Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Première partie. Autour de la mine de sem, un grand bassin sidérurgique

Chapitre IV. La gestion des forêts

Texte intégral

  • 1 En introduction à ce chapitre, nous renvoyons aux études rassemblées dans L’uomo e la foresta secc (...)
  • 2 Nous faisons ici référence au titre d’une étude de R. VERGANI, « Dans les Alpes orientales au XIV (...)

1Les moulines qui s’implantent de plus en plus nombreuses sur les rives des torrents ne sont pas uniquement tributaires de la force de l’eau. Pour la réduction, il faut du charbon de bois et la mouline en consommait davantage qu’un simple bas foyer1. L’approvisionnement en bois à des fins industrielles devait trouver sa place parmi des usages traditionnels dans une forêt d’autant plus convoitée qu’elle était absolument nécessaire aux hommes de la montagne. En un temps de croissance, cette surimposition des besoins de la sidérurgie aux usages du quotidien a rendu nécessaire la gestion des forêts ce dont témoignent l’apparition ou le renforcement des sources qui lui sont consacrées. Quelques seigneurs et le comte de Foix ont été à l’origine de mesures de protection : à la concession d’usages illimités succède une politique de conservation. Si certains de ses aspects sont perceptibles dans des zones qui ne sont pas directement soumises à la pression sidérurgique, cette politique apparaît dans toute sa complexité au cœur des grandes vallées industrielles du Vicdessos et de l’Aston. Ainsi, des pratiques spécifiques émergent en fonction des combinaisons d’activités : « hommes des champs et hommes des fours » se côtoient et rivalisent2.

1. Jusqu’au ΧΙΙIe siècle : des forêts livrées aux usagers

  • 3 F. PASQUIER, « Nomenclature des chartes de coutumes de l’Ariège du XIIIe siècle au XVIe siècle », (...)
  • 4 Si la charte de Saint-Girons date de 1345, elle reproduit le texte d’une charte primitive de 1262. (...)

2Les chartes de coutume nous permettent d’appréhender les relations qui s’exerçaient traditionnellement entre une communauté et les bois de son environnement. Celles du comté de Foix et du Couserans ont fait l’objet d’une recension déjà ancienne3. Le XIIIe siècle constitue la grande époque de leur rédaction dans le comté. En Couserans, comme dans le reste du Comminges, le passage à l’écrit est plus tardif4. Toutes ces chartes enregistrent des usages établis anciennement et tacitement reconnus par les seigneurs et les communautés villageoises au moment de la rédaction. Inévitablement, le recours à l’écrit dénature la richesse et la diversité des pratiques. Il fixe les usages, les fossilise. Cependant, malgré leur rigidité, ces documents renvoient l’image des libertés pratiquées sur un espace où, au même moment, la mouline se substitue à la forge à bras.

Au cœur du ΧΙΙIe siècle : des usages illimités

  • 5 C’est dans le Séronais, rappelons-le, que le roi va en partie se fournir pour l’équipement de son (...)
  • 6 Cette charte a été éditée par R. RUMEAU, Monographie de La Bastide-de-Sérou, Toulouse, 1882, p. 18 (...)
  • 7 À la même période, dans une autre grande vallée sidérurgique dépendant du roi d’Aragon, le Val d’A (...)

3Jusqu’à la seconde moitié du XIIIe siècle et quel que soit le lieu, les chartes n’enregistrent aucun souci de préservation du couvert forestier. Ainsi, à La Bastide-de-Sérou, dans ce bourg où se regroupent des forgerons, au cœur d’une région réputée pour le travail de ses armuriers5, les forêts sont livrées aux usagers. En 1252, la charte de franchises concédée par Roger IV attribue à tous les habitants de La Bastide un droit d’usage illimité sur les bois6. De même, en 1272, dans la vallée du Vicdessos, cet usage, comme celui du minerai, n’est même pas mentionné alors qu’extraction et réduction s’opèrent déjà à cette date. De ce silence, on peut déduire que la réduction du fer dans les bas foyers aussi nombreux fussent-ils ne rendait pas nécessaire une codification des droits d’usage sur le bois ou, du moins, n’était pas encore perçue comme un danger pour les forêts7.

  • 8 F. PASQUIER, Coutumes de la ville d’Ax en Ariège (1241-1391-1672), Foix, 1888, p. 18. Sans doute c (...)
  • 9 G. TROUILLARD, « Les coutumes de Montgailhard (1293) », Nouvelle Revue historique de droit françai (...)
  • 10 J.-A. BORDES-PAGES, « Le droit de chasse sur le terrain domanial dont la commune de Seix est usagè (...)

4Ainsi, à cette période, la législation des terroirs miniers et sidérurgiques ne se différencie pas de celle d’autres lieux du comté de Foix ou du Couserans. En 1241, l’usage du bois est tout aussi largement octroyé aux habitants d’Ax qui reçoivent per omnia loca, ligna, aquas et pascua8. À Montgailhard, en 1259, on constate semblable libéralité de la part du même comte Roger9. Dans le Couserans, à Seix en 1280, les concessions sont de même nature, puisque la communauté reçoit de ses seigneurs, dont le roi de France, un droit perpétuel sur l’usage des bois, eaux et montagnes. Une telle situation se rencontre également dans la seigneurie de Mirepoix où la charte de franchises de 1207, accordée par Pierre-Roger de Mirepoix et les autres co-seigneurs, est tout autant libérale10.

Dès la fin du ΧΙΙIe siècle : l’émergence d’une codification des usages

5C’est à la fin du XIIIe siècle qu’apparaît une première codification des usages sur le bois, en un temps de croissance du nombre des hommes, de diversification de leur activité de production, un temps qui est aussi celui de l’émergence de la mouline. Si l’accès à la forêt est encore très libéral, les pratiques n’en sont pas moins circonscrites sous des formes différentes selon que l’usage du bois est traditionnel ou non.

  • 11 Ch. LE PALENC et P. DOGNON, Lézat, sa coutume, son consulat, Toulouse, 1899, p. 14-15.
  • 12 F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix, t. II, p. 34-41 et 53-55.

6Dans des lieux qui, a priori, ne sont soumis qu’à des pratiques domestiques et nécessaires à la vie quotidienne de la communauté, les seigneurs se réservent un espace. Si l’usage est toujours concédé avec autant de largesse, il ne s’applique plus à l’ensemble du terroir. Ainsi, au bourg de Lézat, l’abbaye bénédictine concède librement les usages sur le bois et l’eau, tout en se constituant une réserve11. À Alzen, bourgade du Couserans, en 1309, la communauté reçoit l’usage du bois à perpétuité sauf toutefois dans les devèses du seigneur, c’est-à-dire dans la parcelle dont il jouira exclusivement. Cette pratique restrictive peut être tout aussi bien l’œuvre d’un seigneur que d’une communauté d’habitants. Ainsi, en 1301, la cité de Mirepoix organise la mise en défens du bois communal de Plénefage. En 1308, elle y afferme la coupe du bois à trois habitants. La forêt est bientôt gérée par les consuls comme une source de revenus et passe par l’expulsion des plus humbles12.

  • 13 F.-J. SAMIAC et F. PASQUIER, Coutumes..., op. cit., p. 71.
  • 14 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27, 21 et 22.
  • 15 F. PERISSE, « La coutume d’Aspet », Revue de Comminges, 1900, p. 56-76.

7Dans les espaces où la forêt est l’objet d’une exploitation commerciale ou industrielle, c’est-à-dire dans les vallées sidérurgiques et dans les lieux où les coupes alimentent un actif commerce du bois vers Toulouse, la limitation des usages prend une autre forme. Si la mise en défens est parfois attestée, les pratiques autorisées sont décrites et énumérées de façon exhaustive. Ainsi à Saint-Girons, dans la charte de franchises renouvelée en 1345 et qui organise les conditions de ce commerce, l’énumération de ce qui est permis s’ajoute à la mise en réserve13. L’exploitation de la forêt à des fins commerciales n’est donc pas interdite, elle n’est pas non plus limitée tant les usages autorisés sont larges, elle est simplement précisée. Semblable gestion s’applique aux terroirs abritant une activité de réduction : la charte accordée à la vallée de Vicdessos en 1294 énumère pour la première fois les usages concédés à la communauté qui se voit accorder le droit d’opérer des coupes, de charbonner et d’écorcer les arbres, scindendi, carbones faciendi, arbores excoriandi14. Il s’agit de la mention la plus précoce d’un usage spécifique du charbon à rapporter, bien évidemment, à la pratique de la sidérurgie. En terre d’Aspet, il faut attendre 1382 pour que soit rédigée la première charte de franchises15. Ce texte, bien que tardif, répond aux mêmes nécessités. Après avoir expressément mentionné les moulines, le seigneur concède à la communauté le droit au charbonnage, au point d’en limiter son propre usage à proximité des forges hydrauliques. Dans un premier temps, l’exploitation plus intensive, quelle que soit son origine, crée donc une codification plus précise qui passe par une énumération des usages et non par leur réduction.

  • 16 A contrario, on constate dans la toute proche seigneurie de Mirepoix une législation beaucoup plus (...)
  • 17 Or, on constate généralement dans le royaume de France une raréfaction brutale des concessions gra (...)

8Cette nouvelle organisation prouve que les communautés de montagne ont réussi à aligner sur les usages pastoraux ceux qu’elles exerçaient sur le bois. Malgré la croissance démographique et la pression accrue qui en résulte sur les produits forestiers, malgré les coupes de plus en plus nombreuses qui alimentent la ville de Toulouse ou les moulines, les usages ne sont pas limités16. À la fin du XIIIe siècle, même le droit au charbonnage peut encore être concédé gratuitement17. Cette volonté d’accéder librement aux richesses forestières résulte de la mentalité de ces hommes de la montagne, selon laquelle la forêt est un bien commun inépuisable, subordonné au système agro-pastoral, à l’artisanat et à l’industrie. Toujours difficile à saisir, cette mentalité est ici révélée par la pratique.

  • 18 M. CHEVALIER, La vie humaine..., op. cit., p. 509 ; J.-A. BORDES-PAGES, « Le droit... », op. cit.,(...)
  • 19 Néanmoins, ces vols de bois ne sont pas spécifiques aux espaces sidérurgiques. Ainsi, en 1338, dan (...)
  • 20 Dont C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire du Languedoc, t. X, col. 955, texte 381. L’amende, d’a (...)
  • 21 BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.
  • 22 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau. Six millénaires d’anthropisation du massif pyrénéen, d (...)

9En effet, l’équilibre écologique est mis en péril dès la première moitié du XIVe siècle, y compris sur des espaces où la forêt est dense. C’est le cas à Seix, en Couserans, où aucune législation seigneuriale n’a modifié les conditions du recours à la forêt en un temps où elle alimente la cité de Saint-Girons. En 1345, nous disposons du témoignage isolé mais néanmoins exemplaire du Maître des Eaux et Forêts de la sénéchaussée de Toulouse, Aymeric de Vivone. Il décrit le couvert forestier comme dévasté, les hommes brûlant, pelant et écorçant les arbres18. La communauté justifie cette dégradation par l’octroi de la charte de 1280 qui, selon elle, lui permet « de prendre les arbres n’importe lesquels, n’importe quel nombre de fois et de les tailler pour tout ce qu’ils voudront ». Sur des espaces soumis à la pression sidérurgique, quand le bois se raréfie sur leur terroir, les communautés vont, un temps, trouver une solution au sur-prélèvement en allant en dérober19. En 1343, les consuls de La Bastide-de-Sérou sont condamnés à une forte amende pour vol de bois dans les forêts de Raimond de Durfort et d’autres seigneurs, sans doute à Alzen et à Montels20. Dès 1284, Roger-Bernard, comte de Foix, se plaint des larcins qui sont commis dans ses forêts du haut Sabarthès et demande au roi le droit de juger lui-même les contrevenants21. Dans ces espaces sidérurgiques, les rapines illustrent les tensions. Si elles constituent un moyen de faire face aux difficultés d’approvisionnement, elles aboutissent à la diffusion du sur-prélèvement à la périphérie des zones industrielles. Certes, décrire les usages, en constituer une liste, c’était déjà exprimer le besoin de mieux les connaître pour mieux les surveiller. Cependant, ce moyen se révèle insuffisant sur des espaces trop sollicités et sur lesquels les analyses polliniques restituent une exploitation de plus en plus intensive des forêts22. Dès le début du XIVe siècle, dans la vallée de Vicdessos comme sur la seigneurie de Château-Verdun, les sources attestent de la volonté d’une gestion seigneuriale plus stricte.

2. Protéger pour mieux exploiter : la forêt au service des moulines (XIVe siècle)

10Exceptionnellement, pour les grandes vallées sidérurgiques que sont celles d’Aston et de Vicdessos, il est possible de mieux saisir l’impact du charbonnage sur la forêt, grâce à des témoignages diversifiés qui ajoutent à la codification des usages le fourmillement des faits. La rédaction et la conservation de ces sources prouvent combien l’approvisionnement en charbon de bois nécessitait une gestion spécifique. Même si la documentation est déséquilibrée entre les deux vallées, au détriment de la seigneurie de Château-Verdun, on perçoit combien ces espaces sidérurgiques, qui se sont heurtés aux mêmes problèmes, ont élaboré des solutions différentes selon leur place sur l’échiquier politique et la combinaison des activités économiques qu’ils abritaient.

La politique des Foix-Béarn : de l’interdiction de charbonner à l’élaboration d’une législation

  • 23 C’est également au début du XIVe siècle qu’apparaît en Normandie une « famine de charbon », conséq (...)

11La chronologie des sources conservées pour le Vicdessos établit indubitablement la relation étroite nouée entre la gestion de la forêt et l’irruption de l’innovation. Le premier témoignage attentif à la conservation du bois date de 1301, le dernier est le traité d’échange de 1347-1348. Ainsi, la documentation se densifie au moment où la mouline atteint les portes de la vallée et s’interrompt lorsqu’une solution est trouvée au sur-prélèvement opéré par les forges hydrauliques23. Cette nouvelle sensibilité à l’espace procède en fait du souci comtal d’une bonne gestion de la production sidérurgique, source de revenus seigneuriaux, et qui dépend de l’approvisionnement régulier en bois.

  • 24 Bih. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77. Nabies est aujourd’hui un écart de la commune de Vicdessos.

12Grâce à une analyse moderne, seul témoignage conservé d’un acte de 1301, nous savons qu’à la date du 20 septembre, Roger-Bernard III accorde aux habitants de Vic et de Nabies24 différents usages, dont celui de couper le bois nécessaire à leurs besoins dans les forêts et montagnes, mais interdit formellement le charbonnage. Cet acte est curieux. Pourquoi ce renouvellement de droits d’usages sept ans après la charte de 1294 au village de Vic et au hameau de Nabies ? Pourquoi cette interdiction formelle de faire du charbon, en contradiction avec la charte de coutume et qui ne peut mener qu’à l’impasse et aux conflits, alors que l’activité industrielle est encouragée au même moment par Roger-Bernard lui-même ? S’agit-il de réserver le bois aux charbonniers qui travailleraient pour la sidérurgie ou bien de réduire leur activité ? Peut-être le texte, s’il avait été conservé, aurait répondu à ces questions qu’une simple analyse laisse en suspens. Cependant, il s’agit bien là d’un retournement. Roger-Bernard se dédit de ses propres engagements.

  • 25 Arch. dép. Ariège, original, E 96, pièce no 23 (1303, n. st.).
  • 26 M. CHEVALIER, op. cit., p. 508. Les fûts sont ainsi sectionnés à un mètre de hauteur, car leur cou (...)

13Pourtant, à long terme, la solution au sur-prélèvement charbonnier ne pouvait pas résider dans une interdiction formelle. L’élaboration d’une législation forestière, sans doute la première ébauchée dans le comté, apporta une réponse initiale à ce problème. En effet, un acte comtal du 30 janvier 1303 organise le charbonnage en vallée de Vicdessos25. Les hommes de la communauté devront dorénavant utiliser pour faire le charbon les arbres morts ou secs. Une fois ceux-ci totalement charbonnés, des arbres verts pourront être coupés. Seront alors indiqués aux charbonniers les fûts dont ils pourront disposer. Les arbres, désignés sans doute par les forestiers, devront être totalement utilisés, troncs et branches, avant que tout autre fût puisse être coupé. Cet acte nous permet de mieux saisir le contexte forestier ayant présidé à l’interdiction de charbonner de 1301 puis, devant l’absolue nécessité du charbonnage, à son organisation. Assurément, il fallait encadrer les pratiques des charbonniers qui saccageaient la forêt, coupant les arbres sans discernement et ne les utilisant qu’en partie. Cette forme de dégradation est encore attestée à l’époque moderne par des procès-verbaux de la Réformation qui décrivent les troncs sectionnés à un mètre de hauteur, les souches pourrissant sur place26.

  • 27 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 26.
  • 28 H. GILLES, « L’administration... », op. cit., p. 333. À Mirepoix, un forestier et un garde, forest (...)
  • 29 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 51.
  • 30 H. GILLES, op. cit.. p. 332.

14Ainsi, à ces agissements incontrôlés répond la réglementation de 1303. Son application implique la nomination de gardes forestiers que l’on voit agir en Vicdessos en 132927. On sait que les grandes seigneuries du Languedoc en disposent dès le XIIIe siècle. Les premiers attestés jusqu’à présent étaient ceux du comté de Toulouse mentionnés en 128528, mais les archives de l’Ariège ont livré un témoignage antérieur. Dans la vallée d’Aston, dès les années 1270-1280, ils vont et viennent, eundo et redeundo, et assurent ainsi la surveillance vigilante des espaces forestiers de la seigneurie29. Cette ébauche de législation inaugure dans le comté une nouvelle attitude par rapport à la forêt, attitude encore peu commune dans l’espace pyrénéen. Par la désignation des arbres à abattre, il s’agit de rationaliser l’exploitation forestière pour un meilleur usage du bois destiné à la sidérurgie et dans l’intérêt même de ceux auxquels cette législation s’applique. Cette volonté de surveiller, de protéger la forêt pour mieux l’exploiter, est novatrice. Avant cette date, nous la voyons certes appliquée dans la sénéchaussée de Toulouse, mais par des agents royaux d’envergure exceptionnelle comme Eustache de Beaumarchais, sénéchal, responsable des Eaux et Forêts de cette partie du royaume de 1272 à 129430.

  • 31 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66. On comprend aisément pourquoi le chêne est un arbre proté (...)

15Il est probable que la législation de 1303 fut érigée en modèle dans les vallées proches, confrontées au même problème et gérées par les officiers comtaux. Ainsi, dès 1337, le comte a le souci de la correcte gestion de la forêt d’Andronne sur laquelle il a concédé des droits aux fuxéens. Pour accroître la surveillance de cet espace boisé, ses agents tentent de soustraire la forêt à la juridiction consulaire. Ils n’y parviennent pas encore à cette date. Cette législation trouve également un écho dans le bail d’Albiès dont il faut rappeler qu’il est le seul document de cette nature conservé dans le comté de Foix et donc le seul à témoigner de la gestion des droits d’usage à l’échelle d’une mouline. Là, est mis en pratique le choix des essences puisque la mouline ne pourra pas utiliser le charbon du chêne, garic, ni celui du bouleau. bec. Sans doute, ces arbres sont-ils protégés pour conserver tout à la fois un bois d’œuvre apprécié et des glands, base de l’alimentation des porcs31. Attentif à la qualité du bois utilisé, le bail l’est aussi à la quantité puisque le nombre de fours de réduction est volontairement réduit. Nous y reviendrons.

  • 32 Arch. dép. Ariège, 19 J 86. Rappelons que le consulat d’Ax abrite des moulines autres que celles d (...)
  • 33 Nous devons être prudente quant à l’interprétation de ce texte dont n’est conservé qu’un extrait, (...)

16Cette intrusion des éléments de législation comtale dans la rédaction d’un bail de mouline (de surcroît comtale) ne signifie pas que cette gestion attentive se soit rapidement généralisée à l’ensemble du comté. Ainsi, encore en 1340 et dans le consulat d’Ax, Barre, l’un des co-seigneurs, reçoit de la comtesse de Foix, avec l’autorisation de bâtir forges et moulines, celle de « prendre coupe, vendre, charbonner et autrement faire à ses plaisirs et volontés des eaux et forêts pour l’usage des dites forges et molines »32. Il est vrai que ledit Barre avait accordé à Aliénor de Comminges 20 000 florins. Cette concession est encore confirmée par son fils en 138533. Sans doute les comtes de Foix sont-ils plus respectueux des espaces où ils possèdent eux-mêmes des forges et détiennent des intérêts.

  • 34 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 21 et 22.

17Novatrice, la législation inaugurée dans le Vicdessos ne heurte cependant pas la tradition puisqu’elle n’interdit pas le charbonnage, ne le réduit pas à l’échelle du comté même si le contingentement peut se pratiquer dans la forge hydraulique par la limitation du nombre des focs, mais elle en soumet de toute façon les pratiques à une vigilante surveillance. Néanmoins, à partir de 1303, le droit au charbon ne peut plus participer des usages accordés librement à la communauté de Vicdessos. Pourtant, des copies modernes de la charte de 1304, en complet désaccord avec l’acte de 1303, attestent à cette date du renouvellement de l’intégralité des usages reconnus en 1294. Ces copies sont fautives. Elles résultent d’une falsification du document original, sans doute sous la pression des maîtres de forge du XVIIe siècle. En effet, aucun des deux exemplaires de l’acte de 1304 dont on conserve l’original et une copie médiévale, n’enregistre la reconduction de ce droit qui, en l’occurrence, a été supprimé de la longue liste des usages au moment où s’organisait la législation forestière34.

  • 35 Rappelons que la législation royale des Eaux et Forêts se met également en place au cours de la pr (...)
  • 36 P. TUCCO CHALA, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn, Pau, 1981, p. 129. Le For général conserve po (...)

18Légiférant par l’entremise de son sénéchal, c’est bien revêtu de la toute-puissance comtale et non en tant que seigneur de la vallée, que le comte se livre à cette réforme fondamentale pour l’avenir du Vicdessos et de l’ensemble du comté de Foix. Par conséquent, il est tentant de faire de ce texte l’amorce de toute une législation forestière que Pierre Tucoo-Chala ne voit apparaître en Béarn qu’en 135435. Encore une fois, il s’agit à cette date de régler des tensions forestières nées de la superposition d’usages sur le bois de Laudure, près d’Orthez. Pierre Tucoo-Chala présente le résultat de cette transaction comme le code forestier le plus ancien du Béarn, aboutissement de coutumes préexistantes36. Si ce code béarnais, heureusement conservé, est plus touffu que le texte de 1303, on y retrouve néanmoins la désignation des arbres à abattre par les forestiers et la volonté de limiter la production de charbon, dans un contexte qui, cependant, n’est pas industriel. L’acte de 1303 constituerait-il l’amorce d’une codification forestière dont on pourrait saisir l’aboutissement en Béarn après un demi-siècle de lente élaboration ? Dans ce cas, c’est dans un creuset propice aux tensions sur l’usage du bois, quand émerge le facteur industriel, que serait née cette législation forestière commune au comté de Foix et à la vicomté de Béarn. Ceci n’aurait rien pour nous surprendre.

  • 37 L’attitude de cette communauté de vallée diffère de celle de la communauté de métier des ferrons d (...)
  • 38 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 177-180.

19Cependant, cette codification est-elle réellement appliquée dans la vallée de Vicdessos ? On sait qu’à l’issue de sa proclamation, la législation de 1303 a été refusée avec véhémence par la communauté qui en a fait appel au comte. L’issue de cette démarche demeure inconnue. Mais s’il est assuré que le comte n’est pas revenu sur ses décisions, il est également peu probable que ces rudes montagnards se soient rapidement pliés à une pratique contraire à leur culture. Il n’y eut aucun soutien de la communauté de Vicdessos à la politique forestière menée par le comte de Foix37. Nous y avons déjà fait allusion, l’idée d’une préservation des richesses naturelles est totalement étrangère aux mentalités. Sans doute une collusion s’est-elle établie entre ceux qui tiennent les moulines et qui exigent le charbon, et les plus humbles qui ajoutent aux activités agro-pastorales, toujours importantes dans la vallée, les revenus du charbonnage et de son transport. Néanmoins, cette attitude n’est pas spécifique aux hommes du fer. Encore en 1404, on voit la forêt d’Andronne dévastée par un usage abusif des fuxéens. Ils coupent et brûlent les arbres jeunes ou vieux sans discernement et dévastent la forêt38. Peut-on imaginer une attitude différente, un siècle plus tôt, de la part des membres de la communauté de Vicdessos ?

Dans la vallée de Vicdessos, une mesure conservatoire exceptionnelle : le traité d’échange de 1347-1348

20Si nous en sommes réduites à des conjectures quant à l’impact immédiat de la législation comtale, nous avons en revanche la certitude que cette politique a été parachevée dans le cadre d’un accord, sans doute scellé en 1348, mais pour lequel les tractations s’étaient ouvertes dès 1347. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les bois du Couserans alimentent les forges de la vallée de Vicdessos et le minerai de Sem transite vers celles de Massat et d’Ercé. Par le port de Saleix sont acheminés charbon, bois et minerai. En effet, si en 1343 déjà, le minerai de Sem peut être conduit vers le Couserans, ce n’est que quatre ans plus tard qu’est mis en place l’échange qui s’avérera fondamental pour le Vicdessos. Unique et exceptionnel dans l’espace des Pyrénées centrales, il témoigne du ralliement de la vallée à la volonté comtale mais selon une voie qui ne remet pas en cause ses privilèges.

  • 39 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 12 (XVIe siècle), pièce no 28 (XVIIIe siècle) ; une copie, en pa (...)
  • 40 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.
  • 41 En fait, ni le texte original, ni les copies ne précisent le millésime de cet accord intervenu le (...)
  • 42 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 26v°-27.

21Cet accord, qui a irrémédiablement associé jusqu’au XVIIIe siècle le Vicdessos et le Couserans, nous est connu par trois copies de qualité tout à fait médiocre, souvent incomplètes et dont l’une propose la traduction d’une partie du document original39. Celui-ci, conservé, est quasi illisible40. Sans doute, l’usure extrême du parchemin témoigne-t-elle des lectures nombreuses et attentives dont il a été l’objet. C’est donc à partir d’une documentation fragile que nous devons comprendre la genèse d’un accord qui a scellé le destin de ces deux espaces. La transaction met en scène trois pouvoirs : Gaston comte de Foix, avec l’accord de sa mère Aliénor de Comminges, la communauté de Vicdessos et Raimond-Roger de Comminges, vicomte de Couserans et de Bruniquel. Le document conservé a été proclamé le 12 janvier 1348 en vallée de Vicdessos, à la demande de la communauté, et restitue la lourdeur de la procédure. Il a fallu plusieurs mois pour organiser les modalités de l’échange à l’issue de complexes pourparlers. Il semblerait que le résultat des premières tractations soit intervenu entre Pierre Ruel, juge ordinaire du comté de Foix, procurateur de Gaston et de sa mère, Raimond-Roger de Comminges et la communauté de Vicdessos, dès le mois d’août 134741. C’est dans le rappel de ce tractement initial qu’apparaissent le plus clairement les conditions de l’échange. Les débats ne s’en sont pas moins poursuivis. Le 8 septembre 1347, Gaston avec le consentement de sa mère, envoie auprès du vicomte de Couserans son représentant, Pierre Ruel, afin de discuter des conditions de la transaction. En fait, les termes de l’acte, tels qu’ils nous sont parvenus grâce aux copies modernes, sont très allusifs. Il s’agit de discuter sobre lou fet de la mene […] et sobre las causas tocans dependens et anexes. Il faut attendre le 11 janvier 1348 pour que Raimond-Roger de Comminges désigne, à son tour, Raimond de Prat, notaire de Saint-Girons, comme son représentant privilégié auprès de la communauté de Vicdessos pour traiter de la question de l’exportation du minerai de Vicdessos vers la vicomté. Mais le document laisse entendre que Raimond de Prat se serait déjà rendu personnellement en vallée de Vicdessos, le procureur de Raimond-Roger ayant promis et juré l’application des pactes. Ce même 11 janvier, un certain Jean Clerc dit Payban qui a (habere) des moulines dans la vallée de Massat, en présence de Pierre Ruel, promet de se plier aux conditions de cet accord. Il ne semble pourtant pas que l’acte du 12 janvier 1348 constitue la conclusion de cette longue tractation, une ratification définitive de l’accord. Cette remarque est confirmée par la traduction d’un acte du 13 janvier 1348 nous informant que Raimond-Roger a en effet conclu un accord avec le comte de Foix et la communauté de Vicdessos et qu’après consultation de ses gens (dit le texte moderne), des droits, d’ailleurs énumérés et qui n’apparaissent pas dans l’acte du 12 janvier, ont été reconnus aux hommes du Couserans42.

  • 43 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.
  • 44 F.-J. SAMIAC, « Les derniers Comminges de Couserans. Démembrement de la vicomté de Couserans », Bu (...)

22Tel qu’il a été transcrit dans les copies du XVIIIe siècle, l’échange apparaît conclu à l’avantage du Vicdessos. Contre l’approvisionnement en minerai de moulines appartenant à Raimond-Roger, dans la vallée d’Ercé et dans celle de Massat, la communauté de Vicdessos obtient le droit de charbonner sans que la quantité de bois soit limitée. Seuls sont exclus du charbonnage, le chêne et tous les arbres verts de una ma (une main), c’est-à-dire de jeunes arbres susceptibles de régénérer la forêt. L’accord du mois d’août insiste bien sur les sanctions qui pourraient être prises dans le cas où le minerai serait exporté au-delà des vallées de Massat et d’Ercé. À l’inverse, il ne prévoit pas que le charbonnage ne soit pas pratiqué dans les règles. Cependant, les quelques bribes difficilement déchiffrables de l’original laissent supposer que les conditions émises par le Couserans pour l’exploitation de son bois n’étaient pas si réduites. Le paragraphe qui leur est consacré, malgré l’impossibilité d’une transcription exhaustive, est beaucoup plus détaillé que dans les copies. Il semblerait que certains usages soient soumis à paiement et que d’autres moulines que celles du vicomte puissent être alimentées43. On comprendrait mieux ainsi l’intervention du nommé Payban qui ne se présente pas comme amodiataire de Raimond-Roger mais comme détenteur de moulines. Par ailleurs, la traduction conservée de l’ultime accord intervenu le 13 janvier 1348 insiste sur les débats opposant les représentants du Couserans et ceux de la communauté justement au sujet du bois. Il est alors nettement précisé que les charges et poultres importées en Vicdessos ne doivent pas être utilisées en dehors de cette vallée mais uniquement pour l’uzaige et nécessités des hommes de Vicdessos. Des peines sont, en outre, prévues pour les contrevenants, peines dont il est dit qu’elles sont contenues dans l’accord. Cette précision sur laquelle se clôt le peu qui soit conservé d’un dossier sans doute beaucoup plus étoffé, doit être interprétée comme un moyen de limiter en quantité le bois exporté vers le comté. 11 est probable que les copies régulièrement consultées depuis le XVIIIe siècle aient falsifié le texte original en omettant volontairement certaines conditions imposées à l’exploitation du bois. Elles révéleraient ainsi, comme les copies de l’acte de 1304, les difficultés d’approvisionnement en combustible que connaît la vallée de Vicdessos à la fin de l’époque moderne. Ce faux par omission était d’autant plus facile à imposer qu’à cette date les archives du Couserans devaient déjà être dispersées44.

23Le brouillage des sources rend difficile l’appréciation du rapport de force engagé entre le Vicdessos et le Couserans. Raimond-Roger, s’il a le bois et l’eau nécessaires à ses moulines, est totalement tributaire du gisement de Sem, le plus proche par le port de Saleix et d’une qualité exceptionnelle. On ne peut, en revanche, mesurer en 1347-1348 le niveau de dépendance du Vicdessos pour son approvisionnement en charbon de bois. La conduite des négociations laisse supposer une intervention initiale du comte de Foix. Néanmoins, pour que la communauté s’engage à laisser sortir une quantité de minerai, si modeste soit-elle, alors qu’elle en refuse jusqu’en 1356 la libre exportation, pour qu’elle imagine un approvisionnement en bois autre que celui de ses forêts, il faut que le charbon du Couserans lui soit nécessaire. S’agit-il de répondre à un processus de dégradation déjà avancé ? Est-ce une mesure conservatoire anticipée du couvert forestier ? Les sources ne permettent pas de résoudre ces interrogations. Cependant, un résultat demeure acquis : l’échange conclu en 1348 et la nouvelle législation forestière ont permis de conserver, à plus long terme, les forêts du Vicdessos.

  • 45 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 37-38.
  • 46 En effet, les résineux se régénèrent par semis alors que le hêtre émet des rejets à partir de la s (...)
  • 47 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 236-237.

24En effet, un document, d’ailleurs exceptionnel par sa précision, atteste bien de la préservation du boisement. En 1369, des moulins à scier s’élèvent sur les ruisseaux de Saleix, d’Ournac et d’Arties. Des poutres y sont fabriquées à partir de pins et de sapins45. Or, on sait que ces essences fragiles disparaissent sous l’effet d’un charbonnage récurrent et que la sélection s’opère alors au profit du hêtre. Ainsi, ce témoignage indirect permet d’affirmer qu’à cette date la modification anthropique du couvert forestier est encore tout à fait modérée46. A contrario, les données palynologiques attestent, au milieu du XIVe siècle, une intensification du déboisement en Couserans, dans la zone correspondant à l’échange47.

Du Vicdessos à Château-Verdun, une mesure conservatoire traditionnelle : l’exclusion des autres

25Parallèlement à l’amorce de la législation comtale, de fortes tensions éclatent au début du XIVe siècle dans certains bois des vallées de Vicdessos et d’Aston. Là se concentrent les mêmes enjeux : ceux d’une société où à un modèle d’exploitation traditionnelle sylvo-pastoral se superposent les nouveaux usages forestiers nécessaires à l’industrie. Mais les acteurs sont alors différents. Il ne s’agit pas pour un seigneur d’organiser le prélèvement en bois afin d’assurer le maintien d’une activité dont il est l’un des principaux bénéficiaires. C’est le début d’une lutte sauvage qui oppose les hommes de la montagne : ceux qui profitent de la nouvelle activité sidérurgique, et ceux qui n’y ont pas accès et (ou) qui tentent de maintenir les anciens usages. Les communautés qui pratiquent l’industrie vont exclure de leur finage les troupeaux étrangers qui deviennent insupportables sur un espace livré à l’exploitation minière. Plus largement, tout usage des bois qui ne profite pas directement à la communauté est bientôt rejeté.

  • 48 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 15, 16, 17, 19, 26.
  • 49 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 16 (1338, n. st.).
  • 50 Il est possible que dans le Vicdessos cette exclusion s’élargisse plus tardivement aux hommes de l (...)

26La vallée de Vicdessos organise, la première, l’exclusion des autres. Dès la fin du ΧΙΙIe siècle (1281) et plus activement encore au début du XIVe, de 1325 à 1329, la communauté est en procès avec les villages de Junac, aux portes de Vicdessos, de Seuillac et Siguer48. L’enjeu en est le bois de Teilhet. Ces deux derniers villages prétendent y détenir un droit de coupe auquel Junac ajoute celui de charbonner. En outre, les hommes de Junac comme ceux de Seuillac assurent qu’ils peuvent faire paître leurs bovins à la lisière de ce bois, vers le pont de Laramade. Autant de pratiques contestées par Vicdessos qui obtient que le droit de pâture soit circonscrit à un lieu très précis et que dans le bois de Teilhet ne soit ramassé que du bois mort pour l’usage exclusif de Seuillac, et cela jusqu’à la fête de Marie-Madeleine, c’est-à-dire le 22 juillet. De même, si Junac conserve un droit d’usage sur une partie du bois dont les limites sont clairement désignées, il lui est absolument interdit de faire du charbon, sous peine d’une amende de 60 sous toulousains. Ce compromis, sans doute difficile à faire admettre aux exclus, fait l’objet, en 1338, d’une confirmation de la part de Gaston, comte de Foix, en présence de Guilhem Arnaud de Château-Verdun49. Or le bois de Teilhet s’étend entre Lercoul et Sem, sur le versant même de la mine. Peut-on croire à une simple coïncidence alors que le lieu et les dates de ces actes concordent avec les enjeux miniers ? Lorsque l’exploitation minière et sidérurgique est en croissance, la communauté de Vicdessos ne peut plus supporter la présence de bétail sur le versant où se développe l’extraction. En outre, le droit de charbonner est réservé exclusivement à la communauté en un temps où les feux des moulines consomment davantage de charbon50.

27Nous retrouvons cette politique d’exclusion dans l’autre grande vallée : Aston. Des actes de procédure constituent ici le dossier majeur du fonds seigneurial conservé. L’ampleur de la documentation est à la mesure de la concurrence s’exerçant dans la seigneurie de Château-Verdun entre tous ceux qui voulaient avoir accès au charbon mais aussi entre les pasteurs et les métallurgistes. En effet, les « plas » de l’Aston, que nous avons déjà évoqués à propos de l’abbaye de Boulbonne, sont parmi les meilleurs pâturages du haut Sabarthès. Cette documentation, si elle prouve la volonté des seigneurs de Château-Verdun d’expulser les hommes de Miglos, décrit aussi une organisation du charbonnage antérieure et différente de celle expérimentée en Vicdessos.

  • 51 Arch. dép. Ariège, E 88 et E 87, fol. 49v°-62.
  • 52 B. DAVASSE et D. GALOP, « Le charbon de bois et le pollen : éléments pour une approche de l’évolut (...)
  • 53 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 170.

28En 1302, une grande enquête est conduite au sujet de la controverse opposant les habitants de Miglos aux seigneurs de Château-Verdun, les Arnaud51. Plusieurs dépositions rendent compte des droits d’usage de la communauté sur certains bois de la seigneurie compris entre Miglos, la rivière d’Aston et la forêt de La Gunarde, dite aujourd’hui La Unarde. Du prêtre de l’hospice de Foix au vacher de Siguer, des hommes de Capoulet, de Larnat, de Norrat, à ceux d’Unac et de Niaux, tous viennent déposer auprès de Guilhem-Arnaud de Ponte, juge majeur du comté de Foix, afin d’aider à la sauvegarde des usages de Miglos. Parfois, ils se réfèrent à une situation antérieure, vieille de 20 à 35 ans. Tous disent avoir vu les hommes de Miglos faire pâturer leurs bêtes et couper du bois sur les terres qui leur sont aujourd’hui interdites par les seigneurs de Château-Verdun. Dans chaque déposition, les usages forestiers font l’objet de descriptions plus précises que ceux consacrés à l’élevage. Les témoins sont formels : certains hommes de Miglos, dont les noms reviennent dans de nombreux témoignages, sans doute charbonniers et bûcherons, coupaient des arbres, faisaient du bois, taillaient aussi des chevrons, cabirones, des poutres, trabes, des soliveaux et des lattes, latas et même des pieux en pin, postes de pinu, tout cela sous le regard des forestiers de la seigneurie qui les aidaient parfois, mangeant et buvant en leur compagnie. Tout ce bois était ensuite transporté jusqu’à la vallée de Miglos et cela sans aucune redevance à payer aux seigneurs de Château-Verdun. Cependant, lorsqu’il s’agissait de faire du charbon de bois, une demande d’autorisation devait être déposée auprès des seigneurs et une redevance acquittée, certains sites étant très précisément, mais non exclusivement, consacrés au charbonnage. Dans ce cas, les lieux où se pratiquait le charbonnage sont parfois désignés par les témoins : Costet, Auzezo, Cardel et autres secteurs voisins. Il existait aussi, suivant les dires d’un témoin, des zones particulièrement propices à la confection d’un charbon d’excellente qualité ce qui pourrait suggérer la mise en place d’une véritable organisation spatiale de cette activité. Or, les enquêtes pratiquées en anthracologie et palynologie restituent, mais sans pouvoir le dater, dans une forêt divisée en secteurs d’exploitation, un déplacement organisé des zones de charbonnage permettant, en l’absence de pastoralisme, la régénération du couvert forestier52. Notons, en outre, que le paiement d’une redevance pour l’usage du charbon est attesté ici pour la première fois. Ainsi, dans cette vallée sidérurgique, dès la fin du XIIIe siècle, la pratique du charbonnage est surveillée, organisée, limitée car soumise au bon vouloir seigneurial et au paiement dissuasif d’une taxe. Peut-être ces mesures drastiques répondaient-elles à une attaque du couvert forestier, comme l’a reconstituée l’enquête palynologique ? Une récurrence des déforestations est en effet signalée pour le XIIIe siècle53. Mais cette réduction des usages ne s’applique, dans ce cas, qu’aux hommes de Miglos, c’est-à-dire aux étrangers à la seigneurie de Château-Verdun.

  • 54 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 4-5.
  • 55 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 66.
  • 56 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 5 et fol. 63.
  • 57 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 5v°-6r° et fol. 64. Il est curieux que dans l’acte de 1308, comme d’ (...)
  • 58 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 69-70.

29À la suite de l’enquête, un accord intervient entre les deux parties en mai 130554. Certains usages décrits par les témoins sont reconnus et renouvelés. Cependant, il est clairement précisé que le bois abattu, quelle que soit sa forme, doit être consacré aux seuls besoins de la communauté de Miglos. Toute vente de bois est dès lors interdite et soumise à l’amende. Dorénavant, le marché du bois, attesté par ailleurs en 1322 à Miglos, ne sera plus alimenté par les forêts de Château-Verdun55. En outre, les fagots ne peuvent se faire que dans le bois de Costa Rasa et non ailleurs. Une partie des forêts est d’ailleurs mise en défens et strictement interdite au charbonnage. Enfin, la production de cendres et de fagots, comme celle de charbon, est définitivement soumise à l’autorisation seigneuriale. On peut présumer qu’elle sera fort peu délivrée. Il s’agit bien pour les Arnaud de réduire toujours davantage les usages dont la communauté de Miglos disposait sur la seigneurie de Château-Verdun, alors qu’ils se réservent l’usage d’employer des bûcherons et des charbonniers désignés dans le texte comme étrangers, sans doute des salariés. Ces seigneurs attendront d’ailleurs la fin du mois de juillet pour confirmer définitivement l’accord56 et ce n’est qu’en 1308 que Gaston le ratifie en tant que co-seigneur et comte de Foix, major dominas seu superior, selon une forme qui demeure très générale57. Mais peu de temps après, et alors que des violences ont été commises, le sénéchal du comté doit encore rappeler aux Arnaud leurs engagements et faire proclamer la décision judiciaire à son de trompe58. C’est bien la preuve que l’application de l’accord de 1305 se heurtait à une profonde résistance.

  • 59 En 1346, Miglos refusera à son tour, aux habitants de Junac, tout usage sur les forêts de son terr (...)
  • 60 Nous l’avons déjà signalé, l’espace sur lequel les hommes de Miglos défendent leur droit s’étend d (...)
  • 61 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 177.

30La chronologie, l’espace concerné et les hommes qui prennent part au conflit ne permettent pas d’analyser l’éviction partielle des hommes de Miglos comme le simple résultat des tensions nouées autour de l’exercice des droits d’usage traditionnels dans un contexte de croissance de la population59. Durant le premier quart du XIV e siècle, l’équipement de la vallée d’Aston s’amorce, des moulines sont édifiées sous l’impulsion des Arnaud. Cette famille, qui a repris en main l’exploitation de la mine dès 1293, encourage l’équipement hydraulique de la vallée. Elle a d’autant plus vite compris la nécessité de protéger la forêt que l’usage du combustible comme du minerai sont garants de l’implantation de nouvelles forges qui versent toutes une redevance seigneuriale. Or, l’espace où s’exercent les tensions opposant les seigneurs de Château-Verdun et les hommes de Miglos correspond aux mines de Larcat et aux rives du torrent industriel qu’est devenu l’Aston60. 11 s’agit bien de réduire la ponction des étrangers sur les bois de la seigneurie, il s’agit également de ne plus laisser les zones sensibles de la sidérurgie encombrées du bétail qui pouvait y avoir traditionnellement accès. Les seigneurs de Château-Verdun s’engagent vers une répartition et une spécialisation des espaces, corroborées par les données de la palynologie et de l’anthracologie qui restituent une déprise de l’activité pastorale sur des sites qui lui étaient pourtant favorables, comme le « pla » du Quioulès61.

3. Château-Verdun ou la vigilance seigneuriale mise en pratique

  • 62 Dès les XIe-XIIe siècles, le « pla » de la Sabine est livré au charbonnage, D. GALOP. « Approche p (...)

31Cette politique d’exclusion s’accompagnerait donc d’une gestion de l’espace. Cette forme précoce d’organisation spatiale, expérimentée par les Arnaud dès la fin du ΧIIIe siècle, pourrait d’ailleurs se justifier par l’implantation déjà ancienne de nombreuses forges à bras, forges dont témoignent les charbonnières encore en place62.

  • 63 Seul le site de Sigueille est localisé avec précision grâce aux substructures modernes conservées (...)
  • 64 Jérôme Bonhôte et Jean-Louis Vernet définissent la charbonnière comme « un dépôt archéologique qui (...)
  • 65 Cette analyse est confirmée à l’époque moderne. Au XVIe siècle, en pleine croissance de la product (...)

32Une fois les étrangers évacués et les moulines implantées, le ravitaillement en bois est resté une préoccupation permanente. Si l’approvisionnement ne semble pas avoir fait défaut, il faut le surveiller. Or, s’impose, tout au long du XIVe siècle, cette même nécessité de répartir les besoins en organisant l’espace où s’exerce le prélèvement. Cette volonté est perceptible dans l’évolution de la localisation des moulines qui s’élèvent en altitude sur les berges escarpées du ruisseau d’Aston. En 1326, une première est édifiée à Albiès dans la vallée de l’Ariège, en 1327 une autre au pont d’Aston en aval de la vallée d’Aston, en 1340 c’est à 750 m d’altitude, sur les berges de ce torrent, qu’est construite celle de Ciguels63. Certes, cette disposition correspond à la volonté d’organiser un espace industriel de telle façon que chaque mouline puisse fonctionner à plein rendement, que les retenues d’eau ne nuisent pas aux installations en aval. Cependant, à ce facteur hydraulique, il faut ajouter celui de l’approvisionnement en combustible. En effet, même s’il est toujours possible de transporter du charbon, le charbonnage est traditionnellement une activité de proximité64. Ainsi, l’installation des moulines en altitude pourrait résulter d’une concurrence accrue des usages sur le bois à la lisière des villages et de la nécessité de reporter en altitude l’approvisionnement pour l’industrie, le phénomène s’affirmant d’ailleurs durant la seconde moitié du XVe siècle65.

  • 66 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 67 Pour la forge hydraulique de Moyeuvre en 1323, la pression est bien supérieure. Il est prévu que l (...)
  • 68 Et pourtant du bois de chauffage, en provenance de l’Ariège, alimente la ville de Toulouse à la fi (...)
  • 69 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 23 ; G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 92.
  • 70 Encore à l’époque moderne, le charbon est rarement commercialisé. Quand les maîtres de forge ne po (...)

33Cette gestion vigilante passe aussi par la limitation du nombre de feux c’est-à-dire de fours de réduction. On le sait, quand en 1326, on prévoit l’élévation de la mouline d’Albiès, le bail précise qu’elle ne pourra disposer de plus d’un feu, « d’un feu seulement », cum uno igné tantum. Cependant, et malgré la prudence initiale des seigneurs auxquels est soumise l’autorisation de construction, la vallée d’Aston abrite de plus en plus de moulines à deux feux. La pression qui en résulte sur le bois encourage la recherche d’un approvisionnement extérieur. Ainsi, en 1327, si le preneur d’une des moulines se fournit en charbon de bois à l’intérieur de la seigneurie, il devra livrer 50 quintaux de fer par an. En revanche, s’il utilise un combustible importé, le seigneur accepte de baisser la redevance à 25 quintaux66 ; c’est dire combien à cette date le prix du charbon pèse déjà considérablement sur les coûts de production67. Or, cette mesure conservatoire du couvert forestier laisse supposer l’existence d’un marché et nous savons qu’au moins en 1322 du bois se vend à Miglos, peut-être du charbon. Cependant, et contrairement à d’autres régions, jamais nous ne voyons les seigneurs tirer directement profit de leurs forêts par la commercialisation du bois68. Assurément, la constitution de leurs revenus passe par l’élaboration du fer et les redevances qu’ils en tirent. Seul le comte de Foix afferme son droit de forestage sur les bois de certaines vallées. Ainsi, Pierre Elie prend à ferme en 1332 les bladages et les forestages du pays de Foix, des vallées d’Ax et de Château-Verdun. Pour cette dernière, le contrat est renouvelé l’année suivante. En 1333, le forestage de la forêt d’Andronne et celui des défens correspondant à l’actuelle commune de Brassac lui sont accordés pour vingt ans, contre 1 500 livres tournois69. Dans ce cas, le fermier exploite la forêt au mieux de ses intérêts personnels et en tire le maximum de revenus en vendant ses produits. Cependant, l’absence de toute mention de charbon dans les leudaires du comté de Foix avant 1452 suggère l’étroitesse de la circulation et du marché du combustible qui renvoie d’ailleurs aux difficultés de son acheminement, compte tenu de sa fragilité70. Si nous voyons les seigneurs de Château-Verdun encourager leur amodiataire à rechercher en dehors de leur seigneurie le charbon nécessaire à la réduction, nous saisissons difficilement les modalités de cette nouvelle forme d’approvisionnement. Pourtant, elle n’est pas spécifique à la vallée d’Aston, puisque la mouline d’Andronne, située sur l’Arget et dont la construction est prévue en 1349, ne peut utiliser les bois de La Barguillère qu’en complément de son approvisionnement. Il faut donc qu’elle trouve du bois au-delà de la forêt où elle est implantée. On peut imaginer ce que cette course pour le combustible supposait en termes de concurrence. Ainsi, face aux autres vallées sidérurgiques, et plus particulièrement face à celle de l’Aston, la spécificité de la vallée de Vicdessos s’affirme. Grâce au traité d’échange de 1347-1348, elle avait réussi à surmonter ses problèmes d’approvisionnement. Le Couserans subvenait à ses besoins. Elle s’était délestée de ce poids sur un espace périphérique.

  • 71 Jean-François Belhoste a clairement mis en évidence les conséquences de l’implantation du haut fou (...)

34Ainsi, quel que soit le degré d’autonomie en combustible des espaces sidérurgiques, la diffusion de la mouline ne semble pas avoir abouti à une déforestation. La surexploitation était en revanche suffisamment importante pour susciter une réaction rapide des autorités seigneuriales. C’est donc bien la preuve qu’un danger potentiel menaçait ces vallées industrielles où les feux de la mouline succédaient aux bas foyers. En accentuant les tensions, la forge hydraulique a été à l’origine d’une « culture de la forêt » née de la prise de conscience seigneuriale. Dans cette montagne pyrénéenne où la mouline s’impose et perdurera jusqu’au XVIe siècle, elle aura eu, à ses débuts, un impact sur les forêts équivalent à celui des hauts fourneaux sur d’autres espaces71. En Vicdessos comme dans l’Aston, il faut attendre les XVIIe et XVIIIe siècles pour que les massifs forestiers soient dangereusement dégradés. Si ce report de la crise correspond au maintien de la réduction directe plus faiblement consommatrice de bois que le haut fourneau, il doit également être mis à l’actif de la politique de conservation élaborée au Moyen Âge. Sans aucun doute, les mesures du comte de Foix, comme celles prises par les Arnaud, ont participé à la relative préservation de la forêt jusqu’au cœur de l’époque moderne.

Notes

1 En introduction à ce chapitre, nous renvoyons aux études rassemblées dans L’uomo e la foresta secc. XIII-XVIII, Atti della ventisettesima Settimana di studi, Prato, 8-13 mai 1995, S. CAVACIOCCHI éd„ Florence, 1996.

2 Nous faisons ici référence au titre d’une étude de R. VERGANI, « Dans les Alpes orientales au XIV e siècle : les hommes des champs et les hommes des fours », dans Paléométallurgie du fer et cultures..., op. cit., p. 273-276.

3 F. PASQUIER, « Nomenclature des chartes de coutumes de l’Ariège du XIIIe siècle au XVIe siècle », Annuaire de l’Ariège, 1882, p. 183-196. L’étude a été poursuivie par Cl. PAILHÈS, « Chartes de coutumes des pays d’Ariège », dans Coutumes et Libertés, Actes des Journées internationales de Toulouse, juin 1987, Montpellier 1988, p. 75-85.

4 Si la charte de Saint-Girons date de 1345, elle reproduit le texte d’une charte primitive de 1262. Saint-Girons devance ainsi largement les autres localités du Couserans dont les chartes de franchises ont etc conservées : Castillon (1395), Oust (1405), Lacourt, Ercé, Aulus, Ustou (1446) et Alos (1448). Ces franchises furent sollicitées par les communautés au moment où le Couserans commençait à se disloquer, pour mieux garantir leurs droits. Jusque-là, l’ensemble de la vicomté était régi par la charte de Saint-Girons, F.-J. SAMIAC et F. PASQUIER, Coutumes de Saint-Girons, XIIIe-XIVe-XVIe-XVIIIe siècles, Foix, 1925, p. 5-6.

5 C’est dans le Séronais, rappelons-le, que le roi va en partie se fournir pour l’équipement de son armée en 1295, Ph. WOLFF, « Achat d’armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine », Annales du Midi, 1949, p. 84-91.

6 Cette charte a été éditée par R. RUMEAU, Monographie de La Bastide-de-Sérou, Toulouse, 1882, p. 184-188. La copie du document est conservée à la Bibliothèque nationale de France, dans le fonds Doat, vol. 95, fol. 202. Un paragraphe est consacré aux droits d’usage : item damus aquam ad piscandum, potandum, rigandum et ferendum, ad balneandum et navigandum et nemora et pascua concedimus pure et absolute, et absque omni servitute, omnibus habitatoribus dicte ville, exceptis nostris piscariis tantum.

7 À la même période, dans une autre grande vallée sidérurgique dépendant du roi d’Aragon, le Val d’Aran, si la charte de coutume de 1298 mentionne l’exploitation du minerai de fer, encore une fois aucune relation n’est établie entre la réduction du minerai et la consommation de bois. Les usages octroyés sur la forêt sont tout à la fois larges et imprécis. Larges, car les hommes du Val d’Aran disposent librement de tout le bois réservé à leur usage exclusif, imprécis, car rien n’est dit sur les modalités d’utilisation de ce bois, S. MONDON, « Une vallée du haut Comminges. Privilèges accordés au Val d’Aran en 1298, 1309 et 1313 », Revue de Comminges, 1912, p. 169-181.

8 F. PASQUIER, Coutumes de la ville d’Ax en Ariège (1241-1391-1672), Foix, 1888, p. 18. Sans doute cette donation s’élargit-elle à l’ensemble du consulat, c’est-à-dire aux villages d’Orgeix, Orlu, Ascou, Sorgeat, Ignaux, Vaychis, Tignac, Savignac, Perles et Castellet.

9 G. TROUILLARD, « Les coutumes de Montgailhard (1293) », Nouvelle Revue historique de droit français et étranger, 1900, p. 543.

10 J.-A. BORDES-PAGES, « Le droit de chasse sur le terrain domanial dont la commune de Seix est usagère », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1893, p. 262 : Item tous seignors autrejan a la universitat de la villa totas las franquesas et usatges que la dita universitat a augudas ny tengudas sa en res et se a escriutas o no escriutas, que ajan et observen par tout temps endurable tant par donatio o per confirmatio de lor o de lors, so es a saber, hoses, aguas, montagnas et las autras causas semblans d’aquelas que els o lors ancestres an agudas ne tengudas sa en res, corn sobredit es. À propos de la seigneurie de Mirepoix, F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix, op. cit., t. II, p. 4.

11 Ch. LE PALENC et P. DOGNON, Lézat, sa coutume, son consulat, Toulouse, 1899, p. 14-15.

12 F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix, t. II, p. 34-41 et 53-55.

13 F.-J. SAMIAC et F. PASQUIER, Coutumes..., op. cit., p. 71.

14 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27, 21 et 22.

15 F. PERISSE, « La coutume d’Aspet », Revue de Comminges, 1900, p. 56-76.

16 A contrario, on constate dans la toute proche seigneurie de Mirepoix une législation beaucoup plus drastique. En effet, en 1273, quand Guy de Lévis, à la suite de troubles survenus à Mirepoix, concède des privilèges qui complètent l’ancienne coutume de 1207, il réduit en fait les usages sur le bois puisqu’il les énumère, les soumet ainsi à son contrôle et que spécifiquement le droit au charbon n’est pas mentionné : fustam ad edificia propria facienda, ad vasa, circulos et alia sibi necessaria, F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit., t. II, p. 14. Cette politique des Lévis dérive-t-elle d’un modèle de la France du Nord où les usages des communautés sont limités plus tôt et plus étroitement, H. RUBNER, « Recherches sur la réorganisation forestière en France (XIIe et XIIIe siècles) », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1966, p. 271-279 ? Cependant, Raimond VII, comte de Toulouse, a réduit lui aussi les droits d’usage des communautés de son comté beaucoup plus tôt que les pouvoirs pyrénéens, H. GILLES, « L’administration royale des eaux et forêts en Languedoc au Moyen Âge », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610) du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1963, p. 335-336. Ces différences illustrent la spécificité des pratiques proprement montagnardes, comme cela est d’ailleurs confirmé pour la période moderne.

17 Or, on constate généralement dans le royaume de France une raréfaction brutale des concessions gratuites d’usages à des fins sidérurgiques dès le premier tiers du XIIIe siècle, A. GIRARDOT, « Forges et législation forestière : l’exemple de la forêt de Briey au début du XIVe siècle », dans Mémoires de la Société pour l’Histoire du droit et des institutions des anciens Pays bourguignons, comtois et romands, 1984, p. 166.

18 M. CHEVALIER, La vie humaine..., op. cit., p. 509 ; J.-A. BORDES-PAGES, « Le droit... », op. cit., p. 92-97.

19 Néanmoins, ces vols de bois ne sont pas spécifiques aux espaces sidérurgiques. Ainsi, en 1338, dans la forêt d’Andronne où s’exercent les usages de la ville de Foix, les hommes de La Barguillère dérobent du bois équarri. La forêt d’Andronne et l’ensemble du massif de La Barguillère, compris dans les limites du consulat, sont dominés par la ville de Foix. Les usages villageois y sont d’autant plus réduits par la ponction urbaine qu’un droit de forestage est exigé pour exploiter la forêt. Le vol de bois exprime des tensions qui, si elles ne sont pas nées de la consommation des forges (la mouline d’Andronne ne s’installe sur les berges de l’Arget que dix ans plus tard), résultent d’approvisionnements concurrents : celui de la ville, si petite soit-elle, et des villages du consulat.

20 Dont C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire du Languedoc, t. X, col. 955, texte 381. L’amende, d’abord fixée par la cour du sénéchal de Toulouse à 400 livres, a atteint la somme de 3 000 livres puis a été baissée à 300 livres. Les consuls obtiennent en définitive une lettre de rémission en août 1344. La sévérité initiale du jugement exprime la volonté d’endiguer de tels agissements alors qu’au même moment, dans les forêts royales du Languedoc, les usages sont sous haute surveillance.

21 BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.

22 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau. Six millénaires d’anthropisation du massif pyrénéen, de la Garonne à la Méditerrannée. Contribution palynologique à l’histoire de l’environnement et du paysage pyrénéens. Thèse de géographie de l’Université de Toulouse-le-Mirail, 1997, p. 166, 170-171 (Aston), p. 199 et 214 (Vicdessos).

23 C’est également au début du XIVe siècle qu’apparaît en Normandie une « famine de charbon », conséquence de la croissance de la sidérurgie et de la pression démographique, M. ARNOUX, « Forges et forêts au Moyen Âge : l’exemple normand », dans D. WORONOFF éd., Forges et forêts. Recherche sur la consommation proto-industrielle de bois, Paris, 1990, p. 213-218.

24 Bih. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 77. Nabies est aujourd’hui un écart de la commune de Vicdessos.

25 Arch. dép. Ariège, original, E 96, pièce no 23 (1303, n. st.).

26 M. CHEVALIER, op. cit., p. 508. Les fûts sont ainsi sectionnés à un mètre de hauteur, car leur coupe intervient en hiver ou au début du printemps, à un moment où la neige forme un manchon à la base du tronc. Des textes de l’époque moderne décrivent précisément ces conditions d’exploitation.

27 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 26.

28 H. GILLES, « L’administration... », op. cit., p. 333. À Mirepoix, un forestier et un garde, forestarius et custos dicti domini Mirapicis, apparaissent dans un règlement de 1295 où Guy de Lévis, à la prière des consuls et habitants de la ville de Mirepoix, fixe le tarif de l’amende due par les délinquants surpris à couper du bois ou à faire paître des bestiaux sur les bords de la rivière appartenant au seigneur, F. PASQUIER, Le cartulaire..., op. cit, t. II, p. 29-30.

29 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 51.

30 H. GILLES, op. cit.. p. 332.

31 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66. On comprend aisément pourquoi le chêne est un arbre protégé : il fournit des glands et son bois est recherché. Les qualités du bouleau sont moins connues. Cet arbre procure un bois souple et léger, matière première des sabots, des berceaux où l’on entasse l’herbe transportée par les mulets. La sélection et la protection de certaines essences diffèrent donc d’un espace à l’autre en fonction de la spécificité des économies agraires. En 1312, dans le bail d’une mouline localisée à Lacabarède, en forêt Narbonnaise, sur les contreforts de la Montagne noire, seuls les arbres fruitiers sont protégés : item dicti arrendatores seu ab ipsis causant habentes in dicta molina poterunt carbonizare seu carbonem facere in dicta foresta ad usum dicte moline pro duobusfocis duntaxat de omni généré arborum dicte foreste exceptis anetis, pomis, piris et aliis arboribus domesticis fructiferis, E. CABIÉ, « Forges... », op. cit., p. 246-247.

32 Arch. dép. Ariège, 19 J 86. Rappelons que le consulat d’Ax abrite des moulines autres que celles du dénommé Barre.

33 Nous devons être prudente quant à l’interprétation de ce texte dont n’est conservé qu’un extrait, en outre une copie moderne. Néanmoins, quand en 1391 les coutumes de 1241 sont confirmées, aucune modification du texte initial relatif aux droits d’usage sur le bois n’intervient, même s’il est fait mention, de façon confuse, de la présence de forestiers, F. PASQUIER, « Coutumes de la ville d’Ax... », op. cit., p. 23.

34 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 21 et 22.

35 Rappelons que la législation royale des Eaux et Forêts se met également en place au cours de la première moitié du XIVe siècle, M. DEVÈZE, La vie de la forêt française au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 66-67.

36 P. TUCCO CHALA, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn, Pau, 1981, p. 129. Le For général conserve pour l’année 1279 un établissement sur les bois, rubrica et establiment de boscx. Les abus commis dans ceux en défens ou bien par des individus n’ayant pas droit aux usages sont précisés, ainsi que les peines imposées aux contrevenants. Ce texte témoigne, dès le XIIIe siècle, d’une surveillance et d’un souci de conservation du couvert forestier par la création de mise en défens et la réduction des usages dans certains bois. Cependant, ni la gestion soucieuse des gardes forestiers, ni la mention de charbon de bois n’apparaissent encore, P. OURLIAC et H. GILLES, Les Fors anciens de Béarn, Paris, 1990, p. 288-291.

37 L’attitude de cette communauté de vallée diffère de celle de la communauté de métier des ferrons de Normandie qui gère attentivement ses ressources en charbon, M. ARNOUX, « Forges et forêts au Moyen Age... », op. cit., p. 213-218.

38 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 177-180.

39 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 12 (XVIe siècle), pièce no 28 (XVIIIe siècle) ; une copie, en partie traduite du latin, est également disponible aux archives du Calvados, chartrier d’Outrelaise (XVIIIe siècle). Elle est consultable aux Archives départementales de l’Ariège sous la côte, 1 Mi 10.

40 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.

41 En fait, ni le texte original, ni les copies ne précisent le millésime de cet accord intervenu le jour de la décollation de saint Jean.

42 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 26v°-27.

43 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.

44 F.-J. SAMIAC, « Les derniers Comminges de Couserans. Démembrement de la vicomté de Couserans », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1914, p. 49-81.

45 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 37-38.

46 En effet, les résineux se régénèrent par semis alors que le hêtre émet des rejets à partir de la souche sectionnée. Au XVIIe siècle, le hêtre domine définitivement, B. DAVASSE et D. GALOP. « Le paysage forestier du haut Vicdessos (Ariège) : l’évolution d’un milieu anthropisé », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1990, p. 438. Mais, encore au XVIe siècle (1534), il sera possible, pour élever une maison, d’utiliser 180 pièces de bois dont certaines de forte envergure et en sapin, É. BARBE, Extraits des minutes de Maître Claude Grandmont..., op. cit., p. 54.

47 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 236-237.

48 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 15, 16, 17, 19, 26.

49 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 16 (1338, n. st.).

50 Il est possible que dans le Vicdessos cette exclusion s’élargisse plus tardivement aux hommes de la communauté qui ne sont pas directement intéressés à la production du 1er, Arch. dép. Ariège, 1 C 163, p. 20.

51 Arch. dép. Ariège, E 88 et E 87, fol. 49v°-62.

52 B. DAVASSE et D. GALOP, « Le charbon de bois et le pollen : éléments pour une approche de l’évolution historique du paysage forestier dans les Pyrénées ariégeoises », Acta Biologica Montana, 1989, p. 336. De telles pratiques sont attestées dans la Montagne noire et dans les forêts qui sont attribuées aux moulines. Ainsi, dans Pacte de concession de la mouline du Pas de Lespinace (1312), il est prévu que les amodiataires poterunt carbonizare seu carbonem facere in dicta foresta [...] nec poterunt reverti pro carbonando seu scindendo aliquid in loco qui semel fuerit per ipsos seu alios tonsura moderna spoliatus sine novo mercato seu pacto ab ipsis turn gentibus regiis faciendo. Et tenebuntur dicti arrendatores scindere et carbonem per ordinem ab eo loco in quo scindere inceperit, non faciendo saltum de uno loco ad alium, E. CABIÉ, « Forges ou moulins à fer... », op. cit., p. 247.

53 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 170.

54 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 4-5.

55 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 66.

56 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 5 et fol. 63.

57 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 5v°-6r° et fol. 64. Il est curieux que dans l’acte de 1308, comme d’ailleurs dans celui de 1293, le comte intervienne à Château-Verdun, non seulement en tant que co-seigneur mais aussi comme seigneur des Arnaud, ses vassaux. Aurait-il conservé sur les forêts de cette seigneurie un droit spécifique inhérent à sa qualité comtale, l’équivalent du droit du conduit des forêts exercé par le comte de Bar, ou du droit de gruerie appliqué par le roi de France ? Rappelons qu’une taille sur les forêts est levée sur celles de la vallée de Vicdessos au début du XIVe siècle, Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 6 ; A. GIRARDOT, « Forges et législation forestière... », op. cit. ; H. RUBNER, « Recherches... », op. cit., p. 271-274. Un fait est certain, en Béarn, Gaston Fébus se déclare, quelques années plus tard, seul maître des forêts, P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus..., op. cit., p. 129.

58 Arch. dép. Ariège, E 87, fol. 69-70.

59 En 1346, Miglos refusera à son tour, aux habitants de Junac, tout usage sur les forêts de son territoire, C. BARRIÈRE-FLAVY, La baronnie de Miglos, Toulouse, 1894, p. 125. Dès la fin du XIIIe siècle, elle s’était opposée à Gesties à propos des usages communs que les deux communautés d’habitants avaient à la limite de leur terroir respectif, au col de la Lène, Areh. dép. Ariège, E 87, fol. 44.

60 Nous l’avons déjà signalé, l’espace sur lequel les hommes de Miglos défendent leur droit s’étend de Miglos jusqu’aux rives de l’Aston et au-delà vers La Unarde : de Miglosio usque ad aquam de Aston usque ad serram de la Gunarda. Certains des lieux compris dans cet espace sont spécifiquement désignés. Quelques-uns n’ont pas pu être localisés : Costa Raza, Cavalingla, Auzezo. Les autres s’étagent de Miglos vers les rives de l’Aston et du ruisseau de Sirbal vers la Gunarde : Moulhera Longa aujourd’hui la Mailharasso (commune d’Aston), Affermat aujourd’hui Afumats, Cortal Morti près de Moulherasso (commune d’Aston), Rieugrener au nord du Roc de Miglos, Caudiès le long du ruisseau de Sirbal. Si certains de ces lieux-dits apparaissent encore sur la carte I.G.N. au 1/25000e, beaucoup ont disparu. Les cadastres du XIXe siècle conservés pour Miglos et Aston ne sont d’aucun secours. C’est Barrière-Flavy, dans son ouvrage consacré à la baronnie de Miglos, qui fournit le meilleur repérage des lieux, C. BARRIÈRE-FLAVY, La baronnie de Miglos, op. cit., p. 120-121.

61 D. GALOP, La forêt, l’homme et le troupeau..., op. cit., p. 177.

62 Dès les XIe-XIIe siècles, le « pla » de la Sabine est livré au charbonnage, D. GALOP. « Approche palynologique de l’impact de la métallurgie sur les forêts de la vallée du Quioulès (Pyrénées ariégeoises, France) », dans Protoindustries..., op. cit., p. 260-261.

63 Seul le site de Sigueille est localisé avec précision grâce aux substructures modernes conservées et au toponyme Sigueille, lat. nord 42° 44’27" ; long, est 1° 39’ 42" ; alt. 750 m. Ajoutons que si, effectivement, comme nous l’avons préalablement indiqué, la mouline de Leguelitz correspond à celle d’El Galis, elle aurait été implantée dès le XIVe siècle à 1 230 m d’altitude.

64 Jérôme Bonhôte et Jean-Louis Vernet définissent la charbonnière comme « un dépôt archéologique qui est le reflet d’une exploitation très localisée. Elle représente ainsi une unité d’environnement végétal limitée à Faire de transport (quelques dizaines de mètres) », J. BONHÔTE et J.-L. VERNET, « La mémoire des charbonnières. Essai de reconstitution des milieux forestiers dans une vallée marquée par la métallurgie (Aston, Haute-Ariège) », Revue forestière française, 1988, p. 210.

65 Cette analyse est confirmée à l’époque moderne. Au XVIe siècle, en pleine croissance de la production sidérurgique, les moulines « à la genevoise » s’implantent au-dessus des sites de moulines que l’on peut qualifier de traditionnelles. Au XVIIIe siècle, quand la sidérurgie comme le charbonnage déclinent dans la seigneurie, les moulines redescendent vers le village d’Aston (indications aimablement fournies par Jean Cantelaube). L’étude des pollens confirme une nouvelle phase d’attaque du couvert forestier en vallée du Quioulès (haute-vallée de l’Aston), à la fin du Moyen Âge, attaque que nous pouvons mettre en relation avec l’installation de la mouline de Riète. Nous y reviendrons, D. GALOP, « Approche palynologique... », op. cit., p. 261.

66 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

67 Pour la forge hydraulique de Moyeuvre en 1323, la pression est bien supérieure. Il est prévu que les jours où les amodiataires s’approvisionneront hors de la forêt comtale de Briey, ceux-ci ne devront payer que 12 deniers messins de redevance au lieu de 42, H. COLLIN, « Aux origines du bassin sidérurgique de Briey : les forges de Moyeuvre à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe » dans Actes du 98e Congrès national des Sociétés savantes (Philologie et Histoire jusqu’à 1610), Saint-Étienne, 1973, Paris, 1975, p. 67. On retrouve cette forte pression du prix du bois dans les baux concernant les martinets du Dauphiné : la redevance est fixée à 1/15e du fer fabriqué lorsque le bois est fourni par les Chartreux, à 1/40e lorsqu’il ne l’est pas, J.-Fr. BELHOSTE, « Martinetus et fusina... », op. cit.

68 Et pourtant du bois de chauffage, en provenance de l’Ariège, alimente la ville de Toulouse à la fin du Moyen Âge et cela malgré les difficultés de transport. Ph. WOLFF, Commerce..., op. cit., p. 82.

69 Arch. dép. Ariège, E 6, p. 23 ; G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 92.

70 Encore à l’époque moderne, le charbon est rarement commercialisé. Quand les maîtres de forge ne possèdent ni forêt, ni usage sur le bois, ils achètent des coupes et procèdent à son élaboration, M. CHEVALIER, op. cit., p. 529. Pourtant, le transport du charbon sur de moyennes et même de longues distances est prouvé pour le Moyen Âge.

71 Jean-François Belhoste a clairement mis en évidence les conséquences de l’implantation du haut fourneau sur les pratiques et les usages forestiers : « à partir de la décennie 1540 se multiplièrent, en effet, les réformations qui visaient à restreindre les pratiques usagères en limitant le nombre de ceux qui pouvaient effectivement y prétendre et en les cantonnant par l’opération appelée tiercement », J.-Fr. BELHOSTE, « Conséquences de l’essor sidérurgique sur les usages forestiers et les pratiques agraires XVIe-XVIIIe siècles », Etudes rurales, 1992, p. 84. Sur les rapports forges-forêts, on peut se reporter également à un autre article de J.-Fr. BELHOSTE. « Une sylviculture pour les forges, XVIe -XIXe siècles », dans D. WORONOFF éd., Forges et forêts..., op. fit., p. 219-261 ; ID., « L’impact du haut fourneau sur la forêt normande (XVIe-XVIIe siècles) », dans J.-P. MÉTAILIÉ éd., Protoindustries et histoire des forêts..., op. cit., p. 63-71. Néanmoins, une multiplication de forges à bras peut également entraîner un réaménagement de la gestion forestière. C’est le cas en pays d’Othe, Ph. BRAUSTEIN, « Les forges champenoises de la comtesse de Flandre (1372-1404) », Annales E.S.C., 1987, p. 747-777.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search