Version classiqueVersion mobile

Le temps des moulines

 | 
Catherine Verna

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et C. VERNA, « De la mouline à la forge à la catalane : six siècles de s (...)

1Encore aujourd’hui, en remontant la vallée de l’Ariège puis celle de Vicdessos, le passant se heurte aux usines de Pamiers, de Sabart, de Niaux et d’Auzat. Elles constituent les derniers témoignages d’une longue histoire industrielle marquée par la transformation des métaux. Si, dès l’Antiquité, le cuivre argentifère et le fer sont extraits des mines du Séronais, c’est le haut Sabarthès qui témoigne le mieux de la permanence du travail du fer dans les montagnes ariégeoises. La vallée de Vicdessos en constitue le cœur. Dès la fin du XIIIe siècle, les textes prouvent que la communauté de cette vallée tire le minerai de la montagne qui domine le village de Sem et le réduit sur place. L’archéologie a récemment démontré que cette extraction était bien plus ancienne. Encore à la fin du XIXe siècle, c’est ce même minerai qui alimente les dernières forges à la catalane. La qualité et la puissance exceptionnelles du gisement, l’abondance de l’eau, la présence du bois, certes de plus en plus rare au cours des temps modernes, la qualité du produit et enfin la culture technique des forgeurs ariégeois sont à l’origine du maintien de la réduction directe en Ariège jusqu’à l’époque contemporaine1.

  • 2 J. CANTELAUBE, « Évolution technique et charbonnage des forêts : l’exemple des forges à la catalan (...)
  • 3 Cette interrogation doit beaucoup aux échanges que j’ai pu avoir avec mon ami Jean Cantelaube.

2Or, cette longue histoire est victime de bien des confusions. La réduction directe, c’est-à-dire la fabrication du fer à partir du minerai et du charbon de bois en une seule étape, a été longtemps présentée comme une technique figée et intemporelle. Récemment encore, des plus anciens témoignages jusqu’aux plus récentes des installations, toutes les forges de réduction directe ont pu être qualifiées de forges à la catalane, sans distinction aucune. Face à cette désignation simplificatrice, l’intérêt récent porté à l’étude des industries anciennes et le dynamisme de l’archéologie industrielle ont permis de renouveler l’étude consacrée à la réduction directe. Dans un premier temps, la forge à la catalane, l’objet technique le plus séduisant, a cristallisé la curiosité des chercheurs, sans pour autant que son originalité et son intégrité techniques aient été systématiquement respectées. Peu à peu ont été dégagées les caractéristiques de cette forge : munie d’un bas foyer quadrangulaire, elle utilise la force de l’eau pour mouvoir le marteau et actionner la trompe hydroéolienne qui en constitue l’élément original. La première mention de la trompe date de 1643. Son usage coexistera avec celui des soufflets jusqu’en 1680-16902. Or, la forge à la catalane a connu son plein épanouissement au cœur des Pyrénées centrales, dans le comté de Foix devenu département de l’Ariège. Définir la forge à la catalane, en démontrer la force face à la puissance du haut fourneau aux XVIIe et XVIIIe siècles, autant de pistes pour une enquête sur les origines de la forge hydraulique : c’est de cette constatation qu’est née notre recherche3.

  • 4 J. FRANÇOIS, Recherches sur les gisements et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyr (...)
  • 5 A. GALLARDO I GARRIGA et S. RUBIO I TUDURI, La farga catalana. Descripció i funcionament, historia (...)

3Mais en Ariège, et contrairement à d’autres espaces pyrénéens comme la Catalogne et le Pays basque, les constructions techniques du Moyen Âge s étaient effacées face à la force de la modernité. L’historiographie ne ménageait pas de place spécifique aux forges médiévales. Celles-ci participaient d’un temps technique long et quasi immobile qui, jusqu’au XVIe siècle, correspondait à l’application du procédé de réduction directe sans apport d’hydraulique4. Contrairement à ses voisines catalanes et basques, les forges ariégeoises étaient gommées de la mémoire. Elles n’avaient profité ni d’une curiosité historique empreinte d’une forte conscience nationale toujours propre à aiguiser la question des origines, ce dont les forges catalanes avaient bénéficié, ni irrigué de leur fer une partie de l’Europe médiévale, atout des forges basques5.

  • 6 R. BARBE, Recueil des titres authentiques, chartes, privilèges, franchises, actes de concessions, (...)
  • 7 C. BARRIÈRE-FLAVY, op. cit., p. 9 : « Les moulins étaient nombreux. On distinguait le moli de la m (...)
  • 8 E. CABIÉ, « Forges ou moulin à fer de la Montagne noire du XIIIe au XVIIIe siècles », Revue du Tar (...)
  • 9 J. LARTIGAUT, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440-vers 1500), Toulouse, (...)

4Pourtant les documents d’où pouvait naître la réflexion étaient disponibles. En effet, depuis le XIXe siècle, avait été conduite l’édition, parfois imparfaite, des documents les plus prestigieux de la communauté de Vicdessos et celle du rôle des feux du comté de Foix, daté de 13906. Or, de la lecture attentive de ces documents se dégageait un phénomène fondamental pour l’histoire des techniques : l’apparition de la mouline, la molina. Cependant, le modèle unique de la forge à la catalane était encore trop prégnant en cette fin du XIXe siècle pour que la spécificité de la forge médiévale fût reconnue. La molina est d’abord identifiée à un moulin. Puis, grâce à Armand de Dufau de Maluquer, elle entre enfin dans l’histoire de la sidérurgie, mais elle est alors assimilée à la forge à la catalane7. En 1903, quand Edmond Cabié s’interroge, lui aussi, sur les moulines de la Montagne noire, il recourt à la même identification technique. Beaucoup plus précis, il décrit la mouline à partir des mécanismes de la forge à la catalane : « un creuset ou fourneau destiné à la fusion du minerai et du charbon de bois [...] une machine soufflante ou trompe catalane, où l’air [est] poussé par un courant d’air, et de plus un marteau ou martinet qui [est] mû par une roue hydraulique et qui [sert] à étirer la masse métallique sortant du foyer »8. La forge à la catalane occultait la mouline. Il faut attendre 1978 pour qu’une étape majeure soit franchie. Les pages que Jean Lartigaut consacre aux moulines du Quercy renversent la tendance historiographique. S’interrogeant sur les aménagements techniques de cette forge hydraulique, Jean Lartigaut pointe alors une caractéristique majeure de la mouline : l’application de la force de l’eau au martelage mais aussi aux soufflets et non à la trompe9. Il y avait bien eu un temps de la mouline avant celui de la forge à la catalane. Notre recherche s’est construite autour de cet objet : il s’agissait d’interroger un espace de production sidérurgique à partir de la technique qui le caractérisait, c’est-à-dire celle de la mouline, et en un temps lui-même borné par l’émergence, la diffusion et le retrait de cette forge hydraulique, c’est-àdire le temps des moulines.

  • 10 À propos de la pertinence des espaces d’études et du choix des échelles d’observation, P. A. ROSEN (...)

5La mouline apparaît dans le comté de Foix durant les années 1300. Or, quelle validité scientifique pouvait-on accorder à l’espace politique du comté comme cadre d’une étude construite à partir d’un objet technique, d’autant qu’au même moment, d’autres terroirs des Pyrénées et du Languedoc s’équipaient de moulines ? Il fallait définir un espace technique pertinent, « territorialiser » l’innovation10. Cette réflexion sur la construction de l’espace a été conduite depuis la soutenance de notre thèse qui portait sur le comté de Foix et la vicomté de Béarn et interrogeait les rapports possibles, tout particulièrement en termes de transfert d’innovation, entre les différentes zones d’un espace politique morcelé et rassemblé par la maison de Foix-Béarn, résultat de la formidable politique d’expansion que lancent les comtes à la fin du XIIIe siècle. Depuis, les recherches que nous avons poursuivies sur d’autres espaces de la mouline, tant dans la Montagne noire et les monts de Lacaune que dans les Pyrénées orientales, nous ont conduit à substituer à l’espace politique un espace technique et à en interroger les différentes échelles.

  • 11 M. URTEAGA ARTIGAS, « Siderurgia medieval en Gipuzkoa, Haizeolas, ferrerias mastiqueras y ferreria (...)
  • 12 J.-Fr. BELHOSTE, « The origins of direct reduction water-powered ironworks : reflections based on (...)

6Il y a bien, en effet, un espace technique de la mouline aux XIVe et XVe siècles. Le vocable utilisé pour désigner la forge permet de le circonscrire. Borné vers l’ouest par les ferrières basques, ferrerias masuqueras, mazonas et de ornes, forges de réduction directe n’utilisant pas toutes l’énergie hydraulique, il atteint vers le nord les contreforts de l’Aubrac, occupe les collines du Quercy, les montagnes et les plaines du Languedoc jusqu’aux Cévennes et l’ensemble des Pyrénées centrales et orientales11. Là, les moulines prédominent même si se maintiennent d’autres types de forge, d’autres manières minoritaires de produire du fer. Cependant, l’espace de la mouline ne constitue qu’un des niveaux d’observation de la filière de la réduction directe et s’enchâsse dans une vaste zone méridionale qui, de l’Aquitaine à la mer Méditerranée, regroupe d’autres forges hydrauliques de réduction directe désignées par les termes de « ferrière » et de « martinet »12. Espace de la mouline et espace de la ferrière peuvent d’ailleurs s’imbriquer. Peut-être se confondent-ils ? La frontière qui les sépare ne serait qu’une illusion du point de vue technique, une simple limite linguistique. En fait, l’état actuel de nos connaissances ne nous permet pas de savoir si ces deux forges sont absolument semblables.

Comté de Foix, Couserans, Seigneurie de Mirepoix : le bassin sidérurgique autour de la mine de Sem

Comté de Foix, Couserans, Seigneurie de Mirepoix : le bassin sidérurgique autour de la mine de Sem

7L’aire technique de la mouline est elle-même morcelée en autant de bassins polarisés par une mine, principal pôle d’approvisionnement. Les Pyrénées centrales – Couserans, Comté de Foix et pays d’Olmes – correspondent à un de ces bassins. Il coïncide avec la zone approvisionnée majoritairement et régulièrement par la mine de la vallée de Vicdessos. C’est de la régularité des relations qui se nouent entre la mine et les forges qu’est né le bassin sidérurgique. Ainsi, en avons-nous exclu des zones alimentées de façon plus épisodique, comme le Minervois. Mais ce bassin résulte aussi de territoires imbriqués. En effet, en changeant d’échelle, se dégagent d’autres frontières qui limitent d’autres territoires plus exigus : le haut Sabarthès et, à l’intérieur de cette zone, la vallée de Vicdessos abritant le pôle structurant qu’est la mine. Or, cette vallée s’impose comme une zone où, par les enjeux qui se nouent autour de la forge hydraulique, tant entre le comte de Foix et la communauté de Vicdessos qu’entre tous les membres de cette communauté, les rapports technique-société offrent une forme d’exemplarité. C’est d’ailleurs le passage d’une échelle à l’autre, de l’ensemble du bassin à la vallée qui, par comparaison, permet de saisir la spécificité du Vicdessos, espace le plus étroit mais aussi le plus dense en témoignages.

  • 13 Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la croisade contre les Albigeoi (...)
  • 14 F.-J. SAMIAC, « Les derniers Comminges de Couserans, démembrement de la vicomté de Couserans », Bu (...)
  • 15 M. CHEVALIER, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 66 et 505. F.-J. SAMIA (...)

8Le bassin organisé autour de la mine de Sem regroupe des territoires tenus par d’autres puissances seigneuriales que le comte de Foix : le Couserans et la seigneurie de Mirepoix13. La vicomté de Couserans dépend politiquement du comté de Comminges. Peu d’archives ont été conservées sur cette vicomté du fait de la succession de démembrements qu’elle a subie, d’abord à la mort du vicomte Raimond-Roger II en 1392, puis tout au long du XVe siècle14. Finalement, après Jean Roger, vicomte de Couserans mort en 1445, la vicomté disparaît, véritablement dépecée. Elle était avant tout un grand espace forestier et a abrité un commerce du bois dont témoignent les sources de Saint-Girons. Ainsi, alors que son intégration politique, sa langue, sa culture et même la disposition de ses montagnes l’ouvrent vers le Comminges et la Gascogne, sa disponibilité en bois la tourne vers le comté15. De fait, la mouline crée là un espace particulier qui se joue des autres regroupements, qu’ils soient politiques ou culturels. Le rapport étroit qui se noue entre le comté de Foix et la vicomté du Couserans est construit sur le traité organisant l’échange entre le minerai de la vallée de Vicdessos et le charbon de bois du Couserans. La frontière politique s’estompe du fait de la complémentarité des deux espaces dominés par la forêt et le minerai et de leurs besoins respectifs.

9Pour la seigneurie de Mirepoix, plus que de complémentarité, il faut parler de dépendance face au minerai dont dispose le comté. Cette seigneurie est née du démembrement d’une partie du comté de Foix, – de la terre de Mirepoix et du pays d’Olmes – dont Guy de Lévis fut investi par Simon de Montfort. Malgré cette origine, les rapports se sont rapidement pacifiés entre les deux maisons, la famille des Lévis s’étant fondue dans l’environnement nobiliaire local. Si l’économie de cette seigneurie est assez diversifiée et s’ouvre aux lointains espaces par la puissance de la draperie du pays d’Olmes, les forges hydrauliques y occupent aussi, surtout à partir du XVe siècle, une place importante bien que d’envergure plus locale. Elles sont alimentées pour l’essentiel par le minerai du haut Sabarthès. Or, contrairement au cas du Couserans, celui de la seigneurie de Mirepoix démontre que la frontière politique peut correspondre momentanément à celle de l’espace technique. Elle joue alors un rôle de barrière de contingentement du minerai : dans le cadre d’un conflit, le bassin d’approvisionnement se rétrécit d’autant et ses limites s’ajustent à la frontière politique. Cela sera le cas au milieu du XVe siècle, quand le comté de Foix se fermera à la seigneurie de Mirepoix. Plus généralement, pendant la guerre de Cent ans, la frontière politique peut avoir aussi une incidence sur le maintien de l’espace technique. Sans aucun doute, l’espace de la mouline autour de la mine de Sem et à l’intérieur du comté de Foix a été préservé par la diplomatie comtale et la charge de lieutenant général de Languedoc qu’ont occupée ses comtes jusqu’au milieu du XVe siècle. Pour les autres zones en relation avec le pôle d’approvisionnement du haut Sabarthès, il a fallu jouer d’une conjoncture plus chaotique, mais entre deux spasmes, après les vagues de destruction, quand l’activité sidérurgique reprend et avec elle l’approvisionnement en minerai, l’espace technique se reconstitue.

  • 16 B. GILLE, « Les origines du moulin à fer », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 23-32. A.- (...)
  • 17 De nombreux colloques témoignent de l’effervescence de cette recherche. Citons dès à présent, Palé (...)

10Une fois l’objet technique identifié, l’enquête s’est inscrite dans l’un des secteurs de recherche de l’histoire des techniques médiévales. Celui-ci s’applique à définir les étapes de la mécanisation de la sidérurgie et plus particulièrement la place de l’hydraulique dans la forge de réduction. Dès les années 1960, Bertrand Gille s’interrogeait sur les forges hydrauliques qu’il désignait alors indistinctement comme « moulin à fer » et proposait des pistes de recherche16. Les historiens et les archéologues qui les ont suivies se sont rapidement aperçus de la complexité du phénomène et de son extraordinaire diversité dans l’espace et dans le temps17. Il faut clairement distinguer les deux applications de l’hydraulique (martelage et soufflerie) et ne pas associer la soufflerie hydraulique au seul domaine du procédé de réduction indirecte, c’est-à-dire à la production du fer en deux temps, à partir de la fonte. Il faut interroger les différents appareils, les différentes forges de réduction pour en saisir les caractéristiques techniques, leurs points communs et leurs différences. Après plus de quarante années de recherche une seule réalité s’impose clairement : les derniers siècles du Moyen Âge sont un temps de diversité où se juxtaposent des façons différentes de réduire le minerai de fer dans des espaces qui s’imbriquent et se superposent ; diversité des forges de réduction, avec ou sans apport de la force hydraulique, puisque certaines régions ont conservé jusqu’à la fin du Moyen Âge un mode de fabrication du fer qui ne fait pas appel à la force de l’eau ; forges de réduction directe – moulines, martinets, ferrières des espaces méridionaux – forges de réduction indirecte. À cette diversité des appareils, innovants ou non, correspond une « territorialisation » des manières de faire, des espaces, des frontières techniques. La mouline est un élément de cet écheveau.

  • 18 R. FOX, « Methods and themes in the history of technology », dans Technological change. Methods an (...)
  • 19 Ph. BRAUNSTEIN, « Pour une histoire économique et sociale des techniques », dans Des Sciences et d (...)
  • 20 Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, B. LEPETIT dir., Paris, 1995.

11Par ce retour à l’espace et à la technique dans l’espace, nous avons rencontré une série de débats qui dépassait le seul secteur de la sidérurgie médiévale et traversait toute la recherche en histoire des techniques : l’expertise de l’innovation, l’inscription d’une innovation dans un territoire, la permanence technique, le retrait, l’oubli, car l’innovation n’est qu’un temps de l’histoire des techniques18. Pour la réduction directe, ces interrogations permettaient d’abandonner la notion si souvent invoquée d’archaïsme technique, une notion à laquelle il fallait substituer celle d’efficacité technique rapportée à un environnement naturel et humain. Or, cette expertise et ce suivi de l’innovation dans le domaine des techniques du fer ne sont possibles que grâce à un détour par la société et l’économie avec lesquelles elle s’est combinée. En effet, les sources médiévales livrent très rarement ce qui pourrait s’apparenter à une description des mécanismes et leur identification résulte des tâtonnements et des va-et-vient opérés par l’historien entre la technique et ses impacts sur l’environnement, le marché et plus largement sur les hommes qui se sont approprié les savoir-faire19. Mais ce dialogue avec la société ne se limite pas à la seule identification de la technique, il renvoie à la définition même de l’histoire des techniques. Aujourd’hui, il ne paraît plus important de la gratifier du qualificatif de « sociale » : le débat entre Internalistes et Externalistes a vécu. Pourtant, la démarche des historiens des techniques se fond dans une re-définition globale de ce que l’on a pu appeler « une autre histoire sociale »20. Nous l’avons dit, la perception de l’innovation et sa définition passent par un questionnement social. Mais la technique permet aussi de révéler une société et de lire autrement le jeu social. L’objet technique l’éclaire : l’émergence d’une technique, par l’aménagement qu’elle suppose des modes de fabrication, par les ruptures sociales et économiques qu’elle induit, peut alimenter une production de l’écrit qui restitue, le temps de l’innovation, des témoignages sur des sociétés rurales pour lesquelles la documentation écrite est souvent peu prolixe. Par ailleurs, l’objet technique propose aussi une grille de lecture de la société : la technique est, certes, une manière de faire et dans le cas qui nous intéresse une manière de produire du fer, mais elle est aussi autre chose. L’objet technique, dans notre cas une forge hydraulique, est un catalyseur qui joue des aptitudes et des défaillances humaines. Outil de production, il est aussi un outil de domination et de pouvoir sur les hommes. Il a marqué de son empreinte l’environnement. Ce sont ces multiples interactions entre techniques et société, toutes ces négociations que l’histoire des techniques cherche à éclairer.

  • 21 Nous faisons, bien évidemment, référence au projet lancé par Bertrand Gille, « Cartulaire de la si (...)

12Nous l’avons dit, l’histoire des techniques du fer se construit à partir des sources communes de la pratique. Il est rare qu’elle s’élabore à partir d’un fonds constitué : le cartulaire de la sidérurgie résulte de la construction de l’historien et il convient souvent de faire feu de tout bois21. Qu’en est-il de notre corpus ? Commençons par ses faiblesses : les sources monastiques sont déficientes. C’est le résultat, certes, d’une dispersion des fonds mais aussi de l’histoire de la sidérurgie des Pyrénées centrales, délaissée par les seigneuries ecclésiastiques. Le chartrier monastique où l’historien des techniques a pris l’habitude de puiser sans réserve est inconnu de l’espace fuxéen et de ses marges. La sidérurgie est une sidérurgie laïque que se partagent les lignages nobles et la communauté de Vicdessos. Parmi ces fonds, les défaillances sont également nombreuses : certains ne sont toujours pas inventoriés. C’est le cas de celui de la ville de Foix et de quelques chartriers du comté, tel celui de Rodes (Castelnau-Durban), pourtant l’un des deux plus importants chartriers seigneuriaux abrités par les archives départementales avec celui du château de Léran (Lévis-Mirepoix). Aux aléas actuels de la conservation s’ajoutent les conséquences dommageables de l’histoire tourmentée du dépôt de Foix qui a brûlé en 1803. Des fonds, parmi les plus anciens, ont à jamais disparu comme celui de la famille de Foix dont une partie avait été fort heureusement déposée dès l’époque moderne dans la vicomté de Béarn. Les documents comptables et les registres de notaires sont rares. Quant au chartrier de Gudanes, correspondant à la seigneurie de Château-Verdun, il a vraisemblablement été détruit dans l’incendie du château au début du siècle et avec lui les témoignages sur la plus grande seigneurie forestière et minière du haut Sabarthès. De tous ces événements tragiques se dégagent certaines caractéristiques des sources utilisées : beaucoup de documents originaux ont été perdus ; le recours à des copies et à des inventaires d’actes composés à l’époque moderne se révèle indispensable.

  • 22 H. OMONT, « La collection Doat à la Bibliothèque nationale. Documents sur les recherches de Doat d (...)

13Mais, cette documentation comporte aussi des points forts. La communauté de Vicdessos a su conserver ses archives qui étaient la garantie du maintien de ses privilèges. Aux originaux, elle a ajouté, au cours des siècles, copies et traductions. Ce fonds révèle ainsi la construction en continu de l’identité communale qui s’est consolidée en falsifiant ses propres sources afin d’adapter ses droits, toujours qualifiés d’ancestraux, aux besoins du moment. De même, les archives de la communauté de Miglos témoignent des tensions qui l’ont opposée à la grande seigneurie minière de ChâteauVerdun et éclairent les rapports délicats entretenus entre les hommes des champs et ceux de la forge. Face aux communautés, les seigneurs sont présents. On dispose du chartrier du château de Léran qui éclaire la sidérurgie du pays d’Olmes. Fondamentaux aussi sont les inventaires du chartrier de la maison de Foix, conservés à Pau et rédigés par l’archiviste du XVe siècle, Michel du Bernis. La sidérurgie comtale est bien là, les sources de la maison de Foix permettant aussi de pallier l’absence du chartrier de Château-Verdun, puisque leurs seigneurs étaient associés aux entreprises comtales. Seigneurs, maîtres de mouline et forgerons apparaissent également aux détours des témoignages conservés dans les registres des inquisiteurs, Jacques Fournier et Geoffroy d’Ablis. La partie du fonds médiéval de la ville de Foix à laquelle nous avons pu avoir accès, avec ses registres de taille et son livre d’estime, éclaire quant à elle une activité et un espace que les chartriers seigneuriaux ignorent le plus souvent : ceux de la transformation du fer et de sa commercialisation. Elle complète donc la documentation. Or, l’étude des produits, de leur qualité, de leur marché est une autre façon de procéder à une enquête sur la technique puisqu’elle permet d’en interroger les fondements : c’est aussi par la qualité de ses produits qu’une technique trouve sa place et perdure. Il faut ajouter à ces fonds pyrénéens ceux de Toulouse et de Paris. Toulouse, parce qu’elle a été le débouché indispensable à l’activité sidérurgique du comté, offrait le recours de ses archives notariales, judiciaires et de celles de ses métiers urbains. Mais son plus beau fleuron réside dans le fonds de la réformation de Froidour constitué au XVIIe siècle à partir du rassemblement de documents originaux et de l’élaboration de copies. Il compense les pertes subies par les archives ariégeoises : à partir de la forêt, il nous conduit aux forges seigneuriales. Et là encore, ce détour est essentiel, car le choix technique s’éclaire aussi du dialogue entre la forge et la quantité sinon la qualité du combustible dont elle dispose. Enfin, la collection Doat de la Bibliothèque nationale de France avait, elle aussi, conservé des copies d’actes disparus22.

  • 23 G.R.A.M.E. (Groupe de recherches archéologiques de Montségur et environs), Montségur, 13 ans de re (...)

14Mais en histoire des techniques, le texte n’est pas tout. L’histoire du fer se construit aussi avec les témoignages matériels. En Ariège, ceux-ci sont cependant difficiles à interpréter, en raison de la permanence de la sidérurgie. La force de cette industrie a gommé ses origines, la mine de Sem est creusée et sur-creusée jusqu’au XXe siècle, les forges à la catalane se sont installées aux endroits les plus propices, c’est-à-dire souvent là où les moulines avaient été en activité. Quand les sites du fer ont été interrogés, quand le sol a livré substructures et matériel, ceux-ci sont antérieurs à l’ère de l’hydraulique qu’ouvre le temps des moulines. Mais le témoignage matériel, c’est aussi l’objet fini ou semi-fini. Nous avons assurément profité du beau corpus de Montségur. Pourtant, si le mobilier de ce site a fait l’objet d’un catalogue, si les outils et les armes sont décrits avec soin, on ne dispose que d’une seule analyse d’objet permettant de restituer la qualité du métal et le travail d’élaboration. Il s’agit d’un fer de trait. Ainsi, pour cette histoire du fer dans les Pyrénées centrales, n’avons-nous pas profité de l’apport de la paléométallurgie à l’histoire des techniques, apport qui, depuis une vingtaine d’années, a considérablement enrichi la réflexion des historiens23. Quoi qu’il en soit, à partir de ce corpus, avec ses forces et ses faiblesses, avec ce qu’il a livré sur les produits de la forge, sur la forêt, sur la capacité des hommes, sur leurs compétences, sur leurs choix, l’objet technique a émergé et autour de lui s’est construit un fragment d’histoire.

15Cette histoire, celle du temps des moulines, se joue en deux mouvements aux cadences marquées. À une période de mise en place du bassin sidérurgique défini par l’implantation de la forge hydraulique autour de la mine de Sem (de la fin du XIIIe siècle aux années 1360), succède une phase caractérisée par la rationalisation de l’industrie dans le cadre d’une économie de guerre qui profite à la sidérurgie des Pyrénées centrales (jusqu’en 1450).

16Mais, le basculement de la conjoncture qui s’opère au milieu du XVe siècle, avec le retour de la concurrence, balaie définitivement la situation de monopole conquise par le comté et la seigneurie de Mirepoix. Après la crise des années 1450, s’ouvre le retrait de la mouline : c’est la fin du temps des moulines, quand, au cours de la première moitié du XVIe siècle, la forge hydraulique, devenue un élément traditionnel de la montagne, est à son tour concurrencée par de nouvelles forges. Ainsi, l’histoire de cet objet technique est aussi celle d’une industrie médiévale dont les seigneurs et les notables villageois ont organisé l’espace et se sont réparti les profits. Elle est tout autant une histoire du travail où les plus humbles, ceux dont la vie est minuscule, ont également trouvé une place, éclairée par l’innovation.

Notes

1 J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et C. VERNA, « De la mouline à la forge à la catalane : six siècles de sidérurgie directe dans les Pyrénées ariégeoises (XIIIe-XIXe siècles) », dans Les hommes et leur patrimoine en Comminges. Identités, espaces, cultures, aménagement du territoire, Actes du 52e Congrès de la Fédération historique de MidiPyrénées, Saint-Gaudens, juin 1999, Saint-Gaudens, 2000, p. 749-792.

2 J. CANTELAUBE, « Évolution technique et charbonnage des forêts : l’exemple des forges à la catalane dans les Pyrénées », dans Protoindustries et histoire des forêts, Actes du Colloque de la Maison de la Forêt, Loubières, 10-13 octobre 1990, J.-P. MÉTAILIÉ éd., Toulouse, 1992, p. 73-83 ; ID., « Apparition et évolution de la forge à la catalane dans l’est des Pyrénées françaises, XVIIe-XIXe siècles », dans La farga catalana en el marc de Farqueologia siderurgica. Simposi internacional sobre la Farga catalana, Ripoll, 1993, E. TOMÀS I MORERA dir., Andorre, 1995, p. 27-36.

3 Cette interrogation doit beaucoup aux échanges que j’ai pu avoir avec mon ami Jean Cantelaube.

4 J. FRANÇOIS, Recherches sur les gisements et le traitement direct des minerais de fer dans les Pyrénées et tout particulièrement dans l’Ariège, suivies de considérations historiques, économiques et pratiques sur le traitement du fer et de l’’acier dans les Pyrénées, Paris, 1843, p. 315-321, cité dans J. BONHÔTE, J. CANTELAUBE et C. VERNA, op. cit.

5 A. GALLARDO I GARRIGA et S. RUBIO I TUDURI, La farga catalana. Descripció i funcionament, historia, distribució geogràfica, Barcelone, 1930, rééd. 1993 ; R.-H. BAUTIER, « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale du XIIIe au XVIe siècle », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 7-35.

6 R. BARBE, Recueil des titres authentiques, chartes, privilèges, franchises, actes de concessions, règlements divers, délibérations des conseils municipaux, protestations et enquêtes concernant les mines de Rancié, Toulouse, 1865 ; C. BARRIÈRE-FLAVY, Censier du pays de Foix à la fin du XIV siècle. Assiette des impôts directs établie selon l’ordonnance de Gaston Phébus en 1385, Toulouse, 1898 ; A. de DUFAU de MALUQUER, Le pays de Foix sous Gaston Phoebus. Rôle des feux du comté de Foix en 1390, Foix, 1901.

7 C. BARRIÈRE-FLAVY, op. cit., p. 9 : « Les moulins étaient nombreux. On distinguait le moli de la molina ; ce dernier, semble-t-il, avait une plus grande importance, puisque nous le trouvons toujours compté pour plusieurs feux » ; A. de DUFAU de MALUQUER, op. cit., p. 24.

8 E. CABIÉ, « Forges ou moulin à fer de la Montagne noire du XIIIe au XVIIIe siècles », Revue du Tarn, 1903. p. 239.

9 J. LARTIGAUT, Les campagnes du Quercy après la guerre de cent ans (vers 1440-vers 1500), Toulouse, 1978, p. 412.

10 À propos de la pertinence des espaces d’études et du choix des échelles d’observation, P. A. ROSENTAL, « Qu’est-ce qu’une ressource locale ? Homéostasie et microanalyse en histoire sociale », Revue de Synthèse, 2001, p. 71-91 ; B. LEPETIT, « Espace et Histoire », dans Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, 1999, p. 129-141.

11 M. URTEAGA ARTIGAS, « Siderurgia medieval en Gipuzkoa, Haizeolas, ferrerias mastiqueras y ferrerias mazonas », dans Actas de las I jornadas sobre minería y tecnología en la edad media peninsular, Leon, 1995, Leon, 1996, p. 543-554 ; J. LARTIGAUT, op. cit. ; J. BOUSQUET, « Mines et travail du fer en Rouergue et à l’entour au début du Moyen Âge, problèmes de documentation », dans Mines et mineurs en Languedoc-Roussillon et régions voisines de I Antiquité à nos jours, Actes du 49’ Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Alès, 1976, Montpellier, 1977, p. 107-124 ; P. ALENGRIN, « Contribution d’un notulaire (Jean Malacra, 1420-1427) à la connaissance des mines de Lacaune au XVe siècle », Bulletin de la Société des Sciences, Arts et BellesLettres du Tarn, 1973, p. 717-731 ; J. DELMAS, « Les moulines à fer de la région de Brusque (1479-1558, hypothèse longue début XIVe siècle-1608) », Revue du Rouergue, 1980, p. 193-206 ; ID., « Les ferrières du haut bassin rouergat du Lot (XIVe -XVIe siècles) », Revue du Rouergue, 1990, p. 405-421 ; J.-Ph. HESSE, « Les mines roussillonnaises de 1300 à 1550 », Centre d’Études et de Recherches catalanes des Archives, n° 25, 26 et 27, 1964-1965 p 251-266, 297-310 et 17-26.

12 J.-Fr. BELHOSTE, « The origins of direct reduction water-powered ironworks : reflections based on the evolution of terminology », dans La farga catalana en el marc de Tarqueologia siderurgica. Simposi internacional sobre la Farga catalana, Ripoll, 1993, E. TOMÀS I MORERA dir., Andorre, 1995, p. 385-398.

13 Cl. PAILHÈS, « Le jeu du pouvoir en comté de Foix pendant et après la croisade contre les Albigeois », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1992, p 144-146.

14 F.-J. SAMIAC, « Les derniers Comminges de Couserans, démembrement de la vicomté de Couserans », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1914, p. 49-89 ; ID., « Notes et mentions pour l’histoire du Couserans au Moyen Âge », ibid., 1917-1922, p. 225-238 ; L. d’ALAUZIER, « Suite des vicomtes de Couserans au XIVe siècle », dans Pays d’Ariège, Actes du 16e Congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Foix, 1960, p. 140-144.

15 M. CHEVALIER, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, 1956, p. 66 et 505. F.-J. SAMIAC et F. PASQUIER, Coutumes de Saint-Girons, XIIIe, XIVe, XVIe et XVIIIe siècles, Foix, 1925.

16 B. GILLE, « Les origines du moulin à fer », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1960, p. 23-32. A.-M. BAUTIER, « Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent », Bulletin philologique et historique du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1960, p. 567-626.

17 De nombreux colloques témoignent de l’effervescence de cette recherche. Citons dès à présent, Paléométallurgie du fer et cultures, Symposium international du Comité pour la Sidérurgie ancienne, Belfort-Sévenans 1990, P. BENOIT et Ph. FLUZIN éd., Belfort. 1995 ; La farga catalana en el marc de l’arqueologia siderúrgica. Simposi internacional sobre la Farga catalana, Ripoll, 1993, E. TOMÀS I MORERA dir, Andorre, 1995 ; The Importance of Ironmaking. Technical innovation and Social Change, Stockholm, 1995, G. MAGNUSSON éd., Stockholm, vol. I, 1995, vol. II, 1996.

18 R. FOX, « Methods and themes in the history of technology », dans Technological change. Methods and Themes in the History of Technology, Amsterdam, 1998, p. 1-15 ; D. EDGERTON, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », dans Des sciences et des Techniques : un débat, R. GUESNERIE et F. HARTOG dir., Paris, 1998, p. 259-287 ; Y. COHEN et D. PESTRE, « Présentation », Histoire des techniques, Annales, Histoire, Sciences sociales, juillet-octobre 1998, p. 721-744 ; D. WORONOFF, « Le quotidien des techniques : de la répétition aux aménagements », dans Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoir, XIXe et XXe siècles, D. BARJOT et M. MERGER dir., Paris, 1998, p. 785-791 ; C. VERNA, « Réduction du fer et innovation : à propos de quelques débats en histoire sociale des techniques », Techniques : les paris de l’innovation, Médiévales, 39, 2000, p. 79-95.

19 Ph. BRAUNSTEIN, « Pour une histoire économique et sociale des techniques », dans Des Sciences et des techniques : un débat, R. GUESNERIE et F. HARTOG dir., Paris, 1998. p. 209-217.

20 Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, B. LEPETIT dir., Paris, 1995.

21 Nous faisons, bien évidemment, référence au projet lancé par Bertrand Gille, « Cartulaire de la sidérurgie française », Revue d’Histoire de la Sidérurgie, 1962, p. 241-252 ; 1963, p. 27-34, 119-125 et 179-182.

22 H. OMONT, « La collection Doat à la Bibliothèque nationale. Documents sur les recherches de Doat dans les archives du sud-ouest de la France de 1663 à 1670 », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1916, vol. LXXVII, p. 286-336.

23 G.R.A.M.E. (Groupe de recherches archéologiques de Montségur et environs), Montségur, 13 ans de recherche archéologique (1964-1976), Carcassonne, 1981 ; F. HUARD et A. CZESKI, « Montségur, élude micrographique d’un fer de trait », Archéologie du Midi médiéval, 1985, p. 173-176 ; Ph. FLUZIN, « Il processo siderurgico : evoluzione storica e indizi archeometrici », dans La miniera perduta. Cinque anni di ricerche archeometallurgiche nel territorio di Bienno, C. CUCINI TIZZONI et Μ. TIZZONI éd., Breno, 1999. p. 61-92.

Table des illustrations

Titre Comté de Foix, Couserans, Seigneurie de Mirepoix : le bassin sidérurgique autour de la mine de Sem
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search