Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Seconde partie. Une industrie dans la guerre

Chapitre V. Le retrait de la mouline

Texte intégral

1À partir de 1450, on assiste à un basculement de l’activité sidérurgique comtale. Elle s’effondre, touchée à la fois par le réveil de la concurrence et par une guerre de succession sanglante. Cependant, quand au début du XVIe siècle, la reprise s’amorce, le nouveau décollage de la sidérurgie ariégeoise se fait avec la mouline. Le cœur des Pyrénées n’est pas atteint par la révolution du haut fourneau et une frontière technique se dessine entre réduction directe et indirecte. La mouline occupe encore une place de choix dans un espace du direct qui se maintient et parfois s’étoffe. Mais pourtant le temps des moulines s’achève car le procédé de réduction directe s’enrichit alors de nouvelles expériences.

1. La crise des années 1450

2La situation de monopole, née de la conjoncture, et dont avait profité le fer du comté, s’achève vers 1450. La sidérurgie fuxéenne subit alors de plein fouet la concurrence d’autres régions de production, au moment même où son approvisionnement en bois est devenu plus fragile. Or, confrontés à cette situation délicate, le comte et la majorité de ceux qui vivent du fer, sont incapables ou bien refusent de mesurer les enjeux de ce nouveau rapport de force. Ils adoptent une politique protectionniste, entièrement consacrée à la défense des privilèges.

Le comté face à la concurrence

  • 1 Arch. mun. Pamiers, BB 34, fol. 2 v° ; J. de LAHONDÈS, Annales de Pamiers..., op. cit., t. I, p. 2 (...)
  • 2 Aucun document émanant des États de Foix n’a été conservé pour le Moyen Âge, H. COURTEAULT, Gaston (...)

3On le sait, cette concurrence ne naît pas en 1450. Latente depuis les années trente, interne autant qu’externe, elle revêt différentes formes. À l’intérieur du comté, conduite par les Villemur, elle s’exerce contre les privilèges du comte et des faures de Foix. À cette concurrence interne s’ajoutent celles de la seigneurie de Mirepoix et plus récemment du Couserans. En 1447, c’est-à-dire exactement un siècle après la conclusion de l’échange, le fer du Couserans envahit le marché de Toulouse jusqu’alors confisqué par les Fuxéens. Nous l’avons vu, il est d’autant plus dangereux pour le comté que son prix est inférieur à celui du « fer de Foix ». Le retour de la concurrence est vivement ressenti par les producteurs et ceux qui vivent des échanges. Ainsi, à cette date, les consuls de Pamiers dénoncent le danger du fer couseranais pour les forgerons et les hôteliers de leur cité1. En 1450, ce sont les États de Foix qui demandent au comte d’intervenir2. Sa réponse est violente. Il ne semble pas que le traité d’échange avec le Couserans ait été remis en cause. Le besoin en charbon était sans doute trop fort. L’action de Gaston IV se cristallise sur les Villemur et les Lévis.

  • 3 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 188.
  • 4 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA1 3, no 37.
  • 5 J. VILLAIN, La France moderne..., op. cit., p. 1045 ; A. NAVELLE, op. cit., p. 127.

4Dès 1448, Gaston IV renouvelle l’ordonnance de 1425 qui octroie aux forgerons de Foix le monopole du droit de marque sur le fer. Un an après, le sénéchal du comté en ordonne une nouvelle fois l’exécution3. Ces mesures s’avèrent insuffisantes. Elles répondent à l’action subversive des Villemur mais sont mal adaptées aux concurrents extérieurs au comté qui sont d’autant plus rudes à combattre que le fer qu’ils proposent, fabriqué à partir du minerai de Sem, est vraisemblablement de qualité. En 1450, Gaston IV légifère à nouveau. L’exportation du minerai du haut Sabarthès, libre en droit depuis l’accord de 1356, est prohibée. Le texte de l’ordonnance est formel : il est à présent défendu de lasdites menes portar fore lodit comtat sino tant solamentz en las molines qui obraran dentz. lodit comtat4. Les gardes des frontières sont encouragés à la vigilance et pour aiguiser leur surveillance, le comte leur octroie un tiers des produits qui pourraient être confisqués : minerai et objets en fer non revêtus du signe comtal. Sans doute pour lui donner davantage de force exécutoire, cette prohibition est présentée comme conforme à la tradition. On ne sait rien des conséquences que put avoir cette législation sur l’activité des Villemur. Il est néanmoins enjoint en 1456 à Pierre de La Marque et à son fils, responsables de la marque comtale, fils et petit-fils d’un associé des Villemur, d’estampiller le fer non du signe des seigneurs de Saint-Paul mais de celui du comte5. L’impact est autrement plus terrible sur les régions périphériques.

  • 6 F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., t. II, p. 414-417.
  • 7 ID., ibid., p. 426-464.

5Les moulines des Lévis vaquent faute d’approvisionnement en minerai. Les consuls et habitants de Montferrier et de Laroque d’Olmes se plaignent en 1454. Encore en 1476, Jean de Lévis, lors du dénombrement de ses biens au roi, précise que depuis l’inhibition du comte de Foix, ses moulines ne produisent aucun fer6. Cela fait alors plus de vingt-cinq ans que le comte a bloqué l’exportation et rien n’indique qu’elle ait alors repris vers Mirepoix. Cependant, en 1496, quand Anne de Lévis, en procès avec ses frères, décrit l’ensemble des biens dont ils disposent, elle signale à Laroque d’Olmes une mine et un moulin ferrier qui jamais ne vaquent7. Peut-être, dans ce cas, la forge hydraulique est-elle entièrement approvisionnée par la mine de Laroque. Les conditions durant lesquelles sont énoncés ces biens (dénombrement et dépositions au cours d’un procès) laissent cependant planer quelques doutes quant à la véracité des déclarations. Une chose est sûre néanmoins : l’activité sidérurgique des Lévis, si elle ne fut pas totalement, ni si longuement interrompue, a vivement souffert de la décision de Gaston IV.

  • 8 Arch. dép. Haule-Garonne, B 2304, fol. 82v°-83, 90 el 127v°-128.
  • 9 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90.

6Mais là ne résident pas toutes les conséquences de la législation comtale. Les difficultés rencontrées par une autre région du royaume sont telles qu’elles suscitent un procès au parlement de Toulouse au cours du mois de mai 14548. Si le comte de Foix dénonce les agissements du seigneur de Mirepoix, qui fait tout ce bruelliz, et aurait, selon lui, porté plainte auprès du sénéchal, le procureur du roi assure qu’il est seul responsable de l’action intentée contre Gaston. En effet, la décision comtale nuit gravement au royaume et aux intérêts du roi. Une région est plongée dans la crise : le Minervois. Le commerce que cette zone entretenait avec le comté est interrompu brusquement. Les marchands, qui importaient du blé et du vin vers Foix et en exportaient du fer et du minerai, ne fréquentent plus la région. Les consuls de Limoux, situé sur l’axe d’échange, s’en plaignent amèrement. Ils ne sont pas les seuls. Les maréchaux qui ont l’habitude du « fer de Foix » n’en trouvent plus. Le pays se vide car l’activité minière y cesse. Le minerai extrait n’est plus écoulé. En effet, il doit, lors de la réduction, être mélangé au minerai de Vicdessos qui le tempere et, du fait de l’inhibition, ne trouve plus preneur. Ainsi, par voie de conséquence, l’exportation du fer du Minervois est aussi interrompue. À propos de ce commerce, le comte de Foix précise avec humour que ses hommes n’ont pas besoin d’un fer qui comme celui de la seigneurie de Mirepoix est de qualité inférieure : que ceux de Foix n’ont que faire du fer dudit Mirepoix car ils en ont assez et de bon et celui de Minervoix ne vaut rien. L’officier royal se plaint de la réduction des droits de leude qui en découle pour le roi et de la montée du prix du fer9. Il dénie au comte le droit de légiférer sur une situation dont les conséquences dépassent les limites du comté. L’issue du procès demeure inconnue, les débats sont renvoyés auprès de la cour et du conseil du roi. Cependant, selon les dires de Jean de Lévis, il ne semble pas que le comte de Foix ait obéi rapidement aux injonctions du procureur royal.

  • 10 J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 406.
  • 11 Arch. mun. de Toulouse, AA 8, fol. 221v° (nouvelle pagination, p. 444).

7Une constatation s’impose : la concurrence n’a pas provoqué, parmi les producteurs dont le comte de Foix lui-même, une remise en cause des conditions de production et de distribution du fer fuxéen. Examinons la situation. Le « fer de Foix », certes d’excellente qualité, est cher. Or, à partir du minerai de Vicdessos se produit en Couserans et dans la seigneurie de Mirepoix, sans doute en Minervois, un fer dont le prix de vente est inférieur. En outre, la production d’objets finis à Foix ne répond pas, du moins en quantité, aux besoins des consommateurs, au point que les Villemur peuvent utiliser à leur profit le marché laissé vacant. Il est effectivement question en 1425 de la négligence des faures. Globalement, cette situation est née des privilèges octroyés par les comtes et de leurs propres ponctions seigneuriales car le haut prix du fer résulte aussi d’une accumulation de droits consentis : prix de vente du minerai à Vic, leude et péages levés sur ce minerai puis sur le fer par le comte et les seigneurs du comté. De même, du privilège reconnu aux faures de Foix découle l’incapacité du comté à répondre à la demande en produits finis. Bien plus, comme nous l’avons signalé, le comté n’a pas fait de la qualité du fer dont il disposait la matière première d’une métallurgie de transformation à la mesure du « fer de Foix ». Devant une telle situation, le pouvoir se fige. Il refuse même de consentir aux Villemur, pourtant seigneurs dans le comté, le droit de finition sans doute parce qu’il craint de ne pouvoir contrôler les droits assortis à la marque. Le comté se ferme encore davantage, prisonnier qu’il est de la mine dont il attend l’enrichissement. La seule réponse à la crise consiste à couper l’approvisionnement de ceux qui se fournissaient jusqu’en 1450 en minerai de Vicdessos, Couserans excepté. Cette décision révèle une méconnaissance profonde des potentialités de production du comté et des capacités qu’il avait à répondre à la concurrence par la réforme. Alors que ses prédécesseurs, Roger-Bernard comme Gaston III avaient su pratiquer une politique d’accompagnement de la croissance, on voit Gaston IV évoluer vers une pratique protectionniste qui aboutit à maintenir un monopole de production détenu par quelques privilégiés et qui éclatera de lui-même avec la réouverture d’autres régions anciennement productrices et contre lesquelles le comte ne pourra pas agir. Il ne pourra pas agir car ces zones relèvent d’autres pôles miniers d’approvisionnement. Dès 1440, le Quercy restaure ses ruines, des moulines sont reconstruites et de nouvelles sont créées10. En 1499, les ferratiers de Toulouse vont s’approvisionner en Quercy comme ils le font aussi en Agenais et à Foix11.

  • 12 G. LESEUR, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, Paris, 1896, p. 340. Sur Jean de Roquefort, C. BA (...)
  • 13 BNF, collection Doat, vol. 95, fol. 192-195.

8Il faudra huit ans au comte pour réagir et répondre aux nouvelles conditions du marché. En 1458, sous la pression des États de Foix, Gaston IV demande à son juge et homme de confiance Jean de Roquefort de travailler à la réforme du poids du fer et de la mine12. Il s’agit de revoir la taxation. Sans doute est-il trop tard. Rappelons que le prix du fer du comté chute à la fin des années 1460, au point que les habitants du bourg de Tarascon se plaignent de la pauca valor deufer et de las mennas13. La sidérurgie du comté connaît, en outre, de récentes difficultés de ravitaillement en charbon de bois.

Le charbon de bois plus rare

9Au XIVe siècle, plusieurs solutions avaient été expérimentées avec succès pour conserver le patrimoine forestier et maintenir le bon approvisionnement des moulines en charbon. Si les expériences novatrices des années 1300 ont su protéger forges et forêts, il semble que la recrudescence de l’activité dans la première moitié du XVe siècle ait fait naître de nouvelles difficultés.

  • 14 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. Arch. dép. Ariège, 2 B 31, fol. 420. Le top (...)
  • 15 Lat. nord 42° 42’ 24", long, est 1° 394’ 54", alt. 1 090 m.
  • 16 D. GALOP, op. cit., p 173-174 et 215.

10En effet, dans la vallée d’Aston, c’est toujours plus haut que sont implantées les moulines. Dès 1340, celle de Ciguels était installée à 750 m d’altitude. En 1491, dans l’hommage et dénombrement rendu par Raimond de Goirans à la comtesse de Foix, cette mouline est toujours en activité alors qu’apparaît celle de Riète dont nous ignorons la date précise d’installation14. Elle est située à 1 090 m d’altitude et éloignée de plus de 15 km du bourg d’Aston15. Dès le XIVe siècle, ce phénomène d’implantation des moulines toujours plus en amont des torrents avait pu être mis en relation avec la nécessité d’organiser l’accès au combustible. Dans le cas de Riète, il prouverait combien les besoins se font de plus en plus pressants dans la seigneurie de Château-Verdun. Les résultats obtenus par la palynologie confirment la source écrite. On assiste au XV e siècle, sans que les données puissent être plus précises du point de vue chronologique, à une phase de déboisement qui touche toutes les essences, en aval comme en fond de vallée où le sapin et le hêtre sont pratiquement éliminés. De même, en vallée de Vicdessos, la forêt recule16.

  • 17 1494, Arch. dép. Ariège, 1 J 5/7. 1499, Arch. dép. Haute-Garonne, Maîtrise de Pamiers, H 1.
  • 18 Arch, nat., F14 4300, dossier no 2.
  • 19 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, H 1.

11Plus représentatives encore des difficultés rencontrées pour l’approvisionnement en charbon, sont les tensions surgies dans des zones où la pression sidérurgique – déduite du nombre des moulines – est plus modérée qu’en vallée d’Aston ou de Vicdessos. En 1494 ou 1499, selon les sources, à la demande des consuls de Tarascon, la comtesse de Foix interdit au seigneur de Cazenave de couper du bois destiné à sa mouline d’Allens17. Pour cette forge hydraulique élevée en 1405, le propriétaire cherchait à récupérer à son profit d’anciens droits d’usage sur le bois18. Se heurtant à la communauté de Tarascon, il est débouté de ses prétentions sur les bois de Lugeat dépendant de la juridiction de ce bourg depuis 1430 et menacé d’une amende de 20 marcs d’or. Même si elles éclatent tardivement, il semblerait que les tensions nées entre le maître de mouline et la communauté remontent à l’année 1435, au moment de l’enquête menée par les réformateurs du comte Jean Ier dans le consulat de Tarascon, durant une période où la production des moulines est encore forte19.

  • 20 Arch. dép. Ariège, 1 C 156.

12C’est durant la même période qu’émerge le transport du charbon sur des axes majeurs d’échange. En 1452, il est prévu que du charbon puisse transiter dans le bourg d’Ax sans que soit précisé, d’ailleurs, le sens des échanges20. Mais néanmoins, il y a circulation – et semble-t-il récemment – d’un combustible qui jusque-là relevait de la consommation de proximité preuve qu’il fallait aller chercher plus loin un produit qui devenait plus rare dans certaines vallées. Ainsi, ces nouvelles difficultés d’approvisionnement expliqueraient que Gaston IV, lors de sa grande offensive contre les concurrents du fer de Foix, n’ait rien tenté contre les producteurs du Couserans. Le bois échangé contre le minerai de Sem est devenu précieux. Lui aussi devait continuer de circuler de part et d’autre du port de Lhers.

2. Le fer dans la tourmente du comté

  • 21 L’immobilisme économique semble caractériser tous les secteurs de production. Le comté de Foix est (...)
  • 22 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 454-523.
  • 23 Malheureusement, on ne conserve aucun des registres de la réformation de 1452, prévue entre autres (...)
  • 24 Dans certaines régions, les troubles militaires peuvent, combinés avec d’autres facteurs, briser l (...)

13Après la crise du milieu du XVe siècle, l’activité sidérurgique ne connaît pas de relance21. Les sources se raréfient. L’extraction et la réduction s’essoufflent. Dans la ville de Foix, la métallurgie de transformation se réduit après 1470. Les axes commerciaux se diluent. Le décollage économique et en grande partie sidérurgique du comté n’interviendra pas avant le premier quart du XVIe siècle22. Certes la concurrence est plus rude, mais la sidérurgie du comté se replie aussi parce qu’elle est confrontée à une période de crise interne23. Alors que les provinces proches se reconstruisent, le comté plonge dans la guerre. Troublé et même parfois dévasté, le haut Sabarthès est particulièrement touché24.

  • 25 H. COURTEAULT, Caston IV, comte de Foix, vicomte souverain de Béarn, prince de Navarre, 1423-1472,(...)
  • 26 Arch. dép. Ariège 1 J 323 : Gaston IV exempte les habitants de Tarascon des droits dus sur leurs b (...)
  • 27 H. COURTEAULT, Gaston IV.... op. cit., p. 283-284.
  • 28 BNF, collection Doat, vol. 95, fol. 192-195.
  • 29 H. COURTEAULT, op. cit, p. 295.
  • 30 H. COURTEAULT, op. cit., p. 398 ; Gabriel de Llobet note pendant la période 1460-1470, une grande (...)
  • 31 H. COURTEAULT, op. cit., p. 400.
  • 32 À Lézat, en 1488, le registre d’un notaire livre les images de la dévastation : forte mortalité et (...)

14Même si nous ne pouvons pas en mesurer l’impact démographique, il semble bien que de nouvelles épidémies ravagent le pays, du moins la vallée de la basse Ariège en 1461-146225. Au même moment, le comté est entraîné dans des enjeux internationaux et des guerres de succession, lui qui avait été protégé par la politique de ses seigneurs lors du grand conflit de la guerre de Cent Ans. Dès 1455, Tarascon, semble-t-il dépeuplé, doit être reconstruit26. Les chocs se font nombreux à partir de 1462. Gaston IV, soucieux de conquérir la couronne de Navarre et de s’imposer en Espagne, est entraîné dans une guerre contre la Catalogne et se voit confisquer à cette date, par la députation réunie à Barcelone, sa vicomté de Castelbon. L’hostilité des Catalans dépasse bientôt les frontières27. Les habitants de Tarascon décrivent dans cette période leur bourg comme affaibli per raretat deu poble qui es en lodit loc, causant las mortalitats qui long temps a son estades, destruisiment du tots mesties. À ces maux, s’ajoute la raréfaction des marchands qui fréquentaient la voie vers la Catalogne28. Dès 1465, les armées comtales, profitant de la guerre civile déclarée en Espagne, se ruent sur la Navarre. Cette opération d’envergure menée par les trois sénéchaux de Foix, Bigorre et Béarn se réduit à un franc désastre, suivi bientôt de coups de force multiples29. La politique de Gaston IV, si elle n’a pas abouti, a néanmoins coûté très cher à ses états soumis aux demandes de subsides30. Le comté est donc affaibli quand s’ouvre en 1472, à la mort de Gaston IV, une terrible crise de succession. Pendant les dernières années du XVe siècle et jusqu’en 1512, comté et vicomté sont soumis à la lutte des compétiteurs. Catherine est comtesse de Foix en 1483. Des deuils en série ont reporté la couronne sur cette adolescente de treize ans. Ses droits sont contestés par Jean de Foix, second fils de Gaston IV31. Les troupes des uns et des autres occupent à plusieurs reprises le comté et se livrent aux excès habituels32. Durant ces combats, les Villemur, les Léran et même de lointains héritiers des seigneurs de Château-Verdun, se battent contre Catherine. Les combattants se sont substitués aux seigneurs-entrepreneurs.

15Après la crise du milieu du XVe siècle, nous n’avons plus aucun témoignage sur la grande mine de Sem. L’axe qui reliait Toulouse au haut Sabarthès n’apparaît plus dans la documentation. Et pourtant, du fer de Foix se vend du Rouergue à la Provence. En effet, de 1460 à 1496, l’outil de production s’est en partie maintenu, révélé par un corpus de sources significatif : actes de foi et d’hommage rendus aux comtes et comtesses qui se succèdent après la mort de Gaston IV, actes de vente et baux à fief nés de la recomposition des patrimoines seigneuriaux en période de troubles. Mais ce maintien est sélectif car cette période est une période de repli : repli géographique et repli des initiatives. Nous retrouvons, à partir de 1460, l’idée de dépérissement économique avancée par Gabriel de LLobet, mais qu’il avait envisagée, quant à lui, pour l’ensemble du XVe siècle.

  • 33 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E I.
  • 34 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5. Arch. dép. Haute-Garonne, Fonds de Malte, H (...)
  • 35 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 3 et H I. Arch. dép. Ariège, 1 J 7/5.
  • 36 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.
  • 37 Ce sont en effet deux fargators de Siguer qui prennent en emphytéose la mouline d’Aston, Arch. dép (...)
  • 38 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.
  • 39 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3.
  • 40 Arch. dép. Ariège, 46 J 232, pièce no 102.
  • 41 F. PASQUIER, op. cit.

16Toutes les moulines livrées par la documentation sont d’anciennes installations. Aucune n’est de création récente. Les plus nombreuses sont encore localisées dans le haut Sabarthès, autour de la seigneurie de Château-Verdun où l’on extrait du fer, bastion irréductible de la sidérurgie ariégeoise33. Des moulines fonctionnent à Château-Verdun, à Luzenac, et notamment celle de Sortadel34, à Urs et à Allens35. Celles de Ciguels, d’Albiès et de Riète, en vallée d’Aston, sont en activité36. Proche de Vicdessos, persiste celle de Siguer37, peut-être aussi celle de Junac38. De même la mouline de Ganac est encore attestée39 comme celle du chapitre de Mirepoix à Laroque d’Olmes40 et une partie de celles des Lévis41. Ainsi, ces forges hydrauliques reconstituent-elles l’ancien maillage des exploitations, mais la densité des installations est désormais plus faible.

  • 42 Arch. dép. Haute-Garonne, B. Maîtrise de Pamiers, E 1.
  • 43 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5.
  • 44 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3 et D 5.
  • 45 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. Certes en 1390, un Guilhem Isarn que nous p (...)

17L’état de ce patrimoine est contrasté. Si une mouline de Château-Verdun est déclarée ruinée dès 147342, si celles des Lévis sont abandonnées au moins jusqu’en 1496, celle de Sortadel est dite bona et farganta43. Quand les baux à fiefs énumèrent les differents équipements des moulines de Ganac et de Sortadel, soufflets, marteau, enclume, tous apparaissent en parfait état44. Plus que l’outil de production lui-même, c’est son mode de gestion qui illustre l’assoupissement de la production. L’activité subversive des Villemur et des Lévis a disparu. Les familles nobles qui disposent de moulines pratiquent une stricte gestion seigneuriale. Parmi elles, s’imposent les Miglos : ils ont des intérêts dans la production sidérurgique45.

  • 46 Pourtant, au même moment quand Antoine de Miglos acense les revenus de Junac et d’Aston, le bail e (...)
  • 47 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 410.
  • 48 En pleine période de reconstruction, cette réduction de la valeur des baux se constate dans d’autr (...)

18Le patrimoine sidérurgique des Miglos est impossible à chiffrer. Néanmoins, on sait que cette branche des seigneurs de Luzenac détient au moins la mouline de Sortadel à laquelle il faut ajouter celles de Château-Verdun. Les seigneurs de Junac, représentés par Antoine de Miglos, en possèdent, quant à eux, plusieurs dans la vallée d’Aston. Or, les Miglos gèrent de façon tout à fait traditionnelle leurs forges hydrauliques. De nouveau s’impose l’emphytéose46. Les preneurs sont parfois des forgeurs, comme les frères Varilhes, fargatores de Siguer, qui amodient celle d’Aston en 1484. Dans ce cas, le montant du bail est nettement inférieur à ceux exigés au XIVe siècle, soit 32 quintaux de fer par an pour la location de la mouline, d’un moulin bladier et d’un pré. Ces baux sont comparables à ceux du Quercy, au moment de la reconstruction47. Les Miglos acceptent de sacrifier une partie de leur revenu pour trouver preneur durant une période de marasme économique48.

  • 49 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5.

19Quant à la mouline de Sortadel, en parfait état de fonctionnement, elle est concédée avec deux prés contre 8 quintaux de fer et 8 écus à verser annuellement49. Cette somme, si nous la reportons au prix du fer de Foix en Gascogne, prix dont nous disposons pour la fin du XVe siècle, correspond à moins de 8 quintaux. La redevance globale s’élèverait à peine à 16 quintaux de fer par an. D’ailleurs, les moulines et leurs revenus ne suffisent pas à renflouer la fortune des seigneurs de Junac. Antoine de Miglos est obligé de vendre sa seigneurie d’Aston en 1496. La conjoncture est frileuse et la période des Villemur est bien révolue. Les seigneurs doivent accepter de concéder à moindre prix leur installation sidérurgique et les anciennes pratiques seigneuriales se sont imposées de nouveau à la gestion de la mouline.

3. La mouline concurrencée

  • 50 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 496, 497, 517 ; E 8, fol. 297 ; E 359, fol. 60 ; E 360, fol. 124-125, 1 (...)

20Pourtant, après ce moment de déroute, quand la croissance reprend au début du XVIe siècle dans le comté de Foix, la sidérurgie en est un des fers de lance. La mouline conduit la reprise, stimulée dans un premier temps par l’équipement des campagnes. Une quarantaine de moulines fonctionnent alors dans le comté et la seigneurie de Mirepoix et encore ce décompte n’est-il pas exhaustif. Au moins, un quart d’entre elles est d’installation récente50.

  • 51 L. M. DIEZ de SALAZAR FERNANDEZ, Ferrerias guipuzeoanas, aspectos socio económicos, laborales y fi (...)
  • 52 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 406-410 ; L. BOURRACHOT, « Les anciennes forges... », op. cit., p. 255- (...)
  • 53 J. DELMAS, « Les ferrières du haut bassin rouergat du Lot (XIVe-XVIe siècles) », op. cit.
  • 54 J. DELMAS, « Les moulines à fer de la région de Brusque (1479-1558, hypothèse longue début XIVe si (...)
  • 55 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1982, fol. 35v°.
  • 56 Il s’agit de Johanot de Picabe de Lesaque et Sancho Daguerrii d’Aresilh du pays despanhe.
  • 57 M. URTEAGA ARTIGAS, « Siderurgia medieval en Gipuzkoa, Haizeolas, ferrerias masuqueras y ferrerias (...)
  • 58 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1982, fol. 35v°.
  • 59 Cependant, l’inventaire de la série E du département des Pyrénées-Atlantiques, qualifie cette inst (...)

21Le comté de Foix est ainsi au centre d’un vaste espace de la réduction directe qui participe à la croissance du « beau XVIe siècle » et dont les frontières se dessinent peu à peu. Vers l’ouest et le Pays basque la ferreria de agua continue de fournir à l’Europe l’excellent fer dit d’Espagne51. Des moulines et des ferrières fonctionnent en Agenais au cours du XVIe siècle ; vers le nord des moulines sont attestées aux abords de Souillac, de Périgueux et de Bergerac où elles côtoient aussi des ferrières52. Toujours plus au nord, elles sont implantées sur les marges de l’Aubrac, près de Saint-Geniez-d’Olt53. En Roussillon, en haut Languedoc, la mouline est toujours présente54. Mais le procédé de réduction directe est également conquérant. Quand le Béarn s’ouvre à la réduction du fer, la première forge élevée à Louvie en 1512 est une ferrière, ferrere55. Construite par des Espagnols56 avec lesquels François, seigneur de Louvie, a passé contrat, cette forge est munie d’un foec et de barquis, c’est-à-dire d’un feu et de soufflets. Le contrat de construction ne mentionne aucune installation hydraulique. Le terme utilisé, ferrere, nous renvoie au vocable ferreria qui, en Pays basque, sert à désigner tout à la fois la forge hydraulique et la forge à bras57. La construction de cette installation coûte 80 écus au seigneur de Louvie. Ses amodiataires devront livrer 90 quintaux de fer par an au bailleur58. Au début du XVIe siècle, tous ces indices semblent la désigner comme une forge hydraulique de réduction directe59.

  • 60 Nous reprenons ici le titre de l’ouvrage de J.-Fr BELHOSTE et alii, La métallurgie normande, XIIe- (...)
  • 61 J.-Fr. BELHOSTE, « Conséquences de l’essor sidérurgique sur les usages forestiers et les pratiques (...)
  • 62 Arch, nat., Minutier central, XIX, 94. Ce document m’a été aimablement indiqué par Jean-François B (...)
  • 63 E. FERNANDEZ DE PINEDO. « Du bas fourneau à la forge à l’anglaise : changements techniques dans la (...)
  • 64 Arch. dép. Ariège, 46 J 242, no 7, no 8, no 36, fol. 174, 177, 197, 221-222, 247 ; 46 J 244, no 21 (...)
  • 65 E. BARALDI et M. CALEGARI, « "Fornaderi" bresciani (XV-XVII sec.) », dans Dal basso fuoco..., op. (...)
  • 66 J. CANTELAUBE et C. VERNA, « Les forges à la génoise... », op. cit.

22Cet espace du direct se dessine avec d’autant plus de vigueur qu’il se trouve bientôt confronté à la « révolution du haut fourneau »60. Le procédé de réduction indirect de type wallon, avec son haut fourneau et son affinerie, atteint le Périgord au cours du XVIe siècle61. Il est attesté à Le Bugue sur les rives de la Dordogne, en 154862. En 1536, dans le royaume de Navarre s’élève le haut fourneau d’Eugui63. Au même moment et au cœur de l’espace de la réduction directe, dans la seigneurie de Mirepoix, à Villeneuve d’Olmes, de 1540 à 1556, une fonde avec deux forges ou deux fornels à la genevoyse (c’est-à-dire à la génoise), parfois également qualifiée de fonde et molline est en activité64. On ignore à quelle date elle a été implantée. L’enquête qui a été conduite sur cette installation laisse supposer la mise en place d’une forge de réduction pouvant fonctionner alternativement selon le mode de réduction direct et indirect, ce qui n’a rien de surprenant. On retrouve aussi en Ligurie des forges qui, désignées comme ferrières, combinent l’affinage de la fonte et la réduction directe du fer. Le procédé de réduction indirecte relèverait, dans ce cas, du modèle brescian tel qu’il se diffuse en Ligurie comme dans d’autres espaces européens, de la fin du XVe au début du XVIe siècle, c’est-à-dire une technique moins consommatrice de combustible que le système wallon65. Ainsi, l’Ariège, bastion de la réduction directe jusqu’au XIXe siècle, aurait connu la tentation de l’indirect. Mais ce procédé n’a pas trouvé sa place sur les terres de la mouline. La fonde, pourtant installation prestigieuse, voulue par un grand du royaume, seigneur de Mirepoix et sénéchal de Carcassonne, objet de contestation devant le Parlement de Toulouse entre ce puissant seigneur et un marchand toulousain, louée de 1547 à 1553 jusqu’à 400 livres annuelles, disparaît définitivement en 155666. Si les hypothèses sont nombreuses, on ignore pourquoi la greffe n’a pas pris. Il est possible que la tentative d’implantation ait à voir avec l’équipement en armes sur lequel veillent les Lévis, sénéchaux de Carcassonne, et avec la possibilité que la fonde offraient de produire davantage d’acier et de fonte pour les boulets. Quant à l’échec, les textes évoquent un problème d’approvisionnement en minerai. S’agit-il de sa qualité, de sa quantité ? Le minerai de Vicdessos lui aurait-il fait défaut ? Nous l’ignorons.

23Si le modèle brescian a échoué, le modèle wallon n’a pas atteint le centre des Pyrénées. La production de masse du haut fourneau wallon aurait sans doute dépassé les capacités d’absorption du marché toulousain. Son rejet n’est donc pas uniquement tributaire de sa forte consommation en combustible. En outre, les disponibilités réduites en capital auraient, de toute façon, rendu difficile la création de grosses usines indirectes qui par ailleurs ne se justifiaient pas dans un contexte où la mouline pouvait répondre en quantité à un marché régional et fournir un produit de qualité, le « fer de Foix ». Il faut lire dans ce choix, dans la disparition de la fonde comme dans l’absence du haut fourneau wallon, l’illustration de l’efficacité technique de la mouline. Ainsi, la mouline est-elle suffisamment moderne, c’est-à-dire que son efficace simplicité est adaptée au contexte écologique, économique et social de la montagne, ce qui lui permet d’être encore à la base de la croissance sidérurgique du début du XVIe siècle.

  • 67 Arch. dép. Ariège, 46 J 242, no 36, fol. 14.
  • 68 M. CALEGARI el E. BARALDI, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Appenins en M (...)
  • 69 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 496, 502, 522, 523 ; E 8, fol. 310 et 317 ; Bib. mun. de Toulouse, ms. (...)
  • 70 Pour les détails de la démonstration, nous renvoyons à J. CANTELAUBE et C. VERNA, op. cit., p. 160 (...)

24Ces années constituent, malgré tout, la fin du temps des moulines. En effet, la croissance sidérurgique de la Renaissance est aussi une période favorable à d’autres expériences. Non que cette forge hydraulique disparaisse des montagnes. La documentation livre des moulines ou forges à faire fer jusqu’au début du XVIIe siècle. Mais, dès 1550, les occurrences sont d’une grande rareté. Au cours de la première moitié du XVIe siècle, la mouline a perdu la domination absolue qu’elle exerçait jusque-là sur le territoire ariégeois et cette perte est irréversible. En 1527, il est prévu qu’un martinet qualifié de à la genevoyse soit installé à Lavelanet où il serait associé à une forge pour fabriquer des harnais, c’est-à-dire des armures67. En 1540, la fonde apparaît dans la documentation sans que nous sachions exactement depuis combien de temps elle est érigée. Si la fonde disparaît en 1556, la mouline, que l’on qualifiera dorénavant de traditionnelle, est concurrencée par d’autres moulines, et cela à partir de 1561. Celles-ci apparaissent sous le vocable de mouline à la biscayenne ou à la genevoyse (à la génoise)68. Les secondes sont les plus nombreuses69. Elles s’implantent dans les vallées de Saurai, de Siguer et de Vicdessos. Encore une fois, l’enquête qui a été conduite sur ces moulines venues d’ailleurs n’aboutit à aucune certitude. Mais, exclusivement élevées dans le domaine comtal, leur désignation laisse supposer qu’elles aient pu profiter de certaines caractéristiques des ferrières ligures : plus faible consommation en combustible, plus grande force de l’énergie hydraulique disponible et nécessaire au fonctionnement d’un plus lourd marteau et de soufflets plus puissants. Les moulines à la genevoyse produiraient, en outre, davantage que la mouline traditionnelle70. Il ne semble pas que ces forges hydrauliques résultent du constant remodelage dont aurait pu profiter une technique en usage depuis plus de deux siècles. Plus sûrement, les moulines à la génoise restitueraient un transfert d’innovation de la Ligurie au comté de Foix, illustration des liens noués entre le port de Gênes et les Pyrénées dans un contexte favorable, celui de la guerre, Guerres d’Italie et Guerres de religion. Quand les moulines à la génoise disparaissent en 1578, s’ouvre alors le temps de la forge à faire fer.

  • 71 A partir de la documentation iconographique exceptionnelle disponible en Italie, Enzo Baraldi prop (...)

25Ainsi, au milieu du XVIe siècle, à la mouline médiévale se juxtaposent d’autres versions de la mouline, nourries d’autres expériences techniques. La mouline devenue traditionnelle se voit, après une longue période de domination absolue, concurrencée par d’autres forges de réduction directe, mouline à la biscayenne et surtout mouline à la génoise. Elle amorce son retrait. Mais cette émergence de nouvelles forges est aussi une preuve supplémentaire de l’inventivité de la filière de réduction directe. Marteaux hydrauliques, soufflets hydrauliques subissent des ajustements qui ont abouti à mobiliser davantage de puissance. On saisit ainsi combien l’évolution du procédé direct passe par une modification des aménagements opérés sur le mécanisme hydraulique et plus particulièrement sur la soufflerie : des soufflets, sans doute de plus en plus performants, à la trompe71. Mouline, mouline à la genevoyse, forge à la catalane définissent autant d’étapes, de paliers techniques, dans la longue histoire de la réduction directe pyrénéenne. Si le temps de la mouline s’achève, il fut celui, fondateur, de la mécanisation de la sidérurgie directe, premier temps d’une industrie sidérurgique.

Notes

1 Arch. mun. Pamiers, BB 34, fol. 2 v° ; J. de LAHONDÈS, Annales de Pamiers..., op. cit., t. I, p. 264-265.

2 Aucun document émanant des États de Foix n’a été conservé pour le Moyen Âge, H. COURTEAULT, Gaston IV, comte de Foix, vicomte souverain de Béarn, prince de Navarre, 1423-1472, Toulouse, 1895, p. 372. Néanmoins, dans le protocole de son ordonnance de 1450, Gaston IV précise qu’il légifère sur la demande pressante des trois Etats, Arch. dép. Ariège 1 E suppl. AA 1-3, no 37.

3 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 188.

4 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA1 3, no 37.

5 J. VILLAIN, La France moderne..., op. cit., p. 1045 ; A. NAVELLE, op. cit., p. 127.

6 F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., t. II, p. 414-417.

7 ID., ibid., p. 426-464.

8 Arch. dép. Haule-Garonne, B 2304, fol. 82v°-83, 90 el 127v°-128.

9 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90.

10 J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 406.

11 Arch. mun. de Toulouse, AA 8, fol. 221v° (nouvelle pagination, p. 444).

12 G. LESEUR, Histoire de Gaston IV, comte de Foix, Paris, 1896, p. 340. Sur Jean de Roquefort, C. BARRIÈRE-FLAVY, « Jean de Roquefort, juge-mage du comté de Foix », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1914-1916, p. 16-40.

13 BNF, collection Doat, vol. 95, fol. 192-195.

14 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. Arch. dép. Ariège, 2 B 31, fol. 420. Le toponyme de Riète a été conservé, I.G.N.. carte au 1/25 000e des Cabannes.

15 Lat. nord 42° 42’ 24", long, est 1° 394’ 54", alt. 1 090 m.

16 D. GALOP, op. cit., p 173-174 et 215.

17 1494, Arch. dép. Ariège, 1 J 5/7. 1499, Arch. dép. Haute-Garonne, Maîtrise de Pamiers, H 1.

18 Arch, nat., F14 4300, dossier no 2.

19 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, H 1.

20 Arch. dép. Ariège, 1 C 156.

21 L’immobilisme économique semble caractériser tous les secteurs de production. Le comté de Foix est paralysé, G. de LLOBET, op. cit., p. 140-151. Cette situation contraste avec la reprise que connaît la majorité des régions du royaume de France à partir des années 1470 et parfois plus tôt, Ph. CONTAMINE, « La France de la fin du XVe siècle : pour un état des questions », dans Ph. CONTAMINE el B. CHEVALIER éd., La France de la fin du XVe siècle. Renouveau et apogée, Actes du Colloque international du C.N.R.S., Tours 1983, Paris, 1985, p. 1-12. Quercy, Bordelais, pour ne citer que les régions les plus proches se relèvent. Le comté ignore ainsi ce temps de récupération sinon de réelle croissance qu’Emmanuel Le Roy Ladurie décrit pour le Languedoc entre 1450 et 1490, E. LE ROY LADURIE, Paysans du Languedoc, Paris, 1966, p. 55-56.

22 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 454-523.

23 Malheureusement, on ne conserve aucun des registres de la réformation de 1452, prévue entre autres dans les lieux de Vicdessos et de Luzenac. Elle devait être conduite par Arnaud Esquerrier. Peut-être n’a-t-elle jamais abouti. Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 108 ; Arch, dép. Ariège E 6, p. 529.

24 Dans certaines régions, les troubles militaires peuvent, combinés avec d’autres facteurs, briser la reprise économique de la seconde moitié du XVe siècle. Ainsi, Michel Le Mené constate qu’en Anjou, où l’essor agricole et commercial intervient dès 1450, la récession s’amorce dès les années 1470-1475. Les facteurs en sont conjoncturels : circonstances météorologiques, conjoncture militaire, récession bretonne. Les tensions entre l’Anjou et la Bretagne ont d’autant plus d’impact que les deux provinces entretenaient de fortes relations commerciales. Cette récession est accrue par l’aggravation des charges fiscales générales à l’ensemble du royaume, M. LE MENÉ, « La conjoncture économique angevine sous le règne de Louis XI », dans Ph. CONTAMINE et B. CHEVALIER éd., La France de la fin du XVe siècle..., op. cit., p. 51-60 ; 1D., Les campagnes angevines..., op. cit.

25 H. COURTEAULT, Caston IV, comte de Foix, vicomte souverain de Béarn, prince de Navarre, 1423-1472, Toulouse, 1895, p. 372-373.

26 Arch. dép. Ariège 1 J 323 : Gaston IV exempte les habitants de Tarascon des droits dus sur leurs biens pendant cinq ans et ceux qui voudraient venir la peupler, pendant dix ans, pour leur permettre de reconstruire la ville.

27 H. COURTEAULT, Gaston IV.... op. cit., p. 283-284.

28 BNF, collection Doat, vol. 95, fol. 192-195.

29 H. COURTEAULT, op. cit, p. 295.

30 H. COURTEAULT, op. cit., p. 398 ; Gabriel de Llobet note pendant la période 1460-1470, une grande mobilité des fortunes, signe, dit-il, d’une époque troublée ou d’une économie en réorganisation, G. de LLOBET, op. cit., p. 125.

31 H. COURTEAULT, op. cit., p. 400.

32 À Lézat, en 1488, le registre d’un notaire livre les images de la dévastation : forte mortalité et ruines, Arch. dép. Ariège, E 286, fol. 24.

33 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E I.

34 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5. Arch. dép. Haute-Garonne, Fonds de Malte, H 1, Gabre 1530 B, fol. 20 et 130.

35 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 3 et H I. Arch. dép. Ariège, 1 J 7/5.

36 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.

37 Ce sont en effet deux fargators de Siguer qui prennent en emphytéose la mouline d’Aston, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.

38 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.

39 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3.

40 Arch. dép. Ariège, 46 J 232, pièce no 102.

41 F. PASQUIER, op. cit.

42 Arch. dép. Haute-Garonne, B. Maîtrise de Pamiers, E 1.

43 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5.

44 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3 et D 5.

45 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. Certes en 1390, un Guilhem Isarn que nous pouvons identifier à Guilhem-Isarn de Miglos, tirait des revenus seigneuriaux d’une mouline localisée à Auzat, en vallée de Vicdessos, mais depuis, aucune source ne témoignait de l’activité sidérurgique de ce lignage. Or de 1472 à 1496, les Miglos sont très présents. Ils ne sont plus à cette époque les seigneurs de la baronnie de Miglos dont ils ont perdu le commandement en 1311, même si tout au long des XIVe et XVe siècles, des Miglos, possesseurs de quelques droits, interviennent dans la seigneurie alors détenue par la famille des Louvie, originaire du Béarn. Le lignage des Miglos qui s’efface en 1311, renaît à Junac, Luzenac et Château-Verdun sans que nous puissions établir de filiation entre les deux générations. À la fin du XIVe siècle, Aymeric de Miglos, viguier de la cité de Pamiers, hérite des seigneurs de Junac, les Ronc. Son fils, Antoine, apparaît en 1474 comme seigneur de Junac, mais aussi d’Aston. Il le restera jusqu’en 1496. A cette première branche des Miglos sont liés les seigneurs de Luzenac. Raimond de Miglos, frère d’Aymeric, détient des rentes et droits seigneuriaux à Château-Verdun. Son fils Guilhem en héritera. Son autre fils Raimond achète la seigneurie de Luzenac et possède aussi des droits à Château-Verdun et la maison d’Aston. Son héritier, Raimond, détient la totalité de ce patrimoine auquel s’ajoutent les biens et droits que son cousin Jean, fils de Guilhem, avait sur la seigneurie de Château-Verdun. Au total, ces frères et cousins se partagent la seigneurie de Château-Verdun. Ils doivent néanmoins compter avec d’autres co-seigneurs comme Bertrand de la Roque et Raimond de Goirans, C. BARRIÈRE-FLAVY, La baronnie de Miglos, Toulouse, 1894.

46 Pourtant, au même moment quand Antoine de Miglos acense les revenus de Junac et d’Aston, le bail est signé pour quatre ans, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E I.

47 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 410.

48 En pleine période de reconstruction, cette réduction de la valeur des baux se constate dans d’autres régions du royaume. Voir à ce sujet la synthèse des travaux proposée par H. NEVEUX, « Reconstruction économique et rapports sociaux dans les campagnes françaises dans la seconde moitié du XVe siècle », dans Ph. CONTAMINE et B. CHEVALIER éd., La France de la fin du XVe siècle..., op. cit., p. 61-68.

49 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5.

50 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 496, 497, 517 ; E 8, fol. 297 ; E 359, fol. 60 ; E 360, fol. 124-125, 128, 138, 147, 158 ; 5 E 435 ; 2 B 31, p. 15, 53, 73, 149, 165, 509-510, 565 ; 46 J 242, no 36, fol. 6, 7, 132, 200 ; 46 J 242 no 7, fol. 20 ; 46 J 242, no 8, fol. 6 ; F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., p. 426-464 et 483 ; Bib. mun. de Toulouse ms. 638, p. 299, 305, 306, 311, 312, 315, 318 ; Arch. dép. Haute-Garonne, C 3458. Pour une analyse détaillée de ces sources se reporter à J. CANTELAUBE et C. VERNA, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées centrales au XVIe siècle : quel transfert d’innovation ? », dans Il ferro nelle Alpi, giacimenti, minière e metallurgia dall’ antichità al XVI secolo, Bienno, 1998, C. CUCINI TIZZONI et Μ. TIZZONI éd., Breno, 2000, p. 152-163.

51 L. M. DIEZ de SALAZAR FERNANDEZ, Ferrerias guipuzeoanas, aspectos socio económicos, laborales y fiscales (siglos XIV-XVI), Donostia-San Sebastian, 1997.

52 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 406-410 ; L. BOURRACHOT, « Les anciennes forges... », op. cit., p. 255-281 ; Y. LAMY, Hommes du fer en Périgord au XIXe siècle, Lyon, 1987, p. 63.

53 J. DELMAS, « Les ferrières du haut bassin rouergat du Lot (XIVe-XVIe siècles) », op. cit.

54 J. DELMAS, « Les moulines à fer de la région de Brusque (1479-1558, hypothèse longue début XIVe siècle1608)- », Revue du Rouergue, 1980, p. 193-206 ; J.-Ph. HESSE, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », op. cit., no 26, p. 297-310.

55 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1982, fol. 35v°.

56 Il s’agit de Johanot de Picabe de Lesaque et Sancho Daguerrii d’Aresilh du pays despanhe.

57 M. URTEAGA ARTIGAS, « Siderurgia medieval en Gipuzkoa, Haizeolas, ferrerias masuqueras y ferrerias mazonas », dans Actas de las I jornadas sobre mineria y tecnologia en la edad media peninsular..., op. cit., p. 543-554.

58 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1982, fol. 35v°.

59 Cependant, l’inventaire de la série E du département des Pyrénées-Atlantiques, qualifie cette installation de haut fourneau. Pourtant, dans le contrat qui organise sa construction, comme dans le premier bail d’amodiation conclu pour un an, aucun terme ne laisse supposer l’usage du procédé de réduction indirecte.

60 Nous reprenons ici le titre de l’ouvrage de J.-Fr BELHOSTE et alii, La métallurgie normande, XIIe-XVIIe siècles. La révolution du haut fourneau, no 14, Caen, 1991 (Cahier de l’Inventaire).

61 J.-Fr. BELHOSTE, « Conséquences de l’essor sidérurgique sur les usages forestiers et les pratiques agraires, XVIe-XIXe siècles », Études rurales, 1992, p. 82.

62 Arch, nat., Minutier central, XIX, 94. Ce document m’a été aimablement indiqué par Jean-François Belhoste. La forge de Le Bugue pourrait avoir été construite dès la fin du XVe siècle et acensée en 1501, M.-L. LAMY, Y. LAMY et M. SECONDAT, Forges en Périgord, Le Bugue, 1992, p. 45. Nous ignorons si le procédé de réduction indirecte était déjà utilisé à cette date.

63 E. FERNANDEZ DE PINEDO. « Du bas fourneau à la forge à l’anglaise : changements techniques dans la sidérurgie espagnole 1650-1822 », dans XVIII settimana di studi, Prato, 1986, à paraître ; J.-Fr. BELHOSTE, « L’Italie du nord et le procédé indirect : un chaînon manquant (remarques de conclusion) », dans Dal basso fuoco all’altoforno, Atti del Isimposio Valle Camonica, 1988, La siderurgia nell’antichità, N. CUOMO di CAPRIO et C. SIMONI éd„ Sibrium, 1989, p. 327-336.

64 Arch. dép. Ariège, 46 J 242, no 7, no 8, no 36, fol. 174, 177, 197, 221-222, 247 ; 46 J 244, no 21, no 23 ; 46 J 245, pièce no 30 ter.

65 E. BARALDI et M. CALEGARI, « "Fornaderi" bresciani (XV-XVII sec.) », dans Dal basso fuoco..., op. cit., p. 127-151 ; Μ. TIZZONI et C. CUCINI TIZZONI, « Li pêritj maestri. L’emigrazione di maestranze siderurgiche bergamasche della Val Brembana in Italia e in Europa (secoli XVI-XVII) », Bergonum, 1993, p. 79-178.

66 J. CANTELAUBE et C. VERNA, « Les forges à la génoise... », op. cit.

67 Arch. dép. Ariège, 46 J 242, no 36, fol. 14.

68 M. CALEGARI el E. BARALDI, « La forge à la génoise comme facteur de l’écosystème des Appenins en Méditerranée septentrionale (XVe-XVIIIe siècle) », dans Lafarga catalana en el marc de l’arqueologia siderúrgica..., op. cit., p. 483-489.

69 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 496, 502, 522, 523 ; E 8, fol. 310 et 317 ; Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 310, 317, 318.

70 Pour les détails de la démonstration, nous renvoyons à J. CANTELAUBE et C. VERNA, op. cit., p. 160-163.

71 A partir de la documentation iconographique exceptionnelle disponible en Italie, Enzo Baraldi propose une reconstitution de l’évolution de la soufflerie hydraulique du Moyen Âge aux temps modernes, E. BARALDI, « Mantici idraulici, trombe, forni e fucine, fabbriche e ferriere in Italia dal XIII al XVIII secolo », Ricerche Storiche, à paraître.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search