Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographie historique du monde méditerranéen

 | 
Hélène Ahrweiler

Première partie. Contributions sur le monde méditerranéen

La géographie historique byzantine et le principe de l’interdépendance. Deux nouveaux exemples

Anna Avraméa

Texte intégral

  • 1 Les problèmes de la géographie historique byzantine, Proceedings of the XIIIth International Congre (...)

1En 1962, Louis Robert écrivait, dans la postface de la seconde édition de son livre Villes d’Asie Mineure, p. 427 et sq. : « du côté ‘byzantin’ on observe une volonté d’autonomie, un appétit d’avoir le droit d’être une science à part et parfois même comme une sorte de complexe obsidional ou de Cendrillon. Le ‘byzantinisme’ ne gagnera rien à se couper de la science de l’antiquité comme certains de ses adeptes le font pratiquement de plus en plus. Je parle ici d’abord de la géographie ». Tout en soulevant le problème de la dépendance du byzantin par rapport à l’antiquité, le même savant ne manquait pas de souligner qu’il a toujours utilisé les documents byzantins, indispensables à la géographie antique et qu’un document du xive s. peut éclairer la question du site d’une ville de l’époque impériale ou hellénistique. Il posait de la sorte clairement le principe de l’interdépendance dans la recherche et les études de géographie historique. Quelques années plus tard, Hélène Ahrweiler, exposant les problèmes essentiels de la géographie historique byzantine1, signalait que l’approche de la géographie historique de Byzance ne peut se faire qu’à partir de l’époque antérieure, l’époque gréco-romaine.

  • 2 La grande brèche dans la tradition historique de l’Hellénisme du viie au xixe siècle, dans Χαριστήρ (...)

2Loin de vouloir ranimer une polémique depuis longtemps apaisée, je ne peux pourtant pas passer sous silence le fait que si les byzantinistes d’antan ont parfois négligé de se rapporter aux textes et documents de l’antiquité, ils ont en revanche subi des pertes considérables dans la documentation archéologique, fort utile pour leurs recherches. Je pense notamment à ce qu’écrivait Dionyssios Zakythinos2 : « On ne regrettera pas assez les principes avec lesquels les fouilles de grands centres de la culture grecque ont été menées par la vieille génération des chercheurs. Des archéologues férus d’Hellénisme ont négligé et laissé périr des monuments et des vestiges postérieurs... ». Malgré les difficultés et les controverses, les études de géographie historique byzantine ont, depuis, marqué un progrès considérable tant dans le domaine des publications que dans celui de l’organisation internationale.

3Tout en acceptant sans discussion la valeur théorique du principe de l’interdépendance, je voudrais souligner les difficultés que le chercheur rencontre sur le plan pratique pour dompter le matériel immense et varié. Bien que les résultats des recherches historiques et archéologiques de l’époque antérieure à Byzance soient mieux organisés, nous sommes encore loin de disposer d’un ensemble qui faciliterait la tâche du byzantiniste. Le projet international de la Tabula Imperii Romani, pour ne parler que d’un projet de géographie historique, est encore loin de couvrir les régions englobées par l’empire byzantin qui lui a succédé. Je ne critiquerai pas ici la méthode adoptée par ce projet qui consiste à classer par ordre alphabétique les éléments géographiques d’une aire limitée dans le temps. Si incontestablement utile qu’elle soit, cette présentation — à supposer que les données qui y figurent soient complètes — reste une simple énumération, utile pour la recherche verticale. De ce matériel muet, qu’on pourrait comparer à un trésor exposé mais invisible, celui qui en profite le premier c’est évidemment le chercheur qui rassemble les données et qui est récompensé ainsi pour son travail dur et je dirais même ingrat. Laissant donc de côté le « complexe obsidional » du byzantiniste, je présenterai ici deux nouveaux exemples qui illustrent le principe de l’interdépendance.

  • 3 Documents d’Asie Mineure. XIX. Un évèché de Lycie, BCH, 106, 1982, p. 309-319.

4L’identification des noms de lieux est le domaine qui a été le plus développé, grâce au recours aux sources antérieures ou postérieures et à cause du phénomène de la persistance. Dernièrement encore Louis Robert3 a identifié l’évêché byzantin de Lornaia (xe s.), à partir de l’édition des Notitiae épiscopales publiées par J. Darrouzès. Il a rapproché le toponyme de Lornaia et l’ethnique Lyrnitès de la façon la plus étroite. Λυρνίτης apparaît gravé en caractères du iie ou du ier s. sur les côtés d’un pilier, dans un décret du conseil et du peuple des Hippokomitai en Lycie occidentale. C’est dans le domaine de la toponomastique que je vais commenter un nouvel exemple puisé dans une épitaphe paléochrétienne.

L’apothécarios de Phrygie.

  • 4 La plaque inscrite appartenait à la collection de A. K. Stamoulis et elle a été trouvée en 1809 au (...)
  • 5 Publiée par G. Seure, BCH, 36, 1912, n  87, p. 633 (avec dessin et transcription). Cf. G. Millet, A (...)

5Une épitaphe grecque, trouvée à l’Est de Sélymbria, aujourd’hui Silivri, sur la côte Nord de la Propontide4 est gravée sur une plaque de 0,505 m de hauteur, 0,35 m de largeur et 0,35 m d’épaisseur ; elle est datée du ve s.5. Son texte est le suivant :

6+ Ἐνθάδε ϰατά-

7ϰιτητς μαϰα-

8ρας μνήμης Φ (λ) α-

9ϐιανςποθη-

105 ϰάριος Φρυγί-

11ας, ϰτήματος

12Βούζις τν Αὐ-

13χενίου. Ἐτελ-

14εύτησεν μηνί

1510 ᾿Iουλω ηι’ ἰνδ (ιϰτινο)

16* ε’ + ς

17« Ci-gît Flavianos de bienheureuse mémoire, apothécaries de Phrygie, du domaine Vouzis appartenant aux Αχενίου. Il est mort le 18 juillet, 5e indiction ».

18Le sens de ce texte épigraphique, qui renferme pourtant bon nombre d’éléments, reste obscur. Il fut, dès sa publication, commenté comme suit : Flavianos qui fut enterré à Sélymbria a exercé son activité comme apothécarios de la province de Phrygie. De plus, Seure identifia le ϰτμα Βούζις avec Βουζαα près de Gordion de Phrygie, identification acceptée par Millet et Mentzou.

  • 6 Th. Macridy-J. Ebersolt, BCII, 46, 1922, p. 357. Grande stèle, en forme de croix trouvée à Top-hané (...)
  • 7 Cette inscription, en forme de croix aussi, ne provient pas de Constantinople comme l’écrivait Robe (...)
  • 8 II. Grégoire, Recueil des inscriptions grecques-chrétiennes d’Asie Mineure, fasc. 1, Paris 1922, n° (...)
  • 9 J. Keil-A. Wilhelm, Denkmäler aus dern Rauhen Kilikien. Monumenta Asiae Minoris Antiqua, t. III, Ma (...)
  • 10 Mis à part l’épitaphe de l’apothécarios Flavianos de la région de Sélymbria, nous connaissons une a (...)
  • 11 D. Feissel, Recueil des Inscriptions chrétiennes de Macédoine du iiie au vie siècle, Bulletin de Co (...)
  • 12 L’inscription provient du lieu-dit Théotokou, à l’extrémité Sud-Est de la péninsule de Magnésie en (...)
  • 13 Bull. ép. 1979, n 548.

19On a peu de données sur les fonctions de l’apothécarios — la personne à qui est, confié un entrepôt, un magasin privé, d’un grand domaine ou de l’État — malgré le nombre assez considérable d’inscriptions où figure ce terme. Ces inscriptions proviennent de Constantinople6, de Pylai de Nicomédie7, de Panormos de Cyzique8, de Korykos de Cilicie9, de Sélymbria10, de Thessalonique11 et de Thessalie12. Il est remarquable que toutes les inscriptions des apothécarii proviennent de villes ou de bourgs côtiers connus pour leur activité comme poste de commerce maritime. Robert, commentant le lieu de provenance exacte de l’apothécarios Μηνς (Pylai, et non pas Constantinople) signale combien la fonction de « garde d’un entrepôt » convient à un lieu comme Pylai13.

Fig. 1. — Inscription de la basilique de « Theotokon » en Thessalie, déposée au musée d’Almyros.

  • 14 Cf. ci-dessus, note n° 9 : MAMA III, n° 459.
  • 15 Cf. ci-dessus, note n » 11.
  • 16 Cf. ci-dessus, notes nos 6 et 7. Sur les stèles en forme de croix cf. en dernier D. Feissel, Aquile (...)
  • 17 E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, ive-viie siècles. Paris 1977, p. 6 (...)

20La plupart de ces épitaphes associent le nom et le patronyme du défunt au terme d’apothécarios. Deux d’entre elles mentionnent une autre occupation, à côté de celle de l’apothécarios : celle de πάνδοχος à Korykos14 et peut-être celle de lecteur à Thessalonique15. Les deux inscriptions provenant de Constantinople et de Pylai de Nicomédie, gravées sur des stèles en forme de croix citent le pays d’origine du défunt16. Deux inscriptions seulement signalent le lieu où le défunt exerça son activité. Celle de Panormos de Cyzique, où la personne mentionnée était octavarius et apothécarios de ττου ϰώμη, c’est-à-dire titulaire de charges publiques, gardien du magasin fiscal, qui établit une sépulture pour lui-même et ses héritiers, preuve qu’il était originaire du lieu ou qu’il y était durablement installé17. Le second exemple qui rapporte le lieu de l’activité de l’apothécarios, est l’épitaphe de Flavianos qui nous préoccupe ici.

  • 18 Nous connaissons des immigrants provenant des provinces intérieures de l’Asie Mineure installés à C (...)

21Il me paraît difficile, sinon impossible, d’adopter l’interprétation communément acceptée, à savoir que Flavianos était apothécarios de toute la province de Phrygie. Le fait que des gens originaires de Phrygie18 étaient installés en Propontide ne facilite pas l’explication de l’expression ποθηϰάριος Φρυγίας. La difficulté provient non seulement de la formulation du texte mais du sens lui-même. Constantina Mentzou émet des réserves, tout en écrivant que Flavianos était apothécarios de Phrygie, et se demande à juste titre comment Flavianos a pu être nommé apothécarios d’une énorme province, comme la Phrygie : dans ce cas-là il devait être fonctionnaire d’État. Mais comme tout de suite après, le texte rapporte le nom du domaine (Βούζις), où Flavianos était assigné ainsi que la propriété des Αχενίου, ce devait être un fonctionnaire privé.

  • 19 G. Müller, Geographi Graeci Minores, I, Paris 1855, §37, p. 401.
  • 20 Müller, op. cit.. § 90, p. 422. Cf. aussi Tabulae, pl. n° XVII.

22Cette inscription problématique est éclaircie par un texte de géographie ancienne. Dans le Périple du Pont Euxin d’Arrianos19, entre autres, nous lisons : « ἀπδέ Σαλμυδησσοεις Φρυγίαν στάδιοι τριάϰοντα ϰατριαϰόσιοι. ἘνθέδεπΚυανέας εἴϰοσι ϰατριαϰόσιοι ». Les distances données par ce passage pourraient au premier abord paraître comme une faute du scribe. Comment Salmydessos (Médée byzantine, aujourd’hui Serves burnu) sur la côte thrace de la mer Noire, peut-elle être distante de Phrygie de 330 stades seulement, soit à peu près 42 milles ? Cette prétendue erreur est vite rectifiée par le texte de l’Anonyme20 attribué, lui aussi, à Arrianos. Nous y lisons : « ἀπδΣαλμυδησσοες Φρυγίαν τν ϰαλεγομένην Φιλίαν ϰαΒυζαντίων χωρίον ϰαι ἀϰρωτήριον στάδιοι δέϰα ϰατριαϰόσιοι, μίλια τεσσαράϰοντανα, τρία. ἈπδΦρυγίας τς ϰαΦιλίας ες Κυανέας στάδιοι εἵϰοσι ϰατριαϰόσιοι » : « De Salmydessos à Phrygie, qu’on appelle Philia, bourg des Byzantins et qui est un cap, 310 stades. Et de Phrygie qu’on appelle aussi Philia jusqu’aux pierres Kyanéas 320 stades ».

  • 21 Tabula Peutingeriana VIII f. dans K. Miller, Itineraria Romana, Stuttgart 1916, p. 515. Geogr. Ηαυ. (...)
  • 22 Ed. E. Sargologos, « Subsidia Hagiographica », n° 39, Bruxelles 1964, 2, 1; 32, I; 50, 1.
  • 23 Γ. Ραλλη - M. Ποτλη, Σύνταγμα τν θείων ϰαὶ ἰερν ϰανόνων, t. iii, Athènes 1853, p. 487: όρχιεπίσ(...)
  • 24 Nous connaissons deux bornes de délimitation de Philéa et de Derkos se rapportant aux propriétés d’ (...)

23Phrygie est donc identifiée à Philia ou Philéa, sur la côte thrace de la mer Noire, à 40 km des détroits du Bosphore, aujourd’hui le cap Karaburnu et le village de Jeniköy (cf. fig. 2). C’est Philéas ou Phinéas de Skymnos, d’Etienne de Byzance et Φιλία ἅϰρα de Ptolémée, station de route signalée par les itinéraires du ive s.21. C’est Philéas de Théophane (38222) et le χωρίον Φιλέα de la Vie de Saint Cyrille le Philéote22. En 1161 Philéa est mentionné comme « έμπόριον »23. Le texte d’Arrianos est clair et nous devons accepter l’identification de Phrygie avec Philéa. Ainsi pouvons-nous expliquer le terme « ἀποθηϰάριος Φρυγίας », c’est-à-dire de Philia ou Philéa, localité pas très éloignée de Sélymbria, au Nord-Est de celle-ci, et située près de la côte. Sa situation et sa fonction justifient l’existence d’un entrepôt de marchandises. Il est probable que cette épitaphe provient de Philéa même et que la pierre, de dimensions moyennes, a été transportée à Kouyoum-deré où elle fut découverte. Si j’avance cette hypothèse c’est que l’épitaphe de Flavianos n’est pas la seule pierre inscrite découverte dans la région de Sélymbria et contenant un texte qui se rapporte à Philéa24. D’autre part nous ne pouvons pas exclure la possibilité que Flavianos ayant exercé à Philéa ait été enterré dans sa région natale, près de Silivri.

  • 25 Millet, BZ, 1929-1930, p. 432, n. 4, signale que la forme Βούζις suppose que le nom du domaine soit (...)
  • 26 Die ihrakischen Sprachreste2, Wien 1976, p. 79. La forme Βουσσις est attestée dans une inscription (...)
  • 27 G. Seure, BCH. 1912, nos 29-30, pp. 574-575. Id., Révue Archéologique, 1912, n° 29, p. 330. Cf. V. (...)

24D’après notre texte l’apothécarios Flavianos était affecté à un domaine du nom de Βούζις25. La localisation à Philéa explique aussi la provenance thrace du nom, signalée par Detschew26 à propos d’un général de Justinien nommé Βούζης. Le domaine de Βούζις faisait partie d’un ensemble dénommé τΑχενίου. Nous connaissons un grand nombre d’exemples de ces dénominations composées de l’article pluriel neutre et du génitif d’un nom propre, provenant de Constantinople et du Bosphore. Millet avait remarqué que Τά Αχενίου, ne se rencontre pas dans les Πάτρια Κωνσταντινουπόλεως et supposait une fondation provinciale. L’identification proposée vient le confirmer. Τά Αχενίου s’ajoute ainsi à d’autres exemples connus de la Thrace, où la propriété foncière restait à la base de l’économie du pays durant la période protobyzantine. Les territoires des grands propriétaires étaient exactement délimités par des bornes inscrites qui nous renseignent sur les propriétés thraces τν Ζημοϰάρτου, τν Λαμαστόρων27.

  • 28 G. Schlumberger, Sigillographie, p. 325 ; Id., Revue Numismatique, 9, 1905, n° 275. G. Millet, Sur (...)
  • 29 G. Zacos-A. Veglery, Byzantine Lead Seals, vol. I1, Basel 1972, p. 135 et suiv., pl. nos 1-32.

25Pour terminer nous formulerons quelques remarques générales sur l’apothécarios. Deux exemples nous apprennent son lieu d’exercice : ce sont des kômai ; l’un octavarius et apothécarius de ττου ϰώμη de Cyzique, l’autre de Philéa, affecté à un domaine. Deux sceaux seulement de l’époque méso-byzantine nomment l’apothécarios, mais comme l’a expliqué Millet, il s’agit d’un fonctionnaire de la cour28. Aucun exemple ne donne, à côté du terme d’ἀποθηϰάριος, celui d’ἀποθήϰη. Quand ce dernier apparaît sur les sceaux (de la fin du vie s. jusqu’à 728/9) il est précédé de la fonction de commerciaires (ϰομμεριϰάριοιποθήϰηςγενιϰοί ϰομμεριϰάριοι άποθήϰης). Ces fonctionnaires portant de hauts titres sont chargés de la supervision des άποθῆϰαι de l’État et leur responsabilité s’étend à de grandes circonscriptions géographiques ou à de grandes villes29.

A propos de saint Léon de Modon.

26Le second exemple que je présenterai est fondé sur l’interprétation d’un texte hagiologique byzantin, mis en relation avec des données topographiques antérieures et des éléments cartographiques modernes. Cet exemple nous ramène à l’autre extrémité de l’Empire, dans le Sud-Ouest du Péloponnèse, à Modon.

  • 30 Mémoires et Documents. Santi di Metone : Atanasio vescovo, Leone taumatur-go, Byzantion, 41, 1971, (...)

27Dans son excellent travail relatif aux saints de Modon, Enrica Follieri30 présente en détail toutes les relations des voyageurs qui mentionnent le culte de saint Léon le thaumaturge et de l’évêque Athanase à Modon, échelle vers la Méditerranée orientale et vers l’Occident. Un des mérites de cette étude réside dans l’édition de textes grecs inédits concernant saint Léon.

  • 31 Marquis de La Grange, Voyage d’oultremer en Jhérusalem par le Seigneur de Caumont l’an MCCCCXVIII, (...)

28Dans la tradition hagiographique sur ce saint qui est assez confuse, surtout en ce qui concerne le lieu et la date de la construction de son église, je ne m’arrêterai que sur les données de sa mort, l’ensevelissement et la découverte du corps. Sur ce point particulier, la relation du pèlerin français Nompar II, seigneur de Caumont, écrite en 1418, en vieux français31, est la plus intéressante des sources occidentales. Je résume brièvement : saint Léon (saint Lion) qui était sabotier venait du saint sépulcre, mais il tomba malade et mourut sur le bateau ; on le jeta à la mer, dans une caisse ... la mer le porta à terre, près de Modon ; quelques personnes le trouvèrent et, émerveillées, allèrent l’enterrer dans une fosse qu’elles creusèrent. Chaque nuit il y avait des feux allumés sur cette fosse. L’évêque de la cité eut une vision, alla « par-delà » et le fit déterrer. Avec tous les honneurs on le porta en ville, sur une charrue tirée par des bœufs...

  • 32 G. Porro, Viaggio di Pietro Casola a Gerusalemme tratto dall’autografo esistente nella Biblioteca T (...)

29En 1494 Pietro Casola32 répète que saint Léon était un pèlerin qui mourut sur le bateau et fut enterré près de la côte.

  • 33 Follieri, loc. cit., pp. 402-430 ; pp. 438-450 (les textes).

30Les textes grecs concernant saint Léon rapportent davantage de détails ; ils se composent d’un synaxaire et d’une acolouthie, déposés dans des codex des xve» et xve s. Le synaxariste est inconnu mais le canon et les stichera furent écrits par Nicolas, évêque de Modon, sous Manuel Comnène, mort avant 1165. C’est probablement lui qui instaura le culte et la commémoration de saint Léon à Modon33.

  • 34 Follieri, loc. cit., pp. 441-443.

31Le synaxariste grec34 raconte que saint Léon était originaire de Calabre — c’était donc un orthodoxe —, que, dès l’âge le plus tendre, il se voua à Dieu. Désirant visiter la Terre sainte, il se mit en route mais, avant d’arriver à destination, du côté du Péloponnèse, dans un port situé près de la ville de Modon, il tomba malade et mourut. Les marins sortirent du bateau et enterrèrent le corps avec tous les honneurs, en un lieu appelé Ῥῶσον Χμα : ἕν τινι τόπῳϰαλουμένῳ ῬώσΧώματι. Plusieurs années plus tard, un évôque de la ville, nommé Nicolas, fut avisé par le saint de procéder à la translation de son corps. Nicolas se hâta, accompagné de l’ensemble du clergé, trouva la sainte relique intacte et la déposa dans une caisse.

32Les deux textes principaux, à savoir celui de Nompar II de Caurnont et le synaxaire grec rapportent à quelques détails près, les mêmes choses : saint Léon, mort sur le bateau, à une époque indéterminée, fut enterré près de la côte de Modon, au lieu-dit Ῥώσον Χμα ; son corps fut découvert d’une manière miraculeuse dans la première moitié du xiie s., probablement par Nicolas, évêque de Modon qui institua son culte.

  • 35 Paleogeographic Reconstructions in the Methoni Embayment in Greece, Journal of Field Archaeology, 4 (...)

33Une étude de reconstructions géologiques de la surface et des couches sous-jacentes, qui a signalé les changements côtiers survenus dans la baie de Modon, mise en relation avec les documents historiques et les données archéologiques, s’avère très utile pour l’explication du texte hagiographique qui nous occupe. L’étude a été effectuée par John Kraft et Stanley Aschenbrenner35, mais malgré un dépouillement exhaustif des sources, elle ignore le texte sur saint Léon.

34Les deux savants américains pensent que les changements géomorphologiques ont constitué un facteur important dans la nature de l’occupation humaine de la baie de Modon ; ils ont signalé des modifications dues à l’intervention humaine dans la partie Nord-Ouest depuis l’époque gréco-romaine. Ailleurs, c’est la nature, sans l’intervention humaine qui a altéré l’aspect géomorphologique. Des vestiges de l’époque romaine ont été signalés au Nord - Nord-Est de la baie. Un mur en briques, une conduite d’eau, un four à chaux et des tessons ont été repérés sur la côte, à 9 km à l’Est de la forteresse. La partie orientale de la baie de Modon est une région où les rochers sont soumis à une érosion rapide. Ce phénomène a été démontré par l’étude des restes d’une église paléochrétienne datée du vie s. par le pavement de mosaïque conservé (cf. fig. 3).

  • 36 G. Pentogalos, Παρνασσός, 16, 1974, pp. 34-51, expose cette confusion à propos de Ilias ou Léos Mos (...)
  • 37 M. N. Valmin, Études topographiques sur la Messénie ancienne, Lund 1930, p. 122, 153.

35Il n’est pas sans intérêt pour notre sujet de souligner que cette ruine est appelée par les habitants Agios Ilias, appellation étroitement liée phonétiquement à Agios Léos — c’est ainsi que les Grecs nomment saint Léon. La confusion entre les deux noms est attestée en Grèce36 ; Valmin, l’auteur des Études Topographiques en Messénie décrivant en 1930 l’église vouée à saint Léon à Palaiométhoni, l’appelle Ag. Ilias37. Il faut d’autre part rappeler que les églises de Agios Ilias, ou plus souvent du Prophitis Ilias, se trouvent presque toujours au sommet des collines ou des montagnes, loin de la mer.

Fig. 3. — Journal of Field Archaeology, 4, 1977, p. 22

  • 38 C.G. Higgins, American Journal of Archaeology, 70, 1966, p. 27.
  • 39 M. N. Tod. Journal of Hellenic Studies, 25, 1905, p. 34.

36La ruine de Ag. Ilias de Modon était perchée sur le sommet d’un rocher qui tombe abruptement dans l’eau. Toute la partie occidentale de l’église a complètement disparu, à une profondeur de 12 m, comme le rocher escarpé s’est déplacé vers l’Est. Higgins38, qui compare ces ruines avec des plans de basiliques analogues, a effectué une estimation approximative de l’érosion à laquelle le rocher côtier a été soumis depuis le vie s. ; d’autre part, des témoignages tels que les rapports de l’Expédition scientifique de Morée en 1835 et de Tod39, à la fin du xixe s., conduisent à la conclusion que Ag. Ilias fut construit au vie s. quand la ligne côtière se trouvait à quelques centaines de mètres vers l’Ouest.

37Il me semble probable que le corps de saint Léon ait été enseveli près de la côte, dans une région où il y avait un lieu de culte chrétien. Et celui-ci pouvait bien être la basilique paléochrétienne et sa région employée pendant l’époque méso-byzantine, comme c’est souvent la règle. Serait-il d’autre part audacieux de penser que l’apparition miraculeuse du corps résulte de l’érosion ? Je crois que non. Mais, c’est le nom de lieu Ῥῶσον Χμα, mentionné par le synaxariste grec qui m’amène à proposer avec plus de sûreté cette identification, à savoir que c’est à l’emplacement de Ag. Ilias que saint Léon fut enterré et puis découvert. Follieri qui discute cette appellation et souligne que c’est une formation vénétogrecque, n’arrive pas à l’identifier. Ce sont les documents cartographiques qui donnent la clé pour son identification. Sur les cartes très détaillées de l’État-major grec (1 : 25.000, 1 : 50.000), juste au-dessus de la ruine de Ag. Ilias, la colline porte le nom significatif de Κοϰϰινιά. Il n’est pas difficile d’en déduire qu’avec le temps le nom vénétogrec de σον Χμα a été tout à fait grécisé et est devenu Κοϰϰινιά.

38Si j’ai choisi de présenter ce sujet, ce n’est pas pour convaincre des spécialistes avisés, qui connaissent de près les difficultés de la recherche en géographie historique. J’ai donné quelques aspects de la perplexité qu’engendre cette recherche dans ses promenades dans le temps, diachroniques et interdisciplinaires. Face à la clôture d’un programme international et devant les projets qui seront formulés à l’avenir il n’est pas inutile de rappeler les difficultés que l’on rencontre. Surtout parce que le temps presse et que nous sommes obligés de partager la pensée pessimiste de Voltaire à savoir que « l’ambition humaine a mis jusqu’ici plus de soins à dévaster la terre qu’à la décrire ».

Notes

1 Les problèmes de la géographie historique byzantine, Proceedings of the XIIIth International Congress of Byzantine Studies, Oxford 1967 ( = Variorum Reprints, London 1976, n° II), p. 465.

2 La grande brèche dans la tradition historique de l’Hellénisme du viie au xixe siècle, dans Χαριστήριον ες .Κ. Ὀρλάνδον, t. III, Athènes 1966 ( = Variorum Reprints, London 1973, n° V), p. 301.

3 Documents d’Asie Mineure. XIX. Un évèché de Lycie, BCH, 106, 1982, p. 309-319.

4 La plaque inscrite appartenait à la collection de A. K. Stamoulis et elle a été trouvée en 1809 au lieu-dit Kouyoum-déré, près de la côte, entre Silivri et Epivatae. Cette information est fournie par les volumes 105 et 166 A de la collection manuscrite de A. K. Stamoulis, « Θραϰιϰά », ἤτοι ΣυλλογΕδήσεων περΘρᾳϰης ϰαΘραϰῶν, déposée à l’Académie d’Athènes. Selon A. Paspatis, λλ. Φιλ. Σύλλογος Κωνσταντινουπόλεως, 12, 1877-1878, p. 41, Kouyoum-déré se trouve près de la côte, à un quart d’heure à l’Ouest de Ag. Stephanos ; il y signale un grand nombre d’antiquités byzantines et suppose qu’il y avait là un bourg byzantin.

5 Publiée par G. Seure, BCH, 36, 1912, n  87, p. 633 (avec dessin et transcription). Cf. G. Millet, Apothécarios, BZ, 30, 1929-1930, p. 432-433. L. Robert, Noms de métiers dans des documents byzantins, Χαριστήριον ες Ἀ.Κ. Ὀρλάνδον, t. I, Athènes 1965, p. 333, n. 42. L’article est repris dans Opera Minora Selecla, t. II, 1969, pp. 915-938. C. Mentzou, Συμϐολαυ εἰς τὴν μελέτην τοῦ οι ϰονομιϰοῦ ϰαι ϰοινωνιϰοῦ βίου τῆς πρωμου βυζαντινς περιόδου, Athènes 1975, 128 et p. 57-60.

6 Th. Macridy-J. Ebersolt, BCII, 46, 1922, p. 357. Grande stèle, en forme de croix trouvée à Top-hané : « νθάδ(ε) /ϰε (ται) μαχις ποθηϰάριος πιστός υίός/᾿Aλεξάνδρου ϰ(α) μμιανς τν μαϰαριω/τάτων χωρ(ίου) νδαειτõν ρ (ων) Κοτιαέον. Cf. Millet, BZ, 30, 1929-1930, p. 431 et Robert, Noms de métiers, p. 333, n. 41.

7 Cette inscription, en forme de croix aussi, ne provient pas de Constantinople comme l’écrivait Robert, Noms de métiers, p. 332, pl. II et IVβ. La dernière édition par Sencer Şahin, Bithynische Studien, II. Strobiles und Pylai, Bonn 1978, n 17, place sa provenance au village Karakilisse près de Çiftlik köy, sur la côte Sud du golfe de Nicomédie, site identifié avec Strobilos-Pylai. Cf. J. et, L. Robert, Bull. ép. 1979, n° 548. Son texte est le suivant, : ᾿Eνθάδε ϰατάιτ(ε) Μενς / άποθιϰάρι/ος υις Αύ/ξάνοντος τομαα]/ριοτάτου, ὁρμούμενος ἀ/πχωρίου Μαλινõν τς / Φρυγõν Σαλουταρίον [ἐ]/παρχίας, γενάμενος [ἀ]/νρ Συνπλιϰίας ϰ(αὶ) αὐ/τς μαϰαριο/τάτις. Τελευτ[ᾶ] / ἰν(διϰτινος ?) : .. [. Şahin date cette épitaphe vers la fin du vie s.

8 II. Grégoire, Recueil des inscriptions grecques-chrétiennes d’Asie Mineure, fasc. 1, Paris 1922, n° 10 : [τοτο τοπό] μνημα/σύν τῷ ὑποσπιρίτη ϰαβάθροις διαφέρι ὀϰτα/[β]ερήο .../[ἀπ]οθηϰαρίω τοῦ ϰατὰ Ἄττου ϰώμη[ν ώρου] / [ϰαὶ] ϰληρονόμων ατοῦ. Χριστὲ ἀν[ἀπ]α[υσον] / τν ψυχν ατν] / ΧΜΓ[ϟ]Θ. L’inscription est datée de la fin du ive ou du début du ve s. Millet, BZ, 30, 1929/1930, p. 433-436, traite du rôle fiscal que peut, avoir cet entrepôt, rejette la restitution de Grégoire ώρου (horreum) et propose ἐμπορίου ou ϰομμερϰίου. Cf. Robert, Noms de métiers, p. 333, n. 43.

9 J. Keil-A. Wilhelm, Denkmäler aus dern Rauhen Kilikien. Monumenta Asiae Minoris Antiqua, t. III, Manchester 1931 (= MAMA III). Ν° 426: + Σωμ(α)τοθϰίη / αϰώϐου π/οθεϰαρίο. [Θ] ε(ς) ν(ιϰ); n° 431: + Δόξα σοι Θ(εό)ς μνος θ(ά)νατος. Σωματοθ(ή)ϰη αϰϰώϐου/Ζωσίμου ποθηϰ(α)ρίου + ; η° 459 : + Θίϰη ω (άννου) Στεφάνου πάν/δοχος. σχιρας / , ν [ἀ] |πωθηϰ(αρί..) ; η° 534 : Κόνονος ἀποθιϰαρίου / [ϰαὶ] της αὐτοῦ μιτρὸς Μαρ/θάνας ; 715 : + Δώξα σοὶ ὡ θεὼς ὁ μόνος ἀθάνατος + / Σωμα-τοθήϰι διαφέρουσα Σμαράγδου / ἀποθηϰαρίου ; n° 736 : + Συμεωνίου ἀποθεϰαρίου/υἰοῦ Ἀν + αστασίου. Cf. Mentzou, op. cit., nos 120-125.

10 Mis à part l’épitaphe de l’apothécarios Flavianos de la région de Sélymbria, nous connaissons une autre épitaphe copiée à l’Église de la Panaghia de Sélyrnbria : A. Dumont, Mélanges d’archéologie et d’épigraphie, publiés par Th. Homolle, Paris 1892, n° 62b, p. 372. Cf. Millet, RZ, 30, 1929-1930, p. 431 : [Ἐνθά]δ[ε ϰατάϰει / [ται τς <τις> [μνή]μης Κμις ὄ[ς] / ϰαὶ Ἰωσφ [πιστὸ]ς υἰὸς Συμ[εὼ] / τ]ομαϰαρ[ίου] / ἀποθηϰάριο [ς, τελ]/ευτμη (νς) νοε [μϐρίου] / ϰέ ἡ(μρα), ἀ ἰνδ(ιϰτινος).

11 D. Feissel, Recueil des Inscriptions chrétiennes de Macédoine du iiie au vie siècle, Bulletin de Correspondance Hellénique, Supplément VIII, École Française d’Athènes, 1983, nos 155 et 155bis, p. 144-146 : [Κο]ιμητήριον [διαφρον Δημ]/[η]τρίουνα<π> [γνστου ϰαὶ ἀ] / [πο]θηϰαρίο[υ.........το]-/[ῦμ]αϰαριω[τάτου]. L’épitaphe date probablement du vie s.

12 L’inscription provient du lieu-dit Théotokou, à l’extrémité Sud-Est de la péninsule de Magnésie en Thessalie, près de la mer. C’est une inscription mutilée, découverte dans l’abside de la basilique paléochrétienne de Théotokou, datée avant 570-571 : A. J. B. Wace - J. P. Droop, BSA, 13, 1906-1907, p. 318. Les éditeurs ne commentent pas le texte, qui doit être restitué : [άπ] οθηϰά[ριο]ν (cf. fig. n 1).

13 Bull. ép. 1979, n 548.

14 Cf. ci-dessus, note n° 9 : MAMA III, n° 459.

15 Cf. ci-dessus, note n » 11.

16 Cf. ci-dessus, notes nos 6 et 7. Sur les stèles en forme de croix cf. en dernier D. Feissel, Aquileia Nostra, 47, 1976, col. 155-157.

17 E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, ive-viie siècles. Paris 1977, p. 61-62, 265 et note 217, qui qualifie l’activité d’apothécarios comme élémentaire.

18 Nous connaissons des immigrants provenant des provinces intérieures de l’Asie Mineure installés à Constantinople, sur la côte de la mer Noire et en Propontide. Une épitaphe copiée à Silivri mentionne un prêtre originaire de Nétos, village du territoire de Nacoleia en Phrygie : L. Robert, A travers l’Asie Mineure. Poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographie, Paris 1980, p. 309-310.

19 G. Müller, Geographi Graeci Minores, I, Paris 1855, §37, p. 401.

20 Müller, op. cit.. § 90, p. 422. Cf. aussi Tabulae, pl. n° XVII.

21 Tabula Peutingeriana VIII f. dans K. Miller, Itineraria Romana, Stuttgart 1916, p. 515. Geogr. Ηαυ. IV, 6 ; Guido, 106, dans , I. Schnetz, Itineraria Romana II, Leipzig 1940, pp. 48, 135.

22 Ed. E. Sargologos, « Subsidia Hagiographica », n° 39, Bruxelles 1964, 2, 1; 32, I; 50, 1.

23 Γ. Ραλλη - M. Ποτλη, Σύνταγμα τν θείων ϰαὶ ἰερν ϰανόνων, t. iii, Athènes 1853, p. 487: όρχιεπίσϰοπος Δέρϰου ζητήσας πολλάϰις μεταπεσενπΔέρϰου ες τὸ ἐμπόριον τν Φιλέα, διà τπολυανθρωπότερον εναι τοτο...

24 Nous connaissons deux bornes de délimitation de Philéa et de Derkos se rapportant aux propriétés d’un même personnage, découvertes à Tchataldja et à Tchaouli, près de Silivri : G. Seure, Revue Archéologique, 1912, nos 31-32, pp. 331-333. Nous discuterons ces textes épigraphiques dans un autre article qui paraîtra prochainement.

25 Millet, BZ, 1929-1930, p. 432, n. 4, signale que la forme Βούζις suppose que le nom du domaine soit resté au nominatif ; il le corrige en Βούζης, génitif de Βούζη ou Βοζα et arrive ainsi à la forme Βουζαα, attestée à Gordion de Phrygie.

26 Die ihrakischen Sprachreste2, Wien 1976, p. 79. La forme Βουσσις est attestée dans une inscription de Tyr : J.-P. Rey-Coquais, Inscriptions de la nécropole de Tyr (Bulletin du Musée de Beyrouth, XXIX), Paris, 1977, n° 9, rapprochée par l’éditeur de Βουσιν du papyrus de Nessana (vie s.). Il est également intéressant de noter le site et le couvent de Βούζη à Merbaka en Argolide mentionnés en 1144 : MM V, p. 179-182, ainsi que le nom de Μαρία Βουζηνή, mentionné en 1291 à Mantaia à l’Est de Smyrne : MM IV, p. 140.

27 G. Seure, BCH. 1912, nos 29-30, pp. 574-575. Id., Révue Archéologique, 1912, n° 29, p. 330. Cf. V. Velkov, Byzantinobulgarica, I, 1962, p. 62.

28 G. Schlumberger, Sigillographie, p. 325 ; Id., Revue Numismatique, 9, 1905, n° 275. G. Millet, Sur les sceaux des commerciaires byzantins, Mélanges G. Schlumberger, II, Paris 1924, p. 316, 325, et Id., BZ, 30, 1929-1930, p. 434, n. 12.

29 G. Zacos-A. Veglery, Byzantine Lead Seals, vol. I1, Basel 1972, p. 135 et suiv., pl. nos 1-32.

30 Mémoires et Documents. Santi di Metone : Atanasio vescovo, Leone taumatur-go, Byzantion, 41, 1971, pp. 378-451.

31 Marquis de La Grange, Voyage d’oultremer en Jhérusalem par le Seigneur de Caumont l’an MCCCCXVIII, Paris, 1858, pp. 89-91. Cf. Follieri, loc. cit., pp. 390-392.

32 G. Porro, Viaggio di Pietro Casola a Gerusalemme tratto dall’autografo esistente nella Biblioteca Trivulzio, Milano 1855, p. 38. Cf. Follieri, loc. cit., p. 396-397.

33 Follieri, loc. cit., pp. 402-430 ; pp. 438-450 (les textes).

34 Follieri, loc. cit., pp. 441-443.

35 Paleogeographic Reconstructions in the Methoni Embayment in Greece, Journal of Field Archaeology, 4, 1977, pp. 19-44.

36 G. Pentogalos, Παρνασσός, 16, 1974, pp. 34-51, expose cette confusion à propos de Ilias ou Léos Moschos peintre-hagiographe en Céphalonie. Je remercie M. Manoussakas pour cette information.

37 M. N. Valmin, Études topographiques sur la Messénie ancienne, Lund 1930, p. 122, 153.

38 C.G. Higgins, American Journal of Archaeology, 70, 1966, p. 27.

39 M. N. Tod. Journal of Hellenic Studies, 25, 1905, p. 34.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Inscription de la basilique de « Theotokon » en Thessalie, déposée au musée d’Almyros.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2036/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2036/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Légende Fig. 3. — Journal of Field Archaeology, 4, 1977, p. 22
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2036/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 531k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540