Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Les échanges culturels dans les milieux artisanaux à la fin du Moyen Âge en Normandie orientale

L’exemple du bâtiment1

Philippe Lardin

Note de l’éditeur

On utilisera les abréviations suivantes : AMR : Archives municipales de Rouen, ADSM : Archives départementales de Seine-Maritime, BnF : Bibliothèque nationale de France, MF : Manuscrits français.

Texte intégral

  • 1 On utilisera les abréviations suivantes : AMR : Archives municipales de Rouen, ADSM : Archives dépa (...)

1La culture des milieux artisanaux médiévaux n’était évidemment pas du même type que celle des universitaires ou des auteurs de réflexions politiques. Elle se définissait d’abord par des compétences professionnelles reconnues par les responsables des différents métiers et, de ce point de vue, elle n’était pas fondamentalement différente de celle des milieux universitaires. Mais elle se caractérisait aussi par une certaine vision du métier et même du monde, entraînant des réactions semblables face aux problèmes auxquels les ouvriers se trouvaient confrontés. Elle n’était pourtant pas coupée de la culture du reste de la société et en subissait les influences.

  • 1 J. Verger, Les Gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Age, Paris, 1997, p. 27.
  • 2 AMR Tiroir 15, liasse 6. La plus ancienne ordonnance du métier de plâtriers avait été octroyée en 1 (...)

2Si cette culture « artisanale » ne peut pas être mise en doute, elle n’est pas non plus facile à mettre en évidence. Dans son livre sur les gens de savoir, Jacques Verger a constaté que même les spécialistes des milieux artisanaux n’avaient pas su « formaliser et diffuser leurs savoirs par-delà la pratique concrète qui était la leur, pour les transmuer en une véritable culture scientifique et technologique »1. On pourrait donc penser qu’il n’est pas possible de connaître la pensée des ouvriers, surtout des moins remarquables d’entre eux, puisque les documents écrits semblent faire défaut. Pourtant, les sources potentielles existent. Elles se trouvent d’abord dans les statuts des métiers qui ne sont pas aussi conventionnels qu’on a pu le penser. Lorsqu’il est possible d’en suivre les versions successives, comme c’est le cas à Rouen pour les plâtriers2 ou les plombiers, on constate que leurs auteurs les ont fait évoluer en tenant compte des transformations techniques ou sociales. Outre les articles décrivant les conditions d’avancement dans le métier, ces textes en contiennent d’autres qui sont destinés à fixer les méthodes de travail, les conditions d’action ou la manière d’utiliser les matériaux qui reflètent partiellement la réflexion des membres d’un métier sur les meilleurs moyens de travailler bien et dûment.

  • 3 Publié presque entièrement par C. de Beaurepaire, « Recherches sur les horloges et les horlogers de (...)

3Malheureusement, toutes les professions n’avaient pas de statuts. Ceux-ci n’étaient pas absolument indispensables, puisque les membres d'un même métier étaient assez peu nombreux et que tous savaient comment il fonctionnait. On peut donc penser que, comme pour la noblesse étudiée par Joseph Morsel, la rédaction d’un texte réglementant la profession et ses activités traduisait, pour ses membres, une prise de conscience de la spécificité de leur activité et donc du groupe qu’ils formaient au sein du monde de l’artisanat. En fait, les métiers qui n’avaient pas de statuts n’en avaient pas vraiment besoin parce qu’ils avaient des traditions, des coutumes suffisamment fortes pour ne pas éprouver la nécessité de les coucher sur le parchemin. Les maçons, par exemple, réglaient leur travail selon un rythme marqué par un certain nombre de fêtes qui donnaient lieu, tout au long de l’année, à des cérémonies, à des repas collectifs ou à des gratifications que leurs employeurs avaient rarement la possibilité de ne pas respecter. D’ailleurs, ces traditions étaient rassemblées à Rouen dans un « règlement des maçons » de la cathédrale qu’un responsable avait jugé bon, sans doute au début du XVe siècle, de rédiger avec précision3.

  • 4 ADSM 5 E 436.

4Ce document important nous permet de comprendre une partie de la vie professionnelle des ouvriers de la cathédrale de Rouen. On dispose aussi, à Rouen, du Livre du métier des plombiers-étaimiers qui enregistre, à partir de 1415 et jusqu’au XVIIIe siècle, les événements importants de ces deux activités, les conflits auxquels ces ouvriers furent confrontés, les noms des nouveaux apprentis ou des nouveaux maîtres, ce qui nous permet de voir vivre de l’intérieur cette double profession4.

5Les registres de tabellionage contiennent aussi des contrats d’apprentissage et surtout des contrats d’« allouements » qui précisent les conditions de transmission des compétences professionnelles ou les méthodes de travail qu’il fallait respecter. Les comptabilités nous permettent également de voir vivre, sur leurs chantiers, bon nombre de ces ouvriers. Enfin, les devis qui nous sont parvenus, même s’ils ont parfois pu être transcrits par des scribes, révèlent des méthodes de travail basées sur des pratiques connues des autres ouvriers du même métier, à travers un vocabulaire spécifique dont malheureusement la signification nous échappe parfois.

6Il est donc possible de décrire, au moins partiellement, les échanges culturels dans les milieux artisanaux même s’il nous faudra nous demander si ceux-ci sont unilatéraux ou réciproques. On les étudiera successivement, à l’intérieur d’un même métier, entre métiers différents et enfin, d’une région à l’autre.

Les échanges culturels à l’intérieur d’un même métier

  • 5 P. Bernardi, « Relations familiales et rapports professionnels chez les artisans du bâtiment en Pro (...)
  • 6 ADSM G77, fol. 29 et G3040, fol. 1.
  • 7 P. Braunstein, « Jeanne la Flamenge, tant pour lui que pour ses compagnes... », dans Commerce, fina (...)
  • 8 ADSM 5E436.

7Le premier lieu d’échanges culturels était évidemment l’entreprise, c’est-à-dire le plus souvent la famille. Les statuts de métier prévoyaient généralement la possibilité pour une veuve de continuer à exercer l’activité de son mari, dès lors qu’elle ne se mariait pas avec un ouvrier d’une autre profession. Cela signifie que les épouses étaient en mesure de diriger l'entreprise familiale à la place de leur mari et, par conséquent, qu’elles avaient appris les bases de son métier5. Les sources nous montrent, en effet, des tuilières, des plâtrières, des plombières qui livrent leurs productions sur les chantiers. Certes, il s’agit parfois de filles de maîtres du métier, leur mariage n’ayant fait que confirmer une certaine endogamie sans leur donner accès à une nouvelle culture professionnelle. Pourtant, il est des cas où la situation est différente. Lorsque le plâtrier rouennais Michel Duglen épousa Robine vers 1470, celle-ci était lingère et livrait des toiles à l’archevêché où son mari travaillait régulièrement. Devenue veuve, elle continua pendant plusieurs années à vendre du plâtre jusqu’à ce qu’elle épousât un fripier et abandonnât définitivement la plâtrerie6. Au cours de son mariage, néanmoins, elle avait appris les bases de la production du plâtre et l’organisation de son commerce. Ainsi, si les femmes ne travaillaient que très rarement sur les chantiers7, elles étaient en mesure de diriger une entreprise et de donner des ordres aux compagnons qui travaillaient auparavant sous l’autorité de leur mari. D’ailleurs, des femmes pouvaient être gardes d’un métier et en contrôler les hommes, comme ce fut le cas pour les plombiers-étaimiers avec Jeanne Lesanne et Jeanne Bouchait en 14548.

  • 9 F. Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services. Les contrats d’apprentissage en Orléanais (1380-1 (...)
  • 10 P. Lardin, « Les entreprises du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », dans Du pr (...)

8Les enfants des artisans héritaient aussi des compétences professionnelles de leur père. C’était la principale raison justifiant le fait que la durée de leur apprentissage, prévue par les statuts de métier, pouvait souvent être plus courte que celle des autres apprentis et que les droits d’entrée qu’ils avaient à payer lorsqu’ils reprenaient l’entreprise familiale, aient été moins élevés que pour les autres nouveaux maîtres. L’apprentissage était, bien sûr, lui aussi le moyen de transmettre les connaissances professionnelles et la culture du métier. On a déjà étudié avec précision cette question9 et il n’est pas utile d’y revenir en détail ici. Il faut toutefois noter que, selon les périodes, l’apprentissage n’était pas toujours un moyen de reproduction sociale et, donc, de fermeture culturelle. Le Livre des métiers des plombiers-étaimiers rouennais nous permet de constater que, dans les années 1460-1470, les deux-tiers des nouveaux maîtres ne furent pas des fils de maîtres et que l’apprentissage jouait donc bien son rôle de diffusion de la culture professionnelle10.

  • 11 F. Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services », op. cit., p. 208, se demande justement s’il n’y (...)
  • 12 ADSM 2E1/I54, fol. 64. 26 avril 1391. Sur cette ville, voir F. Neveux, « La ville de Sées et le duc (...)
  • 13 Il avait également dirigé les travaux de fortifications du château de Tancarville. Après la prise d (...)
  • 14 ADSM 2E1/166, fol. 10v.

9Il faut aussi remarquer que les apprentis qui apparaissent dans les contrats insérés dans les registres de tabellionage n’étaient pas toujours jeunes. Dans certains cas, en effet, ce que les textes appellent apprentissage était plutôt un stage de formation professionnelle11. Ainsi, en 1391, plusieurs maçons dont certains étaient originaires de Sées, vinrent se former à Rouen auprès de Jean de Bayeux, avant de repartir dans leur ville, pour y utiliser leurs nouvelles compétences12. En 1414, Jenson Salvart, le maître des œuvres de la cathédrale de Rouen et de la ville de Rouen13, acheva la formation du maçon dieppois Raoul le Houllier, puis le libéra de toute obligation envers lui. Quelques mois auparavant, dans le but de remplacer ce dernier, il avait pris auprès de lui Jean Quesnel, âgé de 30 ans et originaire de Fécamp. Là, ce dernier avait appris un certain nombre de techniques – devis, dessins, taille de la pierre – qui lui permirent de devenir un des principaux maçons rouennais et, en particulier, d’être choisi pour participer, dans les années 1450, à la reconstruction du château de Gaillon, partiellement démantelé par les Anglais, quelques décennies plus tôt14. De la même façon, on sait que bien des maîtres des œuvres associaient à leurs activités celui dont ils souhaitaient faire leur successeur, ce qui leur permettait de parfaire sa formation.

Les échanges culturels entre métiers

  • 15 AMR Leber 751. Les statuts rouennais étaient proches des statuts parisiens de ce métier.
  • 16 P. Lardin, op. cit., note 13, p. 610-611.
  • 17 AMR Leber 751. Les premiers statuts connus ne datent que de 1507, mais ils mentionnent l’existence (...)

10Ce que nous venons de décrire s’apparente à une diffusion de compétences professionnelles dans le milieu restreint d’un seul métier. Ce n’était pourtant pas la seule forme d’échanges culturels existant dans les milieux artisanaux. D’abord, les métiers n’étaient pas absolument séparés les uns des autres et pouvaient même parfois être liés de manière « institutionnelle ». Les sculpteurs étaient rassemblés sans que l’on distinguât le matériau qu’ils utilisaient. Les sculpteurs sur bois avaient donc les mêmes règles que les sculpteurs sur pierre, alors qu’ils se rapprochaient plus de certains huchiers qui avaient pourtant leurs propres statuts15. De même, les peintres étaient parfois appelés peintres-verriers, ce qui se justifiait par le fait que les verriers passaient une bonne partie de leur activité à repeindre les verrières des églises et des lieux de pouvoir où les peintres réalisaient, quant à eux, les images qui les décoraient16. Il arrivait d’ailleurs que la réfection des vitraux fût confiée à des peintres. Par ailleurs, comme les statues étaient peintes, en particulier pour leurs parties en albâtre, les peintres avaient les mêmes statuts que les tailleurs d’images17. De même, on l’a vu, les plombiers avaient des statuts communs avec les étaimiers, parce qu’ils utilisaient les mêmes matériaux et bien qu’ils ne fabriquassent pas les mêmes objets.

  • 18 L’histoire des statuts des plâtriers est relatée en détail dans les lettres royales lues le 7 janvi (...)

11L’exemple le plus net de cette liaison entre des métiers différents dès la fin du XIVe siècle, concerne les plâtriers et les couvreurs de Rouen. On sait que, contrairement à ce qui a été parfois écrit, les tuiles – sauf dans des cas particuliers – n’étaient pas clouées sur les toitures mais emboîtées et posées sur un lattis cloué, lui, sur la charpente. Il fallait, par conséquent, maintenir en place les tuiles aux endroits où elles étaient les plus sensibles au vent ou éventuellement aux infiltrations. C’est pourquoi, on plaçait un mortier ou, dans les villes situées le long de la Seine, du plâtre, pour sceller les parties faîtières ou latérales des couvertures. En principe, à Rouen, ce travail aurait dû être effectué par des plâtriers mais, le plus souvent, les couvreurs faisaient eux-mêmes ces joints et cette tolérance se généralisa au point que les comptabilités finirent par désigner certains de ces ouvriers comme des « plâtriers-couvreurs ». En 1410, le bailli de Rouen autorisa les couvreurs à besogner du métier de plâtrerie et aussi les plâtriers à couvrir de tuiles si faire le sav[ai]ent, mais les statuts des deux métiers restèrent distincts. Cette union ne se fit évidemment pas sans discussions ni polémiques, mais les deux métiers ne firent qu’entériner une tolérance qui remontait au moins à 1346 et autorisait les plâtriers à ouvrer de couverture s'ils avaient fait le service dudit métier, alors que les couvreurs pouvaient, eux, exercer le métier de plâtrier. Désormais, les deux métiers purent être exercés par les mêmes hommes, dès lors qu’ils étaient maîtres de l’un des deux18. Ainsi, cette collaboration indispensable avait obligé la plupart des couvreurs à apprendre des techniques de production et d’utilisation du plâtre, tandis que les plâtriers dont les activités étaient plus diversifiées, apprirent moins souvent à poser les tuiles sur les toits. Sans doute, les échanges culturels restèrent-ils limités et les couvreurs ne s’attelèrent pas souvent aux travaux plus spécialisés des plâtriers dans les cheminées ou sur les parois des habitations. Mais les liens entre les deux professions et les transferts de compétence sont incontestables.

  • 19 ADSM G2120, fol. 165v. Londinières se trouve à une vingtaine de km à l’ouest de Dieppe, dans la val (...)

12Dans les régions où l’utilisation du plâtre était moins courante qu’à Rouen, c’était avec les maçons que les couvreurs étaient en relations fréquentes, quoique de manière plus informelle. Ainsi, en 1402, les couvertures du manoir de Londinières furent confiées à deux « maçons et couvreurs » qui participèrent d’ailleurs aussi à la rédaction du devis des travaux de charpenterie19.

  • 20 C’est le cas, par exemple, en 1409, pour Guillaume Cuvelier, qui livra au château de Rouen 22 verge (...)

13Ces échanges existaient aussi dans les autres métiers réglés par les mêmes statuts. Les verriers, comme les peintres, utilisaient les mêmes matériaux pour faire leur peinture et si les verriers ont apparemment les premiers utilisé l’huile, les peintres les ont assez vite imités. De la même manière, on voit dans les comptabilités un certain nombre d’étaimiers, connus comme tels par le Livre du métier, intervenir seuls ou aux côtés des plombiers, pour faire des scellements ou, sur les toitures, des soudures au plomb et à l’étain. A contrario, lorsque les plombiers devaient fabriquer des décorations telles que des épis plus ou moins ouvragés, les capacités qu’on attendait d’eux étaient celles des étaimiers et ils devaient, par conséquent, connaître leurs méthodes de travail20. De même, certains huchiers, au contact de leurs collègues aux compétences plus artistiques, apprenaient à sculpter et changeaient ainsi de profession. Il est d’ailleurs symptomatique que ce soit au lendemain des travaux interminables du chantier des stalles de la cathédrale de Rouen que le mot de « menuiserie » soit devenu plus fréquent dans les textes pour désigner le travail des huchiers, c’est-à-dire ce que nous appelons aujourd’hui l’ébénisterie.

  • 21 Les rapports entre les maçons et les charpentiers étaient basés sur une concertation permanente. Vo (...)
  • 22 AMR A10, fol. I77v et 180-184v.

14De toute façon, il faut se rappeler qu’un chantier était – et est encore – un monde dans lequel se côtoyaient des ouvriers appartenant à de nombreuses professions et que les relations entre eux étaient plus souvent amicales que conflictuelles, tout simplement parce que c’était le seul moyen de parvenir à un résultat acceptable par le commanditaire21. Le règlement des maçons de la cathédrale s’appliquait en fait à tous les ouvriers qui travaillaient sur le chantier, même lorsqu’ils appartenaient à des métiers organisés comme les plombiers ou les plâtriers. Les méthodes, les outils employés par certains ouvriers étaient ensuite repris par les autres. Les jeux de poulies utilisés par les maçons pour monter les pierres étaient repris par les charpentiers au moment de lever un assemblage. Le charbon de terre, employé comme combustible par certains serruriers au début du XVIe siècle, fut ensuite utilisé aussi par les plâtriers et les plombiers22.

  • 23 En 1456, dans la seigneurie du Bec-Crespin, voisine de Fécamp, Raoul Cardet était qualifié de « maç (...)

15La capacité d’exercer plusieurs professions se retrouvait d’ailleurs assez souvent à la campagne23. Le fait est plus rare en ville, mais on doit constater que lorsque deux professions différentes avaient le même règlement, les jurés qui appartenaient à l’une ou à l’autre, étaient parfois amenés à surveiller des travaux qui ne faisaient pas partie de leurs compétences spécifiques. De même, les visites qui marquaient la fin d’un chantier ou d’un travail plus limité, étaient effectuées par les représentants des commanditaires, mais ceux-ci, peu au courant des méthodes à employer, se faisaient systématiquement accompagner par des spécialistes qui jugeaient le résultat et justifiaient ainsi les paiements. Or, à la lecture des comptabilités, on constate que les « experts » appelés à juger un travail n’appartenaient pas forcément à la profession mise en cause. Ainsi, pour vérifier des travaux de plâtrerie, il n’était pas rare de voir, aux côtés des jurés de la profession, des maçons, des charpentiers et d’autres ouvriers. L’estimation d’une maison faisait également appel à toutes les professions susceptibles d’être intervenues au moment de la construction. Cela permettait aux membres d’une telle « délégation » de prendre connaissance des techniques nouvelles qui avaient pu être employées mais surtout, cela créait également chez tous ces hommes une conscience collective qui amenaient les ouvriers de ces professions différentes à établir une définition commune de ce qu’était un travail bien fait et du rapport entre les différentes activités.

16Si les maîtres des œuvres étaient répartis en deux grandes catégories, les charpentiers et les maçons, ils vérifiaient en fait la qualité de bien des travaux qui ne correspondaient pas à leur spécialité. Il arrivait même que le maître des œuvres de maçonnerie soit en fait un plâtrier. La capacité à juger de la qualité d’un travail n’était donc jamais limitée au métier auquel on appartenait, même si, le plus souvent, on faisait appel aux jurés de la profession. On peut même considérer que ceux qui devenaient maître des œuvres étaient les plus polyvalents des maçons ou des charpentiers. Leur accès à ce poste traduisait leurs compétences intellectuelles et leurs capacités d’adaptation aux réalités et aux évolutions. Ils avaient fait leurs preuves sur place et étaient choisis pour cela.

Les échanges interrégionaux

  • 24 AMR A5, fol. 97 et I28v. Ordonnances des Rois de France, t. IX, p. 412-416. Voir A. Sadourny, « Rou (...)

17Ce que nous venons de décrire correspond avant tout à un espace géographique limité à la Normandie orientale et, principalement, à Rouen. Les relations avec les autres régions du royaume ou de l’étranger étaient apparemment plus rares et répondaient à un besoin qui ne pouvait pas être satisfait localement. Or, la guerre et la dépopulation avaient tellement réduit le nombre d’artisans présents à Rouen au début du XVe siècle qu’il avait fallu proposer aux représentants de tous les métiers organisés de la ville d’autoriser les ouvriers « forains » à venir s’y établir dès lors qu’ils auraient fait leur apprentissage dans une ville où leur métier disposait de statuts. A l’exception des bouchers, des dînants et des drapiers, tous les métiers rouennais avaient accepté cette possibilité en 140724 et on vit donc arriver des ouvriers des régions voisines ou plus lointaines.

  • 25 ADSM G54 H 111, fol. 120v.
  • 26 Voir notamment leur présence à Dieppe. ADSM G498 à G504. Si le verrier John Brown s’était installé (...)
  • 27 Y. Bottineaux-Fuchs, « Georges d’Amboise et les artistes italiens », dans Les Italiens en Normandie (...)

18Il n’est malheureusement pas toujours possible de déterminer si un ouvrier qui apparaît dans un document est un étranger quand le fait n’est pas précisément mentionné. Les receveurs avaient l’habitude de transcrire les noms qui leur étaient donnés avec une orthographe voisine de celle qu’ils utilisaient habituellement, et on ne devine pas forcément que le verrier d’Harfleur Raoulin Renouin s’appelait en fait Brown25. Les données dont on dispose permettent malgré tout de constater que les ouvriers qui venaient s’installer à Rouen étaient surtout originaires des régions du Nord du royaume et de l’Europe. Les plus nombreux étaient les Flamands, les Bourguignons et les Picards. On trouvait aussi, en beaucoup plus petit nombre, des Hollandais, des Écossais et quelques Allemands. Les Anglais, eux, apparaissent assez peu dans les milieux artisanaux même au cours de l’occupation anglaise et on les trouvait plus souvent dans le commerce ou dans les professions militaires26. Enfin, il faut attendre le début du XVIe siècle pour voir apparaître, notamment au château de Gaillon, un certain nombre d’Italiens, recrutés avant tout pour leurs capacités artistiques27.

  • 28 BnF MF 26036 (4153).
  • 29 ADSM 2E1/164, fol. 144.
  • 30 ADSM 2E1/159, fol. 4, 6 février 1404, n. st.

19Il pouvait se faire qu’un ouvrier vînt de lui-même travailler en Normandie. Ce fut sans doute le cas pour le sculpteur écossais Jean Totfilz qui s’installa au début du XVe siècle à Rouen parce qu’il savait tailler la pierre serpentine et le marbre qu’il faisait venir de la région de Dînant28. Il avait apparemment déjà fait étape en Flandre et ses contacts avec certains marchands de Bouvines lui permettaient d’organiser facilement la livraison, dans son nouvel atelier, des matières premières dont il avait besoin29. Parfois, un artisan rouennais s’associait à un « forain ». C’est ce qu’avait fait, dès 1440, le maçon Colin Leautre qui avait fait venir de Bruxelles un certain Gillet Dubosc30. Toutefois, autant que les sources nous permettent de l’affirmer, les déplacements spontanés d’artisans qualifiés étaient relativement rares.

  • 31 ADSM G2509, fol. 67. Au début le receveur note dans le registre de comptabilité qu’il s’agissait d’ (...)
  • 32 J.-F. Belhoste et alii, La Métallurgie en Haute-Normandie. XIIe-XVIIe siècle. La révolution du haut (...)

20En 1502, c’est parce qu’il avait su que les chanoines de la cathédrale de Rouen cherchaient un moyen de faire sonner la nouvelle cloche fondue sur l’initiative du cardinal d’Amboise que le dénommé Jean le Tieullier vint s’installer à Rouen. La cloche pesait, en effet, plus de huit tonnes et il fallait plus de quarante hommes pour la mettre en mouvement. Le nouveau venu, dont les chanoines se méfiaient quelque peu, installa un système de poulies particulièrement efficace, ce qui lui valut, dans la suite du compte où son activité est mentionnée, de se voir affublé du titre de maître31. Les transformations dans la production du fer, ce qu’on a appelé la « Révolution du Haut-Fourneau », fut l’œuvre d’ouvriers allemands qui apportèrent leurs compétences à une transformation technologique importante, mais qui ne furent apparemment pas recrutés directement32.

  • 33 ADSM G 502.
  • 34 ADSM G504, fol. 19.

21Il est possible que les brasseurs hollandais qui arrivèrent à Dieppe en 1425, y soient venus de leur propre chef, mais ils y furent accueillis avec bienveillance par les autorités archiépiscopales qui exerçaient l’essentiel du pouvoir dans la ville. Ils furent installés dans les bâtiments officiels de l’archevêque de Rouen qu’on appelait la vicomté, dans la maison de bas (...) où souloient loger les chevaux de monseigneur. C’est là que, dans un premier temps, ils firent leur métier de hucherie et de barils. Après quoi, ils établirent leur brasserie dans une maison voisine, certainement celle où souloient loger les secrétaires de Monseigneur et on les logea dans la chambre aux écuyers33. Le surplus des installations, composé d'un millier de briques et autres choses appartenant au matériel de brasserie, notamment 6 cuves et 6 trencax, c’est-à-dire des conduits pour l’écoulement de l’eau, fut ensuite réexpédié en Hollande34. L’arrivée de la bière houblonnée qui pouvait remplacer la cervoise sans donner lieu – au moins dans un premier temps – à la taxation qui pesait normalement sur les boissons, avait peut-être amené les responsables de l’archevêché à en organiser la production en facilitant leur installation.

  • 35 ADSM G2494, fol. 57v.
  • 36 Près de Saint-Paul, diocèse de Beauvais.
  • 37 ADSM G2501, fol. 83v. La décision avait été prise lors de la réunion capitulaire du 15 novembre 146 (...)

22En effet, le plus souvent, c’étaient les commanditaires qui cherchaient à faire venir les ouvriers spécialisés dont ils avaient besoin. Comme les chanoines n’arrivaient pas à trouver les huchiers qu’ils voulaient employer à la construction des nouvelles stalles de la cathédrale de Rouen, les sculpteurs sur bois spécialisés dans ce genre de travail étant peu nombreux sur place, il leur fallut organiser de véritables campagnes de recrutement. En février 1461, le responsable du chantier, Philippot Viart, se rendit à Saint-Denis dans l’intention de visiter les ateliers de hucherie. Il passa ainsi une journée à savoir s’il pourrait trouver ouvriers pour venir besogner aux dites chaires et dépensa quelques sous, sans doute à la taverne, avec plusieurs d’entre eux, mais il ne semble pas avoir réussi à en engager sur le moment car les comptes ne mentionnent aucun huchier « nouveau venu » dans les semaines qui suivirent35. En novembre 1465, c’est un autre huchier, Guillaume Basset, présent à Rouen depuis le début du chantier des stalles, qui fut envoyé faire une véritable tournée de recrutement de spécialistes des stalles qui dura vingt jours. Il se rendit successivement à Abbeville et à Montreuil-sur-Mer, à l’abbaye de Sercamp36, à Hesdin (en Artois), à Bruxelles et Nivelles (en Brabant), à Lille (en Flandre), à Tournai, Arras, Amiens et en plusieurs autres lieux pour trouver et avoir des ouvriers en hucherie pour abréger l’œuvre des chaires37.

  • 38 ADSM A4, fol. 60. Voir aussi AI, fol 131 pour d’autres déplacements de Jean de Sotteville dans le m (...)
  • 39 ADSM G 2135, fol. 48.
  • 40 ADSM G1381.

23Quand ils ne pouvaient pas faire venir des ouvriers, les commanditaires pouvaient envoyer des ouvriers étudier sur place un bâtiment ou une installation qu’ils avaient apprécié et qu’ils espéraient voir reproduire plus ou moins complètement. Ainsi, en 1398, le charpentier Jean de Sotteville, maître des œuvres de la ville de Rouen, fut envoyé par les responsables municipaux avec un maçon pour voir une porte qui venait d’être faite à Montivilliers afin de s’en servir comme modèle pour une des portes de la ville, que l’on était en train de construire. Les deux hommes devaient ramener par écrit la forme, manière, état et éligement de cette construction pour la décrire aux conseillers et éventuellement en faire un dessin qui les aiderait à se décider en ce qui concernerait la porte rouennaise38. De même, en juillet 1454, comme les chanoines de la cathédrale voulaient refaire entièrement leurs stalles qui étaient devenues trop vétustes, un des leurs, Laurent Surreau, accompagné par les deux responsables de la fabrique, emmena plusieurs ouvriers huchiers à Sausseure et à Saint-Évroult afin de leur montrer les stalles qui y avaient été faites et leur demander d’en faire de semblables39. En 1504 encore, quand les responsables de l’abbaye de Saint-Wandrille voulurent en refaire les stalles, ils s’adressèrent à un « huchier-menuisier » rouennais qui devait les faire de la façon tout et tel ouvrage de hucherie que sont celles de Saint Ouen de Rouen40. Généralement, il s’agissait donc de déplacements limités, ne dépassant pas beaucoup les limites de la province.

  • 41 ADSM G2119, fol. 181 v.

24Quoi qu’il en soit, ces contacts matériels ou humains amenaient avec eux des techniques particulières qui étaient ensuite reprises par les artisans normands. En 1396, les chanoines de Rouen engagèrent un dînant de Liège pour faire un aigle qui devait servir aux enfants de chœur de la cathédrale. Ils lui donnèrent pour tâche de le faire pareil à celui du choeur de l’église de Paris, mais ses compétences particulières devait lui permettre de faire des améliorations d'ouvrage et, en particulier, pour le bec, le cou et les ailes qui devaient être de meilleure façon nouvelle41.

  • 42 ADSM 3E6/5, fol. 201 v. Les briques furent utilisées au château d’Arques, dans sa bassecour, ainsi (...)

25Les huchiers flamands, eux, utilisaient des meules de grès pour aiguiser leurs outils et de la colle dite d’Allemagne, plus pratique que la colle fabriquée à partir d’une bouillie d’arêtes de poissons cuites dans un peu d’eau. Ces deux éléments, absents jusque-là des comptabilités, se retrouvent assez régulièrement dans les registres qui suivent leur passage et sont alors utilisés par des ouvriers de la région. L’utilisation des briques dont les brasseurs hollandais avaient montré l’intérêt, devint de plus en plus fréquente dans la région dieppoise au point qu’il fallut en 1456, faire venir des briquetiers picards pour organiser la reconstruction de certains châteaux42. Les nouveaux fourneaux à fer se multiplièrent également à partir du premier tiers du XVIe siècle sans qu’il ne fût plus nécessaire de faire appel à des ouvriers allemands ou anglais. On peut supposer aussi que les ciments à feu utilisés par les plombiers pour rendre étanches les terrasses avaient dû être amenés par des artisans extérieurs à la province au tournant du XVIe siècle.

  • 43 Les métallurgistes qui avaient installé les nouveaux fourneaux dans le Pays de Bray émigrèrent ensu (...)
  • 44 P. Dubois, « Quelques stalles d’églises normandes et picardes et la sculpture sur bois aux XVe et X (...)
  • 45 Il travailla en compagnie d’un certain Étienne Bobillet et exécuta certains travaux d’albastre pour (...)

26Tous ces ouvriers étrangers ne s’installaient pas définitivement dans la région43. La plupart repartaient chez eux, notamment au moment des fêtes de Noël, et les responsables de la fabrique de la cathédrale de Rouen étaient amenés à faire des cadeaux aux huchiers qui travaillaient aux stalles pour qu’ils aient plus grande envie de revenir. Mais ces ouvriers étaient eux-mêmes influencés par ce qu’ils rencontraient dans la région où ils étaient venus travailler. Les miséricordes des stalles de la cathédrale de Rouen étaient par exemple très inspirées par les voussures de l’église Saint-Maclou de la même ville qui avaient été refaites quelques décennies plus tôt44. Il est possible que ces huchiers aient aussi ramené dans leurs régions d’origine certaines techniques locales, mais seule une étude dans les archives flamandes ou bourguignonnes pourrait mettre ce phénomène en évidence. Le huchier flamand Pol Mosselman, arrivé à Rouen à la fin de l’occupation anglaise, fait un peu figure d’exception car il s’y installa et y demeura jusqu’à sa mort, bien qu’il ait été invité en 1453 à travailler à Bourges où il participa à la réalisation de la sépulture du duc de Berry45.

  • 46 ADSM G2492, fol. 30v.

27Il est certain, par contre, que les ouvriers forains, qu’ils restassent sur place ou qu’ils repartissent chez eux, subissaient l’influence du milieu dans lequel ils étaient plongés. Jean Totfils, par exemple, comprit vite l’utilité que pouvait représenter, pour un artisan, l’achat de rentes et il récupéra ainsi la plupart des biens du maçon Jean de Bayeux que la veuve de celui-ci n’arrivait pas à conserver à cause de ses difficultés financières. De même, les huchiers flamands, ayant pris conscience que leur présence était indispensable au bon fonctionnement de l’atelier des stalles, réclamèrent de bénéficier, comme les autres ouvriers normands de la cathédrale, des avantages mentionnés dans le règlement des maçons. Ils se firent ainsi payer le vin de la Saint-Martin, par manière de don et non de coutume46. Ils réclamèrent ensuite de participer au « mouton de l’Ascension », c’est-à-dire en fait de recevoir une somme d’argent censée leur permettre d’organiser un repas collectif comme les maçons dont c’était justement la fête. On leur accorda également de conserver toute l’année le même salaire qu’en été alors même qu’au moment de leur arrivée, le « rabais des jours » en justifiait, selon les responsables, la diminution d’environ un tiers, diminution que les autres ouvriers du chantier ne subissaient pas, peut-être parce qu’ils étaient alors peu nombreux.

  • 47 C. Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au débu (...)
  • 48 ADSM 2E1/203, 31 décembre 1478.

28Cette intégration au milieu local se manifestait également dans le domaine religieux. On sait, grâce aux travaux de Catherine Vincent, que les confréries normandes avaient avant tout un caractère religieux et que leurs aspects professionnels passaient au second plan47. Or, lorsqu’en 1478, les frères Gérard et Jacob Louf, peintres d’origine flamande, fondèrent une confrérie à Rouen, ils n’en firent pas une association rassemblant seulement des peintres mais plutôt la plupart des paroissiens de l’église Saint-Sauveur. Par leur action, ces deux hommes s’intégraient complètement à la vie religieuse locale comme ils l’avaient déjà fait lors de leur passage à Vernon où ils avaient fondé une messe, à l’image de bien d’autres artisans qui avaient réussi48.

  • 49 AMR A13, fol. 141 et suiv.

29De ce qui précède, découlent plusieurs conclusions. D’abord, on constate que les échanges culturels dans les milieux artisanaux prennent plus souvent la forme d’un transfert de compétences que de véritables échanges à un niveau identique. Il y a toujours un maître et un apprenti, même si ce dernier peut être un adulte et parfois, lui aussi, un maître. Mais surtout, l’étude de sources variées donne l’impression que, contrairement à une idée abondamment répandue dans la littérature – assez ancienne, le plus souvent – consacrée aux métiers médiévaux et particulièrement à leurs statuts, les différentes professions, en Normandie orientale au cours de la période 1360-1480, n’étaient pas rigoureusement séparées les unes des autres. Les sources judiciaires qui rapportent parfois des conflits entre professions plus ou moins voisines doivent être datées avec précision, relativisées et ramenées à leur véritable valeur, nécessairement limitée par rapport à l’ensemble de la documentation disponible. Si les inventaires du coffre confié aux jurés du métier des plombiers-étaimiers mentionnent de nombreuses lettres se rapportant à des décisions judiciaires, on n’y trouve apparemment pas la moindre mention d’un quelconque conflit avec d’autres métiers. Tout au plus y lit-on un ou deux conflits entre étaimiers à propos de la manière de calculer la valeur du plomb ou de l’étain usagé. Au début du XVIe siècle, les réclamations portées devant les autorités municipales par différentes professions comme les cloutiers ou les chapeliers n’étaient pas vraiment dues au désir de séparer les compétences des métiers entre eux mais, avant tout, à la volonté de condamner la concurrence déloyale des merciers qui, en faisant entrer à Rouen des marchandises produites selon d’autres normes, mettaient les maîtres de plusieurs professions – presque tous unis dans leurs revendications – dans une situation précaire. C’était aussi la quasi-impossibilité d’accéder à ces nouvelles techniques que les merciers ne pouvaient évidemment pas leur transmettre qui mécontentait les maîtres de ces métiers49.

30On constate aussi que ces transferts culturels étaient le plus souvent institutionnalisés, soit parce qu’ils répondaient à une demande locale des commanditaires, soit parce qu’ils permettaient plus simplement de continuer à faire vivre les entreprises ou les ateliers, en maintenant ainsi une structure de production à la fois stable et ouverte à la nouveauté.

31Sans doute, la situation que l’on vient de décrire ne correspond-elle pas absolument à tout l’artisanat normand, ni à toutes les périodes. Les conflits entre professions furent peut-être plus fréquents dans l’industrie textile, mais il s’agissait parfois de problèmes d’accès à l’eau à un moment où l’activité industrielle connaissait un nouvel essor. Par ailleurs, la période qui a été étudiée ici est marquée à plusieurs reprises par une pénurie de main-d’œuvre qui obligea les commanditaires ou les autorités locales à faire appel à des compétences extérieures à la province. Il est difficile de savoir quelle pouvait être la situation du XIIIe siècle, mais il est certain que le XVIe siècle a vu l’ouverture culturelle des métiers se réduire, d’une part, parce que l’abondance de la main-d’œuvre qualifiée a diminué les possibilités de promotion des maîtres extérieurs au métier et, d’autre part, parce que les interventions royales ont à la fois réduit l’autonomie des métiers et créé des modèles, notamment artistiques, que les commanditaires locaux se sont empressés de copier.

Notes

1 J. Verger, Les Gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Age, Paris, 1997, p. 27.

2 AMR Tiroir 15, liasse 6. La plus ancienne ordonnance du métier de plâtriers avait été octroyée en 1290. Elle fut modifiée en 1319, 1340, 1345, 1347, 1410, 1456 et 1479.

3 Publié presque entièrement par C. de Beaurepaire, « Recherches sur les horloges et les horlogers de la ville de Rouen », Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure. 8 (1888-1890), p. 472-526 et en totalité par E. Lefebvre, dans La cathédrale de Rouen, seize siècles d’histoire, J.-P. Chaline et alii dir., Rouen, 1996, p. 79-81. Voir aussi l’analyse de ce document dans P. Lardin, « Les rythmes du travail à Rouen à la fin du Moyen Âge : l’exemple du bâtiment », dans Les rythmes urbains, Actes du colloque de Lyon, 26-28 avril 2000 (à paraître).

4 ADSM 5 E 436.

5 P. Bernardi, « Relations familiales et rapports professionnels chez les artisans du bâtiment en Provence à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 30 (printemps 1996), p. 55-68.

6 ADSM G77, fol. 29 et G3040, fol. 1.

7 P. Braunstein, « Jeanne la Flamenge, tant pour lui que pour ses compagnes... », dans Commerce, finances et société (ΧIe-XVIe siècles). Recueil de travaux d'histoire médiévale offerts à Henri Dubois, P. Contamine, T. Dufour et B. Schnerb dir., Paris, 1993 p. 341-345.

8 ADSM 5E436.

9 F. Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services. Les contrats d’apprentissage en Orléanais (1380-1480) », dans Les entrées dans la vie. Initiations et apprentissages. Actes du XIIe Congrès de la SHMESP, Nancy 1981, Nancy, 1982 (Annales de l’Est, no 1-2), p. 183-208 ; Ead., « Apprentissage et salariat à Marseille avant la Peste noire », RH, 589 (janvier-mars 1994), p. 3-36 ; Education, Initiation, Apprentissage au Moyen Age, Montpellier, 1995 (Cahiers du CRISIMA, 1) ; P. Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction à Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1550), Aix-en-Provence, 1995, p. 55-58.

10 P. Lardin, « Les entreprises du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen Âge », dans Du projet au chantier. Maîtres d’œuvres et maîtres d’ouvrage. Colloque de Vincennes (5-6 septembre 1998), Paris, 2001, p. 177-195.

11 F. Michaud-Fréjaville, « Bons et loyaux services », op. cit., p. 208, se demande justement s’il n’y a pas parfois ambivalence entre apprentissage et louage de bras.

12 ADSM 2E1/I54, fol. 64. 26 avril 1391. Sur cette ville, voir F. Neveux, « La ville de Sées et le duché d’Alençon », dans Marguerite de Lorraine et son temps (1466-1511), Actes du colloque d’Alençon, F. Robin dir., Alençon, 1988, p. 53-73.

13 Il avait également dirigé les travaux de fortifications du château de Tancarville. Après la prise de Harfleur par Henri V, il fut chargé de fortifier le port d’Honfleur. Après la reddition de Rouen, il devint le responsable principal du chantier de construction du palais construit par la volonté du roi Henri V. Voir P. Lardin, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècles) : les matériaux et les hommes, Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 327 et suiv.

14 ADSM 2E1/166, fol. 10v.

15 AMR Leber 751. Les statuts rouennais étaient proches des statuts parisiens de ce métier.

16 P. Lardin, op. cit., note 13, p. 610-611.

17 AMR Leber 751. Les premiers statuts connus ne datent que de 1507, mais ils mentionnent l’existence d’ordonnances plus anciennes.

18 L’histoire des statuts des plâtriers est relatée en détail dans les lettres royales lues le 7 janvier 1479 par le bailli de Rouen qui entérinaient leurs nouveaux statuts. AMR Tiroir 15, liasse 6 et Y 218.

19 ADSM G2120, fol. 165v. Londinières se trouve à une vingtaine de km à l’ouest de Dieppe, dans la vallée de l’Eaulne. La seigneurie appartenait au chapitre cathédral de Rouen.

20 C’est le cas, par exemple, en 1409, pour Guillaume Cuvelier, qui livra au château de Rouen 22 verges de fer surmontées de statuettes de plomb représentant « un heaume décoré d’une fleur de lys avec ailes et gonfanons, une couronne et des anges portant lettres qui font karolus ». BnF MF 26036 (4224). De même, lors des travaux de fortifications de la ville de Harfleur entre 1485 et 1491, le plombier Lancelot Baube livra, outre un certain nombre de tables, des gargouilles, un dragon, un lion, un cygne, une pomme et des épis. ADSM 3E6/78, fol. 100 et 101.

21 Les rapports entre les maçons et les charpentiers étaient basés sur une concertation permanente. Voir A. Prache, « Le bois dans l’architecture médiévale », Les Dossiers d’archéologie, 219 (décembre 1996), p. 54-62.

22 AMR A10, fol. I77v et 180-184v.

23 En 1456, dans la seigneurie du Bec-Crespin, voisine de Fécamp, Raoul Cardet était qualifié de « maçon et charpentier et huchier ». ADSM 1ER 1596, fol. 205v et 206.

24 AMR A5, fol. 97 et I28v. Ordonnances des Rois de France, t. IX, p. 412-416. Voir A. Sadourny, « Rouen à l’époque communale », Connaître Rouen, 2 (1972), p. 9.

25 ADSM G54 H 111, fol. 120v.

26 Voir notamment leur présence à Dieppe. ADSM G498 à G504. Si le verrier John Brown s’était installé à Harfleur, cela s’explique par le fait que le roi Henri V avait essayé de vider la ville de sa population et de la remplacer par des Anglais. Il avait donc fallu faire venir des artisans, notamment pour la construction du nouveau château.

27 Y. Bottineaux-Fuchs, « Georges d’Amboise et les artistes italiens », dans Les Italiens en Normandie, Actes du Colloque de Cerisy-la-Salle (8-11 octobre 1998), M. Coquin et F. Neveux dir., Caen, 2000 (Cahiers des Annales de Normandie, no 29), p. 143-162.

28 BnF MF 26036 (4153).

29 ADSM 2E1/164, fol. 144.

30 ADSM 2E1/159, fol. 4, 6 février 1404, n. st.

31 ADSM G2509, fol. 67. Au début le receveur note dans le registre de comptabilité qu’il s’agissait d’un « nouvel ouvrier qui se vantait de faire sonner la cloche à 10 hommes ». Son nom n’apparaît que quelques articles plus loin, et c’est en septembre suivant, alors qu’il a fait ses preuves qu’il est qualifié de maître et qu’il a plusieurs maréchaux sous ses ordres.

32 J.-F. Belhoste et alii, La Métallurgie en Haute-Normandie. XIIe-XVIIe siècle. La révolution du haut-fourneau, Cahiers de l’Inventaire, no 1, 1991, notamment p. 68 et suiv.

33 ADSM G 502.

34 ADSM G504, fol. 19.

35 ADSM G2494, fol. 57v.

36 Près de Saint-Paul, diocèse de Beauvais.

37 ADSM G2501, fol. 83v. La décision avait été prise lors de la réunion capitulaire du 15 novembre 1465. ADSM G2137, fol. 15.

38 ADSM A4, fol. 60. Voir aussi AI, fol 131 pour d’autres déplacements de Jean de Sotteville dans le même but en 1390.

39 ADSM G 2135, fol. 48.

40 ADSM G1381.

41 ADSM G2119, fol. 181 v.

42 ADSM 3E6/5, fol. 201 v. Les briques furent utilisées au château d’Arques, dans sa bassecour, ainsi qu’au château de Longueville-sur-Scie. Cf. P. Lardin, « La reconstruction du château de Longueville au lendemain de la guerre de Cent ans », Cahiers havrais de recherche historique, 57 (1998), p. 73-98.

43 Les métallurgistes qui avaient installé les nouveaux fourneaux dans le Pays de Bray émigrèrent ensuite en Angleterre. B. G. Awty, « L’émigration des forgerons brayons vers l’Angleterre au XVIe siècle », Cahiers Léopold Delisle, 31-32 (1982-1983), p. 87-96.

44 P. Dubois, « Quelques stalles d’églises normandes et picardes et la sculpture sur bois aux XVe et XVIe siècles », Bulletin des Amis des Monuments rouennais, 1912, p. 105-132.

45 Il travailla en compagnie d’un certain Étienne Bobillet et exécuta certains travaux d’albastre pour la dite sepulture. Gauchery et Champeaux, Les Travaux d’art exécutés par Jean de France, duc de Berry, Paris, 1894, p. 36.

46 ADSM G2492, fol. 30v.

47 C. Vincent, Des charités bien ordonnées. Les confréries normandes de la fin du XIIIe siècle au début du XVIe siècle, Paris, 1988, p. 28-29 et 35-39.

48 ADSM 2E1/203, 31 décembre 1478.

49 AMR A13, fol. 141 et suiv.

Notes de fin

1 On utilisera les abréviations suivantes : AMR : Archives municipales de Rouen, ADSM : Archives départementales de Seine-Maritime, BnF : Bibliothèque nationale de France, MF : Manuscrits français.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.