Version classiqueVersion mobile

Les échanges culturels au Moyen Âge

Littérature de civilité et « processus de civilisation » à la fin du XIIe Siècle

Le cas anglais d’après l’Urbanus magnus

Frédérique Lachaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La littérature dite de courtoisie ou de civilité plonge ses racines dans les œuvres antiques1, l’influence la plus notable sur la production médiévale étant sans doute celle des Distiques du Pseudo-Caton2. Le haut Moyen Âge en a donné des exemples3, mais le genre connut un renouvellement important à partir du XIIe siècle avec l’apparition de traités, comme ceux de Pierre Alphonse ou de Hugues de Saint-Victor4, et de poèmes, en latin et en langue vulgaire, qui permettaient de mémoriser facilement les règles essentielles du comportement en société5. Une partie de ces œuvres a circulé largement6, et il est difficile de déterminer les influences réciproques ou encore l’antériorité des textes latins sur les textes en vernaculaire. Le contexte de ce renouvellement a également donné lieu à des interprétations diverses. Norbert Elias, dans son œuvre sur le « processus de civilisation », voyait dans les textes exprimant les normes de civilité au Moyen Âge le reflet d’une entreprise de « curi...

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search