Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Première partie. Autour de la mine de sem, un grand bassin sidérurgique

Chapitre V. La place du fer dans l’ouverture des échanges

Texte intégral

  • 1 Ch. HIGOUNET. Le comté de Comminges de ses origines à son annexion à la couronne, Saint-Gaudens, 19 (...)
  • 2 G. de LLOBET, Foix médiéval..., op. cit., p. 83-87.

1Le siècle qui s’écoule de 1250 à 1360 constitue une étape majeure de l’histoire des échanges et du commerce dans le comté de Foix et la seigneurie de Mirepoix. Cette situation tranche avec l’immobilisme d’autres espaces des Pyrénées centrales, comme le Comminges dont l’économie semble plongée tout entière dans l’atonie1. En Ariège, au contraire, l’augmentation de la production que nous avons saisie par le biais de l’extraction minière et de l’implantation des moulines et qui est tout aussi active dans le domaine du textile, se combine à une accélération des échanges. Elle complète la croissance économique de cette période2. Or, parmi les produits transportés, le minerai et le fer ont leur place et participent de cette nouvelle dynamique.

1. Organisation ou réorganisation des échanges ?

Interroger les indices

  • 3 Dans son article intitulé « Rôle de l’essor économique dans le ralliement social et religieux », da (...)
  • 4 Cl. PAILHÈS, « Moines et chanoines du pays de Foix au temps de Montségur », dans Montségur. La mémo (...)
  • 5 Gabriel de Llobet affirme que la croisade contre les Albigeois a coûté à Foix quatre ans de dévasta (...)
  • 6 Ph. WOLFF, « Rôle de l’essor... », op. cit. Cette floraison des foires après la crise albigeoise a (...)

2Les indices d’un développement commercial ne sont d’abord que frémissements. Ils apparaissent au milieu du XIIIe siècle. Encore à cette date ne s’agit-il que de l’organisation du commerce local. Organisation ou réorganisation ? Les sources manquent pour apprécier un hypothétique mouvement des échanges antérieur à cette période. Il est possible que la croisade contre les Albigeois ait non seulement ralenti la croissance dans le comté comme elle l’a fait dans d’autres espaces méridionaux mais l’ait aussi momentanément interrompue3. Contrairement au Biterrois où les tensions politiques nées de la lutte contre les cathares n’ont pas eu d’incidences proches du point de vue économique, le comté de Foix et la terre de Mirepoix ont subi de profondes perturbations : dispersion, redistribution des biens des cathares, recomposition des patrimoines n’ont pu qu’atteindre le secteur de l’économie4. Le faible développement de la ville de Foix, avant la fin du XIIIe siècle, pourrait illustrer la violence de l’impact : la localisation de cette cité, à la croisée d’axes commerciaux majeurs, au contact entre plaine et montagne, la prédisposait à une croissance plus rapide5. Cependant, plutôt qu’à l’origine d’une rupture, d’une cassure, la croisade contre les Albigeois semble avoir concouru au simple ralentissement d’une économie d’échanges encore très réduite dans le comté du XIIe siècle. Puis, à partir de la première moitié du XIVe siècle, la croissance du commerce fuxéen s’aligne sur le modèle d’autres contrées languedociennes où, pour reprendre les termes de Philippe Wolff, « à la crise de la croisade succède une véritable floraison de foires »6. Examinons les indices de ce réveil encore mal connu.

  • 7 Cl. PAILHÈS, « Chartes de coutumes des pays d’Ariège », op. cit.
  • 8 Cl. PAILHÈS, L’Ariège des comtes et des cathares, Toulouse, 1992, p. 256. Signalons de nombreuses m (...)
  • 9 La première émission eut lieu en 1240 ; deux autres suivirent, en 1249 et 1290, Histoire de Pamiers (...)
  • 10 1272, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22 ; 1324, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 33v°.

3Dans les chartes de coutumes qui se multiplient à partir de 12507, des marchés et des foires sont créés ou reconnus par le pouvoir comtal, en basse Ariège, à Rimont, Le Mas-d’Azil, Lézat, Saint-Ybars et Mazères, à Foix comme dans le Sabarthès, à Tarascon, à Vicdessos et Ax, et dans la seigneurie de Mirepoix, preuves évidentes d’un dynamisme économique à l’affût de libertés8. À Pamiers, des poids aux armes de la ville sont diffusés à partir de 1240 et jusqu’en 1290, attestant du gonflement des activités commerciales9. Dans le Vicdessos, l’ouverture des échanges peut être suivie pas à pas. En 1272, seul le commerce à l’intérieur de la vallée et avec le proche bourg de Tarascon est reconnu, puis, en 1324, au simple marché s’ajoute une foire à la fête de la Saint-Mathieu, c’est-à-dire au mois de septembre10.

  • 11 F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., p. 7-10. De même, en Forez, les péages ne sont cités qu’à (...)
  • 12 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3 ; BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 6.
  • 13 BNF, collection Doat, vol. 93, fol. 24. Sans doute, ce privilège a-t-il des origines plus anciennes (...)
  • 14 A. GARRIGOU, Études historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans, le cartulaire de Tarasco (...)
  • 15 En 1295, Arch. dép. Ariège, I E suppl. AA 1-3 et encore en juillet 1328, Arch. dép. Ariège, 1 E sup (...)

4Aux témoignages des chartes de franchises s’ajoutent ceux des leudaires. Ils apparaissent à partir de 1246. À cette date et à la suite d’une enquête menée par Jean de Lévis II, la cité de Mirepoix établit la liste des taxes à lever sur les marchandises en transit ou en vente. Cette enquête aboutit à la rédaction du premier des leudaires conservés dans cette région11. Parallèlement, des exemptions de leudes sont accordées à certaines cités et constituent autant d’indices pour reconstituer la géographie des échanges pratiqués par les hommes du comté. Foix reçoit sa première exemption de leudes et de péages sur l’ensemble des terres du comte en 127012. Trois ans plus tard, la cité de Pamiers profite d’un semblable privilège13. En 1332, c’est au bourg de Tarascon d’être exempté14. Ces libertés sont largement confirmées durant les années suivantes : en 1295 et encore en 1328 pour la ville de Foix, au même moment pour celle de Pamiers15.

  • 16 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 12.
  • 17 Cl. PAILHÈS, Au temps de Gaston Fébus, chroniques d’Ariège, Foix, 1991, p. 90.
  • 18 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22. F. PASQUIER, « Épisodes des relations entre la vallée de Vicd (...)
  • 19 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 4-5. À ce privilège renouvelé par ses successeurs au cours du X (...)

5Or, les exemptions de péages dépassent le cadre, bientôt devenu trop étroit, du comté de Foix et constituent la preuve d’une ouverture vers des espaces plus vastes. Dès 1284, Roger-Bernard, le premier des comtes de Foix à s’illustrer par une politique économique, crée les conditions favorables aux exportations lointaines. En effet, il autorise les marchands étrangers à venir vendre leurs étoffes aux foires de Foix, à la condition expresse de se munir d’une semblable autorisation délivrée par leur seigneur au profit des marchands fuxéens16. Au même moment, le comté s’ouvre plus largement aux terres du royaume de France, au Toulousain et à l’ensemble du Languedoc. Les successifs et toujours plus précis leudaires de Mirepoix et de Laroque d’Olmes prouvent l’importance de l’axe est-ouest qui traversait la seigneurie des Lévis. Pour accompagner également l’expansion du commerce vers le sud, Gaston Il obtient, dès 1333, l’exemption de traite foraine levée par les officiers des sénéchaussées sur les ports des Pyrénées, à Ax, Mérens, l’Hospitalet et Vicdessos17. L’ouverture vers les états du versant sud avait été engagée dès la fin du XIIIe siècle par les traités que l’époque moderne nommera « de lies et passeries » et dont le plus ancien est celui du Vicdessos, inclus dans la charte de 129418. À cette date, la communauté a le droit de jurer la paix avec ses voisins frontaliers et d’échanger des serments. Les contacts réguliers s’accompagnent de flux commerciaux. Ces accords ne concernent que les hautes vallées limitrophes mais le commerce n’est pas uniquement de proximité : dès 1265, les Fuxéens sont si nombreux en Aragon que le roi leur accorde sa sauvegarde sur ses terres19. Cette protection constamment renouvelée témoigne plus largement de la force du courant commercial qui relie le comté à la Catalogne et à l’Aragon, par la vallée de l’Ariège.

  • 20 On doit déplorer que ces cas ne soient connus qu’à partir d’analyses d’actes perdus. En 1316, les P (...)

6Certes, la documentation composée pour l’essentiel d’actes du pouvoir, qu’il s’agisse d’accorder le droit aux échanges ou de récupérer une partie des revenus qui en découle, peut être décalée et retardée par rapport aux prémices réelles de l’activité commerciale. Nous reviendrons sur cette chronologie à propos du fer. Pour l’instant, reconnaissons que les sources dont nous disposons restituent un mouvement des échanges vers 1250. Il se trouve largement confirmé un siècle plus tard quand les taxes acquittées aux ports, le plus souvent ceux d’Ax et de Mérens, sont plusieurs fois engagées par les comtes auprès de financiers, dont certains d’envergure internationale, comme les Peruzzi. Ces profits intéressent aussi les fortunes régionales comme celle des Ysalguier ou, plus modestement des notables locaux comme Pierre Elie20.

Quelle place pour le fer ?

  • 21 G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 86-87.

7Les métaux participent de cet épanouissement commercial, certes fort modestement en comparaison des échanges consacrés aux produits alimentaires et surtout aux draps21. Cependant, la disproportion est grande entre les sources consacrées au fer et celles qui se contentent d’énumérer la vente d’étain, cuivre, plomb ou laiton. Assurément, le commerce des métaux que nous voyons s’organiser est essentiellement celui des produits sidérurgiques.

  • 22 Gallia Christiana, t. XIII, p. 232.
  • 23 R.-H. BAUTIER, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale », op. cit., p. 15. Pour le qua (...)

8Il s’affirme dans la documentation dès la seconde moitié du ΧIIIe siècle. Si un transport du fer est attesté en 1198 sur le pont de Foix, ce texte demeure isolé dans notre documentation22. Nous avons vu qu’il pouvait restituer l’approvisionnement de l’abbaye de Boulbonne par l’une de ses granges. En revanche, à partir du moment où les sources écrites signalent la croissance du commerce, le fer apparaît aussitôt parmi les articles échangés. À cette période, la diffusion de ce produit ne constitue d’ailleurs pas une originalité pyrénéenne, mais s’inscrit dans une chronologie occidentale que Robert-Henri Bautier a mis en évidence dès 196023.

  • 24 F. PASQUIER. Le cartulaire..., op. cit., p. 7 et 226.

9À l’échelle des Pyrénées centrales, il n’est en rien surprenant que la distribution géographique des sources renvoie au comté de Foix et à la terre de Mirepoix, espaces qui concentrent les principaux lieux d’extraction et de transformation du fer mais aussi espaces de transit. Le bond quantitatif et qualitatif des échanges opérés dans cette région apparaît à la comparaison de deux leudaires de Mirepoix, l’un de 1246, l’autre de 134324. Si le premier n’indique qu’une charge de fer sous une rubrique qui fournit aussi bien la taxation pesant sur le suif et le saindoux, de singulis quintalis cepi et sagini et ferri, le second propose plus de vingt-cinq produits à base de fer, dans huit rubriques distinctes.

  • 25 Leudaire de Blajan, Saint-Plancard et Sarremezan en Comminges (1272), J. LESTRADE, « La coutume de (...)
  • 26 Philippe Wolff rappelle la distinction qu’il serait utile d’établir entre la leude, taxe sur les ve (...)
  • 27 Arch. dép. Ariège, 1 C 156 ; A. MOULIS, « En Haute-Ariège, un curieux document au Moyen Âge : le le (...)
  • 28 Arch, nat., H4 3073.
  • 29 Arch. dép. Ariège, E 92 (1327). F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix..., op. cit., p. 219-225.
  • 30 M. BOURIN-DERRUAU, Villages médiévaux..., op. cit., p. 55-56.

10Quoique cette comparaison soit éclairante, il faut la nuancer. La place du fer est ici mesurée à partir des leudaires qui, à la césure des XIIIe et XIVe siècles, composent la majorité du corpus disponible25. Or, ces documents doivent être interrogés avec la plus grande prudence. En effet, ces listes de taxes attribuées aux produits les plus divers, vendus ou en transit dans une ville26, sont souvent recopiées de siècle en siècle sans aucune modification, alors que l’économie qu’elles reflétaient à l’origine a subi de notables bouleversements. La preuve de cette momification des données éclate quand il est possible, comme pour le leudaire d’Ax et de Mérens, de juxtaposer deux copies identiques, l’une datée de 1452, l’autre de 155927. De même, la copie du XVIIIe siècle d’un leudaire de Foix porte-t-elle trois dates successives : 1290, 1320 et 141928. On peut supposer qu’elles correspondent à l’année de création du document et à deux copies postérieures qui manifestent la persistante utilisation de ce texte sur plus d’un siècle. En outre, il faut convenir qu’à partir de la liste des produits taxés, il est quasi impossible de déduire le sens des échanges et donc la provenance des produits. Enfin, quel type de circulation enregistrent ces documents ? Font-ils une place au commerce local ? Néanmoins, la prudence qu’il faut conserver à la lecture de la majorité de ces textes ne doit pas nous faire négliger la précision de certains d’entre eux dont l’original a été conservé (leudaire de Saverdun, 1327), ou pour lequel on dispose d’une copie médiévale de qualité (Mirepoix, début du XIVe siècle)29. Philippe Wolff, dans l’introduction qu’il consacre à la publication d’un leudaire toulousain, souligne l’apport fondamental de ce type de document à la connaissance de l’économie de la capitale languedocienne. C’est également à partir de l’étude des leudaires que Monique Bourin-Derruau a pu apprécier la circulation et la consommation des denrées alimentaires en Biterrois30. De même, les leudaires ariégeois sont parmi les rares documents écrits à révéler la place des métaux dans les échanges pyrénéens.

11Ainsi permettent-ils de restituer, pour la période 1250-1360, quand ils rendent compte d’une croissance du commerce du fer, les axes qu’emprunteront, parfois jusqu’au XIXe siècle, les produits sidérurgiques. À nous de les confronter aux apports de l’archéologie et aux rares sources notariales disponibles.

Commerce du minerai et des produits sidérurgiques milieu XIIIe - milieu XIVe siècle

Commerce du minerai et des produits sidérurgiques milieu XIIIe - milieu XIVe siècle

2. Les axes d’échanges révélés par les sources

  • 31 Une étude précise des routes au Moyen Âge éclairerait notre connaissance des flux commerciaux. Elle (...)

12À partir de l’étude des leudaires qui balisent les grandes voies d’échanges, il est possible d’esquisser les axes empruntés par le fer sous toutes ses formes même si les leudaires apportent davantage de précisions sur les étapes que sur les routes empruntées par ce produit. En effet, les leudaires et les tarifs de péage éclairent les lieux où se pratique la levée de la taxe mais non les chemins suivis pour les rejoindre31.

La reconstitution possible des axes d’échanges à longue distance

  • 32 F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., p. 7-10.

13Avant de tenter de reconstituer les voies suivies spécifiquement par le fer, il n’est pas inutile de préciser quels sont les grands axes de circulation qui animent le comté et la seigneurie de Mirepoix. La voie la plus ancienne, et sans doute la plus fréquentée de 1250 à 1360, traverse les bourgs marchands de Laroque d’Olmes et de Mirepoix dont les couverts témoignent encore des actifs échanges qui s’y pratiquaient. La terre des Lévis jouit d’une situation de carrefour entre les axes nord-sud, par la vallée de l’Hers, et est-ouest, dominé par le château de Roquefixade et qui, de la vallée de l’Ariège, mène à celle de l’Aude. Par la haute vallée de l’Hers, les basses terres ariégeoises communiquent avec le pays de Sault et surtout avec la Cerdagne et l’Andorre, à partir d’Ax. On peut encore aujourd’hui, par les gorges de La Frau, suivre le beau sentier empierré dont les ponts enjambent le ruisseau pour mesurer, au soin que l’homme lui a porté, l’importance de cette voie. Elle s’enrichit, au niveau de Bélesta, du trafic vers la Méditerranée par le port du Portel et l’accès commandé par le bourg de Quillan. La puissante forteresse de Montségur domine ce croisement très ancien, emprunté par le fer à partir de 124632. La richesse et la précision des trois leudaires conservés pour la cité de Mirepoix permettent d’affirmer que, jusqu’au milieu du XIVe siècle, ce bourg s’impose dans la région, sans doute servi par l’extraordinaire conservation de ses archives. Nous y voyons d’ailleurs passer les objets en fer les plus nombreux et les plus diversifiés. C’est aussi à Mirepoix, au début du XIVe siècle, qu’est attesté pour cette période le transit d’autres métaux : cuivre, plomb, étain et laiton. Mais de Toulouse à la Cerdagne et à l’Aragon, de la vallée de l’Aude à celle de l’Ariège, nous ignorons l’origine comme la destination des produits métallurgiques qui passent par Mirepoix et Laroque d’Olmes.

  • 33 1290 : Arch, nat., H4 3073 ; 1327 : Arch. dép. Ariège, E 92 ; 1340 : Arch, nat., H4 3072.
  • 34 Néanmoins, l’accès le plus fréquenté vers le Pallars passe par le Couserans, Ch. BOURRET, « Les rel (...)

14Durant la même période, se dessine l’axe qui deviendra majeur au XVe siècle, celui qui relie le comté de Foix à Toulouse et permet aussi, par le val d’Ariège, d’échanger avec le royaume d’Aragon. C’est en aval de la cité de Foix que les leudaires soulignent le passage des hommes : leudaires de Foix (1290 au plus tôt), de Pamiers (1340) et de Saverdun (1327)33. Mais la circulation n’est pas moins intense en amont. Le bourg de Tarascon s’impose sur un site de pont comme un pôle majeur reliant plusieurs voies d’accès vers le versant sud. La route du port de Mérens et du col du Puymorens vers le Donnezan, la Cerdagne et l’Andorre, et qui longe la seigneurie de Château-Verdun, rejoint à Tarascon plusieurs vallées : celle de Vicdessos qui permet d’accéder au Val Ferrere puis au comté de Pallars par le col de Bouet34 ; celle de Siguer qui débouche sur la vallée d’Andorre et le Castelbon ; celle de Saurat qui, par le col de Port, mène en Couserans et également vers le Pallars.

  • 35 Le pont d’Alat, situé sur l’Ariège, en amont de Tarascon, fait communiquer Ussat-le-Vieux avec Saba (...)
  • 36 Celui de Sabart pourrait remonter à 1169, Arch, nat, H4 30902.
  • 37 Arch, nat., H4 30902. Le nom même du concessionnaire illustre les échanges étroits noués entre Tara (...)
  • 38 Arch, nat., H4 30902
  • 39 . Arch, nat., H4 30902
  • 40 . 1355, A. GARRIGOU, op. cit., p. 262 ; 1356, H. MARCAILHOU d’AYMERIC, op. cit., p. 92. Un siècle p (...)

15Dès lors, parce qu’ils deviennent des passages obligés pour les marchandises, les ponts de Tarascon, de Sabart et d’Alat, sont l’objet de soins attentifs35. Celui de Tarascon, en bois, apparaît dans la documentation dès 125936. Il est alors concédé par le comte de Foix à Guilhem Andorran qui doit veiller à le conserver en bon état contre une taxe perçue de 10 sous morlaas37. À partir de 1346, objets de toute la sollicitude des consuls de Tarascon et du comte de Foix, ces ponts sont réparés aux frais de ceux qui en reçoivent les revenus, jusqu’à concours de la moitié de la valeur des taxes38. Pour obtenir le correct entretien du pont de Sabart, qui commande l’ouverture de la vallée de Vicdessos sur celle de l’Ariège, Gaston n’a pas hésité à envoyer un représentant pour évaluer les réparations à prévoir39. On sait avec quelle assiduité les hommes de la haute vallée de l’Ariège fréquentent ces ponts dont ils connaissent le lourd prix à payer. En 1355, les habitants de Mérens s’abonnent au paiement du pont d’Alat et l’année suivante ce sont ceux du Lordadais40. À partir de Tarascon, le gros du trafic se dirige vers Foix où les habitants de la capitale du Sabarthès sont dispensés du droit de pontonnage en 1364, preuve de leur active participation au flux commercial.

  • 41 . M. CHEVALIER, op. cit., p. 26 : « La montagne pyrénéenne était, dans le passé, perméable aux écha (...)
  • 42 M. CHEVALIER, op. cit., p. 609, 613 et 624.
  • 43 Le terme de sarcina est uniquement employé dans le leudaire de 1243 (Mirepoix). Le leudaire de Save (...)
  • 44 F. PASQUIER, op. cit., p. 6.

16En remontant vers les cols, le passage est délicat. Cependant cette haute montagne ariégeoise est perméable41. Les hommes l’ont traversée du Moyen Âge au XIXe siècle, utilisant des chemins parfois difficiles sur lesquels ils avançaient prudemment. Toute cette circulation est rendue possible grâce aux animaux de bât par excellence que sont l’âne et le mulet42. Parfois, les leudaires spécifient le mode de transport et la taxe qui en découle. Généralement, les hommes qui traversent la montagne sont à pied et leurs marchandises arrimées aux animaux de bât. Les textes désignent, de différentes manières, l’ensemble de ces produits portés par un mulet, sarcina ou saumade, voire plus simplement charge43. Celle-ci constitue l’unité la plus commune de taxation des leudaires pour les produits pondéreux. Certains de ces marchands transportent aussi des articles attachés autour de leur cou, sans doute dans des paniers suspendus à un bâton transversal et porté sur les épaules. Ainsi, dans le leudaire de Saverdun, il est prévu que ces portefaix puissent acheminer de cette manière les payrolas, c’est-à-dire les chaudrons : colier que porte payrolas sus lo col, hun dinie tolza44.

  • 45 A. CAZENAVE, « Les cathares en Catalogne et en Sabarthès d’après les registres d’inquisition, la hi (...)
  • 46 A. CAZENAVE. op. cit., p. 398.
  • 47 Dom C. DEVIC et Dom J. VA1SSETTE, Histoire générale du Languedoc..., op. cit., t. X, preuves cc 88- (...)
  • 48 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.
  • 49 Ch. BOURRET, op. cit.
  • 50 En 1307, Gaston 1er organisait les trois greniers à sel de son comté, l’un localisé à Foix, le seco (...)

17Pour le franchissement de la montagne, des passages sont parfois préférés à d’autres. Si la traversée du Puymorens est attestée au début du XIVe siècle entre Ax et Puigcerda, un autre chemin, d’accès plus facile, est également fréquenté45. En effet, grâce aux registres de l’Inquisition, qui constituent une source fondamentale pour saisir la vie quotidienne dans le haut Sabarthès, nous pouvons suivre les cathares en fuite vers la Catalogne. Au milieu du XIIIe siècle, ils délaissent souvent le Puymorens pour les chemins, en partie empierrés, qui traversent le port de Siguer et celui de Bouet et permettent le passage vers l’Andorre, le Val Ferrere et le Castelbon46. Ces accès sont d’ailleurs reconnus officiellement dans la description du comté de Foix rédigée en 127247. Ils facilitent les contacts réguliers que la communauté de Vicdessos entretient avec ses voisins du versant sud. Mais, ces relations dépassent le Val Ferrere et le Castelbon, sous domination fuxéenne, pour s’étendre au Pallars. La charte de 1356 consacre d’ailleurs le commerce que les hommes de Vicdessos pratiquent avec ceux de ce comté48. Le chemin est cependant long : il faut passer par le Val Ferrere ou bien transiter par le port de Saleix et le Couserans pour aboutir dans le comté de Pallars49. Les échanges se doivent d’être fructueux ou d’une absolue nécessité. C’est le cas puisque, par la vallée du Vicdessos, comme par la ville d’Ax, transite le sel du Pallars qui approvisionne le comté50.

  • 51 1350, 1389 et 1392, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3.
  • 52 En 1386, cette exemption accordée par Jacques Ier est confirmée par son successeur, Pierre, roi d’A (...)
  • 53 Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la croisade contre les Albigeois (...)

18Les exemptions accordées par le roi d’Aragon confirment, par la fréquence de leur renouvellement, la densité des échanges du nord au sud. Comme nous l’avons précédemment indiqué, à partir de 1265, les hommes du pays de Foix obtiennent du roi une sauvegarde sur l’ensemble de ses terres. Cette protection, qui s’accompagne d’un droit de passage dans tous les lieux du royaume, est encore renouvelée en 1350, puis 1389 et 139251. Au milieu du XIVe siècle, à la liberté s’ajoute l’exemption des péages concédée contre sa réciprocité accordée aux Aragonais52. L’autorisation comtale est d’autant plus facilement offerte que le comte de Foix a tout intérêt à voir se développer une voie qui s’inscrit dans la politique d’expansion inaugurée par son aïeul, Raimond-Roger53.

  • 54 Acte de 1284, BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.
  • 55 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.
  • 56 Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77. Un appel est relevé devant le Roi par le bayle d’Ax au sujet (...)
  • 57 J.-M. BOSCH. O. CODINA et A. VILA, « La production de fer en Andorre au Moyen Âge. De la "réalité r (...)
  • 58 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

19Il est difficile de déterminer la place du fer dans la circulation des produits sur les axes qui viennent d’être décrits. Quelques informations peuvent cependant être glanées. Certes, tous les hommes qui transitent par les ports de Bouet, de Siguer ou du Puymorens ne transportent pas des métaux, mais cet axe, surtout à partir de Tarascon, carrefour des vallées productrices d’Aston et de Vicdessos, est aussi celui du fer. En 1284, les merlaria quittent illicitement le Sabarthès54. En 1294, le transport du fer du Vicdessos est autorisé par le comte de Foix, au-delà des ports. Sans doute, traverse-t-il celui de Sabart vers Tarascon, puis vers Foix, Pamiers et Saverdun où son passage est enregistré par les leudaires. À l’opposé, il est acheminé vers ceux qui gardent la périphérie du royaume55. Au même moment, un sergent royal interdit son passage au-delà des ports56. S’agit-il de ceux d’Ax et de Mérens comme le suggère le document ? Si tel était le cas, le fer du comté serait alors exporté vers l’Andorre. Bien que le document soit conservé sous la forme d’une analyse lacunaire qui incite à la prudence, cette hypothèse rejoint celle formulées par nos collègues andorrans57. Quant au minerai de Sem, alors qu’en i 356 la communauté de Vicdessos reconnaît enfin sa libre exportation au-delà du port de Sabart et ailleurs, une destination outre-monts pourrait être envisageable puisque, dans le même acte, le commerce avec le Pallars est nommément désigné. Les hommes de Vicdessos s’y rendent avec leurs animaux et leurs marchandises. Cette destination demeure cependant tout à fait hypothétique58. Non seulement le produit est pondéreux et toujours difficile à acheminer mais, comme nous le verrons, il ne suffit pas que la sortie du minerai soit autorisée par le comte pour qu’il quitte effectivement la haute vallée.

De la difficulté à saisir les voies qu’irrigue le commerce de proximité

  • 59 J. LESTRADE, « La coutume de Blajan », op. cit. Un même leudaire régit Alan à partir de 1272, Blaja (...)
  • 60 Arch. mun. de Toulouse, HH 66, fol. 177v° ; F. PÉRISSE, « La coutume d’Aspet », op. cit., p. 68.

20En dehors des grandes voies, le fer suit également des itinéraires plus étroits et plus difficiles à restituer. Ce que nous ne saisissons pas, même dans ce pays où la production se fait, ce sont les échanges en profondeur, le réseau capillaire des chemins qui mène de la mouline à ceux qui utilisent le métal. Certes, nous ne disposons pas de registres de notaire pour le haut comté, mais cette pratique est aussi de celles qui s’écrivent peu. Nous pouvons, au sujet de ces échanges au ras du sol, évoquer le cas du Comminges dont Charles Higounet restitue le faible dynamisme. Quand les leudaires d’Alan (Rivière) et de Blajan (Nébouzan), les chartes de Saint-Gaudens et de Montsaunès attestent d’un passage de fer, de clés, de couteaux et de faux à la fin du XIIIe siècle, quelle est la provenance comme la destination de ces produits59 ? Incontestablement, au cœur des campagnes commingeoises, le fer se vend, le fer circule. S’agit-il du fer d’Aspet dont on voit vanter les qualités dans le statut des maréchaux-ferrants de la ville de Toulouse (1371) et qu’il faut associer à la mention de moulines (1382)60 ? Possible, mais l’axe de la Garonne offre sans doute d’autres approvisionnements. Ce commerce, souvent perçu à l’échelle du village, constitue la plus commune source d’approvisionnement et la plus caractéristique des campagnes des Pyrénées centrales. Néanmoins, encore au milieu du XIVe siècle, la documentation ne permet pas de restituer les chemins empruntés par ce fer du quotidien. Suivre le minerai participe des mêmes difficultés.

Les rares chemins empruntés par le minerai de Vicdessos

  • 61 Sur les modalités du commerce du minerai, M. ARNOUX, « Le commerce du minerai dans le bocage norman (...)

21Une remarque initiale s’impose. Les rares indices dont nous disposons sur la circulation du minerai concernent celui de la mine de Sem61. Si on peut restituer les sentiers qu’il suit à l’intérieur de l’espace communautaire, en pointant les moulines élevées dans la vallée et en cheminant sur des sentiers encore utilisés au XIXe siècle, l’exercice est plus délicat quand il franchit le port de Sabart. En effet, l’approvisionnement résulte alors d’accords passés entre la communauté de Vicdessos et les maîtres de mouline qui ont obtenu d’être livrés, accords dont nous saisissons la conclusion, mais dont la réalisation tangible nous échappe. Ainsi, pour l’approvisionnement de la mouline d’Andronne, nous en sommes réduite à supposer que les charrois remontent la vallée de l’Ariège.

  • 62 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.
  • 63 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

22Dans ce contexte, le chemin qui relie le Vicdessos au Couserans s’impose par son originalité. S’il ne peut être qualifié de grande voie de commerce, il n’est pas non plus un de ces modestes sentiers qui permettent d’accéder aux forges de montagne. À partir de l’accord signé en 1347-1348, les cols de Port et de Saleix, utilisés couramment pour passer du comté de Foix au Couserans, sont dominés par le trafic du minerai de fer qui ne s’interrompt qu’au moment de l’enneigement62. Sans doute, ce passage est-il déjà utilisé avant que l’échange n’intervienne puisqu’un texte de 1343 cite l’exportation du minerai de Saurai et de Vicdessos vers le Couserans63. Si en dehors des cols de Port et de Saleix, les chemins suivis par le minerai sont absents de la documentation, c’est sans doute parce que la « pierre de fer » voyage peu. En effet, le minerai et ses dérivés n’empruntent pas tous avec la même fréquence les voies que nous avons identifiées.

3. Minerai, fer et acier : de la diversité des produits échangés

Le minerai de fer, un produit qui échappe au commerce

23Le minerai de fer du haut Sabarthès n’apparaît dans aucun leudaire. Ni celui de la vallée de Vicdessos, ni celui de la seigneurie de Château-Verdun ne semblent alimenter les forges éloignées du lieu de l’extraction. Pourtant, dans l’accord de 1293 conclu entre les Arnaud et le comte de Foix et dans la charte de franchise de 1304, la perception d’un droit de leude sur le minerai exporté est prévue. Mais aucun de ces minerais d’exceptionnelle qualité, pas plus que ceux plus médiocres des mines de Saurat et du territoire d’Arse, ne semblent fréquenter les axes et les zones où s’opère un commerce des produits métallurgiques.

  • 64 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

24En fait, les difficultés que nous éprouvons à suivre le minerai, restituent la faiblesse de sa commercialisation. Elles révèlent son usage presque exclusif au profit des maîtres de mouline du haut Sabarthès. Ainsi, la charte de 1304 précise de façon presque contradictoire que le minerai de Sem ne peut être travaillé en dehors des limites de la vallée et que son exportation doit être exceptionnelle. Ce traditionnel monopole d’approvisionnement est une dernière fois rappelé dans l’accord de 1356 qui néanmoins autorise la sortie du minerai64. Sans doute la quasi-totalité du produit extrait à Château-Verdun alimente-t-elle de la même façon les moulines de la seigneurie. Dans ce cas, le monopole, s’il n’est pas reconnu juridiquement, est tout aussi efficace.

  • 65 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 147.
  • 66 Arch. dép. Ariège, E 95, pièce no 11.

25Pourtant, à partir de la vallée de Vicdessos, des chargements se dirigent vers Foix. On sait que la mouline d’Andronne reçoit le minerai de Vicdessos65. Ces livraisons ne résultent cependant pas d’un marché libre. Simplement – et on ignore dans quelles conditions – les maîtres de certaines moulines ont obtenu un approvisionnement, dont on ne mesure pas la fréquence, puisé dans le surplus non consommé par la vallée. La notabilité de Guilhem Arriga, détenteur de la mouline d’Andronne, notaire et consul de Foix, n’est sans doute pas étrangère à cette autorisation. Dans le cas du Couserans, à partir de 1347-1348, la mine est échangée contre du bois et du charbon de bois dans le cadre d’un accord conclu entre le comte de Foix, le vicomte de Couserans et la communauté de Vicdessos. Le texte précise bien que le minerai ne doit alimenter que certaines forges hydrauliques des vallées de Massat et d’Ercé66. L’approvisionnement est surveillé et contingenté. Il fait l’objet d’un troc, non d’une vente. L’échange est donc organisé en fonction des besoins respectifs des deux vallées, et non en regard d’un marché, élargi à l’ensemble des consommateurs potentiels.

26À partir de 1356, quand le minerai peut sortir librement de la vallée, sa vente s’opère sur le pré de Vie, dans le bourg de Vicdessos. Durant les quelques années qui suivent immédiatement cette modification de la distribution du minerai, aucune source n’atteste de sa diffusion plus large. En fait, ce que nous savons être vrai pour le XVe siècle est déjà en germe durant cette première moitié du XIVe siècle : si la libre exportation du minerai de Vicdessos est reconnue en 1356, il semble bien qu’elle ne soit que rarement pratiquée. Déjà la communauté organise la rétention. La circulation est réduite, elle est sans doute parfois secrète.

Les produits semi-finis : le fer, l’acier, les merlaria

  • 67 Arch, nat, JJ 80. fol. 223, pièce no 307.

27Sur l’ensemble de la production sidérurgique, le matériau qui s’exporte le plus tôt et le plus couramment est incontestablement le fer. Il apparaît dans les leudaires sous l’appellation commune de ferrum, produit semi-ouvré transporté sans doute sous la forme que nous lui voyons revêtir à la sortie des moulines : fer en barres plus ou moins épaisses et de formes diverses, fer en tige, fer en morceaux. Ce fer est bien produit pour la vente puisqu’il est désigné dans l’acte d’Albiès comme du fer marchand. Dès 1246, le fer transite par la cité de Mirepoix. À partir de cette date, il est présent sur toutes les routes empruntées par les marchands. Celui qui sort du comté est porteur d’une marque. Ce signe qui permet la reconnaissance du produit, qui l’estampille, est appliqué dans la ville de Foix. Donc, au XIVe siècle, c’est bien un fer désigné comme originaire de Foix qui sort du comté, sans pour autant que l’appellation « fer de Foix » apparaisse dans les sources. Cependant, même à la périphérie de l’Ariège, le fer du comté ne domine pas le marché. Ainsi, en 1350, l’acte de fondation de la bastide de Grenade, au nord de Toulouse, prévoit que le fer nécessaire à la construction sera importé de Fons, en Quercy67. Le choix de cet approvisionnement prouve que les régions productrices, de l’Aquitaine au Languedoc, se livrent alors une rude concurrence. Dans les villes-étapes scandées par les leudaires, les différents fers des régions proches se croisent sous cette appellation commune de ferrum. Sans doute le fer du Quercy profite-t-il d’une distribution plus efficace par la vallée de la Garonne. Il peut aussi correspondre à une qualité spécifique qui justifierait le choix qui en est fait sur ce chantier.

  • 68 Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », op. cit., p. 285-302. À propos du Béarn, A.-J. MARTIN DUQUE (...)

28Si l’acier apparaît à la même époque dans un leudaire de Toulouse, si on le voit importé de la Navarre vers le Béarn, s’il est présent dans les sources du Rouergue, il est totalement absent des sources ariégeoises68. Sans doute se confond-il avec les merlaria que l’on sait fabriquées dans le Vicdessos, produit semi-fini que nous avons défini comme hétérogène et dont on peut extraire de l’acier naturel mais aussi du fer. Néanmoins, la charte de 1294 établit une nette distinction entre le commerce du fer et celui des merlaria. À cette date, celles-ci peuvent être exclusivement échangées dans le cadre de la vallée alors que le fer l’est librement. Dès 1284, le comte en interdit même la sortie au-delà de Sabart. Sans doute sont-elles l’objet d’une politique de rétention qui ne se laisse pas saisir aussi clairement que celle opérée sur le minerai. Les merlaria seraient donc en grande partie utilisées sur place. En fait, le produit à peine dégrossi est laissé aux mains des hommes de Vicdessos qui ne livreront au commerce que ce dont ils n’ont pas besoin. Ainsi, cette absence d’acier dans les courants commerciaux illustrerait en fait autant la volonté d’en conserver l’usage – mais pour en faire quoi ? – que la faiblesse de sa production.

Ustensiles, outils et armes : le fer au quotidien

29Encore en 1246, sur l’ensemble des produits qui transitent par Mirepoix, seule une broche est en fer. En 1327, à Saverdun, six objets sont confectionnés à partir de ce métal, chiffre comparable à celui obtenu à partir du leudaire de Pamiers daté de 1340. Trois ans plus tard, dans les leudaires de Mirepoix et de Laroque d’Olmes, les objets en fer sont beaucoup plus nombreux (on en dénombre 25), regroupés selon leur utilisation. Ce bond qualitatif et quantitatif résulte assurément de la qualité des sources, en l’occurrence du soin apporté à la confection de ce document, alors que Jean de Lévis II engage une réforme de sa seigneurie. Néanmoins, et encore une fois avec toute la prudence nécessaire, on peut y lire aussi l’élargissement du marché du fer. Ainsi, à partir des leudaires, nous avons choisi de présenter les objets échangés en les regroupant selon trois catégories, bien qu’une classification aussi stricte soit très rarement adoptée dans ce type de document : les ustensiles de la maison, les outils et les armes. À ces témoignages, nous ajouterons ceux des notaires et de l’archéologie, qui nous feront entrer dans la maison.

L’enseignement des leudaires

  • 69 Les payrolas, s’ils pouvaient correspondre à un usage domestique, servaient aussi aux teinturiers. (...)
  • 70 J. DUVERNOY, op. cit., t. II, p. 207-208.
  • 71 A. PALES GORBILLIARD, op. cit., p. 384.
  • 72 Dans la très déficiente traduction du leudaire de Foix (1290-1320) apparaissent également des créma (...)

30Les payrolas, c’est-à-dire les chaudrons, sont présents dans tous les leudaires. Fabriqués majoritairement en cuivre, ils le sont parfois en fer69. Puis, plus rarement et de façon irrégulière, on voit également passer, de ville en ville, d’autres ustensiles. Dès 1327, des poêles (padenas) – pour la confection desquelles aucun matériau n’est indiqué – et des cuillères en fer, des écuelles, des louches ou des mesures de blé. Elles disparaissent du leudaire de Pamiers de 1340 dans lequel sont en revanche taxés les couteaux. Sans doute voisinent-ils sur les étalages avec les rasoirs que l’on peut se procurer dans le quartier de Villeneuve70. Cependant, la coutellerie (coutelairia, coutelieras) n’est pas l’exclusive spécialité du marché appaméen. Elle fait également l’objet d’une taxation dans le leudaire de Mirepoix, du début du XIVe siècle. Mais, à cette date, on peut se fournir en couteaux lointains et précieux en dehors des bourgs. Ainsi, ceux de Parme sont échangés en pleine montagne, dans le haut Sabarthès71. Sans doute sont-ils parvenus là par l’intermédiaire des colporteurs lombards. En 1343, tous ces objets se trouvent réunis une nouvelle fois dans le leudaire de Mirepoix et de Laroque d’Olmes, où ils s’ajoutent aux chandeliers. Pour l’équipement de la maison, les serrures apparaissent dès le début du XIVe siècle (clavaduras faytas, clavaduras)72.

  • 73 Sur la faux, on peut se reporter à G. COMET, Le paysan..., op. cit., p. 188-189.
  • 74 Les reias ou reilles sont des socs d’araire utilisés dans les pays méridionaux. G. COMET, op. cit.,(...)
  • 75 Sur la bêche, consulter G. COMET, op. cit., p. 121-126.
  • 76 Sur la faucille, on peut une nouvelle fois se reporter à G. COMET, op. cit., p. 182-183.

31Les outils sont encore plus nombreux à encombrer les listes des leudaires. À partir de 1246 apparaissent les faux73. Elles sont vendues par douzaine ou par demi-douzaine (dotz dalhs hun dinie ; sieys dalhs hun tomes) à Saverdun. Puis au début du XIVe siècle s’ajoutent les socs (reias d’araire)74, les bêches ou pioches (fossors)75 et les toroiras per retondre, peut-être des cisailles pour tondre les moutons. Les sonnettes pour le bétail sont attestées à Pamiers, en 1340. Puis, en 1343, sous une rubrique regroupant les ferramentas se bousculent socs (reilhas), cognées (pigassas), bêches ou pioches (fossors), faux (dailhs), faucilles (falses)76, fourches (farquas), clochettes (esquilhas). On sait d’ailleurs que des socs et des houes sont fabriqués à Foix et marqués à cet endroit avant d’être vendus.

  • 77 La houe est effectivement citée avec les outils du bûcheron. Pourtant Yeyssado, ou houe rectangulai (...)
  • 78 M. CHEVALIER. La vie humaine..., op. cit., p. 563 ; J. de LAHONDÈS, Annales de Pamiers, Toulouse-Pa (...)
  • 79 J.-Fr. BELHOSTE et al., La métallurgie comtoise, XVe-XIXe siècles, Étude du val de Saône, Besançon. (...)

32Le leudaire de 1343 propose même une classification des outils. S’imposent ceux des forgerons pour lesquels transitent des enclumes (encluges) et des soufflets (manchas), l’équipement des bûcherons avec la rubrique pigassas où sont distinguées les haches (aches), des hachettes (destralz) et des houes (ayssadas)77. On doit s’arrêter un moment sur la mention dans le leudaire de Blajan mais aussi dans celui de Foix, de calderiae. Dans ce cas s’agit-il, comme le propose la traduction du leudaire de Foix, de chaudières, également identifiées par le terme de caldaria ? On ne peut repousser cette signification car le bourg de Blajan (Comminges) est proche de Salies-du-Salat. De même, n’oublions pas que les sources salées de Camarade ont approvisionné Pamiers au cours du XVe siècle78. C’est durant la même période qu’un homme originaire de Gascogne, très exactement de Condom, est l’expert en fait de saulnerie de la grande saline de Salins (Franche-Comté) où l’on use de chaudières en fer79. La question est posée.

  • 80 À partir du XVIe siècle, la vallée de La Barguillère se spécialisera dans la production des clous.

33Certains objets de consommation courante, les clous (clavels), les fers à chevaux et les clous de maréchalerie (fers de cavals faytz, clavels de cavals), n’apparaissent qu’au début du XIVe siècle dans le seul leudaire de Mirepoix. Pour ces articles, d’un usage courant, la production du forgeron de village devait suffire à la consommation de chaque communauté, sans qu’il fût nécessaire de recourir au marché du bourg voisin80. Une nouvelle fois se pose la question que nous avons évoquée dès l’introduction : qu’enregistrent exactement les leudaires ?

  • 81 Leudaires de Foix (1290-1320), de Saverdun (1327), de Mirepoix (début du XIVe siècle et en 1343).
  • 82 Ph. WOLFF, « Achats d’armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine », op. cit., p. 84-91.
  • 83 Cl. GAIER, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges de la fin du (...)
  • 84 Ibid., p. 158.
  • 85 Ibid., p. 157.

34Si le leudaire de 1246 ne mentionne aucune arme, ceux du début du XIVe siècle illustrent l’irruption ou le développement de ce type d’échange81. Des épées (spazas, espazas) vendues à la douzaine ou à la demi-douzaine, des lances (fanses), des chapeaux de fer et des hauberts (gizarmes) sont offerts à la vente dans les bourgs de Foix, Saverdun, Mirepoix. Ce type d’armement ne correspond pas à celui qui est confectionné dans la région à la fin du XIIIe siècle, c’est-à-dire des arbalètes et des bassinets82. S’agit-il d’importations courantes ? Remarquons qu’une partie des armes qui fait l’objet de ce trafic, sont parmi les plus délicates à fabriquer. En effet, la confection des épées exige une parfaite maîtrise de la part du forgeron ou de l’armurier83. Il est possible que leur production constitue la spécialité d’une région sinon d’un bourg dont la production irrigue certains circuits commerciaux. Le fait est suffisamment rare pour être remarqué. En effet, du XIIIe au XVe siècle, le commerce actif des armes, c’est-à-dire celui pratiqué par un revendeur, est exceptionnel84. Le plus souvent l’acheteur se fournit auprès du producteur ou lui dépêche un commis. Néanmoins, quand des leudaires d’autres régions illustrent ce type de commerce, les armes généralement proposées sont très exactement celles mentionnées dans les documents ariégeois : armures, épées à l’état fini ou sous forme de lames, lances et piques. Cette liste correspond, par exemple, à celle fournie par Claude Gaier pour les provinces belges. Une telle uniformisation des pratiques résulte sans doute de la demande. Ces armes sont celles que l’homme médiéval, à la campagne comme à la ville, se procure généralement pour sa défense personnelle, celles que le marchand est le plus assuré de vendre85.

  • 86 Montréal : chef-lieu de canton de l’arrondissement de Carcassonne. A. SABARTHÈS, « La leude de Mont (...)
  • 87 Sur un total de 58 rubriques, seules trois renferment des produits sidérurgiques.
  • 88 Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », op. cit., p. 285-302.
  • 89 En témoigne sans doute encore, le beau verrou de l’église de Laroque d’Olmes, décoré d’une tête d’a (...)

35À l’issue de cette présentation, il paraît utile de s’interroger sur l’existence d’une quelconque spécificité du commerce des métaux dans la seigneurie de Mirepoix et le comté, pays de production de fer. Pour nourrir la comparaison, nous disposons de deux leudaires élaborés au début du XIVe siècle dans des régions proches, l’un à Montréal86, l’autre à Toulouse. Incontestablement, les registres ariégeois mentionnent beaucoup plus d’objets métalliques que celui de Montréal, bourg pourtant commerçant et localisé à la périphérie de régions sidérurgiques, pays de Foix, Corbières et Montagne noire87. De même, la comparaison avec Toulouse est riche d’enseignements88. Bien évidemment, le leudaire de ce pôle commercial, doublé d’un centre de transformation du fer, propose une grande diversité de produits métallurgiques. Certains sont d’ailleurs inconnus des sources comtales comme le fil de fer et d’acier (fiel de fer, fiel d’acier), le laiton en plaques et en feuilles, le vieux cuivre. Néanmoins, les leudaires de Saverdun et surtout de Mirepoix et de Laroque d’Olmes, bourgs d’un modeste poids économique comparé à celui de la capitale toulousaine, rendent compte d’un actif commerce du fer89. La diversité et le nombre des objets proposés sur les marchés du comté et de ses marges résultent sans doute du dynamisme de la production locale.

Les objets dans la maison

  • 90 Nous nous reportons, une nouvelle fois, à l’édition par Jean Duvernoy du registre de Jacques Fourni (...)
  • 91 G.R.A.M.E. (Groupe de recherches archéologiques de Montségur et environs), Montségur, 13 ans de rec (...)

36La grande majorité de ces objets participe d’ailleurs à la vie quotidienne des hommes du comté et cela dès la première moitié du XIVe siècle. Ils ont leur place dans la maison. Les registres de l’Inquisition comme ceux des notaires, exceptionnellement conservés pour la première moitié du XIVe, illustrent cette présence à Mazères comme à Montaillou90. Les fouilles de Montségur ajoutent à ce corpus d’écrits les témoignages de la culture matérielle, les objets eux-mêmes91. L’apport d’autres sources permet finalement de s’affranchir de l’exclusif témoignage des leudaires.

  • 92 D’autres outils sont cités durant les interrogatoires : une faucille, des haches et une dolabre.
  • 93 G. PRADALIÉ, « Le pays d’Olmes et Montségur vers 1200 », dans Montségur, la mémoire et la rumeur, 1 (...)
  • 94 G.R.A.M.E., op. cit., p. 92-93 cl p. 107-132.
  • 95 Ibid., p. 135-136 et 204.
  • 96 Ibid., p. 162.
  • 97 Ibid., p. 175-176.
  • 98 Ibid., p. 167-169.
  • 99 Ibid., p. 199.
  • 100 Ibid., p. 201.
  • 101 A. CZESKI, « Aspects de la vie quotidienne à Montségur révélés par les témoins archéologiques », da (...)
  • 102 M. ROQUEBERT, « Le trésor de Montségur », dans Montségur..., op. cit., p. 55.
  • 103 Ibid., p. 87-88 et p. 205-210. A. CZESKI, op. cit., p. 84.
  • 104 En effet, le forgeron peut parfois avoir un étal sur le marché urbain. Ainsi, le leudaire du Mirepo (...)

37Parmi ceux qu’ils vont livrer à leurs héritiers, les hommes de Mazères ont le souci de noter les ustensiles en fer. Quand les coffres et les huches sont munis de serrures ou barres, le notaire a soin de le relever. De même, on constitue la liste de la vaisselle de fer et de l’équipement de la cheminée : padenas, patellas ferri, tripodes, cremalh. Les chandeliers et les lampes à huile sont aussi rigoureusement enregistrés. Dans les remises sont rangés les houes, fourches, faux, serpes, haches et socs, tous ces outils que nous avons vu approvisionner les marchés du début du XIVe siècle. Pour Montaillou, où aucun inventaire n’est constitué, se perd l’impression de relative abondance éprouvée à la lecture de listes d’objets dont il semblerait qu’aucun n’ait pu échapper à la vigilance des notaires. Cependant, même dans ce village de montagne, les objets de fer sont là, moins nombreux cependant que dans le bourg de la plaine. Au travers des interrogatoires orchestrés par Jacques Fournier et Geoffroy d’Ablis, on rencontre les outils, surtout la faux, la houe, la fourche et le soc, indispensables92. Mais c’est Montségur, avec ses quartiers de défense et d’habitat qui nous propose quantité et diversité. Là s’accumulent les vestiges de plusieurs siècles d’occupation et il est regrettable que l’absence de stratigraphie nette rende délicate la mise en place d’une chronologie, même relative, du mobilier. Cependant, si le site n’a été déserté qu’au XVIIe siècle, on doit retenir les étapes majeures de son occupation. C’est au début du XIIIe siècle que s’édifie le village castral auprès du château élevé à la fin du XIIe, château dont il faut rappeler qu’il contrôle une voie importante, la vallée du Lasset qui, par le col de Peyre, mène à la haute vallée de l’Ariège93. La communauté est très active jusqu’en 1244, année du bûcher. Mais, même après cette date, l’occupation humaine ne disparaît pas sur les pentes de Montségur, il est même probable que le site a été occupé jusqu’au milieu du XIVe siècle, puis hommes et activités se raréfient. On peut donc conclure que la majorité des objets qui ont été mis à jour date de la belle période d’occupation, de 1209 à 1244 et jusqu’au XIVe siècle. Or, après treize ans de fouilles, 9 876 pièces de fer, dont 7 855 clous, ont été dénombrées. Dans ce site défensif préparé à la lutte, les objets nécessaires au combat ont été massivement concentrés. Ainsi, les fers de trait mais aussi les lames d’épées et de coutelas, les lances et les fragments de hauberts et de brigandines ont été fréquemment découverts, surtout dans le guet du roc de la Tour94. Sont également parvenus jusqu’à nous les objets de la maison qui sont aussi ceux du divertissement : lampe à huile, louche en fer, lames de couteau, ferrures des portes et des volets mais aussi guimbarde en fer95. S’y ajoutent les outils du paysan, rares certes, comme cette houe du XIIIe siècle96 et quelques lames de serpette ; ceux du bûcheron (massette, hachette)97, du berger (sonnailles)98, du forgeron (tenailles)99, du charpentier (lame de scie, extrémités de ciseaux à bois)100, du tailleur (ciseaux, aiguilles et alènes-perçoirs, coupes-lanières)101. Ces objets renvoient aux caractéristiques de ce village, peuplé de cathares, pour l’essentiel des petits nobles locaux et des notables, un village qui se construit, qui s’équipe, qui se prépare à la défense. Sans doute n’est-il pas banal. Les habitants disposaient de liquidités, ils ont acheté aux villageois voisins ce dont ils avaient besoin pour leur subsistance ; ils ont beaucoup plus acheté qu’ils n’ont produit102. Pour les objets en fer, on peut supposer, sans forcer la démonstration, que la majorité d’entre eux témoigne de cette ouverture des échanges que les leudaires nous livrent quelques décennies plus tard. Cependant, retenons que les objets les plus nombreux sur le site de Montségur sont les clous103. Ils sont d’une grande diversité : des petits clous, à tête circulaire, en forme de huit plein, à tête quadrangulaire et des clous de maréchalerie et de charpente, mais également des clous à crochet pour assurer la suspension. Or n’est-il pas étonnant de ne rencontrer ces objets que dans un seul leudaire alors qu’ils sont si nombreux dans le sol ? Une nouvelle fois, cette remarque tendrait à prouver qu’une grande partie des objets en métal consommés le plus couramment échappe en fait à ces textes qui consignent la taxation. Dans la majorité des cas, l’échange se conclut simplement entre le forgeron et son client, dans la forge, sur le marché104. C’est sans doute le cas à Montségur où des déchets témoignant du travail du fer ont été retrouvés ; une partie des objets en fer a pu être élaborée sur place. Ainsi, l’étude des leudaires ne livrerait qu’une image tronquée du commerce des produits sidérurgiques en restituant son aspect le plus exceptionnel : le commerce confié à des intermédiaires et qui emprunte les axes majeurs.

  • 105 J.-M. LASSURE, La civilisation matérielle de la Gascogne aux XIIe et XIIe siècles. Le mobilier du s (...)
  • 106 M.-É. GARDEL, Cabaret, histoire et archéologie d’un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabar (...)
  • 107 G. DÉMIANS d’ARCHIMBAUD, Les fouilles de Rougiers. Contribution à l’archéologie de l’habitat rural (...)
  • 108 M. BOURIN-DERRUAU. Villages médiévaux en Bas-Languedoc..., op. cit., t. II, p. 49.
  • 109 J. DUVERNOY, op. cit., t. II, p. 208. Les registres d’inquisition permettent de comparer avec prude (...)
  • 110 J. DUVERNOY, op. cit., t. III, p. 91. C’est le cas d’une dolabre.
  • 111 J. FOURGOUS et G. de BEZIN, « Les Fors de Bigorre », Bulletin de la Société Ramond, 1901, p. 180-19 (...)
  • 112 Les Fors de Bigorre, dont les manuscrits conservés datent de la seconde moitié du XIIIe siècle, aur (...)

38De l’ensemble de cette documentation, il ne faudrait cependant pas conclure à une générale abondance du marché des produits métallurgiques. Assurément, au XIIIe siècle, le fer s’inscrit dans le jeu de l’échange et avec d’autant plus de vigueur que le comté de Foix constitue une région de production. À la lumière des données livrées par Montségur, on peut sans doute avancer de quelques décennies ce dont témoignent les leudaires à partir de 1250 : une ouverture des échanges où le fer a sa place. Cependant, si le fer pénètre dans la vie quotidienne, il ne l’envahit pas. D’une région à l’autre, et en réduisant la comparaison aux terroirs méridionaux, les éclairages sont d’ailleurs très contrastés. On pense aussitôt au cas de l’Isle-Bouzon, ce village gascon, né autour d’une tour-salle et qui a été déserté peu après le milieu du ΧΙΙIe siècle. L’habitat villageois y est sommaire et renferme pourtant quelques 2 000 objets en fer, outillage domestique, soc d’araire. Le mobilier est à la fois abondant, diversifié et de qualité dans un site à l’écart des grands axes de circulation. Faut-il renvoyer à une production locale dans un lieu où, si le fer peut être travaillé, il n’est pourtant pas réduit105 ? Semblable constatation pourrait être faite à partir du cas de Cabaret dans un terroir qui est, incontestablement, d’ancienne tradition sidérurgique106. Mais a contrario, sur la fouille du village de Rougiers, en Provence, les objets de fer sont encore rares107. Ceux datables des années 1309-1360 ne représentent que 33,5 % du total du mobilier métallique retenu sur une période qui s’échelonne de la fin du XIIe siècle au milieu du XVe. Par comparaison, ceux de la fin du XIIe au début du XIVe siècle ne correspondent qu’à 12,1 %. En fait, le fer ne s’impose en quantité qu’au cours du XVe siècle dans une civilisation matérielle qui reste longtemps attachée au cuivre. Il peut être encore particulièrement onéreux dans le Biterrois, au début du XIVe siècle108. C’est également le cas à Pamiers où un rasoir, certes objet d’élaboration délicate, coûte 10 sous toulousains109 et à Montaillou où les outils se prêtent et s’échangent110. En Béarn et en Bigorre, les Fors interdisent qu’on enlève au paysan le soc de sa charrue et à un moulin, ses ferrements111. Certes, la mise en forme de ces documents juridiques est nettement antérieure au XIVe siècle. Certes, cette formulation est de l’ordre du symbole. Cependant, l’application persistante de telles mesures tendrait à prouver qu’elles répondent à une situation où la consommation du fer est loin d’être banalisée112.

  • 113 É. ZADORA-RIO, « Le village des historiens et le village des archéologues », dans Campagnes médiéva (...)

39En fait, comme on a pu opposer le « village des historiens à celui des archéologues »113, on serait tenté de restituer un équipement en fer, témoignage des historiens, qui différerait de celui exhumé par les archéologues. Montségur avec toutes ses particularités, l’Isle-Bouzon, plus banal, illustrent une forte présence du fer. Les textes sont davantage en retrait, et plus encore quand le témoignage du notaire n’intervient pas. Mais, comme nous l’avons évoqué, tout un niveau d’échange échappe à la trace écrite, sans doute le plus courant, le plus banal. Nous sommes dans le domaine de ces « vies minuscules » qui ont abandonné derrière elles davantage de clous que de parchemins.

Notes

1 Ch. HIGOUNET. Le comté de Comminges de ses origines à son annexion à la couronne, Saint-Gaudens, 1984, p. 473-497.

2 G. de LLOBET, Foix médiéval..., op. cit., p. 83-87.

3 Dans son article intitulé « Rôle de l’essor économique dans le ralliement social et religieux », dans Effacement du catharisme ? (XIIIe-XIVe siècles), Cahiers de Fanjeaux, no 20, Toulouse, 1985, p. 243-255, Philippe Wolff, à l’appui de la thèse de Monique Bourin-Derruau, propose une analyse des conséquences économiques de la croisade contre les Albigeois, en Languedoc. Si l’économie du comté de Foix ne fait l’objet d’aucun commentaire spécifique, Philippe Wolff insiste sur le caractère relatif et souvent superficiel de l’impact de la croisade sur l’économie languedocienne. Dès 1966, Emmanuel Le Roy Ladurie affirmait qu’elle était trop souvent et à tort considérée comme un coup d’arrêt de l’expansion, E. LE ROY LADURIE, Les paysans du Languedoc, Paris, 1966, p. 16 ; M. BOURINDERRUAU, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle), Paris, 1987, t. II, p. 7, 43-45 et 143.

4 Cl. PAILHÈS, « Moines et chanoines du pays de Foix au temps de Montségur », dans Montségur. La mémoire et la rumeur, 1244-1994, Actes du Colloque tenu à Tarascon, Foix et Montségur, 21-23 octobre 1994, Cl. PAILHÈS dir., Saint-Girons, 1995, p. 89-109.

5 Gabriel de Llobet affirme que la croisade contre les Albigeois a coûté à Foix quatre ans de dévastations (1210-1214), suivis de quinze ans de troubles, Foix..., op. cit.. p. 23.

6 Ph. WOLFF, « Rôle de l’essor... », op. cit. Cette floraison des foires après la crise albigeoise a été mise en lumière dès 1958 par J. COMBES, « Les foires en Languedoc au Moyen Âge », Annales E.S.C., 1958, p. 235.

7 Cl. PAILHÈS, « Chartes de coutumes des pays d’Ariège », op. cit.

8 Cl. PAILHÈS, L’Ariège des comtes et des cathares, Toulouse, 1992, p. 256. Signalons de nombreuses mentions des foires de la Saint-Michel à Tarascon dans les registres des inquisiteurs.

9 La première émission eut lieu en 1240 ; deux autres suivirent, en 1249 et 1290, Histoire de Pamiers, Pamiers, 1981, p. 90.

10 1272, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22 ; 1324, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 33v°.

11 F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., p. 7-10. De même, en Forez, les péages ne sont cités qu’à partir de 1244, preuve de la médiocrité des échanges avant la seconde moitié du XIIIe siècle, É. FOURNIAL, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1967, p. 176.

12 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3 ; BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 6.

13 BNF, collection Doat, vol. 93, fol. 24. Sans doute, ce privilège a-t-il des origines plus anciennes puisqu’en 1270 le sénéchal de Foix précise que la ville de Pamiers est rétablie dans son droit d’exemption de leude et de péage dans tout le comté de Foix.

14 A. GARRIGOU, Études historiques sur l’ancien pays de Foix et le Couserans, le cartulaire de Tarascon, Toulouse, 1846, p. 246. Ce cartulaire aurait été constitué en 1668, ibid., p. 343. Aujourd’hui, selon les indications de Claudine Pailhès, conservateur des Archives départementales de l’Ariège, il aurait disparu et nous devons nous reporter obligatoirement, mais avec prudence, à l’édition disponible.

15 En 1295, Arch. dép. Ariège, I E suppl. AA 1-3 et encore en juillet 1328, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3 ; BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 78. Celles de Pamiers furent renouvelées trois fois en 1278, 1303 et 1313, BNF, collection Doat, vol. 93, fol. 27, 64 et 94 ; BNF, nv. acq. fr. 7390, p. 73.

16 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 12.

17 Cl. PAILHÈS, Au temps de Gaston Fébus, chroniques d’Ariège, Foix, 1991, p. 90.

18 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22. F. PASQUIER, « Épisodes des relations entre la vallée de Vicdessos et les vallées voisines de la Catalogne aux XVIIe et XVIIIe siècles. Lies et passeries », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1921. p. 193-198.

19 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 4-5. À ce privilège renouvelé par ses successeurs au cours du XIVe siècle s’ajoutera l’exemption du droit de leude, BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 103 (1350), fol. 137 (1360), fol. 152(1387).

20 On doit déplorer que ces cas ne soient connus qu’à partir d’analyses d’actes perdus. En 1316, les Peruzzi concluent un accord qui leur assure, entre autres, les revenus d’Ax, Mérens, Tarascon et Vicdessos. Les grands banquiers florentins auraient-ils profité un temps des revenus des droits levés sur le commerce du fer et du minerai, mis en place en 1294 et 1304 ? Arch. dép. Ariège, E 6, p. 242. Jeanne d’Artois arrente les revenus d’Ax et de Mérens, la gabelle d’Ax, des leudes, péages et censives pour quatre ans en faveur de Raimond Ysalguier, bourgeois de Toulouse pour 1 539 livres en paiement des 1 500 dues par le comte, son mari, Arch. dép. Ariège, E 6, p. 242. Les Ysalguier sont d’ailleurs présents en haut Sabarthès. Ainsi, les Authiè ont-ils déposé leurs avoirs au comptoir des Ysalguier, A. PALES GOBILLIARD, op. cit., p. 380. En 1331, Gaston Il avant son départ pour la terre sainte consent en faveur de Pierre Elie, marchand de Foix, le bail à ferme des leudes de Foix, Mérens et Château-Verdun, H. MARCAILHOU d’AYMERIC, Notice historique sur les villages composant le canton d’Ax, Foix, 1909, p. 105. Pour ce dernier lieu, il pourrait s’agir de la leude sur le minerai. Arch. dép. Haute-Garonne, maîtrise de Pamiers, E 1.

21 G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 86-87.

22 Gallia Christiana, t. XIII, p. 232.

23 R.-H. BAUTIER, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale », op. cit., p. 15. Pour le quart sud-ouest de la France, le commerce du 1er, quand il a fait l’objet d’études dans le cadre de monographies urbaines ou régionales, n’est pas présenté avant la seconde moitié du XIVe siècle. Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 287-292 ; P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus..., op. cit., p. 249-258 ; J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 419-422. Ch. HIGOUNET, Le Comminges..., op. cit., p. 492. Cependant, des textes témoignent d’un actif commerce de métaux sur la Garonne, au niveau du péage du Mas d’Agenais et pour l’usage de l’abbaye de Boulbonne, dès la seconde moitié du XIIIe siècle, Dom C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, t. VIII, col. 1867-1873.

24 F. PASQUIER. Le cartulaire..., op. cit., p. 7 et 226.

25 Leudaire de Blajan, Saint-Plancard et Sarremezan en Comminges (1272), J. LESTRADE, « La coutume de Blajan », Revue de Comminges, 1906, p. 209-233 ; de Mirepoix et Laroque d’Olmes (1246, début du XIVe siècle, 1343), F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix..., op. cit., t. II, p. 7-10, 219-236 ; Foix (1290-1320), Arch. nat„ H4 3073 ; de Saverdun (1327), F. PASQUIER, Leudaire de Saverdun, Montpellier, 1880, 12 p. ; de Pamiers (1340), Arch, nat., H4 3072.

26 Philippe Wolff rappelle la distinction qu’il serait utile d’établir entre la leude, taxe sur les ventes qui se perçoit dans les foires et les marchés, et le péage, droit sur le passage des marchandises, tout en précisant qu’elle n’est pas applicable dans la pratique, Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », op. cit., p. 285-302 ; G. DESPY, Les tarifs de tonlieux, fasc. 19, Turnhout, 1976 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental).

27 Arch. dép. Ariège, 1 C 156 ; A. MOULIS, « En Haute-Ariège, un curieux document au Moyen Âge : le leudaire d’Ax et de Mérens », Archistra, 1980, p. 6-7.

28 Arch, nat., H4 3073.

29 Arch. dép. Ariège, E 92 (1327). F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix..., op. cit., p. 219-225.

30 M. BOURIN-DERRUAU, Villages médiévaux..., op. cit., p. 55-56.

31 Une étude précise des routes au Moyen Âge éclairerait notre connaissance des flux commerciaux. Elle est souvent difficile, sinon impossible. Signalons toutefois le travail que l’abbé Loubès a consacré aux routes gasconnes, G. LOUBÈS, « Routes de la Gascogne médiévale », dans L’homme et la route en Europe occidentale, au Moyen Âge et aux Temps modernes, Actes des deuxièmes Journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, Flaran, 1980, Auch, 1982, p. 33-55.

32 F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., p. 7-10.

33 1290 : Arch, nat., H4 3073 ; 1327 : Arch. dép. Ariège, E 92 ; 1340 : Arch, nat., H4 3072.

34 Néanmoins, l’accès le plus fréquenté vers le Pallars passe par le Couserans, Ch. BOURRET, « Les relations féodales Couserans-Pallars au Moyen Âge », dans Du Couserans au gave de Pau. Tradition et renouveau, Actes du 40e Congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Saint-Girons, 1985, Saint-Girons 1985, p. 109-128.

35 Le pont d’Alat, situé sur l’Ariège, en amont de Tarascon, fait communiquer Ussat-le-Vieux avec Sabart, H. MARCAILHOU d’AYMERIC, Notice historique sur les villages composant le canton d’Ax, Foix, 1909, p. 92.

36 Celui de Sabart pourrait remonter à 1169, Arch, nat, H4 30902.

37 Arch, nat., H4 30902. Le nom même du concessionnaire illustre les échanges étroits noués entre Tarascon et l’Andorre.

38 Arch, nat., H4 30902

39 . Arch, nat., H4 30902

40 . 1355, A. GARRIGOU, op. cit., p. 262 ; 1356, H. MARCAILHOU d’AYMERIC, op. cit., p. 92. Un siècle plus tard, pour éviter le droit de pontonnage du pont d’Alat, les habitants des vallées supérieures passent par Cazenave et Arnave, A. GARRIGOU, op. cit., p. 347. Au XVIe siècle, Saurat refusera d’acquitter le paiement de la taxe pour le passage du pont de Tarascon, Arch, nat.. H4 30902

41 . M. CHEVALIER, op. cit., p. 26 : « La montagne pyrénéenne était, dans le passé, perméable aux échanges. Rien ne serait plus faux que de se représenter les anciennes vallées des Pyrénées comme condamnées à une rigoureuse économie fermée. Les vallées ont au contraire été sillonnées par des courants commerciaux beaucoup plus variés et surtout plus déconcentrés que ne le sont les trafics actuels ». Il ne serait sans doute pas inutile de réfléchir à une histoire globale des échanges pyrénéens pour le Moyen Âge.

42 M. CHEVALIER, op. cit., p. 609, 613 et 624.

43 Le terme de sarcina est uniquement employé dans le leudaire de 1243 (Mirepoix). Le leudaire de Saverdun (1327) ne connaît que la charge, carga. Celui du début du XIVe siècle (Mirepoix) cite charge et saumade, ce qui prouve bien que ces deux unités ne sont pas équivalentes. La saumade s’impose en 1343. Selon l’abbé Sabarthès, la saumade correspondrait à la charge d’une bête de somme, la cargo étant réservée à ce que porte une « grosse bête ». Mais qu’est-ce qu’une « grosse bête » dans ce cas ? A. SABARTHES, « La leude de Montréal (texte roman de 1321) », Bulletin historique et philologique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1896, p. 479.

44 F. PASQUIER, op. cit., p. 6.

45 A. CAZENAVE, « Les cathares en Catalogne et en Sabarthès d’après les registres d’inquisition, la hiérarchie cathare en Sabarthès après Montségur », op. cit., p. 398, note 5.

46 A. CAZENAVE. op. cit., p. 398.

47 Dom C. DEVIC et Dom J. VA1SSETTE, Histoire générale du Languedoc..., op. cit., t. X, preuves cc 88-93.

48 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

49 Ch. BOURRET, op. cit.

50 En 1307, Gaston 1er organisait les trois greniers à sel de son comté, l’un localisé à Foix, le second à Tarascon et le dernier à Ax, Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 163. En 1311, il rappelait la libre circulation du sel venant du Pallars, malgré la présence d’une saline à Ax, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 10. Le grenier à sel d’Ax est évoqué dans les dépositions des cathares auprès de Jacques Fournier.

51 1350, 1389 et 1392, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1-3.

52 En 1386, cette exemption accordée par Jacques Ier est confirmée par son successeur, Pierre, roi d’Aragon.

53 Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la croisade contre les Albigeois », op. cit., p. 113-158.

54 Acte de 1284, BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.

55 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

56 Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77. Un appel est relevé devant le Roi par le bayle d’Ax au sujet de l’interdiction émise par le sergent royal de transporter du 1er au-delà des ports.

57 J.-M. BOSCH. O. CODINA et A. VILA, « La production de fer en Andorre au Moyen Âge. De la "réalité rêvée" à la réalité documentée », Études roussiltonnaises, 2002, à paraître. Signalons qu’en 1383, à l’issue d’un contrat notarié conclu à Tarascon entre deux hommes, l’un du Pallars et l’autre de Puigcerda, des quintaux de fer sont livrés à Puigcerda, mais on en ignore l’origine, Arch. dép. Ariège, E 357, fol. 27v° et 28.

58 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

59 J. LESTRADE, « La coutume de Blajan », op. cit. Un même leudaire régit Alan à partir de 1272, Blajan en 1283 et Montmaurin en 1317. Pour Saint-Gaudens et Montsaunès, voir S. MONDON, La grande charte de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), texte gascon du XIIe siècle, avec traduction et notes, Tarbes, 1910 ; ID., « Coutumes de Montsaunès (5 avril 1288) », Revue de Comminges, 1910, p. 360-367 ; 1911, p. 25-38, 113-120, 161-177.

60 Arch. mun. de Toulouse, HH 66, fol. 177v° ; F. PÉRISSE, « La coutume d’Aspet », op. cit., p. 68.

61 Sur les modalités du commerce du minerai, M. ARNOUX, « Le commerce du minerai dans le bocage normand à la fin du Moyen Âge », dans Le marchand au Moyen Âge, XIXe Congrès de la Société des Historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Reims, juin 1988, Paris, 1992, p. 95-103.

62 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.

63 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

64 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

65 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 147.

66 Arch. dép. Ariège, E 95, pièce no 11.

67 Arch, nat, JJ 80. fol. 223, pièce no 307.

68 Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », op. cit., p. 285-302. À propos du Béarn, A.-J. MARTIN DUQUE, J. ZABALO ZABALEGUI et J. CARRASCO PÉREZ, « Peaje de Sangüesa (1362) », dans Peajes navarros, Pamplona (1351), Tudela (1365), Sangiiesa (1362), Carcastillo (1362), Pampelune, 1973, p. 155-182. Pour le Rouergue, J. DELMAS, « Coutellerie et taillanderie dans le Rouergue du Moyen Âge », Procès-verbaux des séances de la Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 1981, Rodez, 1983, p. 74-89.

69 Les payrolas, s’ils pouvaient correspondre à un usage domestique, servaient aussi aux teinturiers. Or, l’artisanat du drap est bien représenté dans les bourgs du comté et de la seigneurie de Mirepoix au XIVe siècle, tout particulièrement à Laroque d’Olmes.

70 J. DUVERNOY, op. cit., t. II, p. 207-208.

71 A. PALES GORBILLIARD, op. cit., p. 384.

72 Dans la très déficiente traduction du leudaire de Foix (1290-1320) apparaissent également des crémaillères et des trépieds.

73 Sur la faux, on peut se reporter à G. COMET, Le paysan..., op. cit., p. 188-189.

74 Les reias ou reilles sont des socs d’araire utilisés dans les pays méridionaux. G. COMET, op. cit., p. 56 ; A.-G. HAUDRICOURT et J.-B. DELAMARRE, L’homme et ta charrue à travers le monde, Paris, 1955.

75 Sur la bêche, consulter G. COMET, op. cit., p. 121-126.

76 Sur la faucille, on peut une nouvelle fois se reporter à G. COMET, op. cit., p. 182-183.

77 La houe est effectivement citée avec les outils du bûcheron. Pourtant Yeyssado, ou houe rectangulaire, est plutôt un outil adapté aux travaux de labour, G. COMET, op. cit., p. 127.

78 M. CHEVALIER. La vie humaine..., op. cit., p. 563 ; J. de LAHONDÈS, Annales de Pamiers, Toulouse-Pamiers, 1883-1884, p. 260.

79 J.-Fr. BELHOSTE et al., La métallurgie comtoise, XVe-XIXe siècles, Étude du val de Saône, Besançon. 1994, (Cahiers du Patrimoine n° 33), p. 4L

80 À partir du XVIe siècle, la vallée de La Barguillère se spécialisera dans la production des clous.

81 Leudaires de Foix (1290-1320), de Saverdun (1327), de Mirepoix (début du XIVe siècle et en 1343).

82 Ph. WOLFF, « Achats d’armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine », op. cit., p. 84-91.

83 Cl. GAIER, L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés belges de la fin du XIIIe à la fin du XVe siècle, Paris, 1973, p. 261.

84 Ibid., p. 158.

85 Ibid., p. 157.

86 Montréal : chef-lieu de canton de l’arrondissement de Carcassonne. A. SABARTHÈS, « La leude de Montréal (Aude), texte roman de 1321 », op. cit., p. 470-486.

87 Sur un total de 58 rubriques, seules trois renferment des produits sidérurgiques.

88 Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », op. cit., p. 285-302.

89 En témoigne sans doute encore, le beau verrou de l’église de Laroque d’Olmes, décoré d’une tête d’animal et qui orne le portail du XIVe siècle, M. DURLIAT, « L’église de Laroque d’Olmes », dans Congrès archéologique de France. Les pays d’Aude, 1973, p. 396.

90 Nous nous reportons, une nouvelle fois, à l’édition par Jean Duvernoy du registre de Jacques Fournier. Pour la ville de Mazères sont conservés aux Archives nationales trois registres notariaux dont les minutes s’échelonnent de 1328 à 1361. Une analyse précise en est fournie par E. MARTIN-CHABOT, « La vie au XIVe siècle dans le nord du comté de Foix », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1969, p. 127-160.

91 G.R.A.M.E. (Groupe de recherches archéologiques de Montségur et environs), Montségur, 13 ans de recherche archéologique (1964-1976), Carcassonne, 1981.

92 D’autres outils sont cités durant les interrogatoires : une faucille, des haches et une dolabre.

93 G. PRADALIÉ, « Le pays d’Olmes et Montségur vers 1200 », dans Montségur, la mémoire et la rumeur, 1244-1994..., op. cit., p. 40.

94 G.R.A.M.E., op. cit., p. 92-93 cl p. 107-132.

95 Ibid., p. 135-136 et 204.

96 Ibid., p. 162.

97 Ibid., p. 175-176.

98 Ibid., p. 167-169.

99 Ibid., p. 199.

100 Ibid., p. 201.

101 A. CZESKI, « Aspects de la vie quotidienne à Montségur révélés par les témoins archéologiques », dans Montségur. La mémoire et la rumeur, 1244-1994..., op. cit., p. 64-86, rappelle l’importance des sources étudiées par Michel Roquebert qui attestent de la présence d’un atelier produisant des pourpoints pour les soldats de la garnison.

102 M. ROQUEBERT, « Le trésor de Montségur », dans Montségur..., op. cit., p. 55.

103 Ibid., p. 87-88 et p. 205-210. A. CZESKI, op. cit., p. 84.

104 En effet, le forgeron peut parfois avoir un étal sur le marché urbain. Ainsi, le leudaire du Mirepoix du début du XIVe siècle prévoit que le faure estranh, que tenga acostumadament taula en la vita, livre une faulx par an, F. PASQUIER, op. cit., p. 221.

105 J.-M. LASSURE, La civilisation matérielle de la Gascogne aux XIIe et XIIe siècles. Le mobilier du site archéologique de Corné à l’Isle-Bouzon (Gers), Toulouse, 1999.

106 M.-É. GARDEL, Cabaret, histoire et archéologie d’un castrum. Les fouilles du site médiéval de Cabaret à Lastours (Aude), Carcassonne, 1999.

107 G. DÉMIANS d’ARCHIMBAUD, Les fouilles de Rougiers. Contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval méditerranéen, Paris, 1980, p. 431.

108 M. BOURIN-DERRUAU. Villages médiévaux en Bas-Languedoc..., op. cit., t. II, p. 49.

109 J. DUVERNOY, op. cit., t. II, p. 208. Les registres d’inquisition permettent de comparer avec prudence ce prix à d’autres pour la même période : 12 deniers pour une truite, A. PALES GOBILLIARD, op. cit., p. 334 ; et surtout 6 à 7 sous tournois de monnaie faible (1 sou tournois de monnaie faible vaut 6 à 7 deniers toulousains) c’est-à-dire au moins 36 deniers toulousains pour un mouton, J. DUVERNOY, op. cit., t. II. p. 416. Néanmoins, n’oublions pas que si le rasoir est acheté sur le marché de Pamiers, les moutons sont l’objet de nombreux échanges internes à la communauté des bergers et on ignore toujours si le prix correspond à la valeur marchande de l’animal ou s’il intègre un service rendu, une dette...

110 J. DUVERNOY, op. cit., t. III, p. 91. C’est le cas d’une dolabre.

111 J. FOURGOUS et G. de BEZIN, « Les Fors de Bigorre », Bulletin de la Société Ramond, 1901, p. 180-191 ; P. OURLIAC et M. GILLES, Les Fors anciens de Béarn, Paris, 1990, p. 277. Le For général spécifie : item es estat establit que nulh bestiar maset députat a laborar, ni nulhe ferre camps, ni nulh molli, no sie penherat per nulh deute d’aques.

112 Les Fors de Bigorre, dont les manuscrits conservés datent de la seconde moitié du XIIIe siècle, auraient été rédigés à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe, J. FOURGOUS et G. de BEZIN, op. cit., p. 180, 184 et 185. La datation des Fors de Béarn est d’une complexité rare. L’ensemble de la compilation du For général interviendrait à la fin du XIVe siècle, P. OURLIAC et M. GILLES, op. cit., p. 60.

113 É. ZADORA-RIO, « Le village des historiens et le village des archéologues », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, É. MORNET dir, Paris, 1995, p. 145-153.

Table des illustrations

Titre Commerce du minerai et des produits sidérurgiques milieu XIIIe - milieu XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20557/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search