Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Première partie. Autour de la mine de sem, un grand bassin sidérurgique

Chapitre VI. Le prince et la communauté

Texte intégral

1. L’aristocratie et le fer : les étapes de la politique comtale

  • 1 Le livre de la chasse de Gaston Fébus, BNF ms. 616.

1Le comte et ses grands, fortement possessionnés dans le haut Sabarthès, n’ont pas simplement parcouru leurs forêts au cours de ces chasses qu’illustre encore le livre de Gaston Fébus1. Ils ont su tirer un autre profit de ces terroirs boisés et miniers qu’ils soumirent, au XIVe siècle, à une vigoureuse vigilance. Comme dans d’autres espaces, la mine, la forge et les produits sidérurgiques sont livrés aux variantes de la ponction seigneuriale. Cependant, le comté de Foix offre aussi l’exemple de la mise en place d’une politique sidérurgique faite d’orientations, d’hésitations et de choix et qui aboutit, finalement, à l’élaboration d’un modèle cohérent de gestion.

2On pourrait assurément douter de la mise en place d’une politique comtale en matière de mine et de métallurgie, tant l’ensemble de la bibliographie ne cesse d’exalter la communauté triomphante de Vicdessos face à un prince qui aurait délaissé ses droits. Pourtant, les chartes de coutumes, ordonnances, mandements attestent sans ambiguïté d’une activité administrative et législative soucieuse de l’exploitation sidérurgique. Certes, cette politique fuxéenne est tardive et correspond à la diffusion de la mouline sur les terres ariégeoises. Elle correspond aussi à l’avènement de la maison des Foix-Béarn, avec le mariage de Roger-Bernard III et de Marguerite de Béarn, à la fin du XIIIe siècle. Assurément, la récente puissance politique du lignage l’ouvre à de nouveaux intérêts. Quand Roger-Bernard III se soucie enfin de son patrimoine métallurgique, il a alors réuni comté de Foix et vicomté de Béarn et s’impose comme le plus puissant prince au sud du royaume de France. Il fallait ce poids politique pour créer ou réaffirmer des droits délaissés. La puissance nécessitait aussi du fer, source de revenus pour le prince dont les guerres coûtent cher, matière première pour les armes indispensables à ses combats.

  • 2 Sur les mines d’argent du comté, consulter C. VERNA, « Une nouvelle page de l’histoire des mines d (...)

3Cependant, la politique comtale ne s’est pas constituée d’un jet avec l’avènement de Roger-Bernard. Elle n’est évidemment pas le fruit d’une théorie appliquée au terrain de la production. En fait, elle se dégage de l’examen attentif du rapport de force qui s’exerce entre les comtes et la communauté de Vicdessos. Elle est fluctuante, faite de revirements, rythmée par les conflits qui opposent les comtes à cet autre pouvoir qu’ils ont eux mêmes renforcé, car c’est autour du riche gisement de la mine de Sem que l’on voit s’organiser la politique des Foix-Béarn. Ni pour les autres mines de fer, ni pour les hypothétiques mines de métaux précieux, leur législation ne sera aussi abondante et complexe2.

4Quatre comtes ont œuvré pour l’émergence et le maintien des prérogatives comtales en matière de sidérurgie. Roger-Bernard III (1265-1302) est à l’origine de cette politique, à partir de 1293. Gaston II (1315-1343) et Gaston III dit Fébus (1343-1391) en assurent le maintien après les années de relatif retrait ouvertes par la charte de 1304 (Gaston Ier, 1302-1315). Ainsi, l’édifice législatif, témoignage de la politique sidérurgique, se construit-il entre 1293 et 1356, alors que s’élèvent les moulines comtales. Il ne restera plus aux successeurs et tout particulièrement à Jean Ier (1412-1436) et Gaston IV (1436-1472) qu’à consolider puis sauvegarder, parfois désespérément, les acquis.

Roger-Bernard III : émergence et affirmation d’une politique minière et sidérurgique

  • 3 Il avait tenté d’exclure le Sabarlhès de l’hommage au roi, considérant ce territoire comme un fran (...)

5Roger-Bernard a laissé pour la postérité l’image d’un être batailleur, fortement attaché au respect de ses droits patrimoniaux. On sait qu’il n’a prêté hommage au roi de France pour l’intégralité de son comté qu’en 1277 et après un séjour dans la prison royale de Carcassonne3. Il n’avait pas hésité, en 1272, à braver l’autorité royale, multipliant les actes de violence sur l’un de ses vassaux. Philippe le Hardi, assuré de la nécessité d’une démonstration de son pouvoir à la périphérie du royaume, en avait appelé au ban et à l’arrière-ban pour encercler le château de Foix dont l’armée royale commença la sape. C’est donc pressé de toutes parts que Roger-Bernard se rend. Après sa réconciliation avec Philippe III, il n’aura de cesse de s’opposer à l’empiétement de la justice du roi comme aux pressions organisées par ses agents.

  • 4 En 1270, il reçoit en effet le Nébouzan de son futur beau-père. Ainsi, Saint-Gaudens, Saint-Planca (...)
  • 5 Les comtes de Foix sont vicomtes de Castelbon et donc co-seigneurs d’Andorre depuis 1226, après le (...)

6Jouant des rois de France et d’Aragon comme de toutes les situations de minorité et de succession à la périphérie de son comté, ce prince, d’un dynamisme hors du commun, sut concrétiser ses désirs de puissance par la construction de la plus belle seigneurie du versant nord des Pyrénées. Il avait déjà hérité d’un comté préservé du démantèlement par la politique de ralliement de Roger IV au roi de France. Par son alliance avec Marguerite, fille de Gaston VII de Moncade et bientôt héritière de la vicomté de Béarn, il crée la dynastie des Foix-Béarn. Toute sa vie, il n’aura de cesse d’élargir son domaine. À partir de 1270, il ajoute à son comté le Nébouzan4 et combat le roi d’Aragon et l’évêque d’Urgel pour conserver le Castelbon et le Donnezan, ses droits sur l’Andorre et le Val Ferrere5. Cette persistante volonté d’assurer des droits seigneuriaux, qu’il considère comme souverains, cette nouvelle puissance de part et d’autre des Pyrénées font de lui l’artisan privilégié d’une politique comtale en matière de mine et de métallurgie.

  • 6 Ces actes sont respectivement datés du 29 août 1293, BNF, collection Doat, vol. 176, fol. Il ; du (...)
  • 7 Voir à ce sujet G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 83. Nous avons déjà pu apprécier combien il fu (...)
  • 8 BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.
  • 9 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

7En 1293 et 1294, son chartrier recèle trois actes aux origines de cette politique : un appel au Parlement à propos d’une mine d’alun dont les agents du roi lui contestent l’exploitation, un accord avec les autres co-seigneurs sur la mine de fer de Château-Verdun et une charte de franchises concédée à la communauté de Vicdessos6. On doit voir, dans cette offensive juridique, le signe d’une reprise en main des intérêts comtaux. Roger-Bernard s’affirme comme le premier des comtes à se soucier des mines comme il est le premier à élaborer une législation économique pour l’ensemble de son comté7. Certes, son père et l’abbaye de Lézat avaient amodié les forges de Saint-Ybars en 1242, mais cet acte isolé ne prouve en rien un intérêt spécifique pour la production de fer, sinon la volonté d’organiser au mieux la ponction seigneuriale. Au contraire, dès 1284, Roger-Bernard en appelle au roi pour obtenir de pouvoir juger lui-même les hommes qui sortent illicitement des merlaria hors du Sabarthès8. Derrière la volonté de s’opposer à l’envahissante justice royale, c’est son intérêt pour les profits sidérurgiques qui se profile clairement. Cependant, il faut attendre l’année 1293 pour saisir la cohérence de sa politique. Elle clôt définitivement une période de retrait ou de désintérêt comtal. À cette date, Roger-Bernard prend position sur les deux plus importants gisements de fer du comté et de l’ensemble des Pyrénées centrales : ceux de Château-Verdun et de Vicdessos. Il dispose sans doute, dès cette époque, du minerai de la vallée de Saurat, même s’il n’est mentionné qu’en 13439. Dans ce cas, la faiblesse de la documentation tient autant à la puissance incontestée du comte à Saurat, où il ne semble jamais avoir inféodé de biens, qu’à la médiocrité du gisement. Mais pour les riches mines de Château-Verdun et de Vicdessos, où les enjeux sont autrement plus complexes, Roger-Bernard III opère une véritable reconquête dans le cadre d’un pouvoir réaffirmé et soucieux de ses droits.

Château-Verdun, un premier pas vers l’affirmation des droits comtaux

  • 10 J.-L. BIGET, « Notes sur le système féodal en Languedoc et son ouverture à l’hérésie », Heresis, 1 (...)
  • 11 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. C. BARRIERE-FLAVY, « Les mines de Château-V (...)
  • 12 Pierre de Durban est un des co-seigneurs de Château-Verdun, également possessionné à Montégut et à (...)

8Château-Verdun est une co-seigneurie, caractéristique de l’organisation du pouvoir en Languedoc10. Elle est dominée un temps par le lignage des Arnaud, proche de la famille comtale. C’est entre eux et le comte de Foix que se répartissent, en 1293, les droits sur les mines. Roger-Bernard est alors tout à la fois co-seigneur et seigneur des Arnaud qui lui prêtent effectivement hommage, superior dominas dictis condominis de Castro-Verduno. L’acte de 1293 est le seul qui ait échappé à la destruction irrémédiable du chartrier de Gudanes. Il nous est parvenu grâce à une copie conservée dans le fonds de la Réformation11. Cet acte majeur rend compte de la résolution d’un conflit suffisamment important pour justifier l’intervention conciliatrice du fils du vicomte de Narbonne. L’objet principal en est l’usage du minerai, même si d’autres tensions ont opposé le comte aux Arnaud, comme l’affaire de Siguer rapidement évoquée à la fin du texte et sur laquelle nous ne disposons d’aucune précision. Les Arnaud semblent d’ailleurs soucieux de l’équilibre des pouvoirs entre les co-seigneurs et obtiennent que la cession des biens tenus par Pierre de Durban à Château-Verdun ou à Aston soit soumise à leur accord préalable12. Ainsi, l’acte, malgré un net souci d’exhaustivité, demeure allusif et juridiquement imprécis pour nous qui ignorons aujourd’hui les relations conflictuelles entretenues par Roger-Bernard et les Arnaud.

9À l’issue de longues tractations, les différents seigneurs aboutissent à une répartition des droits tout à fait avantageuse pour les Arnaud. Les mines sont déclarées communes, qu’elles dépendent de la seigneurie des Arnaud ou de celle du comte, exception faite pourtant des « mines d’acier », mineriis de ferro calyhe vel axero. Ainsi, le minerai de qualité supérieure qui facilite l’obtention de l’acier par réduction directe est exclusivement réservé à ce lignage. Le comte de Foix abandonne également les droits de leude et de péage sur le minerai que les Arnaud ou leurs héritiers utiliseraient à leur profit. Il faut donc supposer qu’une partie du produit extrait est transportée et vendue et, dans ce cas, soumise aux versements de droits. Il est également prévu que le comte puisse récupérer la totalité des taxes commerciales dans le cas où les Arnaud viendraient à abandonner à d’autres leur part de seigneurie. Les Arnaud reçoivent, en outre, 50 sous toulousains et les revenus d’un casai à Albiès. Cependant, à l’issue de cet accord, le constat du rapport de force est d’autant plus difficile à évaluer que nous ignorons tout des conditions de l’extraction, tout de la répartition des revenus sur les mines les plus communes. Enfin, l’acte est si touffu, il mêle tant d’enjeux dont nous ne saisissons pas la relation directe avec l’exploitation minière qu’il nous est difficile de mesurer qui, de Roger-Bernard ou de ses compagnons, sort réellement vainqueur du conflit. Le comte a néanmoins réussi à faire reconnaître à ses vassaux des droits représentatifs de son pouvoir princier : droits de leude dont il accepte d’exonérer les Arnaud et leurs successeurs. Roger-Bernard ne pose encore que les jalons d’un pouvoir à créer, sinon à récupérer.

  • 13 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 14 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.
  • 15 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAl, fol. 127.
  • 16 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 17 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

10Cet accord aboutit à la gestion collégiale d’une partie des mines qu’atteste l’analyse d’une charte de 133113. À cette date, le comte de Foix, Pierre, Guilhem et Athon Arnaud autorisent ensemble Jean Pachau à extraire le fer : que pusca far mena. Dès 1326, la mouline d’Albiès, qui dépend du patrimoine du comte et des Arnaud, s’approvisionne dans la seigneurie14. Encore en 1349, quand Guilhem Arriga reçoit du comte de Foix le droit d’élever une mouline dans la forêt d’Andronne, il est bien convenu qu’elle sera alimentée, entre autres, par le minerai dont dispose le comte à Château-Verdun15. Cependant, les modalités précises de l’extraction nous échappent. On peut néanmoins supposer qu’à une exploitation domaniale se juxtaposent des concessions privées. En effet, les détenteurs de la mouline d’Albiès peuvent utiliser le minerai fourni par les seigneurs, mais également faire appel aux services de particuliers ou d’hommes extérieurs à la vallée, à des étrangers, per extraneos sen privates. Par ailleurs, il semble bien qu’en cas de dommages liés à l’extraction les co-seigneurs participent aux frais16. Quel que soit le flou de nos connaissances, il n’en demeure pas moins qu’en 1356, la mine de Château-Verdun est présentée comme un modèle pour celle de Vicdessos, modèle sur lequel elle doit s’aligner. C’est du moins l’hypothèse que l’on peut émettre à partir d’une phrase du texte : item quod in dicta meneria utatur sub modo et forma qua utitur in meneria de Castro Verduno17.

Les Foix-Béarn, XIIIe-XVe siècles

Les Foix-Béarn, XIIIe-XVe siècles

Sem au cœur des enjeux

11Pour la mine de Sem, la documentation mieux préservée, plus large et plus variée permet de saisir, dans le long terme, la politique comtale alors que le prince est ici confronté à la communauté, l’universitas de Vicdessos qu’il a lui-même dotée d’un consulat. Le comte de Foix est seigneur de Vicdessos. Contrairement à ce qui a été si souvent affirmé, la traditionnelle liberté de la vallée, fondée sur l’oralité de la coutume, puise également sa force dans la reconnaissance du pouvoir comtal.

La charte de 1272

  • 18 La date exacte du document est délicate à déterminer. Nous renvoyons d’ailleurs, pour toutes les q (...)

12En 1272, la première charte de coutume octroyée par Roger-Bernard à la communauté ne contient aucun privilège minier ni même aucune allusion à la mine18. Elle est simplement caractéristique de cette période où des pouvoirs concurrents, comte, roi et grandes abbayes, multiplient les franchises pour attirer ou mieux conserver les hommes. Le passage à l’écrit de droits plus anciens rappelés dans le protocole initial justifie, sans doute, la somme de 300 sous toulousains, véritable prix de vente de ce texte officiel.

  • 19 Cl. PAILHÈS, « Chartes de coutumes des pays d’Ariège », op. cit. L’émergence du pouvoir des probi (...)
  • 20 H. ROUZAUD, La mine de Rancié depuis le Moyen Age jusqu’à la Révolution, Toulouse, 1908, p. 23, pa (...)

13Roger-Bernard accorde des libertés comparables à celles octroyées à la même période dans d’autres lieux de son comté : liberté des hommes et des biens, exercice de la justice concédé aux probi homines en accord avec le bayle de la vallée19. Quant aux libertés commerciales, elles paraissent bien limitées au regard d’autres chartes de la même période. L’exemption de péage n’intervient que sur le commerce pratiqué jusqu’à Tarascon, marché et lieu de transit des produits du Vicdessos. Le fer n’est même pas mentionné comme marchandise spécifique de ces échanges dont la vigueur peut être mise en doute. Si l’extraction est déjà pratiquée, elle n’a sans doute qu’une envergure tout à fait locale. Un fait est certain : les libertés ne sont pas accordées pour dynamiser l’économie de la vallée mais pour se rallier une population de bergers combattants alors que le comte, devant l’avancée des troupes royales, est obligé de se retirer dans le haut pays de Foix20.

La charte de 1294

  • 21 L’acte est signé le jour des Ides de février 1293, c’est-à-dire le 13 février 1294 (n. st.). Un or (...)
  • 22 Dom C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, t. X, col. 106.

14À cette date, c’est gratuitement que le même Roger-Bernard élargit les privilèges judiciaires, commerciaux, et y ajoute tous ceux concernant le minerai21. Ainsi la mine de Sem est révélée par les textes en 1294, même si l’exploitation est assurée dès 1272 puisque les soldats du roi sont lapidés à coup de scories par les défenseurs du château de Montréal-de-Sos22. Comment expliquer cette apparition soudaine ?

  • 23 Rappelons que, profitant de la faiblesse momentanée de Roger-Bernard, le roi d’Aragon conserve, en (...)
  • 24 Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 82.

15Roger-Bernard justifie le renouvellement et l’enrichissement de la donation par les nombreux et larges services que la vallée lui a rendus et continue de lui rendre. Sans doute fait-il référence à l’appui militaire fourni par Vicdessos en 1272 et, plus largement, au service de frontière attribué à la communauté dont il sait avoir encore besoin dans le cadre de sa politique d’expansion vers le versant sud23. Il s’engage d’ailleurs, au début de l’énoncé des privilèges, à protéger et à défendre la communauté de toute injure, violence, trouble et invasion dont elle pourrait être victime. Encore au XVIIIe siècle, quand les consuls justifieront auprès du roi leurs privilèges, ils invoqueront le rôle défensif de la vallée afin que les espagnos ne vinssent envahir et s’emparer de la France de ce coté là24. Sans doute cet appui tactique est-il à l’origine du ton de l’ordonnance, véritable mise en scène des bienfaits et mérites de la communauté. Mais à ce contexte politique se superpose l’accélération de la croissance. Les nouvelles franchises sont aussi concédées pour répondre au dynamisme économique de la vallée. Productions et échanges sont beaucoup plus présents que dans la charte précédente : références au commerce de la viande, au marché de Vicdessos, à l’élevage, à l’exploitation du bois, à la surveillance des poids et mesures. Les articles consacrés à la mine participent de cet élan. Cependant, l’énoncé des privilèges miniers ne peut être dissocié des autres textes de 1293, consacrés aux mines. Nous l’avons dit, 1293 est une année-clé pour la politique minière de Roger-Bernard. À cette date, l’ensemble de la législation manifeste une même volonté de réorganisation pour mieux s’approprier la production et les taxes qui y sont associées. Les privilèges de la vallée de Sos, confirmés et élargis sans contrepartie, permettent au comte d’exiger un appui tactique. Mais, la conciliation absolue de la communauté doit aussi faciliter l’approvisionnement en fer nécessaire aux armées et l’accès comtal aux profits sidérurgiques.

  • 25 Roland Viader évoque ce qu’il désigne comme une plate-forme : « En effet, l’aval donné à ces commu (...)

16Cette nouvelle charte aboutit à une codification juridique plus précise. La justice civile comme criminelle est déléguée, sous certaines conditions, aux représentants de la communauté, les cas d’appel strictement limités. Roger-Bernard délaisse donc des droits significatifs de son pouvoir seigneurial, droits auxquels il est cependant attaché et qu’il défend au même moment contre les interventions des agents du roi de France. Mais il limite ainsi l’usage que peut en faire la communauté. Les droits sur les mines obéissent à la même logique. Énoncer des privilèges miniers et métallurgiques, c’est circonscrire une activité qui connaît un réveil certain et appelle une codification des usages traditionnels. Cependant, les privilèges accordés en 1294 ne suffiront pas à régler tous les enjeux qui naissent autour d’une exploitation en croissance. La communauté saura utiliser le non-dit de cette charte initiale25.

  • 26 Sur l’abonnement à la forge, C. VERNA, « Forgerons de village : quelques témoignages béarnais des (...)
  • 27 Á titre de comparaison, précisons que le registre de la juridiction de la mine de Beaumont, en Nor (...)

17Effectivement, les libéralités de Roger-Bernard, en matière de mine et de métallurgie, s’avèrent particulièrement réduites. En fait, elles répondent à des questions jugées alors litigieuses ou susceptibles de l’être et ne concernent pas les modalités coutumières de l’extraction. L’intérêt comtal se concentre sur les échanges qui s’ouvrent au même moment. Le comte octroie aux habitants de la vallée le droit d’emporter le fer ouvré, ferrum, au-delà des ports contre le paiement d’un droit appelé ici gabelle, gabella et dont on ignore le montant. Quant aux merlaria, leur vente est libre, mais dans le seul espace de la vallée et aux seuls hommes de la vallée. Les membres de la communauté obtiennent également le droit de faire réparer leurs outils dans n’importe quelle forge de la vallée. Ce privilège peut être diversement interprété : s’agit-il de supprimer toute banalité exigée sur le travail de la forge ou toute obligation de forger dans des forges comtales ; s’agit-il d’autoriser la rupture d’engagement, d’abonnement entre un forgeron et son client26 ? Nous l’ignorons. La charte est, par ailleurs, soucieuse des attributions judiciaires de la communauté. Or, le comte abandonne aussi son ban sur les mines : item volumus, concedimus, statuimus quod nos vel aliquis seu aliqui baiuli vel officiales nostri non possint aliquod banum apponere predictis habitatoribus tam presentibus quam futuris nec eorum aliquibus in meneria seu meneriis ferri infra dictant vallem et limites ac termines infra scriptos existentibus. En délaissant ce droit, il accorde à la communauté la police de la mine et la justice minière. La mine se définit donc juridiquement comme un espace particulier, spécifique mais où la justice de la communauté s’exerce comme dans le reste de la vallée, par l’intermédiaire des consuls. Cependant, aucune source ne nous permet de saisir l’exercice de cette juridiction27.

18Rien de précis n’est dit sur les conditions de l’exploitation. Qui peut extraire, à quelles conditions, pour quels revenus et surtout quelle est la part des initiatives comtales dans ce domaine ? L’exploitation minière est encore conçue comme un droit d’usage qui rentre dans le cadre de la libre jouissance par les habitants de tout ce qui est compris dans une vallée dont les limites sont retracées : de passu de Aris et de via removenti qua itur seu quae vadit usque Seguerrium ad portus apud nos et usque terram nostram citra montes aquas vergentes et prout aqua vergit in dictis portibus apud nos et terram nostram de Sos quas quidern limitationes pro terminis, pertinentiis et districtu dicte vallis eisdem hominibus et habitatoribus praesentibus et futuris assignamus. Le travail du fer participe de la concession des droits d’usage sur les montagnes, l’eau et le charbon de bois. Sans doute, l’ampleur de l’extraction ne justifie pas d’organiser plus fermement les conditions de travail, ni de préciser la répartition de ces usages entre tous ceux qui en ont droit. Ce silence est révélateur du maintien de traditions dont la pratique nous reste inconnue à cette date. Le comte ne juge pas nécessaire d’intervenir sur une activité ancienne, coutumière et qui fournit assurément la quantité de minerai et de fer qui lui est nécessaire.

19La rédaction peu précise de la charte tient, en fait, au choix de la gestion comtale. Roger-Bernard opère une nouvelle ponction seigneuriale sur la circulation du produit fini, ferrum, seul autorisé à l’exportation en 1294, et délaisse momentanément le secteur de la production. Il obtient ainsi des revenus sans aller à l’encontre des intérêts des notables de la vallée que sont les maîtres de mouline, confirmant, en outre, la libre vente des merlaria dans l’espace de la vallée et aux seuls membres de la communauté, véritable privilège accordé aux forgerons locaux. Roger-Bernard n’a pas jugé non plus nécessaire de préciser ses droits sur la mine. Ce texte laisse un grand vide juridique en amont de la commercialisation.

La charte de 1304 et le relatif retrait de Gaston Ier

  • 28 Acte du 31 octobre 1304, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 20.
  • 29 Arch. dép. Ariège E 96. Cette liasse conserve un original et une copie médiévale (pièces no 21 et (...)
  • 30 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 20. La somme exigée a été en partie découpée dans le parchemin d (...)
  • 31 Cette précision, d’ordre juridique, émane de l’analyse moderne, en français, d’un acte aujourd’hui (...)

20Les premières tensions interviennent sans doute dès la fin du règne de Roger-Bernard III. En effet, s’il faut attendre le mois d’octobre 1304 pour que le bayle de Vicdessos porte à la connaissance de la communauté la décision comtale de taxer le minerai28, la charte de Gaston Ier du 9 décembre 1304 précise que son père est à l’origine de cette nouvelle ponction29. La communauté en est avertie la veille du jour de la fête de la Toussaint par la lecture d’une lettre scellée par le procureur du comte. Pour chaque charge de minerai extrait, le comte entend prélever deux deniers quelle que soit l’origine de la personne taxée30. Cette taxe pèse sur la mine. Chaque contrevenant à la décision est menacé d’une peine de 60 sous toulousains. Nous ne disposons pas, pour cette période, de prix du minerai qui nous permettrait d’apprécier le poids de la taxation et la lourdeur de l’amende. Quoi qu’il en soit, cette « mauvaise coutume » est jugée excessive par les représentants de la communauté. Ils font aussitôt appel auprès du comte Gaston Ier ou de son sénéchal. L’acte est d’autant plus facilement contestable que le lieutenant du bayle de la vallée leur déclare ne détenir aucun acte officiel émanant du comte ou de son sénéchal, mais seulement une lettre de Bertrand Mercier, fils de Bernard Mercier, bayle de Vicdessos31. Le jeune comte, encore mineur, légifère un mois plus tard. La rapidité de la procédure démontre la puissance de la vallée et la nécessité de ne pas troubler l’extraction et la transformation du minerai.

21Ce texte de 1304 répond à la demande de la communauté et atteste du retrait du pouvoir comtal sur la mine. Aucune taxe ne sera désormais prélevée sur l’extraction et sur la transformation puisque la communauté est maintenue dans ses droits qualifiés d’ancestraux et enfin stipulés : elle peut librement extraire le minerai et le travailler dans les limites de la vallée, une nouvelle fois précisées. Elle détient donc un usage plein, entier et gratuit du minerai. La coutume est fixée par l’écrit. Avantageuse pour la communauté, c’est pourtant la reconnaissance comtale qui la rend incontestable.

  • 32 En fait, la restriction à l’exportation émane de la communauté elle-même, comme le prouve explicit (...)

22Ce privilège suppose, en outre, que les hommes de Vicdessos puissent échanger librement le minerai à l’intérieur des limites spécifiées et pour leur seul usage. Ainsi, comme les merlaria dès 1294, le minerai est libre de toute taxation interne. Cependant, s’il est vendu à un étranger – c’est-à-dire un étranger à la communauté – à l’intérieur de la vallée ou bien exporté, un droit acquitté traditionnellement par ceux qui sont hors de la vallée doit être versé au comte par les membres de la communauté qui se livrent à ce commerce. Ainsi, ce droit est à rapprocher de celui exigé sur le minerai de Château-Verdun proposé à la vente. On en ignore la valeur. Néanmoins, la taxe sur le minerai de Vicdessos, et qui apparaît ici pour la première fois, est encore rarement prélevée. En effet, le texte précise tout à la fois que la vente à un étranger à la vallée est en principe interdite et néanmoins autorisée après paiement de ce droit32. Dès la charte de 1304, la qualité de la rédaction restitue la difficulté éprouvée à évoquer la sortie du minerai. Mais, finalement, si Gaston Ier abandonne toute taxe sur l’extraction et la transformation du minerai, il conserve la gabelle sur le fer exporté, à laquelle s’ajoute cette taxe sur le minerai. Ainsi, est fixée la part revendiquée par chacune des deux forces sur la mine de Sem : le comte délaisse toute ponction seigneuriale sur l’extraction et la production. Il l’organise en aval, sur l’exportation du produit (ferrum) et, encore modestement, sur celle du minerai.

  • 33 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.
  • 34 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

23Cependant, si le silence persiste sur les conditions d’extraction, un acte ultérieur prouve que le comte conserve le droit de faire travailler à son profit dans les mines de Vicdessos et cela indépendamment de l’usage reconnu à la communauté. En effet, en 1343, il enjoint son sénéchal de faire travailler aux mines de fer de Saurat et de Vicdessos33. Par ce mandement, on peut supposer qu’il conserve le droit de délivrer une concession ou bien d’engager des salariés. Le texte de 1356 confirmera d’ailleurs l’intérêt que porte le comte aux modalités comme aux profits de l’extraction34.

  • 35 L’interdiction absolue de vendre à un étranger à la vallée, même sujet du comte, ne pouvait que se (...)

24Ainsi de 1293 à 1304, grâce à l’énergie de Roger-Bernard III, les comtes créent leur politique minière. À Château-Verdun, ils affirment leur droit sur l’extraction d’une partie du gisement et fixent les conditions de levée de la leude sur le minerai. À Sem, une taxe sur le fer exporté, et encore modestement sur le minerai, leur est assurée cependant qu’ils poursuivent leur exploitation minière en parallèle avec la communauté dont le droit d’usage n’est pas exclusif. Ainsi, quel que soit le lieu, l’intérêt du comte s’est porté prioritairement sur les droits levés sur la vente et/ou le transport de la matière première comme du produit semi-fini. Si les Arnaud ne paient rien sur le minerai qu’ils utilisent, si la communauté profite du même privilège, toute charge de mine qui sort de la seigneurie de Château-Verdun ou encore modestement de la vallée de Vicdessos est soumise à la taxation. Au moment où s’ouvre le commerce du fer, où des moulines s’élèvent en dehors du Vicdessos et de la vallée de l’Aston, l’accord de 1304, même s’il est en retrait par rapport à la volonté initiale de Roger-Bernard, est loin d’être désavantageux pour le comte Gaston Ier : si ce dernier a accepté de retirer la taxe sur l’extraction, il a cependant réussi à ouvrir une brèche dans le monopole d’approvisionnement du minerai de Vicdessos jusque-là interdit à l’exportation et entièrement dominé par les maîtres de mouline et les forgerons de la vallée35. De surcroît, rien n’interdit au comte de vendre une partie du minerai tiré de sa mine de Château-Verdun comme de celle de Vicdessos. Ce minerai alimente aussi les moulines qu’il amodie.

Gaston II et les Arnaud : l’organisation du patrimoine sidérurgique

25L’absence des comtes de Foix de notre documentation de 1304 à 1326 illustre davantage l’affaiblissement d’un pouvoir soumis à une régence particulièrement tumultueuse que l’abandon d’une politique minière. Quand Gaston Ier meurt en 1315, Gaston II n’a que sept ans. Il a pour curateurs les proches de son père, seigneurs du comté, mais sa mère, Jeanne d’Artois, rend difficile la gestion des seigneurs ariégeois. Ce n’est qu’en 1326, une fois le jeune Gaston majeur, qu’une nouvelle phase de la politique comtale s’amorce. Elle est marquée par l’influence des Arnaud. Nous avons déjà évoqué cette famille noble du Sabarthès. Il faut à présent examiner attentivement son impact sur la politique comtale et plus largement sur la sidérurgie du haut pays de Foix. Les Arnaud sont à l’origine de l’industrie ariégeoise.

Les Arnaud, une noblesse incitatrice

26Parmi les lignages qui vont participer à la croissance de la sidérurgie de la fin du ΧΙΙIe au milieu du XIVe siècle, s’affirme nettement celui des Arnaud, qui a su faire de sa puissance politique le levier de sa puissance industrielle.

  • 36 Dom C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, op. cit., t. VIII, p. 906.
  • 37 S. NELLI, « Les Château-Verdun, une famille noble cathare du comté de Foix », Heresis, 1986, p. 56
  • 38 Ibidem, p. 49.
  • 39 Ibidem, p. 49.
  • 40 Ibidem, p. 56.

27En effet, cette famille est associée à celle des comtes dont le soutien la hisse parmi les plus puissants lignages ariégeois. Les Arnaud tiennent leur seigneurie du comte de Foix, sans doute dès la fin du XIIe siècle. Le premier grand Arnaud est Athon Arnaud Ier, proche du comte Roger-Bernard II. Il se bat à Muret, à Baziège et encore à Béziers aux côtés du comte de Foix alors vassal du comte de Toulouse. Quand, en 1229, Roger-Bernard doit faire sa soumission au roi de France, il remet ses châteaux à la couronne au nom de ses frères Aimeri et Loup de Foix et d’Athon Arnaud, ainsi assimilé aux familiers, aux plus proches des compagnons du comte de Foix36. Pendant deux siècles, les Arnaud joueront de cette alliance comtale. Forts de cet appui, ils seront cathares sans jamais mettre le lignage en danger. Tous les Arnaud passent par Montségur, presque tous reçoivent le consolamentum. Certains en meurent comme, vers 1270, Pons Arnaud (II), décédé en prison, relaps37. Ses biens sont alors confisqués. Mais, grâce au soutien des comtes de Foix et sous le couvert d’une vente arrangée, le patrimoine est transmis à la famille. En effet, le 19 juin 1270, Roger-Bernard III vend pour 8 000 sous morlaas à Guilhem-Raimond de Josa, Jossa ou Joxa et à Pons Arnaud III de Château-Verdun, un cousin du précédent, tous les biens ayant appartenu à Pons Arnaud prévenu du crime d’hérésie38. Or, dès 1272, le même Guilhem-Raimond de Josa cède au même Pons Arnaud et à Guilhem Arnaud son frère les biens qui lui avaient été vendus deux ans auparavant39. Roger-Bernard avait réussi par cette double vente à remettre à ses fidèles les biens que son alliance avec le roi de France l’obligeait à confisquer. Ainsi assiste-t-on à une concentration du patrimoine entre les mains d’une unique branche des Arnaud, les enfants d’Athon Arnaud Ier recevant à la fois les biens de leur père et de leur cousin, Pons Arnaud II. Le catharisme notoire des Château-Verdun n’a donc pas englouti totalement leur patrimoine, la famille a résisté à la tourmente de la croisade même si certains individus ont été sacrifiés. Cette branche héritière sera la seule à se maintenir au début du XIVe siècle, les enfants des autres frères d’Athon ayant disparu sans filiation directe40. Peu de maisons seigneuriales auront si bien joué de leurs appuis et de la chance.

  • 41 Claudine Pailhès signale, dès 1283, un Arnaud de Château-Verdun, sénéchal du comte de Foix, Cl. PA (...)
  • 42 Pierre Arnaud a deux frères, Guilhem Arnaud II et Athon Arnaud III, qui dirigent avec lui la co-se (...)
  • 43 S. NELLI, op. cit., p. 49.

28De cette concentration des biens entre les mains d’une génération naît la puissance foncière des Arnaud et leur volonté de réorganiser un domaine sans doute malmené par les années de guerre. Or, à partir de 1293 et jusqu’en 1340, ces seigneurs tirent au mieux profit de la richesse de leur sous-sol et saisissent l’enjeu sidérurgique. Ils semblent bien avoir compris que là réside un des fondements de leur puissance. En 1293, l’année même où la politique comtale prend forme, les Arnaud sont associés à cette renaissance. Pons Arnaud Ill, son frère Guilhem Arnaud, entre les mains desquels s’est concentré l’héritage, leur cousin Garsias, Raimond Batalha un autre cousin des Château-Verdun par la mère de Pons Arnaud, une Serena de Mirepoix, et enfin le fils de Guilhem Arnaud, Pierre Arnaud, signent un accord avec le comte de Foix sur l’exploitation des minerais de la seigneurie. Celui qui deviendra le principal artisan de cette politique est alors très jeune, il s’agit de l’aîné de la nouvelle génération des Arnaud, Pierre Arnaud Ill, futur sénéchal du comte de Foix41. C’est autour de lui et de ses deux frères que s’opérera une nouvelle concentration des biens et des parts de la coseigneurie42. Garsias n’a pour descendant qu’une fille, religieuse à Prouille, alors que les Batalha disparaissent de la gestion commune des biens. Dès 1302, Pierre Arnaud est parmi les exécuteurs testamentaires de Gaston Ier. Après la mort du comte en 1315, il est désigné, avec son frère et d’autres nobles, comme tuteur et procurateur des enfants de Foix43. En la personne de Pierre Arnaud se fondent puissance politique et assises foncières.

  • 44 C. VERNA, Les mines et les forges des Cisterciens..., op. cit.

29Ce lignage dispose alors, sans doute, de la majorité des parts de la seigneurie de Château-Verdun. Aucune étude ne permet aujourd’hui de mesurer le poids foncier de cette seigneurie. Elle est constituée de larges estives et d’un immense terroir boisé, des berges de l’Ariège jusqu à l’Andorre. Au centre du domaine est la vallée de l’Aston, gros torrent aux eaux tumultueuses. Mais le cœur de cette puissance est localisé à Château-Verdun où, au pied du premier château féodal s’ouvre la mine de fer, excroissance du bassin de Sem. Le patrimoine foncier des Arnaud est ainsi constitué, en dehors des pâtures, d’eau, de fer et de bois. Ses données naturelles font de Château-Verdun le prototype même de la seigneurie sidérurgique. Mais tout cela n’est que richesse potentielle qui, avant le rachat de 1272, ne semble pas avoir profité au lignage. Cependant, à la fin du XIIIe siècle, alors que la croisade s’éloigne, le choix sidérurgique est fait. Il permet une mise en valeur optimale des ressources de la seigneurie foncière et se combine avec une autre source de revenus : l’élevage concentré sur les « plas » de l’Aston. Nous retrouvons là un modèle de gestion que nous avons saisi chez d’autres seigneurs et sous d’autres cieux, dès la première moitié du XIIe siècle : les moines cisterciens44.

  • 45 S. NELLI, « Les Château-Verdun... », op. cit., p. 56.

30Les Château-Verdun vont susciter l’innovation. Pour rapporter d’avantageux revenus au lignage, le minerai de fer doit être largement consommé. Les Château-Verdun vont créer la demande. Sans doute est-ce ainsi qu’il faut interpréter l’extraordinaire flambée des autorisations qu’ils accordent pour l’élévation de moulines dont l’approvisionnement en minerai dépend de la seigneurie. Or, les forges hydrauliques, nous l’avons par ailleurs démontré, constituent une nouveauté technique sans précédent. Les Arnaud sont à l’origine de la diffusion de l’innovation en terre ariégeoise. De 1326 à 1340, et certes en l’absence de sources équivalentes pour le Vicdessos, presque toutes les moulines élevées durant cette période dépendent d’eux. Si la première attestée est localisée à Junac, la quasitotalité de celles qui lui succèdent au cours de la première moitié du XIVe siècle est concentrée sur la seigneurie de Château-Verdun. Le torrent de l’Aston est alors équipé, de sa confluence avec l’Ariège jusqu’à Sigueille, c’est-à-dire sur une longueur de plus de 5 km. Mais avec les enfants de Pierre et Guilhem Arnaud prend fin le lignage de ces premiers seigneurs de Château-Verdun45. On assiste alors, à la fin du XIVe siècle, à un nouvel éclatement de la co-seigneurie entre les mains de multiples détenteurs. Les Arnaud n’en exercent plus la direction.

  • 46 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.
  • 47 Arch. dép. Ariège, 19 J 86. Les Barre ou Barra apparaissent dans les registres de Jacques Fournier (...)
  • 48 Encore en 1341, c’est un Raimond Barre, damoiseau, que le comte de Foix autorise à exploiter ses m (...)
  • 49 Si l’enrichissement du patrimoine sidérurgique est visible, nous ne savons rien de l’approvisionne (...)
  • 50 Sur cette illustre famille et plus particulièrement sur Corbeyran de Foix, on peut consulter G. DO (...)
  • 51 A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 100 et 162.
  • 52 Une mouline fonctionne à Luzenac dès le début du XIVe siècle. Or, celle dite de Sortadel dépend du (...)
  • 53 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 33 et 132.

31Cependant, ces hommes ont servi de modèle à l’aristocratie locale. Nous le verrons, c’est sur leur initiative que le comte Gaston II équipe ses vallées. Mais ce nouveau mode d’enrichissement crée aussi des émules parmi la noblesse du haut comté. Dès 1336, dans la toute proche seigneurie d’Orgeix, Philippe Barre, seigneur du lieu, autorise comme ses grands voisins et dix ans après eux l’élévation d’une mouline46. En 1340, il obtient de la comtesse de Foix la permission de bâtir des moulines dans le consulat d’Ax47. Ce lignage se lance dans l’aventure métallurgique48. Désormais le relais des Arnaud est pris. Avec le censier de 1390, nous savons que leur initiative a été suivie par d’autres, entre 1340 et 139049. C’est le cas des Foix-Rabat50. Corbayran est le fils de Roger de Foix et de l’héritière des Rabat, une ancienne et déjà puissante famille du comté, première baronnie des États du pays de Foix. Il est sénéchal du comte de Foix en 1385, encore en 1391, conseiller de Gaston Fébus, de Mathieu de Foix et d’Archambault de Grailly. En quelque sorte, il succède aux Arnaud comme conseiller du prince. Or, en 1390, il est seigneur de deux moulines, l’une à Vicdessos, l’autre à Rabat51. Cette dernière est parmi les plus puissantes installations de l’époque puisqu’elle est comptabilisée dans le censier pour cinq feux. 11 détient sans doute aussi celle de Luzenac52. D’autres lignages apparaissent à la même période : les Villemur et les Miglos. Ils sont encore faiblement possessionnés, mais nous les retrouverons au XVe siècle. Auprès d’eux, et plus modestement, le seigneur d’Arignac détient la mouline de ce village, comme l’abbaye de Saint-Volusien de Foix celle de Perles53. Si la réussite des Arnaud a été à l’origine de la promotion de la mouline dans les patrimoines seigneuriaux, le plus bel exemple de cette diffusion est cependant constitué par le domaine comtal.

La constitution du patrimoine sidérurgique comtal

  • 54 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°.
  • 55 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127.
  • 56 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 165.
  • 57 Ibid., p. 106 et 130.
  • 58 Arch. dép. Ariège, E 7, p. 249 ; E 9, p. 22.

32À partir de 1326, le nouveau comte de Foix participe à l’équipement en moulines de la vallée d’Aston. C’est sans doute en vertu de l’acte de 1293 et de l’exploitation commune des mines de fer que le comte de Foix accorde, avec les autres co-seigneurs, son autorisation pour la construction de cinq moulines sur le territoire de la seigneurie. Jusqu’en 1335, Gaston II est à la remorque des seigneurs de Château-Verdun. Mais à partir de cette expérience commune en Aston, les comtes de Foix vont équiper leurs vallées boisées et parfois minières : celle de Saurai où Gaston II autorise la création d’une mouline en I3 3 554, celle de l’Arget où la mouline d’Andronne est installée dès 1349 et fonctionne encore en 139055, celle de Siguer où la forge hydraulique apparaît dans le censier de la fin du XIVe siècle56. À la même date, la mouline d’Ourniac, dans la vallée de Vicdessos et celle d’Ascou dépendent de seigneuries comtales57. Gaston III autorisera encore la construction d’une mouline dans le Val Ferrere en 136958. En tout, six moulines composent le patrimoine sidérurgique des comtes à la fin du XIVe siècle, auxquelles s’ajoutent les forges exploitées en commun avec les Arnaud sur la seigneurie de Château-Verdun.

  • 59 Cette concession de droits d’usage apparaît clairement dans le bail de la mouline d’Albiès, BNF, c (...)
  • 60 En 1327, à Aston, un contrat est conclu pour quinze ans, contre deux quintaux de fer par semaine e (...)
  • 61 Nous remercions Maurice Berthe qui nous a permis de consulter son article à paraître dans les Anna (...)
  • 62 À Albiès, deux quintaux par semaine, soit sur la base de cinquante-deux semaines dans l’année : 10 (...)
  • 63 Mouline d’Aston, 1331. L’amodiataire doit verser par an 60 quintaux de fer et 6 livres de poivre. (...)
  • 64 Albiès : BNF, collection Doat, vol. 184, fol 66-71. Orgeix : Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise (...)

33Or quand les baux sont conclus, la mouline n’existe pas. Le comte de Foix comme les Arnaud concèdent une autorisation de construction doublée de droits d’usage octroyés sur le minerai, le bois et l’eau59. Et d’ailleurs, si l’autorisation est absolument nécessaire, ce sont les droits d’usage que le concessionnaire paie sous forme de redevance. En effet, en 1326, il est bien prévu dans le bail de la mouline d’Albiès qu’en cas d’interruption d’approvisionnement en charbon et en minerai, le loyer ne serait pas levé. Ces moulines à créer sont concédées en acapte. Damus ad acapitum in omni tempore, donan a acapte, déclinent les actes de la première moitié du XIVe siècle. Nous avons déjà évoqué l’acapte à propos des forges (fabricae) de Saint-Ybars. Il faut à présent s’interroger sur cette forme de concession au début du XIVe siècle. Elle s’apparente à une emphytéose et elle est couramment pratiquée en pays de Foix60. Dans le cadre de ce contrat à long terme, l’acapte est la somme exigée lors de la conclusion du contrat. C’est un droit d’entrée assimilable à l’acquisition du fonds. En effet, l’acapte, quand elle est connue, est d’une valeur élevée, proche de la valeur marchande du bien61. Dans le cas d’Albiès, le montant de l’acapte n’apparaît pas dans le document dont nous devons rappeler qu’il s’agit d’une copie. À l’acapte s’ajoute le paiement d’une redevance fixe. Celle-ci, traditionnellement versée en nature, sous la forme de quintaux de fer souvent exigés en barres, est onéreuse. Son versement peut être exigé par semaine ou exceptionnellement par an. Si son montant diverge d’une installation à l’autre, sans doute en fonction de l’équipement, il est compris entre 50 et plus de 100 quintaux par an62. Ce choix du versement en nature peut traduire l’étroitesse des moyens monétaires dont dispose encore le comté à cette période, il témoigne aussi d’une volonté seigneuriale. Le fer ainsi ponctionné s’écoule facilement en ces temps de croissance de la demande. Sa vente permet de profiter plus activement des bienfaits de la conjoncture et de participer directement au marché. Peuvent s’ajouter à ces quintaux de fer d’autres versements en nature, des livres de poivre par exemple63. À Albiès comme à Orgeix, l’amodiataire est en outre obligé de moudre son blé au moulin banal contre le versement d’un seizième de la mouture64.

  • 65 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1. fol. 127.

34Cependant, la nature de la redevance connaît une nette évolution en 134965. À cette date, la mouline d’Andronne qui dépend exclusivement du comte de Foix, est concédée contre un versement en argent proportionnel à la production. L’amodiataire devra verser trois deniers toulousains pour chaque quintal produit et un denier toulousain par « merlier ». Cette mutation du mode de prélèvement permet au comte d’aligner ses profits sur la croissance de la productivité dans le cadre d’une grosse unité de production puisque cette mouline est équipée d’une batterie de plus de deux feux. Cette ponction proportionnelle aboutit également à moduler la pression seigneuriale en fonction de l’activité de la forge hydraulique.

35Le comte détient assurément à cette date avec les Arnaud un des plus importants patrimoines sidérurgiques de l’ensemble du comté, constitué en un temps record, une soixantaine d’années. À eux seuls, ils doivent approvisionner une bonne partie du marché du fer ariégeois. Si on retient exclusivement les moulines qu’ils ont en commun, on aboutit à un revenu annuel de plus de 500 quintaux. Certes, nous ne disposons d’aucun prix du fer pour cette période, cependant ce ne serait pas extrapoler que de conclure à l’importance des revenus issus de ces concessions. N’oublions pas, en outre, qu’aux redevances s’ajoutent les revenus fiscaux (feux) que le comte tire des installations industrielles et ceux levés sur la commercialisation des produits sidérurgiques. Et d’ailleurs, à partir de cette période, les deux objectifs de la politique comtale sont menés de front. L’édification du patrimoine industriel s’épanouit alors que les comtes poursuivent leur objectif le plus ancien dans le domaine de la sidérurgie : élargir la taxation opérée sur le commerce du minerai et du fer.

Gaston III et l’appropriation définitive des droits sur le commerce

  • 66 Le document est daté du 17 janvier 1355, c’est-à-dire du 17 janvier 1356 (n. st.). De cet acte com (...)
  • 67 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.
  • 68 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11 ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1. fol. 127.
  • 69 Qui quidem consules et alii habitatores factis concessione datione et ratificatione libertatum et (...)
  • 70 Précisons que la copie du XIXe siècle du texte de 1356, Arch. dép. E 96, pièce no 39, contrairemen (...)

36Depuis le début du XIVe siècle, la politique comtale n’a qu’un but : développer les échanges, supprimer le monopole que la vallée conserve sur l’approvisionnement en minerai tel qu’il est encore très précisément stipulé dans l’accord de 135666 : consules et alii habitatores dictae vallis prethenderent ac dicerent se habere libertatem franquesiam et immunitatem dictam menam non posse nec debere abstrahi ultra passum vocatum de Sabart nec alibi adportare (sic) sed in ipsa immunitate libertate et franquesia retroactis temporibus extitisse. Ce sera l’œuvre de Gaston Fébus dont on connaît la fermeté et l’âpreté aux gains. Le rapport de force est clair. Dès 1343, c’est-à-dire avant même d’obtenir l’accord de la communauté qui n’interviendra qu’en 1347-1348, Gaston II autorisait l’exportation du minerai vers le Couserans contre une taxe à lever pour son plus grand profit67. Si cette taxe n’est pas mentionnée dans la transaction conclue avec le vicomte de Couserans, elle réapparaît en 1349 à l’occasion d’une nouvelle brèche dans le monopole lorsque le minerai du haut Sabarthès alimente aussi la ville de Foix et la mouline d’Andronne68. Mais pour une libéralisation totale, et surtout pour une libéralisation mémorisée par l’écrit, reconnue par les deux forces en présence, il faut attendre 1356. La communauté accepte et même consent à l’exportation du minerai au-delà du port de Sabart et dans tout le comté et ailleurs, obéissant aux ordres du prince comme il est clairement spécifié, ad voluntatem et ordinationem dicti domini nostri Fuxi comitis. Ce résultat ne se fait pas sans tiraillements internes, la rédaction, par ses circonvolutions, révèle combien l’arrangement a été difficile à obtenir. Le texte est quasi incantatoire. Il répète et croise l’accord de la communauté et la possibilité qu’elle avait de ne pas souscrire à l’ordre comtal, l’engagement qu’elle a pris et son droit traditionnel69. Théoriquement, le verrou de rétention de la communauté saute en 1356 mais Vicdessos s’assure, en fait, le contrôle de l’exportation. Si chaque homme de la vallée doit payer deux deniers toulousains pour l’exportation de trois quintaux de mine, le minerai est exclusivement exposé pour la vente sur le pré de Vie et le texte reste muet quant à la possibilité qu’auraient d’autres hommes du comté de transporter le minerai de la vallée vers l’extérieur70.

  • 71 J.-Ph. HESSE, La mine et les mineurs en France de 1300 à 1550, Thèse de l’Université de Paris, mic (...)
  • 72 Entre autres : consideratisque quod ratione abstractions ipsius menae nullum damnum affertur ipsi (...)
  • 73 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

37Étrange similitude entre ces deux deniers et le montant des droits que Roger-Bernard avait tenté d’imposer avant son décès. Jean-Philippe Hesse interprète d’ailleurs la ponction organisée en 1356 comme un retour à la taxation de deux deniers par charge tentée au début du XIVe siècle71. Cependant, on ne peut si étroitement assimiler ces deux taxes. En effet, celle de 1356 porte expressément sur la circulation du minerai et ne peut absolument pas être confondue avec une taxe sur l’extraction. Elle s’apparente à la taxe de même nature, encore exceptionnellement levée sur la circulation et la vente du minerai, citée dans la charte de privilège de 1304 et dont on ignorait jusque-là la valeur. Un fait est certain : le comte a compris combien le domaine de l’extraction était intouchable. Il a simplement reporté ses exigences financières sur la circulation et le commerce. Ainsi, la ponction seigneuriale opérée par le comte de Foix est définitivement réservée au domaine des échanges. L’acte illustre le marchandage qui a abouti à ce résultat : c’est bien contre la concession de franchises et de libertés que la communauté lâche le droit qu’elle revendiquait fermement72. Entre autres, Gaston III reconnaît à la communauté l’exclusivité de l’extraction, puisqu’il perd tout droit de concéder à un étranger à la vallée ou à un homme de sa maisonnée, homo domesticus, une mine ancienne ou même une simple excavation de surface. Dorénavant, pour faire tirer le minerai dont il conserve assurément l’usage, ne serait-ce que pour alimenter les moulines de son domaine, il devra utiliser le service exclusif des mineurs de Vicdessos. Cette situation est propre à la communauté. Rappelons que, dans sa seigneurie de Château-Verdun, une partie des mines est gérée directement par les co-seigneurs, dont le comte, tandis qu’une autre est sous la responsabilité d’extraneos seu privatos73.

  • 74 Pierre Tucoo-Chala, quand il procède à l’inventaire des biens et des revenus de la maison de Foix- (...)
  • 75 Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 18.
  • 76 Rappelons qu’au XVe siècle, c’est par l’intermédiaire de leurs forêts et parce qu’ils détenaient l (...)

38Ainsi, Gaston III a parachevé l’œuvre de ses prédécesseurs en lui imprimant son orientation définitive. Débarrassé de tout souci de gestion, délaissant l’extraction à la communauté et la production de fer à ceux qui élèvent les moulines, il a organisé à son profit la ponction seigneuriale sur la circulation et le commerce du minerai et des produits sidérurgiques. Ce qui pouvait encore être analysé comme un recul momentané du pouvoir comtal en 1304 s’avère, en fait, bien adapté à la conjoncture. Le comte profite de l’animation des échanges et de la demande croissante74. En 1332, alors que l’exportation du minerai de Vicdessos n’est pas encore totalement libre, il parvient à concéder 100 livres d’or sur les revenus de la « leude des miniers »75. Incontestablement, les revenus tirés du minerai et du fer sont importants pour le trésor comtal, au point que Gaston Fébus, s’il a jugé bon d’accorder l’exemption du paiement de leude sur « les choses qu’ils vendent » et pour l’ensemble de son comté aux hommes de Vicdessos, ne leur a pas accordé semblable privilège sur le minerai et le fer. Quand la conjoncture se retournera, la ponction seigneuriale sur la circulation et le commerce des produits sidérurgiques continuera d’alimenter largement les caisses comtales à un moment où la mine de Sem profitera de la fermeture de mines jusque-là concurrentes. Néanmoins, cette ponction sur les échanges n’a pas définitivement détourné le comte des intérêts de la production. Il peut s’approvisionner en minerai à Sem comme à Château-Verdun. Ces ressources alimentent les nombreuses moulines dont il est le seigneur direct et l’accès aux matières premières pèse lourd dans la conclusion des contrats d’acapte. Les revenus, sous forme de barres de fer, qu’il tire des moulines dont il a concédé l’installation, lui permettent d’avoir directement accès au marché dans le cadre d’une conjoncture favorable. Le profit est d’autant plus intéressant que le comte, comme d’ailleurs les Arnaud, n’a absolument pas investi dans ces forges hydrauliques qui sont pourtant à l’origine de l’exploitation massive de ses vastes forêts et du minerai qu’elles abritent. Il a donc, à moindre frais, tiré le maximum de plus-value de ses biens domaniaux jusque-là voués aux bûcherons et aux pasteurs76. Rien d’étonnant alors, qu’en 1369, quand se pose le problème de l’accès à l’eau, le comte ait décidé la réduction du nombre des moulins à scier et non celui des moulines. Les revenus qu’il en tirait étaient les plus importants. En limitant le nombre des scieries, il ménageait une place plus importante aux moulines, mais il émettait aussi un choix quant à l’usage du bois qui, en l’absence de flottage, pouvait difficilement alimenter une autre consommation aussi favorable à ses intérêts que la sidérurgie. Ainsi, Gaston III s’avère, dans le domaine des mines et de la métallurgie, le grand prince par ailleurs exalté par les historiens. On aurait tort cependant d’en faire le créateur d’une politique qu’il a simplement parachevée et dont l’initiative revient autant à Roger-Bernard qu’au lignage des Arnaud.

  • 77 En cela, leur politique diffère de celle pratiquée par d’autres princes, Ph. BRAUNSTEIN, « Les for (...)

39Il y a donc bien eu une politique comtale en matière de mine et de métallurgie. Certes, jamais les comtes ne se sont mués en entrepreneurs77. Ils ont appliqué à leurs biens une stricte gestion seigneuriale. Cependant, ils ont su saisir des potentialités, encourager l’innovation, autorisant l’implantation des moulines, facilitant la mise en place d’un équipement qui, il faut l’avouer, ne leur coûtait rien et dont ils n’avaient pas à craindre les échecs. Pour répondre aux besoins des nouvelles usines à fer, ils ont été soucieux de l’approvisionnement en combustible et ont mis sur pied une législation forestière conclue, nous l’avons vu, par l’accord fondamental de 1347-1348.

40À l’échelle du comté, cette volonté d’encadrement, combinée à une forme de soutien à l’innovation, a été parachevée par l’ouverture du commerce qu’ils ont accompagnée de la création de foires et de marchés. S’ils ont laissé à la communauté de Vicdessos le monopole d’extraction et la liberté de transformation du minerai, l’activité sidérurgique n’a pas échappé totalement au contrôle comtal qui s’exerce plus largement à Château-Verdun et à Saurai. Mais pour saisir, dans sa globalité, une politique qui est faite aussi de renoncements, il faut, à présent, éclairer les atouts dont dispose la puissante communauté de Vicdessos.

2. Vicdessos : reconnaissance et puissance d’une communauté exploitante

Une communauté de vallée consolidée par son minerai

  • 78 Sur les communautés villageoises et plus spécifiquement les communautés de vallées pyrénéennes, co (...)
  • 79 Dans son inventaire dressé vers 1450, Michel du Bernis cite dans l’ordre : Sausel, Sentenac, Suc, (...)
  • 80 D. CAILLEAUX, « L’industrie du fer en Sénonais et forêt d’Othe à la fin du Moyen Âge », dans Actes (...)

41La haute vallée du Vicdessos abrite l’une des rares communautés rurales du royaume de France à détenir le monopole d’extraction du minerai de fer, qu’elle peut réduire librement à l’intérieur des limites de sa juridiction78. Vicdessos est une communauté de vallée. Cette universitas regroupe au moins onze villages et hameaux autour du maître bourg de Vicdessos qui s’impose en 1356 comme le carrefour de l’activité sidérurgique79. C’est au terme de la période de croissance, de 1294 à 1356, et face aux revendications du pouvoir comtal, que la communauté a définitivement consolidé ses droits sur le fer. Même si la rareté des sources ne nous permet pas de mesurer l’ampleur du phénomène, il est incontestable qu’au Moyen Âge les communautés paysannes ont été nombreuses à cueillir le minerai qui affleurait sur leur terroir. Tardivement, nous disposons, pour certaines d’entre elles, de témoignages écrits rappelant leurs droits au moment où il leur fallait les défendre face à d’autres exploitants80. On s’aperçoit alors que ces privilèges sont rarement exclusifs et que les communautés villageoises partagent l’accès au minerai avec d’autres ayants droit. On s’aperçoit aussi que l’usage ne s’accompagne pas forcément d’une affirmation du pouvoir de la communauté face au seigneur concédant.

  • 81 Sur le concept et l’utilisation du terme universitas au Moyen Âge se reporter à l’ouvrage de P. MI (...)
  • 82 La charte de 1272 fait directement référence à Raimond-Roger, comte de Foix de 1188 à 1223. Il est (...)
  • 83 Nous devons remarquer que le phénomène est européen. En effet, les règlements miniers, organisant (...)

42Le cas de la communauté de Vicdessos est différent. Les privilèges sidérurgiques, reconnus à chaque membre de la communauté et confirmés en 1304, participent du renforcement de l’universitas de Vicdessos81. Si les prédécesseurs de Roger-Bernard avaient déjà concédé un certain nombre de droits à la vallée, il est néanmoins impossible de savoir à quel degré d’autonomie elle était parvenue avant 127282. À cette date, la communauté obtient la reconnaissance de ses confins, son identité s’inscrit dans le sol. Elle obtient la liberté des personnes et des biens et se voit déléguer une partie des pouvoirs judiciaires. Elle les assume largement en 1294, par l’intermédiaire de quatre consuls. Rappelons que c’est également en 1294 qu’elle reçoit le droit de « jurer la paix avec ses voisins », première mention ariégeoise de lies et passeries. Ainsi, quand le privilège minier et sidérurgique apparaît en 1294, il participe à la reconnaissance de l’institution communautaire et à sa force83. La liberté d’extraction ne résulte pas d’un privilège isolé. Elle n’est pas non plus une simple exploitation en commun, elle est davantage. Elle est l’expression originale d’une communauté de montagne dont l’identité est consolidée par l’extraction minière. C’est grâce au fer qu’elle a tant obtenu de son prince selon un complexe rapport de forces dont nous avons déjà analysé les étapes. L’impact du minerai dans le renforcement du pouvoir communautaire est net à partir de 1304 et en 1356. En 1304, quand la libre extraction du minerai est enfin précisée, les chartes de 1272 et 1294 sont intégrées à celle de 1304. Vidimées, elles permettent d’associer le retrait de Gaston Ier du terroir minier à l’ensemble des prérogatives dont profite la communauté. En 1356, celle-ci n’hésite pas à exercer un véritable chantage sur Gaston Fébus dont la sévérité est pourtant proverbiale. Les termes de l’accord intervenu entre le comte et la communauté montrent combien elle a su obéir à un ordre du prince tout en proclamant son droit à s’y soustraire afin d’obtenir un contrôle total de l’extraction et de l’exportation du minerai, même si cette dernière est soumise au paiement de la leude. S’y ajoutent l’exemption de toute taxe sur les échanges effectués dans l’ensemble du comté de Foix et le droit de commercer librement avec le comté de Pallars. Mais pour mesurer la force dont dispose la vallée sidérurgique de Vicdessos, pour la mesurer et la relativiser en ménageant une distance entre nous et des textes qui se complaisent à magnifier les deux forces en présence, le comte et la communauté, il faut comparer sa situation à d’autres communautés des Pyrénées et à d’autres communautés exploitantes, passer d’un espace à un autre, d’une échelle à une autre.

  • 84 Sur les chartes de coutumes du sud-ouest de la France, on peut consulter P. OURLIAC, « Les coutume (...)
  • 85 Cl. PAILHÈS, « Chartes... », op. cit., p. 76-78.

43Si les chartes de privilèges de 1272 et 1294 participent d’un vaste mouvement de concessions comtales, si Vicdessos reçoit des droits par ailleurs reconnus à d’autres communautés comtales, sa place sur l’échiquier politique et économique du comté est différente84 et cela dès avant l’acte de 1356 qui illustre sa capacité à se faire entendre. En effet, du XIIe au XIIIe siècle, à partir d’une recension des chartes de franchises, on s’aperçoit que les privilèges reconnus par le comte de Foix sont accordés prioritairement à des créations urbaines récentes ou à des bourgs actifs, petites capitales de pays85. Or, cette vallée de haute montagne n’est ni une bastide, ni une ville, aussi petite soit-elle. Certes, Vicdessos n’est pas la seule communauté du comté à se voir déférer le titre d’université, mais elle est bien une des rares communautés rurales à le recevoir. Comment ne pas y voir la reconnaissance par le comte de qualités spécifiques, dont la richesse de son sous-sol ? Pourtant, si son originalité s’impose dans le cadre du comté, elle se perd, ramenée à l’espace des Pyrénées. À cette échelle, la communauté de Vicdessos est comparable à bien d’autres communautés de vallée du centre et de l’ouest des Pyrénées qui ont reçu leurs franchises, parfois dès le XIIe siècle, franchises comparables à celles des villes voisines alors en expansion. Vicdessos disposait d’atouts – son poids dans la défense de la frontière, son minerai – comme d’autres vallées pyrénéennes disposaient d’autres leviers de pouvoir. On pense à la gestion des grandes estives dont Vicdessos n’est d’ailleurs pas privée.

  • 86 Notons que des communautés d’exploitants, autres que des communautés villageoises, apparaissent da (...)
  • 87 Le texte spécifie exactement que les habitants doivent et peuvent librement exploiter dans le dit (...)
  • 88 Th. SCLAFERT, L’industrie du fer..., op. cit., p. 22-23. L’auteur ne précise pas si cet acte de 13 (...)
  • 89 C’est le cas également en Italie du nord, au cœur des vallées lombardes, où des statuts communaux (...)

44Néanmoins, si nous choisissons de changer notre angle de vue et si nous comparons la communauté de Vicdessos aux autres communautés de vallée exploitant le fer, elle s’impose par le degré d’autonomie dont elle a profité. Sur les confins du royaume de France, deux autres communautés de vallée se consacrent à la sidérurgie86. Celle du Val d’Aran illustre avec le Vicdessos la puissance du phénomène dans les Pyrénées. La seconde est la très célèbre communauté d’Allevard. C’est en 1298 que le Val d’Aran, soumis à la nouvelle obédience espagnole, profite des tensions dont il est l’enjeu pour faire reconnaître ses privilèges. Il est alors permis à ses habitants d’extraire et de travailler librement le fer de la vallée87. Si la documentation est très réduite, il n’en demeure pas moins qu’une étrange similitude s’impose entre ces deux vallées pyrénéennes quant aux dates d’obtention sinon de reconnaissance des privilèges miniers, à la fin du XIIIe siècle, et au cadre de leur énoncé, une charte de franchises. Davantage que le Val d’Aran et autant que le Vicdessos, la communauté d’Allevard, qui regroupe en fait plusieurs vallées environnantes, domine aussi un puissant gisement de fer. La liberté d’extraction est reconnue à Allevard en mars 1315 et ici encore elle accompagne la reconnaissance d’autres droits renouvelés à l’universita88. Il y a donc entre ces trois communautés vouées à l’activité sidérurgique un faisceau de similitudes. Toutes les trois situées en montagne, elles reçoivent entre 1294 et 1315 un privilège économique exceptionnel alors que leur sont accordées, par ailleurs, une certaine indépendance juridique et la liberté des biens et des personnes. Pourquoi ? En fait, l’organisation communautaire est d’autant plus aisément consolidée par le pouvoir qu’il trouve en elle un relais. La largesse princière correspond en effet à une nécessité. En un temps de croissance, elle permet de maintenir l’exploitation au mieux des intérêts du prince dans des espaces périphériques et difficiles d’accès donc peu contrôlables89.

  • 90 Si, en 1315, la perception de l’antivage est justifiée par la participation du prince au frais de (...)
  • 91 En outre, il ne semble pas que la communauté d’Allevard ait jamais profité d’un droit exclusif d’e (...)

45Cependant chaque communauté n’a pas le même degré d’indépendance et Vicdessos obtient davantage qu’Allevard. Sur sa demande, le comte abandonne la levée d’une taxe sur l’extraction du minerai qui devait initialement peser sur les membres de la communauté. Gaston Ier la supprime en 1304. À l’opposé, dans la charte dauphinoise de 1315, l’antivage, une taxe perçue sur l’extraction, est fermement exigée par le dauphin90. En conséquence, l’usage détenu par la communauté est bien plus libre à Vicdessos qu’il ne l’est à Allevard91. Le minerai de Sem n’est grevé d’aucune taxe à l’intérieur des limites de la vallée où chacun peut l’extraire et s’en procurer librement. Le droit levé par le comte sur la circulation du minerai et du fer n’a pas le même poids politique que l’antivage. Il n’obère pas de la même manière la toute-puissance de la vallée sur son minerai et n’entrave pas l’activité de réduction qui s’y livre. En outre, à partir de 1304, la vallée jouit d’une relative autonomie judiciaire dans le domaine minier puisqu’elle obtient la délégation de la justice minière. Il ne semble pas qu’Allevard ait profité d’un semblable privilège. Ainsi, dans l’état actuel de nos connaissances, Vicdessos attesterait du plus haut degré de liberté concédé à une communauté de vallée exploitant le minerai de fer.

  • 92 Il faudra attendre le XVIe siècle pour qu’une telle appropriation soit attestée dans la mine de Se (...)
  • 93 L’organisation des vallées béarnaises d’Aspe et d’Ossau, la puissance de leur élevage et leur volo (...)

46La force du principe communautaire s’exprime dans les conditions juridiques de l’extraction. Si chaque habitant de la vallée est autorisé à tirer le minerai, aucun ne peut s’approprier une concession. À Vicdessos, tous les lieux d’extraction sont redistribués aux mineurs une fois par an, à la Saint-Jean-Baptiste, au contraire d’Allevard où, sous certaines conditions, les mineurs peuvent se voir attribuer une concession à vie92. Ce poids du principe communautaire est le fruit d’une culture régionale. On l’a dit, Vicdessos s’apparente aux grandes communautés des vallées montagnardes du Béarn, de la Soûle et du Lavedan. Dans ces espaces où le pouvoir de la communauté s’impose à chaque individu-membre, il est coutumier de répartir chaque année les biens communaux, surtout les estives, entre les foyers. Vicdessos offre, en quelque sorte, la version sidérurgique de ces communautés montagnardes93. D’ailleurs, la pratique communautaire que l’on voit s’exercer sur le fer a été préparée par la gestion des grandes estives pastorales dont dispose aussi la vallée de Vicdessos. Elle s’est approprié la gestion du sous-sol comme elle s’est approprié celle des estives. Néanmoins, ne faisons pas de l’exploitation communautaire une exploitation égalitaire. Comme nous le démontrerons, les détenteurs de mouline ont réussi à capter à leur avantage les privilèges délégués originellement à l’ensemble de la communauté. Et cette concentration des pouvoirs entre quelques mains, qui a pu aboutir à la mise à l’écart d’un groupe, est aussi une pratique que partage Vicdessos avec d’autres grandes vallées pastorales des Pyrénées.

  • 94 On retrouve cette xénophobie dans les communautés très soudées du Biterrois, M. BOURIN-DERRUAU, op (...)
  • 95 Une immigration est aussi nettement perceptible à Foix en 1349 et 1357, G. de LLOBET, Foix..., op. (...)
  • 96 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 20.
  • 97 Nous savons que, jusqu’en 1343, il procède à des appels d’offre pour faire travailler aux mines de (...)
  • 98 1333 (n. st.). Arch. dép. Ariège, E95, fol. 38v°-41v°.
  • 99 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 3v°-4v°.
  • 100 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 36 : quod ipsi possint super praedictis et contrafacientibus vel (...)
  • 101 Cette réaction illustre, sans doute, la diffusion de la crise dans cet espace montagnard qui est d (...)

47Mais face à « l’étranger », c’est-à-dire celui qui n’est pas de la vallée, la population de Vicdessos communie dans la même méfiance, voire dans le même rejet94. Cette xénophobie va de paire avec la forte cohésion communautaire. Sans doute atteint-elle une particulière acuité du fait de la détention d’un minerai qui tente toute une région. Or cette attitude s’exerce aussi contre une main-d’œuvre étrangère. Sans que nous mesurions le nombre des personnes concernées, des étrangers ont travaillé dans la vallée durant la première moitié du XIVe siècle95. Rappelons quelques éléments. Au début du XIVe siècle, lorsque le comte décide de taxer l’extraction du minerai, il est bien précisé que la taxe doit être payée par toute personne, quelle que soit son origine, ce qui laisserait supposer, à cette date, la présence de mineurs étrangers à la vallée96. Par ailleurs, nous avons la certitude que, jusqu’en 1356, le comte engage des mineurs extérieurs à la communauté pour extraire à son profit97. La charte de privilèges de 1333 prend d’ailleurs acte de la présence d’étrangers travaillant dans les limites de la vallée. Dans ce texte, pour lequel nous ne disposons que de deux mauvaises traductions en français, nous voyons ces hommes faire office de bûcherons98. La même année, trois anciens habitants de Pamiers sont effectivement reconnus comme résidents et travaillent dans la vallée de Vicdessos99. C’est dans la charte de 1356, tout entière consacrée à la réglementation du commerce du minerai, que s’exprime le plus violemment la crainte de l’autre. La majeure partie de la communauté qui prend part à la décision est définie comme regroupant les incolae, habitatores et originarii ipsius vallis Dessos. Or, au moment où la communauté reconnaît la libre sortie du minerai au-delà des ports, sans doute parce qu’elle a le sentiment, malgré les avantages qu’elle en retire, de voir ce qu’elle considère comme sa richesse être happé par l’extérieur, elle laisse libre cours à sa xénophobie. Nous apprenons alors que les hommes de Vicdessos sont armés pour répondre aux nouveaux habitants qui montent dans la vallée et s’y installent, sans doute sans autorisation des consuls100. Or, dans ce même texte, et à l’issue de la transaction sur le commerce, les représentants de la communauté obtiennent du comte qu’il n’octroie aucune concession minière à un étranger. On ne peut éviter d’établir un rapprochement entre ces mineurs rejetés et ceux qui avaient réussi à forcer les portes de la vallée au début du XIVe siècle. On le sait, à partir de 1356, seuls les hommes de la communauté de Vicdessos pourront tirer le minerai101. Les mineurs voient s’éloigner des concurrents potentiels : la communauté de ceux qui extraient s’identifie avec la communauté de vallée. La mine de Sem illustre alors un mode d’extraction dicté par l’entière liberté des mineurs qui vont à la mine comme ils vont aux champs et cueillent le minerai autant qu’ils l’extraient. Cette constatation rappelle que si la mine a révélé la vallée en la projetant dans l’histoire, elle ne saurait résumer l’ensemble de ses activités. La mine, la forge se sont surimposées à une économie agro-pastorale, elle aussi faite de gestes coutumiers.

Extraire le minerai, réduire et marteler le fer : des activités parmi tant d’autres

48Les actes du pouvoir offrent une vision déformée de l’économie et de la société de la vallée de Vicdessos en attribuant une place prédominante à la sidérurgie. En 1272, rien n’est encore dit de la mine, car l’économie de la vallée n’intéresse que médiocrement les débats entre le pouvoir comtal et la communauté. À cette date, les impératifs économiques n’ont pas encore envahi le champ du politique. Mais à partir du moment où la croissance de la production rend nécessaire une législation économique, à partir du moment où la mouline dynamise la production sidérurgique, la mine comme les forges s’imposent de plus en plus dans la documentation. Encore en 1294, d’autres activités sont évoquées. Puis, à partir de 1304, tous les actes émanant du pouvoir comtal sont consacrés au fer mais ils sont le fidèle miroir, non de la vie quotidienne dans le Vicdessos, mais de l’intérêt du prince. Or, la mine, si elle est au cœur de l’économie comtale, n’est qu’une des activités pratiquées dans la vallée.

  • 102 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E433.
  • 103 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 37.

49Parmi les grandes chartes constitutives de la communauté, celle de 1294 rend compte de cette diversité. Au détour des droits d’usage, par-delà les prescriptions judiciaires, se dégage le travail. Exploitation forestière et élevage, associés au soin des cultures, occupent toujours les bras des hommes et des femmes de Vicdessos. La forêt fournit le charbon nécessaire aux forges comme aux besoins domestiques. Au XVe siècle, des hommes de Vicdessos se déclareront d’ailleurs charbonniers, en un temps où l’industrie envahit toujours plus l’espace de la forêt102. De cette forêt proviennent aussi les fûts abattus par les bûcherons et bientôt débités. Le sciage s’impose comme une activité majeure de la vallée sur les ruisseaux de Saleix, d’Ornac et d’Arties, équipés de nombreux moulins à scier103.

  • 104 La lande à mouton s’étend sur toute la zone axiale et sur les Trois-Seigneurs ; la région du port (...)
  • 105 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 218.
  • 106 Sur cette question, nous renvoyons au chapitre consacré à la gestion de la forêt.
  • 107 D. GALOP, op. cit., p. 214.

50Les hommes de Vicdessos sont aussi des éleveurs, les hautes pâtures leur sont exclusivement réservées à partir de 1294104. Ils y étaient présents dès l’âge du bronze105. Au XIIIe siècle, seul le comte de Foix peut encore disposer des estives de Vicdessos pour mille de ses moutons. Au bétail sont aussi consacrées les pâtures de fond de vallée et les prairies de fauche continuellement irriguées par de petites canalisations encore visibles aujourd’hui dans un paysage pourtant bouleversé par des aménagements récents. On peut aussi nourrir le petit bétail avec l’écorce des arbres. Tous ces herbages, ces forêts sont l’objet des convoitises des communautés proches. Rappelons qu’au cours du XIVe siècle de grands procès ont opposé la vallée aux villages voisins de Junac, Seuillac et Siguer106. Si l’usage du bois en est une composante sur laquelle nous avons insisté, il s’agit aussi de défendre les lieux de pâtures et d’exclure le bétail étranger en un temps que les diagrammes polliniques restituent comme celui d’une grande fréquentation des « plas » par les troupeaux107.

  • 108 Arch. dép. Ariège, E 95, fol 10.
  • 109 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 21 et 22.
  • 110 D. GALOP, op. cit., p. 213.

51Chacun est agriculteur pour tirer de la terre les ressources nécessaires à la vie quotidienne. Près des moulins, les meuniers élèvent des ruches108. Les outils agricoles doivent être régulièrement réparés par les forgerons de la vallée : ils sont aiguisés, leurs pointes effilées109. On pêche également dans les ruisseaux et les torrents. Grâce aux redevances et dîmes levées par l’abbaye de Saint-Sernin, il est possible de reconstituer les productions dont la diversité peut étonner : foin, blé, vin, légumes, fromages, agneaux, laines, poulains et autres animaux. Rien de surprenant puisque, dès le haut Moyen Âge, les données palynologiques restituent la présence régulière de la vigne, du noyer, de céréales, dont le seigle et le sarrasin à partir du XIe siècle110. Derrière cette longue liste se profilent non seulement les exigences de l’abbaye mais aussi les nécessaires besoins d’une vallée de haute montagne. Cependant, si la vie de la communauté passe par la maîtrise d’une partie de son approvisionnement, on sait aussi que le commerce des produits alimentaires se pratique. Les marchands de fer qui viennent se fournir apportent avec eux du poisson et d’autres aliments. Certes, cette pratique n’est attestée qu’à partir du XVe siècle. Ne reflète-t-elle pas, en un temps où, comme nous le verrons, l’activité sidérurgique explose, en un temps où les hommes seraient davantage mineurs que paysans, le nécessaire recours aux productions extérieures ? Voilà une nouvelle hypothèse invérifiable.

  • 111 Selon Bernard Davasse et Didier Galop, l’absence de charbonnières dans des secteurs topographiquem (...)

52Mais, un siècle plus tôt, aucune de ces activités n’a définitivement exclu l’autre, chacune a délimité son espace en fonction d’un nouveau rapport de force né du gonflement de la production sidérurgique. Cette nouvelle répartition de l’espace, nous l’avons vue se mettre en place dans la vallée de l’Aston avec une relative violence, puisque cette vallée fait incontestablement le choix de l’industrie dès le XIVe siècle. Les sources consacrées à la forêt en témoignent. La déficience du fonds conservé pour le Vicdessos nous interdit semblable étude. Mais, si nous ne pouvons pas reconstituer les étapes d’une conversion de l’espace, nous connaissons la dynamique qui est en place au milieu du XIVe siècle. L’élevage se maintient : les hautes estives sont réservées depuis des millénaires au bétail, la forêt lui est aussi souvent livrée111. Sur les rives des torrents, s’est organisée la répartition entre les moulins à grains, les scieries et les moulines. Sur une économie agro-pastorale traditionnelle s’est surimposée, sans doute plus lourdement qu’aux siècles antérieurs, l’activité minière et sidérurgique. On sait qu’elle a. dès le XIVe siècle, grignoté l’espace consacré à d’autres activités comme l’atteste le choix du comte de Foix en faveur des moulines et au préjudice des scieries. Si la pluri-activité caractérise toujours l’économie de la vallée, une concurrence s’est donc exercée.

  • 112 Arch. dép. Ariège, I C 163, p. 26. Les conflits entre les villages qualifiés de miniers (Sem, Goul (...)

53Cependant, elle est encore modérée et n’entraîne pas de tensions entre les différents villages de la vallée et entre les différents usagers. Ce problème interne n’interviendra qu’au XVe siècle. En 1413, un conflit s’élève entre Sem et Vicdessos. Sa résolution passe par l’autorisation accordée aux hommes de Vicdessos de jouir, pour la pâture de leurs bestiaux et la coupe du bois, d’une montagne relevant du village de Sem. Il est possible que les nécessités de l’exploitation minière se soient heurtées à celles de l’élevage sur un espace étroit et soumis à trop de sollicitations112. Au contraire, tout au long du XIVe siècle, les lourdes tensions que nous avons par ailleurs examinées dans le cadre de la gestion forestière, opposent la communauté de Vicdessos à celles d’autres vallées. Les violences se concentrent contre l’éleveur et le charbonnier étrangers. Elles sont expulsées en dehors de la communauté. Est-ce l’illustration d’une harmonie encore préservée et d’une cohésion interne qui supposent que chacun puisse encore gagner à l’exploitation minière et sidérurgique, que chacun ait sa place dans la communauté, quelle que soit son activité ou plutôt sa pluri-activité ? Sans doute.

  • 113 Traduction datée du XVIIIe siècle d’un document dont l’original est aujourd’hui perdu, Arch. dép. (...)

54Un texte de 1327 nous permet d’entrer de plain-pied dans le quotidien du Vicdessos : il s’agit de l’acte d’installation de Jean Sicard, nouvel habitant, originaire de Pamiers, texte pour lequel nous ne disposons malheureusement que d’une traduction moderne. L’homme jure de se conformer aux usages de la vallée, d’y payer la taille et d’y acheter une maison dans l’année, garante de son intégration à la communauté. En contrepartie, les consuls lui reconnaissent la jouissance de droits collectifs. Ils déclarent : te donnons faculté de jouir et uzer de toutes les libertés uzages des montaignes, bois, eaux, barthes, pasturages et autres chozes communes en la dite vallée comme les autres habitons de la dite vallée avec tes bestiaux animais et autres les biens de tes successeurs en demurant venant et allant aux pasturages de nos montaignes avec les bestiaux propres librement comme les autres habitons de la dite vallée ont coustume de jouir [...] tenir pain et vin tousiours en la dite vallée [...] ny tenir bestailh est rangers dans les limites de la dite vallée mais seulement les tenir propres scavoir celluy que tu auras hyverné a tes despans113. Ce procès-verbal d’installation, après l’énumération des usages communs, insiste exclusivement sur les modalités de l’activité pastorale que Jean Sicard pourrait pratiquer. Peut-être cet homme, par ailleurs inconnu des autres sources relatives à la vallée, est-il déjà éleveur en basse Ariège ? Cependant, en un temps où l’extraction n’est pas encore un monopole qui pourrait être refusé aux nouveaux venus, l’absence de toute référence à la mine et à la liberté d’extraction et de réduction est symptomatique. Tout juste peut-elle être inclue dans l’usage « des autres choses communes ».

55Il fallait sans doute, pour mieux comprendre la communauté de Vicdessos, ne pas en faire un peuple de mineurs et de forgeurs et préciser la place qu’occupe l’activité sidérurgique dans un ensemble économique aux composantes diverses. La mine domine les relations entre le comte et la communauté ; la mine est au cœur de la politique sidérurgique comtale ; la mine ne domine pas encore, au XIVe siècle, l’économie de la vallée.

Notes

1 Le livre de la chasse de Gaston Fébus, BNF ms. 616.

2 Sur les mines d’argent du comté, consulter C. VERNA, « Une nouvelle page de l’histoire des mines d’argent européennes : le cas des Pyrénées centrales (XIVe-XVe siècles) », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1996, p. 201-232.

3 Il avait tenté d’exclure le Sabarlhès de l’hommage au roi, considérant ce territoire comme un franc alleu. Il n’est cependant pas le premier comte à affirmer l’indépendance du haut pays. Cette exigence semble même avoir été admise par les comtes de Toulouse. Encore en 1263, dans le dénombrement précis des terres qu’il tient en fief du roi, Roger IV ne cite aucun de ses domaines de haute Ariège, Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la croisade contre les Albigeois », op. cit., p. 120, 131 et 149.

4 En 1270, il reçoit en effet le Nébouzan de son futur beau-père. Ainsi, Saint-Gaudens, Saint-Plancard et le château de Miramont s’ajoutent aux possessions d’Aulon, de Cassagnabère, de Séglan et de Peyrouzet que le comte dénombre dès 1263, Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir... », op. cit., p. 147-148.

5 Les comtes de Foix sont vicomtes de Castelbon et donc co-seigneurs d’Andorre depuis 1226, après le mariage d’Ermessinde, héritière de la vicomté, et de Roger-Bernard Ier. C’est à Roger-Bernard III qu’il revient de faire la paix avec l’évêque d’Urgel en signant avec lui le traité de 1278 qui organise la répartition des droits de chacun sur l’Andorre. Ce qui ne l’empêche pas de projeter, encore en 1292, une attaque des terres épiscopales. Il avait récupéré le Donnezan dès 1267, Cl. PAILHÈS, op. cit.

6 Ces actes sont respectivement datés du 29 août 1293, BNF, collection Doat, vol. 176, fol. Il ; du 5 août 1293, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E I ; du 13 février 1293 (a. st.), c’est-à-dire du 13 février 1294 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22. L’extraction de l’alun est à mettre en rapport avec la croissance de l’activité textile dans le comté, G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 84.

7 Voir à ce sujet G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 83. Nous avons déjà pu apprécier combien il fut aussi le premier à multiplier les exemptions de leude sur son comté et à encourager les échanges.

8 BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.

9 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

10 J.-L. BIGET, « Notes sur le système féodal en Languedoc et son ouverture à l’hérésie », Heresis, 1988, p. 7. P. OURLIAC, « L’esprit du droit méridional », dans Droit privé et institutions régionales, Études historiques offertes à Jean Yver, Paris, 1976, p. 577-594.

11 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. C. BARRIERE-FLAVY, « Les mines de Château-Verdun au XIIIe siècle. Accord entre le comte de Foix et les co-seigneurs de Château-Verdun en 1293 », op. cit.

12 Pierre de Durban est un des co-seigneurs de Château-Verdun, également possessionné à Montégut et à Larbont, Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir... », op. cit., p. 126.

13 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

14 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

15 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAl, fol. 127.

16 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

17 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

18 La date exacte du document est délicate à déterminer. Nous renvoyons d’ailleurs, pour toutes les questions relatives aux différents styles utilisés dans le comté de Foix, à l’introduction du regeste, en fin d’ouvrage. En effet, l’acte a été conclu un samedi, à l’extrême fin du mois de mars. Or le dernier samedi du mois de mars est exactement le 25 mars, le jour de l’Annonciation. Le changement de millésime a-t-il été enregistré par le notaire alors qu’il paraît peu soucieux de préciser le jour exact de la signature ? Impossible de le déterminer. Ainsi conserverons-nous prudemment la date de mars 1272. traditionnellement utilisée. Ce document a été transcrit dans un vidimus de 1294 (n. st.) (pièce no 27) et dans deux vidimus du XIVe siècle (pièces no 21 et 22).

19 Cl. PAILHÈS, « Chartes de coutumes des pays d’Ariège », op. cit. L’émergence du pouvoir des probi homines face au bayle du prince se retrouve dans les régions avoisinantes. Il est parfois moins étendu que dans le pays de Foix. C’est le cas pour le Biterrois, analysé par M. BOURIN-DERRUAU, Villages médiévaux du Bas-Languedoc..., op. cit., t. II, p. 145-180.

20 H. ROUZAUD, La mine de Rancié depuis le Moyen Age jusqu’à la Révolution, Toulouse, 1908, p. 23, parvenait déjà aux mêmes conclusions.

21 L’acte est signé le jour des Ides de février 1293, c’est-à-dire le 13 février 1294 (n. st.). Un original et des copies de cet acte sont conservés aux Archives départementales de l’Ariège, E 96, pièce no 27 (original), pièces no 2l et 22 (copies du XIVe siècle), pièce no 29 (copie moderne).

22 Dom C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, t. X, col. 106.

23 Rappelons que, profitant de la faiblesse momentanée de Roger-Bernard, le roi d’Aragon conserve, en 1272, les châteaux de Montréal-de-Sos, de Lordat, d’Ax et de Mérens. Il justifie ainsi ses droits seigneuriaux sur le haut comté de Foix. Cette fonction défensive attribuée à la haute vallée explique, en partie, l’autorisation qu’elle reçoit en 1294 (n. st.) de jurer la paix avec ses voisins, en accord avec le représentant du comte, premier exemple d’un traité de lies et passeries.

24 Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 82.

25 Roland Viader évoque ce qu’il désigne comme une plate-forme : « En effet, l’aval donné à ces communautés par leurs autorités tutélaires n’entraîne pas un véritable dévoilement de leurs structures sociales et culturelles. Là où l’on attendrait un foisonnement d’informations livrées par l’affrontement de mondes hétérogènes, l’on ne découvre que l’établissement d’une plate-forme d’entente, une base d’accord minimale », R. VIADER, « Silences, murmures, clameurs : les communautés pyrénéennes au Moyen Âge », La ville et les pouvoirs, Actes du Colloque du huitième Centenaire de la Charte de Perpignan, 23-25 octobre 1997, L. ASSIER ANDRIEU et R. SALA dir, Saint-Estève, 2000, p. 237

26 Sur l’abonnement à la forge, C. VERNA, « Forgerons de village : quelques témoignages béarnais des XIVe et XVe siècles », dans L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XIXe Journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, Flaran, 1997, M. MOUSNIER éd„ Toulouse, 2000, p. 219-238.

27 Á titre de comparaison, précisons que le registre de la juridiction de la mine de Beaumont, en Normandie, nous livre la pratique d’une juridiction minière et date de la fin du XVe siècle, M. ARNOUX, Mineurs, ferons et maîtres de forges. Étude sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge, XIe-XVe siècles, Paris, 1993, p. 171 et suiv.

28 Acte du 31 octobre 1304, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 20.

29 Arch. dép. Ariège E 96. Cette liasse conserve un original et une copie médiévale (pièces no 21 et 22), auxquels s’ajoute une copie moderne (pièce n° 29). En outre, les archives départementales de la Haute-Garonne détiennent une seconde copie moderne. Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, F 1. Ce texte est daté du cinq des Ides de décembre 1304, c’est-à-dire du 9 décembre. Cette datation apparaît distinctement sur les documents du XIVe siècle et cela malgré leur mauvais état de conservation. Elle est également transcrite correctement dans la copie conservée aux Archives départementales de la Haute-Garonne. En revanche, les copies modernes du dépôt ariégeois portent, en guise de datation, le mois et le quantième de l’acte de 1294. Précisons, en outre, que la date de 1332, proposée par Henri Rouzaud, est totalement erronée, H. ROUZAUD, op. cit., p. 15. Cet auteur reprend, sans doute, sans la contrôler, la datation proposée par Raymond BARBÉ, Recueil des titres authentiques..., op. cit., p. 3. Cependant l’année 1332 n’apparaît aujourd’hui dans aucune des copies conservées. II existe néanmoins une charte comtale adressée à la communauté en 1332 (a. st.). Deux traductions en sont conservées, Arch. dép. Ariège E 95, fol. 38v° et suiv. et I C 163, p. 128-135. Elle ne fait aucune mention du travail du fer. Par ailleurs, E.-F. DRALET, Description des Pyrénées considérées sur le rapport de la géologie, de l’économie politique, rurale et forestière, de l’industrie et du commerce, Toulouse, 1813, p. 120, fait également référence à une charte datée de 1336 dont nous n’avons pas retrouvé la trace.

30 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 20. La somme exigée a été en partie découpée dans le parchemin du document original, nous la restituons donc d’après l’original que nous avons complété avec une traduction du texte, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 1.

31 Cette précision, d’ordre juridique, émane de l’analyse moderne, en français, d’un acte aujourd’hui disparu, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 3 et I C 163, p. 11. Elle montre le degré d’organisation et le sens de la procédure de la communauté et de ses représentants. Cependant, elle est en contradiction avec l’original d’octobre 1304 qui indique que Bernard Mercier, bayle de la vallée, a effectivement lu devant la communauté des lettres scellées par le procureur du comte.

32 En fait, la restriction à l’exportation émane de la communauté elle-même, comme le prouve explicitement l’acte de 1356 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

33 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

34 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

35 L’interdiction absolue de vendre à un étranger à la vallée, même sujet du comte, ne pouvait que servir les intérêts des maîtres de mouline de Vicdessos. Il est cependant possible que le comte ait longtemps soutenu cette interdiction d’exportation, dans ce cas hors des frontières de son comté, pour des motifs militaires.

36 Dom C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, op. cit., t. VIII, p. 906.

37 S. NELLI, « Les Château-Verdun, une famille noble cathare du comté de Foix », Heresis, 1986, p. 56.

38 Ibidem, p. 49.

39 Ibidem, p. 49.

40 Ibidem, p. 56.

41 Claudine Pailhès signale, dès 1283, un Arnaud de Château-Verdun, sénéchal du comte de Foix, Cl. PAILHÈS, L’Ariège des comtes..., op. cit., p. 214 ; P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la vicomté..., op. cit., p. 121, note 21, indique qu en 1373, Pec Arnaud de Château-Verdun est sénéchal.

42 Pierre Arnaud a deux frères, Guilhem Arnaud II et Athon Arnaud III, qui dirigent avec lui la co-seigneurie comme le prouve leur présence lors de la rédaction des actes consacrés à la gestion des mines et des forges hydrauliques. Si Pierre Arnaud, en tant que compagnon et sénéchal du comte de Foix, a pu, par son poids politique, promouvoir auprès du comte une nouvelle conception de la gestion minière, il n’apparaît pas détenir, dans le cadre de la seigneurie, plus de pouvoir que ses autres parents. Cette situation correspond à l’organisation même de la famille noble dans le Midi, « la famille, elle-même, ne subit pas, semble-t-il, l’autorité inconditionnelle d’un chef. On garde à la lecture des actes les plus anciens l’impression que tous les parents y participent également », P. OURLIAC, « L’esprit du droit méridional... », op. cit., p. 323.

43 S. NELLI, op. cit., p. 49.

44 C. VERNA, Les mines et les forges des Cisterciens..., op. cit.

45 S. NELLI, « Les Château-Verdun... », op. cit., p. 56.

46 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.

47 Arch. dép. Ariège, 19 J 86. Les Barre ou Barra apparaissent dans les registres de Jacques Fournier. Rappelons que cette famille noble détient la baylie et la châtellenie d’Ax, J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition de Jacques Fournier..., op. cit., 1.1, p. 197.

48 Encore en 1341, c’est un Raimond Barre, damoiseau, que le comte de Foix autorise à exploiter ses mines d’argent du Vicdessos. Entre autres mentions, Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77.

49 Si l’enrichissement du patrimoine sidérurgique est visible, nous ne savons rien de l’approvisionnement en minerai de ces moulines seigneuriales. Sont-elles dépendantes du minerai de Vicdessos et de Château-Verdun ? On peut le supposer.

50 Sur cette illustre famille et plus particulièrement sur Corbeyran de Foix, on peut consulter G. DOUBLET, « Les origines probables de la maison de Foix-Rabat », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1897, p. 65-87.

51 A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 100 et 162.

52 Une mouline fonctionne à Luzenac dès le début du XIVe siècle. Or, celle dite de Sortadel dépend du patrimoine de Corbeyran de Foix à la veille de son décès. Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5 et Arch. dép. Ariège, 2 B 31, fol. 407. Est-ce la même installation ? Appartient-elle, dès le XIVe siècle, à la maison des Foix-Rabat ? On peut simplement en émettre l’hypothèse.

53 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 33 et 132.

54 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°.

55 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127.

56 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 165.

57 Ibid., p. 106 et 130.

58 Arch. dép. Ariège, E 7, p. 249 ; E 9, p. 22.

59 Cette concession de droits d’usage apparaît clairement dans le bail de la mouline d’Albiès, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

60 En 1327, à Aston, un contrat est conclu pour quinze ans, contre deux quintaux de fer par semaine et par feu. Les seigneurs concédants sont, une nouvelle fois, le comte de Foix et les Arnaud. Ni le lieu, ni les contractants, ni la redevance ne sont exceptionnels et ne justifient ce mode original de concession, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E391, fol. 52. Dans la Montagne noire, en 1312, la mouline qui doit être construite sur le territoire de Lacabarède est, elle aussi, concédée pour une période fixée à vingt-cinq ans, E. CABIÉ, « Forges... », op. cit., p. 241.

61 Nous remercions Maurice Berthe qui nous a permis de consulter son article à paraître dans les Annales du Midi, « Le droit d’entrée dans le bail à fief et le bail à acapte du Midi de la France (XIIe-XVe siècle) ».

62 À Albiès, deux quintaux par semaine, soit sur la base de cinquante-deux semaines dans l’année : 104 quintaux dont il faut déduire 4 quintaux car les seigneurs ne prélèvent aucune redevance les semaines de Pâques et de Noël ; à Château-Verdun en 1327 : 50 quintaux ; encore en 1327, pour une autre mouline de Château-Verdun, un quintal et demi par semaine soit 78 quintaux par an ; 1331, une mouline de la vallée d’Aston livre 60 quintaux par an ; en 1335, celle de Saurat en verse 100. Parfois, la redevance est stipulée par feu. C’est le cas à Orgeix en 1336, où chaque feu livre 45 quintaux.

63 Mouline d’Aston, 1331. L’amodiataire doit verser par an 60 quintaux de fer et 6 livres de poivre. Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

64 Albiès : BNF, collection Doat, vol. 184, fol 66-71. Orgeix : Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.

65 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1. fol. 127.

66 Le document est daté du 17 janvier 1355, c’est-à-dire du 17 janvier 1356 (n. st.). De cet acte comtal, aucun original n’a été conservé. Dans la liasse E 96, les pièces no 36 et 37 constituent deux copies modernes du texte auxquelles il faut ajouter une copie et une traduction du XIXe siècle (pièce no 39). H. de CASTILLON d’ASPET, Histoire du comté de Foix depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, 1852, t. II, p. 49, fait référence à une charte de 1335 en tout point conforme à celle de 1355 (a. st.). Ce document, s’il a jamais existé, a, semble-t-il, disparu.

67 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

68 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11 ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1. fol. 127.

69 Qui quidem consules et alii habitatores factis concessione datione et ratificatione libertatum et immunitatum in ipso cartello expressatarum et contentarum voluerunt ex tune dicta concessio ipsius menue abstrahendae superius expressata valeat et obtineat roboris firmitatem nunc ut ex tune et vice versa quod dicti consules et alii habitatores in predicta concessione seu adversus eamdem aliquid dicere proponere seu allegare minime possint quominus dicta concessio vacillaret irritaretur seu annullaretur sed rata manente promiserunt quod in judicio vel extra non venient nec venientem consentient into si facere praesumerent quod absit voluerunt quod omnis audentia denegetur et judicialis aditus percludatur ipsamque libertatem et immunitatem concessasde non abstrahendum dictum menam ultra dictum passum revocaverunt irritarunt et annullarunt et de ipsa minime gaudere voluerunt... Sequitur forma sub qua consules vallis Dessos concedere volunt quod petra ferrea Dessos transeat ultra passum de Savarto quod habebant in libertate de non transeundo dictum locum. On doit évoquer la remarque de Roland Viader à propos de l’Andorre : « Les hommes de la vallée d’Andorre furent peut-être ceux qui, parmi les communautés pyrénéennes, maîtrisèrent le mieux les enjeux de la parole et de sa transcription, ceux qui perçurent le mieux les dangers de la parole écrite et donc immobilisée », R. VIADER, op. cit., p. 243.

70 Précisons que la copie du XIXe siècle du texte de 1356, Arch. dép. E 96, pièce no 39, contrairement aux deux copies modernes ajoute que pour le minerai exporté les hommes de Vicdessos paient ce que paient les étrangers pour l’extraire, extruhere. Cette mention n’apparaît qu’en fin d’acte, quand les privilèges sont une dernière fois précisés. Le terme utilisé est bien extrahere et non deferre ou abstrahere ultra passum, adportare extra dictum passum, transire ultra passum, comme dans le cas des autres mentions de l’exportation. Précisons que le verbe extrahere est clairement utilisé dans la charte de 1304 en relation avec l’extraction, petram ferream de meneriis nostris infra terminas superius designatos extrahere et earn operari infra terminos. Il s’ensuit une double confusion. Quel serait ce droit payé par les étrangers pour extraire alors que, comme nous le verrons, le texte de 1356 octroie aux hommes de Vicdessos l’exclusivité de l’extraction ? S’agit-il d’un droit ancien, par ailleurs supprimé à cette date ? À cette première contradiction s’ajoute la confusion née de la traduction que propose Raymond Barbé d’une copie du XIXe siècle. Il traduit extrahere par « exporter ». Il s’ensuivrait que les hommes extérieurs à la vallée auraient eu le droit d’exporter le minerai de la même façon que ceux de Vicdessos : tous exportaient et tous payaient un droit de leude. Nous pensons qu’une telle décision n’aurait pas fait l’objet d’un simple entrefilet en fin de document alors que toutes les mesures sont plusieurs fois enregistrées dans le texte. D’autant que, dans ce cas, la communauté aurait perdu une partie de son contrôle sur le commerce du minerai. L’original du document, ou du moins une copie médiévale, nous font cruellement défaut. Qu’il y ait falsification du document, la chose est claire. Mais à quel niveau ? Quoi qu’il en soit, le non-dit profite davantage à la communauté.

71 J.-Ph. HESSE, La mine et les mineurs en France de 1300 à 1550, Thèse de l’Université de Paris, micro-éditions universitaires, 1968, p. 261.

72 Entre autres : consideratisque quod ratione abstractions ipsius menae nullum damnum affertur ipsi universitati dictae vallis ac singularium eiusdem sed melius tam ratione abstractionis ipsius menae quam ex concessione ipsi universitati et singularibus dictae vallis facienda per dictum dominum senescallum de quibusdam immunitatibus franquesiis et libertatibus inferius expressatis concedendis ac dandis commodum profigium et utilitatem ipsa universitas et singulares eiusdem palam reportant et reportare possunt.

73 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

74 Pierre Tucoo-Chala, quand il procède à l’inventaire des biens et des revenus de la maison de Foix-Béarn, considère que les domaines du comte n’ont pu fournir que des revenus modestes bien que réguliers. Certes, par rapport à la manne des rançons récupérées par Gaston Fébus ou des revenus attachés à la charge de lieutenant général du roi en Languedoc confisquée par Jean Ier, à laquelle s’ajoutent de nombreuses pensions, les revenus de la mine peuvent être estimés modestes. Il n’en demeure pas moins qu’ils apparaissent, au moins au XVe siècle, comme nécessaires au bon équilibre des finances comtales, comme en atteste le comte lui-même lors d’une déposition au Parlement, P. TUCOO-CHALA, « La politique des Foix-Béarn à la fin du Moyen Âge », Conselleria d’éducacio i cultura, Andorre, 1984, p. 6. Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128.

75 Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 18.

76 Rappelons qu’au XVe siècle, c’est par l’intermédiaire de leurs forêts et parce qu’ils détenaient l’accès au charbon de bois que les seigneurs normands ont récupéré des droits sur l’exploitation minière et sidérurgique qui jusque-là leur échappaient, M. ARNOUX, op. cit., p. 97 et suiv.

77 En cela, leur politique diffère de celle pratiquée par d’autres princes, Ph. BRAUNSTEIN, « Les forges champenoises de la comtesse de Flandre (1372-1404) », op. cit., p. 747-777.

78 Sur les communautés villageoises et plus spécifiquement les communautés de vallées pyrénéennes, consulter P. OURLIAC, « Les communautés villageoises dans le Midi de la France au Moyen Age », dans Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge au Temps modernes, Actes des quatrièmes Journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, Flaran, 1982, Auch, 1984, p. 13-27 ; J. POUMARÈDE, « Les communautés de vallée dans les Pyrénées françaises du Moyen Âge au XIXe siècle », Pyrénées, 1978, p. 173-181 et 249-254 ; ID., « Les syndicats de vallée dans les Pyrénées françaises », dans Recueils de la Société Jean Bodin. Les communautés rurales, Paris, 1984, p. 384-409.

79 Dans son inventaire dressé vers 1450, Michel du Bernis cite dans l’ordre : Sausel, Sentenac, Suc, Saleix, Auzat, Arconac, Ille, Lourdcnac, Orus, Goulier et Sem, Arch, dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 67. Cependant, certains hameaux mentionnés jusqu’au XIVe siècle, n’apparaissent pas dans cette liste. C’est le cas d’Ournac et d’Arties, deux écarts du village d’Auzat, pourtant inscrits dans l’enquête sur les limites du comté de Foix rédigée en 1272, Dom C. DEVIC et Dont J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, op. cit., t. X, preuves cc 88-93. Ournac est encore recensé en 1390, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 106. Il n’a d’ailleurs été détruit par une avalanche de pierres qu’au XVIIIe siècle. Olbier, une autre dépendance d’Auzat, inconnue de l’enquête de 1272 comme de Michel du Bernis, est pourtant cité dans un texte de 1246, P.-T. CORNÉDE, Les étapes de l’occupation humaine dans la vallée de Vicdessos, mémoire de maîtrise de l’Université Paris I, 1971-1972, p. 427-428 et 480. Il apparaît aussi en 1390 dans le rôle des feux du comté, A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 107. Tous ces villages et hameaux, qu’ils soient ou non recensés au milieu du XVe siècle, sont inscrits dans l’espace dépendant de la juridiction de la communauté tel qu’il est borné dans les chartes de 1294 et de 1304, Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 21 et 22.

80 D. CAILLEAUX, « L’industrie du fer en Sénonais et forêt d’Othe à la fin du Moyen Âge », dans Actes du 109e Congrès des Sociétés savantes, Dijon, 1984, t. II, p. 147-163 ; C. VERNA, Les mines et les forges des Cisterciens..., op. cit.. plus particulièrement p. 59-60.

81 Sur le concept et l’utilisation du terme universitas au Moyen Âge se reporter à l’ouvrage de P. MICHAUD-QUANTIN, Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, Paris, 1970.

82 La charte de 1272 fait directement référence à Raimond-Roger, comte de Foix de 1188 à 1223. Il est possible que la vallée ait reçu des privilèges dès la fin du XIIe siècle, c’est-à-dire à la même période que Foix et Tarascon, les deux seules villes pourvues de coutumes avant la croisade contre les Albigeois. Cette antériorité chronologique ne ferait que confirmer l’importance attribuée par le comte à cette vallée.

83 Nous devons remarquer que le phénomène est européen. En effet, les règlements miniers, organisant l’extraction et la transformation de l’argent comme celles du fer, s’inscrivent parfois dans des chartes de privilèges. C’est le cas en Italie et également pour la mine de Jihlava (Iglau), P. TOUBERT, « Les statuts communaux et l’histoire des campagnes lombardes au XIVe siècle ». Mélanges de l’École française de Rome, I960, p. 397-508 ; L. SIMONIN, « De l’ancienne loi des mines de Massa », Annales des Mines, partie administrative, 5e série, 1.8, 1859, p. 1-15 ; A. ZYCHA, Das böhmische Bergrecht des Mittelalters auf Grundlage des Bergrechts von Iglau, Berlin, 1900, 2 vol.

84 Sur les chartes de coutumes du sud-ouest de la France, on peut consulter P. OURLIAC, « Les coutumes du sud-ouest de la France », Annuario de Historia del Derecho espaňol 1953, p. 407-422. Sur les chartes ariégeoises, Cl. PAILHÈS, « Chartes de coutumes des pays d’Ariège », op. cit., p. 75-85. Suivant cet auteur. « les acquits essentiels sont la liberté et la sécurité des personnes, la protection des biens, la reconnaissance du consulat et l’exercice consulaire de la justice, les droits d’usage et les exemptions de leude ». Cette nouvelle réflexion s’inscrit dans la lignée des travaux que Ferdinand Pasquier avait consacrés aux chartes de coutumes du comté de Foix et du Comminges.

85 Cl. PAILHÈS, « Chartes... », op. cit., p. 76-78.

86 Notons que des communautés d’exploitants, autres que des communautés villageoises, apparaissent dans la documentation. Il s’agit de communautés de métier. Mathieu Arnoux a pu démontrer la force de celle des férons de Normandie, regroupant les forgerons de plusieurs localités voisines et par ailleurs inscrite dans une forte tradition communautaire, M. ARNOUX. Mineurs, férons..., op. cit., p. 47-136. On peut leur associer la communauté des férons de la forêt d’Othe, autre association de métier parfaitement définie dans une description des droits de la comtesse de Champagne de 1276-1278 : omnes fabri grosse fabrice scilicet de minis, de massis, de patellis, qui hujusmodi volunt exercere ministerium in quocumque loco, A. LONGNON, Documents relatifs au comté de Champagne et de Brie, t. I, Paris, 1877, p. 23-24.

87 Le texte spécifie exactement que les habitants doivent et peuvent librement exploiter dans le dit pays les mines de fer. Comme pour le Vicdessos, le droit d’extraction n’est qu’un des privilèges parmi ceux reconnus à la communauté d’habitants, S. MONDON, « Une vallée du haut Comminges : privilèges accordés au Val d’Aran en 1298, 1309 et 1313 », op. cit., p. 169-181.

88 Th. SCLAFERT, L’industrie du fer..., op. cit., p. 22-23. L’auteur ne précise pas si cet acte de 1315 peut être assimilé à une charte de franchises. Cependant, Allevard est bien à cette date une université qui a délégué des représentants auprès du dauphin. La transaction de mars 1315 règle certains points relatifs aux bois, fours et moulins, puis aborde la gestion des mines. Les usages traditionnellement en vigueur dans la communauté sont alors reconnus. Cet acte enregistrerait donc bien un renouvellement de privilèges.

89 C’est le cas également en Italie du nord, au cœur des vallées lombardes, où des statuts communaux reconnaissent à certains villages une entière liberté d’extraction, P. TOUBERT, « Les statuts communaux... », op. cit., p. 397-508.

90 Si, en 1315, la perception de l’antivage est justifiée par la participation du prince au frais de boisage, cette redevance évolue rapidement en simple droit récognitif du pouvoir seigneurial, Th. SCLAFERT, op. cit., p. 24-26.

91 En outre, il ne semble pas que la communauté d’Allevard ait jamais profité d’un droit exclusif d’extraction. Elle doit partager les usages avec des seigneurs de la région dont les Chartreux de Saint-Hugon. Th. SCLAFERT, op. cit., p. 19.

92 Il faudra attendre le XVIe siècle pour qu’une telle appropriation soit attestée dans la mine de Sem, É. BARBE, op. cit., p. 46-47 : Vincent Den Germa, un hôtelier et magasinier de fer, achète à des mineurs pour le prix de 40 écus unum menerium situm in podio metterii de Sen vocatum lo menye gran contingentant in dicta menerio. L’appropriation du sous-sol par le propriétaire du sol est prévue à Bovegno, village des Alpes lombardes étudié par P. TOUBERT, op. cit. L’exploitation communautaire est alors limitée aux seuls espaces des communaux.

93 L’organisation des vallées béarnaises d’Aspe et d’Ossau, la puissance de leur élevage et leur volonté d’autonomie affirmée violemment sont présentées par P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn..., op. cit., p. 129-133 et ID., « Forêts et landes en Béarn au XIVe siècle », Annales du Midi, 1955, p. 247-259.

94 On retrouve cette xénophobie dans les communautés très soudées du Biterrois, M. BOURIN-DERRUAU, op. cit., p. 184, et dans les vallées montagnardes des Pyrénées centrales, P. OURLIAC, « Les communautés... », op. cit., p. 25.

95 Une immigration est aussi nettement perceptible à Foix en 1349 et 1357, G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 88.

96 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 20.

97 Nous savons que, jusqu’en 1343, il procède à des appels d’offre pour faire travailler aux mines de Vicdessos, de Saurat et d’ailleurs, BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

98 1333 (n. st.). Arch. dép. Ariège, E95, fol. 38v°-41v°.

99 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 3v°-4v°.

100 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 36 : quod ipsi possint super praedictis et contrafacientibus vel arma deferentibus indebite et sine causa ordinare prout visum fuerit expediens ad utilitatem omnium habitantium dictae vallis cum periculum emineat quotidie contra ipsos et habitatores ratione incolarum emergentium et deferentium indebite infra dictant vallem.

101 Cette réaction illustre, sans doute, la diffusion de la crise dans cet espace montagnard qui est devenu aussi un espace de refuge. Rappelons qu’à la même époque, toute une législation relative à l’organisation du travail et à son contrôle se met en place en Europe, M. MOLLAT et Ph. WOLFF, Ongles bleus, Jacques et Ciompi, Paris, 1970.

102 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E433.

103 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 37.

104 La lande à mouton s’étend sur toute la zone axiale et sur les Trois-Seigneurs ; la région du port de Saleix fait la transition, F. TAILLEFER, « Le Vicdessos... », op. cit., p. 202.

105 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 218.

106 Sur cette question, nous renvoyons au chapitre consacré à la gestion de la forêt.

107 D. GALOP, op. cit., p. 214.

108 Arch. dép. Ariège, E 95, fol 10.

109 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 21 et 22.

110 D. GALOP, op. cit., p. 213.

111 Selon Bernard Davasse et Didier Galop, l’absence de charbonnières dans des secteurs topographiquement favorables à l’installation des pasteurs prouve le primat et la pérennité de l’élevage, B. DAVASSE et D. GALOP, « Le charbon... », op. cit., p. 339 ; ID., « Le paysage... », op. cit.. p. 450.

112 Arch. dép. Ariège, I C 163, p. 26. Les conflits entre les villages qualifiés de miniers (Sem, Goulier) et les autres sont plus courants à l’époque moderne, R. GARMY, op. cit., p. 23.

113 Traduction datée du XVIIIe siècle d’un document dont l’original est aujourd’hui perdu, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 21 v°-22v°.

Table des illustrations

Titre Les Foix-Béarn, XIIIe-XVe siècles
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search