Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Les artistes flamands à Londres

Échanges culturels ou conquête d’un marché ?

Sophie Cassagnes-Brouquet

Texte intégral

1S’il est des contrées artistiques, comme la Flandre ou l’Italie, qui ont offert leurs talents à l’Europe entière au temps du gothique international (1380-1420), d’autres demeurent plus modestes. Leurs créateurs franchissent rarement leurs frontières et leur art ne s’exporte guère. L’Angleterre de la fin du Moyen Âge n’est pas dénuée de vigueur artistique et les splendides cathédrales élevées au temps du gothique perpendiculaire en témoignent encore aujourd’hui.

2Cependant, le royaume des Lancastre et des York connaît l’invasion, toute pacifique, des artistes venus du continent. Un courant d’immigration qui ne se tarit pas jusqu’à la fin du Moyen Âge.

3Cette conquête d’un marché artistique, cette captation des désirs de luxe et de beauté d’une élite par des artistes venus d’ailleurs, préfigure en effet au XVe siècle ce que toute l’Europe va connaître sous la Renaissance. Les échanges culturels se doublent ici de phénomènes de mode et d’arrière-pensées économiques. C’est à la captation du marché du luxe d’une capitale que s’attaquent les Flamands venus s’installer à Londres.

Un marché pour l’art

  • 1 C’est bien entendu un minimum.

4Quelques nombres ne sont pas inutiles pour cerner la présence des artistes à Londres. Une enquête parmi des sources très diverses nous a permis de découvrir quelque 935 personnalités d’artistes, vivant et travaillant dans cette ville entre 1350 et 15001. Londres possède un milieu artistique vivant. Cette première impression doit cependant être nuancée. Si l’οn compte par décennies, et si le choix se porte sur le milieu du XVe siècle, on peut affirmer qu’au moins 150 artisans d’art cohabitent dans la ville au même moment. C’est beaucoup et c’est bien peu si l’on compare ce chiffre à la population totale de la ville, estimée par les historiens à 40 000 habitants (soit 0,3 %).

  • 2 À peine plus d’un kilomètre et demi d’Est en Ouest, un peu plus du Nord au Sud.

5À la fin du Moyen Âge, Londres conserve des dimensions modestes2. Elle a connu les ravages de la crise démographique provoquée par la Grande Peste. Cependant, les effets de l’épidémie sont assez difficiles à percevoir car Londres a rapidement bénéficié d’une forte immigration venue de l’ensemble du royaume et de l’étranger.

  • 3 Le ward de Farringdon est divisé en deux sous le règne de Richard II : Farringdon within, c’est-à- (...)
  • 4 J. Stow, A survey of London written in the year 1598, éd. A. Fraser, Londres, 1994.

6La ville est divisée en 24 puis en 25 wards3, des circonscriptions électorales qui portent le nom des portes de l’enceinte ou des principales rues qui les traversent, et 108 paroisses en 1428 ; leur nombre ne cesse de croître tout au long de la période. Au XVIe siècle, dans sa description de Londres, Stow en compte 123 pour une population d’environ 60 000 personnes4. La vie paroissiale est intense, l’esprit de clocher vif. Tous les Londoniens ne demeurent pas dans les limites de la Cité. Deux faubourgs connaissent un essor important à la fin du Moyen Âge, Westminster et Southwark.

  • 5 A. R. Myers, London in the Age of Chaucer, University of Oklahoma Press, 1972. p. 6.
  • 6 A. R Myers, op. cit., p. 9. Voir aussi R. A. Brown, H. M. Colvin et A. J. Taylor, The history of t (...)
  • 7 G. Rosser, Medieval Westminster 1200-1540, Londres, 1984, p. 226. Soit une population de 180 à 190 (...)

7Une population de quelques centaines d’artisans et de commerçants s’est regroupée autour de l’abbaye de Westminster. Elle forme un grand village placé sous l’autorité de l’abbé et des officiers royaux du palais5. La présence de la cour et la tenue régulière des sessions du Parlement à Westminster créent de nouveaux besoins. De nombreuses auberges s’ouvrent afin d’accueillir les visiteurs et les solliciteurs qui fréquentent le palais ainsi que les pèlerins venus se recueillir sur les reliques conservées dans l’église abbatiale. Les artisans et les commerçants répondent aux commandes des moines et de la cour. Les maçons, les charpentiers, les verriers et les peintres trouvent à s’employer sur les chantiers de l’abbaye et du palais royal6. Le faubourg compte environ 500 habitants en 1377. Il connaît un essor spectaculaire. Au début du XVIe siècle, sa population atteint le chiffre de 3 000 personnes. Les étrangers, venus chercher fortune en Angleterre, ont contribué à cette croissance démographique. Ils sont nombreux à s’installer à Westminster. En 1436, 38 aliens, c’est-à-dire des immigrants étrangers au royaume, venus surtout des Pays-Bas bourguignons et de Rhénanie, y sont dénombrés7.

  • 8 A. R. Myers, op. cit., p. 9.

8Les étrangers forment aussi une composante importante de la population de Southwark, le seul grand faubourg de Londres avec Westminster. Jusqu’en 1750, London Bridge est le seul pont permettant de franchir la Tamise à Londres. Les voyageurs qui viennent du Kent et, au-delà, du continent, doivent traverser Southwark et peuvent y séjourner dans ses nombreuses auberges8. Le faubourg est placé sous l’autorité du sheriff du comté de Surrey, une autorité toute théorique. En réalité, son statut juridique demeure très flou et Southwark apparaît à beaucoup comme une terre de non-droit où prolifèrent les activités illégales. Les prostituées y sont nombreuses. En 1327, le roi Edouard III a placé le faubourg sous le contrôle financier de la Cité, mais les guildes londoniennes ne peuvent y régir les activités économiques. De nombreux artisans, étrangers ou trop pauvres pour acquérir le droit de cité et entrer dans les métiers organisés de la Cité, s’y installent et essayent d’en profiter pour vendre illégalement leur production à Londres. Il suffit de passer le pont !

  • 9 M. Carlin, Medieval Southwark, Londres, 1986, p. 149.

9La poll tax de 1381 permet d’évaluer la population de Southwark à quelque 2 000 habitants, répartis en trois paroisses : St Olave, St Margaret, St George. Les étrangers y sont très nombreux, en particulier les Flamands, installés le long de Bermondsey Street9. Si les chroniqueurs anglais du temps les assimilent volontiers à des prostituées ou à des brasseurs, la réalité est beaucoup moins uniforme. Ils pratiquent une grande variété d’activités artisanales.

Artistes anglais et étrangers

10Londres attire une riche clientèle d’aristocrates et d’ecclésiastiques et de nombreux artisans qui répondent à la demande de ce grand centre de consommation. Londres n’est pas spécialisée dans une industrie particulière comme certaines villes du royaume. Les activités artisanales y sont très diversifiées, avec, cependant, la prépondérance des industries de luxe adaptées à la consommation spécifique des élites qui résident dans la ville.

  • 10 Au total, 38 enlumineurs ont été dénombrés entre 1380 et 1480. C. P. Christianson, « Evidence for (...)
  • 11 Latoner, kerver, et marbeler sont les termes utilisés pour décrire ces professions. 18 latoners on (...)
  • 12 61 peintres de 1383 à 1511, avec une moyenne de 10 ateliers par décennie, 61 tapissiers entre 1361 (...)
  • 13 Joiners, les menuisiers et sculpteurs sur bois. 64 entre 1355 et 1483 avec une moyenne de 11 ateli (...)
  • 14 610 orfèvres de 1400 à 1500, avec une moyenne de 120 ateliers par décennie.
  • 15 Cité par P. M. Kendall, L’Angleterre au temps de la Guerre des Deux Roses, Paris, 1984, p. 122. La (...)

11Les enlumineurs y sont peu nombreux, jamais plus d’une douzaine au même moment10. Les sculpteurs et les tombiers sont également assez rares et ne comptent jamais plus de cinq représentants11. Les peintres, les verriers et les tapissiers sont un peu mieux lotis12. Les professions les plus nombreuses sont celles de huchiers13 et surtout les orfèvres qui dominent largement le milieu de l’artisanat d’art londonien14. Cette présence est telle qu’elle éblouit même les visiteurs les plus blasés comme cet ambassadeur vénitien qui vante en 1491 la production des ateliers londoniens alors qu’il est lui-même issu de l’un des grands centres de l’orfèvrerie européenne : « La chose la plus remarquable qui soit à Londres, c’est la prodigieuse quantité d’argent ouvragé. Dans une seule rue nommée The Street, conduisant à Saint Paul, il y a cinquante-deux boutiques d’orfèvrerie si riches et si pleines de récipients d’argent grands et petits que dans toutes les boutiques de Milan, Rome, Venise ou Florence réunies, je ne crois pas que l’on pourrait trouver tant de magnificence. Et ces récipients sont tous soit des salières, soit des coupes à boire, soit des bassins pour l’eau des mains ; car on mange ici dans ce bel étain qui n’est guère inférieur à l’argent. »15.

12Londres est une ville riche, une capitale dont les élites disposent de fortunes importantes. Elles sont prêtes à y dépenser beaucoup d’argent. Dans le contexte de crise démographique que traverse l’Angleterre à partir de la deuxième moitié du XIVe siècle, l’apport de bras et de talents, venus de l’ensemble du pays et de l’étranger, est indispensable au maintien et à l’essor de l’économie urbaine. Cette immigration des artisans d’art n’est d’ailleurs pas caractéristique de Londres, tous les grands centres de l’art européen connaissent alors le même phénomène.

  • 16 A. R. Myers, op. cit., p. 146.
  • 17 On utilisera désormais ce terme par souci de commodité.

13Les foreigners sont des Anglais, sujets du roi, des provinciaux venus s’installer à Londres16. Trop pauvres pour acquérir le droit de citoyenneté et payer les droits d’entrée dans une guilde de la Cité, ils en sont réduits à travailler comme valets pour des maîtres londoniens ou à s’installer en dehors des limites de la Cité, dans les faubourgs. Les aliens sont des étrangers, nés en dehors du royaume17. Ces artisans et ces artistes, le plus souvent originaires des Pays-Bas et des terres d’Empire, fournissent une main-d’œuvre importante aux ateliers londoniens. Ils forment un rouage absolument nécessaire à l’économie londonienne. Cependant, en période de crise, ils peuvent aussi représenter une concurrence insupportable pour les artisans établis à Londres depuis des générations.

14Un premier impôt sur les étrangers installés dans le royaume d’Angleterre est levé en 1440, il est renouvelé en 1442 mais sa perception est rapidement interrompue, sans doute en raison de l’explosion d’une épidémie de peste. Il réapparaît en 1449 et devient annuel jusqu’en 1465. Sa vocation est de financer la construction d’une flotte pour défendre les côtes du royaume. Il est à nouveau levé en 1483 à l’occasion de la guerre contre l’Écosse. Les étrangers soumis à cet impôt sont avant tout les artisans et leurs serviteurs. Il ne s’agit pas d’un recensement général des étrangers demeurant en Angleterre, les exemptions sont nombreuses. Le pourcentage d’évasion fiscale est sans doute très important et de nombreux aliens échappent aux enquêteurs.

  • 18 S. L. Thrupp, « A survey of alien population of England 1440 », Speculum, 32 (1957), p. 265.
  • 19 Calendar of Patent Rolls, 1436-1441, Londres, 1907.

15Les registres permettent cependant d’avancer quelques estimations, toujours sous-évaluées. Une autre source, plus limitée, nous est fournie par les vicissitudes politiques. Après la signature du traité d’Arras en 1435, l’Angleterre perd son ancienne alliée, la Bourgogne. Le duc Philippe le Bon a fait la paix avec la France et, du même coup, ses sujets apparaissent comme suspects de sentiments francophiles aux yeux du gouvernement et de la population anglaise. Un fort sentiment de xénophobie se développe à l’encontre de ceux que les Anglais qualifient de Dutch, originaires des Pays-Bas bourguignons. Une rumeur court les rues de Londres. Les brasseurs flamands installés à Southwark vendraient de la bière empoisonnée. Des brasseries sont attaquées par la populace18. Afin de rétablir le calme et de protéger les sujets du duc de Bourgogne, le roi Henri VI ordonne à tous les Dutchmen du royaume de lui prêter serment de fidélité dans les deux mois qui suivent. Ils obtiennent en échange des lettres de protection du monarque19.

  • 20 Mystery of the Flemish weavers, Mystery of the weavers of Brabant, Métier des tisserands flamands (...)
  • 21 J. Evans, English Art, Oxford, 1949, p. 92.
  • 22 Un tapissier étranger sur 61 dénombrés.

16Ces enquêtes nous informent parfois sur la situation familiale mais aussi professionnelle de ces étrangers. Certaines activités sont, sans conteste, dominées par les artisans locaux, les étrangers en sont complètement absents. Les sculpteurs qui travaillent la pierre, le bois ou le métal à Londres sont tous des Anglais, à l’exception de deux Flamands, Derik van Grove et Giles van Castell qui travaillent en 1477 pour le roi au château de Windsor. Il n’est même pas sûr qu’ils résident à Londres. Les tapissiers sont eux aussi d’abord des Anglais. Mais vers 1362, ils perdent pied face au métier des Aliens Weavers, les tisserands étrangers. Vers 1370, Londres compte même deux guildes de tapissiers étrangers, celle des Flamands et celle des Brabançons20. Les tapissiers anglais ont le plus grand mal à se défendre contre leur concurrence. En 1374, quatre tapissiers de Londres portent plainte contre une certaine Katharine, Dutchwoman qui produit à bas prix des tapisseries à la manière d’Arras en mélangeant des fils de laine et de lin21. À l’extrême fin de la période, la domination des aliens se maintient : le tapissier du roi Henri VII est le Brabançon John Bakes, sans doute natif de Bruxelles ou d’Oudenaarde, deux grands centres de production de tentures à la fin du XVe siècle22.

  • 23 121 aliens pour 610 orfèvres.

17Les peintres et les verriers anglais connaissent également la confrontation avec des artistes venus de Hollande, d’Allemagne ou de Flandre. Ces étrangers accomplissent souvent des carrières talentueuses au service du roi ou des Grands du royaume. Les étrangers sont encore plus nombreux dans les rangs des orfèvres dont ils représentent 19,8 % des patronymes recensés23. La réputation de la place de Londres et de la richesse de ses consommateurs, friands de produits de luxe, a sans doute attiré des artisans étrangers venus s’y établir en grand nombre.

  • 24 Il ne fait pas de doute que cette concurrence acharnée entre artistes et la volonté de plaire à un (...)

18La part importante des étrangers est cependant une constante dans tous les milieux artistiques européens. Au XVe siècle, un tiers des imagiers de la ville de Bruges sont des immigrants venus s’établir dans ce riche centre de consommation de luxe. À Bruges, la concurrence est rude et seuls les plus doués parviennent à s’affirmer au sein de cette capitale des arts24. C’est pourquoi certains Flamands n’hésitent pas à s’expatrier afin de partir à la conquête de marchés plus modestes, mais moins difficiles.

19L’énorme majorité des étrangers demeurant et travaillant à Londres est régulièrement qualifiée par les documents de Dutchmen ou encore de Germans. Ces termes sont évidemment très vagues, ils ne désignent nullement des Hollandais ou des Allemands. Que faut-il entendre par German, une origine germanique ou plutôt l’appartenance au Saint Empire Romain Germanique incluant des contrées germanophones mais aussi francophones comme le Hainaut ? Le terme de Dutchman évoque-t-il une appartenance à la Hollande ou à l’Allemagne ?

  • 25 4 orfèvres, 2 sculpteurs et un verrier flamands ont été recensés.

20Les Londoniens ne se trompent guère lorsqu’ils assimilent tous les émigrés présents dans leur ville à des sujets des ducs de Bourgogne. Les Hollandais sont bien représentés parmi les orfèvres et les verriers. Ils sont souvent originaires du diocèse d’Utrecht et de ses environs. Les artistes, à proprement parler flamands, sont assez peu nombreux à Londres. Ils sont orfèvres, sculpteurs et verriers25. La ville de Gand fournit à elle seule trois orfèvres. Le Brabant est représenté par un tapissier et quatre orfèvres dont un originaire de Bruxelles. Deux orfèvres sont venus du Hainaut, dont un de Mons.

21La présence à Londres et dans ses faubourgs de nombreux artistes originaires des Pays-Bas bourguignons ne constitue pas une surprise. L’immigration « flamande » est une constante dans tous les grands centres artistiques de l’Europe du Nord à la fin du Moyen Âge. Ces artistes sont les détenteurs d’un savoir-faire, d’une technique avancée, reconnus dans toute la chrétienté. Les peintres et les sculpteurs « flamands » sont très réputés à Londres. Les Anglais ont appris à apprécier leur talent en fréquentant les grandes foires de Bruges, d’Anvers ou de Bergen-op-Zoom. Les aristocrates anglais, les rois, les premiers, ont constitué des collections d’objets, peintures, tapisseries ou manuscrits, achetés en Flandre. Ils ont ainsi engendré une demande à laquelle l’immigration des artistes étrangers vient apporter une réponse.

22Les artisans étrangers vivent groupés dans les mêmes quartiers, ils fréquentent les mêmes églises. Les enquêtes de 1440 et de 1483 révèlent une forte endogamie au sein du groupe. Les maîtres de maison sont presque toujours mariés à une femme originaire de leur contrée. Ils cèdent leur atelier à des compatriotes et emploient des valets venus de leur pays natal.

23Ils se réunissent au sein de confréries qui leur sont propres. Les orfèvres étrangers établis à Londres sont assez nombreux pour organiser une confrérie sous l’invocation de saint Éloi, patron traditionnel de leur métier sur le continent auquel les Anglais préfèrent saint Dunstan. La confrérie de saint Éloi est fondée dans l’église St Nicholas Acon, elle fait l’objet de toutes leurs attentions. L’église St Nicholas Acon abrite d’ailleurs une autre confrérie chère au cœur des Dutchmen de Londres, vouée à Saint Louis, un saint capétien naturellement peu prisé des Anglais.

24Cette vie, tissée de liens de proximité, cet attachement au pays natal, soudent la communauté immigrée, mais elle est parfois perçue comme une menace par la population londonienne, dont les attitudes envers l’élément étranger fluctuent.

Compétition ou assimilation ?

25La part des aliens dans la population de la capitale anglaise est telle qu’elle suscite une attitude de défiance des autochtones qui hésitent entre l’assimilation et le rejet pur et simple. Les habitants de Londres sont parfois saisis de poussées xénophobes. Ils oscillent entre la volonté d’intégrer les nouveaux venus et celle de les repousser dans la crainte d’une rivalité économique. Cette main-d’œuvre étrangère, si nécessaire à la prospérité, est accusée de tous les maux à l’occasion des crises et des tensions qui agitent régulièrement la ville.

26Tout alien né en dehors du royaume doit, pour devenir Anglais, obtenir du souverain une lettre de denization. Seuls, les plus riches ou les mieux introduits à la Cour y parviennent. Ce sont souvent des artistes qui travaillent pour le roi ou les Grands du royaume. La naturalisation fait d’eux des Anglais au même titre que tous les provinciaux venus chercher fortune à Londres. Elle ne leur donne pas pour autant le droit de cité. Pour être maître d’un atelier à Londres, il faut être citoyen et homme libre et avoir prêté serment à la guilde du métier que l’on souhaite exercer. Les artisans, qui ne peuvent acquérir le droit de cité, sont condamnés à travailler en chambre. Il leur est interdit d’ouvrir une boutique et de vendre leurs produits directement. Ils doivent les céder à des maîtres du métier.

27Ces restrictions ne découragent pourtant pas l’arrivée massive d’orfèvres étrangers qui sont nombreux à se plier aux règlements du métier et à chercher à l’intégrer contre paiement.

  • 26 En dehors de la juridiction municipale, le quartier de St Martin the Great est réputé pour abriter (...)
  • 27 Goldsmiths’Company Records. Minute Bk A, p. 53, p. 320.

28Bartholomew Neyland fournit un exemple parfait de ces artisans étrangers qui cherchent à tout prix à s’assimiler à leurs collègues londoniens. Né en Allemagne, il s’installe à Londres au début des années 1470. En 1472, il jure fidélité au métier en tant qu’alien. En 1490, il paye 4 livres pour être définitivement admis dans la corporation, il devient l’année suivante citoyen de Londres et membre de la confrérie des orfèvres anglais de saint Dunstan. D’abord installé dans le quartier peu fréquentable de St Martin the Great26, il vient ensuite résider dans celui plus respectable de Canddlewick Street27.

29Pour les moins riches ou les moins chanceux, l’assimilation passe par d’autres voies, plus modestes. Il leur est toujours possible de s’engager comme valet auprès d’un maître londonien. Les artistes de la capitale ne dédaignent pas la main-d’œuvre immigrée. En dépit des statuts de leurs métiers qui cherchent à interdire cette pratique, ils sont très nombreux à employer des salariés d’origine étrangère.

  • 28 Calendar of Letter Book of London, L, Londres, 1912, p. 178-179, 256-257, 284-285. Cités par G. Ro (...)

30Les ordonnances des métiers se soucient de protéger les leurs de la concurrence étrangère. Elles cherchent à limiter le plus possible les capacités de production et de commercialisation des nouveaux venus à Londres. Pour les guildes les plus modestes comme celle des peintres et des verriers, ce combat est difficile. Leur petit nombre les empêche d’opposer un front uni à « l’invasion » des artistes étrangers. Pour les peintres, la lutte s’avère impossible. En 1481, leurs statuts, approuvés par la municipalité de Londres, reconnaissent l’existence du travail des étrangers et les autorisent à employer dans leur atelier des non-citoyens28.

  • 29 Cité par C. H. Ashdown, History of the worshipful company of glaziers of the City of London, Londr (...)

31Les verriers résistent davantage. Le 27 juillet 1474, leur métier présente une pétition au Lord Maire de Londres. Ils s’y plaignent de la concurrence des étrangers et demandent que leurs activités soient plus sévèrement contrôlées29 :

32« Alors qu’au temps passé seuls les hommes libres de la dite Cité exerçaient et pratiquaient le même Art et Métier, à cette époque, tous les hommes dudit Art et Métier travaillaient de manière honnête et profitable, sans ruse ni défaut ni fraude, pour le plaisir de Dieu Tout-Puissant et le Bien Commun du peuple de la dite Cité comme le montrent suffisamment les anciens ouvrages dudit Art et Métier du temps jadis. Mais, aujourd’hui, certains étrangers et forains et d’autres, atteignant le chiffre de XXVIII et plus, installés dans des lieux secrets comme des chambres ou des endroits privés de ladite Cité, travaillent avec des personnes dénuées de savoir, mais rusées et subtiles et produisent et fabriquent chaque jour de manière frauduleuse et sans rien connaître de cet Art et Métier des ouvrages, comme on peut le voir de manière patente à travers divers travaux qu’ils ont faits et installés en divers lieux de la dite Cité, ouvrages dont les gardes dudit Art et Métier n’ont jamais été avertis et n’ont jamais pu inspecter ou corriger pour les raisons susdites ».

Un concours entre Anglais et aliens

  • 30 Goldsmiths’Company Records, Minute BK A. p. 1.

33Les orfèvres de Londres se préoccupent à plusieurs reprises de limiter l’accès des étrangers à leur compagnie. Les gardes du métier exigent des artisans du continent qu’ils fassent la preuve de leur habileté. Les nouveaux venus doivent se présenter aux gardes du métier pour être admis à servir un maître anglais ou dutch aussi longtemps que les gardes le désirent. S’ils souhaitent ouvrir une boutique, ils doivent réaliser un chef-d’œuvre. Afin de se forger une opinion, les orfèvres londoniens écrivent même à leurs homologues parisiens qui leur répondent qu’à Paris, les orfèvres n’admettent dans leurs rangs aucun étranger de moins de 24 ans. Il faut avoir servi pendant quatre ans un maître parisien et se trouver deux parrains et s’acquitter de la somme d’un marc d’argent pour être admis dans les rangs du métier30.

  • 31 Calendar of Patent Rolls, 1446-1432, Londres, 1909, p. 225.
  • 32 Flower meurt en 1517, c’est un Hollandais, Galyon Hone, qui lui succède jusqu’en 1549. D. R. Ranso (...)

34Les Anglais redoutent-ils la concurrence d’artisans plus expérimentés ? Il est permis de le penser. L’attitude des verriers semble le prouver. En 1449, le maître verrier flamand John Utinam est invité par Henri VI en Angleterre pour travailler sur les chantiers royaux et par la même occasion pour enseigner aux artistes locaux la technique du verre coloré qu’ils semblent ignorer31. Cette supériorité technique est confirmée, quelques décennies plus tard, par la politique de recrutement des souverains anglais. Aux XIVe et XVe siècles, tous les maîtres verriers du roi sont des Anglais, mais avec la nomination de Bernard Flower par Henri VII en 1501, la domination des Flamands devient manifeste. Ils monopolisent cette fonction pendant toute la première moitié du XVIe siècle32. On peut donc comprendre l’angoisse des artistes londoniens de voir la clientèle huppée leur échapper, car la Cour et les Grands imitent le roi et s’adressent aussi aux étrangers.

35Cette compétition provoque la réaction du puissant métier des orfèvres de Londres qui tient à tout prix à affirmer sa supériorité technique sur celle des aliens. Les gardes de la compagnie organisent en 1465 un concours destiné à prouver la domination des artisans anglais sur tous les étrangers installés à Londres et dans ses faubourgs. La question posée est : « de savoir si les Anglais ne sont pas aussi experts dans l’œuvre d’orfèvrerie que les étrangers ? » Deux champions doivent s’affronter : White Johnson représente les aliens et Oliver Davy les Londoniens de souche. Ils doivent réaliser des poinçons d’acier de la taille d’un penny représentant : « une tête de chat sur l’un en relief et en creux sur un autre, un homme nu en relief sur le troisième poinçon et un autre homme nu en creux sur le quatrième ». Juges et parties, les gardes du métier n’ont pas ménagé leurs efforts pour que leur champion l’emporte. Dès le départ, les dés sont pipés. White Johnson comprend le stratagème et n’essaie pas de résister, il ne rapporte son ouvrage qu’avec six semaines de retard. Néanmoins, les Anglais sont rassurés, c’est leur représentant qui l’emporte au terme d’un combat sans grand enjeu.

36Il n’empêche que, dans la réalité quotidienne, les Dutchmen continuent à s’insérer toujours davantage dans les ateliers et les rouages du métier et que leur succès auprès de la clientèle londonienne ne fait que croître et embellir. Elle passe par l’appui actif des monarques qui choisissent systématiquement leurs artistes parmi les étrangers venus s’établir à Londres. La richesse de Londres, le faste de ses élites encourage l’arrivée de nombreux artisans d’origine étrangère qui n’ont guère de mal à mettre en avant leurs capacités techniques et leur savoir-faire auprès d’une clientèle anglaise largement acquise aux modes venues du continent. Ce sont surtout les artistes des Pays-Bas bourguignons et de Rhénanie qui bénéficient de cet engouement au grand dam des artisans d’art locaux. Les arts anglais, la littérature exceptée, connaissent encore au XVIe siècle la domination de ces étrangers, venus du continent. Holbein, peintre d’Henri VIII, en offre l’exemple le plus célèbre.

Notes

1 C’est bien entendu un minimum.

2 À peine plus d’un kilomètre et demi d’Est en Ouest, un peu plus du Nord au Sud.

3 Le ward de Farringdon est divisé en deux sous le règne de Richard II : Farringdon within, c’est-à-dire à l’intérieur de l’enceinte, Farringdon without, à l’extérieur.

4 J. Stow, A survey of London written in the year 1598, éd. A. Fraser, Londres, 1994.

5 A. R. Myers, London in the Age of Chaucer, University of Oklahoma Press, 1972. p. 6.

6 A. R Myers, op. cit., p. 9. Voir aussi R. A. Brown, H. M. Colvin et A. J. Taylor, The history of the king’s works, t. I : The Middle Ages, Londres, 1963.

7 G. Rosser, Medieval Westminster 1200-1540, Londres, 1984, p. 226. Soit une population de 180 à 190 personnes en tenant compte de leur famille.

8 A. R. Myers, op. cit., p. 9.

9 M. Carlin, Medieval Southwark, Londres, 1986, p. 149.

10 Au total, 38 enlumineurs ont été dénombrés entre 1380 et 1480. C. P. Christianson, « Evidence for the study of London’s late medieval manuscript book trade », éd. J. Griffiths, D. Pearsall, Book production and publishing in Britain, 1375-1475, Cambridge, 1989, p. 88.

11 Latoner, kerver, et marbeler sont les termes utilisés pour décrire ces professions. 18 latoners ont été dénombrés entre 1392 et 1470, 13 kervers entre 1350 et 1510, et 20 marbriers de 1387 à 1487.

12 61 peintres de 1383 à 1511, avec une moyenne de 10 ateliers par décennie, 61 tapissiers entre 1361 et 1490, 41 verriers entre 1376 et 1500 avec une moyenne de 5 ateliers par décennie.

13 Joiners, les menuisiers et sculpteurs sur bois. 64 entre 1355 et 1483 avec une moyenne de 11 ateliers par décennie.

14 610 orfèvres de 1400 à 1500, avec une moyenne de 120 ateliers par décennie.

15 Cité par P. M. Kendall, L’Angleterre au temps de la Guerre des Deux Roses, Paris, 1984, p. 122. La rue décrite par l’ambassadeur vénitien, Weast Cheap abrite, au cœur de la Cité, les boutiques des merciers et des orfèvres.

16 A. R. Myers, op. cit., p. 146.

17 On utilisera désormais ce terme par souci de commodité.

18 S. L. Thrupp, « A survey of alien population of England 1440 », Speculum, 32 (1957), p. 265.

19 Calendar of Patent Rolls, 1436-1441, Londres, 1907.

20 Mystery of the Flemish weavers, Mystery of the weavers of Brabant, Métier des tisserands flamands et Métier des tisserands du Brabant. Les Flamands se réunissent à St Lawrence Pountney. les Brabançons à St Mary Somerset.

21 J. Evans, English Art, Oxford, 1949, p. 92.

22 Un tapissier étranger sur 61 dénombrés.

23 121 aliens pour 610 orfèvres.

24 Il ne fait pas de doute que cette concurrence acharnée entre artistes et la volonté de plaire à une clientèle cultivée et difficile a encouragé les innovations artistiques et est, en partie, à l’origine de la floraison de la peinture flamande au XVe siècle.

25 4 orfèvres, 2 sculpteurs et un verrier flamands ont été recensés.

26 En dehors de la juridiction municipale, le quartier de St Martin the Great est réputé pour abriter des repris de justice, des fuyards et des contrefacteurs.

27 Goldsmiths’Company Records. Minute Bk A, p. 53, p. 320.

28 Calendar of Letter Book of London, L, Londres, 1912, p. 178-179, 256-257, 284-285. Cités par G. Rosser, « Workers’associations in England medieval towns », éd. J.-P. Sosson, Les métiers au Moyen Âge, Louvain, 1995, p. 288.

29 Cité par C. H. Ashdown, History of the worshipful company of glaziers of the City of London, Londres, 1919, p. 19-20.

30 Goldsmiths’Company Records, Minute BK A. p. 1.

31 Calendar of Patent Rolls, 1446-1432, Londres, 1909, p. 225.

32 Flower meurt en 1517, c’est un Hollandais, Galyon Hone, qui lui succède jusqu’en 1549. D. R. Ransome, « The struggle of the glaziers company with the foreign glaziers. 1500-1550 », Guildhall Miscellany, t. II, 1960-1968, p. 12.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site