Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Seconde partie. Une industrie dans la guerre

Chapitre II. Le commerce marqué par la guerre

Texte intégral

1. La persistance des échanges en temps de guerre

1À partir de 1393, le commerce du minerai et du fer originaires du comté de Foix est plus vivement éclairé par la documentation. Or, au-delà d’une apparente similitude avec les années 1250-1360, l’étude des échanges révèle de nouvelles conditions de distribution, nées d’une conjoncture de guerre. Les axes traditionnels sont maintenus, mais ils se dessinent plus nettement et la part relative de chacune des voies a évolué. À partir de ces axes, il est à présent possible de mettre en évidence des zones de diffusion des produits. Si ces derniers sont moins divers qu’au siècle précédent, cette différence, que l’on pourrait interpréter comme l’illustration d’une réduction ou d’une spécialisation de la production, résulte des sources dont nous disposons pour le XVe siècle. Les leudaires sont moins nombreux et les témoignages éclairent sans ambiguïté la production fuxéenne que nous ne pouvons plus confondre avec le fer qui passe. Cette nouvelle focale, que permet le renouvellement de la documentation, nous rapproche du « fer de Foix ». Mais les objets en transit ne sont pas pour autant inintéressants car certains sont nouveaux et de facture délicate, comme les arbalètes d’acier. Assurément, la guerre marque de son sceau le développement du commerce des produits sidérurgiques.

Le commerce du minerai : un marché sous haute surveillance

  • 1 1403, Arch. dép. Ariège, E 96 pièce no 5 ; 1437, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 5.

2L’acte de 1356, qui scelle la victoire politique du comte de Foix, n’a pas fondamentalement transformé le commerce du minerai. Malgré la liberté d’exportation, celui de Vicdessos, le seul dont les sources éclairent la distribution, sort peu du comté. Il est cependant l’objet convoité d’actifs et lucratifs échanges internes et de fortes tensions qui justifient la réglementation dont témoignent l’ordonnance de 1414 et les lettres patentes de 1403 et 14371.

  • 2 Les archives départementales de l’Ariège ne conservent aujourd’hui de ce document fondamental qu’un (...)
  • 3 L’article 4 précise le prix du minerai vendu au sortir de la mine ; le 7 réglemente les conditions (...)
  • 4 Ce qui, comme le note avec humour le baron de Dietrich au XVIIIe siècle, n’empêchait pas les hommes (...)
  • 5 S’agit-il de deniers toulousains ou de deniers tournois, la monnaie tournois étant également invoqu (...)
  • 6 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, article 7.
  • 7 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : Postremo quia justum et rationabile credimus ut habitatores d (...)
  • 8 Au XVIe siècle, des mineurs peuvent acheminer eux-mêmes le minerai vers les moulines et vendre ains (...)
  • 9 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : praeviso tamen quod dicti habitatores illicitam societatem au (...)
  • 10 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, article 9.

3L’ordonnance de 1414 répond à la nécessité de mieux maîtriser les conditions d’accès au minerai : elle organise le maintien d’un approvisionnement régulier et de qualité dans le cadre d’un marché dont elle illustre l’expansion2. Sur un total de neuf articles, quatre sont consacrés à la vente et aux conditions de vente du minerai3. L’ordonnance se veut alors minutieuse et l’on suit la mine du lieu de son extraction jusqu’au marché de Vie. Le minerai est accumulé à proximité des galeries ou des minières, sur ce que le texte appelle déjà des places, plateae. Sa qualité est surveillée par quatre préposés. Tout minerai jugé médiocre ou mêlé abusivement aux stériles est aussitôt jeté en contrebas4. La qualité est contrôlée à l’œil nu. Par sa couleur, sa consistance, un minerai médiocre peut être distingué d’une excellente hématite, goethite ou limonite. Le minerai est bientôt pesé et proposé à la vente par les mineurs eux-mêmes, au prix de 8 deniers « de monnaie courante » le quintal5. Là encore, les poids nécessaires à la pesée sont soumis à la vigilance des autorités afin d’éviter toute fraude6. À ce premier niveau d’échange, les acheteurs sont majoritairement des hommes de la vallée. L’ordonnance indique en effet qu’ils seront préférés aux « étrangers », ce qui est une façon élégante de reconnaître qu’il sera très difficile aux acheteurs extérieurs à la vallée de se fournir au sortir de la mine et au prix de 8 deniers le quintal7. Ainsi, des hommes de la communauté descendent le minerai de la mine au bourg de Vicdessos. Ce sont eux qui le revendent sur le pré de Vic, où il est exposé, peut-être à d’autres membres de leur communauté, mais assurément à ceux désignés comme des « étrangers ». Ceux-ci sont marchands ou maîtres de mouline8. Suivant les directives de l’ordonnance, le prix de vente du minerai qui leur est proposé peut atteindre 16 deniers le quintal. Or, dans le bourg de Vicdessos, l’acquisition du minerai est l’objet de tensions. La quantité extraite chaque jour est fixée par les préposés, représentants du pouvoir consulaire. Répond-elle à l’ensemble de la demande ? Nous y reviendrons à propos de l’extraction minière et de son possible contingentement. Un fait est certain : si l’ordonnance précise que tout acheteur doit avoir accès à la matière première, elle défend aussi que les membres de la communauté la détournent à leur seul usage9. Cette précision rend compte, lors des discussions qui ont présidé à l’élaboration de l’acte, des attentes des marchands du comté et des consuls de Foix, de Tarascon, d’Ax présents aux côtés de ceux de Vicdessos. Mais elle avoue aussi combien cet accaparement est pratiqué. Il le sera encore au XVIIIe siècle. Ce que nous avions supposé dès la première moitié du XIVe siècle est prouvé pour le début du XVe siècle : le minerai, sous haute surveillance, ne sort de la vallée que lorsque les hommes de Vicdessos le veulent bien. Les maîtres des moulines de la vallée disposent ainsi du minerai dont ils ont besoin, au prix bloqué de 8 deniers de « monnaie courante » par quintal, car aucune disposition de l’ordonnance ne leur interdit d’aller s’approvisionner eux-mêmes auprès des mineurs, sans passer par les transporteurs de la communauté10. On sait que le sénéchal les a même autorisés à emprunter un chemin qui leur permet d’accéder directement à la mine sans faire le détour par le bourg de Vicdessos, le chemin de Cavalière. Rappelons d’ailleurs qu’en vertu de l’acte de 1304, ils n’ont pas à verser la leude sur le minerai à l’intérieur des limites de la vallée. Les conditions du marché, tant matérielles que financières, sont donc organisées à leur profit.

  • 11 Dans les lettres patentes de 1403, renouvelées en 1437, il est précisé que le choix du chemin de Ca (...)

4Les acheteurs étrangers à la vallée réagiront en empruntant, eux-aussi, ce fameux chemin de Cavalière dont les archives modernes témoignent du persistant usage. Le but est clair : s’approvisionner directement auprès des mineurs qui, sans doute, n’appliquent pas forcément la « préférence communautaire » et doivent vendre le minerai moins cher qu’il ne l’est au pré de Vie même si, dans ce contexte où la fraude est généralisée, on peut supposer qu’ils le vendent sans doute plus cher qu’au prix bloqué qui leur est imposé par l’ordonnance. A cela s’ajoute l’avantage de ne pas payer la leude sur le minerai, leude qui peut être levée à Vie. C’est sans doute pour cela que cette pratique sera dénoncée dès 140311. Elle le sera de nouveau en 1437, signe évident de la non-application de l’arrêté comtal. Ainsi, malgré les garanties du pouvoir princier exprimées dans l’ordonnance de 1414, encore au cours de la première moitié du XVe siècle, le minerai dépasse difficilement le pas de Sabart et quand il s’échappe, il le fait parfois de façon secrète et prohibée. Cet approvisionnement a donc toutes les chances de ne pas être enregistré par la documentation.

  • 12 M. CHEVALIER, op. cit., p. 556.
  • 13 1403 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22 et 23.
  • 14 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90.

5On comprend mieux pourquoi, si les mulets sont nombreux à monter jusqu’à Sem ou Vicdessos, étroit est l’espace irrigué par le minerai, du moins celui que nous pouvons reconstituer. Si aucune mention n’est faite, au XVe siècle, de l’échange conclu en 1347-1348 avec le Couserans, il est peu concevable qu’il se soit interrompu durant cette période, alors qu’il se perpétue du XVIe au XIXe siècle12. Peut-être est-il réduit du fait d’un ralentissement de l’activité des moulines du Couserans dont nous ignorons tout à cette date. Plus sûrement, réglementé, régulier, il ne fait l’objet d’aucun acte écrit. Il se pratique, c’est tout. Bien évidemment, et même si aucune source ne le précise avec autant de netteté, le minerai alimente d’abord et surtout les moulines du haut Sabarthès. S’y ajoutent celles des Villemur. On en a la certitude pour la mouline de Belmont (près de Saint-Paul-de-Jarrat, à la périphérie de Foix) qui reçoit du minerai de Vicdessos en 140313. Au-delà des frontières du comté, le minerai de Sem approvisionne les forges hydrauliques de la seigneurie de Mirepoix, toute proche. À partir du pays d’Olmes, il est parfois transporté vers le Minervois où on le mélange avec le minerai local14.

  • 15 Dans son article consacré aux mines et au travail du fer en Rouergue, Jean Bousquet mentionne l’exp (...)
  • 16 Il suffit de comparer l’espace de diffusion du minerai ariégeois avec celui du massif du Canigou, e (...)
  • 17 C. VERNA, « Des monts de Lacaune aux Pyrénées, temps, formes et enjeux de l’innovation : le cas de (...)

6Cette exportation vers l’est est la seule que nous voyons pratiquée au cours de la première moitié du XVe siècle15. Et pourtant, l’ordonnance de 1414 garantit le transport du minerai vers les moulines extérieures au comté, ad molinas ferreas eiusdem comitatus et extra portatur. Le comte avait intérêt à rappeler, à cette date, la décision prise en 1356, car le revenu de la leude sur le minerai est assurément au centre de ses préoccupations. Cette faible diffusion pourrait résulter de la réduction de la demande, en relation avec le ralentissement de la production dans des zones proches mais au-delà des frontières du comté – et l’on pense d’ailleurs au Minervois – mais aussi de la concurrence d’autres approvisionnements. Le minerai du Roussillon atteint, en effet, régulièrement et sans encombre les moulines du Pays de Sault et du Fenouillèdes, par la vallée du Mosset. En fait, même s’il ne faut jamais oublier le contexte de guerre et les difficultés du transport d’un pondéreux en montagne, là ne résident pas les causes de la faible diffusion du minerai du haut Sabarthès. Elle tient à la puissance de contrôle de la communauté de Vicdessos. Sans doute, le problème de l’approvisionnement touche-t-il également des zones internes du comté. Nous l’avons déjà souligné, la précision avec laquelle l’ordonnance interdit aux hommes de Vicdessos de monopoliser le minerai prouve que cette question est au centre des préoccupations de la majorité des autorités qui ont présidé à la rédaction du texte de 1414 : maîtres de mouline et marchands du comté. Les limites du grand bassin sidérurgique organisé autour du pôle d’approvisionnement que constitue la mine de Sem sont définies par la communauté. Elles circonscrivent une zone étroite et ne résultent en rien des disponibilités en minerai ou des difficultés de transport puisque la mine peut atteindre le Minervois quand sa sortie est autorisée par ceux qui en ont le contrôle réel16. Ces frontières sont l’illustration spatiale, non d’un marché libre, mais d’une pratique de rétention17.

Le commerce du fer : l’affirmation de l’attraction toulousaine

7Est-ce le simple résultat de la conservation des documents ? Est-ce le reflet de la réalité des faits ? Dans ces temps de troubles, un axe majeur du commerce du fer s’impose, alors qu’il n’était que perceptible au XIVe siècle : celui qui relie le comté à Toulouse. Les échanges, plus dispersés en période de paix, se sont en quelque sorte concentrés sur Toulouse, où aboutit la voie naturelle de la vallée de l’Ariège, voie protégée par le comte de Foix quand il ne décide pas lui-même d’y porter atteinte, voie conduisant à la cité qui s’affirme comme une plaque tournante du commerce régional.

  • 18 Ce procès se noue en janvier 1404 devant le juge des appels civils de la sénéchaussée de Toulouse. (...)
  • 19 Arch. mun. de Toulouse, FF 26. Parmi les témoignages s’imposent ceux de Guilhem de Noville, transpo (...)

8Ce sont les enquêtes accumulées au cours du procès opposant le comte de Foix et les capitouls de Toulouse, à partir de 1404, qui nous donnent sur ce commerce les détails qui font généralement si cruellement défaut dans nos sources18. Les droits de leude en constituent l’enjeu. Toulouse veut l’exemption, le comte de Foix affirme que la ponction indirecte est nécessaire à l’économie de son comté. Les témoignages à l’appui du dossier engagent des hommes en contact avec l’activité sidérurgique, résidant à Foix, Tarascon et Vicdessos, des hommes du métier : muletiers, marchands et notaires toujours intéressés aux gains rassemblés grâce au fer19. Ils nous permettent enfin de pénétrer dans le détail des échanges.

  • 20 Les témoins désignent des charges de fer, cargo ferri, dont le poids n’est pas précisé, Arch. mun. (...)
  • 21 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 194-196.
  • 22 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 188 : las antiques armes de Foix que son très barres afin que t (...)
  • 23 H. ROUZAUD, op. cit., p. 98.
  • 24 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 228.
  • 25 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 194.

9Dès les années 1380, le fer, dont on ne précise pas la forme20, et des objets de fer sont chargés à Tarascon, plus généralement à Foix. On aurait souhaité en savoir davantage sur ces mercature ferri21. Aux barres et morceaux porteurs de la marque qui permet d’identifier leur origine et donc leur qualité – trois barres – s’ajoutent sans doute les socs fabriqués en haut Sabarthès et à Foix, où ils sont polis durant la première moitié du XVe siècle22. Peut-être Tarascon et Foix abritent-elles déjà les hangars où est entreposée la production locale, comme nous en avons le témoignage pour la période moderne23 ? En tout cas, ces petites villes sont le lieu de rendez-vous des ferratiers de Toulouse qui s’y approvisionnent. Parfois, les muletiers à leur solde vont charger le fer sur son lieu de production, dans les moulines du comté24. Cependant, le marché des fers est souvent plus complexe comme en témoigne Pierre Augier, marchand de Tarascon, qui affirme avoir vu les ferratiers toulousains, non seulement acheter du fer mais aussi en vendre25. Peut-être approvisionnent-ils le haut Sabarthès en fers de qualité différente. Celui du Minervois et de la seigneurie de Mirepoix est d’ailleurs importé dans le comté jusqu’en 1450.

  • 26 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 130. Guilhem de Noville, transporteur au service de ferratiers to (...)
  • 27 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.
  • 28 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 229.
  • 29 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.
  • 30 Nous aurions souhaité connaître la source dont dispose François Baby lorsqu’il déclare, dans un ouv (...)
  • 31 J. de LAHONDÈS, Les annales..., op. cit., p. 264-265 et 309.
  • 32 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 60.
  • 33 É. FERRAN, « La navigation sur l’Ariège et le commerce des vins de Pamiers aux XIIIe et XIVe siècle (...)
  • 34 Signalons un article de Jean Paulin qui livre les résultats de fouilles pratiquées sur les gués d’A (...)

10Une fois acheté, le fer est chargé par les transporteurs et emprunte plusieurs voies d’accès vers Toulouse. En montagne ou sur de longs trajets, il est porté à dos de mulet. Pour les parcours de plaine, les charges sont accumulées dans de lourdes charrettes à quatre roues tirées par une paire de bœufs26. Chacune peut contenir jusqu’à 13 quintaux de fer27. Les convois suivent parfois les rives de l’Hers et passent par Calmont28. En général, ils préfèrent emprunter la vallée de l’Ariège, traversent Pamiers, Saverdun et Cintegabelle. C’est même la voie suivie en priorité par les charrois chargés de fer, sans doute à cause de la relative commodité de la route. Ainsi, quand un charretier employé par un ferratier de Toulouse doit importer du blé dans le comté et exporter du fer, il emprunte la vallée de la Lèze à l’aller et suit l’Ariège au retour29. À Pamiers, aucune transaction nouvelle n’est conclue30. Aux dires des témoins interrogés en 1413, la ville est une étape parmi d’autres. Certes, une étape parmi d’autres pour ceux qui passent mais pas pour ceux qui y demeurent et dont le commerce du fer assure les revenus, car il est l’épine dorsale de tous les échanges qui se pratiquent sur cette voie nord-sud. On en saisit l’importance lorsqu’en 1447, alors que le commerce se raréfie, les hôteliers de Pamiers et les forgerons se plaignent et qu’en 1476, l’évêque, lui-même, s’entretient avec le roi des mines de fer31. Parfois, certains convoyeurs interrompent leur service à Cintegabelle et ce sont d’autres transporteurs qui conduisent le convoi jusqu’à Auterive32. Qu’il ait suivi la vallée de l’Ariège ou celle de l’Hers, il est possible que, dans ce bourg, le fer quitte la voie de terre pour emprunter la voie d’eau par laquelle il pourrait atteindre Toulouse. En effet, l’Ariège est navigable à partir de Pamiers et du port de Saint-Nicolas, point d’ancrage des bateaux qui exportent le vin produit dans les faubourgs de la ville33. Cependant, c’est à Auterive que s’interrompent les témoignages des charretiers qui livrent la marchandise aux représentants des marchands accourus à leur rencontre34.

Commerce du minerai et des produits sidérurgiques, fin XIVe - milieu XVe siècle

Commerce du minerai et des produits sidérurgiques, fin XIVe - milieu XVe siècle
  • 35 Philippe Wolff insiste dans sa thèse sur l’importance des armuriers de Toulouse pour l’approvisionn (...)
  • 36 A. VIDAL, Douze comptes consulaires d’AIbi au XIVe siècle, Albi, 1906-1911, t. I, p. 224.
  • 37 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 5009, fol. 57.
  • 38 B. SUAU, « Notes sur le commerce du fer et de l’acier à Rodez au milieu du XVe siècle », Revue du R (...)
  • 39 J. DELMAS, « Coutellerie et taillanderie dans le Rouergue du Moyen Âge ». Procès-verbaux des Séance (...)
  • 40 J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 421.
  • 41 G. LOUBÈS, « Commerce et échanges en Gascogne centrale au bas Moyen Âge », Bulletin de la Société a (...)
  • 42 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 195
  • 43 Ph. WOLFF, « Midi aquitain et Midi méditerranéen : Toulouse et les foires de Pézenas à la fin du XI (...)

11Au terme du voyage, une grande partie de cet approvisionnement devait être consommée par les artisans urbains qui réalisent, à partir du produit semi-fini, les armes et plus généralement l’équipement des armées en guerre, mais aussi les ustensiles nécessaires à la vie quotidienne dont on sait que Toulouse abrite la production35. Une autre quantité, difficilement mesurable, est redistribuée dans les régions environnantes. Difficilement mesurable car, effectivement, rares sont les mentions qui précisent l’origine du fer vendu, échangé, transporté. Mais, comme pour d’autres produits, Toulouse dut pratiquer son rôle de distributeur régional vers la Gascogne et les montagnes du haut Languedoc. Même si nous ignorons exactement les voies qu’il a empruntées, le « fer de Foix » aboutit à Albi, dès les années 138036. Les témoignages dont nous disposons se multiplient à partir du milieu du XVe siècle, à un moment où l’étau de la guerre se desserre. Ainsi, du fer en provenance du comté est vendu par un marchand de Belpech à un acheteur de Rabastens sur le Tarn en 144837, et en 1460, c’est dans la paroisse de Rignac, en Rouergue qu’il aboutit38. Dans les mêmes années, il fournit aussi Rodez39. Cinq ans plus tard, un quintal de « fer de Foix » est vendu par un marchand de Figeac40. Encore à la fin du XVe siècle, quand un document, unique, mentionne l’origine du fer qui approvisionne la Gascogne, il s’agit de « fer de Foix »41. Ces quelques repères permettent de baliser, encore modestement, une zone de diffusion du fer originaire du comté, vers la Gascogne, le Périgord et le Rouergue. On sait également que du fer peut être, à partir de Foix, directement acheminé vers le Comminges, puisqu’il passe par le péage de La Bastide-du-Sérou42. Au contraire, les fers ariégeois ne semblent pas redistribués vers l’est par les marchands toulousains. Aux foires de Pézenas, s’ils vendent des chaudrons et de la vaisselle d’étain, ils ne livrent pas de fer43. C’est donc qu’ils ne trouvent pas d’intérêt à le faire. Sans doute la concurrence y est trop rude car le fer du comté rencontre dans les plaines du Languedoc un solide concurrent dont la production ne s’est pas non plus interrompue, le fer du Roussillon. Les réseaux commerciaux qui en assurent la distribution échappent aux hommes de Toulouse. Si le fer du comté, comme nous le verrons, atteint les plaines du Languedoc et même la Provence, on peut présumer que c’est en dehors des réseaux de redistribution toulousains.

  • 44 Arch. mun. de Toulouse, FF 24. p. 70. Ces produits sont encore ceux transportés par les voituriers (...)
  • 45 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049. fol. 61.
  • 46 Le comté et plus particulièrement la ville de Foix exportent aussi vers Toulouse des draps, G. de L (...)

12À l’échelle du comté, le commerce avec Toulouse est primordial car nécessaire à la vie des zones de haute montagne. Si le fer sort du Sabarthès, le blé et le poisson y entrent, acheminés par ces mêmes ferratiers44. Ainsi est-il prévu que le transporteur de Guilhem Aranes, ferratier toulousain, organise un convoi de blé vers Foix et qu’au retour il transporte du fer45. C’est sans doute cette forte présence sur le marché fuxéen, en quelque sorte cette dépendance alimentaire du comté, qui explique la publicité faite à l’affaire des droits de leude. Les ferratiers peuvent d’autant plus en demander la suppression qu’ils ravitaillent le comté et prennent en charge le fer, l’un des principaux objets d’exportation vers la grande ville46.

  • 47 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°.
  • 48 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 223 et 234.
  • 49 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 64 : Michel du Bernis précise effectivement au sujet d (...)
  • 50 L’une est présentée comme un extrait des droits de traite et rêve levés à Ax en 1452, Arch, dép. Ar (...)
  • 51 Arch. dép. Ariège, I C 156 : milie de clavelan, duxena de faus, cascuna douxena de pigases, foradur (...)
  • 52 Précisons que les arbalètes d’acier sont munies d’un arc métallique. L’arme est non seulement plus (...)
  • 53 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 67v°.
  • 54 À propos du fer exporté vers l’Aragon, précisons qu’aux Archives départementales de l’Ariège sont c (...)
  • 55 Arch. dép. Ariège, 8 J 47.

13Le commerce du fer, à partir du comté de Foix, se prolonge vers l’Andorre et l’Aragon. L’axe que l’on avait vu se dessiner au début du XIVe siècle se confirme. Dès 1394, on sait que le responsable de la mouline de Girent, près d’Ournac en vallée de Vicdessos, achemine une partie de sa production vers le Castelbon. Il obtient, pour faciliter ces échanges, un nouveau chemin et la réfection du pont qui mène au port de Bouet déjà fréquenté au siècle précédent47. Par ailleurs, au début du XVe siècle, le comte de Foix lève à Vicdessos une taxe sur les produits acheminés vers l’Aragon48. La vallée de l’Ariège est aussi empruntée : au cours de leurs dépositions en 1413, les témoins n’oublient pas de mentionner Ax comme une des étapes vers la métropole toulousaine. Cette voie semble avoir totalement supplanté celle qui, encore très fréquentée au XIVe, passait par la vallée de Siguer49. Deux copies du leudaire d’Ax de 1452, heureusement conservées, livrent à notre curiosité les produits taxés dans ce bourg et à Mérens en vertu du droit de trayte et de revea50. On y découvre du fer et des outils agricoles, aussi divers que dans les leudaires du pays d’Olmes au siècle précédent, de même que des armes51. Ainsi, apparaissent pour la première fois des arbalètes d’acier, cargua de baillesta de acer52. L’inventaire des biens et revenus du comté, dressé par Michel du Bernis vers 1450, livre quelques détails supplémentaires sur ce droit de rève. Il est levé sur toutes les marchandises qui sortent du comté de Foix vers le royaume d’Aragon53. On peut ainsi être exceptionnellement assuré que les produits mentionnés sont bien exportés à partir du comté vers l’Aragon54. En 1450, un leudaire du Donnezan enregistre également le passage du fer, d’outils agricoles mais aussi d’armes et d’arbalètes, balesta et autra artilharia55. Ces armes, que l’on ne voit jamais fabriquées au XVe siècle dans le comté, pourraient provenir directement de Toulouse et transiter par la vallée de l’Ariège. À moins qu’elles ne constituent un indice de la transformation du merlar, sur l’utilisation duquel on doit s’interroger. La production d’armes, disséminée dans des bourgs et de modestes villages, aurait-elle échappé à nos sources ?

  • 56 Fonds Lévis-Mirepoix, ancienne cotation Archives nationales, 436 AP 228, no 59. Fonds déposé aujour (...)
  • 57 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90v°.
  • 58 B. GILLE, Les origines de la grande industrie métallurgique en France, Paris, 1947, p. 5, note 22 ; (...)
  • 59 G. ROMESTAN, « Le commerce à Narbonne dans le second quart du XIVe siècle », dans Hommage à Jean Co (...)
  • 60 É. BARATIER et F. REYNAUD, Histoire du commerce de Marseille, t. II, De 1291 à 1480, Paris, 1951, p (...)
  • 61 Arch. mun. de Narbonne, compte de clavaire, 1446, document non côté. Nous remercions le Directeur d (...)
  • 62 En 1447, Gaston IV fait l’acquisition de la vicomté de Narbonne. Cette seigneurie est criblée de de (...)
  • 63 Fonds Lévis-Florensac, ancienne cotation Archives nationales, liasse A 1, no 18 et no 19, document (...)
  • 64 Arch. mun. d’Arles, CC 220, fol. 278.
  • 65 L. STOUFF, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 277 et 295.
  • 66 Ph. BRAUNSTEIN et O. CHAPELOT, « Mines et métallurgie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : première (...)
  • 67 L. FRANGIONI, « I risultati di esercizio della bottega Datini di Avignone (1385-1402) », dans Studi (...)
  • 68 L. STOUFF, op. cit.

14À l’axe nord-sud, de Toulouse vers le col du Puymorens, s’ajoute celui qui, d’ouest en est, traverse la seigneurie des Lévis. Grâce aux leudaires de Laroque d’Olmes et de Mirepoix, nous savons qu’il était déjà important au XIVe siècle. Si, au siècle suivant, la documentation conservée le place en retrait par rapport à la voie toulousaine, sa fréquentation est néanmoins largement confirmée. Ainsi, le fer des Lévis approvisionne Carcassonne56. Du fer du comté transite vers les ports de la Méditerranée, Narbonne et Montpellier. Il est possible de le suivre également sur les voies languedociennes et jusqu’en Provence. Avant 1450, en effet, le commerce vers le Minervois est prouvé, même si on en ignore la régularité. Les marchands qui l’animent exportent du comté l’excellent fer du Vicdessos qui transite par Limoux et importent le vin, le blé et également du fer des contreforts de la Montagne noire57. La destination du fer du haut Sabarthès vers les rives de la Méditerranée est également prouvée. Si Bertrand Gille a pu écrire que l’acier originaire de l’Ariège était exporté par le port de Narbonne, la source indiquée par l’auteur mentionne de façon allusive les mines du pays58. Quand, au XIVe siècle, cette ville abrite la fabrication d’armes, le fer utilisé provient d’ailleurs du Confient et de la Montagne noire59. Une partie du fer produit à Lacaune aboutit aussi à Narbonne60. Néanmoins, Narbonne pourrait également recevoir du comté de Foix un type d’acier, car le produit qualifié de « fer fort » sur le port de Narbonne, au milieu du XVe siècle, nous renvoie à la désignation d’une qualité dont on sait qu’elle est ariégeoise. Rappelons que le « fer fort » fait partie de la trilogie des fers et aciers ariégeois produits par la forge à la catalane, « fer doux, fer fort, fer cédat ». Jusqu’à présent, on ignorait que le « fer fort » avait été identifié dès le Moyen Âge. Or, c’est le cas en 1446, à Narbonne61. D’ailleurs, Narbonne comme Montpellier sont loin d’être étrangères à l’économie du comté. La leude levée à Narbonne est achetée à grand renfort de capitaux par le comte de Foix62. En outre, les seigneurs de Mirepoix, dont on verra qu’ils s’imposent au cours de la première moitié du XVe siècle sur le marché du métal, perçoivent des droits sur le poids du fer pesé et vendu à Montpellier63. Il serait étonnant que la production de leurs moulines, qui est assurément acheminée jusqu’à Carcassonne, n’aboutisse pas, au moins en partie, vers la Méditerranée, à Narbonne, à Montpellier, où ils ont des intérêts, d’autant que du « fer de Foix » est assurément utilisé sur le Rhône, à Arles. Encore une fois la source est tardive, elle dépasse la période de croissance qui nous intéresse ici. Mais elle est unique et il ne nous paraît pas inutile de la citer comme un témoignage extrême – à tous points de vue – de la diffusion du fer ariégeois. En 1486, « le fer de Foix » est employé lors des travaux de réfection de la Tour du Lion64. Cinq quintaux et cinquante-six livres de fer sont achetés pour les besoins du chantier au cours du mois de mars. Le compte de construction énumère aussi l’usage d’un autre fer pour lequel aucun lieu d’origine n’est spécifié. C’est à sa qualité que le « ter de Foix » doit d’avoir atteint la Provence. Dans cette région, il se heurtait en effet à d’autres grandes zones de production. Les marchands d’Arles allaient s’approvisionner en fer à Avignon65. Il est possible qu’ils s’y procuraient du fer dit de Lyon, c’est-à-dire un fer originaire du pays de Gier et de Furans66. Ils y trouvaient assurément du fer italien, importé par le facteur de Datini, fer toscan certes mais également fer lombard et génois67. En outre, les commerçants génois, eux-mêmes très présents à Arles, pouvaient y importer le fer de leur contrée d’origine68. C’est dire combien le fer pyrénéen était soumis, sur ce terrain, à forte concurrence.

  • 69 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1715, fol. 116v°.
  • 70 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1596, fol. I.
  • 71 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 364 : VII sous jaques sus cascune cargue d’asser que passera cum (...)
  • 72 Nous ne disposons pas, pour ces modestes rivières, de l’équivalent des péages de la Garonne qui per (...)
  • 73 Au XVe siècle, le fer est effectivement réduit en Labourd à partir du minerai biscayen, E. GOYHENEC (...)
  • 74 Au XIVe siècle, le fer en barres navarrais, produit à Lesaca et à Vera, est expédié vers la Gascogn (...)
  • 75 E. GOYHENECHE, « Le régime des métiers... », op. cit., p. 12. Il est en outre possible que le terme(...)
  • 76 Le Marsan approvisionne d’ailleurs le Béarn en autres métaux que le fer. Ainsi, en 1421, quand Arna (...)
  • 77 M. ALVAR, « Lexicografia medieval : el peaje de Jaca de 1437 », dans Estudios dedicados a Menendez (...)

15Poursuivons, vers l’ouest, cette enquête sur la diffusion du fer du comté de Foix. S’il atteint la Provence, jamais son utilisation n’apparaît dans les sources béarnaises. Le fer ariégeois ne longe pas la chaîne pyrénéenne. Il faudra attendre l’année 1504, pour que du fer dit de Foix soit acheminé en petite quantité jusqu’à Nay69. Il butte alors sur la concurrence des fers produits à l’ouest de la vicomté de Béarn. Il est, en effet, impossible de préciser davantage l’origine du fer qui entre en Béarn par Orthez en 1391, quand Gaston Fébus accorde à Esteney de Lugagnon d’Orthez la dîme du fer estrange70 Encore en 1397, et en 1415, le transit de l’acier est attesté dans le péage concédé et renouvelé à cette ville par les vicomtes de Béarn71. La localisation de la capitale béarnaise qu’est Orthez laisse cependant supposer un approvisionnement originaire des provinces basques et de la Navarre. La ville, située dans la vallée du Gave de Pau qui se prolonge par celle de l’Adour, est d’accès facile à partir de Bayonne72. Or, ce port non seulement commande la région du Labourd où le fer est réduit73, mais il est aussi approvisionné par la Navarre et la Biscaye74. Dès 1960, Robert-Henri Bautier aboutissait à cette conclusion. Mais, que le fer consommé en Béarn transite ou non par Bayonne, son origine basque est plus que probable : il est prouvé qu’en 1439 et encore en 1475, le minerai de Biscaye fournit les ferrerias de Gascogne et de Labourd, à la périphérie du Béarn75. La voie d’accès vers le Labourd que constituent les vallées du Gave de Pau et de l’Adour, comme l’ouverture du Béarn sur les collines gasconnes du Marsan, politiquement rattachées à la vicomté, suffisent à justifier l’intérêt et la facilité de l’approvisionnement par l’ouest76. Ajoutons que si le Béarn s’ouvre vers l’ouest, l’approvisionnement à partir de la Navarre, mais suivant un axe nord-sud, par Jaca et Oloron, est également probable, même s’il ne mobilise, comme au XIVe siècle, que de faibles quantités de métal77.

16À partir des acquis du siècle précédent, le commerce du fer du comté de Foix a donc repris. S’est-il même interrompu entre les années 1360 et 1380 ? Du moins a-t-il disparu des sources. Lorsqu’il réapparaît, les hypothèses sont plus rares qu’au siècle précédent et les certitudes plus claires. Les axes de circulation se confirment mais, au-delà de ces axes, se profile une véritable zone de diffusion bornée, en quelque sorte, par les fers concurrents. Et c’est justement parce qu’il y a des fers concurrents que les frontières se dessinent plus clairement et que dans ce contexte le « fer de Foix », pour être distingué des autres, doit être désigné comme tel. Et c’est pour cela qu’il faut attendre le cœur du XVe siècle pour le repérer plus clairement, c’est-à-dire quand la production reprend en Comminges, en Aquitaine, quand la circulation est plus facilement saisissable, quand des produits différents sont identifiés par leur marque. On sait que le fer originaire du comté atteint alors la Gascogne, le Périgord, le Rouergue, Narbonne. Durant la première moitié du XVe siècle, nous pensons que sa forte présence dans le quart sud-ouest de la France, en relation avec la disparition ou le ralentissement d’autres zones régionales de production (Agenais, Quercy, Comminges), ne l’a pas imposé bien au-delà de ces limites. Mais cet espace, il l’a occupé pleinement. La production des moulines ariégeoises devait être majoritairement engloutie par ce marché régional. Ainsi se dessine la zone sur laquelle le fer du comté a exercé, un moment, son ferme monopole. Vers l’est, s’était également maintenu le fer du Roussillon et son espace de chalandise, vers l’ouest, celui du Pays basque. Le fer du comté était comme coincé entre l’une et l’autre des deux célèbres zones qui ont longtemps fait oublier aux historiens que le fer ariégeois était produit au même titre que le fer basque ou catalan.

  • 78 Il aurait été instructif de comparer ces données sur le commerce du fer avec les autres échanges ex (...)
  • 79 G. ROMESTAN, « Perpignan et les foires de Pézenas et de Montagnac aux XIVe et XVe siècles », dans P (...)
  • 80 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304. fol. 82v°-83v°.

17Si nous voyons se dessiner des zones de diffusion, nous ignorons les volumes mis en circulation. Cependant, les quelques sources qui nous permettent de reconstituer les échanges, tout particulièrement les dépositions aux procès de 1413 et de 1454, ne mentionnent jamais leur réduction avant le milieu du XVe siècle78. Mais si la quantité nous échappe, nous saisissons la qualité et d’ailleurs cette sélection qualitative recoupe notre incapacité à avoir ne serait-ce qu’une idée des volumes. Car effectivement, le fer du comté dont nous repérons la circulation au-delà des frontières fuxéennes n’est pas n’importe quel fer du comté. Il est, en effet, très probable qu’une partie du fer comtal exporté ne soit pas reconnaissable car, comme pour la grande majorité du fer produit, les sources ne signalent pas son origine. Ainsi, quand le fer ariégeois est identifié comme du « fer de Foix » et que, par ailleurs, il est associé à un prix de vente toujours supérieur aux autres fers, nous devons en déduire que ce fer dit de Foix correspond à une qualité spécifique et qu’il est parmi les meilleurs produits délivrés par les moulines du comté. Or, il est tentant de rapprocher la disparition des merlaria et l’apparition du « fer de Foix » dans la documentation. À partir de 1349, les sources sont muettes sur les premières. Quand la documentation reprend, le « fer de Foix » apparaît. Or, le « fer de Foix » n’est pas du « fer fort », car les deux produits sont clairement distingués sur le port de Narbonne et le « fer fort » est beaucoup plus cher. Ce « fer de Foix », nous pensons pouvoir l’identifier aux merlaria des XIIIe et XIVe siècles, c’est-à-dire à un produit hétérogène, une même barre pouvant proposer des qualités différentes correspondant à des niveaux différents de carburation ; une même barre rassemblant fer doux et « fer fort », fer doux et acier. Or, la reconnaissance des qualités des divers fers proposés sur le marché n’est pas exceptionnelle. On sait qu’en 1439, un marchand originaire de Perpignan se rend aux foires de Pézenas pour acheter, entre autres, un acier que no sia moll79. Au milieu du XVe siècle, on peut dire du fer du Comminges qu’il est dur, et de celui du Minervois qu’il est mol80. Ainsi, la qualité spécifique du métal ariégeois justifierait son exportation jusqu’en Provence et son utilisation sur le chantier d’Arles à un moment et sur un marché où la concurrence est rude. Qualité et hétérogénéité seraient en quelque sorte le « profil » du produit, une hétérogénéité dont il faut rappeler qu’elle peut être un atout recherché par les forgerons dont les travaux nécessitent différents types de métal. Or, cette qualité a un prix.

2. Quelques indices sur le prix du « fer de Foix »

  • 81 La rareté des prix du fer méridional est confirmée par les études qui ont été consacrées au commerc (...)
  • 82 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 51, fol. 10.

18Les prix dont nous disposons sont rares : cinq prix de fer originaire du comté de Foix et un prix de fer du Couserans, tous du XVe siècle, dont deux postérieurs à 1450. Il s’agit de prix utilisables, nous entendons par cela que le prix est associé clairement à une unité de poids, le quintal, et que l’origine du fer est mentionnée. La documentation est donc particulièrement réduite, ce qui est encore fréquent pour la France méridionale81. Cette documentation est, en outre, peu fiable. En effet, seuls trois prix émanent de sources comptables, soit un registre de la taille, un compte de construction arlésien et le livre d’un marchand condomois. Cette origine comptable ne doit pas pour autant nous faire perdre tout esprit critique. On sait que le prix n’est pas uniquement commandé par le marché mais que tout un jeu social peut interférer sur sa formation. La situation se complique d’autant quand, et c’est le cas en 1401, le prix est celui d’un fer récupéré chez un forgeron pour honorer ses dettes82. Ce prix correspond-il à la qualité du métal rapporté au marché de Foix alors que son détenteur est en situation financière délicate ? Que restitue ce prix ? La valeur réelle d’un métal de récupération ou la valeur dévalorisée d’un objet saisi ? Pour toutes ces imprécisions, nous avons choisi d’éliminer ce prix du corpus étudié. Deux autres prix doivent être également utilisés avec prudence : issus d’une déposition au Parlement de Toulouse et d’une délibération des consuls de Pamiers, ils peuvent toujours avoir été modifiés en fonction des intérêts à défendre.

  • 83 Il est impossible de préciser davantage car ce prix émane de la déposition du comte de Foix au Parl (...)
  • 84 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128.
  • 85 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-I28.
  • 86 Arch. mun. d’Arles, CC 220, fol. 278. Ce chantier, correspondant à la réfection d’un ouvrage de déf (...)
  • 87 G. LOUBÈS, « Commerce et échange... », op. cit., p. 242.
  • 88 Arch. mun. de Pamiers, BB 34, fol. 2v° ; J. LAHONDÈS, op. cit., p. 264-265.

19Autour de 142483, le fer originaire de Foix est vendu, selon les assertions du comte Gaston IV devant le Parlement, 2 écus à Toulouse84. En 1454, le même produit est estimé par le même homme, sur le même marché à 20 gros ou 2 moutons d’or85. Trente ans plus tard, en 1486, du fer dit de Foix est acheté à Arles 3 florins 6 gros le quintal86. Nous disposons dans ce cas de l’extrait d’un compte de construction de la Tour du Lion qui énumère l’achat successif au cours des mois de mars, juin et août de 2 quintaux et 14 livres de fer de Foix, puis de 1 quintal 14 livres et de 2 quintaux 22 livres. Enfin, à la fin du XVe siècle, un marchand de Condom (Gers) se procure également du « fer de Foix » : il vaut alors 1 écu 3 gros et 1 toulsa le quintal87. Par ailleurs, le fer originaire du Couserans est échangé sur la place toulousaine en 1447 contre un écu le quintal88. Les consuls de Pamiers le comparent à cette date au prix du fer originaire de Foix, vendu plus cher sur le lieu même de sa production.

20S’il est toujours possible de juxtaposer les données chiffrées, est-il pertinent de les comparer alors que nous ne savons rien de précis sur la nature du produit ? Un fait est certain : tous ces fers sont vendus au quintal. Quelle que soit la forme précise sous laquelle il est délivré, qu’il se présente en barre ou en morceau, on peut considérer sans trop d’incertitude que ce fer est un produit semi-fini. En revanche, la distinction entre les différentes qualités de fer du comté est difficile à établir. Nous ignorons même si le fer dit de Foix qui est vendu en Gascogne ou en Provence est identique au fer fabriqué dans le comté, vendu à Toulouse et dont Gaston IV indique le prix sans utiliser, pour le qualifier, la dénomination de « fer de Foix ». Le discours comtal sous-entend d’ailleurs des qualités différentes parmi les productions ariégeoises. Seul le « meilleur fer du comté », en effet, atteint le prix de 20 gros le quintal en 1454. S’agit-il du fer dit de Foix ? La certitude n’est pas absolue puisque le « fer fort » est aussi sur le marché. Toutes ces remarques confirment, s’il en était encore nécessaire, combien la nature précise du produit vendu est difficilement identifiable et combien cela complique à l’excès l’analyse d’un prix dont la formation est, par ailleurs, complexe.

  • 89 Pour connaître le taux de change d’une monnaie en tournois, nous avons eu recours à l’ouvrage de P. (...)
  • 90 Et cela malgré la richesse des tables proposées par A. BLANCHET et A. DIEUDONNÉ, Manuel de numismat (...)

21En outre, afin de comparer ces prix exprimés en différentes monnaies au cours d’un siècle riche en mutations, il a fallu les convertir en monnaie de compte et parfois recourir aux taux de change89. Sous une apparente facilité, l’exercice est délicat. Une première incertitude concerne l’unité monétaire elle-même. En effet, en 1424, 1447 et à la fin du XVe siècle, quand les prix sont exprimés en écus, s’agit-il de l’écu à la couronne, de l’écu au soleil, de l’écu neuf, de l’écu vieux ? En 1454, les gros mentionnés sont-ils des gros aux rondeaux ou des gros-de-roi ? Ainsi, nous sommes parfois obligée de proposer non un prix du fer mais une fourchette de prix. Une seconde incertitude touche la valeur en tournois de certaines monnaies pour lesquelles nous ne disposons d’aucune donnée durant l’année concernée90. Il nous faut alors extrapoler à partir des valeurs chronologiquement les plus proches. Cette pratique n’est concevable qu’après la période de grands désordres monétaires de la première moitié du XVe siècle.

  • 91 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128. En effet, le cours de l’écu est instable. Émis à (...)
  • 92 Arch, nat., Z1 b 991. Le fer de Lacaune en 1426 et 1427 s’échange aussi à un haut niveau de prix. I (...)
  • 93 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128. La valeur du fer est alors difficile à établir. E (...)
  • 94 En effet, en 1447. l’écu, quel que soit son type, est coté 27 s. 6 d. t., NATALIS de WAILLY, op. ci (...)
  • 95 Le prix est ici exprimé en florins, soit 3 florins 6 gros. Il s’agit, sans doute, du florin de Prov (...)
  • 96 Entre 1488 et 1498, l’écu à la couronne vaut 35 s. et l’écu au soleil, 36 s. et 3 d. t., NATALIS de (...)

22Dans les années 1420, le fer en provenance de Foix oscille, à Toulouse, entre 50 et 80 sous tournois (600 et 960 d. t.) le quintal91. Ce prix exorbitant est confirmé par les comptes de la Monnaie de Toulouse. En 1424 et 1432, les frais importants engagés pour la refonte des coins nécessaires aux monnayeurs sont justifiés par la hausse du prix du fer et de l’acier92. En 1454, le prix du fer retombe. Sa valeur est néanmoins imprécise. Elle oscille entre 360 et 600 d. t. soit un prix moyen de 480 d. t.93. Il se rapproche néanmoins, surtout pour sa valeur la plus basse, de celui du fer du Couserans vendu sept ans plus tôt 330 d. t. sur la place de Toulouse94. En 1486, à Arles, un quintal de « fer de Foix » atteint la somme élevée de 888 ou 840 d. t.95. À la même période, mais en Condomois, il vaut de 516 à 543 d. t.96.

  • 97 En Quercy, ce n’est qu’à partir de 1440 que les seigneurs s’efforcèrent de restaurer les moulines v (...)
  • 98 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90.
  • 99 Philippe Wolff ne mentionne jamais d’approvisionnement de ce type.

23De ces données éparses et peu nombreuses, on peut néanmoins extraire quelques informations sur le prix du « fer de Foix » durant le XVe siècle, préliminaire d’une enquête qui s’amorce. Examinons d’abord la situation durant la première moitié du XVe siècle. La flambée des prix des années 1420 résulte de la combinaison de multiples facteurs. Pour l’essentiel, le prix du fer est tributaire de l’inflation. Mais la hausse de sa valeur résulte aussi de la tension intervenue, sur le marché, entre l’offre et la demande. On ne peut douter que le fer du comté de Foix profite de la désertion de régions encore productives quelque temps auparavant et qui approvisionnaient Toulouse, comme le Quercy ou l’Agenais. Cette situation de monopole se poursuit jusqu’aux années 1450, à une époque où le Minervois produit de moins en moins, où le Quercy se relève à peine97. Encore en 1454, le procureur du roi au Parlement, s’opposant en cela au comte de Foix, précise que le fer vendu sur la place de Toulouse est plus cher quil nestoit paravant et est bien vray [...] car on nen fait pas tant comme on faisoit98. En temps de guerre, dans un Languedoc où les hommes d’armes occupent le terrain, le « fer de Foix » s’écoule au plus haut prix. Alors que des producteurs régionaux interrompent ou ralentissent leur activité, dans un contexte qui n’est pas favorable au transport sur de longues distances, la place toulousaine ne s’est pas ouverte aux grandes régions qui continuent à produire, ni au fer dit espagnol, ni au fer du Roussillon99. Sans aucun doute, cette relative imperméabilité du marché toulousain a protégé le produit pyrénéen.

24Cependant, la stabilité monétaire retrouvée, le prix du fer ariégeois est compris entre 360 et 600 d. t. en 1454. Cette baisse relative, par rapport au niveau atteint dans les années 1420, illustre sans doute la reprise de la concurrence sur le marché toulousain, si minime soit-elle. En effet, en 1447, le fer du Couserans alimente Toulouse. Cependant, même fixé au plus bas, le prix du « fer de Foix » est encore supérieur à celui provenant du Comminges qui s’échange au quintal contre 330 d. t. Les données chiffrées fournies par le comte de Foix confirment l’analyse faite par les consuls de Pamiers qui se plaignent amèrement de la concurrence commingeoise.

  • 100 Dans l’étude qu’il a consacrée à la ville d’Arles à la fin du Moyen Âge, Louis Stouff montre combie (...)
  • 101 NATALIS de WAILLY, op. cit.
  • 102 Pour la Normandie, G. BOIS, La crise..., op. cit., p. 81 ; M. ARNOUX, Mineurs, ferons..., op. cit.,(...)
  • 103 BNF, collection Doat, vol. 95, fol. 192-195.

25Pour la seconde moitié du XVe siècle, les prix du fer originaire du comté ne proviennent plus du marché toulousain, mais d’Arles et du Condomois. Le premier est étonnant : le « fer de Foix » se vend jusqu’à 888 d. t. le quintal en Provence. Le second se rapproche davantage des valeurs atteintes par ce produit au milieu du XVe siècle, soit de 516 à 543 d. t. La différence entre ces deux valeurs illustre la part du transport dans le prix de vente auquel s’ajoute, sans doute, la spécificité du marché d’Arles à cette date100. Si l’analyse des composantes du prix arlésien se révèle impossible et s’il est donc délicat de le comparer aux prix toulousains de la première moitié du XVe siècle, une telle comparaison peut être menée, avec toute la prudence nécessaire, à partir du prix condomois. Dans ce bourg gascon, le « fer de Foix », si l’on retient ses deux valeurs les plus hautes, et compte tenu du prix du transport, cependant non chiffrable, serait à la fin du siècle nominalement à peine plus cher qu’en 1454. En fait, la réalité est tout autre. Si l’on se réfère à la valeur intrinsèque du denier par rapport aux différents pieds de la monnaie d’or, une conclusion s’impose : la valeur réelle du quintal de fer a baissé au cours de la seconde moitié du XVe siècle101. L’évolution du prix du « fer de Foix » s’infléchit dans le même sens que celui du fer ouvré, comme des études récentes l’ont démontré pour le nord de la France102. Après une période de stabilité durant les années 1440-1450, sa valeur est à la baisse sans que nous puissions connaître précisément les rythmes de cet affaissement. En 1468, les habitants de Tarascon se plaignent de la pauca valor deu fer103. La reprise vigoureuse d’autres régions productrices comme le Quercy et la concurrence des produits se lisent dans l’évolution des prix.

  • 104 Pour la période 1437-1449, Philippe Wolff, sur un tableau comparatif des prix, attribue au fer brut (...)
  • 105 A.-Th. RENDU, Comptes d’exploitation des mines de Pampailly et Joux-en-Lyonnais. Comptes de Pierre (...)

26Sa valeur n’en demeure pas moins supérieure à celle des autres fers et cela durant tout le XVe siècle104. Néanmoins, après les soubresauts monétaires des années 1420, elle tend à se rapprocher de celles connues sur d’autres marchés et pour d’autres fers. Au milieu du XVe siècle, son prix est comparable à celui du fer acheté entre 1455-1456 pour la mine de Pampailly, sans doute sur le marché lyonnais, entre 300 et 400 deniers le quintal105. Ainsi, au milieu du XVe siècle et autant que l’on puisse le déduire d’une documentation médiocre et dispersée, le prix du,« fer de Foix », supérieur aux autres prix de fer disponibles, n’en participe pas moins aux tendances d’un marché du fer que l’on devine par petites touches, plus qu’on ne le restitue.

  • 106 Néanmoins, et malgré la forte valeur atteinte, la différence de prix entre les deux produits n’est (...)
  • 107 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 420.
  • 108 Ibid., p. 419.

27Pour la seconde moitié du XVe siècle, la comparaison est plus délicate encore. Nous l’avons dit, les prix dont nous disposons n’émanent plus du marché toulousain et ils sont d’autant plus difficiles à utiliser que la valeur du transport obère celle du produit. Néanmoins, une constante s’impose : le fer dit de Foix est le plus cher de tous ceux utilisés à Arles sur le chantier de la tour du Lion106 et son prix sur le marché condomois, soit de 516 à 543 d. t. le quintal, est nettement supérieur à ceux proposés à la même période dans une autre région productrice du Languedoc, le Quercy. En effet, en 1471, lors d’une vente conclue à proximité du lieu de production par le forgeur lui-même et sur une faible quantité de métal, soit 9 quintaux, le prix du fer au quintal est de 270 d. t.107. Quatorze ans plus tard, sur la vente massive de 660 quintaux fournis sur la place de Cahors le prix tombe à 191 d. t.108. Ainsi, quelle que soit l’évolution tendancielle des prix du fer régional, celui de Foix est toujours le plus cher. Quels sont les facteurs qui peuvent justifier cette persistante différence de prix ?

  • 109 Nous ne disposons d’aucun salaire. Cette faiblesse de la documentation est d’autant plus regrettabl (...)
  • 110 P. BENOIT, Les mutations techniques..., op. cit., p. 331-332 : « des appareils exigeant beaucoup mo (...)

28Il faut d’abord s’interroger sur les coûts de production. S’il nous est impossible, faute de source, d’étudier l’impact des salaires109 sur le prix de revient du produit, on peut évaluer imparfaitement celui de la technique de production110. Il semblerait que, là où il s’est diffusé, le procédé de réduction indirecte ait infléchi les prix à la baisse. Au contraire, la permanence de la réduction directe pourrait être à l’origine du maintien du prix élevé du fer de Foix. Cependant, en Quercy, à la fin du XVe siècle, le procédé direct est toujours en vigueur et le prix du fer quercinois est néanmoins inférieur à celui du comté. On ne peut donc pas imputer au seul maintien de la réduction directe la persistance d’un prix de vente élevé.

  • 111 Ph. WOLFF, op. cit., p. 456. Ce chiffre est étonnement comparable à celui fourni par Gauthier Langl (...)
  • 112 Pour la fin du XIIIe siècle, Charles Higounet a pu calculer le prix du transport de 192 tonneaux et (...)
  • 113 M. ARNOUX, op. cit., p. 329. Au contraire, quand il est distribué à l’intérieur des terres, son coû (...)

29Si la qualité des sources empêche toute analyse rigoureuse des conditions de production, elle souligne, au contraire et avec vigueur, la part importante du coût du transport dans la formation du prix final. Quelle que soit la place marchande où il s’échange, le fer ariégeois doit descendre des montagnes vers la plaine, suivant des chemins souvent difficiles dont nous ne percevons que la direction. Il doit ensuite parcourir plus de 100 km pour, du haut Sabarthès, atteindre le grand marché régional qu’est Toulouse. Or, nous savons que pour les produits pondéreux les frais de transport peuvent être prohibitifs. Ainsi, l’acheminement du bois par charrois peut représenter entre le tiers et les deux tiers du prix de vente111. Assurément, la pression que le prix du transport exerce sur le prix de vente, même pour un produit de qualité comme le « fer de Foix », constitue un handicap, surtout lorsqu’il est confronté sur le marché à un produit comparable. C’est le cas du fer du Couserans, fabriqué en majorité à partir du minerai de Vicdessos. La différence de prix enregistrée entre les deux fers pyrénéens résulte des conditions de transport. C’est du moins la conclusion des consuls de Pamiers qui s’émeuvent de la concurrence commingeoise. En effet, le fer du Couserans atteint Toulouse par la Garonne sans pourtant que l’on puisse savoir comment est organisé son transfert des vallées de Massat ou d’Ercé vers le fleuve112. À titre de comparaison, et pour saisir à plus grande échelle l’économie à laquelle on peut aboutir en utilisant le transport par eau, qu’il soit fluvial ou maritime, rappelons que le fer d’Espagne, quand il parvient après de nombreux cabotages jusqu’en Normandie, n’est pas forcément vendu plus cher que le fer normand113.

  • 114 M. ARNOUX, op. cit., p. 329.

30Mais, ce qu’illustre avant tout le prix élevé du « fer de Foix », c’est sa qualité. Nous n’y insisterons pas davantage. Son achat correspondrait à la nécessité d’exécuter des travaux délicats. Pour des ouvrages courants, on aurait recours à un fer plus commun. Cette diversité d’approvisionnement se retrouve sur d’autres chantiers. Ainsi, en 1375, pour la construction d’un canon à Caen, plusieurs qualités de fer sont employées. Le fer de la région côtoie alors celui d’Espagne, sans doute de qualité supérieure114.

31Mais, si le meilleur fer ariégeois est si cher, c’est aussi parce que le prix du minerai nécessaire à son élaboration, quand elle se fait au-delà du port de Sabart, est fixé en fonction des intérêts des hommes de Vicdessos. À cela s’ajoute la taxation sur le commerce et la circulation des produits sidérurgiques (minerai et fer) qui alimente les bourses des seigneurs et se répercute sur le prix de vente. Tant que le fer est demeuré rare, l’acheteur a accepté de payer le coût des privilèges.

3. Le coût des privilèges

32Il faut distinguer les taxes exigées contre le droit d’exporter du minerai ou du fer originaires de Vicdessos, de celles versées pour le fer en transit quelles que soient sa nature, son origine et sa destination.

  • 115 Il existe aussi une taxe levée sur le minerai de Château-Verdun. Elle apparaît dans la seule charte (...)
  • 116 Rappelons que ce droit sur le minerai exporté apparaît dans la charte de franchises de 1304, Arch. (...)
  • 117 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.
  • 118 1294 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 22 et 27 ; milieu XVe siècle, Arch. dép. Pyrénées (...)
  • 119 Et quod homines vallis Dessos possint deferre petram videlicet saxum petrae trium quintaliorum pro (...)
  • 120 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68. Michel du Bernis fait référence à une taxe initial (...)

33Dans le premier cas, il s’agit des droits que le comte de Foix a patiemment tirés de la communauté de Vicdessos entre 1294 et 1356115. Il n’est pas inutile de rappeler les étapes de leur mise en place. Initialement, la leude des miniers est due sur le minerai exporté à partir de la vallée de Vicdessos116. Au XVe siècle, un document nous informe qu’elle est levée sur chaque quintal de mine117. Pour désigner la taxe sur le fer exporté à partir du même lieu, les textes emploient le mot de gabelle (1294) puis de creys del ferr (milieu du XVe siècle)118. Or les chartes de privilèges qui rendent compte de la création de ces taxes sont d’une grande imprécision quant à la valeur des perceptions. Initialement, celle de la gabelle sur le fer est inconnue. En 1356, la leude sur le minerai atteint au moins 2 deniers toulousains pour 3 quintaux de mine119. Fort heureusement quand, au milieu du XVe siècle, Michel du Bernis récapitule les droits que le comte tire de la vallée de Vicdessos, il est attentif aux chiffres dont dépend la richesse de son maître. Aux 4 deniers sur chaque quintal de mine qui sort de la vallée de Vicdessos, s’ajoutent au moins 2 deniers par quintal de fer exporté hors du comté120. La valeur de la leude exigée sur le minerai a donc augmenté. Si en 1356, 2 deniers toulousains sont exigés pour 3 quintaux de mine, au milieu du XVe siècle, 4 deniers le sont pour 1 quintal. En fait, cette augmentation ne relève pas uniquement du nombre de deniers à verser car la valeur du denier du milieu du XVe siècle est déprimée par rapport à celle de 1356. C’est la quantité sur laquelle porte la taxe qui change tout.

  • 121 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68 ; Arch. dép. Ariège, E 96. pièces no 5, 36 et 37.
  • 122 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392. fol. 68.
  • 123 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.
  • 124 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.
  • 125 En effet, en 1403, à propos du chemin de Cavalière, le sénéchal du comté précise que l’autorisation (...)

34Cette leude sur le minerai est alors levée à Vicdessos ; dans l’acte de 1356, il était prévu qu’elle le soit près de Sabart ou dans d’autres lieux121. La taxe portant sur le fer l’est à Ax, Sem et à Foix, sans doute en fonction de la direction prise par les produits réservés à l’exportation122. Au XVe siècle, les droits levés sur le minerai et le fer semblent acquittés par tous ceux qui se livrent au transport et au commerce. La gabelle sur le fer, quand elle apparaît dans la documentation, est due par les habitants de Vicdessos qui exportent le fer au-delà des ports, c’est-à-dire hors de la vallée123. Au XVe siècle, l’origine des hommes n’est plus spécifiée et la taxe porte sur tout quintal sortant du comté124. Sans doute s’est-elle adaptée à la nouvelle géographie de la production : le fer, quel que soit son lieu de production, est taxé à l’exportation. Quant à la leude sur le minerai de Vicdessos, ses modalités de paiement ne sont pas claires. En 1356, les hommes de Vicdessos qui sortent le minerai au-delà du port de Sabart doivent l’acquitter. Mais, en 1414, quand les étrangers obtiennent d’être ravitaillés en minerai sur le pré de Vie, paient-ils la leude ? Sûrement, mais l’acte ne le spécifie pas. C’est la fraude opérée par ceux qui empruntent le chemin de Cavalière qui permet de l’affirmer a contrario125.

  • 126 En 1420, il est question de 2 deniers de taxe, mais on ignore sur quelle quantité. Arch, dép. Arièg (...)
  • 127 Le texte de 1414 spécifie que les 16 deniers comprennent 5 deniers pour le travail accompli par ceu (...)
  • 128 Arch. dép. Ariège, I C 163, p. 28. On appelle Guilhems, à Toulouse, les oboles blancs ou gros couro (...)
  • 129 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23.
  • 130 Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 18. On ignore, cependant, à quelle période de perception corresponde (...)

35Or, sur le minerai, cette taxation est lourde. Rappelons qu’en 1414, le quintal de mine peut être vendu jusqu’à 16 deniers de monnaie courante, des deniers toulousains. Les 4 deniers toulousains de taxe correspondent donc à 25 % du prix de vente126. Ils s’ajoutent aux 16 deniers127. Parfois, les malversations gonflent abusivement la ponction fiscale. Ainsi en 1420, le fermier de la leude d’Ax exige un guillem pour une charge de mine, c’est-à dire 20 deniers pour trois quintaux128. Dans ce cas, la taxe correspond à plus de 41 % du prix de vente. Déjà, en 1403, prétextant du fait que le village de Celles par où passe le minerai livré à la mouline de Belmont est situé dans une enclave domaniale, le fermier des traites royales demandait à taxer la mine129. Rien de surprenant qu’en 1332, le comte de Foix soit capable de verser au seigneur de Léran 100 livres d’or tirées des revenus de la leude des miniers130. La lourdeur de la taxe compense la politique de rétention opérée par la communauté de Vicdessos, politique qui réduit la valeur globale de la leude et donc les revenus comtaux. La faim d’un minerai de qualité explique qu’on ait consenti à la payer.

  • 131 Un texte de 1732 décrit ce chemin : il commence au-delà du pont de Laramade, à l’endroit où l’on qu (...)
  • 132 Traginer ou traginier c’est-à-dire transporteur, L. ALIBERT, Dictionnaire occitan-français, Toulous (...)
  • 133 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v° : [le seigneur de Mirepoix] est ale en Vic de Sols acha (...)

36La payer ? Quand on ne pouvait pas mieux faire. La pratique de la fraude par les marchands ou les transporteurs de mine est quotidienne. 11 suffit d’éviter judicieusement les lieux où sont postés les fermiers. Ainsi, comme nous l’avons déjà signalé, choisit-on de passer par un autre chemin que celui de Vicdessos, le chemin de Cavalière. Rejoignant les crêtes de Cavalière, il permet en effet d’éviter le bourg de Vicdessos et de rejoindre la vallée au niveau de Laramade131. Rappelons que l’autorisation de l’emprunter avait été donnée initialement aux hommes de la vallée et en fait, dès 1403, ce sont tous les traginers qui l’utilisent132. C’est un gain de temps pour les transporteurs, c’est aussi un gain d’argent pour celui qui veut tout à la fois payer moins cher son minerai et se soustraire à la pression fiscale du comte. La tentation est forte : les 10 livres d’amende prévues contre les fraudeurs n’y feront rien. Durant la même période, le seigneur de Mirepoix n’acquitte pas non plus la leude sur le minerai du Vicdessos qu’il fait convoyer jusqu’à ses terres133.

  • 134 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 392, fol. 68.

37Pour saisir la part de la gabelle sur le prix du fer marchand, le calcul est plus délicat. On ignore si les 2 deniers exigés par quintal de fer correspondent à l’augmentation possible de la valeur de la gabelle entre 1294 et le milieu du XVe siècle ou à la totalité de la taxe134. Il est cependant possible, à partir des prix dont nous disposons, de déduire le poids de la ponction seigneuriale à son taux le plus bas, c’est-à-dire en conservant artificiellement la taxe à une valeur globale de 2 deniers le quintal. La valeur de la taxe rapportée à celle du « fer de Foix » du milieu du XVe siècle oscille entre 0,3 et 1 % du prix de vente, car nous ignorons si ces 2 deniers sont exigés en deniers toulousains ou tournois. La taxation sur le fer est donc modérée en regard de celle exigée sur le minerai. Sans doute faut-il y voir une conséquence de la pression exercée sur la politique comtale par les maîtres de mouline de Vicdessos, exportateurs de fer.

  • 135 En 1454, le comte de Foix précise que ya de gentils hommes qui prennent aussi de leude, Arch. dép. (...)
  • 136 E. FOURNIAL, Les villes et l’économie..., op. cit, p. 350, constate le même phénomène en Forez.
  • 137 Cet argument est largement développé lors du procès qui oppose le comte de Foix aux capitouls de To (...)

38À ces droits comtaux s’ajoutent ceux prélevés lors du transfert des produits ou de leur vente. Comme le laisse supposer la déposition comtale de 1454, de nombreux seigneurs en profitent135. Les gentilshommes de Foix et le comte sont particulièrement soucieux, à cette date, du maintien sinon de la multiplication et de la bonne gestion des droits levés sur le commerce. Pour se procurer des ressources supplémentaires, ils taxent les produits qui continuent à circuler et à être vendus, dont le fer136. Il est d’ailleurs souvent difficile de distinguer le péage du droit de leude tiré de la vente de l’objet. Ainsi, dans le leudaire de Mirepoix daté de 1343, et sans doute utilisé largement après sa période de rédaction, la taxe est due sans distinction sur le produit vendut, comprat, passai. Dans le cas de péage, le sur-prélèvement opéré est souvent justifié par le nécessaire et difficile entretien des routes dans le comté137.

  • 138 Ainsi, le leudaire du Donnezan, rédigé en 1450, exige pour une charge de fer non obrat 6 d., pour u (...)
  • 139 G. de LLOBET, op. cit., p. 150. La cote précisée par l’auteur, soit DD 291, ne permet plus de retro (...)
  • 140 Les consuls renonceront rapidement à cette taxation supplémentaire de peur des procès qu’ils pourra (...)

39Ainsi, le fer comme les objets en fer participent de la longue liste des produits taxés. Cependant, sur l’ensemble des leudaires dont nous disposons, les taxes perçues sur le fer dans sa région de production sont inférieures à celles dues pour l’étain, le plomb ou le cuivre138. La tentation de multiplier les ponctions sur le commerce des produits sidérurgiques, si exceptionnellement florissant en période de crise, attire toujours davantage de seigneurs. En 1447, afin de relever le pont de Foix, ce sont les consuls qui décident d’une taxation exceptionnelle limitée à cinq ans et supportée par les marchands étrangers qui, pour chaque charge de fer, doivent verser un denier139 Elle doit assurément s’ajouter aux droits perçus traditionnellement140.

  • 141 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 57. Un témoin ajoute à cette liste le péage de La Bastide-de-Séro (...)
  • 142 Sur les péages de l’Ariège, consulter Ch. HIGOUNET, « Géographie des péages... », op. cit. Le premi (...)
  • 143 Ainsi, en empruntant la voie de Toulouse vers Ax, à Pamiers, le quintal de fer doit 6 d. t. (1386), (...)
  • 144 Ce type d’étude a pu être mené à partir des péages de la Garonne par Ch. HIGOUNET, « Géographie des (...)

40Notre propos n’est pas de livrer toutes les sommes dues au titre des leudes et des péages pour les objets sidérurgiques – au regard de nos sources, cela est de toute façon impossible – mais de saisir l’impact des droits sur le commerce. Cette étude est envisageable sur la voie dominante du commerce du fer ariégeois, celle qui mène à Toulouse. Des sources plus nombreuses permettent de cerner plus précisément les conditions du prélèvement et son poids économique. Des taxes sont levées à Ax, Tarascon, Foix, Pamiers, Saverdun, Mazères et le Mas-d’Azil141. Ces lieux de péage sont connus grâce aux dépositions des marchands toulousains qui empruntent majoritairement la voie d’Ax vers Toulouse142. La levée en est assurée par des fermiers, comme pour toute marchandise de passage. Nous ne savons pas quelle est la somme exigée à chaque péage mais il se peut que toutes ces ponctions soient cumulables, le comte et d’autres seigneurs intervenant individuellement sur leurs terres143. Il nous est donc impossible de calculer le montant total de ces taxes sur l’axe Toulouse-Ax et de le comparer au prix de vente de l’objet qui circule144. Cependant, si des villes ont obtenu l’exemption du paiement dans le comté pour leurs marchands, les tensions qui accompagnent la levée de ces droits, entre Toulouse et le comte de Foix, doivent être interprétées comme un indice du poids de la pression fiscale.

  • 145 Philippe Wolff décrit abondamment tous les linéaments de la procédure : dès 1407, les Toulousains r (...)
  • 146 En effet, en 1222, le comte de Foix accorde la pleine exemption de tous péages et leudes sur son te (...)
  • 147 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 67-69.
  • 148 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 70.
  • 149 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 69.
  • 150 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 70. En pratique, ce sont souvent les transporteurs qui paient la (...)
  • 151 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 210.

41Cette ponction seigneuriale est contestée dès le début du XVe siècle. Les marchands et leurs transporteurs refusent alors de s’acquitter du paiement. Il s’agit d’un acte réfléchi et argumenté des ferratiers de Toulouse, soutenus par les capitouls. En 1404 s’ouvre, en effet, devant le juge des appels civils de la sénéchaussée de Toulouse, le long procès qui va opposer le comte de Foix et la ville de Toulouse. La complexité de la procédure est telle que l’audition des témoins n’est pas encore achevée en 1413145. Les capitouls invoquent une ancienne exonération de la leude que les citoyens de Toulouse auraient obtenue sur leurs marchandises vendues ou en transit dans le comté de Foix146. Cette argumentation repose, entre autres, sur le fait que l’exonération est reconnue aux marchands de Castelbon, à ceux des villes de Foix, de Mazères, d’Ax et de Pamiers. Si le procès s’ouvre en 1404, les tensions qui l’ont fait naître sont plus anciennes et éclatent vers 1393 à partir d’un accrochage entre les fermiers de la leude et les ferratiers de Toulouse. Car, dans ce long procès où le fer n’est qu’un des nombreux objets taxés, ce sont les ferratiers qui sont à l’origine et au cœur des débats. On peut en déduire que la taxation sur le fer est la plus forte, ou du moins constitue la ponction la plus importante, car portant sur le principal objet des échanges entre le comté de Foix et la ville de Toulouse. L’événement-clé éclate à Tarascon, quand un ferratier de Toulouse, Pierre-Raimond Borrel, refuse d’acquitter la leude pour finalement la régler. Le récit de l’événement diverge en fonction des déposants. Pour les témoins des capitouls, l’altercation s’intégre dans une suite de violences et de pressions exercées par les fermiers sur les ferratiers. Les marchands eux-mêmes témoignent. Déjà, aux mois de février et mars de la même année Guilhem Raspaud, un autre ferratier, avait été taxé au péage de Saverdun de 2 sous tournois et demi et à celui de Pamiers de 15 sous147. À Foix, on exige de lui 13 livres et 5 sous tournois148. À Pamiers, le sus-nommé Pierre-Raimond Borrel, ou son représentant, est obligé de livrer une partie de son convoi pour régler la somme qui lui est imposée par la force149. Bernard Comuhar doit lui aussi verser à Foix la somme de 2 livres tournois et 2 gros150. Ces chiffres, pour être nombreux, ne nous éclairent pas sur le niveau atteint par la pression seigneuriale car nous ignorons à quelle quantité et à quelle marchandise ils s’appliquent. Quand on les interroge sur la nature et la quantité des produits. qui transitent ou sont vendus à Tarascon, les témoins se réfèrent au registre des leudes, document dont on peut regretter la disparition151. Au contraire, pour les témoins du comte, fermiers de la leude, marchands, charretiers, la levée de la taxe s’effectue toujours dans un climat de franche cordialité. Aucune pression, aucune violence. Les fermiers sont toujours prêts à trouver un arrangement. Il nous est ainsi impossible de dégager de ces témoignages contradictoires ce qui pourrait relever de la réalité historique.

42Cependant, si nous ne pouvons pas évaluer la valeur globale des taxes exigées au titre des péages et des leudes, nous sommes assurée de leur importance dans les revenus seigneuriaux. Ceci pourrait d’ailleurs expliquer sinon justifier la violence des fermiers dénoncée par les Toulousains. En effet, au cours de l’instruction du procès, la défense met sans cesse l’accent sur la pauvreté du comté, les faibles revenus de l’élevage, l’agriculture inexistante et l’absolue nécessité d’une taxation portant sur le minerai et sur le fer, arguments repris à l’identique lors du procès qui opposera quarante ans plus tard le comte de Foix au seigneur de Mirepoix. Or, dans ce pays de haute montagne, ce plaidoyer ne peut être interprété comme un simple effet de rhétorique.

43Au cours de la première moitié du XVe siècle, le poids des taxes pesant sur les produits commercialisables aurait atteint un niveau intolérable pour le marchand qui doit les acquitter. La révolte des ferratiers, des années 1400, pourrait être analysée comme la conséquence d’un sur-prélèvement devenu excessif. En fait, il faut s’interroger sur son interprétation. Si les taxes ont été mises en place au cours du XIVe siècle, elles prennent toute leur importance à partir du moment où le commerce se développe, c’est-à-dire autour des années 1400. La lutte qui s’engage alors entre le comte et les ferratiers ne serait-elle pas, non le signe de leurs difficultés, mais celui de leur volonté de profiter au mieux des revenus exceptionnels qu’ils peuvent tirer de la vente du fer, la valeur de la taxe diminuant d’autant leur marge bénéficiaire ? Pour revenir à notre propos initial, cette taxation est aussi un élément pour qui veut comprendre le prix élevé du fer ariégeois. Elle n’est possible qu’autant que le fer du comté bénéficie d’une situation de monopole sur le marché. Quand, au milieu du XVe siècle, cette taxation est remise en cause une nouvelle fois, la configuration économique est différente. Bientôt, le comté n’aura plus les moyens de sa politique commerciale et fiscale.

4. Marchands et transporteurs

  • 152 En Normandie, M. ARNOUX, « Le commerce du minerai... », op. cit., a mis en évidence cette hétérogén (...)

44À partir du XVe siècle, sur les chemins, dans les procès, marchands de minerai ou de fer, muletiers, charretiers, tous ceux qui se livrent au commerce prennent visage humain. Auparavant, ils n’étaient que des silhouettes peu convaincantes. Ainsi, l’historien peut enfin se livrer à une étude sociale que les sources plus anciennes avaient jusque-là rendue impossible. Le groupe des marchands est loin d’être homogène. Les hommes diffèrent par leurs origines et leurs revenus, d’un produit à l’autre, d’une route à l’autre. Ceux qui livrent le minerai, ceux qui vendent le fer et ceux qui en assurent le transport n’appartiennent pas au même milieu. En outre, la place qu’occupent le commerce et le transport dans leur vie professionnelle n’a pas pour eux la même valeur152.

Le commerce du minerai aux mains des hommes de Vicdessos

  • 153 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.
  • 154 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.
  • 155 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.
  • 156 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 16, 22 et 23.

45Les hommes de la vallée de Vicdessos contrôlent le commerce du minerai. Cette situation est reconnue officiellement par le comte de Foix dans l’ordonnance de 1414 à l’élaboration de laquelle ils ont participé, défendant activement leurs intérêts153. Rappelons-des. Ils obtiennent la surveillance vigilante de la qualité du minerai mis en vente154. L’ordonnance leur assure, en outre, la régularité de l’approvisionnement et un prix d’achat bloqué au sortir de la mine. Premiers servis en minerai, ils ne le paient que 8 deniers le quintal aux mineurs. Ce sont également des hommes de la communauté qui descendent le minerai jusqu’au bourg de Vicdessos. Ils le proposent alors à la vente au prix maximum de 16 deniers le quintal dont 5 deniers pour les frais de transport et pour le travail effectué, sans doute le concassage et le lavage du minerai155. Ils opèrent alors un choix parmi les acheteurs et cela malgré les injonctions de l’ordonnance. Certains d’entre eux acheminent « la pierre de fer » en dehors de la vallée156.

  • 157 Ce Jean Fabre est-il le même individu que Jean Faure, marchand, domicilié à Tarascon et intéressé a (...)
  • 158 Quant aux Fabre, ils sont bien représentés dans la vallée de Vicdessos. Néanmoins et malgré leur no (...)
  • 159 Arch. dép. Ariège, E 433. S’agit-il du même homme ?
  • 160 Mathieu Arnoux a démontré qu’en Normandie, le transport et la vente du minerai pouvaient être prati (...)

46Cependant si leur puissance est effective, leurs noms n’apparaissent que rarement dans les sources. Seuls émergent de l’anonymat les deux marchands de minerai qui approvisionnent en 1403 la mouline de Belmont : Jean Fabre et Germain Traversier157. On peut supposer que ce dernier appartient à la puissante famille de la vallée du Vicdessos fortement investie dans la production de fer comme dans la gestion des deniers princiers158. En 1423-1424, il serait domicilié à Vicdessos159. Néanmoins, rien ne prouve que le transport du minerai soit l’unique activité à laquelle il se livre160. En tout état de cause, l’alliance familiale qui, dans le cas des Traversier, unit marchands de minerai et producteurs de fer, expliquerait que la rétention du minerai au profit des maîtres de mouline de la vallée ou du haut Sabarthès ait été si efficace.

Ferratiers et transporteurs, la forte présence des Toulousains

  • 161 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 167 et 190 ; Arch. dép. Ariège, 1 E supp. FF 5, fol. 65.

47Les ferratiers toulousains dominent sans ambiguïté le grand axe qui relie le comté à la métropole toulousaine et se rendent souvent eux-mêmes sur les marchés de Foix et Tarascon où nous les voyons acheter et aussi participer à la vie locale, comme ce Migo de Montalban, ferratier de Toulouse mais domicilié à Foix, qui témoigne au sujet d’une rixe161. Certains de ces hommes sont mieux connus grâce aux tensions qui les ont opposés aux fermiers de la leude comtale. Au cours de l’audition des témoins, si un muletier amnésique ou prudent avoue ne pas se rappeler le nom des marchands pour lesquels il a travaillé, d’autres citent régulièrement cinq individus : Pierre-Raimond Borrel, Guilhem Raspaud, Bernard Lomuhac, Vital de Ponte et Francezo, dont seul le patronyme a été retenu. Le premier d’entre eux s’impose. Il est à l’origine du conflit sur les péages. Si, au moment de l’altercation, cet homme décidé mais confronté à la détermination des fermiers règle le montant de la taxe, c’est bien son refus initial qui a engagé la longue lutte juridique.

  • 162 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 167.
  • 163 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 60.
  • 164 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 228.
  • 165 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 57. L’acte est précisément analysé par Ph. WOLFF, Commerc (...)
  • 166 Ph. WOLFF, Les estimes toulousaines des XIVe et XVe siècles, Toulouse, 1956, p. 105. D’autres ferra (...)
  • 167 Arch. mun. de Toulouse, AA 8, p. 444.

48Or, ces Toulousains qui dominent une activité fondamentale pour le comté sont, à l’échelle de la ville de Toulouse, de modestes commerçants. Tout à la fois marchands de fer et artisans, ils vont parfois chercher eux-mêmes la matière première nécessaire à leur ouvrage et accompagnent les convois à partir de Tarascon162. D’autres délèguent leur pouvoir aux transporteurs. Ainsi, Guilhem de Noville, transporteur et marchand, habitant de Saverdun, travaille au service de ferratiers toulousains et assure le chargement des fers dans le comté163. Seul Vital de Ponte dispose d’un représentant régulier sur place. Il s’agit de Jean Faure, marchand d’Ax, mais domicilié à Tarascon au moment du témoignage, qui achète pour lui le fer en haut Sabarthès et le transporte jusqu’à Toulouse164. Cette modestie des moyens est confirmée par un acte de 1436, contrat d’association (companhia en lo feyt de ferrateiria) entre Guilhem Aranes, ferratier, et un changeur de Toulouse, Guilhem de Saint-Antonin165. Il est vrai que Guilhem Aranes est encore un jeune homme. Le capital de l’entreprise est fourni intégralement par l’argentier. Lejeune ferratier, avec l’accord de son père, apporte sa force de travail. Sa double activité de marchand et d’artisan est nettement attestée. Il opère rue des Changes dans un atelier loué par l’argentier : il y dispose d’une enclume, d’une balance et de poids. Nourri et logé, il reçoit par an 6 écus pour se vêtir et se chausser et perçoit un quart des bénéfices. Il ne peut entreprendre de voyage sans l’autorisation de son associé. Sa position, certes, n’est pas dominante dans le contrat d’association, mais la précision de l’acte, si elle peut relever de la prudence, en l’occurrence celle de Guilhem de Saint-Antonin qui investit la somme de 300 écus d’or, peut aussi répondre aux nécessaires garanties dans le cadre d’une association dont on attend des bénéfices, en un temps où le fer est encore une matière chère. Cependant, le cas de Guilhem Aranes laisse aussi supposer que les revenus qui sont dégagés par le commerce du fer échappe aux hommes qui s’y livrent effectivement. Cette impression, à partir du cas d’un tout jeune homme, est confirmée par ailleurs. On connaît, pour 1391, la valeur de l’estime de Pierre-Raimond Borrel, le ferratier le plus engagé dans le procès contre le comte de Foix. Elle est de 105 livres. C’est une fortune tout à fait moyenne pour la ville de Toulouse à cette date166. En généralisant ces deux cas à l’ensemble de la profession, on pourrait conclure que les ferratiers toulousains ne profitent que modestement du commerce du fer et que leur activité est commanditée par de plus solides fortunes. En effet, ces hommes ne sont pas de ceux qui ont construit les grandes dynasties commerçantes que Philippe Wolff a rendues si vivantes. Et parmi eux, ceux qui relient Toulouse à Foix et au haut Sabarthès ne s’imposent pas dans la profession, même le temps de deux générations. En effet, en 1499, quand une liste de tous les ferratiers de Toulouse est établie, un seul porte le nom d’un de ceux que nous savons fréquenter les marchés de Foix et de Tarascon au milieu du XVe siècle : l’héritier de P. Bruelh167. Mais il est vrai qu’à cette date, le fer de Foix a perdu sur le marché toulousain sa place dominante.

  • 168 Arch. dép. Ariège, 1 E supp. CC 50.
  • 169 Arch. dép. Ariège, E 83, fol. 11 ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 52, fol. 8.
  • 170 Bertrand de Borde : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 433, fol. 35v° ; P. d’Artigaran, G. de LLOBE (...)
  • 171 Arch, nat., 436 AP 228, no 59, aujourd’hui classé aux Archives départementales de l’Ariège dans la (...)

49Cependant, au cours du XVe siècle, les Toulousains sont, sur cet axe encore majeur du commerce du fer, suffisamment présents et puissants pour ne laisser que peu de place aux marchands du comté. En 1332 et encore en 1355, un seul ferratier apparaît parmi les signataires d’un accord conclu entre potentes et minores de la ville de Foix. Il s’agit de Jean Calvet, désigné comme forgeron et ferratier168 Au XVe siècle, Jean Calvet, peut-être son héritier, s’il se déclare forgeron, ne décline aucune activité commerçante169. En fait, peu nombreux dans les sources, les ferratiers fuxéens n’en exercent pas moins leur occupation, mais en sourdine, car le commerce du fer apparaît bien comme une activité parmi d’autres. Au détour des sources judiciaires, on découvre aussi, sans les connaître davantage, un Bertrand de Borde, ferratier de Pamiers et un P. d’Artigaran, ferratier à Foix170. Pierre Gayon, marchand de Tarascon, est signataire de l’ordonnance de 1414. On peut supposer, en vertu de la teneur de l’acte, qu’il a des intérêts dans le commerce du fer, mais les sources ne nous permettent pas d’aller plus loin. Certains d’entre eux louent des moulines. C’est le cas de Guilhem Fongasseri et de Jean Maurin qui amodient celles de Lavelanet et de Villeneuve d’Olmes en 1413171. Le marchand de fer s’estompe ainsi derrière le marchand et le maître de mouline.

  • 172 Philippe Wolffa rencontré des muletiers ariégeois à la solde des marchands toulousains. Nous ne les (...)
  • 173 Arch. mun. de Foix, 1 E suppl. CC 26, fol. 53. Le capital immobilier se compose pour l’essentiel de (...)
  • 174 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 26, fol. 10.
  • 175 Précisons que la moyenne des estimes fuxéennes s’établit à 117,5 livres vers 1460, G. de LLOBET, op (...)
  • 176 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 2-3.

50Tout au contraire, les transporteurs du comté apparaissent en pleine lumière et leur activité, à en juger par leur fortune mobilière, leur a procuré une certaine aisance matérielle. À l’échelle du comté, ils font partie des notables. Si, pour la majorité d’entre eux, nous n’avons aucune indication quant au produit transporté, on peut supposer que le fer, principal objet d’exportation, a au moins une place dans leur activité172. Peyrot de Cosaletz possède vers 1460 un capital foncier de 330 livres, auquel s’ajoutent 100 livres correspondant à l’évaluation de son capital mobilier173. Plus modeste, Bertrand de la Fita détient, à la même date, un capital de 130 livres174. Tous ces intermédiaires vivent confortablement175. Pour trois d’entre eux, les revenus du fer entrent largement dans la constitution, sinon de leur fortune, du moins de leur notoriété. Il s’agit des frères de La Marque, transporteurs, et intéressés, nous le verrons, à l’activité sidérurgique conduite par la famille des Villemur176. Comme dans le cas des marchands de minerai, une collusion s’opère entre les plus riches, qu’ils soient producteurs, marchands ou transporteurs. On a déjà noté combien l’ordonnance de 1414 avait scellé cette alliance.

  • 177 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 60-63 et p. 132.
  • 178 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.
  • 179 Nous renvoyons aux réflexions qui ont été inaugurées dans le séminaire de Philippe Braunstein sur l (...)

51Cependant, quand dans les dépositions de procès, nous voyons les ferratiers toulousains utiliser les services de transporteurs, ces notables fuxéens n’apparaissent pas. Au contraire, les hommes de Saverdun sont très présents. Certains sont des spécialistes du transport comme Guilhem de Noville, devenu marchand. D’autres comme Bertrand Dorla, s’ils se livrent très régulièrement à cette activité, se déclarent néanmoins laboureurs177. Des transporteurs sont aussi originaires du Comminges. Ainsi, un charretier de Saint-Gaudens convoie du fer de Foix vers Toulouse pour le ferratier Guilhem Aranes178. Une nouvelle fois, apparaissent le fourmillement des situations, la place changeante des individus dans une activité qui, pour certains d’entre eux – beaucoup d’entre eux ? – n’est qu’une occupation parmi d’autres, avant et après d’autres179.

  • 180 Ph. BRAUNSTEIN, « L’industrie à la fin du Moyen Âge : un objet historique nouveau ? », dans La Fran (...)

52La persistance du commerce du fer, l’espace qu’il irrigue, son organisation, la diversité des hommes qui s’y activent, nous renvoient au maintien et même au développement de la production sidérurgique dans le comté et dans la seigneurie de Mirepoix. La spécificité de ce commerce, son horizon régional et parfois national confirment que la sidérurgie fuxéenne s’affirme définitivement comme une industrie180. Cependant, le produit de cette industrie se présente majoritairement sous la forme d’articles semi-finis, barres ou morceaux qui, pour la plupart, sont exportés vers Toulouse où ils seront transformés. Seuls font exception les socs. La matière première est donc capturée, détournée du comté aux profits d’intérêts qui lui sont étrangers.

Notes

1 1403, Arch. dép. Ariège, E 96 pièce no 5 ; 1437, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 5.

2 Les archives départementales de l’Ariège ne conservent aujourd’hui de ce document fondamental qu’une copie moderne en latin, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, et une traduction en français qui oblitère souvent le sens du texte, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce n° 6. Raymond Barbé et Henri Rouzaud ont édité de façon incomplète ce texte dans sa version française, R. BARBÉ, Recueil des titres authentiques, chartes, privilèges, franchises..., op. cit., p. 43-46 et H. ROUZAUD, La mine de Rancié depuis le Moyen Âge..., op. cit., p. 136-138.

3 L’article 4 précise le prix du minerai vendu au sortir de la mine ; le 7 réglemente les conditions de pesée du minerai, le 8 la qualité du minerai ; enfin, l’article 9 précise le prix du minerai un fois transporté de la mine au bourg de Vicdessos où il est vendu sur le pré de Vie.

4 Ce qui, comme le note avec humour le baron de Dietrich au XVIIIe siècle, n’empêchait pas les hommes de Vicdessos de « tirer plus de mine de leur montagne qu’il n’en existe réellement », F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 181.

5 S’agit-il de deniers toulousains ou de deniers tournois, la monnaie tournois étant également invoquée dans le texte ? Nous penchons pour la première interprétation car le texte distingue la monnaie tournois de la « monnaie courante ». Au XVe siècle, des pièces dites toulsas sont encore frappées. Le système toulousain persiste aussi comme monnaie de compte dans les espaces excentrés comme le Comminges, où les prix sont fréquemment stipulés en monnaie toulousaine, Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 324. Il en est de même en Sabarthès au XIVe siècle.

6 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, article 7.

7 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : Postremo quia justum et rationabile credimus ut habitatores dictae vallis volentes in dit to menerio emere menant pretio jam statuto, omnibus aliis emptorihus extraneis praeferantur.

8 Au XVIe siècle, des mineurs peuvent acheminer eux-mêmes le minerai vers les moulines et vendre ainsi directement aux maîtres de mouline le produit de leur extraction. Ainsi, en 1531, un mineur de Sem achemine 60 quintaux de minerai à la forge de Massat, en Couserans, É. BARBE, Extraits des minutes de Maître Claude Grandmont..., op. cit., p. 50.

9 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8 : praeviso tamen quod dicti habitatores illicitam societatem aut monopolum inter se non contrahant aut huiusmodi praerogativa in damnum alterius non utentur (sic), sed menant ipsam in loco de Vico vaenalem exponant et quibuscumque emere volentibus concédant.

10 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8, article 9.

11 Dans les lettres patentes de 1403, renouvelées en 1437, il est précisé que le choix du chemin de Cavalière par ceux qui viennent chercher le minerai a pour objet le non-paiement de la leude. À partir de 1414, quand l’organisation de l’approvisionnement est réglementée et les prix de vente fixés en fonction de l’origine des acheteurs, sans doute faut-il ajouter à cette justification la volonté de s’approvisionner et de payer moins cher le minerai.

12 M. CHEVALIER, op. cit., p. 556.

13 1403 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22 et 23.

14 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90.

15 Dans son article consacré aux mines et au travail du fer en Rouergue, Jean Bousquet mentionne l’exportation du minerai d’Ariège vers la vallée de l’Agout, J. BOUSQUET, « Mines et travail du fer... », op. cit., p. 112. La référence, qu’il donne à l’appui de cette affirmation, s’applique cependant à la période moderne.

16 Il suffit de comparer l’espace de diffusion du minerai ariégeois avec celui du massif du Canigou, exporté, comme nous l’avons noté, vers le royaume de France dès le XIVe siècle et même vers l’Italie à la fin du XVe siècle, J.-Ph. HESSE, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », C.E.R.C.A., no 25, 1964, p. 251-266 ; G. ROMESTAN, « Les relations commerciales entre Perpignan et la Ligurie aux XIVe et XVe siècles », dans Atti del I Congresso storico liguria-catalogna, octobre 1969, Bordighera, 1974, p. 361-375. E. BARALDI, « Pratici (techniciens) et pratiques sidérurgiques dans la zone méditerranéenne entre le XIVe et le XVIIe siècle », dans Savoirs et savoir-faire industriels en Méditerranée occidentale (XVIe-XXe siècle), Carte, 2000, à paraître.

17 C. VERNA, « Des monts de Lacaune aux Pyrénées, temps, formes et enjeux de l’innovation : le cas de la mouline (XIIIe-XVe siècles) », op. cit.

18 Ce procès se noue en janvier 1404 devant le juge des appels civils de la sénéchaussée de Toulouse. Celui-ci rend, en 1407, une sentence favorable aux Toulousains et le Parlement de Paris, auquel le comte fait appel, confirme cette sentence. L’affaire n’a pas encore abouti en novembre 1412 puisque les deux parties recourent à l’arbitrage de quatre hommes de loi qui reçoivent et écoutent de nombreux témoignages mais ne semblent pas avoir prononcé de décision, Ph. WOLFF. Commerces..., op. cit., p. 468-469.

19 Arch. mun. de Toulouse, FF 26. Parmi les témoignages s’imposent ceux de Guilhem de Noville, transporteur puis marchand et habitant de Saverdun ; Guilhem Vacquier, marchand domicilié à Vicdessos ; Pierre Augier et Jean Faure, marchands de Tarascon ; Guilhem Berenger, marchand domicilié à Αx ; Bernard Raimond, fermier de la leude à Tarascon ; Pierre Campanie, hôtelier, né à Olbier et domicilié à Tarascon ; Maîtres Vital Borraci et Jean de Bouan, notaires à Foix ; Raimond Den Hugues, notaire de Vicdessos.

20 Les témoins désignent des charges de fer, cargo ferri, dont le poids n’est pas précisé, Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 132.

21 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 194-196.

22 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 188 : las antiques armes de Foix que son très barres afin que tes dits scapoles per totas parts fossan cone guts esser del ferri de Foix (1450). Que penser de ce ferrum moysonis de Foys qui aboutit à Rodez au milieu du XVe siècle ? S’agit-il d’une qualité de fer ou plus certainement de lames de faucille ?

23 H. ROUZAUD, op. cit., p. 98.

24 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 228.

25 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 194.

26 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 130. Guilhem de Noville, transporteur au service de ferratiers toulousains, utilise les deux moyens de transport. Si les charrettes tirées par les bœufs sont plus adaptées aux terrains plats, un marchand de Toulouse, Raimond de Rivo, n’hésite pas à emprunter avec ses bœufs la vallée de Vicdessos pour se rendre sur le versant aragonais. On peut néanmoins supposer que pour traverser la chaîne, il a abandonné ses charrois dans la vallée et utilisé des mulets. Arch. mun. de Toulouse, FF 26. p. 235.

27 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.

28 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 229.

29 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.

30 Nous aurions souhaité connaître la source dont dispose François Baby lorsqu’il déclare, dans un ouvrage consacré à l’histoire de Pamiers, que la ville constitue le principal centre de vente des fers du comté. Histoire de Pamiers, Pamiers, 1981, p. 181.

31 J. de LAHONDÈS, Les annales..., op. cit., p. 264-265 et 309.

32 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 60.

33 É. FERRAN, « La navigation sur l’Ariège et le commerce des vins de Pamiers aux XIIIe et XIVe siècles », Bulletin du Comité des Travaux historiques et scientifiques, Section économique et sociale, 1903, p. 367-375.

34 Signalons un article de Jean Paulin qui livre les résultats de fouilles pratiquées sur les gués d’Autcrive. Il propose également une liste d’analyses de textes médiévaux attestant du commerce intense pratiqué sur l’Ariège dès le XIIIe siècle et des anciens aménagements du lit du fleuve, J. PAULIN, « Les gués d’Auterive », Revue de Comminges, 1991, p. 475-485. Sur l’entretien du lit de l’Ariège, É. FERRAN, « Les rivières du département de l’Ariège : leur passé, leur présent, leur avenir », dans Actes du 2e Congrès du Sud-Ouest navigable. 1903, p. 204-218.

35 Philippe Wolff insiste dans sa thèse sur l’importance des armuriers de Toulouse pour l’approvisionnement des armées, Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 290-291. En 1411, il est défendu aux ferratiers de Toulouse de vendre, sans licence des capitouls, du fer pouvant servir à forger des arbalètes ou des armures.

36 A. VIDAL, Douze comptes consulaires d’AIbi au XIVe siècle, Albi, 1906-1911, t. I, p. 224.

37 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 5009, fol. 57.

38 B. SUAU, « Notes sur le commerce du fer et de l’acier à Rodez au milieu du XVe siècle », Revue du Rouergue, 1976, p. 49.

39 J. DELMAS, « Coutellerie et taillanderie dans le Rouergue du Moyen Âge ». Procès-verbaux des Séances de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 1981, Rodez, 1983, p. 86.

40 J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 421.

41 G. LOUBÈS, « Commerce et échanges en Gascogne centrale au bas Moyen Âge », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 1986, p. 242. Dans cet article, l’abbé Loubès souligne l’extrême rareté des sources sur le fer et sur son approvisionnement. Effectivement, même les comptes consulaires de Montréal-en-Condomois, pourtant si riches d’informations, s’avèrent, dans ce secteur de recherche, particulièrement décevants, Ch. SAMARAN et G. LOUBÈS, Les comptes consulaires de Montréal-en-Condomois (1458-1498), Paris, 1979.

42 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 195

43 Ph. WOLFF, « Midi aquitain et Midi méditerranéen : Toulouse et les foires de Pézenas à la fin du XIV et au début du XVe siècle », dans Actes du Congrès régional des Fédérations historiques du Languedoc, Carcassonne, 1952, p. 79-83.

44 Arch. mun. de Toulouse, FF 24. p. 70. Ces produits sont encore ceux transportés par les voituriers du Vicdessos au XIXe siècle, F. TAILLEFER, « Le Vicdessos... », op. cit., p. 239.

45 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049. fol. 61.

46 Le comté et plus particulièrement la ville de Foix exportent aussi vers Toulouse des draps, G. de LLOBET, op. cit., p. 149-150.

47 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°.

48 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 223 et 234.

49 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 64 : Michel du Bernis précise effectivement au sujet du port de Siguer que les droits de rève levés sur les produits exportés chutent quar es mal port que paucas gens ne passan.

50 L’une est présentée comme un extrait des droits de traite et rêve levés à Ax en 1452, Arch, dép. Ariège, I C 156 ; l’autre comme un extrait de la leude d’En Gary des lieux d’Ax et de Mérens de l’année 1452, Arch. dép. Ariège, 1 C 156. Les deux documents, s’ils ne sont pas identiques, se recoupent largement.

51 Arch. dép. Ariège, I C 156 : milie de clavelan, duxena de faus, cascuna douxena de pigases, foradura de bestia, candelas de fer, ouvratge de fer menut, cascun dail, lhansas de fereradas et de lhansas sins fer, arnes de homme darmas.

52 Précisons que les arbalètes d’acier sont munies d’un arc métallique. L’arme est non seulement plus résistante mais aussi beaucoup plus puissante. Cette mention d’arbalète d’acier est unique dans notre documentation. Si nous voyons transiter, dès le XIVe siècle, des carreaux d’arbalètes, l’arbalète n’est pas citée avant cette date dans les leudaires pourtant aussi précis que ceux de Toulouse, Laroque d’Olmes et Mirepoix, Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse... », op. cit. ; F. PASQU1ER, Le cartulaire de Mirepoix, op. cit., p. 219-236. Rappelons qu’en 1295, lorsque le roi se fournit en arbalètes dans la région, cette arme est désignée sous le vocable balista, sans autre précision, R. FAWT1ER, Comptes royaux, op. cit., p. 616-621 ; Ph. WOLFF, « Achats d’armes... », op. cit. Claude Gaier précise d’ailleurs que l’usage de l’arbalète d’acier ne se vulgarise pas avant le XVe siècle. Les fabricants d’arbalètes d’acier jouissent alors, auprès du duc de Bourgogne, d’une relative notoriété, Cl. GAIER, L’industrie et le commerce..., op. cit., p. 134-135 et 193, voir également Cl. GAIER, « Quand l’arbalète était une nouveauté. Réflexions sur son rôle militaire du Xe au XIIIe siècle » dans Armes et combats dans l’univers médiéval, Bruxelles, 1995, p. 159-182. En outre, Philippe Contamine ne signale, dans l’ensemble de sa thèse, que deux arbalètes d’acier dans un inventaire de la fin du XVe siècle (1474). On mesure ainsi la relative rareté et sans doute le coût d’une telle arme, Ph. CONTAMINE, Guerre, État et société à la fin du Moyen Âge. Études sur les armées des rois de France, 1337-1494, Paris-La Haye, 1972, p. 358.

53 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 67v°.

54 À propos du fer exporté vers l’Aragon, précisons qu’aux Archives départementales de l’Ariège sont conservées des lettres patentes de Jean, roi d’Aragon, datées de 1389 par lesquelles il exempte les habitants de Foix du droit de marque dans son royaume. Contrairement à ce qui est indiqué dans l’analyse du texte, ces droits de marque ne portent pas exclusivement sur le fer. Et d’ailleurs, l’acte ne mentionne aucun produit particulier, Arch, dép. Ariège, 1 E suppl. AA, pièce no 70. Ce droit de marque correspond, sans doute, au droit de représailles qui frappe les compatriotes de coupables ou de débiteurs qui ne peuvent être atteints personnellement.

55 Arch. dép. Ariège, 8 J 47.

56 Fonds Lévis-Mirepoix, ancienne cotation Archives nationales, 436 AP 228, no 59. Fonds déposé aujourd’hui aux Archives départementales de l’Ariège, sous la côte 46 J.

57 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90v°.

58 B. GILLE, Les origines de la grande industrie métallurgique en France, Paris, 1947, p. 5, note 22 ; C. PORT. Essai sur l’histoire du commerce maritime de Narbonne, Paris, 1854 p. 69.

59 G. ROMESTAN, « Le commerce à Narbonne dans le second quart du XIVe siècle », dans Hommage à Jean Combes, Etudes languedociennes. Mémoires de la Société archéologique de Montpellier, t. XIX, Montpellier, 1991, p. 56. Quand les marchands narbonnais entrent en relation avec ceux du comté, c’est pour le commerce des draps, A. BLANC, Le livre de compte de Jacme Olivier, marchand narbonnais, Narbonne. 1899. C’est encore pour le commerce des draps que pareurs et marchands de Foix, Mazères et Pamiers se rendent au-delà de Narbonne et Montpellier, aux foires de Lunel, J. COMBES, « Les foires en Languedoc... », op. cit., p. 253.

60 É. BARATIER et F. REYNAUD, Histoire du commerce de Marseille, t. II, De 1291 à 1480, Paris, 1951, p. 824, mentionnent des barres de fer fabriquées à Lacaune et importées à Marseille par un Narbonnais ; également, G. LARGUIER, Le drap et le grain en Languedoc : Narbonne et le narbonnais (1300-1789), Perpignan, 1996, p. 144.

61 Arch. mun. de Narbonne, compte de clavaire, 1446, document non côté. Nous remercions le Directeur des Archives municipales de Narbonne qui a mis à notre disposition des documents non inventoriés.

62 En 1447, Gaston IV fait l’acquisition de la vicomté de Narbonne. Cette seigneurie est criblée de dettes, il lui faut, en outre, racheter la leude de Narbonne aliénée par ses prédécesseurs, H. COURTEAULT, Gaston IV..., op. cit., p. 130.

63 Fonds Lévis-Florensac, ancienne cotation Archives nationales, liasse A 1, no 18 et no 19, document aujourd’hui conservé aux Archives départementales de l’Ariège dans le fonds 46 J.

64 Arch. mun. d’Arles, CC 220, fol. 278.

65 L. STOUFF, Arles à la fin du Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1986, p. 277 et 295.

66 Ph. BRAUNSTEIN et O. CHAPELOT, « Mines et métallurgie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : première esquisse », dans P. BENOIT et Ph. BRAUNSTEIN éd., Mines, carrières et métallurgie..., op. cit., p. 31-66.

67 L. FRANGIONI, « I risultati di esercizio della bottega Datini di Avignone (1385-1402) », dans Studi in memoria di Mario Abrate, vol. I, Turin, 1986, p. 447-451.

68 L. STOUFF, op. cit.

69 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1715, fol. 116v°.

70 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1596, fol. I.

71 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 364 : VII sous jaques sus cascune cargue d’asser que passera cum dessus [...] VI d. jaques sus cascune cargue de coyre, estanh o plom que passeur cum dessus. Le droit de péage est initialement concédé par Mathieu de Castelbon en 1397 puis confirmé par Jean Ier en 1415. Remarquons qu’il prévoit le passage de l’acier et celui d’autres métaux, cuivre, étain et plomb mais ne fait aucune référence au fer.

72 Nous ne disposons pas, pour ces modestes rivières, de l’équivalent des péages de la Garonne qui permettent de suivre le cheminement des métaux, parmi d’autres produits, à partir de Bordeaux, Ch. HIGOUNET, « Géographie des péages de la Garonne et de ses affluents au Moyen Âge », Journal des Savants, 1978, p. 105-130. L’approvisionnement en métaux de l’abbaye de Granselve par la voie garonnaise a déjà été signalé.

73 Au XVe siècle, le fer est effectivement réduit en Labourd à partir du minerai biscayen, E. GOYHENECHE, « Le régime des métiers à Bayonne au Moyen Âge. Les faurs et l’industrie du fer », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, 1964 p 9 et 12.

74 Au XIVe siècle, le fer en barres navarrais, produit à Lesaca et à Vera, est expédié vers la Gascogne et Bayonne. Comme le précisent les lettres patentes des rois de Castille datées de 1439 et 1475, le minerai de Biscaye arrive lui aussi à Bayonne, à Cap-Breton, à Saint-Jean-de-Luz et à Fontarabie par cabotage, É. GOYHENECHE « Le régime des métiers à Bayonne..., op. cit., p. 11 et 12. J. ALMUNIA, Antigua industria deI hierro, collection Temas vizeainos, C.A.V., 1975, p. 19, indique l’existence de documents attestant de l’approvisionnement du Béarn par le fer espagnol. Il transiterait par Bayonne dès le XIVe siècle. Mais aucune référence n’est fournie à l’appui de cette information.

75 E. GOYHENECHE, « Le régime des métiers... », op. cit., p. 12. Il est en outre possible que le terme Gascuena, dans les lettres patentes du roi de Castille qui autorisent cette exportation, désigne aussi le Béarn.

76 Le Marsan approvisionne d’ailleurs le Béarn en autres métaux que le fer. Ainsi, en 1421, quand Arnantuc de Larrey, habitant du petit bourg de Saucède, dans la vallée de Baretous, se fournit en métal, sans doute en cuivre ou en bronze, il l’achète à Mont-de-Marsan, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 1407, fol. 32.

77 M. ALVAR, « Lexicografia medieval : el peaje de Jaca de 1437 », dans Estudios dedicados a Menendez Pidal, Madrid, 1951, t. II, p. 91-133 ; M. MARQUE, Le cartulaire d’Oloron, Oloron, 1900, p. 62-68.

78 Il aurait été instructif de comparer ces données sur le commerce du fer avec les autres échanges extérieurs que pratique le comté. Si Gabriel de Llobet conclut au faible rayonnement de la ville, les exemples qu’il donne du repli fuxéen sont également plus nombreux après 1450, G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 148-151.

79 G. ROMESTAN, « Perpignan et les foires de Pézenas et de Montagnac aux XIVe et XVe siècles », dans Pézenas ville et campagnes, XIIIe-XXe siècles, Actes du 48e Congrès de ta Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Pézenas, 1975, Montpellier. 1976, p. 88.

80 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304. fol. 82v°-83v°.

81 La rareté des prix du fer méridional est confirmée par les études qui ont été consacrées au commerce en Languedoc, en Gascogne et plus largement dans la France du Sud. Ainsi l’ouvrage de Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., fondamental pour l’histoire des prix, ne fournit aucune analyse du prix du fer. Des prix de fer ouvre et de fer brut sont simplement reportés sur un tableau comparatif, pour la période 1437-1445. Encore récemment l’abbé Loubès, historien de la Gascogne médiévale et éditeur de textes, soulignait l’extrême rareté des mentions concernant le prix du fer et des métaux pour la fin du Moyen Âge, G. LOUBÈS, « Commerce et échanges... », op. cit. Pour confirmer cette caractéristique de la documentation méridionale, éloignons-nous un moment du Languedoc toulousain. Ainsi, dans sa thèse consacrée au Forez, Étienne Fournial, dont l’œuvre a renouvelé l’étude des prix, ne livre cependant que quatre prix du fer pour l’ensemble des XIIIe et XIVe siècles, É. FOURNIAL, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1967, p. 629.

82 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 51, fol. 10.

83 Il est impossible de préciser davantage car ce prix émane de la déposition du comte de Foix au Parlement de Toulouse en 1454. Il le date alors de trente ans.

84 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128.

85 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-I28.

86 Arch. mun. d’Arles, CC 220, fol. 278. Ce chantier, correspondant à la réfection d’un ouvrage de défense avancé surveillant un bras du Rhône, n’est pas mentionné dans la thèse de Louis Stouff sur la ville d’Arles à la fin du Moyen Âge. Cependant, l’auteur précise que « l’entretien des remparts et la défense de la ville sont pour les artisans de la pierre, du bois et du fer une importante source de revenus », L. STOUFF, Arles..., op. cit., p. 580.

87 G. LOUBÈS, « Commerce et échange... », op. cit., p. 242.

88 Arch. mun. de Pamiers, BB 34, fol. 2v° ; J. LAHONDÈS, op. cit., p. 264-265.

89 Pour connaître le taux de change d’une monnaie en tournois, nous avons eu recours à l’ouvrage de P. SPUFFORD, W. WILKINSON et S. TOLLEY, Handbook of medieval exchange, Londres, 1986.

90 Et cela malgré la richesse des tables proposées par A. BLANCHET et A. DIEUDONNÉ, Manuel de numismatique française, t. II, Paris, 1916 et par NATALIS de WAILLY, « Mémoire sur les variations de la livre tournois depuis le règne de saint Louis jusqu’à l’établissement de la monnaie décimale », Mémoires de l’Institut impérial de France, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, t. XXI, 1857, p. 177-427. Signalons également celles de l’ouvrage plus récent de É. FOURNIAL, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970.

91 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128. En effet, le cours de l’écu est instable. Émis à l’automne 1422 pour 25 s. t., il en vaut 40 à la fin de 1423, Ph. WOLFF, op. cit., p. 336. Il oscille ensuite de 1424 à 1430 entre 20 et 30 s. t., NATALIS de WAILLY, op. cit., p. 250.

92 Arch, nat., Z1 b 991. Le fer de Lacaune en 1426 et 1427 s’échange aussi à un haut niveau de prix. Il est en effet vendu entre 552 et 675 d. t. à Rodez. P. ALENGRIN, « Contribution d’un notulaire... », op. cit., p. 729.

93 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128. La valeur du fer est alors difficile à établir. En effet, rappelons que le prix est exprimé en moutons et en gros, soit 2 moutons d’or ou 20 gros. Les données dont nous disposons sur le mouton d’or datent respectivement de 1423, 1424 et 1428. En 1423, il vaut 17 s. 6 d. L, A. BLANCHET et A. DIEUDONNÉ, op. cit., p. 287. En 1424 sa valeur atteint 20 s. t. pour retomber à 15 s. t. en 1428, NATALIS de WAILLY, op. cit., p. 250. En conséquence, le quintal de fer s’échangerait entre 480 et 360 d. t. Quant au gros, entre 1447 et 1456, sa valeur oscille entre 15 et 30 d. t. en fonction du type de la monnaie : gros-de-roi dit aussi gros tournois ou bien gros aux rondeaux, J. LAFAURIE, Les monnaies des rois de France d’Hugues Capet à Louis XII, Paris-Bâle, 1951, P-110-1 1 1. Le gros-de-roi vaut 2 s. 6 d. t., soit 30 d. t. de 1447 à 1456, NATALIS de WAILLY, op. cit., p. 344 ; A. BLANCHET et A. DIEUDONNÉ, op. cit., p. 288. Le gros aux rondeaux équivaut à 15 d. t., Ibid., p. 294. Cette monnaie est cependant très rare, J. LAFAURIE, op. cit., p. 99, la qualifie de « moins commune des monnaies d’argent de Charles VII ». Le quintal de fer vaudrait plus sûrement 600 d. t. que 300. En outre, à Toulouse, Philippe Wolff a prouvé que le gros au tarif de l’or ou pour abréger le gros-or est utilisé dans cette période comme sous-multiple de l’écu, dont il représente théoriquement la dix-huitième partie, Ph. WOLFF, op. cit., p. 312. Sa valeur suit alors la cote de l’écu. Pour un écu à 27 s. 6 d. t., ce qui est le cas en 1454, la valeur du gros est légèrement inférieure à 20 d. t. Le quintal de fer vaudrait alors 400 d. t.

94 En effet, en 1447. l’écu, quel que soit son type, est coté 27 s. 6 d. t., NATALIS de WAILLY, op. cit., p. 252.

95 Le prix est ici exprimé en florins, soit 3 florins 6 gros. Il s’agit, sans doute, du florin de Provence qui, au début du XVe siècle, est compté à 12 gros ou à 12 gros et 16 deniers. Le gros vaut alors 20 deniers, N. COULET, Aix-en-Provence. Espace et relation d’une capitale, milieu XIVe siècle-milieu XVe siècle, Aix-en-Provence, 1988, p. 1068 ; É. FOURNIAL, Histoire monétaire..., op. cit., p. 145.

96 Entre 1488 et 1498, l’écu à la couronne vaut 35 s. et l’écu au soleil, 36 s. et 3 d. t., NATALIS de WAILLY, op. cit., p. 254. Le gros oscille, de 1486 à 1493, entre 32 et 36 d. t., ibid., p. 348. Georges et Geneviève Frêche, à partir des notes inédites de la thèse de Philippe Wolff, ont reconstitué le prix du froment à Toulouse de 1371 à 1450, G. FRÊCHE et G. FRÊCHE, Les prix des grains, des vins et des légumes à Toulouse (1486-1868), Paris, 1967, p. 94-95. Nous pouvons ainsi comparer le prix du carton de cette céréale, soit 372,8 l., à celui du quintal de fer brut. En raison des données disponibles, cette comparaison n’est possible que pour les années de flambée des prix de 1420-1426 et pour l’année 1450. Dans le premier cas, le prix du carton de froment est de 2,5 à 8 fois supérieur à celui du quintal de fer. En 1450, si l’écart de prix s’est nettement réduit, le carton s’échange néanmoins contre 840 d. t. alors que le prix du fer au quintal oscille entre 600 et 360 d. t. Pour la période 1437-1449, de semblables écarts de prix, cette fois entre la pugnère de blé ou de froment et le fer ouvré, peuvent être constatés dans le tableau XIV, certes difficilement lisible, de la thèse de Ph. WOLFF, op. cit.

97 En Quercy, ce n’est qu’à partir de 1440 que les seigneurs s’efforcèrent de restaurer les moulines victimes d’un long abandon et en élevèrent de nouvelles, J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 406.

98 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 90.

99 Philippe Wolff ne mentionne jamais d’approvisionnement de ce type.

100 Dans l’étude qu’il a consacrée à la ville d’Arles à la fin du Moyen Âge, Louis Stouff montre combien le marché arlésien est étroit. Nous avons déjà mentionné l’insuffisance de la production locale, il fallait avoir recours, pour l’achat d’articles en fer, aux commerçants avignonnais, L. STOUFF, Arles..., op. cit, p. 277 et 295.

101 NATALIS de WAILLY, op. cit.

102 Pour la Normandie, G. BOIS, La crise..., op. cit., p. 81 ; M. ARNOUX, Mineurs, ferons..., op. cit., p. 319 ; pour Paris, Ch. BERNARD. « La serrurerie parisienne à la fin du Moyen Âge d’après les comptes des aides de la ville de Paris », dans Hommes et travail du métal dans les villes..., op. cit., p. 15.

103 BNF, collection Doat, vol. 95, fol. 192-195.

104 Pour la période 1437-1449, Philippe Wolff, sur un tableau comparatif des prix, attribue au fer brut la valeur de 10 d. Si cette somme correspond à la livre de fer, comme pour le fer ouvré, on obtient un prix au quintal nettement supérieur à celui du « fer de Foix » et du Couserans à la même époque. Il est cependant délicat d’établir une quelconque comparaison entre ce prix et ceux dont nous disposons, car la représentation graphique d’où sont tirés les prix du fer proposés par Philippe Wolff est trop imparfaite.

105 A.-Th. RENDU, Comptes d’exploitation des mines de Pampailly et Joux-en-Lyonnais. Comptes de Pierre Granier (1454-1457), Thèse de l’Université Paris I, 1984, p. 73, article no 156.

106 Néanmoins, et malgré la forte valeur atteinte, la différence de prix entre les deux produits n’est pas excessive. Si le « fer de Foix » s’échange contre 3 florins 6 gros le quintal, le prix de l’autre fer utilisé et dont on ne connaît pas la provenance est de 3 florins. On peut supposer qu’originaire d’Allevard, comme le fer utilisé à Aix-en-Provence, ou bien importé de l’étranger par les marchands génois si présents à Arles, son prix est également oblitéré par la valeur du transport.

107 J. LARTIGAUT, op. cit., p. 420.

108 Ibid., p. 419.

109 Nous ne disposons d’aucun salaire. Cette faiblesse de la documentation est d’autant plus regrettable que le prix de la main-d’œuvre peut parfois peser lourdement sur la valeur du produit. Ainsi, dans le cas tout à fait spécifique de l’élaboration hâtive d’un canon en 1375, donc d’un chantier urbain exceptionnel, les salaires des ouvriers du métal représentent 47 % de la valeur du canon. Ils sont nettement supérieurs à ceux versés à des artisans qualifiés sur d’autres chantiers normands, M. ARNOUX, op. cit., p. 321.

110 P. BENOIT, Les mutations techniques..., op. cit., p. 331-332 : « des appareils exigeant beaucoup moins de main-d’œuvre et produisant en quantités nettement plus importantes mettaient sur le marché un métal abondant et peu coûteux ». Il faut donc supposer que le poids de l’investissement, le coût forcément élevé de l’appareil, n’a pas pesé trop lourd sur le prix de vente du produit. Cependant, un nouveau mouvement de hausse du prix du fer intervient au début du XVIe siècle. Il doit être mis en relation avec la croissance du prix du bois, A.-M. BAULANT, « Prix et salaires à Paris au XVIe siècle, sources et résultats », Annales E.S.C., 1976, p. 954-995.

111 Ph. WOLFF, op. cit., p. 456. Ce chiffre est étonnement comparable à celui fourni par Gauthier Langlois à partir de données contemporaines. En effet, en 1813, le transport représente 35 % du prix du fer ouvré de la forge de Quillan, G. LANGLOIS, « L’exploitation du fer à Villerouge et Palairac (Aude, XVIIIe-XIXe) : une absence de techniques ? », dans Les techniques minières..., op. cit., p. 212. À titre de comparaison, rappelons qu’une rubrique du compte royal de 1295 procure un indice sur le prix du transport d’arbalètes. Sans doute plus d’une centaine de ces armes a été convoyée de Foix à Toulouse, c’est-à-dire sur le trajet suivi par le « fer de Foix ». Pour ce transport, il est demandé 18 s. 3 d. t., soit le prix d’achat de trois arbalètes (le prix d’une arbalète oscille entre 6 et 8 s.), R. FAWTIER, Comptes royaux..., op. cit., p. 616-625. Philippe Wolff a pu calculer la proportion des frais d’emballage et de transport par rapport à la valeur de la marchandise : elle est de 19 à 20 %. Par ailleurs, nous disposons pour l’année 1436 d’un contrat signé entre un transporteur et un ferratier toulousain, un affretum. Du blé doit être convoyé de Saint-Sulpice-sur-Lèze vers Foix. Au retour chaque charrette transportera 13 quintaux de fer. Le prix versé par charroi pour un aller-retour semble s’élever à un écu et demi. Rapporté au prix du fer en 1454, nous aboutissons à un coût de transport correspondant à 4 % du prix de vente. C’est dérisoire. Sans doute, cette somme ne correspond qu’à une avance accordée par le ferratier. Les surcharges opérées par le notaire sur le contrat initial le rendent peu lisible et interdisent toute conclusion définitive, Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.

112 Pour la fin du XIIIe siècle, Charles Higounet a pu calculer le prix du transport de 192 tonneaux et 10 pipes de vin de Moissac à Bordeaux, par la Garonne. Il représente 14 % du prix d’achat, Ch. HIGOUNET, « Géographie des péages de la Garonne et de ses affluents au Moyen Age », op. cit., p. 105-130. Les très rares données sur le prix du transport du bois indiquent des frais de transport oscillant entre 13 cl 28 % du prix de vente, Ph. WOLFF, op. cit., p. 456.

113 M. ARNOUX, op. cit., p. 329. Au contraire, quand il est distribué à l’intérieur des terres, son coût augmente nettement, même en période de baisse des prix. Ainsi, entre 1377 et 1387, il atteint 36 gros la livre à Villaines et Maisey, en Bourgogne du Nord, Ph. BRAUNSTEIN et O. CHAPELOT, « Mines et métallurgie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : première esquisse », dans Mines, carrières et métallurgie..., op. cit., p. 47.

114 M. ARNOUX, op. cit., p. 329.

115 Il existe aussi une taxe levée sur le minerai de Château-Verdun. Elle apparaît dans la seule charte conservée, celle de 1293, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E l. Elle est due sur le minerai vendu et non transformé sur place et s’apparente ainsi à la taxe exigée sur le minerai exporté hors de la vallée de Vicdessos.

116 Rappelons que ce droit sur le minerai exporté apparaît dans la charte de franchises de 1304, Arch. dép. Ariège E 96, pièce no 22. Il n’est pas encore, à cette date, désigné par le terme de leude qui est utilisé à partir de 1356, Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 36 et 37.

117 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.

118 1294 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 22 et 27 ; milieu XVe siècle, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.

119 Et quod homines vallis Dessos possint deferre petram videlicet saxum petrae trium quintaliorum pro duohus denariis tolzanis solvendis domino comiti, Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 36 et 37.

120 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68. Michel du Bernis fait référence à une taxe initiale de deux deniers par quintal de minerai et non de deux deniers pour trois quintaux de minerai comme le prévoit l’acte de 1356 qui nous est parvenu. S’agit-il d’une erreur du copiste ? Rappelons que nous n’avons conservé de cet acte fondamental que deux copies du XVIIe siècle. En 1454, les chiffres avancés par le comte de Foix à propos du fer sont aussi légèrement différents. Il est question d’une leude sur le fer (et non d’une gabelle ou de creys). Elle ne correspond pas à deux deniers mais à deux hardis, monnaie de Morlaas, Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 83.

121 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68 ; Arch. dép. Ariège, E 96. pièces no 5, 36 et 37.

122 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392. fol. 68.

123 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

124 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.

125 En effet, en 1403, à propos du chemin de Cavalière, le sénéchal du comté précise que l’autorisation d’emprunter cet itinéraire, qui détourne du bourg où s’effectue le paiement de la leude, a été reconnue initialement aux seuls hommes de Vicdessos et non aux autres marchands ou transporteurs. Sans doute, faut-il distinguer parmi les hommes de Vicdessos ceux qui se fournissent en minerai pour leur forge et donc ne sortent pas le minerai de la vallée et ne paient pas la leude et ceux qui achètent le minerai pour l’exporter et versent la taxe selon les modalités prévues en 1356, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 5.

126 En 1420, il est question de 2 deniers de taxe, mais on ignore sur quelle quantité. Arch, dép. Ariège, 1 C 163, p. 28.

127 Le texte de 1414 spécifie que les 16 deniers comprennent 5 deniers pour le travail accompli par ceux qui descendent le minerai et le mettent en vente sur le pré de Vic. Ils s’ajoutent aux 8 deniers du prix de vente du minerai au sortir de la mine. Mais les 3 deniers restants ? La valeur de la leude ne correspond pas à cette somme et d’ailleurs le texte ne fournit aucune explication. Les 16 deniers sont présentés comme un prix maximal : les 3 deniers pourraient correspondre au bénéfice autorisé.

128 Arch. dép. Ariège, I C 163, p. 28. On appelle Guilhems, à Toulouse, les oboles blancs ou gros couronnés. Leur valeur est de 20 d. I. jusqu’en 1420, Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 330 et suiv. Elle correspond à celle du gros de 1420, NATALIS de WAILLY, op. cit., p. 338.

129 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 22-23.

130 Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 18. On ignore, cependant, à quelle période de perception correspondent ces 100 livres : un mois, un an... ?

131 Un texte de 1732 décrit ce chemin : il commence au-delà du pont de Laramade, à l’endroit où l’on quitte le grand chemin de Tarascon à Vicdessos pour aller au minier de Sem en passant par le village de Sem, Arch. dép. Ariège, 1 J 252.

132 Traginer ou traginier c’est-à-dire transporteur, L. ALIBERT, Dictionnaire occitan-français, Toulouse, 1997, p. 670.

133 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 82v° : [le seigneur de Mirepoix] est ale en Vic de Sols achapter de la mine qui estait bonne [...] dit qu’il en droit grant mine et ne paoit point de peage au deffendeur ne aux gentils hommes.

134 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques E 392, fol. 68.

135 En 1454, le comte de Foix précise que ya de gentils hommes qui prennent aussi de leude, Arch. dép. Haute-Garonne. B 2304, fol. 82v°.

136 E. FOURNIAL, Les villes et l’économie..., op. cit, p. 350, constate le même phénomène en Forez.

137 Cet argument est largement développé lors du procès qui oppose le comte de Foix aux capitouls de Toulouse au début du XVe siècle.

138 Ainsi, le leudaire du Donnezan, rédigé en 1450, exige pour une charge de fer non obrat 6 d., pour une charge de plom, 2 s., pour une charge d’estanh vieilh, 2 s. et d’estanh non ohrat, 4 s., Arch. dép. Ariège, 8 J 47.

139 G. de LLOBET, op. cit., p. 150. La cote précisée par l’auteur, soit DD 291, ne permet plus de retrouver ce document depuis le versement du fonds aux Archives départementales. Précisons que le fer n’est pas le seul objet dont la taxation soit prévue en 1447.

140 Les consuls renonceront rapidement à cette taxation supplémentaire de peur des procès qu’ils pourraient encourir et de l’ingérence de la justice royale dans les affaires de la ville.

141 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 57. Un témoin ajoute à cette liste le péage de La Bastide-de-Sérou, Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 195. Précisons qu’à Ax est levé le péage exigé pour le passage par Mérens, Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 250. Dans ces bourgs, au montant du péage s’ajoute celui de la leude sur la vente des objets, sans que, encore une fois, la distinction entre les deux taxes soit très nette, Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 250.

142 Sur les péages de l’Ariège, consulter Ch. HIGOUNET, « Géographie des péages... », op. cit. Le premier péage connu est celui d’Auterive (1255). Au début du XIVe siècle, Saverdun s’impose comme le grand péage de l’Ariège. On peut supposer que d’autres barrières sont dressées sur d’autres axes commerciaux. Ainsi, un garde royal du port de Vicdessos est attesté au début du XVe siècle, BNF, collection Languedoc, vol. 88, fol. 10.

143 Ainsi, en empruntant la voie de Toulouse vers Ax, à Pamiers, le quintal de fer doit 6 d. t. (1386), Arch. mun. de Pamiers, CC 81, fol. 2. À Foix, pour une charge, on doit verser un denier (1447), G. de LLOBET, op. cit., p. 150. À Ax, c’est encore 4 deniers le quintal qui est exigé (1452), Arch. dép. Ariège, 1 C 156.

144 Ce type d’étude a pu être mené à partir des péages de la Garonne par Ch. HIGOUNET, « Géographie des péages... », op. cit., p. 105-130. Le total des péages exigés pour un tonneau de vin, du Bas-Quercy jusqu’à Bordeaux, est cinq fois supérieur au prix du transport qui correspond à 14 % du prix d’achat.

145 Philippe Wolff décrit abondamment tous les linéaments de la procédure : dès 1407, les Toulousains reçoivent une sentence favorable, confirmée par le Parlement de Paris auquel le comte avait fait appel. Devant le blocage de la situation, les deux parties recourent en 1412 à l’arbitrage de quatre hommes de loi qui procèdent à l’audition de témoins et dont les Archives municipales de Toulouse ont conservé la trace. Cependant, en 1413, les quatres sages n’ont toujours pas prononcé leur décision, Ph. WOLFF, op. cit., p. 469.

146 En effet, en 1222, le comte de Foix accorde la pleine exemption de tous péages et leudes sur son territoire, Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 30 et 464.

147 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 67-69.

148 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 70.

149 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 69.

150 Arch. mun. de Toulouse, FF 24, p. 70. En pratique, ce sont souvent les transporteurs qui paient la taxe aux fermiers de la leude. Ils se font ensuite rembourser par le marchand, Arch, mun. de Toulouse, FF 26, p. 60.

151 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 210.

152 En Normandie, M. ARNOUX, « Le commerce du minerai... », op. cit., a mis en évidence cette hétérogénéité du milieu marchand.

153 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.

154 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.

155 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 8.

156 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 16, 22 et 23.

157 Ce Jean Fabre est-il le même individu que Jean Faure, marchand, domicilié à Tarascon et intéressé au commerce du fer ?

158 Quant aux Fabre, ils sont bien représentés dans la vallée de Vicdessos. Néanmoins et malgré leur nom, nous n’en connaissons aucun qui se soit déclaré forgeron ou ferratier. Quant à Germain Traversier, il réapparaît en 1423-1424 sur une liste établissant les redevances dues au comte par certains individus du comté de Foix, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 433.

159 Arch. dép. Ariège, E 433. S’agit-il du même homme ?

160 Mathieu Arnoux a démontré qu’en Normandie, le transport et la vente du minerai pouvaient être pratiqués de façon occasionnelle et marginale par certains individus, M. ARNOUX, « Le commerce du minerai... », op. cit., p. 99-100.

161 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 167 et 190 ; Arch. dép. Ariège, 1 E supp. FF 5, fol. 65.

162 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 167.

163 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 60.

164 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 228.

165 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 57. L’acte est précisément analysé par Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 493, 496 et 497.

166 Ph. WOLFF, Les estimes toulousaines des XIVe et XVe siècles, Toulouse, 1956, p. 105. D’autres ferratiers sont repérés, Pierre Marty et Bernard de Lovignac dont les estimes sont respectivement de 68 livres et demie et 120 livres. Ph. WOLFF, op. cit., p. 105-106.

167 Arch. mun. de Toulouse, AA 8, p. 444.

168 Arch. dép. Ariège, 1 E supp. CC 50.

169 Arch. dép. Ariège, E 83, fol. 11 ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 52, fol. 8.

170 Bertrand de Borde : Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 433, fol. 35v° ; P. d’Artigaran, G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 150.

171 Arch, nat., 436 AP 228, no 59, aujourd’hui classé aux Archives départementales de l’Ariège dans la série 46 J.

172 Philippe Wolffa rencontré des muletiers ariégeois à la solde des marchands toulousains. Nous ne les avons pas retrouvés dans les sources dont nous disposons. Il s’agit de Jean Oulier, de Laroque d’Olmes (1390) et de Jean Guilhem dit Bavet, de Foix (1451), Ph. WOLFF, op. cit., p. 458.

173 Arch. mun. de Foix, 1 E suppl. CC 26, fol. 53. Le capital immobilier se compose pour l’essentiel de deux estais qui sont estimés respectivement 100 et 230 livres.

174 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 26, fol. 10.

175 Précisons que la moyenne des estimes fuxéennes s’établit à 117,5 livres vers 1460, G. de LLOBET, op. cit., p. 126. Au contraire, à Toulouse, les transporteurs sont de fortune modeste, Ph. WOLFF, op. cit., p. 460.

176 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 2-3.

177 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 60-63 et p. 132.

178 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12049, fol. 61.

179 Nous renvoyons aux réflexions qui ont été inaugurées dans le séminaire de Philippe Braunstein sur le travail, la profession, l’occupation et dont l’ouvrage d’Alessandro Stella rend compte, A. STELLA, La révolte des Ciompi, les hommes, les lieux, le travail, Paris, 1993.

180 Ph. BRAUNSTEIN, « L’industrie à la fin du Moyen Âge : un objet historique nouveau ? », dans La France n’est-elle pas douée pour l’industrie, L. BERGERON et P. BOURDELAIS dir., Paris, 1998, p. 25-40.

Table des illustrations

Titre Commerce du minerai et des produits sidérurgiques, fin XIVe - milieu XVe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search