Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Seconde partie. Une industrie dans la guerre

Chapitre III. La rationalisation de l’industrie sidérurgique

Texte intégral

  • 1 Ce processus de concentration est signalé par P. BENOIT, « Technology and crisis : the great depre (...)

1Dès la fin du XIVe siècle, les mines et les forges vibrent d’activité. Autour du minerai de Sem, un bassin industriel s’est définitivement constitué. Cependant, si les difficultés de la conjoncture ne paralysent pas la production sidérurgique, tout au contraire, seules les grosses unités de production se maintiennent. Une nouvelle gestion de la mine de Sem est expérimentée et une forme de concentration s’opère dans l’organisation de la production comme dans la définition de l’espace minier et sidérurgique1. Ces nouvelles conditions de production s’accompagnent d’une redéfinition des compétences et des pouvoirs parmi les producteurs. Les tensions qui en découlent sont particulièrement visibles dans la vallée de Vicdessos. Ainsi, conversions économiques et sociales parachèvent et confirment la constitution de l’industrie sidérurgique fuxéenne.

1. 1414 : croissance et réorganisation de l’extraction à Sem

  • 2 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.
  • 3 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : ad causam menue ferreae quae de menerio dictae vallis Dessos (...)
  • 4 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : tamen propter desidiam ac negligentiam aut venus malitiam eo (...)
  • 5 De telles pratiques persistent au XVIIIe siècle dans les mines de fer de Villerouge et Palairae (A (...)

2En ce début du XVe siècle, la documentation éclaire vivement la mine de Sem. S’il est impossible de savoir quels furent les rythmes de l’extraction de 1356 au début du XVe siècle, l’ordonnance de 1414 prouve la persistance, jusqu’à cette date, d’une vigoureuse exploitation2. Le préambule est explicite : le minerai a enrichi l’ensemble du comté3. Cependant, cette florissante période semble s’être achevée depuis peu. Les dispositions prises par l’ordonnance répondent à ce que les auteurs de l’acte désignent comme la destruction du « minier » et ses conséquences économiques, la diminution des revenus et des profits. Les responsables sont montrés du doigt : il s’agit des mineurs, de leur « paresse » et de leur « malice »4. Or, les articles qui organisent les nouvelles conditions d’extraction nous permettent de reconstituer les dégradations dénoncées. Les stériles s’entassent, les mineurs creusent n’importe où, abandonnent les extractions, travaillent irrégulièrement5. Ils proposent à la vente un minerai trop souvent médiocre. Si la grande mine connaît une période de crise, il convient de s’interroger sur ses causes. Quelle validité peut-on attribuer à l’interprétation de la crise par ceux qui la dénoncent et, de fait, créent l’événement par cette prise de parole ostentatoire ? En effet, les pratiques que ce texte tente d’éradiquer participent d’un mode traditionnel d’extraction qui, jusque-là, n’avait engendré aucune tension, aucune critique.

  • 6 Arch. mun. de Toulouse FF 26, p. 54-55, 68, 108-109, 150-151, 157-158, 179-180, 221, 240. Par exem (...)
  • 7 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, article 6. Récemment, la mine de fer du Trou du Calel, près d (...)

3Le dynamisme de l’extraction a entraîné l’enfouissement des travaux. On a la certitude que, durant le premier quart du XVe siècle, la mine est aussi souterraine. En 1454, le comte présente Sem comme une montaigne de fer, au cœur de laquelle des hommes travaillent. Quarante ans plus tôt, quand les témoins au procès contre les capitouls répondent au questionnaire de l’instruction et se livrent à une description des activités économiques du comté, ils évoquent déjà une activité souterraine. Des mineurs pénètrent dans des cavités d’où ils extraient le fer, tirant le minerai des « entrailles de la terre »6. Certes, l’acte de 1414 mentionne simplement le minerai et la mine, mena et menerium, deux termes qui ne permettent pas de tirer de conclusion sur l’architecture des travaux. Cependant, l’usage du terme menerium au pluriel, comme la référence aux places, plateae, où le minerai est entreposé, permettent de reconstituer un paysage minier composé de multiples excavations organisées autour de places communes7. L’extraction souterraine, plus délicate et dangereuse, rendue, en outre, plus complexe par l’afflux de mineurs dans un contexte de croissance, pourrait expliquer la nécessité des mesures de police prévues dans l’ordonnance de 1414. L’expliquer, certes, mais en partie seulement.

4Nous avons déjà mentionné l’apport de ce document à la connaissance du commerce du minerai. Rendue publique par le sénéchal du comte de Foix, Raimond-Athon de Mauléon, l’ordonnance est le résultat d’une décision collégiale. La réorganisation de la mine, source d’enrichissement de l’ensemble du comté, a été demandée et discutée par des nobles, des consuls – dont ceux de Foix, d’Ax, de Tarascon et de Vicdessos-et des notables parmi lesquels des marchands. La mobilisation des forces politiques et économiques du comté, réunies à Foix pour cette vaste délibération, exprime l’urgence des mesures à prendre et l’importance des enjeux financiers qui s’y rattachent. Si, l’intérêt de ces puissants est parfois contradictoire comme le prouve la concurrence qu’ils se livrent pour l’accès au minerai, tous se retrouvent pour en obtenir selon leur besoin, et de bonne qualité. Il s’agit de maintenir la richesse du comté, mais également sa place sur l’échiquier politique. Le soutien de Jean Ier à l’élaboration de ce texte doit être replacé, en effet, dans le contexte politique difficile de l’année 1414. Après la révolte cabochienne (1413), le comte a perdu sa charge de capitaine général dans les provinces de Languedoc et de Guyenne. Il est alors sous le feu de l’armée des Armagnacs. Les revenus comme les produits de sa grande mine lui sont d’autant plus nécessaires.

  • 8 Dans l’édit du roi du 18 février 1696, les actes de 1356 (n. st.) et 1414 sont indistinctement qua (...)
  • 9 Dès 1969, Bertrand Gille proposait une première recension des règlements miniers conservés et des (...)
  • 10 Articles 2, 3, 5, 6.
  • 11 Voir supra. Articles 4, 7, 8 et 9.
  • 12 Le règlement d’Allevard, rédigé en 1395, est en effet soucieux de l’amélioration des conditions te (...)
  • 13 Sur les métiers dans le sud du royaume, on peut consulter A. GOURON, La réglementation des métiers (...)
  • 14 1304, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

5Ce texte est traditionnellement qualifié de règlement minier8. Or, si comme la plupart des sources réglementaires, il tente de répondre aux perturbations survenues dans la mine, il est cependant si peu attentif aux pratiques de l’extraction qu’il reste en marge de cette catégorie de textes9. Sur neuf articles, le premier organise la nomination des suprapositi, c’est-à-dire des surveillants de la mine et seuls quatre sont consacrés à l’extraction10. Quatre autres s’intéressent exclusivement aux conditions de vente du minerai et nous les avons déjà largement commentés11. Ainsi, ce document législatif s’inspirerait davantage des règlements de métier que de ceux des mines polymétalliques et diffère, en cela, de celui d’Allevard12. Son but est incontestablement le maintien d’un approvisionnement régulier et de qualité. Toutes les dispositions prises sont accompagnées d’amendes. Les préposés désignés (suprapositi) pour appliquer cette législation sont assimilables aux jurés ou prud’hommes. Les principaux intéressés, ici les mineurs, ne sont pas consultés13. Ils sont étroitement soumis à la dure loi éditée par les notables du comté. Contrairement à la disposition de la charte de 1304, tout homme de Vicdessos ne peut plus, désormais, extraire librement dans la vallée14.

  • 15 1414, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : et in his statuimus et ordinamus quod baiulus et consu (...)
  • 16 Effectivement, la valeur des amendes est peu modulable en fonction des fautes commises. Dans le ca (...)
  • 17 Nous avons déjà précise que la « monnaie courante » pouvait désigner le denier toulousain. Or, il (...)

6La mine est sous la surveillance de quatre préposés, élus à vie par les consuls de la communauté et le bayle du comte. Nous ignorons si l’intervention directe du représentant comtal dans la nomination de ces surveillants est récente ou si elle était en place dès la création de la fonction de préposé, qualifiée d’ancienne par l’ordonnance15. Dans le premier cas, elle illustrerait la reprise en main comtale de la mine dont la gestion avait été jusque-là déléguée à la communauté par la charte de 1294. C’est bien ainsi que l’on doit interpréter le texte. En effet, les préposés devront dénoncer les contrevenants devant la cour conjointe des consuls et du bayle. La communauté a donc perdu en 1414 la juridiction minière qui lui avait été exclusivement reconnue à la fin du XIIIe siècle. On peut y voir le résultat des abus dénoncés par les auteurs de l’ordonnance comme l’expression de l’intérêt que le comte porte à la gestion d’une mine dont il tire profit, l’attrait des revenus supplémentaires de la justice n’étant sans doute pas étranger à ce choix. En effet, les amendes prévues sont très lourdes. À une exception près, elles atteignent toutes 10 livres tournois16, somme écrasante rapportée au prix du quintal de mine vendu par le mineur, soit huit deniers de « monnaie courante »17.

  • 18 Contrairement à l’ordonnance de Vicdessos, le règlement d’Allevard prévoit que l’on puisse louer o (...)

7C’est donc au nom de la communauté et du comte que les suprapositi assurent le bon fonctionnement de l’extraction et en conduisent la réorganisation. Les paragraphes 2, 3, 5 et 6 de l’ordonnance précisent les nouvelles conditions de l’exploitation. Les suprapositi doivent veiller à la répartition des concessions. À la Saint-Jean-Baptiste, c’est à eux qu’incombe de désigner à chaque équipe de mineurs composée de deux hommes le lieu qui leur est concédé pour l’année. En un temps où les travaux d’extraction se multiplient, il s’agit d’organiser, de rationaliser l’espace du travail minier. 11 est en effet expressément défendu au mineur d’occuper un lieu qui ne lui serait pas désigné. Sans doute à cet encadrement du travail s’ajoute, dans le cadre d’une exploitation communautaire, la volonté de briser toute tentative d’appropriation des concessions18. En outre, la désignation du lieu pouvait permettre un contrôle de la qualité du minerai ; le renouvellement régulier de la concession aboutir à une redistribution des secteurs les plus riches. Mais, quels qu’en soient les motifs, les modalités de la répartition ne laissent aucune place aux choix du mineur.

  • 19 Reprenons les données climatiques fournies par Fr. TAILLEFER, « Le Vicdessos, étude géographique » (...)
  • 20 R. BARBÉ, op. cit., p. 48.

8La date du 21 juin s’inspire, bien évidemment, du calendrier des travaux agricoles. Il est peu probable qu’elle corresponde à la reprise de l’extraction après une interruption hivernale prolongée. En effet, la vallée de Vicdessos jouit de conditions climatiques modérées19. Jamais d’ailleurs, les sources modernes (dont le règlement de 1722) ne mentionnent d’interruption saisonnière des travaux20. Cependant, le rythme de l’extraction varie d’une saison à l’autre. Les préposés fixent effectivement le nombre des hottes de minerai à livrer en fonction de la « qualité du temps », temporis qualitas.

  • 21 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : Item quod gorbilerii ipsius menerii in extrahendo dictum men (...)
  • 22 Au XVIIIe siècle, le règlement de 1722 prévoit que du 1er mars au 1er novembre la journée du mineu (...)
  • 23 À la mine de Beaumont, l’extraction s’interrompt durant les moissons, M. ARNOUX, op. cit., p. 231.

9Cette mention est difficile à interpréter. S’agit-il d’une prise en compte des impératifs du climat et de la durée du jour21 ? Sans doute. Cette décision correspondrait à la volonté d’imposer aux mineurs un rythme commun et ainsi de mieux gérer les quantités mises chaque jour à la disposition du marché22. D’ailleurs, le nombre de hottes pourrait également dépendre de la demande. Nous y reviendrons. Un fait demeure : chaque équipe n’est plus libre de son temps. Dans un contexte de croissance, elle est soumise à la volonté des représentants de la communauté, soucieux de rationaliser le temps et l’espace de la production. On peut supposer que les mineurs agissaient auparavant à leur guise : l’extraction obéissait à leur besoin ponctuel en numéraire et aux impératifs des travaux agricoles23. Sans doute, est-ce cette liberté que dénonce l’ordonnance quand elle rend responsable des difficultés la « paresse » et la « négligence » des mineurs.

10Les préposés doivent également surveiller l’entretien des concessions annuelles qu’ils visitent chaque semaine. Chacune doit être propre et vide, munda et vacua. Il s’agit de veiller à ce que les haldes n’encombrent pas l’entrée des mines, ne nuisent pas à la circulation rendue plus complexe par l’afflux des mineurs, ne ralentissent pas le travail. Cette vigilance paraît d’autant plus nécessaire que l’entretien du « minier » est contraire à l’intérêt immédiat du mineur dont les revenus dépendent exclusivement de la quantité de minerai extraite.

  • 24 Le travail du « gourbalier » ou « gorbilier » est décrit au XVIIIe siècle par le baron de Dietrich (...)
  • 25 Contrairement aux mines de métaux précieux, la mine de fer, si importante soit-elle, ne semble pas (...)
  • 26 Le règlement de 1722 prévoit la conservation de piliers de soutènement, étroitement surveillée par (...)
  • 27 Cependant, des problèmes d’exhaure se poseront au XVIIIe siècle dans une des mines du Rancié. Phil (...)
  • 28 Cet encombrement, nuisant à la circulation dans la mine, est attesté par les fouilles archéologiqu (...)

11Des deux hommes qui composent une équipe, l’un attaque le gisement, l’autre, le gorbilerius, sort le minerai à l’aide de corbeilles en forme de hottes24. Si l’ordonnance atteste de la volonté d’une plus stricte surveillance, d’une plus précise gestion, les conditions techniques de l’extraction n’ont, semble-t-il, pas évolué depuis le XIVe siècle25. Davantage de minerai peut être tiré, mais seule la multiplication du nombre de bras en est responsable. L’ouverture au marché de la grande mine ariégeoise, à partir de 1356, n’a pas entraîné l’aménagement des conditions d’extraction. Il n’est pas inutile de rappeler que la relative résistance de l’encaissant qui permet d’éviter le boisage26, la présence de nombreuses fissures qui facilitent l’aérage et l’exhaure, justifient le peu d’intérêt porté aux aménagements techniques27. Même si la mine s’est enterrée, l’extraction devait surtout s’opérer en surface. Le seul problème réside donc dans l’encombrement de l’espace par les haldes28. L’article 3 y répond.

  • 29 Arch. dép. Ariège. E 96, pièce no 8.

12En revanche, le souci de la qualité et de la quantité du produit extrait est au centre des préoccupations de l’ordonnance. Nous avons vu à propos du commerce que le minerai jugé de mauvaise qualité était jeté en contrebas des versants. Le contrôle de la quantité extraite s’opère selon des modalités plus complexes. Elles transparaissent dans l’article 5 où les « gorbiliers » se voient préciser par les préposés le nombre de voyages à accomplir, en fonction de la « qualité du temps » mais également d’un autre critère dont le sens reste à préciser : operis continentia29. De quel travail s’agit-il ? Celui des mineurs ? Dans ce cas, le nombre de hottes fixé par les préposés prendrait en compte la difficulté de l’extraction. Mais s’il s’agissait du travail de ceux qui transforment le minerai ? L’imprécision du texte est-elle le fruit du hasard ? L’extraction pourrait alors être assujettie à la demande, aux besoins et les conditions de fixation du quota journalier (le nombre de hottes) répondre à l’attente des acheteurs, des maîtres de mouline et des marchands du comté, mais aussi de ceux de « l’extérieur » comme le précise l’ordonnance. Ils se verraient tous assurés d’un approvisionnement régulier. Ainsi, serait résolu le principal problème posé par la mine de Sem : celui d’un goulet d’étranglement établi entre une demande en hausse et les quantités offertes sur le marché. À l’harmonisation entre production et marché correspondrait la fixation du prix de vente du minerai. Il ne serait donc pas question de limiter mais bien d’harmoniser et donc de répondre aux besoins qui s’expriment.

  • 30 À Lacaune (Tarn), la production est également limitée aux besoins des forges du pays, M. PORTAL. « (...)

13Cependant, les préposés sont les seuls à définir ces besoins. Ils peuvent donc ouvrir et fermer l’accès au minerai en fonction de leur exigence : le contingentement de l’extraction pourrait être organisé et justifié par la limitation artificielle du marché. La volonté d’accaparement se conjuguerait au désir de protéger de la sur-exploitation le riche gisement dont les maîtres de mouline du Vicdessos, actifs représentants de la communauté, craignent la « destruction ». La conservation de la mine est d’ailleurs clairement évoquée dans l’ordonnance. Quand une quantité jugée suffisante serait disponible, quand elle répondrait, de fait, aux besoins de ceux qui contrôlent, l’extraction serait interrompue par les préposés. C’est d’ailleurs bien le cas puisque, contrairement à d’autres gisements, la mine de Sem n’alimente que très modérément un marché extérieur au comté30. Cette situation résulte de la limitation de la quantité extraite et de son accaparement par les hommes de la communauté qui sont les premiers servis. Les pratiques commerciales parachèvent les modalités malthusiennes de l’extraction.

14Une constatation s’impose : si la mine ne se perfectionne pas techniquement, l’extraction y est sévèrement rationalisée. Tout l’effort a été porté sur la surveillance, sur l’encadrement de la main-d’œuvre qui doit fournir le minerai en fonction des attentes d’un marché contrôlé. La mine est dominée par la mouline. Elle n’est plus cette exploitation communautaire faite de la juxtaposition de mineurs indépendants et libres d’extraire à leurs heures. Elle fonctionne à présent comme une entreprise dont la main-d’œuvre est encadrée par les « préposés-surveillants », relais du pouvoir du bayle et des consuls. La mine demeure juridiquement communautaire, mais elle obéit à des critères qui sont ceux de la rentabilité, imposés au profit d’une minorité de notables. Aucun investissement n’est consenti et les aménagements sont réduits au minimum. Aucun frais de gestion n’est engagé puisque les mineurs sont payés à la tâche et les préposés au prorata des amendes dont ils reçoivent la huitième part. En outre, en leur imposant de vendre exclusivement et à moindre prix leur minerai aux membres de la communauté, consuls et bayle font supporter aux mineurs tout l’effort, physique comme financier, de l’entreprise minière. Certains des membres de cette communauté peuvent alors s’enrichir en revendant ou en transformant ce minerai acheté au plus bas, sans avoir en rien contribué aux coûts de son extraction. Le profit individuel se cache derrière la façade de l’exploitation communautaire. Or, les stipulations de l’ordonnance ne furent pas appliquées avec facilité. Si le texte fut rédigé en août 1414, c’est à la prière des consuls de Vicdessos et en présence du sénéchal que, trois mois plus tard, il fut l’objet d’une proclamation par le crieur public. Il était sans doute nécessaire, à cette date, de rappeler aux mineurs que son application était impérative.

  • 31 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 157-158.
  • 32 La mine de Laroque d’Olmes est citée dans un acte de la fin du XVe siècle, F. PASQUIER, Cartulaire (...)

15Face à la grande mine de Sem, les autres exploitations se raréfient. Incontestablement, l’activité extractive se concentre. Certes, on extrait encore à Château-Verdun. Un des témoins au procès de 1413 affirme que les mines d’où l’on tire le plus de fer sont celles de Vicdessos et de Château-Verdun31. Quant aux plus petites, peu d’entre elles nous sont révélées par les sources. Les rares qui le soient, sont exploitées en relation avec les moulines de proximité, comme celles de Laroque d’Olmes ou de Ganac32. Ainsi, plus encore qu’au XIVe siècle, la mine de Sem s’affirme comme le principal lieu d’extraction du comté de Foix. Les mines secondaires peuvent toujours servir d’appoint au minerai de Vicdessos pour l’approvisionnement de certaines moulines, mais la documentation ne les retient que rarement. Si le silence des sources écrites ne prouve pas l’arrêt de l’exploitation, il illustre cependant le rôle de plus en plus secondaire que les plus modestes lieux d’extraction jouent dans l’économie de la région. Le temps est révolu où un trou de mine, comme celui d’Arse (1308), pouvait être l’objet de la rédaction d’un acte. Le minerai est devenu un enjeu du commerce. Or, seuls les minerais du haut Sabarthès, particulièrement convoités, font l’objet d’échanges, aussi surveillés et contingentés soient-ils.

2. Anciens et nouveaux pôles sidérurgiques

16Le bouleversement du secteur minier résonne du développement de l’activité sidérurgique dont la croissance s’accompagne d’un redéploiement géographique des zones de réduction. Aux anciennes régions à forte concentration de moulines comme l’Aston, le Vicdessos ou même plus modestement la vallée de Saurat, s’ajoutent de nouveaux pôles sidérurgiques dans et hors du comté.

  • 33 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 102 et 106.
  • 34 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°.
  • 35 1413 : Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 61-62 ; 1450 : Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA1-3, no 3 (...)
  • 36 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 59v° et suiv.
  • 37 Dans un de ses articles, Armand de Dufau de Maluquer remarque que le registre des archives des Pyr (...)
  • 38 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68v° et 69.
  • 39 Cette forge a été inventoriée par J. BONHÔTE et J. CANTELAUBE. « Inventaire des vestiges de la mét (...)
  • 40 Ce sont sans doute ces trois moulines qui apparaissent sur le cadastre du XIXe siècle, Arch. dép. (...)
  • 41 1404 : Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5 ; 1445 : ce document est signalé dans (...)

17Il s’avère impossible de suivre de façon continue l’histoire des moulines que nous avons vu s’élever dans la première moitié du XIVe siècle. Néanmoins, après la délicate période des années 1360-1390, certaines fonctionnent toujours et la plupart des anciennes vallées industrielles se maintiennent. Celle de Vicdessos a bien résisté au ralentissement sinon à la crise de la fin du XIVe siècle. Comme nous l’avons préalablement noté, les moulines d’Auzat et d’Ournac sont encore enregistrées par le rôle des feux de 139033. En 1394, l’accès de celle d’Ournac est même aménagé afin de faciliter les échanges qu’elle entretient avec le versant espagnol34. La mouline de Ginier est amodiée durant la première moitié du XVe siècle, tout comme celle de la vallée de Siguer. Quant à la densité des infrastructures de Γ Aston, il est impossible de la mesurer. Certes en 1413, en 1425 et encore en 1450, des moulines travaillent toujours dans la seigneurie de Château-Verdun où le fer est réduit, mais combien35 ? Il est cependant étonnant que le registre de Michel du Bernis, véritable inventaire des revenus du comte au milieu du XVe siècle, n’en ait retenu aucune36. Lors de la construction de ces forges hydrauliques, il avait bien été prévu qu’une partie de leur revenu devait alimenter la bourse du comte. Alors, comment interpréter le silence de ce registre ? Les moulines, auxquelles le comte fait encore référence en 1450, ne peuvent avoir disparu. Faut-il supposer que ce chapitre n’ait pas été achevé37 ? Sans doute. Que les biens détenus par le comte en co-seigneurie n’aient pas été pris en compte ? Peut-être. La rédaction rigoureuse du chapitre consacré à Saurai permet au contraire d’apprécier la croissance de l’activité sidérurgique de cette vallée. Ainsi, à Saurat, qui dispose incontestablement d’un équipement inférieur à celui de l’Aston, trois moulines fonctionnent avant 1450, dont celle d’Amont dite de Gueyta et la mouline al cap de la villa38. La première est sans doute installée dans le hameau de Goueytes, la seconde est située au bout du village. Son emplacement correspond-il à celui de la forge moderne dite de La Mouline39 ? Toutes les trois sont amodiées40. De même la mouline de Luzenac, dite de Sortadel, se maintient en 1404 et celle d’Ascou, signalée en 1390, réapparaît en 1445 à l’occasion de la vente de la seigneurie41.

Mines de fer et moulines dans le comté de Foix et la seigneurie de Mirepoix fin XIVe – milieu XVe siècle

Mines de fer et moulines dans le comté de Foix et la seigneurie de Mirepoix fin XIVe – milieu XVe siècle
  • 42 1405 : Arch, nat., F14 4300, dossier no 2. Un document de l’an VI précise que « la dite usine exis (...)
  • 43 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 3. Rappelons néanmoins qu’une source contempor (...)
  • 44 1425 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 96, fol. I85-188v°. Rappelons le sens donné par Philippe (...)

18Les vieilles régions du haut Sabarthès s’étoffent encore de nouvelles installations quand une mouline est installée à Allens en 1405. Elle est toujours en activité en 1494-149642 Celle d’Urs, sans doute plus ancienne, apparaît dans la documentation en 148943 Assurément, au milieu du XVe siècle, les vallées de Vicdessos et d’Aston dominent encore la production. Leur fer irrigue l’activité de finition qu’abrite la ville de Foix. En 1425, la plupart des socs finis et polis par les forgerons de Foix sont « escapoulés », c’est-à-dire dégrossis, dans les moulines de ces vallées44.

  • 45 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 78. Elle est alors comptée pour quatre feux fiscaux au même (...)
  • 46 Arch. dép. Ariège, E 3, fol. 2. Faure Galhard, marchand de Foix en est propriétaire en 1446-1447 :(...)
  • 47 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 76v°.
  • 48 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127.
  • 49 Arch. dép. Ariège, E 3, fol. 133.
  • 50 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 70. Gabriel de Llobel fait référence à un acte de 143 (...)
  • 51 En 1390, aucune mouline n’apparaît répertoriée à Ganac dans le rôle des feux. Il est néanmoins pos (...)
  • 52 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.
  • 55 Sur le cadastre du XIXe siècle de Ganac, Arch. dép. Ariège, 3 P 552, les indices sont nombreux, ma (...)

19Si le haut Sabarthès s’impose, il doit aussi résister. Parallèlement aux anciennes régions industrielles, se dessinent deux autres zones concurrentes, l’une aux portes de Foix, l’autre à la périphérie du comté. En 1390, la belle mouline d’Andronne, dans la vallée de l’Arget, fonctionne toujours. Elle est alors tenue par Miquel Flassa et Bernard Aicre45. En 1446-1447, elle est cependant déclarée vacante lors de la réformation du comté et il ne reste plus de l’installation de Guilhem Arriga que le « molinar », c’est-à-dire l’emplacement du moulin46. Michel du Bernis la déclare ruinée à la même période : la molina de Androna laquai grand temps ha es dirruyda47. Aucune source ne permet d’expliquer l’échec d’une mouline dont le comte avait prévu l’implantation pour approvisionner Foix en produits semi-finis. L’installation devait être puissante. A-t-elle rencontré des difficultés d’approvisionnement en bois alors qu’elle était implantée à proximité de la ville de Foix, également consommatrice ? En effet si Guilhem Arriga pouvait profiter exceptionnellement du bois de la forêt de La Barguillère, il était néanmoins encouragé à rechercher ailleurs le charbon nécessaire à la mouline48. A-t-elle souffert de la concurrence d’autres forges au moment où la périphérie de la capitale du comté s’équipait ? Une nouvelle mouline s’élève à Labarre, au nord de Foix49. Une autre est implantée par le comte à Montgailhard50. Le bourg de Ganac en abrite au moins une appartenant à la famille de Mauléon51 et sur laquelle nous disposons de quelques informations. Il s’agit d’une belle usine. En 1450, elle est détenue par Béatrice de Mauléon qui a hérité de son père d’une partie de la seigneurie de Ganac. Cette cession est alors reconnue par l’oncle de Béatrice, Savaric de Mauléon52. Or, en 1460, le fils de Béatrice, avec son accord, vend à son oncle ses possessions de Ganac, Prayols et Montoulieu, pour plus de 1 000 écus d’or53. On ignore le montant de l’évaluation de la mouline quand, en 1459 et en prévision de la vente, elle a fait l’objet d’un inventaire54. Mais elle est alors munie de plusieurs soufflets, marteaux, et enclumes et dispose d’une mine de fer pour son approvisionnement55. On peut supposer que ce nouveau pôle, aux portes de Foix, vivait en symbiose avec les artisans de la ville.

  • 56 Cette mouline fonctionne en 1403, Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23. Belmont est aujourd’hui un lie (...)
  • 57 Montferrier : en 1450, cette mouline est hypothétique, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37 (...)
  • 58 Les indices de localisation sont minces. Pour Lavelanet : le cadastre du XIXe siècle mentionne au (...)
  • 59 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23.
  • 60 Ces différentes sources d’approvisionnement sont énumérées par le comte de Foix en 1454, Arch. dép (...)

20L’autre zone se constitue sur les patrimoines fonciers des seigneurs de Villemur et de Mirepoix et correspond à une nouvelle vague d’équipement lancée par les deux familles nobles. Près de Saint-Paul-de-Jarrat, non loin de la mouline de Langlade en activité en 1390, s’élève celle de Belmont56. Celles de Montferrier, de Lavelanet, de Villeneuve d’Olmes, de Laroque d’Olmes et du ruisseau de Saint-Nicolas sont concentrées à l’ouest de la seigneurie de Mirepoix57. Aucune source médiévale n’aide à la localisation de ces installations hydrauliques58. L’approvisionnement de toutes ces forges est délicat et dépend de trois secteurs d’extraction. La mine de Sem fournit du minerai à la mouline de Belmont59 et à celles de la seigneurie de Mirepoix. Les moulines des Lévis utilisent aussi un médiocre minerai local tiré à Laroque d’Olmes et celui importé du Minervois que l’on mélangeait au bon minerai du Vicdessos60.

  • 61 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v° : les gentilz hommes du pais qui sont bien cent vivant (...)
  • 62 La diversité des modalités de paiement des loyers et l’ignorance dans laquelle nous sommes de la q (...)

21Ainsi vers 1450, on peut être assuré du maintien d’une partie des infrastructures créées au XIVe siècle et de l’émergence de nouvelles moulines, symbole d’un nouveau pari pour la sidérurgie. Comme le note le comte de Foix devant le Parlement de Toulouse en 1454, plus de cent gentilshommes vivent du revenu des forges et de l’élevage61. Ces installations, anciennes ou récentes, sont sans doute de capacité et de qualité différentes. Si nous avons déjà noté l’importance de celle de Ganac, d’autres indices permettent de conclure à la grande hétérogénéité des moulines en activité. En effet, les loyers exigés étonnent par leur diversité. Celle de Ginier en vallée de Vicdessos est louée 15 francs, celle de Siguer 40 francs et enfin celle de Montgailhard 100 florins d’Aragon par an. Un tel écart entre des loyers fixés par le même seigneur, le comte de Foix, à la même période, résulte sans doute de la qualité respective de chaque installation, et bien évidemment de l’étendue des droits d’usage qui y sont afférents et que nous ignorons. La plus chère, celle de Montgailhard, est incontestablement la plus récente62. C’est aussi celle pour laquelle la redevance a été nouvellement fixée, une redevance qui devait prendre en compte le contexte de croissance.

  • 63 Précisons, néanmoins, que nous ne savons rien des conditions d’approvisionnement en charbon. Sans (...)

22Quant aux critères de localisation des nouveaux pôles sidérurgiques, ils divergent des anciens. Les moulines des Villemur, des Lévis comme celles de la périphérie de Foix ne disposent pas d’un approvisionnement proche et maîtrisé en minerai de qualité. Certes, la majorité d’entre elles se trouve à proximité d’un gisement souvent médiocre et de faible ampleur qui devait néanmoins assurer leur approvisionnement dans le cas où le minerai de Vicdessos venait à manquer. Ainsi, l’implantation des nouvelles moulines se détache – dangereusement ? – des impératifs d’approvisionnement en matière première pour dépendre d’autres critères63. Le choix seigneurial qui préside à ces localisations est à l’écoute du marché : les nouvelles zones sont implantées sur des axes commerciaux importants et à proximité de Foix où est marqué le fer destiné à l’exportation. Leur localisation illustre la répartition de plus en plus stricte du travail entre la montagne et la ville. Foix s’impose comme espace obligatoire de transit et de finition d’un fer produit dans sa périphérie et dans le haut Sabarthès.

23La réorganisation de la mine de Sem et le redéploiement des pôles de réduction du minerai constituent la preuve incontestable de la progression de l’activité sidérurgique dans le comté. Cette dynamique est à l’origine de l’enrichissement de quelques-uns. Ceux que les sources nous livrent en pleine lumière sont peu nombreux. Nobles et non-nobles, certains n’hésitent pas à transgresser les anciennes lois, privilèges du comte, de la ville de Foix ou de la communauté de Vicdessos. Ainsi, le profit modifie les pratiques sociales et fait éclater les traditions. Si le jeu est complexe, les mineurs en sont les grands vaincus.

3. Innovation technique et bouleversement d’une société rurale

Les Villemur et les Lévis : une nouvelle génération de seigneurs entrepreneurs

24Les Villemur et les Lévis, respectivement seigneurs de Saint-Paul et de Mirepoix, interviennent activement dans l’expansion sidérurgique du XVe siècle. Mais leur façon de s’introduire parmi le groupe des producteurs bouscule aussi les privilèges acquis. Ces deux lignages, à partir d’un patrimoine très concentré géographiquement, vont s’allier dans la course aux profits sidérurgiques et cumuler leurs forces contre les prérogatives et les privilèges du comte et des forgerons de la ville de Foix. Ils inaugurent dans le comté un autre mode de gestion. En effet, à la concentration géographique de leurs installations s’ajoute une forme de concentration verticale puisque les deux lignages dominent la production sidérurgique, de l’extraction, certes modeste, et de la réduction du minerai à la commercialisation et au transport du produit fini. Contrairement aux nobles qui les ont précédés, ils investissent dans l’outil de production et accordent un intérêt aigu à la vente de leur fer.

  • 64 Sur la généalogie des Villemur, A. NAVELLE, « La famille de Villemur », Bulletin de ta Société ari (...)

25Les Villemur, moins connus que les Lévis, constituent cependant une des familles les plus puissantes du comté de Foix64. Sous le patronyme de Villemur, trois lignages s’individualisent et se succèdent. Alors qu’une première famille établie dans le Tarn s’éteint à la fin du XIIIe siècle, le nom et la seigneurie échouent aux Marquefave, seigneurs ariégeois, alliés par les femmes aux Villemur de la première race. Cette alliance propulse les Villemur dans le comté de Foix où cette seconde lignée s’éteint entre 1412 et 1424 avec la mort sans héritier de Pons VI de Villemur. Le nom et l’ensemble des biens sont alors récupérés par Bernard-Amiel de Pailhès qui, devenu Bernard-Amiel de Villemur, inaugure la troisième branche des Villemur. C’est lui qui, durant la première moitié du XVe siècle, étoffera sa fortune des profits sidérurgiques.

  • 65 A. NAVELLE, op. cil, p. 116.
  • 66 Ibid., p. 123.
  • 67 Ibid., p. 114.
  • 68 Ibid., p. I 15.
  • 69 Ibid., p. 125.

26La force de cette famille se mesure aux alliances matrimoniales que ses membres ont contractées et au rôle politique qu’ils ont joué aux côtés des comtes de Foix. Quelques exemples suffiront à le démontrer. Pons V est l’époux en seconde noce de Condor de Foix, fille de Corbeyran de Foix, sénéchal et seigneur de Rabat65. Avant 1404, Bernard-Amiel de Villemur épouse Blanche de Béarn, certes bâtarde de la maison de Foix mais fille d’Archambault de Grailly66. Ces alliances nobiliaires sont l’expression d’une puissance politique déjà ancienne. En 1316, Pons III est chargé de l’enquête relative au testament de Gaston Ier67. Son fils et successeur est nommé tuteur des enfants de Gaston II en 134368. Pons, fils de Bernard-Amiel, est sénéchal et gouverneur du comté de Foix au milieu du XVe siècle69.

  • 70 Ibid., p. 116 ; Arch. dép. Haute-Garonne, E 593.
  • 71 Arch. dép. Haute-Garonne, E 600.
  • 72 Les Ysalguier ne s’intéressent pas directement aux profits de la sidérurgie. L’étude que Philippe (...)

27Mais les Villemur, alliés par le sang aux clans aristocratiques les plus prestigieux, conseillers du prince sur plusieurs générations, savent aussi se lier aux puissances de l’argent. Ils côtoient les Ysalguier. En 1391, cette famille toulousaine, déjà puissante, riche et anoblie participe au reliquat de paiement de la dot de Rose de Faudoas, veuve de Jean de Villemur70. En 1460, c’est Pons de Villemur qui arbitre le partage des biens de Jacques Ysalguier71. Les Villemur fortement possessionnés de part et d’autre de la vallée de l’Ariège, de Foix à Tarascon, dominant un immense patrimoine de Saint-Paul-de-Jarrat vers Montferrier et Lordat, pouvaient constituer de bons associés pour les Ysalguier. Malheureusement, on ignore tous des affaires qui auraient pu rapprocher les deux familles72.

  • 73 BNF, collection Doat, vol. 102, fol. 258-262.
  • 74 Cayrolgasc, hameau de la commune de Saint-Paul-de-Jarrat ; A. de DUFAU de MALUQUER, op. cil., p. 1 (...)
  • 75 B.R.G.M., op. cit., p. 55-56. Cependant, il est utile de rappeler que les inventaires du B.R.G.M. (...)
  • 76 Il semble néanmoins que dès le XIIIe siècle, les Villemur de la première race, possessionnés dans (...)

28Le premier contact, encore timide, que les Villemur nouent avec le fer intervient en 1308. Nous l’avons évoqué à propos de la sidérurgie monastique. À cette date, Raimond de Marquefave, fils aîné de Pons II de Villemur, donne à l’abbaye de Lézat le territoire d’Arse, à proximité de Saint-Paul-de-Jarrat73. Le lignage est alors étroitement lié à l’abbaye. Les terres concédées longent l’Ariège sur la rive droite à partir de Saint-Paul vers Arnave, incluant l’actuel passage d’Arse et le roc de Carol74. Or, dans cette donation, Raimond de Marquefave se réserve l’usage d’une minière de fer, usage non exclusif, qu’il partage avec l’abbaye de Lézat. À propos du patrimoine sidérurgique de Lézat, nous avons déjà précisé que le territoire, tel qu’il nous est possible de le délimiter à partir du document, ne recèle aujourd’hui aucun gisement d’ampleur, ni de qualité. Seule une petite plaque de minerai persiste à l’ouest de Saint-Paul75. Cependant, cette localité où semble naître l’intérêt des Villemur pour le fer76 s’imposera, au cours du XVe siècle, comme le point d’ancrage de leur activité sidérurgique.

  • 77 A. NAVELLE, op. cit., p. 114.
  • 78 Outre les gisements déjà mentionnés et proches de Montferrier, d’autres s’étendent au sud de Belmo (...)
  • 79 A. NAVELLE, op. cit., p. 116.
  • 80 Ibid., p. 112.
  • 81 Ibid., p. 117.

29La reconstitution de leur patrimoine du XIIIe au XVe siècle, opération toujours délicate en un temps où l’éparpillement des seigneuries est de rigueur, éclaire des territoires autrement plus riches en minerai. En 1241, la seconde lignée des Villemur reçoit du comte de Foix la seigneurie de SaintPaul. Dès la fin du XIIIe siècle, leurs biens s’étendent jusqu’à Montferrier et Arnave. En effet, en 1293, Pons II de Villemur rend hommage au comte de Foix pour Saint-Paul mais aussi pour Langlade, Freychenet, Belmont, et pour d’autres biens vers Montferrier, Lordat et la vallée d’Arnave77. Or, dans cette zone aussi le minerai de fer affleure78. À partir du XIVe siècle, leur patrimoine atteint Miglos où, après l’achat d’une part de seigneurie, Jean de Villemur se déclare seigneur de Larnat en 137479. Par mariage, son frère ajoute à l’héritage familial des biens à Vicdessos où les Villemur sont présents depuis le début du XIVe siècle80. Lorsque Pons VI, dernier Villemur de la seconde race, décède, il est, entre autres, seigneur de Saint-Paul et de Belmont, mais aussi de Larnat, Siguer, Luzenac et Ascou81. Avant 1424, le patrimoine des Villemur s’agrandit de celui des Pailhès. Mais jamais nous ne les voyons exercer de droits sur les mines ou profiter d’un approvisionnement dont potentiellement leur patrimoine disposait. C’est autour de Saint-Paul, berceau des Villemur de la seconde race, que cette famille organise définitivement son patrimoine sidérurgique.

  • 82 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 153.
  • 83 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23.
  • 84 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 482.

30Avant 1390 Pons V, ou l’un de ses aïeux, fait élever à ses frais la mouline de Langlade82. Sans doute, la construction de la mouline de Belmont, dont nous ignorons les modalités de création mais qui est située en plein cœur de ses biens, n’est pas étrangère à son intérêt pour le fer83. À ces deux implantations s’ajoutent, au moins depuis 1424, des ateliers de finition à Saint-Paul, peut-être d’autres moulines. Encore en 1486, Catherine de Foix, reine de Navarre, lorsqu’elle destitue de sa baronnie de Saint-Paul Gaspard de Villemur, note des moulines parmi les biens et les revenus afférents84. La région de Saint-Paul n’est pas dénuée d’avantages. Située dans le val d’Ariège, sur l’axe majeur du commerce du fer, elle est aussi au croisement de la route vers le Languedoc qu’irrigue le fer de Foix. Ces atouts peuvent être mis à l’actif de la réussite des Villemur. Au début du XVe siècle, Pons VI est l’un des plus puissants seigneurs du comté, possesseur et maître de mouline, consommateur du minerai de Vicdessos, ce qui lui vaut d’être convié personnellement à la rédaction de l’ordonnance de 1414. À partir de cette position enviable, son successeur pourra, par ses initiatives et son alliance avec les Lévis, malmener les intérêts comtaux.

  • 85 En effet, dès 1425 (n. st.), dans une de ses ordonnances, le comte de Foix dénonce les agissements (...)
  • 86 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37.
  • 87 J. VILLAIN, La France moderne, grand dictionnaire généalogique, historique et biographique, t. III (...)
  • 88 Ibid., p. 1045.
  • 89 Sans doute sont-ils plus nombreux, car l’ordonnance de 1450 fait référence à d’autres personnes qu (...)
  • 90 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 185-I88v°.
  • 91 BNF. collection Doat, vol. 96, fol. 185-188v° ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37.
  • 92 Arch. dép. Ariège, 46 J 325, A 1, no 18 et 19.
  • 93 En 1425, le comte de Foix est tout à fait conscient de la bonne renommée du fer de Foix, reconnais (...)

31Entre 1425 et 1450, Bernard-Amiel de Villemur impose Saint-Paul comme plaque tournante de la production et du commerce du fer85. L’entreprise, à laquelle il participe, regroupe aussi les trois frères de La Marque, Guilhamot, Gassiot et Menaut, domiciliés à Saint-Paul, ainsi que le seigneur de Mirepoix. L’identité des premiers est difficile à cerner. En 1450, dans une ordonnance de Gaston IV, ils sont désignés comme transporteurs86. Aucune autre source directe ne les mentionne. Ils font cependant l’objet d’une notice biographique étoffée dans le dictionnaire généalogique de Jean Villain. Sans qu’aucune référence ne soit précisée, l’auteur mentionne l’existence d’un document de 1456 attestant du monopole que les trois frères avaient d’estampiller et donc de surveiller l’exportation des fers du comté87. Le même ouvrage précise, en outre, que le fils de Menaut, Pierre de La Marque, aurait hérité de son père « de biens et prérogatives sur les mines de Rancié, de Ferrières et de Château-Verdun »88. Cette source de seconde main, qu’il nous a été impossible de vérifier, fait des de La Marque des associés de grande valeur puisqu’ils réunissent entre leurs mains le contrôle du commerce des fers du comté et des droits sur des mines de qualité. Les cinq associés89 organisent la production de rehles (socs), d’escapols (morceaux de fer) et autres objets en fer à Saint-Paul et aussi à Montferrier, dépendance des Lévis. Sans doute, une partie des socs élaborés à Saint-Paul et à Montferrier est-elle dégrossie dans les moulines du comte90. Les produits sont estampillés d’une contrefaçon de la marque comtale (1425) puis de la marque spécifique des Villemur (1450) alors que seule celle du comte, reportée exclusivement par les forgerons de Foix sur les objets finis, devait identifier les fabrications fuxéennes91. Les Villemur, on l’aura déjà compris, en s’associant avec les de La Marque, responsables de l’estampille, sont arrivés à détourner la vigilance des contrôleurs. Néanmoins, si la marque est délictueuse à Saint-Paul, elle ne l’est plus à Montferrier, localité qui ne dépend pas du comté de Foix mais de la seigneurie de Mirepoix. Pourtant, et là réside toute la force de l’entreprise, le minerai utilisé pour la production des outils est toujours celui de Vicdessos qui alimente majoritairement les moulines de la seigneurie de Mirepoix. Ainsi, quel que soit le lieu de leur fabrication et de leur finition, les rehles et les escapols peuvent être facilement exportés dans le royaume de France par le canal de la seigneurie de Mirepoix, proche de celle de Saint-Paul, car ils sont associés à la qualité du fer de Foix. Et le comte de Foix l’a bien compris qui accuse les contrevenants de pena défais et décide en 1425 de corriger les contrefasents. Le détournement de la marque comtale dispense, en outre, les seigneurs du paiement des droits comtaux sur le fer dont ils assurent l’exportation. Or, durant la même période, Philippe de Lévis détient du roi les droits sur le poids du fer pesé et vendu à Montpellier92. On ne saurait douter que le fer produit dans sa seigneurie, comme dans celle des Villemur, alimente ce marché, au grand bénéfice de ses intérêts personnels. Ainsi les Villemur, les Lévis et leurs associés organisent l’exportation et la vente des produits dont ils ont assuré la finition sinon la production, avec d’autant plus de facilité que la marque de Saint-Paul est assimilée, sur les marchés extérieurs au comté, à celle des comtes, garante de qualité93. Mais ce détournement des prérogatives comtales et des privilèges de la ville de Foix ne s’arrête pas au marquage et à l’exportation de produits finis : les Villemur aident à l’approvisionnement frauduleux (et indispensable) des moulines des Lévis en minerai de Vicdessos.

  • 94 F. PASQUIER et S. OLIVE, Archives du château de Léran. Inventaire historique et généalogique, Toul (...)
  • 95 Arch. dép. Ariège, 46 J 228, no 59 ; F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., t. II, p. 429 ; Arch (...)
  • 96 Cependant, la mouline de Saint-Nicolas n’est attestée par les sources qu’en 1496, F. PASQUIER, Le (...)

32Cette famille dont la fulgurante ascension est mieux connue que celle des Villemur se lance, en effet, dans la production sidérurgique. Il ne peut s’agir ici de refaire l’historique des Lévis. Nous savons combien ce puissant lignage a profité de la croisade contre les Albigeois pour constituer un beau patrimoine centré sur Mirepoix94. Ce n’est qu’à partir de la première moitié du XVe siècle que nous sommes capable d’évaluer les installations sidérurgiques possédées par les seigneurs de Mirepoix. On ne sait rien, en effet, de la mouline de Montferrier en activité au début du XIVe siècle. Cent ans plus tard, les Lévis tiennent les moulines de Villeneuve d’Olmes et de Lavelanet, celle de Laroque d’Olmes95, celle de Montferrier et enfin celle du ruisseau de Saint-Nicolas qui coule au pied de la forteresse de Montségur96.

  • 97 Arch. dép. Ariège, 46 J 228, no 59.
  • 98 La mouline de Lavelanet est louée le 14 janvier 1413 (n. st.) et celle de Villeneuve le 15 avril 1 (...)
  • 99 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68v°.
  • 100 Cet homme est également désigné dans ce document comme noble.
  • 101 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 16, 22-23.

33Les forges de Villeneuve d’Olmes et de Lavelanet sont les mieux connues de ces installations. En effet, leurs baux d’amodiation ont été conservés97. Si ces documents ne livrent aucune description des forges hydrauliques, ils témoignent d’une gestion novatrice. L’une comme l’autre sont louées à des marchands de fer, des ferratiers. Jean Maurin, domicilié à Montferrier, amodie les deux forges en quelques mois98. Pour celle de Villeneuve, il s’associe avec Guilhem Fongasseri. Les baux consentis par Jeanne d’Armagnac et Roger-Bernard de Lévis, son fils, sont à court terme : ils sont conclus pour deux ans. L’emphytéose, tant pratiquée au XIVe siècle, a été à présent délaissée. Les forges hydrauliques n’en sont que davantage dans la main des Lévis qui peuvent modifier le montant de la location en fonction du contexte économique. Le loyer s’élève à 50 quintaux de fer par an pour la mouline de Lavelanet, à 55 pour celle de Villeneuve d’Olmes. Ne disposant d’aucune donnée sur le nombre des feux et les capacités de production de ces moulines, il nous est impossible de comparer ces loyers à ceux exigés au début du XIVe siècle. Une constatation s’impose cependant : ils sont nettement supérieurs à celui consenti pour la mouline de Saurai, soit 12 quintaux de fer par an99. Exceptionnellement, le bail d’amodiation prévoit l’écoulement du fer. Un bourgeois de Carcassonne100, Raimond Taverne, s’engage en effet à vendre le montant du loyer livré aux Lévis. La participation active de cet homme au contrat établi entre les Lévis, Jean Maurin et son associé, est fondamentale. C’est lui qui est en mesure d’assurer aux Lévis les bénéfices de l’entreprise. Or, ce Raimond Taverne est fermier de la leude de Carcassonne et on doit le rapprocher d’un autre individu portant le même nom de famille, au début du XVe siècle. Il s’agit de Guilhem Taverne, fermier de la traite foraine des diocèses de Pamiers et de Mirepoix, officier royal en 1402101. Ces deux hommes résument, en quelque sorte, les grands axes commerciaux qui s’offrent au fer du comté de Poix et de la seigneurie de Mirepoix, vers Carcassonne et Toulouse. Les Taverne comme les de La Marque, responsables à des degrés divers des échanges entre le comté et le royaume de France, conduisent l’exportation du produit des moulines. Comme pour les Villemur, l’intérêt des Lévis s’est porté sur les conditions de commercialisation. Sans doute faut-il y voir la conséquence des difficultés rencontrées dans les transports et les échanges dans cette partie du Languedoc soumise à rude épreuve. Mais c’est bien plus l’expression d’une nouvelle conduite de leurs affaires : le commerce envahit le champ des pratiques seigneuriales.

  • 102 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v°-83.

34Les forges hydrauliques des Lévis, si elles sont alimentées en partie par le minerai de Laroque d’Olmes, dépendent pour l’essentiel de leur approvisionnement de celui du Vicdessos. En 1454, lors du procès au Parlement de Toulouse, opposant les Mirepoix au comte de Foix, Gaston IV précise en effet que le seigneur de Mirepoix achète à Sem de la mine qui estoit bonne pour la mesler avecques la sienne qui n’est pas si bonne pour l’amender102. Or cette importation est prise en charge par les Villemur qui participent activement au transit du minerai par les terres de la seigneurie de Saint-Paul. Cette importation s’accomplit d’ailleurs dans l’illégalité puisque les Lévis refusent de verser au comte la leude sur le minerai.

35Ainsi, l’association des Villemur et des Lévis a-t-elle abouti à une organisation structurée. Attentifs à la vente des produits dont ils assuraient la fabrication, ces hommes ont su détourner à leur profit le privilège de la marque comtale, récupérant ainsi une clientèle soucieuse de s’approvisionner en fer du comté sinon en « fer de Foix ». Refusant en outre de verser les droits de leude exigés sur l’exportation du minerai de Vicdessos, ils se sont opposés aux prérogatives commerciales si lentement acquises par les comtes au cours du XIVe siècle. Mais ils n’en proposent pas moins une nouvelle forme d’exploitation sidérurgique où la rente seigneuriale ne correspond qu’à une partie des profits escomptés. L’écoulement de la production est, en outre, prise en charge et mieux maîtrisée. L’exemple des Villemur et des Lévis prouve que l’aristocratie fuxéenne était capable d’invention en matière de gestion. L’activité sidérurgique du comté était, en effet, encore assez florissante pour susciter l’intérêt de grands seigneurs.

  • 103 On ignore quel type de bail a été conclu entre ce seigneur et le comte, Arch. dép. Pyrénées-Atlant (...)
  • 104 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 33.
  • 105 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 69 et E 473. Par ailleurs, le texte de l’hommage rend (...)
  • 106 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, H 1. Près de la mouline, les seigneurs de Cazena (...)

36Derrière l’exemple des Villemur et des Lévis, se profilent d’autres nobles ariégeois, moins connus, mais néanmoins tout aussi soucieux des revenus de la sidérurgie. Eux aussi investissent directement dans la production. Contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne se limitent plus à autoriser la construction de moulines sur leur seigneurie mais font élever ou prennent eux-mêmes à ferme la forge hydraulique. Ainsi, au cours de la première moitié du XVe siècle, le seigneur d’Arignac prend en location la mouline comtale de Ginier, en vallée de Vicdessos103. Dès 1390, il était seigneur de celle d’Arignac104. Au même moment, Hugues de Lordat, seigneur de Cazenave, fait élever à ses propres frais la mouline al cap de la villa de Saurat, qu’il reçoit en emphytéose du comte contre le versement annuel de douze quintaux de fer105. Ce sont ces mêmes seigneurs de Cazenave qui détiennent la mouline d’Allens, sans doute dès le début du XVe siècle106. Dans ces deux cas, l’attrait de plus forts revenus a modifié en profondeur les pratiques seigneuriales. Or, si Hugues de Lordat fait partie des grandes familles du comté, on peut supposer que le seigneur d’Arignac lui est bien inférieur dans la hiérarchie aristocratique. Cet intérêt n’est donc pas réservé aux plus grands, Villemur, Lévis ou Lordat.

  • 107 C. VERNA, « Medieval Coalmining in the Seigneury of Boussagues », dans Le charbon de terre en Euro (...)
  • 108 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 422, p. 39-40.
  • 109 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E422, p. 41.
  • 110 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 379.
  • 111 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 422, p. 41 et 68.
  • 112 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 117. À sa mort, Bernard Saquet détiendrait un tiers de la se (...)
  • 113 Ce texte est connu grâce à deux analyses modernes de qualité douteuse, l’une conservée à la Biblio (...)
  • 114 C. BARRIÈRE-FLAVY, La baronnie..., op. cit., p. 28.
  • 115 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 92v° et E 473.
  • 116 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. C. BARR1ÈRE-FLAVY, « Les mines de Château-V (...)
  • 117 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.
  • 118 Bernard Saquet, second du nom, co-seigneur à Château-Verdun et décédé à la fin du XIVe siècle, a-t (...)

37Même la traditionnelle structure de la co-seigneurie sert cette nouvelle disposition au profit. De co-seigneurs, certains nobles se transforment en véritables associés, intéressés à la gestion commune d’une seigneurie minière. Les parts de seigneurie ont été un terrain favorable à la mise en place d’entreprises. Cette forme d’association n’est pas étrangère au monde de la mine, mine d’argent bien évidemment mais aussi plus modestement et au même moment, mine de houille107. Dans le cas ariégeois, c’est la coseigneurie de Château-Verdun qui a abrité ce glissement de la gestion seigneuriale à l’entreprise minière. En 1390, dans le chapitre du rôle des feux consacré à cette seigneurie, les co-seigneurs énumérés sont Raimond de Miglos, Pierre Arnaut, peut-être un lointain héritier des Arnaud de la fin du XIIIe siècle, Bernard Saquet et le comte de Foix. Or, dix ans plus tard, le 21 février 1401, Arnaud de Château-Verdun, chevalier, rend hommage à Archambault et Isabelle, comte et comtesse de Foix, pour la douzième part du château et de la baronnie de Château-Verdun et pour le lieu d’Aston108. Cette douzième part correspond à la portion de seigneurie attribuée à Arnaud. Lors de la même remise d’hommages, Raimond de Miglos prête serment pour les rentes, seigneuries et parts qu’il détient au château et seigneurie de Château-Verdun109. Bernard Saquet, serviteur comtal110, rend lui aussi hommage pour un fief en tous points semblable et Aimeric de Château-Verdun, pour la part qu’il détient dans la même seigneurie111. La liste de 1390 s’est allongée de deux co-seigneurs : Arnaud et Aimeric de Château-Verdun. En 1419 encore, le comte de Foix détient un tiers de Château-Verdun. Les autres co-seigneurs sont énumérés dans le même document : Raimond-Athon de Miglos, Aimeric de Château-Verdun et Bernard Saquet112. Arnaud a alors disparu. Dans la première moitié du XVe siècle, la co-seigneurie semble bien entre les mains de quatre détenteurs. Or, elle est devenue le terrain d’enjeux économiques en permettant l’approvisionnement en minerai des co-seigneurs qui, par ailleurs, disposent de moulines. Ainsi, en 1413, Bernard Saquet, bien possessionné en basse Ariège, à Calmont dont il est le seigneur, se trouve percevoir des revenus sur les moulines de Château-Verdun s’élevant alors à 26 livres, 11 gros, 4 deniers113. Nous ne savons absolument pas à quel titre cette somme lui est versée, sur combien de moulines elle repose et, s’il s’agit du produit d’une amodiation, à quel terme elle correspond. Vers 1440, à la mort de Bernard, sa portion de seigneurie comme l’ensemble des biens de Calmont sont rachetés par le comte de Foix, qui remet en dot la portion de Château-Verdun à la fille de Saquet sous la condition expresse qu’il puisse la recouvrer au prix de 3 000 moutons d’or114. Les biens récupérés initialement par le comte, tels qu’ils sont énumérés par Michel du Bernis dans son registre avant 1450, c’est-à-dire avant la restitution à la fille de Bernard Saquet qui intervient en 1452, ne comprennent ni moulines ni mines mais un ostal, des cens, oblies, une part du moulin bladier et des pâtures auxquels s’ajoutent d’autres droits115. Que sont devenues les moulines ? Leur absence laisserait supposer que Bernard Saquet, s’il en tirait des revenus, ne les détenait pas en bien propre. Le comte de Foix les a-t-il conservées ? On peut supposer qu’elles faisaient partie d’un patrimoine indivis. Rappelons qu’en 1293, à l’issue des tensions ayant opposé le comte aux Arnaud, les parties s’étaient accordées sur une gestion commune des minerais qui ne fussent pas de ferro calybe116. Encore en 1473, les coseigneurs continuent de lever la leude des miniers117. Des moulines auraient-elles également profité de cette gestion indivis ? Malgré l’indigence des sources concernant la seigneurie de Château-Verdun à partir de 1293, on peut affirmer que la co-seigneurie a servi de cadre juridique à l’exploitation minière et sidérurgique, regroupant des détenteurs de parts ; l’achat de parts ouvrant à un droit. Bernard Saquet, dont la famille n’est pas à l’origine possessionnée dans le haut Sabarthès, aurait fait l’acquisition d’un certain nombre de ces parts, comprenant des biens et des droits sur les mines et les moulines de Château-Verdun118.

38L’enrichissement grâce aux revenus de la sidérurgie n’est pas le seul privilège des nobles. Les notables de la vallée de Vicdessos en profitent également. Mais depuis 1356, leurs pratiques ne se heurtent plus aux intérêts du comte qui, au contraire, les soutient, au détriment des mineurs, dans le détournement qu’ils conduisent, ensemble, des privilèges communautaires.

Vicdessos : le privilège détourné

L’illusion de la « mine aux mineurs »

  • 119 J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et C. VERNA, « De la mouline à la forge à la catalane : six siècles de s (...)

39Les auteurs qui ont travaillé sur le Vicdessos et la mine de Sem aux époques moderne et contemporaine ont fait du Moyen Âge un âge d’or égalitariste et de la mine de Vicdessos, la « mine aux mineurs ». Leur vision idéalisée reposait sur la reconnaissance des usages collectifs énoncés dans les chartes de 1294 et 1304 et sur l’interprétation que les mineurs en avaient faite à l’époque moderne lorsque, au cours des conflits qui les opposaient aux maîtres de forge ou à l’État, ils faisaient référence à un âge d’or révolu, aux beaux temps de la « mine aux mineurs »119. Or, si elles ont jamais existé, ces pratiques communautaires ont été rapidement détournées au profit d’une partie de la communauté. Au XVe siècle, les notables ne se recrutent plus parmi les mineurs. Assurément, Sem n’est plus « la mine aux mineurs ». L’a-t-elle jamais été ? Ce que l’on constate, en tout cas, c’est la dégradation de la condition de mineur, du milieu du XIVe au début du XVe siècle.

  • 120 Au total, quinze mineurs sont engagés dans l’armée de Gaston Fébus. À ceux originaires de la vallé (...)
  • 121 Dès 1294, un Guilhem Messael est témoin de la charte de franchise, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce (...)
  • 122 Un Pierre Crauste est présent lors de la signature de l’accord de 1356, Arch. dép. Ariège, E 96, p (...)
  • 123 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 314, fol. 5 ; Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 4v° ; A. de DUFAU d (...)

40Si les mineurs sont rarement évoqués par les sources, l’image que nous renvoie la documentation du XIVe siècle est loin d’être négative. À cette date, le mineur a encore une place de choix dans la communauté de Vicdessos. C’est à partir du rôle de l’armée de Gaston Fébus, établi en 1376-1378, que nous avons rassemblé quelques renseignements sur les hommes de la mine qualifiés ici de minadors. Ils sont, bien évidemment, responsables des travaux de sape. Or, tous sont recrutés dans le comté de Foix. Cinq individus sont incontestablement originaires de la vallée de Vicdessos : Raimond Massanel de Vicdessos, Raimond d’Ortonac de Vic, Guilhem Crauste de Sem, Raimond Crauste de Sem et Arnaud Guilhemal de Goulier120. En comparant ces noms à la série onomastique constituée à partir des sources de la communauté, il a été possible d’identifier certains de ces hommes. Pour les trois premiers l’enquête a été vite achevée. Le nom de Massanel est bien répertorié à Auzat en 1390121. En 1396, un Raimond Massanel est, en outre, témoin d’un acte de la communauté. De même, les Ortonac sont très présents dans les sources. Néanmoins, il est impossible d’associer un de ces individus à une activité ou une profession. Quant à Arnaud Guilhemal, son patronyme, attesté dans le comté en 1390, ne laisse cependant aucune trace dans la documentation de la vallée. En fait, seuls les Crauste se sont imposés. Deux membres de cette famille, Raimond et Guilhem, participent à l’armée de Gaston III dont on peut supposer qu’elle est composée des meilleurs spécialistes. Originaires du bastion minier de Sem, ils ont leur place parmi les notables de la communauté122. Les deux hommes apparaissent en 1390 dans le rôle des feux. Raimond est consul en 1391. Accompagné de Pierre Traversier et de Raimond Den Hugues, deux représentants des grandes familles de la vallée et tous deux notaires, il va prêter hommage pour la communauté à Mathieu, nouveau comte de Foix123. Mais, à peine sortis de l’anonymat des mineurs, les Crauste y retombent immédiatement. Nous n’avons pas recueilli d’autres témoignages sur leur activité. Sans doute une aptitude particulière, une qualification exceptionnelle les ont fait émerger de la documentation. Néanmoins, leur réussite prouve qu’il était encore possible pour les minadors de se hisser aux charges consulaires à la fin du XIVe siècle. Cela ne sera plus dorénavant le cas.

  • 124 Les termes de lapidica et metallarius apparaissent dans la charte de 1294, Arch. dép. Ariège, E 96 (...)
  • 125 La hotte ou « gourbil » repose en haut sur les omoplates, en bas sur une sorte de coussin, elle es (...)
  • 126 À Allevard, un acte de 1284 permet de distinguer tout à fait nettement les ouvriers qui recevaient (...)
  • 127 Sur la diversité des situations des maîtres consulter, Ph. BERNARDI, « Jeune, pauvre étranger : d’ (...)
  • 128 P. LÉON, op. cit., p. 237-238 ; M. PORTAL, « Une mine de fer aux environs de Lacaune (Tarn), au XV(...)

41L’ordonnance de 1414 illustre clairement la détérioration de la situation du mineur au sein de la communauté. Aucun savoir-faire, aucune spécialisation ne sont désormais reconnus à ceux que l’on désigne par le vocable d’operarii, c’est-à-dire manœuvres, ouvriers. Les termes minador, lapidica et metallarius ne servent plus à qualifier l’homme de la mine124. Seul le gorbilerius, le gourbalier, émerge de ce groupe anonyme. L’importance que lui attribue l’ordonnance ne fait pourtant que renforcer la sous-qualification des mineurs, puisque le seul spécialiste désigné est un simple porteur de hotte125. Il n’est plus cet individu libre d’aller extraire que cite la charte de 1304, mais une partie de cette masse encadrée où se confondent travailleurs indépendants et salariés si difficiles à distinguer, tant le terme d’operarius englobe tous les états dans une même dépendance126. Pourtant, l’article 4 de l’ordonnance désigne clairement des maîtres, magistri, qui au même titre que les operarii dictae menae – les mineurs – peuvent vendre leur minerai. Contrairement à d’autres mines de fer, parfois toutes proches comme celle de Lacaune, on ne sait rien de ces « maîtres ». Sont-ils à la tête d’une petite équipe de salariés, sur le carreau même de la mine ? Participent-ils à l’extraction127 ? Leur place est-elle si différente de celle des operarii ? Sont-ils des surveillants ? De toute façon, en 1414, quel qu’il soit, le mineur a perdu toute indépendance. Il n’est pas inutile de rappeler les principales décisions de ce texte fondateur pour mieux en analyser les résonances sociales. La concession du mineur lui est imposée pour l’année et dans le cas où elle ne lui conviendrait pas, il lui est néanmoins fermement interdit de travailler ailleurs. L’espace désigné pouvait cependant présenter des conditions d’extraction difficiles : dureté de l’encaissant, faible quantité de minerai, qualité médiocre. On sait combien le gîte de Sem offre des conditions changeantes d’une place à l’autre. L’ordonnance se refuse à prévoir une réparation pour de tels préjudices. Le renouvellement annuel, sans doute sous le prétexte de la garantie des droits communautaires, empêche le mineur de disposer d’une concession à long terme qui pourrait faire de lui, non un simple manœuvre, mais un tenancier à long terme sinon un propriétaire capable de s’organiser, de s’associer avec d’autres pour tirer profit de sa mine, comme c’est le cas par exemple à Allevard et à Lacaune128. Enfin, au terme d’un travail dont le rythme lui est imposé par d’autres, le mineur peut vendre son minerai. Là encore, il est soumis à des règles contraires à son intérêt personnel. Le prix de vente est, en effet, fixé par l’ordonnance en fonction du lieu et de l’activité des vendeurs. Celui consenti aux mineurs est le plus bas. En outre, les modalités de la vente interdisent aux mineurs de jouer de la concurrence entre les acheteurs puisque seuls les membres de la communauté peuvent s’approvisionner directement à la mine, et non les « étrangers ». De plus l’ordonnance prévoit, si le mineur osait vendre plus cher son minerai que le prix autorisé, qu’il ne puisse plus avoir accès au minerai. Pour tout dire, il sera exclu de la mine.

42Cette condition dévalorisée a pour cause et nourrit tout à la fois le mépris que les notables de la communauté de Vicdessos et du comté vouent aux mineurs. L’image que renvoie l’ordonnance est celle d’un être dépravé qu’il faut contrôler fermement et punir. Le mineur est présenté comme responsable de malversations. Voleur, il dérobe le minerai à son voisin, utilise pour le vendre des poids allégés, propose à la vente un minerai de qualité médiocre. Devant tant de « malice », pour reprendre le terme du document, l’ordonnance conclut à la nécessité absolue de le faire surveiller par les préposés. Véritables policiers de la mine, ces hommes désignés par les notables, consuls et bayle de la communauté, payés au prorata des amendes, n’auront d’autres soucis que de les multiplier, justifiant ainsi l’absolue nécessité de leur fonction par la contrainte à maintenir. Nous avons déjà souligné l’excessive lourdeur des amendes. Elle est justifiée par la nécessité de payer grassement les préposés, de punir sévèrement et d’éduquer par la force des hommes dont l’activité jugée répréhensible est à l’origine de l’ordonnance ; de leur faire peur.

  • 129 M. ARNOUX, Mineurs, férons..., op. cit., p. 211-231. Les mineurs de Beaumont, insérés dans la comm (...)
  • 130 F. TAILLEFER, op. cit., p. 236. A l’époque moderne, les mineurs sont encore originaires de Sem, Go (...)
  • 131 Pour expliquer cette irrégularité de l’habitat, François Taillefer fait intervenir le substrat géo (...)

43On doit s’interroger sur le degré de validité d’une description si moralisatrice. Le caractère anarchique de l’extraction, vivement dénoncé, tient autant à l’inexpérience des mineurs qu’aux conditions économiques auxquels ils sont soumis. Au début du XVe siècle, ils exercent toujours une double activité. Au cours d’une déposition au procès de 1413, l’un des témoins, après avoir décrit l’activité des bergers, nous transporte dans la mine où, dit-il, ces mêmes hommes extraient le minerai. Ainsi le berger s’improvise-t-il mineur et le mineur, berger. Immergés dans un monde d’éleveurs, recevant leur concession le jour de la Saint-Jean-Baptiste, ces mineurs-paysans ressemblent comme des frères à ceux dont les sources médiévales nous livrent généralement les témoignages129. Comme le prouve le rôle de l’armée de Gaston Fébus, les villages les plus proches de la mine, Sem, Goulier et Olbier, ont fourni davantage de main-d’œuvre130. On comprend mieux comment, situés en ombrée, ils ont maintenu, à cette altitude, une population alors que le versant nord de la vallée de l’Ariège, entre Les Cabannes et Ax-les-Thermes, ne possède aucun habitat permanent131. Il est possible que la double activité se combine aussi, pour certains, avec une réelle dextérité technique. Néanmoins, alors que la demande en minerai est en hausse, on a dû voir arriver des villages les plus éloignés de Sem des hommes qui ignoraient tout du minerai. Ils ne sont pas de ceux à en reconnaître la qualité à l’œil nu.

  • 132 Peu de lecteurs seront étonnés de cette nouvelle brèche portée au mythe de la communauté rurale, A (...)
  • 133 Cité par J.-F. d’AUBUISSON des VOISINS, Observations sur les mines et les mineurs de Rancié et sur (...)

44Cependant, autant que leur inexpérience, ce qui les fait extraire n’importe où, n’importe comment et n’importe quoi, les fait se voler entre eux et voler les autres, pourrait bien s’appeler la misère et cette misère est entretenue par la communauté. Ainsi, ces mineurs sont à la fois démunis contre les lois orchestrées par le comte et exigées par les notables de la communauté et, semble-t-il, incapables de défendre des droits qui leur étaient reconnus en 1304132. C’est bien l’image d’un prolétariat qui se dégage des sources médiévales, un prolétariat rural exploité et méconnu. Force des traditions, immobilisme des structures sociales : cette population est proche de celle décrite au début du XIXe siècle par l’ingénieur des Mines Burdin en poste dans la vallée : « Le plus grand désagrément de ma position est d’être au milieu de quatre ou cinq cents demi-sauvages qui vous détestent d’autant plus que vous vous donnez plus de soin pour leur être utile »133.

  • 134 Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse précisait en 1786 que « ceux-là même qui sont les seuls qui e (...)

45Vision déformée d’un homme rejeté par la communauté car étranger, rejeté car parisien et qui sans doute n’a pas su, ni voulu comprendre la force des traditions, témoignage cependant dont il ne faut pas négliger la part de vérité. La misère des mineurs du Vicdessos est une constante de l’histoire de la vallée du XIVe au XIXe siècle134.

  • 135 Ordonnances des rois de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, t. XIX, C (...)
  • 136 Rappelons l’article d’Anne-Thérèse Rendu, consacré à l’étude de la main-d’œuvre de Pampailly, A.-T (...)
  • 137 P. LÉON, op. cit., p. 239.
  • 138 Dès le XIIe siècle, Ton sait grâce au Livre des Miracles de Pierre le Vénérable que l’extraction p (...)

46Certes, nous savons qu’à la fin du Moyen Âge, les mineurs de fer jouissent de peu de considération. Ainsi, ils n’obtiennent jamais les avantages que l’autorité reconnaît aux mineurs des mines polymétalliques. Nous en avons la preuve formelle pour les Pyrénées. En 1483, l’ordonnance royale qui organise les conditions de l’extraction pour l’ensemble du Couserans attribue à tous les mineurs un certain nombre d’avantages économiques et fiscaux135. Mais, lors de son enregistrement, la Chambre des Comptes a modifié les conditions généreuses d’attribution de ces privilèges qui ne seront pas reconnus aux mineurs de fer : que lesdits ouvriers besoignans actuellement esdites mynes joyent des privileges et franchises a plein speciffiees et declairees esdites lettres et non autres et seulement ceulx qui besoigneront esdites mynes dor dargent cuivre plomb et estaing non compris ceulx qui besoignereront a traire le fer. Certes, la maîtrise technique de ces mineurs-paysans ne peut être comparée à celle des mineurs de métaux précieux, main-d’œuvre rare et coûteuse, souvent étrangère136. Néanmoins, quand les sources nous permettent de les connaître mieux, les mineurs de fer sont rarement autant méprisés qu’en Vicdessos. Ainsi à Allevard, le règlement de 1395 prévoit même la quantité de pain, de vin, de fromage, de jambon et de mouton ou autres viandes à distribuer aux salariés de la mine137. Mais il semble bien que dans ce cas, l’activité de mineur corresponde à une spécialisation professionnelle à mettre en relation avec la profondeur des travaux souterrains138. La situation est différente dans le Vicdessos où, en majorité, les mineurs de Sem ne sont pas des salariés mais des usagers de la mine. Or, les usages sur le minerai ont subi la même évolution que ceux sur la forêt, même si dans ce cas il s’agissait de réduire le droit des étrangers et non celui des plus pauvres de la communauté. Pauvres, les mineurs étaient, en outre, nombreux, second atout pour ceux qui conduisent à leur profit les intérêts de la communauté. Ainsi, la population des montagnes du haut Sabarthès s’était suffisamment maintenue pour que les notables de la communauté puissent profiter, à moindre frais, d’une main-d’œuvre nombreuse, soumise et rendue étrangère aux richesses dont elle ne pouvait plus disposer librement.

Enrichissement et puissance des maîtres de mouline

47Nous avons noté combien la réorganisation de la mine prévue dans l’ordonnance de 1414 se faisait à l’avantage des maîtres de mouline de la vallée. Or, il n’est pas surprenant de constater que parmi les consuls qui s’imposent comme les dirigeants de l’entreprise minière et qui sont à l’origine de la rédaction de l’ordonnance, les familles des maîtres de mouline et des voituriers sont bien représentées.

  • 139 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

48Les noms de famille inspirés de la forge remplissent les chartes. Les Fabre, Fahri, Fabre de Pujol, Ferrerii illustrent la puissance de l’activité sidérurgique de la vallée. Cependant, à aucun porteur de ces patronymes on ne peut associer la pratique de la sidérurgie. Ceux qui travaillent le fer sont difficiles à saisir individuellement. Néanmoins, leur groupe est puissant : déjà, en 1294, il semble bien qu’il soit suffisamment organisé pour exercer une pression sur les agriculteurs de la vallée qui avaient conclu un abonnement avec l’un de leurs membres139. Au même moment, les rédacteurs de la charte distinguent le faher du ferrerius, c’est-à-dire celui qui aiguise et effile la pointe des outils (lancezare) de celui qui réduit le fer et travaille en relation étroite avec les mineurs.

49Cependant, parmi tous ces hommes, on ne saura jamais combien sont devenus maîtres de mouline, combien ont été suffisamment riches ou entreprenants pour faire élever ces installations coûteuses en regard de l’économie comtale ou bien pour en gérer l’exploitation. Et d’ailleurs, des forgerons ont-ils pu devenir maîtres de mouline ? La question reste sans réponse car, à partir du moment où la nouvelle technique se diffuse, le praticien disparaît derrière l’investisseur et le gestionnaire, le forgeron ou le forgeur derrière le maître de mouline. Nous avons vu combien, au XIVe siècle, les maîtres de mouline avaient souvent besoin de s’associer pour mener à bien la construction de leurs forges hydrauliques. Au cours du XVe siècle, de nouvelles moulines s’élèvent, mais les plus nombreuses sont gérées par les descendants ou les successeurs de ceux qui avaient fait le pari de l’hydraulique un siècle plus tôt. Si ces hommes étaient alors difficiles à saisir, ceux qui leur succèdent se dessinent plus nettement vers 1450. Nous l’avons vu, certains nobles se sont faits maîtres de mouline en prenant une part active à la production, en investissant directement dans la forge.

50Néanmoins, en majorité, les maîtres de mouline sont des non-nobles. C’est dans la vallée de Vicdessos que nous pouvons le mieux cerner cette notabilité du fer. Si jamais elle put réunir des hommes ayant exercé le métier de forgeron ou de forgeur, elle s’est alors largement dégagée du travail de la forge. Les maîtres de mouline sont des investisseurs et des entrepreneurs, rarement des hommes de la pratique.

  • 140 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 102 et 106.
  • 141 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. I7v°-I8v°.
  • 142 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 391, fol. 52 ; A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 46.
  • 143 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 26.
  • 144 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22. On ignore si les Cazal du village d’Auzat correspondent à la (...)
  • 145 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 7.
  • 146 A. de DUFAU de MALUQUER, « Documents sur le comté de Foix (XIVe et XVe siècles). Ordonnances des c (...)

51C’est le cas de la famille Caze, Casa ou Cazas suivant les documents. En 1390, Raimond Caze tient de Guilhem Ysam, un des seigneurs d’Auzat, la mouline d’Auzat, et du comte de Foix, celle, toute proche, d’Ournac140. Est-ce la même que nous lui voyons posséder dans un acte de 1394, alors dite mouline de Girent, proche du lieu de Mailhol et située au coin du chemin qui mène à Ournac141 ? Quoi qu’il en soit, le patrimoine hydraulique des Caze est étoffé, puisque le même Raimond est détenteur d’un moulin à Saleix, et qu’un de ses aïeux, notaire à Tarascon, tenait les moulins d’Utalop à Pamiers, dès 1306142. Assurément, la fortune des Caze n’est pas récente. Certes, il est difficile d’affirmer que Raimond Case, bayle de Tarascon en 1261, fut l’ancêtre de Raimond, maître de mouline. Cependant celui-ci est notaire à Tarascon où il vit avec son fils, Jean. Sans doute l’étude notariale résulte-t-elle d’une fortune lentement acquise et totalement inscrite dans le bourg de Tarascon et ses environs. En effet, les intérêts que la famille détient en Vicdessos sont déjà anciens. En 1281, des Casa sont domiciliés à Auzat et à Saleix. Pierre, Raimond et Bernard signent l’accord intervenu entre la communauté de Vicdessos et Junac143. En 1294, quand les quatre consuls s’entourent de témoins pour la réception de la charte de coutumes, il y a déjà parmi eux un Raimond Casa144. Est-ce le fait du hasard, alors que ce texte est le premier à reconnaître l’activité minière et sidérurgique de la vallée ? Encore en 1303, Pierre Cazas est le représentant envoyé par Saleix pour convenir de la répartition de la taille145. Si à la fin du XIVe siècle les Caze, domiciliés à Tarascon, ne sont jamais mêlés directement à la gestion de la communauté, ils sont suffisamment puissants ou soutenus pour que les consuls se soumettent à leurs intérêts. Ainsi, en 1394, Raimond et Jean en appellent au comte de Foix, en la personne de son juge ordinaire, afin qu’il appuie leur requête auprès du bayle et des consuls de la vallée. Prétextant du danger qu’il y a à emprunter l’ancien chemin étroit et trop proche de l’eau, ils obtiennent d’en faire ouvrir un autre pour relier plus facilement leur forge de Girent au versant espagnol. Certes, l’entretien du nouveau pont est à leur charge et ils donnent en dédommagement à la communauté le lieu appelé Lo Mailhoc, proche de la forge. Cependant, au terme de la tractation qu’ils engagent avec les consuls, ils reçoivent un pré. En outre, les hommes qui ouvrent le nouveau chemin sont rapidement désignés et sans doute le travail aussitôt exécuté. Assurément, les Caze sont de ces hommes auxquels on ne peut se permettre de refuser un service. Si au début du XVe siècle, nous n’avons plus aucun renseignement sur le patrimoine de cette famille, elle est encore honorée de la reconnaissance comtale puisque l’un de ses membres, Pierre Caze, toujours domicilié à Tarascon, se voit désigné comme commissaire réformateur du comté en 1425146.

  • 147 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 26.
  • 148 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 10v°.
  • 149 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 3. Dès 1324, il était l’un des représentants de la vallée de Vicdess (...)
  • 150 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 9v°.
  • 151 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37. Un Bernard Traversier est encore présent lors d’une délégati (...)
  • 152 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 312. Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77.
  • 153 Pierre Traversier, notaire de Vicdessos, prête de l’argent à Jean de Fonte, de Tarascon, en 1382, (...)
  • 154 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 314, fol. 5. Dès 1303, un Pierre Traversier de Vie refuse de re (...)
  • 155 Signalons la permanence de certaines familles à la tête des affaires de la vallée jusqu’à l’époque (...)
  • 156 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 5 et E 95, fol. 35v°.
  • 157 G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 147.
  • 158 Arch. dép. Ariège, E 83, fol. 24 : versement de 6 livres, 3 gros, 9 deniers. G. de LLOBET, Foix... (...)
  • 159 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 26, fol. 76.
  • 160 J. LARTIGAUT, « Notes... », op. cil., p. 245.
  • 161 C’est ce que précise J. LARTIGAUT, « Ferriers pyrénéens établis en Quercy au XVe siècle », Annales (...)
  • 162 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 246 et 249.
  • 163 N. de PENA, Documents sur la maison de Durfort, Bordeaux, 1977, t. II, p. 978.
  • 164 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 250.
  • 165 L. BOURRACHOT, « Les anciennes forges de l’Agenais », Revue de l’Agenais, 1962, p. 258.
  • 166 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 250.
  • 167 Parmi les ferriers installés en Quercy, Jean Lartigaut dénombre également les Saurai, J. LARTIGAUT (...)

52Beaucoup plus présents dans nos sources sont les Traversier. Ce patronyme est courant dans la vallée, attesté de la fin du XIIIe au début du XVe siècle. La majorité des individus qui le portent se trouve être du même niveau de culture et de fortune. Seuls quelques Traversier, Olivier et Ramonat du village de Vicdessos, Raimond domicilié à Siguer, et qui doivent tous s’acquitter en 1424-1425 de droits auprès du comte de Foix, demeurent inclassables. Les autres sont tous des notables. Dès 1272, un Pierre Traversier est représentant de la communauté lors de la rédaction de la première charte de coutume. 11 intervient comme témoin domicilié dans le bourg de Vie en 1281147. En 1303-1304 encore, un Pierre Traversier dirige la collecte de la taille. En 1294, sans que nous puissions établir un lien de parenté avec le précédent, Guilhem-Arnaud Traversier est consul de Vicdessos et parmi les signataires de la seconde charte. Souvent sollicité comme témoin des actes majeurs de la vie de la communauté, il participe en 1303 à la levée de la taille. Quelques années plus tard, entre 1307 et 1311, Guilhem Traversier est sergent du bayle de Tarascon148. En à peine trente ans, nous voyons les membres de cette famille évoluer de représentant de la communauté en officier, certes encore modeste, du prince. Un seuil qualitatif est franchi par Bernard dit Almaric qui, en 1334, apparaît comme notaire public de la vallée et procureur du comte de Foix149. Il sera bayle de Vicdessos en 1351150 et encore présent lors de la signature de l’accord de 1356151. C’est à lui qu’en 1341 le comte de Foix projette de concéder ses mines d’argent du Vicdessos152. Au milieu du XIVe, son étude est sans doute passée à Maître Pierre Traversier, notaire de Tarascon et de Vicdessos153, désigné comme scindicus de Vicdessos auprès du comte en 1398154. Ainsi, en un siècle et demi, cette famille a bâti sa fortune en restant totalement ancrée dans la communauté à laquelle elle fournit des consuls et des témoins. Assurément, les Traversier font partie intégrante de la notabilité communale au même titre que les Helie ou Elie et les Den Hugues qui, à partir de 1332, se cooptent à la tête du consulat. C’est à cette date, en effet, qu’à la demande des consuls, le comte remplace leur mode de désignation : au vote de la communauté succède le choix par les consuls sortants155. Cependant, au début du XVe siècle, les Traversier disparaissent du Vicdessos. Le dernier attesté, Maître Pierre Traversier, peut-être le fils du précédent, est témoin en 1403 dans l’affaire sans cesse rebondissante du chemin de Cavalière156. Les Traversier auraient-ils, pour satisfaire leur besoin d’ascension sociale, quitté la vallée pour mieux se rapprocher du pouvoir ? Un fait est certain, au début du XVe siècle, Jean Traversier est le trésorier du comte de Loix dont il afferme les revenus. Ce brasseur d’affaires se déclare aussi marchand de draparias o de autre mercadaria a Foixs et facteur de marchands étrangers157. On sait qu’au mois de mai 1444 Gaston IV le fait enfermer et entreprend la saisie de ses biens pour un reliquat de compte. Il sera libéré quelques années plus tard et conserve encore en 1449 une fortune suffisamment importante pour se placer au cinquième rang des cotisants à la taille158. Malgré l’opprobre jeté momentanément sur la famille, ses héritiers continuent à vivre vers 1460 dans le quartier huppé de la ville de Loix où ils disposent d’une fortune confortable159. C’est dans la seconde moitié du XVe siècle que nous retrouvons des Traversier dans le Quercy et dans le haut Agenais. Ils sont alors nombreux à détenir des moulines souvent récemment acquises. Dès 1449, Bernard Traversier, originaire de Vicdessos, est ferrier de la mouline de Péchaurié où, en 1451, son fils Jean lui succède160. Bernard senior semble avoir fait de mauvaises affaires dans le comté de Foix ce qui expliquerait son émigration vers le Quercy161. En 1453, son fils Jean arrente avec son gendre la mouline de La Johania et celle d’Estravols162. Encore en 1463, la mouline des seigneurs de Durfort à Saint-Denis-Catus est tenue par un Jean Traversier. En 1481, ses fils en hériteront163. En 1459, Raimond Traversier tient celle de La Johania, sans doute délaissée par Jean164. Le 14 décembre 1464, un Bernard Traversier, un autre fils de Bernard senior, acquiert celle de Libos. Il possédait déjà à l’époque celle de Labastide-du-Vert en Quercy. L’investissement est lourd car l’achat de la mouline s’accompagne de celui d’un port sur le Lot, sans doute un embarcadère, et le prix d’achat atteint neuf écus d’or165. Enfin, Pierre-Arnaud Traversier possède la mouline de Manhac et Nadalhac en 1479166. Ainsi, au milieu du XVe siècle, les Traversier envahissent véritablement la documentation disponible sur le Quercy167.

  • 168 Arch. dép. Haute-Garonne. B, Maîtrise de Pamiers, H 10.
  • 169 Arch. dép. Ariège, 1 J 353.
  • 170 E. BARBE, Extraits des minutes de Maître Claude Grandmont..., op. cit., p. 53.
  • 171 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 523. Cette ascension sociale est sans doute plus ancienne. Un document (...)

53Cependant, cette migration n’empêche pas les Traversier de rester très présents dans le haut comté à l’extrême fin du XVe et au cours du XVIe siècle. En 1496, Pierre-Arnaud Traversier, témoin lors de la vente des biens du seigneur de Junac dans la vallée d’Aston, se déclare ferrerius et est domicilié à la mouline de Niaux. Serait-il alors forgeur dans cette mouline ? En 1504, il en est détenteur et ajoute à cette forge celle de Cazenave168. En 1515, c’est à Jean Traversier que le seigneur de Luzenac loue sa mouline et forge à fer169. En 1532, la famille Traversier possède toujours la mouline de Niaux170. En 1564, elle a enfin accédé à la noblesse : dans un acte d’inféodation Pierre Traversier est qualifié de noble, baron de Château-Verdun171. Gageons que la seigneurie sur laquelle s’inscrit la famille n’a pas été choisie au hasard. À cette date, il reçoit l’autorisation de faire un moulin à blé, près de sa mouline dite d’En Guinée dans la vallée de Vicdessos, proche du lieu d’Auzat. Hasard de l’histoire ou complicité des deux familles, il possède alors la mouline détenue un temps par les Caze.

  • 172 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68v°.
  • 173 Germain a des biens à Tarascon, dont un moulin, A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 143, 145, 14 (...)
  • 174 1341 : Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77 ; 1552 : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1161.

54Certes, il est impossible de reconstituer une lignée directe du premier Traversier attesté en 1272 à ceux qui achètent, amodient et font élever moulines et forge à fer du XVe au XVIe siècle. Cependant, il est évident que cette famille a participé activement à l’activité sidérurgique. Nous en détenons la preuve tardive avec les Traversier du Quercy, originaires de Vicdessos et ceux forgeurs à Niaux. Mais nous savons aussi que Jean Traversier – s’agit-il du trésorier du comte de Foix ?-a pris en fief la mouline de Saurai172 et que Germain Traversier est ferratier en 1402173, ce dernier exemple illustrant parfaitement les alliances nouées entre les maîtres de mouline et les marchands de fer. Leur fortune est-elle dès l’origine liée à la sidérurgie et plus largement aux minerais et à leur transformation ? Bernard Traversier participe, en effet, dès 1341, à l’exploitation des mines d’argent du comté. En 1552, quand le comte envoie des spécialistes allemands pour examiner les mines de cuivre argentifère de la seigneurie de Château-Verdun, ils écoutent attentivement un myneron, sans doute le plus apte à témoigner. Il s’agit de Jean Traversier174.

  • 175 Il est plus difficile de rapprocher les Elie ou Helie du Vicdessos du grand marchand de Foix, Elie (...)
  • 176 Une série d’études récentes a été consacrée au notariat du Midi toulousain, Visages du notariat da (...)

55Au terme de cette enquête, nous disposons avec les Traversier d’un bel exemple de famille regroupant maîtres de mouline et ferratiers, notables, consuls, bientôt liés à la fortune même du prince et anoblis au XVIe siècle175. Ces hommes ont en outre en commun avec les Caze et avec Guilhem Arriga, maître de mouline de la première moitié du XIVe siècle, d’avoir pratiqué la profession de notaire. Sans doute faut-il y voir l’origine de l’accumulation du capital qui leur a permis de se lancer dans l’investissement sidérurgique176.

56Avec à leur tête des hommes instruits comme les Caze et les Traversier, puissants comme eux, dominant le consulat, on comprend mieux comment les maîtres de mouline et certains ferratiers ont pu conduire à leur profit la gestion minière de la vallée. Il est évident qu’ils ont détourné à leur unique avantage, et au détriment des mineurs comme des consommateurs et marchands de minerai du comté, le droit d’usage confirmé en 1304. La mention, en 1414, du monopole que certains membres de la communauté seraient tentés d’organiser sur la distribution du minerai ne fait que confirmer cet état de fait. Ils se sont saisis de l’innovation pour affirmer et consolider leur puissance. La mouline, d’objet technique, s’est muée en objet de domination. L’innovation a accusé et creusé davantage les inégalités à l’intérieur de la communauté de montagne. Comme au XIVe siècle, seul le comte est encore en mesure de résister à ces hommes et de partager avec eux le montant des profits nés du fer. Même les nobles et les notables du comté doivent s’accommoder de leurs exigences. Mais cette force sera bientôt mise à l’épreuve de la conjoncture.

Notes

1 Ce processus de concentration est signalé par P. BENOIT, « Technology and crisis : the great depression of the Middle Ages and the technology of Renaissance (fourteenth to sixteenth centuries) », History and Technology, 1984, p. 326-327. À partir de l’exemple des mines du Haut-Palatinat, il a été proposé une analyse des modalités de concentration du travail et des capitaux dans de grandes mines de fer, W. von STROMER, « Cartels, consortiums et innovations dans l’exploitation du fer d’Europe centrale à la fin du Moyen Âge », dans Les techniques minières..., op. cit.. p. 167-186.

2 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.

3 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : ad causam menue ferreae quae de menerio dictae vallis Dessos domini nostri Fuxi comitis extrahatur et ad molinas ferreas eiusdem comitatus et extra portatur multa commoda et lucra inestimabilia hactenus proveniant nec dum habitatoribus dictae vallis Dessos imo multis aliis eiusdem comitatus et partium diversarum et proveniant de praesenti.

4 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : tamen propter desidiam ac negligentiam aut venus malitiam eorum qui dictam menam extrahunt et extractam vendunt dictum menerium destruitur, lucra huiusmodi et commoda de die in diem diminuuntur, redditus quoque leudarum quos dominus noster Fuxi cornes de dicta mena levare consuevit ad nihilum rediguntur nisi super his provisum fuerit de remedio opportuno.

5 De telles pratiques persistent au XVIIIe siècle dans les mines de fer de Villerouge et Palairae (Aude) exploitées par des mineurs-paysans, G. LANGLOIS, « L’exploitation du fer à Villerouge et Palairae (Aude. XVIIIe-milieu XIXe) : une absence de techniques ? », dans Les techniques minières..., op. cit., p. 210-211.

6 Arch. mun. de Toulouse FF 26, p. 54-55, 68, 108-109, 150-151, 157-158, 179-180, 221, 240. Par exemple, p. 180 : sint etiam in illis partihus mineralia metallorum maxime mineralia ferri ah hoc convertantur ibidem homines qui perquirunt venus petre ferre rimantur viscera terre et suhintrant cavernas causa inde habendi mineralia ferri.

7 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, article 6. Récemment, la mine de fer du Trou du Calel, près de Sorèze (Tarn) a fait l’objet de prospections. Cette mine de fer d’une ampleur extraordinaire – actuellement 7 000 m de galeries explorées – conserve encore aujourd’hui des aménagements, plans d’accès, escaliers, surfaces nivelées, signalisations que l’on peut en partie dater de l’époque médiévale. Elle constitue le premier exemple conservé et étudié d’une mine de fer souterraine de grande ampleur. Nous ne disposions jusqu’à présent que de l’exemple des Munières, exploitation de l’abbaye de Fontenay, elle aussi opérée en milieu karstique, mais incomparablement plus réduite, F. ROUZAUD, E. MAUDUIT, J. P. CALVET, « Le site minier et métallurgique du Calel à Sorèze », op. cit., p. 273-285.

8 Dans l’édit du roi du 18 février 1696, les actes de 1356 (n. st.) et 1414 sont indistinctement qualifiés de règlements. Cette dénomination persiste au XVIIIe siècle, R. BARBÉ, op. cit., p. 27 et 47. Cependant, l’acte de 1414 se présente comme une ordinatio.

9 Dès 1969, Bertrand Gille proposait une première recension des règlements miniers conservés et des travaux qui leur étaient consacrés, B. GILLE, « Les problèmes de la technique minière au Moyen Âge », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1969, p. 279-296. Notons que ces règlements concernent majoritairement les mines de métaux précieux, tant en Europe centrale (Iglau, Freiberg, Kutna-Hura), qu’en Italie (Massa) et dans le royaume de France (Hierle). Seuls ceux d’Allevard, de Lacaune et de certaines communautés lombardes peuvent être comparés au document ariégeois car ils régissent également une exploitation sidérurgique, P. LÉON, « Un document médiéval : le règlement minier d’Allevard, 29 mars 1395 », Cahiers d’Histoire (Lyon, Grenoble, Clermont, Saint-Etienne, Chambéry), 1984, no 4, p. 229-239 ; Th. SCLAFERT, L’industrie du fer dans la région d’Allevard au Moyen Âge, Grenoble, 1926 ; M. PORTAL, « Une mine de fer aux environs de Lacaune (Tarn) au XVe siècle », Bulletin historique et philologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1904, p. 445-472 ; P. TOUBERT, « Les statuts communaux... », op. cit.

10 Articles 2, 3, 5, 6.

11 Voir supra. Articles 4, 7, 8 et 9.

12 Le règlement d’Allevard, rédigé en 1395, est en effet soucieux de l’amélioration des conditions techniques de l’exploitation : boisage, aérage, répartition précise des concessions, P. LÉON. op. cit., p. 236-237. Il peut être comparé aux règlements appliqués aux mines de métaux précieux, P. BENOIT, « Les techniques minières en France et dans l’Empire aux XVe et XVIe siècles », Journal des Savants, 1988, p. 79 ; Ph. BRAUNSTEIN, « Le travail minier au Moyen Âge d’après les sources réglementaires », dans J. HAMESSE et C. MURAILLESAMARAN éd., Le travail au Moyen Âge..., op. cit., p. 329-338.

13 Sur les métiers dans le sud du royaume, on peut consulter A. GOURON, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen Âge, Paris, 1958.

14 1304, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

15 1414, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : et in his statuimus et ordinamus quod baiulus et consules de Vico eligant quatuor probos viros qui suprapositi in menerio nuncupantur sicut antiquitus est fieri consuetum.

16 Effectivement, la valeur des amendes est peu modulable en fonction des fautes commises. Dans le cas cependant où un mineur proposerait du mauvais minerai, mala mena, une amende de deux sous toulousains lui serait infligée. Cette peine est très inférieure aux autres. Prendrait-elle en compte, pour certains de ces mineurs peu compétents, la difficulté à distinguer à l’œil nu, le bon et le mauvais minerai ?

17 Nous avons déjà précise que la « monnaie courante » pouvait désigner le denier toulousain. Or, il valait en moyenne deux derniers tournois, Ph. WOLFF, op. cit., p. 307.

18 Contrairement à l’ordonnance de Vicdessos, le règlement d’Allevard prévoit que l’on puisse louer ou vendre sa concession, laquelle est permanente et non renouvelable chaque année, P. LÉON, op. cit., p. 237-238. À Beaumont, en Normandie, chaque mineur semble aller tirer le minerai tout à fait librement, sans qu’aucune excavation ne lui soit réservée ou imposée, M. ARNOUX, op. cit., p. 230.

19 Reprenons les données climatiques fournies par Fr. TAILLEFER, « Le Vicdessos, étude géographique », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1939, p. 181 : « Dans la gamme des climats pyrénéens, le climat du Vicdessos se situe entre celui des Pyrénées garonnaises et celui des Pyrénées méditerranéennes. Les influences atlantiques y sont affaiblies par l’éloignement de l’océan et l’écran que leur oppose le massif des Trois-Seigneurs ». Il ajoute p. 184 et 185 : « en dehors d’une période de trois mois, décembre, janvier et février, les gelées sont accidentelles. L’imparfaite conservation du manteau neigeux met en évidence cette tiédeur relative. Sur les soulanes, la neige ne reste presque pas sur le sol. Ailleurs, la période d’enneigement continu, même pour les villages les plus élevés, dépasse rarement plusieurs semaines. Mais elle peut s’étendre de la fin décembre au milieu de février ». Les excavations de la mine de Sent, situées en ombrée, et qui s’étagent entre 1 000 et 1 500 m sont soumises à de telles conditions.

20 R. BARBÉ, op. cit., p. 48.

21 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : Item quod gorbilerii ipsius menerii in extrahendo dictum menam de menerio tot vices facere teneantur quod ad discretionem ipsorum suprapositorum et temporis qualitatem ac operis continentiam fuerit ordinanda.

22 Au XVIIIe siècle, le règlement de 1722 prévoit que du 1er mars au 1er novembre la journée du mineur commence à 8 heures du matin et s’achève à 19 heures. Pendant la saison d’hiver, le travail se déroule de 9 heures à 16 heures, R. BARBÉ, op. cit., p. 48.

23 À la mine de Beaumont, l’extraction s’interrompt durant les moissons, M. ARNOUX, op. cit., p. 231.

24 Le travail du « gourbalier » ou « gorbilier » est décrit au XVIIIe siècle par le baron de Dietrich. À cette époque, la hotte ou volte permet le chargement de 150 livres.

25 Contrairement aux mines de métaux précieux, la mine de fer, si importante soit-elle, ne semble pas avoir été le creuset d’innovations techniques à la fin du Moyen Âge, P. BENOIT, « Technology and crisis... », op. cit., p. 324-326 ; ID., « Les techniques minières en France et dans l’Empire aux XVe et XVIe siècles », op. cit., p. 75-118 ; P. BENOIT et P. FLUCK, « Conclusion », dans Les techniques minières..., op. cit., p. 578.

26 Le règlement de 1722 prévoit la conservation de piliers de soutènement, étroitement surveillée par les jurats, R. BARBE, op. cit., p. 49.

27 Cependant, des problèmes d’exhaure se poseront au XVIIIe siècle dans une des mines du Rancié. Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse mentionne effectivement dans la mine de l’Escudelle un grand lac qui ne tarit jamais, Ph.-I. PICOT de LAPEYROUSE, Traité sur les mines de fer et les forges..., op. cit., p. 25. On sait que. dès le Moyen Âge, et dans les régions proches du comté, des travaux pouvaient être conduits dans des mines de fer afin d’évacuer les eaux d’infiltration. C’est le cas dans une des mines de Lacaune en 1427, P. ALENGRIN, « Contribution d’un notulaire (Jean Malacara, 1420-1427) à la connaissance des mines de fer de Lacaune au XVe siècle », op. cit., p. 717-730.

28 Cet encombrement, nuisant à la circulation dans la mine, est attesté par les fouilles archéologiques. Ainsi, à Minot comme à Fontenay, les mineurs laissent sur place leurs déchets de production, C. HAUSS-STECK, I. GUILLOT et P. BENOIT, « Mines et métallurgie... », op. cit. ; P. BENOIT, J.-P. DEROIN, J. LORENZ et C. LORENZ, « Environnement géologique... », op. cit.

29 Arch. dép. Ariège. E 96, pièce no 8.

30 À Lacaune (Tarn), la production est également limitée aux besoins des forges du pays, M. PORTAL. « Une mine de fer... », op. cit., p. 455.

31 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 157-158.

32 La mine de Laroque d’Olmes est citée dans un acte de la fin du XVe siècle, F. PASQUIER, Cartulaire de Mirepoix..., op. cit., t. II, p. 426-464. Celle qui alimente la mouline de Ganac apparaît en 1460, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3. Le document ne permet pas de préciser si la mine est localisée sur les paroisses de Ganac, de Prayols ou de Montoulicu. Si à Montoulieu et Prayols, le B.R.G.M. ne signale aucun gisement, il indique du minerai de 1er près de Ganac, B.R.G.M., Inventaire..., op. cit., p. 55. Sur la mine de Laroque d’Olmes, nous ne disposons d’aucune donnée minéralogique.

33 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 102 et 106.

34 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°.

35 1413 : Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 61-62 ; 1450 : Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA1-3, no 37. Précisons qu’en 1474, quand les Hospitaliers procèdent à la recension de leurs biens en haut Sabarthès, la mouline d’Albiès et l’une de celles de Verdun sont désignées à titre de confins, Arch. dép. Haute-Garonne, fonds de Malte, H 1, Gabre, 1530 B.

36 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 59v° et suiv.

37 Dans un de ses articles, Armand de Dufau de Maluquer remarque que le registre des archives des Pyrénées-Atlantiques, E 392, renferme de nombreuses pages laissées blanches, A. de DUFAU de MALUQUER, « Documents sur le comté de Foix (XIVe et XVe siècles). Le consulat de Foix en 1445 », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1897-1898, p. 251. Or, il constitue la mise au propre de cahiers écrits sous la dictée de Michel du Bernis, cahiers dont certains ont été conservés, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 473. Dans celui traitant de la seigneurie de Château-Verdun, on lit leixatz hi VI fulhas en blanc. Michel du Bernis n’a sans doute jamais trouvé le temps de compléter le répertoire de cette seigneurie dans le registre définitif, c’est-à-dire le E 392. Rappelons que les textes consacrés à Château-Verdun, Verdun et Albiès dans le censier de 1390 sont difficilement déchiffrables ou inachevés. La documentation consacrée à cette zone sidérurgique est donc particulièrement déficiente.

38 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68v° et 69.

39 Cette forge a été inventoriée par J. BONHÔTE et J. CANTELAUBE. « Inventaire des vestiges de la métallurgie catalane ariégeoise au XIXe siècle : étude d’archéologie industrielle (1985-1987) », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1989, p. 151. Le cadastre du XIXe siècle en précise la localisation, 3 P 579, section D dite de la ville, 5e feuille, 1ère partie.

40 Ce sont sans doute ces trois moulines qui apparaissent sur le cadastre du XIXe siècle, Arch. dép. Ariège, 3 P 579.

41 1404 : Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5 ; 1445 : ce document est signalé dans la version dactylographiée de la thèse de Jerôme BONHÔTE, Forges à la catalane et évolution forestière dans les Pyrénées de la Haute-Ariège, pour une histoire de l’environnement, Thèse de l’Université de Toulouse-le-Mirail, 1992, vol. 2, p. 269.

42 1405 : Arch, nat., F14 4300, dossier no 2. Un document de l’an VI précise que « la dite usine existe de date certaine depuis 1405 ce qui remonte au XVe siècle ». Nous remercions Jean Cantelaube pour cette information. 1494 : Arch. dép. Ariège, I J 7/5. 1496 : Arch. dép. Haute-Garonne, B. Maîtrise de Pamiers, H I. Sur le cadastre du XIXe siècle, la forge et le moulin d’Allens correspondent à la parcelle de Las Molos située sur le ruisseau de Cazenave, Arch. dép. Ariège, 3 P 531, section A dite des villages. Sur la carte I.G.N. au 1/25 000e, Foix-est, le toponyme Mouline renvoie aussi à l’installation hydraulique. Cette localisation sur un torrent, affluent de l’Ariège, correspond bien aux conditions de localisation des moulines telles que nous les avons mises en évidence pour le XIVe siècle.

43 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 3. Rappelons néanmoins qu’une source contemporaine mentionne une « forge à la biscaïenne » à Urs, en 1287, Arch. dép. Ariège, 102 S 255-256.

44 1425 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 96, fol. I85-188v°. Rappelons le sens donné par Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse au terme « escapouler » : il s’agit de « forger des pièces de fer, des socs, des coutres que le forgeron doit perfectionner sans les diviser », Ph.-I. PICOT de LAPEYROUSE, Traité des forges..., op. cit., p. 361.

45 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 78. Elle est alors comptée pour quatre feux fiscaux au même titre que la mouline de Saurat. Par comparaison, la mouline d’Arignac correspond à sept feux fiscaux. En 1382, elle est habitée par Pierre Guilhem, peut-être salarié de Miquel Flassa et Bernard Aicre, Arch. dép. Ariège, E 357, fol. 9v°. Aucune information précise sur la situation sociale de ces deux hommes n’a pu être réunie.

46 Arch. dép. Ariège, E 3, fol. 2. Faure Galhard, marchand de Foix en est propriétaire en 1446-1447 : al loc dit a Bordenac de la terra et molinar que foc de Guilhem Ariga et apres de Miquel Flassa et pueys de ! noble Manaud de Noalhas, Arch. dép. Ariège, E 3, fol. 73.

47 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 76v°.

48 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127.

49 Arch. dép. Ariège, E 3, fol. 133.

50 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 70. Gabriel de Llobel fait référence à un acte de 1438 mentionnant le pont de Montgailhard, construit pour alimenter en charbon de bois une lorge du comte, G. de LLOBET, op. cit., p. 114. Aujourd’hui, le martinet de Montgailhard se situe le long de la route qui de Foix mène à Montgailhard, sur le ruisseau de Sios. Néanmoins, rien n’indique que la mouline ait occupé le même emplacement au XVe siècle.

51 En 1390, aucune mouline n’apparaît répertoriée à Ganac dans le rôle des feux. Il est néanmoins possible que, dans ce bourg, outre la mouline de la famille de Mauléon, une seconde mouline soit élevée et dépende du patrimoine des cisterciennes de Salenques. En effet, les dames de Salenques font l’acquisition de Ganac en 1377, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3. En 1425, elles en partagent la seigneurie avec la famille Mauléon, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 431. fol. 148v° ; A. de DUFAU de MALUQUER, « Documents sur le comté de Foix (XIVe et XVe siècles). Ordonnances des comtes de Foix relatives à la réformation », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1897-1898, p. 226-248. En 1612, c’est avec un certain Soulon de Son qu’elles détiennent la mouline du lieu, Arch. dép. Ariège, 138 S 10. Par ailleurs, une mouline est repérée à Ganac en 1504. Dans un testament, elle est citée comme confins d’une borde : item una petita borda sine hostalet situat a Ganac propter la molina, Arch. dép. Ariège, E 265, fol. 16.

52 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, J 3.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Sur le cadastre du XIXe siècle de Ganac, Arch. dép. Ariège, 3 P 552, les indices sont nombreux, mais aucun n’est pleinement satisfaisant car tous correspondent à des installations modernes. Sur la rivière de l’Arget, proche de la confluence avec le ruisseau d’Escaoudoguats est indiquée une forge de Saint-Pierre : section A, 1ère feuille. Un moulin et martinet persistent près du hameau de Becq, sur le ruisseau de Ganac : section B, 4e feuille. Près du hameau des Carrigas, on trouve l’indication du martinet de La Tourie : section C, 1ère feuille. La section C, 3e feuille, livre aussi un martinet dit Les Carcis.

56 Cette mouline fonctionne en 1403, Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23. Belmont est aujourd’hui un lieu-dit de la commune de Celles. Si la parcelle de Balmont persiste, comprise entre le chemin de Celles à Freychinet et le chemin du Sourd, la mouline a disparu, Arch. dép. Ariège, 3 P 545, section B, 3e feuille.

57 Montferrier : en 1450, cette mouline est hypothétique, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37. Lavelanet et Villeneuve-d’Olmes (1413), Arch. dép. Ariège, 46 J 228, no 59. Laroque d’Olmes et le ruisseau de Saint-Nicolas (1496), F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., t. II, p. 426-464.

58 Les indices de localisation sont minces. Pour Lavelanet : le cadastre du XIXe siècle mentionne au bord de la route de Lavelanet à Foix, au niveau du hameau de Chartroua une parcelle de Las Moulines, Arch. dép. Ariège, 3 P 556, section C dite de la ville, 2e feuille, 1re partie. Pour Montferrier, il fournit l’indication d’une parcelle de La Mouline correspondant – alors à l’emplacement d’un moulin à farine : Arch. dép. Ariège, 3 P 180, section A, 4e feuille, 1ère partie. Saint-Nicolas : le ruisseau de Saint-Nicolas coule au pied de la forteresse de Montségur, carte I.G.N. au 1/25 000e, Lavelanet, 2247-ouest.

59 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23.

60 Ces différentes sources d’approvisionnement sont énumérées par le comte de Foix en 1454, Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v°-83. Si, comme nous l’avons déjà précisé, aucune mine de fer n’apparaît aujourd’hui sur le terroir de Laroque d’Olmes, il en existe néanmoins une à proximité de Montferrier et de Péreille, c’est-à-dire non loin des moulines de Montferrier, Villeneuve-d’Olmes et Lavelanet. Le gisement de Péreille est composé de goethite et d’hématite, B.R.G.M., op. cit., p. 58, 65 et 76-78.

61 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v° : les gentilz hommes du pais qui sont bien cent vivant de norrir bestail ou des molines de fer. Cet extrait de la déposition comtale ne permet pas de connaître la part respective de ceux qui se livrent à la sidérurgie. En outre, la nature même du document rend incertaine l’évaluation du nombre des seigneurs concernés.

62 La diversité des modalités de paiement des loyers et l’ignorance dans laquelle nous sommes de la qualité des installations, ne nous permettent pas de mener une étude comparative du montant des loyers entre la période de croissance du XIVe siècle et la première moitié du XVe siècle. Remarquons, néanmoins, qu’ils sont à présent plus nombreux à être exigés en argent. En outre, certains loyers sont très bas. Ainsi, l’une des moulines de Saurat est amodiée 12 quintaux de fer par an. Ce loyer est comparable à celui exigé en 1453 en Quercy en pleine période de reconstruction, J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 410. À l’opposé, le loyer de la forge hydraulique de Montgailhard est lourd. Mais, nous éprouvons quelques difficultés à en apprécier la valeur faute de disposer d’un taux de change adapté à son cas, P. SPUFFORD, W. WILKINSON et S. TOLLEY, Handbook of medieval exchange, Londres, 1986, p. 152.

63 Précisons, néanmoins, que nous ne savons rien des conditions d’approvisionnement en charbon. Sans doute sont-elles difficiles à la périphérie de Foix. Rappelons qu’au milieu du XIVe siècle, les forêts du consulat sont déjà étroitement surveillées.

64 Sur la généalogie des Villemur, A. NAVELLE, « La famille de Villemur », Bulletin de ta Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1981, p. 111-184.

65 A. NAVELLE, op. cil, p. 116.

66 Ibid., p. 123.

67 Ibid., p. 114.

68 Ibid., p. I 15.

69 Ibid., p. 125.

70 Ibid., p. 116 ; Arch. dép. Haute-Garonne, E 593.

71 Arch. dép. Haute-Garonne, E 600.

72 Les Ysalguier ne s’intéressent pas directement aux profits de la sidérurgie. L’étude que Philippe Wolff leur consacre le prouve, Ph. WOLFF, « Une famille du XIIIe au XVIe siècle : les Ysalguier de Toulouse », Mélange d’Histoire sociale, 1942, p. 36-58. Les recherches que nous avons pu mener le confirment. Quand les forges entrent dans le patrimoine des Ysalguier, c’est sous forme de redevances seigneuriales. L’inventaire des registres de la sénéchaussée de Toulouse a retenu qu’en 1457, Jacques Ysalguier, au cours d’un dénombrement de ses biens, signale au titre de la seigneurie haute, moyenne et basse de Caujac (département de la Haute-Garonne, arrondissement de Muret), une partie des droits sur la forge, et la forge « banière » de Fourquenaux (département de la Haute-Garonne, arrondissement de Toulouse, canton de Montgiscard), Bib. mun. de Toulouse, ms. 634, fol. 80 et 14. C’est bien peu. Néanmoins, on ne peut que s’interroger sur la nature des biens que noble dame Ysalguier tient en fief du comte de Foix dans la vallée de La Barguillière et en Sabarthès en 1401, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 422, p. 59. Il est vrai qu’au siècle précédent, Raimond Ysalguier prenait déjà à rentes les revenus du haut Sabarthès, quelles qu’en soient les origines. Arch. dép. Ariège, E 6, p. 241 et 243.

73 BNF, collection Doat, vol. 102, fol. 258-262.

74 Cayrolgasc, hameau de la commune de Saint-Paul-de-Jarrat ; A. de DUFAU de MALUQUER, op. cil., p. 169, note 1 ; Arch. dép. Ariège, 3 P 578, section D, 3e feuille.

75 B.R.G.M., op. cit., p. 55-56. Cependant, il est utile de rappeler que les inventaires du B.R.G.M. ne rendent pas systématiquement compte des minières ou des mines de petites dimensions.

76 Il semble néanmoins que dès le XIIIe siècle, les Villemur de la première race, possessionnés dans le Tarn, aient accordé un grand intérêt, non à la production sidérurgique, mais aux revenus seigneuriaux que l’on pouvait tirer du fer. Le registre E 10 des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques conserve aux folios 90-92 la copie d’un acte non daté dont on peut malgré tout reporter la rédaction au XIIIe siècle, grâce à la mention de Bertrand de Villemur. Ce document énumère les droits et seigneuries dont disposent Bertrand de Villemur et son frère. Parmi eux, figure la leude du fer sur le marché de Villemur. Or, cet acte rend compte d’un actif commerce des métaux à Villemur.

77 A. NAVELLE, op. cit., p. 114.

78 Outre les gisements déjà mentionnés et proches de Montferrier, d’autres s’étendent au sud de Belmont, de part et d’autre de la route départementale 209. Il s’agit cependant de sidérite, parfois altérée en limonite. Plus éloignés de la mouline de Belmont, en suivant toujours la route départementale 209, le site du Louts et ses environs présentent d’anciens travaux dans la sidérite et l’hématite, B.R.G.M., op. cit, p. 57-59. À proximité de Langlade, le fer est extrait sur le site du Soula. Vers Montgailhard, on a pu aussi récolter de l’hématite sur la commune de Pradières, au nord de Saint-Paul-de-Jarrat, B.R.G.M., op. cit., p. 90.

79 A. NAVELLE, op. cit., p. 116.

80 Ibid., p. 112.

81 Ibid., p. 117.

82 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 153.

83 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23.

84 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 482.

85 En effet, dès 1425 (n. st.), dans une de ses ordonnances, le comte de Foix dénonce les agissements de certaines personnes se livrant à la finition et à la marque du fer et des objets en fer en dehors de la ville de Foix. Néanmoins, aucun individu n’est alors nommément désigné, BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 185188v°. Ce n’est qu’en 1450 que les Villemur sont dénoncés ouvertement par le comte, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37.

86 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37.

87 J. VILLAIN, La France moderne, grand dictionnaire généalogique, historique et biographique, t. III, Haute-Garonne et Ariège, Montpellier, 1913, p. 1044. À n’en point douter, c’est à leur activité professionnelle que les de La Marque doivent leur patronyme !

88 Ibid., p. 1045.

89 Sans doute sont-ils plus nombreux, car l’ordonnance de 1450 fait référence à d’autres personnes qui ne sont pas nommément désignées.

90 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 185-I88v°.

91 BNF. collection Doat, vol. 96, fol. 185-188v° ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3, no 37.

92 Arch. dép. Ariège, 46 J 325, A 1, no 18 et 19.

93 En 1425, le comte de Foix est tout à fait conscient de la bonne renommée du fer de Foix, reconnaissable entre tous par la marque comtale constituée de trois barres : las antiques armes de Foix que son très barres afin que los dits scapolos per totas parts fossen coneguts esser del ferri de Foix, BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 185-188v°.

94 F. PASQUIER et S. OLIVE, Archives du château de Léran. Inventaire historique et généalogique, Toulouse, 1903-1927, 5 vol. ; F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit. On peut aussi consulter l’article de Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir... », op. cit., p. 113-158.

95 Arch. dép. Ariège, 46 J 228, no 59 ; F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., t. II, p. 429 ; Arch. dép. Ariège, 46 J 232, no 102.

96 Cependant, la mouline de Saint-Nicolas n’est attestée par les sources qu’en 1496, F. PASQUIER, Le cartulaire.... op. cit., t. II, p. 453.

97 Arch. dép. Ariège, 46 J 228, no 59.

98 La mouline de Lavelanet est louée le 14 janvier 1413 (n. st.) et celle de Villeneuve le 15 avril 1413. Des individus dénommés Maurin sont domiciliés en vallée de Vicdessos, à Sauzel, Sentenac et Suc au cours du XIVe siècle. L’un d’eux fait partie des spécialistes responsables de la réalisation du nouveau chemin de la mouline d’Ournac, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°. En 1390, Raimond Mauri exerce le métier de forgeron à Vicdessos, A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 100.

99 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68v°.

100 Cet homme est également désigné dans ce document comme noble.

101 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 16, 22-23.

102 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v°-83.

103 On ignore quel type de bail a été conclu entre ce seigneur et le comte, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68 et E 473.

104 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 33.

105 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 69 et E 473. Par ailleurs, le texte de l’hommage rendu par Corbeyran de Foix, seigneur de Rabat, en 1401, à Archambault et Isabelle ne permet pas de savoir si ce seigneur conserve toujours, à cette date, ses moulines de Vicdessos et Rabat, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E422, p. 46, 56, 61.

106 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, H 1. Près de la mouline, les seigneurs de Cazenave disposaient sans doute de la mine de fer signalée par le B.R.G.M. et composée, entre autres, d’une faible quantité de goethite, B.R.G.M., op. cit., p. 23-24.

107 C. VERNA, « Medieval Coalmining in the Seigneury of Boussagues », dans Le charbon de terre en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke..., op. cit., p. 31-39.

108 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 422, p. 39-40.

109 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E422, p. 41.

110 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 379.

111 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 422, p. 41 et 68.

112 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 117. À sa mort, Bernard Saquet détiendrait un tiers de la seigneurie de Château-Verdun, C. BARRIÈRE-FLAVY, La baronnie de Calmont en Languedoc, Toulouse, 1893, p. 27.

113 Ce texte est connu grâce à deux analyses modernes de qualité douteuse, l’une conservée à la Bibliothèque municipale de Toulouse, ms. 638, p. 61-62, l’autre dans le registre de la tour ronde. Arch. dép. Ariège, E 6, p. 282. Le premier mentionne la somme de 16 livres tournois et 1 194 (sic) deniers, le second celle de 26 livres 11 gros et 4 deniers. Deux hommes reconnaissent devoir verser cette somme à Bernard Saquet dont un certain Vesian de Montfort. Ce dernier pourrait bien correspondre à Bezia de Roquefort, seigneur d’Arignac, dont nous savons qu’il détient la mouline d’Arignac et loue celle de Vicdessos. On ne sait pourtant rien des intérêts que pourrait détenir Bezia à Château-Verdun. Serait-il, lui aussi, à cette date détenteur d’une part de la seigneurie de Château-Verdun ?

114 C. BARRIÈRE-FLAVY, La baronnie..., op. cit., p. 28.

115 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 92v° et E 473.

116 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. C. BARR1ÈRE-FLAVY, « Les mines de Château-Verdun au XIIIe siècle... », op. cit.

117 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.

118 Bernard Saquet, second du nom, co-seigneur à Château-Verdun et décédé à la fin du XIVe siècle, a-t-il un rapport avec Bernat Saquet, marchand de Perpignan de la seconde moitié du XIVe siècle, rompu au commerce international ? Ce dernier n’a pas négligé le revenu des forêts et de la sidérurgie puisqu’il participe à la construction d’une mouline à 1er sur le territoire de Ria en 1372 et obtient le droit de forestage sur les bois de Querança où il établit un moulin à scier. L’enquête est en cours.

119 J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et C. VERNA, « De la mouline à la forge à la catalane : six siècles de sidérurgie directe dans les Pyrénées ariégeoises (XIIIe-XIXe siècles) », op. cit., p. 749-792.

120 Au total, quinze mineurs sont engagés dans l’armée de Gaston Fébus. À ceux originaires de la vallée de Vicdessos, s’ajoutent les minadors venus de la seigneurie de Château-Verdun, Galhardo, Peyre, son neveu et Joane, P. RAYMOND, Rôles de l’armée de Gaston Phœbus, comte de Foix et seigneur de Béarn (1376-1378), Bordeaux, 1872, p. 145.

121 Dès 1294, un Guilhem Messael est témoin de la charte de franchise, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

122 Un Pierre Crauste est présent lors de la signature de l’accord de 1356, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

123 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 314, fol. 5 ; Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 4v° ; A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 100.

124 Les termes de lapidica et metallarius apparaissent dans la charte de 1294, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22. Encore, en 1413, dans les dépositions que nous avons déjà évoquées, des témoins usent du terme metallarius.

125 La hotte ou « gourbil » repose en haut sur les omoplates, en bas sur une sorte de coussin, elle est maintenue sur les reins par deux bretelles passant sous les aisselles, R. GARMY, La mine aux mineurs..., op. cit., p. 243.

126 À Allevard, un acte de 1284 permet de distinguer tout à fait nettement les ouvriers qui recevaient un salaire, des propriétaires de mine, Th. SCLAFERT, L’industrie du fer..., op. cit., p. 35. J. HAMESSE, « Le travail chez les auteurs philosophiques du 12e et du 13e siècle, approche lexicographique », op. cit.

127 Sur la diversité des situations des maîtres consulter, Ph. BERNARDI, « Jeune, pauvre étranger : d’autres manières d’être maître », dans Actes du Colloque Le petit peuple dans la société de l’Occident médiéval, Montréal, 1999, à paraître.

128 P. LÉON, op. cit., p. 237-238 ; M. PORTAL, « Une mine de fer aux environs de Lacaune (Tarn), au XVe siècle », op. cit., p. 445-472.

129 M. ARNOUX, Mineurs, férons..., op. cit., p. 211-231. Les mineurs de Beaumont, insérés dans la communauté villageoise, interrompent leur extraction l’été pour participer aux travaux des champs. Certains multiplient les activités : carrier, maçon, chaufournier. Pourtant à la même période, dans une grande mine de fer comme celle d’AUEVARD, les mineurs, des hommes du cru qui représentent 40 % des chefs de famille du village de Saint-Pierre – d’Allevard, semblent avoir délaissé toute activité agricole, Th. SCLAFERT, op. cit., p. 100.

130 F. TAILLEFER, op. cit., p. 236. A l’époque moderne, les mineurs sont encore originaires de Sem, Goulier et Olbier.

131 Pour expliquer cette irrégularité de l’habitat, François Taillefer fait intervenir le substrat géologique. En Vicdessos, la soulane est siliceuse et l’ombrée calcaire. A notre avis, il faudrait ajouter à cette analyse physique, l’impact que la mine a eu sur la fixation de l’habitat et la constitution de villages dans des zones peu hospitalières, F. TAILLEFER, op. cit., p. 183-184.

132 Peu de lecteurs seront étonnés de cette nouvelle brèche portée au mythe de la communauté rurale, A. MACFARLANE, Reconstruction historical communities, Cambridge, 1977, p. 1-28 ; E. R. WOLF, Europe and the people without history, Berkeley-Londres, 1982.

133 Cité par J.-F. d’AUBUISSON des VOISINS, Observations sur les mines et les mineurs de Rancié et sur l’administration de ces mines, Paris, 1818, p. 14.

134 Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse précisait en 1786 que « ceux-là même qui sont les seuls qui embrassent la profession de mineurs sont les plus pauvres de la vallée », Ph.-I. PICOT de LAPEYROUSE, op. cit.. p. 62.

135 Ordonnances des rois de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, t. XIX, C. PASTORET éd., Depuis le mois de mars 1482 jusqu’au mois d’avril I486, Paris, 1835, p. 105-108.

136 Rappelons l’article d’Anne-Thérèse Rendu, consacré à l’étude de la main-d’œuvre de Pampailly, A.-Th. RENDU, « La main-d’œuvre d’une grande exploitation minière au milieu du XVe siècle : la mine de Pampailly en Lyonnais, 1455-1457 », Cahiers d’Histoire, 1983, p. 59-95. Sur les mines d’argent des Pyrénées centrales, C. VERNA, « Une nouvelle page de l’histoire des mines d’argent européennes : le cas des Pyrénées centrales (XIVe-XVe siècle) », op. cit., p. 201-232.

137 P. LÉON, op. cit., p. 239.

138 Dès le XIIe siècle, Ton sait grâce au Livre des Miracles de Pierre le Vénérable que l’extraction pouvait s’exercer dans des galeries profondes. Cette caractéristique imposait un plus exigent savoir-faire des mineurs, Th. SCLAFERT. op. cit., p. 11 et 12.

139 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

140 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 102 et 106.

141 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. I7v°-I8v°.

142 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 391, fol. 52 ; A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 46.

143 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 26.

144 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22. On ignore si les Cazal du village d’Auzat correspondent à la même famille. Signalons que Vital et Raimond Cazal sont consuls de Vicdessos durant la première moitié du XIVe siècle (en 1303, 1320 et 1327).

145 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 7.

146 A. de DUFAU de MALUQUER, « Documents sur le comté de Foix (XIVe et XVe siècles). Ordonnances des comtes de Foix relatives à la réformation », op. cit., p. 236 ; F. PASQUIER, « Les coutumes d’Ornolac en 1415, d’après une charte en langue romane », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1897-1898, p. 158-168.

147 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 26.

148 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 10v°.

149 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 3. Dès 1324, il était l’un des représentants de la vallée de Vicdessos lors du conflit avec Siguer, à moins qu’il ne s’agisse d’un autre Bernard Traversier qui décédera d’ailleurs cette année-là et dont l’héritage sera exigé par son frère, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 23v°, 32v° et 33.

150 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 9v°.

151 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37. Un Bernard Traversier est encore présent lors d’une délégation auprès du comte de Foix en 1397, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 28v°.

152 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 312. Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77.

153 Pierre Traversier, notaire de Vicdessos, prête de l’argent à Jean de Fonte, de Tarascon, en 1382, Arch. dép. Ariège, E 357, fol. 28v°. En 1393, il participe en tant que notaire à l’achat d’un terrain, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 22v°. En 1397, il est un des membres de la délégation dépêchée par la communauté auprès du comte pour obtenir l’autorisation de faire élever une forteresse à Vicdessos, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 28v°.

154 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 314, fol. 5. Dès 1303, un Pierre Traversier de Vie refuse de reconnaître les conditions de paiement de la taille, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 7.

155 Signalons la permanence de certaines familles à la tête des affaires de la vallée jusqu’à l’époque moderne, véritable patriciat montagnard : les Deguilhem et les Elie, R. GARMY, op. cit., p. 23.

156 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 5 et E 95, fol. 35v°.

157 G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 147.

158 Arch. dép. Ariège, E 83, fol. 24 : versement de 6 livres, 3 gros, 9 deniers. G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 148. En 1454 et 1456, il cotise toujours à la taille. Ses versements, plus faibles, sont encore parmi les plus élevés de la ville, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 52, fol. 21 et E 83, fol. 20.

159 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 26, fol. 76.

160 J. LARTIGAUT, « Notes... », op. cil., p. 245.

161 C’est ce que précise J. LARTIGAUT, « Ferriers pyrénéens établis en Quercy au XVe siècle », Annales du Midi, 1963, p. 198. Les dettes de Bernard sont-elles à mettre en relation avec les affaires de Jean Traversier ?

162 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 246 et 249.

163 N. de PENA, Documents sur la maison de Durfort, Bordeaux, 1977, t. II, p. 978.

164 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 250.

165 L. BOURRACHOT, « Les anciennes forges de l’Agenais », Revue de l’Agenais, 1962, p. 258.

166 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 250.

167 Parmi les ferriers installés en Quercy, Jean Lartigaut dénombre également les Saurai, J. LARTIGAUT, « Ferriers pyrénéens... », op. cit., p. 198.

168 Arch. dép. Haute-Garonne. B, Maîtrise de Pamiers, H 10.

169 Arch. dép. Ariège, 1 J 353.

170 E. BARBE, Extraits des minutes de Maître Claude Grandmont..., op. cit., p. 53.

171 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 523. Cette ascension sociale est sans doute plus ancienne. Un document du XIXe siècle, récit du procès opposant le seigneur d’Allens à la cité de Tarascon, laisse supposer qu’en 1537 un Traversier était déjà seigneur d’Arnave, Arch. dép. Ariège, 1 J 7/5.

172 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68v°.

173 Germain a des biens à Tarascon, dont un moulin, A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 143, 145, 146 et 148.

174 1341 : Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77 ; 1552 : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1161.

175 Il est plus difficile de rapprocher les Elie ou Helie du Vicdessos du grand marchand de Foix, Elie. Notons que la famille Elie compte deux consuls dans la première moitié du XIVe siècle : Mathieu et Pierre. En 1403, Jean est notaire.

176 Une série d’études récentes a été consacrée au notariat du Midi toulousain, Visages du notariat dans l’histoire du Midi toulousain (XIVe-XIXe siècles), J.-L. LAFFONT dir., Toulouse, 1992. Cependant, lorsque Marie-Claude Marandet analyse la fortune des notaires à la fin du Moyen Âge, elle ne mentionne aucun placement de type industriel dans l’ensemble des biens mobiliers et immobiliers constituant le patrimoine traditionnel des notaires, M.-C. MARANDET. « Approche d’un milieu social : le notariat en Midi toulousain aux XIVe et XVe siècles », dans Visages..., op. cit., p. 81-115.

Table des illustrations

Titre Mines de fer et moulines dans le comté de Foix et la seigneurie de Mirepoix fin XIVe – milieu XVe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search