Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Les auteurs en Angleterre à la fin du Moyen Âge : pourquoi des étrangers ?

Jean-Philippe Genet

Texte intégral

1Le terme d’« échanges culturels » n’est pas des plus faciles à utiliser, car il suppose un certain degré de réciprocité, ce qui relève sans doute d’une approche un peu irénique de l’histoire culturelle. J’observerai seulement, à titre de préalable, que les sociologues et nos collègues spécialistes d’époques plus récentes préfèrent utiliser le concept de « transfert culturel », développé justement par Michel Espagne et Michael Werner à propos de l’Allemagne confrontée à la France des Lumières et de la Révolution. Mais il est vrai qu’il est difficile d’utiliser un tel concept pour la société médiévale, dans la mesure où elle est dirigée précisément par de véritables professionnels du transfert culturel, les hommes d’Église... Laissons de côté ces considérations générales pour nous concentrer sur une étude de cas où, j’en ai peur, les échanges sont moins évidents que les transferts : du moins, une telle étude peut-elle servir à mettre au jour les enjeux qui peuvent parfois se cacher derrière la formulation apparemment innocente des « échanges ».

  • 1 Sur la notion d’auteur utilisée ici, J.-P. Genet, « L’auteur politique : le cas anglais », dans Au (...)
  • 2 Sur la notion de champ et son emploi dans ce cadre, voir J.-P. Genet, Les idées sociales et politi (...)
  • 3 La base HP est consultable sur Internet sur le site du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de (...)

2Le point de départ est une simple constatation statistique, opérée à partir d’une base de données sur les auteurs1 anglais actifs en Angleterre entre 1300 et 1600. Cette base n’est pas exhaustive, puisqu’elle ne concerne que les auteurs actifs dans les champs de l’histoire et du politique2 : un auteur dont les textes seraient uniquement du ressort de la théologie, par exemple, ou de la littérature, n’y figurera pas. On peut cependant accepter ce biais, à condition de ne pas l’oublier, parce que, telle qu’elle a été constituée, cette base contient des données sur une population relativement nombreuse au total, en l’occurrence 2 222 individus3 : si les chiffres donnés ici (tableau I) ne doivent être pris que comme les indicateurs d’une tendance, ils sont fiables et informent sur la longue durée. Les auteurs sont regroupés par période en fonction de leur date médiane d’activité, le début d’activité se situant soit à la date du premier texte connu, soit à l’obtention du grade de maître ès arts, soit à l’âge de 25 ans, selon les informations disponibles ; sinon, à la première apparition dans la documentation (même si c’est, pour prendre un cas extrême, l’année de décès). La date de fin d’activité est la date de décès, ou à défaut la date de la dernière mention dans la documentation. Or, alors qu’il y a peu d’étrangers présents (numériquement et proportionnellement) jusqu’à la fin du XIVe siècle, on remarque deux poussées assez nettes mais éphémères, l’une dans le dernier quart du XIVe siècle et l’autre dans le second quart du XVe siècle ; surtout, à partir du quart de siècle 1476-1500, il y a une très forte poussée numérique et le nombre des étrangers parmi les auteurs actifs en Angleterre dans les domaines de l’histoire et du politique ne va dès lors plus cesser de croître : ce qui n’empêche que les années 1476-1550 soient celles pendant lesquelles la proportion des auteurs étrangers est la plus forte, décroissant cependant de 12,3 % à 8,5 % pendant ces soixante-quinze ans. En gros, on peut dire qu’un auteur sur huit est étranger entre 1476 et 1500, et un sur dix entre 1501 et 1525. Qui plus est, si l’on enlève du nombre des auteurs actifs en Angleterre pour la période 1476-1500 les sept étrangers, on retombe sur un nombre d’auteurs (50) inférieur à celui de la première moitié du XIVe siècle (54 et 55). Qu’est-ce qui se cache derrière ces chiffres, et comment pouvons-nous expliquer ce qui, à première vue, apparaît comme une anomalie ?

  • 4 T. Turville-Petre, Language, Literature and National identity, 1290-1340, Oxford, 1996. Sur le cho (...)
  • 5 Voir notamment sur l’aspect chevaleresque de la culture de cour sous Édouard III, J. Vale, Edward (...)
  • 6 J. Vale, op. cit., p. 46.
  • 7 M. Hanly, op. cit., p. 152-159.
  • 8 Philippe de Mézières. Letter to King Richard II. A plea made in 1395 for peace between France and (...)
  • 9 Édité dans A. D. Hamdy, « Philippe de Mézières and the new Order of the Passion », Bulletin of the (...)
  • 10 English Court Culture in the Later Middle Ages, V. J. Scattergood et J. W. Sherborne dir., Londres (...)

3Paradoxalement, au moment même où l’Angleterre réussissait à plusieurs reprises à imposer son pouvoir sur un large domaine continental, l’une de ses caractéristiques est de s’être progressivement repliée sur elle-même aux XIVe et XVe siècles. Trois phénomènes me paraissent expliquer cela. Le premier, le plus « massif » si l’on veut, est la combinaison du développement de l’anglais en tant que langue nationale avec la redéfinition d’une identité nationale dans le cadre de la guerre de Cent Ans ; il s’agit là d’un phénomène à la fois complexe et bien connu sur lequel je reviendrai plus loin4. Le second est la faible capacité attractive au plan international d’une cour royale dont l’éclat est, au mieux, intermittent. Sans doute, sous le règne d’Édouard III5, l’entourage de la reine Philippa de Hainaut a-t-il compté des poètes de langue française, et non des moindres, comme Jean Le Mote et surtout Jean Froissart, familier (et peut-être « clerc lisant »6) de la reine de 1361 à sa mort en 1369 : mais ce dernier n’a commencé à écrire ses chroniques qu’à son retour sur le continent, dans l’entourage de Robert de Namur. D’autres poètes et écrivains illustres ont séjourné en Angleterre7, comme Gace de la Buigne, mais c’est parce qu’il appartient à la cour de Jean le Bon pendant sa captivité londonienne, de 1356 à 1360, et Othe de Grandson, mais il est au service du duc de Lancastre, Jean de Gand. Quant à Philippe de Mézières, s’il a adressé à Richard II son Epistre au Roi Richard8 et – par l’intermédiaire de John Holland, Earl of Huntingdon – sa Sustance de la Chevalerie de la Passion de Jhesus Crist9, il ne semble jamais avoir franchi la Manche puisqu’il prend soin de signaler qu’il est fort bien informé de ce qui se passe à la cour de Westminster par son messager, Robert l’Ermite (lé dieppois Robert le Mennot). La cour de Richard II est encore brillante10, mais ensuite l’effacement est rapide et profond. De toutes façons, le français ne joue plus alors qu’un rôle restreint dans la vie culturelle de la cour : aucun des hommes que nous venons de citer ne figure dans la base.

« Médiane d’activité »

Population

Étrangers

 % d’étrangers

Antérieure à 1299

11

Entre 1301 et 1325

54

Entre 1326 et 1350

55

1

1,8

Entre 1351 et 1375

63

2

3,2

Entre 1376 et 1400

100

5

5

Entre 1401 et 1425

101

1

1

Entre 1426 et 1450

80

5

6,2

Entre 1451 et 1475

88

1

1,1

Entre 1476 et 1500

57

7

12,3

Entre 1501 et 1525

84

8

9,5

Entre 1526 et 1550

238

20

8,5

Entre 1551 et 1575

364

22

6,1

Entre 1576 et 1600

615

14

2,1

Postérieure à 1600

312

6

1,9

TOTAL

2 222

92

4,1

Tableau I : Les auteurs actifs dans les domaines de l’histoire et du politique

  • 11 J. Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du XVe siècle d’après (...)
  • 12 T. H. Aston, « Oxford’s Medieval Alumni », Past and Present, 74 (1977), p. 3-40 ; T. H. Aston, G. (...)
  • 13 Les références biographiques renvoient pour Oxford à A. B. Emden, A Biographical Register of the U (...)
  • 14 HP, BRUO, I, p. 554-555.
  • 15 HP, BRUO, III, p. 1680.

4Enfin, et c’est un point capital s’agissant d’une enquête sur des producteurs de textes, le rayonnement international des universités anglaises est faible. Même si Paris a perdu beaucoup de son attrait international et européen à la fin du Moyen Âge après le Grand Schisme d’Occident et la création des universités allemandes11, son rayonnement est sans commune mesure avec celui d’Oxford ou de Cambridge, où la fréquentation étrangère a toujours été faible12. Le seul courant nourri de visiteurs est celui qu’assurent les ordres mendiants, franciscains ou augustins notamment, qui continuent à faire venir des lecteurs étrangers, et notamment italiens ou français, dans leurs couvents-collèges universitaires : l’un d’entre eux, l’augustin Giovanni Becchetti13 est l’auteur de commentaires (perdus) sur la Politique et l’Éthique d’Aristote et figure donc dans la base pour la période 1376-1400. Deux maîtres étrangers seulement semblent avoir joué un rôle non négligeable à Oxford et à Cambridge, un assez mystérieux franciscain portugais, John Dedecus14, et l’Allemand John Sharp15.

  • 16 R. Weiss, Humanism in England during the Fifteenth Century, 3e éd., Oxford, 1967.
  • 17 D. Rundle, « On the difference between virtue and Weiss : Humanist Texts in England during the Fif (...)
  • 18 Voir par exemple les communications contenues dans Pratiques de la culture écrite en France au XVe(...)
  • 19 Un certain intérêt pour l’humanisme est décelable vers 1430-1431, au moment où se nouent les liens (...)

5Ceci étant rapidement précisé, ce n’est évidemment pas la première fois que l’on observe l’importance de la proportion des étrangers parmi les auteurs actifs en Angleterre à partir de la fin du XVe siècle. Ce phénomène est en général mis en rapport avec l’essor d’un nouveau paradigme culturel, l’humanisme qui, par son influence et le prestige international qu’il a rapidement acquis, suscite l’enthousiasme des couches dirigeantes. Comme les Anglais n’y sont nullement préparés, il faut bien faire appel à ceux qui sont formés à la langue (le latin des humanistes) et aux outils de communication (la nouvelle écriture humaniste pour les manuscrits, l’imprimerie) de cette nouvelle culture, et donc à des étrangers, Italiens ou Français. C’est ce genre de réponse que les historiens de l’humanisme en Angleterre, tels Roberto Weiss16 ont traditionnellement donné. Mais une telle réponse se heurte à plusieurs objections et les conclusions de Weiss sont aujourd’hui fortement contestées17. D’ailleurs, observons qu’on s’est longtemps contenté pour la France d’une réponse similaire qui a elle aussi été remise en cause, notamment lorsque l’équipe de la CÉMAT a montré la profondeur et l’intensité d’un humanisme endogène dans la France de la fin du XIVe et du début du XVe siècle18. Il faut donc se demander aussi de quand date en Angleterre l’intérêt pour l’humanisme, et si l’Angleterre était si dépourvue que cela de ressources endogènes pour pouvoir s’adapter à la nouvelle donne culturelle. Ce n’est en tous cas pas dans les universités19 que l’on décèle l’intérêt le plus précoce pour l’humanisme italien, mais dans deux groupes spécifiques, les bénédictins d’une part, et d’autre part les expatriés anglais en Italie : bien sûr, ces deux groupes ont, l’un comme l’autre, des rapports étroits avec les universités, mais leur intérêt pour l’humanisme n’est sans doute pas dû à ces rapports.

  • 20 HP, J. Taylor, The Universal Chronicle of Ranulf Higden, Oxford, 1966.
  • 21 HP, BRUO, III, p. 971 ; V. H. Galbraith, The Saint-Albans Chronicle, 1406-1420, Oxford, 1937.
  • 22 HP, BRUO, III. p. 2032-2034 et Weiss, op. cit., p. 31-38 ; voir aussi R. Weiss, « Piero di Monte, (...)
  • 23 R. Weiss, « Leonardo Bruni and Early English Humanism », Modern Language Review, 36 (1941), p. 443 (...)
  • 24 HP, BRUO, p. 1666-1667 ; WEISS, op. cit., p. 153-154.
  • 25 HP, BRUO, II, p. 782-783.

6C’est en effet une caractéristique anglaise que le très haut niveau culturel des bénédictins à la fin du Moyen Âge. Les plus éminents historiens anglais de la période sont des bénédictins, Ranulph Higden20 (St Werburgh de Chester), Thomas Walsingham21 et John Wethamstede (St Albans). Les colossales bibliothèques dont disposent alors les prieurés cathédraux de Canterbury (Christ Church) et Durham, ou les abbayes de St Albans ou St Augustin de Canterbury mettent à la disposition des moines des fonds documentaires d’une très grande richesse, et ils les complètent par leurs propres livres qu’ils donnent en général au moment de leur mort à la bibliothèque du monastère. Certains de ces bénédictins se sont intéressés très tôt à l’humanisme, notamment John Whethamstede22, abbé de St Albans de 1420 à 1440 et de 1452 à sa mort en 1465, qui a lui-même séjourné en Italie à l’occasion du concile de Sienne en 1423-1424, visitant Florence à l’occasion et qui compte Leonardo Bruni au nombre de ses amis23. Quant à William Selling24, un étudiant de Surigone à Oxford, il part à Padoue en 1464 et devient docteur en théologie de Bologne en 1469 : il y apprend le grec avec Andronicus Callistus ; au retour, il est prieur de Christ Church de 1472 à sa mort en 1494. Il est par deux fois envoyé en ambassade à Rome, en 1470 et en 1487, emmenant avec lui pour cette seconde mission le jeune Linacre. Son successeur, Thomas Goldstone, est lui aussi un docteur en théologie de Bologne (1493), et sera prieur de Christ Church de 1495 à sa mort en 151725.

  • 26 J.-P. Genet, « English Nationalism : Thomas Polton at the Council of Constance », Nottingham Medie (...)
  • 27 HP. Sur cet épisode et sa fin malheureuse, voir G. Harriss, Cardinal Beaufort. A Study of Lancastr (...)
  • 28 M. Harvey, England, Rome and the Papacy, 1417-1464, Manchester, 1993 ; et F. R. H. Du Boulay, « Th (...)
  • 29 La documentation est rassemblée dans A. R. Malden, The canonization of Saint Osmund, from the manu (...)
  • 30 HP, BRUO, II, R. Weiss, op. cit., p. 86-96.
  • 31 HP, BRUO, III, p. 1829-1830.

7Quant aux expatriés en Italie, l’importance relative de leur nombre est liée à trois phénomènes. Il y a d’abord la relation plus confiante qui s’est nouée entre l’Angleterre et la papauté avec la fin du Grand Schisme et la disparition d’une papauté avignonnaise toujours sentie comme trop proche de la France. Le concile de Constance voit l’accession de l’Angleterre au statut de « nation » conciliaire26 et le royaume enverra aux conciles des délégations prestigieuses. Les succès militaires d’Henri V et de Bedford, le rôle du Cardinal Henri Beaufort dans l’organisation et le financement des croisades anti-hussites27, tout cela se conjugue avec le nouvel essor de la papauté romaine pour mettre en mouvement une véritable noria de diplomates, de notaires et de juristes28. Les affaires en cours avec la papauté sont si nombreuses que plusieurs institutions doivent envoyer de fréquentes missions à Rome ou même se résoudre à entretenir en Italie des procureurs à la Curie pour les représenter. Un bon exemple de telles affaires est donné par les longues négociations menées par l’église de Salisbury pour obtenir la canonisation de saint Osmund29, dans lesquelles l’archidiacre de Wells, Andrew Holes30, joue un rôle essentiel : il réside en Italie à partir de 1430, devenant procureur du roi à la Curie de 1437 à 1444 et obtenant de l’université de Padoue le grade de docteur en droit canon en 1439. La conservation des registres de sa correspondance permet également de suivre l’activité de William Swan31, qui réside presque continuellement en Italie de 1404 à sa mort en 1445 : tout en représentant les intérêts anglais, il devient secrétaire de Grégoire XII puis scripteur et abréviateur des lettres pontificales à la Curie.

  • 32 HP, BRUO, II, p. 809-814.
  • 33 BRUO, I, p. 213-214 ; Weiss, op. cit., passim.
  • 34 BRUO, III, p. 1648 ; Weiss, op. cit., p. 87.
  • 35 HP, BRUO, II, p. 724-725 ; Weiss, op. cit., p. 105-112 et R. J. Mitchell, John Free, Londres, 1955
  • 36 HP, BRUC, p. 275-277 ; Weiss, op. cit., p. 122-127.
  • 37 HP (John Tiptoft II), BRUO, III, p. 1877-1879 ; Weiss, op. cit., p. 114-115 et R. J. Mitchell, Joh (...)

8Beaucoup de ces Anglais profitent de leur séjour pour fréquenter les universités italiennes où ils sont rejoints par des étudiants que le renom de ces écoles attirent. Le noble neveu du duc de Buckingham, William Gray32, accompagné de ses clercs, Richard Bole33, que l’on retrouvera plus tard en mission à la Curie dans l’entourage de Tiptoft, et Nicolas Shaxton34, après avoir séjourné deux ans à Cologne, va étudier en Italie : il passe d’abord par Florence pour acheter des livres à Vespasiano da Bisticci, puis travaille successivement à Padoue où il obtient le grade de docteur en théologie et à Ferrare où il suit les cours de Guarino da Verona et accueille dans sa maison Niccolo Perotti. Il est ensuite procureur du roi à Rome, où il réside, pour l’essentiel, de 1446 à 1454, avant d’occuper le siège épiscopal d’Ely de 1454 à sa mort en 1478 (Bole est alors archidiacre d’Ely de 1467 à 1477). Gray réunira une somptueuse bibliothèque qu’il lègue à sa mort à Balliol College ; à une échelle plus modeste, Bole et Shaxton feront de même. C’est Gray qui finance les études de John Free35 auprès de Guarino da Verona à Ferrare de 1456 à 1458, avant que Free ne décide de partir étudier la médecine à Padoue où il obtient son doctorat après 1461 ; ses œuvres paraissent prometteuses, mais il meurt encore jeune en 1465. Aux côtés de Free, on découvre à Ferrare un maître de Cambridge, John Gunthorpe36, qui fera une belle carrière diplomatique et sera doyen de Wells de 1472 à sa mort en 1498, et à Padoue John Tiptoft37, Earl of Worcester, qui découvre Venise et l’Italie à l’occasion d’un pèlerinage en Terre Sainte et étudie à Padoue où John Free devient, semble-t-il, son secrétaire entre 1459 et 1461.

  • 38 HP, BRUO, II, p. 699-700 ; Weiss, op. cit., passim.
  • 39 HP, BRUO, II. p. 697-699.
  • 40 BRUO, I, p. 499-500.
  • 41 BRUO, II, p. 783-786.
  • 42 BRUO, III, p. 1692-1695, Weiss, op. cit., p. 149-153.
  • 43 BRUO, II, p. 715-719. Il a étudié à Louvain et à Paris ; successeur de Shirwood à Durham en 1494, (...)

9Robert Fleming38, le neveu de Richard Fleming39 qui avait été membre de la délégation conciliaire à Constance et à Pavie-Sienne en 1423 ainsi qu’ambassadeur auprès de Martin V en 1419-1420 avant de fonder Lincoln College, suit à peu près le même chemin que Gray, passant par Cologne (1444), Padoue (où il obtient en 1446 le grade de bachelier en théologie) et Ferrare avant de représenter à son tour le roi d’Angleterre à la Curie de 1455 à 1460 et de 1473 à 1478. Ami du bibliothécaire de la Vaticane, Bartolomeo Platina, il rassemble comme Gray une magnifique bibliothèque qu’il donne ou lègue à sa mort en 1483 à la fondation de son oncle, Lincoln College. Un peu plus tard, c’est au tour de Peter Courtenay40, le futur évêque d’Exeter et de Winchester, d’emprunter ce parcours, passant d’Oxford à Cologne en 1457, puis à Padoue, où il obtient le grade de docteur en droit canon en 1461 : il est procureur du roi à la Curie en 1463. Il est vrai qu’il ne semble guère manifester d’intérêt pour l’humanisme et ne ramène aucun livre d’Italie, à la différence de deux autres prélats, James Goldwell41, secrétaire royal (1460-1462), évêque de Norwich de 1472 à sa mort en 1499, protonotaire apostolique en 1467, ambassadeur du roi à la Curie en 1468, 1469 et 1471-1472, dont les livres finiront à All Souls College, et John Shirwood42. Ce dernier, évêque de Durham de 1484 à sa mort en 1493, séjourne à Rome presque continuellement de 1474 à 1493, étant procureur et orateur du roi de 1479 à 1483 et en 1492-1493. Sa magnifique bibliothèque ira au Corpus Christi College d’Oxford par l’intermédiaire de Richard Foxe43.

  • 44 BRUO, II, p. 827-830 Weiss, op. cit., p. 173-174.
  • 45 BRUO, II, p. 1 147-1149.
  • 46 BRUO, II, p. 1106.
  • 47 HP, BRUO, I. p. 462-464.

10Bien qu’il ne semble pas avoir été lui-même en Italie, Richard Foxe nous met en contact avec la génération suivante, celle des premiers véritables humanistes anglais. William Grocyn44 a quitté l’Angleterre en 1488 pour Florence où il étudie avec Angelo Politiano et Chalcondylas ; Thomas Linacre45 part en Italie en 1487 dans l’entourage de William Sellyng et obtient en 1496 le grade de docteur en médecine à Padoue ; médecin d’Henri VII et précepteur d’Henri VIII, il traduit les œuvres de Galien et meurt en 1524. William Latimer46, fellow d’All Souls, étudie pour sa part à Ferrare, où il est maître ès arts en 1502 ; il sera le précepteur de Reginald Pole et meurt en 1545. John Colet47, enfin, l’un des plus illustres humanistes anglais, a étudié à Orléans, à Paris et en Italie entre 1493 et 1497. Ce sont ces hommes qui, à la fois par leurs écrits et par leur œuvre pédagogique, établiront fermement la culture humaniste en Angleterre.

  • 48 V. Pacifici, Un Canne biografico di Sisto IV del 1477, Tivoli, 1923.

11Mais l’on observe que la production textuelle de ces hommes est relativement peu abondante, et qu’elle est loin d’avoir un caractère humaniste clairement affirmé : les deux seuls auteurs qui, parmi ces pionniers, s’efforcent véritablement d’écrire comme des Italiens, sont John Free et Robert Fleming : or, c’est en Italie qu’en 1461-1464 Free traduit en latin des textes grecs de Sinesius (De insomniis et De laude calvitii), dédiant l’un de ces textes à Paul II et l’autre à son protecteur John Tiptoft, l’Earl of Worcester, alors que Robert Fleming a fait imprimer à Rome en 1477 ses Lucubratiunculae Tiburtinae, une défense du Pape Sixte IV contre Stefano Infessura48. En Angleterre même, les plus actifs et les plus brillants détenteurs du nouveau savoir, comme Gunthorpe et Shirwood, sont accaparés par leurs carrières ecclésiastique et diplomatique. Dans ces conditions, si l’on voulait faire appel à ceux qui disposaient du nouveau savoir, il fallait aller les chercher en Italie et importer leurs compétences puisqu’elles manquaient en Angleterre.

  • 49 La signification du séjour de Poggio en Angleterre est fort mal comprise par Roberto Weiss, selon (...)
  • 50 The Official Correspondance of Thomas Bekynton, G. Williams éd., Londres, 1872, (Rolls Series, 56) (...)
  • 51 Sur ces premiers contacts et tout l’entourage du duc Humphrey, voir A. Sammut, Unfredo Duca di Glo (...)
  • 52 HP ; J. Haller, Piero da Monte. Ein Gelehrter und Päpstlicher Beamter des 15. Jahrhunderts. Seine (...)
  • 53 A. Sammut, op. cit. ; Rundle, op. cit., p. 195-198 démontre dans des pages savoureuses que l’oeuvr (...)

12À dire vrai, ce besoin s’est fait sentir assez tôt, et c’est ce qui explique la présence d’une première vague d’étrangers dans nos statistiques. Ainsi viennent en Angleterre Poggio Bracciolini49, qui est secrétaire d’Henry Beaufort de l’automne 1418 à février 1422, Simone Lelli de Teramo, nonce et collecteur pontifical à partir de 1420 et qui est en contact avec le duc Humphrey de Gloucester dès 1424 comme en témoigne une lettre qu’il lui adresse alors50, et qui sont suivis par Giuliano Cesarini (en mission en 1426 pour demander l’abolition du Statut des Proviseurs) et Gerardo Landriani, successivement évêque de Lodi puis de Côme, venu pour mener des négociations en rapport avec le concile de Bâle en 1432 et en 143351. C’est apparemment ce dernier qui a mis en relation vers 1434 le duc Humphrey et Leonardo Bruni, d’où la dédicace par ce dernier au duc de sa traduction (terminée en 1438) de la Politique d’Aristote : l’affaire n’ira pas loin, car le duc n’ayant pas répondu avec la générosité attendue, l’œuvre sera re-dédicacée l’année suivante au pape Eugène IV ! Un autre prélat italien qui est lui aussi venu en Angleterre et y séjourne de 1435 à 1440 est le Vénitien Pietro del Monte, qui sera plus tard évêque de Brescia, jusqu’à sa mort en 145752. Élève de Guarino de Verona entre 1414 et 1419 avant d’étudier à Paris (peut-être au Collège de Navarre) puis à Padoue où il obtient le grade de docteur utriusque juris, il est entré au service du pape Eugène IV qui l’envoie au concile de Bâle avant de charger ce jeune protonotaire apostolique de multiples missions diplomatiques : il est ainsi nonce et collecteur des revenus apostoliques en Angleterre de 1435 à 1440, avant d’être nonce quelques années plus tard en France auprès de Charles VII. C’est en Angleterre qu’il a rédigé vers 1438 son De virtutum et vitiorum inter se differentia53 et c’est aussi lui qui a fait entrer au service du duc Humphrey les deux humanistes italiens qui vont le servir. Antonio Beccaria et Tito Livio de Frulovisi (Forli).

  • 54 HP ; C. W. Previte-Orton, « The earlier career of Titus Livius Frulovisiis », English Historical Re (...)
  • 55 Les deux manuscrits de présentation subsistent : le MS. Cambridge Corpus Christi College 285 est c (...)
  • 56 Un seul manuscrit subsiste, MS. Sevilla B.Colombina 7 2 23, f. 62-84 : des extraits sont édités da (...)
  • 57 HP, BRUO, II, p. 699-700 ; Weiss, op. cit., passim, p. 45-46 et ID., « Per la biografia di Antonio (...)
  • 58 M. Borsa, « The correspondance of Humphrey, duke of Gloucester and Pier Candido Decembri », Englis (...)
  • 59 Voir les catalogues des expositions tenues à la Bodleian Library d’Oxford : Duke Humfrey and Engli (...)

13Tito Livio54, secrétaire du duc de 1436 à 1439, qui semble s’être formé auprès d’Emmanuel Chrysolaras et de Guarino da Verona, appartient, tout comme Pietro del Monte, au milieu humaniste de Venise, où il a tenu école. Il est l’auteur de la principale œuvre humaniste composée en Angleterre pendant la première moitié du XVe siècle, la Vita Henrici Quinti, une belle biographie héroïque du conquérant de la France55 ; dans la même veine, il a aussi composé une Humphroidos qui essayait de camper dans une même stature héroïque son patron : est-ce la disproportion, cette fois, entre le modèle et son portrait littéraire ? L’oeuvre ne semble avoir eu aucun succès56 et, bien qu’il ait essayé de se rapprocher de l’archevêque de Canterbury John Stafford, Tito Livio finit par quitter l’Angleterre, abandonnant sa place auprès d’Humphrey à Antonio Beccaria57 qui va dédier au duc ses traductions d’Athanase, de Plutarque et de Boccace (traduction latine du Corbaccio) : il est le secrétaire d’Humphrey de 1438 à 1445, et c’est donc lui qui a rédigé les lettres que son patron a adressées à Pier Candido Decembri58. Au reste, il est remarquable que les rapports d’hommes comme le duc Humphrey ou John Stafford avec les humanistes de tout premier plan que sont Decembri et Leonardo Bruni, en sont restés au stade épistolaire. Quand Beccaria rentre à son tour chez lui à Vérone en 1445, Pietro del Monte est déjà parti accomplir une mission diplomatique en France et le seul témoignage de ce premier moment humaniste est la somptueuse collection de manuscrits qu’a amassée le duc Humphrey pour en faire don à l’Université d’Oxford, avec les œuvres de Pier Candido Decembri et de Leonardo Bruni qui s’y trouvent59.

  • 60 Voir R. A. Griffiths, The reign of King Henry VI. The Exercise of Royal Authority, 1422-1461, Lond (...)
  • 61 Tous dans BRUO, passim sauf Alnwick et Langton, BRUC, p. 11 et 351-352 ; dans HP, Beckington, Chic (...)
  • 62 Des laïcs de l’entourage d’Henri VI sont aussi des fondateurs notables, comme le duc de Suffolk Wi (...)
  • 63 R. Weiss, op. cit., p. 71-75.
  • 64 HP ; BRUO, I, p. 307-309 : R. Weiss, op. cit., p. 133-138.
  • 65 G. Ouy, « Le collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », dans Enseignement et vie intel (...)

14L’élimination du duc Humphrey, à première vue, aurait pu ne pas marquer le début d’une éclipse de l’humanisme : officiellement au moins, Henri VI et son entourage se sont engagés dès le début du règne personnel du souverain dans une grande politique de prestige culturel, dégageant envers et contre tout des sommes non négligeables pour la fondation double d’Eton et du King’s College de Cambridge60 : mais ils ne sont pas allés chercher des étrangers et ont délibérément choisi de rester entre Anglais, si j’ose dire, en s’inspirant du modèle de William de Wykeham à Oxford (New College) et à Winchester. On connaît bien le cursus des études et les préoccupations intellectuelles des hommes de culture61 qui ont joué un rôle déterminant dans ces fondations. Ce sont des évêques, comme l’archevêque de Canterbury Henry Chichele (D.C.L. Oxford, mort en 1443) le fondateur d’All Souls, l’évêque de Lincoln William Alnwick (D.C.L. Cambridge, mort en 1449), l’évêque de Salisbury William Aiscough (D.Th. Oxford, assassiné en janvier 1450), l’évêque de Bath and Wells et futur archevêque de Canterbury John Stafford (D.C.L. Oxford, mort en 1452), l’évêque de St Asaph (plus tard transféré à Rochester) John Lowe (D.Th. Oxford, mort vers 1467), et des ecclésiastiques de haut rang, comme le premier warden d’All Souls, Richard Andrew (D.C.L. Oxford, mort en 1477), le premier provost d’Eton, Henry Sever (D.Th. Oxford, mort en 1471) et les futurs évêques de Bath and Wells, le secrétaire du roi Thomas Beckington (D.C.L. Oxford, mort en 1465), de St Davids, le chancelier de Cambridge John Langton (L.Cn.L., mort en 1447), de Winchester William Waynflete (second provost d’Eton, B.Th. Oxford, mort en 1486) et de Chichester Adam Moleyns (D.C.L. Oxford, assassiné en janvier 1450), et enfin un laïc, le médecin du roi John Somerset (D.M. Cambridge, mort vers 1455). Plusieurs ont été de grands collectionneurs de livres, ainsi que des fondateurs de collèges, comme Chichele (All Souls College et Higham Ferrers Grammar School) et Waynflete (Magdalen College et Magdalen Grammar School)62 : il est pourtant significatif qu’aucun de ces hommes n’est allé étudier en Italie. Cela ne veut pas dire qu’ils soient hostiles à l’humanisme : Beckington63, qui a été le récipiendaire des Decades de Flavio Biondo et a reçu des copies des œuvres de Francesco Pontano et de John Free, est le patron de Thomas Chaundler, l’un des pionniers de l’humanisme à Oxford64, et Waynflete fera de sa fondation de Magdalen l’un des fers de lance de la nouvelle culture à Oxford. Mais il est clair que l’essentiel de leur inspiration vient du modèle Wykehamiste et que si humanisme il y a, il est d’une variété purement anglaise : ce premier humanisme (ou proto-humanisme, si l’on veut) pourrait plutôt évoquer, mutatis mutandis, cet humanisme français développé dans un milieu collégial « moderne » comparable, mais à Paris, en l’occurrence celui du collège de Navarre65.

  • 66 Tructatus ordinis serenissimi domini regis Anglie vulgariter dicti la Gerretiere, MS. London B.L. (...)

15En tout état de cause, après 1450, le nombre des auteurs actifs diminue sensiblement et la crise politique fait que les étrangers n’ont plus guère de raisons de se rendre en Angleterre et moins encore d’y chercher un poste, comme des humanistes aussi célèbres que Poggio, Bruni, Decembri ou Lapo da Castiglioncho il Giovane n’avaient pas craint de le faire quelques années auparavant : un seul étranger se remarque dans la génération dont la médiane d’activité se situe entre 1451 et 1475, Mondonius Belvaletis, l’auteur d’un traité sur l’ordre de la Jarretière66 : encore ne sait-on pour ainsi dire rien sur ce personnage. Force est de conclure à un retrait des étrangers sur un fond de décroissance nette du nombre des auteurs, ce qui laisse à supposer que nous sommes face à une crise de l’activité littéraire ou, plus généralement, culturelle. La guerre des Deux Roses (dont la plupart des observateurs s’accordent pour dire qu’elle n’est pas à proprement parler une guerre) et la crise politique pourraient-elles suffire à elles seules à expliquer ce phénomène ?

16Il nous faut donc élargir la focale, pour voir comment a pu évoluer le paysage culturel anglais dans cette période particulièrement complexe, puisque comme nous l’avons indiqué plus haut, cette période est celle où l’anglais s’affirme en tant que langue nationale tandis qu’une identité nationale nouvelle est redessinée dans le cadre de la guerre de Cent Ans et de la séparation définitive d’avec le domaine français. Mais la culture anglaise peut-elle s’affirmer dans cette Europe de la fin du Moyen Âge comme une culture « nationale », alors que la langue de ses élites est longtemps restée le français et que son roi se prétend encore roi de France et d’Angleterre, même si le congrès d’Arras en 1435 a sonné le glas des chances de la double monarchie ? C’est toute la puissance symbolique du fait littéraire qui est ici en jeu : au XIVe siècle, l’écriture en anglais de textes qui vont circuler dans des livres de plus en plus nombreux connaît un rapide et puissant essor, qui témoigne des besoins, des goûts et des aspirations d’un public auquel l’emploi de sa propre langue ouvre progressivement de nouveaux horizons. Très rapidement, la langue se révèle capable de répondre à des demandes variées, émanant de groupes de consommateurs socialement différenciés. D’abord apparus en grand nombre dans le domaine religieux, avec une abondante littérature dévotionnelle et la littérature mystique (Richard Rolle, Walter Hilton) et dans le domaine littéraire avec une grande quantité de romans, l’anglais se répand dans trois autres fonctions : il occupe dans la pratique (testaments, comptes ; lettres, enregistrement de dépositions, etc.) une place grandissante, il permet de multiples traductions et enfin son usage poétique se diversifie encore. À partir des années 1370, fleurit en Angleterre une poésie de très haute qualité, qu’elle soit allitérative (le Piers Plowman de William Langland) ou qu’elle s’inspire de la poésie italienne et française (Chaucer, Gower, puis Hoccleve et Lydgate). C’est d’ailleurs par ces textes que s’acclimate auprès d’un public laïc dans l’île le premier humanisme italien, celui de Pétrarque et de Boccace.

  • 67 Ce point est développé notamment par A. Middleton, « The Idea of Public Poetry in the Reign of Ric (...)

17L’audience nationale de la langue anglaise et de la littérature qu’elle nourrit est évident, et il est remarquable que très vite le poète s’est emparé d’une sorte de position officieuse d’orateur public, s’adressant à la société politique non du haut d’une chaire matérielle ou institutionnelle qui ne lui appartient pas, mais du haut de celle qu’il se construit lui-même par sa posture rhétorique, son style discursif et ses développements narratifs67 : il s’adresse à une communauté dans un discours qui a pour effet de le constituer en autorité (c’est-à-dire en auteur...) pour cette même communauté. Il faut cependant nuancer ce qu’un tel constat pourrait avoir d’un peu triomphaliste : si un poète comme Geoffrey Chaucer est connu et estimé de certains de ses collègues étrangers, comme Eustache Deschamps, la langue anglaise n’est pas une langue internationale et le latin et, parmi les langues vernaculaires, le français, conservent leur position dominante. De ce point de vue, et ceci n’enlève rien à l’exceptionnelle qualité proprement « littéraire » de leurs créations, les auteurs anglais « provincialisent » la production textuelle de l’Angleterre et la diffusion européenne de leurs œuvres est très faible. En schématisant, cette évolution devrait favoriser la production de textes anglais pour ce public qu’ont incontestablement trouvé les auteurs anglais et donc la multiplication du nombre de ces derniers, tandis que les besoins de textes latins ou même français à usage externe pourraient éventuellement favoriser l’appel à des auteurs étrangers : autrement dit, structurellement, on devrait s’attendre à une augmentation des deux populations d’auteurs, alors que l’on observe que l’une diminue et que l’autre disparaît...

18Nous en revenons donc au problème de la crise politique, non pas pour elle-même, mais pour sa traduction dans le domaine de la production textuelle. Si nous examinons les informations que contient la base de données que nous avons constituée, elle nous fournit quelques éléments de réponse, que la place qui nous est impartie ici ne nous permettra d’examiner que de façon globale : nous ne reviendrons donc ni aux auteurs, ni à leurs œuvres. Nous n’avons retenu que des indicateurs très généraux : la répartition entre laïcs d’un côté, et les séculiers et les réguliers de l’autre ; le nombre des auteurs appartenant à la gentry par leur origine ; le nombre des universitaires ; et enfin le nombre des auteurs de textes historiques et celui des auteurs de textes politiques. Les périodes retenues comprennent la période 1376-1400, qui est celle des grandes controverses autour du Wycliffisme, le XVe siècle, et la première moitié du XVIe siècle. Ces informations sont rassemblées dans les deux tableaux qui suivent, l’un contenant les effectifs, et l’autre les mêmes valeurs transformées en pourcentages.

19La présence de la période 1526-1550 est en effet indispensable, car c’est celle où apparaît pour la première fois, de façon claire et nette, la nouvelle structure « post-médiévale » qui est celle de l’Angleterre moderne des lettres : élévation très forte (triplement) du nombre des auteurs, imputable essentiellement à l’augmentation des auteurs laïcs, et presque disparition des réguliers, tandis que la répartition entre « historiens » et auteurs politiques s’équilibre et que le nombre des « universitaires » (c’est-à-dire de ceux qui ont bénéficié d’une éducation universitaire ; il ne s’agit pas ici des enseignants) reste élevé. Force est de constater que ces traits « modernes » n’apparaissent nullement dans les deux périodes 1451-1475 et 1476-1500 : proportion élevée des réguliers, stagnation du nombre des auteurs laïcs, déséquilibre entre auteurs politiques et historiens. La période 1476-1500 est en outre celle qui a la proportion la plus faible des auteurs ayant eu une formation universitaire. Pour autant, cette même période est aussi très différente du dernier quart du XIVe siècle : là, le nombre des auteurs politiques dépasse celui des « historiens », les proportions des réguliers et des universitaires sont maximales, celle des laïcs minimale.

Tableau IIa : Base de données HP, effectifs

Tableau IIb : Base de données HP, pourcentages

  • 68 OPUS contient des informations sur les 13 299 œuvres de nos auteurs. Cette base est également cons (...)

20Un coup d’œil rapide sur la base OPUS68 permet de suivre l’évolution des caractères formels des textes produits par nos auteurs. Nous ne nous attacherons ici qu’aux seuls textes politiques, puisque c’est pour eux que l’évolution est la plus marquée. Au niveau linguistique, l’irrésistible ascension de l’anglais (les trois premières périodes du XIVe siècle ont respectivement 1, 12, 24 œuvres rédigées en anglais) s’interrompt à partir de la période 1426-1450, avec un nadir dans le dernier quart du XVe siècle, l’essor (formidable alors) datant de la période 1526-1550. La courbe des œuvres en latin a un profil similaire, mais le creux est moins marqué, le maximum du XIVe siècle exceptionnel (23 œuvres latines seulement pour 1351-1375), la reprise du XVIe siècle plus modeste.

Tableau III : Base de données OPUS, langue et forme des œuvres

  • 69 D’une façon générale, A. Hudson, The Premature Reformation, Oxford, 1989 ; voir aussi J.-P. Genet,(...)

21Si l’on en vient aux formes, il faut tenir compte du poids numérique de la production de certains auteurs : les mummings de John Lydgate expliquent à eux seuls les chiffres du théâtre médiéval anglais, tandis que la pointe de la prose anglaise en 1451-1475 se résume pratiquement à Fortescue. Mais une vue d’ensemble se dessine tout de même assez nettement, et nous met sur la piste des explications que nous recherchons. On note ainsi le nombre exceptionnel d’œuvres en prose latine (quaestiones, tractatus etc.) pour 1376-1400, suivi d’une diminution prononcée jusqu’en 1476-1500. L’importance des traités latins et leur décrue rapide est l’illustration du bouillonnement intellectuel et des vives controverses théologiques (dans lesquelles s’illustrent particulièrement les ordres mendiants) provoquée par le Wycliffisme dans sa phase universitaire, et la rapide diminution de ce type de textes n’est que l’expression du succès remporté par la mise au pas par l’archevêque Thomas Arundel des universitaires : une mise au pas qui accentue, si elle n’en est pas la seule cause, l’appauvrissement de la vie intellectuelle oxonienne69.

  • 70 P. Strohm, England’s Empty Throne. Usurpation and the Language of Legitimation, 1399-1422, New Hav (...)

22Le deuxième phénomène que met en évidence le tableau III est la décrue (plus lente et un peu décalée dans le temps par rapport à celle des œuvres en prose latine) de la poésie anglaise, qui ne redémarre, mais lentement, que dans le dernier quart du XVe siècle. La prose anglaise reste, quant à elle, très rare dans le domaine politique (ce qui n’est nullement le cas dans le domaine historique). Autrement dit, la génération des Lydgate et des Hoccleve n’a pas eu de successeurs : les Muses auraient-elles subitement délaissé Albion ? Il s’agit ici d’un phénomène sur lequel une remarquable analyse de Paul Strohm apporte un éclairage neuf et convaincant70 : la déposition de Richard II et l’illégitimité inévitable des Lancastriens sapent le sens de tout discours politique et détruisent, du même coup, la position que s’était donnée la poésie ricardienne. Comment conseiller le prince, comment stigmatiser les abus de la société, alors que le garant de la justice, de la paix et de l’ordre, de par son usurpation, incarne l’injustice, la guerre et le désordre, quels que soient, au reste, ses mérites et ses démérites personnels (autrement dit, même Henri V n’est pas épargné). La poésie anglaise ne peut donc, progressivement, que succomber au silence alors qu’elle aurait dû, dans « l’évolution naturelle » des genres littéraires, être relayée par une prose anglaise, une langue « clergiale » qui, ici, est presque totalement absente après la disparition de Sir John Fortescue. Restent donc les poésies latines, qui sont presque en totalité l’œuvre d’étrangers, vers lesquels nous nous tournons maintenant.

  • 71 Le point de départ de cette alliance, fructueuse pour les deux partis, est l’octroi de la dispense (...)

23Le traitement statistique, quelles que soient par ailleurs ses limites dans le domaine de l’histoire culturelle, et notamment au plan quantitatif, révèle donc un fait majeur, le nombre relativement faible des « auteurs » anglais, un phénomène qui coïncide avec la mode des vers latins humanistes, qu’apparemment peu d’Anglais étaient encore capables d’écrire. Pour des gens à la recherche de places à prendre, le royaume anglais offrait donc quelques opportunités. Après les épisodes troublés de 1471, la dynastie Yorkiste paraît enfin solidement établie et, si ses goûts personnels le poussent vers la culture de la cour bourguignonne plutôt que vers l’humanisme, Édouard IV n’en apparaît pas moins comme un patron potentiel. Il en sera de même pour Henri VII, une fois refermée la tragique parenthèse du règne de Richard III. Édouard et Henri ont l’un et l’autre des fils, et ont donc besoin de précepteurs, l’une de ces positions clé que recherchent les humanistes italiens. Par ailleurs, la diplomatie pontificale fait preuve d’un regain d’activité stimulé par une communauté d’intérêts, les papes ayant besoin de l’appui anglais sur la scène internationale face à l’Espagne et à la France, le roi Tudor étant quant à lui en quête de légitimité71. Grâce à cette alliance, les diplomates pontificaux Giovanni de’ Gigli (le juriste qui avait joué un rôle déterminant dans l’octroi de la dispense) et son frère Silvestro de’ Gigli devinrent tour à tour évêque de Worcester (1497-1498 et 1498-1521), et Adriano de Castello évêque de Hereford puis de Bath et Wells (1502-1518) sont des personnages influents en Angleterre. Leur entourage offrait en tous cas un premier point d’appui pour des étrangers ambitieux et plusieurs des Italiens en firent leur première étape insulaire.

  • 72 On trouvera une excellente vue d’ensemble dans G. Lecuppre, « Henri VII et les humanistes italiens (...)
  • 73 J. A. Williamson, The Cabot Voyages and Bristol Discovery under Henry VII, (Hakluyt Society, 2e se (...)
  • 74 Edité dans J. Gairdner, Historia Regis Henrici Septimi a Bernardo Andrea Tholosate conscripta ; ne (...)

24Avant de nous tourner vers ces étrangers, rappelons que nous n’examinons ici que le cas de ceux qui ont écrit dans les domaines de l’histoire et du politique, ce qui laisse de côté des auteurs par ailleurs importants comme Stefano Surigone (à Oxford vers 1454-1464, à nouveau en Angleterre après avoir travaillé à Louvain, Strasbourg et Augsbourg à partir de 1476), Caio Auberino (présent à Cambridge à partir de 1483), ou Cornelio Vitelli (présent à Londres et à Oxford de 1489 à 1492 au moins)72. De même nous laisserons de côté deux étrangers notoires, mais qui n’ont rien à voir avec le phénomène qui nous intéresse ici, d’une part le génois Giovanni Cabot qui, après avoir longuement séjourné en Espagne, s’installe à Bristol, réalisant une carte marine et un globe contenant les dernières nouveautés cosmographiques et qui dirige deux expéditions anglaises en Amérique en 1497 et en 149873 et, d’autre part, Roger Machado, Clarenceux King of Arms de 1493 à sa mort en 1511, qui est l’un des hérauts anglais les plus actifs : peut-être Gascon, il a laissé un intéressant journal de ses déplacements, rédigé en français74.

  • 75 HP ; BRUC, p. 593-594 ; voir aussi J. Ruysschaert, « Lorenzo Guglielmo Traversagni de Savone (1425 (...)
  • 76 Le Triumphus Justitiae lesu Cliristi, composé en 1483 à Londres (MS. Savone 9 B 2 15, f. 235-291).
  • 77 Le Triumphus Amoris lesu Christi, composé à Londres en 1485 (MS. Lambeth 450, f. 9-45).
  • 78 Voir J. Ruysschaert, « Les manuscrits autographes de deux œuvres de Lorenzo Guglielmo Traversagni, (...)
  • 79 Sur Carmeliano, HP, BRUO, I, p. 358-359 : P. Guerrini, Pietro Carmeliano da Brescia, segretario re (...)
  • 80 MS. London B.L. Royal 12 A 29, autographe.
  • 81 A. F. Sutton et L. Visser-Fuchs, « Richard III’s books : Pietro Carmeliano’s early publications : (...)
  • 82 STC 22588. Le prétexte de l’édition de cette correspondance diplomatique est la qualité littéraire (...)
  • 83 L’œuvre a sans doute été dédiée au prince Édouard ou à Richard III mais le seul manuscrit de prése (...)
  • 84 La Beatae Katerinae Egyptiae Christi Sponsae Vita est dédiée au roi mais les manuscrits de présent (...)
  • 85 Il est jusqu’à sa mort recteur de St-George’s Southwark à Londres et chanoine de St Paul de Londre (...)
  • 86 Suasoria Laeticiae ad Angliam pro sublatis bellis civilibus et Arthuro principe nato epistola : le (...)
  • 87 Hoc presenti libello continentur honorifica gesta solemnes cerimonie et triumphi habiti, in suscip (...)

25Le premier groupe est celui des humanistes que l’on pourrait véritablement qualifier d’hommes de lettres professionnels et dont deux (Carmeliano et André) sont finalement restés en Angleterre. Le premier arrivé est sans doute le franciscain Lorenzo Traversagni75, qui professe entre 1470 et 1480 plusieurs cours à Cambridge dont nous possédons encore au moins des fragments, mais qui a enseigné aussi à Toulouse, à Vienne, à Paris (il est notamment attaché au Collège de Narbonne en 1482) et à Avignon, entre autres : il recherche activement un patronage anglais et dédie l’un de ses Triomphes du Christ à Édouard IV76 et un autre à William Waynflete77, l’un des évêques protecteurs du nouveau savoir, fondateur de Magdalen College et de la Magdalen School à Oxford ; de même, il publie en Angleterre grâce à la collaboration de William Caxton sa Rhetorica en 1479 puis, l’année suivante, une version abrégée de l’œuvre (Epitome Margarita eloquentiae sacrae)78, mais il finit par repartir en Italie où il poursuivra sa grande œuvre Les Triomphes du Christ à Savone où il meurt en 1503. Le second de nos auteurs est Pietro Carmeliano (Pietro Faba di Valle Sabbia)79. Né en 1451 à Brescia, il est sans doute arrivé en Angleterre en 1481, apportant avec lui son édition du De Orcitore de Cicéron (imprimée à Venise en 1478) qu’il a dédiée à Édouard IV. Il dédie en 1482 son poème, le De Vere, calligraphié dans un somptueux manuscrit humaniste80, au fils du roi, le futur Édouard V, dont le triste destin ruinera tous ces efforts81. À la différence de beaucoup de ses collègues et comme Traversagni, il s’efforce de travailler avec les imprimeurs anglais, d’abord en éditant une collection de lettres humanistes modèles, les Sex perelegantissime epistole chez William Caxton en 148382, puis en éditant la traduction par Francesco Griffolini d’Arezzo des Lettres du pseudo-tyran d’Agrigente Phalaris chez l’imprimeur Theodoric Rood en 1485 à Oxford, avec une dédicace à Henri VII83. Carmeliano réussit tout de même à survivre au règne troublé de Richard III (auquel il dédie une traduction de la Vie de Sainte Catherine d’Alexandrie)84 et, tout en accumulant les bénéfices85, il devient secrétaire latin du roi Henri VII à partir de 1495 au plus tard et conservera son poste sous Henri VIII jusqu’en 1513. Il composera un grand nombre de poèmes latins en son honneur, participant lui aussi au concert poétique déclenché par la naissance du prince Arthur86 ou, par exemple, aux fêtes qui accompagnent les négociations – en fin de compte infructueuses – en vue du mariage du futur Charles-Quint et de la princesse Mary Tudor (elle devait devenir reine de France en épousant Louis XII puis, devenue veuve, épouser Charles Brandon, duc de Suffolk)87.

  • 88 HP ; BRUO, I, 33 ; D. R. Carlson, « The writings of Bernard André (c.1450-c.1522) », Renaissance S (...)
  • 89 Hymni Christiani, Paris, 1517.
  • 90 MS. Paris Arsenal 360.
  • 91 J. Gairdner, Historia Regis Henrici Septimi...op. cit., p. 1-75.
  • 92 Ibid., p. 9-94 et 95-130.
  • 93 Ibid., p. 35-36, 40, 44-46, 52-55 et 61-64 ; R. Sharpe, A handlist of the Latin Writers of Great B (...)
  • 94 Une Invocatio de inclita invictissimi regis nostri Henrici VIII in Gallos et Scottos victoria sur (...)
  • 95 Ibid., p. 133-153 et 307-327 (traduction).

26Quant à Bernard André de Toulouse, un ermite de Saint-Augustin, il reste en Angleterre de 1486 à sa mort vers 1522, et il est sans aucun doute le plus prolifique de nos auteurs, avec un catalogue d’au moins 200 œuvres (dont beaucoup sont perdues)88. Bien qu’objet des railleries de la seconde génération d’humanistes, et notamment d’Érasme, il a exercé une influence considérable, de par sa position de précepteur des enfants d’Henri VII (le prince Arthur et le futur Henri VIII) et d’historiographe royal. C’est à Paris89 qu’il a publié ses œuvres religieuses, à l’exception de son commentaire sur le De Civitate Dei de saint Augustin : plusieurs d’entre elles sont dédiées à la mère du roi Henri VII, Margaret Beaufort, comtesse de Richmond, la protectrice de John Fisher à Cambridge. Beaucoup de ses « œuvres » sont en fait des exercices ou des cours liés à son travail de précepteur, autant que l’on puisse en juger à travers les titres pompeux qu’il leur a donnés dans le catalogue de ses oeuvres qu’il a lui-même dressé90, mais l’œuvre essentielle pour notre propos est son De Vita atque gestis Henrici Septimi91. À en juger par les textes qui subsistent, Bernard André délivrait pour chaque année de règne une Oratio de mise à jour et Richard Sharpe suggère qu’il a fait cela régulièrement jusqu’en 1520-1521 : on a conservé celles de 1504-1505, 1509 et en 1521, sa dernière année, une simple Apologia92. À cela s’ajoutent des vers latins, épitaphes ou poèmes célébrant les grands événements du règne d’Henri VII, dont beaucoup nous ont été conservés en étant incorporés dans la Vita Henrici Septimi93, des discours latins sur des sujets variés généralement présentés comme cadeaux de nouvel an à Henri VIII94, ainsi qu’un poème français, Les douze triomphes de Henri sept, composé en 149795.

  • 96 Sur Gigli, voir R. Weiss, « Lineamenti di una biografia di Giovanni Gigli, collettore papale in In (...)
  • 97 Inédit à ma connaissance : MS. Roma B. Casanatense 4377, f. 1-24.
  • 98 Édité par J. Gairdner, Historia Regis Henrici Septimi... op. cit., p. LVII-LIX.
  • 99 Les Epigrammatu et le Genethliacon sont publiés (p. 169-173) et commentés par J. R. Carlson, « Kin (...)
  • 100 HP ; C. Pizzi, Un amico di Erasmo. L’umanista Andrea Ammonio, Florence, 1956.
  • 101 Chez J. Badius, en 1511.
  • 102 Andreae Ammonii Carmina Omnia, C. Pizzi éd., Florence, 1958, p. 20-23.
  • 103 D. Hay, « Pietro Griffo, an Italian in England, 1506-1512 », Italian Studies, 2 (1939), p. 118-128
  • 104 Le manuscrit original est De Officio Collectons in Regno Anglie est le MS. Vaticano Ottoboni Latin (...)
  • 105 Oratio (quam erat habiturus P. Gryphus ad Henricum VII Anglie Regem si immatura regis mors preveni (...)

27Le deuxième groupe est constitué par les diplomates pontificaux, ou les membres de leur entourage. Le premier et le plus important au plan diplomatique est Giovanni de Gigli96, que nous évoquions au début de cet article. Né à Bruges, ce docteur in utroque appartient à une famille marchande de Lucques. Il a été envoyé en Angleterre comme collecteur pontifical en 1476 et y commence dès 1477 une fructueuse carrière bénéficiale dont le couronnement est sa promotion à l’évêché de Worcester en 1497, ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas d’être en même temps le représentant du roi d’Angleterre auprès du pape, veillant sur les intérêts de son patron en rédigeant par exemple un traité contre le mariage du roi de France et de la duchesse Anne de Bretagne97. Il a laissé des œuvres religieuses fort sérieuses, des Questiones de observantia quadragesimali et un Libellus de canonisatione sanctorum dédié à John Morton, mais il s’est constamment recommandé à l’attention du roi Henri VII en lui adressant des poèmes latins pour les grandes occasions dynastiques, le mariage royal98 (dont il a été l’un des artisans) ou la naissance du prince Arthur99. Le Lucquois Andrea Ammonio100 (Della Rena) est venu en Angleterre dans la suite de Silvestro de Gigli et réside à Londres dès 1504. Ami d’Érasme et des humanistes anglais Colet, More et Foxe, il devient secrétaire latin d’Henri VIII, auquel il a adressé plusieurs poèmes. C’est sur le continent101 qu’il a fait publier ses poèmes, sous le titre Lucensis Carmen Asclepiadeum et (alia carmina), son Lycas et Ammon trouvant place dans une collection imprimée à Bâle en 1542102. Parmi les poèmes du Carmen figurent une élégie sur la mort d’Henri VII et l’heureuse accession au trône d’Henri VIII, un épithalame pour les noces d’Henri VIII et de Catherine d’Aragon et un hymne à Henri VI ; la correspondance d’Érasme permet de trouver la trace d’autres poésies politiques non conservées. Le troisième auteur, Pietro Griffo103, est un Pisan, né en 1471, qui est venu en Angleterre en 1506, et qui meurt en 1516 après être devenu évêque de Forli : il a été collecteur pontifical de 1509 à 1512, un poste dans lequel il a dû affronter l’hostilité de Polydore Virgile. Il est l’auteur d’une oeuvre fort intéressante, à la fois par le sens critique qu’elle manifeste et par ses notations humanistes (Cicéron, Pomponius Méla, Platon, Fenestella et Ulpien sont cités), le De officio collectons in regno Anglia104. Pietro Griffo n’est pas à proprement parler un humaniste professionnel, mais il est paradoxalement le seul de tous nos auteurs à avoir fait imprimer un véritable discours humaniste en Angleterre même, précisément en 1509105.

  • 106 D. Hay, Polydore Vergil. Renaissance Historian and Man of Letters, Oxford, 1952 et A. Gransden, Hi (...)
  • 107 J. Ferguson, Hand-list of Editions of Polydore Vergil’s « De Inventoribus Rerum », (Historical Lib (...)
  • 108 La première version de l’Anglica Historia (éditée en partie par D. Hay, The Anglica Historia of Po (...)
  • 109 Son scepticisme a été nourri par son édition (en collaboration avec Robert Ridley) du De calamitat (...)

28Ammonio est comme Griffo l’ennemi intime d’un quatrième humaniste, Polydore Virgile106. Originaire d’Urbino et humaniste déjà bien établi (il est l’un des éditeurs des Cornucopiae de Niccolo Perotto à Venise en 1496), il est venu en Angleterre avec Adriano Castellesi de Corneto vers 1503 ; il a amassé plusieurs bénéfices, sa position la plus prestigieuse étant celle de chanoine et archidiacre de Wells, dans une carrière anglaise qui n’a pas connu que des sommets, du fait de son opposition au Cardinal Wolsey : il a même été emprisonné en 1515. Il était déjà l’auteur d’œuvres importantes, d’une part, des Adagia (Venise, 1498) qui lui vaudront une brouille avec Érasme et d’autre part le De inventoribus rerum (Venise, 1499), une histoire des inventions et des inventeurs, l’un des best-sellers incontestables du XVIe siècle avec cinquante éditions publiées entre 1499 et 1600 (aucune, toutefois, n’étant imprimée en Angleterre)107, sans compter des extraits publiés isolément (par exemple, les chapitres sur la messe) : il continuera à augmenter et à enrichir ses œuvres pendant son séjour anglais, mais l’œuvre la plus remarquable qu’il a produite en Angleterre est l’Anglica Historia108 qui a exercé une influence déterminante sur toute l’historiographie anglaise, non sans soulever de redoutables débats ; Polydore remettait en effet en cause l’historicité du héros troyen fondateur, Brutus et, – bien plus grave ! – celle du roi Arthur109.

  • 110 Voir J. R. Carlson, English Humanist Books... op. cit., Toronto, 1993, p. 20-36 et 187-195 pour un (...)
  • 111 Tabula Cebetis qua sub picturis lotus humanae vitae decursus declaratur 1506, contenue dans le spl (...)

29Enfin, on ajoutera à ces trois noms celui de Filippo Alberici110, originaire de Mantoue, qui serait venu en Angleterre comme envoyé de Jules II : David Carlson n’a toutefois trouvé aucune corroboration de cette information. La seule chose dont on soit sûr est qu’il était muni d’une recommandation pour le médecin italien d’Henri VII, Giovanni Boerio, et qu’il a fréquenté la cour Tudor en 1506-1507. Il a dédié à Henri VII sa remarquable traduction de la Tabula du soi-disant philosophe thébain Cébès (un disciple de Socrate qui est mis en scène dans le Phédon de Platon)111. Il a pourvu cette œuvre d’une fin originale dans laquelle Mars et Studium gardent le chemin qui mène au trône d’or de la reine Vertu, flanquée d’Eternitas et de Gloria, qui s’apprête à couronner de lauriers les vainqueurs et à remettre la palme au savant : David Carlson fait observer que ce thème de l’alliance des armes et de l’étude est l’un des motifs privilégiés de la propagande de la cour d’Urbino, une cour que ses liens étroits avec Jules II (le frère du pape avait épousé la sœur du duc Guidobaldo) rendait particulièrement importante aux yeux d’Henri VII qui devait obtenir une dispense pontificale pour que son deuxième fils (le futur Henri VIII) puisse épouser la veuve de l’aîné (le prince Arthur), Catherine d’Aragon. Il faut remarquer que la venue d’Alberici à Londres coïncide avec celle de Baldassare Castiglione, le diplomate humaniste de la cour d’Urbino, venu recevoir par procuration les insignes de chevalier de la Jarretière pour son maître Guidobaldo ; et la première traduction humaniste latine de la Table de Cébès (imprimée à Bologne en 1497) est due à Lodovico Odasio, qui n’était autre que le précepteur des enfants de la famille ducale d’Urbino. Malgré tout cela, Alberici repartira rapidement en Italie et, après un court passage à Paris, il poursuivra sa carrière à la Curie avant de devenir en 1516 vicaire général de l’ordre des Servites.

  • 112 Extraits dans J. Gairdner, éd., Historia Regis Henrici Septimi...op. cit., p. LX-LXII.
  • 113 De Occupatione Regni Angliae per Riccardum Tertium Liber, C. A. J. Armstrong éd., Gloucester, 1989 (...)
  • 114 MS. York Minster 16 N 2, f. 46-76 sur lequel voir P. Gwynne, « The frontispiece to an illuminated (...)

30Sur d’autres auteurs, on ne sait que peu de choses : de Giovanni Opizio, on sait seulement qu’il porte le même nom qu’un chanoine de York et collecteur pontifical en 1432 et qu’un « Benet » (Benedetto) de Opiciis a été organiste d’Henri VIII. Il a en tous cas adressé plusieurs poèmes d’éloge à Henri VII ; l’un d’entre eux date de 1492112. D’autres, enfin, n’ont fait que passer : Domenico Mancini, comme André ermite de Saint-Augustin, ami de Carmelianus et de Gaguin, a séjourné entre mai 1482 et juillet 1483 en Angleterre mais il a vite opté pour la France où il a été envoyé par son patron Angelo Cato, archevêque de Vienne, mais il est vite rentré en France où il termine dès 1483 à Beaugency son De Occupatione Regni Angliae per Riccardum Tertium Liber113. Quant à Johannes Michael Nagonius, qui se pare du titre honorifique de cives romarins, le plus voyageur de ces humanistes, il a répandu ses œuvres aux quatre coins de l’Europe, les dédiant à d’illustres protecteurs (Pierre de Bourbon, Jules II, Louis XII, Ercole d’Este, etc.) : il offre ainsi en 1497 à Henri VII et à son fils, le prince de Galles Arthur, ses poemata114.

31Le résultat de tout ceci, c’est bien sûr l’importance numérique du nombre des auteurs étrangers et des textes qu’ils ont produits. Mais ce résultat doit aussitôt être nuancé, car la faiblesse de la diffusion et de l’impact de tous ces textes en Angleterre est frappante. Bien sûr, il faut en premier lieu incriminer la politique de diffusion des humanistes, qui fait à la fois leur force et leur faiblesse. Leur pratique constante est de cibler des patrons, auxquels ils dédient leurs textes dans des manuscrits de présentation à l’écriture, à la décoration et à la mise en page « humanistes » : ce qu’ils recherchent, ce sont des récompenses immédiates, sous forme de rétribution en argent ou, mieux encore, en postes ecclésiastiques ou curiaux. Mais les effets de ce ciblage politique délibéré sont aggravés par d’autres phénomènes. La remise solennelle de ces textes au souverain, dans de somptueux manuscrits, et les récompenses octroyées aux auteurs, participent d’une mise en scène du politique dont le contenu des textes eux-mêmes pourrait perturber l’efficience s’il était divulgué à mauvais escient. Humphrey patronnait des textes qu’il ne lisait pas, mais Henri VII et Henri VIII patronnent des textes qu’ils ne font pas lire ! Le sort de l’Historia de Bernard André est ici symptomatique, tout comme les avatars de la publication de l’Historia Anglicana de Polydore Virgile, un véritable roman.

  • 115 L’enquête repose sur la constitution d’une base de données qui contient dans la mesure du possible (...)

32Enfin, si l’on peut évoquer le très lent démarrage de l’imprimerie anglaise, il faut aussi s’interroger plus largement sur les goûts et les attentes du public cultivé en Angleterre, dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne paraît pas ouvert à la nouveauté : nous pouvons emprunter des éléments de réponse à cette question en utilisant les résultats d’une enquête en cours sur le contenu des bibliothèques privées en Angleterre, à partir d’une rapide analyse du contenu des bibliothèques des universitaires115. Le tableau IV contient la liste des auteurs « contemporains » (ceci étant entendu au sens large : d’où la présence de Pétrarque et Boccace) des personnes ayant fréquenté l’université et dont la médiane d’activité tombe dans l’une des trois périodes suivantes, 1451-1475, 1476-1500 et 1501-1525. Or, les auteurs anglais n’arrivent que très bas dans cette liste : Thomas More est 26e, William Grocyn et John Fisher 29e ex æquo, et seuls des auteurs étrangers que nous avons évoqués, Poggio et Polydore figurent ici, mais à la 38e place seulement ! En fait, seul Erasme paraît connaître un succès rapide, qui sera confirmé par un véritable raz-de-marée dans la période suivante (1526-1550) où il devient de loin l’auteur le mieux représenté dans les bibliothèques anglaises. Les auteurs humanistes italiens ne brillent pas particulièrement, à l’exception de Pétrarque, Lorenzo Valla et dans une moindre mesure, Æneas Sylvius Piccolomini.

33Au total, ce rapide examen nous confirme bien qu’il n’y a pas eu d’échange : les Anglais n’ont d’abord rien apporté à l’humanisme, la production anglaise connue en Italie, celle de Robert Flemyng avec ses Lucubrationculae Tibertinae ou celle de John Free, restant peu importante. Y a-t-il eu pour autant transfert ? Nous n’avons guère répondu à la question, mais nous voyons bien les Anglais se presser de plus en plus nombreux en Italie et en ramener des compétences de mieux en mieux affirmées ; par contre, l’influence des auteurs humanistes actifs en Angleterre paraît assez faible, si l’on excepte Polydore Virgile et la contribution des humanistes étrangers à la constitution de cette atmosphère cultivée et raffinée qui séduira Érasme lors de son passage en Angleterre et qui formera le creuset d’un transfert plus profond, mais plus lent : l’Angleterre sera en effet beaucoup plus sensible aux courants rhénans personnifiés par Érasme, et ce phénomène s’amplifiera avec l’introduction de la réforme protestante. C’est donc la génération des Grocyn, Colet et More qui compte, et l’apport italien est brouillé par celui d’Érasme, à tous égards plus important.

34Par contre, l’importance très momentanée de ces étrangers jette un jour crû sur une crise de la production littéraire en Angleterre dont les causes sont certainement à rechercher dans la crise de la société politique anglaise, liée à un stade de l’évolution de l’État moderne en Angleterre, qui prend un premier virage vers une forme d’absolutisme, assez comparable à celui que connaît au même moment la France des derniers Valois. Dans un cas comme dans l’autre, la Réforme remettra en question cette évolution, avec des résultats à nouveau très divergents. L’intérêt est en tous cas pour nous de vérifier, une fois encore, que la production littéraire, dans son abondance et sa diversité, est pour l’historien du politique (et j’englobe dans ce terme aussi bien la société politique que la culture politique) une source de première importance. La lenteur de l’élaboration d’une « littérature politique » en langue anglaise est à cet égard capitale : une fois More et Fisher éliminés par leur catholicisme, seul Thomas Eliott a dans cette génération rencontré un véritable succès public. Lorsque, sous le règne d’Élizabeth, se produit le véritable redémarrage de la littérature anglaise (et alors, avec quelle force et quelle fécondité), le souvenir et l’influence des étrangers du tournant 1475-1525 ne jouent presque aucun rôle. S’il y a eu transfert, il est resté limité.

Auteurs

1426-1450 n=944

1451-1475 n=1912

1476-1500 n=1828

1501-1525 n=2290

Erasme

1

45

Petrarque

4

8

5

5

Lorenzo Valla

3

8

7

Angelus de Clavasio

4

10

Nicolas de Orbellis

2

10

Michel de Hongrie

1

2

9

Johannes de Turrecremata

1

1

11

Leonardus de Utino

3

4

4

Aeneas Sylvius Piccolomini

1

5

5

Boccace

4

2

4

Johann Reuchlin

1

8

Jean Raulin

9

Alphonsus de Spina

4

3

2

Lefèvre d’Etaples

8

Pelbartus de Themesvar

8

Francesco Filelfo

3

4

Johannes Herolt

4

4

Johannes Nider

2

5

Pic de la Mirandole

1

6

Flavio Biondo

1

1

3

1

Leonardo Bruni

5

1

Ludovicus Pontanus

1

5

Sabellicus

1

5

Nicolo Perotto

1

5

Théodore de Gaza

1

5

Denis le Chartreux

1

5

Thomas More

5

Agostino Dati

2

3

Ambrogio Calepino

1

4

William Grocyn

3

1

John Fisher

4

Dominicus Nannus

4

Thomas Bricot

4

Giovanni Sulpizio

4

Platina

2

2

Georges de Trébizonde

1

3

Josse Clichtove

4

Boniface Simonetta

4

Giovanni Nanni (Annius)

1

1

1

Mantuanus

3

Marko Marulic

3

Guarino da Verona

2

1

Poggio

1

1

1

Polydore Virgile

3

Tableau IV : les auteurs présents dans les bibliothèques universitaires

Notes

1 Sur la notion d’auteur utilisée ici, J.-P. Genet, « L’auteur politique : le cas anglais », dans Auctor et Auctoritas. Invention et conformisme dans l’écriture médiévale, M. Zimmermann dir., Paris, 2001, p. 553-567.

2 Sur la notion de champ et son emploi dans ce cadre, voir J.-P. Genet, Les idées sociales et politiques en Angleterre, thèse dact., Paris, 1997, I, p. 249-262.

3 La base HP est consultable sur Internet sur le site du Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris, grâce au travail accompli par Jean-Claude Bergès et Christine Ducourtieux. Elle est régulièrement mise à jour : le chiffre de 2 222 auteurs est donc valable aujourd’hui (mai 2002).

4 T. Turville-Petre, Language, Literature and National identity, 1290-1340, Oxford, 1996. Sur le choix de l’anglais par Geoffrey Chaucer, sans doute lui-même auteur de poèmes en français dans sa jeunesse, voir M. Hanly, « France », dans A Companion to Chaucer, P. Brown dir., Oxford, 2001, p. 149-166 ; J. Wimsatt I, Chaucer and the Poems of’ Ch’in University of Pennsylvania Manuscript French 15, Cambridge, 1982 et C. Muscatine, Chaucer and the French Tradition : A Study in Style and Meaning, Berkeley, 1957.

5 Voir notamment sur l’aspect chevaleresque de la culture de cour sous Édouard III, J. Vale, Edward III and Chivalry. Chivalric Society and its Context, 1270-1350, Woodbridge, 1982.

6 J. Vale, op. cit., p. 46.

7 M. Hanly, op. cit., p. 152-159.

8 Philippe de Mézières. Letter to King Richard II. A plea made in 1395 for peace between France and England, G. W. Coopland éd., Liverpool, 1975.

9 Édité dans A. D. Hamdy, « Philippe de Mézières and the new Order of the Passion », Bulletin of the Faculty of Arts, Alexandria, XVIII, 1963-1964.

10 English Court Culture in the Later Middle Ages, V. J. Scattergood et J. W. Sherborne dir., Londres, 1983 ; la remise en cause de l’historiographie traditionnelle de la cour en Angleterre fait l’objet des travaux actuels de John Watts.

11 J. Verger, « Le recrutement géographique des universités françaises au début du XVe siècle d’après les suppliques de 1403 », Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École Française de Rome, 82 (1970), p. 855-902, réédité dans Id., Les universités françaises au Moyen Âge, Leyde, 1995, p. 122-173.

12 T. H. Aston, « Oxford’s Medieval Alumni », Past and Present, 74 (1977), p. 3-40 ; T. H. Aston, G. D. Duncan et T. A. R. Evans, « The Medieval Alumni of the University of Cambridge », Past and Present, 86 (1980), p. 9-86.

13 Les références biographiques renvoient pour Oxford à A. B. Emden, A Biographical Register of the University of Oxford to A.D. 1500, Oxford, 3 vol., 1957-1959, abrégé BRUO ci-après, et pour Cambridge à A. B. Emden, A Biographical Register of the University of Cambridge to A.D. 1500, Cambridge, 1968 abrégé BRUC ci-après, ainsi qu’à la base de données consultable en ligne, HP. Pour Becchetti, HP et BRUO, I, p. 144-145 ; D. A. Perrini, Bibliographia Augustiniana, Florence, 1938, I, p. 105-106.

14 HP, BRUO, I, p. 554-555.

15 HP, BRUO, III, p. 1680.

16 R. Weiss, Humanism in England during the Fifteenth Century, 3e éd., Oxford, 1967.

17 D. Rundle, « On the difference between virtue and Weiss : Humanist Texts in England during the Fifteenth Century », dans D. E. S. Dunn, Courts, Counties and the Capital in the Later Middle Ages, Stroud, 1996, p. 181-204.

18 Voir par exemple les communications contenues dans Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle, M. Ornato et N. Pons dir., Louvain-la-Neuve, 1995, et particulièrement la conclusion d’Ezio Ornato, p. 551-558.

19 Un certain intérêt pour l’humanisme est décelable vers 1430-1431, au moment où se nouent les liens entre Puniversité et Humphrey, duc de Gloucester, patron de l’humanisme et donateur de plusieurs manuscrits humanistes à la bibliothèque de l’université et transparaît dans les nouveaux statuts de 1431 ; mais cet intérêt semble avoir fait long feu, même si un renouveau d’intérêt pour les langues anciennes est incontestable. Le premier humaniste enseignant à Oxford a été Stefano Surigone, lors de son premier séjour vers 1454-1464, mais son enseignement semble avoir été de nature privée ; peu après, Emmanuel de Constantinople, travaillant d’abord comme scribe pour le chancelier de l’université George Neville, loue en 1462 une école pour y enseigner le grec. Voir BRUO, III, p. 1817 ; J. M. Fletcher, « Developments in the Faculty of Arts 1370-1520 » et J. I. Catto, « Scholars and Studies in Renaissance Oxford », dans The History of the University of Oxford. II, Late Medieval Oxford, J. I. Catto et R. Evans dir., Oxford, 1992, p. 315-345 et 769-783.

20 HP, J. Taylor, The Universal Chronicle of Ranulf Higden, Oxford, 1966.

21 HP, BRUO, III, p. 971 ; V. H. Galbraith, The Saint-Albans Chronicle, 1406-1420, Oxford, 1937.

22 HP, BRUO, III. p. 2032-2034 et Weiss, op. cit., p. 31-38 ; voir aussi R. Weiss, « Piero di Monte, John Wethamstede and the library of St Albans Abbey », English Historical Review, 60(1945), p. 399-406.

23 R. Weiss, « Leonardo Bruni and Early English Humanism », Modern Language Review, 36 (1941), p. 443-448.

24 HP, BRUO, p. 1666-1667 ; WEISS, op. cit., p. 153-154.

25 HP, BRUO, II, p. 782-783.

26 J.-P. Genet, « English Nationalism : Thomas Polton at the Council of Constance », Nottingham Medieval Studies, 28 (1984), p. 60-78.

27 HP. Sur cet épisode et sa fin malheureuse, voir G. Harriss, Cardinal Beaufort. A Study of Lancastrian Ascendancy and Decline, Oxford, 1988, p. 167-190.

28 M. Harvey, England, Rome and the Papacy, 1417-1464, Manchester, 1993 ; et F. R. H. Du Boulay, « The Fifteenth Century ». dans The English Church and the Papacy in the Middle Ages, C. H. Lawrence dir., 1965, p. 195-242.

29 La documentation est rassemblée dans A. R. Malden, The canonization of Saint Osmund, from the manuscript records in the muniment room of Salisbury cathedral, (Wiltshire Record Society, II) 1901.

30 HP, BRUO, II, R. Weiss, op. cit., p. 86-96.

31 HP, BRUO, III, p. 1829-1830.

32 HP, BRUO, II, p. 809-814.

33 BRUO, I, p. 213-214 ; Weiss, op. cit., passim.

34 BRUO, III, p. 1648 ; Weiss, op. cit., p. 87.

35 HP, BRUO, II, p. 724-725 ; Weiss, op. cit., p. 105-112 et R. J. Mitchell, John Free, Londres, 1955.

36 HP, BRUC, p. 275-277 ; Weiss, op. cit., p. 122-127.

37 HP (John Tiptoft II), BRUO, III, p. 1877-1879 ; Weiss, op. cit., p. 114-115 et R. J. Mitchell, John Tiptoft, Londres, 1938.

38 HP, BRUO, II, p. 699-700 ; Weiss, op. cit., passim.

39 HP, BRUO, II. p. 697-699.

40 BRUO, I, p. 499-500.

41 BRUO, II, p. 783-786.

42 BRUO, III, p. 1692-1695, Weiss, op. cit., p. 149-153.

43 BRUO, II, p. 715-719. Il a étudié à Louvain et à Paris ; successeur de Shirwood à Durham en 1494, il est évêque de Winchester de 1501 à sa mort en 1528 : c’est le fondateur du Corpus Christi College d’Oxford.

44 BRUO, II, p. 827-830 Weiss, op. cit., p. 173-174.

45 BRUO, II, p. 1 147-1149.

46 BRUO, II, p. 1106.

47 HP, BRUO, I. p. 462-464.

48 V. Pacifici, Un Canne biografico di Sisto IV del 1477, Tivoli, 1923.

49 La signification du séjour de Poggio en Angleterre est fort mal comprise par Roberto Weiss, selon D. Rundle, op. cit., p. 184-188 : Poggio a répandu l’idée que les bibliothèques anglaises étaient pauvres, mais on peut le soupçonner d’avoir passé dans les bras des sirenae de la Tamise le temps qu’il prétend avoir voué à l’étude austère des manuscrits des grandes abbayes bénédictines.

50 The Official Correspondance of Thomas Bekynton, G. Williams éd., Londres, 1872, (Rolls Series, 56), p. 278-279.

51 Sur ces premiers contacts et tout l’entourage du duc Humphrey, voir A. Sammut, Unfredo Duca di Gloucester e gli Umanisti Italiani, Padoue, 1980.

52 HP ; J. Haller, Piero da Monte. Ein Gelehrter und Päpstlicher Beamter des 15. Jahrhunderts. Seine Briefsammlung, (Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Rom) Rome, 1941 et A. Zanelli, « Piero da Monte », Archivio Storico Lombardo, 34 (1907), fasc. 14, p. 317-378 et 15, p. 46-112.

53 A. Sammut, op. cit. ; Rundle, op. cit., p. 195-198 démontre dans des pages savoureuses que l’oeuvre est un plagiat pur et simple du De Avaritia de Poggio dont Del Monte savait pertinemment qu’il était dans la collection du duc dont le secrétaire, Richard Petworth, était toujours resté en contact avec Poggio. Pourtant, il avait bien vu que le duc était un book-lover but not a book-worm, comme dit joliment Rundle (p. 196), et que ce qui comptait était l’impression de magnificence et d’amour de la sagesse que la vue de ses livres étaient censée communiquer aux spectateurs.

54 HP ; C. W. Previte-Orton, « The earlier career of Titus Livius Frulovisiis », English Historical Review, 30 (1915), p. 74-78 ; R. Sabbadini, « Tito Livio, umanista del secolo XV », Giornale Storico della Letteratura Italiana, 103 (1934), p. 55-81 ; R. Weiss, « Humphrey duke of Gloucester and Tito Livio Frulovisi », dans Fritz Saxl 1890-1948. A volume of Memorial Essays from his Friends in England, D. J. Gordon dir., Londres, 1957, p. 218-227 et Humanism in England, op.cit., p. 41-48.

55 Les deux manuscrits de présentation subsistent : le MS. Cambridge Corpus Christi College 285 est celui de la présentation à Henri VI, auquel l’œuvre est dédiée ; le MS. London College of Arms Arundel 12 est celui de la présentation au commanditaire, le duc de Gloucester. Le duc a aussi commandé une traduction italienne du texte à Pier Candido Decembri : cf. J. H. Wylie, « Decembri’s Version of the Vita Henrici Quinti by Tito Livio », English Historical Review, 24 (1909), p. 84 et suiv.

56 Un seul manuscrit subsiste, MS. Sevilla B.Colombina 7 2 23, f. 62-84 : des extraits sont édités dans R. Weiss, op. cit., p. 221-227.

57 HP, BRUO, II, p. 699-700 ; Weiss, op. cit., passim, p. 45-46 et ID., « Per la biografia di Antonio Beccaria in lnghilterra », Giornale storico della letteratura italiana, 110 (1937), p. 344-346 ainsi que A. Sammut, op. cit.

58 M. Borsa, « The correspondance of Humphrey, duke of Gloucester and Pier Candido Decembri », English Historical Review, 19 (1904), p. 509-526.

59 Voir les catalogues des expositions tenues à la Bodleian Library d’Oxford : Duke Humfrey and English Humanism in the Fifteenth Century, Oxford, 1970 et Duke Humfrey’s Library and the Divinity School, 1488-1988, Oxford, 1988.

60 Voir R. A. Griffiths, The reign of King Henry VI. The Exercise of Royal Authority, 1422-1461, Londres, 1981, p. 242-248 ; B. Wolffe, Henry VI, Londres, 1981, p. 135-145 ; et J. Watts, Henry VI and the Politics of Kingship, Cambridge, 1996, p. 167-171.

61 Tous dans BRUO, passim sauf Alnwick et Langton, BRUC, p. 11 et 351-352 ; dans HP, Beckington, Chichele, Lowe, Stafford et Waynflete.

62 Des laïcs de l’entourage d’Henri VI sont aussi des fondateurs notables, comme le duc de Suffolk William de la Pole (Ewelme) ou Lord Walter Hungerford : voir J Watts, op. cit., p. 168, n. 180.

63 R. Weiss, op. cit., p. 71-75.

64 HP ; BRUO, I, p. 307-309 : R. Weiss, op. cit., p. 133-138.

65 G. Ouy, « Le collège de Navarre, berceau de l’humanisme français », dans Enseignement et vie intellectuelle (IXe-XVIe siècle), Actes du 95e congrès national des sociétés savantes (Philologie et histoire jusqu’à 1610) - 1970, Paris, 1975, I, p. 276-299.

66 Tructatus ordinis serenissimi domini regis Anglie vulgariter dicti la Gerretiere, MS. London B.L. Harley 5415.

67 Ce point est développé notamment par A. Middleton, « The Idea of Public Poetry in the Reign of Richard II », Speculum, 53 (1978), p. 94-114.

68 OPUS contient des informations sur les 13 299 œuvres de nos auteurs. Cette base est également consultable sur le net, en liaison avec HP.

69 D’une façon générale, A. Hudson, The Premature Reformation, Oxford, 1989 ; voir aussi J.-P. Genet, « Ecclesiastics and Political Theory in late Medieval England : The End of a Monopoly », dans The Church, Politics and Patronage in the Fifteenth Century, R. B. Dobson dir., Gloucester, 1984, p. 23-44.

70 P. Strohm, England’s Empty Throne. Usurpation and the Language of Legitimation, 1399-1422, New Haven et Londres, 1998.

71 Le point de départ de cette alliance, fructueuse pour les deux partis, est l’octroi de la dispense nécessaire pour le mariage d’Henri VII et d’Elisabeth d’York : voir S. B. Chrimes, Henry VII, Londres, 1972, p. 330-331.

72 On trouvera une excellente vue d’ensemble dans G. Lecuppre, « Henri VII et les humanistes italiens : élaboration d’une légitimité princière et émergence d’un foyer culturel », dans Rapporti e Scambi tra Umanesimo Italiano ed Umanesimo Europeo, L. S. Tarugi dir., (Instituto di Studi Umanistici Francesco Petrarca), 2001, p. 51-64. Je remercie vivement Gilles Lecuppre de m’avoir communiqué cet article.

73 J. A. Williamson, The Cabot Voyages and Bristol Discovery under Henry VII, (Hakluyt Society, 2e ser. CXX), 1962 ; Cabot meurt pendant le voyage de retour de cette seconde expédition.

74 Edité dans J. Gairdner, Historia Regis Henrici Septimi a Bernardo Andrea Tholosate conscripta ; necnon ad eundem regent spectantia, Londres, 1858 (Rolls Series, X).

75 HP ; BRUC, p. 593-594 ; voir aussi J. Ruysschaert, « Lorenzo Guglielmo Traversagni de Savone (1425-1503) : un humaniste Franciscain oublié », Archivum Franciscanum Historicum, 46 (1953), p. 199-210 ; et G. Farris, Umanesismo e religione in Lorenzo Guglielmo Traversagni, Milan, 1972.

76 Le Triumphus Justitiae lesu Cliristi, composé en 1483 à Londres (MS. Savone 9 B 2 15, f. 235-291).

77 Le Triumphus Amoris lesu Christi, composé à Londres en 1485 (MS. Lambeth 450, f. 9-45).

78 Voir J. Ruysschaert, « Les manuscrits autographes de deux œuvres de Lorenzo Guglielmo Traversagni, imprimées chez Caxton », Bulletin of the John Rylands Library, 36 (1953-54), p. 191-197. Le manuscrit autographe utilisé par l’imprimeur est le MS. Vaticano latino 11441. La Rhetorica a connu trois éditions (deux chez Caxton en 1479 (STC 21488-9] et une à St Albans en 1480 [STC 21490]), l’Epitome une seule (Caxton, 1480, STC 24190.3). Son œuvre la plus populaire dans le domaine rhétorique est au demeurant son Modus epistolandi (Arenga de epistolis faciendis, composé avant 1459 alors qu’il était encore à l’Université de Vienne, dont il subsiste plus de vingt manuscrits et qui a connu une dizaine d’éditions avant 1500 (à Paris, dont la première en 1478, Cologne et Leipzig) ; d’autres suivront à Lyon, Cracovie et Florence).

79 Sur Carmeliano, HP, BRUO, I, p. 358-359 : P. Guerrini, Pietro Carmeliano da Brescia, segretario reale d’Inghilterra, Brescia, 1918 et D. R. Carlson, English Humanist Books. Writers and Patrons, Manuscript and Print, 1475-1525, Toronto, 1993, p. 37-81.

80 MS. London B.L. Royal 12 A 29, autographe.

81 A. F. Sutton et L. Visser-Fuchs, « Richard III’s books : Pietro Carmeliano’s early publications : his Spring, the Letters of Phalaris, and his Life of St Katherine dedicated to Richard III », The Ricardian, 10, no 132 (Mars 1996), p. 346-386.

82 STC 22588. Le prétexte de l’édition de cette correspondance diplomatique est la qualité littéraire de ces lettres, échangées entre le pape Sixte IV, le collège des cardinaux et le doge Giovanni Mocenigo, qui sont présentées comme des modèles de lettres latines ; en fait George Painter pense que ce n’est là qu’un prétexte pour diffuser en Angleterre la position de la République de Venise, dont Carmeliano est peut-être déjà un agent : G. Painter, William Caxton : A Quincentenary Biography of England’s First Printer, Londres, 1976, p. 135-136 et D. R. Carlson, English Humanist Books, op. cit., p. 195-196.

83 L’œuvre a sans doute été dédiée au prince Édouard ou à Richard III mais le seul manuscrit de présentation subsistant, MS. Dublin Trinity College 429, un autographe, est aux armes de la famille Lee (soit pour Richard Lee, Sheriff of Kent et fils du Lord-Maire de Londres du même nom mort en 1472, soit pour son frère John, maître de Maidstone College ?). Ces lettres forment une sorte de « Miroir aux Princes » qui a connu un immense succès à partir du moment où elles ont été connues, avec plus de trente éditions imprimées en Italie avant 1501 : cf. Sutton et Visser-fuchs, op. cit.

84 La Beatae Katerinae Egyptiae Christi Sponsae Vita est dédiée au roi mais les manuscrits de présentation subsistant sont dédiés au Constable de la Tour de Londres, Sir Robert Brackenbury (MS. Oxford B.L. Laud 501) et au chancelier John Russell (MS. Cambridge Gonville and Caius College 196/102).

85 Il est jusqu’à sa mort recteur de St-George’s Southwark à Londres et chanoine de St Paul de Londres et de York ; il tient aussi des prébendes à la chapelle Saint-Étienne à Westminster et à la cathédrale de Wells et sera archidiacre de Gloucester de 1511 à 1513. Sa fortune dépasse largement celle de Polydore Virgile.

86 Suasoria Laeticiae ad Angliam pro sublatis bellis civilibus et Arthuro principe nato epistola : le seul manuscrit subsistant, MS. London Additional 33736 est peut-être celui d’Henri VII ; voir D. R. Carlson, « The occasional poetry of Peter Carmeliano », Aevum, 61 (1987), p. 495-502 et Id., « King Arthur and Court Poems for the birth of Arthur Tudor in 1486 », Humanistica Lovaniensia, 36 (1987), p. 147-183 (le texte du poème est p. 174-183).

87 Hoc presenti libello continentur honorifica gesta solemnes cerimonie et triumphi habiti, in suscipienda legatione pro sponsalibus et matrimonio inter et principem Karolum et dominant Mariam, une des rares oeuvres humanistes imprimées en Angleterre, par Richard Pynson en 1508 (STC 4659) : édité par J. Gairdner, Camden Society Miscellany, IX, 1893.

88 HP ; BRUO, I, 33 ; D. R. Carlson, « The writings of Bernard André (c.1450-c.1522) », Renaissance Studies, 12 (1998), p. 229-250 ; P. Roth, « A History of the English Austin Friars », Augustiniana, 15-2 (1965), p. 622-628 et 16-2 (1966), p. 451-461.

89 Hymni Christiani, Paris, 1517.

90 MS. Paris Arsenal 360.

91 J. Gairdner, Historia Regis Henrici Septimi...op. cit., p. 1-75.

92 Ibid., p. 9-94 et 95-130.

93 Ibid., p. 35-36, 40, 44-46, 52-55 et 61-64 ; R. Sharpe, A handlist of the Latin Writers of Great Britain and Ireland before 1541, Turnhout, 1997, p. 78 (Publications of the Journal of Medieval Latin, 1).

94 Une Invocatio de inclita invictissimi regis nostri Henrici VIII in Gallos et Scottos victoria sur la bataille de Flodden, le siège de Thérouanne et la bataille des Éperons a peut-être été présentée au roi pour le nouvel an 1514 ; le Novi anni munusculum ad Henricum Octavum, discours en prose sur les avantages respectifs de la paix et de la guerre, pour le nouvel an 1515 ; et le Rex Pacificus Exaltatus Super Omnes Reges Universe Terrae, discours latin en prose offert au roi pour le nouvel an 1520.

95 Ibid., p. 133-153 et 307-327 (traduction).

96 Sur Gigli, voir R. Weiss, « Lineamenti di una biografia di Giovanni Gigli, collettore papale in Inghilterra e vescovo di Worcester », Rivista di Storia della Chiesa in Italia, 1 (1947), p. 379-391.

97 Inédit à ma connaissance : MS. Roma B. Casanatense 4377, f. 1-24.

98 Édité par J. Gairdner, Historia Regis Henrici Septimi... op. cit., p. LVII-LIX.

99 Les Epigrammatu et le Genethliacon sont publiés (p. 169-173) et commentés par J. R. Carlson, « King Arthur and court poems... », art. cit.

100 HP ; C. Pizzi, Un amico di Erasmo. L’umanista Andrea Ammonio, Florence, 1956.

101 Chez J. Badius, en 1511.

102 Andreae Ammonii Carmina Omnia, C. Pizzi éd., Florence, 1958, p. 20-23.

103 D. Hay, « Pietro Griffo, an Italian in England, 1506-1512 », Italian Studies, 2 (1939), p. 118-128.

104 Le manuscrit original est De Officio Collectons in Regno Anglie est le MS. Vaticano Ottoboni Latino 2948. L’œuvre est inédite.

105 Oratio (quam erat habiturus P. Gryphus ad Henricum VII Anglie Regem si immatura regis mors prevenisset), imprimée chez Richard Pynson en 1509 (STC 12413) avec une dédicace à Thomas Rontal, le secrétaire royal, qui lui a demandé de faire imprimer le texte.

106 D. Hay, Polydore Vergil. Renaissance Historian and Man of Letters, Oxford, 1952 et A. Gransden, Historical Writing in England, II, c. 1307 to the Early Sixteenth Century, Londres, 1982, p. 430-443.

107 J. Ferguson, Hand-list of Editions of Polydore Vergil’s « De Inventoribus Rerum », (Historical Library, Yale University School of Medicine), New Haven, 1944.

108 La première version de l’Anglica Historia (éditée en partie par D. Hay, The Anglica Historia of Polydore Vergil A.D. 1485-1537, Camden 3e ser., London, 1950) se terminait en 1513 et a été transportée en Italie pour y être copiée par un calligraphe réputé, sans doute Frederigo Veterani, bibliothécaire d’Urbino. La première édition imprimée à Bâle, date seulement de 1534, et contient un texte révisé qui s’interrompt en 1509, à la fin du règne d’Henry VIL Bien que Polydore ait écrit deux continuations, l’une de 1512 à 1530, et l’autre pour 1531-1537, elles n’apparaissent pas dans la deuxième édition (Bâle, 1546) mais seulement dans la troisième (Bâle, 1555). L’extrême prudence de Polydore s’explique évidemment par la crainte des réactions d’Henri VIII : voir D. Hay, « Manuscripts of Polydore Vergil’s Anglica Historia », English Historical Review, 54 (1939), p. 241-243 ; il existe un manuscrit (MS. London B.L. Royal C 8-9) qui contient une traduction anglaise jusqu’en 1485 du texte latin : elle est éditée partiellement par Sir H. Ellis, Polydore Vergil’s English History, Camden Society, 29 (1844) et 36 (1846).

109 Son scepticisme a été nourri par son édition (en collaboration avec Robert Ridley) du De calamitate excidio ac conquestu Britanniae, de Gildas, imprimé à Anvers en 1525 (STC 11892) avec une dédicace à Cuthbert Tunstall : voir J. P. Carley, « Polydore Vergil and John Leland on King Arthur », dans King Arthur : A Case Book, E. D. Kennedy dir., New York, 1996, p. 185-204.

110 Voir J. R. Carlson, English Humanist Books... op. cit., Toronto, 1993, p. 20-36 et 187-195 pour une étude détaillée de cet auteur et de son œuvre. Les données biographiques dérivent d’A. Giani, Annales sacri ordinis Fratrum Servorum B. Mariae Virginis, 2e éd., Lucques, 1719-1725, I, p. 380-381 et II, p. 32, 35, 62-63, 75, 88. Alberici est mort en 1531.

111 Tabula Cebetis qua sub picturis lotus humanae vitae decursus declaratur 1506, contenue dans le splendide MS. London B.L. Arundel 317, f. 1-23, sans doute l’exemplaire de présentation à Henry VII, puisqu’il a été donné par la princesse Elizabeth (la fille de Jacques Ier et l’épouse de l’électeur palatin Frédéric) à Sir Georges Carew of Clopton, en 1608. Huit des illustrations pleine page sont reproduites dans J. R. Carlson, op. cit., entre les pages 22 et 23.

112 Extraits dans J. Gairdner, éd., Historia Regis Henrici Septimi...op. cit., p. LX-LXII.

113 De Occupatione Regni Angliae per Riccardum Tertium Liber, C. A. J. Armstrong éd., Gloucester, 1989 ; voir A. Hanham, Richard III and his early Historians 1483-1535, Oxford. 1975.

114 MS. York Minster 16 N 2, f. 46-76 sur lequel voir P. Gwynne, « The frontispiece to an illuminated panegyric of Henry VII : a note on the sources », Journal of the Warburg and Courtauld Institut, 55 (1992), p. 266-270 ; voir aussi F. Wormald, « An Italian poet at the court of Henry VII », ibid., 14 (1951),p. 118-119.

115 L’enquête repose sur la constitution d’une base de données qui contient dans la mesure du possible toutes les références à des livres possédés par des Anglais ou des personnes séjournant en Angleterre jusque vers 1550. À la date de novembre 2001, deux bases ont été constituées, l’une pour les livres des universitaires, l’autre pour ceux des non-universitaires. La base pour les universitaires contient pour le moment 18 231 références.

Table des illustrations

Légende Tableau IIa : Base de données HP, effectifs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau IIb : Base de données HP, pourcentages
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20265/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Tableau III : Base de données OPUS, langue et forme des œuvres
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20265/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540