Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

Quelques aspects des agglomérations paléochrétiennes au Sud-Est de la Laconie

Rodoniki Etzéoglou

Texte intégral

  • 1 A. Bon. Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 1204, Paris 1951 p. 23.
  • 2 A. J. B. Wace - F. W. Hasluck, Laconia, BSA 14 (1907-8), p. 161-162, 163-165.
  • 3 A noter que pendant des recherches sous-marines récentes dans la région de Plytra, de nombreuses c (...)

1Les recherches récentes au Sud-Est de la Laconie (la région de l’Épidaure Liméra) viennent d’enrichir nos connaissances, très pauvres d’ailleurs, sur les agglomérations paléochrétiennes de la région (fig. 1). Dans les sources littéraires de l’époque et spécialement dans le Synecdèmos d’Hiéroclès on ne trouve que deux villes : Ἀσωπός et Ἀϰρεαί1. Ces villes-là, mentionnées déjà dans les écrivains anciens Strabon, Ptolémée et Pausanias, ont été identifiées aux villages actuels Πλύτρα et Κοϰϰινιά2 ; les vestiges signalés datent de l’époque hellénistique et romaine, mais des données qui prouvent la continuité de la vie à l’époque paléochrétienne y manquent presque totalement3.

1. Ville de Παλαιά ou Πλειαί

  • 4 Wace and Hasluck, Laconia, BSA 15 (1908-9), p. 162-163.
  • 5 A. Orlandos, Ἐϰ τῶν Βυζαντινῶν Ἀπιδεῶν, ABME 1 (1935), p. 125, note 1.
  • 6 A. Orlandos, Ἀνατολίζουσαι βασιλιϰαί τῆς Λαϰωνίας, EEBS 4 (1927), p. 346-348.

2Ce n’est pas le cas de la ville Παλαιά ou Πλειαί mentionnée par Pausanias et Tite-Live ; celle-ci, située plus au Nord et localisée près du village actuel Ἀπιδιά4, a sauvegardé des traces de vie continue jusqu’à l’époque paléochrétienne et byzantine. Dans une bulle d’argent du despote Théodore II Paléologue (1407-1443) on trouve la même nomination — « ἡ περιοχή τῶν Ἀπιδέων »5 — et la présence d’une basilique paléochrétienne6 témoigne de l’occupation du site dès ce temps-là. L’église actuelle, consacrée à la Dormition de la Vierge, est une basilique voûtée à trois nefs et trois absides semi-circulaires, mais l’édifice primitif a dû être une basilique à charpente avec une seule grande abside, selon le plan des basiliques paléochrétiennes.

Fig. 1. — Carte du département, de la Laconie — région de l’Épidaure Liméra.

3Cette hypothèse s’appuie sur les faits suivants : a) Les grandes dimensions de l’abside semi-circulaire centrale, b) Les dimensions inégales des absides latérales et leur disposition différente par rapport à l’abside centrale qui témoignent d’une construction postérieure. c) Le blocage postérieur qui a permis de transformer en piliers quatre colonnes de chaque côté de la colonnade, et qui révèle donc une intervention par rapport au plan original de l’église ; les colonnes élancées de la phase antérieure suffisaient pour une charpente mais étaient faibles pour soutenir une voûte.

4Bien que cette basilique à charpente soit datée par A. Orlandos entre le ve et le ixe siècle, je crois qu’elle appartient plus précisément au vie siècle, période de la construction de la plupart des basiliques de l’Hellade. Les chapiteaux ioniques à imposte donnent par leur type un élément de plus pour cette datation. Les remaniements de la deuxième phase sont datés de l’époque médio-byzantine et le templon en marbre sculpté de l’époque des Paléologues.

2. Site de Λεῦϰαι ?

  • 7 Wace and Hasluck, Laconia, BSA 14 (1907-8), p. 162-163.
  • 8 F. W. Walbank, a Historical Commentary on Polybius, I, Oxford 1957. p. 485.

5Un autre site paléochrétien a été localisé récemment dans la plaine au Nord-Est de Molaoi (l’actuelle capitale de la région d’Épidaure Liméra). Les fouilles commencées il y a 15 ans sur le site appelé Χαλάσματα, qui s’étend sur un espace de 90 000 m2, m’ont amenée à découvrir trois basiliques paléochrétiennes aussi bien que les vestiges de trois bâtiments romains et d’un autre, pour la datation duquel nous ne disposons pas encore des données des fouilles (fig. 2). L’usage abondant du matériel antique dans l’une des basiliques, joint à l’existence des tessons hellénistiques et des bâtiments romains, aussi bien qu’une stèle funéraire de l’époque romaine trouvée au début du siècle7, témoignent de la continuité de la vie. En étudiant les problèmes de l’identification de ce site, j’ai pensé à le rapprocher de l’ancienne ville de Λεῦϰαι, mentionnée par Polybe et Tite-Live et qui d’après F. W. Walbank8, est, située au Nord-Est, de la plaine de Λεύκη, tout près du village Καταϐόθρα (l’actuel Μεταμόρφωσις).

  • 9 R. Etzéoglou, Παλαιοχριστιανιϰή βασιλιϰή παρά τούς Μολάους Λαϰωνίας. ArchEph, 1974, ρ. 244-253.

6La première basilique, présentée déjà9, semble avoir été faite d’après un plan de basilique à cinq nefs. La chapelle au Sud-Est de l’abside — le diaconicon — fut ajoutée postérieurement. Du matériel antique a été en abondance utilisé pour la construction des deux stylobates Nord, du stylobate Sud de la nef centrale, de l’abside du diaconicon et ailleurs. Le pavement de la nef centrale est recouvert de mosaïques au décor commun ; dans sa partie Ouest on lit l’inscription : « Μνήσθητι Κύριε ϰαί ἐλέησον πάντας τούς ϰαλλιεργοῦντας ἐν τῇ ἁγίᾳ σου ἐϰϰλησίᾳ », d’où il résulte que l’église fut fondée par la communauté entière. Un autre pavement en mosaïques au décor pareil à celui de la nef centrale orne le diaconicon, mais le dessin maladroit témoigne de sa création postérieure.

7Le fait que les mosaïques couvrent seulement, la nef centrale et le diaconicon — les autres appartements n’ayant même jamais reçu de pavement — est un témoignage de la pauvreté financière de la communauté. De même, la construction postérieure du diaconicon qui altéra le plan original de la basilique nous fait penser à un abandon probable du plan ambitieux à cinq nefs presque avant sa réalisation. Au surplus, il faut noter un autre remaniement : les passages latéraux de la nef centrale furent bouchés à un moment donné de façon que la nef centrale soit isolée (le passage au Nord-Est fut barré par deux petits piliers en marbre provenant du chancel). Cette diminution de l’espace est peut-être due à la réduction des besoins religieux de la communauté pour quelques raisons spécifiques. Quant à la datation de la construction, j’ai proposé le milieu du vie siècle pour la basilique et la deuxième moitié du siècle pour le diaconicon. La monnaie (τεσσαραϰοντανούμιον) de Justin II, de l’an 573/4 trouvée dans la couche du plancher de la nef Nord, prouve son utilisation continue jusqu’à cette époque.

  • 10 Dans l’article cité à la note précédente, ibid. p. 254, il est question de cette basilique récemme (...)

8La seconde basilique, est située à une distance de 180 m vers l’Ouest10. Ici on n’a pas employé de matériel antique et il semble que l’église fut construite sur un terrain vierge.

9C’est une basilique à trois nefs, longue de 29 m et large de 17,50 m. Les restes de l’église comprennent les murs extérieurs d’une hauteur de 2 m au maximum, avec les 5 entrées. La nef centrale se sépare des collatéraux par des colonnades à six colonnes (les bases de la colonnade Nord qui fut fouillée, sont encore in situ). Parmi les trouvailles, on doit mentionner les éléments architecturaux en marbre (colonnes, chapiteaux, plaques de chancel, etc.). Dans le sanctuaire qui lui-même comprend une partie de la nef centrale, le pavement se compose des dalles de schiste, comme la base de l’autel ; le templon, à la base bâtie de pierres et de mortier, s’étend dans les parties Est des nefs collatérales, de façon que deux petits compartiments — les pastophoria peut-être — se forment des deux côtés. Un synthronon, formé d’un degré avec le trône surélevé de l’évêque au milieu, complète le plan du sanctuaire. La construction des murs est faite de petites pierres et de briques consolidées de mortier, qui sur les murs extérieurs donnent l’impression d’un « opus quasi reticulatum ». D’après les données des fouilles, la basilique doit être datée du début du vie siècle.

Fig. 2. — Plan du site Χαλάσματα. B1 : première Basilique, B2 : deuxième Basilique, B3 : troisième Basilique, R : bâtiments romains.

  • 11 Ibid., p. 253-254.

10De la troisième basilique, située à une distance de 120 m au Sud de la première basilique, ne sont conservés que les murs extérieurs de la partie Est avec l’abside du sanctuaire11.

11Ces trois basiliques faisaient partie d’une agglomération qui probablement comprenait aussi d’autres édifices civils, dont nous n’avons que de très pauvres vestiges. Mais de toute façon, cette agglomération n’a pas survécu à l’époque byzantine et fut abandonnée complètement vers la fin du vie siècle. Pendant la dernière période byzantine seulement, une petite chapelle fut construite sur les ruines d’un bâtiment romain.

3. Monemvasie

  • 12 N. Papachatzis, Παυσανίου Ἑλλάδος Περιήγησις, 2-3, Athènes, 1976, p. 426 et note 3.

12Au Sud des agglomérations présentées, à une distance de 21 km de Molaoi, se trouve la presqu’île rocheuse de Monemvasie. Ce site n’est pas mentionné dans les sources antiques parmi les villes de la région, mais Pausanias fait mention d’un cap — Μινώα ἄϰρα — qu’on a identifié à Monemvasie12.

  • 13 Vita S. Willibaldi ep., Monumenta Germ. Historica, Scriptores, t. XV, p. 93.
  • 14 Τhéophane. éd. de Boor, I. p. 422-423.
  • 15 J. Darrouzès, Listes épiscopales du Concile de Nicée (787), REB 33 (1975), 253 B, 194 D, 193 E, 18 (...)

13C’est au viiie siècle que Monemvasie commence à apparaître dans les sources historiques : a) L’itinéraire de Saint Willibald nous apprend que, lorsque ce saint se rendait à Jérusalem — en 723 —, il fut obligé d’aborder à Monemvasie13. b) On se réfère à Monemvasie, ville importante de Grèce, pendant la peste de 74614. c) Au VIIe Concile Œcuménique, en 787, il y a la mention de l’évêque Pierre de Monemvasie15.

Fig. 3. — Monemvasie. La ville Basse. Ε : l’église de Christos Elkoménos.

  • 16 P. Lemerle, La chronique improprement dite de Monemvasie : Le contexte historique et légendaire, R (...)
  • 17 Des notices postérieures dans les Chroniques Brèves donnent, d’après P. Schreiner, l’an 582/3 comm (...)
  • 18 P. Lemerle, RER 21 (1963), p. 10 et 33.

14Mais c’est plutôt le texte « Χρονιϰόν περί τῆς Κτίσεως τῆς Μονεμϐασίας », rédigé au xe siècle16, qui nous donne des informations sur la fondation de la ville vers la fin du vie siècle17. Le passage de la Chronique « ἐν αὐτῇ τῇ πόλει ϰατώϰησαν μετά ϰαί τοῦ ἰδίου αὐτῶν ἐπισϰόπου »18 m’a poussé à entreprendre la recherche sur l’église construite alors.

  • 19 Nicétas Choniate, Historia (éd. Van Dieten), CFHB XI/1, Berlin, 1975, p. 442.
  • 20 C. Zéssiou, Ἐπιγραφαί χριστιανιϰῶν χρόνων τῆς Ἑλλάδος, Bυζαντíς, 1 (1909), p. 116-117.
  • 21 Ν. Bees, Ὁ Ἑλϰόμενος Χριστός τῆς Μονεμϐασίας, BNJ 10 (1934), p. 238.

15Il semble que l’organisation du plan de la cité avec l’église située au milieu, n’a pas été altérée à cause de la morphologie du sol. C’est pourquoi j’ai pensé commencer la recherche sur l’église primitive de la ville par le grand monument central de l’église actuelle de Christos Elkoménos (fig. 3). D’après la mention la plus ancienne sur Elkoménos de Monemvasie de Nicétas Choniate19, on peut suggérer qu’avant la fin du xiie siècle existait à Monemvasie une église importante. Une inscription, lue par C. Zéssiou au début de notre siècle, nous informe qu’on a construit des contreforts au côté Sud de l’église en l’an 153820. L’inscription que nous voyons en haut de la porte d’entrée « 1697 μηνί Μαρτίῳ ἐτελιώθη », se rapporte sûrement au dernier grand remaniement, quand l’église a pris sa forme actuelle21.

  • 22 H. H. Jewell - F. W. Hasluck, The church of our Lady of the Hundred Gales in Paros, London, 1920, (...)

16Le plan actuel de l’église est celui d’une grande basilique voûtée à trois nefs, surmontée d’une coupole et avec un narthex (dimensions : 31 × 14,50 m). Pourtant, avec un examen minutieux, on peut arriver à mettre en lumière quelques éléments appartenant aux phases antérieures de l’église : a) Le synthronon de l’abside centrale : cette construction, élément de caractère primitif, se compose ici de cinq degrés avec le trône épiscopal au milieu. Quant à la forme et au nombre des degrés, ils sont à rapprocher de ceux des églises datées du vie siècle (p. e. les deux églises de Katapoliani à l’île de Paros22). b) Les absides latérales : ici encore, comme à Apidia, les absides latérales présentent une différence de dimensions, de forme et de disposition de part et d’autre de l’abside centrale, éléments importants pour leur datation postérieure, c) La coupole de la nef centrale, sans être liée aux autres éléments architecturaux du monument, est probablement une construction du dernier remaniement de l’an 1697.

17Ces remarques, je crois, peuvent nous amener à déduire que cette église a connu au moins trois phases architecturales, dont la première était probablement contemporaine de la fondation de la ville, bâtie selon la mode de l’époque, en basilique à charpente, avec une grande abside semi-circulaire et le synthronon. Les quelques morceaux en marbre de l’époque paléochrétienne conservés dans des bâtiments postérieurs d’alentour, proviennent peut-être de cette basilique. Enfin, les traces de cinq fenêtres récemment trouvées pendant des travaux de restauration sur le mur de l’abside centrale, témoignent par leur forme de l’ancienneté de la construction.

  • 23 Les recherches récentes dans la région de l’Épidaure Limera effectuées par le Professeur N. Dranda (...)

18On peut soutenir donc que nos recherches archéologiques viennent confirmer les sources littéraires, d’après lesquelles Monemvasie a été créée vers la fin du vie siècle par les Grecs de la diaspora. Les habitants des agglomérations voisines23, désertées à cette époque-là, se sont réfugiés dans la nouvelle ville.

  • 24 P. Lemerle, A propos de la Chronique de Monemvasie et de quelques textes apparentés, Mélanges Ostr (...)

19En se référant à ces événements, P. Lemerle conclut24 : « nous n’avons aucune bonne raison de mettre en doute... la diaspora des Grecs de l’intérieur et le fait que seule la côte orientale ‘de Corinthe au cap Malée’ ... reste ‘pure de Sclavènes’ et sous l’autorité de l’Empire ».

20Or, Monemvasie grâce à son poste central, au milieu de grandes routes maritimes entre l’Orient et l’Occident a continué sa vie aux siècles suivants et est devenue, comme nous le savons, une ville byzantine importante.

Notes

1 A. Bon. Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 1204, Paris 1951 p. 23.

2 A. J. B. Wace - F. W. Hasluck, Laconia, BSA 14 (1907-8), p. 161-162, 163-165.

3 A noter que pendant des recherches sous-marines récentes dans la région de Plytra, de nombreuses constructions grecques et romaines ont été signalées ; parmi celles-ci il y a des vestiges qu’on a datés de l’époque paléochrétienne. Voir l’article de E. Hadjidaki - N. Lianos - M. Edwards, A Preliminary report on an underwater survey at Plitra, South Laconia, Greece : 1980, The International Journal of Nautical Archaeology and Underwater Exploration, 14 (1985), p. 227-236 (spécialement p. 232, 234).

4 Wace and Hasluck, Laconia, BSA 15 (1908-9), p. 162-163.

5 A. Orlandos, Ἐϰ τῶν Βυζαντινῶν Ἀπιδεῶν, ABME 1 (1935), p. 125, note 1.

6 A. Orlandos, Ἀνατολίζουσαι βασιλιϰαί τῆς Λαϰωνίας, EEBS 4 (1927), p. 346-348.

7 Wace and Hasluck, Laconia, BSA 14 (1907-8), p. 162-163.

8 F. W. Walbank, a Historical Commentary on Polybius, I, Oxford 1957. p. 485.

9 R. Etzéoglou, Παλαιοχριστιανιϰή βασιλιϰή παρά τούς Μολάους Λαϰωνίας. ArchEph, 1974, ρ. 244-253.

10 Dans l’article cité à la note précédente, ibid. p. 254, il est question de cette basilique récemment fouillée, mais pas encore entièrement publiée.

11 Ibid., p. 253-254.

12 N. Papachatzis, Παυσανίου Ἑλλάδος Περιήγησις, 2-3, Athènes, 1976, p. 426 et note 3.

13 Vita S. Willibaldi ep., Monumenta Germ. Historica, Scriptores, t. XV, p. 93.

14 Τhéophane. éd. de Boor, I. p. 422-423.

15 J. Darrouzès, Listes épiscopales du Concile de Nicée (787), REB 33 (1975), 253 B, 194 D, 193 E, 182 F. Il faut d’ailleurs noter que, d’après P. Nicolopoulos, la plus ancienne mention concernant Monemvasie dans les sources écrites, se trouve dans un manuscrit de l’an 898, voir P. Nicolopoulos, Ἡ ἀρχαιoτέρα ἄμεσος γραπτή μνεία τῆς Μονεμϐασίας, Λαϰωνιϰαί Σπουδαί 5 (1980), p. 227-246.

16 P. Lemerle, La chronique improprement dite de Monemvasie : Le contexte historique et légendaire, RER 21 (1963), p. 5-49. Voir aussi P. Lemerle, Les plus anciens Recueils des Miracles de Saint Démétrius et la pénétration des Slaves dans les Balkans, t. II, Commentaire, Paris 1981, p. 62-65.

17 Des notices postérieures dans les Chroniques Brèves donnent, d’après P. Schreiner, l’an 582/3 comme date de la fondation de Monemvasie (P. Schreiner, Note sur la fondation de Monemvasie en 582/3, ΤM 4, 1970, p. 471-475). Mais P. Lemerle dans l’étude citée à la note précédente met en question cette interprétation et propose la date 587/8 ou un peu plus tard (Miracles II, p. 64).

18 P. Lemerle, RER 21 (1963), p. 10 et 33.

19 Nicétas Choniate, Historia (éd. Van Dieten), CFHB XI/1, Berlin, 1975, p. 442.

20 C. Zéssiou, Ἐπιγραφαί χριστιανιϰῶν χρόνων τῆς Ἑλλάδος, Bυζαντíς, 1 (1909), p. 116-117.

21 Ν. Bees, Ὁ Ἑλϰόμενος Χριστός τῆς Μονεμϐασίας, BNJ 10 (1934), p. 238.

22 H. H. Jewell - F. W. Hasluck, The church of our Lady of the Hundred Gales in Paros, London, 1920, p. 60-62.

23 Les recherches récentes dans la région de l’Épidaure Limera effectuées par le Professeur N. Drandakis et ses collaborateurs ont mis à jour des éléments architecturaux en marbre de l’époque paléochrétienne. On ne peut identifier exactement de quel monument proviennent ces vestiges trouvés près du village actuel Τάλαντα (à 18 km vers le Sud-Ouest de Monemvasie) au voisinage d’églises byzantines (PraktAE 1982, p. 369-377).

24 P. Lemerle, A propos de la Chronique de Monemvasie et de quelques textes apparentés, Mélanges Ostrogorsky II, p. 238.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte du département, de la Laconie — région de l’Épidaure Liméra.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 723k
Légende Fig. 2. — Plan du site Χαλάσματα. B1 : première Basilique, B2 : deuxième Basilique, B3 : troisième Basilique, R : bâtiments romains.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 3. — Monemvasie. La ville Basse. Ε : l’église de Christos Elkoménos.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 991k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540