Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

Remarques sur les fortifications byzantines de Thrace orientale1

Annie Pralong

Texte intégral

  • 1 Cet article est le fruit de dix jours de prospection en octobre 1983, financés par la Fondation Eur (...)
  • 1 A. Pralong, Les remparts de Philadelphie, in Philadelphie et autres études, col. Byzantina Sorbonen (...)

1L’étude des fortifications de Philadelphie/Alaşehir, ville byzantine de Lydie, nous a encouragée à envisager la poursuite de ce type d’enquête sur le terrain1. En effet les remparts conservés sur le territoire turc sont encore très nombreux, parfois inconnus, souvent menacés, par l’extension des agglomérations auxquelles ils appartiennent, par les dégradations qu’ils subissent, faute de travaux de consolidation, ou encore par les modifications que leur imposent des restaurations abusives.

  • 2 Cl. Foss, Late Byzantine Fortifications in Lydia, J.Ö.B., 28, 1979, p. 297-320 et planches. Voir au (...)
  • 3 F. Dirimtekin, Explorations in the Environs of Istanbul and in Thrace, Ayasofya Müzesi Yilliǧi, 5, (...)

2La Thrace a été choisie pour plusieurs raisons : parce que les recherches poursuivies par Cl. Foss en Lydie étant très avancées2, mieux valait trouver une autre aire géographique, ensuite parce que cette région, trop proche de l’ancienne capitale et occultée par elle est assez mal connue. En effet si l’on excepte les travaux de F. Dirimtekin consacrés aux fortifications de Thrace dans les années 60, rien n’a été fait, à notre connaissance, sur ce sujet3.

Fig. 1. – Carte de la Thrace turque.

3Notre intérêt s’est donc porté sur quatre sites situés, tous les quatre, à l’Ouest des Longs Murs de Constantinople : Pınarhisar et Vize, à la lisière méridionale de la chaîne côtière ; Kiyiköy/Midye, sur le littoral de la Mer Noire et dans le voisinage des deux précédentes ; Çorlu, plus au Sud, non loin de la mer de Marmara, dans la riche plaine sédimentaire (fig. 1).

  • 4 J’ai été grandement aidée dans mes déplacements d’un village à l’autre par deux petits guides touri (...)

4Ces quatre sites mériteraient mieux que les lignes qui suivent : une simple prospection n’a jamais remplacé une véritable campagne d’étude archéologique. Cependant il nous a semblé utile d’attirer l’attention des spécialistes, tant historiens qu’archéologues, sur ces vestiges qui jalonnent l’histoire de l’empire4.

***

ÇORLU

  • 5 Voir E. Oberhümmer, s.v. Tzurulum, R.E. VII A2, 1948, col. 2012, où sont donnés les témoignages lit (...)
  • 6 Géographie d’Edrîsî, traduite et annotée par P. A. Jaubert, Paris, 1836-40, réimprimée à Amsterdam, (...)
  • 7 Orthographe donnée par le bourguignon Bertrandon de la Rroquière dans son Journal de Voyage écrit e (...)

5Située à mi-chemin entre Edirne et Istanbul, exactement à 159 km de cette dernière, à la fois sur la route reliant ces deux villes et sur la ligne de chemin de fer, Çorlu est une petite ville de 30 000 habitants qui s’étend à quelques kilomètres au sud du confluent de l’Ergene Su et du Çorlu Su, sur les collines qui bordent la plaine thrace. La ville est connue depuis l’antiquité : la voie romaine qui conduisait de Constantinople à Hadrianoupolis la traversait et pendant tout le moyen âge et même plus tard elle a conservé sa vocation de ville étape5. D’ailleurs les multiples variantes qu’a pris son nom au cours des siècles sont là pour témoigner de sa célébrité : Tyroloï, Tyrallum, Tzurulon, Tsouroulos, mais aussi Syrallo, Sorloua6, ou encore Churlot, Chourleu7, voire Zorla, Zurla, Ziurlo...

  • 8 Procope, Guerres Goth., ed. Loeb, VII, XXXVIII, 5.
  • 9 Théophylacte Simokat., VI, 5, 10, ed. de Boor, p. 228, cité par P. Lemerle, Les plus anciens recuei (...)
  • 10 Alexiade, ed. Belles Lettres, t. 1, p. 73, 81 ; t. 2, p. 119, 123, 201. Pour d’autres témoignages b (...)
  • 11 Voir, pour ces deux épisodes, cf. Jireček, Heerstrasse, p. 105 et 107.
  • 12 J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, Paris, 1981, voir les notices 2 (...)
  • 13 J. Darrouzès, Listes épiscopales du Concile de Nicée (787), Revue des Études Byzantines, 33, 1975, (...)
  • 14 V. Laurent, Corpus des sceaux, V, 1, Paris, 1963, p. 235. A propos de la publication d’un sceau du (...)

6Sa position géographique lui a valu de ne pas être épargnée par les nombreuses invasions et attaques que la province de Thrace a connues au cours des siècles. A l’époque byzantine, elle subit, sous le règne de Justinien, les attaques des Sclavènes8 ; lors de l’invasion des Avars, sous l’empereur Maurice, le stratège d’Europe Priskos s’enferme dans la ville et est délivré grâce à une ruse de l’empereur9. Anne Comnène raconte le siège de la ville par les « Scythes »10 ; plus tard, les troupes de Kalojan prennent la ville qui, vers 1362, tombe aux mains des Turcs de Murat Ier11. L’histoire religieuse de la ville n’est connue que tardivement. En effet aucune notice épiscopale ne la mentionne avant le ixe siècle12, et elle n’apparaît pas avant le Deuxième Concile de Nicée (787) dans les actes conciliaires13. Elle est promue, lors de la deuxième guerre civile (1341-1355), au rang d’archevêché mais dès 1364 elle est à nouveau soumise à l’autorité d’Héraclée14.

  • 15 G. de Villehardouin, La conquête de Constantinople, ed. et trad. par E. Faral, Belles Lettres, Pari (...)
  • 16 Voir Bertrandon de La Broquière, Le voyage d’outremer, publ. par Ch. Scheffer, Paris, 1792, p. 192. (...)
  • 17 A. Boué, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe, I, Vienne, 1854. Id., Turquie d’Europe, Pa (...)
  • 18 H. J. Kissling, Beiträge zur Kenntnis Thrakiens im 17. Jahrhundert, Abhandl. für die Kunde des Morg (...)
  • 19 A. Visquenel, Voyage en Turquie d’Europe. Description physique et géologique de la Thrace, Paris, 1 (...)

7Attestée par les itinéraires anciens, elle est signalée par les géographes et voyageurs de tous les temps : Idrisi, Villehardouin15, Bertrandon de La Broquière16, Evliya Çelebi, et au xixe siècle, A. Boué17, A. Visquenel, pour ne citer que des auteurs français. Une remarque s’impose : aucun de ces auteurs, à l’exception d’Evliya Çelebi, n’a signalé l’existence de fortifications. Celui-ci, lors de son premier voyage, note la présence de fortifications byzantines très détruites ainsi que, non loin de là, celle d’un pont de pierre en partie grec qu’emprunte la route allant vers Qarystyran18. A. Visquenel, surtout intéressé par l’aspect géographique de la région indique, au Sud de la ville, l’existence d’une proéminence basaltique qui a fourni des matériaux de construction à « Tchorlou » : il n’a pas cru utile de mentionner les remparts qui ont été construits avec ce matériau19.

Fig. 2. — Murailles de Çorlu vue de l’Ouest.

Fig. 3. — Détail du parement de Çorlu.

Fig. 4. — La tour tardive de Çorlu.

Fig. 5. — Détail de la technique à assises alternées de Çorlu.

Fig. 6. — Le mur de Çorlu vu de trois-quarts.

Fig. 7. — Détail de l’arc : face interne.

  • 20 Cf. supra n. 8. L’emploi du basalte dans la construction de remparts protobyzantins est attesté en (...)

8Les restes des remparts sont aujourd’hui visibles depuis la route qui vient d’Edirne, à l’ouest de la ville. Très détruits, ils se dressent au milieu de terrains vagues, à la périphérie ouest de Çorlu. Orientés nord-ouest sud-est, ils sont aisément accessibles grâce à une route de terre carrossable qui relie ce secteur de la ville à la route d’Édirne. Deux types de construction subsistent : au sommet de la pente, un long mur coupé en trois tronçons construit en basalte avec des arases de briques (fig. 2 et 3) ; à mi-pente, des éboulis et la base d’un massif circulaire construits en briques qui ont pu appartenir à une tour (fig. 4). Les premiers tronçons, séparés par de larges brèches présentent, dans les parties les mieux conservées, l’alternance de quatre massifs de maçonnerie et de trois arases de briques (fig. 5). Ces dernières sont faites de trois à quatre assises de briques séparées par une couche de mortier dont l’épaisseur tend à diminuer au fur et à mesure que l’on monte le long du rempart. Les massifs de maçonnerie sont composés de moellons de basalte noir de petite taille, assez réguliers et liés avec un mortier blanc-gris à faible charge de tuileau pilé. La hauteur maximale extérieure est d’environ 4 m, tandis qu’à l’intérieur, compte tenu de l’épaisseur des remblais, elle n’atteint pas 2 m (fig. 6). Dans son état actuel de conservation, on ne peut dire si le mur était couvert d’un parement ou non : en effet, malgré une surface peu régulière, il n’est pas possible de distinguer les traces en négatif d’un tel dispositif ; cependant, tout porte à croire qu’il n’a jamais existé, car il en resterait des fragments, les vols n’étant jamais parfaits. A l’extrémité nord de ce grand segment, on note le départ d’un arc de briques qui se trouve, actuellement, au niveau du sol intérieur (fig. 7). Il devait appartenir à une porte remblayée sur plus 3 m de hauteur. A quelques mètres de là, toujours vers le Nord, la surface plane qui venait buter contre le mur s’interrompt, perpendiculairement, et laisse deviner un angle droit formé par le rempart. Certes le mur a disparu mais le prolongement de la surface plane vers l’Est et la brutale rupture de pente vers le Nord étayent cette hypothèse. Ces vestiges, malgré l’originalité que leur confère l’emploi du basalte appartiennent à une phase proto-byzantine, sans doute même pré-justinienne : en effet, Procope signale Tzurullum comme lieu de stationnement de cohortes de cavalerie « dans les anciens temps »20, soit bien avant l’attaque des Sclavènes. A l’opposé, vers l’extrémité méridionale du mur et à mi-pente, subsistent des traces d’éléments de remparts construits en briques sur une sorte de socle de blocage fait de calcaire et de mortier (fig. 8). Ils ont glissé sur la pente et se trouvent au bord du chemin de terre qui atteint le sommet de la colline à quelques dizaines de mètres de là. A proximité de ces éboulis, la base d’une tour semble conservée, avec des traces d’un parement fait de calcaire et non pas de basalte, sur le même socle de moellons signalé par les blocs éboulés. Il s’agit manifestement d’une phase de construction tardive, sans doute médio-byzantine. Peut-être s’agissait-il de la porte nord-ouest de la fortification, la plus exposée puisqu’y aboutissait la route d’Édirne.

9Dernière fortification avant les Longs Murs de Constantinople, dernière grande étape avant Istanbul, sur la route intérieure, Tzouroulos/Çorlu a joué un rôle stratégique constant. Les témoins de cet aspect de son histoire sont encore visibles : il serait utile que dans un avenir proche, une étude archéologique en soit envisagée.

KIYIKÖY

  • 21 Elle est connue dans l’Antiquité sous le nom de Salmydessos : cf. Bürchner, s.v. Salmydessos, R.E. (...)

10Généralement connu sous le nom de Midye21, ce petit port de la côte Sud-Ouest de la Mer Noire est situé entre l’embouchure de deux rivières, le Pabuç Dere, au Nord, et le Kazan Dere au Sud. Il est limité à l’Est par la mer qu’il domine du haut de ses falaises crayeuses et à l’Ouest, par la forêt de petits chênes et arbres à feuilles persistantes qui couvre la chaîne côtière de la Thrace. Aujourd’hui, Kiyiköy se présente comme un cul-de-sac qui vit de la mer, replié sur lui-même, mal relié à Vize, la ville la plus proche située à 35 km à l’Ouest.

Fig. 8. — Tour et éboulis tardifs.

Fig. 9. — Vue générale des remparts de Kiyiköy : la porte de Vize.

Fig. 10. — Vue générale des remparts de Kiyiköy : la porte de Saray.

Fig. 11. — La porte de Saray.

  • 22 Géographie d’Edrîsî, t. 2, p. 385 : « Midia, ville florissante, agréablement située sur les bords d (...)
  • 23 Kissling, Beiträge, p. 69 : E. Çelebi décrit la ville lors de son 7e voyage.
  • 24 A. Boué, Turquie d’Europe, Paris, 1840, t. IV, p. 522.
  • 25 A. Boué, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe, I, Vienne, 1854, p. 134 (cité désormais Re (...)

11A l’époque romaine, Midye était une étape sur la route qui reliait les bouches du Danube au Bosphore en longeant la côte de la Mer Noire. Cette voie continua d’exister pendant le moyen âge22 et encore à l’époque d’Evliya Çelebi23, mais son importance décrut au profit de la route intérieure, plus praticable et directe. Ainsi au siècle dernier, A. Boué note que cette route est « très peu fréquentée et souvent un sentier »24 ou encore « qu’il faut avoir ses chevaux car il n’y a point de poste sur ses côtes ni même de moyen de s’en passer »25.

  • 26 Théophanes, ed. de Boor, 434, 13.
  • 27 F. Dirimtekin, Midye Surları ve Aya Nikola Kilisesi, AMY, 5, 1963, p. 47 et 56.
  • 28 Vie de Maria la Jeune, de Bizye en Thrace, Act. SS. Nov. IV (1925), 700, 701, 703.
  • 29 Cantacuzène, ed. Bonn, III, 62, 22 ; 63,5. Pour l’histoire religieuse de Midye telle qu’elle nous e (...)

12Peu signalée dans les sources médiévales (la première mention est due à Théophanes, en 76226), la ville ne fut pas épargnée par les vicissitudes que connut la Thrace : prise par le Khan Kroum27, elle sert néanmoins de refuge aux habitants de Bizye lors des incursions de Syméon le Bulgare au xe siècle28, puis tombe aux mains des Génois lors de la 4e Croisade et redevient byzantine sous le règne de Jean VI Cantacuzène : la ville, alors élevée au rang de métropole, est prospère29.

  • 30 Voir la description donnée par J. Pitton de Tournefort, Voyage du Levant, Paris, 1717, II, p. 153. (...)
  • 31 Voir le plan sommaire donné par Dirimtekin, art. cité, plan 2.

13Les remparts de Kiyiköy/Midye sont avec ceux de Vize, à la fois les mieux conservés de la région et les mieux connus30. Inexistants à l’est, puisque de ce côté les falaises jouaient le rôle de fortifications, ils ont disparu au nord, sur le versant de la colline qui descend vers l’embouchure du Pabuç Dere. En revanche, ils sont encore très visibles à l’Ouest, dans la partie de la ville qui s’ouvrait vers les collines, et qui était la plus vulnérable (fig. 9 et 10). Au Sud enfin, le mur qui dominait le lac formé par l’embouchure du Kazan Dere est très mal conservé. La route moderne qui arrive de Vize pénètre dans la ville par la porte appelée Saray Kapısı (fig. 11). Le mur s’étend de part et d’autre de celle-ci, sur une longueur de 230 m environ, interrompu à intervalles irréguliers par des tours31. Au-dessus d’un massif de maçonnerie recouvert d’un parement de gros blocs de calcaire (qui ont bien souvent été volés) se dressait le rempart fait de briques (33 × 34 cm) (fig. 12) prises dans un épais mortier (7 à 10 cm) à très forte charge de tuileau pilé. La porte, protégée par deux avancées, a conservé son arc sommital fait de plusieurs rangées de briques de tailles diverses et de blocs de calcaire qui témoignent de multiples réfections (fig. 13-14). Large de 5 m environ elle s’élève encore aujourd’hui à 4 m environ au-dessus du sol. Plus au Nord, dans une zone où les habitations récentes ne se sont pas installées contre la fortification, une autre porte appelée Vize Kapısı (fig. 15), très délabrée, s’ouvre dans un segment de mur construit selon la technique du mur avec arases de briques et massif de moellons (fig. 16-17). Les arases, composées de 4 à 5 assises de briques sont espacées de 80 cm environ. Le parement de gros blocs, préservé sur la porte de Saray, a ici totalement disparu.

Fig. 12. — Détail du parement de briques.

Fig. 13. — Détail de la partie sommitale de l’arc de Saray Kapısı.

Fig. 14. — Partie inférieure de la porte de Saray.

Fig. 15. — Porte de Vize vue de l’Ouest.

Fig. 16. — Détail du parement de la porte de Vize.

14Comme à Çorlu, nous sommes ici en présence d’une ville fortifiée à l’époque proto-byzantine : on ne peut sans preuves archéologiques décider s’il s’agit d’une œuvre contemporaine de Justinien : ce qui est sûr c’est que Procope ne la cite pas parmi les villes protégées par les soins de cet empereur. En revanche, les réfections médio-byzantines, encore visibles et confirmées par ce que l’on sait de l’histoire de la ville, sont assurées.

VIZE

  • 32 A. Visquenel, Voyage en Turquie d’Europe. Description physique et géologique de la Thrace, Paris, 1 (...)

15Bourgade comptant moins de 10 000 habitants, Vize est bâtie sur les pentes verdoyantes d’une colline qui domine la vallée fertile de l’Ana Dere. A la limite de la Thrace sédimentaire et de la chaîne côtière32, elle est traversée par la route qui relie Istanbul à Edirne par Çorlu et Kırklareli, et n’est plus qu’un pâle reflet de l’ancienne Bizye.

  • 33 Voir art. Bizye, par E. Oberhümmer, R.E., III, 1897, col. 552. Voir aussi F. Schaffer, Jahreshefte (...)
  • 34 Voir à ce sujet, Strabon, Géographie, ed. Heinemann, VII, p. 369. Cette prospérité a laissé de nomb (...)
  • 35 Cf. Synekdemos de Hiéroklès, ed. Honigmann, Bruxelles, 1939, n° 632, 4, p. 12. Constantin Porphyrog (...)
  • 36 Constantin IV créa ce thème pour constituer une défense contre les Bulgares : cf. Constantin Porphy (...)
  • 37 Skylitzès, ed. Thurn. 39, 37 : 40. 51 ; 71.
  • 38 Vie de Maria la Jeune de Bizye de Thrace, Act, SS., Nov. IV, 1925, 700. Pour les autres mentions de (...)
  • 39 Villehardouin, Conquête, 390, 403, 421, 428, 432. Le Kral Kalojan y passe en 1206, cf. Jirecek, Hee (...)
  • 40 F. Dirimtekin, Istanbul’un Fethi. Istanbul, 1936, p. 132. A propos de l’avancée des Turcs en Thrace (...)

16En effet, Vize, appelée aussi Bizye, Visoi, Bizoe, Visa33, est l’une des plus anciennes cités de cette région. Capitale du royaume des Astes (du ier s. av. J.-C. au ive s. de n. è.)34, elle appartient à la province d’Europe à l’époque proto-byzantine35, pour devenir, plus tard, capitale du thème de Thrace (fin du viie s.)36. La forteresse est mentionnée lors de la révolte de Thomas, en 823, sous le règne de Michel II37 ; au début du xe siècle les incursions de Syméon le Bulgare mettent la ville en péril et obligent les habitants à chercher refuge à Medeia/Midye38. Après la 4e Croisade, elle est dévolue à Baudoin et n’est pas épargnée lors de cette période troublée, qu’il s’agisse des Occidentaux ou des Bulgares de Kalojan39. Prise par les Ottomans en 137240 elle redevient byzantine et le reste jusqu’à son occupation par Karaca Bey, en 1453. C’est alors une ville prospère.

  • 41 V. Laurent, Corpus des sceaux, V, 1, Paris, 1963, p. 635 ; V, 3, Paris, 1972, p. 151, 152. Noter qu (...)
  • 42 J. Darrouzès, REB, 30, 1975, p. 19, 20.
  • 43 J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum, notices 17, p. 402 ; 18, p. 409 ; 19, p. 414 ; 20, p. 417.

17Vize joua aussi un rôle dans l’histoire religieuse de l’empire. Évêché attesté lors du concile d’Éphèse (431), la ville fut très rapidement élevée au rang d’archevêché, certainement à cause de son développement41. La plus ancienne mention de cette fonction se place au moment du 2e concile de Nicée (787) tandis que la plus récente date de 1304, si l’on se réfère aux listes synodales42. Lors de la guerre civile qui opposa Jean V Paléologue et Jean VI Cantacuzène (1341-1348), elle est déjà métropole43.

Fig. 17. — Intrados de l’arc de la porte de Vize.

Fig. 18. — Plan schématique des remparts de Vize.

  • 44 Kissling, Beiträge, p. 67. Çelebi y passe au cours de son 6e voyage.
  • 45 Boué, Recueil d’itinéraires, p. 132 ; Id., Turquie d’Europe, II, p. 354. Dans le premier ouvrage, i (...)

18Vize bénéficie d’un cadre topographique assez exceptionnel. En effet, l’éperon rocheux sur lequel est construite sa citadelle constitue un excellent poste d’observation qui devait permettre de contrôler la route du Nord-Ouest, celle des envahisseurs. De plus la proximité d’un cours d’eau, le caractère verdoyant et riche des terres avoisinantes lui conféraient les caractéristiques d’un bon lieu de refuge. Evliya Çelebi, fut frappé à la fois par la présence de la citadelle qu’il dit ruinée et des sources qui arrosent la ville44. Plus près de nous, Boué note le caractère pittoresque de cette ville avec son château qui « domine une vaste plaine couverte de tumulus », avec « ses énormes murailles bâties en briques »45.

  • 46 F. Dirimtekin, AMY, 5, 1963, p. 15-36 et plan 2. Il renvoie aux descriptions anciennes données par (...)
  • 47 Fig. 8, 9, 10 et, 11 de l’article.
  • 48 Fig. 12, 15 et 17.
  • 49 Fig. 13, 14, 16.
  • 50 Ibid., p. 35.
  • 51 Dirimtekin, art. cit., p. 20 n. 16 et p. 30-31. L’A. renvoie à Ioannidès, p. 17. A. M. Mansel signa (...)
  • 52 K. Bittel et A. M. Schneider, Archäologische Anzeiger, 56, 1941, col. 278-279.
  • 53 Mansel attribue à l’époque de Justinien la partie supérieure des vestiges de la citadelle sans préc (...)
  • 54 Voir n. 38 et Maxime le Confesseur, Gesta in primo exsilio, P.G. 90, col. 137.
  • 55 Supra, n. 37.

19F. Dirimtekin est le seul à avoir tenté une présentation générale des fortifications46. Certes elle est rapide, appuyée sur un petit croquis assez sommaire, mais qui est le seul document connu de ce type (fig. 18). Compte tenu des moyens dont nous disposions, nous ne pourrions que reprendre la description qu’il donne, avec moins de précisions même car la citadelle a souffert depuis lors. Il nous a semblé plus utile de reprendre ses propositions d’attribution chronologique à la lumière de ce que nous disent les textes. Dirimtekin propose trois périodes de construction : une période pré-byzantine qui comprend les murs conservés à l’Ouest de la citadelle47 ; des segments, au Nord-Ouest, la tour construite à proximité de la rivière et une des tours de la citadelle, édifiés en pierres et briques selon une technique caractéristique de l’époque des Comnènes et Lascarides48 ; enfin des segments, dans le secteur nord, édifiés sans briques qu’il date des Paléologues49. Pour ce qui est des segments pré-byzantins, construits avec des parements en « gros blocs de pierre jaune et tendre »50, il est clair qu’il s’agit d’une technique différente de celles que l’empire connaît. Ioannidès proposait de les dater d’Alexandre le Grand51 ; peut-être un témoignage épigraphique d’époque romaine serait-il suffisant : une inscription trouvée à Kırklareli et transportée ensuite au musée d’Édirne apprend que la ville des Bizyenai s’est dotée, sous le règne d’Antonin le Pieux et Lucius Verus d’un « pyrgos », soit vers 154/15552. Que se passe-t-il entre cet état et les réfections médio-byzantines ? Rien ne permet de proposer une construction sous Justinien : ni la technique de construction ni les sources (Procope est semble-t-il silencieux)53. Ce qui est sûr c’est que la ville est appelée « kastron » lors du premier procès de Maxime le Confesseur, au milieu du viie siècle54 et que l’on imagine mal la capitale du thème de Thrace sans protection. On sait d’autre part qu’elle est fortifiée lors des attaques de Thomas, au ixe siècle55 et qu’elle est saccagée par Syméon le Bulgare, un siècle plus tard : il est difficile de ne pas imaginer des réfections à cette époque et surtout de ne pas en voir des traces actuellement. Dirimtekin propose une réfection à l’époque des Comnènes et Lascarides pour des segments dont l’aspect concorde avec ce que l’on connaît des travaux de cette période ainsi qu’avec les témoignages des sources. En revanche l’attribution aux Paléologues des zones construites en blocs de pierre sans adjonction de briques demanderait un examen archéologique précis, même si du point de vue des événements connus cette proposition est plausible.

Fig. 19. — Plan schématique de la citadelle de Pınarhisar.

  • 56 C. Mango, The Byzantine Church at Vize (Bizye), ZVI, 11, 1968, p. 9 ; S. Eyice, Corsi Rav., 18, 197 (...)

20Lors de la visite de la ville deux points ont attiré notre attention : le mauvais état de la citadelle, par rapport aux photos publiées par Mansel et Dirimtekin et, d’autre part la campagne de restauration dont fait l’objet l’ancienne église Sainte-Sophie, au bas de la fiente occidentale de la citadelle. Cette opération a mis en évidence les différentes phases de construction, en particulier, les différents tracés de l’abside et s’est attachée à sauver ce qui pouvait l’être de la décoration en fresques de l’intérieur56.

PINARHISAR

  • 57 A. Boué, Recueil d’itinéraires, p. 131.
  • 58 Cf. Babinger, Beiträge, p. 54 et n. 76 et 77 où l’auteur donne les références aux témoignages et tr (...)
  • 59 La ville est mentionnée dans la vie de Maria la Jeune à l’occasion du déplacement de son évêque, St (...)
  • 60 J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum : Brysis est noté en tant qu’évêché dans les notices 7, 9, 10, (...)
  • 61 Kissling, Beiträge, p. 66. Babinger, Beiträge, p. 48, mentionne la présence de monuments élevés par (...)
  • 62 C. Sayger, Relations d’un voyage en Romélie, Paris, 1834, p. 59 ; A. Boué, Turquie d’Europe, 2, p. (...)
  • 63 A. M. Mansel, Trakyanin Kültür ve Tarihi, Istanbul, 1938, pl. XXIV et XXV, fig. 35 et 36, et p. 45.
  • 64 F. Dirimtekin, AMY, 5. 1963, p. 37-40. L’auteur donne les dimensions de la citadelle : 130 m × 46 m
  • 65 F. Dirimtekin, art. cit., fig. 1, 2, 3. L’auteur rapproche les tours A et Β de celles de Vize (ibid (...)
  • 66 Dirimtekin ne se prononce pas sur la technique de la tour C.

21Situé sur la route reliant Kırklareli à Vize, à 25 km à l’Ouest de cette dernière, Pınarhisar est un gros bourg construit au pied d’un promontoire aux flancs escarpés, très verdoyants, où des sources ruisselant vers l’ouest ont formé un petit lac aux bords frais et ombragés. C’est sans doute cette caractéristique qui lui a valu ses noms les plus récents : Bounar Hisar, le fort de la fontaine57, et aujourd’hui, Pınarhisar, le fort de la source. Connue dans l’antiquité58 et à l’époque byzantine59 sous le nom de Brysis, la ville passe inaperçu durant l’époque médiévale et nous est connue par sa fonction dans l’administration religieuse. Attestée comme évêché suffragant d’Hé-raclée, lors du 2e concile de Nicée, elle est élevée au rang d’archevêché puis de métropole sans suffragants60. Evliya Çelebi y passe lors de son 6e voyage et signale que ce bourg, lieu de rassemblement pour les troupeaux en hiver, a été pris en 1367 par Gāzi Muhāl Beg61. Les voyageurs modernes62 notent la présence des ruines byzantines. Comme pour Vize, F. Dirimtekin, après A. M. Mansel63, a donné quelques détails sur les vestiges encore visibles (fig. 19). La citadelle, de plan ellipsoïdal, n’a conservé que trois tours, du côté ouest64. Elles ont été très restaurées et sont malheureusement inaccessibles aujourd’hui car incluses dans l’espace du camp militaire qui occupe le sommet de la colline. On peut néanmoins distinguer, à distance, la construction en maçonnerie de moellons et assises de briques alternées sur les restes de la tour nord (fig. 20) et de la tour ouest (fig. 21), tandis que la tour sud (fig. 22) présente un appareil beaucoup plus sommaire que l’on peut qualifier de « pseudo-cloisonné ». La première technique évoquée s’apparente aux traditions médio-byzantines de l’époque des Comnènes et Lascarides65 tandis que la seconde est difficile à déterminer66.

Fig. 20. — Pınarhisar : tour A.

Fig. 21. — Pınarhisar : tour B.

Fig. 22. — Pınarhisar : tour C

22 

Notes

1 A. Pralong, Les remparts de Philadelphie, in Philadelphie et autres études, col. Byzantina Sorbonensia, vol. 4, Paris, 1984, p. 101 à 126.

2 Cl. Foss, Late Byzantine Fortifications in Lydia, J.Ö.B., 28, 1979, p. 297-320 et planches. Voir aussi C. Foss et D. Winfield, Byzantine Fortifications, An Introduction, Pretoria, 1985 (non consulté).

3 F. Dirimtekin, Explorations in the Environs of Istanbul and in Thrace, Ayasofya Müzesi Yilliǧi, 5, 1963, p. 13 à 64 (désormais cité AMY). A noter qu’il n’a pas inclus les fortifications de Çorlu, mais présente, en revanche Çatalca, située à l’Est des Longs Murs de Constantinople (p. 41-46).

4 J’ai été grandement aidée dans mes déplacements d’un village à l’autre par deux petits guides touristiques consacrés à la Thrace orientale : Betsy Harrell - Evelyne Lyle Kalcas, Mini Tours near Istanbul, I, Redhouse Press, Istanbul, 1975 ; Betsy Harrell, Mini Tours near Istanbul, II, Redhouse Press, Istanbul, 1978.

5 Voir E. Oberhümmer, s.v. Tzurulum, R.E. VII A2, 1948, col. 2012, où sont donnés les témoignages littéraires, géographiques et cartographiques anciens du nom ; V.L. Ménage, s.v. Çorlu, Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition. II, 1960, p. 63. W. Tomaschek, Zur Kunde der Hämus-Halbinsel ; die Handelswege im 12. Jahrhundert nach den Erkundigungen des Arabers Idrîsî, Sitzungsberichte der Ph. Hist. Kl. der Kaiser. Akad. der Wiss., 113, Vienne, 1886, p. 324.

6 Géographie d’Edrîsî, traduite et annotée par P. A. Jaubert, Paris, 1836-40, réimprimée à Amsterdam, 1975, p. 292, 293, 295, 384.

7 Orthographe donnée par le bourguignon Bertrandon de la Rroquière dans son Journal de Voyage écrit en 1433. Cf. C. J. Jireček, Die Heerstrasse von Belgrad nach Constantinopel, Prague, 1877 (réimprimé à Amsterdam, 1967), p. 109 (désormais cité Jireček, Heerstrasse).

8 Procope, Guerres Goth., ed. Loeb, VII, XXXVIII, 5.

9 Théophylacte Simokat., VI, 5, 10, ed. de Boor, p. 228, cité par P. Lemerle, Les plus anciens recueils des Miracles de saint Démétrius, II, Commentaires, Paris, 1981, p. 57 et 59.

10 Alexiade, ed. Belles Lettres, t. 1, p. 73, 81 ; t. 2, p. 119, 123, 201. Pour d’autres témoignages byzantins, voir Choniatès, ed. Van Dieten, 499, 500.

11 Voir, pour ces deux épisodes, cf. Jireček, Heerstrasse, p. 105 et 107.

12 J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, Paris, 1981, voir les notices 2 (140), 3 (164), 7 (169), 9 (65), 10 (65), 13 (68), 16 (138), 17 (134) (désormais cité Darrouzès, Notitiae Episcopatuum).

13 J. Darrouzès, Listes épiscopales du Concile de Nicée (787), Revue des Études Byzantines, 33, 1975, p. 29 et 30 (cité désormais REB).

14 V. Laurent, Corpus des sceaux, V, 1, Paris, 1963, p. 235. A propos de la publication d’un sceau du Musée de Vienne (inv. 108), daté du milieu du xie siècle, l’auteur fait un rapide historique de l’histoire religieuse de la ville.

15 G. de Villehardouin, La conquête de Constantinople, ed. et trad. par E. Faral, Belles Lettres, Paris, 1961, t. 2, 267, 337, 339, 343, 390, 418 : l’auteur montre « Churlot » pillée par Murzuphle, lieu de refuge des croisés d’Andrinople, occupée par Guillaume de Blanvel, puis Henri de Flandre et enfin prise et détruite par Johannitza, roi de Valachie et Bulgarie en 1206 (cité désormais, Conquête).

16 Voir Bertrandon de La Broquière, Le voyage d’outremer, publ. par Ch. Scheffer, Paris, 1792, p. 192. L’auteur écrit, en 1433, « Les Turcz l’ont abatue et repeuplée de Grecz et de Turcz ».

17 A. Boué, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe, I, Vienne, 1854. Id., Turquie d’Europe, Paris, 1840, IV, p. 525 et 575.

18 H. J. Kissling, Beiträge zur Kenntnis Thrakiens im 17. Jahrhundert, Abhandl. für die Kunde des Morgenlandes, XXXII, 3, Wiesbaden, 1956, p. 12 à 15, et surtout p. 15 pour la description des remparts (désormais cité, Kissling, Beiträge).

19 A. Visquenel, Voyage en Turquie d’Europe. Description physique et géologique de la Thrace, Paris, 1868, t. II, p. 311 et Atlas, Paris, 1855, pl. 2, fig. 2. Voir aussi la carte géologique de Thrace dans Anadolu Araştirmaları, 3, 1969, p. 45.

20 Cf. supra n. 8. L’emploi du basalte dans la construction de remparts protobyzantins est attesté en Mésopotamie, à Zénobie : cf. J. Lauffray, Ḥalabiyya-Zenobia, place forte du limès oriental et la haute Mésopotamie au vie siècle, Bibliothèque Archéologique et Historique, t. CXIX, Paris, Geuthner, 1983, Pl. V, a, b, c, d, et p. 126 (fragments de courtine du rempart sud).

21 Elle est connue dans l’Antiquité sous le nom de Salmydessos : cf. Bürchner, s.v. Salmydessos, R.E. IA2, 1920, col. 1991-92. Strabon, la décrit comme une plage blanche et déserte, ed. Heinemann, 7, 6, 1. Voir aussi le Périple du Pont Euxin par Arrien et le même Périple par l’Anonyme, dans Geographici Graeci Minores, ed. C. Müller, Hildesheim, 1965, 1, p. 421-22 et p. 401. Autres noms : I —Midhia chez Idrisi, Omidia, sur les cartes marines italiennes des xive-xve siècles : cf. F. Schaffer, Archäologische Beobachtungen auf einer Reise im östlichen Thrakien, Jahreshefte des Österreichischen Arch. Institutes in Wien, VI, 1903, col. 63-64, n. 1.

22 Géographie d’Edrîsî, t. 2, p. 385 : « Midia, ville florissante, agréablement située sur les bords de la mer ».

23 Kissling, Beiträge, p. 69 : E. Çelebi décrit la ville lors de son 7e voyage.

24 A. Boué, Turquie d’Europe, Paris, 1840, t. IV, p. 522.

25 A. Boué, Recueil d’itinéraires dans la Turquie d’Europe, I, Vienne, 1854, p. 134 (cité désormais Recueil d’itinéraires.)

26 Théophanes, ed. de Boor, 434, 13.

27 F. Dirimtekin, Midye Surları ve Aya Nikola Kilisesi, AMY, 5, 1963, p. 47 et 56.

28 Vie de Maria la Jeune, de Bizye en Thrace, Act. SS. Nov. IV (1925), 700, 701, 703.

29 Cantacuzène, ed. Bonn, III, 62, 22 ; 63,5. Pour l’histoire religieuse de Midye telle qu’elle nous est connue par les notices épiscopales, cf. J. Darrouzès, Notitiae Epicopatuum, p. 24, 186, 187. On constate que la première mention de Medeia comme évêché est postérieure au 2e Concile de Nicée, et qu’au milieu du xive siècle, la ville est à la fois archevêché et métropole.

30 Voir la description donnée par J. Pitton de Tournefort, Voyage du Levant, Paris, 1717, II, p. 153. F. Schaffer, Jahreshefte des Ösier. Arch. Inst. in Wien, VI, 1903, col. 63-66 et fig. 6 et 7, donne les premières photos des remparts. Sur la topographie et la description des remparts de Kiyiköy, cf. F. Dirimtekin, AMY, 5, 1963, p. 47 à 61. Il n’a pas semblé utile de reprendre l’examen minutieux auquel s’est livré cet auteur, en revanche l’accent a été mis sur la documentation photographique. La présence de l’église rupestre du vallon du Pabuç Dere a contribué à faire connaître, de manière indirecte le site de Midye : cf. F. Dirimtekin, AMY, 5, 1963, p. 62 à 64 et fig. 13 à 16. S. Eyice, Cahiers Archéologiques, XX, 1970, p. 46-76 ; S. Eyice, Trakya’da Bizans Devrine ait eserler (Les monuments byzantins de Thrace), Belleten, 33, 1969, p. 339-346 et fig. 26-55. Cet auteur reprend rapidement la question des remparts dans Corso di cultura sull’arte di Ravenna e dell’alto Medioevo, 18, 1971, p. 299 (désormais cité Corsi Rav.).

31 Voir le plan sommaire donné par Dirimtekin, art. cité, plan 2.

32 A. Visquenel, Voyage en Turquie d’Europe. Description physique et géologique de la Thrace, Paris, 1868, t. 2, p. 290. La chaîne côtière est appelée « petits Balkans » : voir A. M. Mansel, Trakya Hafryati, Belleten, 13, 1940, p. 117.

33 Voir art. Bizye, par E. Oberhümmer, R.E., III, 1897, col. 552. Voir aussi F. Schaffer, Jahreshefte des Öster. Arch. Inst. in Wien. VI, 1903, col. 64, n. 1. F. Dirimtekin, AMY, 4, 1962, p. 15-36 esquisse une histoire de la ville. Les voyageurs du xixe s. l’appellent Visa : A. Boué, Turquie d’Europe, II, p. 354 ; Visquenel, op. cit., p. 290.

34 Voir à ce sujet, Strabon, Géographie, ed. Heinemann, VII, p. 369. Cette prospérité a laissé de nombreux vestiges archéologiques : cf. A. M. Mansel, Belleten, 13, 1940, p. 89-139 et pl. 20 à 49.

35 Cf. Synekdemos de Hiéroklès, ed. Honigmann, Bruxelles, 1939, n° 632, 4, p. 12. Constantin Porphyrogénète, De Them., ed. Bonn.

36 Constantin IV créa ce thème pour constituer une défense contre les Bulgares : cf. Constantin Porphyr., De Themutibus, ed. Pertusi, I, 28. On sait que la ville était entourée de tribus slaves : cf. l’épisode de la trahison de Perboundos, roi des Runrhines raconté dans les miracles de saint Demetrius (4e miracle relaté par le recueil anonyme) : P. Lemerle, Les plus anciens recueils des miracles de saint Demétrius. I, Texte, Paris, 1979, 238,20 ; II, Commentaire, Paris, 1981. 115-116.

37 Skylitzès, ed. Thurn. 39, 37 : 40. 51 ; 71.

38 Vie de Maria la Jeune de Bizye de Thrace, Act, SS., Nov. IV, 1925, 700. Pour les autres mentions de la ville par les sources byzantines, cf. Choniatès. éd. Van Dieten, 501, 614, 631 ; Georges Akropolite, ed. Bonn, 44, 2 ; 59, 3 ; 91, 19 ; 92, 15.

39 Villehardouin, Conquête, 390, 403, 421, 428, 432. Le Kral Kalojan y passe en 1206, cf. Jirecek, Heerstrasse, p. 105.

40 F. Dirimtekin, Istanbul’un Fethi. Istanbul, 1936, p. 132. A propos de l’avancée des Turcs en Thrace en 1347. cf. Cantacuzène, ed. Bonn. III. 67 ; Nicéphore Grégoras, ed. Bonn, I, 824. Voir aussi F. Babinger, Beiträge zur Frühgeschichte der Turkenherrschaft in Rumelien (14.-15. Jahrhundert), Munich, 1944, p. 55, n. 80 (désormais cité Babinger, Beiträge.)

41 V. Laurent, Corpus des sceaux, V, 1, Paris, 1963, p. 635 ; V, 3, Paris, 1972, p. 151, 152. Noter que la ville est le lieu d’exil d’Eustathe, évêque d’Antioche, en 353 (cf. Théophanes, ed. de Boor 58, 24). C’est là qu’est exilé Maxime le Confesseur après son premier procès vers 652 (cf. Vie de Maxime le Confesseur, P.G., t. 90, col. 96 ; Hypomnesticum de Théodore Spoudée, Analecta Bollandiana, t. 53, 1935, p. 75. Ces précisions ont été obtenues par la consultation de la banque de données informatisées REPBYZ/MALHER).

42 J. Darrouzès, REB, 30, 1975, p. 19, 20.

43 J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum, notices 17, p. 402 ; 18, p. 409 ; 19, p. 414 ; 20, p. 417.

44 Kissling, Beiträge, p. 67. Çelebi y passe au cours de son 6e voyage.

45 Boué, Recueil d’itinéraires, p. 132 ; Id., Turquie d’Europe, II, p. 354. Dans le premier ouvrage, il parle de murailles bâties en briques tandis que dans le second, il parle de murailles extrêmement, épaisses en grosses pierres de taille sans briques.

46 F. Dirimtekin, AMY, 5, 1963, p. 15-36 et plan 2. Il renvoie aux descriptions anciennes données par Th. Lakides, Histoire de Vize et Midye (en grec), Istanbul, 1899 ; S. Ioanνides , Histoire de Bizye de Thrace orientale (en grec), Iletai. Thruk. Melet., 33, Athènes, 1934, qui n’ont pu être consultées. Voir aussi A. M. Mansel., Thrakia Hafriyati, Belleten, 13, 1940, p. 118. In., Trakyanin Kültür ve Tarihi, Istanbul, 1938, p. 45 et pl. XXV à XXVII, fig. 37-40. S. Eyice fait une rapide allusion, Les monuments byzantins de la Thrace turque, Corsi Rav., 18, 1971, p. 299. Il signale surtout l’édifice situé à proximité de la rivière d’où l’on pouvait puiser l’eau et qui, aux dires d’un paysan, était relié à la citadelle par un passage souterrain.

47 Fig. 8, 9, 10 et, 11 de l’article.

48 Fig. 12, 15 et 17.

49 Fig. 13, 14, 16.

50 Ibid., p. 35.

51 Dirimtekin, art. cit., p. 20 n. 16 et p. 30-31. L’A. renvoie à Ioannidès, p. 17. A. M. Mansel signale des « substructions » mises au jour en 1938 au pied de la citadelle « appartenant à des bâtiments importants datant des iie- iiie siècles », Belleten, 13, 1940, p. 118 et n. 3.

52 K. Bittel et A. M. Schneider, Archäologische Anzeiger, 56, 1941, col. 278-279.

53 Mansel attribue à l’époque de Justinien la partie supérieure des vestiges de la citadelle sans préciser la période où fut construite la partie inférieure ; cf. A. M. Mansel, Belleten, 13, 1940, p. 118.

54 Voir n. 38 et Maxime le Confesseur, Gesta in primo exsilio, P.G. 90, col. 137.

55 Supra, n. 37.

56 C. Mango, The Byzantine Church at Vize (Bizye), ZVI, 11, 1968, p. 9 ; S. Eyice, Corsi Rav., 18, 1971, p. 298-308. L’attribution chronologique de ces deux auteurs diverge : Mango date l’église des viiie-ixe siècles tandis qu’Eyice la place aux xiiie-xive siècles.

57 A. Boué, Recueil d’itinéraires, p. 131.

58 Cf. Babinger, Beiträge, p. 54 et n. 76 et 77 où l’auteur donne les références aux témoignages et travaux anciens sur le site.

59 La ville est mentionnée dans la vie de Maria la Jeune à l’occasion du déplacement de son évêque, Stephanos, qui se rend à Bizye : cf. Vie de Maria la Jeune, 699 (début xe s.).

60 J. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum : Brysis est noté en tant qu’évêché dans les notices 7, 9, 10, 13 ; comme archevêché dans les notices 7, 8, 11, 12, 14, 15, 16, 18 ; enfin comme métropole, dans les notices 17, 18, 20. Pour sa mention dans les listes du Concile de Nicée, cf. Darrouzès, REB, 30, 1975, p. 30.

61 Kissling, Beiträge, p. 66. Babinger, Beiträge, p. 48, mentionne la présence de monuments élevés par les premiers Ottomans à Pınarhisar comme d’ailleurs à Vize.

62 C. Sayger, Relations d’un voyage en Romélie, Paris, 1834, p. 59 ; A. Boué, Turquie d’Europe, 2, p. 363 ; Id., Recueil d’itinéraires, p. 131 : « Bounar Hisar est à l’autre bout de la plaine, au pied de coteaux de calcaire tertiaire... Des vignobles se voyent à l’est ».

63 A. M. Mansel, Trakyanin Kültür ve Tarihi, Istanbul, 1938, pl. XXIV et XXV, fig. 35 et 36, et p. 45.

64 F. Dirimtekin, AMY, 5. 1963, p. 37-40. L’auteur donne les dimensions de la citadelle : 130 m × 46 m.

65 F. Dirimtekin, art. cit., fig. 1, 2, 3. L’auteur rapproche les tours A et Β de celles de Vize (ibid., fig. 12 et 17) ainsi que des murailles orientales de Silivri dont il attribue la réfection à Jean VI Cantacuzène : cf. Dirimtekin, Xe Congrès international des Études Byzantines, Istanbul 1955 (1957), 128 et pl. 13 à 16. A notre avis, les simitudes sont très faibles.

66 Dirimtekin ne se prononce pas sur la technique de la tour C.

Notes de fin

1 Cet article est le fruit de dix jours de prospection en octobre 1983, financés par la Fondation Européenne de la Science que je tiens à remercier vivement. Toutes les illustrations ont été prises au cours de ce séjour en Thrace, à l’exception des figures 17 et 18 tirées de l’article de F. Dirimtekin cité plus bas (note 3).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. – Carte de la Thrace turque.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 2. — Murailles de Çorlu vue de l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 3. — Détail du parement de Çorlu.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 4. — La tour tardive de Çorlu.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende Fig. 5. — Détail de la technique à assises alternées de Çorlu.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Fig. 6. — Le mur de Çorlu vu de trois-quarts.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 7. — Détail de l’arc : face interne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Fig. 8. — Tour et éboulis tardifs.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 9. — Vue générale des remparts de Kiyiköy : la porte de Vize.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende Fig. 10. — Vue générale des remparts de Kiyiköy : la porte de Saray.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende Fig. 11. — La porte de Saray.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 12. — Détail du parement de briques.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 13. — Détail de la partie sommitale de l’arc de Saray Kapısı.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 14. — Partie inférieure de la porte de Saray.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 15. — Porte de Vize vue de l’Ouest.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Fig. 16. — Détail du parement de la porte de Vize.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Fig. 17. — Intrados de l’arc de la porte de Vize.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 18. — Plan schématique des remparts de Vize.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 19. — Plan schématique de la citadelle de Pınarhisar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 20. — Pınarhisar : tour A.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 21. — Pınarhisar : tour B.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 22. — Pınarhisar : tour C
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2057/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540