Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Première partie. Autour de la mine de sem, un grand bassin sidérurgique

Chapitre III. La mouline conquérante

Texte intégral

1Si le fer est réduit et martelé par le bras de l’homme depuis l’Antiquité, l’usage de la force hydraulique constitue une rupture fondamentale dans l’histoire de la sidérurgie : s’ouvre alors l’ère de la mécanisation. Or, dès la fin du XIIIe siècle, la mouline s’implante durablement dans le comté de Foix et ses marges, première forge hydraulique à se diffuser dans un espace resté fidèle à la réduction directe jusqu’au XIXe siècle. Le fait est majeur mais l’enquête est délicate. En effet, qu’est-ce qu’une mouline ? Quelles sont, précisément, les caractéristiques techniques de cette forge de réduction ? Comment expliquer la diffusion de l’innovation ? Quels sont les atouts dont elle dispose ?

1. Fin du XIIIe siècle : l’irruption de l’innovation

Avant 1300, la force hydraulique s’impose à la forge

  • 1 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 77v°-78. Publication par G. de LLOBET, « De l’intérêt (...)

2La forge à bras a précédé la mouline. La première source écrite, témoignage d’un travail du fer dans le pays de Foix, date de la seconde moitié du XIIe siècle. Quand en 1168, Roger-Bernard accorde des privilèges à ceux qui viendraient s’installer dans son alleu de Foix, il désigne le moulin à blé et la forge : le moli e la farga1. Puis, à partir de 1231, et tout au long du XIIIe siècle, s’échelonnent les mentions des forges monastiques, désignées couramment par le vocable fabrica.

  • 2 Cette constatation et les conséquences qui en résultent pour la démarche de l’historien des techni (...)
  • 3 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22.

3L’historien des techniques se heurte alors immanquablement au sens des mots. On ne saura jamais, sans le recours à l’archéologie, quelle est l’installation qui se cache derrière cette appellation2. À propos des forges détenues par les abbayes, nous avons déjà précisé que, dans la majorité des cas, il s’agissait de simples ateliers de transformation. Cependant, il faut bien concevoir un espace de réduction pour alimenter ces forges. Il est peu probable que le métal travaillé fut importé alors que le comté regorgeait de minerai. Certains monastères ont pu tenter la réduction. De même, si au pied de la mine de Sem, les paysans se fournissent dans des fabricae où ils font également réparer leurs outils, la localisation de ces forges à proximité de la mine implique qu’elles regroupent four de réduction et atelier de transformation. D’ailleurs, la charte de 1294 cite les mineurs de la vallée de Vicdessos et aussi les ferrarii – ceux qui réduisent le fer – qui leur sont directement associés. Dans ce cas, elle n’emploie pas le vocable fabri3. Ainsi, jusqu’à la fin du XIIIe siècle, le terme de fabrica désigne aussi bien l’atelier de réduction que celui de transformation du fer. Bien évidemment, cette imprécision est peu satisfaisante pour l’historien des techniques, surtout quand elle concerne des espaces à forte concentration sidérurgique où les enjeux techniques ne se satisfont pas d’un tel flou sémantique.

  • 4 Molina ferri, fin XIIIe siècle-1325. J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, é (...)
  • 5 Cette coexistence classique et traditionnelle est attestée dans le texte de la réformation de 1416 (...)

4Après 1294, la documentation s’interrompt pendant quelques années. Quand la forge réapparaît dans nos sources, elle s’est métamorphosée en mouline. La première attestée date de l’extrême fin du XIIIe siècle, la seconde très précisément de 1326. Au cours du XIVe siècle, plusieurs termes latins et romans sont alors utilisés pour désigner cette forge hydraulique. Ils sont tous dérivés des vocables molendinum et molina : molina ferri, molina ferrea, molendina ferraria, molina ferrera ou simplement molina, plus rarement molina de ferr4. De la fabrica à la molina, la mutation du vocabulaire exprime une évolution fondamentale dans le domaine des techniques : la force hydraulique s’est imposée à la forge. À partir de cette date, moulines et forges vont coexister mais, désormais, les termes de fabrica et de forgia ou leurs dérivés désigneront exclusivement l’espace de finition, la forge, l’atelier de transformation5.

  • 6 Il paraît peu vraisemblable que la forge hydraulique se soit imposée dans le comté avant la fin du (...)
  • 7 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. III, p. 313 et 319. En 1390, un moli drapi (...)
  • 8 Il est intéressant de noter que les colporteurs qui sillonnent ces villages proposent des pesons, (...)

5Quand elle apparaît dans les sources manuscrites, la mouline constitue un acquis technique récent pour le comté6. Les premières années du XIVe siècle sont, en effet, consacrées à l’équipement des vallées où elle s’élève bientôt à proximité du moulin à blé, du moulin battant et peut-être du moulin à scier. Effectivement, l’implantation de la mouline complète un équipement hydraulique et industriel que l’on arrive à percevoir par petites touches. Les registres d’inquisition, au détour des interrogatoires, nous livrent quelques informations tirées du quotidien des hommes du haut Sabarthès. Les références aux équipements hydrauliques de type industriel ne sont pas nombreuses, mais toutes correspondent aux années d’implantation et de diffusion de la mouline, de la fin du XIIIe siècle aux années vingt du siècle suivant. La plus importante de ces mentions est celle d’un moulin battant (molendinum draperium), installé justement aux portes de la vallée de Vicdessos, près de l’église de Sabart, le moulin de Guilhem de Mayshelar7. Il est bien évidemment à mettre en relation avec les indications, dans ce cas nombreuses, sur le filage, le tissage et la teinture de la laine8.

  • 9 Cette datation est restituée à partir de la déposition de Bernard Marty, de Junac, auprès de Jacqu (...)
  • 10 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71, Arch. dép. Ariège, E 9. Bib. mun. de To (...)
  • 11 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127.
  • 12 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°.
  • 13 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22. La traduction de cet extrait de l’acte de 1294 (n. st (...)

6Si aucune mention de la construction des premières moulines connues du comté, celles de la famille Marty domiciliée à Junac, n’est conservée, il est cependant assuré qu’elles fonctionnent déjà en 12999. Puis de 1326 à 1340, les textes nous livrent un flot continu de créations, au rythme moyen d’une mouline par an. C’est une véritable explosion qui se diffuse de vallée en vallée : 1326, élévation de la mouline d’Albiès et d’une première mouline à Château-Verdun ; 1327, trois autres dans la même seigneurie ; 1331, une nouvelle en vallée d’Aston ; 1335, une première en vallée de Saurat ; 1336, une à Orgeix ; 1340, une autre à Aston10. Enfin, en 1349, c’est en forêt d’Andronne que le comte de Foix octroie la dernière autorisation de construction qui nous soit parvenue pour le XIVe siècle11. Cette flambée de créations témoigne de la nouveauté technique de l’installation qui transparaît également dans une mention de l’acte d’amodiation de la mouline d’Albiès, pour laquelle il est précisé que la forge hydraulique pourra fonctionner avec et sans eau. N’est-ce pas la preuve que ses futurs utilisateurs ne dominaient pas encore la conduite de la nouvelle forge ? L’innovation est finalement confirmée au siècle suivant. Lors du procès qui l’oppose au milieu du XVe siècle au seigneur de Mirepoix, et au cours de sa déposition au Parlement de Toulouse, Gaston IV, comte de Foix, se réfère au développement industriel récent de la vallée de Vicdessos. À propos des privilèges comtaux concédés à la fin du XIIIe siècle, il précise qu’à l’époque ny avoit point de moline mais se faisoit manualiter12. On peut donc affirmer que le droit d’usage sur l’eau reconnu en 1294 ne pouvait pas, à cette date, s’appliquer aux moulines. Et d’ailleurs le texte est clair : concedentes ad fontes, aquas, flumina, nec non et plenam et liberam potestatem piscandi, balneandi, aquam auriendi, aquandi, scindendi, carbones faciendi... Si le recours à la force de l’eau peut être déduit de l’énumération, l’énergie hydraulique n’est pas utilisée pour le travail du fer13 La mouline se serait donc implantée dans le haut Sabarthès entre 1294 et 1299. La première moitié du XIVe siècle constitue donc bien une période de mutation technique.

La délicate identification de l’innovation

7Si la mouline est une forge de réduction directe d’un type nouveau dans les années 1300, se pose avec acuité la question de l’identification précise de l’innovation. Certes, l’usage de la force hydraulique est indiscutable, mais il n’en demeure pas moins que les modalités de son application sont délicates à préciser. C’est pourtant là que réside le caractère innovant de la mouline. Profite-t-elle uniquement du martelage hydraulique ? Est-elle pourvue dès l’origine de sa diffusion d’une soufflerie hydraulique ?

  • 14 BNF, collection Doat. vol. 184, fol. 66-71. Tous les autres baux ne nous sont connus que par de co (...)
  • 15 Pour avoir une vue d’ensemble des aménagements hydrauliques dans le sud-ouest de la France aux XIV(...)
  • 16 Il est cependant probable que la mouline ait été pourvue d’une roue verticale actionnée par « dess (...)
  • 17 G. SICARD, op. cit„ p. 38, 44 et 45.
  • 18 Au XIXe siècle, la chaussée des forges à la catalane est encore constituée de gros blocs de pierre (...)

8Or, pour répondre à cette question majeure, la documentation est peu prolixe. Un seul document propose la description d’une des premières moulines implantées dans le comté, celle d’Albiès. Il s’agit d’un bail d’amodiation, conclu en 132614. Cet acte notarié permet de reconstituer avec prudence l’ensemble de l’installation. Commençons par la question de la mécanisation ; commençons par l’examen des aménagements hydrauliques. Le document prévoit la construction de plusieurs barrages en bois ou paxeriae, la mise en place de canaux de dérivation bazaleriae et de canalisations, aquae ductus. Étrangement, toutes les installations hydrauliques sont mentionnées au pluriel, comme d’ailleurs tout ce qui doit être construit autour de la mouline ou obtenu en termes de droits : in quo territorio et super quo faciatis et constituatis molendinam ferrariam cum uno igné tantum et ad faciendum ibi domos, furnos, ortos et omnia alia vobis et habitatoribus et servientibus dictae molendinae necessaria cum paxerialibus, paxeriis, aquae ductibus, bazaleriis, aquis, nemoribus, pascuis, lapidibus ferreis et aliis... Cette rédaction constitue-t-elle un moyen d’envisager toutes les situations futures en un temps où la mouline n’est pas encore construite ? Est-ce une façon de désigner les installations qui pourraient être modifiées ? Effectivement, dans un bail de 1312 conservé pour une mouline de la Montagne noire, s’il est question des paxeriae, c’est de celles qui pourraient être construites ou réparées. On peut donc reconstituer une dérivation avec une chaussée et un système de vannes qui permet de régler le débit15. Le texte ne livre pas davantage de détails sur les aménagements hydrauliques. Ainsi, force est de constater que la ou les roues ne sont même pas mentionnées16. Cependant, la paxeria s’apparente aux chaussées de bois élevées dès le XIIe siècle à Toulouse, sur la Garonne dont elles barrent le cours. Ces chaussées se composent de plusieurs palissades parallèles qui s’étayent mutuellement et entre lesquelles l’espace est rempli de bois, de terre et de cailloux. Il semblerait qu’une telle construction, fortement implantée dans un sol ferme et stable, et placée obliquement sur le cours du fleuve, puisse résister de manière satisfaisante au courant17. Pourtant ce type d’aménagement paraît mieux adapté à un petit torrent, néanmoins dangereux en période de fonte des neiges, qu’à l’Ariège, en raison de son débit et de ses crues. Sur ces cours d’eau de moindre envergure mais dévalant de fortes pentes, on peut même supposer des installations beaucoup plus rudimentaires, composées d’un amoncellement de pierres et de galets18, il est d’ailleurs tout à fait probable que la mouline d’Albiès ait été installée sur la Gargante ou sur le ruisseau de Caychax, deux des nombreux torrents qui se jettent dans l’Ariège. Le risque de rupture du barrage persiste cependant. L’acte d’amodiation prévoit une interruption de paiement du loyer dans ce cas, mais encore faut-il que la paxeria n’ait pu être relevée avant trois semaines.

  • 19 Le terme de foc, feu en occitan, sert encore à désigner le four de réduction à l’époque moderne, J (...)
  • 20 1327, dans la seigneurie de Château-Verdun et 1331 dans la vallée d’Aston, Arch. dép. Pyrénées-Atl (...)
  • 21 1327, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52 ; 1336, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtris (...)
  • 22 1349, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127.
  • 23 Cette remarque pose le problème du mode de calcul des feux fiscaux dans le cas des moulines. En ef (...)
  • 24 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.
  • 25 J. CANTELAUBE, « Évolution technique... », op. cit., p. 77. Précisons que le creuset dit catalan d (...)
  • 26 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.
  • 27 A propos du bail d’Albiès, une précision est nécessaire même si elle complique encore l’identifica (...)

9La mouline d’Albiès est dotée à l’origine d’un foc, ignis en latin, vraisemblablement un four de réduction19. On retrouve cet unique feu en 1327 dans une mouline de Château-Verdun, en 1331 à Aston et encore en 1335 dans la mouline de Saurat20. D’autres forges sont construites dès l’origine avec deux feux, comme en 1327 celle d’Aston, en 1336 celle d’Orgeix21. En 1349, la mouline d’Andronne peut en abriter un, deux, et éventuellement d’autres22. Installation prestigieuse destinée aux profits conjugués du comte et d’un riche notaire de Foix, consul et collecteur de taille, Guilhem Arriga, elle constituerait l’une des plus imposantes forges hydrauliques du comté à cette date. Encore n’est-il pas assuré que Guilhem Arriga ait effectivement fait élever une si extraordinaire usine : en 1390, dans le rôle des feux du comté de Foix, elle n’est comptabilisée que pour quatre feux fiscaux, comme la mouline de Saurat qui n’a qu’un four de réduction en 1335. Il est vrai que l’on a pu étoffer cette dernière pendant les quarante-cinq ans écoulés23. De fait, certains baux prévoient la construction d’un autre feu que celui originellement installé. Ainsi en 1340, l’amodiataire de la mouline de Ciguels, pourvue d’un unique four, reçoit l’autorisation d’en ajouter un second24. Ces feux constituent vraisemblablement la pièce maîtresse de la mouline, comme en témoignent le bail d’Albiès et les analyses des autres baux d’amodiation aujourd’hui disparus : si le marteau est rarement mentionné, le foc ou les focs apparaissent systématiquement. Cependant, ni leur forme, ni les conditions techniques de leur utilisation ne sont décrites. Les confondre avec les bas foyers de la forge à la catalane, dont la forme est tout à fait spécifique, serait abusif25. Sans doute l’argile et les pierres, fournies à Albiès dans le cadre du bail, sont-elles destinées à la construction et à la réparation des parois du four. On peut s’interroger, dans le cas de moulines à plusieurs feux, sur la nature des foyers. Dans le même atelier, plusieurs fours de réduction pouvaient-ils être juxtaposés ? Au four de réduction, un foyer nécessaire au réchauffement de la loupe de fer avant le martelage était-il ajouté ? Cependant, lorsqu’il est prévu d’équiper deux moulines d’un second foc, un doublement de la production en est attendu26. On peut donc en déduire que ce second feu est un four de réduction supplémentaire. D’ailleurs, à l’époque moderne, c’est dans le four de réduction que s’opère le réchauffement du massé, avant son épuration27.

  • 28 Précisons qu’au XIXe siècle, le mail ou marteau pèse de 600 à 700 kg, J. BONHÔTE et J. CANTELAUBE,(...)
  • 29 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°. Nous avons choisi d’utiliser les unités de mesu (...)
  • 30 Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico : evoluzione storica e indizi archeometrici », dans La minie (...)

10Le marteau ou malleus inventorié dans le bail d’Albiès ne fait pas plus que le foc l’objet d’une description. Mais, il est suffisamment précieux pour que l’acte notarié spécifie qu’il doit être restitué dans le cas où les amodiataires viendraient à quitter la mouline. L’intérêt qu’on lui porte tient sans doute à sa grande taille, associée au mécanisme hydraulique qui permet de le mouvoir28. En effet, en 1326, le marteau de l’une des moulines d’Aston est capable de forger un merlai, c’est-à-dire une barre de fer de 2 quintaux soit au moins 84 kg29. Il est difficile de concevoir que le travail d’une telle quantité de métal à compacter puisse s’opérer à la main. Un intérêt équivalent est porté à l’enclume ou incus, peut-être une simple pierre. On ne doit pas être surpris par l’aspect frustre d’un tel agencement qui correspond au type de travail effectué. En effet, le martelage sur une enclume en métal provoque une onde de choc qui nuit à l’agglomération du fer30. L’enclume de pierre permet, au contraire, de travailler plus souplement une masse métallique d’un traitement d’autant plus délicat qu’elle peut contenir des particules d’acier. Nous verrons qu’une des caractéristiques du fer produit dans la mouline est justement son hétérogénéité.

  • 31 R. FAWTIER, Comptes royaux, 1285-1314, t. II. p. 562-565.
  • 32 Sur la scie hydraulique au Moyen Âge, se reporter à J.-P. ADAM et P. VARENE, « La scie hydraulique (...)
  • 33 S. CAUCANAS, Moulins et irrigation..., op. cit., p. 198-204. La première mention d’une scierie hyd (...)

11On aura compris que le martelage hydraulique se déduit des aménagements (chaussée et canalisations) dont profite la mouline et du poids du marteau. Or, dans le haut Sabarthès, la mouline correspond à la première application de l’hydraulique au martelage. Rappelons le texte de 1454. 11 précise qu’avant l’implantation de la mouline, le fer se faisoit manualiter, manuellement. Cependant, la situation du comté n’est pas originale dans l’espace de la France méridionale. Au début du XIVe siècle, sur les versants de la Montagne noire, les moulines voisinent encore avec des forges à pieds, fabricae pedis, des forges sans usage de l’hydraulique31. Mais à partir du moment où la mouline se diffuse, le système de l’arbre à cames est rapidement appliqué à des usages plus complexes que le martelage. Les scieries hydrauliques s’implantent. Or, le mécanisme qui les actionne, tel que l’on peut le restituer pour le XIIIe siècle à partir des croquis de Villard de Honnecourt, est composé d’une roue hydraulique qui entraîne à la fois la pièce à scier et la scie dont le mouvement de va-et-vient est actionné par l’arbre à cames et un ressort, dans ce cas une simple perche32. En Roussillon, moulines et moulins à scier s’implantent au même moment, en 1313-1314 et là, également, la mouline est la première forge à utiliser la force de l’eau33. L’application du mécanisme de l’arbre à cames à tel ou tel usage et son degré de complexité répondent aux besoins immédiats des deux secteurs de production. Il semble bien que le débitage du bois comme le martelage aient ouvert de façon concomitante le temps de l’hydraulique industrielle. Pour prendre la mesure d’une telle chronologie, il faut la replacer dans le contexte européen, en insistant sur les exemples méridionaux.

  • 34 « Le premier moulin à fer que nous connaissions serait celui de Cardedeu en Catalogne, cité en 110 (...)
  • 35 A. GALLARDO I GARRIGA et S. RUBIO I TUDURI, La farga catalana, op. cit., p. 42 : en els "Origines (...)
  • 36 Extrait du texte publié par M. SANCHO I PLANAS, Homes, fargues, ferro i foc. Arqueologia i documen (...)
  • 37 V. IZARD, « Cartographie successive des entreprises métallurgiques dans les Pyrénées nord-catalane (...)

12Le martelage hydraulique, l’usage du moulin à fer et sa diffusion en Europe ont été l’objet de nombreux travaux et de fructueux débats. Il ressort néanmoins de l’examen attentif du dossier l’impression d’une certaine cacophonie. Les références s’accumulent, se croisent, sont recopiées par les spécialistes, par les non-spécialistes, se contredisent sans que, en l’absence d’édition de textes ou d’une véritable analyse de texte, on ait toujours la certitude de l’emploi de l’hydraulique. Mais l’on doit convenir que, de façon récurrente, circule l’affirmation selon laquelle le moulin à fer se serait diffusé à partir d’un épicentre catalan, dès les Xe-XIe siècles. Quels sont les résultats tangibles que l’on puisse retenir ? L’importance attribuée à l’antériorité catalane dans le domaine du martelage du fer est l’héritière des travaux de Bertrand Gille. À l’origine du moulin à fer, Bertrand Gille signalait, avec prudence, le texte disponible, alors le plus ancien, celui de Cardedeu, datant de 110434. Il tenait sa référence d’une mention tirée de l’ouvrage La farga catalana de Antoni Gallardo i Garriga et Santiago Rubio i Tuduri.35. Or ce texte est très exactement l’acte de vente d’une terre où apparaît, sous forme de confront, la mention d’une farga, sans aucune indication explicite quant aux aménagements hydrauliques36. Depuis, pour le Roussillon, les travaux de Sylvie Caucanas ont démontré que l’énergie hydraulique associée au travail du fer n’intervenait pas avant le XIVe siècle, avec la mouline. Ainsi, la forge de Py, donnée au monastère de Camprodon, qui a pu être identifiée comme une mouline dès 1183, n’en est pas une37.

  • 38 M. SANCHO I PLANAS, Homes, fargues, ferro i foc..., op. cit., p. 44 el note II, à propos du texte (...)
  • 39 M. SANCHO I PLANAS. Homes, fargues, ferra..., op. cit., p. 161-176. Les résultats de la fouille so (...)
  • 40 ID., Homes, fargues..., op. cit., p. 165 et 234.
  • 41 V. FARIAS I ZURITAS, « La ferreria i el mas al nord-est catala medieval », El mas medieval a Catal (...)

13La question de l’antériorité catalane a récemment rebondi avec la parution de la thèse de Marta Sancho i Planas consacrée à la sidérurgie du sud de la Catalogne (région du Pallars Jussa), selon laquelle le martelage hydraulique serait en usage en Catalogne au plus tard au XIe siècle, dans des lieux où les actes mentionnent farga, fabrica, fabricata et fabrega38. La démonstration repose sur la confrontation entre texte et terrain à partir d’une étude de cas, celle de la Fabregada (Sant Esteve de la Sarga), lieu pour lequel on dispose de deux textes de 1010 et 1038 mentionnant une farga et une fabricata, sans autres précisions, lieu qui a pu être finalement localisé. Une zone de réduction du fer a été reconnue : un bâtiment situé sur le versant d’un torrent abrite une structure identifiée comme un bas foyer, associé à quelques scories coulées. La fouille a permis, en outre, la mise en évidence d’une zone de martelage hydraulique à partir de l’identification, dans un angle de l’édifice, d’un encastrement de 60 cm de profondeur et de 30 cm de diamètre que Marta Sancho i Planas suppose être l’emplacement du marteau. 11 n’est pas fait état de battitures, ni de scories en calotte. L’usage de la force hydraulique pour ce supposé marteau est reconstitué à partir de l’identification d’une digue. S’il ne reste rien de la retenue elle-même, l’auteur restitue son installation à partir de la constatation d’une forte sédimentation dans un tronçon du lit du torrent, à proximité de la forge39. Après toutes ces suppositions, que peut-on déduire de ce lieu ? Même si effectivement la Fabregada a été un moulin à fer, rien n’autorise à faire remonter ses aménagements au XIe siècle, date des deux textes retenus. En effet, les datations fournies par le mobilier archéologique (fragments de céramique dans les niveaux de fondation et de destruction de la forge) nous renvoient à une implantation des ΧIe-ΧΙIe siècles. Ainsi, doit-on convenir que la Fabregada, si elle a utilisé la force hydraulique pour mouvoir un marteau, a pu le faire après le XIe siècle. Dans ce cas, cette implantation n’aurait rien d’original et l’antériorité catalane s’effondrerait pour se fondre dans une chronologie traditionnelle et commune à toute l’Europe. Or l’auteur, à partir de ce cas, propose que toute farga, fabrica, fabregada et fabricata mentionnée dans les documents soit identifiée comme une forge de réduction équipée de la force hydraulique et cela dès l’apparition du vocable dans la documentation, c’est-à-dire dès le Xe siècle40. Cette généralisation associée à cette haute datation ne nous paraît pas fondée. Victor Farias i Zurita rappelle d’ailleurs que le terme fabrica, dont dérive en catalan ceux de fabrega et farga, désigne plus communément une forge de transformation, l’atelier où est produit et réparé l’outillage agricole, qu’un lieu de réduction41. Précisons d’ailleurs que la localisation de l’atelier à proximité de l’eau ne peut absolument pas constituer la preuve de l’usage de l’énergie hydraulique : le forgeron a de toute façon besoin d’eau pour les travaux d’élaboration et de réparation des outils.

Schéma du mécanisme du marteau hydraulique

Schéma du mécanisme du marteau hydraulique
  • 42 C. RAYNAUD, « Moulins à fer cl forges catalanes : mise en place d’une proto-industrie dans les Pyr (...)
  • 43 Texte publié par L. M. DIÉZ DE SALAZAR FERNÀNDEZ, Ferrerias guipuzeoanas. Aspectos socio-económico (...)

14Pour d’autres espaces méridionaux, Languedoc et Pays basque, et en l’absence de tout résultat archéologique, nous ne disposons que de fort peu de preuves de l’application de la force hydraulique au travail du fer avant la fin du XIIIe siècle. Ainsi, la mention d’un moulin à clou en 1254, dans l’Aude à Escouloubre, fait figure d’exception42. Pour le Pays basque, il faut une nouvelle fois attendre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle pour disposer d’un texte suffisamment précis. La première mention d’un marteau hydraulique intervient dans un acte de 1335 qui cite nommément les ferrerias de maço de agua (ferrerias maçonas/mazonas) et les ferrerias masugueras (masuqueras)43. Pour les premières, l’usage du martelage hydraulique est indiscutable. La ferreria mastiquera utiliserait également la force de l’eau, peut-être dès la fin du XIIIe siècle, puisqu’un texte la mentionne pour la première fois en 1290, sans néanmoins que ses caractéristiques techniques soient précisées. Ferrières masuqueras et mazonas remplacent dès le XIVe siècle les forges à vent ou ferrerias haizeolas.

  • 44 C. VERNA et P. BENOIT, « La sidérurgie de Clairvaux au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) », op. cit., p (...)

15Ainsi, dans l’état actuel de la recherche, on doit convenir qu’on ne dispose d’aucune preuve formelle de l’avance méridionale en matière de martelage hydraulique du fer. La première mention aujourd’hui assurée intervient en Champagne, dans l’abbaye de Clairvaux, en 1156, mais restitue une implantation en place dès 113544. Sans vouloir substituer l’antériorité champenoise à celle de la Catalogne, il nous a semblé nécessaire de proposer une brève synthèse des travaux récents, afin de faire émerger les acquis et de les distinguer clairement des hypothèses. Ceci fait, quand au début du XIVe siècle l’usage de la force hydraulique est attesté pour les espaces méridionaux, la question est aussi celle de la soufflerie et là, on doit convenir que les hypothèses sont encore plus nombreuses que les certitudes.

  • 45 B. GILLE, « Le Moyen Âge en Occident » dans Histoire générale des Techniques, 1. Des origines au X (...)
  • 46 J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 412, acte de 1487 mentionnant le canal de las malchas (...)
  • 47 C’est au terme d’un accord intervenu entre le roi de Navarre, Charles le Mauvais, et Brace de Flor (...)
  • 48 S. HONORE DUVERGE, « Notes... », op. cit. ; B. LEROY, « Théorie monétaire et extraction minière en (...)
  • 49 Nous avons amorcé une enquête sur les moulines d’argent. On les repère, en Roussillon, au début du (...)

16Dès 1962, Bertrand Gille posait clairement la question de l’application de l’énergie hydraulique aux soufflets des fours de réduction : il l’indiquait alors comme non résolue45. Sans doute ne l’est-elle pas davantage aujourd’hui, mais des indices ont été rassemblés qui permettent de proposer des pistes de recherche. Or, dans le cadre de la réduction directe, la maîtrise de la soufflerie hydraulique est beaucoup plus délicate que le martelage mécanique car elle implique que le point de fusion ne soit pas atteint et que l’on obtienne néanmoins une loupe suffisamment carburée pour livrer de l’acier naturel. Elle suppose aussi que le mécanisme puisse offrir un apport régulier en air. Ce n’est qu’à l’extrême fin du XVe siècle, en Quercy, que les sources écrites prouvent incontestablement l’installation d’une soufflerie hydraulique dans une mouline. Il est alors impossible de restituer le mécanisme qui permet d’actionner les soufflets46. Cette application est-elle récente ? Avant 1362, en Navarre, à Urrobi, la force hydraulique est appliquée au maniement des soufflets mais, dans ce cas, pour le traitement du cuivre argentifère47. Il est possible que l’adaptation de la force hydraulique soit davantage aboutie dans le cadre d’une exploitation argentifère, toujours consommatrice de capitaux supérieurs à ceux investis dans la production du fer. La Navarre, dont l’exploitation argentifère a bénéficié des conseils de Brace de Florence et dont les mines sont confiées à un Florentin, Paul Giraldo ou Girardi, Maître des mines du roi, pourrait avoir profité d’une culture technique inconnue du comté de Foix à la même époque48. Néanmoins, il serait abusif de déduire de cet unique exemple navarrais, par confrontation des dates, un transfert de l’innovation des exploitations argentifères vers les forges à fer et de la Navarre vers d’autres régions des Pyrénées49. Il est cependant possible d’émettre plusieurs hypothèses à propos de la soufflerie. De quels éléments disposons-nous ?

  • 50 Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico... », op. cit., p. 67.
  • 51 H. CLEERE et D. CROSSLEY. The Iron Industry of the Weald, Leicester, 1985, p. 106, cité par J.-Fr. (...)
  • 52 Il est délicat de comparer ces données aux résultats obtenus en réduction directe avec soufflerie (...)

17La quantité produite par le four de réduction pourrait constituer un indice de l’usage de la soufflerie hydraulique qui permettrait de traiter, dans des fours de plus grande envergure, davantage de minerai et de charbon. Mais, en ce domaine les inconnues sont d’autant plus nombreuses que l’on ne profite d’aucune donnée archéologique. On ignore la capacité de production d’un four de réduction ; on ignore combien de réductions peuvent être conduites en une semaine, mais on dispose de quelques indications sur la quantité de fer qui peut être livrée au titre de l’amodiation. Ainsi, un acte de 1326 prévoit, pour une mouline à un feu, la livraison hebdomadaire de deux quintaux de fer semi-ouvré, c’est-à-dire en barre, soit 84 kg. Cette masse de fer ne correspond bien évidemment qu’à une partie de la production. On peut déplorer le fait que la documentation ariégeoise n’offre aucun texte permettant de rapporter le loyer à la production totale. Si nous examinons cette donnée à la lumière des travaux de nos collègues paléo-métallurgistes, nous savons que le poids du fer en barre renvoie à une loupe beaucoup plus lourde car, de cette loupe, il ne restera pas l’équivalent en fer après la phase d’épuration. Selon des études récentes menées à partir d’enquêtes ethno-archéologiques, la perte en poids oscille entre 80 % et 50 % en fonction de la qualité de la loupe, c’est-à-dire du pourcentage de scories, de charbons de bois et d’autres impuretés associées au métal50. Quant au poids de la loupe en réduction directe avec soufflerie hydraulique, il est d’autant plus méconnu que l’on ne dispose d’aucune expérimentation archéologique en la matière. Il convient donc de ne pas ignorer un indice anglais livré par une documentation écrite du début du XVe siècle, soit une loupe de 100 kg51. À partir de ces quelques indices, on peut légitimement avancer que les 84 kg de fer à livrer par semaine et pour un unique four de réduction, correspondant au mieux à une production avant affinage de l’ordre de 168 kg et ne représentant qu’une partie de la production hebdomadaire d’une mouline, renvoient à une capacité de production rarement atteinte dans le cadre des expérimentations de réduction avec soufflerie manuelle52. Ils pourraient laisser supposer l’adaptation de la soufflerie hydraulique.

  • 53 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71 ; Arch, nat., JJ 48, no 133, fol. 80-81 ; E. CABIÉ, « F (...)

18L’augmentation de la consommation de charbon, incontestablement supérieure dans un four activé par une soufflerie hydraulique, constitue un indice supplémentaire. Ainsi, n’est-il pas inutile de mentionner, dès à présent, que la diffusion de la mouline dans les vallées de haute Ariège a imposé une redéfinition des droits d’usage sur le bois, redéfinition qui répondait incontestablement à une augmentation des prélèvements. Dans les premiers baux d’implantation de mouline, et pour chacune d’entre elles, la consommation en bois, les conditions d’accès au combustible, sont au cœur des préoccupations des parties, qu’il s’agisse de l’Ariège (1326, Albiès), de la Montagne noire (1312, Lacabarède), des Corbières (1311, Gincla) ou du Roussillon (1314, Prats-de-Mollo)53.

  • 54 S. CAUCANAS, op. cit., p. 202.
  • 55 E. BARALDI, « Pratici (techniciens) et pratiques sidérurgiques dans la zone méditerranéenne entre (...)

19Peut-on pousser plus loin les hypothèses ? Oui, mais en faisant intervenir les sources catalanes. Les baux d’amodiation conservés pour le Roussillon indiquent majoritairement la part de la production totale à livrer par semaine, soit le plus couramment de 1/8e à 1/13e. Exceptionnellement, un bail impose une redevance fixe qui correspond très exactement à celle dont nous disposons pour le haut comté de Foix, soit 2 quintaux par semaine54. Si, d’une façon tout à fait arbitraire, nous rapportons la redevance fixe relevée pour le haut Sabarthès au pourcentage de la production connue pour l’espace catalan, nous obtenons une indication de production hebdomadaire semblable à celle que Sylvie Caucanas propose pour le Roussillon, de l’ordre de 16 à 26 quintaux, c’est-à-dire de 672 à 1 092 kg. Or, cette donnée quantitative se rapproche de ce que nous savons de la production des ferrières génoises de la fin du XVe siècle, forges de réduction directe qui disposent d’une soufflerie hydraulique, soit 110 kg de fer par jour55.

  • 56 B. GILLE, « Le Moyen Âge en Occident », op. cit., p. 513-514. Il faut signaler la mention d’un mol (...)
  • 57 J.-Fr. BELHOSTE, « The origins of direct reduction... », op. cit.
  • 58 Travaux cités par I. ARBIDE ELORZA et J. M. URCELAY URCELAY, « Ferrerías de agua. Primeros dalos s (...)
  • 59 M. SANCHO I PLANAS, Homes, fargues, ferro..., op. cit., p. 204. Cette remarque est réitérée dans u (...)
  • 60 E. BARALDI, « Lessico delle ferriere "catalano-liguri"... », op. cit., p. 120-121.
  • 61 Il faut effectivement préciser l’implantation géographique de cette forge car le terme de « martin (...)
  • 62 J.-Fr. BELHOSTE, « Martinetus et fusina dans la sidérurgie alpine aux XIIIe et XIVe siècles », dan (...)

20Ainsi, peut-on définir la mouline comme une forge de réduction directe munie d’un ou de plusieurs bas fourneaux et utilisant la force hydraulique, incontestablement pour mouvoir le marteau, assurément pour actionner les soufflets à partir du XVe siècle, sans doute dès l’origine de son implantation. Son irruption dans la documentation constitue un indice supplémentaire de l’identification d’une seconde étape innovante dans le domaine de la sidérurgie directe, correspondant à l’irruption de la soufflerie hydraulique. Rappelons-le, dès 1962, Bertrand Gille avait clairement posé la question de l’application de l’hydraulique à la soufflerie. Les premières attestations dont il disposait alors dataient du début du XIVe siècle et concernaient l’Europe du Nord56. Qu’en est-il aujourd’hui ? On doit constater qu’il s’est passé quelque chose autour de 1300. En 1993, Jean-François Belhoste signalait l’émergence de forges aux appellations nouvelles, un « brouillage » du vocabulaire. Il émettait alors l’hypothèse que cette floraison de nouveaux termes illustrait l’usage de la soufflerie hydraulique, constatait que ces forges semblaient répondre à un gonflement de la demande57. Pour nous en tenir au domaine méridional et au procédé de réduction directe, à partir de la première moitié du XIVe siècle, les « moulines » coexistent avec les « ferrières » basques, les « ferrières » du haut Languedoc et celles de Ligurie, les « martinets » du Dauphiné. Que sait-on exactement de leur agencement technique ? La documentation sur la ferreria basque ne permet pas d’émettre un avis catégorique sur l’usage de la soufflerie hydraulique. Tous les travaux consacrés à cette lancinante question proposent toujours la même série de trois documents : trois actes de 1290, 1328 et 1335. Certes, ils prouvent l’implantation de forge hydraulique dès le début du XIVe siècle et sans doute dès la fin du XIIIe siècle. Mais l’usage de l’hydraulique s’applique au marteau comme nous l’avons déjà évoqué. Pour les soufflets, il est simplement supposé, cette supposition ne se fondant sur aucune démonstration58. À propos du sud de l’espace catalan, nous affrontons un semblable vide documentaire : nous ne disposons d’aucune étude susceptible de résoudre ou même de poser le problème de l’application de la soufflerie hydraulique. Les travaux récents se sont exclusivement concentrés sur le martelage hydraulique. Seule Marta Sancho i Planas évoque, à la fin de son ouvrage consacré au travail du fer du IXe au XIIIe siècle, la soufflerie hydraulique et son implantation au XIVe siècle59. Passons à l’espace italien et aux ferrières ligures, objets des travaux approfondis de Enzo Baraldi et Manlio Calegari. Mais là encore, la question de la soufflerie ne rencontre aucune réponse pleinement satisfaisante pour la première moitié du XIVe siècle. Ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XVe siècle qu’un inventaire notarié note la présence des roues dont on sait qu’elles actionnent les soufflets en 149260. Cependant, à cette date, la forge hydraulique semble profiter d’une technique perfectionnée et déjà bien maîtrisée. Ainsi, comme pour la mouline, on ignore si la ferrière ligure use de la soufflerie hydraulique avant que ce mécanisme ne soit attesté par l’écrit, c’est-à-dire au XVe siècle. Quant au martinet du Dauphiné61, si Jean-François Belhoste suppose qu’il associe martelage et soufflerie hydrauliques dès l’origine, il ne dispose d’aucune preuve formelle de la seconde application mais remarque que la production de gros fers en barre suppose l’utilisation concomitante d’un lourd marteau pouvant travailler des masses de fer produites dans des fours dont les plus grandes dimensions imposeraient l’usage de la soufflerie hydraulique62. Au terme de cette recension des travaux disponibles, quelques constatations s’imposent. L’idée émise par Jean-François Belhoste est séduisante. Elle a permis de préciser ce que les historiens des techniques devaient entendre par moulin à fer, de distinguer clairement les deux applications de l’hydraulique et de penser leur chronologie et leur combinaison. Dans Faire technique de la réduction directe, c’est sur la mouline et la ferrière ligure que nous disposons des indices les plus nombreux. Mais incontestablement, les preuves tangibles n’apparaissent qu’à la fin du XVe siècle.

  • 63 C’est le cas, semble-t-il, à Albiès, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Autre cas semblab (...)
  • 64 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Cette organisation de l’espace autour de la mouline es (...)
  • 65 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 9v°-10.

21Dans l’espace de la mouline, il est possible que, jouxtant le lieu de réduction, s’élève un autre atelier. Cette hypothèse peut être émise à partir d’un extrait du bail de la mouline d’Albiès qui précise qu’elle pourra fonctionner « avec ou sans eau ». Certes, nous l’avons déjà énoncé, le fait que le travail sans l’apport de la force hydraulique soit prévu peut être interprété comme un indice de la nouveauté technique mais, il pourrait également renvoyer à un autre atelier, à une forge de transformation qui n’utilise pas forcément l’énergie de l’eau. Par ailleurs, autour de la forge, l’espace peut être reconstitué à l’image de ce que nous savons des moulins à blé qui parfois la jouxtent63. Près de la maison d’habitation, on trouve un jardin, des pâtures nécessaires aux animaux de bât qui assurent le transport des matières premières comme celui des produits ferreux64. On y rencontre aussi, dans le Vicdessos, des ruches qui procurent un complément de revenu et d’alimentation pour les hommes de ces moulines parfois accrochées à l’amont d’un torrent, loin de toute source de ravitaillement65. Bientôt, la frappe puissante du marteau hydraulique envahira l’espace sonore de la haute montagne.

2. Les moulines à l’assaut des torrents ariégeois

22En effet, la mouline trouve très rapidement sa place sur les berges des torrents. Dans le comté de Foix, les cours d’eau équipés sont majoritairement ceux de la rive gauche de l’Ariège, des vallées d’Aston, de Vicdessos, de Saurai et de La Barguillère. Cependant, des moulines sont aussi installées sur la rive droite du réseau hydrographique, aux torrents moins vigoureux : sur la Lauze, l’Oriège et le maigre ruisseau de Labat, ainsi qu’en Couserans, dans les vallées de Massat et d’Ercé.

Un important équipement industriel

La vallée de l’Aston

  • 66 En outre, on ne dispose pas, pour le département de l’Ariège, de dictionnaire topographique.
  • 67 J. BONHÔTE, Forges et forêts dans les Pyrénées ariégeoises. Pour une histoire de l’environnement, (...)
  • 68 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.
  • 69 Sur le cadastre du XIXe siècle. Arch. dép. Ariège, 3 P 531, aucun toponyme ne fait référence à la (...)
  • 70 Sans doute s’agit-il du pont d’Aston qui enjambe au XIVe siècle le torrent du même nom, A. CAZENAV (...)
  • 71 S’agit-il dès cette date de la mouline d’El Galis dont les seules mentions disponibles jusqu’à pré (...)
  • 72 Cette mouline d’Aston, élevée au XIVe siècle, pourrait correspondre à celle amodiée en 1484, Arch. (...)
  • 73 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52. Il s’agit de la mouline dite couramment de Siguei (...)
  • 74 Coordonnées Lambert : lat. nord 42° 44’ 27" ; long, est 1° 39’ 42" ; alt. 750 m.
  • 75 Arch. dép. Ariège, cadastre napoléonien, Aston, section C. dite de Labail.

23Le bassin le plus densément et précocement industrialisé est celui de l’Aston, composé du torrent et des nombreux ruisseaux qui en sont les affluents. De 1326 à 1340, il abrite huit moulines. Leur localisation précise est rarement connue alors que les textes dont nous disposons sont majoritairement des analyses d’actes. En outre, quand nous profitons d’une indication, il est difficile de la rapporter au territoire tant ces noms de lieu n’apparaissent que peu dans les descriptions du haut Sabarthès qu’offrent les dépositions des cathares du pays de Foix. Ils ont, par ailleurs, aujourd’hui disparu de l’usage courant66. À cela s’ajoute que pour le Moyen Âge aucune prospection n’a jamais été programmée sur ce territoire qui a fait l’objet de recherches récentes pour la période moderne et contemporaine67. Dès la première tentative de localisation, nous butons sur les limites de la documentation et pourtant les indications sont exceptionnellement précises en comparaison de celles disponibles sur d’autres sites. Où est la mouline d’Albiès ? L’acte d’amodiation indique qu’elle sera élevée sur le territoire de Bernard de Cortinas68, au bout du pont d’Albiès, confrontant au chemin public. La mouline pourrait avoir été construite dans l’actuel village d’Albiès, c’est-à-dire caput pontis dicti loci de Alveres pour reprendre les termes précis de l’acte, à la confluence du ruisseau de Caychax et de l’Ariège, à l’orée du bois d’Albiès, à la périphérie de la seigneurie de Château-Verdun, proche des gisements de fer69. L’identification du site ne peut cependant déboucher sur une prospection, tant ce lieu a été bouleversé par la création d’une retenue d’eau en relation avec la construction d’une centrale électrique. Pour les autres forges hydrauliques, l’imprécision est de rigueur. Une seconde mouline doit être créée en 1326 sur une pièce de terre en lo loc apeiat Agauti Laugeia. Celles de 1327 s’élèvent à Aygas Caud, au pont de Astlaion70 et à Arbeta. En 1331, c’est à Leguelitz71 qu’une autre est attestée ; au cours de la première moitié du XIVe siècle, à Astlaion même72. Malgré certains indices, aucun de ces lieux n’a pu être clairement identifié. Chacun désigne une parcelle de terre de la vallée d’Aston, proche de l’aygue, de l’eau, ce qui n’a rien pour nous surprendre. Seule la forge hydraulique de Ciguels a pu être localisée avec davantage de précision73. Une forge à la catalane fonctionnait encore en ce lieu à la fin du XVIIIe siècle : son lieu d’implantation est repérable grâce à la conservation du toponyme et à la présence de scories sur la rive gauche de l’Aston74, en aval de la confluence entre ce torrent et le ruisseau de Sirbal, sur le chemin qui mène à la montagne de Gudanes, à 750 m d’altitude75.

La vallée de Vicdessos

  • 76 J. DUVERNOY, op. cit., t. III, p. 285.
  • 77 Ibidem, p. 259. En effet, c’est à Luzenac que Bernard Marty se saisit d’une barre de fer qu’il tra (...)
  • 78 A cette date, certaines des moulines dénombrées sont déclarées abandonnées, sinon ruinées, A. de D (...)
  • 79 Une nouvelle fois le cadastre napoléonien. Arch. dép. Ariège, 3 P 588, ne livre aucun toponyme rel (...)
  • 80 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°.
  • 81 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.
  • 82 Cette mouline est encore inféodée en 1564, E 6, p. 312 et 523 et E 8, fol. 318. Elle est alors dén (...)
  • 83 Le cadastre du XIXe siècle, Arch. dép. Ariège, 3 P 585, ne mentionne aucune mouline. Seule une for (...)

24Paradoxalement, sur le travail du ter en vallée de Vicdessos, nous disposons de peu d’indices. Cependant, pour que la communauté tente de se réserver l’exclusivité du minerai de Sem, il fallait bien que les moulines soient nombreuses à s’y approvisionner. Le libre usage de l’eau accordé dès 1294 et surtout la liberté de transformation du minerai reconnue en 1304 ont permis aux membres de la communauté d’élever des moulines sans attendre une autorisation spécifique du comte de Foix, de sorte que l’une des plus riches vallées sidérurgiques ne livre qu’une documentation écrite décevante et sans doute peu représentative de son activité. Dans la première moitié du XIVe siècle, seules les moulines de Junac sont attestées. Elles sont aux portes de la communauté de Vicdessos et encore cette localisation demeure-t-elle incertaine. En effet, si la famille Marty dont elles dépendent est installée à Junac, nous ignorons le lieu d’implantation des forges76. Outre le fait qu’elles peuvent très bien ne pas être situé à proximité les unes des autres-combien sont-elles ? - les indices disponibles désignent autant Junac que Luzenac77. Ainsi, pour reconstituer le paysage industriel, doit-on faire appel à un document plus tardif, le censier de 1390, puisqu’il paraît probable que les moulines décomptées à la fin du XIVe siècle en vallée de Vicdessos aient été créées durant la période de croissance qui s’essouffle à partir de 136078. Or, trois moulines sont enregistrées par le censier, à Vicdessos79, Auzat et Ournac. Cette dernière pourrait bien correspondre à celle dite de Girent, proche du pont du même nom dont on sait qu’en 1394 elle s’élève sur le chemin d’Ournac80. Quant à celle d’Auzat, on peut l’assimiler à la mouline de Ginier citée dans l’inventaire des archives dressé au milieu du XVe siècle, mais pour laquelle aucune date de construction n’est indiquée81. Cette mouline se dresse encore au XVIe siècle dans le village d’Auzat, au quartier de La Gouerce82. Enfin, à ces moulines de la vallée de Vicdessos, il faut ajouter celle du torrent de Siguer, affluent du Vicdessos, sur la localisation de laquelle nous n’avons aucune indication83.

Les vallées de Saurai et de Rabat

  • 84 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°.
  • 85 Ce hameau est enregistré dans le cadastre ancien. Arch. dép. Ariège, 3 P 579, section F dite de La (...)
  • 86 En effet, le cadastre Arch. dép. Ariège, 3 P 533 ne conserve aucun indice topographique.

25La vallée de Saurat n’est pas équipée avant 1335. À cette date Pierre de Foix et Pierre Sobiran obtiennent du comte de Foix de far molina ferrera ab I foc84. Cette première mouline est construite dans le bois de Besie. Or, il existe encore aujourd’hui un hameau du Besset, traversé par le ruisseau de Ferrère, proche des excavations de surface85. Sur le même ruisseau de Saurat, mais sur l’autre versant du roc de Sédour, s’élève la mouline d’Arignac mentionnée dans le censier en 1390 mais pour laquelle nous n’avons réuni aucun indice de localisation86. À la fin du XIVe siècle, on en dénombre une autre dans la petite vallée proche de La Courbière, à Rabat. Mais, là encore, toute tentative de localisation est demeurée vaine.

Les moulines du comté de Foix, de la seigneurie de Mirepoix et du Couserans première moitié du XIVe siècle

Les moulines du comté de Foix, de la seigneurie de Mirepoix et du Couserans première moitié du XIVe siècle

Les vallées de l’Oriège et de la Lame

  • 87 L’une et l’autre de ces orthographes sont utilisées indifféremment dans les deux copies du XVIIe s (...)
  • 88 J. BONHÔTE, Forges à la catalane et évolution forestière dans les Pyrénées de la Haute-Ariège, pou (...)
  • 89 Arch. dép. Ariège, cadastre d’Orgeix, section B, feuille no 3 (1ère partie).
  • 90 J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et P. DRILLAUD, Inventaire des vestiges de la métallurgie catalane ariég (...)

26En 1336, dans la vallée de l’Oriège, la construction d’une mouline est prévue à Orgeix au bois de la Ravane ou de la Rabene87. Les prospections qu’a pu mener Jérôme Bonhôte, à partir de l’indication du toponyme Tais de La Rabene signalé dans le cadastre du XIXe siècle, n’ont abouti à aucun résultat88. Cependant, en amont des forges modernes, le long du torrent, des parcelles portent encore le nom de Moulinas et celui des Costes de la Moulinas89. Il y aurait donc eu, à l’époque moderne, en val d’Oriège, un glissement des installations sidérurgiques vers l’aval, glissement également perceptible dans d’autres vallées ariégeoises90.

  • 91 Cadastre Ascou, section A, Les Fargues, feuille 1 (1ère et 3e parties), Arch. dép. Ariège 3 P 534.
  • 92 Il est situé au lieu-dit La Mouline : carte 1/25 000e, Ax-les-Thermes, 5-6.
  • 93 J. BONHÔTE, op. cit, p. 41.

27Dans celle de la Lauze, à Ascou, le censier de 1390 atteste bien l’implantation d’une forge hydraulique. Si le cadastre fournit quelques indications relatives à 1 activité sidérurgique, elles sont malheureusement indatables : sur le ruisseau de Leycherque qui se jette dans la Lauze en amont du village d’Ascou, on note une parcelle dite de La Mouline91 ; encore aujourd hui, sur la rive droite de la Lauze, un crassier en forme de dôme évidé reste visible92. Sans doute la réduction du fer est-elle fort ancienne dans la vallée. En effet, à partir des indications fournies par Jules François au XIXe siècle, Jérôme Bonhôte a découvert au Pas de la Coumail et dans ses environs, en forêt et éloignées de tout cours d’eau, des excavations de surfaces associées à des scories93.

La vallée de l’Ariège

  • 94 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.
  • 95 J. DUVERNOY, Le registre..., op. cit., t. III, p. 259.
  • 96 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5 ; Arch. dép. Ariège, 3 P 558.
  • 97 Le cadastre 3 P 570 ne conserve aucune indication de mouline. Cependant, sur la section B dite du (...)

28En 1336, il y avait également une mouline à Luzenac puisque Pierre de Mans qui s’engage à construire la mouline d’Orgeix travaille dans celle de Luzenac94. L’implantation de cette forge hydraulique pourrait alors dater d’une trentaine d’années. Rappelons, en effet, que dans sa déposition devant Jacques Fournier, Bernard Marty raconte comment il a quitté le village de Junac pour se rendre à Luzenac. Il s’y saisit d’une barre de fer qui pourrait avoir été fabriquée sur place95. Ajoutons qu’en 1404, une mouline est implantée à Sortadel (aujourd’hui Sourtadeil), hameau de Luzenac, sans doute sur le ruisseau de Labail96. Comme dans le cas de la mouline d’Albiès, c’est sur les berges d’un affluent de l’Ariège que la forge hydraulique a pris place. En revanche, on ne dispose d’aucun indice sur l’origine comme sur l’emplacement de la mouline de Perles qui, en 1390, déclarée vacat, dépend des biens de Saint-Volusien de Foix97.

La vallée de l’Arget et les autres vallées

  • 98 Arch. dép. Ariège, I E suppl. AAI, fol. 127.
  • 99 1390, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 78, note 8 ; 1446, Arch. dép. Ariè (...)
  • 100 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 132 ; Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53v° ; Ar (...)
  • 101 Sur le ruisseau de Labat, au XIXe siècle, est encore implanté le martinet de Langlade, Arch. dép. (...)
  • 102 La parcelle de Saint-Antoine, sur la berge droite de l’Ariège, apparaît sur le cadastre 3 P 578, s (...)
  • 103 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

29Ce n’est qu’en 1349 que, dans la vallée de La Barguillière, le comte de Foix autorise la construction de la mouline d’Andronne sur l’Arget98. Le censier de 1390 et le registre de la Réformation de 1446 permettent de préciser la localisation de cette mouline. Elle aurait été implantée dans le village de Serres, al loc dit à Bordenac, c’est-à-dire sur la rive droite du ruisseau, en face de l’actuel lieu-dit La Mouline99. À cette ultime mention, il faut ajouter d’autres moulines, pour lesquelles nous disposons d’informations encore plus sommaires : celle de Langlade, connue à partir de 1390, grâce au censier, à laquelle s’ajoutent celles de Montferrier et des vallées de Massat et d’Ercé100. La première est sans doute localisée dès le Moyen Âge sur le ruisseau de Labat, dans Factuelle commune de Saint-Paul-de-Jarrat101. C’est dans ses environs, à Saint-Antoine, que l’abbaye de Lézat avait prévu d’élever une forge en 1308102. On ignore si ce projet a été mis en œuvre. On peut néanmoins supposer que la forge hydraulique de Langlade, comme celles indiquées par le censier à Vicdessos, Rabat et Ascou, était déjà en place avant la récession des années 1360. Quant à la mouline de Montferrier, elle est connue grâce à son ferrer, Pierre de Sober Gleyza qui, en 1327, demeure dans la mouline d’Arbeta, en vallée d’Aston103. Pour le Couserans, nous ignorons même le nombre des moulines installées. Néanmoins des forges hydrauliques fonctionnent sur les torrents du Garbet et de l’Arac, au milieu du XIVe siècle.

  • 104 Il est possible qu’au XIVe siècle, la périphérie de la ville de Foix abrite aussi des moulines, Ar (...)
  • 105 S. CAUCANAS, op. cit., p. 198-202.

30Au total, en remontant la vallée de l’Ariège du confluent de l’Arget à celui de l’Orgeix, on dénombre au milieu du XIVe siècle plus de vingt-cinq moulines104. A titre de comparaison, le Roussillon, autre grande région de réduction du fer durant la première moitié du XIVe siècle, rassemble moins de dix forges hydrauliques avant 1366105. Ce résultat impose le haut Sabarthès comme une très puissante région sidérurgique.

Quelle logique d’implantation ?

  • 106 E. CABIÉ, « Forges ou moulins à fer de la Montagne noire du XIIIe au XVIIIe siècles », op. cit., p (...)
  • 107 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAl, fol. 127 ; G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 57, 66, 84 et 92 (...)
  • 108 R. FAWTIER, Comptes royaux..., op. cit., p. 562-565. C. VERNA, « Medieval Coalmining in the Seigne (...)
  • 109 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 110 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9 ; Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fo (...)
  • 111 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52. Il semble bien, mais l’analyse n’est pas datée, q (...)
  • 112 Ferrerius : il est clairement distingué du faber dans la charte de 1294 (n. st.) et associé au gro (...)
  • 113 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.
  • 114 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 115 À l’époque moderne le mot « ferrier » est traditionnellement associé à celui de marchand, marchand (...)

31L’innovation est apparue dans le haut Sabarthès, aux portes de la communauté de Vicdessos, à Junac ou Luzenac (vers 1300) et dans la seigneurie de Château-Verdun (Albiès, 1326). C’est à partir de ces deux zones qu’elle s’est diffusée. La chronologie des créations suggère un équipement par étape, de vallée en vallée : vallées de Vicdessos et d’Aston, puis de Saurat, d’Orgeix et de l’Arget. En effet, les habitants des deux vallées initiatrices s’imposent comme vecteurs de la modernisation quand, en 1335, parmi les hommes qui s’engagent à construire la mouline de la vallée de Saurat, l’un est originaire de Château-Verdun et l’autre de Niaux. La primauté de la vallée de l’Aston, comme de celle de Vicdessos, résulte d’une convergence de facteurs favorables d’ordre géologique, politique et économique. Sans aucun doute, les mines de qualité exceptionnelle, anciennement exploitées et près desquelles s’élevaient des forges à bras, ont déterminé un foyer géographique préparé culturellement à l’innovation. Cette ancienneté du travail du fer, conséquence des richesses minérales, fut relayée par la volonté seigneuriale. Sans l’autorisation du comte de Foix, sans celle des Arnaud, co-seigneurs de Château-Verdun, l’innovation aurait sans doute mis plus de temps à s’imposer. Le bail de la mouline d’Albiès éclaire l’importance des concessions qui accompagnaient l’autorisation d’élever une mouline : droit au charbon, à l’eau, accès libre au minerai sur l’ensemble de la seigneurie de Château-Verdun. Le comte de Foix a rendu possible l’équipement de la vallée de Vicdessos, de Saurat et de celles de l’Arget, de Siguer, peut-être de celle d’Ascou. Les autorisations qu’il délivre pour l’installation des moulines participent d’une politique d’accompagnement sinon d’encouragement à l’innovation que nous analyserons ultérieurement mais qui est également pratiquée par le roi de France en Montagne noire106. Enfin, des hommes suffisamment riches, originaires du comté ou de régions proches, ont voulu tenter l’aventure de l’innovation. Au moment où s’épanouissait la croissance économique, ils ont dégagé le capital nécessaire à la création des moulines. La majorité d’entre eux est domiciliée dans les villages proches du lieu d’édification de la forge hydraulique, Château-Verdun, Niaux, Luzenac. Certains peuvent être originaires des bourgades de la plaine. C’est le cas de Jacques de Ponte de Pamiers, de Jean Pachau, habitant de Saverdun. Il nous a été impossible de préciser la situation de fortune de la plupart des maîtres de mouline, c’est-à-dire de ceux qui les font élever à leur frais. Seule exception significative : Maître Guilhem Arriga, notaire, consul de Foix, responsable de la construction de la mouline d’Andronne, que sa profession et ses fonctions municipales désignent comme un notable107. Il est probable que la majorité des autres maîtres de mouline fut de fortune beaucoup plus modeste. Certains sont obligés de se regrouper pour honorer les conditions de leur bail et forment des entreprises où les profits de chacun sont calculés à partir de la mise initiale. Ainsi, la mouline d’Albiès est construite et gérée par trois hommes dont les deux frères Foressi et Jacques de Ponte ; une située à Saurai l’est par Guilhem de Mans et les siens ; une autre, toujours à Saurat, par Pierre de Foix et Pierre Sobiran. Cette forme d’entreprise est courante. On la retrouve dans la Montagne noire où les moulines sont élevées et gérées par des associés et, plus généralement, dans le secteur minier108. Elle peut bien évidemment résulter de la volonté de diviser les risques dans une entreprise nouvelle et aléatoire. Mais elle découle aussi du coût de la mouline, qui pourrait paraître modeste à la lecture du bail d’Albiès décrivant les composantes de la nouvelle installation hydraulique, mais qui rapporté à l’économie du haut Sabarthès, correspond à un fort investissement. Pourtant, se dessine dès les premiers temps un phénomène de concentration entre les mains de certains. La famille Marty, rappelons-le, possède plusieurs moulines. Jean Pachau obtient en 1331, tout à la fois le droit de construire la mouline de Leguelitz et d’ouvrir une mine à Garda Lop, sans doute nécessaire à son approvisionnement109. La famille de Mans est à la tête de deux forges hydrauliques, Guilhem en tient une à Aston durant la première moitié du XIVe siècle, alors que Pierre édifie celle d’Orgeix en 1336110 Pierre de Foix qui crée une mouline à Saurai en 1335, tient également celle de Ciguels en 1340111. Pour le XIVe siècle, on ignore si la majorité de ces hommes participe activement à la production, s’ils sont ces ferrerii, ferra ri i et ferratarii qui réduisent le fer ou s’ils ont simplement placé là leurs capitaux112. En tout cas, l’un d’entre eux, Pierre de Mans, est déjà, ferrier de la mouline de Luzenac quand il reçoit l’autorisation d’élever celle d’Orgeix113. De même, Pierre de Sober Gleyza ferrer de Montferrier prend en charge la mouline d’Arbeta, en vallée d’Aston114. Si la définition du terme ferrer est encore imprécise, cet homme travaille toutefois dans le domaine du fer, qu’il soit forgeur ou marchand de fer115.

  • 116 Pour l’Aston 0,8 m3/s, M. SÉBASTIEN, Rivières d’Ariège. Eaux et inondations, Foix, 1985, p. 73.
  • 117 Fr. TAILLEFER, « Le Vicdessos, étude géographique », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Oue (...)
  • 118 Aux XVIIIe et XIXe siècles, les forges à la catalane ne travaillent pas plus de dix mois, par manq (...)
  • 119 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 120 Durant ces deux mois, l’Aston atteint un débit de 6,4 à 4,6 m3/s et l’Arget, à Foix, de 4,04 m3/s, (...)
  • 121 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 122 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.
  • 123 C’est encore le cas à l’époque moderne. Ainsi, en 1576, une mouline est installée sur « le ruissea (...)

32Ainsi, proximité de la mine, volonté politique, pouvoir économique se combinent et constituent des facteurs essentiels de localisation, heureusement complétés par l’abondance des ressources énergétiques en bois et en eau. Il faut, en effet, dans ces zones de haute montagne toujours soumises au délicat problème du transport, que l’approvisionnement en charbon de bois puisse s’effectuer sur place. Or, le bois, comme nous le verrons, parce qu’il a été au cœur des préoccupations comtales, ne fait pas défaut avant la fin du Moyen Âge. La vallée de l’Aston comme celles de Vicdessos et de Siguer peuvent ajouter à la liste de leurs atouts le débit vigoureux de leurs torrents alimentés par les eaux de neige. Si la rétention nivale réduit leur débit de janvier à mars, il est encore suffisant pour faire fonctionner les roues des moulins116. Au contraire durant l’étiage d’été, le volume d’eau disponible est parfois très faible, particulièrement dans la vallée de Vicdessos117. Il est possible que les moulines aient alors à interrompre leur activité118. Le bail de la mouline d’Albiès prévoit d’ailleurs que la forge puisse fonctionner sans eau, celui de la mouline d’Arbeta à Château-Verdun précise que les amodiataires n’ont pas à payer leur redevance en cas de sequera119. Il faut craindre, en revanche, les hautes eaux de printemps, surtout de mai à juin, aussi bien pour les ruisseaux de haute que de moyenne montagne120. Toujours dans le bail de la forge d’Arbeta, située sur le ruisseau d’Aston, dont les eaux sont sans aucun doute les plus violentes au moment de la fonte des neiges, un arrêt du travail en cas de habundansia d’aigua est envisagé121. De même, le bail de la mouline d’Albiès prévoit une interruption du versement des loyers si la chaussée était détruite122. Cette crainte que l’on a de voir se rompre le barrage de bois ou la roue du moulin explique que l’Ariège soit si peu équipée et les moulines parfois implantées sur de plus modestes cours d’eau, comme le Caychax (Albiès), l’Eycherque (Ascou) et le Labat (Langlade)123.

  • 124 Le cas ariégeois n’a rien d’exceptionnel. Nous disposons avec le torrent comtois du Hérisson d’un (...)
  • 125 En outre, certains folios du rôle des feux de 1390 sont manquants, déchirés ou illisibles dès l’ép (...)
  • 126 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 37-38.

33Face à une telle concentration de forges hydrauliques, il a fallu veiller à l’organisation de l’espace. Ces torrents constituent, en effet, l’axe de véritables zones industrielles124. Près de la mouline d’Andronne, sur l’Arget s’élèvent au moins un moulin ressec, c’est-à-dire un moulin à scier, et un moulin drapier. La nature des sources dont nous disposons a rendu impossible le dénombrement des moulins à blé, souvent associés à la mouline, comme nous le voyons dans l’acte conservé pour Albiès. Nous disposons cependant d’un recensement tardif, celui que nous offre le rôle des feux du comté en 1390. À cette date, il y aurait deux moulins à blé sur le cours de l’Aston, huit sur celui du ruisseau de Vicdessos, deux sur le cours de l’Arget. On peut présumer que la densité des installations devait être bien plus élevée au milieu du XIVe siècle, avant la récession des années 1360125. N’oublions pas qu’en 1369, le comte est obligé d’imposer la réduction du nombre des moulins à scier sur le ruisseau du Vicdessos126. Ainsi, n’est-ce pas un hasard si la mouline de Ciguels, la dernière création de ce siècle en vallée d’Aston, est localisée en altitude, loin des bourgs d’Aston et de Verdun, loin des mines également. Sans doute, l’approvisionnement en charbon de bois conditionne-t-il cet éloignement. Mais il a également fallu lui trouver une place sur les rives industrialisées du torrent que les moulins à blé et les scieries occupaient aussi.

3. Les premiers temps de la diffusion de la mouline dans les espaces languedociens

La primauté de la Montagne noire

34Si les forges hydrauliques se multiplient au début du XIVe siècle dans le comté de Foix et ses marges, elles s’implantent aussi dans les espaces environnants. C’est à partir des années 1310 que les témoignages affluent. Les régions pour lesquelles ils s’avèrent les plus nombreux sont la Montagne noire, le Roussillon et les Corbières.

  • 127 R.-H. BAUTIER, « Notes sur le commerce... », op. cit., p. 13.
  • 128 R. FAWTIER, Comptes royaux..., op. cit., p. 562-565.
  • 129 Ginclar : commune de Gincla, département de l’Aude, arrondissement de Limoux, canton d’Axat. Rupef (...)
  • 130 Foresta de Angulis : commune d’Anglès, département du Tarn, arrondissement de Castres. À propos de (...)
  • 131 Pontus de Larno : commune du Pont-de-Larn. département du Tarn, arrondissement de Castres, canton (...)
  • 132 Foresta de Nerbonesia : sur le territoire de la commune de Lacabarède, canton de Saint-Amans-Soult (...)
  • 133 E. CABIÉ, « Forges ou moulins à fer... », op. cit., p. 241 et 246.
  • 134 Fraxinis : commune de Fraisse-Cabardès, dans le département de l’Aude, arrondissement de Carcasson (...)
  • 135 Arch. dép. Aude, H 393 ; texte édité par J. GUIRAUD, Cartulaire de N-D de Prouille, Paris, 1907, p (...)

35Le cas de la Montagne noire est vivement éclairé au début du XIVe siècle. L’administration royale a, en effet, entrepris à partir de 1311 de faire procéder par les Maîtres des forêts à l’adjudication aux enchères du droit de construire des moulines à fer127. Pour les sénéchaussées de Carcassonne et de Toulouse, a été conservé le compte de Bertaud de Borret et de Jean Pilet qui s’échelonne de juin 1312 à juin 1313128. Dans ce document, limité à une seule année, on dénombre déjà douze moulines. Si deux d’entre elles s’élèvent à la limite des Corbières, l’une à Gincla, l’autre à Roquefort-de-Sault129, c’est dans la Montagne noire que se concentre le groupe le plus étoffé de ces forges hydrauliques. Sur son versant nord, on en compte au moins quatre en forêt des Angles130, quatre sur les rives de Larn131, deux en forêt Narbonnaise, c’est-à-dire à Lacabarède132. Une de ces moulines avait été élevée un an plus tôt, en 1312, sur le ruisseau de Candesoubre, très exactement au Pas de Lespinace133. Au sud, deux autres sont implantées dans le Cabardès, dont une sans doute à Saint-Denis134. Trois ans plus tard, encore à Saint-Denis, deux à trois moulines sont installées sur le ruisseau de l’Alsau135. Au total, avant 1320, ce sont au moins quatorze moulines qui battent ainsi le fer entre Castres et Carcassonne.

  • 136 E. CABIÉ, op. cit., p. 240. Le texte est une analyse du XVIe siècle. Elle mentionne une « moline a (...)
  • 137 Arch. nat. JJ 48, fol. 80-81.
  • 138 S. CAUCANAS, « Les premières mentions de moulins en Roussillon », dans Études roussillonnaises off (...)
  • 139 S. CAUCANAS, Moulins et irrigation..., op. cit., p. 198-202, 376-377.
  • 140 R. FAWTIER et F. MAILLARD, Comptes royaux (1314-1328), 1.1, P· 266 ; une molina ferrea est acensée (...)
  • 141 Pour le Quercy, voir J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 405 ; J. BOUSQUET, « Mines et tr (...)
  • 142 Elles nous sont connues grâce à une mention tardive de 1382, F. PÉRISSE, « La coutume d’Aspet », o (...)

36Or, une partie des moulines acensées par les Maîtres des forêts n’est pas de création récente comme le prouvent les baux à nouveau fief conclus pour celles des rives de Larn, de la forêt des Angles, de la forêt Narbonnaise. Le document distingue effectivement la mouline facta de novo de celle acensata de novo. La mouline du Pas de Lespinace est d’ailleurs signalée ainsi : molinam ferream de novo faciendam. Par ailleurs, cette région profite de l’innovation dès la fin du XIIIe siècle puisqu’à Escoussens une mouline est construite en 1283136. Plus au sud, le compte des Maîtres des forêts mentionne les moulines de Gincla et de Roquefort-de-Sault, dans les Corbières. Celle de Gincla apparaît dans la documentation dès juillet 1311137. Au même moment, les sources du Roussillon s’enrichissent de l’acte de construction de la mouline de Prats-de-Mollo, élevée en 1314 dans le Vallespir138. La seconde autorisation de construction date de 1321. Elle concerne deux moulines implantées dans le bois de Sant-Guillem de Combret (Le Tech). En 1323, une quatrième mouline est implantée à Formiguières139. Incontestablement, le phénomène de diffusion de l’innovation connaît alors une accélération. À partir des années vingt, l’équipement ariégeois se fait plus dense. C’est au même moment que les témoignages s’élargissent à d’autres régions, le Toulousain (1324)140, le Quercy (1329) et sans doute le Rouergue141. Plus vers l’ouest, l’espace de la mouline semble se clore avec les moulines d’Aspet142.

  • 143 On ne peut, en effet, retenir les mentions antérieures proposées parfois pour les premières années (...)
  • 144 Les fouilles des Martys ont prouvé l’ancienneté du travail du fer dans cette région, J.-E. GUILBAU (...)
  • 145 Ph. BERNARDI, « De la forme nouvelle aux nouvelles applications de la forme : une brève histoire d (...)

37Que retenir de toutes ces mentions ? Du Quercy au Roussillon, la mouline s’est diffusée vigoureusement à partir du premier quart du XIVe siècle. Si cette constatation s’impose, il est beaucoup plus difficile d’établir une filiation, d’enregistrer le glissement de l’innovation d’une région à l’autre. Ce qui nous apparaît est bien davantage un phénomène concomitant de surgissement de l’innovation de l’Albigeois aux Pyrénées qu’un cheminement d’une zone à l’autre. Néanmoins, dans l’état actuel de la recherche, l’antériorité chronologique de la Montagne noire est incontestable. L’acte le plus ancien attestant de l’implantation de la mouline la désigne, sans ambiguïté : en 1283, la mouline apparaît à Escoussens143. Il n’est pas inutile de rappeler que la Montagne noire a abrité une importante activité sidérurgique dès l’époque gallo-romaine144. Le moment « initial », pour reprendre une expression de Philippe Bernardi145, le surgissement de l’innovation, correspondrait à ce que l’on peut désigner comme une culture du territoire.

Les moulines répertoriées à l’est du comté de Foix XIIIe - début XIVe siècle

Les moulines répertoriées à l’est du comté de Foix XIIIe - début XIVe siècle
  • 146 On retrouve la forme albejes, albigeois, dans le registre de Jacques Fournier.
  • 147 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.
  • 148 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Il existe aussi un Saint-Denis dans la région de Catus (...)
  • 149 J. DUVERNOY, « La journée de marche des Ariégeois vers 1300 », dans Du Couserans au gave de Pau. T (...)
  • 150 R. FAWTIER, op. cit., p. 563.
  • 151 Encore en 1390, la famille Clergue est exclusivement recensée à Montaillou, A. de DUFAU DE MALUQUE (...)
  • 152 Pour l’hivernage, les troupeaux de moutons descendent vers les contreforts des Pyrénées, en Laurag (...)
  • 153 Arch. dcp. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.
  • 154 Arch. dép. Aricge, E 7, p. 249 ; E 9, p. 22 ; Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 341-342. Le docum (...)

38Or, on se doit d’envisager un transfert de l’innovation de la Montagne noire vers le Sabarthès. Cette hypothèse ne s’appuie pas sur une simple confrontation chronologique des actes, élément insuffisant pour établir une filiation quelconque. Elle résulte d’une étude sur l’origine géographique des maîtres de mouline, ceux-là mêmes qui vont effectivement faire élever cette nouvelle génération de forges en haute Ariège. Dans la première moitié du XIVe siècle, deux maîtres de mouline semblent avoir conservé des liens avec l’Albigeois : en 1326, Raimond dit de Albeges146, installé à Château-Verdun, où il élève une mouline ; à la même période, Guilhem de Mans d’Albi qui amodie celle de la vallée d’Aston147. Beaucoup plus intéressant, un des preneurs de la mouline d’Albiès, dont il faut rappeler qu’elle est sans doute parmi les plus anciennes du haut Sabarthès, est originaire de Saint-Denis. S’agit-il du bourg du Cabardès où, dès 1316, l’innovation est attestée148 ? Cependant, ces relations ne sont pas unilatérales. Il est difficile de les schématiser alors qu’elles se présentent comme un véritable tourbillon dans une période où les hommes n’hésitent pas à parcourir de longues distances149. Dès lors, il n’est nullement surprenant de voir, dans le compte des Maîtres des forêts, se proposer comme amodiataires d’une des moulines de Larn, dans la Montagne noire, Jourdain, Bernard et Henri Clergue et Pierre de Laramade150. Au XIVe siècle, les Clergue sont exclusivement recensés à Montaillou, village que cette famille domine et où effectivement on dénombre deux individus prénommés Bernard dont le fameux bayle de Montaillou151. Leur compagnon vient du haut Sabarthès, du bourg de Laramade, porte de la communauté de Vicdessos où la mutation technique s’est imposée depuis une dizaine d’années. Il ne fait aucun doute que les relations nouées entre ces deux espaces se compliquent d’autres apports que ceux visibles à partir de l’observatoire des techniques. En effet, si les forgerons transitent d’une région à l’autre, ils empruntent le chemin suivi traditionnellement par les bergers152. D’autres exemples nous détournent d’ailleurs de cette unique filiation géographique et attestent de liens entretenus avec la Catalogne. Ainsi, parmi les constructeurs des moulines de Château-Verdun, se trouve un homme originaire de Gérone153. Encore en 1369, c’est un homme du Vicdessos qui obtiendra l’autorisation comtale de construire une mouline dans le Pallars154. Cependant, incontestablement, la relation la plus vivement éclairée par les sources n’en demeure pas moins celle qui lie le haut Sabarthès et la Montagne noire.

Les cathares, vecteurs de l’innovation ?

  • 155 A. CAZENAVE, « Les cathares en Catalogne et Sabarthès d’après les registres d’inquisition... », op (...)
  • 156 J. DUVERNOY, Le catharisme : l’histoire des cathares, Toulouse, 1979, p. 321-333.
  • 157 A. CAZENAVE, « Les cathares... », op. cit., p. 402-419.
  • 158 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. I, p. 197.
  • 159 A. PALES GOBILLIARD, L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis et les cathares du comté de Paris, Foix (1308- (...)
  • 160 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. II, p. 456. On ignore son degré de parenté (...)
  • 161 A. PALES GOBILLIARD, op. cit., p. 108.
  • 162 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. III, p. 285.
  • 163 Ibidem, p. 259-285.
  • 164 De très nombreux exemples dans A. PALES GOBILLIARD, op. cit.

39Le glissement géographique d’une technique d’un espace à l’autre, recoupe, à la fin du XIIIe siècle et dans les premières années du XIVe, une autre migration, celle des cathares. Les régions languedociennes où se concentrent les moulines dès la fin du XIIIe siècle correspondent au domaine prépondérant du catharisme, qui du Plantaurel et des Corbières vers l’Aveyron, englobe la Montagne noire et l’Albigeois. À partir de 1244, les cathares du Lauragais fuyant devant l’Inquisition se replient d’abord vers le Fenouillèdes, le Razès et le Pays-de-Sault puis vers les montagnes du comté de Foix d’où ils partent pour le Castelbon ou bien la Lombardie155. Cinquante ans plus tard, c’est à partir du Sabarthès que Pierre et Guilhem Authié entreprendront la reconquête, certes vouée à l’échec, de l’Église cathare156. Or, le milieu des maîtres de mouline et de ceux qui encouragent leur implantation est souvent proche des parfaits. Parmi les exemples les plus significatifs, les Château-Verdun, compagnons du comte de Foix et les premiers à équiper en moulines leur seigneurie, communient dans l’hérésie et comptent jusqu’à cinq générations de cathares. Beaucoup font le voyage vers Montségur, d’autres meurent sur le bûcher, certains fuient au-delà du royaume. Le lignage soutient ceux qui se cachent dans les maisons amies si nombreuses encore dans la seconde moitié du XIIIe siècle à Château-Verdun, Aston et Rabat157. Les Barre, dont dépendent la baylie et la châtellenie d’Ax et qui participent activement à l’équipement sidérurgique dès le début du XIVe siècle, sont parmi les premiers à être touchés par le catharisme158. Parmi les cathares en fuite, on trouve Bernard Servel, originaire de Tarascon et installé à Lérida, qui y exerce le métier de forgeron (faber). C’est en sa compagnie que le parfait Bélibaste, qui se déclare son ami, martèle le fer. Il est aussi très intime avec les Authié dont il est parent159. D’ailleurs Arnaud Authié, installé en Capcir, est qualifié de faber ferrarius160. R. Sutra, faber, rencontre les Authié à Tarascon où il les adore161. Nous disposons de davantage d’informations sur la famille Marty. Elle détient plusieurs forges hydrauliques dans le haut Sabarthès et il semble bien que les deux frères de Bernard, Arnaud et Guilhem Marty, gèrent les forges et y travaillent162. Or, cathares, ils n’hésitent pas à loger Pierre et Guilhem Authié lors de leur retour dans le Sabarthès, après leur fuite en Lombardie163. Les frères Marty sont aussi les passeurs des Authié164. Craignant alors d’être arrêtés par les inquisiteurs, ils décident de quitter Junac pour se rendre à Toulouse. Ils vont, eux aussi, prendre part à ces vastes pérégrinations qui conduisent les cathares du comté loin de leurs montagnes et vers le bûcher où périra d’ailleurs Arnaud Marty. Comme beaucoup de ceux du pays de Foix, on peut imaginer qu’ils ont des contacts avec les cathares des autres foyers de résistance ranimés par les Authié, entre Razès et Lauragais. En effet, le haut Sabarthès est le dernier refuge, une étape de plus en plus courte car de plus en plus menacée pour ceux qui ne peuvent même plus fuir vers la Catalogne. Par-delà une communauté de foi, ces espaces entretiennent des liens culturels qui ont pu faire une place à la technique. Le repli des cathares dans le haut Sabarthès se serait accompagné d’une diffusion des connaissances et des pratiques dont l’hydraulique appliquée au travail de la forge constituerait un des apports fondamentaux pour l’économie du comté.

4. Barres de fer et acier naturel : la production des moulines

Davantage de fer...

  • 165 Les deux quintaux à livrer par semaine apparaissent dans les baux de deux moulines, celle d’Albiès (...)

40Quelle est la capacité de production d’un foc ? À quel produit aboutit le forgeur après réduction du minerai et cinglage de la loupe sous le marteau hydraulique ? Quel est le niveau de finition de l’objet délivré par la mouline ? Les sources ne permettent pas de répondre de façon pleinement satisfaisante à toutes ces questions. Cependant, l’ouverture du marché du fer laisse supposer que la mouline produit davantage que le bas fourneau qui l’a précédée. Certes, cette croissance de la production pourrait correspondre à la multiplication des moulines comme à celle des focs dans chaque unité de production. Mais on doit aussi envisager que chacun de ces focs puisse livrer davantage de fer qu’un bas foyer sans soufflerie hydraulique. À partir des redevances à verser chaque semaine, nous avons déjà indiqué que nous pouvions légitimement concevoir une production hebdomadaire et régulière de fer oscillant entre 672 et 1 092 kg165. En outre, avec le bail d’Albiès qui mentionne que l’on pourra travailler de jour comme de nuit, il est tentant de restituer une production en continu, attestée pour les siècles postérieurs, avec la forge à la catalane.

  • 166 Dans sa déposition auprès de Jacques Fournier, Bernard Marty, frère de maîtres de mouline, établit (...)
  • 167 Virga ferrea : acte de 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Dans une analyse (...)
  • 168 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127. Scapolones peut être traduit par barres de fer ou mo (...)
  • 169 Arch. mun. de Narbonne, CC 2423.
  • 170 Il s’agit de la traduction française d’un acte sans doute originellement rédige en latin, Arch. dé (...)
  • 171 Bail d’amodiation de la mouline d’Albiès en 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66 (...)

41Toujours à partir des versements que l’amodiataire doit fournir au propriétaire de la mouline, on sait que la forge hydraulique produit du fer en barre : en barre ronde, barra ferri rotonda, mais aussi des marlana ferri, merlaria et des merlais, c’est-à-dire des barres de fer plates dont on sait qu’elles peuvent peser 84 kg166, des virgae ferreae, virgae platae ou « fer de vergue », autrement dit des tiges, des verges en fer, donc des productions plus légères dont certaines sont plates167, des scapolones pro vomeribus, des scapolones vomorum et ligonum, soit des morceaux de fer, des ébauches pour fabriquer des socs et des houes168. Les moulines du comté produisent également du fer en plaque, plata. Mais on ne le voit apparaître qu’au début du XVe siècle et dans le cadre de son exportation, sur le port de Narbonne169. 11 est parfois précisé que ce fer doit être « bon et marchant et suffisant »170 ; duos quintallos boni, pulcri, marchantis et bene recipientis ferri in virga ferrea171. Toutes ces appellations, si elles nous renseignent sur la présentation du produit, sur sa forme marchande, ne nous permettent pas d’approcher sa qualité. Il faut interroger les registres de notaire conservés pour le Vicdessos, à partir du XVIe siècle. Dans un acte de 1533, le fer verga y est clairement distingué du fer « fort » c’est-à-dire, nous y reviendrons, un fer davantage carburé avec lequel il peut être mélangé pour obtenir du fer terssat. Le fer verga ou en verge, pourrait être constitué de fer doux. Mais il est possible que certains de ces produits, de ces barres, soient aussi constitués d’un fer plus hétérogène, plus ou moins carburé, l’une des caractéristiques de la production du haut Sabarthès à l’époque moderne. Cela n’aurait rien pour nous surprendre car, dès le Moyen Âge, la vallée de Vicdessos produit aussi de l’acier naturel.

... et de l’acier naturel

Une nécessaire étude de vocabulaire

  • 172 Arch. mun. de Toulouse, HH 66, fol. 262.

42Un texte de 1373, statut des rasoriers de la ville de Toulouse, renouvelle nos connaissances sur la production de l’acier naturel au cours du Moyen Âge172. En effet, les membres de ce corps de métier, à partir d’un fer vocatum merlar, produisent du calibem sive merlarum emeratum dont ils font les rasoirs. Or, la minutieuse étude de vocabulaire qu’il a fallu nécessairement mener à partir de ce texte par confrontation avec d’autres sources, a permis de compléter une enquête ouverte par les archéologues et les paléométallurgistes. Si ce document confirme un certain nombre des hypothèses qu’ils avaient pu formuler à partir d’enquêtes ethnographiques, d’expérimentations complétées par la lecture attentive des ouvrages des ingénieurs des Mines du XIXe siècle, il renouvelle et enrichit le débat sur les conditions d’élaboration de l’acier en réduction directe.

  • 173 BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.
  • 174 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.
  • 175 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

43À l’origine de notre enquête sur les mots, il fallait éclairer le sens des termes merlaria ou plus rarement marlaria, (exclusivement à l’accusatif pluriel), qui apparaissent dans la documentation consacrée à la vallée de Vicdessos et sur lesquels nous butions comme beaucoup de nos prédécesseurs. C’est à la fin du XIIIe siècle que les merlaria apparaissent dans la documentation : en 1284, leur exportation hors du Sabarthès est interdite173. En 1294, il est prouvé que la vallée de Vicdessos en produit. Ce terme est inscrit dans la charte fondatrice de la communauté qui obtient le droit d’exporter le fer, transire ferrum, au-delà des ports en acquittant la leude, cependant que l’échange des merlaria demeure libre mais exclusivement à l’intérieur de la vallée174. En 1304, lors du renouvellement des privilèges, la communauté peut extraire librement le minerai pour en faire des merlaria : de dicta petra merlaria facere175.

  • 176 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 30.
  • 177 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 33.
  • 178 Pourtant, celte traduction est proposée dans l’analyse qui introduit le texte de 1284 dans la copi (...)

44Depuis le XVIIe siècle, la traduction de ces termes a toujours posé problème aux érudits. Le comble de la confusion règne au XIXe siècle quand un copiste décide de transcrire merlaria par mercaeria aussi bien dans l’acte de 1294 que dans celui de 1304. Si la plus ancienne des chartes conserve un sens : possint vendere alii homini ejusdem vallis Dessos mercaeria sua, celui de 1304 se trouble : de dicta petra mercaeria facere176. La confusion est nourrie par une dernière traduction où le terme minerai est biffé pour être remplacé par « marchandise »177. À la simple lecture de l’original des chartes de privilèges, il apparaît que le mot merlaria ne peut pas se confondre avec celui de minerai et n’est pas non plus synonyme de fer. En effet, à partir de la pierre de fer, on peut produire des merlaria qui, contrairement au ferrum, ne sont pas taxées178.

  • 179 Arch. dép. Ariège, 1 E Suppl. AA 1.
  • 180 A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 198-199.
  • 181 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v° ; J. DUVERNOY, Le registre..., op. cit., t. III, (...)

45Le terme réapparaît dans un acte comtal de 1349, une ordonnance sur l’organisation du travail du fer à Foix179. Les forgerons de la ville feront des merlaria et des scapolones nécessaires à la fabrication des socs et autres outils, faciendo merlaria et scapolones pro vomeribus et aliis ferramentis. Parallèlement, Guilhem Arriga, dont il est prévu dans l’ordonnance qu’il édifiera la mouline d’Andronne, doit verser un denier toulousain au comte pour chaque produit, pro quolibet merlario unum denarium tholosanum. Armand de Dufau de Maluquer propose une traduction commune pour les deux formes merlaria et merlario180. Elles pourraient désigner des barres de fer. Cependant, dans les actes où ils apparaissent sans ambiguïté de traduction, les « merliers » c’est-à-dire les barres de fer, sont désignés tout autant sous les formes de merlais ou marlana que de merlaria181.

  • 182 Ph. WOLFF, « Un leuduire... », op. cit., p. 153.
  • 183 Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 289.

46Philippe Wolff a lui aussi été confronté au sens de malar puis de merlar. Pour la constitution du glossaire qui accompagne son édition du leudaire de Toulouse, il avoue ne pas pouvoir traduire le mot malar. Cependant, on peut légitimement supposer qu’il s’agit d’un produit métallurgique puisqu’il est un des composants des cairels, c’est-à-dire des carreaux d’arbalète182. Plus tardivement, dans son ouvrage sur le commerce de Toulouse, à propos du statut des rasoriers de 1373, il indique dans une note et sans fournir de justificatif que le ferrum vocatum merlar qu’utilisent les membres de ce corps de métier désigne de l’acier183. Ce sens pouvait déjà se déduire de la mention des carreaux d’arbalète et correspond effectivement à la qualité du métal nécessaire à l’élaboration des rasoirs.

  • 184 Arch. dép. de la Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.
  • 185 Th. SCLAFERT, Les mines d’Allevard..., op. cit., p. 43.

47À la lecture du statut, nous avons pu à la fois confirmer et préciser le sens de ce terme. Si le fer utilisé par les rasoriers est appelé merlar, ferrum vocatum merlar, ce n’est qu’une fois travaillé qu’il est identifié à du calibem (accusatif singulier). Or, nous rencontrons le terme calybe dès 1293 à Château-Verdun. Il sert à désigner certaines des mines de la seigneurie, celles d’où se tire du minerai de fer à partir duquel on peut produire de l’acier, mineriis de ferro calybe vel axero184. Durant la même période, mais dans d’autres montagnes, à Allevard dans les Alpes, la forme calibis qualifie aussi le « minerai d’acier », mena calibis qui se distingue de celui de fer, mena ferri185. Ainsi, c’est à partir du merlar que se produirait l’acier.

  • 186 F. MELIS, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, Florence, 1972, p. 176 et 360.

48L’examen des formes malar, merlar, marlaria, merlaria nous permet de préciser la traduction proposée par Armand de Dufau de Maluquer. En effet, les merlaria que produit la vallée sont sans doute des barres, des « merliers », mais dont la qualité est également précisée dans le terme même de merlaria. Nous avons déjà vu avec le cas du fer verga qu’un même mot pouvait servir à désigner, selon les cas, la forme ou la nature des produits. Ainsi, ces merlaria, ces barres, se concevraient déjà, à ce premier niveau de lecture, comme produites à partir d’une matière issue du processus de réduction, sans doute hétérogène et à partir de laquelle on pouvait obtenir de l’acier naturel, c’est-à-dire celle du merlar. La suite de la démonstration le confirmera. Il n’est pas inutile de revenir momentanément sur les transcriptions modernes et contemporaines. Si le scribe a substitué le terme mercaeria et « marchandises » à celui de merlaria, peut-être y trouvait-il un sens. Rappelons que les termes merce, mercie, merze servent à désigner à la fin du Moyen Âge les armes, armures et produits en fer et en acier qui transitaient illégalement sur le marché méditerranéen et que l’on ne pouvait pas désigner nommément186. La référence à l’acier a induit l’usage du mot mercaeria.

Comment produire du merlar ?

  • 187 Ces termes sont ceux utilisés par les forgeurs jusqu’au XIXe siècle. L’ingénieur des Mines, Louis (...)

49Pour mieux préciser notre connaissance de ce produit, il faut procéder à une lecture des ouvrages techniques des XVIIIe et XIXe siècles. Ils indiquent que la loupe au sortir du foyer de la forge à la catalane comprend tout à la fois du fer doux, du fer « fort » et du fer cédat. Or, ce fer cédat comme le fer « fort » correspondraient à différentes qualités d’acier187. Ainsi, les textes modernes confirment avec netteté ce que les sources médiévales laissaient supposer : le massé, au sortir du four, peut contenir de l’acier naturel que l’on retrouve dans les barres après martelage. Dans ce cas, les hommes du Moyen Âge les auraient sans doute désignées comme des merlaria.

  • 188 Rappelons que le manganèse, au cours de la réduction directe, favorise la fixation du carbone.
  • 189 Nous ne disposons d’aucune donnée précise sur le tour de main des forgeurs au Moyen Âge. Sans dout (...)
  • 190 Ph. BRAUNSTEIN, « L’essor minier et sidérurgique au Moyen Âge », dans Les maîtres de l’acier, hist (...)

50Au XIXe siècle, Jules François a voulu répertorier les conditions qui devaient permettre la production de l’acier. Il a conduit des essais. Il a théorisé le tour de main des forgeurs et tenté de tirer, de la pratique, une méthode. Ses descriptions donnent parfois une vision systématique et même schématique des gestes traditionnels, elles n’en demeurent pas moins un des témoignages dont nous disposons aujourd’hui sur la réduction directe et la production de l’acier naturel. Jules François dit pouvoir obtenir de l’acier en faisant un choix de matières premières. Il faut un minerai à forte teneur en manganèse et un charbon dur, à fort pouvoir calorifique, issu du chêne ou du hêtre188. C’est dès le début de la réduction que le forgeur doit opérer pour produire, non du fer doux, mais du fer cédat. Alors, il multiplie les pratiques nécessaires au développement de la carburation. Réduisant la coulée des scories, il pousse le massé devant la tuyère, il le presse contre un mur de scories. L’acier se forme au contact du charbon comme une véritable croûte, l’intérieur de la loupe est composé de fer moins carburé. Ce produit hétérogène, le massé, aux teneurs en carbone variables, correspondrait au merlar des hommes du Moyen Âge. Le savoir-faire des forgeurs, tel qu’il est rapporté par Jules François, réunit un certain nombre de conditions à respecter dans la conduite de la combustion. Dans le cas de la mouline, nous souhaiterions insister tout particulièrement sur la nécessité qu’a celui qui travaille sur le massé de jouer d’une soufflerie hydraulique qui active la carburation tout en étant plus délicate à maîtriser qu’une soufflerie manuelle. Il lui faut effectivement stimuler la carburation mais éviter la fusion et la production de fonte. Cependant, à la lecture des documents médiévaux, il apparaît que les forgeurs du XIVe siècle ont accordé une place prépondérante au choix du minerai189. En effet, dans les sources ariégeoises, les formes synonymes, axero et calybe, sont exclusivement associées au minerai : mineriis de ferro calybe vel axero. Les qualités spécifiques de celui de Vicdessos et de Château-Verdun semblent avoir été reconnues comme fondamentales dans le processus d’obtention de l’acier naturel. Cette constatation éclaire le niveau de connaissance pratique qu’avaient atteint les forgeurs du Moyen Âge. Si on a pu encore récemment discuter de la place à accorder au manganèse dans la production de l’acier, force est de constater que d’autres régions de sidérurgie directe, comme la Catalogne et le Dauphiné, reconnues pour la qualité de leur acier et de leur fer, souvent qualifié par les spécialistes de « fortement carburé », travaillent un minerai également à haute teneur en manganèse190. En réduction directe - car il faut distinguer absolument les deux filières de production - le manganèse permet d’obtenir un acier naturel mais aussi un fer dont il améliore la capacité de déformation plastique sans nuire à la résistance, c’est-à-dire dont les qualités sont proches de celles de l’acier.

De la production du merlar à celle de l’acier

51Au terme de la réduction, si de l’acier naturel est présent dans le massé, il doit être dégagé de la masse hétérogène du merlar. Or, ce processus d’épuration fait l’objet d’une description dans le statut des rasoriers de Toulouse. Même si on ne voit pas les merlaria atteindre Toulouse, on peut, sans trop d’incohérence, attribuer une origine ariégeoise à une partie du ferrum vocatum merlar acheté par les rasoriers de la capitale languedocienne à partir de 1356, date à laquelle la vallée de Vicdessos s’ouvre davantage au commerce, Toulouse étant, nous y reviendrons, la principale place de commerce des fers ariégeois.

  • 191 Des forgeurs japonais pratiquent de façon équivalente la brisure de la loupe pour aboutir à l’iden (...)
  • 192 Mémoires sur le fer considéré dans ses différents états métalliques, Mémoire de l’Académie des Sci (...)
  • 193 Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico... », op. cit., p. 63-65. Dès 1794 dans la Description de l’ (...)
  • 194 Les différents morceaux, d’une même qualité de métal, ainsi identifiés pourront être rassemblés et (...)

52Ce fer vocatum merlar doit subir un certain nombre d’opérations avant d’être utilisé pour fabriquer des rasoirs. Avant tout, il doit être bouilli : bulliatur. Sans doute, dans ce cas, faut-il envisager l’importation de massé, peut-être des morceaux de massé ou celle de barres à peine dégrossies, de merlar ou de merlaria pour reprendre la terminologie du haut Sabarthès, dont les scories ou les impuretés seraient évacuées par une chauffe. Le martelage que l’on peut supposer après ce passage dans un foyer de forge n’est pas évoqué. La phase la plus délicate correspond à la brisure du merlar. Si les opérations techniques sont énumérées, le choix de l’homme qui les effectuera est fondamental. Ce paragraphe est un hymne au savoir-faire, au tour de main de l’artisan ou du maître élu par ses pairs. La brisure du merlar doit être correctement opérée. Elle permettra de faire un choix parmi les morceaux dont seuls certains sont désignés comme de l’acier. Ceux-ci serviront à l’élaboration des rasoirs, les autres à d’autres usages. L’œil de l’artisan a reconnu l’acier à la cassure, grâce à sa couleur et à son grain191. L’acier naturel est enfin dégagé du merlar. Il est certain que cet acier n’est pas homogène. Sans doute, faudrait-il parler autant de fers carburés et de différentes qualités de fer que d’acier et de différentes qualités d’acier. Effectivement, le métal que nous qualifions aujourd’hui d’acier correspond à une définition tout à fait précise. Ce sont, au XVIIIe siècle, Vandermonde, Berthollet et Monge qui les premiers identifièrent l’acier comme un alliage de fer et de carbone192. Mais il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que soient précisés, par Roozeboom, les taux de carbone correspondant à l’acier, soit de 1,7 % à 0,02 %. Au-delà de 1,7 %, on obtient de la fonte. Mais, en fonction du pourcentage variable de carbone compris dans l’alliage fer-carbone, les métallurgistes définissent différentes qualités d’acier : aciers hypoeutectoïdes (moins de 0,8 % de carbone), perlite (0,8 % exactement), aciers hypereutectoïdes (de 0,8 à 1,7 % de carbone)193. En Ariège, les sources modernes distinguent le fer « fort » du fer cédat, l’un et l’autre fers plus fortement carburés que le fer doux, l’un et l’autre désignés, suivant les auteurs, comme de l’acier ou comme du fer « aciéreux » adapté à la trempe. La brisure du merlar, telle qu’elle est opérée au Moyen Âge, si elle permet de distinguer le fer doux du fer plus carburé, doit livrer également différentes qualités d’acier, différentes qualités que le spécialiste reconnaît au brillant et au grain, plus ou moins fin, mais aussi au profil de la fracturation : plus l’acier est riche en carbone, plus la cassure est nette194.

  • 195 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, fol. 68.
  • 196 Extrait publié par A. FRANCE-LANORD, La notion d’acier, Centre de recherche de l’histoire de la si (...)

53Cette opération peut être rapprochée d’une description du travail des forgeurs du haut Sabarthès en 1413 : etiam sunt ferratarii qui dicta mineralia in materias mundas ferri redigunt195. Les forgeurs produisent à partir du minerai une matière épurée, un fer épuré. Cet extrait est tiré des dépositions faites lors d’un procès qui oppose les capitouls et les ferratiers toulousains au comte de Foix à propos des droits de péages qui pèsent, entre autres, sur le fer. Ce témoignage s’avère essentiel pour l’historien des techniques. Non seulement il se réfère à la réduction du minerai, seul préalable à la constitution du « fer épuré », mais il renvoie également, par le vocabulaire qu’il utilise, à une théorie sur l’acier qui était alors diffusée. Il fait ainsi le pont entre l’acte de 1373 et un extrait de l’Hortus sanitatis, texte savant qui propose une définition de l’acier. L’interprétation de ce texte s’enrichit, en effet, de la confrontation de la pratique telle que la restituent l’acte de 1373 et le témoignage de 1413 : le fer fondu par le chault se coagule au froit et quant il est œuvre il se liquifie affin qu’il soit fait humide et tandis il se coagule et l’escorce du fer demeure bas. Et quant il est ainsi plusieurs fois purgé et quil est net, cest acier196. Il est clair que l’on obtient de l’acier à partir d’un traitement du fer. Pour obtenir de l’acier, on doit, semble-t-il, opérer plusieurs fois une chauffe et un refroidissement du fer qui passerait successivement d’un état plus liquide à un état plus pâteux. Ne faut-il pas identifier ces pratiques avec le fait de faire bouillir le merlar comme l’indique l’acte de 1373 ? En tout cas, ces opérations sont identifiées comme une « purge » du fer. L’acier résulte de cette « purge ». Si l’expression materia munda, citée en 1413, permet d’insister sur la qualité du fer du Vicdessos, qualité que nous avons énoncée et rapportée à la présence du manganèse dans le minerai, elle peut aussi correspondre au « fer purgé » que l’Hortus sanitatis identifie à de l’acier. Ainsi, la mention de 1413 prend un sens du fait du croisement avec d’autres sources et permet de relier la méthode toulousaine et les pratiques ariégeoises.

  • 197 Notons que lorsque nous percevons les productions de la mouline, par l’intermédiaire des versement (...)

54Grâce à ce document exceptionnel de 1373, on appréhende les conditions d’élaboration d’une production à haute valeur ajoutée, résultat d’une réelle maîtrise technique. A partir du merlar, que l’on peut identifier à un massé ou à des morceaux de massé (sans doute traités de façon à obtenir un fort pourcentage de fers carburés et d’acier), ou à partir des merlaria, des « merliers » (barres grossièrement martelées et rassemblant des fers hétérogènes et de l’acier), on extrait, par fragmentation, à l’œil, les différentes qualités de métal. Dès lors, il est tentant d’établir une corrélation entre l’irruption des merlaria dans la documentation et le développement des moulines. Cependant, il est incontestable que la production des merlaria est antérieure à la diffusion de la mouline puisqu’elles apparaissent dans la documentation dès 1284. Sans doute, la multiplication des fours de réduction et l’augmentation de leur capacité de production, sans doute l’usage de la soufflerie hydraulique qui a pu accélérer la carburation, ont permis de produire davantage de merlar, donc d’acier. Mais ce produit, sur lequel est opérée une forte rétention puisque les merlaria sont interdites d’exportation au moins à la fin du XIIIe siècle, est rare même s’il l’est moins que dans d’autres régions sidérurgiques197. Encore à l’époque moderne, la forge à la catalane ne produira jamais d’acier à la demande.

Notes

1 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 77v°-78. Publication par G. de LLOBET, « De l’intérêt des archives des Basses-Pyrénées pour Foix au Moyen Age », Annales du Midi, 1969, p. 215.

2 Cette constatation et les conséquences qui en résultent pour la démarche de l’historien des techniques ont été formulées depuis de longues années par P.-L. PELET, Fer, charbon, acier dans le pays de Vaud. La lente victoire du haut fourneau, Lausanne, 1978, p. 14-17.

3 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22.

4 Molina ferri, fin XIIIe siècle-1325. J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, évêque de Panders (1318-1325), Toulouse, 1965, t. III, p. 285 ; molendina ferraria, 1326 (n. st.), BNF, collection Doat. vol. 184, fol. 66-71 ; molina ferrea, 1349, Arch. dép. Ariège, I E suppl. AA1, fol. 127, c’est sous cette forme qu’est désignée la seconde mouline identifiée dans la Montagne noire, en 1312. En langue romane, dans une même série d’actes de la première moitié du XIVe siècle mais dont on ne conserve que les analyses du XVe siècle, la mouline apparaît le plus souvent sous le vocable molina ferrera ou plus simplement molina, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52-53v° ; molina de ferr, Arch. dép. Ariège, E 391, fol. 52, est une forme plus rare que nous trouvons également dans un acte de 1314 concernant les installations de la Montagne noire.

5 Cette coexistence classique et traditionnelle est attestée dans le texte de la réformation de 1416 qui distingue nettement les forges des moulines : cum nos aiam entenut et siam a plen informatz que traps et diverses de nostre comtat, gentils, gens de gleyza, et autres, se han occupat et de jorn en jorn accupan nostre domayne et patrimoni et de aquetz se han apropriatz [...] dimaynes, terres, [...] bosez [...] molis, molinas, fonts, forguas, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E431, fol. 60 ; A. de DUFAU de MALUQUER, « Documents sur le comté de Foix (XIVe et XVe siècles). Ordonnances des comtes de Foix relatives à la réformation », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1897-1898, p. 228. Dans certaines copies de textes des XIVe et XVe siècles, accompagnées d’une traduction du latin en langue vulgaire ou d’une analyse moderne, on note la réapparition du terme « forge » qui désigne alors une installation de réduction, utilisant la force hydraulique. Ainsi, pour lu mouline d’Albiès, la copie Doat utilise le terme molina alors que deux analyses modernes (XVIIe et XVIIIe siècles) de ce texte, rédigées en français et conservées l’une à la Bibliothèque municipale de Toulouse et l’autre aux Archives départementales de l’Ariège, emploient le terme « forge ». Il s’agit assurément d’une simplification abusive des traducteurs qui correspond néanmoins au vocable utilisé communément pour désigner les usines de l’époque moderne, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66 ; Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 3 ; Arch. dép. de l’Ariège, E 9.

6 Il paraît peu vraisemblable que la forge hydraulique se soit imposée dans le comté avant la fin du XIIIe siècle. Mais que penser de cette concession accordée en 1215 à l’abbaye de Boulbonne de pastenx, pratz, aygues, bosex, curses, recurses, molis, molinas, ribas, rihatges... ? S’agit-il de moulines dès le début du XIIIe siècle, d’une mauvaise transcription opérée au XVe siècle du terme molinar qui désigne le lieu où sont implantés les moulins ou plus simplement d’une rédaction redondante qui se plaît à redoubler les termes, molis, molinas, ribas, rihatges ? Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 202 (ancienne pagination), cité par A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 180. PaulLouis Pelet a bien montré combien de confusions d’interprétation ont pu être commises à partir du terme moulin et de ses dérivés, P.-L. PELET, Fer, charbon..., op. cit., p. 51-54. Même s’il s’agit de la citation sommaire faite au XIXe siècle d’un acte médiéval, on ne peut pas non plus passer sous silence la mention d’une « forge à la biscayenne » à Urs, en 1287, Arch. dép. Ariège, 102 S 255-256. Quelle installation sidérurgique se cachait derrière cette terminologie, traduction d’un terme latin ou occitan dont nous aurions souhaité la simple transcription ? Précisons néanmoins, qu’à la fin du XVe siècle, une mouline, molina de fer en sa paissera, est installée à Urs, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 3.

7 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. III, p. 313 et 319. En 1390, un moli drapier est implanté dans la vieille ville d’Ax, deux molis pastelers à Calmont, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 25.

8 Il est intéressant de noter que les colporteurs qui sillonnent ces villages proposent des pesons, c’est-à-dire de petits galets ronds de métal, percés d’un trou et qui lestent le fuseau de la fileuse et en régularisent la rotation, J. DUVERNOY, op. cit., t. Il, p. 158.

9 Cette datation est restituée à partir de la déposition de Bernard Marty, de Junac, auprès de Jacques Fournier, le 4 juillet 1324. Bernard Marty précise que les événements qu’il rapporte datent de vingt-cinq ans, ce qui fait remonter la datation de ces moulines à 1299, J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. III. p. 285.

10 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71, Arch. dép. Ariège, E 9. Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 3 ; 1326, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v° ; 1327, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52, 53r° et v° ; 1331, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53 ; 1335, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v° ; 1336, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C9 ; 1340, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.

11 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127.

12 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°.

13 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22. La traduction de cet extrait de l’acte de 1294 (n. st.) proposée par Raymond Barbé dans son édition est erronée, R. BARBÉ, Recueil de titres authentiques, chartes, privilèges, franchises, actes de concessions, règlements divers, délibérations des conseils municipaux, protestations et enquêtes concernant les mines de Rancié, Toulouse, 1865, p. 12.

14 BNF, collection Doat. vol. 184, fol. 66-71. Tous les autres baux ne nous sont connus que par de courtes analyses, recopiées dans l’inventaire des archives constitué au milieu du XVe siècle par Michel du Bernis.

15 Pour avoir une vue d’ensemble des aménagements hydrauliques dans le sud-ouest de la France aux XIVe-XVe siècles, G. SICARD, Aux origines des sociétés anonymes, les moulins de Toulouse au Moyen Âge, Paris, 1953 ; une partie des données techniques de cet ouvrage est reprise dans l’introduction de P. GÉRARD et É. MAGNOU, Cartulaires des Templiers de Douzens, Paris, 1965, p. XXIX-XXXI1 ; sur le Quercy, il faut une nouvelle fois revenir à l’ouvrage fondamental de J. LARTIGAUT, Les campagnes du Quercy..., op. cit., qui consacre un chapitre à l’étude des moulins, p. 378-426 ; Jean-Claude Hélas nous offre le témoignage des aménagements hydrauliques du Gévaudan et insiste tout particulièrement sur l’importance des canaux de dérivation, J.-C. HÉLAS, « Les Hospitaliers en Gévaudan du XIIe au XVIIIe siècle : les techniques de leur emprise sur un monde rural », dans Monachisme et technologie dans la société médiévale du Xe au XIIIe siècle, Actes du Colloque scientifique international, Cluny septembre 1991, C. HETZLEN el R. de VOS dir., Cluny, 1994, p. 187-190.

16 Il est cependant probable que la mouline ait été pourvue d’une roue verticale actionnée par « dessus », J. ORSATELLI, Les moulins, Marseille, 1979, p. 62-73 ; G. COMET, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe-XVe siècle), Rome, 1992. p. 434-437. C’est d’ailleurs le type de roue le mieux adapté au travail industriel grâce à la force qu’elle peut délivrer, nettement supérieure à celle fournie par la roue horizontale. Néanmoins, rappelons que la roue horizontale est traditionnellement utilisée dans les régions méridionales. Ainsi, à l’époque moderne, les moulins à blé des Pyrénées utilisent des roues horizontales, C. RIVALS, « Énergies traditionnelles : l’eau et le vent dans la France méridionale. Particularités architecturales et technologiques », dans L’archéologie industrielle en France, Actes du Colloque de Toulouse, Toulouse, 1987, p. 47-52. Cette tradition méridionale est attestée au Moyen Âge à Obazine où les moulins de l’abbaye disposaient de roues horizontales, B. BARRIÈRE, « Les cisterciens d’Obazine en bas Limousin. Les transformations du milieu naturel », dans L’hydraulique monastique, Actes du Colloque de Royaumont, juin 1992, Paris, 1996, p. 13-33. Par ailleurs, Bernard Phalip a démontré qu’en Languedoc, les deux types de roue pouvaient coexister, le véritable développement de la roue verticale n’intervenant qu’au XIIe siècle, en relation avec de forts investissements seigneuriaux et sur des sites de plaine. La roue horizontale se maintient en montagne, mais associée à des usages non industriels, B. PHALIP, « Le moulin à eau médiéval. Problèmes et apport de la documentation languedocienne », Archéologie du Midi Médiéval, 1992, p. 93.

17 G. SICARD, op. cit„ p. 38, 44 et 45.

18 Au XIXe siècle, la chaussée des forges à la catalane est encore constituée de gros blocs de pierre qui calent un maillage de poutres. Ce quadrillage de bois est comblé par des cailloux, J. BONHÔTE et J. CANTELAUBE, Forges et forgeurs de l’Ariège au XIXe siècle, Catalogue de l’exposition, Foix, 1988, p. 13.

19 Le terme de foc, feu en occitan, sert encore à désigner le four de réduction à l’époque moderne, J. CANTELAUBE, « Évolution technique et charbonnage des forêts : l’exemple des forges à la catalane dans les Pyrénées », dans Protoindustries et histoire des forêts..., op. cit., p. 76 ; ID., « Apparition et évolution de la forge à la catalane dans l’est des Pyrénées françaises, XVIIe-XIXe siècles », dans La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderúrgica..., op. cit., p. 27-36.

20 1327, dans la seigneurie de Château-Verdun et 1331 dans la vallée d’Aston, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53 ; 1335, à Saurat, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°.

21 1327, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52 ; 1336, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9. En Roussillon, la grande majorité des moulines est équipée d’un unique four, S. CAUCANAS, Moulins el irrigation en Roussillon du IXe au XVe siècle, Paris, 1995, p. 200.

22 1349, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127.

23 Cette remarque pose le problème du mode de calcul des feux fiscaux dans le cas des moulines. En effet, dans son édition du censier, Armand de Dufau de Maluquer précise que pour chaque localité est indiqué le nombre des feux allumants, c’est-à-dire des ménages, et la liste des immeubles assimilés pour l’impôt à ces feux allumants. Une ordonnance de Gaston Fébus aurait fourni aux enquêteurs les règles pour évaluer un bien à un, plusieurs ou une fraction de feu. Ce texte fondamental ayant été égaré dès l’époque d’Armand de Dufau de Maluquer, il nous est impossible de savoir précisément à quoi correspondent les feux attribués aux moulines, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 8-9, note 1. Cependant, on peut vraisemblablement supposer que l’évaluation fiscale prenait en compte le nombre d’individus travaillant dans la forge pour le combiner avec la valeur immobilière de celle-ci comme avec le revenu qui en était tiré.

24 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.

25 J. CANTELAUBE, « Évolution technique... », op. cit., p. 77. Précisons que le creuset dit catalan du XVIIIe au XIXe siècle, quand il est connu, ne dépasse pas un métre de hauteur.

26 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.

27 A propos du bail d’Albiès, une précision est nécessaire même si elle complique encore l’identification de la mouline et ne trouve aucune explication satisfaisante pour le moment. En effet, s’il est lait mention de la mouline à un feu, molendina ferraria cum uno igne, mention que 1 on retrouve donc traditionnellement dans les textes, il est également question des choses nécessaires à la mouline et au feu, molendinae et igni supradictis necessariis, comme si le four pouvait être distingué de la mouline, comme s’il n’était pas un de ses éléments constitutifs. Dans ce cas, cette formulation pourrait laisser supposer que la mouline correspond uniquement à l’atelier qui abrite le marteau. Mais cette façon de présenter l’installation est unique. Il est vrai que l’appellation courante molina cum igne ou cum focis, ou ab un foc peut se lire de deux manières : soit le foyer est compris dans la mouline, soit il la jouxte, ce qui laisserait supposer que des moulines sans feu puissent fonctionner. Or, dans le cas ariégeois, le feu fait toujours partie de l’installation quand elle est décrite, même sommairement.

28 Précisons qu’au XIXe siècle, le mail ou marteau pèse de 600 à 700 kg, J. BONHÔTE et J. CANTELAUBE, Forges et forgeurs..., op. cit., p. 23. Les fonds génois permettent de proposer une évaluation du poids du mail. À la fin du XVe siècle, les marteaux hydrauliques pèsent de 92 à 120 kg, E. BARALDI, « Pratici (techniciens) et pratiques sidérurgiques dans la zone méditerranéenne entre le XIVe et le XVIIe siècle », dans Savoirs et savoir-faire industriels en Méditerranée occidentale (XVIe-XXe siècle), Corte, 30 juin-2 juillet 2000, à paraître.

29 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°. Nous avons choisi d’utiliser les unités de mesure proposées par Philippe Wolff qui ont le mérite d’être reconstituées à partir des sources médiévales. À Toulouse, du XIIIe au XVe siècle, un quintal correspond à 104 livres, soit 42,4216 kg. La livre équivaut à 407 g, Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. XXVIII.

30 Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico : evoluzione storica e indizi archeometrici », dans La miniera perduta. Cinque anni di ricerche archeometallurgiche nel territorio di Bienno, C. CUCINI et Μ. TIZZONI éd„ Breno, 1999, p. 67.

31 R. FAWTIER, Comptes royaux, 1285-1314, t. II. p. 562-565.

32 Sur la scie hydraulique au Moyen Âge, se reporter à J.-P. ADAM et P. VARENE, « La scie hydraulique de Villard de Honnecourt et sa place dans l’histoire des techniques », Bulletin monumental, 1985, p. 317-332.

33 S. CAUCANAS, Moulins et irrigation..., op. cit., p. 198-204. La première mention d’une scierie hydraulique en Languedoc interviendrait en 1303 dans l’Aude, B. GILLE, « Le moulin à eau. une révolution technique médiévale », Techniques et Civilisations, 1954, p. 12.

34 « Le premier moulin à fer que nous connaissions serait celui de Cardedeu en Catalogne, cité en 1104, les suivants en France au XIIIe siècle », B. GILLE, « Le Moyen Âge en Occident (Ve siècle-1350) » dans Histoire générale des Techniques, t. I. Des origines au XVe siècle, M. DAUMAS éd., Paris, rééd. 1996, p. 468. Deux ans avant la première édition de l’Histoire générale des Techniques (1962), dans son article, « Les origines du moulin à fer », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 24, Bertrand Gille était encore plus dubitatif : « l’hypothèse catalane, émise il y a quelque temps, mais qui n’a jamais été étudiée sérieusement depuis cette date, et qui mériterait d’être approfondie, paraît séduisante au premier abord [...] une mention de 1104 paraît incertaine ».

35 A. GALLARDO I GARRIGA et S. RUBIO I TUDURI, La farga catalana, op. cit., p. 42 : en els "Origines históricos", de Balari, hi ha unes quantes cites corresponents a aquesta centúria, la primera de les quais diu que amh data de 1104, en descriure els limits d’un alou a Cardedeu, s’anomena el cami que anava en la farga.

36 Extrait du texte publié par M. SANCHO I PLANAS, Homes, fargues, ferro i foc. Arqueologia i documentació per a l’estudi de la producció de ferro en època medieval : les fargues dels segles ΙΧ-ΧΠΙ al sud del Pirineu català, Barcelone, 1999, p. 247 : in ipsa via qui vadit ad ipsa farga.

37 V. IZARD, « Cartographie successive des entreprises métallurgiques dans les Pyrénées nord-catalanes ; support préliminaire à l’étude éco-historique des forêts charbonnées », Archéologie du Midi médiéval, 1994, p. 116.

38 M. SANCHO I PLANAS, Homes, fargues, ferro i foc..., op. cit., p. 44 el note II, à propos du texte de 1104 : M. Doumas no ens explica que entén per farga, perd la seva afirmació esta en la linia dels resultats obtinguts en la nostra recerca.

39 M. SANCHO I PLANAS. Homes, fargues, ferra..., op. cit., p. 161-176. Les résultats de la fouille sont présentés de façon plus exhaustive dans Ipsa fabricata. Estudi arqueologic d’un establiment sidérurgie medieval, op. cit.

40 ID., Homes, fargues..., op. cit., p. 165 et 234.

41 V. FARIAS I ZURITAS, « La ferreria i el mas al nord-est catala medieval », El mas medieval a Catalunya, J. MONER et B. NOGUER éd., Quaderns, 19, Banyoles, 1998. p. 29-44.

42 C. RAYNAUD, « Moulins à fer cl forges catalanes : mise en place d’une proto-industrie dans les Pyrénées audoises (XIIIe-XVIIIe siècles) ». Bulletin de la Société d’Études scientifiques de l’Aude, 1995, p. 132.

43 Texte publié par L. M. DIÉZ DE SALAZAR FERNÀNDEZ, Ferrerias guipuzeoanas. Aspectos socio-económicos, laborales y fiscales (siglos XIV-XVI), Donostia-Saint-Sébastien, 1997, p. 487-490. Cet ouvrage ne correspond qu’à une partie des travaux que Luis Miguel Diéz de Salazar Feránndez, décédé en 1990, a consacrés à l’étude des ferrières basques. Sur le sujet, on peut également consulter, I. ARBIDE ELORZA et J. M. URCELAY URCELAY, « Ferrerias de agua. Primeros datos sobre ellas en Legazpi y posterior evolución técnica », dans La farga catalana..., op. cit., p. 306 et M. URTEAGA ARTIGAS, « Siderurgia en Gipuzkoa. Haizeolas, ferreíras masuqueras y ferrerias mazonas », dans Actas de las I jornadas sobre minería y tecnologia en la edad media peninsular, Leon, 1995, Leon, 1996, p. 543-555. On ne peut plus retenir à présent la datation tardive proposée par Valentin Vasquez de Prada : milieu du XVIe siècle pour l’application de l’hydraulique aux ferrières basques, V. VASQUEZ de PRADA. « Las antiguas ferrerias de Viscaye (1450-(1450-1800)», dans Mélanges en l’honneur de Fernand Braudel, t. 1, Histoire économique du monde méditerranéen 1450-1650, Toulouse, 1973, p. 661-671.

44 C. VERNA et P. BENOIT, « La sidérurgie de Clairvaux au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) », op. cit., p. 85-111. Il est toujours utile de préciser que l’on peut assister à des remises en cause totales des temps de l’innovation. C’est le cas en Grande-Bretagne, traditionnellement reconnue comme ayant ignoré la sidérurgie hydraulique jusqu’à la fin du Moyen Âge, où des recherches archéologiques ont démontré que le marteau hydraulique, et peut-être la soufflerie, étaient en place à partir du XIIe siècle, G. ASTILL, A medieval industrial complex and its landscape : the metalworking watermills and workshops of Bordesley abbey, York, CBA, research report 92, 1993. Signalons, en outre, que la seconde mention d’un hypothétique moulin à fer catalan signalé par Bertrand Gille intervient en 1138. Nous retrouvons, de nouveau, la chronologie européenne, B. GILLE, « Le moulin à eau... », op. cit., p. I 1.

45 B. GILLE, « Le Moyen Âge en Occident » dans Histoire générale des Techniques, 1. Des origines au XVe siècle, M. DAUMAS éd„ Paris, rééd. 1996, p. 513.

46 J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 412, acte de 1487 mentionnant le canal de las malchas. Au sujet des mécanismes permettant d’actionner les soufflets hydrauliques, consulter E. BARALDI, « Mantici idraulici, trombe, forni e fucine, fabbriche e ferriere in Italia dal XIII al XVIII secolo », Ricerche Storiche, à paraître.

47 C’est au terme d’un accord intervenu entre le roi de Navarre, Charles le Mauvais, et Brace de Florence qu’est mentionnée la soufflerie hydraulique : item le roy refera la roe qui tourne les soufflez et li livrera les diz soufflez et délivrera le cours de l’eaue jusques a la roe qui la fera souffler. Il est donc prévu que le système hydraulique de la soufflerie soit réparé. Sans doute l’installation est-elle antérieure à 1340, date à laquelle les mines d’Urrobi furent momentanément abandonnées. Ce texte est intégralement publié dans l’article de S. HONORE DUVERGE, « Notes sur la politique économique de Charles le Mauvais en Navarre », dans Actas del primer Congreso international de estudios pirenaicos, Saint-Sébastien, 1950, tome VI, section V, Saragosse, 1952, p. 103 ; R.-H. BAUTIER, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale du XIIIe au XVIe siècle », op. cit.

48 S. HONORE DUVERGE, « Notes... », op. cit. ; B. LEROY, « Théorie monétaire et extraction minière en Navarre vers 1340 », Revue numismatique, 1972, p. 106-107 ; E. BARALD1, « Lessico delle ferriere "catalano-liguri", fond e glossario », Quaderni del Centro di Studio sulla Storia della Tecnica del Consiglio nazionale delle Ricerche, 2, Gênes, 1979, p. 119-122.

49 Nous avons amorcé une enquête sur les moulines d’argent. On les repère, en Roussillon, au début du XIVe siècle à proximité des moulines à fer, S. CAUCANAS, op. cit., p. 200. Or, dans le cadre de la métallurgie de l’argent, la force hydraulique est incontestablement utilisée pour la soufflerie et non pour le martelage. L’installation concomitante des moulines d’argent et de fer constituerait donc un indice, certes à confirmer, de l’application de l’hydraulique à la soufflerie dans le domaine de la sidérurgie.

50 Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico... », op. cit., p. 67.

51 H. CLEERE et D. CROSSLEY. The Iron Industry of the Weald, Leicester, 1985, p. 106, cité par J.-Fr. BELHOSTE, « The origins of direct reduction water-powered ironwork : reflections based on the evolution of terminology ». dans La farga catalana..., op. cit., p. 385, note 2. Nous ignorons, malheureusement, la source qu’utilise É. Barbe lorsqu’à propos d’un texte de 1533 consacré à une mouline il précise : « le massé produisait d’ordinaire 350 livres », É. BARBE, Extraits des minutes de Maître Claude Grandmont, notaire à Vicdessos au XVIe siècle, Foix, 1900, p. 54.

52 Il est délicat de comparer ces données aux résultats obtenus en réduction directe avec soufflerie manuelle à partir des expérimentations archéologiques et des cas rassemblés par les ethnologues, en Afrique. En effet, ceux-ci sont d’une très grande diversité oscillant de quelques kilogrammes à plusieurs dizaines de kilogrammes pour la loupe, avant affinage. Nous disposons des résultats obtenus par l’équipe de Claude Domergue sur le site des Martys, dans la Montagne noire. À partir de l’étude des ferriers antiques, il a pu être estimé qu’à l’issue de chaque phase de réduction la loupe pouvait atteindre 30 kg, parfois davantage, P.-M. DECOMBEIX, J.-M. FABRE, Fr. TOLLON et C. DOMERGUE, « Évaluation du volume des ferriers romains du domaine des forges (Les Martys, Aude), de la masse des scories qu’ils renferment et de la production de fer correspondante », Revue d’archéométrie, 1998, p. 77-90 ; C. JARRIER, C. DOMERGUE, B. PIERAGGI, A. PLOQUIN et Fr. TOLLON, « Archéologie et archéométrie de la sidérurgie romaine dans la Montagne noire au Ier siècle avant J.-C. Le cas des Martys (Aude) », Bulletin de la Société scientifique de l’Aude, 1996, p. 11-22. Des résultats plus faibles sont également disponibles, L. ESCHENLOHR et V. SERNEELS, Les bas fourneaux mérovingiens de Boécourt, les Boulies (Jura, Suisse), Porrentruy, 1991. Un exemple contemporain de réduction directe sans soufflerie, au Burkina Faso, atteste de la fabrication d’une loupe de 89 kg, Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico... », op. cit., p. 66.

53 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71 ; Arch, nat., JJ 48, no 133, fol. 80-81 ; E. CABIÉ, « Forges ou moulins à fer de la Montagne noire du XIIIe au XVIIIe siècles », Revue du Tarn, 1903, p. 237-248 ; S. CAUCANAS, op. cit., p. 200-201 et 376.

54 S. CAUCANAS, op. cit., p. 202.

55 E. BARALDI, « Pratici (techniciens) et pratiques sidérurgiques dans la zone méditerranéenne entre le XIVe et le XVIIe siècle », op. cit.

56 B. GILLE, « Le Moyen Âge en Occident », op. cit., p. 513-514. Il faut signaler la mention d’un molinum fornacium en 1073 ou 1173 dans le nord de l’Espagne cité par T.-S. REYNOLDS, « Iron and water : technological context and the origins of the water-powered iron mill », dans Medieval iron in society. Papers presented at the symposium in Norherg. 6-10 May 1985, Stockholm, 1985, p. 61-80. L’imprécision chronologique tient à la juxtaposition des deux dates dans ce même article.

57 J.-Fr. BELHOSTE, « The origins of direct reduction... », op. cit.

58 Travaux cités par I. ARBIDE ELORZA et J. M. URCELAY URCELAY, « Ferrerías de agua. Primeros dalos sobre ellas en Legazpi y posterior evolucion técnica » dans La farga catalana..., op. cit., p. 306, auteurs qui ont posé clairement la question des différentes applications de la force hydraulique.

59 M. SANCHO I PLANAS, Homes, fargues, ferro..., op. cit., p. 204. Cette remarque est réitérée dans un article plus récent, sans que nous puissions nous appuyer sur une référence d’archive ou des preuves archéologiques : « les soufflets hydrauliques sont une des innovations technologiques introduites à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, qui vont permettre d’augmenter la capacité du fourneau ». Nous ne partageons pas l’idée selon laquelle « les forges du XIVe siècle doivent être considérées en regard de celles du XVIe siècle, étant donné qu’elles se situent aux mêmes endroits, utilisent le même matériel et une technique procédant de la farga catalana », ID., « Production de fer au Moyen Age : les forges au sud des Pyrénées catalanes IXe-XIIIe siècle », dans Arts du feu et productions artisanales, XX Rencontres internationales d’Archéotogie et d’Histoire d’Antibes, P. PÉTREQUIN, Ph. FLUZIN, J. THIRIOT et P. BENOIT, Antibes, 2000, p. 73-86. La question peut également être évoquée pour le Roussillon à propos de la mention de manticae que Véronique IZARD identifie à des moulines dès 1183, « Cartographie successive des entreprises métallurgiques dans les Pyrénées nord-catalanes... », op. cit., p. 116. Ce glissement d’un type de forge à un autre (des manticae aux moulines) et leur assimilation, alors que la terminologie fait directement référence à la soufflerie, nous imposent une mise au point. A Py, le roi d’Aragon, comte de Barcelone, fait donation de ses manticae au monastère de Camprodon, avec les droits d’usage qui leur sont associés. L’attention royale dont profitent ces soufflets ne constitue en rien une preuve de leur mécanisation car d’autres hypothèses peuvent être émises. Entre autres, le cuir nécessaire à l’élaboration de gros soufflets de forge est un investissement suffisamment lourd pour qu’il soit pris en charge par une puissance seigneuriale, sinon royale. On sait qu’encore au XVIIIe siècle, dans le Pays basque, des soufflets de cuir ont pu être remplacés par des soufflets de table en bois pour cette raison.

60 E. BARALDI, « Lessico delle ferriere "catalano-liguri"... », op. cit., p. 120-121.

61 Il faut effectivement préciser l’implantation géographique de cette forge car le terme de « martinet » peut renvoyer à d’autres techniques dans d’autres contextes géographiques et chronologiques, J. CANTELAUBE et C. VERNA. « Les forges à la génoise dans les Pyrénées centrales au XVIe siècle : quel transfert d’innovation ? », dans Il ferra nette Alpi..., op. cit., p. 152-163.

62 J.-Fr. BELHOSTE, « Martinetus et fusina dans la sidérurgie alpine aux XIIIe et XIVe siècles », dans Il ferra nette Alpi..., op. cit.. p. 146-151.

63 C’est le cas, semble-t-il, à Albiès, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Autre cas semblable, celui de la mouline de Gincla en Fenouillèdes en 1313 : item, plus de dicta Raimundo pro censu cujusdam molendini sibi concessi ad usum dicte moline, dans R. FAWTIER, Comptes royaux..., op. cit., t. II, p. 563.

64 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Cette organisation de l’espace autour de la mouline est identique en Quercy, J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 411-412.

65 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 9v°-10.

66 En outre, on ne dispose pas, pour le département de l’Ariège, de dictionnaire topographique.

67 J. BONHÔTE, Forges et forêts dans les Pyrénées ariégeoises. Pour une histoire de l’environnement, Aspet, 1998, p. 129-133.

68 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

69 Sur le cadastre du XIXe siècle. Arch. dép. Ariège, 3 P 531, aucun toponyme ne fait référence à la mouline.

70 Sans doute s’agit-il du pont d’Aston qui enjambe au XIVe siècle le torrent du même nom, A. CAZENAVE, « Les cathares en Catalogne et Sabarthès d’après les registres d’inquisition. La hiérarchie cathare en Sabarthès après Montségur », Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1969, Paris, 1972, p. 414.

71 S’agit-il dès cette date de la mouline d’El Galis dont les seules mentions disponibles jusqu’à présent dataient de 1646 et 1649 ? J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et C. VERNA, op. cit. Coordonnées de la forge d’El Galis : lat. nord, 42° 41’ 56" ; long, est 1° 41’14 ; alt. 1230 m.

72 Cette mouline d’Aston, élevée au XIVe siècle, pourrait correspondre à celle amodiée en 1484, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1. Le cadastre napoléonien, Arch, dép. Ariège, 3 P 534, section A dite du village, 1ère feuille (1ère partie), indique une parcelle de la mouline.

73 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52. Il s’agit de la mouline dite couramment de Sigueille.

74 Coordonnées Lambert : lat. nord 42° 44’ 27" ; long, est 1° 39’ 42" ; alt. 750 m.

75 Arch. dép. Ariège, cadastre napoléonien, Aston, section C. dite de Labail.

76 J. DUVERNOY, op. cit., t. III, p. 285.

77 Ibidem, p. 259. En effet, c’est à Luzenac que Bernard Marty se saisit d’une barre de fer qu’il transportera à son domicile.

78 A cette date, certaines des moulines dénombrées sont déclarées abandonnées, sinon ruinées, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit.

79 Une nouvelle fois le cadastre napoléonien. Arch. dép. Ariège, 3 P 588, ne livre aucun toponyme relatif à la mouline.

80 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 17v°-18v°.

81 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 68.

82 Cette mouline est encore inféodée en 1564, E 6, p. 312 et 523 et E 8, fol. 318. Elle est alors dénommée d’En Guinée. Précisons néanmoins que le cadastre indique, sur la section de Marc, un hameau de Moulinas : Arch. dép. Ariège, 3 P 535, section C dite de Marc, 4e feuille (2e partie). Il apparaît également sous cette dénomination sur la carte au 1/25 000e, en amont de Marc sur le versant ouest du ruisseau de l’Artigue.

83 Le cadastre du XIXe siècle, Arch. dép. Ariège, 3 P 585, ne mentionne aucune mouline. Seule une forge est localisée en amont du village.

84 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°.

85 Ce hameau est enregistré dans le cadastre ancien. Arch. dép. Ariège, 3 P 579, section F dite de La Ruzole, 1ère feuille (1ère partie). Sans doute, est-ce cette mouline qui apparaît en 1390 dans le censier comme « dejos de Saurat », A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 155-156.

86 En effet, le cadastre Arch. dép. Ariège, 3 P 533 ne conserve aucun indice topographique.

87 L’une et l’autre de ces orthographes sont utilisées indifféremment dans les deux copies du XVIIe siècle, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.

88 J. BONHÔTE, Forges à la catalane et évolution forestière dans les Pyrénées de la Haute-Ariège, pour une histoire de l’environnement, Thèse de l’Université de Toulouse-le-Mirail 1992, p. 280.

89 Arch. dép. Ariège, cadastre d’Orgeix, section B, feuille no 3 (1ère partie).

90 J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et P. DRILLAUD, Inventaire des vestiges de la métallurgie catalane ariégeoise au XIXe siècle. Étude d’archéologie industrielle, rapport déposé au Service régional de l’Inventaire Midi-Pyrénées et aux Archives départementales de l’Ariège, 1985-1987.

91 Cadastre Ascou, section A, Les Fargues, feuille 1 (1ère et 3e parties), Arch. dép. Ariège 3 P 534.

92 Il est situé au lieu-dit La Mouline : carte 1/25 000e, Ax-les-Thermes, 5-6.

93 J. BONHÔTE, op. cit, p. 41.

94 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.

95 J. DUVERNOY, Le registre..., op. cit., t. III, p. 259.

96 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, D 5 ; Arch. dép. Ariège, 3 P 558.

97 Le cadastre 3 P 570 ne conserve aucune indication de mouline. Cependant, sur la section B dite du Castellet, 1ère partie (1ère feuille), une forge et un martinet sont implantés sur la berge de l’Ariège, au niveau de la confluence entre cette rivière et le ruisseau de Lagal.

98 Arch. dép. Ariège, I E suppl. AAI, fol. 127.

99 1390, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 78, note 8 ; 1446, Arch. dép. Ariège, E 3, fol. 73 : il loc dit à Bordenac, de la terra et molinar que foc de Maître Guilhem Arriga, et apres de Miquel Flassa, et pueys del noble manaud de Noalhas. Au milieu du XVe siècle, il ne reste de l’installation de Guilhem Arriga que le molinar, c’est-à-dire le lieu d’implantation de l’ouvrage hydraulique. La mouline, déclarée vacat en 1424, est sans doute en ruine au moment de la Réformation. Le lieu-dit La Mouline est parfaitement repérable sur le cadastre 3 P 582, section D, 3e feuille. Quant au hameau du Bourg de Mat, il apparaît sous la dénomination Bourg de Mat et Cayrel, 3 P 582, section B, 4e feuille. Ce dernier terme correspondrait-il à une déformation du mot carrais, c’est-à-dire pierres et (ou) scories ?

100 A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 132 ; Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53v° ; Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 11.

101 Sur le ruisseau de Labat, au XIXe siècle, est encore implanté le martinet de Langlade, Arch. dép. 3 P 578, section D, 3e feuille.

102 La parcelle de Saint-Antoine, sur la berge droite de l’Ariège, apparaît sur le cadastre 3 P 578, section D. 7e feuille.

103 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

104 Il est possible qu’au XIVe siècle, la périphérie de la ville de Foix abrite aussi des moulines, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAI, fol. 127r° et v°.

105 S. CAUCANAS, op. cit., p. 198-202.

106 E. CABIÉ, « Forges ou moulins à fer de la Montagne noire du XIIIe au XVIIIe siècles », op. cit., p. 241.

107 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AAl, fol. 127 ; G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 57, 66, 84 et 92. A l’échelle du Saharthès, la famille Marty est loin d’être modeste. Lorsqu’ils décident de fuir, les deux frères de Bernard Marty vendent très rapidement une grande quantité de charbon, vingt barres de fer, deux boeufs qu’ils ont aisément à leur disposition, J. DUVERNOY, op. cit., t. III, p. 285.

108 R. FAWTIER, Comptes royaux..., op. cit., p. 562-565. C. VERNA, « Medieval Coalmining in the Seigneury of Boussagues », dans Le charbon de terre en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke, proceedings of the XXth International Congress of History of Sciences (Liège, 20-26 July 1997), vol. IV, P. BENOIT et C. VERNA éd„ Turnhout, 1999, p. 31-39.

109 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

110 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9 ; Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.

111 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52. Il semble bien, mais l’analyse n’est pas datée, qu’il ait vendu sa part de la mouline de Saurat à Pierre Sobiran, avec qui il l’avait construite, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°.

112 Ferrerius : il est clairement distingué du faber dans la charte de 1294 (n. st.) et associé au groupe des mineurs ; ferratarius : etiam sunt ferratarii qui dicta mineralia in materias mundas ferri redigunt, cet extrait du registre Arch. mun. de Toulouse FF 26, p. 68 (1413), permet d’affirmer que le ferratarius est bien celui qui réduit le fer ; far gator : terme utilisé en 1488 dans le bail d’une mouline d’Aston louée par deux fargatores de Seguier, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1 ; le terme de ferrarius est également utilisé en relation avec la forge de réduction ferraria, en Aubrac, au début du XIVe siècle, J.-L. RIGAL et P.-A. VERLAGUET, Documents sur l’ancien Hôpital d’Aubrac, t. I, Rodez, 1913-1917, p. 617-619. C’est également le cas au XVe siècle dans deux autres régions où l’activité de réduction est loin d’être négligeable : en relation avec les mines de Lacaune, citons les moulines où travaillent les fabri sive ferrerii molinarum, M. PORTAL, « Une mine de fer des environs de Lacaune au XVe siècle », Bulletin historique et philologique du Comité des Travaux historiques, 1904, p. 456 ; en Montagne noire, la mouline de La Grèze et son ferrerius. Arch. dép. Aude, G 77.

113 Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.

114 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

115 À l’époque moderne le mot « ferrier » est traditionnellement associé à celui de marchand, marchand-ferrier, c’est-à-dire marchand de fer. Au Moyen Âge a-t-il le même sens ? En effet, le terme ferrer pourrait bien correspondre à la forme romane du terme latin ferrerius. D’ailleurs, Jean Larligaut désigne les hommes qui réduisent le fer en Quercy comme des ferriers, traduction du terme ferrerius, J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 416.

116 Pour l’Aston 0,8 m3/s, M. SÉBASTIEN, Rivières d’Ariège. Eaux et inondations, Foix, 1985, p. 73.

117 Fr. TAILLEFER, « Le Vicdessos, étude géographique », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1939, p. 188 et 238.

118 Aux XVIIIe et XIXe siècles, les forges à la catalane ne travaillent pas plus de dix mois, par manque d’eau. Il est probable, cependant, que le volume d’eau nécessaire au fonctionnement de la mouline soit inférieur à celui que consomme une forge à la catalane.

119 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

120 Durant ces deux mois, l’Aston atteint un débit de 6,4 à 4,6 m3/s et l’Arget, à Foix, de 4,04 m3/s, M. SÉBASTIEN, op. cit.

121 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

122 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

123 C’est encore le cas à l’époque moderne. Ainsi, en 1576, une mouline est installée sur « le ruisseau après le pont d’Artiès ». En 1577, une autre de ces forges hydrauliques de la vallée de Vicdessos est en fait située sur « le ruisseau qui descend le lieu de Suc », Arch. dép. Ariège, E 6, p. 522 et 323.

124 Le cas ariégeois n’a rien d’exceptionnel. Nous disposons avec le torrent comtois du Hérisson d’un bel exemple de concentration industrielle au Moyen Âge, J.-L. MORDEFROID, « La proto-industrialisation d’un torrent comtois par les Cisterciens et les Chartreux du XIIIe au XVIe siècle », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 73-94.

125 En outre, certains folios du rôle des feux de 1390 sont manquants, déchirés ou illisibles dès l’époque d’Armand de Dufau de Maluquer : tel est malheureusement le cas de ceux qui concernent Aston et Château-Verdun.

126 Arch. dép. Ariège, E 95, fol. 37-38.

127 R.-H. BAUTIER, « Notes sur le commerce... », op. cit., p. 13.

128 R. FAWTIER, Comptes royaux..., op. cit., p. 562-565.

129 Ginclar : commune de Gincla, département de l’Aude, arrondissement de Limoux, canton d’Axat. Rupeforti : commune de Roquefort-de-Sault, département de l’Aude, arrondissement de Limoux, canton d’Axat.

130 Foresta de Angulis : commune d’Anglès, département du Tarn, arrondissement de Castres. À propos de ces moulines, R. FAWTIER, op. cit., t. III, p. 142, émet l’hypothèse d’une implantation dans les Pyrénées-Orientales, dans le canton de Montlouis. L’une d’entre elles, celle de Falcone, est localisée plus précisément dans la commune de Lamontélarié. Au XVe siècle, à Lamontélarié, fonctionnent encore les moulines de Banzo et de Falcone, P. ALENGRIN, « Contribution d’un notulaire (Jean Malacra, 1420-1427) à la connaissance des mines de Lacaune au XVe siècle », Bulletin de la Société des Sciences, Arts et Belles-Lettres du Tarn, 1973, p. 727.

131 Pontus de Larno : commune du Pont-de-Larn. département du Tarn, arrondissement de Castres, canton de Mazamet.

132 Foresta de Nerbonesia : sur le territoire de la commune de Lacabarède, canton de Saint-Amans-Soult, dans le départemenl du Tarn, arrondissement de Castres.

133 E. CABIÉ, « Forges ou moulins à fer... », op. cit., p. 241 et 246.

134 Fraxinis : commune de Fraisse-Cabardès, dans le département de l’Aude, arrondissement de Carcassonne, canton de Saissac. Signalons que R. FAWTIER, op. cit., t. III, p. 258, propose comme localisation la commune de Fraisse-des-Corbières. La mouline de Fraxinis est toujours en activité au XVe siècle, P. ALENGRIN, op. cit. La mouline in foresta regia de Serta correspond peut-être à celle de la forêt de la Serre, connu en 1481, et située entre Saint-Denis et Fontiers-Cabardès, BNF, collection Doat, vol. 253, fol. 811.

135 Arch. dép. Aude, H 393 ; texte édité par J. GUIRAUD, Cartulaire de N-D de Prouille, Paris, 1907, p. 229.

136 E. CABIÉ, op. cit., p. 240. Le texte est une analyse du XVIe siècle. Elle mentionne une « moline a batre fer », Arch. dép. Aude, H 190, fol. 19.

137 Arch. nat. JJ 48, fol. 80-81.

138 S. CAUCANAS, « Les premières mentions de moulins en Roussillon », dans Études roussillonnaises offertes à Pierre Ponsich, Perpignan, 1987, p. 169.

139 S. CAUCANAS, Moulins et irrigation..., op. cit., p. 198-202, 376-377.

140 R. FAWTIER et F. MAILLARD, Comptes royaux (1314-1328), 1.1, P· 266 ; une molina ferrea est acensée dans la forêt d’Albinella. Albinella : département de la Haute-Garonne, canton de Grenade, commune Les Aubinels.

141 Pour le Quercy, voir J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 405 ; J. BOUSQUET, « Mines et travail du fer... », op. cit., p. 116, livre un énigmatique document qui laisserait supposer l’implantation d’une forge hydraulique dès 1318, dans le Tarn. A cette date, le procureur du commandeur des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à la Capelle Livron afferme la farga du lieu. Les amodiataires devront, entre autres, faire l’ouvrage nécessaire aux molis de fer.

142 Elles nous sont connues grâce à une mention tardive de 1382, F. PÉRISSE, « La coutume d’Aspet », op. cit.. p. 68.

143 On ne peut, en effet, retenir les mentions antérieures proposées parfois pour les premières années du XIIIe siècle. C. BONAMI, « Dans la haute vallée de l’Orb, les mines de Ceilhes et Rocozels au Moyen Âge », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours, Actes du 49e Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Aies, 1976, Montpellier, 1977, p. 93-105. De même, la molendina de davis signalée en 1254 dans les Corbières, à Escouloubre, n’est pas une mouline à fer mais un moulin à clou, C. RAYNAUD, « Moulins à fer... », op. cit.

144 Les fouilles des Martys ont prouvé l’ancienneté du travail du fer dans cette région, J.-E. GUILBAUT et C. LANDES, « Recherches récentes sur les mines et la métallurgie romaines de la Montagne Noire », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours..., op. cit., p. 41-53 ; J.-M. PAILLER, A. REBISCOUL, R. SABLAYROLLES et Fr. TOLLON, « Recherches récentes sur l’activité métallurgique du site gallo-romain des Martys (Aude) », dans Mines et mineurs..., op. cit., p. 55-68. Plus récemment, P.-M. DECOMBEIX, J.-M. FABRE, Fr. TOLLON et C. DOMERGUE, « Évaluation du volume des terriers romains du domaine des forges (Les Martys, Aude), de la masse des scories qu’ils renferment et de la production de fer correspondante », op. cit. ; C. JARRIER, C. DOMERGUE, B. PIERAGGI, A. PLOQUIN et Fr. TOLLON, « Archéologie et archéométrie de la sidérurgie romaine dans la Montagne noire au Ier siècle avant J.-C. Le cas des Martys (Aude) », op. cit.

145 Ph. BERNARDI, « De la forme nouvelle aux nouvelles applications de la forme : une brève histoire de la croisée en Provence », dans L’innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe Congrès international d’Archéologie médiévale, P. BECK dir., Paris, 1998, p. 224-229.

146 On retrouve la forme albejes, albigeois, dans le registre de Jacques Fournier.

147 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52.

148 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Il existe aussi un Saint-Denis dans la région de Catus, en Quercy, où sont installées des moulines, J. LARTIGAUT, « Notes sur l’exploitation du fer dans la région de Catus au XVe siècle », Bulletin de la Société des Etudes littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, 1959, p. 243-253 et J. DELMAS, « Les ferrières du haut bassin rouergat du Lot (XIVe-XVIe siècles) », op. cit., p. 405-421.

149 J. DUVERNOY, « La journée de marche des Ariégeois vers 1300 », dans Du Couserans au gave de Pau. Tradition et renouveau, Actes du 40e Congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Saint-Girons, 1985, SaintGirons, 1985, p. 105-108.

150 R. FAWTIER, op. cit., p. 563.

151 Encore en 1390, la famille Clergue est exclusivement recensée à Montaillou, A. de DUFAU DE MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit.. p. 137. L’aisance et la puissance des Clergue à l’échelle de leur village, la personnalité de Bernard Clergue sont présentées dans E. LE ROY LADURIE, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975, p. 88-107.

152 Pour l’hivernage, les troupeaux de moutons descendent vers les contreforts des Pyrénées, en Lauragais, en Fenouillèdes, E. LE ROY LADURIE, Montaillou..., op. cit., p. 27 et 162.

153 Arch. dcp. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53.

154 Arch. dép. Aricge, E 7, p. 249 ; E 9, p. 22 ; Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 341-342. Le document, une analyse moderne d’un acte perdu, mentionne très exactement un « moulin à fer ».

155 A. CAZENAVE, « Les cathares en Catalogne et Sabarthès d’après les registres d’inquisition... », op. cit., p. 387-436.

156 J. DUVERNOY, Le catharisme : l’histoire des cathares, Toulouse, 1979, p. 321-333.

157 A. CAZENAVE, « Les cathares... », op. cit., p. 402-419.

158 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. I, p. 197.

159 A. PALES GOBILLIARD, L’inquisiteur Geoffroy d’Ablis et les cathares du comté de Paris, Foix (1308-1309), 1984, p. 150, 342 et’358. J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. III, p. 171.

160 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. II, p. 456. On ignore son degré de parenté avec Pierre et Guilhem.

161 A. PALES GOBILLIARD, op. cit., p. 108.

162 J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition..., op. cit., t. III, p. 285.

163 Ibidem, p. 259-285.

164 De très nombreux exemples dans A. PALES GOBILLIARD, op. cit.

165 Les deux quintaux à livrer par semaine apparaissent dans les baux de deux moulines, celle d’Albiès, que nous avons déjà mentionnée, et celle du pont d’Aston. Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52-53.

166 Dans sa déposition auprès de Jacques Fournier, Bernard Marty, frère de maîtres de mouline, établit une nette différence entre la barre de fer, barra ferri rotonda et le marlanum ferri que Jean Duvernoy traduit par merlin de fer dans l’édition en français des dépositions, J. DUVERNOY, Le registre..., op. cit., t. III, p. 285 et 259. Or le merlin est soit une hache à gros tranchant, soit un marteau à long manche, objets finis qu’il serait surprenant que la mouline délivre en grande quantité d’autant que certaines forges hydrauliques ne fournissent que ce produit. À partir du terme merlarium qui dans un acte de 1349 (Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127) pourrait désigner le même produit que le marlanum et le merlai, Gabriel de Llobet lui oppose la traduction « merlier » auquel il donne le sens de verge plate, G. de LLOBET, Foix..., op. cit., p. 57. Le mot merlai apparaît dans l’analyse médiévale d’un bail d’amodiation de 1326, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v°. Dans ce cas chaque merlai pèse deux quintaux, soit 84 kg.

167 Virga ferrea : acte de 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71. Dans une analyse moderne de ce document le terme virga est traduit en français par verge. Bib. mun. de Toulouse, ms. 638, p. 3. Virga plata : acte de 1349, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA1, fol. 127. « Fer de vergue » : acte de 1336, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9. Les moulines du Quercy en livrent également, J. LARTIGAUT, Les campagnes..., op. cit., p. 419.

168 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127. Scapolones peut être traduit par barres de fer ou morceaux de fer. Les deux traductions sont respectivement proposées par A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 198-199 et Ph. WOLFF, « Un leudaire de Toulouse », Annales du Midi, 1956, p. 285-302. Dans son vocabulaire des ouvriers des forges du comté de Foix, Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse précise le sens du terme « escapouler » : il s’agit de « forger des pièces de fer, des socs, des coutres que le forgeron devra perfectionner sans les diviser », Ph.-I. PICOT de LAPEYROUSE, Traité des forges..., op. cit., p. 361. Nous dirions des ébauches. À la traduction d’Armand de Dufau de Maluquer, nous préférons donc celle de Philippe Wolff car dans les textes les scapolones sont distingués des « merliers ». Elle correspond à celle fournie par L. ALIBERT, Dictionnaire occitan-français, Toulouse, 1977, p. 354.

169 Arch. mun. de Narbonne, CC 2423.

170 Il s’agit de la traduction française d’un acte sans doute originellement rédige en latin, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, C 9.

171 Bail d’amodiation de la mouline d’Albiès en 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

172 Arch. mun. de Toulouse, HH 66, fol. 262.

173 BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.

174 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

175 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22.

176 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 30.

177 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 33.

178 Pourtant, celte traduction est proposée dans l’analyse qui introduit le texte de 1284 dans la copie moderne de la Bibliothèque nationale de France, BNF, nv. acq. fr. 7404, fol. 309-310.

179 Arch. dép. Ariège, 1 E Suppl. AA 1.

180 A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix..., op. cit., p. 198-199.

181 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 52v° ; J. DUVERNOY, Le registre..., op. cit., t. III, p. 285.

182 Ph. WOLFF, « Un leuduire... », op. cit., p. 153.

183 Ph. WOLFF, Commerces..., op. cit., p. 289.

184 Arch. dép. de la Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1.

185 Th. SCLAFERT, Les mines d’Allevard..., op. cit., p. 43.

186 F. MELIS, Documenti per la storia economica dei secoli XIII-XVI, Florence, 1972, p. 176 et 360.

187 Ces termes sont ceux utilisés par les forgeurs jusqu’au XIXe siècle. L’ingénieur des Mines, Louis Marrot. emploie d’ailleurs l’expression « fer cédat » pour désigner l’acier naturel, L. MARROT, « Mémoires sur le traitement des minerais de fer dans les forges catalanes du département de l’Ariège », Annales des Mines, 1835, p. 475.

188 Rappelons que le manganèse, au cours de la réduction directe, favorise la fixation du carbone.

189 Nous ne disposons d’aucune donnée précise sur le tour de main des forgeurs au Moyen Âge. Sans doute, est-ce pour cette raison que nous sommes particulièrement sensible à une mention du bail d’Albiès qui indique que la mouline pourra fonctionner de jour comme de nuit. Or, le contrôle du massé, de sa température, le contrôle de la réduction, à l’œil, se font plus facilement de nuit. En outre, et on en a la preuve pour le temps de la forge à la catalane, interrompre le travail de nuit aboutirait à une perte en température et donc à une consommation supplémentaire de combustible, J. CANTELAUBE, « Les forgeurs à la catalane : un savoir faire entre sensations et pratique », dans Savoirs et savoir-faire industriels en Méditerranée occidentale, XVIe-XXe siècle, Colloque international, Corte, 2000, à paraître.

190 Ph. BRAUNSTEIN, « L’essor minier et sidérurgique au Moyen Âge », dans Les maîtres de l’acier, histoire du fer dans les Alpes, Grenoble, 1996, p. 39-59. J.-Fr. BELHOSTE, « Martinetus et fusina... », op. cit. J. SIMON I ARIS, « Testimonios de una actividad metalurgica en la excavacion de fabregada », dans M. SANCHO I PLANAS, Ipsa fabricata..., op. cit., p. 107-129.

191 Des forgeurs japonais pratiquent de façon équivalente la brisure de la loupe pour aboutir à l’identification de l’acier, H. MOESTA, « Composite steels and the japonese sword », dans Dut basso fuoco all’altoforno, Atti del I simposio Valle Camonica, 1988, La siderurgia nell’antichità, N. CUOMO di CAPRIO et C. SIMONI éd„ Sibrium, 1989, p. 381-389 ; P. MERLUZZO, C. FORRIÈRES, A. THOUVENIN et A. PLOQUIN, « Les premières étapes du travail du fer en foyer de forge, selon les procédés traditionnels japonais », dans Paléométallurgie du fer et cultures..., op. cit., p. 71-86.

192 Mémoires sur le fer considéré dans ses différents états métalliques, Mémoire de l’Académie des Sciences, Paris, 1786.

193 Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico... », op. cit., p. 63-65. Dès 1794 dans la Description de l’art de fabriquer les canons, Monge précisait : « C’est précisément par la quantité de charbon qui se trouve uni au fer et par la manière dont le charbon est distribué dans la masse que les aciers diffèrent entre eux ».

194 Les différents morceaux, d’une même qualité de métal, ainsi identifiés pourront être rassemblés et compactés grâce à un martelage pratiqué en forge. On obtiendra, ainsi, une matière homogène adaptée au produit fini que le forgeron veut réaliser, Ph. FLUZIN, « Il processo sidérurgico... », op. cit.

195 Arch. mun. de Toulouse, FF 26, fol. 68.

196 Extrait publié par A. FRANCE-LANORD, La notion d’acier, Centre de recherche de l’histoire de la sidérurgie, Jarville, s.d.

197 Notons que lorsque nous percevons les productions de la mouline, par l’intermédiaire des versements des amodiataires, s’il est question de barres et de verges de fer, de morceaux, l’acier n’apparaît pas. Seule la mention de merlais et celle de merlaria pourraient laisser supposer la livraison de barres, de qualité hétérogène, pouvant contenir de l’acier.

Table des illustrations

Titre Schéma du mécanisme du marteau hydraulique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Les moulines du comté de Foix, de la seigneurie de Mirepoix et du Couserans première moitié du XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Les moulines répertoriées à l’est du comté de Foix XIIIe - début XIVe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search