Version classiqueVersion mobile

Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique

 | 
Christel Müller
, 
Francis Prost

II. Identités multiples

À propos d’une « identité phocéenne » : architecture et documents figurés

Antoine Hermary

Texte intégral

  • 1 « Anatomie d’un style colonial : les protomés feminines de Locres », RA (1992), p. 103-110 ; « Syb (...)
  • 2 Pour ce qui concerne la religion et les cultes, voir les différentes contributions dans Hermary, T (...)

1D’abord consacrées à la Grèce continentale, à l’Égée et à l’Asie Mineure, les recherches de Francis Croissant l’ont peu à peu entraîné vers la Grande Grèce et l’Espagne1 : il a ainsi suivi le chemin vers l’Occident des Phocéens, mais sans faire vraiment escale à Marseille. Prenant la suite de sa monumentale étude de 1983, et des travaux de Langlotz qui l’ont précédée, j’essaierai, en hommage au savant et à l’ami, de présenter un bilan sur quelques aspects d’une « identité » ou d’un « style » phocéen archaïque en matière d’architecture et d’art figuré2.

  • 3 F. Sartiaux, De la nouvelle à l’ancienne Phocée (1914) ; « Recherches sur le site de l’ancienne Ph (...)
  • 4 M. Clerc, Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité, des origines à la fin de l’Empire roma (...)

2Si l’intérêt pour Phocée s’est manifesté dès le XVIIe siècle en raison des origines de Marseille, il ne concernait les périodes anciennes qu’à travers les récits de fondation des colonies et les pérégrinations des Phocéens après la prise de leur ville par les Perses, vers 545 (Hérodote I 166-167). La découverte à Marseille, en 1863, des « stèles de la rue Négrel », apporta un témoignage important pour l’époque archaïque, mais il fallut attendre les premières fouilles scientifiques du début du XXe siècle pour que l’on commence à comparer la civilisation matérielle de la métropole à celle de la colonie ; ces témoignages restaient cependant extrêmement limités, surtout pour Phocée3, et la grande monographie sur Marseille antique publiée quelques années plus tard par Michel Clerc montrait que l’on ne pouvait aller bien loin dans ce domaine4.

  • 5 Fr. Villard, La céramique grecque de Marseille (VIe-IV siècles). Essai d’histoire économique (1960 (...)
  • 6 En fait 1959, selon Serdaroǧlu 1982, p. 351.

3Les recherches des années 50 sont à l’origine du renouveau des « études phocéennes » : pour Marseille, la thèse de François Villard, publiée en 1960, ouvre de nouvelles perspectives sur la production et les échanges entre métropole et colonie5, sujet repris par Fernand Benoit cinq ans plus tard dans ses Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule ; pour Phocée, les fouilles menées par Ekrem Akurgal de 1952 à 19566 sur différents points de la ville (surtout dans la presqu’île) apportent pour l’époque archaïque des informations que Sartiaux n’avait pu recueillir et qui restent fondamentales bien qu’elles n’aient pas été publiées en détail.

  • 7 Dans les publications que j’ai pu consulter, ces découvertes des années 50 ne sont pas situées sur (...)
  • 8 Akurgal 1956, p. 8, avec les planches II et IVa, qui ajoute que les autres murs sont « en appareil (...)
  • 9 Akurgal 1961, p. 180, fig. 128-130, avec la même légende pour chacun : « Scherbe orientalisierende (...)
  • 10 Akurgal 1993, fig. 103 a-d ; Akurgal 1995, p. 38 ; dans les deux cas la date proposée est 580-570. (...)
  • 11 Akurgal 1956, p. 7 et pl. IIIa (vue d’ensemble de la tranchée, avec un mur, un tambour de colonne (...)
  • 12 Akurgal 1956, p. 7-8. Une date à l’époque hellénistique a été de nouveau proposée par D. King, Qua (...)
  • 13 E. Akurgal, « Vom äolischen zum ionischen Kapitell », Anatolia 5 (1960), p. 2-3, pl. 2b, avec un c (...)
  • 14 Akurgal 1961, p. 283, fig. 252, daté de la première moitié du VIe siècle. Même photo dans l’articl (...)
  • 15 Toichobate : H. Lauter, « Die beiden älteren Tyrannenpaläste in Larisa am Hermos », BJb 175 (1975) (...)
  • 16 Akurgal 1995, p. 39 : « deux alternatives pour la restitution des colonnes du temple d’Athéna à Ph (...)

4Dans un rapport paru en 1956, Akurgal mentionnait la découverte, au centre de la presqu’île7, d’une « maison du VIe siècle » dont un des murs était construit en appareil polygonal (une quinzaine de blocs conservés), les autres étant, semble-t-il, en appareil régulier8 ; cette construction a été ensuite réenterrée. Les fouilles de la même tranchée ont livré une abondante céramique archaïque, dont des fragments figurés de production probablement locale : trois d’entre eux sont reproduits pour la première fois dans le livre général d’Akurgal sur l’art de l’Anatolie9, un quatrième est ajouté en 1993 et 199510. Comme on le verra, les trois premiers tessons ont joué un rôle important dans la définition d’un style phocéen. Les découvertes les plus spectaculaires des fouilles de 1952-1956 concernaient cependant des éléments d’un ( ?) temple archaïque situé dans la zone de l’école, au Nord-Ouest de la presqu’île. Il s’agissait principalement de « deux fragments de chapiteaux et quelques fragments de colonnes datant de la première moitié du VIe siècle », « deux fragments de deux acrotères en forme de disque (acrotères faîtiers) du dernier quart du VIe siècle, ainsi que de sima en terre cuite, ornés d’une rangée d’oves en relief »11. Le grand chapiteau à palmes trouvé dans la même « tranchée H » que les autres éléments architecturaux (Fig. 1), rapporté d’abord à « une restauration faite au IVe siècle ou à l’époque hellénistique »12, est dès 1960 attribué au même ensemble13, identifié comme le temple d’Athéna (sans confirmation épigraphique). Deux autres blocs importants sont illustrés en 1961 : un tambour de colonne cannelé mouluré à la base, associé sur la photo à un chapiteau en champignon à feuilles retombantes (Fig. 2a-b)14. Un élément du toichobate et une base moulurée de colonne ionique sont reproduits plus tard15, de même que deux essais de restitution des colonnes du temple archaïque, l’une avec le chapiteau ionique, l’autre avec le chapiteau en champignon (Fig. 2b)16. En dehors du grand chapiteau à palmes, resté in situ, les éléments architecturaux trouvés dans ces fouilles sont conservés au musée archéologique d’Izmir.

  • 17 Akurgal 1956, p. 9 ; Akurgal 1961, p. 268, fig. 233-234 ; Langlotz 1975, p. 102, pl. 28, 1-2.
  • 18 Attribuée par Nicholls (Cook, Nicholls 1998, p. 202, n. 980) au « groupe de l’hétaïre de Bruxelles (...)

5Peu d’objets votifs ont alors été mis au jour, mais on peut supposer qu’une petite tête féminine de la fin du VIe siècle, coiffée d’un voile et d’un très haut diadème, faisait partie des « terres cuites archaïques, classiques et hellénistiques trouvées dans la tranchée H »17 ; il s’agit cependant d’une importation attique18.

  • 19 Publiée dans AA 1965, col. 883-891, avec seulement deux illustrations (monnaie de Phocée et tête e (...)
  • 20 Langlotz 1966.
  • 21 Velia e i Focei in Occidente, PP 108-110 (1966).
  • 22 « Les Phocéens en Occident : certitudes et hypothèses », p. 378-420.
  • 23 Langlotz 1975.
  • 24 /Focei dall’Anatolia all’Oceano, PP 204-207 (1982), 504 p. Pour ce qui nous concerne ici, voir surt (...)

6Malgré leur caractère limité, les découvertes d’Akurgal à Phocée tiennent une place importante dans les recherches d’Ernst Langlotz sur la définition d’un art phocéen et sa diffusion à travers la Méditerranée. Le 14 avril 1964, le savant allemand présente devant la Société Archéologique de Berlin une conférence intitulée « Die Phokäer an den Küsten des Mittelmeeres »19 qui annonce le texte plus développé présenté deux ans plus tard à Düsseldorf et, cette fois, publié in extenso20 : monnaies, céramique peinte, plaques en terre cuite et éléments d’architecture servent de base à une réflexion sur l’identité de Part phocéen, dont Langlotz retrouve la marque dans tout le Nord-Ouest de l’Asie Mineure et sur différents sites de Méditerranée, de Delphes à Paestum ou Marseille et jusque dans la sculpture ibérique. Au cours de la même année 1966 est publié un volume de la Parola del Passato consacré à Vélia et aux Phocéens en Occident21 : il marque une nouvelle étape dans les études sur la colonisation phocéenne, symbolisée par la synthèse présentée par Jean-Paul Morel22 qui restera, au cours des 35 années suivantes, un des chefs de file de ce type de recherche. Neuf ans plus tard, Langlotz précise et complète ses analyses dans plusieurs chapitres d’un ouvrage qui est consacré, plus largement, à Part de la Grèce du Nord-Est23. Un nouveau volume de la Parola del Passato lui fait suite24, juste avant la publication de la thèse de Francis Croissant, aboutissement d’un long travail mené dans la tradition de Langlotz et de Pierre de La Coste-Messelière.

  • 25 R. Martin, in Μ. I. Finley (éd.), Problèmes de la terre en Grèce ancienne (1973), p. 97-112.
  • 26 H. Tréziny, « Les fouilles de La Bourse à Marseille (1977-1994) », CRAI 1996, p. 227-233, fig. 5-6 (...)
  • 27 Sur ce point, voir en dernier lieu M. Bats, H. Tréziny, « Le città focee », in E. Greco (éd.), La (...)
  • 28 J. Des Courtils, « L'appareil polygonal “lesbien” et l’architecture éolique », REA 100 (1998), p.  (...)
  • 29 « De l’appareil polygonal. Commentaires depuis Naxos de Sicile », in M. C. Lentini (éd.), Naxos a (...)
  • 30 M. Napoli, PP 108-110 (1966), p. 205-211, fig. 2-5 ; R. Martin, PP 1970, p. 93-107 ; B. Neutsch, i (...)
  • 31 Ö. öZyiǧit, « The City Walls of Phokaia », REA 96 (1994), p. 77-109 ; ID., in Hermary, Treziny 200 (...)

7L’architecture joue un rôle réduit dans les études phocéennes de Langlotz, mais Roland Martin a suggéré l’existence d’un « modèle phocéen » dans le domaine de l’urbanisme, caractérisé en particulier par la séparation de la ville en quartiers indépendants, donc plus aisément défendables, au moyen de murailles internes (diateichismata ou skele)25. Cette structure urbaine, bien attestée à Vélia, ne doit cependant pas être confondue avec une extension progressive du périmètre de la cité sous la forme de la construction de nouveaux remparts – comme à Marseille vers la fin du VIe siècle26-, même si la fortification ancienne est en partie conservée, et on ne saurait, en définitive, affirmer qu’il s’agit là d’un trait d’urbanisme spécifiquement phocéen27. Un autre sujet étranger à la démarche de Langlotz est celui de l’origine de l’appareil polygonal à joints courbes, dit appareil « lesbien ». Deux études récentes, qui se complètent, font le point sur la question : J. des Courtils montre, pour le monde égéen, que l’aire de répartition de cet appareil est sensiblement la même que celle de l’architecture dite éolique28, tandis que M. Gras met en évidence sa diffusion en Sicile, sans lien avec cette même architecture29. Malgré la présence à Vélia du « village en polygonal » et d’un rempart construit dans le même appareil entre l’acropole et la Porta Rosa30, le rôle de Phocée dans la diffusion vers l’Occident de cette technique de construction paraît douteux : en face de l’unique mur trouvé par Akurgal, dont la date précise reste incertaine, on constate en effet que la partie du rempart et celle du podium du temple archaïque mises au jour par Ô. Özyigit sont construites en appareil régulier31, et le tuf de Phocée se prête certainement moins bien à la construction en appareil polygonal que les pierres volcaniques plus dures de Smyrne, Érythrées, Lesbos ou, en Occident, Naxos, Lipari et Monte Casale.

  • 32 Akurgal 1983.
  • 33 Cook, Nicholls 1998. Sur les difficultés créées par cette dualité des publications, voir J. Des Co (...)
  • 34 Cook, Nicholls 1998, p. 36, et l'appendice de D. M. Pyle, p. 205-207.
  • 35 Voir en dernier lieu A. Erdögan, in Hermary, Tréziny 2000, p. 21-23 ; d’autres carrières avaient é (...)
  • 36 K. O. Dalman, in J. Boehlau, K. Schefold (éds), Larisa am Hermos I (1940), p. 120-121 (plusieurs f (...)
  • 37 Voir les remarques de W. Schierino (AA [1989], p. 369-371) sur l’intérêt d’une « genauere Untersuc (...)

8Malgré l’intérêt des découvertes d’Akurgal à Phocée, les recherches sur l’architecture d’Ionie du Nord et d’Éolide ont pris un tour nouveau à partir des années 60 grâce aux résultats des fouilles turques et britanniques sur le site de l’Ancienne-Smyrne (Bayrakli), en particulier dans le sanctuaire d’Athéna : ils ont été présentés par E. Akurgal pour la partie turque32, J. M. Cook et R. Nicholls pour la mission anglaise33. Le rapport entre Smyrne et Phocée s’établit d’abord par l’utilisation sur les deux sites, pour les colonnes, les bases et les chapiteaux, d’un même tuf à grain fin, de couleur claire, dont l’origine phocéenne est vraisemblable, même si les analyses de laboratoire n’ont pu apporter de réponse décisive34 : cette pierre, couramment appelée « pierre de Phocée », pourrait provenir au moins en partie des carrières visibles dans deux des îles du golfe de Foça35. Elle a été aussi utilisée à Larissa-sur-l’Hermos, d’après les fouilleurs de ce site36, mais son aire de diffusion reste à définir : à Chios, Lesbos et Néandria, il semble que l’on ait eu recours à des pierres locales37.

  • 38 Cook, Nicholls 1998, en particulier p. 198-200.
  • 39 « The leaf decoration of the Old Smyrna capitals seems to be continued into the early sixth Centur (...)
  • 40 Cook, Nicholls 1998, p. 199-200 : « On the evidence of the Afrati example, it is likewise presumab (...)
  • 41 W. Hoepfner, « Innenraum-Kapitelle », IstMilt 43 (1993), p. 419-424, fig. 2-10. Voir en particulie (...)
  • 42 öZyigit, in Hermary, Treziny 2000, p. 13.

9D’autre part, la présence sur les deux sites d’éléments de chapiteaux en champignon à feuilles retombantes (Fig. 2a-c), caractéristiques du style dit éolique, constitue un point de convergence important, qui doit être examiné en fonction de la chronologie des temples de Smyrne présentée dans la publication de Cook et Nicholls. L’étude stratigraphique de Cook laisse en effet penser que le « temple III », auquel appartenaient les chapiteaux à volutes ascendantes (type non représenté actuellement à Phocée), ici restitués au-dessus des blocs en champignon, a été entrepris vers 610 environ, mais qu’il est resté inachevé en raison de la prise de la ville par les Lydiens autour de 600 : même si la date du sac d’Alyatte peut être fixée quelques années plus tard dans l’hypothèse d’une chronologie un peu plus basse du corinthien ancien, il faut admettre que ce grand temple « éolique » a été mis en œuvre au tournant des VIIe-VIe siècles, ce qui oblige à considérer sous un nouvel angle l’histoire de l’architecture religieuse monumentale en Grèce du Nord-Est. Hésitant à attribuer un rôle majeur à la cité relativement modeste de Smyrne, Nicholls est tenté de voir en Phocée le « center of excellence » en matière d’architecture qui serait à l’origine de ces innovations38. Le chapiteau à feuilles retombantes de Phocée lui paraît s’inscrire, comme celui d’Aigai, dans la suite directe de ceux de Smyrne39 et il est même disposé à dater plus tôt le chapiteau à palmes phocéen, par comparaison avec l’exemplaire d’Afrati en Crète qui remonte certainement au VIIe siècle40. Si l’on admet, avec Akurgal, Martin et Wesenberg, que le chapiteau à palmes et les éléments à feuilles retombantes appartiennent au même bâtiment, le rapprochement chronologique avec Smyrne, qui paraît convaincant, laisse supposer que dès le début du VIe siècle existait à Phocée un temple de conception particulièrement originale : en suivant les hypothèses de W. Hoepfner sur l’utilisation des chapiteaux à feuilles retombantes dans l’espace intérieur des temples « éoliques »41, on pourrait supposer que cette disposition était appliquée aussi à Phocée et que les chapiteaux à palmes étaient placés à l’extérieur. Les premiers résultats des nouvelles fouilles d’Ö. Özyigit dans le sanctuaire attribué à Athéna semblent d’autre part indiquer que le podium a bien été construit au tout début du VIe siècle42, mais il convient de rester prudent sur ce point en attendant la suite des fouilles.

  • 43 Greek Architectural Terracottas from the Prehistoric to the End of the Archaic Period (1993), p. 2 (...)
  • 44 Pour le chapiteau ionique voir en dernier lieu D. Theodorescu, H. Tréziny, in Hermary, Tréziny 200 (...)
  • 45 Je remercie Ö. Özyiğit de m’avoir montré ces fragments dans son dépôt de fouille (septembre 1999). (...)

10Il n’est plus possible, en tout cas, d’attribuer à ce temple « éolique » le chapiteau et les autres éléments d’ordre ionique mis au jour dans les fouilles d’Akurgal (et maintenant d’Özyigit), pas plus que les plaques en terre cuite à décor figuré, comme a encore tenté de le faire N. Winter43 : sans qu’il y ait actuellement aucune certitude sur l’appartenance du décor architectonique en terre cuite à l’édifice ionique, une date autour de 530-520 pourrait convenir à l’ensemble de ces documents44, auxquels il faut peut-être ajouter des fragments de sculptures en « pierre de Phocée » récemment découverts45.

  • 46 C’est ce qu’admet Langlotz 1966, p. 20 (« Immerhin dürften beide Tempel einen grossen Teil der ein (...)

11Est-il pour autant nécessaire d’admettre que le « temple ionique » a remplacé le « temple éolique » détruit lors de la prise de la ville par les Perses vers 545 ? Contrairement à ce qui a été observé à l’Ancienne-Smyrne, aucun indice de destruction violente n’a encore été signalé dans les fouilles de la presqu’île de Phocée et les textes anciens sont peu explicites sur ce point, à commencer par Hérodote qui raconte le départ et le retour partiel de la population phocéenne sans mentionner le pillage d’aucun sanctuaire par les troupes perses. Seul Pausanias (II 31, 6) rapporte qu’un antique temple d’Athéna à Phocée a été brûlé par le Mède Harpage et que, malgré les dégâts causés par l’incendie, ce bâtiment était encore remarquable (VII 5, 4) : toutefois, le fait qu’il le mette sur le même plan que l’Héraion de Samos, qui aurait lui aussi été brûlé par les Perses, invite à la prudence, d’autant plus que, d’après Xénophon (Helléniques I 3, 1), le temple d’Athéna à Phocée avait été incendié par la foudre en 408/407. On ne saurait donc écarter l’hypothèse que cette zone de la presqu’île ait abrité deux grands bâtiments cultuels construits à un demi-siècle d’intervalle au moins46.

  • 47 Le rattachement du chapiteau à palmes grec à des modèles égyptiens a été contesté par Wesenberg, q (...)
  • 48 H. Tréziny, D. Theodorescu, in Hermary, Treziny 2000, p. 135-146, avec la bibliographie.
  • 49 Dans un premier temps, Homolle avait pensé qu’il pouvait s’agir d’un trésor de Phocée (Revue de l’ (...)
  • 50 Laubscher (ci-dessus n. 15), p. 52.

12Quoi qu’il en soit, c’est dans la première moitié du VIe siècle – voire un peu plus tôt si l’on attribue le « temple III » de l’Ancienne-Smyme à des architectes phocéens – que se manifesterait dans le domaine de l’architecture une « identité phocéenne », caractérisée par des formes tributaires de modèles proche-orientaux (chapiteaux à feuilles retombantes) et égyptiens pour le chapiteau à palmes47 : comme le suggère Nicholls, la présence des Phocéens à Naucratis pourrait expliquer la création d’une architecture monumentale en pierre fondée sur des formes végétales, qui aurait été diffusée d’Ionie du Nord vers différents sites du monde grec nord-oriental. Malgré les résultats des fouilles de l’Ancienne-Smyrne (et de Larissa-sur-l’Hermos), cette hypothèse ne pourra être éventuellement validée que par de nouvelles découvertes à Phocée ou dans ses colonies d’Occident : sur ce dernier point le bilan actuel reste très décevant, le chapiteau ionique mis au jour à Marseille, au pied de la butte Saint-Laurent, ne pouvant être rattaché à un groupe précis48. Il reste que l’élément le plus original de cette architecture « éolique », le chapiteau à palmes, est attesté sur un édifice delphique non identifié et sur un trésor de la terrasse de Marmarla à Delphes, parfois appelé simplement « trésor éolique » – principalement à cause de la forme des chapiteaux –, plus souvent, et certainement à juste titre, « trésor de Marseille »49. Comme d’autres l’ont noté, le chapiteau de Marmarla, avec ses feuilles sans nervures centrales qui font penser à des godrons, n’est qu’une version simplifiée de celui de Phocée, mais l’extrême rareté de ce type architectural impose le rapprochement. On a d’autre part attiré l’attention50 sur la parenté entre le magnifique toichobate du trésor de Marmaria, constitué d’un tore cannelé surmonté d’un rang de perles et pirouettes, et un bloc mis au jour dans les fouilles du sanctuaire de Phocée qui montre, au-dessus d’un tore cannelé, un orthostate couronné d’un astragale du même type. Malgré les modifications dues à l’utilisation du marbre et au contexte architectural et chronologique du sanctuaire delphique, il est donc tout à fait possible que le « trésor des Massaliètes » se réfère directement à un ou plusieurs édifices phocéens existant dans les dernières décennies du VIe siècle.

  • 51 Ainsi dans le compte rendu de l’ouvrage de 1966 par H. P. Laubscher, Gnomon 40 (1968), p. 486-489, (...)
  • 52 H. Walter-karydi, « Äolische Kunst », in Studien zur griechischen Vasenmalerei (1970), p. 3-18, pl (...)
  • 53 Croissant 1983, p. 125-140 et pl. 38-44 : « Groupe E (« Phocée ») ». Il écrit p. 137 : « Même si l (...)

13Le point central du sujet qui nous occupe est cependant la tentative de définition d’une « identité phocéenne » dans les arts figurés, à partir d’un type de visage constituant, au VIe siècle, un groupe stylistique particulier au sein des ateliers d’Ionie du Nord et d’Éolide. Les propositions de Langlotz, en 1966 puis en 1975, ont connu un accueil mitigé : on s’est félicité de l’ouverture de cette nouvelle voie de recherche tout en soulignant le côté subjectif de la méthode suivie et l’incertitude des attributions proposées51. Pourtant, E. Walter-Karydi publie dès 1970 un article sur l’art éolien52 qui, tout en s’opposant sur certains points aux hypothèses de Langlotz, s’inscrit directement dans l’esprit de ce travail, avant que Francis Croissant ne présente un dossier extrêmement détaillé sur un groupe de visages qu'il envisage, de façon plus prudente que Langlotz, de rattacher à des ateliers phocéens53 et, surtout, qu’il situe plus précisément par rapport aux autres ateliers de « Grèce de l’Est ». Il n’est évidemment pas question de résumer ici cette étude très dense, pas plus que celles qui l’ont précédée, mais seulement d’en confronter les conclusions à la documentation complémentaire issue des fouilles de Phocée et Marseille.

  • 54 Ö. Özyigit, in XVIII. Kazi sonuçlari toplantisi II (1996), p. 5-9, fig. 2-5 (avec dessin de restit (...)
  • 55 Voir ci-dessus et, pour deux « autels » trouvés récemment. Özyiǧit, in Hermary, Tréziny 2000, p. 1 (...)
  • 56 Malgré son grand intérêt, le matériel de la tombe légèrement antérieure au milieu du VIe siècle qu (...)
  • 57 « Classification et provenance des céramiques orientales d’Istros », Dacia 27 (1983), p. 4-5 ; de (...)
  • 58 Early Greek Vase Painting (1998), p. 149 : « Phocaea, between Aeolis and Ionia, is often hailed as (...)
  • 59 Langlotz 1966, p. 27, fig. 8-18 (monnaies), 25 et 27 (tessons).
  • 60 Samos V. Frühe samische Gefässe. Chronologie und Landschaftstile ostgriechischer Gefässe (1968), n(...)
  • 61 Lemos 1991.
  • 62 Croissant 1983, p. 131 n. 4.
  • 63 Op. cit. (n. 5), p. 38 et pl. 19, 2.
  • 64 Samos V, no 627, pl. 130.
  • 65 L.-Fr. Gantès m’informe que ce tesson a depuis longtemps disparu.
  • 66 B. Bouloumié (avec la collaboration de M. Borély), Saint-Biaise (Fouilles H. Rolland). L’habitat p (...)
  • 67 A. Furtwängler, in Hermary, Treziny 2000, p. 176-177, fig. 1-24.
  • 68 M. Moliner, in Hermary, Treziny 2000, p. 105-106, fig. 8-9 et 13,5. Sur la localisation des découv (...)
  • 69 Lemos 1991, p. 321 no 1435-1437, pl. 186-187.
  • 70 Akurgal 1993, fig. 90a (d'où Moliner, o.c., p. 106, fig. 10).
  • 71 Chantier de la Cathédrale, fouilles L.-Fr. Gantès. Hermary, Hesnard, Treziny 1999, photo couleur p (...)
  • 72 Lemos 1991, p. 250 no 365-367, pl. 53 (deux exemplaires de Naucratis, un de l’Acropole).
  • 73 J. Greenewalt, in Studies Presented to George M. A. Hanfmann (1971), p. 29-46, pl. 8-15.
  • 74 L.-Fr. Gantès, in Marseille. Itinéraire d’une mémoire. Cinq années d’archéologie municipale (1990), (...)
  • 75 Akurgal 1983, pl. 137a-b (mais le type du visage est différent).

14Les niveaux du VIIe siècle restent peu connus à Phocée, malgré la mise au jour d’un « megaron » daté de la fin de ce siècle54. Pour la première moitié du VIe siècle, les découvertes dans le domaine de l’architecture55 sont plus importantes que dans celui des arts figurés : à vrai dire, seuls les tessons découverts dans les fouilles d’Akurgal sont à prendre en considération ici (Fig. 3a-c)56, sans que, pour le moment, on puisse attribuer avec certitude les « calices » auxquels ils appartenaient à un atelier local. La difficulté principale dans la définition d’un « style phocéen » tient en effet à l’impossibilité d’isoler à partir de critères techniques et typologiques une production de céramique phocéenne de style orientalisant ou à figures noires : l’étude des argiles menée par Pierre Dupont n’a pas apporté de résultats probants57 et, dans un manuel récent, J. Boardman reste très évasif sur l’existence d’un atelier à Phocée58. Pourtant, peu de temps après que Langlotz eut rapproché les profils féminins des tessons de Phocée de ceux de certaines monnaies archaïques tardives de la ville59, Hans Walter proposait d’identifier deux de ces fragments de « calices » comme phocéens60 et l’étude d’Anna Lemos sur la céramique de Chios61 montre qu’ils se distinguent en effet de la production orientalisante de cette île ; entre-temps, Fr. Croissant avait considéré qu’il s’agissait « de vases appartenant à la série dite des « calices de Chios », mais selon toute apparence de fabrication locale »62. En espérant, ici encore, que les fouilles d’Ö. Özyigit apporteront des informations nouvelles, j’attirerai l’attention sur un tesson trouvé par F. Benoit à Marseille, en contrebas de la butte Saint-Laurent, qui appartient à un « calice » sur lequel était figurée une procession d’au moins deux femmes (Fig. 3e). Fr. Villard avait considéré qu’il s’agissait d’un calice de Chios63, mais H. Walter l’identifiait comme phocéen64 et l’objet ne figure pas dans l’étude d’A. Lemos sur la céramique de Chios. Autant qu’on puisse en juger d’après la photographie publiée65, la tête féminine conservée s’apparente en effet aux tessons de Phocée par la forme du crâne, la disposition des cheveux et du bandeau, ainsi que par le dessin du visage, caractéristique du « groupe E » de Croissant ; c’est sans doute d’un profil de ce type que s’est inspiré le peintre d’un cratère à colonnettes massaliète ( ?) découvert à Saint-Biaise (Fig. 3d)66. On pourra y voir une fragile indication sur l’importation et l’imitation, par les premiers colons et leur entourage, de céramique figurée phocéenne : de même, à la fin du VIe siècle, les graveurs des types monétaires d’Auriol reproduiront, souvent très fidèlement, les motifs des monnaies frappées à Phocée67. L’acquis reste très limité, même si quelques autres objets un peu exceptionnels, qui appartenaient aux premières générations de colons massaliètes, doivent être pris en considération dans cette discussion. Ainsi, un fragment de « modèle de cabane » décoré d’une panthère, mis au jour sur le site des Pistoles68, se rattache à une petite série attestée à Chios, à Pitané69 et à l’Ancienne-Smyrne70 : l’artisan marseillais qui a réalisé dans l’argile locale cet objet tout à fait original-dont la fonction n’est pas assurée – disposait nécessairement d’un modèle importé, mais celui-ci était-il chiote, comme au moins trois des exemplaires cités plus haut, ou d’une autre origine ? Parmi les fragments de vases plastiques qui sont probablement antérieurs au milieu du VIe siècle figure un sexe en érection – dont l’extrémité servait de verseur – sur lequel est posée une main (Fig. 4a)71. Il s’agit cette fois d’une œuvre importée de Grèce de l’Est, mais qui n’appartient pas à une « phallus cup » de type chiote72 : on le rapprochera plutôt de « l’exhibitionniste » de Sardes73 qui dépend sans aucun doute d’un modèle ionien (Fig. 4b). Enfin, ce sont au premier abord des productions samiennes qu’évoque un petit visage barbu moulé sur le bord d’un vase importé découvert, lui aussi, dans les fouilles de la Cathédrale74, mais le profil de la lèvre n’autorise guère une attribution à un canthare de type samien, il rappelle plutôt une oenochoé de l’Ancienne-Smyrne dont le col est décoré d’un visage barbu75 ; comme pour un des « modèles de cabane », la question du lien entre Smyrne, Phocée et Marseille se pose pour cet objet de type rare.

  • 76 Sur la similitude des moules utilisés, voir Langlotz 1966, fig. 32-33 ; Åkerström. op. cit. (n. 1 (...)
  • 77 Fr. Croissant n’a pas pu tenir compte de l’étude fondamentale de F. Bodenstedt, Die Elektronmünzen (...)
  • 78 Il faut laisser de côté dans la discussion un fragment de vase à figures noires du Louvre, qui n’a (...)
  • 79 Je me permets de renvoyer à mon étude dans Hermary, Tréziny 2000, p. 119-133, avec la carte de rép (...)
  • 80 A. Hermary, RA (1997), p. 227-242 ; Hermary, Hesnard, Treziny 1999, photo couleur p. 64. Claude Ro (...)
  • 81 B. H. M. Heldring, Sicilian Plastic Vases (1981), p. 24-30, pl. 1.
  • 82 S. Collin Bouffier, in Hermary, Tréziny 2000, p. 74-76, fig. 10-13, avec renvois bibliographiques. (...)

15Pour Langlotz comme pour Croissant, le « style phocéen » s’exprime pleinement dans la deuxième moitié du VIe siècle, des terres cuites architecturales de Phocée et Larissa76 aux profils monétaires77, à des protomés en terre cuite trouvées à Rhodes et à Thasos, à des peintures de vases d’Ionie du Nord et d’Éolide, de Bérézan ou d’Athènes et jusqu’aux hydries de Caeré78. Cette fois, cependant, ce groupe dont Fr. Croissant a dégagé la cohérence ne trouve guère d’écho à Marseille ou dans d'autres colonies phocéennes occidentales, au-delà des monnaies « au type d’Auriol » dont il a été question plus haut. Il est en effet difficile de considérer comme spécifiquement phocéenne la série des naïskoi à femme assise (les « Meterreliefs » de Langlotz), malgré leur abondance à Marseille (plus de 40) et le bel exemplaire de Vélia, étant donné la répartition large de ces œuvres dans toute l’Ionie, en Éolide, à Thasos, jusqu’à Égine à l’Ouest et Olbia du Pont au Nord79 : les Marseillais sont longtemps restés fidèles à un type iconographique particulièrement bien représenté en Ionie du Nord et en Éolide, mais dont on ne connaît pour le moment qu’un exemplaire à Phocée. L’attachement aux modèles ioniens tend à s’éloigner dans le petit kouros en bois découvert dans les fouilles de la Bourse80, ou dans une série d’askoi provenant de la zone du port de Marseille, de la rue Négrel aux places JulesVerne et Villeneuve-Bargemon. Cet ensemble de vases plastiques constitue un exemple intéressant de l’autonomie acquise par les coroplathes massaliètes par rapport aux modèles micrasiatiques : si les têtes siléniques sont incontestablement de style ionien, la forme des vases les rattache à ce que B. Heldring a défini il y a vingt ans comme le « groupe de Cumes », trois des sept exemplaires alors recensés provenant de la nécropole de cette ville81 : la répartition que l’on peut proposer maintenant est bien différente, puisque, grâce à l’askos à peu près complet découvert par A. Hesnard place Villeneuve-Bargemon, on constate que ce type de vase plastique, orné à une extrémité d’une tête de Silène parfois cornue, est fortement représenté à Marseille (une vingtaine de fragments), mais qu’il est connu aussi à Ampurias et Vélia, les autres grandes colonies phocéennes d’Occident, tandis que la Grèce de l'Est n’a actuellement rien livré d’équivalent82. Il s’agit donc probablement d’une création massaliète imitée à Ampurias, Vélia, Cumes et ailleurs en Grande Grèce. De même, je croirais volontiers que le naïskos à déesse assise de Vélia se réfère aux exemplaires de Marseille plutôt qu’à ceux de Grèce de l’Est.

  • 83 Langlotz 1975, p. 171-173.
  • 84 Comme on l’a fait pour les sculptures ibériques. Le jugement mesuré de J. M. Hemelrijk à propos de (...)
  • 85 Clerc, op. cit. (n. 4), vol. I, p. 296-301 ; O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecque (...)
  • 86 Après la révolte d’Aristonikos, à laquelle Phocée s’était ralliée : Justin XXXVII, 1, 1 ; cette in (...)

16Malgré l’attachement aux formes traditionnelles dont témoignent les séries monétaires, l’identité artistique phocéenne que l’on croit percevoir dans la première moitié du VIe siècle, en architecture et dans les arts figurés, s’exprime donc moins fortement à mesure que l’on approche de la fin de l’époque archaïque et, autant qu’on le sache actuellement, il n’en reste rien à l’époque du style sévère, quand travaille Téléphanès, le seul grand sculpteur phocéen dont les textes aient conservé la mémoire83. Après les jugements très optimistes sur le rayonnement artistique des Phocéens qui ont accompagné ou suivi les études de Langlotz, il convient de revenir à une critique plus rigoureuse84 et admettre qu’il est encore difficile de fonder sur des bases solides la notion d’« identité phocéenne » : rappelons qu’il faut attendre le IIe siècle av. J.-C. pour que l’appui politique apporté par les Massaliètes à leurs « frères » de Lampsaque85, puis à leur métropole86, témoigne d’une réelle solidarité phocéenne, qui se manifeste alors face à la puissance de Rome.

Fig. 1 : Chapiteau à palmes de Phocée (cliché A. Hermary)

Fig. 2 a : Chapiteau à feuilles retombantes de Phocée (cliché A. Hermary)

Fig. 2 b : Restitution du même chapiteau sur le fût de colonne (d’après E. Akurgal, « La Grèce de l’Est, berceau de la civilisation occidentale », in Phocée et la fondation de Marseille\1995], p. 31-46)

Fig. 2 c : Restitution du chapiteau en champignon de l’Ancienne-Smyrne sur le fût de colonne (d’après W. Hoepfner, « Innenraum-Kapitelle », IstMitt 43 [1993], p. 419-424)

Fig. 3a-c : Tessons de Phocée (d’après E. Akurgal, « La Grèce de l’Est, berceau de la civilisation occidentale », in Phocée et la fondation de Marseille [1995], p. 31-46)

Fig. 3b-d : Détail d’un cratère de Saint-Biaise (cliché Centre Camille Jullian)

Fig. 3 e : Tesson de Marseille (d’après Fr. Villard, La céramique grecque de Marseille (VIe-IVe siècle). Essai d’histoire économique [1960])

Fig. 4 a : Fragment de vase plastique de Marseille (Dessin Centre Camille Jullian)

Fig 4b : L’« exhibitionniste de Sardes » (d’après J. Greenewalt, in Studies Presented to George M. A. Hanfmann [1971], p. 29-46)

Bibliographie

abreviations bibliographiques

Akurgal 1956 : E. Akurgal, « Fouilles de Phocée, de Kymé et de Daskyleion », Anatolia 1 (1956), p. 3-11, pl. II-VI.

Akurgal 1961 : E. Akurgal, Die Kunst Anatoliens von Homer bis Alexander (1961). Akurgal 1983 : E. Akurgal, Alt-Smyrna I. Wohnschichten und Athenatempel (1983). Akurgal 1993 : E. Akurgal, Eski Çagda Ege ve Izmir (« Izmir et l’Égée à l’époque archaïque ») (1993).

Akurgal 1995 : E. Akurgal, « La Grèce de l’Est, berceau de la civilisation occidentale », in Phocée et la fondation de Marseille (1995), p. 31-46.

Cook, Nicholls 1998 : J. M. Cook †, R. V. Nicholls, OUI Smyrna Excavations. The Temples of Athena (1998).

Croissant 1983 : Fr. Croissant, Les protomés féminines archaïques. Recherches sur les représentations du visage dans la plastique grecque de 550 à 480 av. J.-C. (1983).

Hermary, Hesnard, Treziny 1999 : A. Hermary, A. Hesnard, H. Treziny, Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.) (1999).

Hermary, Treziny 2000 : A. Hermary, H. Treziny (éds), Les cultes des cités phocéennes, Actes du colloque international Aix-en-Provence/Marseille 4-5 juin 1999 (2000) (Études massaliètes 6).

Langlotz 1966 : E. Langlotz, Die kulturelle und künstlerische Hellenisierung der Küsten des Mittelmeers durch die Stadt Phokaia (1966).

Langlotz 1975 : E. Langlotz, Studien zur nordostgriechischen Kunst (1975).

Lemos 1991 : A. A. Lemos, Archaic Pottery of Chios. The Decorated Styles (1991). Serdaroglu 1982 : Ü. Serdaroǧlu, « Bautätigkeit in Anatolien unter der persischen Herrschaft », in D. Papenfuss et V. M. Strocka (éds), Palast und Hütte. Beiträge zum Bauen und Wohnen im Altertum von Achäologen, Vor-und Frühgeschichtlern (1982), p. 347-356.

Wesenberg 1971 : B. Wesenberg, Kapitelle und Basen (1971) (BJbb, Beiheft 32).

Notes

1 « Anatomie d’un style colonial : les protomés feminines de Locres », RA (1992), p. 103-110 ; « Sybaris : la production artistique », in Sibari e la Sibaritide. Atti del trentaduesimo convegno di studi sulla Magna Grecia Tarento-Sibari, 7-12 ottobre 1992 (1994), p. 539-559, pl. 32-47 ; « Le problème de l’art « gréco-ibère » : état de la question », in R. Olmos et P. Rouillard (éds), Formes archaïques et arts ibériques (1996), p. 55-66 (avec P. Rouillard) ; « Note sur le style des sculptures de Porcuna », in Actas del Congreso international « Los Iberos. Principes de Occidente ». Estructura de poder en la sociedad Ibérica (1998), p. 283-286.

2 Pour ce qui concerne la religion et les cultes, voir les différentes contributions dans Hermary, Tréziny 2000.

3 F. Sartiaux, De la nouvelle à l’ancienne Phocée (1914) ; « Recherches sur le site de l’ancienne Phocée », CRAI (1914), p. 6-18 ; « Nouvelles recherches sur le site de Phocée », CRAI 1921, p. 119-129. Pour Marseille, principalement, G. Vasseur, L’origine de Marseille. Fondation des premiers comptoirs ioniens de Massalia. Résultats de Fouilles Archéologiques exécutées à Marseille dans le Fort Saint-Jean (Annales du Musée d’Histoire de Marseille, vol. XIII [1914]).

4 M. Clerc, Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité, des origines à la fin de l’Empire romain d’Occident (2 vol, 1927-1929). L’ouvrage a été réédité aux éditions Jeanne Laffitte (Marseille) en 1999.

5 Fr. Villard, La céramique grecque de Marseille (VIe-IV siècles). Essai d’histoire économique (1960).

6 En fait 1959, selon Serdaroǧlu 1982, p. 351.

7 Dans les publications que j’ai pu consulter, ces découvertes des années 50 ne sont pas situées sur le plan de la ville dressé par Sartiaux, le seul qui existe actuellement. Akurgal écrit que la maison archaïque a été découverte « dans la tranchée D, à peu près au milieu de la presqu’île » (Akurgal 1956, p. 4).

8 Akurgal 1956, p. 8, avec les planches II et IVa, qui ajoute que les autres murs sont « en appareil rectogonal (sic) », sans autre précision. La première photo du rapport de 1956 a été publiée de nouveau dans Akurgal 1993, fig. 102 b et dans Akurgal 1995, p. 37 : c’est par erreur, semble-t-il, que, dans le texte de 1995 (qui reproduit pour l’essentiel le rapport de 1956), à la page 36, il est écrit à propos de cette même maison du VIe siècle que « trois murs sont en appareil à joints irréguliers ».

9 Akurgal 1961, p. 180, fig. 128-130, avec la même légende pour chacun : « Scherbe orientalisierenden Stiles aus Phokaia. Anfang 6. Jh. Ankara ».

10 Akurgal 1993, fig. 103 a-d ; Akurgal 1995, p. 38 ; dans les deux cas la date proposée est 580-570. Photo en couleur du tesson au « jugement de Paris » dans E. Akurgal, Griechische und römische Kunst in der Türkei (1987), pl. 3 b (600-575).

11 Akurgal 1956, p. 7 et pl. IIIa (vue d’ensemble de la tranchée, avec un mur, un tambour de colonne et le fragment de chapiteau ionique) et b (même chapiteau, mais sans l’ove visible sur la photo précédente) : mêmes photos dans Akurgal 1993, fig. 102a et 105a, et dans Akurgal 1995, p. 34 et 37. Les tambours de colonnes fragmentaires sont reproduits dans Akurgal 1993, fig. 105 b et 106 a-c, puis dans Akurgal 1995, p. 39, avec la date de 570-560 ; un tambour apparemment du même type est signalé par E. Langlotz dans la zone de Maltepe, donc à la limite Sud-Est de la ville : AA 1969, p. 378, fig. 3. Les fragments architectoniques en terre cuite à décor figuré, trouvés seulement en 1956 (Fasti Arch. XI, no102), ne sont pas mentionnés dans le rapport de cette même année, mais E. Akurgal en donne deux photos dans un article de l’AJA 66 (1962), p. 379, pl. 101, 24-25 (chevaux à gauche et aurige à droite), qui sont reproduites dans Å. Åkerström, Die architektonischen Terrakotten Kleinasiens (1966), p. 200, fig. 65, 1 et 3 ; les chevaux attelés sont de nouveau dans Akurgal 1993, fig. 107-108, et Akurgal 1995, p. 35-36 (« deuxième moitié du VIe siècle ») ; voir aussi, du même auteur, Griechische und römische Kunst in der Türkei (1987), fig. 84 c-d (vers 520).

12 Akurgal 1956, p. 7-8. Une date à l’époque hellénistique a été de nouveau proposée par D. King, Quaderni ticinesi di numismaticà e antichità classiche 26 (1997), p. 212 (avec l’indication que le chapiteau comporte dix feuilles) : cette datation, proposée par comparaison avec l’exemplaire du mausolée de Belevi, ne me paraît pas convaincante, car –en dehors du fait qu’aucun autre élément architectural d'époque hellénistique n’a encore été signalé dans la presqu’île-les chapiteaux à palmes hellénistiques ne sont jamais associés à la grande architecture religieuse (je veux dire celle des temples), ce qui est très vraisemblablement le cas à Phocée.

13 E. Akurgal, « Vom äolischen zum ionischen Kapitell », Anatolia 5 (1960), p. 2-3, pl. 2b, avec un changement de date d’une page à l’autre : 2e moitié du VIe siècle p. 2 n. 10, 1ère moitié du siècle p. 3 ; la première était celle que proposait R. Martin, REG 72 (1959), p. 324. Même photo dans Langlotz 1966, fig. 30 en haut, Wesenberg 1971, fig. 88, Akurgal 1993, fig. 104b, et Akurgal 1995, p. 40. Photo en couleur dans Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, p. 27. Sur les différentes façons de désigner ce type de chapiteau, voir R. Ginouvès, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine II (1992), p. 100 : l’expression « chapiteau à godrons » ne convient pas pour l’exemplaire de Phocée, sur lequel la nervure centrale des feuilles est clairement indiquée. D. King, l.c., p. 205-225, donne une étude d’ensemble de ces chapiteaux ; voir aussi J. J. Coulton, The Architectural Development of the Greek Stoa (1976), p. 121-122, fig. 31.

14 Akurgal 1961, p. 283, fig. 252, daté de la première moitié du VIe siècle. Même photo dans l’article de l’AJA A 66 (1962), pl. 101, 23, dans Langlotz 1966, fig. 30 en bas, Akurgal 1993, fig. 104a, et Akurgal 1995, p. 30 (attribution au temple d’Athéna, vers 570-560). Le tambour de colonne seul dans Wesenberg 1971, fig. 244, et le chapiteau séparé dans Akurgal 1983, pl. O 1 ; autre fragment d’un chapiteau à feuilles retombantes dans Lauter (note suivante), p. 53, fig. 15. G. Gruben (JdI 78 [1963], p. 106 n. 54) précise que le tambour de colonne, qui compte 36 cannelures, a un diamètre inférieur d’environ 1,07 m.

15 Toichobate : H. Lauter, « Die beiden älteren Tyrannenpaläste in Larisa am Hermos », BJb 175 (1975), p. 52-53, fig. 17 ; Serdaroglu 1982, p. 348, fig. 2. Base de colonne : Akurgal 1993, fig. 105c ; Akurgal 1995, p. 39 (570-560).

16 Akurgal 1995, p. 39 : « deux alternatives pour la restitution des colonnes du temple d’Athéna à Phocée, proposées et dessinées par Merat Akurgal ».

17 Akurgal 1956, p. 9 ; Akurgal 1961, p. 268, fig. 233-234 ; Langlotz 1975, p. 102, pl. 28, 1-2.

18 Attribuée par Nicholls (Cook, Nicholls 1998, p. 202, n. 980) au « groupe de l’hétaïre de Bruxelles ».

19 Publiée dans AA 1965, col. 883-891, avec seulement deux illustrations (monnaie de Phocée et tête en ivoire de Delphes).

20 Langlotz 1966.

21 Velia e i Focei in Occidente, PP 108-110 (1966).

22 « Les Phocéens en Occident : certitudes et hypothèses », p. 378-420.

23 Langlotz 1975.

24 /Focei dall’Anatolia all’Oceano, PP 204-207 (1982), 504 p. Pour ce qui nous concerne ici, voir surtout les articles de M. Torelli, p. 322-324 (Gravisca) ; M. Martelli, p. 327-330 (askos de Tarquinia) ; T. Chapa Brunet, p. 374-392 (sculptures ibériques) ; J.-P. Morel, p. 479-500 (synthèse). Pour l'aspect prétendument phocéen de certaines sculptures ibériques, voir aussi J. M. Blázquez, J. Gonzalez Navarrete, « The Phokaian Sculpture of Obulco in Southern Spain », AM 89 (1985), p. 61-69, pl. 9-20.

25 R. Martin, in Μ. I. Finley (éd.), Problèmes de la terre en Grèce ancienne (1973), p. 97-112.

26 H. Tréziny, « Les fouilles de La Bourse à Marseille (1977-1994) », CRAI 1996, p. 227-233, fig. 5-6 ; ID., in Hermary , Hesnard , Tréziny 1999, p. 41-45.

27 Sur ce point, voir en dernier lieu M. Bats, H. Tréziny, « Le città focee », in E. Greco (éd.), La città greca antica. Istituzioni, società e forme urbane (1999), p. 395-404.

28 J. Des Courtils, « L'appareil polygonal “lesbien” et l’architecture éolique », REA 100 (1998), p. 125-137.

29 « De l’appareil polygonal. Commentaires depuis Naxos de Sicile », in M. C. Lentini (éd.), Naxos a quarant’anni dall’inizio degli scavi. Atti della tavola rotonda Giardini Naxos 26-27 ottobre 1995 (1998), p. 101-108.

30 M. Napoli, PP 108-110 (1966), p. 205-211, fig. 2-5 ; R. Martin, PP 1970, p. 93-107 ; B. Neutsch, in G. Greco, F. Krinzinger (éds), Velia. Studi e ricerche (1994), p. 55-62.

31 Ö. öZyiǧit, « The City Walls of Phokaia », REA 96 (1994), p. 77-109 ; ID., in Hermary, Treziny 2000, p. 11-13, fig. 2-3 (podium du temple).

32 Akurgal 1983.

33 Cook, Nicholls 1998. Sur les difficultés créées par cette dualité des publications, voir J. Des Courtils, Topoi 9 (1999), p. 299-304. Je n’ai pas pu consulter l’ouvrage de S. Altekamp, Zu griechischer Architekturornamentik im sechsten und fünften Jahrhundert v. Chr. (1991).

34 Cook, Nicholls 1998, p. 36, et l'appendice de D. M. Pyle, p. 205-207.

35 Voir en dernier lieu A. Erdögan, in Hermary, Tréziny 2000, p. 21-23 ; d’autres carrières avaient été signalées par Dalloni et Sartiaux au Nord de la ville (Hermary, Hesnard, Tréziny 1999, carte p. 26). Un « autel phocéen », c’est-à-dire certainement en pierre de Phocée est mentionné dans une inscription du début de l'époque impériale, autrefois conservée à Smyrne : Sylt3 III, 996.

36 K. O. Dalman, in J. Boehlau, K. Schefold (éds), Larisa am Hermos I (1940), p. 120-121 (plusieurs faciès de tuf).

37 Voir les remarques de W. Schierino (AA [1989], p. 369-371) sur l’intérêt d’une « genauere Untersuchung der in der äolisch-nordionischen Architektur verwendeten Steine ».

38 Cook, Nicholls 1998, en particulier p. 198-200.

39 « The leaf decoration of the Old Smyrna capitals seems to be continued into the early sixth Century by cavetto-echinus members front Phocaea and Aegae » (p. 148). Une photo du chapiteau d’Aigai est reproduite par D. Müller, Topographischer Bildkommentar zu den Historien Herodots (1997), p. 420, fig. 7.

40 Cook, Nicholls 1998, p. 199-200 : « On the evidence of the Afrati example, it is likewise presumably to be dated in the seventh Century BC ». Ajouter à la bibliographie D. King, loc. cit. (n. 12), p. 205-225, et P. Liljenstolpe, « The Roman Blattkelch Capital. Typology, Origin and Aspects of Employaient », OpRom 22-23 (1997-1998), p. 96-98.

41 W. Hoepfner, « Innenraum-Kapitelle », IstMilt 43 (1993), p. 419-424, fig. 2-10. Voir en particulier les fig. 9-10 pour la position du chapiteau en champignon de Smyrne, maintenu en haut des colonnes intérieures, mais placé à l’envers par rapport à la restitution d’Akurgal (ici Fig. 2c).

42 öZyigit, in Hermary, Treziny 2000, p. 13.

43 Greek Architectural Terracottas from the Prehistoric to the End of the Archaic Period (1993), p. 237-238, avec, pour les plaques en terre cuite, une date vers 550-540 qui correspondrait à peu près à celle que donne Serdaroglu pour le temple (vers 550) : en réalité, celui-ci distingue deux phases, le deuxième temple étant daté vers 525 (Serdaroölu 1982, tableau p. 354).

44 Pour le chapiteau ionique voir en dernier lieu D. Theodorescu, H. Tréziny, in Hermary, Tréziny 2000, p. 143-144, avec la figure 16. Si sa date devait être abaissée à la fin de l’époque archaïque, comme le suggère W. Kirchhoff (Die Entwicklung des ionischen Volutenkapitells im 6. und 5. Jht. und seine Entstehung [1988], p. 106, no72), le lien avec les plaques de revêtement en terre cuite deviendrait impossible, mais cette datation tardive paraît peu vraisemblable.

45 Je remercie Ö. Özyiğit de m’avoir montré ces fragments dans son dépôt de fouille (septembre 1999). Rappelons que des fragments de sculptures travaillées dans le même matériau (lions et personnages en ronde bosse [ ?], éléments de frise) ont été mis au jour dans le sanctuaire de l’Ancienne-Smyrne (Akurgal 1983, fig. 95-98 et pl. 125-130 a-b) ; pour Nicholls, les têtes de lion et de personnages appartiendraient à des sculptures votives datant de la réoccupation du sanctuaire postérieure à 580 (Cook, Nicholls 1998, p. 168).

46 C’est ce qu’admet Langlotz 1966, p. 20 (« Immerhin dürften beide Tempel einen grossen Teil der einstigen Insel eingenommen und die Phokäer zur Besiedlung des Geländes um den Hügel Bakatanisi gezwungen haben »), tandis que Serdaroölu 1982 (tableau de la page 354) parle d'un « I. Tempel » (daté vers 550) et d’un « Athena Tempel » (daté vers 525) sans que cette distinction soit expliquée dans le texte.

47 Le rattachement du chapiteau à palmes grec à des modèles égyptiens a été contesté par Wesenberg, qui estime qu'il dérive plutôt de chapiteaux mycéniens à palmes (mais eux-mêmes ne sont-ils pas tributaires de l’Égypte ou d'intermédiaires proche-orientaux ?). Il n'y aurait cependant rien d’étonnant à ce que les architectes grecs aient transformé la forme des chapiteaux égyptiens qui leur servaient de modèle, comme l’ont fait les sculpteurs qui ont « inventé » le type du kouros. En tout cas, le chapiteau à palmes fragmentaire de Kition à Chypre (V. Karageorghis, Kition [1976], p. 140, pl. 105), même s'il est un peu plus récent, dérive certainement de modèles égyptiens, non mycéniens. S’il faut établir une relation entre l’installation des Grecs à Naucratis et l’architecture éolique, rappelons que les Mytiléniens faisaient aussi partie de l’emporion.

48 H. Tréziny, D. Theodorescu, in Hermary, Treziny 2000, p. 135-146, avec la bibliographie.

49 Dans un premier temps, Homolle avait pensé qu’il pouvait s’agir d’un trésor de Phocée (Revue de l’art ancien et moderne 10 [1901], p. 372, « sous toute réserve » dans le texte, mais pas dans les légendes de l’illustration ; voir aussi CRAI 1901, p. 639), mais l'identification avec le « trésor des Massaliètes » de Diodore (XIV, 93) et le « trésor des Romains et des Massaliètes » d’Appien (Ital. 8) s’est rapidement imposée. Publication par G. Daux, FD II 3 (1923), p. 50-78 (« Le trésor ionique »), qui pensait que les chapiteaux étaient constitués de deux corbeilles à palmes superposées ; correction et nouvelle proposition de restitution avec un dé entre le fût et la base moulurée par P. de LA Coste-Messelière, AU Musée de Delphes (1936), p. 455-459, fig. 19. Voir plus récemment Fr. Salviat, « Le trésor des Marseillais à Delphes et sa dédicace », Lettres d’information du CRA. Archéologie du Midi méditerranéen 3 (1981). p. 7-16 ; J.-Fr. Bommelaer et D. Laroche, Guide de Delphes. Le site (1991), p. 62-64, fig. 11-12 (avec biblio.), et J.-Fr. Bommelaer (dir.). Marmarla. Le sanctuaire d’Athéna à Delphes (1997), p. 54-58, fig. 36-39 (quatre restitutions proposées entre 1913 et 1991) et 99 (modélisation du chapiteau, de la base de colonne, du chapiteau d’ante). Langlotz 1975, p. 45-58, concerne surtout la frise sculptée. L’attribution du second chapiteau à palmes au trésor de Clazomènes mentionné par Hérodote a été depuis longtemps abandonnée par les spécialistes de l’archéologie delphique, sans qu’une autre identification soit possible.

50 Laubscher (ci-dessus n. 15), p. 52.

51 Ainsi dans le compte rendu de l’ouvrage de 1966 par H. P. Laubscher, Gnomon 40 (1968), p. 486-489, qui remercie l’auteur d’avoir réveillé Phocée du « sommeil archéologique de la Belle-au-bois-dormant » (p. 489), mais qui n’est pas convaincu par l’image très subjective de l’art phocéen qu’il a dessinée (p. 488) ; mêmes critiques chez J. Ducat (Revue belge de philologie et d’histoire 46 [1968], p. 968) : « Mais y a-t-il un art phocéen ? Malgré les faits et les arguments rassemblés par E. Langlotz, le doute reste permis » ; pour S. Settis (RivFilIstCl 96 [1968], p. 361), « come a volte... accede, un libro mancato è stimolante quanto, e forse più, di un libro rifinitissimo ». Cl. Rolley est cependant nettement plus favorable : « Le tableau d’ensemble est très souvent convaincant, toujours passionnant » (RA [1967], p. 149). Les réactions à l’ouvrage de 1975 sont meilleures, sauf en France où le livre n’a bénéficié d’aucun compte rendu, si j’en crois les répertoires de l’Année philologique.

52 H. Walter-karydi, « Äolische Kunst », in Studien zur griechischen Vasenmalerei (1970), p. 3-18, pl. 1-10 (AntKunst, 7. Beiheft).

53 Croissant 1983, p. 125-140 et pl. 38-44 : « Groupe E (« Phocée ») ». Il écrit p. 137 : « Même si la solution proposée par Langlotz reste la plus séduisante, compte tenu du rôle historique de Phocée, d’autres demeurent possibles : comme l’a indiqué E. Walter-Karydi, on peut fort bien songer à Kymé, Pitané ou Myrina ».

54 Ö. Özyigit, in XVIII. Kazi sonuçlari toplantisi II (1996), p. 5-9, fig. 2-5 (avec dessin de restitution), pl. 8-12. On note qu’une figurine en terre cuite trouvée à cet endroit (ibid., pl. 15) est d’un type tout à fait semblable à un exemplaire d’Érythrées (C. Bayburtluoglu, Erythrai II. Terracottas in Erythrai [1977], nol, pl. 1).

55 Voir ci-dessus et, pour deux « autels » trouvés récemment. Özyiǧit, in Hermary, Tréziny 2000, p. 14-16.

56 Malgré son grand intérêt, le matériel de la tombe légèrement antérieure au milieu du VIe siècle qu’a trouvée Ö. Özyiğit près d’un des « autels » (mention dans Hermary, Tréziny 2000, p. 16) n’apporte pas d’information importante pour notre sujet.

57 « Classification et provenance des céramiques orientales d’Istros », Dacia 27 (1983), p. 4-5 ; de même R. M. Cook et P. Dupont, East Greek Pottery (1998), p. 57 (« daims for Phocaea are based mainly on its having been lonian and therefore progressive, though analyses suggest that the local Phocaean clay was not used for Archaic painted pottery »).

58 Early Greek Vase Painting (1998), p. 149 : « Phocaea, between Aeolis and Ionia, is often hailed as an important centre mainly because it was a prominent state in the west ».

59 Langlotz 1966, p. 27, fig. 8-18 (monnaies), 25 et 27 (tessons).

60 Samos V. Frühe samische Gefässe. Chronologie und Landschaftstile ostgriechischer Gefässe (1968), no624-625, pl. 129.'

61 Lemos 1991.

62 Croissant 1983, p. 131 n. 4.

63 Op. cit. (n. 5), p. 38 et pl. 19, 2.

64 Samos V, no 627, pl. 130.

65 L.-Fr. Gantès m’informe que ce tesson a depuis longtemps disparu.

66 B. Bouloumié (avec la collaboration de M. Borély), Saint-Biaise (Fouilles H. Rolland). L’habitat protohistorique. Les céramiques grecques (1992), p. 212-213 et 217, no 577 (dessin du personnage en très petit format) ; Hermary, Hesnard, Tréziny 2000, photo couleur p. 51.

67 A. Furtwängler, in Hermary, Treziny 2000, p. 176-177, fig. 1-24.

68 M. Moliner, in Hermary, Treziny 2000, p. 105-106, fig. 8-9 et 13,5. Sur la localisation des découvertes citées ici, voir H. Treziny, in Hermary, Treziny 2000, p. 93-94, fig. 11.

69 Lemos 1991, p. 321 no 1435-1437, pl. 186-187.

70 Akurgal 1993, fig. 90a (d'où Moliner, o.c., p. 106, fig. 10).

71 Chantier de la Cathédrale, fouilles L.-Fr. Gantès. Hermary, Hesnard, Treziny 1999, photo couleur p. 61.

72 Lemos 1991, p. 250 no 365-367, pl. 53 (deux exemplaires de Naucratis, un de l’Acropole).

73 J. Greenewalt, in Studies Presented to George M. A. Hanfmann (1971), p. 29-46, pl. 8-15.

74 L.-Fr. Gantès, in Marseille. Itinéraire d’une mémoire. Cinq années d’archéologie municipale (1990), fig. p. 74 ; Hermary, Hesnard, Treziny 1999, photo couleur p. 62. Comparer H. Walter-Karydi, Samos VI I. Samische Gefässe des 6. Jahrhunderts v. Chr. Landschaftsstile ostgriechischer Gefässe (1973), no 478, pl. 61, et les exemplaires de la planche 57.

75 Akurgal 1983, pl. 137a-b (mais le type du visage est différent).

76 Sur la similitude des moules utilisés, voir Langlotz 1966, fig. 32-33 ; Åkerström. op. cit. (n. 1 1), p. 200 fig. 65. De nombreux autres fragments, encore inédits, ont été découverts par Ö. Özyigit.

77 Fr. Croissant n’a pas pu tenir compte de l’étude fondamentale de F. Bodenstedt, Die Elektronmünzen von Phokaia und Mytilene (1981).

78 Il faut laisser de côté dans la discussion un fragment de vase à figures noires du Louvre, qui n’a pas été trouvé à Phocée comme le pensait Langlotz (1975, p. 197, pl. 68), mais en Italie du Sud.

79 Je me permets de renvoyer à mon étude dans Hermary, Tréziny 2000, p. 119-133, avec la carte de répartition p. 120, fig. 1.

80 A. Hermary, RA (1997), p. 227-242 ; Hermary, Hesnard, Treziny 1999, photo couleur p. 64. Claude Rolley le rattache à la production samienne (Actes du Congrès de Tarente 1999, sous presse).

81 B. H. M. Heldring, Sicilian Plastic Vases (1981), p. 24-30, pl. 1.

82 S. Collin Bouffier, in Hermary, Tréziny 2000, p. 74-76, fig. 10-13, avec renvois bibliographiques. Il faut ajouter le fragment à tête féminine mis au jour sur l’acropole de Vélia (B. Otto, in Greco, Krinzinger, op. cit. |n. 30], p. 75, fig. 104) et, peut-être, une tête silénique du même site (B. Neutsch, ibid., p. 67, fig. 93).

83 Langlotz 1975, p. 171-173.

84 Comme on l’a fait pour les sculptures ibériques. Le jugement mesuré de J. M. Hemelrijk à propos de l'origine des peintres des hydries de Caeré (Caeretan Hydriae [1984], en particulier p. 200) me paraît préférable aux hypothèses de J. F. Kenfield sur les modèles phocéens des terres cuites architecturales de Morgantina (« The Case for a Phokaian Presence at Morgantina as evidenced by the Site’s Archaic Architectural Terracottas », in J. Des Courtils et J.-CH. Moretti [éds], Les grands ateliers d’architecture dans le monde égéen du VIe siècle av. J.-C. [1993], p. 261-269, pl. 29-30).

85 Clerc, op. cit. (n. 4), vol. I, p. 296-301 ; O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecques (1995), p. 78-82 (avec biblio.)

86 Après la révolte d’Aristonikos, à laquelle Phocée s’était ralliée : Justin XXXVII, 1, 1 ; cette intervention auprès des Romains pourrait être à l’origine de l’institution à Phocée d’un culte de Massalia, attesté par deux inscriptions d’époque impériale (CIG 3413 et 3415).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Chapiteau à palmes de Phocée (cliché A. Hermary)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 2 a : Chapiteau à feuilles retombantes de Phocée (cliché A. Hermary)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 2 b : Restitution du même chapiteau sur le fût de colonne (d’après E. Akurgal, « La Grèce de l’Est, berceau de la civilisation occidentale », in Phocée et la fondation de Marseille\1995], p. 31-46)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2 c : Restitution du chapiteau en champignon de l’Ancienne-Smyrne sur le fût de colonne (d’après W. Hoepfner, « Innenraum-Kapitelle », IstMitt 43 [1993], p. 419-424)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Fig. 3a-c : Tessons de Phocée (d’après E. Akurgal, « La Grèce de l’Est, berceau de la civilisation occidentale », in Phocée et la fondation de Marseille [1995], p. 31-46)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 3b-d : Détail d’un cratère de Saint-Biaise (cliché Centre Camille Jullian)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 3 e : Tesson de Marseille (d’après Fr. Villard, La céramique grecque de Marseille (VIe-IVe siècle). Essai d’histoire économique [1960])
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 4 a : Fragment de vase plastique de Marseille (Dessin Centre Camille Jullian)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig 4b : L’« exhibitionniste de Sardes » (d’après J. Greenewalt, in Studies Presented to George M. A. Hanfmann [1971], p. 29-46)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search