Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Première partie. Autour de la mine de sem, un grand bassin sidérurgique

Chapitre I. Avant le temps des moulines, celui de l’incertitude

Texte intégral

1La mouline investit l’espace du comté de Foix dans les années 1300. Elle bouscule alors les conditions de production et propulse le comté dans une économie qui dépasse la sphère du local. Or, cette insertion et cette propagation si rapide de la nouvelle forge hydraulique sont incontestablement facilitées par la culture technique dont dispose cet espace du cœur des Pyrénées. Depuis de longs siècles, le haut Sabarthès a abrité une activité sidérurgique qui n’a que peu d’histoire. Si le gonflement du nombre des sources témoigne de la force de la mouline et du basculement économique qu’a connu le comté, il y eut un temps du fer antérieur au temps des moulines. Il doit être restitué malgré la grande faiblesse du corpus car il est le terrain sur lequel se greffe l’innovation technique. Ces temps obscurs éclairent la formidable révolution qui se déroule à partir du XIVe siècle.

1. À l’origine des sources manuscrites : la rareté de la sidérurgie monastique

  • 1 P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, 1987, t. II, p. 466-467.
  • 2 Sur de nombreux sites ariégeois d’extraction et de réduction du fer durant l’Antiquité, les recher (...)
  • 3 B. DAVASSE, Forêts, charbonniers et paysans dans les Pyrénées de l’Est du Moyen Âge à nos jours. U (...)
  • 4 Moines et métallurgie dans la France médiévale, P. BENOIT et D. CAILLEAUX éd., Paris, 1991. En Rou (...)

2À la fin du XIe siècle, émerge le premier document écrit témoignant du travail du fer : le patrimoine de l’abbaye ariégeoise de Lézat abrite alors une forge, mais à Saint-Germier, aux portes de Toulouse1. Cependant, l’extraction et la réduction du fer dans le comté de Foix sont bien antérieures à cette date et l’archéologie a récemment prouvé cette ancienneté2. Dès l’Antiquité, deux régions s’imposent : l’Arize et le haut Sabarthès. Mais les données disponibles laissent le haut Moyen Âge en retrait alors qu’elles éclairent la basse Antiquité. Les fourneaux de Lercoul, aux portes de la vallée de Vicdessos, sont datés du IIIe siècle et seule la présence de quelques charbonnières atteste de la persistance de la réduction du fer aux siècles suivants, en haute Ariège et en vallée d’Aston3. Ainsi, pendant plus de huit cents ans, la sidérurgie échappe à l’historien des textes car, si la première attestation écrite date de la fin du XIe siècle, il faut attendre 1168, puis surtout 1198 pour que les fonds livrent enfin des indications plus précises. Or, à l’exception du texte de 1168, extrait du chartrier comtal et qui constitue un cas unique, tout au long des XIIe et XIIIe siècles, c’est-à-dire avant le temps des moulines, la documentation est exclusivement monastique. C’est donc grâce au moine que l’historien atteint la forge. Cependant, jamais ne s’impose une de ces exploitations souvent novatrices en matière de sidérurgie qui, au XIIe siècle et parfois dès le haut Moyen Âge, s’activent dans d’autres régions marquées par le travail du fer, en Champagne, Bourgogne, Normandie et dans le tout proche Roussillon où domine l’abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa4. Certes, l’implantation monastique au centre des Pyrénées n’atteint pas la densité que nous lui connaissons dans ces espaces exemplaires. Et pourtant, les deux ordres porteurs de ces initiatives y sont malgré tout présents : Bénédictins et Cisterciens.

  • 5 Les fonds abbatiaux que nous avons intégralement dépouillés ou sondés sont indiqués dans C. VERNA, (...)
  • 6 Ibidem, p. 45-58.
  • 7 Abbaye de Lézat : département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, canton Le Fossat ; abbaye du (...)
  • 8 Il s’agit de ceux des abbayes de Lézat, BNF, ms. lat. 9189, et du Mas-d’Azil, Arch. dép. Ariège, H (...)
  • 9 Cette médiocrité des données sur la sidérurgie monastique n’est pas propre aux espaces qui nous in (...)

3Dès la fin du XIIe siècle, les archives monastiques révèlent une des caractéristiques de l’exploitation sidérurgique pratiquée au cœur des Pyrénées et largement confirmée ultérieurement : la diversité de son dynamisme d’un espace à l’autre. En effet, les sondages opérés dans les fonds du Com minges, de la Bigorre, n’ont livré aucun témoignage5. Les activités d’extraction et de réduction sont d’ailleurs mineures sinon nulles dans ces régions tout au long du Moyen Âge, à l’exception du Couserans et de l’Aspet6. Aussi, la localisation des abbayes dont les archives composent le corpus du fer monastique ne résulte en rien du hasard. Bénédictins de Lézat et du Mas-d’Azil, Cisterciens de Boulbonne, Prémontrés de Combelongue, chanoines augustins de la ville de Foix, tous sont implantés dans le comté ou sur ses marges immédiates et toujours aux portes des Pyrénées7. Les sources fuxéennes dominent la documentation et cela malgré leur réelle indigence : quelques liasses sont conservées pour la majorité des abbayes ariégeoises et deux cartulaires ont pu être sauvegardés8. Si le fonds Doat a permis de préserver une partie de la documentation, on sait combien les copistes qui l’ont constitué furent parfois peu attentifs à la conservation des actes de la pratique qui sont pourtant, dans notre domaine de recherche, une source majeure d’informations. Or, malgré leur déficience, les fonds monastiques ariégeois renvoient l’image, certes floue, d’un travail du fer, premier témoignage écrit d’une activité qui restera fondamentale dans cette région jusqu’au XIXe siècle9. Nous sommes aux origines d’une longue histoire.

  • 10 Nombreux sont les paréages conclus entre une abbaye du bas pays et le comte de Foix. Ce dernier, t (...)

4Seuls treize textes, échelonnés de 1090 à 1308 ont été conservés. Majoritairement rédigés après la croisade contre les Albigeois, ils témoignent de l’enrichissement comme de l’organisation des temporels à partir de 1230 et jusqu’à la fin du XIIIe siècle10. Paréages et actes de donation livrent à notre curiosité l’atelier du forgeron, cette constante du patrimoine abbatial. Cependant, trois actes permettent de dépasser la simple localisation des fabricae qu’impose la nature de la documentation. Boulbonne, plus modestement Saint-Volusien de Foix et Lézat semblent bien s’être livrées à la transformation sinon à l’extraction du minerai. Pour prendre toute la mesure de ces rares témoignages et en saisir les enjeux sous-jacents, on se doit de les replacer dans l’ensemble des patrimoines monastiques en cours d’élaboration. Ils témoignent alors des tentatives d’ouverture d’un secteur de production de l’économie monastique.

L’atelier du forgeron, une constante du temporel monastique

  • 11 Cl. PAILHÈS, L’Ariège des comtes et des cathares, Toulouse, 1992, p. 232-233.
  • 12 Boulbonne (1243), BNF, collection Doat. vol. 84, fol. 155v° ; Mas-d’Azil (1246, a. st.), Arch. dép (...)
  • 13 Saint-Germier : département de la Haute-Garonne, canton et commune de Muret, P. OURLIAC et A.-M. M (...)
  • 14 BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 60. Sur le travail dans la forge de village, C. VERNA, « Forge (...)

5Une lecture étroite du corpus monastique, uniquement soucieuse des textes relatifs au travail du fer, impose la forge de transformation, à l’exclusion de tout autre type d’exploitation sidérurgique. Élevée au cœur du patrimoine, elle apparaît aux détours d’une donation, à l’occasion d’un paréage. Encore est-elle rare. Les témoignages qui la révèlent se concentrent au milieu du XIIIe siècle, durant la belle période de renforcement des temporels monastiques11. Certaines de ces forges sont localisées dans le monastère, dans l’abbaye de Boulbonne (1243), dans celle du Mas-d’Azil (1246)12 ; d’autres dans des granges ou des dépendances : à Saint-Germier où la forge fournit au prévôt de Lézat des fers pour les bœufs et les chevaux, à Ampouillac où l’abbaye de Boulbonne répare ses outils de fer (1231)13. Ces ateliers, plus souvent nommés que décrits, occupent la place traditionnelle que nous leur connaissons dans les patrimoines monastiques. Ils sont nécessaires au matériel agricole qu’il faut aiguiser et réparer, acuere et reparare14.

  • 15 Saint-Ybars : departement de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, canton Le Fossat.
  • 16 P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, op. cit., p. 664-665.
  • 17 Le sou morlaas d’argent s’est imposé dans le Midi aquitain et languedocien comme une monnaie de bo (...)
  • 18 Boulbonne (1253), BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 269 et 275v° ; Mas-d’Azil (1254), BNF, colle (...)

6Nous les voyons aussi s’élever dans les bastides qui se créent à l’occasion d’un paréage entre une abbaye et le comte de Foix. Le plus bel exemple est celui fourni par Sauveterre-de-Saint-Ybars, œuvre conjointe de Lézat et de Roger IV15. Les deux entrepreneurs se partagent les revenus de leur création et n’oublient pas d’y compter celui des forges qui sont amodiées le 3 avril 124216. Toutes les forges, fabricae, qui seront élevées à Saint-Ybars sont données en fief à Guilhem Joculator avec tous leurs revenus et appartenances contre trois cents sous morlaas d’acapte, huit livres d’arrière-acapte et un cens annuel de quatre livres de cire, le tout à partager entre les co-seigneurs. Ces revenus sont loin d’être négligeables. Trois cents sous d’acapte au milieu du XIIIe siècle, c’est beaucoup17. Ils attestent, par leur ampleur, de la certitude qu’ont les seigneurs du dynamisme futur de ces ateliers. Le profit est d’autant plus intéressant que rien ne prouve que le comte et l’abbé ont investi dans l’édification de ces forges dont Guilhem Joculator pourrait être le seul maître d’œuvre. Les conditions du bail leur permettent, en outre, de disposer gratuitement d’une main-d’œuvre qualifiée, puisque le forgeron amodiataire devra livrer à leur demande et à chacun d’eux, deux socs et deux fers de meules, c’est-à-dire deux fers de moulins, à condition que la matière première lui soit fournie. Cette main-d’œuvre à la disposition des seigneurs représente une source de revenus supplémentaires. L’exemple de Sauveterre-de-Saint-Ybars ne constitue pas un cas exceptionnel. Sur d’autres forges pèse la ponction que les monastères exercent communément sur l’ensemble de leur seigneurie. Ainsi, en 1253, l’abbaye de Boulbonne tire des revenus des forges de Mazères. En 1254, celle du Masd’Azil pratique semblable prélèvement sur les fabricae de La Bastide-de Sérou. Un an plus tard, Combelongue partage avec le comte de Foix ses droits sur celles de Campagne-sur-Arize (1255)18.

  • 19 Cl. DUBOIS et J.-E. GUILBAUT, « Les exploitations minières antiques de Riverenert et des Abères... (...)
  • 20 Arch. dép. Ariège, H 14.
  • 21 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 50 ; G. de LLOBET, Foix médiéval, recherche d’histoire urbaine, S (...)
  • 22 Pailhès : département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, canton Le Fossat. R. FAWTIER, Compte (...)
  • 23 Acte de 1552, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1161.
  • 24 Alors que le travail de la forge est très présent au XIIIe siècle, aucune mine n’est mentionnée da (...)

7À travers tous ces exemples, le massif de l’Arize et ses environs immédiats témoignent d’un actif travail des métaux, en continuité avec l’Antiquité19. Quand à l’issue du contrat conclu en 1254 entre les abbés du Mas-d’Azil, de Combelongue et Roger IV de Foix, les habitants de La Bastide-de-Sérou et de sa juridiction sont appelés à prêter serment, tous n’indiquent pas leur profession. Cependant, dans le bourg, sur soixante-dix-sept habitants dont le métier est clairement précisé, quinze forgerons sont signataires20. Ils sont les artisans les plus nombreux. On ne peut qu’être étonné de ce chiffre alors qu’en 1332, quand la production du fer dans le comté atteint une ampleur qu’elle ne connaît pas encore au milieu du XIIIe siècle, Foix ne compte que vingt-deux forgerons21. Encore en 1295, cette région du Séronais regroupe suffisamment d’artisans qualifiés pour que Maître Arnaud Mestre, représentant du roi, à la recherche d’arbalètes dans le sud du royaume, s’adresse à Jacques Balistier, installé à Pailhès, et à Guilhem et Bernard de Saint-Ybars, domiciliés à Foix mais originaires du bourg de Saint-Ybars22. Il est évident que le monastère du Mas-d’Azil à La Bastide-de-Sérou, comme Combelongue à Campagne-sur-Arize et Lézat à Sauveterre-de-Saint-Ybars, détournent par la taxation des forges seigneuriales une activité sidérurgique bien implantée et source de revenus. En encourageant la création d’ateliers, comme cela fut le cas à Sauveterre-de-Saint-Ybars, l’abbaye de Lézat participe plus étroitement à une activité dont elle a perçu le dynamisme. Les sources dont nous disposons ne nous permettent pas de pousser plus loin l’analyse de ce phénomène. Cependant, il paraît peu probable que ces abbayes aient été à l’origine d’une sidérurgie dont l’implantation laisse plutôt présager des initiatives villageoises. Néanmoins, certaines d’entre elles peuvent avoir enrichi de leur propre expérience des pratiques traditionnelles. Ainsi, Combelongue, intéressée à l’extraction des métaux précieux à la fin du Moyen Âge, pourrait parallèlement avoir déployé une activité sidérurgique23. Mais, d’ores et déjà, nous pouvons être assurée de la participation monastique à la pratique locale d’une dynamique métallurgie de transformation24.

La réduction du fer en question

  • 25 La publication du cartulaire de l’abbaye de Lézat par Paul Ourliac et Anne-Marie Magnou devait êtr (...)

8Avec Boulbonne, Saint-Volusien de Foix et Lézat, on peut se livrer à d’autres investigations. Cependant, pour tenter de comprendre les enjeux qui se nouent à partir d’un corpus infiniment étroit, il faut replacer les trois textes dont nous disposons dans le patrimoine de chacune des abbayes concernées. Cette enquête classique est délicate à mener : contrairement à d’autres régions voisines, on ne profite, pour le comté de Foix, que d’un nombre restreint d’études consacrées à l’économie monastique ou plus largement à celle des campagnes de l’époque médiévale25. Malgré cette situation de carence historiographique, il nous a semblé possible de formuler des hypothèses sur l’activité sidérurgique de ces trois abbayes, sans pour autant faire preuve de témérité.

  • 26 Gallia Christiana, t. XIII, p. 232 ; BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 149.

9Dès la fin du XIIe siècle, Boulbonne, qui a rejoint tardivement l’ordre cistercien, paraît avoir saisi l’intérêt d’une production sidérurgique domaniale. En effet, en 1198, au moment de la consécration du premier monastère, elle reçoit du comte Raimond-Roger de vastes privilèges, dont le libre transport des productions de l’abbaye. Le fer, ferrum, est alors cité. Cette banale mention ouvre la voie à quelques interprétations. En effet, l’hypothétique activité d’extraction et de réduction qui en découle est particulièrement précoce en regard de la documentation comtale. Cependant, la donation de 1198 est sujette à caution car l’original est aujourd’hui perdu et si l’édition du texte que propose la Gallia Christiana mentionne le transport du fer, celui-ci est omis dans la copie conservée de la collection Doat26.

Mine et fabricae abbatiales fin XIIe - début XIIIe siècle

Mine et fabricae abbatiales fin XIIe - début XIIIe siècle
  • 27 Gallia Christiana, t. XIII, p. 232.

10Comme nous ne voyons pas quel intérêt auraient eu les éditeurs de la Gallia à falsifier ce texte et que nous savons par expérience combien les omissions sont courantes dans les copies commandées par Colbert, nous avons donc choisi d’appuyer notre analyse sur la version la plus précise de cette donation. Il était d’ailleurs difficile de rejeter ce témoignage dont la richesse tranche avec la médiocrité générale de la documentation. Il s’attache, en effet, à décrire, pour mieux les garantir, toutes les activités économiques de Boulbonne enfin saisissables, en un temps où les sources sont rares. Néanmoins, ne soyons pas aveuglée par ce soudain souci d’exhaustivité. En effet, ce type de donation correspond à un modèle souvent adopté où sont octroyés indistinctement des droits potentiels plus que réels sur les pâtures, les eaux, les montagnes, le sol et le sous-sol. A ces usages s’ajoutent l’exemption de leude sur l’ensemble des terres comtales pour la totalité des charrois abbatiaux et plus précisément le droit de franchir librement le pont de la ville de Foix27.

  • 28 Son emplacement actuel en amont de Cintegabelle, au confluent de l’Ariège et de l’Hers, correspond (...)
  • 29 BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 21-23. Quié : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, (...)
  • 30 Dans une bulle du pape Lucius III en 1182, seule la grange du Sabarthès, sans doute future grange (...)
  • 31 Octobre 1154, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 21 : et lapides et aquas et quicquid est visibil (...)
  • 32 Août 1160, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 32-33. Rabat-les-Trois-Seigneurs : département de l (...)
  • 33 1166, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 10.
  • 34 Juin 1180, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 10-13.
  • 35 Ce choix de l’élevage, activité dominante des abbayes cisterciennes du Sud-Ouest, est souligné par (...)
  • 36 En 1304, comme en 1313, les brebis de Boulbonne transitent par la vallée de Vicdessos, après autor (...)

11Or, l’abbaye de Boulbonne s’élève alors sur les rives de l’Hers, à Mazères, dans les plaines du bas comté de Foix28. La majorité de ses biens s’y concentre également. Pourtant, dès cette période, le libre franchissement du pont de Foix lui est nécessaire pour atteindre les possessions qu’elle détient au-delà de Tarascon. En 1154, c’est-à-dire quatre ans après son rattachement à l’ordre cistercien, l’abbaye prend pied dans la haute montagne, de Quié à Génat, où elle reçoit la forêt d’Eleth qui correspond aujourd’hui à celle d’Alliat29. Elle est la seule abbaye comtale à étendre son domaine jusqu’à la montagne ariégeoise. Sans doute doit-on voir dans cette donation l’amorce de la grange dite du Sabarthès, puis de celle de Génat qui apparaît en 119830. Aux portes du Vicdessos, Boulbonne détient, grâce à cette donation, des pâtures pour ses bestiaux, mais aussi des bois, l’usage des eaux, des pierres, sans doute des carrières, et plus généralement tout ce qui est visible et même invisible en ce lieu31. C’est en 1160 qu’elle élargit une nouvelle fois ses possessions du haut Sabarthès, en recevant de Roger de Rabat et de son frère tout ce qu’ils détiennent dans une montagne près de Rabat vocatur Genua : s’agirait-il du versant du massif des Trois-Seigneurs vers Génat32 ? Encore en 1166, pâtures, bois et eaux de l’honneur de Génat sont octroyés par le lignage des Arnaud, seigneurs de Château-Verdun33. À proximité, sur la rive droite du ruisseau de Vicdessos et toujours dès la fin du ΧIIe siècle, en 1180, Boulbonne possède, du même Athon Arnaud, la montagne qui s’élève du ruisseau de Sigueille à celui de Siguer et qui ne peut correspondre qu’aux « plas » de l’Aston34. Ces vastes pâtures, contrairement aux autres biens que l’abbaye détient dans le haut Sabarthès, ne font pas l’objet d’une donation mais d’un des achats les plus précoces de Boulbonne. Les Cisterciens ont donc voulu les « plas » de l’Aston. La grange de Génat constitue le pôle structurant de cette partie du domaine, véritable relais lors de la transhumance des troupeaux. Assurément, les biens accumulés de Rabat à Génat et ceux dépendant de la seigneurie des Château-Verdun répondent à la politique économique de l’abbaye, orientée vers l’élevage35. On ne peut comprendre autrement le souci constant qu’elle a eu de se faire préciser, pour chacune de ses acquisitions, le droit de pâture comme sa volonté de s’approprier les hauteurs de l’Aston, une des plus belles estives du haut comté de Loix. Ces textes sont à l’origine du grand mouvement de transhumance suivi par les troupeaux de l’abbaye et pour lequel Boulbonne obtient des droits de passage au-delà de ses biens propres36. Mais les montagnes de Rabat, comme celles de Siguer au ruisseau de l’Aston, offrent d’autres richesses. Rappelons que sur le versant de la soulane de Lercoul, les hommes ont réduit le fer dès l’Antiquité.

  • 37 C. VERNA, Les mines et les forges des Cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord (...)
  • 38 1238, BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 130.

12Certes, aucune des donations, ni même l’acte d’achat des « plas » de l’Aston, ne mentionnent l’usage du minerai. Cependant, l’abbaye détient à Génat celui des pierres et, plus largement, de ce qui demeure invisible, ainsi que tous les usages sur la montagne de Sigueille à Siguer. Faut-il en exclure celui du minerai de fer qui affleure dans ces lieux sous prétexte qu’il n’est pas nommément cité ? En outre, seule une exploitation du minerai sur ses biens du haut Sabarthès peut justifier du transport du fer par les charrois de l’abbaye et de leur passage à travers Foix, car une production abbatiale dans un autre lieu du temporel paraît encore plus hypothétique. Le texte de 1198 prend alors toute son importance. La grange de Génat pourrait être une de ces unités sidérurgiques mieux connues en Champagne et en Bourgogne, berceau de l’ordre cistercien37. Proches du minerai, les moines peuvent y profiter des ressources en bois de l’Aston comme de celles de la vallée de Siguer, domaine des comtes de Foix. Encore en 1238, Pierre de Durban de Montagut leur donne le droit de faire paître leurs bestiaux, ainsi que celui de couper du bois, sur toutes ses terres de Château-Verdun38. Cette alliance étroite entre élevage et sylviculture procurerait ainsi à Boulbonne le combustible nécessaire à la réduction du minerai. Nouvel exemple de la capacité cistercienne à s’adapter au milieu et troublante permanence entre les plateaux champenois et bourguignon et les hauts sommets ariégeois : les moines y implanteraient, à la même époque, des granges consacrées à l’élevage et au fer. Ainsi, dans le comté de Foix comme dans tant d’autres régions, ils auraient rentabilisé au maximum les espaces qu’ils dominaient. Cependant, les archives de Boulbonne n’ont pas la richesse de celles de Clairvaux, de Vauluisant et de Pontigny et la documentation conservée sur Génat ne nous permet pas d’approfondir l’étude de cette grange et de ses activités.

  • 39 Ph. WOLFF. Commerces et marchands de Toulouse vers 1350-vers 1450, Paris, 1954, p. 220 et 249.
  • 40 Les Bénédictins qui s’intéressent autant à l’argent qu’au fer, sont particulièrement actifs dans l (...)
  • 41 1191, sentence arbitrale entre Grandselve et Boulbonne au sujet des pâturages de Rabat qui seront (...)
  • 42 Acte de 1193, Arch. dép. Aude, H 211, fol. 117v°. Villerouge-Termenès : département de l’Aude, arr (...)
  • 43 Acte de 1206. BNF, collection Doat, vol. 59, fol. 173-175. Acte de 1257, BNF, collection Doat, vol (...)
  • 44 B. BARRIÈRE, op. cit., p. 84 ; M. MOUSNIER, L’abbaye de Grandselve..., op. cit., p. 195-196.
  • 45 B. LÉCHELON, op. cit.

13Ainsi, le domaine de Boulbonne pourrait avoir abrité une activité de réduction, contrairement à ce que laisserait supposer une lecture des actes qui ferait l’économie d’une étude globale du patrimoine. Fille de Morimont, Boulbonne prouve, comme ses sœurs cisterciennes du nord-est du royaume, son attention pour le commerce et l’industrie. Outre le modeste témoignage de son intérêt pour le fer, elle n’hésite pas, en 1445, à se lancer dans des opérations sur le pastel, profitant d’une assise financière encore puissante à la fin du Moyen Âge39. Serait-elle la seule abbaye cistercienne possessionnée dans les Pyrénées à pratiquer la sidérurgie ? Elle témoigne, en effet, d’un souci pour le fer qui, dans ces régions méridionales, est davantage l’apanage des Bénédictins que des Cisterciens40. Examinons les fonds des autres abbayes de l’ordre de Cîteaux. Ils ne révèlent aucune volonté de conquête du minerai, alors que pouvait se dépenser beaucoup d’énergie pour la domination de biens fort excentrés. Ainsi, Grandselve lutte âprement pour obtenir sa part des pâturages de Rabat, dominés par Boulbonne, sans jamais s’intéresser directement au fer41. Quand les Cisterciens de la France du Sud exploitent des mines, même dans le cas de puissantes abbayes, ils le font à proximité de leur monastère et ne semblent pas organiser leur domaine en fonction d’une hypothétique obtention du minerai, si riche soit-il. Arrêtons-nous sur le cas de Fontfroide qui n’est pas étrangère au dynamisme de la métallurgie des Corbières. Cette abbaye au patrimoine étoffé installe, dès la fin du XIIe siècle, une forge dans le territoire de Villerouge-Termenès42. Encore en 1206, elle obtient de Guilhem de Durban et de sa femme des droits sous et sur la terre, sub terra et super terrain. Cinquante ans plus tard, elle détient les minières et carrières de Saint-Nazaire et Valière43. Or, toutes ces mines et forge se situent à moins de 25 km de l’abbaye qui ne tente jamais d’atteindre les riches gisements du Canigou. Dans l’état actuel de la recherche, les Cisterciens, de l’Aquitaine au Languedoc, semblent peu soucieux de développer des activités de transformation au-delà de la pratique d’un artisanat de proximité. C’est du moins ce qui ressort de l’étude de Bernadette Barrière qui cite les tanneries, tuileries, ateliers de potiers des abbayes cisterciennes du Sud-Ouest. De même, quand Mireille Mousnier note l’importance de la fabrication des briques et des carreaux de pavage à Grandselve, elle ne peut la dater avec certitude de l’époque médiévale. Les chartriers cisterciens méridionaux ont bien mis en évidence les choix économiques opérés par les monastères : investissement dans l’hydraulique, ampleur du commerce dominé par Grandselve, dynamisme de l’activité pastorale de cette abbaye comme de celle d’Obazine, impact des Cisterciens dans la création de bastides, forte présence dans le domaine du prêt à intérêt44. Il faut atteindre le Rouergue pour qu’une abbaye cistercienne, Sylvanès, livre le cas d’une activité métallurgique suivie mais orientée vers l’exploitation de l’argent45. De la comparaison des régions s’impose incontestablement la spécialisation de l’économie cistercienne selon les espaces, et cela non seulement en termes de richesse naturelle disponible mais aussi en fonction du degré de domination seigneuriale exercée par les abbayes sur les terroirs qui en disposaient. Les choix cisterciens, pour des abbayes souvent implantées tardivement, résultent ainsi d’une adaptation au milieu qui intègre un rapport de force qu’elles ne dominent pas systématiquement. Nous y reviendrons. Ainsi, convenons que si Boulbonne est la seule abbaye du comté à s’être implantée sur les domaines du haut Sabarthès, l’extraction et la réduction du minerai par l’abbaye dans ces lieux qui en étaient largement pourvus demeurent hypothétiques. Assurément, Boulbonne n’est pas une abbaye du fer au même titre que ses sœurs du nord du royaume.

  • 46 J. BAYLE, « Histoire et archéologie de Saint-Volusien de Foix, bref essai de chronologie », Bullet (...)
  • 47 Ph. WOLFF, « Une ville pyrénéenne au XIIIe siècle : l’exemple de Foix », Annales du Midi, 1965, p. (...)
  • 48 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 275-309. Les actes de 1268 et 1271 ne datent pas les faits qu’ (...)
  • 49 La Terrasse : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Foix, commune de Saint-Je (...)
  • 50 Cependant, le document ne nous permet pas de savoir quelle est la part respective du fer et du plo (...)

14Semblable incertitude caractérise l’exploitation sidérurgique de Saint-Volusien de Foix46. En effet, les archives des chanoines augustins ont conservé les preuves des conflits qui les ont opposés aux comtes de Foix. Or, l’un d’entre eux, ouvert par Roger IV, est particulièrement violent. L’enjeu était de taille puisqu’il s’agissait, durant cette première moitié du ΧΙΙIe siècle, pour l’un ou l’autre des co-seigneurs de Foix, d’imposer son pouvoir sur la ville qui profitait alors d’un temps de croissance. Le comte Roger IV recherchait ainsi à détourner à son profit les rentes perçues par l’église en vertu du paréage renouvelé en 124147. Or ces revenus sont aussi ceux du fer. À une date inconnue48, Roger IV s’attaque aux forges de Saint-Volusien à La Terrasse, au nord de Foix49. Ces ateliers sont alors dirigés par des forgerons qui les tiennent de l’abbaye. Par la force, le comte a obtenu que ces hommes lui prêtent hommage, détournant ainsi à son profit le bien pour lequel l’hommage était rendu. Cette domination opérée, il n’a de cesse d’opprimer les forgerons pour obtenir les revenus des reliefs. Encore en 1271, les forges ne sont pas restituées à l’abbaye. Roger-Bernard, successeur de Roger IV, dont on mesurera ultérieurement l’intérêt pour la sidérurgie, hésitait sans doute à se départir d’un bien si lucratif et pour lequel il manifestait un intérêt personnel. Cependant, alors qu’il scellait sa réconciliation avec l’abbaye, on peut supposer qu’il dut aussi remettre les forges de La Terrasse à ses détenteurs initiaux. On ignore si en cette seconde moitié du XIIIe siècle, elles constituent les seuls biens sidérurgiques de Saint-Volusien. En effet, si dès 1145 l’abbaye possède des domaines à Perles, c’est-à-dire dans la vallée d’Ax et à proximité des gisements de fer de la haute Ariège, ce n’est qu’en 1390 que sa forge hydraulique (mouline) y est attestée. Saint-Volusien témoigne donc d’un intérêt à long terme pour le fer, et même si sa participation à la croissance sidérurgique se limite à la détention de deux forges, qui l’une et l’autre sont amodiées, elle n’a pas hésité, en un temps où le procédé était encore novateur, à faire le pari de la force hydraulique. Elle est même, durant la première période d’équipement, la seule abbaye à détenir une mouline. Ainsi n’est-il pas inutile de signaler que 24 quintaux de fer et de plomb sont inscrits dans l’inventaire des biens de l’abbé décédé, Pons Ferreol ou Ferrol, quantité non négligeable et dont rien ne justifie l’achat en ce milieu du XIVe siècle50. D’où vient ce fer ?

  • 51 Pierre Dalbs (1241-1254) est jugé dans un premier temps comme actif, ingénieux. Il sera à l’origin (...)
  • 52 L’abbaye s’est par ailleurs souciée de l’installation de forges dans le bourg de Lézat au moment d (...)
  • 53 BNF, collection Doat, vol. 102, fol. 258-262 ; U. GONDAL, « Le grand rayonnement du culte de Saint (...)
  • 54 Et ad construendum et tenendum ibi grangiam seu mansum et populationes et operationes quascumque v (...)
  • 55 Ses possessions les plus anciennes sont concentrées in pago Tholosano, entre Garonne et Ariège et (...)
  • 56 En 1547, l’abbaye inféode un bien qu’elle juge trop excentré du cœur de son patrimoine. Il s’agit (...)
  • 57 P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, op. cit., p. XLVIII. Les familles de Villemur, d’Auterive et de Marquc (...)
  • 58 C’est souvent le cas lorsque le bien est intégré au cœur du patrimoine monastique, C. VERNA, Les m (...)

15Fa troisième abbaye à s’être investie, bien que tardivement, dans la sidérurgie est celle de Lézat, grand monastère bénédictin implanté dès 940 à la lisière des comtés de Foix et de Comminges. L’abbaye est riche. Elle est dirigée par des hommes industrieux qui ont le sens des affaires comme Pierre Dalbs, abbé de 1241 à 1254. à qui il sera d’ailleurs reproché d’avoir trop concouru aux profits du siècle51. Cependant, dans le domaine de la sidérurgie, Lézat se contente jusqu’au début du XIVe siècle de récupérer des revenus sur les forges comme celles de Saint-Germier et de Saint-Ybars52. Elle ne témoigne un intérêt pour la sidérurgie qu’en 1308, obéissant sans doute à un engouement régional qui dépasse la seule gestion abbatiale. À cette date, elle reçoit du seigneur de Marquefave un territoire à Arse, proche de Saint-Paul-de-Jarrat53. Cette donation comprend une minière de fer sur laquelle le donateur conserve un droit d’usage. L’abbaye prévoit d’installer une grange équipée de forges, où l’on pourra réparer les outils agricoles, ce qui n’exclut pas l’hypothèse d’une réduction du fer puisque la mine est au cœur de la donation54. Elle profite, en outre, du bois des forêts environnantes. Assurément, Lézat fait le pari de la sidérurgie. Alors que l’ensemble de son patrimoine est massé à proximité de l’abbaye et que jusqu’à la fin du XIIIe siècle ses biens ne dépassent pas la ville de Foix55, elle accepte une donation excentrée dont un des intérêts réside dans l’activité sidérurgique qu’elle pourra y abriter56. L’abbaye a su saisir la chance exceptionnelle que représentait cette donation tardive. Sans doute, a-t-elle profité de la moindre pression exercée sur les mines médiocres des environs de Saint-Paul et tout entières dominées par un lignage qui lui donnait tant de protecteurs, celui des Marquefave-Villemur57. Cependant, une fois la mine intégrée au domaine, la sidérurgie disparaît définitivement des sources de Lézat58. Nous ne saurons jamais si les forges dont l’abbaye avait prévu de doter sa nouvelle grange furent effectivement élevées et quelle fut leur place dans l’économie domaniale.

2. La révélation de la sidérurgie des laïcs

16Au terme de cette enquête, nous ne pouvons que conclure à la difficile identification de la sidérurgie monastique. Si trois abbayes ont sans doute ouvert leur patrimoine à autre chose qu’au simple atelier de transformation, il est impossible de mesurer sérieusement l’impact de cette initiative sur l’économie domaniale et régionale. Or, la conservation des sources n’est pas uniquement responsable de cette difficulté d’appréciation car, aussi rares soient-ils, les textes ont su rendre compte de l’importance de l’élevage dans le patrimoine de Boulbonne, comme de Lézat. Ainsi, la faiblesse de la documentation révèle assurément celle de l’activité sidérurgique. La raison en est simple : implantées en basse Ariège, les abbayes n’ont pas réussi à se fixer sur les gisements de qualité du haut Sabarthès.

  • 59 Nous faisons ici référence à la belle formule que nous devons à J. BONHÔTE, « La genèse de la "mém (...)
  • 60 B. DAVASSE, Forêts, charbonniers et paysans dans les Pyrénées de l’Est du Moyen Âge à nos jours... (...)
  • 61 En terme d’occupation de l’espace, le comté de Foix ne dispose pas des études qui ont été menées s (...)
  • 62 Arch. dép. Ariège, E 133. Cl. PAILHÈS, « Le groupe aristocratique en comté de Foix, XIe-XIIIe sièc (...)
  • 63 P. GÉRARD, « Les possessions ariégeoises de Saint-Sernin », Bulletin de la Société ariégeoise des (...)
  • 64 Matapezol est situé au nord-est de Toulouse, non loin de l’actuelle commune de l’Union. Castelgine (...)
  • 65 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 13.
  • 66 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 27.
  • 67 Capoulet : arrondissement de Foix, canton de Tarascon-sur-Ariège.
  • 68 A. DU BOURG, Histoire du Grand Prieuré de Toulouse (ordre de Malte) et des diverses possessions de (...)
  • 69 Arch. dép. Haute-Garonne, H 1, 70, fol. 94v°-95.
  • 70 1180 : donation à Unat ; 1181, donation à Goulier, Sem et Soucen (Soulcem) ; 1183, donation dans l (...)
  • 71 Arch. dép. Haute-Garonne, H 1, 70, fol. 77. A Albiès, un acte de 1235 rappelle une donation antéri (...)
  • 72 A. DU BOURG, op. cit., p. 175-176.
  • 73 M. ARNOUX, « Le cas normand : établissements religieux et sidérurgie dans le pays d’Ouche (XIe-XVe(...)

17En effet, si les textes qui émanent des autorités laïques et organisent l’exploitation sidérurgique dans le haut comté sont tardifs (fin du XIIIe siècle), les données archéologiques rendent vraisemblable une transformation du fer antérieure à cette date. On a pu interroger la « mémoire des charbonnières »59. Le charbonnage, que nous savons pratiqué durant le haut Moyen Âge en vallée d’Aston, l’est encore aux XIe et XIIe siècles. Dans ce lieu où affleure le minerai, il doit être mis en relation avec la poursuite de l’activité sidérurgique60. Or, à la fin du XIIe siècle, quand la documentation monastique témoigne d’un début d’intérêt pour le fer, la montagne est déjà investie et dominée, il n’y a plus de place pour les moines dont les temporels se sont édifiés au pied des Pyrénées, c’est-à-dire loin des gisements majeurs61. Il était dès lors difficile pour les abbayes de s’aventurer dans des lieux sous haute surveillance et par ailleurs éloignés du point d’ancrage de leur patrimoine. Sicard de Belpech se réserve la totalité des droits qu’il a sur le minerai de sa portion de Génat et d’Alliat62. De même, si les seigneurs de Château-Verdun partagent leurs estives, ils conservent leur fer. On comprend mieux pourquoi une abbaye aussi puissante que Saint-Sernin, bien que possessionnée en Vicdessos et en pays d’Olmes, ne s’y soit pas livrée à l’exploitation du fer63. Les seules forges appartenant à l’abbaye toulousaine sont localisées à Matapezol et à Castelginest, c’est-à-dire dans la banlieue de Toulouse64. Quand, en 1332, Saint-Sernin fait le décompte de ses dîmes en vallée de Vicdessos, il n’y a aucune place pour le fer parmi les volailles et le fromage qui lui sont dus65. Face à la puissante abbaye se dressaient les hommes de Vicdessos dont le travail du fer est attesté en 1294 : si la charte de franchises dont ils bénéficient est tardive, elle enregistre des pratiques déjà en place66. De même, les Hospitaliers du Grand Prieuré de Toulouse, implantés à Capoulet, aux portes de Vicdessos, où ils détenaient une commanderie, ne semblent pas avoir participé à la croissance sidérurgique de cette vallée67. Mais pour eux, beaucoup plus que pour Saint-Sernin dont les archives sont mieux conservées, un doute demeure. En effet, les sources sont rares, le fonds de cette commanderie ayant été détruit dès le XVIe siècle68. Les quelques documents sauvegardés, s’ils ne donnent aucune indication sur une hypothétique exploitation du fer, attestent, depuis le XIIe siècle, de l’implantation des Hospitaliers dans des lieux où le minerai affleure. Ainsi, en 1165, ils recevaient de Brunet de Miglos tout ce qu’il avait dans sa villa de Sem69. Les années suivantes, les donations vont se multiplier dans la vallée de Vicdessos, à Goulier, Unat, Niaux et encore à Sem70. Des biens sont également détenus dès cette époque à Verdun et Albiès, c’est-à-dire sur le riche gisement de la seigneurie de Château-Verdun que nous savons exploité à la fin du XIIIe siècle71. Par ailleurs, parmi les commandeurs, des hommes sont issus de lignages dont nous démontrerons l’intérêt pour le fer : les Arnaud, les Saquet. Ainsi Guilhem Arnaud est commandeur de Gabre de 1254 à 1260 et, encore en 1280, les Saquet sont à la tête de la commanderie de Capoulet de 1217 à 1218 puis de 1316 à 131772. Peut-être, comme Saint-Sernin, les Hospitaliers n’ont-ils pas pu détourner la vigilance de Vicdessos et de ceux qui dominaient Château-Verdun. On sait que les communautés peuvent, quelle que soit l’activité économique exercée, repousser les religieux jusqu’à leur interdire toute implantation73. Ainsi, ne sommes-nous pas surprise de constater la faiblesse de la présence monastique dans les grandes vallées béarnaises, d’Aspe et d’Ossau. Elle résulte de la domination des fortes communautés pastorales sur les estives. Le schéma s’adapte volontiers à la communauté du fer qu’est Vicdessos. Par ailleurs, si Lézat obtient une mine au début du XIVe siècle, on doit rappeler qu’il s’agit d’un médiocre gisement. Gisement périphérique, le seul dont l’exploitation monastique soit clairement attestée par les sources, il est à la mesure de ce dont les laïcs veulent bien se dessaisir.

18L’incapacité monastique se double, en outre, d’un désintérêt qui est à rechercher dans le contexte économique. De la Champagne à la Bourgogne, le travail monastique du fer prend de l’ampleur quand il dépasse l’approvisionnement abbatial pour répondre à une demande, donc à un marché. Les abbayes ont su saisir un facteur d’enrichissement. Qu’en est-il dans le comté de Foix avant l’implantation de la mouline ? Indiscutablement nous l’ignorons. Mais la déficience des sources, tant laïques qu’ecclésiastiques, laisse supposer la faiblesse des enjeux. Alors qu’elles sont éloignées des lieux majeurs de l’extraction, il n’y avait pas d’intérêt pour les abbayes à dépenser fortune et énergie pour une activité qui n’aurait pas été lucrative. Ainsi, quand l’innovation fait irruption, que le marché du fer s’ouvre, les abbayes ne sont pas prêtes. Il n’y a pas de place pour elles parmi les producteurs.

19Mais malgré le peu de dynamisme dont témoigne la sidérurgie des religieux, les quelques écrits que leurs chartriers ont conservés sont autant de pierres nécessaires à la construction des origines de la mouline. Ils marquent une étape dans l’histoire du fer de ces montagnes dont l’archéologie a démontré l’ancienneté. À partir de la fin du XIIe siècle, ils traduisent, en outre, l’intérêt pour une activité enfin enregistrée par l’acte écrit. L’incapacité monastique peut alors être interprétée comme l’expression de la présence vigilante d’autres producteurs. Elle en est, en quelque sorte, le révélateur. Mais, c’est avec le temps des moulines que la sidérurgie des laïcs se dévoile enfin.

Notes

1 P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, Cartulaire de l’abbaye de Lézat, Paris, 1987, t. II, p. 466-467.

2 Sur de nombreux sites ariégeois d’extraction et de réduction du fer durant l’Antiquité, les recherches, déjà anciennes comme celles conduites à Foix par J.-M. DURAND, « La période gauloise et le gallo-romain en Ariège », dans Pays d’Ariège, Actes du Congrès de Foix, 1960, p. 23-44, ont été renouvelées : Cl. DUBOIS et J.-E. GUILBAUT, « Les exploitations minières antiques de Riverenert et des Abères, commune de Riverenert (Ariège) », dans Les ressources minérales et l’histoire de leur exploitation, Colloque international tenu dans le cadre du I08’ Congrès national des Sociétés savantes, Grenoble, 1983, Paris, 1986, p. 91-116 ; J.-E. GUILBAUT, « Vestiges d’une fonderie gallo-romaine à Bernardès, commune de Rogalle (Ariège) », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1982, p. 7-18 ; Cl. DUBOIS, « De la forêt au métal : premières données diachroniques et archéologiques en Ariège », dans J.-P. MÉTAILIÉ éd., Protoindustries et histoire des forêts, Actes du Colloque de la Maison de la Forêt, Loubières, 10-13 octobre 1990, Toulouse, 1992, p. 287-300 ; ID., « Métallurgie du fer en Ariège de l’Antiquité au XVIIe siècle : le point sur les données archéologiques », dans P. BENOIT et Ph. FLUZIN éd., Paléométallurgie du fer et cultures, Actes du symposium international du Comité pour la Sidérurgie ancienne de l’Union internationale des Sciences préhistoriques et protohistoriques, Belfort-Sévenans, novembre 1990, Belfort, 1995, p. 387-396.

3 B. DAVASSE, Forêts, charbonniers et paysans dans les Pyrénées de l’Est du Moyen Âge à nos jours. Une approche géographique de l’histoire de l’environnement, Toulouse, 2000, p. 166. Cl. DUBOIS, « Lercoul (Pyrénées ariégeoises) : un site sidérurgique du IIIe siècle de notre ère », Gallia, 2000, p. 53-62.

4 Moines et métallurgie dans la France médiévale, P. BENOIT et D. CAILLEAUX éd., Paris, 1991. En Rouergue, les moines se sont intéressés à la sidérurgie dès le XIIe siècle. Cependant, dans l’état actuel de la recherche, il est délicat de mesurer l’impact de cette activité dans la gestion globale de leur patrimoine, J. BOUSQUET, « Mines et travail du fer en Rouergue et à l’entour au début du Moyen Âge, problèmes de documentation », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de l’Antiquité à nos jours, Actes du 49e Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Alès, 1976, Montpellier, 1977, p. 107-124. Dans cette région, l’exploitation de l’argent est mieux connue, B. LÉCHELON, « La mine d’argent médiévale de Bouco-Payrol (Aveyron) », dans Archéologie en Languedoc, Actes du Colloque Mines et Métallurgies de la Préhistoire au Moyen Age en Languedoc-Roussillon et régions périphériques, Cabrières (Hérault), 1997, Revue de la Fédération archéologique de l’Hérault, 1997, p. 167-182.

5 Les fonds abbatiaux que nous avons intégralement dépouillés ou sondés sont indiqués dans C. VERNA, « Esquisse d’une histoire des mines et de la métallurgie monastiques dans les Pyrénées (IXe-première moitié du XVIe siècle) », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 55.

6 Ibidem, p. 45-58.

7 Abbaye de Lézat : département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, canton Le Fossat ; abbaye du Mas-d’Azil : département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, chef-lieu de canton ; abbaye de Boulbonne : département de la Haute-Garonne, arrondissement et canton de Muret, commune de Mazères ; abbaye de Combelongue : département de l’Ariège, arrondissement et canton de Saint-Girons, commune de Rimont ; abbaye de Saint-Volusien : département de l’Ariège, arrondissement de Foix.

8 Il s’agit de ceux des abbayes de Lézat, BNF, ms. lat. 9189, et du Mas-d’Azil, Arch. dép. Ariège, H 42.

9 Cette médiocrité des données sur la sidérurgie monastique n’est pas propre aux espaces qui nous intéressent mais elle concerne tout le sud-ouest de la France tel qu’il a été défini par B. BARRIERE, « L’économie cistercienne du sud-ouest de la France », dans L’économie cistercienne. Géographie. Mutations du Moyen Âge aux Temps modernes, Actes des Troisièmes Journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, Flaran, 1981, Auch, 1983, p. 75-99.

10 Nombreux sont les paréages conclus entre une abbaye du bas pays et le comte de Foix. Ce dernier, tout en s’assurant de nouveaux revenus dans un territoire où il est encore faiblement possessionné, contrôle ainsi l’accès à son comté. Pour les abbayes, il s’agit d’obtenir le soutien du comte qui, par le pouvoir qu’il a de confisquer les biens des familles cathares, peut s’opposer à leur transfert vers le temporel abbatial, Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la croisade contre les Albigeois », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1992, p. 133.

11 Cl. PAILHÈS, L’Ariège des comtes et des cathares, Toulouse, 1992, p. 232-233.

12 Boulbonne (1243), BNF, collection Doat. vol. 84, fol. 155v° ; Mas-d’Azil (1246, a. st.), Arch. dép. Ariège, H 14. Publication de ce paréage par D. CAU DURBAN, L’ahhaye du Mas-d’Azil. Monographie et cartulaire (817-1774), Foix, 1896, p. 109. Dans son édition, D. Cau Durban propose de dater Pacte, rédigé aux Ides de mars, de l’année 1246. Cette édition faisant référence, nous avons souhaité conserver la date en ancien style. Ce choix est d’autant plus prudent que Damien Garrigues a prouvé que les actes de l’abbaye du Masd’Azil usaient de modes différents de datation au cours du XIIIe siècle, dont le style pisan, D. GARRIGUES, « Les styles du commencement de l’année dans le Midi. L’emploi de l’année pisane en pays toulousain et Languedoc », Annales du Midi. 1941, p. 237-270 et p. 337-362. Dans le censier de 1390, sont répertoriés le « faur », forgeron, de Lézat et de Boulbonne, A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix sous Gaston Phœbus..., op. cit., p. 180 et 193.

13 Saint-Germier : département de la Haute-Garonne, canton et commune de Muret, P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, op. cit., p. 466-467 ; Ampouillac (1231), BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 60. Ampouillac : département de la Haute-Garonne, canton de Muret, commune de Cintegabelle.

14 BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 60. Sur le travail dans la forge de village, C. VERNA, « Forgerons de village : quelques témoignages béarnais des XIVe et XVe siècles », dans L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des XIXe Journées internationales d’Histoire de l’abbaye de Flaran, Flaran, 1997, Toulouse, 2000, p. 219-238.

15 Saint-Ybars : departement de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, canton Le Fossat.

16 P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, op. cit., p. 664-665.

17 Le sou morlaas d’argent s’est imposé dans le Midi aquitain et languedocien comme une monnaie de bon aloi. C’est au début du XIIIe siècle qu’il connaît sa plus grande diffusion. Malheureusement, P. TUCOO-CHALA, Gaston Fébus et la vicomté de Béarn (1343-1391), Pau, 1981, p. 141 et A. BLANCHET et G. SCHLUMBERGER, Numismatique de Béarn, t. I, A. BLANCHET, Histoire monétaire ; t. II, G. SCHLUMBERGER, Description des monnaies, jetons et médailles du Béarn, Paris, 1893, 2 vol., ne donnent aucune indication permettant de comparer la valeur du sous morlaas à celle du tournois au milieu du XIIIe siècle. Pour tenter de mesurer, même imparfaitement, le poids d’un tel contrat, dont la valeur de l’acapte exigée par les seigneurs de Saint-Ybars, nous avons recherché quelques exemples comparatifs. Ainsi, en 1128, toutes les forges du Pouget dans l’Hérault sont baillées par le prieuré de Saint-Amans de Teulet contre 20 sous melgoriens d’acapte et un droit d’usage de 9 deniers par an, J. BOUSQUET. « Mines et travail... », op. cit., p. 114. En 1263, l’abbé de Bonnecombe baille à cens la forge et le forgeage du Moularès moyennant 5 sous tournois, une livre de cire et une poule. Cet exemple est beaucoup plus proche chronologiquement de celui de Saint-Ybars. Il atteste de l’importance des exigences de Lézat et du comte de Foix, J. BOUSQUET, op. cit., p. 116.

18 Boulbonne (1253), BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 269 et 275v° ; Mas-d’Azil (1254), BNF, collection Doat, vol. 97, fol. 47-56 ; Combelongue, BNF, collection Doat, vol. 97, toi. 148-151. Encore au milieu du XIVe siècle, l’abbaye de Villelongue fera l’acquisition de la moitié de la forge de Baziège, BNF, collection Doat, vol. 70, fol. 248-255. En 1415, la quatrième partie des revenus de cette forge est alors détenue par Bernard de Durfort, N. de PENA, Documents sur la maison de Durfort, XIe-XVe siècle, t. II, Bordeaux, 1977, p. 859. Baziège : département de la Haute-Garonne, arrondissement de Toulouse, canton de Montgiscard.

19 Cl. DUBOIS et J.-E. GUILBAUT, « Les exploitations minières antiques de Riverenert et des Abères... », op. cit. ; ID., « Relation entre les gîtes métalliques et les techniques d’exploitation minières antiques en Ariège », dans Les techniques minières de l’Antiquité au XVIIIe siècle, Actes du Colloque international tenu dans le cadre du 113e Congrès national des Sociétés savantes, Strasbourg, 1988, Paris, 1992, p. 79-96 ; Cl. DUBOIS, « De la forêt au métal... », op. cit.

20 Arch. dép. Ariège, H 14.

21 Arch. dép. Ariège, 1 E suppl. CC 50 ; G. de LLOBET, Foix médiéval, recherche d’histoire urbaine, Saint-Girons, 1974, p. 211.

22 Pailhès : département de l’Ariège, arrondissement de Pamiers, canton Le Fossat. R. FAWTIER, Comptes royaux (1385-1314), Paris, 1954, t. II, p. 616-625.

23 Acte de 1552, Arch. dép. Pyrénées-Atlantiques, B 1161.

24 Alors que le travail de la forge est très présent au XIIIe siècle, aucune mine n’est mentionnée dans ces régions de basse Ariège. Si l’acte d’acquisition par Saint-Antonin de Pamiers en 1231 du territoire de Juillac comporte des droits sous la terre, et generaliter omnia in omnibus ibidem super terrain et subtus terrain nobis, aucun minerai de 1er n’est aujourd’hui enregistré par l’inventaire du B.R.G.M. à Verniolle, aux portes de Pamiers, BNF, collection Doat, vol. 94, fol. 64-67.

25 La publication du cartulaire de l’abbaye de Lézat par Paul Ourliac et Anne-Marie Magnou devait être suivie d’un dernier volume consacré à l’histoire de l’abbaye. Il n’est toujours pas publié. La bibliographie disponible sur le comté de Foix, souvent ancienne, est plus étoffée dans le domaine politique qu’économique, Cl. PAILHÈS, L’Ariège des comtes..., op. cit. Nous disposons néanmoins de travaux universitaires de qualité dont la maîtrise de V. MACIOTTA, L’abbaye de Boulbonne et son domaine foncier du milieu du XIIe au milieu du XIIIe siècle, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-le-Mirail, 1988.

26 Gallia Christiana, t. XIII, p. 232 ; BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 149.

27 Gallia Christiana, t. XIII, p. 232.

28 Son emplacement actuel en amont de Cintegabelle, au confluent de l’Ariège et de l’Hers, correspond à la reconstruction du monastère au XVIIe siècle, après la destruction des bâtiments médiévaux pendant les guerres de religion, R. ARMENGAUD, « Boulbonne, une abbaye aux frontières du comté de Foix et du Languedoc (1130-1790) », Revue de Comminges, 1984, p. 193.

29 BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 21-23. Quié : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Tarascon-sur-Ariège. Génat : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Tarascon-sur-Ariège.

30 Dans une bulle du pape Lucius III en 1182, seule la grange du Sabarthès, sans doute future grange de Génat, est citée, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 147-151. Quant à celle de Génat, qui apparaît dans la documentation en 1198, Roger de Comminges la prend sous sa garde en 1220, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 377-379.

31 Octobre 1154, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 21 : et lapides et aquas et quicquid est visibile vel invisibile.

32 Août 1160, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 32-33. Rabat-les-Trois-Seigneurs : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Tarascon-sur-Ariège.

33 1166, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 10.

34 Juin 1180, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 10-13.

35 Ce choix de l’élevage, activité dominante des abbayes cisterciennes du Sud-Ouest, est souligné par B. BARRIÈRE, « L’économie cistercienne... », op. cit.

36 En 1304, comme en 1313, les brebis de Boulbonne transitent par la vallée de Vicdessos, après autorisation, BNF, collection Doat, vol. 85, fol. 286 et 323.

37 C. VERNA, Les mines et les forges des Cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord, XIIe-XVe siècle, Paris, 1995, p. 45-56.

38 1238, BNF, collection Doat, vol. 84, fol. 130.

39 Ph. WOLFF. Commerces et marchands de Toulouse vers 1350-vers 1450, Paris, 1954, p. 220 et 249.

40 Les Bénédictins qui s’intéressent autant à l’argent qu’au fer, sont particulièrement actifs dans le Roussillon, J.-Ph. HESSE, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », Centre d’Études et de Recherches catalanes des Archives, no 25, 26 et 27, 1964-1965, p. 251-266, 297-310 et 17-26 ; C. VERNA, « Esquisse d’une histoire... », op. cit. Remarquons qu’ils le sont aussi beaucoup plus que les Cisterciens en pays d’Ouche, M. ARNOUX, « Le cas normand : établissements religieux et sidérurgie dans le pays d’Ouche (XI-XVe siècle) », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 13-44.

41 1191, sentence arbitrale entre Grandselve et Boulbonne au sujet des pâturages de Rabat qui seront gérés en commun, BNF, collection Doat, vol. 83, fol. 212. Pour son approvisionnement en métaux, l’abbaye de Grandselve importait cuivre, étain, plomb et fer à partir du port de Bordeaux, actes de 1262 à 1278, Dom C. DEVIC et Dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, avec les notes et pièces justificatives, Toulouse, 1872-1904, t. VIII, col. 1867, 1869, 1870, 1871, 1872, 1873. Ses forges, pour la plupart des ateliers de transformation à la disposition des villageois, se trouvaient à proximité de l’abbaye, M. MOUSNIER, L’abbaye de Grandselve et sa place dans la société et l’économie méridionales, XIIe - début XIVe siècles, Thèse de l’Université de Toulouse-le-Mirail, 1982, p. 194. Quant à l’abbaye cistercienne de Calers, son fonds, particulièrement malmené par les aléas de l’histoire, n’atteste d’aucune exploitation sidérurgique aussi modeste soit-elle. Rien non plus dans le beau chartrier de Bonnefont, Ch. SAMARAN et Ch. HIGOUNET, Recueil des actes de l’abbaye de Bonnefont en Comminges, Paris, 1970.

42 Acte de 1193, Arch. dép. Aude, H 211, fol. 117v°. Villerouge-Termenès : département de l’Aude, arrondissement de Carcassonne, canlon de Monthoumct.

43 Acte de 1206. BNF, collection Doat, vol. 59, fol. 173-175. Acte de 1257, BNF, collection Doat, vol. 59, fol. 291-298. Saint-Nazaire et Valière : arrondissement de Narbonne, canton de Ginestas.

44 B. BARRIÈRE, op. cit., p. 84 ; M. MOUSNIER, L’abbaye de Grandselve..., op. cit., p. 195-196.

45 B. LÉCHELON, op. cit.

46 J. BAYLE, « Histoire et archéologie de Saint-Volusien de Foix, bref essai de chronologie », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1967, p. 5-16.

47 Ph. WOLFF, « Une ville pyrénéenne au XIIIe siècle : l’exemple de Foix », Annales du Midi, 1965, p. 144.

48 BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 275-309. Les actes de 1268 et 1271 ne datent pas les faits qu’ils mentionnent. Sans doute, les plus graves des abus commis par le comte sont-ils intervenus entre 1229 et 1252, Ph. WOLFF, « Une ville... », op. cit., p. 144 ; G. de LLOBET, Foix médiéval.., op. cit., p. 28.

49 La Terrasse : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Foix, commune de Saint-Jean-de-Verges. Actes de 1268, 1271 et 1331, BNF, collection Doat, vol. 96, fol. 275-314. Selon Ph. WOLFF, « Une ville... », op. cit., p. 145, note 37, c’est Roger IV qui, dans ces actes, est désigné sous la formule de « l’actuel comte ».

50 Cependant, le document ne nous permet pas de savoir quelle est la part respective du fer et du plomb dans ces 24 quintaux, J.-M. VIDAL, « La succession de Pons Ferrol, abbé de Saint-Volusien de Foix (1323-1347) », Bulletin historique du diocèse de Pamiers, 1931-1932, p. 285-300.

51 Pierre Dalbs (1241-1254) est jugé dans un premier temps comme actif, ingénieux. Il sera à l’origine de la rédaction du cartulaire de l’abbaye. Mais il est bientôt accusé de malversations (1253), excommunié et déposé en 1254, P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, Le cartulaire..., op. cit., p. XXXI.

52 L’abbaye s’est par ailleurs souciée de l’installation de forges dans le bourg de Lézat au moment de la rédaction des coutumes de 1299. Il est alors prévu que soient recrutés au moins deux forgerons pour aiguiser les socs, d’autres outils en fer et les pièces nécessaires aux charrues : item quod dominus ahhas faciat teneri forgas in quibus sint duo fabri communes et plures si opus fuerit, ad acuendum vomeres et alia ferramenta et apparamenta aratris necessaria, C. LE PALENC et P. DOGNON, Lézat, sa coutume, son consulat, Toulouse, 1899, p. 66-67. L’hypothèse selon laquelle la force hydraulique aurait été utilisée dès le XIe siècle dans la fabrica de Saint-Germier paraît erronée. Les axes des moulins que les tenanciers de l’abbaye doivent entretenir ne sont pas ceux de l’installation sidérurgique mais des moulins à blé détenus à proximité par l’abbaye, K. BAUDOIN. De l’Ariège à la Garonne : économie et société d’après le cartulaire de l’abbaye de Lézat (1031-1108), mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-le-Mirail, 1989, p. 102.

53 BNF, collection Doat, vol. 102, fol. 258-262 ; U. GONDAL, « Le grand rayonnement du culte de Saint-Antoine de Lézat du XIIe au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1976, p. 9. Saint-Paul-de-Jarrat : département de l’Ariège, arrondissement de Foix, canton de Foix.

54 Et ad construendum et tenendum ibi grangiam seu mansum et populationes et operationes quascumque vineas [...] et forgas et piscarias et alia ad utilitatem et pro utilitate dictae grangiae.

55 Ses possessions les plus anciennes sont concentrées in pago Tholosano, entre Garonne et Ariège et également en Comminges.

56 En 1547, l’abbaye inféode un bien qu’elle juge trop excentré du cœur de son patrimoine. Il s’agit d’un terroir comprenant l’oratoire de Sainte-Sophie, à Garanou, proche de Luzenac, dans le Lordadais. Le vicaire général et le vicaire claustral s’étant rendus sur les lieux concluent qu’il est préférable d’aliéner ce bien de haute montagne bellement que bonnement l’on ne y peult aller sans danger de sa personne et a grandz frais et mises. On ne sait pas depuis combien de temps l’abbaye le détenait. Cependant, au XIIIe siècle, elle possédait déjà des biens en haute Ariège, comme le casai dit de Sabaters situé en vallée de la Laure, P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, op. cit., t. I, p. 3-4. Pour Urbain Gondal l’intérêt de ces possessions de montagne, comme de celle de Saint-Paul, réside dans leur localisation sur la route de Catalogne dont elles constituent des relais. Cependant, l’attrait du minerai n’est pas étranger à la donation de 1308, U. GONDAL, « Inféodation d’une possession de l’abbaye de Lézat dans le haut comté de Foix », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1973, p. 125-129.

57 P. OURLIAC et A.-M. MAGNOU, op. cit., p. XLVIII. Les familles de Villemur, d’Auterive et de Marqucfave sont toujours associées au comte de Foix pour l’administration de l’abbaye.

58 C’est souvent le cas lorsque le bien est intégré au cœur du patrimoine monastique, C. VERNA, Les mines et les forges des Cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord, op. cit.

59 Nous faisons ici référence à la belle formule que nous devons à J. BONHÔTE, « La genèse de la "mémoire des charbonnières" : de la problématique à la démarche géographique », dans J.-P. MÉTAILIÉ éd., Protoindustries..., op. cit., p. 193-206 ; ID., Forges et forêts dans les Pyrénées ariégeoises. Pour une histoire de l’environnement, Aspet, 1998.

60 B. DAVASSE, Forêts, charbonniers et paysans dans les Pyrénées de l’Est du Moyen Âge à nos jours..., op. cit.

61 En terme d’occupation de l’espace, le comté de Foix ne dispose pas des études qui ont été menées sur la Catalogne et la Navarre et qui restituent un maillage dense d’habitats, parfois dès les IXe et Xe siècles. Mais l’implantation périphérique des abbayes illustre, comme en négatif, la forte occupation de ces montagnes du centre des Pyrénées.

62 Arch. dép. Ariège, E 133. Cl. PAILHÈS, « Le groupe aristocratique en comté de Foix, XIe-XIIIe siècles », dans Les voies de l’hérésie. Le groupe aristocratique, XIe -XIIIe siècles, vol. I, Structures et comportements. Actes du 8e Colloque du Centre d’Études Cathares/René Nelli, Carcassonne 28 août-1erseptembre 1995. Millau, 2001, p. 174.

63 P. GÉRARD, « Les possessions ariégeoises de Saint-Sernin », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1987, p. 55-69.

64 Matapezol est situé au nord-est de Toulouse, non loin de l’actuelle commune de l’Union. Castelginest est une commune du canton nord de Toulouse. Sur la donation de la forge de Matapezol (1158) se reporter à l’ouvrage de C. DOUAIS, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), Toulouse, 1887, p. 276. Deux baux de location de la forge de Castelgincst ont été conservés pour les années 1238 et 1242, Arch. dép. Hautes-Pyrénées, 101 H 598.

65 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 13.

66 Arch. dép. Ariège, E 96, pièce no 27.

67 Capoulet : arrondissement de Foix, canton de Tarascon-sur-Ariège.

68 A. DU BOURG, Histoire du Grand Prieuré de Toulouse (ordre de Malte) et des diverses possessions de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le sud-ouest de la France, Toulouse, 1883, p. 165. La commanderie de Capoulet, rattachée depuis 1470 à celle de Gabre, perdit sans doute ses archives dans l’incendie de cette dernière qui intervint au cours des guerres de religion. Sur l’histoire de cette commanderie aux temps modernes, on peut consulter J.-P. DURAND, « La commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem à Capoulet de la Réforme à la Révolution », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1990, p. 125-187.

69 Arch. dép. Haute-Garonne, H 1, 70, fol. 94v°-95.

70 1180 : donation à Unat ; 1181, donation à Goulier, Sem et Soucen (Soulcem) ; 1183, donation dans le Sabarthès, Arch. dép. Haute-Garonne, H 1,70, fol. 99 et 94.

71 Arch. dép. Haute-Garonne, H 1, 70, fol. 77. A Albiès, un acte de 1235 rappelle une donation antérieure, Arch. dép. Haute-Garonne, H 1, 70, fol. 92. A. DU BOURG, op. cit., p. 172.

72 A. DU BOURG, op. cit., p. 175-176.

73 M. ARNOUX, « Le cas normand : établissements religieux et sidérurgie dans le pays d’Ouche (XIe-XVe siècle) », dans Moines et métallurgie..., op. cit., p. 24.

Table des illustrations

Titre Mine et fabricae abbatiales fin XIIe - début XIIIe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search