule proèdre (v. supra, p. 270) de l’Église de Panion (Mordtmann, ibid., n° 32 ; Laurent, V/1, n° 322 : lecture rectifiée de proèdre au lieu de prostates). Il fut à juste titre identifié avec l’auteur homonyme, mort métropolite de Naupacte-et-Arta, en 1187 (N. Bées, Konstantinos Manassis, der Metropolit von Naupaktos, ist identisch mit dem Schriftsteller Konstantinos Manassis, B-NJ, 7, 1929, 119-130). Cf. O. Lampsidès, Δημοσιεύματα περί τν Xpovιϰv Σύνοφιν Κωνσταντίνου το Μανασσ, Athènes 1980 ; Hunger, Literatur, I, 419-422 et passim.

HEXAMILION

360Le seul titulaire de Chersonèse connu est Pierre, qui assista au synode de 449 (cf. Le Quien, I, 1126 ; DHGE, 12, 1953, col. 636 (R. Janin), voir supra, p. 249-250.

361X. Évêque anonyme, il est représenté au concile de 787 par un prêtre délégué nommé Constantin ou Kônstas (Mansi, XIII, 388D ; Darrouzès, Nicée, 30). Celui-ci est qualifié de presbytèros et topotèrètès. Sisinnius, évêque de Chersonèse (de Crète) est présent également (Mansi, XIII, 145B, 369C, 392A).

362Méthode. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 376B).

363Jean. Connu par un sceau daté du xe (fin)-xie (début) siècle (Laurent, V/3, n° 1701).

364Jean. Homonyme du précédent, connu par un autre sceau estimé de la fin du xie siècle (Laurent, V/1, n° 324).

365Stylianos. Propriétaire de deux sceaux datés de la seconde moitié du xie siècle (A. Mordtmann, EPhS, 13, 1880, App. , 93, n° 29 ; Laurent, V/1, 325 et 326).

366Jean. Propriétaire d’un sceau non daté (Zacos-Neshitt, II, n° 781 : catalogué parmi les sceaux ayant appartenu à des membres du clergé, en général), peut-être l’un des évêques homonymes cités ci-dessus.

KALLIPOLIS

367Melchisédec. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 995B, 1099B ; XIII, 141E, 368D, 388C ; Darrouzès, Nicée, 30).

368Tryphôn. Connu par une inscription non datée, trouvée à Gallipoli (Dumont-Homolle, Mélanges, 428, n° 100) : l’évêque Tryphôn aurait entrepris des travaux de restauration d’une église). Je l’enregistre avec réserve, d’autant que, d’après A. Mordtmann (Mitt. Deutsch. Archäol. Instit., 1881, 256-260) cette inscription provient de Lampsaque d’Asie Mineure.

CHARIOUPOLIS

369Théophylacte. Présent au concile de 787, signataire des actes (Mansi, XII, 995B, 1099B ; XIII, 144A, 368D, 388C : Charitopoleôs ; Darrouzès, Nicée, 30).

370Cosmas. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 377D).

371Michel. Connu par un sceau daté du xie siècle ; la représentation en forme d’édicule à coupole de Sainte-Sophie suggère que l’évêque y avait servi avant sa promotion (Laurent, V/1, n° 335).

CHALKIS

372Sisinnius. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 995B, 996B : Chalcedonis Thraciae, 1099B ; XIII, 144A, 368D, 388D ; Darrouzès, Nicée, 30).

373Démétrius. Connu par un sceau daté du viiie-ixe siècle (Laurent, V/1, n° 328).

374Sisinnius. Propriétaire d’un sceau daté de la seconde moitié du ixe siècle, mais il pourrait bien être titulaire de Chalkis d’Eubée (Laurent, ibid., n° 329 et p. 232 ; cf. supra, p. 251 et note 153).

375Théodore. Connu par un sceau daté du xe-xie siècle (Laurent, ibid., n° 330).

376Jean. Un sceau daté de la seconde moitié du xiie siècle lui est attribué (Laurent, V/3, n° 1701 bis).

DAÔNION

377Thomas. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 1099B ; XIII, 144A ; 368D ; Darrouzès, Nicée, 30).

378Clément. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376A : Daônias).

MADYTOS

379(Voir supra, p. 252, au sujet de son association avec Koila et de sa promotion en métropole.)

380Léônidès (ou Léon). Il participe au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 995B, 1099B : Léon ; XIII, 144A : Léônidès, évêque de Madytos τοι Koilès ; 368D, 388C : Koilôn ; Darrouzès, Nicée, 30 : Léônidès). Ne pas confondre les titulaires de Madytos/Madyta avec ceux de Magyda, en Lycie (cf. Mansi, XII, 999A : Marianos évêque de Madytôn au lieu de la forme correcte Magydôn, 1107D ; XIII, 149B, 372D, 396C).

381Constantin. Attesté au synode photien de 879 (Mansi, XVII A, 376B).

382Euthyme. Evêque de Madytos, mort entre 989 et 996, fêté comme saint le 5 mai (AASS, nov. Propylaeum, 1902, 659 ; BHG, I, 205). Le patriarche Grégoire II de Chypre (1283-1289) lui écrivit son éloge : (Archim. Arsenij, Pohvaljnoe slovo su. Efthimiju, Moscou 1889 ; E. Antoniadis, DIEE, 4, 1894, 392-422 ; cf. E. Kurtz, BZ, 2, 1893, 314-316). Mentionné en termes élogieux par Psellos, dans une lettre adressée à un métropolite de Madytos, son contemporain (Sathas, MB, IV, 373-374 ; cf. Papadopoulos, Madytos, 35-37 ; voir infra, rubrique Nicéphore).

383Nicétas. Un sceau d’une date qui serait postérieure à 1050-1060 l’appelle « évêque » (Laurent, V/1, n° 331), mais le siège est déjà promu métropole (voir supra, p. 252), ce qui devait inciter plutôt son titulaire à abandonner le titre général d’« épiskopos ». Il semble donc qu’une satisfaction provisoire fut donnée à la métropole d’Héraclée aux dépens de son suffragant, selon les termes d’un chrysobulle de Nicéphore Botaneiatès, évoqué par le métropolite Théophile, en 1084 (Laurent, V/1, n° 331 ; voir supra, p. 252, 272).

384Clément. Probablement évêque, lui aussi, de Madytos, sur un sceau portant simplement son nom et estimé du xie siècle (Laurent, V/3, n° 1790).

385Nicéphore. Connu uniquement par deux sceaux datés de la seconde moitié du xie siècle ; sur l’un il porte le titre de métropolite, sur l’autre celui de proèdre (A. Mordtmann, EPhS, 13, 1880, App. , 91-92, n° 24 ; Laurent, V/1, n° 727 ; ibid., V/3, n° 1791). Identifié avec le correspondant de Psellos (cf. supra, rubrique Euthyme), qui possédait lui-même un bien impérial près de Madytos (cf. Dölger, Regesten, n° 908).

386Nicolas. Propriétaire d’un sceau estimé du xie siècle et similaire à ceux de Nicéphore (rubrique précédente) : il y porte le titre « métropolite » (Zacos-Nesbitt, II, n° 635).

387Basile. Métropolite de Madytos, il assiste au synode, en janvier et février 1170, et signe les actes condamnant à l’anathème le métropolite Constantin de Corfou (Petit, Documents, 4809, 48823, 48917 ; Darrouzès, Listes Synodales, 79-80). Il participe au synode en janvier 1171 (Laurent, EO, 33, 1934, 3107) et signe le « tomos » adressé à Manuel Comnène, en mars de la même année (Pavlov, Sinodaljnyj akt, 391).

388Constantin (Kaloethès). Métropolite, lui aussi, il porte le titre proèdre sur un sceau daté du xiie-xiiie siècle, voir Laurent, V/3, n° 1792. L’éditeur l’a identifié avec son homonyme, titulaire du siège de Madytos juste avant 1204, ancien didascale œcuménique à l’École Patriarcale en même temps que Basile Kamatèros et Manuel Sarantènos ou Karantènos, les futurs patriarches (Sp. Lambros, NE, 13, 1916, 18 : lettre de Karantènos, « diacre et maître des philosophes à l’ex-didascale œcuménique Kyr Constantin Kaloethès, actuellement métropolite de Madyta »). Prodrome, le maître de Nicéphore Blemmy-dès fut parmi ses disciples (Nicéphore Blemmydès, Epistulae : N. Festa, App. III, in Theodori Lascaris Epistulae CCXVII, Firenze 1898, 310). Réfugié à Nicée après l’occupation latine de la Thrace, il participa au synode patriarcal, en juin 1209 (C. Hadjipsaltis, Ἡ ϰϰλησία Κύπρου, KSp, 28, 1964, 142).

389Théophane. Il assiste au synode qui délibéra sur les droits des évêques, en février 1197 (PG, 119, 888A ; cf. Grumel, n° 1185).

PAMPHYLON

390Michel. Il figure dans les listes conciliaires de 787 comme suffragant d’Andrinople (Mansi, XII, 1110D ; XIII, 149C, 372D, 397A ; Darrouzès, Nicée, 54-55).

391Pierre. Il assiste au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376B).

392Constantin. L’évêque de Pamphylon à qui sont adressées les réponses canoniques du métropolite d’Héraclée, Nicétas (vers 1117) sur de différents sujets concernant le mariage (PG, 119, 936B ; cf. Beck, Literatur, 652 ; voir supra, p. 272).

393Un certain Georges, proèdre, surnommé Pamphilos de son lieu d’origine, la province micrasiatique de Pamphylie, accusé de bogomilisme en 1140, n’est pas à prendre dans la liste de l’évêché thrace.

LIZIKOS

394Benjamin. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 995B, 1099C ; XIII, 144A 368D, 388D ; Darrouzès, Nicée, 30).

395Germain. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 377C).

396Étienne. Connu par un sceau non daté (Zacos-Nesritt, II, n° 712). Sa place ici est purement hypothétique.

SERGENTZÈ

397Jean. Il assiste au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 377A).

MÉTRAI

398Constantin (ou Kônstas). Il figure dans les listes conciliaires de 787 (Mansi, XIII, 388° ; Darrouzès, Nicée, 30, 57).

399Grégoire. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 374e).

TZOUROULOS

400Sisinnius. Il participe au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 995B ; XIII, 144A 388D ; Darrouzès, Nicée, 30).

401Basile. Il assiste au concile de 869 et signe (Mansi, XVI, 159C, 194B : Basilius Zuruli).

402Basile. Homonyme du précédent, attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376D).

403Nicéphore. Propriétaire d’un sceau daté de la seconde moitié du xie siècle (Laurent, V/1, n° 332).

PÉRISTASIS

404Grégoire. Il assiste au synode et signe, comme évêque de Péristasis-et-Myriophyton, le tomos contre les Jacobites, en avril 1032 (Ficker, Erlasse, 2719 ; cf. Grumel, n° 840). Un sceau portant la même titulature, daté du xie siècle, lui est attribué (Laurent, V/1, n° 327).

ATHYRA

405Oreste. Connu par un sceau daté du xie siècle, après l’année 1050 (Laurent, V/1, n° 333).

406Léon. Propriétaire d’un sceau daté du xie siècle (Konstantopou-los, Byz. Mol., n° 56b : lecture rectifiée par Béès, voir Laurent, V/1, n° 334).

LITHOPROSÔPON

407Jean. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XIII, 373B, 388C ; Darrouzès, Nicée, 30).

2. MÉTROPOLE D’ANDRINOPLE

SÔZOPOLIS

408Euthyme. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XIII, 149B, 372D, 397A ; Darrouzès, Nicée, 54). Un Léontios, économe et topotèrètès de Sôzopolis est le délégué du suffragant d’Antioche de Pisidie, assistant au même concile (Mansi, XII, 999A ; 1107D).

409Ignace. Attesté au concile photien de 879 (Mansi, XVII A, 373E).

410Nicolas. Attesté au même concile que le prélat précédent (Mansi, ibid., 376B). L’un d’eux dut avoir été ordonné par Photius, l’autre par Ignace (cf. supra, p. 268, 275).

411Jean. Connu par un sceau daté du xie siècle, où il s’intitule évêque de Sôzopolis (Laurent, V/1, n° 720). L’éditeur souligne à juste titre la difficulté de distinguer entre les titulaires de Sôzopolis de Thrace et ceux du suffragant homonyme d’Antioche, en Pisidie. D’autres cas analogues à celui-ci, v. supra, p. 267, 274 ; notes 74, 131, 153.

412Théodore. Sur le sceau qui lui appartient, estimé de la seconde moitié du xie siècle (Laurent, V/1, n° 721), figure l’effigie de son patron, le saint (militaire) Théodore.

413Matthieu. Propriétaire d’un sceau daté, très approximativement, du xiie-xiiie siècle (Laurent, ibid., n° 722).

414Jean. En l’absence de données de datation et de description de ce sceau, on ne saurait associer cet évêque de Sôzopolis (Zacos-Nesbitt, II, n° 507) à son homonyme cité ci-dessus.

DÉVELTOS

415Eustrate. Il participe au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 1110C ; XIII, 149B, 372D, 396e ; Darrouzès, Nicée, 54-55).

416Georges. Réfugié à Andrinople pendant l’attaque de Krum en Thrace, en 813, emmené en captivité et mort en Bulgarie, il fut honoré comme saint par la suite (Synaxarium de Constant. (22 janvier), 415 ; cf. Jireček, Pătuvanija, 836 ; sur ces événements, voir supra, p. 274-275).

417Syméôn. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 377B).

418Constantin. Connu par un sceau daté entre le xe et le xie siècle (Laurent, V/1, n° 723).

TRAPOVIZYÈ

419Constantin. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376E).

420Manuel. Connu par un sceau estimé du xe-xie siècle (Laurent, V/3, n° 1776).

VOUKELLON

421Jean. Attesté au concile de 879 (Mansi, ibid., 376E).

422Théodore. Qualifié de moine et évêque de Voukellon sur un sceau daté du xe-xie siècle (Laurent, V/1, n° 724).

PROVATON

423Grégoire. Évêque de Provaton avant d’être transféré par Ignace à Andrinople et donc promu métropolite (Darrouzès, Transferts, n° 35 et p. 201 ; sur le sens de « Macédoine » dans la notice de transfert, v. supra, p. 00). Ce transfert eut lieu sous le premier patriarcat d’Ignace (847-858), voir supra, p. 263.

424Léon. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376E : Léon Provandôn).

425Manuel. Il participe au même concile que le titulaire précédant (Mansi, /. c. : Manuel Provatou ; sur la divergence des noms, v. supra, p. 263). L’ordre de leur succession reste indéterminé ; pour d’autres exemples du même genre, voir E. Honigmann, Byz., 17, 1945, 175-178.

426Constantin. Connu par un sceau daté approximativement du xe-xie siècle (Laurent, V/1, n° 725).

427Basile. Propriétaire d’un sceau non daté (Schlumberger, Sigillographie, 120).

SKOPÉLOS

428Rouvim. Il prit part au concile de 787 et en signa les actes (Mansi, XII, 1110D ; XIII, 149C, 372D, 397A ; Darrouzès, Nicée, 54).

429Vardanios. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376e).

430Constantin. Propriétaire d’un sceau estimé du xie siècle que Laurent assigne au siège de Thrace de préférence plutôt qu’au siège insulaire homonyme (ibid., V/1, n° 726).

VRYSIS

431Sur le problème de distinguer entre Vrysis évêché et Vrysis archevêché, qui se répercute sur leurs titulaires respectifs, voir supra, p. 241. En plus, le fait que le terme « évêque » peut désigner aussi l’archevêque (cf. supra, p. 277 sq.) crée certaines difficultés dans l’attribution des noms, sauf dans les cas de subordination évidente à une métropole ou de présence simultanée des deux titulaires (cf. PG, 119, 780-781 ; 138, 389D : sièges seulement).

432Jean. Attesté au concile de 787 comme « épiskopos de Vrysis », suffragant d’Héraclée (Mansi, XII, 995B, 1099C ; XIII, 144A, 368D ; Darrouzès, Nicée, 30).

433Etienne. Mentionné dans la Vie de Sainte-Marie la Jeune, de Vizyè, à propos de son intérêt pour les reliques de la sainte, morte en 902 (AASS, Nov. IV, p. 689e ; cf. DHGE, 9, 1938, col. 1000 (R. Janin) ; cf. supra, p. 278, Euthyme). L’évêché devait être alors (début du xe siècle) suffragant d’Andrinople.

434Léon. Connu par un sceau non daté, où il s’intitule « évêque de Vrysis et syncelle » (Zacos-Nesbitt, II, n° 547). L’existence d’un archevêque homonyme de Vrysis, en 1027 (voir supra, p. 286), n’incite pas au rapprochement des deux Léon mais plutôt à l’attribution de l’évêque à Mégalè Vrysis, de l’archevêque à Mikra Vrysis, à moins qu’il ne s’agisse simplement d’une promotion de la même personne.

BOULGAROPHYGON

435Théodore. Participant et signataire au concile de 787 (Mansi, XII, 1110C ; XIII, 149B : Théodose ; 372d, 397a ; Darrouzès, Nicée, 54).

436Constantin. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376A : Voulgarophygès ; cf. Notitiae, 286).

TZOÏDA

437Israël. Attesté au concile de 879 (Mansi, XVII A, 376E : Tzokou ; cf. Notitiae, 286 et n. 621).

438Pour les titulaires de PAMPHYLON et de GARELLA, voir supra, pp. 298 et 286 respectivement.

PÉRVERIS

439Basile. Il assiste au concile de 787 et en signe les actes (Mansi, XII, 1110C ; XIII, 149C : Pervéraiou ; 372D, 397A ; Darrouzès, Nicée, 54-55).

D. Officiers ecclésiastiques de quelques-uns des sièges examinés (liste indicative)

HÉRACLÉE

440Basile Avasgos, prêtre (prôtopapas) ; Nicéphore Drosos, primicier des labularii ; Michel Elaphridis ; Jean Drosos, prôtekdikos, nomikos et scribe : qualifiés de « prêtres et clercs de la métropole d’Héraclée », ils signent, en 1161, un ordre de Constantin Katharos (là-dessus, cf. Ahrweiler, Smyrne, 109) ayant affaire à un contrat de bail de 4 000 pieds de vignes pour deux fois 27 ans ; cet écrit fit partie des pièces justificatives présentées au synode du 10 février 1164 par le métropolite d’Héraclée, Michel, sollicitant une sentence synodale au sujet des biens de l’Église (Uspenskij, Mnenija, 32113 ; cf. Grumel, n° 1055, qui a rectifié les actes). Sur les fonctions et les titres cités ci-dessus, sur leur ordre hiérarchique et leur évolution, voir Darrouzès, Recherches, 89, 100-101, 119-121, 258-259, 272-273, 323-324, 534-536 et passim.

ANDRINOPLE

441Michel, prêtre, ecclesiarchès de la métropole d’Andrinople ; Georges, lecteur (anagnôstès) ; Michel, proèdre, archonte des monastères de la métropole ; Michel Slephanilis, lecteur ; Michel Achaias ( ?), prêtre, et autres noms illisibles : connus par un codex du xe-xie siècle de la bibliothèque Angelica (G. Muccio, Pius Fr. de Cavalier, Index Codicum Graecorum Bibliothecae Angelicae, Florence-Rome 1896, 132-133, n° 87 ; cf. Allen, Notes, 39, n° 13), ils ne peuvent pas être datés avec précision. Sur les charges ecclesiarchès et archonte des monastères, voir Darrouzès, Recherches, 199-200, 272-273, 285, 312-313 et passim. Cf. Papad-Kerameus, Analekta, II, 366-367.

442Georges, diacre et lecteur, assiste, au côté du métropolite d’Andrinople, Léon (v. supra, p. 277), à l’acte synodal de mai 1157 (PG, 140, 196B).

VIZYÈ

443Anlhimos. Économe, il assiste au côté de l’archevêque Euthyme (v. supra, p. 00) à la mort de Sainte-Marie la Jeune (AASS, Novembre, IV, col. 697A). Sur la charge d’économe, voir Darrouzès, Recherches, 35-39, 59, 87, 303-309 et passim.

MIKRA VRYSIS

444Léon Psellos. Taboullarios et clerc de l’archevêché, il a restauré « de sa main ... le saint livre ... de l’Évangile » et terminé ce travail le lundi 26 mai 1169 (et non pas 1171 : Lambros, Catalogue, I, 279 ; Lege Léon au lieu de « Luc ? » ; cf. Zakythinos, EEBS, 22, 1952, 171). Selon la notice, l’ordre fut donné à Léon par Gérasime, l’higoumène du monastère de Théodore le Kleisouriôtès dont l’emplacement est inconnu mais qui devait être situé, comme son nom l’indique, dans un endroit montagneux, ce qui n’est pourtant pas le cas des environs immédiats de Vrysis. Ce Psellos n’a rien à voir avec le dishypatos Léon Psellos dont on dispose d’un sceau daté du xie-xiie siècle (Schlumberger, REG, 13, 1900, 485, n° 189).

RHAIDESTOS

445X. Anonyme, chartophylax de l’évêché, propriétaire d’un sceau estimé du début du xiie siècle (Laurent, V/1, n° 312). Sur cette fonction, voir Darrouzès, Recherches, 53-59, 64-66, 96-98, 345 et passim.

PANION

446Léon. Économe de l’évêché, connu par un sceau daté de la première moitié du xiie siècle (Laurent, V/1, n° 323).

HEXAMILION

447Constantin ou Kônstas. Prêtre et topotèrètès de l’évêque (anonyme) d’Hexamilion, il assiste au concile de 787 (Mansi, XIII, 388D ; Darrouzès, Nicée, 30 ; cf. supra, p. 294).

OUVRAGES ET REVUES CITÉS EN ABRÉGÉ

448AASS Acta Sanctorum.

449ACTES D’IVIRON, II Archives de l’Athos XV. Actes d’hiron, II, Denise Papa-chryssanthou, N. Oikonomidès et autres, Paris [1987],

450ACTES DE LAVRA, I Archives de l’Athos V. Actes de Lavra, I, N. Svoronos, Denise Papachryssanthou et autres, Paris 1970.

451Ahrweiler, Smyrne Hélène Ahrweiler, L’histoire et la Géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317) particulièrement au xiiie siècle, Paris 1965.

452Allen, Notes W. Allen, Notes on Greek manuscripts in Italian Librairies, Londres 1890.

453Anastasiou, Bibliographie I. Anastasiou, Βιϐλιογραφία τν πισϰοπιϰν ϰαταλόγων το Πατριαρχείου Κωνσταντινουπόλεως ϰα τς ϰϰλησίας τς λλάδος, Thessalonique 1979.

454An. Boll. Analecta Bollandiana.

455Andrés, Catalogo Gr. de Andrés, Catalogo de los Cdices Griegos de la Real Biblioteca de et Escorial, II, Madrid 1965.

456Ansbert Historia de expeditione Friderici imperatoris (Der sogennante Ansbert) : A. Chroust, MGH, SS, Nova séries, V, Berlin 1928, p. 1-115 (éd. anastatique, 1964).

457Archeion ρχεον Θρϰιϰο Λαογραφιϰο ϰα Γλωσσιϰο Θησαυρο.

458Asdracha, Les Rhodopes Catherine Asdracha, La région des Bhodopes aux xiiie et xive siècles. Étude de géographie historique, Texte und Forschungen des B-NJ, n° 49, Athènes 1976.

459— Les Rhodopes au xive siècle — Les Rhodopes au xive siècle : administration et proso- pographie ecclésiastiques, B-NJ, 23 [1979], p. 1-64.

460Balard. La Romanie génoise M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle, I-II, Gênes 1978.

461Beck, Kirche H. G. Beck, Kirche und Theologische Literatur im Byzantinischen Beich, Munich 1959.

462Beneševic, Svedenija V. Beneševic, Svedenija ο grečeskih rukopisah kanoničeskago soderžanija ν bibliotekah monastyrej Vatopedi i Lavri sv. Athanasija na Athona, Saint-Peterburg 1904, VV, 11, 1904, Suppl. II

463BHG Bibliotheca Hagiographica Graeca.

464Beševliev, Nadpisi V. Beševliev, Părvo-bălgarski nadpisi, Sofia 1979.

465B-NJ Byzantinisch-Neugriechische Jahrbücher.

466BSl Byzanlinoslavica.

467Bury, Eastern Empire J. B. Bury, A History of the Eastern Roman Empire from the Fall of Irene to the Accession of Basil I (802-867), Londres 1912.

468Byz Byzantion.

469Carile, Partitio A. Carile, Partitio terrarum Imperii Romanie, Florence 1965.

470Chalandon, Les Comnène F. Chalandon, Jean II Comnène (1118-1143) et Manuel Ier Comnène (1143-1180), Paris 1912.

471Darrouzès, Épistoliers J. Darrouzès, Epistoliers byzantins du xe siècle. Archives de l’Orient chrétien, n° 6, Paris 1960.

472 Stéthatos — Nicétas Stéthatos, Opuscules et Lettres, Sources chrétiennes, n° 81, Paris 1961.

473 Ecclesiologie — Documents inédits d’Ecclésiologie byzantine, Archives de l’Orient chrétien, n° 10, Paris 1966.

474 Recherches — Recherches sur les φφίϰια de l’Église byzantine, Arch. De l’Orient chrétien, n° 11, Paris 1970.

475Listes synodales — Listes synodales et Notitiae, REB, 28, 1970, 57-96.

476 Le Registre synodal — Le Registre synodal du patriarcal byzantin au xive siècle, Archives de l’Orient chrétien, n° 12, Paris 1971.

477 Littérature et histoire — Littérature et histoire des textes byzantins, Variorum Reprints, Londres 1972.

478— Nicée — Listes épiscopales du concile de Nicée (787), REB, 33, 1975, 5-76.

479— Notes inédites — Notes inédites de Transferts épiscopaux, REB, 40, 1982, 157-170.

480— L’édition des Notitiae — L’édition des Notitiae Episcopatuum, REB 40, 1982, 215-221.

481— Transferts — Le traité des transferts, édition critique et commentaire. REB, 42, 1984, 147-214.

482— Variations — Sur les variations numériques des évèchés byzantins, REB, 44, 1986, 5-44.

483Darrouzès-Weste-rink, Théodore Daphnopatès- J. Darrouzès-L. G. Westerink, Théodore Daphnopatès, Correspondance, éd. et trad., Paris 1978.

484DHGE Dictionnaire d’Histoire et de Géographie ecclésiastiques.

485DIEE Δελτίον τς στοριϰς ϰα θνολογιϰς ταιρείας τς λλάδος.

486Dölger, Regesten F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des Oströmischen Reiches von 565-1453, I-V, Munich 1924-1965.

487Dumont-Homolle, Mélanges A. Dumont-Th. Homolle, Mélanges d’Archéologie et d’Épigraphie, Paris 1892.

488Dvornik, Les Slaves, Byzance et Rome F. Dvornik, Les Slaves, Byzance et Borne au ixe siècle, Paris 1926.

489EA ϰϰλησιαστιϰ λήθεια.

490EEBS Ἐπετηρίς Ἐταιρείας Βυζαντινν Σπουδν.

491ΕΟ Échos dOrient.

492EPhS Ἐλληνιϰός Φιλολογιϰός Σύλλογος Κωνσταντινουπόλεως.

493Ficker, Erlasse G. Ficker, Erlasse des Patriarchen von Konstantinopel Alexios Studites, Kiel 1911.

494Gautier, Blachernes P. Gautier, Le Synode des Blachernes (fin 1094). Étude prosopographique, REB, 29, 1971, 213-284.

495 Théophylacte Théophylacte d’Achrida. Lettres, Corpus Font. Hist. Byzant., XVI/II, Thessalonique 1986.

496Gerland-Laurent, Les listes conciliaires Ε. Gerland-V. Laurent, Corpus Notitiarum Episcopatuum, I. Les listes conciliaires, I : Synode de Gabadius (394) et II : Concile d’Éphèse (431), Socii Assumptionistae Chalcedo-nenses, 1936.

497Gelzer, Texte H. Gelzer, Ungedruckte und ungenügend veröffentlichte Texte der Notitiae episcopatuum, Abhandlungen der K. Bayer. Akad. der Wissen. I Cl., 21 /III, Munich 1900.

498Gouillard, Jean l’Italien J. Gouillard, Le procès de Jean l’Italien, les Actes et leurs sous-entendus, TM, 9, 1985, 135-174.

499— Un chryso-bulle — Un chrysobulle de Nicéphore Botaneiatès à souscription synodale, Byz, 29-30, 1960, 29-41.

500Grég. Pal. Γρηγόριος Παλαμάς.

501Grumel V. Grumel, Les Regestes des Actes du Patriarcat de Constantinople, I/II, Les Regestes de 715 à 1043 ; I/III, Les Regestes de 1043 à 1206, Socii Assumptionistae Chalcedonenses, 1936-1947.

502— Les métropolites syncelles — Titulature de Métropolites Byzantins. 1—Les métropolites syncelles, Études Byzantines. 3, 1945, 92-114.

503— Jean de Nikè — L’envoyé de Photius au Catholicos Zacharie : Jean de Nikè, REB, 14, 1956, 169-173.

504Hadjipsaltis, Ἡ Ἐϰϰλησία Κύπρου C. Hadjipsaltis, ϰϰλησία Κύπρου ϰα το ν Νίϰαί Οϰουμενιϰὸν Πατριαρχεῖον ἀρχομένου τοῦ ΙΓ’ αῶνος, KSp, 28, 1964, 141-168.

505Haluščynskyj, Acta Innocentii Th. Haluščynskyj, Acta Innocentii PP. III (1198-1216), Rome 1944 (Fontes, Series III, vol. II).

506Hellenica Louis Robert, Hellenica. Recueil d’Épigraphie, de Numismatique et d’Antiquités grecques, I-XIII, Paris 1940-1965.

507Henri de Valenciennes, Histoire Henri de Valenciennes, Histoire de l’empereur Henri de Constantinople, éd. J. Longnon, Paris 1948.

508Hergenröther, Photius J. Hergenröther, Photius, Patriarch von Konstantinopel : sein Leben, seine Schriften und das griechische Schisma, Ι-ΙΙ, Regensburg 1867.

509Historia Peregrinorum Historia peregrinorum, ed. A. Chroust, MGH SS, Nova Series, V, 116-172.

510Holtzmann, Unionsverhandlung W. Holtzmann, Die Unionsverhandlungen zwischen Kaiser Alexios I. und Papst Urban II im Jahre 1089, RZ, 28, 1928, 38-67.

511Honigmann, Synekdèmos E. Honigmann, Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’Opuscule géographique de Georges de Chypre, Bruxelles, 1939.

512Hunger, Literatur H. Hunger, Die Hochsprachliche Profane Literatur der Byzantiner, I-II, Munich 1978.

513IAI ou IBAI Izvestija na Arheologičeskija Institut pri BAN (Bǎlgarska Akademija na Naukite).

514IBID Izvestija na Bǎlgarskoto Isloričesko Družestvo υ Sofija.

515IRAIK Izvestija Russkago Arheologičeskago Instituta ν Konslanlinopole.

516IRAO Imperatorskoe Russkoe Arheologičeskoe Obščestvo.

517Janin, Églises B. Janin, Les Églises et les monastères des grands centres byzantins, Paris 1975.

518Jenkins-Westerink, Nicholas I R. Jenkins-L. G. Westerink, Nicholas I, Patriarch of, Constantinople, Letters, Dumb. Oaks Texts, 1973.

519Jireček, Die Heerstrasse C. Jireček, Die Heerstrasse von Belgrad nach Konstantinopel und die Balkanpässe, Prague 1877 (éd. anastatique, Amsterdam 1967).

520 Pǎtuvanija — Pǎtuvanija po Bǎlgarija, nouvelle édition annotée par E. Bužarski et V. Velkov, Sofia 1974.

521JÖB Jahrbuch der Österreichischen Byzantinislik.

522Karassos, La Thrace orientale Chr. Karassos, νατολιϰή Θράϰ. Στρατιωτιϰὴ γεωγραφία, Athènes 1928.

523Karlin-Hayter, VE Patricia Karlin-Hayter, Vita Euthymii Patriarchae CP, Bruxelles 1970.

524— Le Synode — Le Synode à Constantinople de 886 à 912 et, le rôle de Nicolas le Mystique dans l’affaire de la Tétragamie, JÖB, 19, 1970, 59-101 (repris in Eadem, Studies in Byzantine Political History : sources and controversies, Variorum Reprints, Londres 1981, n° XVI).

525Každan, Armjane A. P. Každan, Armjane ν sostave gospodstvujuščego klassa Vizantijskoj Imperii ν XI-XII υυ, Erevan 1975.

526Konstantinidis, Mésemvria M. Konstantinidis, Μεσημϐρία το Εύξεινου, Athènes 1945.

527Konstantopoulos, Byz. Mol. Κ. Konstantopoulos, Βυζαντινά Μολυϐδόϐουλλα το ν θήναις θνιϰο Νομισματιϰο Μουσείου, Athènes 1917.

528Κ Sp Κυπριαϰαί Σπουδαί.

529Kougéas, Aréthas S. Kougéas, Ὁ Καισαρείας ρέθας ϰαι τ ργον ατο, Athènes 1913.

530Kourousès, Manuel Gavalas St. Kourousès, Μανουήλ Γαϐαλς, ετα Ματθαος μητροπολίτης φέσου (1271/2-1355/60), Athènes 1972.

531Kyriakidès, Mélétai St. Kyriakidès, Βυζαντιναί Μελέται, II-V, Thessalonique 1939.

532 Mélétai VI — Βυζαντιναί Μελέται VI, Thessalonique, 1947.

533Lakidès, Vizyè et Mèdeia S. Lakidès, στορία τς παρχίας Βιζύης ϰα Μηδείας π τν

534ρχαιοτάτων χρόνων μέχρι τν ϰαθ’ μς, Constantinople 1899.

535Lambros, Catalogue Sp. Lamrros, Catalogue of the greek manuscripls on the Mount Athos, I-II, Cambridge 1895-1900.

536Laurent, Bulles métriques V. Laurent, Les bulles mètrigues dans la sigillographie byzantine, Athènes 1932.

537— Synodicon — La liste épiscopale du Synodicon de la métropole d’Andrinople, EO, 38, 1939, 1-34.

538 Saint-Pierre d’Atroa — La Vie merveilleuse de Saint-Pierre d’Atroa († 837), Subs. Hagiogr., n° 29, Bruxelles 1956.

539 Corpus ou LaurentLe Corpus des sceaux de l’empire byzantin, V/1, 2, 3, Paris 1963-1972.

540Le Quien M. Le Quien, Oriens Chrisiianus, I-III, Paris 1740.

541Mansi J. D. Mansi, Sacrorum Conciliorum nova et amplissima Collectio, Florence 1769 et suiv.

542Menevisoglou, Les titres épiscopaux P. Menevisoglou, Ο πισϰοπιϰοί τίτλοι ν τ ρθοδόξ ϰϰλησία, Ξενία αϰώϐ ρχιεπισϰόπω) Βορείου ϰα Νότίου μεριϰῆς, Thessalonique 1985.

543MGH SS Monumenta Germaniae hislorica, Scriptores.

544MM F. Miklosich et J. Muller, Acta et diplomata graeca medii aevi sacra et profana, I-VI, Bonn 1860-1890.

545Moravcsik, Byzantinoturcica Gy. Moravcsik, Byzantinoturcica, III, Berlin 1958.

546NE Sp. Lambros, Νέος Ἐλληνομνήμων, 1-21, Athènes 1904-1927.

547Notitiae J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantino-politanae. Texte critique, introduction et notes, Paris 1981.

548Oikonomidès, Décret N. Oikonomidès, Un décret synodal inédit du patriarche Jean VIII Xiphilin concernant l’élection et l’ordination des évêques, REB, 18, 1960, 55-78.

549Orlandos-Vranoussis , Parthénon A. Orlandos-L. Vranoussis, Τά χαράγματα το Παρθεννος, Athènes 1973.

550Ostrogorsky Geschichte G. Ostrogorsky, Geschichte des byzantinischen Staates, Munich 1963.

551Papad.-Kerameus, Antiquités A. Papadopoui.os-Kerameus, ρχαιότητες ϰα πιγραφα τς Θρϰης ϰα Μαϰεδονίας, Extrait de l’Annexe du t. 17 de EPhS, Constantinople 1886.

552 Analekta — νάλεϰτα εροσολυμιτιϰς σταχυολογίας, Saint-Peterburg, I-V, 1891-1898.

553— Xiphilin — Συνοδιϰή πρξις Γεωργίου Ξιφιλίνου, ΒΖ, 11, 1902, 74-78.

554 Noctes — Noctes Petropolitanae. Sbornik vizantijskih tekstov XII-XIII vekove, Saint-Peterburg 1913.

555Papadopoulos, Madytos Chrysostomos Papadopoulos, Μάδυτος, ή πόλις τς Χερρονήσου, Athènes 1890.

556Paspatès, Ta Thrakika proasteia A. G. Paspatès, Τά θρᾳϰιϰά προάστεια τοῦ Βυζαντίου, EPhS, 12, 1879, 33-42.

557Patr. Or. Patrologia Orientalis.

558Pavlov, Sinodaljnyj akt A. Pavlov, Sinodaljnyj akt konstantinop. Patriarba Mihaila, VV, 2, 1895, 388-393.

559Petit, Documents L. Petit, Documents inédits sur le concile de 1166 et ses derniers adversaires, VV, 11, 1904, 465-493.

560PG Patrologia Graeca.

561Pitra I. B. Pitra, Iuris Ecclesiastici Graecorum Historia et Monumenta, I-II, Rome 1864, 1868.

562Pitsakis, Τό ϰώλυμα γάμου C. Pitsakis, Τό ϰώλυμα γάμου λόγ συγγενείας έϐδομου βαθμού έξ αἵματος στò βυζαντινό δίϰαιο, Athènes-Komotini 1985.

563PL Patrologia Latina.

564Pravosl. Palest. Sbornik Pravoslavnyj Patestinskij Sbornik, 1-62, Saint-Peterburg, 1880/1881-1916.

565Rhallès-potlès G. A. Rhallès - M. Potlès, Σύνταγμα τν θείων ϰα ερν ϰανόνων, I-VI, Athènes 1852-1859.

566RE Pauly-G. Wissowa, W. Croll, Real enzyklopädie der klassischen Altertums-Wissenschaft.

567REB Revue des Études byzantines.

568REG Revue des Études Grecques.

569RESEE Revue des Études Sud-Est Européennes.

570RHSEE Revue Historique du Sud-Est européen, Bucarest 1924-1946.

571Robert, Bull. Épigr. Jeanne Robert et L. Robert, Bulletin Épigraphique, Paris, I, 1938-1939 et suiv.

572— Villes de Chersonèse L. Robert, Villes et de la Thrace, Hellenica, 5, de Chersonèse 1948, 35-58.

573Sakkeliôn, PM I. Sakkeliôn, Πατμιαϰή βιϐλιοθήϰη, Athènes 1890.

574Samothrakès, Lexikon A. Samothrakès, Λεξιϰόν στοριϰόν ϰα γεωγραφιϰόν τς Θράϰης, Athènes 1963.

575Sathas, MB C. Sathas, Μεσαιωνιϰή βιϐλιοθήϰη, I-VII, Venise, 1872 — Paris 1874-1894.

576Schlumberger, Sigillographie G. Schlumberger, Sigillographie de lEmpire byzantin, Paris 1884.

577Schwartz, Acta Conciliorum E. Schwartz, Acta Conciliorum oecumenicorum, I. Concilium Ephesinum 431, vol. I-V, Berlin 1922-1930. II. Concilium univ. chalcedonense 451, vol. I-VI, Berlin 1932-1938.

578Stamoulès, Catalogues A. Stamoulès, Ἀρχιερατιϰο ϰατάλογοι τν εϰϰλησιν τς Θράϰης άπ Χριοτο, Thrakika, 14, 1940, 61-193.

579Stadtmüller, Choniates G. Stadtmüller, Michael Choniales Metropolit von Athen (ca. 1138-ca. 1222), Orientalia Christiana, 33/2, 1934.

580Synaxarium de Constant. Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae, ed. H. Delehaye (Acta Sanctorum, Novembris Propylaeum, 1902).

581Tafel, De Via Egnatia G. L. F. Tafel, De Via Militari Romanorum Egnatia, qua Illyricum, Macedonia et Thracia jungebantur, Tubingen 1842 (Variorum Reprints, Londres 1972).

582Tafel-Thomas, Urkunden G. L. F. Tafel-G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, I-III, Vienne 1856-1857.

583Taşliklioğlu, Epigrafya Z. Taşliklioğlu, Trakya’da Epigrafya Arastirmalari, I-II, Constantinople 1961-1971.

584TM Travaux et Mémoires.

585Uspenskij, Deloproizvodstvo , Th. Uspenskij, Deloproizvodstvo po obvineniju Ioanna Itala ν eresi, IRAIK, 2, 1897, 1-66.

586— Mnenija — Mnenija i postanovlenija konstantinopoljskih pomestnyh soborov XI i XII vv. ο razdače cerkovnyh imuščestv (Haristikarii), IRAIK, 5, 1900, 1-48.

587Valettas, Photius I. Valettas, Φωτίου το σοφωτάτου... Πατριάρχου Κωνσταντινουπόλεως πιστολαί, Londres 1864.

588Villehardouin, La Conquête Villehardouin, La conquête de Constantinople, éd. E. Faral, I-II, Paris 1961.

589Vogel-Garthausen Die Griechische Schreiber M. Vogel. und V. Garthausen, Die griechische Schreiber des Miltelalters und der Renaissance, Beihefte zum Zentralblatt für Bibliothekswesen XXXIII, Leipzig 1909.

590Vryonis, Asia Minor Sp. Vryonis, Jr., The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamization from the Eleventh through the Fifteenth Century, Berkeley, Los Angeles, Londres 1971.

591VV Vizanlijskij Vremennik.

592Will, Acta et Scripla C. Will, Acta et scripta quae de controversiis Ecclesiae graecae et latinae saeculo undecimo composita extant, Leipzig et Marburg 1861.

593Zacos-Veglery G. Zacos and A. Veglery, Byzantine Lead Seals, 1/1, 2, 3, Bâle 1972.

594Zacos-Nesbitt G. zacos-éd. Nesbitt, Byzantine Lead Seals, II, Berne 1984 et 1985.

595Zakythinos, Études Α D. Zakythinos, Μελέται περί τς διοιϰητιϰς διαιρέσεως ϰα τς ἐπαρχιαϰῆς διοιϰήσεως ἐν τῷ βυζαντινῷ ϰράτει, EEBS..., t. 18, 1948, 51-62.

596— Études Β Ibidem..., t. 22, 1952, 159-182.

597Zepos J. et P. Zepos, Jus graecoromanum, I-VIII, Athènes 1948.

598Zlatarski, Istorija V. Zlatarski, Istorija na blgarskata država prez srednite vekove, I-III, Sofia 1918-1940.

599ZRVI ou ZR Zbornik Radova Vizanlološkog Instituta.

Addenda à la p. 287

600Macaire. Attesté dans la liste de présence du même concile (Mansi, ibid., 373E), il fut probablement nommé par Ignace (867-877, 2nd mandat) et se rallia à Photius lors du second mandat de celui-ci (877-886).

Notes

1 Notitiae ; les renvois dans la présente étude suivent la nouvelle numérotation. Pour un résumé des équivalences avec l’ancienne numérotation, ainsi que sur la datation nouvelle et sur l’évaluation des notices, voir Darrouzès, L’édition des Notitiae. Je tiens, à cette occasion, à remercier le R. P. Jean Darrouzès pour son aide multiple et irremplaçable.

2 Notitiae, p. 44-45, 50-51.

3 Sur des questions analogues à celles-ci mais ayant affaire à la région voisine des Rhodopes, voir Catherine Asdracha, Les Rhodopes dans la deuxième moitié du xiiie siècle : prosopographie, REB, t. 31 (1973), p. 289-297 ; Eadem, Les Rhodopes au xive siècle. Dans d’autres travaux qui vont suivre, je traiterai les mêmes problèmes au sujet des mêmes régions, pour les périodes allant du ive au viiie s. et du xiiie au xve siècle.

4 Voir ci-dessous, et notes 13, 14.

5 Le fait que le thème de Macédoine n’avait, rien à voir avec la notion géographique de la Macédoine, ni avec l’ancienne éparchie romaine du même nom, mais qu’il consistait en une partie de la Thrace avec, comme capitale, Andrinople, est illustré, entre autres, par le terme de Mαϰεδoνία ϰατὰ Θρᾴϰην, ou Mαϰεδoνία τῆς Θρᾴϰης, ou encore Mαϰεδoνιϰή, voir Stéphanos Byzantios, Meineke, p. 171 (à propos de Visanthè-Rhaidestos) ; Théophanès Continuatus, 2235 ; cf. Ostrogorsky, Geschichte, p. 162 ; cf. infra, p. 225-226.

6 Sur le thème de Thrace, constitué déjà vers 680 sur quatre éparchies de l’ancien diocèse de Thrakikè (celles d’Europe, de Rhodope, de Thrace et d’Hémimont), avec Arkadioupolis comme capitale, voir A. Pertusi, éd. De Thematibus, p. 156-157, 162-163 ; Kyriakidès, Mélétai, p. 126-127. Notamment R.-J. Lilie, « Thrakien » und « Thrakesion ». Zur byzantinischen Provinzorganisation am Ende des 7. Jahrhunderts, JÖB, t. 26 (1977), p. 27-47 ; Idem, Die zweihundertjährige Reform. Zu den Anfängen der Themenorganisation im 7. und 8. Jahrhundert, BSl, t. 45 (1984/1), p. 36-39. Sur la Thrace orientale, en général, voir Karassos, La Thrace orientale (avec 15 cartes et plans hors-texte) ; cf. Taşiliklioğlu, Epigrafya (bibliographie et carte de la Thrace orientale dans le vol. I).

7 Zakythinos, Études A ; Idem, Études B ; Carile, Partitio, p. 217-221, 232-239, 247-254 et passim.

8 Zakythinos, Études A, p. 51.

9 Idem, ibid., p. 57-59. Voir un exemple de mention explicite de ce thème, Attaleiatès, Diataxis, éd. P. Gautier, I. 1380-1381 : ϰατὰ τò θέµα Θρᾴϰης ϰαὶ Mαϰεδoνίας.

10 Notitiae, p. 53-55, 270.

11 Asdracha, Les Rhodopes au xive siècle, p. 1.

12 Kyriakidès, Mélétai, p. 130-132 ; là-dessus, voir les objections d’A. Pertusi, dans son édition du De Thematibus, p. 158-159.

13 Les deux derniers passages peuvent aussi faire allusion à l’éparchie de Thrace.

14 Voir ci-dessus et notes 5 et 6.

15 Constantin Porphyrogénète, De Thematibus, éd. A. Pertusi, p. 158-159, 163-164.

16 Kyriakidès, Meletai, p. 132.

17 De toute façon, ils étaient censés appartenir à l’éparchie d’Europe, voir infra, p. 254, 257-258. Plus particulièrement, sur l’évêché de Lithoprosôpon et sur son classement erroné comme suffragant de Philippoupolis, dans la notice 3, voir Darrouzès, Nicée, p. 59 et 69 (le n° 120 de la liste F).

18 Voir supra, p. 224-226.

19 Anne Comnène, Leib, II, p. 897, 9327, 10120 et passim ; voir surtout p. 19424-1952.

20 Selon Idrisi (nouv. éd. : Al-Idrisi, Opus geographicum, éd. A. Bombaci, U. Rizzitano, R. Rubinacci, L. Veccia Vaglieri, Ist. Univ. Or. di Napoli, fasc. 7, Naples-Rome, 1977), cité par Jireček, elle se trouvait sur la route d’Anchialos à Sliven, au nord-ouest d’Aétos ; on peut déceler un souvenir de son nom dans Gulitsa, village des Balkans près de la mer Noire, voir Jireček, Pǎtuvanija, p. 813. Cet auteur rejette la localisation proposée par W. Tomaschek (Zur Kunde der Hämus Halbinsel, Vienne 1882, p. 37), qui place Goloè au village Skenderli qui, selon Jireček, est beaucoup trop à l’est de l’emplacement supposé de la ville. Plus près de nous, Goloè fut identifiée avec les ruines d’une agglomération près du village actuel de Komarevo, dans la région de Karnobat, voir A. Ignatiev, Gradišteto pri selo Komarevo, IBAI, I (1921), p. 206 sq. ; cf. Zlatarski, Istorija, II, p. 105.

21 Notitiae, p. 149.

22 Sur l’Église d’Héraclée (ancienne Périnthos, l’actuelle Eregli), voir la bibliographie étendue d’Anastasiou, Bibliographie, s.v. ‘HραϰλƐίας. Quelques mentions de la ville dans les sources de l’époque concernée : Kedrènos, II, 908 ; lettre de Nicolas Ier à Syméon le Bulgare : PG, 111, col. 125-128 ; Attaleiatès, 25015, 2695, 27123-24. Cf. Zakythinos, Études B, p. 177 ; Carile, Partitio, p. 249. C’est l’Arecloie de Villehardouin (La Conquête, II, § 417), l’Areclee d’Henri de Valenciennes (Histoire, § 553). Cf. S. Aristarchès, in EPhS, t. 1 (1863), p. 257-263; Idem, ibid., t. 4 (1871), p. 9. Pour la bibliographie concernant Andrinople, voir Anastasiou, Bibliographie, s.v. ἈδριανoυπóλƐως. Pour un aperçu général et prosopographique de la métropole, voir Laurent, Synodicon. Sur la ville d’Andrinople et sur sa région, voir Asdracha, Les Bhodopes, p. 137-148, 190-193 et passim.
Il est à souligner que les notes portant ici sur les sources et sur la bibliographie concernant les villes, qui accompagnent leur identification, sont loin d’être exhaustives — cela n’étant pas mon propos en cette étude — et ne constituent qu’une partie infime du grand éventail des références, fournie strictement à titre indicatif.

23 Sur l’évolution du rang de la métropole d’Andrinople ainsi que sur ses suffragants et ses prélats, au xiiie et au xive siècle, voir Catherine Asdracha, ci-dessus, note 3. Voir, en général, Laurent, V/1, p. 212 et 543-544.

24 Notitiae, Index grec, s.v. ράϰλɛια, δριανoύπoλις. Les choses se passent différemment à partir de la notice 17 (xive s.), voir Asdracha, Les Rhodopes au xive siècle, p. 37-38.

25 Notitiae, l36, 235, 340, 436, 531, 631 ; ibid., p. 57, note 3, p. 74 ; Darrouzès, Nicée, p. 15.

26 Honigmann, Synekdèmos, 6362 ; cf. ibid., p. 4-5. Notitiae, l445, 2513 , 4463 ; ibid., p. 57, n. 3, p. 441 ; Darrouzès, Variations, p. 26, 34.
La subordination de Markianoupolis à la province de Thrace dans la notice 3 (ligne 47) relève sûrement d’un doublet, puisqu’on la retrouve plus bas (ligne 50) en Hémimont ; voir la critique sur cette compilation qu’est la notice 3, en général peu fiable, dans Notitiae, p. 32-33. La ville de Markianoupolis a été identifiée avec l’actuel village de Devnja, à l’ouest d’Odessos-Varna, voir Zlatarski, Istorija, II, p. 193, n. 1.

27 Sur une meilleure précision de la date de la notice 7, pendant le premier patriarcat de Nicolas Ier (901-907), voir Notitiae, p. 78.

28 Sur la situation respective en Asie Mineure, vers la même époque, voir Vryonis, Asia Minor, p. 34.

29 Une explication possible de ce phénomène serait que le patriarche avait bien besoin de conseillers résidant près de Constantinople et, d’ailleurs, la nomination d’un archevêque en Thrace, étant donné la proximité de la capitale, relevait aussi d’un acte de faveur envers des personnes qu’il voulait privilégier délibérément.
Sur les nouvelles créations dans le reste de l’Hellade, liées plus ou moins aux invasions et à l’installation des Slaves, voir Dvornik, Les Slaves, Byzance et Rome, p. 235-239.

30 Sur l’histoire de la ville, voir S. Lakidès, στoρία τῆς ἐπαρχίας Bιζύης ϰαὶ Mηδείας ἀπò τῶν ἀρχαιοτάτων χρόνων μέχρι τῶν ϰαθ’ ἡμᾶς, Constantinople 1899. Sur les vestiges archéologiques, v. G. Lambousiadès, Thrakika, 9, 1938, 55-57. Cf. Zakythinos, Études B, p. 169-170 ; Carile, Partitio, p. 217 (...civitate Viçoi), 232. C’est la Viçoi de Villehardouin, La Conquête, II, § 390, 403, 421, 428. Cf. Beševliev, Nadpisi, n° 27 : [ + Kάστρον] Bιζύης ; voir ci-dessous note 203. Pour la bibliographie, surtout ecclésiastique, Anastasiou, Bibliographie, s.v. Bιζύης.

31 Notitiae, Index grec, s.v. Bιζύης. Sur l’archevêché, en général, voir Laurent, V/1, p. 635 ; DGHE, t. 9 (1937), col. 45-45 (R. Janin). A relever la mention « Byzae metropolitanus episcopus », en 458, voir Schwartz, Acta Conciliorum, t. II, vol. VI, 86 ; et pour 553 : « Theodorus, gratia Christi episcopus Bizyenorum metropoleos », ibid., 231164.

32 Darrouzès, Nicée, p. 19-20. Voir Honigmann, Synekdèmos, 6363, 6371. Cf. Jireček, Pǎtuvanija, p. 880-882.

33 Mansi, XII, col. 994D ; ibid., XVI, col. 191 » ; XVII A, 373E ; Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Grumei., nos 900, 926, 967, 1011, 1085, 1086, 1109, 1110, 1118, 1180. Cf. Notitiae, p. 123, 131, 133. Voir la correction de Kυζιϰοῦ en Bιζύης sur une des listes de 1170, Grumel, n° 1112.

34 L’ancienne Vergoulè, voir Samothrakès, Lexikon, s.v. ρϰαδιούπολις ; cf. Zakythinos, Études A, p. 54 ; Carile, Partitio, p. 21827, 247. C’est l’Archadiople de Villehardouin, La Conquête, II, § 338, 339, 344, 390 et passim. Cf. Beševliev, Nadpisi, n° 26 : Kάστρ [ον] Ἀρϰαδι [ουπόλεως], voir infra, note 203.

35 Notitiae, Index grec, s.v.

36 Mansi, XII, col. 994E ; ibid., XVII A, col. 373C ; cf. Darrouzès, Nicée, p. 20.

37 Grumel, n° 840.

38 Idem, nos 1000 (où il corrige en 1116 la date (1071) proposée par Uspenskij, Mnenija, p. 158 et 288), 1072, 1077, 1109, 1110, 1178 ; Laurent, EO, t. 33 (1934), p. 319 »8-9. Idem, V/1, p. 640 ; voir là-dessus, Notitiae, p. 132, note 2 ; ibid., p. 126, 133.

39 Papadopoulos-Kerameus, Xiphilin, p. 75 ; Sakkeliôn, DIEE, 3, 1889, 419-422 ; cf. Grumel, n° 1179. Sur les difficultés d’interprétation que présente son classement entre Apros et Pharsala sur l’acte synodal de 1191, voir Notitiae, p. 131-132. Ibid., notice 1287 ; Darrouzès, Notes inédites, p. 161, 164. Arkadioupolis redevient archevêché au xiiie siècle, en cédant son titre métropolitain à Didymoteichon, comme il apparaît sur l’acte de 1260, voir Notitiae, p. 169, note 3. Cf. DHGE, t. 3 (19241, col. 1484-1485 (R. Janin).

40 Vryonis, Asia Minor, p. 201 et note 368.

41 Notitiae, p. 127 ; Darrouzès, Transferts, n° 51 et p. 207-209.

42 Idem, Notes inédites, p. 1591-3 ; Idem, Transferts, n° 60 : πὶ τῆς βασιλείας σααϰίου τοῦ γγέλου ψήφ ϰοινῇ τῆς συνόδου τῷ Nύσσης Γρηγορίῳ ἐδόθη ϰατ’ ἐπίδοσιν ἡ ρϰαδιούπολις, ὡς ϰοινς τῆς ἐϰϰλησίας ὑτò τòν Bουλγαρίας τέως γεγονυίας ωάννην ; Ibid., p. 211. La lecture ϰοινῆς τῆς ἐϰϰλησίας ... γεγονυίς (ibid., l. 2/3) provient évidemment d’une confusion avec l’adverbe ϰοινῇ dans le même texte (ligne 1).

43 Ansbert, p. 6220-26 ; Historia Peregrinorum, p. 14712-18.

44 Villehardouin, La Conquête, II, § 337, 390 ; l’armée des Vénitiens fut obligée par deux fois d’abandonner la ville, ibid., § 339, 413 ; Choniatès, Van Dieten, p. 61489 ; Carile, Partitio, p. 21827 (Civitas Arc[h]adiopoli). Cf. Zlatarski, Istorija, p. 56, 222.

45 Darrouzès, Notes inédites, p. 162, 164.

46 M. Gedeôn, Προιϰόνησος, ἐϰϰλησιαστιϰ παροιϰία, ναο ϰα μοναί, μητροπολται ϰαὶ ἐπίσϰοποι, Constantinople 1895. En particulier, sur ses monastères à l’époque byzantine, voir Janin, Églises, p. 209-214. Utilisé comme lieu d’exil, cf. Cedrènos, II, 5620 ; Scylitzès, Thurn, 155, 23691, 25175-76, 28535 ; Skylitzès Continuatus, Bonn, 6445 ; cf. Orlandos-Vranoussis, Parthénon, n° 153 : Ὦ Προιϰόνησε, Θεο χολωτν σϰότος ; là-dessus, voir Robert, Bull. Épigr., XCII (1979), nos 175, 371. En 1204, l’île échut à la partie de l’empereur latin, v. Carile, Partitio, p. 21815, 239.

47 Notitiae, l55, 259, 456, 560, 875. Voir les objections de l’auteur à propos de l’identification de Nèsos à Proikonnèsos, proposés par Gelzer (Texte, p. 593), ainsi qu’à propos d’autres identifications de Nèsos-Nysos-Nysa ou Nyssa, cette dernière ayant été, en réalité, un évêché, puis une métropole d’Asie, ibid., p. 166 et note 3 ; voir aussi supra, p. 232 au sujet d’Arkadioupolis.

48 Schwartz, Acta Conciliorum, I/1, 2, p. 427, 5880 ; Gerland-Laurent, Les listes conciliaires, 7092 (431) ; Mansi, VII, col. 441C (451) ; Notitiae, 375 et p. 18.

49 Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Mansi, XVII A, col. 373D ; Grumel, nos 833, 835, 839, 896 (xie s.) ; 1072, 1109 (xiie s.) ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 72 ; Notitiae, p. 18, 164-165. Voir en général, Laurent, V/l, p. 644.

50 Pour la bibliographie sur la ville, son Église et ses monuments, voir Anastasiou, Bibliographie, s.v. Σηλυϐρίας ; cf. Samothrakès, Lexikon, s.v. C’est la Satembrie de Villehardouin, La Conquête, II, § 387, 411, 421, 426 et passim ; même nom chez Henri de Valenciennes, Histoire, § 504, 555, 556, 561. Sur l’étymologie du nom Sèlyvria, voir S. Aristarchès, in EPhS, t. 4 (1871), p. 10-11.

51 Notitiae, Index grec s.v. Ce siège cependant, à l’instar d’Arkadioupolis, continue à figurer dans certains manuscrits sur la liste des archevêchés de la notice 12, phénomène de doublet, un de plus, ibid., 1295, 100.

52 Mansi, VII, col. 121A ; 433C (451) ; Honigmann, Synekdèmos, n° 6321 ; cf. E. Honigmann, The original lists of the members of the council of Nicaea, the Robber-Synod and the council of Chalcedon, Byz, t. 16 (1942-1943), p. 52.

53 Notitiae, p. 129, 131-132 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 9219 ; Idem, Notes inédites, p. 161. Cf. Grumel, nos 1077, 1086. En général, Laurent, V/1, p. 645-646.

54 Grumel, nos 840, 897 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 74-75, 77, 79.

55 L’une des stations de la partie orientale de la Via Egnatia, Apros était située, d’après Villehardouin (qui l’appelle Naples), à 12 lieues françaises à l’ouest de Rhaidestos, voir La Conquête, II, §415 ; ibid., § 390-391, 413-415 ; cf. Henri de Valenciennes, Histoire, § 564 (Naples, aussi). Voir Anne Comnène, Leib, II, 1099, 23022 ; Choniatès, Van Dieten, 6216, 62930 ; cf. Zlatarski, Istorija, II, p. 1991. Zakythinos, Études B, p. 167-168 ; Carile, Partitio, p. 22076, 267. Sur son emplacement, voir Taşliklioğlu, Epigrafya, II, p. 71, 92 et note 1, qui est revenu sur son ancienne hypothèse concernant l’identification d’Apros a Inecik.
Par ailleurs, il n’a pas encore été élucidé s’il fallait rapprocher Apros de Théodosioupolis (Kedrènos, 5683), elle-même, peut-être, la (Nova) Theodosioupolis, évêché cité en 431 et en 458 (Schwartz, Acta Conciliorum, I/1, 2, p. 575 ; Gerland-Laurent, Les listes conciliaires, 6663 (431) ; Mansi, VII, 436D (451). Honigmann, Synekdèmos, 6342 ; cf. Notitiae, p. 8), ce nom ayant été aussi associé à Panion (v. infra, p. 248-249).

56 Notitiae, Index grec, s.v.

57 Darrouzès, Notes inédites, p. 161-162 ; Idem, Listes Synodales, p. 75, 92, note 19 ; L’édition des Notitiae, p. 216 ; Notitiae, p. 162-163. Cf. Laurent, V/1, p. 650-651 ; DHGE, t. 3 (1924), col. 1075-1076 (R. Janin).

58 Notitiae, p. 116, 128-134. Grumel, nos 1119, 1152. Cf. Darrouzès, Variations, p. 29.

59 Mansi, XII, col. 994B, E ; Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Mansi, XVII A, col. 373D ; Grumel, nos 826, 833, 835, 840 (xie s.) ; Oikonomidès, Décret, p. 5736, 61 (1072) ; Grumel, nos 1077, 1085, 1109-1110, 1118, 1119. Cf. Notitiae, p. 126, 133.

60 Ibid., 1445 ; Darrouzès, Variations, p. 26.

61 Voir surtout l’étude exshaustive de V. Vasiljevskij, Vizantija i Pečenegi, Žurnalj Ministerstva narodnago Prošveščenija, t. 164 (Sanktpeterburg 1872), p. 243-296. Cf. V. A. Arutjunova, Κ voprosu ο vzaimootnošenijah Vizantii s Pečenegami i Polovcami vo vremja normannskoj kampanii, VV, t. 33 (1972), p. 115-118.

62 Darrouzès, Transferts, p. 182, n° 53, p. 208-209 : Τ ξιουπόλεως σχολάζοντι δόθη πρότερον Ἄϐυδος, στερον δὲ ϰα ὁ Ἄπρως. Sur l’acte d’épidosis au xive siècle, où il prend véritablement toute son ampleur, voir Idem, Le registre synodal, p. 262-264 et passim.

63 La ville devait se trouver à l’est de Kypsella, mais non pas entre l’actuelle Malgara et Rhaidestos (commentaire de B. Leib, Anne Comnène, II, p. 116, note 2), puisque Malgara, elle-même, est située entre Kesan et Rhaidestos, voir A. Viquesnel, Voyage dans la Turquie d’Europe, Description physique et géologique de la Thrace, Paris 1868, Atlas, Pl. 21. Voir Anne Comnène, ibid., II, 11621, 23, 1171 et passim ; Carile, Partitio, p. 22196 (Catepanicium de Russa), 276 ; Villehardouin, La Conquête, § 402, 405 et passim (La Rousse) ; Henri de Valenciennes, Histoire, § 566 (idem). Cf. Tafel, De Via Egnatia, Prolegomena, p. xii, xxxix ; Zlatarski, Istorija, II, p. 200, note 2. Cf. V. Vasiljevskij, Vizantija i Pečenegi, ibid., p. 252, note 3.

64 Notitiae, 766.

65 Ibid., 880, 10678, 687 ; cf. p. 115.

66 Ibid., 1180, 100 ; 1277 : T Ρούσιον, Ρωσία Πρεσθλάϐα ; cf. p. 122, 124-125. Sur les doublets qui figurent, dans les notices, voir, en général, Darrouzès, Variations, p. 35-36.

67 Notitiae, 13787.

68 Gouillard, Jean l’Italien, 1378 ; cf. Grumel, nos 925-927.

69 Ibid., n° 942.

70 Ibid., nos 839, 840, 897 ; Oikonomidès, Décret, p. 61.

71 Selon T. Tafel (De Via Egnatia, p. 56-58), Ipsala devait être identifiée non pas avec Kypsella, ville proche de Kissos (l’actuelle Keşan), mais avec la ville plus proche de l’Hèbre, de Psyllos, voir Anne Comnène, Leib, III, 8818 ; pourtant, d’après Tafel-Thomas, Urkunden, p. 481, note 3, Kypsella devait être identifiée plutôt à Ipsala ; cf. Carile, Partitio, p. 22078 (Pertinentia de Kipsali), 268. Quelques mentions de la ville : Anne Comnène, II, 10712-13, 1085 ; Attaleiatès, 2912 ; Kinnamos, 1917-8 ; Choniatès, Van Dieten, 28033, 48756, 49666, 50210-11, et passim.

72 Notitiae, Index grec, s.v. Κύψαλ(λ)α/ελα. Cf. Laurent, V/1, p. 651-652.

73 Darrouzès, Nicée, p. 20. Grumel, nos 804, 833, 839, 1109-1110, 1119, 1120 ; Gouillard, Un chrysobulle, p. 34 (1079). Cf. Notitiae, p. 126, 133.

74 Éd. Leib, II, 9322, 1261012, 20125 (pour faire la distinction d’avec Nicée, en Asie Mineure) ; cf. V. Vasiljevskij, ibid., p. 295. C’était la Nequise de Villehardouin, située à neuf lieues françaises au sud-est d’Andrinople (La Conquête, II, § 344, 349). Cf. Zakythinos, Études B, p. 181. La forme plus tardive de Nikitza (nom.) ou Nikitzès (gén.) apparaît aussi dans les notices du xie/xiiie s. (1489 et 15135 respectivement). Cf. Carile, Partitio, p. 248.

75 V. Grumel, L’envoyé de Photius au Catholicos Zacharie : Jean de Nikè, REB, t. 14 (1956), p. 169-173 ; cf. Darrouzès, Nicée, p. 58.

76 Notitiae, Index grec, s.v. Νίϰη (Νίϰαια, Νιϰίτζα). PG, CXL, col. 269B ; Grumel, nos 1085, 1120 ; cf. Notitiae, p. 72, 126, 133.

77 Voir l’analyse de ces cas, dans Darrouzès, Variations, p. 36-38.

78 L’emplacement de l’ancienne ville pouvait être celui de l’actuelle Caristiran, sur le Bogaz-köy dere (affluent de l’Erginès), au nord-ouest d’Héraclée, entre Tzouroulos et Arkadioupolis. Lieu du martyre de saint Alexandre de Rome (H. Delehaye, Les Saints de Thrace et de Mésie, An. Boll., t. 31 (1912), p. 244-245 ; cf. D. Dimitrov, Pătuvaneto na Sv. Aleksandra rimski prez Trakija, IAI, t. 8 (1934/35), p. 116-161), elle est citée dans les sources jusqu’à l’époque méso-byzantine, disparaissant ensuite au profit de Mesènè, qui serait située un peu plus au nord ; Mesènè aurait donc remplacé Drèzipara, probablement à travers un déplacement de la population au ixe·siècle, cas analogue à celui de Plôtinopolis/Didymoteichon, vers la même époque, cf. Asdracha, Les Rhodopes, p. 130-131 ; Kyriakidès, Mélétai VI, p. 88 : Drèzipara, Mesènè de Thrace et Mesènè de Sicile. Carile, Partitio, p. 21828 (Missini), 247.

79 Notitiae, Index grec, s.v. Δρηζίπαφα. DHGE, t. 14 (1960), col. 798-799 (R. Janin).

80 Choniatès, Van Dieten, 49957-58, 62956 ; Cantacuzène, III, 6423, 679 ; Doukas, 31324. Il ne faut pas confondre cette Mesènè avec Mosynopolis de Voléron, que Cantacuzène appelle du même nom, Mesènè, ibid., II, 42915, 43012 ; cf. Asdracha, Les Rhodopes, p. 106, note 3.

81 Notitiae, 471, 574, 284, 773, voir Index grec, s.v. Μεσήνη.

82 Ibid., 12110, 111.

83 Darrouzès, Nicée, p. 19-20 ; Mansi, XVII A, 373C ; Oikonomidès, Décret, p. 61. Notitiae, p. 126, 133 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 72. Sur une confusion éventuelle du nom de Mesènè avec celui de Mésemvria dans les listes synodales de 1147 et de 1191, voir infra, p. 244.

84 Elle devait être située entre Apros et Rhaidestos, plus près d’Apros, cf. Cantacuzène, I, 12317, 1364, 13823, qui l’associe presque toujours à Apros. Grégoras, II, 229. Voir Beševliev, Nadpisi, n° 26 : ϰάστ[ρον] Γαριάλλα[ς] ; cf. infra, note 203. Carile, Partitio, p. 22079 (Pertinentia de Garelli) ; cf. Zakythinos, Études B, p. 167.

85 Mansi, XVI, col. 158D ». 192C ; Notitiae, Index grec, s.v. Γάρελ(λ)α. DHGE, 19, 1981, col. 1257-1259 (R. Janin et L. Stiernon).

86 Darrouzès, Nicée, p. 54-55 ; Notitiae, p. 14, 27, 32. Garella devait, appartenir comme Mesènè et, Dérkos à l’éparchie d’Europe, cf. infra, p. 241.

87 Mansi, XIX, col. 1044D ; ibid., XXI, col. 584D », 588A ; Holtzmann, Unions-verhandlung, p. 619 ; cf. Grumel, nos 896, 1014 ; Notitiae, p. 126, 133.

88 Elle serait située au sud-est de Saranta-Ecclessiai, entre celle-ci et Vizyè, sur la route d’Andrinople à Constantinople, voir Samothrakès, Lexikon, s.v. Βρύσις.

89 Carile, Partitio, p. 22072 (Provintia M[i]cr[a] et Megali Brisi), 266 ; cf. Zakythinos, Études B, p. 170. Henri de Valenciennes ne mentionne qu’une seule Vrysis, sous la forme Verisse, Histoire, § 561.

90 PG, 119, col. 780-781 ; t. 138, col. 389D ; cf. Grumel, n° 1098 ; Darrouzès, Variations, p. 35.

91 Lambros, Catalogue, t. I, p. 279.

92 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, 3165. Cf. DHGE. t. 10 (1938), col. 999-1000 (R. Janin).

93 Mansi, XVII A, col. 373C ; Notitiae, 775, 630, et p. 72, 286.

94 Ibid., Index grec, s.v. Βρύσις ; ibid., p. 149, 170, 286.

95 Oikonomidès, Décret, p. 5839, 61 ; Gouillard, Jean l’Italien, 1377 ; Uspenskij, Deloproizvodstvo, p. 311 ; Grumel nos 833, 835, 925-926 (xie s.) ; Mansi, XXI, col. 584D ; PG, t. 140, col. 149D : Grumel, nos 1038, 1072, 1109-1110, 1119. Cf. Notitiae, p. 126, 133.

96 Sur la ville et sur sa région en général, voir A. Gianniou, Ἀπ τν νατολιϰὴν Θρᾴϰην. Ἡ παρχία Δέρϰων, Thrakika, t. 12 (1939), p. 161-209 ; L. Robert, Reliefs votifs de Dérkos, Hellenica, X (1955), p. 40-43. Sur le πετῖτον de Dérkos, mentionné avec son village/proasteion de Tadrinou/Adrinou dans les Actes de Lavra I, nos 4411 (1082), 4911 (1089) et 6034 (1115) ; cf. ibid., p. 336, 337, voir F. Dölger, Πετῖτον. Ein Beitrag zur byzantinischen Lexicographie, Sitzungsberichte der Bayer. Akad. der Wiss., Philos.-histor. Klasse, 1959, Heft 9. Sur l’Église de Dérkos en général, voir Laurent, V/3, p. 159.

97 Notitiae, 283, 390. Sur l’alternance Thrace/Europe, voir supra, p. 222.

98 DHGE, t. 14 (1960), col. 314 (R. Janin).

99 Darrouzès, Nicée, p. 20-21 ; Mansi, XVII A, col. 373C ; Notitiae, 776.

100 Ibid., Index grec, s.v., Grumel, nos 804, 839, 844, 925, 927, 1082 (xe et xie s.) ; Gouillard, Jean l’Italien, 1378 ; Uspenskij, Mnenija, p. 288 (Grumel a corrigé la date de 1071 en 1116 : Regestes, n° 1000) ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 77 ; Grumel, nos 1072, 1119, 1132, 1180, 1185 (xiie s.). Cf. Notitiae, p. 126, 133.

101 Le site n’a pas été identifié. Il semble, toutefois, que Karavizyè était située dans la région de Vizyè, cependant que la tradition locale l’identifie avec les ruines d’une ancienne cité dont le vrai nom reste à être identifié, voir Lakidès, Vizyè et Mèdeia, p. 18.

102 Notitiae, Index grec, s.v. Καραϐιζύη, et p. 72. On rencontre aussi les formes Aravizyè, Karavizè, Aravizè de son nom, voir Laurent, V/1, p. 656.

103 DHGE, t. 11 (1949), col. 975 (R. Janin). Voir ici p. 231 et 261.

104 Grumel nos 839, 869, 967 ; Mansi, XX, col. 1105B (1094, date rectifiée : cf. Laurent, V/3, p. 135 (xie s.) ; Gautier, Blachernes, p. 215-216). Grumel, ibid., nos 1007, 1014 ; PG, t. 140, col. 180C ; Darrouzès, Listes synodales, p. 72 (xiie s.).

105 Sur la ville d’Ainos et sur ses environs, voir Asdracha, Les Rhodopes, p. 120-124 et 201. Carile, Partitio, p. 22195 (Catepanicium de Eno cum apothikis), 276 ; cf. Zakythinos, Études B, p. 164-166. DHGE, t. 1 (1912), col. 660-661 (Pétridès).

106 Notitiae, Index grec, s.v. Ανος (notices 1 à 8).

107 Ibid., 3170, 560-561 et p. 24, 27

108 Laurent, V/1, p. 614-615 ; P. Géôrgantzès, Ἡ μητρόπολις Τραϊανουπόλεως ϰαα πισϰοπα ατς, Xanthè 1981, p. 101-105.

109 Ficker, Erlasse, p. 2632 ; cf. Grumel, n° 840. Sur la signification que revêt sa place peu normale dans l’acte de 1032, voir Notitiae, p. 123. Sur la métropole d’Ainos au xive s., voir Asdracha, Les Rhodopes au xive siècle, p. 44-51.

110 Mansi, XVII A, col. 373C ; ibid., XX, col. 1105B ; cf. Grumel., n° 967 (1094, date rectifiée, voir ci-dessus, note 104), Ibid., n° 1019 ; PG, t. 140, col. 149A ; Uspenskij, Mnenija, p. 307 ; cf. Grumel, n° 1055 (où il corrige l’année 1163 en 1164). Petit, Documents, p. 48917 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 74, 78 ; Mansi, XXI, col. 841A ; Grumel, n° 1085. V. Laurent, Réponses canoniques inédites du patriarcat byzantin [Acte du patriarche Michel d’Anchialos], EO, t. 33 (1934), p. 3107 Grumel, nos 1111, 1126.

111 Sur l’histoire de la ville en général, voir M. Constantinidès, Μεσημϐρία τοΕξείνου, I, Athènes 1945 (avec une annexe épigraphique) ; cf. I. Gălăbov, Das antike und mittelalterliche Nesebăr, in Antike und Mittelalter in Bulgarien, Rerlin 1960, p. 306-327 ; G. Bratianu, La mer Noire. Des origines à la conquête ottomane, Munich 1969, p. 220-221, 272. Pour une grande synthèse concernant l’histoire et l’archéologie à Mésemvria, voir l’ouvrage collectif Nessebre, Académie Rulgare des Sciences, Institut d’Archéologie, t. I-II, Sofia 1969-1980. Cf. Beševliev, Nadpisi n° 29.

112 Mansi, XI, 653C ; Notitiae, 170,439 ; 274, 507 ; 392, 583 ; 472, 458 ; cf. ibid., p. 28, 33, 44 ; Darrouzès, L’édition des Notitiae, p. 220 ; Idem, Variations, p. 26, 33. Cf. Laurent, V/1, p. 666.

113 Notitiae, 795 et p. 286621.

114 Ibid., 8111, 11130. Cf. 12126 (archevêché au numéro 33 et 30).

115 Grumel, n° 1007 ; cf. Notitiae, p. 131. Il semble que sa fondation eut lieu bien avant 1140, voir infra, p. 290, métropolite Luc.

116 Ibid., 1282, 1582.

117 Darrouzès, Nicée, p. 20 ; Mansi, XXI, 552C, 584D ; cf. Grumel, nos 835, 869, 1011, 1038 ; Darrouzès, Listes Synodales, p. 77, 79.

118 Rhallès-Potlès, V, p. 309-310 ; Papadopoulos-Kérameus, Analekta, II, p. 364-365, 371. Cf. Notitiae, p. 131 et note 2.

119 Sur la ville d’Anchialos, voir A. Diamantopoulos, Ἀγχίαλος, Archeion, t. 19 (1954), p. 1-145. Sur son rôle dans le commerce de blé, notamment pendant la prépondérance génoise en Romanie et en mer Noire, au xive s., voir Balard, La Remanie génoise, II, p. 753, 756-7, 759. Cf. Beševliev, Nadpisi, n° 4723 et p. 177.

120 Notitiae, 156, 260, 377 et 587, 457, 561 ; cf. ibid., p. 28, 73 ; Darrouzès, Variations, p. 26. D’ailleurs, Anchialos figure sous l’Hémimont dans Hiéroklès (Honigmann, Synekdèmos, 63511. Cf. Laurent, V/1, p. 663-664 ; DHGE, t. 2 (1914), col. 1511-1513 (S. Vailhé).

121 Notitiae, 11146 ; son enregistrement en finale se répète sur la notice 12141 ; ibid., p. 125-126, 130.

122 Voir supra, p. 225.

123 Zakythinos, Études A, p. 58-59 ; Études B, p. 173, où l’auteur restitue Anchialos à la place de Vranchialion du chrysobulle de 1198 et de la Partitio Romanie (Tafel-Thomas, Urkunden, p. 269, 467), une correction que Carile (Partitio, p. 21939, 251) ne semble pas, à tort, accepter.

124 Mansi, XVII A, col. 376E. Notitiae, p. 125-126.

125 P. Ioannou, Eustrate de Nicée. Trois pièces inédites de son procès (1117), REB, 10, 1952, p. 31. Grumel, nos 1072, 1109-1110, 1185 ; cf. Notitiae, p. 133.

126 Ibid., 13746-794 ; 1461-70.

127 Ibid., 1471-73 : Κα α ρχιεπισϰοπα α ποϰείμεναι τ θρόν Κωνσταντινουπόλεως ϰαμηδεν μητροπολίτη ποϰείμεναι μήτε χουσαι φ̓ αυτς πισϰοπάς εσι τν ριθμν λý, α ϰα εσιν αται· Βιζύη... Cf. Asdracha, Les Rhodopes au xive siècle, p. 59-60.

128 Notitiae, 13787 : τῇ τοῦ Ρουσίου τῆς Θρᾴϰης θρόνος ὑποϰείμενος οὐϰ ἔστι ; de même, 13772, 778, 791, 793, 794 ; 1462, 64.

129 Cf. Notitiae, p. 142, 158.

130 Ibid., 2139-141, 3163, 165-169. Sur le prétendu évêché Αμου qui vient après Mèdeia, voir ci-dessus p. 243. Cf. Darrouzès, Variations, p. 11, 38.

131 G. L. F. Tafel., Symbolarum criticarum geographiam byzantinam spectantium partes duas. Pars prior : Pactum Veneto-Graerum anni 1199 de ordinando eommercio, in Abhandl. der hist. Kl. der Königl. Bayer. Ak. der Wiss., Munich 1849, V/II, n° 55, V/III, n° 45 ; Carile, Partitio, p. 2175 (Theodoropoli), 233. Voir Notitiae, p. 87 qui relève la confusion entre Théodoroupolis/Dorostolon/Dristra du Danube (Léon le Diacre, 1521-2) et Théodoroupolis/Euchaneia/Euchaïta d’Asie Mineure (Skylitzès, Thurn, 309 ; Zônaras, III, 534), en ajoutant que le nom de Théodoroupolis n’est pas attesté dans les sources ecclésiastiques. Cf. Vryennios, éd. Gautier. 26121.

132 Notitiae, 2141, 7155, et Index grec, s.v. Θεοδωρούπολις ; ibid., p. 24. Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Idem, Variations, p. 28.

133 Notitiae, l122, 4131. Les mentions de la ville, port principal de la Propontide pour le commerce de blé, abondent, surtout à partir du xie siècle. A titre d’exemple : Glykas, 61414 ; Skylitzès, Thurn., 29510-14, 44153 ; Skylitzès Cont. in Cedrènos II, 71412-14. Eustathios Rômanos, Peira, éd. I. et P. Zépos, t. 4 (1962, éd. anast.), titre ϰς, et ϰζ ; Psellos, Scripta Minora, Kurtz, n° 923 ; Attaleiatès, 2812-15, 89-90, 2446-16 ; Anne Comnène, Leib, II, 5829-59 ; Choniatès, Van Dieten, 44815-17, 61771. Cf. Beševliev, Nadpisi, n° 22 : Κάστρον Ρεδεστο ; ν. supra, p. 225-6. Sur l’hospice d’Attaleiatès à Rhaidestos, voir la nouvelle édition de la Diataxis, Gautier, Paris 1981. Sur Rhaidestos faisant partie de l’épiskepsis de Chalkis. voir Zakythinos, Études B, p. 175-176 ; Carile, Partitio, p. 21832 (Perlinenlia Chalkidos, cum civitate Rodosto et Panido, cum omnibus que sub ipsis), 249. C’est la Rodestoc de Villehardouin, La Conquête, § 366, 374-375, 377, 416 et passim, et d’Henri de Valenciennes, Histoire, § 563. Cf. Papadopoulos-Kerameus, Antiquités, p. 75-76.

134 Notitiae, 2138, 3173, 7156, et Index grec, s.v.αιδεστός. Cf. Laurent, V/1, p. 218-219.

135 Darrouzès, Nicée, p. 30. Attaleiatès, Diataxis, Gautier, lignes 526/527 : ... ϰαὶ ὁ ναὸς τοῦ ρχιστρατήγου, ἐν ᾧ ποτε λέγεται ἱδρύσθαι τὴν ἐπισϰοπήν...

136 Sur la ville de Panion, nom attesté aussi dans l’Antiquité, et sur son identification avec l’ancienne Visanthè (contraire à l’identification Visanthè-Rhaides-tos, proposée par d’autres auteurs), voir Papadopoulos-Kerameus, ibid., p. 87-88 ; Robert, Villes de Chersonèse, p. 54-55 et note 10. Quelques mentions de la ville chez les auteurs byzantins : Skylitzès, Thurn, 40-41 : Skylitzès Cont. in Cedr., II. 65713 : Attaleiatès, 901, 2494 ; Choniatès, Van Dieten, 6212.

137 Notitiae, 7157 : ibid., Index grec, s.v.

138 Schwartz, Acta Conciliorum, t. III, p. 233 ; cf. Laurent, 5683 V/1, p. 222. L’ambiguïté de ce passage et le rapprochement d’Apros/Théodosioupolis, reconstruite, d’après Kedrènos (II, 5683) par l’empereur Théodose 1, ainsi que l’existence parallèle du toponyme ancien de l’éparchie d’Europe, Nova Theodosioupolis (voir ci-dessus, note 55) ne permettent pas de trancher faute de renseignements précis des sources extérieures. Pour d’autres exemples de ήτοι, voir supra, p. 238-239 et note 77.

139 Darrouzès, Nicée, p. 30. Pous ses prélats, voir infra, p. 293-294.

140 Darrouzès, Variations, p. 36-38 et aussi p. 11.

141 En fait, il s’agissait de deux villes voisines, situées à l’endroit le plus étroit de la côte thrace de la Propontide. En revanche, Chersonèsos chez les auteurs byzantins signifiait plus souvent l’ensemble de la Chersonèse de Thrace, voir p. ex., Anne Comnène, II, 1348 ; 15411, 22, 15528, 15910 ; Bryennios, Gautier, 237-238. Sur la Chersonèse et sur les transformations de ses toponymes anciens, voir l’ouvrage déjà cité de Robert, Villes de Chersonèse, p. 35-57. Sur la prétendue création d’un nouveau thème de Chersonèse sous Alexis I, voir Zakythinos, Études A, p. 55-56 ; sur Hexamilion. v. Études B, p. 173 ; Carile, Partitio, p. 21940 (Casalia de Raulatis et Examili), 252.

142 Notitiae, 7158 ; ibid., p. 64, 104. Darrouzès, Nicée, 189E, 190D, 1717 (p. 65) ; ibid., p. 30 (Hexamilion).

143 Notitiae, l120, 2136, 3171, 4129 (celle-ci étant revenue à la liste restreinte de la notice 1) ; ibid., 954, 1052/53. 1357/58.

144 Mansi, XVII A, col. 376B. Notitiae, 17134, 18154, 19132 ; cf. DHGE, t. 12 (1953), col. 636 (R. Janin).

145 Notitiae, 1119, 2135, 3162, 4128.

146 A ne pas confondre avec Kal(l)ipolis que Basile I construisit en Calabre, en y installant des populations ramenées de l’Héraclée du Pont (Skylitzès, Thurn, 15119-26 additio ; cf. ibid. 14271 (Kallipolis de Syrie). Quelques mentions de la ville thrace : Anne Comnène, ΠΙ, 15913 ; Kinnamos, 20120-22 ; Choniatès, Van Dieten, 2074 (où il faut évidemment, corriger ϰαλλίπολιν en Καλλίπολιν), 4127. Voir Carile, p. 21942 (Pertinenlia Gallipoli), 252-253. Cf. M. Paranikas, in EPhS, t. 2 (1864), p. 231-232.

147 Notitiae, 7159 ; v. Index grec, s.v.

148 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, 17129, 18153, 19130. La présence de la métropole sur les listes synodales de 1209 (Grumel., n° 1210) ne permettant pas de suggérer que sa création eut lieu entre 1204 et 1209, on doit plutôt la situer avant lu chute de la capitale, cf. Notitiae, p. 164, 166.

149 Voir l’impossibilité d’identifier Charioupolis avec le Casal[e] Chortocopi de la Partitio Romanie (Carile, p. 21836, 250), le Cortacople de Villehardouin (La Conquête, § 381) ; Zakythinos, Études B, p. 169, 182. Quelques mentions de la ville : Skylitzès, Thurn, 472-473 ; Attaleiatès, 36 ; Anne Comnène, II, 877-8 ; 1088 ; 1098. Cf. G. Lambousiadès, in Thrakika, 9, 1938, p. 54-55.

150 Notitiae, 388, 168 ; ibid., p. 23, 24. Cf. Laurent, V/1, p. 237-238 ; DHGE t. 12 (1953), col. 415-416 (R. Janin).

151 Mansi, XVII A, col. 377D ; Darrouzès, Nicée, p. 30. Notitiae, 7160 ; ibid., Index grec, s.v. Χαριούπολις.

152 Notitiae, 3167 ; ibid., p. 24. Sur le problème de l’identification de la ville, voir M. Sarantès (Περ τς ν Θρᾴϰ Χαλϰίδος, Μεσαιωνιϰ Γράμματα, t. 2 (1935), ρ. 156-170) qui l’associe au village turc Charakli dans la région de Métrai. Sur la base d’un passage d’Attaleiatès (366), on pouvait la chercher un peu plus au nord, entre Arkadioupolis et Andrinople, tandis que la Partitio (ibid., p. 21832 ; 249) associe la pertinentia de Chalkis aux villes Rhaidestos et Panion, la citant sous la même rubrique qu’Andrinople ; voir supra, note 133.

153 Notitiae, 7161 ; Index grec, s.v. Χαλϰίς. Sur les difficultés qui avaient été provoquées déjà à l’époque byzantine par la confusion entre les prélats de Chalkis de Thrace et ceux de la capitale homonyme d’Eubée, avant que ces derniers n’eussent reçu pour cette raison le titre d’Euripos, voir Laurent, p. 232. Cf. DHGE, t. 12 (1953), col. 278 (R. Janin).

154 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; P.G., t. 138, col. 213D ; cf. Grumel, n° 1118. Bien entendu le manque de signature ne signifie pas toujours, et de loin, que le titulaire du siège ne fut pas présent au synode.

155 Notitiae, 3163 ; ibid., p. 24. Sur la relation de Daônion avec la muraille ancienne connue comme Daminon ou Δαύνιον voir Samothrakès, Lexikon, s.v. Δαμινν τεχος.

156 Notitiae, 7162 ; Index grec, s.v.

157 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Mansi, XVII A, col. 376A DHGE, t. 14 (1960), col. 77 (R. Janin).

158 La ville de Madytos, située sur la côte est de la Chersonèse, disposait d’un petit port, cf. Psellos, Sathas, in MB, IV, p. 373. Sur le βασιλιϰᾶτον et le βασιλιϰὸς de Madytos, voir ibid., V, nos 1923 ; Idem, Scripta Minora, Kurtz, II, nos 11,10, 6424-25. Pour une vue d’ensemble sur la ville de Madytos ainsi que sur la Chersonèse en général, voir Papadopoulos, Μάδυτος. Cf. A. Sitaras, Μάδυτος, πόλις τῆς Θρᾳϰίϰῆς Χερσονήσου πὶ τοῦ Ἑλλησπόντου, Athènes 1971. En particulier sur l’ancienne ville de Κοιλανν ou Κολα, située aussi sur la côte est de la Chersonèse, entre Madytos et Sestos, et qui fut relayée par la ville de Flaviopolis pendant l’époque romaine, voir Robert, Villes de Chersonèse, p. 41-49. Sur l’identification de Koila avec l’actuelle Kilia (et, non pas avec Kilitbahar, comme dans Honigmann, Synekdèmos, 6343), voir ibid., p. 45, note 3 ; même point de vue chez Papadopoulos, ibid., p. 10. Cf. M. Paranikas, in EPhS, t. 2 (1864), p. 229-230 ; A. Alexoudès, ibid., t. 4 (1871), p. 125. Sur l’épiskepsis de Madytos, voir Zakythinos, Études B, p. 171, 173 ; Carile, Partitio, p. 22084 (Pertinentia Maditi, cum omnibus que sub ipsa), 271.

159 Voir supra, p. 249-250.

160 Darrouzès, Nicée, p. 30.

161 Notitiae, 1121, 2137, 3172, 4130 (Kyla) ; 7163, 959, 1059 (Madytos). Cf. DHGE, t. 12 (1953), col. 192, s.v. Coela (R. Janin).

162 Notitiae, p. 123, 124 et note 4 ; ibid., 1170, 1268. Grumel, nos 938, 943 ; Dölger, Regesten, n° 1056 ; ibid., n° 964. Cf. Laurent, V/1, p. 234, 552. Darrouzès, Notes inédites, p. 164 ; Idem, Recherches, 57.

163 Voir supra, p. 231-232.

164 Notitiae, 13778 : τ Μαδύτων Χερρονήσου, ποσπασθείσης ράϰλείας τς Ερώπης, θρόνος οὐϰ πόϰειται ; cf. ibid., p. 141, 144 ; Darrouzès, Variations, p. 11. Voir supra, p. 246.

165 Uspenskij, Mnenija, p. 331 (date corrigée en 1089 par Grumel, n° 952) ; Mansi, XXI, col. 600A 601A ; Rhallès-Potlès, V, p. 85, 90 ; cf. Grumel, n° 1011 ; Petit, Documents, p. 4809 ; ibid., p. 48823, 48917 ; V. Laurent, in EO, t. 33 (1934), p. 3107. Cf. Darrouzés, Listes Synodales, p. 79-80.

166 Idem, Nicée, p. 54-55. L’emplacement de la ville est censé avoir été près du cours d’Erginès, un peu avant Charioupolis, sur la route d’Andrinople-Rhaidestos, voir Villehardouin, La Conquête, I, § 369, 397, 402 ; Henri de Valenciennes, Histoire, § 550, 554, 555 (La Pamphile, Panfile, Panphile). Sont à relever les villages et les bourgs sis, déjà au xie siècle, aux environs de Pamphylon, dont τὸ τοῦ Κούλη πολίχνιον, Anne Comnène, Leib, II, 8710-16 ; c’est l’épiskepsis (pertinentia) Culi des Croisés, voir Carile, Partitio, p. 22074-75, 266-267 ; Choniatès, Van Dieten, p. 62483. Cf. Zakythinos, Études B, p. 168.

167 Notitiae, 3562, 7164, cf. Index grec, s.v. Πάμφιλον/Πάμφυλον ; ibid., p. 27, 75 ; Darrouzès, Variations, p. 11.

168 La plus méridionale, après Dérkos, parmi les villes portuaires de la còte thrace occidentale de la mer Noire (les autres ayant été Agathoupolis, Sôzopolis, Anchialos et Mésemvria), Mèdeia fut aussi un centre commercial qui a continué de fonctionner jusqu’à l’époque tardive (xive s.), v. MM, 5, p. 16716-17 : [Nιϰο]μηδία. Dans la Partitio Romanie, la ville est citée avec Agathoupolis comme la limite nord-est de la partie échue à l’empereur, voir Carile, Partitio, p. 2172-3 (A porta Aurea et Blachernali et occidentali Steno usque ad Midiam et Agathopoli), 232 ; Zakythinos, Études В, p. 179, 180.

169 Notiliae, 3169 », 7165 ; Index grec, s.v. Mήδεια.

170 Voir Lakidès, Vizyè et Mèdeia, 53-63.

171 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, Index grec, s.v. La localisation du site, probablement mais pas obligatoirement dans la région d’Héraclée, reste encore incertaine. Sur un éventuel rapprochement de Lizikos avec Lazu et Laclu de la Partitio, voir Zakythinos, Études B, p. 171 ; là-dessus, voir les hypothèses formulées par Carile (Partitio, p. 21942, 253-254), qui propose en plus la correction de Lactu en Lac[c]u et son rapprochement, tout à fait plausible, du grec λάϰϰος.

172 En fait, le nom d’Istrandja est la variante turque du nom bulgare de la montagne, Strandža, dont la partie nord aboutit sur la frontière turco-bulgare actuelle. Quant à la ville turque d’aujourd’hui, il ne faut pas la confondre avec la ville homonyme bulgare (Strandža) qui, elle, se situe entre Sliven et Karnobad.

173 Mansi, XVII A, col. 377A ; Notitiae, p. 75 ; Darrouzès, Variations, p. 11.

174 Notitiae, 7167 ; cf. Index grec, s.v.

175 Voir infra, p. 257.

176 Elle fut un bourg fortifié près de la rivière Mélas, cf. Cantacuzène, III, 3204. Sur la ville et sur sa région, voir G. Chourmouziadès, Ἐπαρχία Mετρῶν ϰαὶ Ἀθύρων Θρᾴϰης, Archeion, t. 2 (1931), p. 41-46 ; Paspatès, Ta Thrakika proasteia, p. 37. Sur son emplacement géographique du point de vue de la défense militaire, v. Karassos, La Thrace orientale, p. 102-111.

177 Darrouzès, Nicée, p. 30 : Nоtitiае. З166, 7168 ; Index grec. s.v. Мέτρα ; cf. ibid., p. 104, note 1.

178 Bourg important fortifié, construit sur une colline au pied de laquelle coulait l’affluent, d’Erginès, Xyrogypsos (act. Çorlu-suju). Tzouroulos servit à plusieurs reprises de camp aux armées byzantines en guerre contre les invasions venant du Nord, surtout pendant les attaques des Pétchénègues et des Coumans, au xie siècle. Quelques mentions de la ville, à titre d’exemple : Simokattès, De Boor, 229 ; Skylitzès Cont. in Cedrènos, II, 65614 ; Anne Comnène, Leib., I, 7310-11 ; 8115-16 ; II, 1231-12525 ; Choniatès, Van Dieten, 49958-50075. Sur l’Episkepsis Zurlij et Theodorupleos, voir Tafel-Thomas, Urkunden, p. 268 ; cf. Zakythinos, Études A, p. 54 ; Carile, Partitio. p. 2174, 233. C’est la Churlot (ou Curlot) de Villehardouin, La Conquête, II, § 267, 337, 339, 390, 418.

179 Darrouzès, Nicée, p. 30 ; Notitiae, 2140, 7169 ; ibid., Index grec, s.v. Tζουρουλόν, où figurent aussi les diverses orthographes du nom, auxquelles il faut ajouter celle de Тυρολόη (Laurent, V/1, p. 235 ; Anastasiou, Bibliographie, s.v. Tυρολόης... Uni à l’évêché de Sérgentzè, au xvie siècle, ce n’est que très tardivement qu’apparut la métropole de Tyroloè-et-Serentzion, cf. Samothrakès, Lexikon, p. 530.

180 Sur le problème très compliqué de la datation des différentes recensions de cette notice, voir Notitiae, p. 115-117.

181 Sur la côte nord de la Propontide, dans la région de Ganochôra. En fait, l’identification de Péristasis avec l’actuelle Sarköy (Laurent, V/1, p. 231), qui est située au sud-ouest de Myriophyton, s’avère erronée, voir Taşliklioğlu, Epigrafya (sur la carte jointe à l’ouvrage). Les mentions de cette ville-forteresse sont plus fréquentes dans les sources tardives, v. Cantacuzène, II, 4755 : Τηρίσταοιν τὸ φρούριον ; ibid., p. 4768 ; Grégoras, II, 741-742. Voir I. Phrangidès, στοριϰογεωγραφιϰὴ περιγραφὴ τῆς Τιριστάσεως (Περιστάσεως) Γανοχώρων Θρᾴϰης, in Akademia, fasc. 9, Athènes 1888, p. 136 sq. ; M. Gedeôn, Θρᾳϰιϰαὶ στορίαι, fasc. 3, Mνήμη Γανοχώρων, Constantinople 1913 ; sur la pertinentia de Péristasis dans la Partitio, v. Carile, Partitio, 21838, 251 ; Zakythinos, Études B, p. 173.

182 Notitiae, 1055, 1369 ; ibid., p. 104 et note 1, 144 ; Darrouzès, Variations, p. 11.

183 Ficker, Erlasse, p. 27 ; Grumel, n° 840. Notitiae, 2190. Sur la ville de Myriophyton, située au sud-ouest de Péristasis, voir A. Germidès, T Γανόχωρα τῆς Ἀνατολιϰῆς Θρᾴϰης, Thrakika, t. 46 (1972-1973), p. 273-274. Quelques mentions de la ville : Skyilitzès Cont. in Cedrènos, II, 65713 ; Attaleiatès, 901. Dans la Partitio, elle est caractérisée de proasteion, casale, voir Carile, p. 21837, 251 ; Zakythinos, Études B, l.c.

184 Bourg fortifié, situé entre Sèlyvria et Bègion, sur le lac d’Athyra, où débouche la rivière homonyme, à l’ouest de la rivière de Mélas (auj. Kara-Sou). Plusieurs mentions dans les sources byzantines ; quelques exemples : Théophanès Continuatus, 61416 ; Skylitzès Cont. in Cedrènos, II, 73017 ; Attaleiatès, 25218, 25314-15, 85 ; Anne Comnène, I, 8413 ; II, 22110 ; Kinnamos, 746 ; Choniatès, Van Dieten, 53735, 629-630. C’est la Natura de Foucher de Chartres, Historia Iherosolymitana, in Recueil des Historiens des Croisades, Hist. Occ, III (1866), p. 331 ; la Nature de Villehardouin. La Conquête II, § 420. Voir G. Chourmouziadès, Ἐπαρχία Mετρῶν ϰαὶ Ἀθύρων, in Archeion, 2, 1931, p. 41-42 ; Paspatès, Ta Thrakika proasteia, p. 36.

185 Notitiae, 1066, 1370. Même place sur la notice fictive 16 (140e) et sur celle de l’époque turque (2192) ; Darrouzès, Variations, p. 11. Cf. Laurent, V/1, p. 236.

186 Darrouzès, Transferts, p. 18252 ; ἐπίσϰoπος Ἀθύρα ἔλαϐε τὴν Σεργέντζην ; ibid., p. 207 ; cf. Notitiae, p. 127 et note 3. PG, t. 119, col. 908C.

187 PG, t. 138, col. 212V Voir V. Laurent. L’œuvre canonique du Concile in Trullo (691-692), REB, t. 23 (1965), p. 7-41.

188 Darrouzès, Nicée, p. 30, 57-58, 68 ; Notitiae, 3664.

189 Ibid., p. 74 ; Darrouzès, Variations, p. 26. Cf. Laurent, V/l, p. 543-544 ; voir supra, p. 228-229.

190 Voir supra, p. 227-8 ; cf. Dvornik, Les Slaves, Byzance et Rome, p. 237-239.

191 L’importance de la ville médiévale se situant surtout après le xiiie siècle, avec l’expansion du commerce de la mer Noire, les mentions de la ville sont très rares dans les sources extérieures provenant de l’époque examinée : voir à titre d’exemple, Beševliev, Nadpisi, n° 28 : K[στρον] Σωζοπό[λεως] ; cf. n° 4724-25 et p. 178. Anne Comnène, II, 1318-22 ; III, 7231. Voir Jireček, Pătuvanija, p. 822-827 ; V. Velkov Prinos kăm materialnata kultura na srednovekovnija Sozopol, IAI, t. 27 (1964), p. 43-54 ; M. Constantinidès, Ἡ Ἀπολλωνία (Σωζόπολις νῦν), Archeion, t. 22 (1957), p. 169-189.

192 Notitiae, l440, 2508 , 3584 , 4459 , 7622 ; ibid., p. 286 et note 621.

193 Notitiae, Index grec, s.v. ; Darrouzès, Nicée, p. 54. Cf. Laurent, V/1, p. 546.

194 Quelques mentions de la ville : Choniatès, Van Dieten, 39425, 39823 ; Pachymère, I, éd. A. Failler, 44915 ; II, Bonn, 6014. Mentionnée au côté de Mèdeia dans la Partitin (Carile, p. 2173 et p. 232), Agathoupolis avait joué un certain rôle comme centre commercial pendant l’époque tardive, voir ci-dessus, note 168. Cf. Jireček, Pătuvanija, p. 830 ; G. Hadjigeôrgiou, Ἀλαθούπολις τῆς, Bορειοανατολιϰῆς Θρᾴϰης, Archeion, t. 29 (1963), p. 368-370. Cf. Εlisaveta Todorova, Medieval genoese nautical cartography on the west Black Sea coast, Études Ralkaniques, t. 17/2, 1981, p. 125 (Gatopoli).

195 Le titre provisoire de métropolite d’Agathoupolis, dû à un transfert, Andrinople/ Agathoupolis et mentionné dans un acte synodal, daté de 1315 (MM, I, n° 3, p. 5 ; Darrouzès, Regestes, V, nos 2032 et 2111 (Crit.) ; Idem, Le Registre synodal, p. 250, 343, 347-348 ; cf. Asdracha, Les Rhodopes au xive siècle, p. 42-43) ; il risque de ne pas correspondre à la réalité historique, puisque l’hypothèse postérieure à ces publications, d’O. Kresten (Zur angeblichen « Metropolis » Agathopolis im 14. Jahrhundert, REB, t. 38 (1980), p. 195-218), selon laquelle le document évoqué serait un faux du xve ou du xvie siècle, paraît être juste.

196 Notitiae, Index grec, s.v. Ἀγαθόπολις/ούπολις. Il est le seul évêché quon attribue à Andrinople dans la notice de l’époque turque, ibid., 21110 : Ἀδριανουπόλεως Αἱμιμόμντου ἔχει μία τοῦ Ἀγαθουπόλεως Sur l’évêché dAgathoupolis en général voir DΗGE, t. 1 (1912), col. 922 (S. Pétridès).

197 La ville fut un maillon important sur le limes sub-balkanique, cf. Jireček, Pâtuvanija, p. 836 (comprenant aussi les diverses formes du nom romain ; cf. Samothrakès, Lexikon, s.v.). Son caractère frontalier se maintint à travers l’époque pròto- et méso-byzantine, face aux invasions slaves et, ensuite, face à l’État bulgare, voir Théophanès, I, p. 49523, 49913 ; Théophanès Continuatus, 16420-16510 ; Skylitzès, Thurn., 91-9295-98 : Ἡ δβασιλὶς [Theodora] ἱλαρῷς λίαν τὴν ϰεσίαν ποροσήϰτο [de Michel-Boris] ϰαὶ δέδωϰεν ἔρημον οὖσαν τηνιϰαῦτα, τὴν [la région] ἀπὸ τῆς ϰαλουμένης Σιδηρᾶς, ἄριον τότε τυγχανούσης Ῥῳμαίων τε ϰαὶ Bουλγάρων, ἄχρι τὴς Δεϐελτοῦ, ἢν οἱ Вούλγαροι Zαγορὰν ϰατωνόμασαν (voir là-dessus, Jireček, ibid., p. 747-748 et note 23 ; 837 et note 33 ; St. Runciman, A History of the first Bulgarian Empire, Londres 1930, p. 72sq. ; Ostrogorsky, Geschichte, p. 164, 167, 169. Beševliev, Nadpisi, n » 214-15 et p. 111 (avec bibliographie abondante ; n° 4724). Choniatès, Van Bieten, 54779, 55679-81. La ville ancienne et byzantine fut aussi avec Apollônia-Sôzopolis et bien avant elle, un centre commercial assez considérable, voir RE, t. 5/1, s.v. Develtos (Oberhummer) ; Zakythinos, Études A, p. 59 ; cf. G. L. Lambousiadès, Περὶ Δεϐελτοῦ, EPhS, t. 24 (1895), p. 3-10.

198 Darrouzès, Nicée, p. 54, 55 ; Notitiae, p. 286, note 621 ; Mansi, XVII A, col. 377B. Il fut même uni, semble-t-il, pendant un certain moment, au siège, de création contemporaine, de Sôzopolis, voir DHGE, t. 14 (1960), col. 142 (R. Janin) ; Laurent, V/l, p. 546, 548.

199 Notitiae, Index grec, s.v. ; ibid., p. 28 ; Darrouzès, Variations, p. 26.

200 Mansi, XVII A, col. 376e ; Notitiae, Index grec, s.v. Tραποϐιζύη. Cf. Laurent, v/3, p. 123 ; DHGE, t. 11 (1949), col. 975-976, s.v. Carabizya (R. Janin).

201 D’ailleurs, Le Quien, Oriens Christianus, I, col. 1189-1190, avait pensé que l’évêché de Trapovizyè pourrait évoquer celui de Karavizyè.

202 Notitiae, Index grec, s.υ La forme Kάραϐον n’est pas à exclure du moment où le nom se rencontre toujours au génitif. On ne peut pas se prononcer sur l’identification avancée par I. Saraphoglou (in Thrakika, t. 2 (1929), p. 82), selon laquelle Karavos serait l’ancienne ville thrace de Kαρπούδαιμον que l’on doit rapprocher, elle, de Saranta-Ecclesiae, l’actuelle Kirklareli.

203 Ce serait le village actuel Fikla (en Turquie), au nord d’Andrinople, sur la rive droite du Toundža, voir Asdracha, Les Rhodopes, p. 148, où sont aussi relevées les mentions de la ville-forteresse dans les sources extérieures. Voukellon et Provaton furent deux maillons importants de la ligne frontalière de défense, sur la route menant d’Andrinople à Yambolis. Il est significatif de signaler là-dessus l’inscription sur une colonne-horos de la ville, [Kάστρον] Bουϰέλ[oυ] (Beševliev, Nadpisi, n° 30), qui pourrait être datée des viii-xe siècles, comme c’est le cas, selon moi, de la plupart des colonnes portant des noms de forteresses thraces et emmenées, probablement par Syméon, en Bulgarie, de ses expéditions de 913 et de 923-924 en Thrace, voir Catherine Asdracha, Ch. Bakirtzis, Inscriptions byzantines de Thrace (viiie-xve s.). Édition et commentaire historique, Archéologikon Deltion, t. 35 (1980), 1986, p. 263-265, n° 18 (à propos du même cas concernant Didymoteichon) ; voir supra, les autres inscriptions déjà relevées, notes 84, 133, 191.

204 Notitiae, Index grec, s.v. Bούϰελλον.

205 Mansi, XVII A, col. 376e. Cf. DHGE, t. 9 (1937), col. 1015 (R. Janin), notice que l’on doit corriger d’après Laurent, V/l, p. 549.

206 Très probablement, ruines près du village actuel Pravadi, à une distance de 20 km environ au nord-est d’Andrinople, sur la rivière Pravadi-deresi. Son nom bulgare antérieur étant Provadija, il se confondait habituellement chez les auteurs de nos jours à la ville homonyme des environs de Varna, cf. Jireček, Pătuvanija, p. 759. Mentions peu nombreuses mais significatives dans les sources byzantines : Provaton est qualifiée de kastron sur une inscription protobulgare, qui se réfère aux invasions bulgares en Thrace, menées par Malamir et Isvoulos, sous l’empereur Théophile, voir Beševliev, Nadpisi, n° 137 ; Théophanès, De Boor, p. 467 sq.
Cette forteresse était érigée sur la route militaire byzantine d’Andrinople-Markianoupolis, voir Jireček, Die Heerstrasse, p. 126. Sur l’importance de Provaton et sur les problèmes de son identification, voir Asdracha, Les Rhodopes, p. 148 (avec mentions des sources) ; Eadem, Les Rhodopes au xive siècle, p. 43-44 (sur les évêchés de Voukellon et de Provaton).

207 Mansi, XVII A, col. 376E. Notitiae, Index grec, s.υ. Προϐατον ... (Προϐάνδου) ; 17128-130 : Ἀπὸ δὲ ἐπισϰόπων ἐτιμήθησαν μητοροπολῖται ... (τοῦ Ἀδριανουπόλεως) Προϐάνδους,... ; 18153 ; ibid., p. 28 ; Darrouzès, Variations, p. 26. Quoi qu’il en soit, le siège doit avoir été dévalué pendant la deuxième moitié du xive siècle et n’est pas cité dans la liste de l’époque turque ; cf. Laurent, V/1, p. 550.

208 Darrouzès, Transferts, p. 179, n° 35 : Γρηγόριος ἐπίσϰοπος τῆς Προϐάτου Mαϰεδονίας εἰς Ἀδριανούπολιν τῆς αὐτῆς μετετέθη ; ibid., p. 201.

209 Voir supra, p. 223 et note 5.

210 Darrouzès, Nicée, p. 54 ; Notitiae, 3558 ; ibid., p. 27. Cf. Laurent, V/l, p. 551. Rares mentions dans les sources, cf. F. Halkin, Un ermite des Balkans au xive siècle. La Vie grecque inédite de Saint Bomylos, Byz, t. 31 (Hommage à Ostrogorski), 1961, p. 129. L’éditeur identifie Skopelos avec Usküp, à l’est de Kirklareli. Ceci dit, il ne faut pas confondre les titulaires de cette Skopelos avec ceux de l’île homonyme de la mer Égée, voir l’étude critique de N. Bees, Beiträge zur Kirchlichen Geographie Griechenlands im Mittelalter und in der neueren Zeit, Oriens Christianus, N.S., IV (1915), p. 247-249 et note 7 (avec bibliographie).

211 Mansi, XVII A, col. 376E. Notitiae, 7629, 9503, 10593, 13644 ; ibid., p. 286 ; 17130°. A l’instar de plusieurs autres métropoles éphémères, Skopélos devait avoir été ramenée à son rang antérieur, même avant la conquête turque, période pendant laquelle son siège n’est point mentionné.

212 La ville devait avoir changé de nom, de Vourdizon à Voulgarophygon, par suite d’une attaque bulgare ayant entraîné une riposte byzantine, en 755/756 environ, cf. V. Besevliev, Bie Feldzüge des Kaisers Konstantin V. gegen die Bulgaren, Éludes Balkaniques, t. 7/3 (1971), p. 6-7. Quoi qu’il en soit, elle figure avec son nom ancien sur une inscription protobulgare, découverte près de Sumen, voir Idem, Nadpisi, 138 et p. 130, ainsi que sur une autre colonne-borne parmi celles qui ont été découvertes dans les ruines de la Grande basilique de Pliska, ibid., n° 20 : Kάστρον Bουρδίζου ; cf. supra, note 203. Sur cette ville-forteresse, située sur la route militaire d’Andrinople-Constantinople, voir Jireček, Die Ηerrstrasse, p. 100 ; Idem, Pătuvanija, p. 935 ; Beševliev, Nadpisi, p. 32, 143 (avec la bibliographie y afférente ; en particulier, Vas. Tăpkova-Zaimova, Kreposti i ukrepeni gradove prez pärvoto bălgarsko carstvo, Voenno-istoričeski Zbornik, t. 3 (1956), p. 41, note 1). Nombreuses mentions dans les sources byzantines, voir Moravcsik, byzatinoturcica, II, p. 106. s.v. Bουλγαρόφυλον. A titre d’exemple : Skyutzès, Thurn., 17853,55 ; Attaleiatès, 2919 ; Anne Comnène, Leib, II, 1089, 12610-12. C’est le Bulgarofigo de la Partitio Romanie (Carile, Partitio,-p. 21829, 247), le Bulgarofle de Villehardouin (La Conquête, II, § 344).

213 Darrouzès, Nicée, p. 54 ; Notitiae, Index grec, s.v. Bουλγαρόφυλον ; ibid., p. 28, 286 et note 621 ; Mansi, XVII A, col. 376A Cf. DHGE, t. 10 (1938), col. 1199 (R. Janin).

214 Quelques propositions d’identification : endroit à une distance de 26 km à l’est d’Andrinople, à l’emplacement présumé de la ville thrace Ourtoudizos (bourg turc actuel de Hafsa), voir G. Lambousiadès, Θρᾳϰιϰαὶ Mελέται, Tαχυδρόμος Κων/πόλεως, 1903, n° 1487 ; cf. Stamoulès, Catalogues, p. 173-174 ; près de la forteresse Pythion-Empythion, à savoir sur la frontière actuelle gréco-turque, sur la rive occidentale de l’Hèbre ; cf. Asdracha, Les Rhodopes, p. 136-137.

215 Notitiae, Index grec, s.v. Tζόϊδα/Tζώ, ibid., p. 286, note 621 ; Mansi, XVII A, col. 376E. Orthographe et genre du nom instables, cf. Samothrakès, Lexikon, s.υ. Tζυειδῶν () : Tζοδης, Tζόϊδος, Τζωδης, Tζώϊδα (τά).

216 Notitiae, 3557 : Περϐέρου ; Darrouzès, Nicée, p. 54, 55. Selon l’auteur, il aurait disparu en prenant une nouvelle appellation. En outre, Vasilka Tӑpkova-Zaimova date sa disparition au ixe s., par suite des opérations militaires bulgares de cette époque, voir, Un évêché peu connu en Thrace orientale — Πέρϐερις, RESEE, t. 9/3 (1971), p. 595-599.

217 Asdracha, Les Rhodopes, p. 130-131. A corriger une faute de frappe dans le second § de la p. 130 : au lieu de viiie s., lire ixe siècle.

Notes de fin

1 Les historiens byzantins sont cités d’après l’édition de Bonn sauf indication contraire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

(CNRS - Paris)

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540