Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

Géographie historique et liturgie : L’opposition entre Antiochène et Apamène1

Jean-Pierre Sodini

En hommage à J. Lassus

Texte intégral

  • 1 Abréviations :
    Lassus, Sanctuaires : J. Lassus, Sanctuaires Chrétiens de Syrie, Paris, 1947.
    Tchalenk (...)
  • 1 Cf., sur tout ce problème, H. Seyrig, Inscriptions grecques, dans Tchalenko, Villages, III, p. 2-62
  • 2 D. Feissel, Syria, LIX, 1982, p. 325-328.

1La limite administrative entre ces deux provinces (fig. 1) peut être déterminée grâce à la permanence extraordinaire, de l’antiquité jusqu’à nos jours, des toponymes et en raison de l’utilisation par les deux provinces d’ères chronologiques distinctes : une ère césarienne à Antioche qui commence en 48 av. J.-C. ; l’ère séleucide en Apamène (312 av. J.-C), comme du reste en Cyrrhestique et en Chalcidène. Par ce jeu des ères, la frontière reste toutefois difficile à tracer entre le territoire d’Antioche et celui de Laodicée, qui utilise une ère voisine de celle d’Antioche (41 av. J.-C.)1. L’étude des données chronologiques tirées des inscriptions peut être précisée par le recours aux sources : ainsi D. Feissel a-t-il pu attribuer récemment à la Chalcidène les villages de Litarba et de Sermin, alors qu’on les considérait généralement comme appartenant à l’Antiochène2.

  • 3 Le sujet a déjà été abordé par Lassus et Tchalenko. Je ne fais que regrouper et actualiser leurs re (...)

2Cette division administrative bien marquée est recoupée par toute une série d’oppositions qui affectent les bâtiments religieux. Certes, dans le Massif Calcaire, les techniques de construction sont les mêmes, que l’on soit en Apamène ou en Antiochène, et cette unité a longtemps masqué des différences systématiques que nous allons brièvement recenser3.

Fig. 1. — Carte des confins de l’Antiochène (Tchalenko, Villages, III, p. 57, fig. 7).

1° Les églises

  • 4 Lassus, Sanctuaires, p. 167-183 ; Tchalenko, Villages, I, p. 334, n. 2 ; Lassus, Bull. Ét. Or., XXV (...)

3Les églises d’Antiochène et d’Apamène présentent de part et d’autre de l’abside deux annexes, suivant un dispositif courant en Asie mineure, en Syrie et en Palestine. Toutefois, à la différence de ces régions, l’une de ces annexes est pourvue d’un ou plusieurs reliquaires alors que l’autel en est démuni. Mais cette particularité commune recouvre une différence. En Antiochène, cette chapelle à reliques est disposée au sud et elle ouvre par un arc sur le collatéral qui peut parfois être plus large que celui qui lui est symétrique au Nord. L’une des rares exceptions est à Deir Seta, dans l’unique église actuellement bien conservée, où l’annexe nord ouvre sur le collatéral par un arc, ce qui invite à en faire le martyrion de l’église (la sacristie sud n’a reçu qu’une porte). Ce qui constitue l’exception pour l’Antiochène est une règle pour l’Apamène : le martyrion y est au Nord mais il n’ouvre pas systématiquement par un arc sur le collatéral correspondant4.

  • 5 Opposer par exemple les reliquaires de Fafertin, Kfeir Dartazze, Kafr Nabo, etc. (Antiochène : Tch (...)

4Cette divergence s’accompagne de variantes dans la forme des reliquaires. Dans ces deux régions, les reliquaires, le plus souvent en forme de sarcophage miniature, sont pourvus d’une circulation d’huile : celle-ci, pénétrant par un orifice aménagé dans le couvercle, est recueillie au niveau de la cuve après passage dans la cavité où est logée la relique. Toutefois, en Antiochène, la sortie d’huile se fait sur la façade de la cuve ; en Apamène, sur l’un de ses petits côtés5.

  • 6 Lassus, Sanctuaires, p. 186-191 ; Tchalenko, Villages, I, p. 325 ; Id., Églises, passim.
  • 7 Tchalenko, Églises, Planches, p. 6 (Brad, égl. de Julianos), p. 21 (Burg Heidar), p. 25 (Sinhar), p (...)

5L’une des caractéristiques les plus anciennes de l’Antiochène est aussi la présence ancienne et privilégiée des accès méridionaux. Dans la plupart des églises du ive s., les seuls accès se trouvent au Sud (Babisqa Est, Banqusa Nord, Baʻaude, Nuriye) et si par la suite d’autres portes, parfois monumentales (église de Julianos à Brad), apparaissent à l’Est (et accessoirement au Nord), les portes méridionales gardent leur importance pour l’entrée des fidèles dans l’église. Celle de Qirqbize, qui a préservé dans sa structure et son plan l’allure d’une maison villageoise, permet de comprendre à quel point l’architecture domestique, avec ses accès ouvrant généralement sur un portique et sur une cour disposés au Sud, a dû peser dans l’élaboration de cette architecture religieuse villageoise6. Poids des traditions mais aussi reflet de la liturgie : la porte Est, parfois plus grande et mieux ornée, était réservée aux hommes, celle de l’Ouest aux femmes. On aboutit ainsi à une séparation des sexes qui se fait transversalement à l’axe de l’église et qui est matérialisée par des barrières de chancel à l’intérieur de l’édifice7.

  • 8 Tchalenko, Villages, I, p. 31, n. 1 ; Lassus, Bull. Ét. Or., XXV, 1972, p. 1-22. L’une des églises (...)

6En Apamène, l’accès Ouest s’impose très tôt : il est bien représenté dès le ive s. et au ve s. nombreuses sont les églises qui offrent trois portes occidentales (une par nef) alors qu’en Antiochène un certain nombre, à cette date, ne présentent qu’une porte de ce côté. La répartition des fidèles devait se faire suivant un axe longitudinal, par nef latérale, ou bien, dans les églises à tribunes, absentes en Antiochène mais courantes en Apamène (El Bara, Deir Solaib, Apamée), par superposition, les femmes occupant vraisemblablement les tribunes8. En somme, l’Apamène suit sur ce point l’usage courant à l’époque paléochrétienne.

  • 9 Sur le bêma, cf. Tchalenko, Églises, Planches et Album. Le volume de texte sera prochainement publi (...)

7Autre dispositif qui implique une liturgie différente dans ces deux régions, la présence en Antiochène d’une estrade en fer-à-cheval (ou bêma syrien) dans la nef centrale alors qu’en Apamène l’ambon de type courant (particulièrement dans le bassin oriental de la Méditerranée) prédomine (exemples à Deir Solaib, Huarte) au point qu’aucun exemplaire de bêma n’y a été recensé. Là encore, l’Apamène suit la règle commune dans tout l’Orient9.

2° Les baptistères10

  • 10 La thèse de B. Dufaÿ, en cours d’impression, examine en détail les installations baptismales de tou (...)

8Deux des plus importants baptistères de la région, celui de la cathédrale d’Apamée et celui de Qalat Seman, pourraient faire croire à une unité des deux régions, au moins dans le domaine de la liturgie baptismale. Tous deux présentent en effet une cuve logée dans une conque disposée à l’Est et accessible par des escaliers qui sont aménagés en vis-à-vis dans deux ouvertures pratiquées dans la paroi de la conque. La cuve n’est donc pas accessible de la pièce où elle se trouve mais des corridors qui l’entourent. Ce dispositif curieux transcende en fait la région : on le retrouve en Palestine (Gerasa) et à Chypre (où il est disposé non à l’Est, mais au Sud du baptistère). Il caractérise des édifices exceptionnels et paraît importé (de Chypre ?) plutôt qu’autochtone.

9En revanche, si l’on examine la majorité des baptistères, on retrouve l’opposition Antiochène-Apamène. Dans la première, les cuves sont placées à l’Est, contre le mur et parfois logées dans une abside ; dans la seconde, la cuve est au centre de la pièce (Deir Solaib, Huarte), parfois entourée d’un déambulatoire (Huarte). Ruweiha Sud, en Antiochène, offre toutefois les mêmes caractéristiques que Huarte.

3° Les couvents

  • 11 Tchalenko, Villages, I, p. 19-20, 162-167, 214-215, 250-254, qui est le premier (ibid., p. 179-181) (...)

10En Antiochène, où le monachisme se répandit très tôt (installations de la plaine de Dana dès le milieu du ive s.), les couvents se présentent comme un assemblage, à l’intérieur d’un enclos, de bâtiments bien articulés entre eux : une église, souvent aussi vaste que celles des communautés villageoises, un tombeau collectif distinct, une tour, un bâtiment allongé bordé de portiques (Qasr El Banat vers 420-430, Deir Dehes, le couvent nord-ouest de Deir Seman, Deir Turmanin). Le développement du stylitisme fit naître à proximité de Qalat Seman toute une série de bâtiments monastiques autour des colonnes sur lesquelles vivaient ces ascètes exceptionnels. L’Apamène fut beaucoup moins sensible à cette nouvelle forme d’ascèse. Mais surtout ses couvents, qui apparaissent vers la fin du ive s. sous l’influence de Marcianos de Cyrrhus, sont tout à fait différents de la majorité de ceux d’Antiochène. Tout y est beaucoup plus compact et se réduit le plus souvent à un bâtiment central entouré sur trois côtés d’annexes ou de galeries (El Bara, Sinsarah). Le tombeau collectif prend place au sous-sol tandis qu’au rez-de-chaussée se trouve un oratoire de plan barlong prolongé vers l’est par un sanctuaire qui fait saillie. Autant, en dépit de sa clôture, le couvent antiochéen paraît ouvert sur le monde, autant celui d’Apamène semble coupé du village et replié sur lui-même. On note de surcroît une étrange analogie entre les chapelles à nef transversale d’Apamène et les églises monastiques de Mésopotamie11.

11Ces oppositions multiformes entre édifices religieux d’Antiochène et d’Apamène ne se laissent pas expliquer par l’opposition monophysites-chalcédoniens, même si l’Apamène paraît avoir été moins touchée par le monophysisme que l’Antiochène. Elles relèvent de dispositions liturgiques propres à chaque évêché, même si le siège d’Apamée relève du Patriarcat d’Antioche : de ce point de vue, elles témoignent de la vivacité du patriotisme de cité et de l’importance des juridictions ecclésiastiques provinciales.

Notes

1 Cf., sur tout ce problème, H. Seyrig, Inscriptions grecques, dans Tchalenko, Villages, III, p. 2-62.

2 D. Feissel, Syria, LIX, 1982, p. 325-328.

3 Le sujet a déjà été abordé par Lassus et Tchalenko. Je ne fais que regrouper et actualiser leurs remarques.

4 Lassus, Sanctuaires, p. 167-183 ; Tchalenko, Villages, I, p. 334, n. 2 ; Lassus, Bull. Ét. Or., XXV, 1972, p. 13-19. L’exemple de Huarte, village d’Apamène, vient confirmer cette divergence dans l’emplacement du martyrion : M.-T. Canivet, Syria, LV, 1978, p. 153-162.

5 Opposer par exemple les reliquaires de Fafertin, Kfeir Dartazze, Kafr Nabo, etc. (Antiochène : Tchalenko, Églises, Planches, p. 44, 72, 83) à ceux d’Apamée (J. Νapoléone-Lemaire et J.-Ch. Balty, L’église à atrium de la Grande Colonnade, Bruxelles, 1969, p. 57-64) et de Huarte (M.-T. Canivet, loc. cit.). Un corpus des reliquaires de la Syrie du Nord est en préparation par B. Jacquot.

6 Lassus, Sanctuaires, p. 186-191 ; Tchalenko, Villages, I, p. 325 ; Id., Églises, passim.

7 Tchalenko, Églises, Planches, p. 6 (Brad, égl. de Julianos), p. 21 (Burg Heidar), p. 25 (Sinhar), p. 45 (Fafertin), p. 65 (Sugane), etc.

8 Tchalenko, Villages, I, p. 31, n. 1 ; Lassus, Bull. Ét. Or., XXV, 1972, p. 1-22. L’une des églises d’El-Bara (E. 5), récemment dégagée par le Service des Antiquités, sera publiée par J.-P. Fourdin.

9 Sur le bêma, cf. Tchalenko, Églises, Planches et Album. Le volume de texte sera prochainement publié. Sur la signification du bêma, voir B. Taft, Orientalia Christiana Periodica, XXXIV, 1968, p. 326-359 et Id., Eastern Churches Review, III/1, 1970, p. 30-39.

10 La thèse de B. Dufaÿ, en cours d’impression, examine en détail les installations baptismales de tout le Patriarcat d’Antioche.

11 Tchalenko, Villages, I, p. 19-20, 162-167, 214-215, 250-254, qui est le premier (ibid., p. 179-181) à avoir perçu les différences entre couvents d’Antiochène et d’Apamène. Le couvent de Deir Dehes fait actuellement l’objet d’une monographie de la part de J.-L. Biscop. Sur les couvents d’Apamène, cf. J.-P. Fourdrin, Syria, LXII, 1985, p. 328-335.

Notes de fin

1 Abréviations :
Lassus, Sanctuaires : J. Lassus, Sanctuaires Chrétiens de Syrie, Paris, 1947.
Tchalenko, Églises : Églises de village de la Syrie du Nord, planches et album, Paris, 1979-1980.
Tchalenko
, Villages : G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, Paris, 1953-1958.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte des confins de l’Antiochène (Tchalenko, Villages, III, p. 57, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540