Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

Recherches topographiques au Mont Athos1

Athanasios Papazôtos

Texte intégral

  • 1 Le texte a été traduit en français par Mme Ioli Vingopoulou, que je remercie vivement.

1Il est évident que, pendant ces dernières années l’intérêt pour l’organisation du monachisme après le xe siècle au Mont Athos a augmenté. La présence de nouveaux documents dans les « Archives de l’Athos » fait apparaître de nouveaux aspects de son histoire et met à jour des éléments, qui concourent au plus haut point à la reconnaissance substantielle de cette presqu’île.

2Cette étude n’a certes pas la valeur d’une présentation globale de la topographie médiévale du Mont Athos — présentation qui constituerait en effet une contribution scientifique positive —, elle offre pourtant quelques éléments, qui démontrent que ce qui reste de l’épanouissement du monachisme est encore aujourd’hui bien visible et que ces éléments pourraient donner lieu à une autre forme de recherche au-delà de leur identification topographique. Les fouilles faites d’après les sources historiques nous donneraient des informations importantes sur les monuments. Ces informations constitueraient des « paramètres » pour l’archéologie byzantine, du moment qu’aujourd’hui on utilise pour la datation des monuments seulement la recherche comparative. Au Mont Athos nous avons d’une part la chance de disposer de monuments sur lesquels nous avons plusieurs informations par les sources, et, d’autre part, une absence des éléments des fouilles.

3Pour la connaissance du Mont Athos deux problèmes sont à envisager : le premier, et le plus important, est la végétation sauvage sur une terre restée inculte depuis des siècles, et le deuxième la rupture de la tradition locale. Cependant les « periorismoi » des textes des prôtoi, qui sont quelquefois très détaillés, contrebalancent ces difficultés. L’emplacement des anciens couvents, pour lesquels nous possédons ce genre de periorismoi, peut être identifié avec exactitude. Ceux-ci constituent des paramètres pour l’identification ou la recherche d’autres monastères limitrophes.

  • 2 Chaque lemme s’articule ainsi : Sour= sources, Hist= histoire, Top. = topographie, Mon. lim. = (...)

4Nous exposons plus bas les résultats d’une première recherche au Mont Athos effectuée au mois de septembre 1983, qui constitue une première approche. La présentation des monastères identifiés se fait par ordre alphabétique2.

ΒΟΡΟΣΚΟΠΟϒ (μονή τοῦ ἁγίου Συμεών τοῦ) : Monastère de Boroskorou.

  • 3 Les mots abrégés, utilisés pour les sources, sont les suivants ;
    Chil : Actes de Chilandar, I, Actes (...)

5Sour.3. Schatz 10353 (1015), La 2553 (1024), La 61 (1141).

6Hist. Nous connaissons seulement un higoumène du monastère, Théoktistos, en 1015 et 1024. D’après l’acte La 61 il semble que le monastère existait encore au milieu du xiie siècle et qu’il est limitrophe du couvent de Kalyka, dont l’emplacement est connu. Nous ne savons pas quand il passa sous la juridiction du monastère de Chilandar.

  • 4 Σmυnaknσ, p. 498.

7Top. Le toponyme a été conservé4, et le periorismos du monastère de Kalyka du 1141 est instructif (voir fig. 1).

8Mon. lim. Saint-Basile, Chilandar, Saint-Théodosios, Kalyka.

  • 5 Les fouilles ont été exécutées en juin 1974 par moi-même avec l’aide des étudiants de l’Université (...)

9Arch. Le monastère est construit près de la mer, orienté vers le nord — d’où probablement son nom — et se trouve entre le monastère de Kalyka et celui de Chilandar. L’été 1974, le katholikon du monastère5 a été fouillé en partie. Il conserve intacts son plan et plusieurs éléments de sa structure (fig. 3). C’est une église en forme de croix grecque avec narthex. Les dimensions extérieures sont 11,50 x 7,90 m. La coupole était supportée par les murs qui séparent l’abside centrale de la prothesis et du diakonikon, et par deux murs partant du mur ouest de l’église. Cet élément est assez rare. La conque de l’abside dépasse de la masse de la construction principale. Au-dessus du narthex il y avait un deuxième étage, les ϰατηχουμενεα. Des traces de la voûte qui étayait le sol du deuxième étage sont conservées à l’angle sud-est du narthex (pl. 1). La maçonnerie est irrégulière avec des pierres taillées et l’usage des briques est limité. Pendant les fouilles il a été constaté que l’église avait des fresques. D’après ce qu’on peut en juger à l’heure actuelle, l’église doit être une construction du début du xie siècle.

ΘΕΣΣΑΛΟΝΙΚΕΩΣ (μονή τοΑγίου Παντελεήμονος τοῦ) : Monastère du Thessalonicien.

10Sour. Va inédit (998), Chil 16,46 (1009), Iv inédit (1013), Iv inédit (1015), Ros 121 (1030), Ros 3 (1044 ?), Iv inédit (1056), Ros 5 (1057), Va inédit (1066), Ros 651 (1070), Schatz 10439 (1080), Ros 8 (1169).

  • 6 Actes de Saint-Pantéléèmôn, p. 6-19.

11Hist. L’histoire du monastère du Thessalonicien est relatée en détail par P. Lemerle dans l’introduction de la publication des actes du monastère de Saint Pantéléèmôn6.

12Top. L’emplacement de l’ancien monastère se trouve sur celui de Paléomonastiron au N.-E. du monastère russe de Saint-Pantéléèmôn (fig. 2).

13Mon. lim. Katzari, Saint-Nikôn, Anapausa, Barnabitzi.

14Arch. Il semble que les anciennes installations ont été détruites au siècle précédent pour construire une grande église de Saint-Pantéléèmôn. A l’est de cette église il existe une série de cellules aménagées plusieurs fois. Entre elles surgit un mur byzantin d’une maçonnerie irrégulière, qui date d’avant le xiie siècle (fig. 4 et pl. 2).

KΑΛΕΤΖΗ (μονή τοῦ) : Monastère de Kalétzi.

15Sour. Prôt 8193 (1045), Ros 445 (1048), Ros 653 (1070), Va, voir Πάτρια, p. 219 (1071), Schatz 10440 (1080), Xer 660 (1081), Phil 1164 (1087), Pant 1 (1107), La 5770 (1108 ?), Do (1195), Chil 359-60 (1198), Chil 10115 (1288), Chil 9 (1294), Esph 12170 (1316).

16Hist. En 1045 le moine et higoumène du monastère, Théodore, signe le Typikon de Monomaque et plus tard en 1048 un acte du prôtos Théophylaktos. Dès 1070 et jusqu’en 1087 l’higoumène est Nicèphore. En 1107 le moine et higoumène de Kaletzi Néophytos fait partie du groupe qui divise les biens des monastères voisins de Saint-Dèmètre τοΚυνόποδος et de Phalakrou. En 1108 (?) le moine et higoumène Euthymios signe un acte du prôtos Jean Tarchanéiôtès. L’higoumène est Leontios (?) en 1195, Nikodème en 1198, Kallistos en 1288, Iôannikios en 1294 et Mélétios en 1316. Nous ignorons quand le monastère est rattaché, comme métochion, au monastère de Vatopédi.

  • 7 Σμyρνακης, p. 43, 62, 451 et M. ΓεΔεων, θως, Κωνσταντινοπολη 1885, p. 168.

17Top. Le toponyme existe avec son terme nouveau, Κολιτσο7 (fig. 2).

18Mon. lim. Phalakrou, Saint-Dèmètre τοΚυνόποδος, Vatopédi.

19Arch. A l’emplacement du monastère se trouvent une tour compacte, rectangulaire, de dimensions 6,50 × 5,50 m, et les traces d’un péribole extérieur (fig. 5 et pl. 3, 4). Les murs sont d’une épaisseur de 1,20 à 1,40 m, mais l’épaisseur du mur ouest dépasse les 2 m. L’escalier, qui conduit aux étages supérieurs et aux diverses chambres secondaires par étage, est aménagé dans l’épaisseur du mur. Le rez-de-chaussée est une salle carrée de 3 m, qui était couverte d’une coupole. De chaque côté de cette salle il y avait de petites fenêtres de coupe étroite. Au-dessous du sol de la salle il y a une citerne, dont l’ouverture se trouve à côté de l’escalier. A part le rez-de-chaussée et la citerne souterraine, il y a trois autres étages. Au dernier étage, l’angle S.-O. de la tour est aménagé en petite chapelle triconque, dont la conque sud fait saillie sur le côté extérieur de la tour. La tour était couverte d’une coupole basse. L’intérieur de la tour présente une maçonnerie exceptionnellement soignée, contrairement à l’extérieur, qui a un aspect assez sobre. L’usage de briques en abondance et le système de construction avec des briques et des pierres alternativement, nous fait penser que la tour date de l’époque des Paléologues.

ΚΑΛϒΚΑ (μονή το Σωτρος Χριστο το) : Monastère de Kalyka.

20Sour. La 946 (991), La 1228 (996), Chil Suppl 1 (1076), La 5428 (1101/2), La 61 (1141), La 62 (1142), La 63 (1154).

  • 8 Actes du Prôtaton, p. 88.
  • 9 Pour l’histoire de Kalyka v. Actes de Lavra I, p. 316-17.

21Hist. Pour la première fois, en 982, un moine et higoumène Pierre ό Καλιούϰας, probablement fondateur du monastère, signe deux actes d’Ivirôn8. Xénophôn, presbytèros et higoumène de Kalyka, signe un acte du prôtos Jean en 996. Xénophôn, qui signe en La 9 (991), doit être le même que le Xénophôn de La 12 (996), parce que l’ordre des signatures dans les deux actes est pareil. En 1076 nous connaissons Thômas, moine du monastère de Kaliouka, et en 1101/2 David, moine du monastère de Kalyka. En 1141 le monastère est en ruines et son higoumène Makar le rattache, comme métochion, au monastère de Philothéou. Du même acte il ressort que l’ancien monastère de Kalyka occupait un champ à Karyés et qu’alors s’y était établi un monastère au nom de la Theotokos, dit Tavlas, où était installé, comme higoumène, Makar. L’acte de La 63 (1154) est très important, parce qu’il nous donne le nom entier du monastère, même s’il le fait d’une façon indirecte : τοΣωτροςμν ησοΧριστοτοΚαλύκα. Le champ τοΣωτρος Χριστοῦ, métochion de Philothéou depuis 1141, comme le mentionne l’acte La 63, porte sûrement le nom de l’ancien monastère de Kalyka, qui existait jusqu’alors. D’après le même acte de 1154 les monastères de Philothéou et de Lavra échangent leurs terres. Ainsi le métochion de Kalyka passe sous la juridiction du monastère de Lavra. Nous ne connaissons pas les circonstances dans lesquelles le métochion de Lavra passa sous la juridiction de Chilandar, à laquelle il appartient encore de nos jours9.

  • 10 Σμυρνακησ, p. 20 et 498. Κ. Βλαχου, χερσόνησος το γίου ρους θω, Βόλος 1903, p. 209.

22Top. L’acte de La 61 détermine la région du monastère de Kalyka, qui, on doit le noter, était assez grande. Le toponyme, qui est parvenu jusqu’à nos jours10, nous permet de reconnaître et d’identifier l’emplacement des monastères limitrophes du monastère de Kalyka (fig- 1)

23Mon. lim. Boroskopou, Saint-Théodosios, Saint-Philippos, Banitzas, Monoxylitou, Chrémitzainis, Zygou, Chiliadous (?).

24Arch. Les ruines de l’ancien monastère de Kalyka sont encore visibles aujourd’hui, au N.-O. du monastère de Chilandar et très près de la mer. Sur un rocher près de la mer il y a les ruines d’une tour carrée construite avec des dômes (pl. 5). Le katholikon en ruines se trouve à une distance de 200 m de la tour. Le rapprochement des deux installations est inévitable. Il reste pourtant la question de savoir pourquoi le katholikon n’était pas fortifié par un péribole. La partie de l’église, qui est visible (fig. 6, 7 et pl. 6, 7), nous fait croire que l’église avait une coupole et un sanctuaire triconque. La prothésis et le mur entre la prothésis et l’abside centrale sont mieux conservés. Les deux conques sont semi-circulaires. Il y avait une fenêtre à lobe unique dans la conque de la prothésis et au mur nord du même endroit. Le début d’une fenêtre dans l’abside centrale démontre qu’il y avait une ouverture trilobée. Le système de construction par des briques en bandes nous permet peut-être de dater l’église de l’époque de la fondation du monastère.

KATZAPH (μονή τοΣωτρος Χριστοτοῦ) : Monastère de Katzari.

25Sour. Iv, voir Σμυρνακης, p. 37 (985), La 942 (991), La 1226 (996), Ros 2 (1033/4), Xén 1184 (1083), La 5759 (1108 ?), Ros 7 (1142), Ros 13 (1363).

26Hist. Le monastère est une des plus anciennes fondations du Mont Athos. Nous savons qu’en 985 son higoumène était Stéphanos. Son higoumène Antoine signe les deux actes du prôtos Jean, actes de 991 et de 996. En 1033/4 son higoumène Christodoulos et le moine Jean vendent à l’higoumène de Saint-Tryphôn une partie des terres du monastère pour 20 nomismata. Dans les limites de cette même terre les mêmes moines avaient donné quelques années avant une partie de cette terre à un vieux moine, Pierre, pour en faire des vignes et un verger. Il était entendu qu’après la mort du moine Pierre la terre appartiendrait au moine Euthymios de Saint-Tryphôn. Peut-être Jean, frère servant de Christodoulos, a-t-il signé l’acte 4 (1048) de Saint-Pantéléèmôn. L’acte Ros 7 (1142) indique que le monastère de Katzari devait au monastère de Xylourgou six hyperpères payés à l’higoumène Christophoros du monastère de Xylourgou. L’acte de 1363 du monastère de Saint-Pantéléèmôn est particulièrement instructif. Il apparaît que l’ancien monastère a été détruit par des pirates turcs. Le prôtos Antoine (1348) rattacha le monastère de Katzari au monastère de Saint-Pantéléèmôn des Russes, lequel dut s’occuper de la reconstruction de la tour du monastère de Katzari. Le prôtos Dôrothéos, par son acte de 1363, vient confirmer cette donation à condition, que le monastère des Russes verse chaque année un hyperpère aux prôtoi, qui lui succéderont, le jour de la fête de saint Dèmètre.

  • 11 Σμυρνακης, p. 678.

27Top. Le monastère se trouve au bout d’une ancienne vigne du monastère des Russes11 (fig. 2).

28Mon. lim. Saint-Éphraim, Makrygéni, Barnabitzi, Thessalonicien, Saint-Tryphôn.

29Arch. Les ruines du monastère constituent un des meilleurs exemples de l’organisation d’un monastère du Mont Athos de la période médio-byzantine (fig. 8, 9). La tour compacte et rectangulaire, 7 × 6 m, construite avec des pierres taillées (pl. 8), forme le noyau principal du monastère. Huit contreforts, deux de chaque côté, dépassent du rectangle compact de la tour. Au sud de cette tour il y a les vestiges d’un péribole. Le premier étage de cette tour constituait la place principale du culte, aménagée en église de dimensions 4 × 3,60 m (pl. 9). Du côté ouest de l’église il y avait un escalier montant aux étages supérieurs de la tour, qui devaient être probablement aménagés en cellules pour les moines.

30On doit considérer le monument comme un des plus anciens du Mont Athos, c’est-à-dire contemporain des sources de la fin du xe - début du xie siècle. Même si l’on sait qu’il a été restauré au milieu du xive siècle par le monastère de Saint-Pantéléèmôn, tel qu’apparaît le monument aujourd’hui, on ne peut pas percevoir l’étendue de cette restauration.

ΞϒΛΟϒΡΓΟϒ (μονή τς περαγίας Θεοτόϰου το) : Monastère de Xylourgou.

31Sour. La 19 (1016), Ros 1 (1030), Ros 4 (1048), Ros 6 (1070), Ros 7 (1142), Ros 8 (1169).

  • 12 Actes de Saint-Pantéléèmôn, p. 4-5.

32Hist. Pour l’histoire du monastère voir l’introduction de P. Lemerle dans la publication des actes du monastère de Saint-Pantéléèmôn12.

  • 13 Σμυρνακης, p. 674-75.

33Top. Le monastère se trouve aux limites du monastère de Pantokratôr13 (fig. 2).

34Mon. lim. Saint-Auxéntios, Phakènou.

35Arch. Le katholikon du monastère, malgré les additions variées et les restaurations, paraît conserver le côté est primitif (pl. 10). L’abside centrale du sanctuaire est demi-hexagonale, tandis que celles de la prothésis et du diakonikon sont semi-circulaires. De l’articulation des volumes de l’ancien côté est de l’église il ressort que l’église avait une coupole. Il faudrait un travail particulier sur ce katholikon pour faire apparaître jusqu’où sont conservés les éléments anciens et quelles sont les additions postérieures.

ΠΡΟΚΟΠΙΟϒ (μονή το γίου) : Monastère de Saint-Prokopios.

36Sour. Ros. 550 (1057), Xèr 664 (1081).

37Hist. Les sources sont très pauvres pour une des plus intéressantes constructions du Mont Athos. Nous connaissons seulement deux higoumènes de ce monastère, Nicéphore, en 1057, et Christodoulos, en 1081.

  • 14 Σμυρνακης, p. 448.

38Top. Le monastère se trouve dans les limites du monastère actuel de Vatopédi14 (fig. 1, 2).

39Mon. lim. Saint Hypatios, Trochala, Phalakrou, Saint-Dèmètre.

  • 15 P. Mylonas, Two Middle-byzantine Churches on Athos, Πραϰτιϰά το XV Διεθνος Βυζαντινολογιϰο Συνεδ (...)
  • 16 M. Chatzidakis, Études sur la peinture postbyzantine, Variorum Reprints, London 1976, VII, p. 84-91

40Arch. P. Mylônas a déjà publié un travail au sujet du monastère de Saint-Prokopios15. D’après ses remarques l’église a dû être construite de 1080 à 1100, puiqu’elle présente une forme plus proche de l’église du Christ Pantépoptès de Constantinople (peu avant 1087), que des autres monuments du xie siècle, comme l’église de la Vierge des Chaudronniers à Thessalonique (1028). Il s’agit d’une église en forme de croix grecque inscrite, avec une coupole supportée par quatre colonnes (fig. 10 et pl. 11). Aujourd’hui la coupole ne subsiste plus tandis que les autres parties de l’église ont subi des restaurations diverses. Le fait que l’église a au-dessus du narthex des ϰατηχουμενεα, comme l’église de Saint-Symeôn de Boroskopou constitue un élément architectural très intéressant. Une partie de ces katèchouména a fonctionné comme une petite église de la cellule de Saint- Prokopios, dépendante du monastère de Vatopédi. Cela a dû survenir avant 1537, année dont sont datées les fresques de cette chapelle. D’après les estimations de M. Chatzidakis ces fresques sont considérées comme une œuvre du peintre Antoine16. Nous notons ici l’existence de deux chapiteaux des colonnettes, qui ont des inscriptions : l’un, VΠΕΡ EVXHC MṾ[....]ΔIOV et l’autre, VΠEP E[......]CE ΙωΑΝΝΟV (pl. 12). La première a été publiée par P. Mylônas, qui l’a déchiffrée autrement.

ΣΑΡΑΒΑΡΗ (μονή το Σωτρος Χριστο το) : Monastère de Sarabari.

41Sour. Schatz 10345 (1015), La 2141 (1017), La 2329 (1019), Esph 147(1034), Ros 448 (1048), Xèr 58 (1056), Ros 553 (1057), Schatz 104 (1080), Xèr 6 (1081), La 6247 (1153), Schatz 10530 (1306), Kull 947 (1313/4), Esph 12167 (1316), Zog 1783 (1320), Haupt 11 (1394).

  • 17 Θ. Παπαζωτου, μονή το Σαράϐαρη στό γιον ρος. Ἱστορικϰές ϰαί ἀρχαιολογιϰές μαρτυρίες, Κληρονομί (...)

42Hist. Il existe un article sur l’histoire du monastère et ses éléments archéologiques17.

  • 18 Σμυρνακης, p. 474.

43Top. L’emplacement du monastère se trouve au S.-E. des Karyés, sur l’ancienne route d’Ivirôn18.

44Arch. Les ruines de l’église, que Smyrnakis avait vues, n’existent plus. La place de cette église a été nivelée pour être mise en culture. Ce qui est resté à la surface et qui appartient à l’église ce sont trois éléments d’épistyle de templon (pl. 13) et un linteau. Quelques fragments architecturaux sont construits dans les murs de la cellule postérieure.

ΤΡΟΧΑΛΑ (μονή το) : Monastère de Trochala.

45Sour. La 1229 (996), Ros 550 (1057), Ros 654 (1070), La 5761 (1108 ?), Ros 869 (1169), Chil 366 (1198), Chil 166 (1009 + 1253/57), La 7940 (1287), Zog 1 (980 + 1311), Chil 11925 (1329).

46Hist. Nous connaissons seulement les noms d’higoumènes du monastère de Trochala : Joël de Trôgala en 996, Pierre en 1057, Paul en 1070, Damianos en 1108 (?), Jacob en 1169, Théodosios en 1198, Jôakeim entre 1253-57, Éleuthérios en 1287 et en 1311 et enfin l’higoumène Gabriel en 1329. Nous ne savons pas dans quelles circonstances ce monastère a été annexé au monastère de Vatopedi.

  • 19 Σμυρνακης, p. 448, Βλαχος, p. 185.

47Top. Se trouve au S. du monastère de Saint-Prokopios19 (fig. 1, 2).

48Mon. lim. Saint-Prokopios, Saint-Hypatios, Xylourgou, Phalakrou.

49Arch. Au sous-sol de la cellule actuelle de Saint-Nikolaos de Trochala a été conservée une partie seulement du mur ouest de l’ancienne église (fig. 11). Sur la façade, à droite et à gauche de la porte, il y a deux niches, peu profondes, avec des traces de fresques. Elles sont à demi conservées et remblayées. La tête de la Vierge (pl. 14) a été photographiée difficilement. Malheureusement celle-ci, ainsi que la maçonnerie de l’église, n’aident pas pour la datation du monument.

ϒΠΑΤΙΟϒ (μονή το γίου) : Monastère de Saint Hypatios.

50Sour. La 2926 (1035), Kast 123 (1047), Zog 3 (1049), Ros 542,44,48 (1057), La 5752 (1108 ?), Schatz 3836 (1294), Kast 7 (1471).

  • 20 Pour l’histoire de Saint-Hypatios, après 1471, v. Actes de Kastamonitou, p. 61-62

51Hist. Nous connaissons le nom de l’higoumène du monastère, Jacob, qui signe depuis 1035 jusqu’en 1057. En avril 1049 il fait partie d’un groupe de moines, qui détermine les droits des monastères de Néakitou et des Saints-Apôtres d’Onèsiphorou, voisins entre eux, et de son propre monastère. Il existe encore en tant que monastère jusqu’au début du xiie siècle, quand son higoumène Germanos signe dans un acte du prôtos Jean Tarchanéiôtès. Il tombe en décadence et, en 1294, il est qualifié d’ἀγρός qui appartient au monastère de Karakallou. En 1471, par un acte du prôtos Daniel, le monydrion ou kathisma de Saint-Hypatios a été octroyé au monastère de Kastamonitou20.

  • 21 Σμυρνακης, p. 80.

52Top. Dans le périorismos des frontières du monastère de Néakitou et des Saints-Apôtres d’Onèsiphorou, en 1049, le monastère de ϰυροῦ αϰώϐου τοῦ γίου πατίου est mentionné comme monastère limitrophe. Les emplacements connus des deux monastères précédents déterminent ainsi l’emplacement du monastère de Saint-Hypatios, déjà connu par G. Smyrnakis21 (fig. 2).

53Mon. lim. Kamélauka, Saints-Apôtres, Néakitou, Kastamonitou, Saint-Prokopios.

54Arch. Au lieu-dit Paléopyrgos, au N.-E. du monastère de Néakitou et à côté de l’ancienne route de la ligne de faîte de la péninsule, qui mène à Karyés, il y a des ruines de la tour de Saint-Hypatios. Il s’agit d’une construction carrée, dont le côté extérieur est de 7,20 m et d’une épaisseur de mur de 1,90 m (fig. 12 et pl. 15). Aujourd’hui le côté sud, construit avec des pierres taillées et du mortier est mieux visible. Sa datation au xie siècle paraît assez probable.

ΦΑΛΑΚΡΟϒ (μονή το σωμάτου το) : Monastère de Phalakrou.

55Sour. La 950 (991), La 1232 (996), La 2330 (1018/9), Prôt 8192 (1045), Ros 452 (1048), Bos 6 (1070), Xén l200-209 (1083), Pant 1 (1107), La 6151 (1141), La 6373 (1154), La 7940 (1287), Chil 9143 (1294), Kurtz 1 (1322), Pant 1323 (1398).

  • 22 Actes du Pantokratôr, 2 (1357).

56Hist. Nicèphore Φαλαϰρός, qui signe dans un acte du prôtos Jean, en 991, est peut-être le fondateur de ce monastère. Dans le même acte signe aussi un certain Bartholoméos, moine et presbytèros, peut-être la même personne que l’higoumène de Phalakrou qui signe dans un acte de 996. Après 1000 nous connaissons le moine de Phalakrou Néophytos, en 1018/9, l’higoumène Léontios, qui signe le Typikon de Monomaque (1045) et plus tard, en 1048, dans un acte du prôtos Théophylaktos, l’higoumène Philothéos et le moine Raphaél, qui signent dans un acte du prôtos Paul, en 1070. De l’acte Xén 1 (1083) nous apprenons des informations intéressantes pour le monastère. D’après cet acte le défunt kathigoumène du monastère de Xénophôn et prôtos kyr Gérasimos — après le prôtos Théophylaktos, connu depuis 1045 jusqu’en 1051, et avant le prôtos Hilariôn, connu depuis 1056 jusqu’en 1066 — a construit une tour au monastère de Phalakrou et il l’a fait dépendre du monastère de Xénophôn. Il semble pourtant que très vite ce droit a été enlevé au monastère de Xénophôn et que le monastère de Phalakrou a refonctionné indépendamment. En 1083 le nouveau fondateur du monastère de Xénophôn a remis en question cette indépendance car il avait une instruction à ce sujet de l’empereur Nicèphore Botanéiatès (1071-1084). Devant ce problème et la nouvelle contrainte de l’empereur Alexios Komnène, le prôtos Paul lègue, comme metochion, l’ancien monastère de Monoxylitou à la place de Phalakrou au monastère de Xénophôn. En 1107 apparaît un différend entre les monastères d’Asômatou de Phalakrou et de Saint-Dèmètre τοῦ Κυνόποδος — dans cet acte nous apprendrons le nom entier du monastère. Le prôtos Jean Tarchanéiotès établit un comité d’higoumènes des monastères voisins des deux monastères, qui donne raison finalement au monastère de Phalakrou. En 1141 l’higoumène de Phalakrou est Kallinikos et en 1154 Néophytos. Des actes des années 1287 et 1294 mentionnent l’higoumène Makar. Dans l’acte de 1294 signe le moine Mathieu de Phalakrou. Vers 1322 le monastère de Xénophôn, qui entre-temps avait perdu ses droits sur le métochion de Monoxylitou — il était passé sous la juridiction de Lavra —, remet en question son droit ancien et de courte durée sur Phalakrou et exige qu’on lui donne le métochion de Monoxylitou ou bien le monastère de Phalakrou. Le prôtos Isaac, devant ce dilemme, décide de lui octroyer le monydrion de Matzouki, qui se trouve d’ailleurs près de la région du monastère de Xénophôn. Le monastère de Phalakrou, avant 1394, a été octroyé au monastère actuel de Pantokratôr. D’après l’acte Pant 13 (1398) il semble que les fondateurs de ce monastère, les frères Alexios et Jean, ont acheté plusieurs biens du monastère dans le Mont Athos. Ces biens étaient les anciens monastères de Ravdouchou, de Phakènou, de Phalakrou, de Saint-Dèmètre, du Christ Sauveur, de Saint-Auxéntios. Au moins pour Ravdouchou nous savons qu’il a été légué au monastère de Pantokratôr en 135722.

  • 23 Σμυρνακης, p. 43, 56, 62, 536, Βλαχος, p. 226, Γεδεων, p. 183, Πάτρια, p. 219.

57Top. Emplacement connu par la tradition athônite23. L’existence de témoignages archéologiques importants à cet emplacement aide à la reconnaissance de l’emplacement des monastères limitrophes (fig. 2).

58Mon. lim. Trochala, Saint-Prokopios, Kalétzi, Christ Sauveur, Saint-Dèmètre de Kynopodos ou Skylopodari, Saint-Auxéntios.

59Arch. La tour et le katholikon du monastère sont conservés. La place de Phalakrou consitue un espace idéal de recherches archéologiques, puisque les restes sont nombreux et importants. La tour, construite à une petite distance au nord du katholikon, conserve à une certaine hauteur seulement son côté nord. Elle est construite avec des pierres taillées, d’une maçonnerie peu soignée. Sa démolition ne nous permet pas de la mesurer. Notons le fait que l’higoumène du monastère de Xénophôn. Gérasirnos, a construit cette tour, vers la moitié du xie siècle. Nous remarquons en plus le fait que la structure de cette tour présente le même aspect que la tour de Saint-Hypatios ; elle pourrait être considérée comme œuvre de son higoumène Jakob (1035-1057).

60Là où pourtant se concentre l’intérêt, c’est sur le katholikon de l’ancien monastère, fortement restauré aux périodes postérieures (pl. 16). L’état, tel qu’il se présentait en 1647/8, comme l’indique l’inscription suivante, scellée dans le mur nord de l’église, est donné dans la fig. 13a. L’inscription indique : + ΑΝΑΚΙΝΙCΘΗ Ο ΘΕΙ/ΟC NAOC TOV ΠΑΝΜΕΓΙ/CTOV ΤΑΞΙΑΡXΟV ΜΙΧΑ/ΗΛ VΠΟ KVPIΛΛOV MO/NAXOV ΕΠΙ ETOVC / ϚΡϞϚ HΓOVME<NE>VON/TOC IEPEMIOV IEPO/MONAXOV. En 1647/8 la partie supérieure de l’église primitive et, peut-être aussi, certaines parties de sa face sud ont, semble-t-il, été restaurées. C’est alors qu’on doit avoir monté les deux contreforts, qui renforcent le mur sud de l’église, et qu’on a changé la toiture. A travers ces restaurations on reconnaît pourtant la forme la plus ancienne de l’église, que restitue la fig. 13 b. D’après les éléments, qui ont été conservés, cette église a le plan d’une basilique à nef unique, de dimensions 9 × 6,30 m. La basilique était en charpente. Les surfaces extérieures sont décorées avec des arcs aveugles, un système particulièrement fréquent au Mont Athos (fig. 14). Des membres architecturaux, qui provenaient probablement d’une église plus ancienne, ont été utilisés comme matériau pour la construction des murs. Ces fragments sculptés — chambranles, chapiteaux des colonnettes (pl. 17) — peuvent être considérés comme étant de la fin du xe siècle ou du début du xie siècle. Par conséquent l’église conservée doit être datée après le xie siècle. Cependant la date exacte ne sera déterminée qu’après une recherche archéologique très systématique. Nous notons aussi l’existence de deux fragments en marbre, décorés en « opus sectile », qui proviennent du premier pavement de l’église (pl. 18). De fameux pavements de même technique et décoration existent encore dans les katholika des monastères de Lavra, de Vatopedi, d’Ivirôn, de Xénophôn, de Saint-Dèmètre — dépendance aujourd’hui de Vatopédi — et de Saint-Basile — dépendance aujourd’hui de Chilandar.

ΦΙΛΙΠΠΟΥ (μονή τοῦ γίου) : Monastère de Saint-Philippos.

61Sour. Zo 469 (1051), La 5429 (1101/2), La 61 (1141), Ros 866 (1169), Esph 24 (1353/6).

62Hist. Nous connaissons le nom de l’higoumène Ignace, en 1051, et du moine Kosmas, en 1101/2. En 1141 le monastère est mentionné dans le périorismos du monastère de Kalyka, dont il était limitrophe. En 1169 son higoumène était le moine Théodosios. A une date inconnue le monastère de Saint-Philippos fut attribué à Xénophôn et le monastère limitrophe de Vanitza à Esphigménou. L’obscure et problématique séparation des droits des deux anciens monastères a conduit à une dispute les deux grands monastères, de Xénophôn et d’Esphigménou. A cause de cette dispute un acte a été émis par le prôtos Isaak, entre 1353 et 1356.

  • 24 Σμυρνακης, p. 624.

63Top. La place du monastère est connue des athônites24 (fig. 1). La fixation des limites du monastère de Kalyka, en 1141, est favorable.

64Mon. lim. Vanitza, Poiménos, Kalyka.

Annexes

Fig. 1. — Presqu’île de l’Athos. Plan topographique de la région du nord.

Fig. 2. — Plan topographique de la région qui se trouve au sud de celle qui apparaît sur la figure 1.

Fig. 3. — M. du Boroskopou. Plan du katholikon.

Fig. 4. — M. de Thessalonicien. Plan qui montre les restes de l’ancien monastère.

Fig. 5. — M. de Kalétzi. Plan de la tour.

Fig. 6. — M. de Kalyka. Plan des ruines du katholikon.

Fig. 7. — M. de Kalyka. Façade extérieure.

Fig. 8. — M. de Katzari. Plan du monastère.

Fig. 9. — M. de Katzari. Coupe transversale des ruines.

Fig. 10. — M. de Saint-Procopios. Plan du katholikon, d’après P. Mylônas.

Fig. 11. — M. de Trochala. Plan et façade du mur ouest de l’église.

Fig. 12. — M. de Saint-Hypatios. Plan de la tour et façade du mur sud.

Fig. 13. — M. de Phalakrou. a. Plan de l’état actuel de l’église. b. Le plan original de l’église.

Fig. 14. — M. de Phalakrou. Façade nord de l’église.

Fig. 15. — M. de Saint-Philippos. Plan des restes de l’ancienne église.

Pl. 1. — M. de Boroskopou. L’angle sud-est du narthex.

Pl. 2. — M. du Thessalonicien. La ligne suit les restes médio-byzantins.

Pl. 3. — M. de Kalétzi. Vue extérieure de la tour.

Pl. 4. — M. de Kalétzi. Vue intérieure de la tour

Pl. 5. — M. de Kalyka. La tour.

Pl. 6. — M. de Kalyka. Vue générale des ruines.

Pl. 7. — M. de Kalyka. Vue générale des ruines.

Pl. 8. — M. de Katzari. La tour. Vue du nord.

Pl. 9. — M. de Katzari. La conque du sanctuaire

Pl. 10. — M. de Xylourgou. Vue extérieure de l’église.

Pl. 11. — M. de Saint-Procopios. Façade extérieure.

Pl. 12. — M. de Saint-Procopios. Chapiteaux des colonnettes aux inscriptions.

Pl. 13. — M. de Sarabari. Épistyle en marbre.

Pl. 14. — M. de Trochala. Façade ouest de l’église. Fresque de la niche sud.

Pl. 15. — M. de Saint-Hypatios. Le mur sud de la tour.

Pl. 16. — M. de Phalakrou. Façade sud de l’église.

Pl. 17. — M. de Phalakrou. Chapiteau de colonnette.

Pl. 18. — M. de Phalakrou. Fragments du pavement, décorés en « opus sectile ».

Pl. 19. — M. de Saint Philippos. Restes de l’angle sud-ouest de l’église.

Notes

1 Le texte a été traduit en français par Mme Ioli Vingopoulou, que je remercie vivement.

2 Chaque lemme s’articule ainsi : Sour= sources, Hist= histoire, Top. = topographie, Mon. lim. = monastères limitrophes et Arch. = archéologie.

3 Les mots abrégés, utilisés pour les sources, sont les suivants ;
Chil : Actes de Chilandar, I, Actes grecs, publiés par L. Petit, Viz. Vrem., 17, 1911, Priloženie 5.
Chil Suppl : V. Mošin - A. Sovre, Supplementa ad acta graeca Chilandarii, Ljubljana 1948.
Do : Actes de Docheiariou, par N. Oikonomidès, Paris 1984.
Esph : Actes d’Esphigménou, par J. Lefort, Paris 1973.
Haupt : Die Haupturkunden für die Geschichte der Athosklöster, Amsterdam 1965 (reproduction de l’édition de 1894).
Iv = Ivirôn
Kas : Actes de Kastamonitou, par N. Oikonomidès, Paris 1978.
Kutl : Actes de Kutlumus, par P. Lemerle, Paris 1946.
Kurtz : Ed. Kurtz, Nachträgliches zu den Akten des Xenophonklosters, Viz. Vrem., 18, 1911, otdêl III, p. 96-107.
La : Actes de Lavra, par P. Lemerle, A. Guillou, N. Svoronos, D. Papachryssanthou, I : Des origines à 1204, Paris 1970 ; II : De 1204 à 1328, Paris 1977.
Pant : Actes du Pantokrator, publiés par L. Petit, Viz. Vrem., 10, 1903, Priloženie 1. Πάτρια : Σπ. Λamпoυ, Τά Πάτρια τοῦ γίουρους, Νέος λληνoμνήμων 9 (1912), p. 116-244.
Phil : Actes de Philothée, publiés par W. Regel, E. Kurtz et B. Korablev, Viz. Vrem., 20, 1913, Priloženie 1.
Prôt : Actes du Prôtaton, par D. Papachryssanthou, Paris 1975.
Ros : Actes de Saint-Pantéléèmon, par P. Lemerle, G. Dagron, S. Ćirković, Paris 1982.
Schatz : Aus den Schatzkammern des Heiligen Berges, par Fr. Dölger, München 1948.
Σmυpnakhσ : Γ. Σmυpnakh, Τό γιον ρος, θήνα 1903.
Va = Vatopédi.
Xén : Actes de Xénophôn, publiés par L. Petit, Viz. Vrem., 10, 1903, Priloženie 1.
Xèr : Actes de Xèropotamou, par J. Bompaire, Paris 1964.
Zog : Actes de Zographou, publiés par W. Regel, E. Kurtz et B. Korablev, Viz. Vrem., 13, 1907, Priloženie 1.

4 Σmυnaknσ, p. 498.

5 Les fouilles ont été exécutées en juin 1974 par moi-même avec l’aide des étudiants de l’Université de Thessalonique.

6 Actes de Saint-Pantéléèmôn, p. 6-19.

7 Σμyρνακης, p. 43, 62, 451 et M. ΓεΔεων, θως, Κωνσταντινοπολη 1885, p. 168.

8 Actes du Prôtaton, p. 88.

9 Pour l’histoire de Kalyka v. Actes de Lavra I, p. 316-17.

10 Σμυρνακησ, p. 20 et 498. Κ. Βλαχου, χερσόνησος το γίου ρους θω, Βόλος 1903, p. 209.

11 Σμυρνακης, p. 678.

12 Actes de Saint-Pantéléèmôn, p. 4-5.

13 Σμυρνακης, p. 674-75.

14 Σμυρνακης, p. 448.

15 P. Mylonas, Two Middle-byzantine Churches on Athos, Πραϰτιϰά το XV Διεθνος Βυζαντινολογιϰο Συνεδρίου, t. II Β, θήνα 1982, p. 559-574.

16 M. Chatzidakis, Études sur la peinture postbyzantine, Variorum Reprints, London 1976, VII, p. 84-91.

17 Θ. Παπαζωτου, μονή το Σαράϐαρη στό γιον ρος. Ἱστορικϰές ϰαί ἀρχαιολογιϰές μαρτυρίες, Κληρονομία 12 (1980), p. 85-94.

18 Σμυρνακης, p. 474.

19 Σμυρνακης, p. 448, Βλαχος, p. 185.

20 Pour l’histoire de Saint-Hypatios, après 1471, v. Actes de Kastamonitou, p. 61-62

21 Σμυρνακης, p. 80.

22 Actes du Pantokratôr, 2 (1357).

23 Σμυρνακης, p. 43, 56, 62, 536, Βλαχος, p. 226, Γεδεων, p. 183, Πάτρια, p. 219.

24 Σμυρνακης, p. 624.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Presqu’île de l’Athos. Plan topographique de la région du nord.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 2. — Plan topographique de la région qui se trouve au sud de celle qui apparaît sur la figure 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende Fig. 3. — M. du Boroskopou. Plan du katholikon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 4. — M. de Thessalonicien. Plan qui montre les restes de l’ancien monastère.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 5. — M. de Kalétzi. Plan de la tour.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 6. — M. de Kalyka. Plan des ruines du katholikon.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 7. — M. de Kalyka. Façade extérieure.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 8. — M. de Katzari. Plan du monastère.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 9. — M. de Katzari. Coupe transversale des ruines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 10. — M. de Saint-Procopios. Plan du katholikon, d’après P. Mylônas.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 11. — M. de Trochala. Plan et façade du mur ouest de l’église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 12. — M. de Saint-Hypatios. Plan de la tour et façade du mur sud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Fig. 13. — M. de Phalakrou. a. Plan de l’état actuel de l’église. b. Le plan original de l’église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 14. — M. de Phalakrou. Façade nord de l’église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 15. — M. de Saint-Philippos. Plan des restes de l’ancienne église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Pl. 1. — M. de Boroskopou. L’angle sud-est du narthex.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Pl. 2. — M. du Thessalonicien. La ligne suit les restes médio-byzantins.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Pl. 3. — M. de Kalétzi. Vue extérieure de la tour.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Pl. 4. — M. de Kalétzi. Vue intérieure de la tour
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Pl. 5. — M. de Kalyka. La tour.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Pl. 6. — M. de Kalyka. Vue générale des ruines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende Pl. 7. — M. de Kalyka. Vue générale des ruines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Pl. 8. — M. de Katzari. La tour. Vue du nord.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Légende Pl. 9. — M. de Katzari. La conque du sanctuaire
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Pl. 10. — M. de Xylourgou. Vue extérieure de l’église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Pl. 11. — M. de Saint-Procopios. Façade extérieure.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende Pl. 12. — M. de Saint-Procopios. Chapiteaux des colonnettes aux inscriptions.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Légende Pl. 13. — M. de Sarabari. Épistyle en marbre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Légende Pl. 14. — M. de Trochala. Façade ouest de l’église. Fresque de la niche sud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Pl. 15. — M. de Saint-Hypatios. Le mur sud de la tour.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Pl. 16. — M. de Phalakrou. Façade sud de l’église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Pl. 17. — M. de Phalakrou. Chapiteau de colonnette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Légende Pl. 18. — M. de Phalakrou. Fragments du pavement, décorés en « opus sectile ».
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Pl. 19. — M. de Saint Philippos. Restes de l’angle sud-ouest de l’église.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2055/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 771k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540