Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique

 | 
Christel Müller
, 
Francis Prost

I. Espaces, échanges, identités

Une région ibère : l’embouchure du Segura et le sud-est de la péninsule Ibérique

Pierre Rouillard

Texte intégral

  • 1 Confini e frontiera nella Grecità d’Occidente, Atti del 37e convegno di studi sulla Magna Grecia, (...)

1Le récent Congrès de Tarente, Confini e frontiera nella Grecità dOccidente1, a placé au centre des débats des archéologues les notions de frontière, et, par opposition, celles d’identité, d’appartenance, d’ethnicité. Ces débats sont anciens chez les ethnologues, plus récents, plus confus aussi, chez les archéologues pourtant à l’affût de modes d’approche globalisants, mais tiraillés entre des points de vue opposés.

  • 2 Pour cette région, nous disposons de la monographie pionnière de E. Llobregat, Contestatila ibéric (...)
  • 3 Fr. Croissant, « Sybaris : La production artistique », in Atti del 32e convegno di studi sulla Mag (...)
  • 4 D. Viviers, « Les ateliers de sculpteurs en Attique : des styles pour une cité », in A. Verbanck-P (...)

2La recherche ou la définition d’une région, comme je le ferai avec les espaces hispaniques, est bien aujourd’hui une question récurrente et les méthodes pour aborder ces questions témoignent, par leur variété, tout à la fois de l’embarras et des partis pris. Le cadre de départ peut être une région administrative, mais cela est — reconnaissons-le— l’approche la plus inadéquate scientifiquement. Le cadre a été parfois une région définie par la géographie physique et les données naturelles. Le point de départ peut être un ethnonyme auquel on s’efforce de donner chair, ce qui est périlleux pour la période qui précède son usage attesté par les auteurs anciens qui sont autant de regards extérieurs toujours nécessaires, un fait qui nous concerne ici avec la région située au sud de l’actuel Pays Valencien et qui était appelée la Contestanie2. L’approche peut privilégier l’activité humaine ; dans cet esprit se retrouvent les tentatives de définition des caractères particuliers de la production artistique d’une région, d’une cité, ainsi le cas de Sybaris3, dont l’exemplarité a constitué pour le dédicataire de ce volume le point de départ d’une formule, « l’éclectisme inventif », au large et fructueux écho. La même perspective peut être amplifiée à l’ensemble d’une région comme on peut le voir dans les Actes du congrès de Tarente de 1997 avec les exemples de la Gaule (Michel Bats) ou de la Grande Grèce (Agnès Rouveret). Mais alors, il y a ce cas paradigmatique d’Athènes qui au Ve siècle se proclame « exemple » (Thucydide, II 36-37), Athènes, dont la définition du style est perçue comme impossible4.

  • 5 Un autre exemple, parmi d’autres, pour juger des débats : S. Cleuziou, « Quel peut être l’apport d (...)
  • 6 Ph. Poutignat et J. Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité (1999), p. 123.
  • 7 Ibid., p. 123. et F. Barth dans le même volume, p. 203-249.

3Le terrain semble miné, principalement par l’usage qui est fait des mots « culture » ou « ethnie », ce que les lectures des travaux des anthropologues ou des actes du congrès de Tarente montrent parfaitement5. Des connotations ou plus simplement une problématique raciales ont sous-tendu trop d’analyses ; de multiples approches (parfois mises en œuvre dans les analyses précédentes) « présupposent la stabilité des entités socioculturelles identifiées comme des "groupes ethniques" et problématisent le changement sous la forme de l’emprunt ou de l’acculturation »6. Avec Fredrik Barth, il paraît alors plus constructif (sans vouloir jouer ici tout à fait sur le mot de « construction ») de « présuppose[r] le contact culturel et la mobilité des personnes et de problématise[r] l’émergence et la persistance des groupes ethniques comme unités identifiables par le maintien de leurs frontières »7. Tout déterminisme est alors écarté et les interventions humaines, dans toutes leurs modalités, sont au centre de la réflexion ; l’archéologue trouve alors là un vaste champ d’expérimentation et nous nous efforcerons de nous situer dans cette perspective.

Des échanges dès la fin du VIIIe siècle av. J.-C.

  • 8 R. Azuar Ruiz, P. Rouillard, E. Gailledrat, P. MORET et F. Sala Sellès, « El asentamiento oriental (...)
  • 9 Mises au point récentes : H. Bonet Rosado et C. Mata Parreno, « Habitat et territoire à l’Âge du f (...)

4L’intérêt de la région du bas Segura tient au fait que se superposent ou, plus précisément encore, se succèdent deux mouvements d’échange venus de la Méditerranée orientale. Le premier, au moins dans le temps, est celui animé par les Phéniciens, ce qu’un texte de difficile lecture, l’Ora Maritima d’Avienus (vers 459), nous indique en précisant que cette région de l’embouchure du Teodoras (le Segura), dont les premiers habitants furent les Phéniciens, constituait le « terminus Tartesiorum », une frontière donc. L’archéologie nous montre aujourd’hui que ces Phéniciens, à la fin du VIIIe siècle et au VIIe siècle viennent pour l’essentiel du sud de la Péninsule, qu’ils sont actifs dans l’échange emporique et qu’une petite communauté s’est installée à La Rabita/La Fonteta (Guardamar del Segura, Alicante)8, un phénomène qui ne semble pas s’être produit au nord du Segura9.

  • 10 Voir les Actes de la table ronde d’Ampurias (mai 1999), Cerámicas jonias de época arcaica (sous pr (...)
  • 11 P. Rouillard, « Un vase archaïque d’Ionie du Nord à La Luz (Murcie, Espagne) », Anales de Prehisto (...)
  • 12 Sur cette question, on lira maintenant P. Moret, « Un nom pour les ruines », in A. Badie, É. Gaill (...)

5Il y a aussi les Grecs actifs dans les échanges dans toute cette région avec le début du VIe siècle. Le témoignage importé le plus ancien, en dehors de ceux de La Rabita10, se situe au second quart du VIe siècle ; il s’agit d’un grand vase fermé d’Ionie du Nord (seul un fragment de panse a été conservé) trouvé à La Luz (Murcie)11. Mais il faut attendre la seconde moitié du Ve siècle pour assister à un flux régulier et dense d’importations attiques, une donnée qui exclut l’idée de la substitution d’une « domination » phénicienne à une « domination » phocéenne. Là encore nous sommes confrontés à deux textes largement commentés mais de lecture toujours difficile, celui d’Hérodote (I 163) qui situe dans cette région des makrai nautilai et celui de Strabon (III 4,6) qui mentionne l’existence de « trois petites villes de Marseille »12, un ensemble qui se développerait au nord du Segura. Retenons à ce point de l’étude que les contacts peuvent relever d’entreprises individuelles, comme tendrait à le prouver le vase de Phocée trouvé près de Murcie — un signe de l’hospitalité d’un notable auquel est fait un don—, mais les Grecs aussi s’établissent probablement en petites communautés, éphémères, comme à La Picola (Santa Pola, Alicante) de manière moins stable qu’au nord, en Catalogne, mais, comme il est vraisemblable, selon des modalités voisines de celles que l’on peut imaginer en Andalousie où les sources anciennes mentionnent tout à la fois les relations amicales des Grecs avec Arganthonios et la ville nommée Mainakè.

6Une telle rencontre, à peu près unique au moins dans la Péninsule (mais que l’on retrouve en des termes voisins en Étrurie, alors qu’en Sicile présence grecque et présence phénicienne se juxtaposent), peut être mesurée en évaluant même de manière sommaire les composantes culturelles qui relèvent tout à la fois des formes artistiques, des schémas d’urbanisme, des choix iconographiques, des rites funéraires, des pratiques de l’écriture ; nous retiendrons quelques choix iconographiques et plastiques, les choix d’écritures, puis les modes d’échange et d’installation qui, tous deux, donnent cohérence à cette région.

7Le débat sur les éléments orientalisants du VIIe siècle (de la fin du VIIIe siècle aussi), comme signes d’une société donnée, ici celle des indigènes et/ou comme signes exclusifs de la venue d’étrangers trouve ici un terrain d’expérimentation particulièrement intéressant. Et ce d’autant plus que, d’une part, les pièces venues d’Orient sont peu nombreuses pour l’époque archaïque, qu’il s’agisse de pièces du monde phénicien ou de pièces du monde grec, et que, d’autre part, les pièces que l’on qualifie d’orientalisantes viennent pour l’essentiel d’ateliers andalous et probablement en moindre quantité d’ateliers locaux.

  • 13 Ce qu’enseigne notre première étude du matériel, qui montre pour la vaisselle un quasi équilibre d (...)
  • 14 Synthèse commode avec bibliographie : A. Gonzalez Prats, « Quince años de excavaciones en la ciuda (...)
  • 15 A. Garcia Menarguez, « El Cabezo Pequeno del Estano, Guardamar del Segura. Un poblado protohistóri (...)
  • 16 A. Gonzalez Prats, Estudio del poblamiento antiguo de la Sierra de Crevillente (Alicante) (1983), (...)
  • 17 J. Elayi, A. Gonzalez Prats et E. Ruiz Segura, « Une lampe avec inscription phénicienne de la Font (...)

8Une première phase est inaugurée, à la fin du VIIIe siècle, quand l’embouchure du Segura attire les marchands méditerranéens dans leurs navigations entre le sud et le sud-est de la Péninsule. À ce moment, à La Rabita, les communautés indigènes sont attirées par ces échanges au point de donner naissance à un village mixte13, loin de la colonie, où s’intègrent marchands phéniciens et natifs de la région. Le passage et l’arrivée des marchands phéniciens attirent sur le littoral même les indigènes et l’une des principales activités est la métallurgie du bronze. Au cours du VIIe siècle, les objets orientaux ou orientalisants relèvent principalement de deux catégories, quelques pièces précieuses de petite dimension, des bijoux, des fibules à double ressort, des objets en albâtre, des coquilles d’œuf d’autruche attestés à La Rabita — le répertoire est plus modeste à l'intérieur des terres, à Penya Negra (Crevillente, Alicante)14, — et, surtout, bien sûr, des amphores de transport et de la vaisselle fine peinte de tradition phénicienne à La Rabita essentiellement, mais aussi à Penya Negra et sur El Cabezo Pequeno del Estany (Guardamar del Segura, Alicante)15. Les témoignages épigraphiques phéniciens de Penya Negra16 sont maintenant enrichis du graffite de La Rabita17.

  • 18 Voir sur ce point S. Guttièrez, P. Moret, P. Rouillard et P. Sillières, « Le peuplement du Bas Seg (...)
  • 19 C. G. Wagner, « Fenicios y autóctonos en Tartessos. Consideraciones sobre relaciones coloniales y (...)

9La géographie de ces phénomènes, la répartition de ces objets est bien circonscrite, avec un établissement côtier (La Rabita), un grand village de piémont (Penya Negra) et El Cabezo Pequeno del Estany. On peut suivre l'évolution de Penya Negra du Bronze Final (900/850 av. J.-C.) jusqu’à la fin de l’époque orientalisante (575/550 av. J.-C.) avec une activité métallurgique dans la tradition du Bronze Final atlantique et des productions orientalisantes tout à la fois de bijoux ou d’amphores et de vaisselle ; habitat de très faible ampleur (0,3-0,4 hectare), El Cabezo del Estany est situé à trois km à l’ouest de La Rabita, en limite de territoire (côté indigène ou côté phénicien ?), avec probablement une double fonction de surveillance et de production agricole18. Il reste que nous sommes loin de l’ampleur du fait orientalisant en Andalousie où la pénétration des produits et des thèmes orientalisants (avec le bronze, l’ivoire, la céramique) a pris une ampleur bien plus considérable au point que certains estiment qu’une implantation de groupes étrangers19 peut seule expliquer une domination qui trouve plutôt, selon nous, son explication dans l’attrait de minorités tartessiennes pour l’imaginaire oriental.

  • 20 En dernier lieu. D. Asensio et alii, in Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe Occidentale, MA (...)

10En considérant l’ensemble de la région levantine, une telle soumission aux schémas orientalisants ne semble pas en vigueur, d’autant plus que cette vaste région ne saurait être envisagée de manière globale. Il y a un Nord et un Sud séparés par une ligne qui va, grossièrement, de l’embouchure du Jucar à la région de la source du Vinalopo et se poursuit vers le sud de la Meseta. Vers le nord, le témoignage orientalisant vraiment présent est l’amphore dont la forme s’est imposée comme modèle unique à compter du VIIe siècle et l’intégration d’autres éléments phéniciens ou plus globalement orientalisants surtout dans le dernier tiers du VIIe siècle (jarre pithoïde, vaisselle fine, fibules, scarabées) est effective dans quelques sites indigènes souvent spécialisés, côtiers, tournés vers l’échange et la redistribution, comme on peut le voir dans certaine nécropoles de l’embouchure de l’Èbre ou à Aldovesta20 et jusque dans la baie de Rosas, sur le site de la future Palaiapolis d’Ampurias et dans une nécropole indigène voisine. Au sud de cette ligne qui traverse le Pays Valencien, la présence de groupes phéniciens (stables ou non) dès la fin du VIIIe siècle aux côtés de communautés indigènes particulièrement réceptives est à l’origine de comportements différents qui se caractérisent par leur ampleur et leur durée.

L’écho des schémas orientalisants et du monde grec

  • 21 T. Chapa, La escultura ibérica zoomorfa (1985), p. 40-41 ; P. Rouillard, Antiquités de l'Espagne ( (...)
  • 22 T. Chapa, La escultura ibérica zoomorfa (1985), p. 46-47.
  • 23 M. Almagro Gorbea et R. Ramos Fernandez, « El monumento ibérico de Monforte del Cid », Lucentum 5 (...)
  • 24 A. Garcia Y Bellido, La dama de Elche y el conjunto de piezas arqueológicas reingresadas en Espana (...)
  • 25 M. BLECH et E. Ruano RUIZ, « Zwei iberische Skulpturen aus Úbeda La Vieja (Jaén) », MM 33 (1992), (...)
  • 26 Fr. Croissant et P. Rouillard, « Le problème de l’art "gréco-ibère" : état de la question », in R. (...)

11Dans le sud du Pays Valencien, on relève combien l’écho des schémas et thèmes iconographiques orientalisants se prolonge localement aux VIe et Ve siècles. Par exemple, dans la vallée du Vinalopo, qui donne accès aux hautes terres de la Meseta d’Albacete, le sculpteur a poursuivi une (ou plusieurs) tradition(s) orientales, quand il sculpte à la fin du VIe siècle les sphinges d’Agost21 (Fig. 1), celle de Elche22 ou quand il dessine le pilier de Montforte del Cid avec ses fausses portes et sa corniche à gorge égyptienne23. Peu de temps après, la tête du griffon de Redovan24 (Fig. 2) fait elle aussi référence à l’Orient en portant une palmette plaquée sur son front. Dans le même temps, la (probable) tête de sphinx du Musée de Barcelone, vraisemblablement de provenance alicantine, datable autour de 500 av. J.-C.25, est versée au dossier des œuvres dont les modèles sont à chercher parmi les korès attico-ioniennes26.

  • 27 J. DE Hoz, « La escritura greco-ibérica », Veleia 2-3 (1987), p. 285-298 ; ID., « Las sociedades p (...)
  • 28 J. De Hoz, « Las sociedades paleohispánicas del área no indoeuropea y la escritura », AEspA 66 (19 (...)

12Un autre écho de l'Orient grec est, dans cette même région, celui de l’écriture gréco-ibère : plus précisément, en trois régions distinctes, autour d’Alcoy et à Campello au nord d’Alicante et, un peu à l’ouest, au Cigarralejo (Mula, Murcia), la langue ibère est écrite dans un alphabet grec, de filiation ionienne. L’usage, rare (une douzaine de plombs et de graffites), se situe entre la fin du Ve et le début du IVe siècle, mais là encore les chaînons nous manquent quand il semble probable à J. de Hoz27 que la naissance de cette modalité d’écriture soit à situer dans le début du Ve siècle. Cette écriture ne s’implante pas vraiment et est vite abandonnée, puisque dans cette région s’était déjà implanté l’usage de l’écriture dite « méridionale »28, née dans l’Andalousie phénicienne et tartessienne et parvenue dans le sud-est de la Péninsule avec les marchands phéniciens ou tartessiens que l'on rencontre tant dans les bateaux échoués de Mazarron que dans les communautés du type de celle de La Rabita. Il convient alors de souligner que sur ce terreau s’élabore l’écriture ibère « levantine » ou « proprement dite » et que ces différentes écritures, que nous percevons comme autant de tâtonnements, sont toutes étroitement liées aux échanges.

  • 29 Fr. Croissant et P. Rouillard, « Le problème de l’art "gréco-ibère" : état de la question », in R.(...)
  • 30 Dans l’attente d'une publication d’ensemble par son inventeur (en 1986), J. Uroz Saenz, on lira de (...)
  • 31 F. Quesada et alii, « Artesanos itinerantes en el mundo ibérico ? Sobre tecnicas y estilos decorat (...)

13L'identification de modèles ne suffit pas à résoudre le problème des modalités de transfert29, qu’il s'agisse d’œuvres sculptées fabriquées probablement sur place ou d’écriture mise en œuvre, elle, à l’évidence, sur place. Une piste, une parmi d’autres, nous est toutefois offerte par la découverte des outils d’un orfèvre dans une tombe de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante)30, tombe à incinération en tous points comparable aux autres tombes de la nécropole. Daté approximativement à la fin du Ve siècle, vers 400 av. J.-C., cet ensemble compte plusieurs dizaines d'outils, en particulier des moules destinés à fabriquer des bijoux (en frappant une feuille d’or sur un moule en relief) et le répertoire iconographique est un condensé de l’iconographie orientale, avec griffons et sphinx (attaqués par un homme), Bès, Ptah Pathèque, tête « hathorique », Uraeus. Une telle découverte suggère d’amples réflexions que nous ne pouvons qu’esquisser face à un dossier trop partiellement publié. Elle est le témoignage probable d’un artisan itinérant, décédé lors d’un déplacement sans être en mesure de transmettre ses précieux outils. La mobilité des artisans forgerons a déjà été envisagée pour les armes ibériques les plus raffinées (épées damasquinées), parfois aussi pour les sculpteurs. Avec l’exemple de Cabezo Lucero nous avons un nouvel exemple de la fluidité des relations entre Andalousie et Levante, entre Bastétanie et Contestarne31, tant il est probable que le point de départ d’un artisan porteur d’un répertoire oriental aussi accompli est à chercher dans le centre majeur d’échanges avec l’Orient qu’est Cadix, la cité qui s’inscrit dans le circuit le plus complexe et le plus vaste.

  • 32 C. Aranegui, « La necrópolis de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante) », in J. Blanquez P (...)
  • 33 M. Bendala, Tartesios, iberos y celtas (2000), p. 183-197.

14Cette relation avait déjà été entraperçue pour certaines formes céramiques en usage dans la nécropole de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante)32 et Manuel Bendala33 lui a donné un éclat particulier quand il a envisagé la venue d’un Andalou, qu’il présente comme un œciste, pour la mise en place, la construction à partir de zéro, sur la rive d’en face de Cabezo Lucero, à quelques kilomètres de l’embouchure du Segura, autour de 500, de l’habitat de El Oral (San Fulgencio, Alicante).

  • 34 P. Leon, La sculpture des Ibères (1998), p. 29.
  • 35 C. Aranegui, « Una dama entre otras », in R. Olmos et Tr. Tortosa, La Dama de Elche, Lecturas desd (...)

15Dans le même temps que l’éphémère adoption d’une écriture grecque, peut-être un peu plus tard, un répertoire, des modes d’expression plastiques, et un mode d’écriture proprement ibère se mettent en place qui sont autant de traits donnant corps à l'identité ibère, qu’il y ait ou non intégration de signes étrangers. Dans la sculpture animale, par exemple, une place de plus en plus importante est donnée au taureau, au cheval ou au loup, à côté, bien sûr, du répertoire plus ancien qui compte le sphinx, le griffon ou le lion34. La sculpture anthropomorphe est dominée par la Dame (plutôt assise)35, avec de manière récurrente jusqu'aux IIe-Ier siècles une haute coiffe, des accumulations de bijoux et rouelles, et ce, quel que soit le matériau mis en œuvre, la pierre, le bronze ou l’argile.

  • 36 P. Léon, La sculpture des Ibères (1998), p. 37-38 et 57.

16Le goût du détail ornemental est associé à une abstraction des formes et des plans qui caractérisent bien des sculptures ibères. Ces traits prennent une ampleur nouvelle avec par exemple la tête de griffon d’Elche (Fig. 3), datable entre la fin du Ve et le début du IVe siècle, où s’affirment les tendances à l’abstraction et à la stylisation à côté du dessin simplifié et vigoureux de l’œil — tout rond —, des écailles du plumage ou de la crête pareille au crin d’un cheval36.

  • 37 Fr. Croissant et P. Rouillard, « Le problème de l’art "gréco-ibère" : état de la question », in R.(...)
  • 38 J. Blanquez Pérez, « Nuevas consideraciones en torno a la escultura ibérica », CuPAUAM 19 (1992), (...)

17Ces traits ne sauraient caractériser la seule région sud du Pays valencien car on les retrouve pour certains sur la tête de Mogente (Valence)37, ou chez le cavalier de Los Villares (Hoya Gonzalo, Albacete)38, mais ils sont tous bien présents ensemble dans cette terre où le débouché du Segura est un exutoire et un lieu d’échange.

Lieux d’échange et modalités de rencontre

  • 39 Ma M. Ros Sala, « Mineria y metalurgia de la piata en el yacimiento protohistórico de Punta de Los (...)
  • 40 D. Ruiz Mata, El poblado fenicio del Castillo de Dona Bianca (El Puerto de Santa Marίa, Cádiz) (19 (...)

18L’existence d’un village côtier, dès la fin du VIIIe siècle, contribue à donner à cette région un caractère particulier. Ailleurs, sur le littoral oriental, de tels villages sont fort peu nombreux. Vers le sud, on compte, pour la même époque, Los Gavilanes (Mazarrón, Murcie)39. Au-delà, sur le littoral andalou, de Villaricos à la région de Malaga et plus à l’ouest, à Dona Bianca, et plus à l’ouest encore sur le littoral de Huelva, puis sur le littoral portugais, la situation est variable avec des établissements phéniciens qui intègrent eux aussi, mais à des degrés divers, des communautés indigènes ; à Dona Bianca, face à Cadix, l’intégration des deux communautés est certaine40.

  • 41 Voir la synthèse proposée par D. Asensio, C. Belarte, J. Sanmarti et J. Santacana, « L’expansion p (...)
  • 42 Voir maintenant M. Olcina Donenech (éd.), La Illeta dels Banyets (El Campello, Alicante), Estudios (...)
  • 43 En attendant la monographie en préparation, voir X. Aquilue, P. Castanyer, M. Santos et J. Tremole (...)

19Le littoral oriental compte peu de villages côtiers41. Au nord de l’embouchure du Segura, l’habitat de La Illeta dels Banyets (El Campello, Alicante)42 est occupé à l’âge du Bronze (à deux périodes : El Argar et fin de l’âge du Bronze), mais il est abandonné jusqu’à la fin du Ve siècle av. J.-C. Plus au nord, on compte quelques habitats ibères côtiers comme Sagonte (Valence), Torre La Sal (Castellon), Alorda Park (Tarragone) ; l'habitat côtier le plus ancien est alors probablement celui de la Palaiapolis d’Ampurias, où une communauté indigène entretient, dès la fin du VIIe siècle et autour de 600, des relations d’échanges avec des marchands transportant des objets orientaux ou de tradition orientalisante — ce qui est courant sur ce littoral —, avant d’intégrer dans le premier quart du VIe siècle aussi un groupe de Grecs de Phocée43.

20Le Bas Segura et le Bas Vinalopo comptent alors des traits propres qui sont, d’abord, ces habitats côtiers dont la naissance est suscitée par la venue de marchands méditerranéens, ensuite une date haute pour ces phénomènes de rencontre, la fin du VIIIe siècle, finalement la durée, car le même phénomène s’observe, en se succédant dans le temps, dans les habitats de part et d’autre de l’embouchure du Segura, d’abord au sud (La Rabita), puis au nord (El Rebollo). Plus au Nord encore, avec La Picola. De plus ces sites intègrent, selon des modalités qui évoluent certes, mais pas fondamentalement, des Phéniciens ou des Grecs.

  • 44 Voir S. Guttierez, P. Moret, P. Rouillard et P. Sillières, « Le peuplement du Bas Segura de la pro (...)

21Des agglomérations littorales naissent (La Rabita, La Picola au début de la seconde moitié du Ve siècle) et se développent ou se déplacent (La Rabita puis El Rebollo, qui naît au plus tard dans la seconde moitié du Ve siècle, plus tôt probablement dans la mesure où la nécropole de El Molar qui dépend de lui est en activité dès la fin du VIe siècle et jusqu’au milieu du IVe siècle44), avec une composante étrangère immédiatement présente.

22L’insertion dans les échanges méditerranéens constitue bien une étape essentielle.

23Proposons, sans vouloir chercher un balancement dans les explications, sans vouloir opposer Phéniciens et Grecs, une lecture suscitée par Hérodote (I 163) qui situe des navigations lointaines, les makrai nautilai des Phocéens dans quatre régions (Adriatique, Tyrrhénie, Ibérie, Tartessos) dont deux, et tout particulièrement une, sont au cœur de nos préoccupations. Ces makrai nautilai sont le fait d'hommes seuls (aristocrates ?), de petits groupes qui se déplacent dans des régions pas ou peu explorées encore (au moins par les Grecs) et l’on saisit là les prémices du commerce emporique. La variété des pratiques, les différences observées, la coexistence dans le même laps de temps de pratiques différentes n’occultent pas des traits communs et même une grande cohérence dans les comportements face à l’échange. De fait il est une constante, remarquable, la faiblesse des effectifs qui interviennent, qu’il s’agisse de Phéniciens ou de Grecs.

24À La Rabita, les premiers marchands phéniciens se retrouvent, à la fin du VIIIe siècle, aux côtés de la communauté indigène qui s'est établie en ce lieu au moment de l’arrivée des marchands phéniciens et qui, peu à peu, dès la fin du VIIe siècle, absorbe les hommes venus de l’Orient ou, beaucoup plus vraisemblablement, de la Phénicie d’Andalousie.

  • 45 F. Sala Sellès, « Algunas reflexiones sobre la fase antigua de la Contestania ibérica : de la trad (...)

25Dans la nécropole de El Molar, deux inhumés dans des tombes construites au VIe siècle en de grandes pierres et à chambre, selon un schéma bien attesté à Cadix ou à El Jardin (Toscanos, Malaga) et accompagnés (au moins pour l’un d’entre eux, car dans le second cas la tombe a été spoliée) d’offrandes orientales (scarabée de type égyptien)45 témoignent de la venue d’étrangers au sein de la communauté de El Rebollo.

26Autre partenaire, grec, cette fois-ci, mais la nature des relations n’est pas diamétralement opposée. Le vase grec de La Luz (Murcie), une pièce de grande ampleur du second quart du VIe siècle, dans un lieu qui est, au moins au IIIe siècle, un sanctuaire, doit être lu comme un de ces cadeaux qui, à l’époque archaïque, sont autant de signes de relations établies entre personnes de même rang, probablement aristocratique. Le temps est de peu postérieur à l’établissement de Grecs à Ampurias (vers 580-560) ou, de manière bien éphémère, à Huelva ; ici, la rencontre est occasionnelle et ce type de lien de philia et de xenia n’a pas eu plus de postérité que ceux que l’on a pu observer autour de 750 puis au début du VIe siècle à Huelva.

  • 46 P. Moret et P. Rouillard, « La Picola aux Ve et IVe siècles av. J.-C. : un port entre Grecs et Ibè (...)
  • 47 Il faut souligner que toute trace de nécropole a disparu à la suite des travaux d’aménagement de t (...)

27Avec La Picola, la situation est différente. L’architecture témoigne de la maîtrise de schémas grecs ; en ce cas le passage d’un architecte grec ou de quelques Grecs pour une durée limitée est une hypothèse à retenir. Des données de la fouille on retiendra la forme, à peu près carrée, les dimensions réduites (2 960m2 intra muros et 5 900 avec la fortification), un plan de type grec (un tracé régulateur, un plan orthonormé avec trois rues parallèles et des îlots réguliers, un système défensif complexe et l’usage d’un pied d’environ 30 cm) et un mode de vie en tous points comparable à celui de tous les oppida ibériques. L’ambiguïté de la lecture des restes architecturaux, des techniques de construction et de la vaisselle nous a conduit à avancer deux hypothèses46, celle d’une fondation grecque tolérée par les Ibères d’Ilici, et occupée par une communauté mixte ou celle d’une création des Ibères d’Ilici qui aurait compté sur un apport de compétences grecques. Un point est acquis, le rôle d’Ilici, sans laquelle il est difficile de concevoir que quelque chose ait pu se faire. Une fondation grecque, acceptée par les indigènes d’Ilici qui trouveraient intérêt à cette installation adaptée à leurs échanges, pourrait être envisagée. Une communauté mixte animerait la vie de ce port et les Grecs se seraient immergés dans la communauté indigène au point de n’avoir jamais utilisé de vaisselle de cuisine grecque, ni de lampe grecque, ni de monnaie grecque, ni d’avoir souhaité disposer d’un environnement architectural grec. De fait dans l’espace qu’il nous a été loisible de fouiller, aucune maison n’a été reconnue comme grecque, ni reconnue comme habitée par un Grec47.

28Trop d’hésitations existent pour retenir cette hypothèse et La Picola doit être plutôt reconnue comme un fondation des Ibères d’Ilici ayant bénéficié d’un apport de compétences grecques — dans l’architecture — et fonctionnant sous contrôle ibère comme relais commercial. Le port et la construction de l’enceinte ont été à l’initiative des indigènes qui assurent le contrôle du lieu d’échanges. Les deux partenaires devaient y trouver intérêt ; les Grecs trouvent là un relais fixe, bien organisé, assurant la sécurité des échanges des produits et le partenaire est suffisamment fort et puissant pour permettre la distribution. La permanence de Grecs n’est, alors, pas nécessaire ; architecte ou marchand, le Grec n’a pas besoin d’une présence stable pour suggérer un plan ou pour vendre et échanger et La Picola a pu recevoir des courtiers itinérants proches de ceux que nous connaissons grâce au plomb de Pech Maho. L’idée ou le besoin de l’écriture ibéro-grecque a bien dû s’élaborer dans ce milieu et dans ce type de lieu, même si elle n’est attestée ni à Santa Pola, ni à Elche. Etablissement côtier spécialisé, La Picola est né d’un centre de pouvoir intérieur et a trouvé là sa fortune, une fortune qui est celle d’un emporion sous contrôle indigène.

29Un autre témoignage — le dernier ? — de déplacement individuel est fourni par la tombe de l’orfèvre de Cabezo Lucero ; dans ce cas, on retrouve un cheminement interne à la Péninsule, dont le point de départ est une région fortement orientalisée, peut-être l’Andalousie, Cadix. Nous sommes en présence de la variante muette du plomb de Pech Maho qui, lui, livrait le nom de son détenteur.

30Le rôle des sites d’embouchure et/ou lagunaires est renforcé par l’activité commerciale des Phéniciens et des Grecs qui leur confère un rôle économique, certes, mais aussi de catalyseurs des échanges sous toutes les formes possibles, des techniques, des goûts, des modes. Avec toutefois une question supplémentaire suscitée par la rareté des grands récipients de stockage tant à La Rabita que plus tard à La Picola : le rôle de transmission, de relais côtier serait privilégié, le centre dominant étant bien à chercher dans les piémonts ou plaines situés en retrait.

  • 48 P. Rouillard, « Les emporia dans la Méditerranée occidentale aux époques archaïque et classique »,(...)

31Dans un dossier régional, la fonction de frontière peut être l’élément d’explication d’un phénomène particulier. Mais cela ne semble pas suffisant. La confluence de courants distincts et qui effectivement peuvent se côtoyer, l’intégration selon des modalités diverses d’étrangers sont à l’origine de la créativité de cette région, et nous retrouvons alors une des pistes « constructives » de notre questionnement initial. Bien des chaînons manquent pour comprendre précisément la force créative des ateliers de sculpteurs, de peintres ou des architectes du Sud-Est de la Péninsule, mais l’immédiateté de la présence indigène dans le processus que l’on qualifie d’habitude de « colonial » est un moyen d’échanges qui explique la variété de la culture ibérique. Les filiations restent toujours difficiles à établir, et l’enseignement que nous donne le lent travail sur les écritures est que les héritages trop explicites (que l’on observe tant dans l’alphabet « méridional » que dans l’alphabet « gréco-ibère ») cèdent leur place à un alphabet plus spécifique des Ibères ; là, comme dans la sculpture, des sélections et des choix ont été effectués, différents selon des lieux éclatés. Pourtant l’éclatement n’empêche pas des similitudes en des lieux séparés : les circulations de région à région sont un fait. L’emporion, qui poursuit et prolonge un mode d’échange individuel48, favorise l’interaction. À la Palaiapolis, l’indigène accueille le Phocéen, autour de la basse vallée du Segura il s’approche de la mer quand arrivent les étrangers, Phéniciens et Grecs, au fil de deux siècles. Reconnaître une dynamique propre ou une identité à cette région implique bien sûr de regarder les realia — au bout de la chaîne —, mais invite surtout à démonter — en amont — les modalités de la rencontre ou des rencontres.

* Carte du sud-est de la péninsule Ibérique, réalisée à partir de cartes au 1 :400000 ; Murcia-Valencia (Service cartographique de la Maison René Ginouvès — Archéologie et Sciences de l’Antiquité)

Fig. 1 : Sphinge d’Agost. Musée du Louvre, en dépôt au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, AM 868 (Photo Pierre Rouillard)

Fig. 2 : Tête de griffon de Redovan. Musée des Antiquités Nationales de Madrid (d’après Garcia Y Bellido, La Dama de Elche [1943], Fig. XL)

Fig. 3 : Tête de griffon de La Alcudia, Elche (Photo Pierre Rouillard)

Notes

1 Confini e frontiera nella Grecità d’Occidente, Atti del 37e convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1997 (1999). Voir aussi le compte rendu, riche et stimulant, rédigé par A. Jacquemin, « Détour par le Wasolon (Mali) : les Grecs d’Occident à la recherche d’une nouvelle frontière », Topoi 8 (1998), p. 501-515.

2 Pour cette région, nous disposons de la monographie pionnière de E. Llobregat, Contestatila ibérica (1972) et des réflexions nuancées de L. Soria Combadiera et E. Dies Cusi, « Analisis de un espacio de frontera : el noroeste de la Contestania en el s. IV », in C. Aranegui (éd.), Los Iberos, principes de Occidente (1998), p. 425-435.

3 Fr. Croissant, « Sybaris : La production artistique », in Atti del 32e convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1992 (1994), p. 539-559 et « Intervention », in Atti del 37e convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto 1997 (1999), p. 711-713.

4 D. Viviers, « Les ateliers de sculpteurs en Attique : des styles pour une cité », in A. Verbanck-Piérard et D. Viviers (éds), Culture et cité, L’avènement d’Athènes à l’époque archaïque. Actes du colloque international de Bruxelles 1991 (1995), p. 221-223.

5 Un autre exemple, parmi d’autres, pour juger des débats : S. Cleuziou, « Quel peut être l’apport du concept d’ethnicité au modèle de colonisation urukéenne », Paléorient 25, 1 (2000), p. 151-157.

6 Ph. Poutignat et J. Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité (1999), p. 123.

7 Ibid., p. 123. et F. Barth dans le même volume, p. 203-249.

8 R. Azuar Ruiz, P. Rouillard, E. Gailledrat, P. MORET et F. Sala Sellès, « El asentamiento orientalizante e iberico antiguo de "La Rabita", Guardamar del Segura (Alicante), Avance de las excavaciones 1996-1998 », TP 55, 2 (1998), p. 111-126. Une seconde équipe, dirigée par Alfredo Gonzalez Prats, intervient sur ce site et le fait connaître sous le nom de La Fonteta. Ceci rappelé, nous mentionnerons ce site comme La Rabita. Voir aussi A. Gonzalez Prats, La Fonteta (1996-1998), El emporio fenicio de la desembocadura del río Segura, Exposición monográfica (1999).

9 Mises au point récentes : H. Bonet Rosado et C. Mata Parreno, « Habitat et territoire à l’Âge du fer ancien au sud du pays valencien », in Th. Janin (éd.), Mailhac et le Premier Age du Fer en Europe Occidentale, MAM 7 (2000), p. 61-72 et D. Asensio, C. Belarte, J. Sanmarti et J. Santacana, « L’expansion phénicienne sur la côte orientale de la péninsule Ibérique », ibid., p. 249-260.

10 Voir les Actes de la table ronde d’Ampurias (mai 1999), Cerámicas jonias de época arcaica (sous presse), avec les communications de P. Rouillard et de J. M. Garcia Martîn.

11 P. Rouillard, « Un vase archaïque d’Ionie du Nord à La Luz (Murcie, Espagne) », Anales de Prehistoria y Arqueología, Murcia 11-12 (1995-1996), p. 91-94 et ID., « Les céramiques de Grèce de l’Est dans le Sud-Est de lu Péninsule Ibérique : nouveaux éléments », in Cerámicas jonias de época arcaica (sous presse).

12 Sur cette question, on lira maintenant P. Moret, « Un nom pour les ruines », in A. Badie, É. Gailledrat, P. Moret, P. Rouillard, Ma J. Sánchez et P. Sillières, Le site antique de La Picola à Santa Pala (Alicante, Espagne) (2000), p. 239-254.

13 Ce qu’enseigne notre première étude du matériel, qui montre pour la vaisselle un quasi équilibre des pièces indigènes façonnées à la main et des pièces tournées de filiation phénicienne. La composante indigène est de plus en plus perceptible au cours du VIIe siècle et domine largement au VIe siècle. L’établissement dans sa phase initiale devait compter, les limites étant imprécises, autour de deux hectares ; la construction de l’enceinte, qui recouvre partiellement les premières maisons, à la fin du VIIe siècle, semble réduire l’établissement à 1,5 ha.

14 Synthèse commode avec bibliographie : A. Gonzalez Prats, « Quince años de excavaciones en la ciudad protohistórica de Herna (La Pena Negra, Crevillente, Alicante) », Saguntum-Plav 26 (1993), p. 181-188.

15 A. Garcia Menarguez, « El Cabezo Pequeno del Estano, Guardamar del Segura. Un poblado protohistórico en el tramo final del río Segura », in El mundo púnico. Historia, sociedady cultura (1994), p. 269-280.

16 A. Gonzalez Prats, Estudio del poblamiento antiguo de la Sierra de Crevillente (Alicante) (1983), p. 228-236.

17 J. Elayi, A. Gonzalez Prats et E. Ruiz Segura, « Une lampe avec inscription phénicienne de la Fonteta (Guardamar, Alicante) », RSFen XXVI (1998), p. 229-242.

18 Voir sur ce point S. Guttièrez, P. Moret, P. Rouillard et P. Sillières, « Le peuplement du Bas Segura de la protohistoire au Moyen Âge », Lucentum XVII (sous presse).

19 C. G. Wagner, « Fenicios y autóctonos en Tartessos. Consideraciones sobre relaciones coloniales y la dinámica de cambio en el suroeste de la península Ibérica », TP 52, 1 (1995), p. 109-126. Une hypothèse envisagée aussi pour Penya Negra qui aurait accueilli un groupe de Phéniciens selon A. Gonzalez Prats, Saguntum-Plav 26 (1993), p. 184. Ce débat est bien présent aujourd’hui, par exemple dans les actes du Colloque de Carcassone 1997, Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe Occidentale, MAM 7 (2000), où D. Asensio et alii soulignent les différences avec l’Andalousie (p. 259) quand H. Bonet et C. Mata voient, sans arguments convaincants selon moi, « une situation semblable » dans le Bas Guadalquivir et le Bas Segura (p. 62).

20 En dernier lieu. D. Asensio et alii, in Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe Occidentale, MAM 7 (2000). p. 254-257.

21 T. Chapa, La escultura ibérica zoomorfa (1985), p. 40-41 ; P. Rouillard, Antiquités de l'Espagne (1997), p. 92-93 (pour l'exemplaire conservé au Louvre, AM 868) ; P. LÉON, La sculpture des Ibères (1998), p. 55 (pour l’exemplaire du MAN de Madrid).

22 T. Chapa, La escultura ibérica zoomorfa (1985), p. 46-47.

23 M. Almagro Gorbea et R. Ramos Fernandez, « El monumento ibérico de Monforte del Cid », Lucentum 5 (1986), p. 45-63. En dernier lieu, I. Izquierdo, Monumentos funerarios ibéricos : los pilares-estela, TV del SIP, 98 (2000), p. 138-141.

24 A. Garcia Y Bellido, La dama de Elche y el conjunto de piezas arqueológicas reingresadas en Espana en 1941 (1943), p. 145-156 ; T. Chapa, La escultura ibérica zoomorfa (1985), p. 52 ; P. Léon, La sculpture des Ibères (1998), p. 55.

25 M. BLECH et E. Ruano RUIZ, « Zwei iberische Skulpturen aus Úbeda La Vieja (Jaén) », MM 33 (1992), p. 74-75, fig. 2d et 3. E. Langlotz, Die kulturelle und künstlerische Hellenisierung der Küsten des Mittelsmeers durch die Stadt Phokaia (1966), p. 40, fig. 47 ; Cl. ROLLEY, La sculpture grecque I. Des origines au milieu du Ve siècle (1994), p. 407 et fig. 443.

26 Fr. Croissant et P. Rouillard, « Le problème de l’art "gréco-ibère" : état de la question », in R. Olmos et P. Rouillard (éds), Formes archaïques et arts ibériques, Coll. Casa de Velázquez 59 (1996), p. 60.

27 J. DE Hoz, « La escritura greco-ibérica », Veleia 2-3 (1987), p. 285-298 ; ID., « Las sociedades paleohispánicas del área no indoeuropea y la escritura », AEspA 66 (1993), p. 3-29.

28 J. De Hoz, « Las sociedades paleohispánicas del área no indoeuropea y la escritura », AEspA 66 (1993), p. 23 et A. Gonzalez Prats, Estudio delpoblamiento antiguo de la Sierra de Crevillente (Alicante) (1983), p. 231 et 297, fig. 5.

29 Fr. Croissant et P. Rouillard, « Le problème de l’art "gréco-ibère" : état de la question », in R. Olmos et P. Rouillard (éds), Formes archaïques et arts ibériques, Coll. Casa de Velázquez 59 (1996), p. 55-66.

30 Dans l’attente d'une publication d’ensemble par son inventeur (en 1986), J. Uroz Saenz, on lira de lui une première présentation dans Cabezo Lucero, Necrópolis ibérica (Guardamar del Segura), Exposición del Museo Arqueológico de Alicante (1992), p. 45-48.

31 F. Quesada et alii, « Artesanos itinerantes en el mundo ibérico ? Sobre tecnicas y estilos decorativos, especialistas y territorio », in III Reunió sobre Economia en el Món Ibéric, Valencia 1999, Saguntum-Plav Extra-3 (2000), p. 298.

32 C. Aranegui, « La necrópolis de Cabezo Lucero (Guardamar del Segura, Alicante) », in J. Blanquez Pérez et V. Antona Del Val, Las Necrópolis (1992), p. 169-188.

33 M. Bendala, Tartesios, iberos y celtas (2000), p. 183-197.

34 P. Leon, La sculpture des Ibères (1998), p. 29.

35 C. Aranegui, « Una dama entre otras », in R. Olmos et Tr. Tortosa, La Dama de Elche, Lecturas desde la diversidad (1997), p. 179-186 ; EAD., « Signos de rango en la sociedad ibérica. Distintivos de caracter civil o religioso », REIb 2 (1996), p. 91-121 ; I. Izquierdo, « La imagen del poder. Retlexiones entorno a la feminización del ritual funerario en la cultura ibérica », in C. Aranegui (éd.), Los Iberos, principes de Occidente (1998), p. 185-193.

36 P. Léon, La sculpture des Ibères (1998), p. 37-38 et 57.

37 Fr. Croissant et P. Rouillard, « Le problème de l’art "gréco-ibère" : état de la question », in R. Olmos et P. Rouillard (éds), Formes archaïques et arts ibériques, Coll. Casa de Velázquez 59 (1996), p. 61 ; voir maintenant I. Izquierdo, Monumentos funerarios ibéricos : los pilares-estela, TV del SIP, 98 (2000), p. 299-302 et p. 307-310.

38 J. Blanquez Pérez, « Nuevas consideraciones en torno a la escultura ibérica », CuPAUAM 19 (1992), p. 121-143.

39 Ma M. Ros Sala, « Mineria y metalurgia de la piata en el yacimiento protohistórico de Punta de Los Gavilmanes (Mazarrón, Murcia) », in R. Arana Castillo et alti (éds), Metalurgia en la Peninsula Ibérica durante el primer milenio a. C. Estado actual de la investigación (1993), p. 205-220.

40 D. Ruiz Mata, El poblado fenicio del Castillo de Dona Bianca (El Puerto de Santa Marίa, Cádiz) (1995). Je ne suis pas convaincu par l'identification de ce site avec la Cadix des sources anciennes que le même auteur propose : « La fundación de Gadir y el Castillo de Dona Bianca : contrastación textual y arqueológica », Compiutimi 10 (1999), p. 279-317.

41 Voir la synthèse proposée par D. Asensio, C. Belarte, J. Sanmarti et J. Santacana, « L’expansion phénicienne sur la côte orientale de la Péninsule ibérique », in Th. JANIN (éd.), Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe Occidentale, MAM 7 (2000), p. 249-260.

42 Voir maintenant M. Olcina Donenech (éd.), La Illeta dels Banyets (El Campello, Alicante), Estudios de la Edad del Bronce y Época Ibérica (1997).

43 En attendant la monographie en préparation, voir X. Aquilue, P. Castanyer, M. Santos et J. Tremoleda, « Nuevos datos sobre la fundación de Emporion », in Los Griegos en Espana, Tras las huellas de Heracles (2000), p. 89-105. Sur la région de l'Ampurdan, voir maintenant E. Pons I Brun, Pobles de muntanya, pobles d’aigua al Pirineu oriental (1100-650 a. C.)(2000).

44 Voir S. Guttierez, P. Moret, P. Rouillard et P. Sillières, « Le peuplement du Bas Segura de la protohistoire au Moyen-Âge », Lucentum XVII (sous presse) ; le site de El Rebollo exploré par des amateurs locaux a livré un fragment de céramique attique de la fin du Ve siècle.

45 F. Sala Sellès, « Algunas reflexiones sobre la fase antigua de la Contestania ibérica : de la tradición orientalizante al período clásico », Anales de Arqueología Cordobesa 7 (1996), p. 19-21 et fig. 6.

46 P. Moret et P. Rouillard, « La Picola aux Ve et IVe siècles av. J.-C. : un port entre Grecs et Ibères », in Le site antique de La Picola à Santa Pola (Alicante, Espagne) (2000), p. 255-265.

47 Il faut souligner que toute trace de nécropole a disparu à la suite des travaux d’aménagement de terrasses agricoles ; il y a là une lacune dans notre information impossible à combler.

48 P. Rouillard, « Les emporia dans la Méditerranée occidentale aux époques archaïque et classique », in G. Vallet (éd.), Les Grecs et l’Occident, Actes de la Villa Kerylos 1991 (1995), p. 95-108.

Table des illustrations

Légende * Carte du sud-est de la péninsule Ibérique, réalisée à partir de cartes au 1 :400000 ; Murcia-Valencia (Service cartographique de la Maison René Ginouvès — Archéologie et Sciences de l’Antiquité)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Fig. 1 : Sphinge d’Agost. Musée du Louvre, en dépôt au Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, AM 868 (Photo Pierre Rouillard)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Fig. 2 : Tête de griffon de Redovan. Musée des Antiquités Nationales de Madrid (d’après Garcia Y Bellido, La Dama de Elche [1943], Fig. XL)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20371/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Fig. 3 : Tête de griffon de La Alcudia, Elche (Photo Pierre Rouillard)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20371/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540