Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

Les baptistères paléochrétiens ruraux de Syrie du Nord

Bruno Dufaÿ

Texte intégral

  • 1 Villages Antiques de la Syrie du Nord, Paris. 1953-1958.
  • 2 Cf. Dèhès. Campagne I-III (1976-1978). Recherches sur l’habitat rural, Paris, 1981.

1La région d’Antioche, et en particulier son arrière-pays de collines calcaires, fut une région pilote à l’époque paléochrétienne : en témoignent le nombre et l’importance des vestiges encore visibles. C’est plutôt son étude socio-économique qui fut privilégiée, depuis les travaux de Georges Tchalenko1 jusqu’aux récentes missions dirigées par J.-P. Sodini et G. Tate, Directeur de l’Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient2.

  • 3 Églises de Village de la Sgrie du Nord, Paris, 1979.

2Cependant, un programme concernant l’aspect religieux du domaine envisagé fut également mis en place, concrétisé dans un premier temps par la publication, en 1979, de deux volumes de G. Tchalenko sur les églises de village dites « à bêma central »3. En 1982, J.-P. Sodini a commencé la fouille du baptistère de Qal’at Sem’an, à laquelle il a bien voulu m’associer.

3Dans ce cadre, grâce au financement de deux missions de prospection par la Fondation Européenne de la Science, je me suis intéressé à ces annexes des églises que sont les baptistères : j’ai ainsi pu relever, dessiner et photographier, parfois fouiller partiellement, plus d’une trentaine de ces monuments. La mise en forme de ce travail a constitué une thèse de troisième cycle soutenue en 1984 à l’Université de Paris I, dirigée par Mme Hélène Ahrweiler et M. J.-P. Sodini ; la publication est en préparation à l’Institut de Beyrouth.

  • 4 American Archaeological Expedition to Syria in 1899-1900, II, Architecture and other Arts, Princet (...)

4Relevés succinctement, et souvent approximativement, à la fin du siècle dernier par les missions américaines de H.-C. Butler4, et accessoirement par G. Tchalenko, ils n’ont pas en réalité été étudiés pour eux-mêmes jusqu’à ce jour. Peu de ces baptistères sont totalement inédits, mais l’ancienneté et la minceur de la documentation justifiaient une reprise complète de la question. J’ai par ailleurs mis l’accent sur les aménagements liturgiques intérieurs, qui pour l’essentiel n’avaient pas été décrits, autant que sur l’architecture proprement dite.

Photo 1. — Le baptistère de Basmisli, vu du sud-ouest, l’un des plus décorés du Massif Calcaire. Il a été surhaussé à l’époque moderne et sert maintenant de maison d’habitation.

Photo 2. — Babutta, la cuve baptismale et la niche ménagée dans le mur est, avec les encastrements d’un baldaquin en bois.

5Sur le plan architectural, les baptistères des Massifs Calcaires de Syrie du Nord sont fortement individualisés, et traités avec une monumentalité certaine. Même si leur conception est relativement élémentaire, ils constituent un type original qui se distingue avantageusement des simples annexes flanquant l’église, semblables à d’autres pièces aux fonctions indéfinies, dont se contentent nombre d’églises paléochrétiennes autour du Bassin Méditerranéen. Inversement d’ailleurs, on ne trouve pas de monuments sophistiqués à plan rayonnant, comme dans les métropoles occidentales ou africaines : cela reste une architecture villageoise, paysanne.

6C’est presque un modèle unique qui a servi à l’édification de tous ces baptistères : un plan carré, mais interprété en élévation de deux manières.

  • 5 L’étude métrologique de ces bâtiments a été faite à l’aide d’un logiciel écrit par moi-même (cf. B (...)

7La manière la plus parfaite est de développer en cube ce plan carré ; le baptistère est alors muni d’un étage de petites fenêtres, plus ou moins nombreuses. Ce sont toujours des monuments indépendants de l’église, bien dégagés, et imposant avec force leur simplicité géométrique. Il est intéressant de remarquer que les deux seuls baptistères construits comme des cubes parfaits (Dar Qita, église des Saints Paul et Moïse — cf. pl. IV, 2 ; XI ; XX, 2, et Herbet Hatib — cf. pl. I ; XIV, 1 ; XX, 1) ont une géométrie plus soignée, basée sur un module qui régit toutes leurs dimensions (respectivement de 4 pieds et de 1,5 pas)5.

8Plus modestes, en général sans fenêtres, les autres baptistères forment des parallélépipèdes ; s’ils sont parfois indépendants de l’église, comme à Sarfud, ils y sont le plus souvent accolés (cf. pl. II-III).

9Accolés ou indépendants, il faut noter qu’ils sont en règle générale situés au sud-est de l’église. Les deux seules exceptions, en Antiochène, sont dues à des contraintes imposées par la configuration du terrain (Herbet Sarqiye, et à l’église des Saints Paul et Moïse, à Dar Qita) (cf. pl. IV). C’est là une règle inverse de celle du Patriarcat d’Antioche dans son ensemble, qui place ses baptistères au nord-est des églises : mais c’est que, dans les Massifs Calcaires, la façade principale des églises est celle qui est au sud, et devant s’étend une cour, qui permet d’y bâtir toutes les annexes désirées ; le mur nord est aveugle au contraire, ou donne directement sur la rue.

10La couverture de ces édifices dépend de leur situation par rapport à l’église : indépendants, ils sont coiffés d’un toit pyramidal (sauf celui de Ba’uda, en Apamène, qui avait un toit à double pente) (cf. pl. V) ; accolés à l’église, leur toiture s’adapte à la toiture de celle-ci.

11Sur ce modèle de base simple, des nuances interviennent cependant à tous les niveaux, et ce n’est pas la moindre réussite de cette architecture que d’avoir su éviter la monotonie, malgré la simplicité des éléments mis en œuvre.

12Le rythme des façades est plus ou moins travaillé : depuis les plus sobres, comme à Bettir (cf. pl. VI), qui ne comportent que l’indispensable corniche faisant larmier, à la naissance du toit, jusqu’aux compositions les plus riches, où les panneaux sont encadrés de moulures et de plinthes, divisés par des pilastres et des corniches intermédiaires (à Baqirha, à Déhès par exemple). Dans la plupart des cas, le ou les portails d’accès sont assez richement traités, à proportion de l’ensemble (noter par exemple celui de Basmisli) (cf. pl. VII et VIII).

Photo 3. — Bamuqqa, baptistère de l’église sud, vu du nord-ouest. Cet édifice présente la particularité d’être précédé d’un portique similaire à ceux des maisons.

Photo 4. — Le baptistère de Rb’ea, vu du sud-ouest. Notez, en saillie par rapport au mur sud, le mirhab aménagé lors de la transformation du bâtiment en mosquée, au Moyen Âge.

13L’inflexion majeure apportée à cette structure simple est l’abside saillante qui dans certains cas marque la direction de l’orient (à Taqlé, cas unique, elle est masquée d’un chevet plat) (cf. pl. IX). De dimensions plus ou moins réduites, elle abrite la cuve baptismale. Mais il y a deux conceptions de cette disposition : la cuve est l’abside elle-même, ou bien l’abside contient une cuve, plus petite.

  • 6 On sait en effet que la société gréco-romaine a développé à partir des iiie-ive siècles un nouvel (...)
  • 7 Cf. J. Clédat, ASAE 16 (1916), pp. 29-32, fig. 21 et planche 3 ; L.-II. vincent, RB 31 (1922), pp. (...)
  • 8 A cette époque d’ailleurs, où le Patriarcat de Jérusalem n’avait pas été créé, Emmaüs faisait part (...)
  • 9 A. Ovadiah, Corpus of the byzantine churches in the Holy Land, Bonn, 1970, pp. 145-147, pl. 59.

14La cuve absidale, c’est-à-dire qui occupe toute la cavité de l’abside, semble bien être caractéristique du Patriarcat d’Antioche, qui a dû l’emprunter aux aménagements des thermes6. Deux exemples seulement sont connus en dehors : à El Flusiye (cf. pl. X, 1), l’ancienne Ostracine, à l’est du delta du Nil7, et à Emmaüs sans doute, dans un premier état du baptistère8. On peut y ajouter, quoique moins typique, la cuve de Nessana, dans le sud de la Palestine9 (cf. pl. X, 2).

  • 10 Dans R. Stillwell, Antioch-on-the-Orontes, II, 1938, pp. 5-44.
  • 11 Cf. W.-A. Campbell, dans R. Stillwell, Antioch-on-the-Orontes, III, 1941, pp. 36-37, 48-49.
  • 12 American Archaeological Expedition.... II, pp. 138-140 ; Princeton Expedition..., II B, pp. 178-18 (...)

15Dans sa version la plus simple, elle était connue depuis les travaux de J. Lassus à Antioche, au martyrion de Saint Babylas, où le baptistère date du début du ve siècle10, et à Séleucie de Piérie, le port d’Antioche, un siècle plus tard11. Dans les Massifs Calcaires, une cuve du même type avait été dégagée par H.-C. Butler dans le village de Dar Qita (église des Saints Paul et Moïse) (cf. pl. XI)12. J’en ai découvert une, plus petite, dans le village de Qasr Iblisu, village qui n’avait pas été visité depuis Butler (cf. pl. XII).

16Dans sa version plus perfectionnée, la cuve absidale est munie d’escaliers latéraux qui permettent d’y accéder commodément : dans les Massifs Calcaires, ce type est représenté au baptistère de Qal’at Sem’an, mais qui n’est pas un monument rural à proprement parler. Il appartient en effet au centre international de pèlerinage qui s’est développé sur le lieu de l’ascèse de Saint Syméon le Stylite, fondé vers la fin du ve siècle.

  • 13 C.-H. Kraeling, Gerasa, 1938, p. 179.
  • 14 Il est possible que cette solution ait été empruntée aux baptistères de Chypre : dès la fin du ive(...)

17On ne le retrouve ailleurs que dans les villes, et dans des monuments d’une certaine ampleur : en Jordanie à Gerasa (Jerash), au martyrion de Saint Théodore13, et à Apamée, à la cathédrale dite de l’est (ce baptistère est inédit). Il est vraisemblable qu’Antioche possédait également de tels baptistères, particulièrement bien adaptés à la liturgie du baptême14.

18Mais l’abside peut n’être qu’une indication dans le mur, faiblement ou pas du tout saillante. Malheureusement, les baptistères pourvus d’absidiole saillante sont trop encombrés, ou transformés en habitations, et n’ont pu être visités (Ksegbe, Basmisli) (cf. pl. XIII) ; mais il est exclu, à cause de leur faible saillie à l’extérieur, que la cavité elle-même de ces absidioles ait pu constituer la cuve, qui n’était donc pas de type absidal.

19Quand l’absidiole ou la niche sont simplement creusées dans l’épaisseur du mur, la cuve, elle, est creusée dans un bloc d’assise, en saillie vers l’intérieur du baptistère. Deux exemples sont particulièrement bien conservés : Herbet Hatib (cf. pl. XIV, 1), où le mur a été épaissi en partie basse pour que l’on puisse y ménager une absidiole assez profonde ; à Babutta (cf. pl. XIV, 3 ; XV, 2), en revanche, c’est un simple renfoncement, qui est complété d’ailleurs par l’adjonction d’un baldaquin en bois. Ces deux exemples permettent de restituer sans trop d’hésitations les aménagements des baptistères de l’église nord de Bamuqqa et de celui de Seih Sleiman (cf. pl. XIV, 4, 2).

20Enfin, la manière la plus simple et la plus fréquente de procéder, consiste à placer une cuve sur le sol, devant la paroi, après l’achèvement du bâtiment. La cuve est alors un monolithe à peu près cubique, dans lequel est inscrite la demi-sphère du bassin proprement dit ; ses faces peuvent être décorées (à Qirkbize) (cf. pl. XV, 1).

21Éventuellement, un léger creux pourra être aménagé dans le mur, soulignant l’emplacement de la cuve et permettant l’installation d’un baldaquin. Bien entendu, c’est ce type de cuve, mobile, qui a le plus fréquemment disparu : dans le meilleur des cas, il nous reste l’aménagement de la paroi (Herbet Sarqiye ou Baqirha, par exemple) (cf. pl. XVI-XVII).

  • 15 C.-H. Kraeling, dans C. Hopkins, The Excavations at Dura-Europos, Final Report. VIII, The Christia (...)
  • 16 Cf. G. Tchalenko, Églises de village. I, 1979, pp. 84-86, II. p. 28, fig. 79-80.

22Ces aménagements, plus ou moins facilement restituables grâce aux encoches encore visibles dans les murs, étaient essentiellement constitués, on en a vu plusieurs exemples, par de petits baldaquins de bois. On peut sans doute voir un lointain ancêtre de cette disposition dans la cuve rectangulaire surmontée d’un baldaquin, plutôt semblable à un arcosolium d’ailleurs, du baptistère de la « Maison des Chrétiens » à Dura Europos, qui date des années 23015 (cf. pl. XVIII). On connaît par ailleurs deux baldaquins en pierre surmontant des cuves baptismales installées dans des églises : à Kafr Nabo16, et à l’église dite « des Moines » de Qal’at Sem’an, qui est inédite.

23La plupart de ces baptistères, tous peut-être, étaient divisés en deux parties inégales : la zone de la cuve était isolée par une clôture. Pour deux édifices nous sont parvenues des plaques de chancel (Déhès, Bamuqqa, église nord — inédites) (cf. pl. XIX) ; dans d’autres cas, on peut restituer des barrières en bois. Il est intéressant de noter que ce dispositif n’était pas qu’une simple limite, puisqu’il dissimulait dans certains cas à la vue, comme une iconostase, l’ensemble des installations liturgiques. Des poutres en effet barraient souvent le baptistère à mi-hauteur : des rideaux ou des panneaux de bois pouvaient y être accrochés.

  • 17 Ces « rideaux, barrières contre l’absence de foi du profane » (Clément d’Alexandrie, Stromate V, c (...)

24Plus encore, derrière ce premier dispositif, un rideau pouvait masquer entièrement la cuve elle-même : des trous de scellement de tringles sont parfois visibles (à Dar Qita ou Herbet Hatib par exemple) (cf. pl. XX) ; on peut supposer également que des rideaux étaients suspendus aux baldaquins17. Si l’on se rappelle que les fenêtres sont étroites et haut perchées, on appréciera l’atmosphère de mystère qui présidait à l’initiation chrétienne, le centre du rite étant dévoilé in extremis.

  • 18 Contrairement à. J.-H. Emminghaus, l. c., qui série les baptistères selon la présence et la taille (...)

25Je n’ai pas perçu d’évolution chronologique nette des types fonctionnels de ces baptistères18 ; leur décoration suit l’évolution générale, à moins qu’elle n’imite, avec un bonheur inégal, celle de l’église dont ils dépendent ; il n’y a d’ailleurs pas de répertoire spécifique aux baptistères. La date la plus haute fournie par l’épigraphie est 441, à Qasr Iblisu ; seul celui de Ksegbe doit être antérieur, d’une quinzaine d’années environ ; mais c’est dans les premières décennies du vie siècle que se situent les plus belles réalisations. Il faut constater d’autre part que les baptistères sont toujours postérieurs aux églises dont ils dépendent : ils furent construits auprès de l’église la plus ancienne et la plus vénérable du village, quand celui-ci en possède plusieurs, notamment auprès de celle qui est dotée d’un bêma central.

  • 19 Cf. P. Brown, Ville, village et saint homme, le cas de la Syrie, in Assimilation et Résistance à l (...)

26C’est à une étonnante floraison de ces baptistères que nous assistons entre 450 et 530 environ. Cela demande explication. Outre la prospérité croissante de la région à cette époque, qui a pu pousser tel notable à doter son village d’un monument qui lui manquait19, c’est d’un changement de mentalité religieuse que me paraît relever ce phénomène.

  • 20 Ce point de vue ne peut être développé dans le cadre de cette communication : il l’est naturelleme (...)

27Il est plus que probable que toutes ces petites cuves (60 à 80 cm de diamètre pour autant de profondeur) n’ont servi qu’au baptême des nouveau-nés. Si l’on admet en effet que l’immersion complète du candidat était le mode de collation du sacrement normal dans le Patriarcat d’Antioche, de telles cuves ne permettent que celle de tous petits enfants. Je ne fais pas mienne en effet une opinion trop générale qui estime que la taille des cuves est liée au mode de collation (aspersion/immersion) : elle est bien plutôt liée à la taille de leurs utilisateurs20.

  • 21 Aucune de ces cuves en effet ne permet une immersion totale si le candidat reste debout. La manièr (...)

28Dans les églises du Diocèse d’Orient, jusqu’au début du ve siècle, toutes les cuves retrouvées permettent l’immersion d’un adulte, celui-ci s’accroupissant dans l’eau, ou s’y allongeant, aidé par un ou deux diacres21. La symbolique développée par les textes patristiques, comme les indications liturgiques des catéchèses, prouvent le caractère normal de la pratique de l’immersion.

  • 22 Cf. la Didachè, VII, 2-3 : « si tu n’as pas d’eau vive, baptise d’une autre eau ; à défaut d’eau f (...)

29Non que l’aspersion simple fût inconnue ; elle est attestée de toute antiquité (en particulier dans les Actes des Apôtres). C’est cependant toujours à titre exceptionnel, en manière de dernier recours22. Elle n’apparaît pas dans les collections canoniques ni dans les catéchèses. Ce n’est qu’au travers d’anecdotes, ou par déduction (lors de cas d’urgence : baptême des mourants, invasions, tremblements de terre, épidémies...), que l’on peut retrouver la trace d’une telle pratique.

30Or les baptistères étaient bien évidemment conçus en vue de la pratique normale du sacrement ; de petites cuves l’étaient donc pour l’immersion des nouveau-nés. Elles apparaissent à partir du ve siècle, fleurissent au vie, et sont surtout le fait de baptistères ruraux, même si de grands centres urbains ou religieux se voient dotés d’une cuve supplémentaire de taille réduite (à Jerash, à Jérusalem ou à Qal’at Sem’an par exemple...).

  • 23 Cf. J. Jeremias. Le Baptême des Enfants dans les quatre premiers siècles, 1958, trad, franc., Le P (...)
  • 24 Un des arguments invoqués pour retarder le baptême était justement le désagrément du voyage à acco (...)

31A cette époque, après avoir au ive siècle subi une crise grave, le baptême des enfants devient une pratique courante23. Bien intégré à la vie paroissiale, cet acte pouvait avoir lieu dans le village même du baptisé : nul besoin de catéchèse, et l’on reculait devant un voyage à la ville à seule fin de faire baptiser son dernier-né24. Dans ces villes, par contre, on continue à baptiser également des adultes, puisque l’évêque ou le prédicateur célèbre sont là pour enseigner, mais aussi un baptistère matériellement suffisamment développé ; de même dans les grands centres de pèlerinage, foyers privilégiés de conversion (Qal’at Sem’an, Alahan en Isaurie).

32Plutôt qu’à une différence de rite (aspersion/immersion), il me semble que c’est à un changement de la sociologie du sacrement que renvoient ces baptistères ruraux de Syrie du Nord. La ville perd le monopole de l’initiation chrétienne au profit d’un arrière-pays où les communautés s’affirment, prenant en main la totalité de l’itinéraire religieux de chacun. Et pour cela furent édifiés ces petits monuments cubiques, lieux d’accès à une société bien structurée autant qu’au Royaume des Cieux.

  • 25 Seul le mirhâb du baptistère de Rbe’a, en Apamène, a été mentionné à ce jour (H.-C. Butler, Americ (...)

33Seules des fouilles pourraient nous indiquer à partir de quel moment ces baptistères cessèrent, d’être utilisés. Le furent-ils avant les églises ? Retourna-t-on à la ville quand les clergés locaux s’effilochèrent sous la pression des circonstances ? Quoi qu’il en soit, il est intéressant de constater que plusieurs d’entre eux furent transformés en mosquée, sans doute aux xiie-xiiie siècles, mais peut-être plus tôt, par le creusement dans le mur sud d’un petit mirhâd (Sarfud, Dar Qita, église des Saints Paul et Moïse, Rbe’a)25. Par leur forme ramassée, leur petite taille et leur caractère sacré, ils étaient tout indiqués pour devenir les lieux de culte des communautés musulmanes naissantes.

Annexes

ILLUSTRATIONS

Sauf mention contraire, toutes les photographies et tous les dessins sont de l’auteur du présent travail.

ÉCHELLES

— Les plans, élévations, coupes et axonométries des baptistères sont à l’échelle du 1/90e.

— Les plans et axonométries d’ensemble sont à l’échelle du 1/500e.

— Les dessins de détails divers sont à l’échelle du 1/25e.

CONVENTIONS GRAPHIQUES

Plans :

— Murs en poché noir plein, sans figuration de blocs : le relevé bloc à bloc n’a pas été possible.

— Murs tramés en grisé : édifices jouxtant le baptistère, d’époque paléochrétienne (église, tombeaux, murs de clôture notamment).

— Murs hachurés : murs tardifs (médiévaux ou modernes).

(L’assise représentée n’est jamais celle où sont percées les fenêtres, beaucoup plus hautes.)

— - — - — : axe du baptistère.

— — — : structure en partie haute (arc, poutre).

---------------------- : éléments restitués.

Élévations :

.......................... : éléments restitués.

------------------- : éléments cachés.

— - — - — : niveau actuel du sol.

PLANCHE III

PLANCHE III

1. DAR QITA. Église Saint-Serge

PLANCHE IV

PLANCHE IV

1. HERBET ŠARQIYE

2. DAR QITA. Saints Paul et Moïse (G. Tchalenko) ; le toit en bâtière du baptistère est une erreur de dessin.

PLANCHE X

PLANCHE X

1. EL FLUSIYE (ASAE 16 [1916] pl. 3)

2. NESSANA (A. Ovadiah, Corpus..., pl. 59)

PLANCHE XV

PLANCHE XV

1. QIRQBIZE

PLANCHE XVI

PLANCHE XVI

1. HERBET ŠARQIYE

PLANCHE XVII

PLANCHE XVII

HERBET ŠARQIYE

PLANCHE XVIII

PLANCHE XVIII

DURA-EUROPOS (C.-H. Kraeling)

PLANCHE IX

PLANCHE IX

BAMUQQA. Église Nord

BAMUQQA. Église nord : plaque de chancel

PLANCHE X

PLANCHE X

1. HERBET HATIB

2. DAR QITA
Église Saints Paul et Moïse (coupe Nord-Sud).

Notes

1 Villages Antiques de la Syrie du Nord, Paris. 1953-1958.

2 Cf. Dèhès. Campagne I-III (1976-1978). Recherches sur l’habitat rural, Paris, 1981.

3 Églises de Village de la Sgrie du Nord, Paris, 1979.

4 American Archaeological Expedition to Syria in 1899-1900, II, Architecture and other Arts, Princeton, 1903 ; Princeton University Archaeological Expeditions to Syria, II B, Ancient Architecture in Syria, Leyden, 1907. Noter que le seul article récent sur les baptistères de Syrie du Nord est rempli d’inexactitudes et n’apporte guère d’éléments nouveaux : J.-H. Emminghaus, Die Gruppe der frühchristlichen Dorfbaptisterien Zentralssyriens, Römische Quartalschrift 55 (1960), pp. 85-100.

5 L’étude métrologique de ces bâtiments a été faite à l’aide d’un logiciel écrit par moi-même (cf. B. Dufaÿ, « METRO », un logiciel de recherches sur la métrologie d’un monument », Panorama 1985 des traitements de données en archéologie, Juan-les-Pins, 1985, pp. 145-163). Elle constitue le premier élément d’un programme plus ambitieux de recherches sur ce thème.

6 On sait en effet que la société gréco-romaine a développé à partir des iiie-ive siècles un nouvel art du bain, autour de petites baignoires individuelles semi-circulaires, aménagées comme de petites absides, en perçant les murs des salles de thermes traditionnelles (cf. R. Ginouves, BCH 79 [1955], pp. 135-152).

7 Cf. J. Clédat, ASAE 16 (1916), pp. 29-32, fig. 21 et planche 3 ; L.-II. vincent, RB 31 (1922), pp. 584-589, fig. 1-2.

8 A cette époque d’ailleurs, où le Patriarcat de Jérusalem n’avait pas été créé, Emmaüs faisait partie du Patriarcat d’Antioche ; cf. L.-H. Vincent, Emmaüs, Jérusalem, 1932, pp. 138 sq et 237 sq.

9 A. Ovadiah, Corpus of the byzantine churches in the Holy Land, Bonn, 1970, pp. 145-147, pl. 59.

10 Dans R. Stillwell, Antioch-on-the-Orontes, II, 1938, pp. 5-44.

11 Cf. W.-A. Campbell, dans R. Stillwell, Antioch-on-the-Orontes, III, 1941, pp. 36-37, 48-49.

12 American Archaeological Expedition.... II, pp. 138-140 ; Princeton Expedition..., II B, pp. 178-184.

13 C.-H. Kraeling, Gerasa, 1938, p. 179.

14 Il est possible que cette solution ait été empruntée aux baptistères de Chypre : dès la fin du ive siècle en effet, celui de la cathédrale de Salamine possédait un tel système d’accès, où deux escaliers latéraux issus de petites salles annexes débouchent dans la cuve, elle-même logée dans une abside ; la seule différence est qu’à Chypre cette cuve est cruciforme et non absidale (cf. A. H. S. Megaw, DOP 28 [1974], pp. 62-63). Sur l’île même, ce baptistère donna naissance à une lignée homogène d’édifices : Yalousa (ibid., p. 67), Carpasia (ibid., pp. 64-67), Kourion (ibid., pp. 59-64), et DOP 30 (1976), pp. 348-371).

15 C.-H. Kraeling, dans C. Hopkins, The Excavations at Dura-Europos, Final Report. VIII, The Christian Building, New Haven-New York, 1967, pp. 20-29.

16 Cf. G. Tchalenko, Églises de village. I, 1979, pp. 84-86, II. p. 28, fig. 79-80.

17 Ces « rideaux, barrières contre l’absence de foi du profane » (Clément d’Alexandrie, Stromate V, chap. VI, 33, 3 ; SC 278 [1981], p. 79), décrits par le Teslamentum Domini (I, 19), et Paul le Silentiaire (Ekphrasis sur l’Église de Sainte Sophie, éd. P. Friedländer, Hildesheim – New York, 1969, vers 755-805 ; commentaire pp. 290-291). A partir du vie siècle d’ailleurs, tous les baldaquins et tholoi sont représentés munis de tels rideaux (cf. P. Underwood, The Fountain of Life, DOP 5 (1950), pp. 43-138 ; E. Baldwin-Smith. The Dome. Princeton, 1950).

18 Contrairement à. J.-H. Emminghaus, l. c., qui série les baptistères selon la présence et la taille de l’abside (qui irait en disparaissant), et selon un diffusionisme à partir de la route d’Antioche à Chalcis, discutable à l’échelle d’un si petit territoire, et qui ne tient pas compte de la géomorphologie réelle et du réseau des voies de pénétration des Massifs Calcaires.

19 Cf. P. Brown, Ville, village et saint homme, le cas de la Syrie, in Assimilation et Résistance à la culture gréco-romaine dans le monde ancien, Bucarest. 1976, pp. 213-220, repris dans La société et le sacré dans l’Antiquité Tardive, Paris, 1985, pp. 107-118. On dispose maintenant de la thèse pour le Doctorat d’État de G. Tate, Le Massif Calcaire de la Syrie du Nord du ive au vie siècle : conquête des terroirs et enrichissement paysan, Mémoire dactylographié, Université de Paris I, 1986.

20 Ce point de vue ne peut être développé dans le cadre de cette communication : il l’est naturellement dans ma thèse.

21 Aucune de ces cuves en effet ne permet une immersion totale si le candidat reste debout. La manière dont ce dernier se baissait sous la main du prêtre est bien décrite par Théodore de Mopsueste, Homélie Catéchétique, XIV, traduction de H. Tonneau et R. Devreesse, Vatican, 1949. Que des clercs puissent descendre dans la cuve avec le futur baptisé est attesté en particulier par la Tradition Apostolique, 21 (traduction B. Botte, SC 11 bis, 1968, p. 85).

22 Cf. la Didachè, VII, 2-3 : « si tu n’as pas d’eau vive, baptise d’une autre eau ; à défaut d’eau froide, prends de l’eau chaude ; si tu n’as assez ni de l’une ni de l’autre, verse trois fois de l’eau sur la tète, au nom du l’ère, du Fils et du Saint-Esprit » (traduction F. Quere, Les Pères Apostoliques, Paris, 1980, p. 97).

23 Cf. J. Jeremias. Le Baptême des Enfants dans les quatre premiers siècles, 1958, trad, franc., Le Puy, 1967.

24 Un des arguments invoqués pour retarder le baptême était justement le désagrément du voyage à accomplir pour aller à la ville : cf. Grégoire de Nysse, Contre ceux qui diffèrent leur baptême, PG 46, col. 421 D.

25 Seul le mirhâb du baptistère de Rbe’a, en Apamène, a été mentionné à ce jour (H.-C. Butler, American Archaeological Expeditions.... op. cit., p. 102 et p. 239).

Table des illustrations

Légende Photo 1. — Le baptistère de Basmisli, vu du sud-ouest, l’un des plus décorés du Massif Calcaire. Il a été surhaussé à l’époque moderne et sert maintenant de maison d’habitation.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Légende Photo 2. — Babutta, la cuve baptismale et la niche ménagée dans le mur est, avec les encastrements d’un baldaquin en bois.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende Photo 3. — Bamuqqa, baptistère de l’église sud, vu du nord-ouest. Cet édifice présente la particularité d’être précédé d’un portique similaire à ceux des maisons.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Légende Photo 4. — Le baptistère de Rb’ea, vu du sud-ouest. Notez, en saillie par rapport au mur sud, le mirhab aménagé lors de la transformation du bâtiment en mosquée, au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Titre PLANCHE I
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre PLANCHE II
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre PLANCHE III
Légende 1. DAR QITA. Église Saint-Serge
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 2. QASR IBLISU
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre PLANCHE IV
Légende 1. HERBET ŠARQIYE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende 2. DAR QITA. Saints Paul et Moïse (G. Tchalenko) ; le toit en bâtière du baptistère est une erreur de dessin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre PLANCHE V
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre PLANCHE VI
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre PLANCHE VII
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre PLANCHE VIII
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 521k
Titre PLANCHE IX
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre PLANCHE X
Légende 1. EL FLUSIYE (ASAE 16 [1916] pl. 3)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende 2. NESSANA (A. Ovadiah, Corpus..., pl. 59)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre PLANCHE XI
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre PLANCHE XII
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre PLANCHE XIII
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre PLANCHE XIV
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre PLANCHE XV
Légende 1. QIRQBIZE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende 2. BABUTTA
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre PLANCHE XVI
Légende 1. HERBET ŠARQIYE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende 2. BAQIRHA
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre PLANCHE XVII
Légende HERBET ŠARQIYE
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre PLANCHE XVIII
Légende DURA-EUROPOS (C.-H. Kraeling)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre PLANCHE IX
Légende BAMUQQA. Église Nord
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende BAMUQQA. Église nord : plaque de chancel
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre PLANCHE X
Légende 1. HERBET HATIB
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende 2. DAR QITAÉglise Saints Paul et Moïse (coupe Nord-Sud).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2042/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540