Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Première partie. Autour de la mine de sem, un grand bassin sidérurgique

Chapitre II. « Une Montaigne toute de fer »

Texte intégral

  • 1 Les deux premiers documents qui témoignent de l’extraction du fer sont datés de 1293 et 1294 (n. s (...)
  • 2 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°.
  • 3 Cette remarque de La Blottière est citée par M. CHEVALIER, La vie humaine dans les Pyrénées ariége (...)

1C’est autour du gisement du haut Sabarthès et plus particulièrement de la mine de Sem que s’organise, au début du XIVe siècle, ce qui s’affirmera comme un grand bassin sidérurgique à l’échelle des Pyrénées et du Languedoc. Mais, malgré sa puissance et sa place dans l’économie, la mine est mal connue : ni les sources écrites, ni les prospections archéologiques ne répondent pleinement à la curiosité de l’historien. Les principales exploitations minières apparaissent en 1293 et 1294. Celles de la seigneurie de Château-Verdun et de la vallée de Vicdessos émergent alors de la documentation. Or, cette période ne correspond pas à leur ouverture mais à l’offensive comtale en matière de sidérurgie qui se traduit par l’enregistrement écrit de pratiques anciennes. Ainsi, la résolution d’un conflit au sujet des mines de Château-Verdun et la reconnaissance explicite du travail du fer dans le renouvellement de la charte de franchises de la communauté de Vicdessos illustrent le développement récent d’une extraction à l’origine inconnue, développement récent qu’il ne faut pas hésiter à mettre en rapport avec la diffusion d’une innovation : la forge hydraulique1. Mais, si les mines médiévales les plus puissantes du comté et de l’ensemble des Pyrénées centrales, véritable montaigne [...] de fer comme les décrit Gaston IV, comte de Foix, un siècle et demi plus tard2, s’imposent à cette date dans les sources manuscrites, si elles restent jusqu’au XVIIIe siècle, « un des plus grands trésors des Pyrénées »3, il demeure peu de choses de leur morphologie et des conditions de leur exploitation, au moins pour le Moyen Âge.

1. De la difficulté à identifier les mines : les quelques outils dont dispose l’historien

  • 4 De petra ferrea menerie nostre vallis de Sas, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. I27r° et v° (...)

2La mine est désignée par les vocables les plus communs en latin comme en langue romane : menarius, meneria, menerium, fodina, menier del ferr et n’est jamais décrite. Elle est aussi désignée par le minerai, la pierre de fer, mena, mineria, mineralia et petra ferrea4. Au laconisme des mentions s’ajoute leur rareté. Jusqu’au milieu du XIVe siècle, à peine 20 % des actes mentionnent la mine de fer. L’extraction, relevant de pratiques rurales traditionnelles, ne fait qu’exceptionnellement l’objet d’un recours à l’écrit. Ce sont les enjeux noués autour du profit escompté par les seigneurs qui expliquent l’irruption soudaine de la mine dans notre corpus. Ainsi, le travail qui est à la base de ces transactions échappe irrémédiablement à l’historien des techniques.

  • 5 Si des mines de fer font aujourd’hui l’objet de fouilles programmées en France, peu d’entre elles (...)
  • 6 Cl. DUBOIS et B. ANCEL, « Le karst dans les mines de fer de Rancié et de Lercoul (Pyrénées ariégeo (...)

3Or, l’archéologie ne peut encore que trop rarement suppléer aux lacunes des sources écrites5. Dans l’ensemble des Pyrénées centrales, aucune mine de fer médiévale n’a profité de fouilles programmées. Si la mine de fer ne suscite guère l’intérêt des archéologues contrairement à celle d’argent, c’est qu’elle a été souvent maintenue en activité jusqu’à l’époque contemporaine. L’extraordinaire et exceptionnelle puissance des mines ariégeoises du haut Sabarthès, responsable de la poursuite parfois récente de l’extraction, fait obstacle à une analyse rigoureuse des sites. Les vastes excavations, souvent difficiles d’accès, sont beaucoup trop perturbées et souvent dangereuses pour faire l’objet d’une enquête sur le terrain. Cependant, malgré les difficultés de l’opération, les mines de fer de la vallée de Siguer, sur le versant de Lercoul, ont été prospectées sur certains points. Malheureusement, les résultats n’éclairent pas la période qui nous intéresse6. Il est peu probable, au regard de la complexité des sites, que de telles expériences puissent être menées sur les grandes mines du haut Sabarthès, de la vallée de Vicdessos à celle d’Aston, c’est-à-dire sur celles qui sont au cœur de la sidérurgie de la fin du Moyen Âge.

  • 7 La démarche à suivre est celle qui a été lancée par l’Équipe d’Histoire des Mines et de la Métallu (...)

4Ainsi, les données lacunaires des textes médiévaux, si rarement relayées par les résultats archéologiques, nous imposent d’avoir recours à des sources tardives et à des travaux modernes, voire contemporains. Seule cette méthode régressive, pratiquée avec prudence, permet d’aboutir à une connaissance imparfaite des mines de fer de la haute Ariège. Une localisation des lieux d’extraction peut être proposée. Grâce à l’étude de la qualité des gisements, il est en outre possible de cerner les conditions naturelles qui ont présidé au choix du minerai et au mode d’extraction. Une telle enquête pourrait correspondre à un premier niveau d’analyse, mais il nous apparaît de plus en plus clairement qu’il sera difficile à dépasser : les contraintes des sources de toute nature nous imposent l’inachèvement7.

  • 8 Ainsi les mines médiévales de la seigneurie de Château-Verdun, localisées à partir des indices mod (...)

5Parmi les auteurs qui se sont intéressés aux mines médiévales des Pyrénées, peu se sont interrogés sur la démarche à adopter pour localiser les extractions anciennes. Quand les indications de lieu se veulent rigoureuses, cette précision s’avère trop souvent illusoire, les auteurs confondant les époques dans une historicité toute relative8. Or, résoudre au mieux la question des localisations constitue une des priorités de la recherche, en raison des enjeux techniques qui en découlent. Cette étude, souvent laborieuse, s’impose comme un préalable obligatoire à toute analyse historique.

  • 9 Vicdessos : in meneria seu meneriis ferri infra dictam vallem et limites infra scriptos, c’està-di (...)
  • 10 1304 : petram de meneriis nostris libere extrahere et operari infra dictam vallem [...] petram fer (...)
  • 11 1326 (n. st.), à propos de mines dans la junction de Château-Verdun : ad petram ferream seu menant (...)
  • 12 1356 (n. st.) : mena ferrea quae abstrahitur de menerio de Sen [sic] scituato infra dictam vallem.(...)

6Mais les textes sont avares de localisations précises. À la fin du XIIIe siècle, la mine est désignée du nom d’une seigneurie ou d’une vallée dont les limites sont parfois précisées. C’est le cas pour Château-Verdun et Vicdessos9. Ce type de localisation se généralise au cours de la première moitié du XIVe siècle, au point de devenir la formule la plus courante10. Il va sans dire que nous nous heurtons là à des espaces fort étendus et dont nous percevons mal les limites. Or, il est rare que l’on puisse disposer d’une indication plus précise11. En effet, l’accès à la mine relevant de droits d’usage octroyés à l’ensemble de la communauté, au moins dans la vallée de Vicdessos, le corpus ne propose aucun acte de concession minière attentif à la superficie accordée. Il faut attendre 1356 pour que le village de Sem soit clairement désigné comme proche de la mine de la vallée de Vicdessos12. Quand nous disposons de toponymes plus précis, l’érosion du temps en a gommé le souvenir, tout particulièrement en montagne où les repères traditionnels ne sont plus mémorisés, par manque d’usage d’une société où l’élevage a disparu. En outre, notre corpus est dépourvu de plans qui auraient pu constituer un support à cette enquête. Seuls sont conservés les cadastres du XIXe siècle qui ne localisent pas les mines de fer et ne connaissent que la parcelle.

  • 13 B.R.G.M., Inventaire minéralogique de la France, no 11, Ariège, t. 1 : Bassin versant du Salat, Or (...)
  • 14 F.-P de DIETRICH, Description des gîtes de minerai, des forges et des salines des Pyrénées, Paris- (...)

7Alors que le nombre et la qualité des sources anciennes se réduisent, il nous reste à rapporter les indications lacunaires des textes aux enquêtes menées sur le terrain. Les inventaires récents du B.R.G.M. indiquent, pour chaque mine ou gîte, des coordonnées précises et dressent une fiche signalétique des mines où sont mentionnées les principales caractéristiques de l’exploitation et la nature du gisement13. Cet inventaire permet un passage rapide au terrain. Il ne constitue pas, néanmoins, un inventaire exhaustif des travaux et doit être confronté aux indications fournies par des prospections anciennes. Ainsi, pouvons-nous conduire une enquête régressive des actuels indices de terrain aux plus anciens attestés. Nous disposons pour cela, à partir du XIXe siècle, des rapports minutieusement documentés des ingénieurs des Mines. Or, ces techniciens eurent un prestigieux ancêtre au XVIIIe siècle : le baron de Dietrich14.

  • 15 Si, à la même période, Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse rédige son traité sur les mines de fer (...)

8Commissaire du roi, envoyé en mission par Necker, il a prospecté dans les Pyrénées et en Alsace. La description des gîtes de minerai, des forges et des salines des Pyrénées, correspondant aux deux premiers volumes de son enquête, est parue en 1786. Au siècle de l’Encyclopédie, son ouvrage, par la rigueur de la démarche, répond aux critères scientifiques qui sont encore aujourd’hui les nôtres. Il ajoute à des descriptions que nous aurions voulues toujours plus détaillées le regard de l’homme curieux et cultivé, membre de l’Académie des Sciences. Surtout, il fournit pour l’ensemble des Pyrénées un état des mines qui se veut exhaustif, avant la reprise de l’exploitation du XIXe siècle15. Or, de Dietrich accorde un intérêt particulier à ce qu’il nomme déjà des « anciens travaux », attribués généralement aux Romains. Ce sont les descriptions de ces sites qui nous intéressent. Cependant, il ne retient que ceux qui peuvent encore être soumis à exploitation. Quelle que soit d’ailleurs l’ancienneté des excavations décrites, se pose alors le persistant problème de leur localisation. Il est toujours difficile, surtout pour de petites minières, de situer exactement les travaux qu’il mentionne. En effet, en l’absence de toutes coordonnées précises, ils sont localisés à partir d’indices (métairies, ruisseaux, haies d’arbres) disparus de terroirs bouleversés à partir des années 1950.

  • 16 J.-F. d’AUBUISSON des VOISINS, Observation sur les mines et les mineurs de Rancié et sur l’adminis (...)
  • 17 Ainsi, l’ingénieur Burdin, en résidence à Vicdessos en 1816, avoue les tensions que sa présence su (...)
  • 18 J. FRANÇOIS, Recherches sur les gisements et le traitement direct des minerais de fer dans tes Pyr (...)

9Nous pouvons également recourir aux dossiers des ingénieurs des Mines du XIXe siècle qui, techniciens de haut niveau, sont aussi des hommes de terrain. Comme le premier d’entre eux, Jean-François d’Aubuisson des Voisins16, tous ont laissé des rapports fort intéressants et des témoignages plus intimes sur leur vie quotidienne, parfois difficile dans ces espaces excentrés17. Mais ce sont surtout les travaux de Jules François et de Mussy, en résidence à Vicdessos pour le premier de 1834 à 1840 et pour le second à partir de 1860, qui s’avèrent les plus complets. L’ouvrage de Jules François, paru en 1843, et les articles fondamentaux de Mussy, publiés par les Annales des Mines de 1868 à 1870, ne s’adressent pas au même public18. Si, pour le premier, il s’agit derrière une parfaite connaissance des mines ariégeoises de mener le combat pour la réduction directe, il est fondamental pour le second, vingt-cinq ans après, de faire la recension exacte des richesses nationales face à l’imminence d’un conflit. Cependant, ils présentent, l’un et l’autre, l’intérêt de répertorier et décrire, avec rigueur et un réel souci de l’histoire, les mines ariégeoises en activité ou susceptibles d’une réouverture. Mussy nous livre tout particulièrement une description précise des travaux souterrains visibles à son époque. Plus récentes que celles du baron de Dietrich, leurs descriptions s’accordent plus aisément avec les relevés contemporains du B.R.G.M. Leur confrontation permet d’apprécier l’évolution des indices miniers à un siècle et demi d’intervalle.

  • 19 P. BENOIT et P. FLUCK, « Conclusion », dans Les techniques minières..., op. cit., p. 577-578.
  • 20 Cl. DUBOIS, « De la forêt au métal : premières données diachroniques et archéologiques en Ariège » (...)
  • 21 F.-P. de DIETRICH, op. cit.. p. 184 ; Ph.-l. PICOT de LAPEYROUSE, op. cit.. p. 23. R. GARMY, La mi (...)
  • 22 R. GARMY, op. cit., p. 118 ; M. METTRIER, « Description des gîtes minéraux du haut bassin de la Ga (...)

10Par cette démarche très pragmatique, nous aboutissons à la reconnaissance d’anciens travaux. Mais parmi tous ces vestiges d’exploitation, quels sont ceux que l’on peut attribuer à l’époque médiévale ? Rien dans la morphologie des mines ne permet d’affirmer qu’une extraction est antique, médiévale ou moderne, surtout dans un milieu où des techniques très simples d’extraction, tenant de la cueillette, ont perduré jusqu’à l’époque contemporaine19. Or, sur la majorité de ces gisements, l’exploitation du minerai s’est poursuivie jusqu’au XXe siècle. L’ancienneté des travaux est aujourd’hui prouvée sur un site : à Lercoul, sur le même gisement que celui de la mine de Sem, dans la Forêt Royale, le minerai a été réduit dans plusieurs bas foyers associés à un crassier et à des charbonnières. Nous l’avons déjà mentionné, ces fours ont été datés du IIIe siècle après J.-C.20. À l’opposé, la mine de Rancié n’a fermé ses portes qu’en 1931. Il est d’autant plus improbable de retrouver les travaux anciens que beaucoup de ces excavations ont été soumises, à cause de la qualité de l’encaissant et des conditions de l’extraction, à des éboulements fréquents. Ainsi, à Sem, à la fin du XVIIL siècle, les effondrements se multiplient : de 1760 à 1769, la mine de Sainte-Barbe doit être abandonnée, Bellagre et l’Escudelle s’affaissent en 1769, la grande place de La Craugne est écrasée en 181921. On sait qu’avant la reprise du XIXe siècle, lors de la visite du baron de Dietrich, toujours à Vicdessos, deux mines seulement sont en état de fonctionnement. Ce sont celles que d’Aubuisson des Voisins trouve en exploitation en 1811 : l’Auriette et La Craugne. Un demi-siècle auparavant, leur nombre s’élevait à dix22. Certaines des entrées bien visibles au XIXe siècle sont décrites comme totalement obstruées dans le rapport récent du B.R.G.M. Parfois même, des excavations visitées par de Dietrich ou même Mussy ont été totalement ignorées des prospecteurs contemporains. Aujourd’hui, le B.R.G.M. juge utile de préciser, dans sa publication sur le Rancié, qu’il est périlleux de pénétrer dans les cavités à cause du danger persistant d’éboulements. Ainsi, pour les plus prestigieuses et les mieux documentées de ces mines, celles de Sem et de Château-Verdun, la perte est souvent irrémédiable. Nous en sommes donc réduite à isoler comme sites potentiellement médiévaux ceux qualifiés d’anciens dès la publication du baron de Dietrich et dont la morphologie ne s’apparente pas aux grandes salles d’extraction contemporaine. C’est dire combien cette recension, en l’absence de tous moyens précis de datation, est imparfaite.

2. Un grand bassin minier et de modestes excavations

  • 23 Sem : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Vicdessos ; Château-Verdun : dépa (...)
  • 24 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3 ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127.

11Les sources médiévales imposent définitivement la mine de Sem et celle de Château-Verdun, auxquelles il faut ajouter de plus médiocres extractions dans la vallée de Saurai et sur le territoire d’Arse, près de Saint-Paul-de-Jarrat23. Sans doute le fer est-il recueilli ailleurs, comme le laisseraient supposer un mandement du comte de Foix daté de 1343 et les conditions d’approvisionnement accordées à la mouline d’Andronne en 134924. Les textes n’ont retenu que les lieux d’extraction soumis aux seigneurs parmi les plus puissants du comté ou à une communauté de vallée structurée, comme celle de Vicdessos. La simple minière villageoise a disparu.

Un espace majeur : les mines et les minières du haut Sabarthès

  • 25 Nous avons pu mener ces prospections grâce au soutien actif de Paul Benoit, Jean Cantelaube, Ivan (...)

12De Vicdessos à Larnat, de Château-Verdun aux Cabannes, les mines, simples fosses ou salles aux dimensions impressionnantes, sont innombrables. Jusqu’au XXe siècle, on a travaillé sur le versant nord du mont Rancié au-dessus du village de Sem, sur son versant sud vers Lercoul, de l’autre côté du ruisseau de Sem vers Goulier ; vers Miglos, on a extrait à Larnat, vers Gudanes à Larcat, au Pech de Gudanes et au Pech de Ferrière. La montagne est là, percée d’entrées de mines, ravinée par l’effondrement des galeries. Si nous avons entrepris des prospections sur certains sites, l’accès y est toujours difficile en sous-bois, et dangereux25.

  • 26 R. GARMY, op. cit., p. 19.
  • 27 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128.
  • 28 La galerie Becquey, creusée récemment, n’intervient pas dans notre étude. Le schéma de localisatio (...)
  • 29 M. CHEVALIER, op. cit., p. 556.

13Dans cette vaste zone minière du haut Sabarthès, et plus largement dans la grande région métallurgique que constitue le comté puis l’Ariège, la mine de Sem s’affirme. Nulle part ailleurs, on ne dispose d’une telle masse ferrifère. Le village de Sem est dominé par le mont Rancié, « un bloc de minerai recouvert d’une écorce calcaire »26. C’est bien l’impression qu’il donnait aux hommes du Moyen Âge qui le décrivent, rappelons-le, comme une montaigne qui [est] toute de fer27. Les études récentes prouvent l’étendue des gisements aussi bien en surface qu’en profondeur. Dans et sur cette masse de fer, les travaux les mieux connus, mais aussi les plus remaniés jusqu’au XXe siècle, sont ceux qui, à partir du sommet du mont Rancié (1 598 m), aboutissent au village. Se superposent ainsi la mine de La Roque, celle de La Graugne, du Vieux Tartier, du Poutz, de l’Auriette, de La Graillère, de Sainte-Barbe, de l’Escudelle et enfin de Bellagre (voir la coupe extraite de l’ouvrage de Jules François)28. Ces entrées de mine percent, sur les flancs du mont Rancié, un gîte de plus de 600 m de haut s’étendant sur environ 700 m de large29. Le minerai voisin de la surface, exploité en premier, est aujourd’hui remplacé par de vastes éboulis.

  • 30 1294 (n. st.) et 1304, Arch. dép. de l’Ariège, E 96, pièce no 22 ; 1356 (n. st.), Arch. dép. Arièg (...)
  • 31 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3. Dans un article consacré aux mines de fer en Rouergue, Jea (...)
  • 32 Et quod praefatus dominas comes nec eius successors nulle possit nec valent dare vel aliquo modo a (...)
  • 33 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22.

14Sans doute les travaux les plus anciens correspondent-ils aux excavations de surface et aux galeries de petites dimensions. C’est du moins ce qui peut se déduire de l’étude conjuguée du vocabulaire, des indices de terrain et de ce que nous savons des mines de cette époque. En effet, jusqu’au milieu du XIVe siècle, quand la mine est mentionnée (et non le minerai), elle apparaît sous les vocables usuels de meneria/menarius30, trop généraux pour livrer un quelconque indice sur la morphologie de l’exploitation. Signalons que l’usage du pluriel est alors courant : il s’agit bien des mines de la vallée. Déjà, les lieux d’extraction sont multiples. Cependant deux textes, l’un de 1343, le second de 1356 utilisent à propos des mines de Vicdessos le terme de fodina31. L’acte de 1356 assimile même la fodina au clotum c’est-à-dire au trou, à la minière32. Cette mention est à rapprocher d’un extrait de la charte de 1294 qui distingue les metallarii des lapidice. S’agit-il de différencier les mineurs de ceux dont le travail en surface s’apparente davantage à celui d’un carrier ou d’un tailleur de pierre33 ? Si, comme nous le verrons, la mine s’est enterrée au cours du XVe siècle, il est possible qu’à proximité des fosses, de petites galeries aient été creusées dès le siècle précédent.

  • 34 Cette méthode est encore pratiquée au XVIIIe siècle comme le rapporte le baron de Dietrich : « ces (...)
  • 35 Ph.-I. PICOT de LAPEYROUSE, op. cit., p. 21.
  • 36 MUSSY, « Description... », op. cit., p. 214.
  • 37 Coordonnées Lambert : tranchée du sommet de Rancié : x=53415, y=52, z=1550. La More : x=534,28, y= (...)

15Parmi tous les travaux, il paraît vraisemblable que les plus anciens occupent le sommet du Rancié, les mineurs pratiquant toujours l’extraction en descendant34. Le plus intéressant d’entre eux est constitué d’une grande tranchée, déjà visitée par Picot de Lapeyrouse en 178635. Il mentionne alors « une petite minière » qu’il nomme Le Tail. Mussy la décrit plus précisément, évoquant des effondrements, « des vides ou tranchées à cheval sur les deux versants de la montagne qui peuvent avoir 150 de long, 5 à 15 m de large et autant de profondeur »36. Aujourd’hui, les relevés du B.R.G.M. permettent de facilement localiser cet ensemble situé à 1 500 m d’altitude, composé de légères dépressions et même d’une petite galerie, mais dont l’excavation la plus spectaculaire est sans doute cette tranchée du Rancié de 200 m de long, d’une trentaine de large et d’une vingtaine de profondeur, située à une cinquantaine de mètres au sud du pic de La Ganchette. On peut y associer les petits travaux de surface pratiqués à La More (1 540 m d’altitude), au nord du col de Lescouil37.

  • 38 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.
  • 39 Risoult : x=532,35, y=49,75, z=1450. Mathe : x=532,7, y=51,8, z=l 160. Nagot : x=533, y=51,38, z=1 (...)
  • 40 MUSSY, op. cit., p. 96 et 108.
  • 41 MUSSY, op. cit., p. 109.

16Quand est mentionnée la mine de Rancié, quelle que soit d’ailleurs l’époque retenue, c’est toujours de ce versant oriental dont il est question. Rappelons qu’en 1356, la mine de la vallée est désignée comme celle du village de Sem38. Pourtant, certains indices du terrain confrontés à la tradition orale nous font porter nos recherches au-delà du ruisseau de Sem. Déjà Mussy attirait l’attention sur une autre zone d’extraction qu’il jugeait d’ailleurs plus ancienne que la précédente, sur la rive gauche du ruisseau vers Goulier, à proximité du pic de Risoul. Ces travaux anciens sont bien connus du B.R.G.M. : ceux du col de Risoul, de Mathe dans la forêt de Gele et de Nagot39. Il s’agit d’excavations et de petites galeries, pour Nagot, de nombreux affaissements. Mussy relate à leur propos une tradition orale qui ferait remonter au XIVe siècle la fermeture de la mine de Nagot, après un éboulement ayant enseveli de nombreux mineurs40. Malgré les recherches entreprises, nous n’avons jamais trouvé la moindre mention, même tardive, de cet accident. Lorsque Mussy a visité ces travaux, ils se composaient encore « d’une descenderie de 8 m où s’ouvre en contrebas une traverse de 3 m débouchant dans un vide où existait un massif de fer hydroxydé mélangé de quartz dont le front vers l’est était en éboulis ». Il précise par ailleurs « qu’en revenant sur ses pas, au pied de la descenderie d’entrée, il a rencontré, à la suite de la première, une seconde descenderie ouverte sur un gîte où le minerai exploitable avait été complètement enlevé. Au front et à droite étaient d’anciens éboulis »41. Jules François mentionne simplement cette mine comme datant de temps immémoriaux. Certes, la tradition orale rapportée par Mussy doit être retenue avec prudence. Il est pourtant intéressant de noter la concordance chronologique : la mémoire des Anciens a enregistré un temps correspondant à l’accélération de l’extraction, le XIVe siècle.

  • 42 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 64v°.
  • 43 F.-P. de DIETRICH, op. cil., p. 201 ; J. FRANÇOIS, op. cit., p. 97.
  • 44 Cl. DUBOIS, « Lercoul (Pyrénées ariégeoises) : un site sidérurgique du IIIe siècle de notre ère »,(...)

17Il existe deux autres secteurs d’exploitation, à la limite de la vallée de Sem et de celle de Siguer, l’un sur le versant ouest du mont Rancié, l’autre entre le pic de La Bède et le col de Grail. Cet espace ne dépend pas de la communauté de Vicdessos. Le principal seigneur en est le comte de Foix. Or, les textes dont nous disposons ne mentionnent pas d’exploitation en vallée de Siguer, même ceux qui énumèrent au XVe siècle les biens et redevances détenus alors par Gaston IV dans cette vallée42. Le baron de Dietrich semble même assuré d’une extraction exclusivement moderne dans ce secteur43. Cependant, les découvertes archéologiques récentes remettent en cause toutes ces conclusions. Nous l’avons déjà indiqué, un atelier comportant trois bas fourneaux associés à un terrier et datés du IIIe siècle a été récemment exhumé. L’analyse des scories confirme que le minerai utilisé correspond à celui qui se tire à proximité. Par ailleurs, on note sur ce même versant, au-dessus du site de réduction, la présence de charbonnières du haut Moyen Âge et des XIIe-XIVe siècles. Dorénavant, on ne doit pas évacuer l’hypothèse d’une extraction médiévale réalisée par les hommes de la vallée de Siguer44.

  • 45 M. METTRIER. « Description des gîtes minéraux du haut bassin de la Garonne », op. cit., p. 139.
  • 46 B.R.G.M., op. cit., p. 114.
  • 47 MUSSY, op. cit., p. 90.
  • 48 MUSSY, op. cit., p. 98 ; B.R.G.M., op. cit., p. 114.
  • 49 B.R.G.M.. op. cit., p. 113.
  • 50 Cl. DUBOIS et B. ANCEL, op. cit.
  • 51 MUSSY, op. cit., p. 94.

18Sur ce versant, d’autres excavations sont conservées45. Au-dessus de Lercoul, elles s’étagent entre 1 400 m et 1 250 m d’altitude. Au sommet, la mine de Bénazet (1 400 m), attestée par les actuels affaissements du sol et qui, suivant le B.R.G.M., se développe encore sur 50 m de profondeur46. Mussy notait à son propos de profondes cavités et de grands éboulements. On y pénétrait alors sur des boisages, témoignages d’une reprise moderne des travaux47. Cinquante mètres plus bas s’ouvre la mine de La Tire (1 342 m), aujourd’hui vaste effondrement surmontant une galerie de 150 m de long déjà repérée par Mussy48 ; plus bas encore, la mine de La Bède et celle de Jean de Lut (1 340 m), dans lesquelles on pénétrait à la fin du XIXe siècle par des galeries boisées. Il était alors possible de descendre à une profondeur de 80 à 90 m49. Les prospections récentes confirment l’exploitation du XIXe siècle. Aucun indice plus ancien n’est disponible50. Enfin, Mussy signale dans le même secteur, au-delà des granges d’Antéput, des cavités témoignant, selon lui, d’anciens travaux51. Certes, l’ampleur des boisages en place dans certaines de ces mines et la puissance des excavations attestent, sans ambiguïté, de la reprise moderne de l’extraction. Mais, à la lumière des preuves archéologiques récentes et malgré la complexité des sites, la poursuite des prospections ne s’avérerait pas inutile.

Coupe des mines du mont Rancié d’après Jules François (1893)

Coupe des mines du mont Rancié d’après Jules François (1893)
  • 52 Rappelons que le chartrier de Gudanes aurait disparu dans l’incendie du château, au début du siècl (...)
  • 53 Ainsi, dans le bail de la mouline d’Albiès, le seul dont le texte soit conservé, la mine, qui est (...)
  • 54 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 59v°.
  • 55 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53. La même année, sont concédées à Jean Pachau, la m (...)
  • 56 Arch. dép. Ariège, E 88 et E 87, fol. 49v° et suiv.
  • 57 Les ruines du château de Château-Verdun figurent sur le cadastre de cette commune sous la dénomina (...)
  • 58 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 60. C. GARRIGUES, « Histoire des châteaux... », op. c (...)

19Sur l’exploitation de Vicdessos, nous disposions d’un indice de localisation : en 1356, la mine de la communauté est désignée comme celle du village de Sem. Des descriptions et des inventaires de sites, du XVIIIe au XX e siècle, ont permis une première recension de travaux potentiellement médiévaux. Pour les mines de la seigneurie de Château-Verdun, les sources sont beaucoup plus indigentes52. Aucune localisation dans l’accord minier de 1293 ; le plus grand flou persiste dans les baux d’amodiation de moulines quant au lieu d’extraction du minerai traité53. Or, cette seigneurie est immense. Elle s’étend de part et d’autre de la vallée de l’Aston, se poursuit vers le nord au-delà du val d’Ariège, sur la montagne de Tabe et comprend les villages de Larnat, Bouan, Sinsat, Aulos, Larcat, Aston, Château-Verdun, Albiès et Les Cabannes, tous cités dans l’inventaire des revenus du comte de Foix rédigé au XVe siècle par Michel du Bernis54. Cependant, un document de 1331, analyse d’une concession minière accordée sur la seigneurie, localise l’exploitation sur le « pug » de Garda Lop, lieu aujourd’hui inconnu55. Toujours dans la première moitié du XIVe siècle, on note, par ailleurs, dans le cadre d’un procès portant sur les droits d’usage, que la zone de Larcat est soumise à la vigilance des seigneurs de Château-Verdun. Est-ce un indice de l’extraction minière qui pourrait être pratiquée sur ce versant56 ? Il faut attendre le siècle suivant pour qu’un document délivre une autre information. En 1439, dans un inventaire des biens de Jean de Miglos, héritier universel de Guilhem de Miglos, co-seigneur de Château-Verdun, le menerio del Guietz est mentionné, proche d’une tour et de la voie publique. Si le toponyme n’a pu être recensé, les deux autres indices nous conduisent à localiser ce minier près de l’ancien château de Château-Verdun, proche de la route qui longe cette berge de l’Ariège57. Or, au milieu du XVe siècle, la torr et hostal noble en la dita baronia de Castelverdu appartenait justement à Jean de Miglos58. C’est encore en ce lieu, sur le Pech, qu’à la période moderne se pratiquait l’extraction.

Les mines de fer du comté de Foix jusqu’en 1360

Les mines de fer du comté de Foix jusqu’en 1360
  • 59 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 159-160.
  • 60 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 91. Miniers del Tribou, de Madame, de la Guinette. de Pla et de Camp.
  • 61 Ibid., p. 91 : del Tribou. de Madame, du Plot et du Camp.
  • 62 B.R.G.M., op. cit., p. 41.
  • 63 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.
  • 64 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1161.
  • 65 Aujourd’hui les relevés du B.R.G.M. ne mentionnent pas de fer à Ferrières-sur-Ariège, B.R.G.M., Ca (...)
  • 66 B.R.G.M., op. cit., p. 51-52.
  • 67 B.R.G.M., op. cit., p. 52.
  • 68 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 168.

20Quand de Dietrich a voulu les visiter, tous les travaux étaient noyés et encombrés. Les deux faces occidentale et septentrionale du Pech étaient cependant « criblées de fosses de mines ». Ce total abandon datait d’une soixantaine d’années puisqu’en 1692 deux miniers étaient encore en activité, ceux de Madame et de La Guinette qui fermèrent définitivement en 172359. Les cinq entrées que Jules François dénombre60, les quatre que Mussy découvre à peine cinquante ans plus tard61, sont d’ailleurs toutes éboulées, les mines totalement inaccessibles. Cependant, l’on voit encore à cette époque, sur les placages du minerai de fer, de nombreuses excavations superficielles, surtout sur le versant qui fait face à Albiès. C’est une partie de ces travaux anciens que le B.R.G.M. a repérée au niveau du village de Château-Verdun, sur le flanc des Costes de Menies et au-dessus de Labeyre62. Si l’extraction s’est interrompue sur le Pech au début du XVIIIe siècle, les travaux souterrains restent toujours inaccessibles aux archéologues. Cependant, les indices superficiels de l’extraction ancienne sont beaucoup plus intéressants car leur localisation peut être associée à la mouline d’Albiès, élevée, dans ce secteur, au début du XIVe siècle63. Un procès-verbal de visite des mines du comté, daté de 1552, fournit un dernier indice, toujours en relation avec le site d’Albiès. À cette date, la mine de fer de Ferrières est mentionnée comme une exploitation ancienne64. Certes, il peut s’agir de celle de Ferrières-sur Ariège, au sud de Foix65. Cependant, les prospections menées par les hommes du roi de Navarre portent prioritairement sur la baronnie de Château-Verdun. Or, sur le Pech de Ferrière, Mussy a noté d’anciens travaux repris et augmentés vers 1861, surtout une grande tranchée superficielle suivie d’une petite galerie occidentale de 4 à 5 m. Ils sont toujours visibles au sommet du Pech (605 m)66. Le terroir d’Albiès abrite d’ailleurs d’autres lieux d’extraction. Ainsi, en se dirigeant vers Les Cabannes, sur le Pech de Saint-Pierre, de vieux travaux consistent encore en une amorce de puits et un début de descenderie67. Au XVIIIe siècle, de Dietrich y avait ramassé les échantillons d’un excellent minerai, aussi riche d’après lui que la meilleure mine de Sem68.

De modestes excavations : Saurat, Arse et les autres

21Les versants du mont Rancié, la seigneurie de Château-Verdun regroupent les plus importantes mines de fer du comté de Foix. Elles seules sont citées comme sources d’enrichissement, elles seules sont au cœur d’une histoire de la sidérurgie. Cependant, d’autres mines sont en activité.

  • 69 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.
  • 70 M. METTRIER, op. cit., p. 146 : à La Sarraute en 1820 et à Carlong entre 1874 et 1876.

22Il faut attendre 1343 pour que celles de la vallée de Saurat soient spécifiquement désignées dans un texte69. Elles sont à l’origine de la concentration des moulines qui, à partir du XIVe siècle, occupent les berges du ruisseau. Aujourd’hui, trois sites localisés sur le versant sud de la vallée du Saurat, à La Sarraute, sur la berge droite du ruisseau de Loumet et au col de Ferrère, présentent encore des traces d’anciens travaux. Si elle eut jamais une origine médiévale, l’extraction, poursuivie parfois jusqu’au XVIIIe, fut reprise, après une interruption, au cours du XIXe siècle70. C’est dire, une nouvelle fois, combien le terrain fut bouleversé durant l’époque contemporaine.

  • 71 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 206-207 : « la première est celle de la Saraute. Cette mine est si (...)
  • 72 B.R.G.M., op. cit., p. 82-83.
  • 73 B.R.G.M., op. cit., p. 82. A Carlong, il existe aussi une ancienne galerie mais on sait que les tr (...)
  • 74 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 207.
  • 75 J. CANTELAUBE et C. VERNA, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées centrales au XVI siècle : q (...)

23Le baron de Dietrich, Jules François et Mussy visitèrent ces modestes mines. Le premier a ramassé du minerai à La Sarraute, dans une tranchée déjà comblée au XVIIIe siècle71. Aujourd’hui le B.R.G.M. relève, dans cette zone, d’anciens travaux de surface et une petite galerie s’ouvrant sur le ruisseau de Loumet72. D’autres extractions de faible envergure persistent dans la vallée. Ainsi, au-dessus de La Sarraute, à Font-Sainte, de nombreux puits et galeries s’ouvrent à 1 720 m d’altitude73. Ils étaient déjà en partie comblés lors de la visite du baron de Dietrich74. Malgré l’exiguïté du site, comparé à celui de Vicdessos ou de Château-Verdun, il est peu probable que des indices d’une exploitation médiévale soient retrouvés. En effet, ne serait-ce qu’au XVIe siècle, les mines, en relation avec la multiplication des moulines, furent soumises à une intense exploitation75.

  • 76 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.
  • 77 Acte de 1308, BNF, collection Doat, vol. 102, fol. 258-262 ; J. DUVERNOY, Le registre d’inquisitio (...)
  • 78 À l’époque du baron de Dietrich, la forge de Saint-Paul est approvisionnée par le minerai de Vicde (...)
  • 79 MUSSY, op. cit., p. 568. Sur ce territoire de Saint-Paul, Jean du Puy, qui rend compte des voyages (...)
  • 80 B.R.G.M., op. cit., p. 55-56. Il existe dans d’autres régions de nombreuses mines de faible enverg (...)

24En 1343, le comte de Foix, énumérant ses exploitations, citait celles de Vicdessos, de Saurat, et terminait sa liste par l’énigmatique mention d’autres mines76. Nous ne connaîtrons jamais la totalité des exploitations comtales et c’est par la modeste minière d’Arse, octroyée à l’abbaye de Lézat en 1308, que nous clôturerons la liste des exploitations médiévales du comté. Nous l’avons déjà mentionnée à propos du patrimoine de l’abbaye. La donation octroyée par la famille de Marquefave porte sur l’ensemble du territoire dont l’acte mentionne les limites. Il est borné à l’est par le chemin public de Saint-Paul à Tarascon, s’étend au sud jusqu’au lieu de Carol Gasc dépendant du domaine de Pierre d’Arnave et de ce lieu rejoint l’Ariège qu’il longe77. La mine comprise dans ce terroir est aujourd’hui connue sous le dénominatif de Saint-Antoine. Elle se situe à l’ouest de Saint-Paul-de-Jarrat. Ni de Dietrich, ni Jules François ne la mentionnent78. Seul Mussy la décrit comme un gisement de fer quartzeux, pauvre, en veinules dans les schistes79. Cette mine est cependant encore visible et constituée de 3 m de galeries bouchées80.

  • 81 Un document du XVIIIe siècle, composé d’analyses d’actes s’échelonnant de 1322 à 1349, mentionne l (...)
  • 82 Quelques documents éclairent cette exploitation. En 1371, la qualité du fer d’Aspet est recommandé (...)
  • 83 F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix, Toulouse, 1921, t. II, p. 426-464 (acte de la fin du XVe s (...)
  • 84 Rappelons qu’il existe cependant une mouline à Pedes, à la fin du XIVe siècle, dans le patrimoine (...)

25Que retenir de toutes ces mentions, de tous ces croisements, de toutes ces hypothèses ? Malgré le définitif inachèvement de l’approche, une géographie des mines de fer médiévales se dessine, au cœur des Pyrénées. Le comté s’impose par la puissance et le nombre de ses exploitations. Que pourrions-nous lui opposer comme concurrent ? Si peu de choses : une hypothétique exploitation en Couserans81, une extraction en Aspet qui disparaît ensuite de la documentation82. Faut-il même citer l’exploitation tout à fait secondaire et dont le témoignage est tardif du minerai médiocre de Laroque d’Olmes83 ? Ces mines ne s’imposent pas dans la documentation. Tout autre est le pôle minier du haut Sabarthès. La domination du comté relève de la richesse de son sous-sol, visible à la simple lecture des cartes des gîtes minéraux de la France. La cartographie de l’exploitation médiévale, obtenue à partir des mentions laconiques délivrées par les sources manuscrites, se surimpose d’ailleurs à celle du B.R.G.M. : les principaux gisements de fer étaient donc exploités dès le Moyen Âge. Certes, le développement et la croissance de l’extraction sont redevables d’une politique comtale qu’il nous faudra analyser, mais la richesse exceptionnelle du sous-sol en constitue la base. Encore l’histoire n’a-t-elle retenu que les principaux sites d’exploitation. Ni les belles mines de Rabat, ni celles de Perles, qui dépendent pourtant du même gisement du haut Sabarthès, n’apparaissent dans nos sources84. Or, cette cartographie met en valeur une hiérarchisation des sites. Si elle intègre des minières et plus généralement de modestes excavations isolées, qui à l’époque médiévale constituent les exploitations les plus courantes, s’y juxtapose une forte densité d’extractions concentrées sur le puissant gisement qui s’étend de Vicdessos à Château-Verdun. Cependant, au-delà de leur répartition spatiale qui permet de distinguer le bassin du haut Sabarthès d’autres lieux d’extraction plus modestes et isolés, par-delà leur poids respectif dans l’économie du comté, c’est bien une même catégorie de mine qui est exploitée. Les minerais sont de nature semblable même s’ils sont de qualité supérieure en haute Ariège. Sans doute ont-ils été soumis au même mode d’extraction, sinon au même mode de production, au moins jusqu’au début du XVe siècle.

3. Mines de fer et « mines d’acier » : un minerai adapté à la réduction directe

  • 85 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 6-15 ; M. METTRIER, op. cit., p. 140 ; A. LACROIX, Minéralogie de la Fra (...)
  • 86 Jules François donne une description du phénomène dans son ouvrage, p. 70 : « suivant l’abondance (...)

26Les mines qui s’imposent dans la documentation, celles de Sem comme de Château-Verdun, disposent d’un minerai d’excellente qualité. L’une et l’autre participent d’un même gisement qui débute à Vicdessos pour aboutir aux environs des Cabannes. Le bassin est étendu – 19 km de long, de 2 à 4 km de large – constitué d’une série de gîtes composés de filons et pour l’essentiel de petits amas lenticulaires, distribués dans le calcaire dévonien gris bleuâtre85. La nature du minerai est très diversifiée. Elle résulte de la décomposition de la sidérite qui s’altère à l’air humide et subit un processus différentiel d’oxydation et d’hydratation à l’origine de sa transformation en hématite, limonite et goethite86. Le minerai primaire (sidérite) renfermant du manganèse, l’ensemble des minerais de substitution en comprend.

« Mine forte et ferme, mine noire et douce »

  • 87 Fr. TOLLON, Étude minéralogique de la région de Vicdessos (Ariège), Thèse de l’Université des Scie (...)
  • 88 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

27Depuis l’époque moderne, avec les études de Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse et de Dietrich, puis celles de Jules François et de Mussy au XIXe siècle, on dispose de descriptions et d’analyses des minerais répondant à des critères qui ne correspondent pas exactement aux classifications contemporaines. En outre, pour désigner les minerais, ces auteurs utilisent communément des formes d’usage, que Mussy note comme « les noms sous lesquels ils [les minerais] sont connus à la mine ». Aujourd’hui, toutes ces données doivent être mobilisées et comparées aux recherches plus récentes87. Or, l’exercice qui consiste à établir des ponts d’un versant à l’autre de la documentation s’avère souvent périlleux, mais, pour l’historien, indispensable, car il paraît tout aussi délicat d’éliminer ces classifications anciennes qui restituent la qualité diversifiée de la matière première utilisée et rapportent sa réaction au cours de la réduction. Incontestablement, la forme traditionnelle de désignation des minerais identifie des mélanges. Elle traduit l’expérience de l’extraction, le choix du mineur sur le terrain, ces mélanges se trouvant effectivement à l’état naturel même s’ils peuvent également résulter d’un tri. Notons d’ailleurs que dans l’acte d’amodiation d’une des premières moulines implantées aux portes de Château-Verdun, il est précisé qu’elle puisse se fournir en petra ferrea sive mena ou lapis ferrea88. Certes, cette formulation permet de distinguer le gisement des morceaux de minerai mais pourrait également laisser supposer que l’on identifie ainsi différentes qualités de minerai.

  • 89 De Dietrich rapporte cette classification, F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 179-180. Elle est repro (...)
  • 90 Ces taux sont fournis par Mussy qui a opéré soixante analyses à partir d’échantillons de minerais (...)
  • 91 Les analyses de Jules François et de Mussy lui attribuent une teneur qui peut dépasser 55 % de fer (...)

28Au XVIIIe siècle, on sait que les mineurs et les forgeurs considèrent « la mine forte et (ou) ferrue et la mine noire et douce » comme les meilleures89. Tous ces minerais sont des oxydes et des hydroxydes, mais selon leur combinaison et leur faciès, les hommes de terrain distinguent ces deux catégories qui réagissent différemment sous le pic et dans le foyer. La première, « mine forte et ferme », est majoritairement composée de différentes qualités d’hématites désignées comme compactes. Elle comprendrait aussi bien de l’hématite massive que de la goethite. Son appellation commune rend compte de sa richesse, de sa structure comme de sa dureté. On dispose d’analyses opérées à la fin du XIXe siècle : elles restituent majoritairement une teneur en fer qui peut dépasser 60 %90. Malgré ces qualités indéniables, auxquelles il faut ajouter le fait qu’elle se présente dans la partie supérieure du gisement, plus accessible, « la mine forte et ferme » est difficile à abattre et selon les constatations des ingénieurs des Mines au XIXe siècle, de réduction délicate dans un bas foyer. La seconde, « la mine noire et douce », résulte, elle aussi, de la combinaison d’oxydes (hématite) et d’hydroxydes (limonite et goethite) mais selon une proportion différente, au profit des hydroxydes, semble-t-il. En effet, tout aussi riche que la précédente en fer, elle est décrite comme plus facile à abattre et à fondre en réduction directe91. Cela tient, sans doute, à sa moindre compacité, à sa plus grande porosité qui permet une meilleure circulation des gaz au moment de la réduction. Elle comprend aussi une forte teneur en manganèse.

  • 92 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 85 : « un hydroxyde de fer pauvre, quartzeux » ; description identique c (...)
  • 93 MUSSY, op. cit., p. 568.
  • 94 B.R.G.M., op. cit., p. 55-56.

29Les autres gisements exploités dans le comté de Foix, s’ils sont d’envergure plus modeste, renferment des minerais de même nature, de teneur en fer souvent inférieure. Cependant, l’appréciation de leur qualité respective demeure délicate alors que les analyses précises font ici totalement défaut et que les commentaires sur leur richesse supposée sont parfois contradictoires. Examinons les indices dont nous disposons. A Saurai, sur l’ensemble des petites minières de la vallée, on a tiré de la goethite, de la limonite, peut-être de l’hématite92. Le fer hydroxydé y est cependant qualifié de pauvre et quartzeux, parfois pyriteux par Mussy qui ne précise pas sa teneur en fer. Les mines les plus médiocres correspondent au bassin de Saint-Paul où le fer hydroxydé quartzeux, en veinules dans les schistes, est également désigné comme pauvre93. Ce jugement est confirmé par les analyses récentes du B.R.G.M. qui mentionnent, comme composantes du gisement, de la sidérite en masse oxydée près de la surface et un peu de limonite94.

  • 95 Mussy propose une teneur moyenne en fer pour l’ensemble des minerais de Sem, la sidérite exclue, d (...)
  • 96 É. TRUFFAUT, « Contribution du manganèse au développement historique de la sidérurgie : aspects te (...)
  • 97 MUSSY, op. cit., p. 274 ; Fr. TOLLON, op. cit., p. 69
  • 98 MUSSY, op. cit., p. 274.
  • 99 Fr. TOLLON, op. cit., p. 70. Nous tenons à préciser qu’en l’absence de tout résultat archéologique (...)
  • 100 Toutes ces remarques doivent beaucoup aux conseils attentifs de messieurs Francis Tollon et Franci (...)
  • 101 Signalons les expériences en cours conduites par Claude Dubois.

30Depuis Jules François, il est commun d’associer les oxydes et les hydroxydes de qualité, et tout particulièrement ceux de la mine de Sem, à la pratique du procédé de réduction directe, sinon à la qualité du fer obtenu. Le plus couramment, on les dit « adaptés à la réduction directe ». Que se cachet-il derrière une formule aussi galvaudée ? Il est vrai que contrairement aux minerais carbonatés, oxydes et hydroxydes ne nécessitent pas de grillage, ce qui représente un gain considérable en termes d’économie d’énergie. Il est vrai aussi que leur forte teneur peut permettre un bon rendement et cela malgré la déperdition de fer dans les scories qui, plus ou moins importante selon les capacités du forgeur, est inhérente à cette forme de réduction95. Il faudrait ajouter à ces données, presque exclusivement consacrées à la teneur en fer, des indications sur les autres composants du minerai dont l’impact peut être majeur lors du processus de réduction. Ainsi, l’hydratation de la mine douce, sa porosité aident à la réduction. Elle est d’ailleurs désignée par Mussy comme rendant plus de fer. Nous reviendrons sur l’impact du manganèse sur la formation de l’acier naturel, mais il est incontestable qu’il facilite également le processus de réduction grâce à son affinité pour l’oxygène, son pouvoir désoxydant96. En conséquence, une plus grande quantité de fer est cédée à la loupe, en cours de réduction. Notons, en outre, que les auteurs s’accordent sur la présence de la silice en grains, au moins dans l’hématite, et dans sa gangue de quartz97. On sait que cet élément (le silicium) a tendance, en réduction directe, à piéger le fer dans la scorie (oxydes et silicate de fer). Sans doute, cela peut-il expliquer que la « mine forte et ferrue », composée pour l’essentiel d’hématite, outre le fait qu’elle soit également compacte, livre moins de fer. « Elle rend moins de fer » dit Mussy98. Mais, un ajout de chaux, qui est parfois présente dans la gangue de ces oxydes de fer, pourrait, en quelque sorte, contrebalancer l’action de la silice99. Enfin, un bain de scories siliceux facilite ce que les métallurgistes désignent comme le « grappage » du fer, c’est-à-dire que la silice aide aussi à la formation de la loupe en accélérant le rassemblement du fer sous forme de grains. Ajoutons qu’aucun de ces minerais ne comprend de soufre, ni de phosphore, les deux ennemis de la réduction directe100. Quant à la qualité du métal obtenu, il faudrait, bien évidemment, pour donner corps à ces remarques, que l’on puisse disposer de déchets d’exploitation (minerais, scories) et d’expériences d’archéologie expérimentale qui permettraient d’analyser la combinaison de tous ces paramètres et leur impact sur le produit101.

  • 102 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 69-125.
  • 103 Sur les mines de Wassy et de La Chaume, C. VERNA et P. BENOIT, « La sidérurgie de Clairvaux au Moy (...)
  • 104 Arch. dép. Haute-Garonne. B 2304, fol. 82v°.

31Néanmoins, l’adéquation entre minerai et mode de réduction a pu être confirmée dans les quelques rares cas où le processus de réduction a fait l’objet d’une description, in situ. Encore une fois l’exemple est moderne : lorsque le baron de Dietrich conduit des expérimentations avec la forge à la catalane et essaie successivement les minerais du Vicdessos et ceux d’autres gisements, les premiers donnent des résultats supérieurs102. Cette réussite illustre sans doute le coup de main des forgeurs ariégeois habitués à ce minerai, mais aussi sa qualité propre. Constatons enfin que pour le Moyen Âge, les régions où est attestée la pratique de la réduction directe, régions qui ont souvent occupé une place majeure dans l’économie du fer médiéval, correspondent à des gisements de ce type : des oxydes et hydroxydes riches en fer, minerais de substitution, comprenant parfois un fort pourcentage de manganèse. C’est ce minerai qui est travaillé en priorité en Champagne et en Bourgogne, à Wassy, La Chaume, Fontenay, Minot ; en Dauphiné, à Allevard ; en Catalogne, dans la région du Pallars Jussa et dans le massif du Canigou ; en Lombardie, c’est-à-dire sur des sites d’extraction médiévale, aujourd’hui identifiés et parfois fouillés103. La qualité du minerai de Vicdessos est d’ailleurs reconnue dès le Moyen Âge. Ainsi, au milieu du XVe siècle, est-il l’objet d’un véritable panégyrique de la part du comte de Foix : dit quilz sont les meilleurs mines de fer qui sont deca le Rosne [...] dit que entre les autres en ya unes qui s’appellent Vic de Solz dont se tire le meilleur fer du monde et est presque aussi bon que acier104. L’homme politique, soucieux des revenus qu’il obtient du minerai, met ici en évidence deux qualités fondamentales des mines du haut Sabarthès : outre leur richesse, elles fourniraient de l’acier.

Des « mines d’acier »

  • 105 Ordonnances des rois de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, t. XIX, C (...)
  • 106 Th. SCLAFERT, op. cit.. p. 42-43.
  • 107 É. TRUFFAUT, op. cit., p. 1716.
  • 108 MUSSY, op. cit., p. 284-287. Toutes les analyses dont on dispose concordent. Pour M. Mettrier, le (...)
  • 109 É. TRUFFAUT, op. cit.. p. 1706.
  • 110 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 263 : « les aciers naturels s’obtiennent principalement avec les fers hy (...)

32Les hommes du Moyen Âge avaient reconnu dans ces gisements un minerai qui, en réduction directe, donnait de l’acier naturel. Il est désigné sous la forme de mineriis de ferro calybe vel axero ou bien, plus simplement, de « mine d’acier ». Cette dénomination apparaît à Château-Verdun en 1293, alors que les Arnaud, co-seigneurs, se réservent les gisements de fer calybe. Encore en 1483, le roi fait rechercher en Couserans les mines de métaux précieux, de fer et aussi « celles d’acier »105. Plus de deux siècles après la première mention et hors du Sabarthès, on distingue toujours la mine d’acier de celle de fer. Mais cette catégorie de minerai n’est en rien caractéristique des Pyrénées. Le terme de calibis est employé au début du XIVe siècle sur le gisement d’Allevard. Dès le Moyen Âge, cette vallée alpine est reconnue pour la fabrication d’un acier d’excellente qualité. Or, les forgerons d’Allevard distinguaient aussi la mena ferri de la mena calibis. Suivant Thérèse Sclafert, la mena calibis correspondrait à un minerai riche en fer et en manganèse, que les hommes du XVIIIe siècle nommaient « rives » et qu’ils identifiaient à l’hématite, sans davantage de précisions106. La présence de l’oxyde de manganèse est ici fondamentale puisqu’il facilite la fixation du carbone en réduction directe, accélère la carburation du métal et, en conséquence, favorise la production d’un acier naturel107. Comme à Allevard, le minerai de fer calybe de Château-Verdun pourrait aussi correspondre à la « mine forte ou ferrue » que l’on peut identifier majoritairement à de l’hématite et qui affleure dans la seigneurie. Cependant, « la mine noire et douce » des mineurs, si on se reporte aux analyses de Mussy, comprend également un fort pourcentage de manganèse, même si les taux les plus élevés parmi ceux qui ont été répertoriés correspondent effectivement à la mine ferrue. Certains échantillons prélevés attribuent à cette dernière plus de 8 % de manganèse, contre 3,3 en moyenne108. Cette teneur est très importante et permet aux géologues de distinguer ce minerai comme « manganésé » c’est-à-dire disposant de la plus haute teneur de manganèse reconnue pour un minerai de fer109. Cependant, selon Jules François, tout comme l’hématite, des hydroxydes donnent de l’acier naturel dans la forge à la catalane110. Ainsi, au final, il paraît difficile d’affirmer qu’une qualité particulière d’oxydes ou d’hydroxydes de fer, ou un mélange spécifique de minerai, ait été la « mine d’acier » du Moyen Âge. Sans doute, ce dénominatif se rapporte-t-il simplement à la présence du manganèse dans les oxydes et hydroxydes, sans que soit prise en compte la nature précise du minerai.

  • 111 Fr. TOLLON, op. cit.. p. 22-23 ; Cl. DUBOIS et B. ANCEL, « Le karst dans les mines de fer de Ranci (...)
  • 112 Nous retrouvons ces petites galeries, parfois creusées sur quelques mètres, et des puits de faible (...)
  • 113 Cl. DUBOIS et B. ANCEL, op. cit.
  • 114 MUSSY, op. cit., p. 108-109. Remarquons, toutefois, que cette méthode n’est pas propre à la périod (...)
  • 115 Ces crochets sont, sans doute, utilisés dans la mine de Fontenay, P. BENOIT et alii, « Environneme (...)
  • 116 Cette organisation primaire de l’extraction est encore décrite au XIXe siècle par J. FRANÇOIS, op. (...)

33Outre leurs qualités chimiques, tous ces minerais sont d’accès facile. C’est un paramètre fondamental pour l’exploitation médiévale. Ils affleurent et l’extraction peut souvent s’opérer à ciel ouvert, comme en attestent aujourd’hui encore les tranchées de surface qui, même si elles ne sont pas toutes médiévales, prouvent la réalité de ce mode d’extraction. L’encaissant est majoritairement composé de roches tendres : calcaires du dévonien dolomitisés et fortement fissurés sur les gîtes de Rancié et de Château-Verdun où l’on note également la présence de karst111. Si la roche de ce bassin n’est pas trop dure à l’abattage, elle permet néanmoins le creusement de petites galeries sans nécessité de boisage112. Les fissures assurent un aérage suffisant pour ces modestes travaux souterrains où le problème de l’exhaure ne se pose pas encore. Fissures et karst ont sans doute aussi permis aux mineurs d’ouvrir plus facilement ces « cavernes » dont les textes témoignent à partir du XVe siècle113. Il était ensuite possible de suivre et d’extraire les amas filoniens. Ainsi, quand Mussy visita ce qui restait des travaux éboulés de la mine de Nagot, il put remarquer plusieurs galeries qui aboutissaient systématiquement sur un gîte de minerai, excavé en totalité114. Ces conditions géologiques permettaient l’usage d’un outillage très proche de celui des paysans, milieu dont étaient issus les mineurs de fer : pelles, houes, pics. Les travaux superficiels, nombreux sur la seigneurie de Château Verdun, peuvent résulter de l’arrachement du minerai avec de simples crochets115. L’investissement en matériel est minime. Le minerai est en quelque sorte cueilli. Profitant d’exceptionnelles conditions naturelles, les mineurs ôtent le fer le plus riche, là où il est le plus facile à extraire. Quand l’extraction s’enfonce en profondeur, on délaisse la fosse pour creuser un peu plus loin116. Le minerai ramassé est suffisant pour répondre aux besoins. Cette économie de cueillette dut être pratiquée dès l’Antiquité.

  • 117 Sur les conditions techniques de l’extraction et leur environnement culturel, P. BENOIT et P. FLUC (...)

34Alors que la mine émerge de la documentation, que les textes prouvent une intensification de l’extraction, les hommes du Moyen Âge en usent comme leurs lointains ancêtres. Ce que l’on pourrait qualifier d’immobilisme technique résulte, en fait, de la parfaite adaptation du mode d’extraction au milieu naturel comme aux conditions de production et de marché117. Dans le domaine de l’extraction du fer, l’innovation ne s’impose pas forcément comme une nécessité quand les pratiques traditionnelles répondent à la demande. Au moins au cours du XIVe siècle, ces montaigne(s) toute de fer, soumises à de telles conditions d’exploitation, parviennent à approvisionner un nombre croissant de forges hydrauliques et répondent à une demande du Couserans. Autour du haut Sabarthès, s’organise ainsi un espace de réduction dont la mine de Sem est le pôle structurant, épicentre d’un vaste bassin sidérurgique.

Notes

1 Les deux premiers documents qui témoignent de l’extraction du fer sont datés de 1293 et 1294 (n. st.). Il s’agit, respectivement, de la résolution d’un conflit ayant opposé entre eux les co-seigneurs de Château-Verdun, conclu le 5 août 1293, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1 et du renouvellement des coutumes de la vallée de Vicdessos intervenant le 13 février 1293, soit le 13 février 1294 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 27. L’acte de Château-Verdun a été édité par C. BARRIÈRE-FLAVY, « Les mines de Château-Verdun au XIIIe siècle. Accord entre le comte de Foix et les co-seigneurs de Château-Verdun en 1293 », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1905, p. 63-69. Certes, l’attestation de l’extraction est tardive par rapport à d’autres espaces proches et nous pensons, tout particulièrement, au Roussillon, C. VERNA, « Esquisse d’une histoire des mines et de la métallurgie monastiques dans les Pyrénées (IXe-XVIe siècles) », dans Moines et Métallurgie..., op. cit., p. 45-58. Mais, elle participe néanmoins d’une chronologie caractéristique de ce type d’activité, des Pyrénées au Languedoc, C. VERNA, « Des monts de Lacaune aux Pyrénées, temps, formes et espaces de l’innovation : le cas de la mouline (XlIIe-XVe siècles) », dans 6e Cours d’archéologie d’Andorre. L’obtention du fer par le procédé direct du IVe au XIXe siècle, Andorre, 2000, à paraître. En Rouergue, la documentation écrite intervient également à la fin du XIIIe siècle, J. BOUSQUET, « Mines et travail... », op. cit., p. 108-124.

2 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°.

3 Cette remarque de La Blottière est citée par M. CHEVALIER, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 556.

4 De petra ferrea menerie nostre vallis de Sas, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. I27r° et v° ; petram ferream sive menant, lapidibus ferreis, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71 ; petram ferream de meneriis nostris. Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22 ; mineriis de ferro calybe vel axero, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1 ; etiam sunt ferratarii qui dicta mineralia in materias mundas ferri redigunt, Arch. mun. de Toulouse, FF 26, p. 68 ; nous avons conservé la forme au neutre pluriel du terme mineralia. Quant aux autres vocables, ils apparaissent dans les actes de 1294 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 27 ; 1304, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22 ; 1326 (n. st.), BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71 ; 1331, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E391, fol. 53 ; 1343, BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3 ; 1349, 1 E suppl. AAI, fol. 127r° et v° ; 1356 (n. st.). Arch’dép. Ariège, E 96, pièce no 37 ; XVe siècle, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 67-68.

5 Si des mines de fer font aujourd’hui l’objet de fouilles programmées en France, peu d’entre elles sont médiévales, P. BENOIT et P. FLUCK, « Conclusion », dans Les techniques minières de l’Antiquité au XVIIIe siècle, Actes du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, 1992, p. 576-578. Deux sont localisées en Bourgogne : 1’une à Fontenay, l’autre à Minot, P. BENOIT, « Les mines de Fontenay », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 289-298 ; C. STECK-HAUSS, I. GUILLOT et P. BENOIT, « Mines et métallurgie à Minot », dans P. BENOIT et Ph. FLUZIN, Paléométallurgie du fer et cultures..., op. cit., p. 363-373. La mine du trou de Calel, située à Sorèze, dans le Tarn, et dont les vastes travaux souterrains ont été prospectés, pourrait être prochainement soumise à une fouille plus approfondie, F. ROUZAUD, E. MAUDUIT et J.-P. CALVET, « Le site minier et métallurgique du Calel à Sorèze (Tarn) », dans Mélanges Claude Domergue, Pallas, 1997, p. 273-285. Les prospections sont, de toute façon, riches d’enseignements, P. BENOIT et N. SPORTES, « Exploitation du fer et droits d’usage : l’exemple de Pontigny », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 185-186 ; J. DUPRAZ, « Mines et métallurgie en Chartreuse », Archéologie chez vous, vol. 10, Chartreuse, Saint-Egrève, Saint-Laurent-du-Pont, Grenoble, 1992, p. 60-63 ; F. TEREYGEOL, « L’extraction minière à La Chaume cl sur les finages voisins », dans Actes du Colloque karst et mines, Paris, 1994, à paraître.

6 Cl. DUBOIS et B. ANCEL, « Le karst dans les mines de fer de Rancié et de Lercoul (Pyrénées ariégeoises), dans Actes du Colloque karst et mines, Paris, 1994, à paraître.

7 La démarche à suivre est celle qui a été lancée par l’Équipe d’Histoire des Mines et de la Métallurgie sur les sites de Fontenay cl Minot, P. BENOIT. I. GUILLOT, A. PLOQUIN et Ph. FLUZIN, « Archéologie et paléométallurgie des sites de Minot et Fontenay en Bourgogne », dans Symposion Archaometallurgie von Kupfer und Eisen, Mainz, 12-15 September 1986, Jahrbuch des Römisch-Germanischen Museums Mainz, 35 Jahrgang, 1988, 1991, p. 620-638 ; P. BENOIT, I. GUILLOT et Ch. DESCHAMP, « Minerai et métallurgie à Fontenay », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 275-288. La diversité des sources de l’histoire des mines et de la métallurgie, la nécessaire inter-disciplinarité qu’elle induit ont été mises en évidence par Paul Benoit, P. BENOIT, Les mutations techniques et scientifiques de la fin du Moyen Age et de la Renaissance, Université Paris I, micro-éditions universitaires, Lille, 1994, p. 5-36.

8 Ainsi les mines médiévales de la seigneurie de Château-Verdun, localisées à partir des indices modernes ou contemporains, sont immanquablement situées sur les terroirs de Larcat et Larnat, C. BARRIÈRE-FLAVY, « Les mines de Château-Verdun au XIIIe siècle. Accord entre le comte de Foix et les co-seigneurs de Château-Verdun en 1293 », op. cit., p. 22. Pour la mine de Sem, la localisation se réduit souvent à la simple évocation du mont Rancié, H. ROUZAUD, La mine de Rancié depuis le Moyen Âge jusqu’à la Révolution, Toulouse, 1908, p. 16.

9 Vicdessos : in meneria seu meneriis ferri infra dictam vallem et limites infra scriptos, c’està-dire de passu de Haris et de via removenti qua itur seu quae vadit versus Siguerium usque ad portus apud nos ac versus terrain nostram citra montes, aquas vergentes et pro ut aqua vergit in dictis portibus apud nos et terrain nostram de Sos, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 27 (1294, n. st.) ; Château-Verdun : omnia mineria sive omnes mineriae et singulae quae sunt vel apparent, vel erunt, vel apparebunt [...] in toto dominio et parte jurisdictionis et dominii de Castro Verduno et terminis et pertinentiis eius, Arch. dép. Haute-Garonne, B, Maîtrise de Pamiers, E 1 (1293).

10 1304 : petram de meneriis nostris libere extrahere et operari infra dictam vallem [...] petram ferream de meneriis nostris infra termines superius designates extrahere, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 22 ; 1326 (n. st.) : menarium seu menarios in dicta juridictione nostra, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71 ; 1343 : in ferri fodinis nostris tam de Vico de Sos quam vallis de Saurato, BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3 ; 1349 : de petra ferrea de nostre vallis de Sos, Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127.

11 1326 (n. st.), à propos de mines dans la junction de Château-Verdun : ad petram ferream seu menant per loca ubi magis erunt oportuna, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

12 1356 (n. st.) : mena ferrea quae abstrahitur de menerio de Sen [sic] scituato infra dictam vallem. Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

13 B.R.G.M., Inventaire minéralogique de la France, no 11, Ariège, t. 1 : Bassin versant du Salat, Orléans, 1983 ; ID. Inventaire minéralogique de la France, no 12, Ariège, t. 2 : Bassin versant de l’Ariège, Orléans, s. d.

14 F.-P de DIETRICH, Description des gîtes de minerai, des forges et des salines des Pyrénées, Paris-Genève, rééd. 1986. Parmi les travaux des érudits du XVIIIe siècle qui se sont intéressés aux mines de fer, il faut également citer celui de P.-B. de PALASSOU. Essai sur la minéralogie des monts Pyrénées suivi d’un catalogue des plantes observées dans cette chaîne de montagnes, Paris, 1781. Néanmoins, il est pour nous beaucoup moins utile que les descriptions et remarques formulées par le baron de Dietrich.

15 Si, à la même période, Philippe-Isidore Picot de Lapeyrouse rédige son traité sur les mines de fer et les forges du comté de Foix (1786), il s’intéresse exclusivement au fer de Rancié, Ph.-l. PICOT de LAPEYROUSE, Traité sur les mines de fer et les forges du comté de Foix, Toulouse, 1786.

16 J.-F. d’AUBUISSON des VOISINS, Observation sur les mines et les mineurs de Rancié et sur l’administration de ces mines, Paris, 1818.

17 Ainsi, l’ingénieur Burdin, en résidence à Vicdessos en 1816, avoue les tensions que sa présence suscite chez les mineurs de Rancié : « le plus grand désagrément de ma position est d’être au milieu de quatre ou cinq cents demi-sauvages qui vous détestent d’autant plus que vous vous donnez plus de soin pour leur être utile », J.-F. d’AUBUISSON des VOISINS, op. cit., p. 14.

18 J. FRANÇOIS, Recherches sur les gisements et le traitement direct des minerais de fer dans tes Pyrénées et tout particulièrement dans l’Ariège suivies de considérations historiques, économiques et pratiques sur le traitement du fer et de l’acier dans les Pyrénées, 2 vol., Paris, 1843 ; MUSSY, « Description de la constitution géologique et des ressources minérales du canton de Vicdessos et spécialement de la mine de Rancié », Annales des Mines, 1868, p. 57-112 ; ID., « Ressources minérales de l’Ariège », Annales des Mines, 1869, p. 547-594 ; 1870, p. 237-287.

19 P. BENOIT et P. FLUCK, « Conclusion », dans Les techniques minières..., op. cit., p. 577-578.

20 Cl. DUBOIS, « De la forêt au métal : premières données diachroniques et archéologiques en Ariège », op. cit. ; ID., « Lercoul (Pyrénées ariégeoises) : un site sidérurgique du IIIe siècle de notre ère », op. cit.

21 F.-P. de DIETRICH, op. cit.. p. 184 ; Ph.-l. PICOT de LAPEYROUSE, op. cit.. p. 23. R. GARMY, La mine aux mineurs, Paris, 1943, p. 120.

22 R. GARMY, op. cit., p. 118 ; M. METTRIER, « Description des gîtes minéraux du haut bassin de la Garonne », Bulletin de la Société de Géographie de Toulouse, 1893, p. 131-154.

23 Sem : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Vicdessos ; Château-Verdun : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton Les Cabannes ; Saurat : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Tarascon-sur-Ariège ; Saint-Paul-de-Jarrat : département de l’Ariège, arrondissement et canton de Foix.

24 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3 ; Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. AA 1, fol. 127.

25 Nous avons pu mener ces prospections grâce au soutien actif de Paul Benoit, Jean Cantelaube, Ivan Guillot, Franck Navarre et Antonella Romano. Qu’ils en soient remerciés.

26 R. GARMY, op. cit., p. 19.

27 Arch. dép. Haute-Garonne, B 2304, fol. 127v°-128.

28 La galerie Becquey, creusée récemment, n’intervient pas dans notre étude. Le schéma de localisation que nous proposons est reproduit à partir de la planche VIII de l’ouvrage de J. FRANÇOIS, op. cit.

29 M. CHEVALIER, op. cit., p. 556.

30 1294 (n. st.) et 1304, Arch. dép. de l’Ariège, E 96, pièce no 22 ; 1356 (n. st.), Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

31 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3. Dans un article consacré aux mines de fer en Rouergue, Jean Bousquet attribue au terme de fodina le sens de « carrière à ciel ouvert », J. BOUSQUET, « Mines et travail... », op. cit., p. 110.

32 Et quod praefatus dominas comes nec eius successors nulle possit nec valent dare vel aliquo modo alicui homini domestico nec extraneo ferro fodinam seu clotum novum vel vetus in dicta meneria, Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

33 Arch. dép. Ariège, E 96, pièces no 27 et 22.

34 Cette méthode est encore pratiquée au XVIIIe siècle comme le rapporte le baron de Dietrich : « ces filons y sont très multipliés ; mais comme les mineurs du pays ne les attaquent jamais que par une forte pente du haut en bas, sans suite et sans ordre, en suivant uniquement ce qui est le plus abondant, ils sont bientôt expulsés de leurs miniers », F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 164.

35 Ph.-I. PICOT de LAPEYROUSE, op. cit., p. 21.

36 MUSSY, « Description... », op. cit., p. 214.

37 Coordonnées Lambert : tranchée du sommet de Rancié : x=53415, y=52, z=1550. La More : x=534,28, y=51,9, z=1540, B.R.G.M., Inventaire..., op. cit., t. 2, p. 108.

38 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 37.

39 Risoult : x=532,35, y=49,75, z=1450. Mathe : x=532,7, y=51,8, z=l 160. Nagot : x=533, y=51,38, z=1250. B.R.G.M., op. cit., p. 97 et 100.

40 MUSSY, op. cit., p. 96 et 108.

41 MUSSY, op. cit., p. 109.

42 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 64v°.

43 F.-P. de DIETRICH, op. cil., p. 201 ; J. FRANÇOIS, op. cit., p. 97.

44 Cl. DUBOIS, « Lercoul (Pyrénées ariégeoises) : un site sidérurgique du IIIe siècle de notre ère », op. cit. ; Cl. DUBOIS et B. ANCEL, « Le karst... », op. cit.

45 M. METTRIER. « Description des gîtes minéraux du haut bassin de la Garonne », op. cit., p. 139.

46 B.R.G.M., op. cit., p. 114.

47 MUSSY, op. cit., p. 90.

48 MUSSY, op. cit., p. 98 ; B.R.G.M., op. cit., p. 114.

49 B.R.G.M.. op. cit., p. 113.

50 Cl. DUBOIS et B. ANCEL, op. cit.

51 MUSSY, op. cit., p. 94.

52 Rappelons que le chartrier de Gudanes aurait disparu dans l’incendie du château, au début du siècle.

53 Ainsi, dans le bail de la mouline d’Albiès, le seul dont le texte soit conservé, la mine, qui est à la disposition des amodiataires, est localisée dans la juridiction de Château-Verdun, per loca ubi mugis erunt opportuna, BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

54 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 59v°.

55 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 391, fol. 53. La même année, sont concédées à Jean Pachau, la mouline de Leguelitz. et cette mine de Garda Lop. Or, comme nous le verrons, si cette forge hydraulique de la première moitié de XIVe siècle correspond à celle d’El Galis, il est possible que le minerai soit extrait à proximité. On disposerait ainsi d’un indice ténu de localisation pour l’extraction minière car, bien évidemment, le minerai peut toujours être transporté.

56 Arch. dép. Ariège, E 88 et E 87, fol. 49v° et suiv.

57 Les ruines du château de Château-Verdun figurent sur le cadastre de cette commune sous la dénomination de Camp d’Ambéla, C. GARRIGUES, « Histoire des châteaux de Château-Verdun et de Gudanes », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1980. p. 174.

58 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, E 392, fol. 60. C. GARRIGUES, « Histoire des châteaux... », op. cit., p. 170-175.

59 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 159-160.

60 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 91. Miniers del Tribou, de Madame, de la Guinette. de Pla et de Camp.

61 Ibid., p. 91 : del Tribou. de Madame, du Plot et du Camp.

62 B.R.G.M., op. cit., p. 41.

63 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

64 Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1161.

65 Aujourd’hui les relevés du B.R.G.M. ne mentionnent pas de fer à Ferrières-sur-Ariège, B.R.G.M., Carte des gîtes minéraux de la France à 1/500 000e, feuille de Marseille, Épinal, 1984. Néanmoins, nous savons combien les gisements de faible envergure peuvent avoir disparu du fait d’une exploitation intensive ou bien avoir été ignorés du B.R.G.M.

66 B.R.G.M., op. cit., p. 51-52.

67 B.R.G.M., op. cit., p. 52.

68 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 168.

69 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

70 M. METTRIER, op. cit., p. 146 : à La Sarraute en 1820 et à Carlong entre 1874 et 1876.

71 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 206-207 : « la première est celle de la Saraute. Cette mine est située à 2 000 toises au sud-ouest de Saurat, non loin de la métairie de la Roussole et de la Brougaille, sur la pente méridionale de la vallée qui la renferme [...] On a fait un percement en suivant la surface de la montagne, sur une longueur d’environ soixante-dix pas, qui est comblé ».

72 B.R.G.M., op. cit., p. 82-83.

73 B.R.G.M., op. cit., p. 82. A Carlong, il existe aussi une ancienne galerie mais on sait que les travaux y furent engagés tant au XVIIIe qu’au XIXe siècle, B.R.G.M., op. cit., p. 85.

74 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 207.

75 J. CANTELAUBE et C. VERNA, « Les forges à la génoise dans les Pyrénées centrales au XVI siècle : quel transfert d’innovation ? », dans Il ferro nelle Alpi, giacimenti, minière e metallurgia dall’antichità al XVI secolo, Atti del convegno, Bienno, 1998 C. CUCINI TIZZONI et Μ. TIZZONI éd„ Breno, 2000, p. 152-163.

76 BNF, collection Doat, vol. 189, fol. 3.

77 Acte de 1308, BNF, collection Doat, vol. 102, fol. 258-262 ; J. DUVERNOY, Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, évêque de Pamiers (1318-1325), Paris-La Haye, 1978, mentionne p. 1262, un château, aujourd’hui disparu au lieu de Carol Gasc. Il existe au sud du village de Saint-Paul, un Roc de Carol.

78 À l’époque du baron de Dietrich, la forge de Saint-Paul est approvisionnée par le minerai de Vicdessos, F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 171.

79 MUSSY, op. cit., p. 568. Sur ce territoire de Saint-Paul, Jean du Puy, qui rend compte des voyages, découvertes et prospections de Jean de Malus en 1600, cite une mine d’or, J. de MALUS, La recherche et descouverte des mines des montagnes Pyrénées, faictes en l’an mil six cent par Jean de Malus et rédigé par Jean du Puy, Toulouse, 1990, p. 89.

80 B.R.G.M., op. cit., p. 55-56. Il existe dans d’autres régions de nombreuses mines de faible envergure et parfois de qualité médiocre. Elles sont néanmoins exploitées au Moyen Age, J. DUPRAZ, « Mines et métallurgie... », op. cit., p. 60-63.

81 Un document du XVIIIe siècle, composé d’analyses d’actes s’échelonnant de 1322 à 1349, mentionne les mines de fer, de plomb et d’argent d’Aulus, de Riverenert et d’Ustou, Arch, dép. Ariège, 1 J 251.

82 Quelques documents éclairent cette exploitation. En 1371, la qualité du fer d’Aspet est recommandée par le statut des métiers des maréchaux-ferrants de Toulouse. En outre, la coutume d’Aspet, rédigée une première fois en 1382, cite des moulines, Arch. mun. de Toulouse, HH 66, fol. 177v° ; F. PÉRISSE, « La coutume d’Aspet », Revue de Comminges, 1900, p. 68. Au XVIe siècle, on trouve la mention de « fonde » de fer, à Arbas, dans la châtellenie d’Aspet, R. SOURIAC, Le comté de Comminges au milieu du XVIe siècle, Paris, 1978, p. 210.

83 F. PASQUIER, Le cartulaire de Mirepoix, Toulouse, 1921, t. II, p. 426-464 (acte de la fin du XVe siècle).

84 Rappelons qu’il existe cependant une mouline à Pedes, à la fin du XIVe siècle, dans le patrimoine de Saint-Volusien, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix sous Gaston Phœbus..., op. cit., Foix, 1901, p. 132.

85 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 6-15 ; M. METTRIER, op. cit., p. 140 ; A. LACROIX, Minéralogie de la France et de ses anciens territoires d’Outre-mer, description physique et chimique des minéraux, étude des conditions géologiques de leurs gisements, Paris, 1977, t. III. p. 372.

86 Jules François donne une description du phénomène dans son ouvrage, p. 70 : « suivant l’abondance des eaux d’infiltration les phénomènes de décomposition du 1er carbonaté donnent lieu à des produits différents quant à la nature et l’aspect. Si les eaux sont peu abondantes l’altération du carbonate s’opère sans déplacement des portions métalliques. La chaux carbonatée et la magnésie disparaissent, il ne reste que les oxydes métalliques à l’état de suroxydes hydratés. Souvent ces derniers donnent des épigénies fortement colorées en noire par le deutoxyde de manganèse, que l’on nomme mine noire. Si les eaux sont abondantes [...] belles hématites brunes ».

87 Fr. TOLLON, Étude minéralogique de la région de Vicdessos (Ariège), Thèse de l’Université des Sciences de Toulouse, 1964 ; B.R.G.M., op. cit.

88 BNF, collection Doat, vol. 184, fol. 66-71.

89 De Dietrich rapporte cette classification, F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 179-180. Elle est reproduite et commentée par MUSSY, op. cit., p. 273-274. Mais ces deux catégories n’épuisent pas la nomenclature complexe proposée par les deux auteurs.

90 Ces taux sont fournis par Mussy qui a opéré soixante analyses à partir d’échantillons de minerais de diverses qualités. En fait, les résultats oscillent entre 17,9 % et 61,6 %, MUSSY, op. cit., p. 284-287. Le résultat obtenu par Jules François est équivalent, soit 54,7 % de fer, J. FRANÇOIS, op. cit., p. 132.

91 Les analyses de Jules François et de Mussy lui attribuent une teneur qui peut dépasser 55 % de fer, MUSSY, op. cit., p. 284-287 ; J. FRANÇOIS, op. cit., p. 131.

92 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 85 : « un hydroxyde de fer pauvre, quartzeux » ; description identique chez MUSSY, « Ressources minérales de l’Ariège... », op. cit., 1869, p. 560 ; le B.R.G.M. signale de la goethite provenant de l’altération de la sidérite, B.R.G.M., op. cit., p. 82-86.

93 MUSSY, op. cit., p. 568.

94 B.R.G.M., op. cit., p. 55-56.

95 Mussy propose une teneur moyenne en fer pour l’ensemble des minerais de Sem, la sidérite exclue, de 50,7 %, MUSSY, op. cit., p. 287. Il faut compléter ces données anciennes avec l’apport des analyses modernes. Après la pratique du tri, il est tout à fait envisageable que la teneur en fer du minerai soit proche de celle des minéraux qui le composent soit pour l’hématite, 70 % de fer, pour la goethite, 63 %, pour la limonite 60 %. À partir d’un échantillon prélevé à Lercoul, et après une analyse du C.R.P.G. de Nancy sous la direction d’Alain Ploquin, on obtient la teneur suivante : hématite, 90,95 %, Cl. DUBOIS, « Lercoul (Pyrénées ariégeoises)... », op. cit.

96 É. TRUFFAUT, « Contribution du manganèse au développement historique de la sidérurgie : aspects techniques », La Revue de Métallurgie, 1994, p. 1717.

97 MUSSY, op. cit., p. 274 ; Fr. TOLLON, op. cit., p. 69

98 MUSSY, op. cit., p. 274.

99 Fr. TOLLON, op. cit., p. 70. Nous tenons à préciser qu’en l’absence de tout résultat archéologique, il est impossible de mesurer l’action de certains fondants lors de la réduction. Qu’en est-il de l’impact, par exemple, des parois du four dont nous savons par un acte de 1326 qu’il est fait de pierre et d’argile ?

100 Toutes ces remarques doivent beaucoup aux conseils attentifs de messieurs Francis Tollon et Francis Dabosi.

101 Signalons les expériences en cours conduites par Claude Dubois.

102 F.-P. de DIETRICH, op. cit., p. 69-125.

103 Sur les mines de Wassy et de La Chaume, C. VERNA et P. BENOIT, « La sidérurgie de Clairvaux au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) », dans Actes du Colloque, Histoire de Clairvaux, Bar-sur-Aube, juin 1990, Bar-sur-Aube, 1991, p. 90-92. Pour Fontenay, P. BENOIT. I. GUILLOT et Ch. DESCHAMPS, « Minerai et métallurgie à Fontenay », op. cit., p. 275-288 ; P. BENOIT, J.-P. DEROIN, C. LORENZ et J. LORENZ, « Environnement géologique du minerai de fer de Fontenay (Côte-d’Or) ; son exploitation au Moyen Âge », dans Les techniques minières..., op. cit., p. 142. Sur Minot, C. STECK-HAUSS, I. GUILLOT et P. BENOIT, « Mines et métallurgie... », op. cit. Pour Allevard, Th. SCLAFERT, L’industrie du fer dans la région d’Allevard au Moyen Âge, Grenoble, 1926. p. 41-42. Sur la Catalogne, Ipsa fabricata. Estudi arqueològic d’un establiment sidérúrgie medieval. Estudio arqueoiôgico de un establecimiento siderúrgico medieval, M. SANCHO I PLANAS coord., Monografies d’arqueologia medieval i postmedieval no 2, Université de Barcelone, Barcelone, 1997, p. 126-127. Cependant, les travaux menés par Marc Leroy prouvent qu’en Lorraine, des minerais oolithiques, calciques et phosphoreux, de faible teneur en fer, qualifiés vulgairement de « minette », ont pu être utilisés au Moyen Âge et être à l’origine d’une production importante, M. LEROY, La sidérurgie en Lorraine avant le haut fourneau. L’utilisation du minerai oolithique en réduction directe, Paris, 1997.

104 Arch. dép. Haute-Garonne. B 2304, fol. 82v°.

105 Ordonnances des rois de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, t. XIX, C. PASTORET éd., Depuis le mois de mars 1482 jusqu’au mois d’avril 1486. Paris, 1835, p. 105-108.

106 Th. SCLAFERT, op. cit.. p. 42-43.

107 É. TRUFFAUT, op. cit., p. 1716.

108 MUSSY, op. cit., p. 284-287. Toutes les analyses dont on dispose concordent. Pour M. Mettrier, le minerai de Rancié comprend en moyenne 3,5 % de manganèse, M. METTRIER, op. cit., p. 144. Une analyse récente opérée sur un bloc d’hématite associé aux bas fourneaux antiques de Lercoul offre un pourcentage de manganèse de 3,2 %, Cl. DUBOIS, « Lercoul (Pyrénées ariégeoises)... », op. cit.

109 É. TRUFFAUT, op. cit.. p. 1706.

110 J. FRANÇOIS, op. cit., p. 263 : « les aciers naturels s’obtiennent principalement avec les fers hydroxydés riches et avec les bonnes hématites brunes ».

111 Fr. TOLLON, op. cit.. p. 22-23 ; Cl. DUBOIS et B. ANCEL, « Le karst dans les mines de fer de Rancié et de Lercoul (Pyrénées ariégeoises) », op. cit. ; B.R.G.M., Carte géologique au 1/50 000e. feuille de Vicdessos, XXI-48 ; Ibid., Carte des gîtes minéraux de la France à 1/500 000e. feuille de Toulouse, p. 26 et 28 ; Ibid., Carte des gîtes minéraux de la France à 1/500 000e.feuille de Marseille, p. 66-67.

112 Nous retrouvons ces petites galeries, parfois creusées sur quelques mètres, et des puits de faible profondeur à Fontenay, Minot et à La Chaume.

113 Cl. DUBOIS et B. ANCEL, op. cit.

114 MUSSY, op. cit., p. 108-109. Remarquons, toutefois, que cette méthode n’est pas propre à la période médiévale. Elle a perduré sur certains sites jusqu’au début du XIXe siècle. C’est justement le cas des mines du haut Sabarthès.

115 Ces crochets sont, sans doute, utilisés dans la mine de Fontenay, P. BENOIT et alii, « Environnement géologique... », op. cit., p. 146.

116 Cette organisation primaire de l’extraction est encore décrite au XIXe siècle par J. FRANÇOIS, op. cit., p. 156. Elle transparaît également dans l’acte de 1414, consacré à la mine de Sem et que nous analyserons ultérieurement.

117 Sur les conditions techniques de l’extraction et leur environnement culturel, P. BENOIT et P. FLUCK, « Conclusion », op. cit., p. 578.

Table des illustrations

Titre Coupe des mines du mont Rancié d’après Jules François (1893)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Les mines de fer du comté de Foix jusqu’en 1360
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search