Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

A propos des campagnes de la Syrie du Nord (iie-vie siècles)

Une tentative d’histoire sérielle

Georges Tate

Texte intégral

1Grâce à la conservation, dans le massif calcaire de la Syrie du Nord, d’un ensemble exceptionnel de témoins archéologiques : les ruines de sept cents villages d’époque romaine et byzantine dont une cinquantaine sont dans un excellent état de préservation, il est possible d’étudier les campagnes de l’Empire byzantin entre le ive et le vie siècle dans un cadre géographique restreint. Une telle tentative est rendue nécessaire par le désaccord que l’on relève, dans l’historiographie, entre des travaux portant sur les campagnes de l’Empire romain d’Orient, envisagé comme un ensemble, et les ouvrages consacrés au massif calcaire, particulièrement celui de G. Tchalenko : « Villages antiques de la Syrie du Nord ». On trouve dans les premiers une appréciation pessimiste sur la situation des campagnes de l’Empire byzantin à l’époque considérée : elles seraient marquées par la misère et la stagnation du fait de l’oppression de l’État, des villes et des grands propriétaires. Les seconds offrent, au contraire, le tableau d’une région exceptionnellement riche, grâce à la pratique de la monoculture de l’olivier et à l’exportation de l’huile en Occident.

2Ces deux conceptions ne sont pas seulement opposées, elles sont contradictoires : ou bien les campagnes subissent une oppression et l’on ne comprend pas comment elles ont pu connaître une grande prospérité dans une région et non ailleurs, alors que l’administration impériale s’exerçait partout, et que, partout aussi, l’Empire comptait des villes nombreuses et populeuses. On admet encore moins que cette prospérité se manifeste dans une région, le massif calcaire, caractérisée par la pauvreté des conditions naturelles et par la proximité d’une des plus grandes concentration de villes de l’Antiquité tardive (Antioche, Séleucie de Piérie, Laodicée, Apamée, Chalcis du Bélus, Alep, etc.). Ou bien cette région était réellement prospère et il faut remettre en cause le témoignage des sources écrites et un système d’explication fondé sur l’omnipotence de l’État et sur le caractère oppressif des villes dans le domaine économique et social. Il s’imposait donc de revenir à l’étude des données elles-mêmes.

3Les données archéologiques, toutefois, quel que soit l’état de conservation des bâtiments, ne sont qu’un matériau brut qui n’est pas directement utilisable par l’historien. Pour qu’elles constituent une source valable, il convenait d’abord d’identifier les monuments que recèlent les ruines, les classer d’après leur fonction et, pour chaque catégorie, d’après leur morphologie, et ensuite, de les dater ou de les situer dans des tranches de temps.

4La première opération préalable, le classement et l’identification des constructions, révèle que l’élément essentiel des villages est la maison paysanne. Il s’agit d’un ensemble complexe comprenant un bâtiment d’habitation et d’exploitation — nous dirons simplement un bâtiment — une cour et un mur de clôture et, accessoirement, un ou plusieurs autres bâtiments, une seconde cour, un jardin, des pièces souterraines, une entrée indépendante, une galerie et un pressoir. Les bâtiments, qui constituent à leur tour l’élément principal des maisons, appartiennent à un type unique, que l’on considère leur morphologie ou leur fonction : morphologiquement, ce sont des assemblages de pièces équivalentes disposées sur deux niveaux ; fonctionnellement, celles du rez-de-chaussée sont réservées aux tâches économiques, celles de l’étage, au logement. Entre les maisons, les différences ne sont dont pas qualitatives mais uniquement quantitatives. Elles s’expriment dans le rapport de leur nombre respectif de pièces. C’est par là que les villages procurent des données de type sériel sur la démographie, l’économie et la société.

5Démographie, car il y a une relation entre le nombre des pièces et celui des habitants des maisons au moment de leur construction. Économie, en ce sens que les maisons sont des produits et aussi des instruments de travail. Société, du fait que les maisons correspondent à des groupes dont le nombre des pièces indique l’extension.

6Disposant de données sérielles, on peut dépasser la méthode typologique grâce à l’observation non plus de villages considérés a priori comme typiques mais de séries de données : pièces de maisons, mangeoires, pressoirs, et ceci pour chaque village, chaque groupe de villages et pour l’ensemble du massif calcaire. Il est possible, enfin, d’élaborer des séries similaires pour chaque période.

7C’est en effet à dater les pièces des maisons que doit être consacrée une seconde opération. La méthode de datation varie, selon que l’on considère les chaînons nord (gebels Sim’an, Halaqa, Barisa, et Il A’la) ou le gebel Zawiye. Dans les premiers, les maisons datées sont nombreuses, et ce sont les appareils des murs, de types très divers, qui procurent l’élément principal de datation, le décor n’intervenant que secondairement. Dans le ğebel Zawiye, au contraire, tous les bâtiments sont construits dans le même appareil orthogonal simple, dès la fin du ive siècle ; la composition ornementale des façades permet seule de situer dans le temps les maisons du ve et du vie siècle. Plutôt que de dater avec précision les pièces de ces maisons, il convient de les classer dans des tranches de temps de cinquante ans à deux siècles et demi. Ayant été déterminées grâce à des critères distincts, celles-ci sont différentes dans le nord et dans le sud du massif calcaire. Il est d’autant plus frappant que la répartition chronologique des pièces est la même dans ces deux zones. Les seules différences concernent l’amplitude des écarts entre chaque période. Le massif calcaire doit donc son unité à son évolution historique davantage qu’à ses monuments.

8Ce traitement préliminaire des données étant effectué pour quarante-six villages totalisant plus de quatre mille six cents pièces, nous pouvons aborder la vie rurale, à partir de ces informations sérielles.

9Il apparaît, d’abord, que les campagnes sont marquées, entre le ive et le vie siècle, par des caractères constants dans le domaine des paysages agraires et, par certains traits, de la vie économique et sociale.

10La forme dominante du paysage est l’habitat groupé. Les villages constituent un réseau dense. Ils comprennent des maisons de dimensions réduites, resserrées les unes sur les autres et offrant des murs aveugles à l’extérieur, ce qui leur confère un aspect fortifié, bien qu’ils ne soient pas entourés de murs d’enceinte. Dans ces villages, on ne rencontre aucune trace d’urbanisme : ni place, ni rue, mais des espaces informes laissés libres par les maisons. Leur plan traduit, de la part des villageois, une tendance à l’isolement tempérée par une nécessité de regroupement.

11Les finages rassemblent des terroirs et des surfaces rocheuses, équivalents approchés de l’ager et du saltus. Les terroirs sont le résultat de l’épierrement et de la construction de terrassements.

12L’économie villageoise et aussi l’économie domestique connaissent un régime de polyculture à deux dominantes : les cultures arbustives et particulièrement celle de l’olivier, et l’élevage, associés à des activités industrielles (industrie du bâtiment et fabrication de l’huile) et commerciales. Les différences régionales sont dues à la place respective de ces activités.

13Les maisons constituent l’unité sociale de base. Elles se distinguent par le nombre des pièces et, au plan social, par l’extension du groupe domestique ; les maisons d’une à deux pièces correspondent à des groupes restreints, les maisons de quatre pièces et plus à des groupes plus larges, celles de trois pièces à une situation intermédiaire. Les grandes maisons sont à la tête d’exploitations plus étendues que les petites, mais elles n’appartiennent pas toujours à une paysannerie plus riche car le nombre des parties prenantes augmente avec celui des pièces. C’est la capacité à agrandir sa maison qui souligne la richesse d’un groupe domestique. D’une manière générale, les groupes larges l’emportent là où une main-d’œuvre nombreuse est indispensable, soit que les finages soient plus vastes, soit que la nécessité de vendre oblige à un travail plus intensif.

14Dans ce cadre inchangé, la répartition chronologique des pièces révèle l’existence, dans la longue durée, de changements d’une amplitude considérable dont les sources textuelles n’autorisaient même pas d’envisager l’hypothèse. Établis sur la base d’une répartition régulière des pièces dans chaque tranche de temps, les graphiques suivants donnent une idée approximative de cette évolution.

Graphique 1. — Augmentation du nombre des pièces de maisons, par décennie, dans quarante-six villages du massif calcaire.

15Le massif calcaire a donc connu deux périodes d’expansion, et après 550, une période de stagnation ou de déclin.

16La première expansion débute au ier siècle de notre ère, mais la répartition chronologique des inscriptions datées montre qu’elle acquiert son importance au iie siècle. Seules les maisons édifiées après le début du iiie siècle ont subsisté ; c’est donc à partir de cette époque que l’archéologie procure des données sérielles. Pour autant qu’on puisse en juger, cette expansion atteint son optimum entre 210 et 250. Elle revêt une double forme. Elle est démographique : installation, sur les terres inoccupées des plateaux, d’une paysannerie originaire des plaines voisines ; et économique : mise en valeur de terres vacantes par épierrement et par construction, dans les wadis, de murs de terrasse. Elle est due, sous ses deux formes, à la surcharge démographique : chassées des plaines par le manque de terre, des familles entières se résignent, décennie après décennie, à gagner les terres arides de la montagne et à les mettre en culture, pratiquant une maigre polyculture où sont associés céréales, oléiculture, viticulture, arbres fruitiers et élevage des ovins et bovins. Un tel mouvement de colonisation a été rendu possible par la « Paix romaine » et, sans doute, par les initiatives du pouvoir impérial : cadastration d’une partie au moins du massif calcaire et législation permettant l’occupation et l’appropriation des terres stériles. Cette expansion s’interrompt, d’après le témoignage de l’épigraphie, vers 250, au moment où sévit, en Syrie, la peste dite de « Saint Cyprien ».

Graphique 2. — Les variations de la croissance : nombre de pièces nouvelles de maisons construites par décennie dans quarante-six villages du massif calcaire.

17Une seconde expansion intervient après environ un siècle de déclin ou de stagnation, et pour deux siècles, entre 330-50 et 550. C’est un essor long, général et puissant : le nombre des pièces est finalement multiplie par quatre. Accroissement démographique d’abord : la progression la plus forte se situe entre 330 et 450, elle décline après 480. Essor économique, ensuite, qui prend deux aspects successifs : un aspect quantitatif : défrichement des terres vacantes, et un aspect qualitatif à partir de 450-480 : développement, dans l’économie domestique, des activités orientées vers le marché : arboriculture et particulièrement oléiculture et production de l’huile. Contrairement à l’époque précédente, les paysans ne se bornent plus à conquérir des terroirs, ils s’enrichissent ; ils ont les moyens de construire des maisons coûteuses, dont les murs ne sont plus faits de blocs de formats petit et moyen disposés sur deux parements, mais de grands blocs orthogonaux élevés sur une seule rangée et dont la mise en place exige un outillage onéreux, l’intervention d’équipes spécialisées et, par conséquent, le versement de salaires. La paysannerie du massif calcaire n’est plus réduite, au vie siècle, à assurer sa subsistance, elle réalise des surplus importants. Ces changements économiques traduisent, socialement, la progression des grandes maisons de quatre pièces et plus, et donc des groupes domestiques larges, ce qui s’explique vraisemblablement par un besoin accru de main-d’œuvre par unité économique, autrement dit par une intensification des façons.

18L’expansion s’arrête vers le milieu du vie siècle, ce qui n’implique pas la fin de toute prospérité puisque les maisons demeurent occupées et que l’on élève des églises. Cette période est en fait marquée par une alternance de crises et de redressements qui ne résultent pas tant de la reprise de la guerre ou de l’apparition d’épidémies de peste que de causes internes. La poursuite de la croissance démographique sans terres nouvelles à mettre en culture, avait amené une réduction de la taille des exploitations (2 à 6 hectares) qui devait entretenir à la longue, malgré l’intensification des façons, la paupérisation de la paysannerie et une plus grande vulnérabilité aux crises de subsistance et aux épidémies de peste, comme les auteurs anciens de langue syriaque et arabe l’ont souligné. C’est dans ce contexte de crise de « type malthusien » qu’il faut placer les difficultés du massif calcaire entre 550 et 610.

CONCLUSION

19Dans un cadre matériel inchangé — paysage agraire et « système de production » —, les campagnes du massif calcaire ont connu de grands changements : croissance démographique, défrichement des terroirs, enrichissement des paysans grâce à une ouverture plus importante sur le marché, accroissement du nombre des unités domestiques larges. Mais ces transformations se sont opérées de manière progressive, sans « révolution » économique et sans bouleversement social.

20Cette évolution du massif calcaire est un cas particulier d’un phénomène plus vaste, le peuplement et la mise en valeur des autres régions marginales de la Syrie antique. Elle correspond à une situation générale : la croissance démographique de la Syrie dans son ensemble.

21L’évolution du massif calcaire donne l’exemple d’une évolution possible dans l’Empire byzantin (ive-vie siècles). Elle montre que l’état n’était pas omnipotent et que les villes n’étaient pas toujours oppressives. Elle rappelle le poids démographique des campagnes, leur relative autonomie et la difficulté de les maîtriser. Elle illustre cette constatation élémentaire que, dans les campagnes, les facteurs d’évolution décisifs sont d’abord la démographie et secondairement, le marché. Elle conduit à accorder une valeur documentaire moindre, dans ce domaine, aux sources textuelles de l’époque.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. — Augmentation du nombre des pièces de maisons, par décennie, dans quarante-six villages du massif calcaire.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Graphique 2. — Les variations de la croissance : nombre de pièces nouvelles de maisons construites par décennie dans quarante-six villages du massif calcaire.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540