Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

La région de Ras à l’époque byzantine

Jovanka Kalić

Texte intégral

  • 1 J. Kalić, Idéologie impériale et, histoire des Serbes au xiie siècle, Actes du XVe Congrès Interna (...)

1Le lecteur attentif de la littérature spécialisée traitant de l’histoire des régions balkaniques de l’Empire Byzantin remarquerait dès le premier coup dʼœil des différences considérables quant à leur connaissance : certaines d’entre elles font depuis longtemps partie de l’histoire. Il s’agit d’abord des territoires plus proches du centre de l’Empire ou bien de ceux longeant les grandes voies de communication sur terre ou sur mer. Les informations historiques conservées les concernant sont plus nombreuses, parfois elles se succèdent donnant ainsi l’image d’un développement continu. Par contre d’autres territoires byzantins, en règle générale situés en retrait, figurent bien moins souvent dans les œuvres des auteurs médiévaux. Le matériel diplomatique s’y rapportant est également modeste. Ce n’est qu’au moment de grandes guerres, surtout celles menées par des empereurs byzantins, qu’ils sont mentionnés1. Non seulement le nombre d’informations sur ces territoires est limité, mais leur structure thématique est réduite presque exclusivement à l’histoire de la guerre. C’est dans ce groupe des parties peu connues de l’Empire Byzantin que Ras s’inscrit. Ce centre militaire et administratif important de Byzance n’a jusqu’à présent pas fait l’objet de recherches. Il y a eu donc de bonnes raisons pour entreprendre des recherches de géographie historique et archéologiques systématiques.

1. Cadre géographique

  • 2 J. Cvijić, Osnove za geografiju i geologiju Makedonije i Stare Srbije III, Beograd 1911, 1151-1152

2Le territoire étudié est situé dans les parties centrales de la Péninsule Balkanique, c’est le territoire du bassin de la rivière Raška avec l’actuelle ville de Novi Pazar en son centre. La ville est entourée de Novopazarsko polje, qui sʼétend depuis Pazarište jusqu’à l’église de Saint-Pierre sur une longueur dʼenviron 10 km et sur une largeur de 7 à 800 m. La petite vallée encastrée dans le relief montagneux de l’ancienne Rascie est une des plus fertiles de la région. C’est le point de rencontre des vallées de six rivières — Ljudska, Sebečeva, Jošanica, Trnavska, Izbička et ensuite Deževska dont les cours forment une étoile. Il a déjà été noté que c’est le seul exemple dans les parties centrales de la Péninsule Balkanique d’un espace aussi restreint où d’aussi nombreuses vallées convergent vers un noyau géographique2. Il est nettement délimité par des montagnes dont la hauteur dépasse 1 000 m (plateau de Pester 1 000 - 1 200 m, Rogozna au sud 1 300 m et Golija au nord — 1 834 m). Toutes ces montagnes abondent en vastes pâturages et offrent des conditions favorables au développement de l’élevage. La composition pédologique du sol révèle clairement des zones où l’agriculture fut l’occupation traditionnelle.

  • 3 Novi Pazar i okolina, Beograd 1969, 16-19.

3Des recherches plus récentes indiquent que les conditions climatiques y étaient favorables à la formation précoce d’agglomérations humaines. La différence entre les températures moyennes du mois le plus chaud et du mois le plus froid est 21,5°C, ce qui est caractéristique des zones au climat plus modéré dans les parties continentales des Balkans. Les rapports des températures, particulièrement importants pour l’étude de l’agriculture, sont définis par le nombre de jours à la température de l’air au-dessus de 5°C — soit 240, au-dessus de 10°C — soit 190, et au-dessus de 15°C — environ 122 jours3.

  • 4 O. Davies, Ancient Mining in the Central Balkans, Revue des études balcaniques 3, Belgrade 1938, 4 (...)

4Le bassin de la rivière Raška et les paysages environnants comportent de considérables gisements miniers. Des traces d’exploitation ont été découvertes à Rogozna, Golija, dans la région de Gluhavica et ailleurs (fer, plomb argentifère)4.

5Le tableau succinct des informations de base sur les richesses naturelles serait incomplet sans la mention des sources thermales. Il y en a plusieurs. Il s’agit surtout de sources d’eau sulfureuse. La plus connue est celle de Banja près de Novi Pazar, fréquentée depuis l’époque romaine et jusqu’à nos jours.

6Pour que la scène historique soit plus complète il faut mentionner que la région de Ras est le carrefour des plus importantes des communications balkaniques. Ce sont d’abord les chemins reliant les côtes de l’Adriatique à l’intérieur du pays. De l’autre côté, la route depuis Novi Pazar, se frayant le passage par la montagne Rogozna vers Zvečan, Kosovo et Salonique, est d’une importance particulière. Une route longeait la vallée de la rivière Raška puis celle de Ibar jusqu’aux bassins de Morava et du Danube. La région de Ras se trouve dans le centre d’un réseau de routes entre la côte de l’Adriatique et la fameuse Via militaris (Belgrade-Niš-Sofia).

2. Arsa-Ras

  • 5 Procopii Caesariensis opera omnia, ed. J. Haury, vol. IV (De aedificiis), Lipsiae 1914 (1963), 120

7La plus ancienne des informations données par les sources historiques sur notre territoire est celle de l’œuvre célèbre de Procope de Césarée « De aedificiis ». La forteresse Arsa y est mentionnée parmi celles reconstruites par l’empereur Justinien Ier. Procope a précisé également la situation de Arsa. Selon lui elle se trouvait en Dardanie5.

  • 6 H. Kiepert, Formae Orbis Antiqui, XVIII ; A. v. Domaszewski, Die Grenzen von Moesia Superior und d (...)
  • 7 F. Papazoglu, Le municipium Malvesatium et son territoire, Živa Antika 7, Skoplje 1957, 122.

8La recherche de l’ancienne Arsa imposait l’éclaircissement de certaines questions litigieuses dans l’histoire du territoire auquel elle appartenait. Il faudrait rappeler à cette occasion qu’il n’y a pas de consensus dans la littérature scientifique quant aux frontières occidentales de l’espace où vivaient les Dardaniens. Plus tard, à l’époque romaine, la Dardanie fera partie de la province de la Mésie Supérieure. A l’époque de Dioclétien la province de Dardanie a été formée, mais elle n’englobait les pays dardaniens qu’en partie. Il faut faire remarquer que les divergences sur la frontière occidentale de la Dardanie sont importantes et particulièrement marquées quant au territoire que nous avons étudié. H. Kiepert, A. v. Domaszewski et N. Vulić n’avaient pas intégré le bassin de la rivière Raška à la Dardanie, tandis que A. Mocsy, G. Alföldy et surtout F. Papazoglu le font6. A en juger d’après le matériel épigraphique F. Papazoglu a pu établir que la vallée de la rivière Ibar faisait partie de la Dardanie, c’est-à-dire de la Mésie Supérieure. La découverte à proximité de Novi Pazar du monument d’un bénéficiaire consulaire de la légion VII Claudia a été d’une importance décisive. C’est ce qui a amené F. Papazoglu à la conclusion que toute la région de l’actuelle ville de Novi Pazar appartenait à la Dardanie7.

  • 8 F. Papazoglu, The Central Balkan Tribes 195-200 ; P. Petrović, Inscriptions de la Mésie Supérieure (...)

9Une autre controverse a également joué dans nos recherches. Les avis sur l’origine des Dardaniens sont très divers. Tandis que les uns voient en eux des Illyriens, d’autres les situent parmi les Thraces. Dans l’étude du matériel onomastique et toponomastique le principe territorial a souvent été d’une importance décisive. A. Mayer et D. Detschew ont inscrit certains noms géographiques dans leurs dictionnaires selon leur appartenance au territoire considéré comme illyrien ou thrace. Il a été remarqué depuis longtemps que l’élément thrace est prédominant dans les régions Est (régions de Scupi, de Naissus, de Remesiana). Ces temps derniers la thèse selon laquelle la Dardanie représente un territoire onomastique à part a été énoncée8.

  • 9 H. Krahe, Die alten Balkanillyrischen geographischen Namen, Heidelberg 1925, 16 ; H. Krahe, Lexico (...)

10Dans ce cadre-là l’origine du mot Arsa n’est pas claire. Tandis que les uns retrouvent dans ce toponyme la racine illyrienne, d’autres trouvent la racine thrace et selon certaines opinions il ne faut pas négliger la composante celtique9.

11Dans ces conditions il était évident que seule une identification incontestable de l’ancienne Arsa, c’est-à-dire des recherches archéologiques systématiques, pouvait donner des résultats plus durables. Nous avons cherché la réponse dans les sources historiques d’une époque plus récente, celles provenant de l’époque postérieure à l’installation des tribus slaves sur le territoire de l’Empire byzantin.

  • 10 Constantine Porphyrogenitus De administrando imperio, ed. Gy. Moravcsik-R. J. H. Jenkins, Dumbarto (...)
  • 11 Lj. Maksimović, Ο vremenu pohoda bugarskog kneza Borisa na Srbiju, Zbornik Fitozofskog fakultela X (...)
  • 12 K. Jireček, Die Handelsstrassen und Bergwerke von Serbien und Bosnien während des Mittelalters, Ab (...)

12Dans sa forme slave l’ancienne Arsa apparaît dans lʼœuvre de Constantin Porphyrogénète « De administrando imperio ». Elle est communiquée dans le texte consacré à la guerre serbo-bulgare au ixe siècle. Il y est écrit que les fils du prince serbe Mutimir ont accompagné le prince bulgare μέχρι τῶν συνόρων, ἕως τῆς Ῥάσης10. Selon les recherches les plus récentes le conflit serbo-bulgare décrit peut être daté de 88011. Ras se trouvait alors sous l’autorité du prince serbe, mais dans la zone frontalière proche de la Bulgarie12.

  • 13 P. Ivić, Sprski narod i njegov jezik, Beograd 1971, 23-24 ; P. Ivić, Jezik i njegov razvoj do drug (...)

13Les linguistes considèrent comme incontestable que l’ancienne Arsa ait donné par métathèse la forme médiévale de Ras. Le patrimoine linguistique balkanique offre de nombreux exemples de ce phénomène (lʼhydronyme Arsia-Raša, etc.). La rencontre des Slaves avec la latinité balkanique n’est plus contestable. Cependant on n’a pas éclairci quels ont pu être les contacts avec les restes dʼIllyriens, Thraces et Celtes non romanisés, car il n’y a pas un seul mot dont on pourrait affirmer avec certitude qu’il ait été repris par la langue serbo-croate à la langue des autochtones sans passer par l’intermédiaire du latin13.

  • 14 H. Gelzer, Ungedruckte und wenig bekannte Bistümerverzeichnisse der orientalischen Kirche, BZ 2 (1 (...)
  • 15 J. B. Pitra, Analecta sacra et classica Spicilegio Solesmensi parala, Parisiis-Romae 1891, 382-384
  • 16 J. Manozisi - Lj. Popović, Ilirsko grčki nalaz — Novi Pazar (The Illyrian-greek Find), Beograd 196 (...)
  • 17 J. Nešković, Petrova crkva kod Novog Pazara (Église de Saint-Pierre), Université de Belgrade, Recu (...)

14Parmi les témoignages écrits sur le passé de Ras une place exceptionnelle revient à l’information insérée dans la charte de l’empereur Basile II datant de 1020. Lʼévêché de Ras y est mentionné parmi les diocèses subordonnés à l’archevêché d’Ahrida14. C’était le centre ecclésiastique de la Serbie, comme le savant archevêque Démétrius Chomatianos l’expliquait plus tard dans la lettre, adressée en mai 1220 à Sava, fils du grand joupan de Serbie15. Toutes ces époques différentes ont laissé des traces dans l’église des Saints Apôtres Pierre et Paul, connue aujourd’hui comme l’église de Saint-Pierre. Elle est située sur un plateau peu élevé non loin du confluent de la rivière Deževka et de la rivière Raška. A l’époque byzantine ce fut le siège de l’évêque de Ras. C’est également la plus ancienne des églises conservées dans la partie continentale du pays et la seule rotonde en Serbie. Sa partie la plus ancienne — partie centrale de l’église actuelle — a été bâtie au vie siècle. Le baptistère date de la même époque. Les fondations de cette église reposent sur la construction d’une nécropole des autochtones, habitants préromains de la vallée de la rivière Raška. Une sonde, à l’angle du narthex et du mur circulaire de l’église du côté extérieur et à une profondeur de 2 m, a permis de découvrir une tombe princière aux objets de valeur exceptionnelle — bijoux d’ambre jaune, d’or, d’argent et de bronze, de la céramique luxueuse. Les objets importés de la culture grecque archaïque de la fin du vie siècle avant notre ère s’y distinguent nettement16. L’inscription de l’époque romaine a été intégrée au mur de l’église17.

  • 18 Ioannis Cinnami epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, rec. A. Meineke, Bonnae 1836, (...)
  • 19 Cinn. 102-103 ; J. A. van Dieten, Nicetae Choniatae Historia, Berolini 1975, 90 ; cf. J. Kalić, Ra (...)

15De même que lʼévêché, la forteresse de Ras est mentionnée à l’époque byzantine. C’était un important centre militaire de l’Empire à l’intérieur de la Péninsule Balkanique. Au temps de l’empereur Jean II Comnène la garnison de Ras était commandée par Critoplos, qui a été battu en 1127 dans les combats avec le joupan serbe. Il a alors été obligé de quitter Ras, ce qui lui a valu ensuite — selon les dires de Jean Kinnamos — une peine exemplaire18. Vers la moitié du xiie siècle les combats byzantino-serbes ont pris une telle ampleur que Manuel Ier Comnène s’est vu obligé d’envoyer l’armée impériale sur Ras. La forteresse a subi alors de graves dommages au cours des opérations de 1149, et après l’issue favorable des combats l’empereur a installé à Ras une garnison nouvelle sous le commandement de Constantin Ange19.

  • 20 S. Novaković, Zakonski spoimenici srpskih država srednjega veka, Beograd 1912, 22.
  • 21 F. Šišić, Letopis popa Dukljanina, Beograd-Zagreb 1928, 306-7 ; cf. Dj. Sp. Radojičić, Srpsko Zago (...)
  • 22 Alighieri Dante, Divina Commedia, ed. N. Sapegno, Milano-Napoli 1957, Paradiso XIX, 140-141.

16D’autre part le rôle de cette région centrale a été d’une telle importance que l’État serbe lui-même figure, surtout dans les sources occidentales, sous le nom de Rascie. La première information, datée avec précision, comportant l’appellation « Rassa », provient d’une inscription du littoral, de la ville de Kotor (1186). Le prince serbe Stefan Nemanja y est nommé « iupanus Rasse »20. C’est approximativement de la même époque que datent « Les Annales du Prêtre de Dioclée » où cette appellation est abondamment utilisée et le cadre géographique en est clairement défini — il englobe les pays serbes à l’Est de la rivière Drina21. A partir de la fin du xiie siècle cette appellation est de plus en plus fréquente en Hongrie et en Europe occidentale. Le nom de Rascie (Rassa) est arrivé jusqu’à Dante, qui le mentionne dans son œuvre « Divina Commedia »22.

  • 23 J. Kalić, Naziv « Raška » u starijoj srpskoj istoriji — IX-XII vek (Le nom de « Rascie » dans l’hi (...)

17Par contre les sources byzantines pendant des siècles ne connaissent pas le nom de « Rascie ». Depuis Constantin Porphyrogénète et jusqu’aux auteurs tardifs du xve siècle, le pays des Serbes est toujours appelé Σερϐλία23.

3. Recherches sur le site

  • 24 H. Šabanović, Krajište Isa-bega Ishakovića (Zbirni kalaslarski popis iz 1455), Monumenta turcica I (...)
  • 25 J. Kalić -M. Popović, Istraživanja u Deževu (Recherches à Deževo), Novopazarski zbornik 6 (1982), (...)

18La région de Ras a été dévastée durant le règne des Ottomans. Le nouveau système social s’incrustait par force dans la structure existante de la vie. Les premières formes de la pression militaire ont été sensibles dès la fin du xive siècle, puisque les Turcs, après la conquête de Skoplje en 1392, s’efforçaient d’assurer leurs positions le long de la voie importante, qui menait depuis cet endroit, en traversant Kosovo, vers les parties centrales et occidentales des Balkans. Ras se trouvait sur le chemin. L’époque de l’occupation totale a succédé au xve siècle à celle des dévastations et elle a duré jusqu’au début du xxe siècle. Les premiers recensements turcs (1455) indiquent une affluence de la population ottomane dans la région de Ras24. Les conditions de vie y changent radicalement. D’ailleurs les recherches faites dans certaines agglomérations le démontrent aussi. Les recherches archéologiques du village Dezevo, par exemple, montrent que l’église médiévale a été incendiée au cours de la dernière décennie du xive siècle et qu’elle n’a jamais été reconstruite, tandis que l’agglomération turque s’est développée à proximité25. Un grand nombre de « selište », ou agglomérations abandonnées à l’intérieur des frontières villageoises, voilà la caractéristique de l’image démographique de Ras. Ces faits peuvent être rattachés en partie au changement social caractérisant le début de l’époque ottomane. Du point de vue méthodologique cela signifiait que dans les conditions de discontinuité du développement, il nous fallait découvrir la phase médiévale, et même byzantine, de la vie à Ras.

  • 26 Projet de géographie historique — Ras au Moyen Age, dirigé par J. Kalić. Documentation inédite.

19Lors de l’élaboration du Projet de recherche de la géographie historique de Ras auprès de l’Institut d’études byzantines de Belgrade, il a été prévu, selon la conception proposée, d’établir d’abord la situation précise de la forteresse Arsa (Ras), de définir le territoire de la région (joupa) de Ras et enfin d’aborder les recherches sur l’histoire du paysage et de l’habitat26.

20Une coopération étroite et constante des spécialistes de diverses disciplines figurait parmi les principes premiers du travail sur le Projet et en premier lieu celle des historiens et des archéologues. En prenant comme base le lexique médiéval recueilli, les recherches sur chacune des agglomérations à part ont commencé. Car il est possible de distinguer le fonds lexical du vieux slave caractéristique des époques différentes du moyen âge. Nous avons considéré comme méthodologiquement justifiée la comparaison des phénomènes linguistiques, ainsi situés, à l’image archéologique de l’agglomération. En tout cas la toponymie slave peut indiquer certains types d’agglomérations médiévales.

21Étant donné la nécessité de découvrir la forteresse d’Arsa, un ensemble thématique, groupant la terminologie slave concernant les agglomérations du type non-agraire, a été étudié. La situation en site exigeait la découverte, dans toute la mesure du possible, des règles selon lesquelles les diverses fortifications étaient indiquées au Moyen âge. La découverte de leur optique pourrait fournir des informations complémentaires sur ce genre d’agglomérations. La disproportion est évidente aujourd’hui entre le petit nombre d’informations historiques sur les places fortes et le grand nombre de forteresses, qui se trouvent à presque tous les points stratégiques importants dans le pays. Parmi ces forteresses anonymes figurent également celles qui appartiennent au monde byzantin. Même les cartes géographiques les plus précises ne les mentionnent point, des documents des époques révolues n’en gardent aucune trace. Elles ne peuvent être devinées que parfois dans les barrières des enclos villageois. Depuis dix ans déjà de telles informations sont recueillies.

22En Serbie ces places fortes anciennes sont indiquées par les mots « grad », « gradište », « gradina », « gradac », « gradačac », « gračac », puis « kula », « krš », « stup », etc. Nous nous sommes efforcés d’établir jusqu’à quel point un toponyme donné peut comporter une information de base sur le site.

  • 27 Svetostefanska hrisovulja, ed. Lj. Kovačević, Spomenik Srpske kraljevske akademije 4, Beograd 1890 (...)

23J’examinerai tout d’abord les mots « grad » et « gradiste ». Les sources médiévales et la toponymie conservée indiquent que le mot « grad » (locus munitus, arx) a été en usage, accolé au nom concret de l’agglomération ou bien indépendamment, par exemple dans la région de Ras : grad Ras, grad Petrč, grad Požežena sont mentionnés, ainsi que grad Jeleč plus au sud27. Toutes ces forteresses étaient en fonction au moment où la source historique a vu le jour. Le mot « grad » indique au Moyen âge, en règle générale, une ville vivante et non une agglomération abandonnée.

  • 28 Rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika, ed. Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti III, Zag (...)

24D’autre part le mot « gradište » est très répandu. Il apparaît dans des sources écrites et il est largement en usage dans le paysage historique au cours des siècles. Ce mot témoigne clairement de la discontinuité de la vie de ces agglomérations. Le mot lui-même vient du substantif bien connu « grad » avec l’adjonction du suffixe « -ište ». Ce suffixe très productif dans plusieurs sens indique, entre autres, le lieu actuel ou passé d’un immeuble, d’une plante, etc. Ajouté au substantif « grad » il indique l’endroit où une cité existait autrefois (semblable : crkvište, kućište, etc.)28. Donc si un site est indiqué par le mot « gradište », il s’agit d’une agglomération abandonnée qui a perdu jusqu’à son nom avec le temps.

  • 29 P. Skok, Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika (Dictionnaire étymologique de la lan (...)

25La même racine a donné naissance au mot « gradina », dérivé du substantif « grad » à l’aide du suffixe « -ina ». Si le mot sert à indiquer une fortification, sa signification peut avoir un sens double : 1. ruines d’une forteresse, l’endroit où une cité était située autrefois (comme crkvina — église, manastirina — monastère, etc.) ; 2. augmentatif de « grad »29.

  • 30 P. Skok, o.c. I, 602-603.

26C’est à la lexicologie médiévale qu’appartiennent également la forme diminutive « gradac » et la forme plus rare « gradačac », diminutif de « gradac »30. Selon la règle générale les deux termes se rattachent à des forteresses mineures. Dans la région de Ras la forme « Gračica » a également été enregistrée.

  • 31 Bas — documentation inédite (sites : Gradina-Osaonica, Gradina-Šaronje, Gradina-Nosoljin, Gradina- (...)
  • 32 M. Dinić, Sprske zemlje u srednjem veku (Istorijsko-geografske studije), Beograd 1978, 68 sq.

27Nous avons vérifié dans la région de Ras les significations des mots par des recherches archéologiques. Il était intéressant d’établir si le mot « grad » et ses dérivés (gradina, gradište, etc.) comportent un élément chronologique ou typologique. Il a été établi que ces appellations couvrent des forteresses préhistoriques, romaines et médiévales, mais jamais celles de l’époque turque31. Les sites fouillés jusqu’à présent n’ont pas fait apparaître la couche typique de l’époque ottomane, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas en usage à cette époque. D’autre part il n’y a pas, dans la région de Ras, de place forte indiquée par les mots « hisar » ou « hisardzik » par ailleurs répandus dans les pays balkaniques. Les places fortes byzantines et serbes, utilisées par les Turcs, ont été régulièrement celles situées au bord des routes ou dans les zones frontalières et elles ont conservé leurs appellations médiévales (Zvečan, Jeleč)32. Ceci ne veut évidemment pas dire que la région de Ras ne comporte pas de traces de fortifications turques. Des appellations en sont restées, mais elles sont réparties selon d’autres besoins et elles se trouvent en règle générale hors des forteresses médiévales.

  • 33 Du Cange, Glossariurn mediae et infimae graecilatis I, s.v. ; G. G. Litavrin, Soveti i rasskazi Ke (...)
  • 34 J. Kalić, Byzanz und die mittelalterlichen Städte in Serbien, XVI. Int. Byzantinistenkongress, Akt (...)
  • 35 N. Radojčić, Zakon ο rudnicima despota Stefana Lazarevića (Das Bergrecht des Despoten Stephan Laza (...)
  • 36 J. Kalić, Kula Nebojša u Beogradu, Zbornik Filozofskog fakultela 15 (1985), 115-125.

28Les forteresses byzantines apparaissent aussi sous le nom de « kula ». La signification de ce mot a subi une mutation avec le temps. Il avait d’abord le sens d’acropole, comme c’était l’usage dans le monde byzantin33. Il a été transféré dans le milieu serbe par l’intermédiaire de l’architecture militaire byzantine, que les Serbes ont trouvée dans les régions conquises au sud. Dans les chartes des rois serbes, « kula » apparaît depuis la fin du xiiie siècle avec la même signification qu’à Byzance34. « Kula » apparaît dans le même sens, plus tard également, pour désigner des places fortes construites aux endroits où il n’y a pas eu précédemment de fortification byzantine (Novo Brdo, Stalac, etc.)35. En tous cas l’abondance d’informations dans l’histoire serbe indique que la notion de kula-acropole a été connue bien avant l’arrivée des Ottomans dans les Balkans. Mais, avec le temps, le mot « kula » prend le sens de πύργος. Ainsi certaines forteresses ont de nombreuses « kula » longeant les remparts au xvie siècle et plus tard, elles apparaissent aussi en tant que constructions indépendantes dans des régions différentes. Cette signification peut être suivie en Serbie depuis le temps de l’occupation turque jusqu’à nos jours36.

  • 37 M. Popović, Utvrdjenje na Kuli u Kaludri, Novopazarski zbornik 8 (1984), 11-18

29Dans la région de Ras la signification première, byzantine, du mot « kula » a été conservée ainsi que la signification turque, plus tardive. La place forte paléobyzantine du village Kaludra, connue sous l’appellation « Kula », fait partie de ce premier groupe37. Des monuments du deuxième groupe sont dispersés le long des routes, autour des agglomérations turques, etc. Les formes « kulina », « kuline », ont également été enregistrées.

  • 38 Rečnik srpskohrvatskog književnog i narodnog jezika, s.v.
  • 39 M. Popović, Antičko utvrdjenje na Šarskom kršu kod Duge Poljane, Novopazarski zbornik 7 (1983), 5- (...)

30La toponymie contemporaine comporte encore un mot qui demande à être examiné à cette occasion. C’est le mot « krs » (rocs, pierres). Il est utilisé d’habitude pour indiquer le relief et signifie « rocher haut et abrupt », « falaise » ou « terrain pierreux, nu38 ». L’origine de ce mot n’a pas jusqu’à présent été éclaircie, donc l’époque de la nomination de certains sites reste ouverte. En tout cas dans la région de Ras une grande fortification pré-slave a été découverte à l’endroit dit « Šarski krš », dans la circonscription du village Šare, sur les versants sud de la montagne Golija39.

  • 40 M. Popović, Arheološko rekognosciranje područja opštine Tutin, Novopazarski zbornik 5 (1981), 27 ; (...)

31Le substantif slave « stup » s’est maintenu dans la toponymie en Serbie jusqu’à l’époque contemporaine. Sans approfondir ici chacune de ses significations possibles, il faut cependant souligner que dans les sites, connus aujourd’hui sous l’appellation « Zlostup » et autres, des places fortes, même paléobyzantines, ont été découvertes40.

  • 41 Des fouilles préliminaires ont été faites sous la direction de M. Popović, collaborateur de l’Inst (...)
  • 42 J. Kalić - M. Popović, Kuzmičevo i Šaronje u prošlosti, Raška baština 3, Kraljevo 1986 ; M. Popovi (...)

32Parallèlement à l’étude du matériel toponomastique des fouilles archéologiques ont été faites sur les sites sélectionnés41. Le sort d’Arsa ne peut être déchiffré que par comparaison avec la situation d’autres places fortes paléobyzantines, non seulement dans la région de Ras, mais aussi dans les régions voisines. Jusqu’à présent les résultats connus sont ceux des sondages systématiques dans l’espace de sept fortifications. Il s’agit des sites Gradina au village de Šaronje, Kula au village de Kaludra, Gradina au village de Nosoljin, Litice au village de Dobrinja, Zlostup au village d’Ostrovica, Gradina (Grado-vi) au village de Šaronje près de Tutin, Djurdjevica au village de Djerekari42. Ce sont des sites différant entre eux. La chronologie de leur construction n’est pas la même, leurs fonctions non plus. Cependant ces places fortes ont en commun d’appartenir toutes à l’époque pré-slave, qu’elles aient été construites au ive siècle ou bien utilisées au ve et au vie siècle ou encore construites seulement à l’époque de l’empereur Justinien Ier. Du complexe de questions que l’élude de ces agglomérations pourrait poser, je ne m’attarderai que sur un seul aspect du problème : quelle a pu être la durée de vie de ces forteresses ?

  • 43 J. Koder, Προϐλήματα τῆς σλαϐιϰῆς ἐποίϰισης ϰαὶ τοπωνυμίας στὴ Μεσαιωνιϰὴ Ἤπειρο, Ἠπειρωτιϰά χρονι (...)
  • 44 D. Pribaković - Μ. Popović, Arheološka istraživanja srednjovekovnog grada Rasa, Vesnik Vojnog muze (...)

33La stratigraphie établie indique que la vie s’éteint dans toutes les forteresses à la fin du vie et au plus tard au début du viie siècle. Il n’y a pas ensuite de couches culturelles. Les forteresses ont perdu leur fonction après la désintégration du système militaire et administratif de l’Empire dans cette région. Ceci explique également la disparition précoce des noms de ces forteresses. Les fouilles, aussi restreintes qu’elles soient, confirment pourtant incontestablement que les Slaves ne s’y installent point au cours du viie siècle. Il n’y a pas de traces de culture slave. La région de Ras ne comporte pas — pour le moment — d’informations qui pourraient confirmer l’hypothèse selon laquelle les Slaves s’installaient, au cours de la première phase de leur vie dans ce terrain nouveau, sur les versants des hauteurs entourant les vallées43. Des fouilles systématiques du mont Gradina surplombant l’embouchure de la rivière Sebečevska, au confluent de la rivière Raška, démontrent également que la vie s’est éteinte là aussi, après le vie siècle. La première agglomération slave y est formée seulement au xe siècle, comme le type caractéristique des maisons semi-souterraines, les foyers, des tessons de céramique et des vestiges d’autres objets en témoignent44.

34Donc le processus de transformation de Arsa en Ras n’est toujours pas connu. Cependant son contexte devient plus clair. Il est évident que le système de l’Empire s’est disloqué à la fin du vie et au début du viie siècle ou, pour être plus précis : il a été établi que les anciennes forteresses perdent leur fonction à cette époque. Il ne faut cependant pas perdre de vue que les recherches sont toujours en cours et que l’apport de nouveau matériel permettra de compléter et de vérifier ces conclusions.

  • 45 J. Nešković, Petrova crkva kod Novog Pazara, 3-33.
  • 46 Documentation inédite (recherches sous la direction du prof. A. Cermanović).
  • 47 J. Nešković, Djurdjevi Stupovi u Rasu (Le monastère de Saint-Georges à Ras), Raška baština 1, Kral (...)
  • 48 D. Premović-Aleksić, Postenje — lok. Latinska crkva, Novopazarski zbornik 7 (1983), 167-169.

35Enfin, une question reste ouverte : où se trouvait la forteresse Arsa, mentionnée par Procope de Césarée ? Parmi les forteresses de l’époque pré-slave, découvertes jusqu’à présent, l’une se distingue particulièrement ; à mon avis c’est celle d’Arsa. Il s’agit du site de Gradina au village de Postenje, non loin de la ville actuelle de Novi Pazar. Elle est située sur un plateau au sommet d’un mont du pourtour de la cuvette, qui abrite encore aujourd’hui l’église de Saint-Pierre, siège médiéval de l’évêque de Ras. L’église est construite à l’emplacement d’un édifice de culte datant du vie siècle45. A proximité de l’église, dans la zone des Bains romains les fouilles, qui viennent de s’achever, ont révélé les vestiges de deux basiliques, dont une plus grande à trois nefs, au synthronos dans l’abside46. De nombreux autres monuments d’époque romaine indiquent qu’un centre régional a dû y exister. L’évêché de Ras, mentionné par Basile II, ne fait que continuer la tradition du vieux centre épiscopal. Grâce à son autorité exceptionnelle Ras a été — jusqu’à l’établissement de l’église autocéphale serbe en 1219 — le centre ecclésiastique de la Serbie, comme c’est prouvé d’ailleurs par de nombreuses églises construites avec le temps. Tout près de l’église de Saint-Pierre est situé le monastère Saint-Georges, œuvre pieuse du fondateur de la dynastie des Nemanjić, Stefan Nemanja, qui l’a fait construire dès sa venue au trône de grand joupan en Serbie. L’époque de la construction est indiquée par le donateur lui-même dans l’inscription du portail47. Des vestiges d’autres églises ont été enregistrés dans les alentours48.

  • 49 Résultats des recherches inédits (documentation J. Kalić).
  • 50 J. Kalić, Stari kraljev put (L’ancienne « via regis »), Zbornik radova Vizantološkog instituta 23 (...)
  • 51 M. Mirković, Beneficijarna stanica kod Novog Pazara (Der Beneficiariersposten bei Novi Pazar), Živ (...)

36La seule forteresse qui protège toute la vallée est celle du lieu-dit Gradina au village de Postenje49. Elle domine un espace considérablement plus grand et du point de vue de la géographie historique sa fonction est celle de la forteresse centrale. Sa position assure le contrôle de toutes les communications affluant vers la région de la ville actuelle de Novi Pazar, qui est un carrefour important des voies balkaniques. Le réseau des routes connu s’est enrichi d’une communication nouvellement définie par des recherches qui viennent de s’achever. Durant toute l’époque turque elle avait gardé l’appellation ancienne « via regis ». Des traces de cette route ont été découvertes tout d’abord dans la microtoponymie des villages qu’elle traversait et les vestiges mêmes, ainsi que sa trace, ont été dégagés au village de Pustovlah50. La route reliait la cuvette centrale, où la ville de Novi Pazar s’est formée à l’époque moderne, aux parties ouest et nord-ouest des Balkans. La route médiévale ne faisait, probablement, que suivre la trace de la communication antique. Le fait le confirmant est l’existence d’un poste bénéficiaire romain près de l’église de Saint-Pierre, comme une inscription conservée l’indique51. La route est chronologiquement définie aussi par des fortifications construites à proximité. Si nos recherches s’avèrent justes, la forteresse d’Arsa se trouvait sur la route qui reliait la Dalmatie avec la Macédoine.

37Des fouilles préliminaires sur le site de Gradina dans le village de Postenje démontrent qu’il s’agit d’une ville fortifiée à plusieurs couches. La plus marquante est celle qui peut être située au vie siècle, selon le matériel archéologique. Contrairement à la majorité des autres fortifications de la région de Ras, il est évident que celle-ci a eu sa phase médiévale avec, semble-t-il, une rupture à l’époque slave précoce. Pour le moment nous pouvons affirmer avec certitude qu’il s’agit de la plus grande des forteresses dans la partie continentale de la Serbie médiévale. Sans doute seules les fouilles systématiques ultérieures pourront donner une idée claire non seulement du site, mais aussi des phénomènes qui ont laissé leurs traces.

  • 52 J. Kalić, Crkvene prilike u srpskim zemljama do sturanja Arhiepiskopije 1219 g. (L’organisation de (...)
  • 53 Cf. note 44.

38Depuis l’installation des Slaves dans les Balkans l’administration byzantine directe n’a pu se maintenir dans la région de Ras qu’à certaines périodes. C’est tout d’abord l’époque de réoccupation au temps de l’empereur Basile II, au début du xie siècle. Pourtant la durée de ce système reste incertaine étant donné la crise que l’Empire traverse au lendemain de sa mort52. Les conditions ne changent radicalement qu’à l’époque des Comnènes. Au début du xiie siècle Byzance affermit ses positions dans la région de Ras. C’est confirmé par les fouilles récentes sur le site de Gradina, à 8 km à l’Ouest de Novi Pazar actuelle. Là où la rivière Raška reçoit le cours d’eau Sebečevska, à l’époque de Jean II Comnène une forteresse nouvelle est construite en pierre, à l’emplacement de la fortification ancienne aux palissades en bois, détruite par l’incendie. Ses remparts s’adaptent parfaitement à la configuration du terrain et délimitent un espace de 180 m de longueur sur 60 m de largeur. La date de la construction est établie avec certitude grâce à un dépôt de monnaie de Jean II Comnène trouvé intact53.

  • 54 M. Popović, Nalazi novca kralja Stefana Radoslava iz utvrdjenja Gradina u Rasu (La découverte de m (...)

39A la fin du xiie siècle Byzance se retire de la région de Ras. Son système militaire administratif disparaît, de nombreuses institutions qu’elle a créées s’éteignent. Cependant la civilisation byzantine continue à exercer une vive influence. A Ras le monde byzantin continue à vivre, évidemment dans des conditions essentiellement changées. Les rois serbes y chercheront encore pendant longtemps des modèles. Les fresques du monastère Saint-Georges de Ras en témoignent, ainsi que le premier atelier de monnaie, ouvert au temps du roi Stefan Radoslav, à l’intérieur de la forteresse Gradina au bord de la rivière Raška54. Donc, les cadres chronologiques de l’époque byzantine n’y sont nettement définis qu’en apparence.

Notes

1 J. Kalić, Idéologie impériale et, histoire des Serbes au xiie siècle, Actes du XVe Congrès International d’études byzantines IV, Athènes 1980, 144-152.

2 J. Cvijić, Osnove za geografiju i geologiju Makedonije i Stare Srbije III, Beograd 1911, 1151-1152.

3 Novi Pazar i okolina, Beograd 1969, 16-19.

4 O. Davies, Ancient Mining in the Central Balkans, Revue des études balcaniques 3, Belgrade 1938, 405-407 ; S. Dušanić, Aspects of Roman Mining in Noricum, Pannonia, Dalmatia and Moesia Superior, Aufstieg und Niedergang der römischen Welt II 6, Berlin-New York 1977, 52-94 ; V. Simić, Staro rudarstvo gvozdja Golije, Troglava, Cemerna, Bogozne, Gluhe Vasi i Kuršumlije, Rudarski glasnik 3, Beograd 1975, 66-73.

5 Procopii Caesariensis opera omnia, ed. J. Haury, vol. IV (De aedificiis), Lipsiae 1914 (1963), 120.

6 H. Kiepert, Formae Orbis Antiqui, XVIII ; A. v. Domaszewski, Die Grenzen von Moesia Superior und der illyrische Grenzzol, Archaeologisch-epigraphische Milleilungen 13 (1890), 130, 152-154 ; N. Vulić, Zapadna granica Gornje Mezije, Glas Srpske kraljevske akademije 160, Beograd 1936, 54-58 ; A. Moczy, Pannonia and Upper Moesia, London-Boston 1974, 132 ; F. Papazoglu, The Central Balkan Tribes in Preroman Times, Amsterdam 1978, 187-202.

7 F. Papazoglu, Le municipium Malvesatium et son territoire, Živa Antika 7, Skoplje 1957, 122.

8 F. Papazoglu, The Central Balkan Tribes 195-200 ; P. Petrović, Inscriptions de la Mésie Supérieure IV, Naissus-Remesiana-Horreum Margi, Beograd 1979, 33.

9 H. Krahe, Die alten Balkanillyrischen geographischen Namen, Heidelberg 1925, 16 ; H. Krahe, Lexicon altillyrischer Personennamen, Heidelberg 1929, 10 ; A. Mayer, Die Sprache der alten Illyrier I, Wien 1957, II, Wien 1959 ; D. Detschew, Die thrakischen Sprachreste, Wien 1957, 27 ; I. Popović, Bemerkungen über die vorslavischen Ortsnamen in Serbien, Zeilschrift für slav. Philologie 28 (1959), 101-114.

10 Constantine Porphyrogenitus De administrando imperio, ed. Gy. Moravcsik-R. J. H. Jenkins, Dumbarton Oaks, Washington 1967, 154.

11 Lj. Maksimović, Ο vremenu pohoda bugarskog kneza Borisa na Srbiju, Zbornik Fitozofskog fakultela XIV-1, Beograd 1979, 69-76.

12 K. Jireček, Die Handelsstrassen und Bergwerke von Serbien und Bosnien während des Mittelalters, Abh. der königl. böhm. Gesellschafl der Wissenschaften. VI Folge, 10 Bd. Klasse fur Philosophie, Geschichte und Philologie, Nr. 2, Prag 1879, 32 ; M. Dinić, Ο nazivima srednjovekovne srpske države, Prilozi za književnost, jezik, istoriju i folklor 32, Beograd 1966, 30 i dr.

13 P. Ivić, Sprski narod i njegov jezik, Beograd 1971, 23-24 ; P. Ivić, Jezik i njegov razvoj do druge polovine XII veka, ed. Istorija srpskog naroda I, Beograd 1981, 128-129.

14 H. Gelzer, Ungedruckte und wenig bekannte Bistümerverzeichnisse der orientalischen Kirche, BZ 2 (1893), 45.

15 J. B. Pitra, Analecta sacra et classica Spicilegio Solesmensi parala, Parisiis-Romae 1891, 382-384.

16 J. Manozisi - Lj. Popović, Ilirsko grčki nalaz — Novi Pazar (The Illyrian-greek Find), Beograd 1969.

17 J. Nešković, Petrova crkva kod Novog Pazara (Église de Saint-Pierre), Université de Belgrade, Recueil des travaux de la Faculté dʼarchitecture 5, Belgrade 1961, 3-33.

18 Ioannis Cinnami epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, rec. A. Meineke, Bonnae 1836, 12.

19 Cinn. 102-103 ; J. A. van Dieten, Nicetae Choniatae Historia, Berolini 1975, 90 ; cf. J. Kalić, Raški veliki župan Uroš II (L’archijoupan serbe Uroš II), Zbornik radova Vizantološkog instituta 12, Beograd 1970, 35-36.

20 S. Novaković, Zakonski spoimenici srpskih država srednjega veka, Beograd 1912, 22.

21 F. Šišić, Letopis popa Dukljanina, Beograd-Zagreb 1928, 306-7 ; cf. Dj. Sp. Radojičić, Srpsko Zagorje, das spätere Bascien, Südostforschungen 16 (1957), 262.

22 Alighieri Dante, Divina Commedia, ed. N. Sapegno, Milano-Napoli 1957, Paradiso XIX, 140-141.

23 J. Kalić, Naziv « Raška » u starijoj srpskoj istoriji — IX-XII vek (Le nom de « Rascie » dans l’histoire ancienne serbe), Zbornik Filozofskog fakultela XIV-1, Beograd 1979, 79-92.

24 H. Šabanović, Krajište Isa-bega Ishakovića (Zbirni kalaslarski popis iz 1455), Monumenta turcica II/I, Sarajevo 1964.

25 J. Kalić -M. Popović, Istraživanja u Deževu (Recherches à Deževo), Novopazarski zbornik 6 (1982), 5-17.

26 Projet de géographie historique — Ras au Moyen Age, dirigé par J. Kalić. Documentation inédite.

27 Svetostefanska hrisovulja, ed. Lj. Kovačević, Spomenik Srpske kraljevske akademije 4, Beograd 1890, 3-4 ; Arhiepiskop Danilo i drugi, Životi kraljeva i arhiepiskopa srpskih, ed. Dj. Daničić, Zagreb 1866, 26 ; Lj. Stojanović, Stari srpski zapisi i natpisi I, Beograd 1902, 5.

28 Rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika, ed. Jugoslavenska akademija znanosti i umjetnosti III, Zagreb 1887-1891, 368 ; F. Iveković - I. Broz, Rječnik hrvatskoga jezika I, Zagreb 1901, 335 ; Rečnik srpsko-hrvatskog književnog i narodnog jezika III, ed. Srpska akademija nauka i umetnosti, Beograd 1965, s.v. ; P. Skok, Dictionnaire étymologique de la langue croate et serbe, Zagreb 1971, I, 735 ; A. Belić, Savremeni srpskohrvatski književni jezik II. Nauka ο poreklu reči, Beograd 1949, 148-149 ; M. Stevanović, Savremeni srpskohrvalski jezik I, Beograd 1970, 537-8.

29 P. Skok, Etimologijski rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika (Dictionnaire étymologique de la langue croate et serbe) I, 463, 603, 774 ; Rječnik hrvatskoga ili srpskoga jezika III, 366.

30 P. Skok, o.c. I, 602-603.

31 Bas — documentation inédite (sites : Gradina-Osaonica, Gradina-Šaronje, Gradina-Nosoljin, Gradina-Postenje, etc.).

32 M. Dinić, Sprske zemlje u srednjem veku (Istorijsko-geografske studije), Beograd 1978, 68 sq.

33 Du Cange, Glossariurn mediae et infimae graecilatis I, s.v. ; G. G. Litavrin, Soveti i rasskazi Kekavmena, Moskva 1972, 248-250, 270 ; Anne Comnène, Alexiade, ed. B. Leib, III, Paris 1945, 48.

34 J. Kalić, Byzanz und die mittelalterlichen Städte in Serbien, XVI. Int. Byzantinistenkongress, Akten II/4, Jahrbuch der Österreichischen Byzantinislik 32/4, Wien 1982, 595-604.

35 N. Radojčić, Zakon ο rudnicima despota Stefana Lazarevića (Das Bergrecht des Despoten Stephan Lazarević), ed. Sprska akademija nauka i umetnosti, Beograd 1962, 51 ; Konstantin Filozof i njegov Život Stefana Lazarevića despota srpskoga, ed. V. Jagić, Glasnik Srpskog učenog društva 42, Beograd 1875, 307.

36 J. Kalić, Kula Nebojša u Beogradu, Zbornik Filozofskog fakultela 15 (1985), 115-125.

37 M. Popović, Utvrdjenje na Kuli u Kaludri, Novopazarski zbornik 8 (1984), 11-18

38 Rečnik srpskohrvatskog književnog i narodnog jezika, s.v.

39 M. Popović, Antičko utvrdjenje na Šarskom kršu kod Duge Poljane, Novopazarski zbornik 7 (1983), 5-14.

40 M. Popović, Arheološko rekognosciranje područja opštine Tutin, Novopazarski zbornik 5 (1981), 27 ; A. Deroko, Srednjevekovni gradovi u Srbiji, Crnoj Gori i Makedoniji, Beograd 1950, 117.

41 Des fouilles préliminaires ont été faites sous la direction de M. Popović, collaborateur de l’Institut d’archéologie de Belgrade.

42 J. Kalić - M. Popović, Kuzmičevo i Šaronje u prošlosti, Raška baština 3, Kraljevo 1986 ; M. Popović, Utvrdjenje na Kuli u Kaludri, Novopazarski zbornik 8 (1984) ; J. Kalić - D. Mrkobrad, Utvrdjenje u Nosoljinu kod Raške, Novopazarski zbornik 7 (1983), 21-28 ; M. Milinković, Kasnoantička utvrdjenja u Ostrovici i Šaronjama kod Tutina, Novopazarski zbornik 6 (1982), 131-135.

43 J. Koder, Προϐλήματα τῆς σλαϐιϰῆς ἐποίϰισης ϰαὶ τοπωνυμίας στὴ Μεσαιωνιϰὴ Ἤπειρο, Ἠπειρωτιϰά χρονιϰά, 24 (1982), 9-35.

44 D. Pribaković - Μ. Popović, Arheološka istraživanja srednjovekovnog grada Rasa, Vesnik Vojnog muzeja 18, Beograd 1972, 43 sq.

45 J. Nešković, Petrova crkva kod Novog Pazara, 3-33.

46 Documentation inédite (recherches sous la direction du prof. A. Cermanović).

47 J. Nešković, Djurdjevi Stupovi u Rasu (Le monastère de Saint-Georges à Ras), Raška baština 1, Kraljevo 1975, 149-159.

48 D. Premović-Aleksić, Postenje — lok. Latinska crkva, Novopazarski zbornik 7 (1983), 167-169.

49 Résultats des recherches inédits (documentation J. Kalić).

50 J. Kalić, Stari kraljev put (L’ancienne « via regis »), Zbornik radova Vizantološkog instituta 23 (1984), 95-104.

51 M. Mirković, Beneficijarna stanica kod Novog Pazara (Der Beneficiariersposten bei Novi Pazar), Živa Antika 21, Skoplje 1971, 263-271.

52 J. Kalić, Crkvene prilike u srpskim zemljama do sturanja Arhiepiskopije 1219 g. (L’organisation de l’Église dans les pays serbes avant la fondation de l’archevêché serbe en 1219), ed. Sava Nemanjić - Sveti Sava, istorija i predanje, Srpska akademija nauka i umetnosti, Beograd 1979, 32-34.

53 Cf. note 44.

54 M. Popović, Nalazi novca kralja Stefana Radoslava iz utvrdjenja Gradina u Rasu (La découverte de monnaie du roi Stéphane Radoslav dans la forteresse Gradina de Ras), Novopazarski zbornik 1 (1977), 37-54.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540