Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

L’Angleterre et la Flandre aux Xe et XIe Siècles

Le témoignage des manuscrits

Richard Gameson

Texte intégral

  • 1 Encomium Emmae Reginae, A. Campbell éd. avec introduction supplémentaire par S. Keynes, Londres, 1 (...)
  • 2 Londres, British Library, Add. 33241 : The Golden Age of Anglo-Saxon Art 966-1066, J. Backhouse, D (...)
  • 3 F. Grierson, « The Relations between England and Flanders before the Norman Conquest », Transactio (...)

1L’Encomium d’Emma de Normandie – reine d’Angleterre de 1002 à 1035, femme des rois Æthelraed et Cnut, son successeur –, une source narrative importante pour le règne danois en Angleterre, fut apparemment réalisé en 1041-1042 par un religieux à Saint-Omer1. Le manuscrit existant est probablement celui qui fut préparé afin d’être soumis à Emma, et sa provenance médiévale est l’abbaye de Saint-Augustin à Canterbury (fig. 1)2. Bien que l’œuvre et les circonstances de sa production soient indubitablement exceptionnelles, ce codex est néanmoins un témoin frappant de l’échange de textes et de livres entre l’Angleterre et la Flandre durant cette période. Il y a plus de 60 ans, Philip Grierson a admirablement recensé de multiples liens – politiques, ecclésiastiques et culturels – antérieurs à la Conquête Normande, entre l’Angleterre et la Flandre3. Dans le cadre de cet article, j’ai l’intention de réexaminer le témoignage fourni par les manuscrits concernant les relations entre les deux pays – champ d’étude dans lequel on a fait le plus de progrès depuis les recherches de Grierson.

  • 4 Voir l’appendice plus bas.
  • 5 Voir Two Old English Apocrypha and Their Manuscript Source, J. E. Cross éd., Cambridge, 1996, surt (...)
  • 6 Il est identifiable avec un titre de la liste des livres donnés à Saint-Vaast par Sæwold de Bath.

2Les outils fondamentaux pour notre enquête comprennent d’une part une liste de manuscrits réalisés dans le nord-est de la France ou en Flandre et qui passèrent ensuite en Angleterre, d’autre part une liste de manuscrits anglo-saxons parvenus en Flandre4. Il n’est pas toujours possible de préciser l’époque à laquelle ces volumes ont effectivement atteint l’autre pays. De plus, il est difficile – voire souvent impossible – de prendre en compte les manuscrits qui ont traversé la Manche à deux reprises, ayant été loués puis retournés dans leur pays d’origine. Les manuscrits Saint-Omer, BM 202 et Arras, Médiathèque, 764 (partie I) sont de rares exemples identifiables de ce qui a pu être une circonstance commune. Le premier fut écrit à la fin du IXe siècle, probablement à Saint-Bertin ; il passa vraisemblablement en Angleterre au XIe siècle avant de revenir à Saint-Bertin – peut-être avant 11005. Le second fut réalisé vers la fin du IXe siècle dans le nord-est de la France (des preuves indirectes suggèrent, une fois de plus, une association à Saint-Bertin) ; il atteignit l’Angleterre au Xe siècle et revint en Flandre vers la fin du XIe siècle6. Ces manuscrits portent des ajouts de diverses mains anglo-saxonnes qui, en théorie, pourraient être attribués à des Anglais résidant en Flandre. Cependant, des preuves textuelles ou documentaires attestent la présence effective, bien que brève, de ces manuscrits en Angleterre. Ainsi, les voyages du manuscrit d’Arras sont particulièrement bien documentés : il est arrivé à Bath, selon toute vraisemblance, dans les bagages des moines de Saint-Bertin que le roi Edmund a installés en ce lieu en 944 ; il se retrouve ensuite à Saint-Vaast, où il fut certainement apporté par l’abbé Saewold de Bath après la Conquête Normande.

3Malgré les incertitudes et sans compter la perte de nombreux manuscrits, l’échantillon à notre disposition paraît raisonnablement représentatif et l’histoire qu’il révèle s’avère de façon générale assez cohérente. Nous allons étudier le sujet de façon diachronique, avant de conclure par des observations générales.

  • 7 En plus du fait que l’on ne peut dater les mains avec précision, il est bien entendu possible que (...)
  • 8 Pour un résumé des activités du scriptorium au Xe siècle, voir R. G. Gameson, « Books, Culture and (...)
  • 9 Oxford, Bodleian Library, Bodley 579.
  • 10 Oxford, Bodleian Library, Rawl. C. 697.
  • 11 Voir J. P. Carley, « More Pre-Conquest Manuscripts from Glastonbury Abbey », Anglo-Saxon England, (...)
  • 12 Oxford, Bodleian Library, Bodley 516.

4La plupart des manuscrits du nord-est de la France ou de Flandre venus en Angleterre remontent au IXe siècle, et nombre d’entre eux semblent avoir traversé la Manche durant le siècle suivant. D’après les indications incertaines des premières interventions anglo-saxonnes7, ils arrivèrent tout au long du Xe siècle. Tous attestent des efforts fournis pour réapprovisionner les bibliothèques du sud de l’Angleterre après la destruction infligée par les Vikings. Bien que ces livres aient finalement atteint diverses communautés anglaises, un pourcentage important peut être associé – du moins pendant une phase de leur histoire – à la cathédrale de Christ Church ou plus particulièrement à l’abbaye de Saint-Augustin de Canterbury. Ceci concorde avec le nombre significatif de manuscrits fabriqués localement et démontre que l’abbaye de Saint-Augustin était une communauté florissante dès le début du Xe siècle8. Il est clair que quelques volumes ont voyagé après leur arrivée en Angleterre. Le soi-disant « Missel de Leofric », conservé probablement à Canterbury au Xe siècle, se retrouve à Exeter au XIe siècle9, une copie des œuvres d’Aldhelm et Prudentius arrivée à Glastonbury a par la suite appartenu à Bury St Edmunds10 ; tandis qu’un manuscrit de Martin de Braga, Ferrandus Diaconus et Ambrosius Autpertus que possédait l’abbaye de Saint-Augustin à Canterbury au Xe siècle semble être parvenu ultérieurement à Glastonbury11. Un ouvrage au moins est passé entre des mains celtes avant d’atteindre l’Angleterre12.

5Les manuscrits importés couvrent une vaste sélection de textes et de sujets : liturgie, homélies, pénitentiels et pédagogie, sans parler de matière pour la lectio divina. Le fait que les œuvres des grands auteurs anglo-saxons Aldhelm et Bède apparaissent parmi eux, souligne combien les pertes en livres et textes ont été considérables en Angleterre au IXe siècle. Si la plupart des textes sont conformes au genre traditionnel des collections accumulées dans les monastères anglais, d’autres plus exotiques – comme celui de Virgile – nous rappellent que les bibliothèques continentales auxquelles empruntaient les Anglais étaient souvent plus diversifiées.

  • 13 Par exemple : Londres, British Library, Cotton Caligula A. XV ; Harley 526 ; et Oxford, Bodleian L (...)
  • 14 Par exemple, Cambridge, Corpus Christi College, 223 : voir M. Budny, Insular, AngloSaxon and Early (...)
  • 15 Par exemple, Cambridge, Corpus Christi College, 430 ; Londres, British Library, Arundel 125 ; Roya (...)
  • 16 Londres, Lambeth Palace Library, 237 ; Oxford, Bodleian Library, Rawl. C. 697. Sur la main, voir T (...)
  • 17 Par exemple l’acrostiche « Adalstan/Iohannes » (incipit : Archalis clamare) qui a été ajouté à Oxf (...)
  • 18 Oxford, Bodleian Library, Bodley 579 : The Leofric Missal, F. E. Warren éd., Oxford, 1883. Une nou (...)

6Une fois en Angleterre, ces manuscrits ont naturellement subi un traitement variable. Quelques-uns ont simplement reçu des adjonctions informelles – noms, notes et corrections occasionnelles13. D’autres ont été glosés plus systématiquement, ce qui montre que leurs textes furent attentivement étudiés14. D’autres encore ont été remaniés de différentes façons : des lettres furent retracées, des pages entières remplacées, des textes furent corrigés, des tables de matières rectifiées15. L’une des mains anglo-saxonnes les plus actives et rigoureuses, qui a travaillé sur quelques volumes, est probablement celle du réformateur monastique saint Dunstan, successivement abbé de Glastonbury, évêque de Londres et archevêque de Canterbury († 988), dont la vigueur à corriger les textes est célébrée par son biographe contemporain (fig. 2)16. Quelques manuscrits portent des textes ajoutés : ceux-ci varient de quelques lignes insérées dans les espaces vides17 à des adjonctions considérables, nécessitant l’intégration de cahiers supplémentaires. Le Missel de Leofric, pour prendre un exemple extrême, reçut une série initiale d’additions dans la première moitié du Xe siècle, trois cahiers (y compris une computistica) ajoutés dans la seconde moitié du Xe siècle, et un autre supplément de huit cahiers – ainsi que d’autres compléments – au XIe siècle18.

  • 19 La section en question se compose des cahiers VII-IX (fol. 38-59).
  • 20 Londres, British Library, Royal 15 A. XVI (il faut comparer les fol. 1-73 avec 74-84).

7L’influence de ces volumes (ainsi que d’autres continentaux) sur les méthodes anglaises de production de livres au Xe siècle fut généralement limitée : beaucoup de scribes anglo-saxons continuaient à réaliser leurs cahiers de façon insulaire et à utiliser comme écriture la minuscule « carée » traditionnelle – et non la minuscule Caroline. Donc, bien que dans la partie originale du Missel de Leofric le parchemin soit arrangé de manière à ce que les côtés poils soient en vis-à-vis – de même, bien entendu, pour les côtés chairs –, l’organisation est différente dans le supplément anglo-saxon du Xe siècle : les côtés poils font face aux côtés chairs19. De la même façon, les feuilles de la section originale d’une copie de Juvencus étaient ouvertes quand elles ont reçu les piqûres et réglures, alors que celles des suppléments anglo-saxons furent pliées20. Il semblerait que les Anglais n’aient jamais été prompts à adopter les innovations de leurs confrères continentaux ! Mais ce ne fut pas forcément une mauvaise chose : contrairement au produit insulaire, certaines encres continentales étaient de moindre qualité, devenant rapidement trop marron et pâles ; les parties les moins visibles furent retracées en Angleterre avec de l’encre qui – comme la majorité des encres anglaises – laisse un noir intense.

  • 21 « Style II » comme défini par T. A. M. Bishop, English Caroline Minuscule, Oxford, 1971.
  • 22 Fol. 38v, le début du Sermo de cupiditate par Ambrosius Autpertus.

8De tels passages – où le scribe postérieur suivit de près les caractères originaux – donnent une idée de la manière dont les Anglo-Saxons ont appris la minuscule Caroline ou sont parvenus à améliorer leurs versions. L’obligation de retracer les lettres aura sûrement familiarisé les restaurateurs à leurs formes. Le manuscrit Londres, British Library, Arundel 125, produit selon toute vraisemblance à Saint-Bertin dans la première moitié du IXe siècle, dont l’écriture montre certains traits insulaires, est le genre de modèle qui servit de base à l’écriture Caroline de Canterbury de la seconde moitié du Xe siècle (fig. 3)21. De nombreuses caractéristiques – allant des proportions générales aux formes des lettres individuelles – réapparaissent dans l’écriture du restaurateur, et trouvent des échos dans d’autres mains de Canterbury (fig. 4). La page principale de titre du manuscrit Cambridge, Corpus Christi College, 43022, réalisé à Saint-Amand vers 900 et passé manifestement en Angleterre – très probablement à Canterbury – au Xe siècle, fournit un exemple du type de dessin qui semble avoir influencé la présentation de majuscules dans les scriptoria de l’abbaye de Saint-Augustin et de la cathédrale de Christ Church durant la deuxième moitié du siècle : la forme des capitales employées par les scribes de Canterbury était différente mais, comme dans le livre de Saint-Amand, on les a rangées en lignes, tour à tour rouges et vertes.

  • 23 Surtout Cambridge, Corpus Christi College, 411 et Londres, College of Arms, Arundel 22, fol. 84-85 (...)

9Le domaine dans lequel l’influence de certains livres importés se manifeste le plus est l’enluminure, puisque quelques Anglo-Saxons ont rapidement adopté le style d’ornementation dit « franco-saxon ». Bien que certains éléments de son vocabulaire ornemental (lui-même basé sur l’art insulaire) soient comparativement bien répandus dans le monde carolingien, et bien que leur naissance dans les livres anglo-saxons puisse théoriquement provenir de diverses sources, il existe néanmoins suffisamment d’imitations réelles du style franco-saxon – en particulier pour les encadrements – pour attester du fait que les livres du nord-est de la France et de Flandre ont vraiment servi d’inspiration principale (fig. 5)23.

  • 24 E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, op. cit., no°29, ill. 101-102. L’un des deux scribes de Boulog (...)
  • 25 Londres, British Library, Cotton Tiberius A. XV, fol. 155v : Memorials of St Dunstan, W. Stubbs éd (...)
  • 26 Ainsi M. Lapidge, Anglo-Latin Literature, p. 126-128 et 190-192.

10La plupart des livres anglais existants parvenus en Flandre furent réalisés au Xe siècle ; un grand nombre d’entre eux se retrouvent à Saint-Vaast d’Arras ou, surtout, à Saint-Bertin de Saint-Omer. Une fois encore, une variété de textes est représentée, incluant : une copie des évangiles, des vitae sanctorum, des écrits pédagogiques et de la matière pour la lectio divina. Le groupe inclut des volumes datant non seulement de la fin mais également du début du Xe siècle : si les plus anciens sont arrivés en Flandre rapidement après leur réalisation, cela signifie que l’Angleterre exportait des livres alors que ses propres ressources restaient limitées. Peut-être ont-ils été offerts en échange de quelques-uns des volumes continentaux que nous venons de considérer ? Ou peut-être ont-ils pu être acquis plus tard dans le siècle, quand les scriptoria anglais étaient plus dynamiques et les Anglo-Saxons plus prêts, par conséquent, à se débarrasser de leurs livres anciens ? Malheureusement, les circonstances de transmission nous demeurent inconnues. On pourrait émettre l’hypothèse, par exemple, que le manuscrit Boulogne, BM, 82, pour autant qu’il provienne effectivement de Glastonbury, a traversé la Manche au moment où Dunstan, alors abbé de Glastonbury, fut exilé en Flandre en 956 – mais ceci n’est rien d’autre qu’une spéculation24. La seule documentation que nous ayons concerne un volume aujourd’hui perdu qui, en outre, a quitté l’Angleterre illégalement. Une lettre d’un évêque resté anonyme (selon toute vraisemblance, Æthelwold de Winchester († 984)), probablement adressée à Arnould II de Flandre (965-988), implore le comte de rendre un livre des évangiles qui lui avait été vendu par deux religieux anglais « dépravés », qui l’avaient « volé »25. On a raisonnablement supposé que les coupables étaient des religieux séculiers qu’Æthelwold avait expulsés de force – et dans une légalité douteuse – de la cathédrale de Winchester en 96426. Si le comte Arnould a donné suite à cette requête, cette copie des évangiles constituerait un exemple supplémentaire d’un ouvrage ayant traversé la Manche deux fois.

  • 27 Voir le résumé dans Ganda & Blandinium : De Gentse Abdijen van Sint-Pieters en Sint-Baafs, G. Decl (...)

11En ce qui concerne les échanges avec Gand, les preuves documentaires et le témoignage des manuscrits se complètent. Saint Dunstan vint à Saint-Pierre de Gand durant son exil en 956 ; par ailleurs des moines de Saint-Pierre participèrent vers 970 au concile de Winchester qui établit la Regularis concordia27. Mais c’est un manuscrit de Saint-Bavon de Gand, Gand, BU, 308, qui révèle que son artiste a été influencé par l’art des manuscrits anglais. Il s’agit d’une collection importante de matériel hagiographique, commençant par la Vie de saint Bavon, entamée peu après 980 avec additions successives. La décoration du stratum original inclut un couple d’initiales de style franco-saxon très pur et une lettrine de forme ottonienne, mais elle est dominée par une série d’initiales – notamment la plus importante ouvrant la Vita Bavonis – qui doivent beaucoup à l’exemple anglo-saxon (fig. 6). Elles reflètent le soi-disant style « Type I » d’ornementation qui prédomine en Angleterre durant la première moitié du Xe siècle, et dont d’excellents exemples se trouvent dans les manuscrits Boulogne, BM, 10 et 82, deux volumes anglais qui ont certainement été exportés en Flandre. Avant de quitter le Gand, BU, 308, notons brièvement que la décoration du stratum majeur suivant, commencé peu après 1012, est différente de caractère et d’affiliation, étant nettement plus redevable à l’exemple ottonien.

  • 28 Boulogne, BM, 189.
  • 29 Boulogne, BM, 106.

12Ce qui est plus complexe à interpréter mais très pertinent pour le sujet, ce sont les livres dans lesquels des mains anglaises et flamandes contemporaines coexistent. Deux des manuscrits parvenus à Saint-Bertin sont de bons exemples du phénomène. Un volume incluant des œuvres de Prudentius fut écrit par cinq scribes, dont quatre sont anglais, tandis que le cinquième – dont le travail figure en position centrale – semble flamand28. En revanche, une collection de Vies de saints, entamée par une série de scribes continentaux, fut continuée par un couple de mains anglaises ou d’influence anglaise29. Quelles que soient les circonstances exactes de leur production, ces volumes attestent des interactions entre les scribes anglo-saxons et flamands à la fin du Xe et au début du XIe siècle. Nous reviendrons sur ce phénomène par la suite.

  • 30 Voir R. G. Gameson, « L’Arte nell’Inghilterra meridionale e in Fiandra », dans L’Arte dell’Anno Mi (...)

13Dès le milieu du Xe siècle et surtout après 960, à l’époque des réformateurs monastiques anglais (principalement Dunstan, Æthelwold et Oswald) sous le règne du roi Edgar, la production de livres prospéra dans le sud de l’Angleterre. Les styles d’écriture et d’ornementation pratiqués dans la première moitié du siècle furent graduellement remplacés. Winchester et Canterbury apparaissent comme les scriptoria les plus importants, le premier se spécialisant dans les livres liturgiques somptueux, décorés d’encadrements complexes à feuillages et comprenant beaucoup d’or et de peinture ; le second travaillant les dessins en encres colorées et les initiales calligraphiques parfois bien complexes30.

  • 31 Sur les livres de Saint-Bertin en général, voir A. Wilmart, « Les livres de l’abbé Odbert », Bulle (...)
  • 32 Boulogne, BM, 11 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, no°44 ; aussi A. Boutemy, « Un monument cap (...)
  • 33 Orléans, BM, 175 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, no 43.
  • 34 New York, Pierpont Morgan Library, M 827 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, cat. 45 ; voir auss (...)
  • 35 New York, Pierpont Morgan Library, M 333 ; voir W. Wixom, Treasures from Medieval France, Clevelan (...)
  • 36 Boulogne, BM, 20 : V. Leroquais, Les Psautiers manuscrits latins des Bibliothèques publiques de Fr (...)

14Les livres flamands du Xe siècle sont nettement moins impressionnants ; le premier centre flamand à produire des volumes de qualité comparable – Saint-Bertin aux environs de l’an mil – témoigne d’influences anglo-saxonnes31. Saint-Bertin accueillit non seulement les livres anglais, mais également divers artistes anglo-saxons qui y ont travaillé. Bien qu’écrite par un scribe de Saint-Bertin, la remarquable copie des évangiles de la communauté fut magnifiquement enluminée par le talentueux Anglo-Saxon qui décora aussi un luxueux psautier pour le cercle de l’évêque Oswald de Worcester (fig. 7)32. Incidemment, le même artiste, grand voyageur, a visité Fleury où il réalisa le frontispice d’une copie du In Ezechielem de Grégoire33. Plus révélateur pour notre propos est le fait qu’il a également peint les portraits d’un autre livre des évangiles, dont la provenance est incertaine mais qui fut probablement fabriqué dans le nord-est de la France ou en Flandre – avant de se retrouver en Allemagne34. Un autre artiste anglo-saxon, certainement de Canterbury, a dessiné les initiales qui introduisent les listes de capitula dans un second livre des évangiles de Saint-Bertin, les « évangiles d’Odbert »35 ; tandis qu’un troisième a ajouté une série de sept dessins dans les marges du grand psautier d’Odbert, qui se réfèrent iconographiquement aux illustrations marginales d’un autre psautier anglais postérieur – probablement réalisé à Canterbury36. Comme on pouvait s’y attendre, l’art des manuscrits de Saint-Bertin autour de l’an mil – surtout l’œuvre de l’abbé Odbert lui-même-fut grandement influencé par l’exemple anglo-saxon (fig. 8). Mais Odbert n’a pas seulement imité ces modèles : il a combiné des éléments qui étaient chronologiquement et géographiquement distincts en Angleterre. Les motifs courants dans la première moitié du Xe siècle, les encadrements postérieurs de Winchester et les initiales et dessins à la manière de Canterbury ont tous été ici juxtaposés. Répondant simultanément à l’art carolingien, l’abbé de Saint-Bertin a perfectionné une synthèse personnelle de haute qualité.

  • 37 Voir, en général, S. Schulten, « Die Buchmalerei des 11. Jahrhunderts im Kloster St. Vaast in Arra (...)
  • 38 Respectivement, Boulogne, BM, 9 (Schulten, « Buchmalerei », no°11 ; J. Porcher, Les manuscrits à p (...)
  • 39 Voir R. G. Gameson, « La Bible de Saint-Vaast d’Arras et un manuscrit anglo-saxon de Boèce », Scri (...)

15Le scriptorium de Saint-Vaast d’Arras entre dans une nouvelle phase de productivité durant le second quart du XIe siècle, suite à la réforme de la communauté par Richard de Saint-Vanne (abbé vers 1009-1020) et son disciple Leduinus (abbé vers 1020-1040)37. Son œuvre n’a jamais été aussi homogène que celle de Saint-Bertin : de la même façon qu’une variété d’interprétations de minuscule Caroline se pratiquait, des formes disparates de décoration coexistaient. Nous trouvons des échos des mêmes éléments de l’art anglo-saxon – des initiales du début du Xe siècle, des encadrements du style « Winchester » (fig. 9), des lettrines à la manière de Canterbury – mais généralement si modifiés et mis en relation avec d’autres motifs qu’il serait difficile d’identifier leurs sources spécifiques, même si nous les avions conservées. On peut suspecter que divers animaux figurant dans la décoration de leur livre des évangiles ont été empruntés à la copie anglo-saxonne du début du Xe siècle qu’ils possédaient, mais il est difficile d’en être sûr38. En outre, certains de leurs motifs anglo-saxons furent probablement adoptés indirectement, étant empruntés à Saint-Bertin. Néanmoins, il est clair qu’une copie de Boèce provenant de Canterbury a servi de modèle pour une des initiales de la Bible de Saint-Vaast (fig. 10) – le manuscrit anglais en question a quitté Arras au plus tard au XVe siècle39.

  • 40 Pour un résumé de son développement voir Gameson, « Books, Culture and the Church in Canterbury », (...)
  • 41 Sur Eadwig, voir Bishop, English Caroline Minuscule, no 24 ; D. N. Dumville, English Caroline Minu (...)
  • 42 New York, Pierpont Morgan Library, M 333, fol. 85r. Voir M. Schapiro, « The Image of the Disappear (...)

16En même temps, il existe des indices d’influence réciproque de Saint-Bertin en Angleterre, particulièrement sur le scriptorium de Christ Church à Canterbury, après sa reconfiguration suite au pillage Viking de la ville en 101440. Il ne faut pas surestimer les liens, mais l’écriture distinctive et influente du maître scribe de Christ Church, Eadwig Basan – dont les œuvres datables remontent à la seconde et troisième décennie du XIe siècle –, devait peut-être quelque chose au style d’écriture de Saint-Bertin à l’époque d’Odbert41. De façon similaire, si l’adoption d’encadrements élaborés à feuilles à Christ Church reflétait l’influence de Winchester, en revanche la décision d’en remplir deux de personnages, et l’utilisation d’argent ainsi que d’or, suggèrent une réaction à l’œuvre de Saint-Bertin (fig. 11). Il est également avéré que la célèbre iconographie « anglo-saxonne » de l’Ascension, « le Christ disparaissant », fut, en fait, utilisée en premier lieu dans les évangiles d’Odbert42. Par la suite, deux moines de Saint-Bertin, Folcard et Goscelin, qui semblent avoir émigré en Angleterre durant la sixième ou septième décennie du XIe siècle, sont devenus les hagiographes les plus importants du pays, écrivant ou récrivant la Vie des saints patrons pour un certain nombre de monastères anglais.

  • 43 Anvers, Museum Plantin-Moretus, M. 16. 15 (olim 194).
  • 44 Fol. 54r et 137v : la première est un exemple relativement pur du style anglo-saxon « Type II » ; (...)

17Une copie des évangiles actuellement à Anvers qui remonte, selon toute vraisemblance, au deuxième quart du XIe siècle, fournit encore un exemple de la collaboration entre Anglo-Saxons et Flamands43. Les quinze premières pages de l’évangile selon saint Matthieu ont été écrites par un scribe anglo-saxon ; mais le reste du texte, ainsi que les chiffres marginaux et les initiales des versets ajoutés à la partie anglo-saxonne, furent produits par des Flamands. De même, les deux lettrines décorées survivantes (qui débutent les évangiles de Marc et de Jean) furent probablement dessinées par un Anglais44 ; cependant, les capitales qui accompagnent la première, et le portrait de saint Jean qui se trouve à côté de la seconde – ainsi que les tableaux des canons – furent réalisés par des mains flamandes contemporaines. Les liens intimes entre les parties anglaises et les contributions flamandes impliquent que le livre fut le résultat d’une vraie collaboration. Etant donné la domination, sur le plan quantitatif, de l’œuvre flamande, il est logique de supposer que le projet ait été conçu en Flandre ; le fait que les rectifications sont dues aux mains flamandes soutient cette hypothèse. D’autres ajouts aux folios 175v-176v (deux prières, une bulle papale du 9 avril 1105 et deux inventaires) montrent qu’au début du XIIe siècle, le manuscrit appartenait à la collégiale Notre-Dame de Bruges, fondée en 1091.

  • 45 Voir n. 1-2 ci-dessus.
  • 46 Voir R. G. Gameson, « The Origin of the Exeter Book of Old English Poetry », AngloSaxon England, 2 (...)
  • 47 Oxford, Bodleian Library, Auct. D. 2. 16 : R. Schilling, « Two Unknown Flemish Miniatures of the E (...)
  • 48 Voir Rhin-Meuse : Art et civilisation 800-1400, J. Stiennon et R. Lejeune dir., 2 vol., Bruxelles- (...)
  • 49 Saint-Omer, Bibliothèque de l’agglomération, 698 : Deremble, « L’Enluminure », p. 293-297 ; Ead., (...)
  • 50 Paris, BnF, lut. 819 : V. Leroquais, Les Sacramentaires et les missels manuscrits des Bibliothèque (...)
  • 51 P. Mc Gurk et J. Rosenthal, « The Anglo-Saxon Gospelbooks of Judith, countess of Flanders : Their (...)
  • 52 New York, Pierpont Morgan Library, M 708 et 709 : F. Steenbock, Der kirchliche Prachteinband im fr (...)
  • 53 Fulda, Hessische Landesbibliothek, Aa. 21 : H. Köllner et C. Jakobi-mirwald, Die illuminierten Han (...)
  • 54 Monte Cassino, Archivio della Badia, 437. Voir F. Newton, The Scriptorium and Library at Monte Cas (...)

18Vers le milieu du XIe siècle, quelques livres attestant des échanges culturels entre l’Angleterre et la Flandre sont associés à des personnages particuliers, notamment la reine Emma († 1052), l’évêque Leofric († 1072) et Judith de Flandre († 1094). L’Encomium Emmae reginae fut vraisemblablement réalisé à Saint-Omer entre 1041 et 1042 sur l’ordre même de la reine. Le manuscrit existant, qui est probablement la copie de présentation, fut – selon toute vraisemblance – écrit là et envoyé en Angleterre ; il fut par la suite possédé par l’abbaye de Saint-Augustin de Canterbury45. Leofric, qui a été éduqué en Lotharingie, rencontra à Bruges en 1035 le futur roi Edouard le Confesseur et l’accompagna deux ans plus tard en Angleterre. Devenu évêque du Devon et de la Cornouaille en 1046, Leofric changea de siège épiscopal pour Exeter en 1050 et travailla énergiquement afin d’établir une collection de livres pour la nouvelle fondation46. L’un de ses manuscrits, un livre des évangiles d’origine bretonne, fut mis en valeur par des portraits d’évangélistes supplémentaires, réalisés par un artiste flamand47. On ne sait pas exactement où, ni comment Leofric a trouvé ce livre, ni dans quel pays ce Flamand a apporté sa contribution ; en ce qui concerne leur style, les peintures sont affiliées à un groupe d’enluminures flamandes de haute qualité datant de la seconde moitié du XIe siècle, qui apparaissent dans des livres de diverses origines48. Un de ces volumes fut indiscutablement confectionné à – ou du moins, pour – Saint-Omer49 ; un autre fut apparemment écrit pour Saint-Laurent de Liège, mais est passé par la suite – via Verdun – à Bergues-Saint-Winnoc, communauté tributaire de Saint-Bertin50. L’artiste de ce dernier livre a également travaillé pour Judith de Flandre. Judith – probablement fille de Baudouin IV issue de son second mariage et demi-sœur de Baudouin V – épousa en 1051 Tostig Godwinson, comte de Northumbrie à partir de 1055 et frère d’Harold, dernier roi anglo-saxon. Lors de son séjour en Angleterre, de 1052 à 1065, elle a commandé une série de livres des évangiles enluminés, apparemment conçus pour se compléter, produits par une petite équipe de scribes et artistes associés à son entourage51. Judith a fui l’Angleterre pour la Flandre en 1065, emportant avec elle ses livres – et peut-être aussi un de ses scribes. Elle se serait établie à Saint-Omer. Deux de ses ouvrages, d’écriture et de décoration entièrement anglo-saxonnes, ont reçu de précieuses reliures réalisées par des orfèvres flamands contemporains52. Un autre, bien qu’écrit en grande partie par le scribe anglo-saxon qui a contribué aux quatre livres, fut complété et décoré par les flamands53. C’est donc un Flamand qui réalisa la miniature liminaire qui dépeint Judith devant le Christ ; comme on l’a noté précédemment, l’artiste en question a aussi enluminé un sacramentaire destiné à Saint-Laurent de Liège. En 1070-1071, Judith épousa Welf de Bavière et partit en Allemagne. Elle légua trois des livres à l’abbaye de Weingarten et il est possible qu’elle ait donné le dernier à l’impératrice Agnès d’Allemagne, qui l’offrit à son tour à l’abbaye de Monte Cassino – où il est toujours conservé54.

  • 55 Voir N. R. Ker, Catalogue of Manuscripts Containing Anglo-Saxon, Oxford, 1957, p. 469.
  • 56 Voir P. Grierson, « Les Livres de l’Abbé Seiwold de Bath », Revue Bénédictine, 52 (1940), p. 96-11 (...)
  • 57 Arras, Médiathèque, 764, partie III.
  • 58 Arras, Médiathèque 1029 (812) : J. van der Straeten, Les Manuscrits hagiographiques d’Arras et de (...)
  • 59 Arras, Médiathèque, 346 (867).

19Si la Conquête de 1066 a marqué une nouvelle phase de relations tant culturelles que politiques entre l’Angleterre et la Normandie, elle a également contribué aux échanges de livres entre l’Angleterre et la Flandre. Suite à la victoire de Guillaume à Hastings, certains Anglo-Saxons trouvèrent refuge en Flandre, emportant avec eux des livres anglais. Parmi eux se trouvait Gunhild, sœur du roi Harold, qui – à sa mort en 1087 – légua à Saint-Donatien de Bruges un psautier portant une glose en vieil anglais ; ce manuscrit ne semble pas avoir survécu55. Un autre d’entre eux était l’abbé Saewold de Bath, dont la donation conséquente à Saint-Vaast d’Arras incluait aussi quelques livres de l’Angleterre, qui se trouvent toujours à Arras (voir fig. 12)56. L’un de ses manuscrits, datant de la fin du IXe siècle, écrit en style insulaire hybride, ne pouvait être lu facilement par des Flamands du XIe siècle ; en outre, le fait qu’il ne porte aucune correction ou notation de cette époque suggère qu’il ne fut guère utilisé à Saint-Vaast (fig. 13)57. Dans un deuxième de ses livres, une collection de Vies de saints écrite vers l’an mil en minuscule Caroline anglaise, on trouve de nombreuses corrections et l’insertion de numéros de chapitres dans la Vie de saint Philibert de Jumièges (fig. 14), mais rien dans les Vies de saints anglais : soit elles étaient de moindre intérêt, soit Saint-Vaast n’avait aucune autre copie pour les comparer58. Parmi les livres de Saewold, c’est en fait une copie du Hexameron d’Ambroise datant du XIe siècle qui semble avoir reçu le plus d’attention59. Elle a soigneusement été corrigée à la fin du XIe siècle (fig. 15), et diverses notes en mine, ajoutées dans les marges, attestent d’une utilisation qui se prolonge au XIIe siècle.

  • 60 R. G. Gameson, The Manuscripts of Early Norman England (c. 1066-1130), Londres, 1999, surtout p. 1 (...)
  • 61 Oxford, Bodleian Library, Barlow 4 et Bodley 229.
  • 62 Pour plus de détails sur le travail de cette main, voir Gameson, « Exeter Book », p. 153 et n. 73.

20Dès la fin du XIe siècle, plusieurs communautés religieuses anglaises essayèrent de collectionner les œuvres des Pères de l’Église, à la fois en acquérant des livres d’origines diverses et en copiant des textes eux-mêmes. Les manuscrits identifiables de cette période montrent que la Normandie fut leur principale source d’approvisionnement, comme on pouvait s’y attendre60. Mais le duché n’était pas particulièrement riche en ressources littéraires, car plus de deux cinquièmes des importations connues ont une autre origine, spécialement le nord-est de la France et la Flandre. Les bibliothèques flamandes étaient géographiquement plus accessibles et offraient une bonne sélection de textes – grâce à des programmes de copie rigoureux dans la première moitié du XIe siècle. Deux volumes qui furent probablement acquis tôt à cette période peuvent être identifiés, non sans hésitation : l’un contient l’Expositio libri comitis de Smaragdus, l’autre des sermons d’Augustin d’Hippone et de Césaire d’Arles61. Le premier, du IXe siècle, fut augmenté par des scribes reconnaissables de Worcester à la fin du XIe et au début du XIIe siècle ; le second, du début du XIe siècle, reçut une rectification d’une main anglaise à la fin du XIe siècle, puis un titre fut ajouté à la première page, au début du XIIe siècle, par un scribe qui a marqué de façon similaire un certain nombre de manuscrits d’Exeter62. Aucune intervention anglaise n’est antérieure à 1066.

  • 63 Voir T. Webber, « The Diffusion of Augustine’s Confessions in England during the Eleventh and Twel (...)
  • 64 Londres, British Library, Royal 5 A. XI. L’inscription est reproduite dans G. F. Warner et J. P. G (...)
  • 65 Des mains correspondantes se trouvent, par exemple, dans Cambridge, Trinity College, O. 3. 35 et O (...)
  • 66 Oxford, Bodleian Library, Bodley 340, fol. 169v : D. Rogers, The Bodleian Library and its Treasure (...)

21On peut supposer que davantage de textes ont été empruntés, copiés et rendus plutôt qu’acquis. Bien que de tels volumes soient évidemment plus difficiles à identifier, deux exemples témoignent néanmoins de telles circonstances. Les copies anglaises des Confessions d’Augustin datent de la fin du XIe siècle au plus tôt et se répartissent en deux familles, dérivant de manuscrits d’origine flamande – l’un associé à Saint-Pierre de Gand, l’autre à Saint-Bertin63. De façon similaire, la copie du De sobrietate de Milon de Saint-Amand réalisée au début du XIIe siècle à l’abbaye de Saint Peter de Gloucester inclut fortuitement l’inscription dédicatoire qui se trouvait dans l’exemplaire, qui nous informe que l’archétype fut écrit à Saint-Bertin et envoyé à Saint-Vaast entre 1021 et 104064. Également, l’aspect de deux mains qui apparaissent dans les livres anglais datant de la fin du XIe siècle suggère que certains Flamands ont bien travaillé dans des scriptoria anglais à cette époque65 ; c’est vraisemblablement un tel personnage qui ajouta une phrase en néerlandais à la dernière feuille d’une collection d’homélies anglo-saxonnes de Rochester66.

  • 67 Saint-Omer, Bibliothèque de l’agglomération, 342bis : Porcher, Manuscrits à peintures, no 112 ; Id (...)

22Pour conclure, quels sont les points généraux que notre recherche met en évidence ? On constate que le témoignage des manuscrits concorde – tout en l’augmentant – avec le corpus substantiel d’autres indices attestant de nombreux échanges culturels entre l’Angleterre et la Flandre aux Xe et XIe siècles. D’autres examens de manuscrits de l’époque mettraient sans doute en lumière davantage d’exemples d’échange, de collaboration et d’influence réciproques entre les deux pays. En outre, beaucoup d’exemples mentionnés pourraient mieux éclairer le phénomène s’ils étaient étudiés de manière plus détaillée. Par exemple, l’évangéliaire avec la passion de saint Denis réalisé à Saint-Bertin ne révèle pas uniquement l’influence de l’art anglo-saxon à Saint-Omer (cf. fig. 8), mais inclut également une petite liste peu connue de noms anglo-saxons, faisant allusion aux relations avec des personnes spécifiques (fig. 16)67. Plus généralement, notre matière fournit d’excellentes preuves concernant la mobilité des textes, livres, scribes et artistes avant l’apparition d’un commerce professionnel du livre. En même temps, elle nous rappelle la complexité des traditions textuelles, artistiques et codicologiques dans une partie de l’Europe autour de l’an mil.

  • 68 La copie faite à Exeter est actuellement Paris, BnF, lat. 14782 : J. J. G. Alexander, « A Little-K (...)

23Mais pour être équitablement évalués, les contacts culturels que nous avons examinés doivent être considérés dans le bon contexte. Les échanges entre l’Angleterre et la Flandre ne constituent, bien entendu, qu’un élément au sein d’un « tableau » plus vaste et très complexe. A titre d’exemple, le livre des évangiles décoré d’enluminures flamandes que l’évêque Leofric a donné à Exeter fut écrit en Bretagne ; il a été copié à Exeter peu après son arrivée et au XVe siècle – sinon avant –, cette copie appartenait à l’abbaye de Saint-Victor de Paris68. Les scriptoria carolingiens de Metz et surtout de Reims ont contribué autant que ceux de Flandre à l’art anglo-saxon tardif ; de même, l’influence carolingienne fut aussi importante que l’art anglo-saxon dans la formation du style d’enluminure de Saint-Bertin. Et comme nous l’avons noté précédemment, la Normandie fut la source la plus, importante de livres importés en Angleterre durant les deux générations qui ont suivi 1066.

  • 69 Lille, BM, 479 : Deremble, « L’Enluminure », p. 307-308 ; W. M. Hinkle, « The Gospels of Cysoing : (...)
  • 70 Stuttgart, Landesbibliothek. Bibl. 4° 7.
  • 71 À ce sujet, voir Deremble, « L’Enluminure », p. 300-306 et 311-313 ; P. Cerny, « Les manuscrits à (...)

24La chronologie et la nature de l’intérêt d’un pays envers les manuscrits d’un autre dépendaient de circonstances locales. La disponibilité de modèles étrangers n’impliquait pas nécessairement qu’ils soient copiés. Les manuscrits flamands (et autres d’ailleurs) arrivèrent en Angleterre au tout début du Xe siècle – sinon avant – mais c’est seulement à partir de l’accroissement du mouvement de réforme monastique anglaise au milieu du siècle que l’on a commencé à exploiter leur potentiel ; et c’est uniquement autour de l’an mil que la leçon de leur écriture et codicologie fut globalement apprise. Un exemple plus extrême du même phénomène de l’autre côté de la Manche est fourni par les Evangiles de Cysoing, un ouvrage commandé vers le milieu du XIIe siècle, mais encore décoré suivant un modèle anglo-saxon : il constitue par conséquent un reflet remarquablement tardif mais néanmoins très clair de l’enluminure anglaise pratiquée cent cinquante ans auparavant69. De plus, de telles relations étaient rares et localisées. Alors que Saint-Vaast et surtout Saint-Bertin ont imité l’enluminure anglo-saxonne, et bien que l’on trouve occasionnellement des échos de styles anglo-saxons ailleurs dans le corpus des manuscrits flamands – notamment dans un splendide évangéliaire de la fin du XIe siècle de provenance incertaine et conservé aujourd’hui à Stuttgart70 –, d’autres centres tels que Marchiennes et Saint-Amand sont restés en dehors du mouvement71.

  • 72 Je voudrais exprimer ma vive reconnaissance à Hélène Barbier qui m’a été d’une aide inestimable.

25En résumé, le témoignage de nos manuscrits révèle la complexité d’un aspect des échanges culturels, soulignant à quel point sa trajectoire dépendait d’un large éventail de facteurs externes – politiques, ecclésiastiques et personnels – qui évoluaient constamment. Cela dit, considérant la globalité des échanges littéraires entre l’Angleterre et la Flandre tout au long de notre période, le fait que de telles interactions se sont focalisées sur un petit nombre de centres, surtout Canterbury en Angleterre et Saint-Bertin en Flandre, nous rappelle l’importance d’un facteur constant : la proximité géographique, apparentée aux routes de voyages établies. À cette époque, plus qu’aujourd’hui, la Manche était plutôt une voie de passage qu’une barrière72.

Fig.1 Londres British Library, Add. 33241, fol.1v-2r. Encomium Enmae reginae… 175 x 115 mm.

Fig. 2. Londres, Lambeth Palace Library, 237, fol. 150r. Augustin, Enchiridion ; Sextus Pythagoraeus (Rufinus), Sententiae. 260 x 174 mm.

Fig. 3. Londres, British Library, Arundel 125, fol. 54v. Job, Esdra. 248 x 165 mm

Fig. 4. Londres, British Library, Arundel 125, fol 92r.

Fig. 5. Londres, College of Arms, Arundel 22, fol. 84r. 335 x 235 mm.

Fig. 6. Gand, Bibliothèque universitaire, 308, fol 49v. Vitae sanctorum. 240 x 172 mm.

Fig. 7. Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 11, fol. 107v. Livre des Évangiles. 330 x 260 mm.

Fig.8. Saint-Omer. Bibliothèque de l’agglomératon, 342 bis, fol. 1v + 2r. Évangéliaire ; Passio S. Dionysii. 295 x 202 mm.

Fig. 9. Arras, Médiathèque, 559 (vol. Ill), fol. 44r. Bible. 495 x 365 mm.

Fig. 10. Arras, Médiathèque, 559 (vol. III), fol. 123r.

Fig. 11. Londres, British Library, Add. 34890, fol 114v. Livre des Évangiles. 320 x 245 mm.

Fig. 12. Arras, Médiathèque, 849, fol. 159r. Liste des livres de Sæwold, ajoutée à une copie d’Augustin, In evangelium lohannis. 344 x 265 mm.

Fig. 13. Arras, Médiathèque, 764, fol. 164r.
Isidore, Allegoriae sacrae scripturae, etc. 200 x 165 mm.

Fig. 14. Arras, Médiathèque, 1029, fol 107r. Vitae sanctorum. 182 x 135 mm.

Fig. 15. Arras, Médiathèque, 346, fol. 32r. Ambroise, Hexameron. 320 x 194 mm.

Fig. 16. Saint-Omer. Bibliothèque de l’agglomération, 342 bis, fol. 104r.

Fig. 17. Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 10 (vol. II), fol. 24r. Livre des Évangiles. 314 x240 mm

Fig. 18. Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 107, fol. 88v. Vitae sonctorum. 251 x 185 mm.

Annexes

APPENDICE

I. Manuscrits d’origine flamande antérieurs à 1100, de provenance médiévale anglaise

Pour chaque ouvrage sont indiqués la cote, le résumé du contenu, la date approximative de réalisation, ainsi que le lieu probable d’origine, et – dans la mesure du possible – quelques notes concernant la preuve de sa présence en Angleterre. Il va sans dire que les détails ont souvent été abrégés et simplifiés.

Arras, Médiathèque 764 (739), fol. 1-93.

Raban Maur, In Judith, In Hester.
IXex N-E France ( ? Saint-Bertin).
Quelques ajouts dans les marges par des mains anglaises, saec. X-XI1.
NB : Ce volume est par la suite revenu en Flandre, constituant une partie du don de l’abbé Saewold de Bath à Saint-Vaast d’Arras (no°32).

 ? Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 106, fol. 1-41.

Voir ci-dessous.

 ? Brockenhurst (Hants.), Parish Church, Parish Register.

Cassiodore, Historia tripartita(fragment).
IX2/4, N-E France.

Cambridge, Corpus Christi College, 223.

Prudence, Cathemerinon, Apotheosis, Hamartigenia, Psychomachia, Peristephanon, Contra Symmachum ; Johannes Scottus, Carmen 9 ; etc.
IX3/4, Arras, Saint-Vaast ; IXex, Saint-Bertin.
De nombreux ajouts – surtout des gloses – par des mains continentales (saec. IXex-X) et anglaises (saec. X-XI). L’œuvre anglaise du Xe siècle inclut des gloses interlinéaires aux p. 18-37 et la réécriture d’un passage endommagé par l’humidité (p. 170-171).

Cambridge, Corpus Christi College, 399.

Julien de Tolède, Prognosticon futuri saeculi.
IX1, N. France.
Quelques rectifications par une main continentale, saec. IX-X. Un petit nombre de rectifications dues à une main anglo-saxonne du Xe siècle. Il y a une esquisse à la pointe sèche sur le fol. 41 r d’un type de motif qui était en vogue en Angleterre durant la première moitié du Xe siècle. D’autres rectifications furent faites par une main anglaise au XIIe siècle. Également au XII3/4, on a remanié la fin du texte (fol. 136-139) et fourni une page de titre.

Cambridge, Corpus Christi College, 430.

Martin de Braga, Formula honestae uitae ; Ferrandus Diaconus, Ad Reginum comitem ; Ambroise Autpert, Sermo decupiditate.
IX/X, Saint-Amand.
Le dernier folio (54) est un remplacement écrit par une main anglo-saxonne du type associé à l’abbaye Saint-Augustin de Canterbury (X2). D’autres interventions – rectifications, ajout de ponctuation et de titres – furent faites à la fin du Xe ou au XIe siècle. Par la suite, le livre est peut-être arrivé à Glastonbury.

Cambridge, Pembroke College, 91.

Jérôme, In Psalmos ; etc.
IX1/3, N. France.
Aucune intervention de main anglaise, mais l’ouvrage figure sur la liste des livres de l’abbaye de Bury St Edmund datant de la fin du XIIe siècle.

Cambridge, Trinity College, O. 4.11.

Hucbald de Saint-Amand, Ecloga de calais ; Juvenal, Satirae.
X2, N. France/Flandre.
Une main des ΧIIe-ΧΙΙIe siècles a ajouté [L. H.] H. di. gra. Cant. arch, au fol. 96v, peut-être une allusion à Hubert Walter, archevêque de Canterbury (1193-1205). Le livre figure dans le catalogue des livres de l’abbaye Saint-Augustin de Canterbury (saec. XVex).

Cambridge, Trinity College, R. 15. 14 (II).

Tonary.
Xex, Arras, Saint-Vaast.
En Angleterre au XIIIe siècle au plus tard (teste l’écriture de l’ajout sur le fol. 11 v).

Canterbury Cathedral, Archive and Library, Add. 127/19.

Priscien, Institutiones grammaticae (fragment).
IX/X-X1, N. France.
Deux gloses par une main anglaise du XIe siècle ; provenance : Saint-Augustin de Canterbury.

Exeter Cathedral Library, FMS/1,2,2a.

Orose, Historiae aduersus paganos (fragment).
X1, ?N. France.
À Exeter au Moyen Âge, peut-être à partir du XIe siècle – si le manuscrit est identique à un titre de la liste des livres de l’évêque Leofric d’Exeter.

Londres, British Library, Add. MS 33241.

Encomium Emmae reginae.
XImed, ? Saint-Omer.
Porte la cote de l’abbaye Saint-Augustin de Canterbury, ajoutée au XIVe siècle ; des ajouts par Clément de Canterbury, saec. XV2.

Londres, British Library, Arundel 125.
Iob, Esdra
IX1, N-E France/Flandre ( ? Saint-Bertin).
Réécriture et restauration par une main anglaise (du type de Canterbury), saec. X2-ex.

Londres, British Library, Cotton Caligula A. xv, fol. 3-117.

Jérôme, De uiris illustribus, Vita S. Pauli eremitae ; Isidore, Etymologiae (extr.) ; Cyprien, Testimonia (lib. III) ; ?Cassiodore, De computo paschali. VIII2, N-E France ; augmenté en France, saec. IX.
Des noms anglo-saxons furent ajoutés à la pointe sèche (saec. IX-X). Ajouts (fol. 36r-37r) d’une main anglaise, saec. XIImed.

Londres, British Library, Harley 526, fol. 1-27.

Bède, Vita Cuthberti (vers).
IXex, N-E France.
De modestes ajouts et gloses par des mains anglaises, saec. X/XI-XI1.

Londres, British Library, Harley 652, fol. 1*-4*.

Alanus de Farfa, Homiliarium.
IXmed, ? N-E France.
À l’abbaye Saint-Augustin de Canterbury au XIVe siècle (cote ajoutée au fol. 4*r), folios utilisés comme pages de garde.

Londres, British Library, Royal 15 A. xvi.

Juvencus, Libri euangeliorum ; Aldhelm, Aenigmata ; Bède, De arte métrica (extr.).
IXex, N. France.
Scholica Graecarum glossarum ajouté à Saint-Augustin de Canterbury, saec. Xmed-3/4.

Londres, Lambeth Palace Library, 237, fol. 146-208.

Augustin, Enchiridion ; Sextus Pythagoraeus (Rufinus), Sententiae.
I X2/4, Arras.
Beaucoup d’ajouts, de rectifications, de lettres retracées, un folio entier ajouté, par plusieurs mains anglaises, saec. X1/2+ (incluant celle de ? Dunstan). Provenance : ? Glastonbury.

Oxford, Bodleian Library, Barlow 4.

Smaragdus, Expositio libricomitis.
IX2, N ou N-E France.
Homélies ajoutées par des scribes de Worcester, saec. XIex-XII1.

Oxford, Bodleian Library, Bodley 229.

Augustin, Sermones ; Césaire, Sermones.
 ? XI1/2, N. France/Flandre.
Fol. 146v rectifié par une main anglaise ?, saec. XI2 ; fol. 1 v, titre fourni par une main d’Exeter, saec. XIIin.

Oxford, Bodleian Library, Bodley 381, fol. i-ii.

Liste de lectures des évangiles.
IX3/4, N-E France ( ? Corbie).
Provenance médiévale du volume entier : Saint-Augustin de Canterbury.

Oxford, Bodleian Library, Bodley 516.

Augustin, De uidendo deo ; Ambroise, Epistola ad Vercellensem ecclesiam ; Halitgaire, Poenitentiale ; Cassiodore, De anima ; etc.
IX2, N-E France.
Une série d’additions occasionnelles –noms, ajouts, très rares rectifications – montre que le manuscrit est passé par des mains celtes au Xe siècle, puis par des mains anglo-saxonnes au XIe siècle. Il fut donné à Salisbury, saec. XIV1.

Oxford, Bodleian Library, Bodley 572, fol. 51-106.

Poenitentiales.
IX1, ? N-E France.

Oxford, Bodleian Library, Bodley 579.

Sacramentaire (The Leofric Missal’).
IXex-IX/X, N-E France ( ? Arras, ? Saint-Amand).
Beaucoup d’additions importantes (Xin+) par de nombreuses mains anglaises. Provenance : ?Canterbury, Christ Church, saec. X2 au plus tard ; Exeter, saec. XI3/4.

Oxford, Bodleian Library, Lat. class. c. 2, etc.

Virgile, Aeneid, Georgica (fragment).
IX2, N. France.
Gloses par une main anglaise, saec. XIin.

Oxford, Bodleian Library, Rawl. C. 697 (SC 12541).

Aldhelm, Aenigmata, De uirginitate (vers) ; Prudence, Psychomachia ; etc. IX3/4, N-E France.
Lettres retracées, texte corrigé, glosé et réécrit par diverses mains anglaises (incluant celle de ?Dunstan), saec. X1/2+. Acrostiche ajouté au dernier verso, saec. X2/4. Nouvelles rectifications, saec. XII2/4. Provenance : ? Glastonbury (saec. X) ; ex-libris de l’abbaye de Bury St Edmunds, saec. XIII.

Saint-Omer, Bibliothèque de l’agglomération, 202.

Évangile de Nicodème ; Passio S. Margaretae ; Vindicta Saluatoris ; Homeliae (e. a. l’homéliaire de Paul Diacre).
IX2+, N-E France ( ? Saint-Bertin).
Ajouts mineurs par des mains anglaises du XIe siècle ; peut-être à Exeter, saec. XI.
NB : le manuscrit est certainement revenu à Saint-Bertin au XIVe siècle au plus tard, peut-être avant 1104.

Rejetés
Quelques manuscrits que l’on avait parfois – mais à tort – classés comme ceux cités ci-dessus.

Cambridge, Trinity College, R. 15. 14 (I).

X1, N. France/Flandre.
Aucune intervention anglaise. Le volume figure dans le catalogue des livres de l’abbaye Saint-Augustin de Canterbury datant de la fin du XVe siècle – où il est associé à ‘W. de Clare’(devenu moine en 1277). Tout compte fait, il est douteux que ce livre se soit trouvé en Angleterre au XIe siècle.

Londres, British Library, Cotton Vitellius C. iii, fol. 86-138.

IX3/4, N. France.
Il n’y a pas d’indice que ce livre soit parvenu tôt en Angleterre.

Londres, British Library, Royal 5 E. xiii.

Il est peu probable que ce manuscrit ait été écrit dans le nord-est de la France.

Londres, Lambeth Palace Library, 325.

IX2, N. France.

Le manuscrit porte des ajouts faits par des mains continentales du XIe siècle et fut apparemment copié dans Phillipps 1715. L’ex-libris de Durham fut ajouté au XVe siècle. Il semble donc être arrivé en Angleterre entre le XIIe et le XVe siècle.

Londres, Lambeth Palace Library, 414, fol. 1-79.

IX3/4, Saint-Amand.
Rectifications faites dans le nord de la France, saec. XI1/2 ; une ligne fut réécrite (saec. XII1) probablement dans le nord de la France ; ex-libris de Saint-Augustin de Canterbury, XVe siècle. Le manuscrit semble donc être arrivé en Angleterre entre le XIIe et le XVe siècle.

II. Manuscrits d’origine anglaise des Xe-XIe siècles, de provenance médiévale flamande

Arras, Médiathèque, 346 (867).

Ambroise, Hexameron.
(fol. 1-23) s. X/XI, ? Abingdon ; (fol. 24-42) ? XImed, Exeter ; XI2, Bath. Provenance : Arras, Saint-Vaast, XI2 – partie du don de l’abbé Saewold de Bath (no°14). Le manuscrit fut soigneusement lu et corrigé par une main continentale, saec. XI2 ; puis relu soigneusement, saec. XII1 (de nombreuses notae à la plume en attestent) ; peut-être relié au saec. XII (teste une signature supplémentaire, « f », sur le fol. 20r de cette époque).

Arras, Médiathèque, 764 (739), fol. 134-181.

Isidore, Allegoriae sacrae Scripturae, Prooemia Veteris et Noui Testamenti, De ortu et obitupatrum.
IX/X, ? Winchester ; ? Bath.
Provenance : Arras, Saint-Vaast, XI2 – partie du don de Saewold (no°32) ; ajout occasionnel au fol. 163v par une main flamande, saec. XIImed.

Arras, Médiathèque, 1029 (812).

Anon., Vita Cuthberti ; Felix, Vita Guthlaci ; ‘B’, Vita Dunstani ; Vita S. Philiberti ; Vita S.Aichardi.
Χ/ΧΙ-ΧIin, Bath.
Provenance : Arras, Saint-Vaast, XI2 – partie du don de Sæwold (no°19) ; rectification de la Vita Philiberti et ajouts de numéros de chapitres, saec. XII1. Ajouts occasionnels (essais de plume) et la première d’une série de visages.

Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 10.

Livre des évangiles.
X1, S. Angleterre.
Notes pour la lecture liturgique ajoutées aux marges par une main flamande, saec. Xex-XI (voir fig. 17) ; un petit nombre de corrections par une main flamande, saec. X2 ou XIin. Provenance : Arras, Saint-Vaast.

 ? Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 63 (I : fol. 1-34).

Julien de Tolède, Prognosticon (extr.) ; Ælfric, epistola pastoralis ; Anon., Sermo ; Grégoire, Regula pastoralis, I, ix ; extraits d’Isidore et de Jérôme ; Decretum de libris recipiendis ; Césaire, Sermo 51 ; Decalogus Moysi ; Eusebius Gallicanus, Homeliae.
XI2/3, soit anglais, soit flamand, copiant – au moins en partie – un exemplaire anglais.
Provenance : Saint-Bertin (saec. XII ex-libris, fol. 2r ; ? no°128 du catalogue du saec. XIIin).

Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 82.

Amalaire, De ecclesiasticis officiis.
X1, S. Angleterre ( ? Glastonbury). Rectifications par des mains anglaises du saec. X1. Un seul mot (septuaginta) ajouté en marge du fol. 5r en minuscule Caroline d’un type continental du Xe siècle. Provenance : Saint-Bertin ( ? no°41 du catalogue du saec. XIIin).

 ? Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 106, fol. 1-92 et 119-41.

(a) Vita Walarici ; (b) Vita Filiberti, Vita Aychadri, Vita Bavonis, Vita Guthlaci. Les fol. 1-41 r (= a) sont l’œuvre de scribes flamands ( ? Saint-Bertin), saec. X, tandis que les fol. 41v-92v et 119r-141 v (= b) furent écrits par des mains anglaises, X/XI ou XIin (voir fig. 18). [Les fol. 93-118, écrits par des mains flamandes du XIe siècle, furent insérés plus tard, peut-être au XVe siècle].
Origine : Flandre puis peut-être Angleterre ( ? Bath).
Provenance : Saint-Bertin.
Quelle que soit l’histoire exacte de ce recueil énigmatique, il témoigne sans aucun doute d’échanges et d’interactions entre les Flamands et les Anglais.

Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 189.

Oraculum Sibyllinum ; extrait de Porphyre, carm. 25 ; Frithegod, Breuiloquium Vitae Wilfridi (préface) ; vers ; Prudence, Cathemerinon, Peristephanon, ContraSymmachum.
X/XI, Canterbury, Christ Church.
Beaucoup de gloses, incluant des exemples en vieil anglais, ajoutées par des mains anglaises, saec. X/XI-XIin.
Provenance : Saint-Bertin ( ? titre 203 ou 204 du catalogue du saec. XIIin).

Bruxelles, Bibliothèque royale, 1828-30 (185), fol. 36-109.

Hermeneumata Ps.-Dositheana ; Glossaria ; Traité sur la dialectique
XIin+.
La plus grande partie du livre fut écrite par deux scribes anglais au début du XIe siècle, alors qu’une troisième main anglaise a fourni le traité sur la dialectique (fol. 96r-105v et 93v, marge du bas). Peu de temps plus tard au XIe siècle, une main flamande – ou du nord de la France – a ajouté une liste d’oeuvres sur les arts libéraux, la grammaire et la poésie au pénultième folio (108), dont le dessin de la réglure – en trois colonnes – est identique à celui de l’ensemble du livre. Toujours au XIe siècle, un scribe flamand utilisant une encre moins intense a fait beaucoup d’ajouts à la liste de mots. Une autre main flamande – d’un type légèrement plus récent (saec. ? XI/XII ou XII1) – a réalisé le texte des fol. 47v/iii-50r/i, utilisant probablement les espaces vides et faisant des insertions. Le volume est actuellement relié à une copie continentale d’Arator du Xe siècle qui, comme nous le montre une inscription au fol. 1r, appartenait à l’abbaye d’Anchin au plus tard au XVIe siècle. L’histoire de cet ouvrage anglo-saxon n’est pas du tout évidente à interpréter, mais le fait qu’il appartint très tôt aux Flamands est hors de doute.

Paris, Bibliothèque nationale de France, lat. 6401A.

Boèce, De consolatione Philosophiae.
X/XI, Canterbury, Christ Church.
Provenance : Arras, Saint-Vaast, saec. XI1-med (une de ses initiales fut copiée dans la bible de Saint-Vaast) ; XV, Dol(e).

III. Manuscrits d’origine anglaise antérieurs à 900, de provenance médiévale flamande

Il est probable que la plupart de ces livres ont traversé la Manche avant le Xe siècle, mais il se peut qu’un ou deux d’entre eux y soient arrivés durant notre période.

Boulogne-sur-Mer, 58 (63-54) ; Augustin ; saec. VIII 2 .

Boulogne-sur-Mer, 74 ; Apponius ; saec. VIII1 ; prov. : Saint-Bertin.

Boulogne-sur-Mer, 106 (fragment réutilisé pour la reliure) ; Grégoire ; saec. VIII-IX ; prov. : Saint-Bertin.

New York, Pierpont Morgan Library, M 826 ; Bède ; saec. VIIIex ; prov. : ? Arras, Saint-Vaast, saec. XI2.

BnF, lat. 9561 ; Ps.-Isidore, Grégoire ; saec. VIII1 ; prov. : Saint-Bertin.

Saint-Omer, 257, fol. 1-7 ; Livre des évangiles (fragment) ; saec. VIII1.

Saint-Omer, 279, fol. 1-2 ; Isidore, saec. VIII ; prov. : Saint-Bertin.

Notes

1 Encomium Emmae Reginae, A. Campbell éd. avec introduction supplémentaire par S. Keynes, Londres, 1998.

2 Londres, British Library, Add. 33241 : The Golden Age of Anglo-Saxon Art 966-1066, J. Backhouse, D. H. Turner et L Webster éd., Londres, 1984, no°148.

3 F. Grierson, « The Relations between England and Flanders before the Norman Conquest », Transactions of the Royal Historical Society, 4th series, 23 (1941), p. 71-112 ; réimpression dans Essays in Medieval History, R. W. Southern dir., Londres, 1968, p. 61-92. On consultera aussi avec profit A. Boutemy, « L’enluminure anglaise de l’époque saxonne (Xe-XIe siècles) et la Flandre française », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1956, p. 42-50 ; et V. Ortenbkrg, The English Church and the Continent in the Tenth and Eleventh Centuries, Oxford, 1992, p. 21-40.

4 Voir l’appendice plus bas.

5 Voir Two Old English Apocrypha and Their Manuscript Source, J. E. Cross éd., Cambridge, 1996, surtout p. 10-35.

6 Il est identifiable avec un titre de la liste des livres donnés à Saint-Vaast par Sæwold de Bath.

7 En plus du fait que l’on ne peut dater les mains avec précision, il est bien entendu possible que quelques contributions « anglaises » aient été faites à l’étranger. Comme exemple d’un livre produit dans le nord de la France au IXe siècle qui a reçu un petit ajout d’une main insulaire (le nom Eduuardo tracé à la pointe sèche sur la p. 34) mais qui n’a jamais traversé la Manche, on peut citer le livre des évangiles, Porrentruy, Bibliothèque cantonale jurassienne. 34 : voir R. Gamper et R. Jurot, Catalogue des manuscrits médiévaux conservés à Porrentruy et dans le canton du Jura, Zürich, 1999, p. 26-28 et 115-117.

8 Pour un résumé des activités du scriptorium au Xe siècle, voir R. G. Gameson, « Books, Culture and the Church in Canterbury around the Millennium », dans Vikings, Monks and the Millennium : Canterbury in about 1000 AD, R. Eales et R. Gameson dir., Canterbury, 2000, p. 15-41, surtout p. 15-35.

9 Oxford, Bodleian Library, Bodley 579.

10 Oxford, Bodleian Library, Rawl. C. 697.

11 Voir J. P. Carley, « More Pre-Conquest Manuscripts from Glastonbury Abbey », Anglo-Saxon England, 23 (1994), p. 265-281, surtout p. 265-268.

12 Oxford, Bodleian Library, Bodley 516.

13 Par exemple : Londres, British Library, Cotton Caligula A. XV ; Harley 526 ; et Oxford, Bodleian Library. Bodley 516.

14 Par exemple, Cambridge, Corpus Christi College, 223 : voir M. Budny, Insular, AngloSaxon and Early Anglo-Norman Manuscript Art at Corpus Christi College, Cambridge : An Illustrated Catalogue, 2 vol., Kalamazoo, MI, 1997, t. 1, p. 139-144.

15 Par exemple, Cambridge, Corpus Christi College, 430 ; Londres, British Library, Arundel 125 ; Royal 15 A. XVI ; et Londres, Lambeth Palace Library, 237.

16 Londres, Lambeth Palace Library, 237 ; Oxford, Bodleian Library, Rawl. C. 697. Sur la main, voir T. A. M. Bishop, « An Early Example of Insular Caroline », Transactions of the Cambridge Bibliographical Society, 4/5 (1968), p. 396-400 ; aussi M. Budny, « “St Dunstan’s Classbook” and its Frontispiece : Dunstan’s Portrait and Autograph », dans St Dunstan : His Life, Times and Cult, N. Ramsay, M. Sparks, et T. Tatton-Brown dir., Woodbridge, 1992, p. 103-142. Pour les remarques de son biographe, voir Sancti Dunstani Vita Auctore B, c. 37 (et cf. c. 12) : Memorials of St Dunstan, Archibishop of Canterbury, W. Stubbs éd., Rolls Series, Londres, 1874, p. 3-52, aux p. 49 et 20.

17 Par exemple l’acrostiche « Adalstan/Iohannes » (incipit : Archalis clamare) qui a été ajouté à Oxford, Bodleian Library, Rawl. C. 697, fol. 78v : publié par M. Lapidge, « Some Latin Poems as Evidence for the Reign of Athelstan », Anglo-Saxon England, 9 (1981), p. 61-98, réimpression dans son Anglo-Latin Literature 900-1066, Londres, 1993, p. 49-86, surtout p. 60-71.

18 Oxford, Bodleian Library, Bodley 579 : The Leofric Missal, F. E. Warren éd., Oxford, 1883. Une nouvelle édition, rédigée par Nicholas Orchard, sera bientôt publiée par The Henry Bradshaw Society. Pour des observations préliminaires sur quelques ajouts anglo-saxons de la fin du Xe siècle, voir R. Deshman, « The Leofric Missal and Tenth-Century English Art », Anglo-Saxon England, 6 (1977), p. 145-173.

19 La section en question se compose des cahiers VII-IX (fol. 38-59).

20 Londres, British Library, Royal 15 A. XVI (il faut comparer les fol. 1-73 avec 74-84).

21 « Style II » comme défini par T. A. M. Bishop, English Caroline Minuscule, Oxford, 1971.

22 Fol. 38v, le début du Sermo de cupiditate par Ambrosius Autpertus.

23 Surtout Cambridge, Corpus Christi College, 411 et Londres, College of Arms, Arundel 22, fol. 84-85 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts 900-1066, Londres, 1976, no°26 et 40 ; F. Wormald, « A Fragment of a Tenth-Century English Gospel Lectionary », dans Calligraphy and Palaeography : Essays presented to Alfred Fairbank, A. S. Osley dir., Londres, 1965, p. 43-46 ; M. Budny, Insular, Anglo-Saxon and Early Anglo-Norman Manuscript Art, op. cit., t. 1, no°22 et t. 2, p. 203-208.

24 E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, op. cit., no°29, ill. 101-102. L’un des deux scribes de Boulogne, 82 se retrouve dans Cambridge, Trinity College, B. 16. 3, et des preuves indirectes suggèrent que celui-ci fut écrit à Glastonbury.

25 Londres, British Library, Cotton Tiberius A. XV, fol. 155v : Memorials of St Dunstan, W. Stubbs éd. no°V (p. 362).

26 Ainsi M. Lapidge, Anglo-Latin Literature, p. 126-128 et 190-192.

27 Voir le résumé dans Ganda & Blandinium : De Gentse Abdijen van Sint-Pieters en Sint-Baafs, G. Declercq éd., Gand, 1997. p. 35.

28 Boulogne, BM, 189.

29 Boulogne, BM, 106.

30 Voir R. G. Gameson, « L’Arte nell’Inghilterra meridionale e in Fiandra », dans L’Arte dell’Anno Mille in Europa 950-1050, L. Castelfranchi Vegas et al. dir., Milan, 2000, p. 161-198.

31 Sur les livres de Saint-Bertin en général, voir A. Wilmart, « Les livres de l’abbé Odbert », Bulletin historique de la société des antiquaires de la Morinie, 14 (1922-1929), p. 169-188 ; C. Deremble, « L’enluminure », dans H. Oursel, J. Thiébaut et C. Deremble, Nord Roman, Saint-Léger-Vauban, 1994, p. 259-340, surtout p. 267-292 ; et R. G. Gameson, « “Signed” Manuscripts from Early Romanesque Flanders », dans Pen in Hand, M. Gullick dir. (sous presse). Deux lettres de l’abbé Odbert, attestant de relations proches entre SaintBertin et Canterbury à la fin du Xe siècle, sont publiées dans Memorials of St Dunstan, W. Stubbs éd., no°20-21 (p. 384-389).

32 Boulogne, BM, 11 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, no°44 ; aussi A. Boutemy, « Un monument capital de l’enluminure anglo-saxonne : le manuscrit 11 de Boulogne-sur-Mer », CCM, 1 (1938), p. 178-182. Le psautier du milieu d’Oswald est Londres, British Library, Harley 2904 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, no°41.

33 Orléans, BM, 175 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, no 43.

34 New York, Pierpont Morgan Library, M 827 : E. Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, cat. 45 ; voir aussi H. Swarzenski, « The Anhalt-Morgan Gospels », Art Bulletin, 31 (1949), p. 77-83. A. Boutemy, « Monument capital » et C. Deremble, « L’enluminure », p. 260-261, favorisent une origine à Saint-Vaast sur le plan de son aspect général.

35 New York, Pierpont Morgan Library, M 333 ; voir W. Wixom, Treasures from Medieval France, Cleveland, Ohio, 1967, no II/l ; D. S. Berkowitz, In Remembrance of Creation, Waltham, Mass., 1968, no°62 ; Gameson, « “Signed” Manuscripts ».

36 Boulogne, BM, 20 : V. Leroquais, Les Psautiers manuscrits latins des Bibliothèques publiques de France, 3 vol., Mâcon, 1940-1941, t. 1, no 76 ; aussi R. Kahsnitz, « Der christologische Zyklus im Odbert-Psalter », Zeitschrift fiir Kunstgeschichte, 51 (1985), p. 33-125 ; et Gameson, « “Signed” Manuscripts ». Le psautier anglais est Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana, Reg. Lat. 12. Concernant la relation entre les deux séries de dessins, voir W. Noel, « The Lost Prototype of the Eleventh-Century Bury St Edmunds Psalter », dans Bury St Edmunds : Medieval Architecture, Archaeology and Ecomony, A. Gransden dir., Londres, 1998 (British Archaeological Association Conference Transactions, 20), p. 161-171.

37 Voir, en général, S. Schulten, « Die Buchmalerei des 11. Jahrhunderts im Kloster St. Vaast in Arras », Münchner Jahrbuch der Bildenden Kunst, 7 (1956), p. 49-50 ; Deremble, « L’Enluminure », p. 260-267 ; Gameson, « “Signed” Manuscripts ».

38 Respectivement, Boulogne, BM, 9 (Schulten, « Buchmalerei », no°11 ; J. Porcher, Les manuscrits à peintures en France du VIIe au XIIe siècle, Paris, 1954, no 145 ; Gameson, « “Signed” Manuscripts ») ; et Boulogne, Bibliothèque municipale, 10 (Temple, Anglo-Saxon Manuscripts, no°10). Il faut constater que l’époque à laquelle ce dernier a atteint Saint-Vaast est incertaine ; si, par hasard, il s’agissait du livre des évangiles donné par Sæwold (titre 1 de sa liste de livres), il serait arrivé trop tard pour avoir influencé l’artiste de Boulogne 9.

39 Voir R. G. Gameson, « La Bible de Saint-Vaast d’Arras et un manuscrit anglo-saxon de Boèce », Scriptorium, 52 (1998), p. 316-321. Les manuscrits en question sont : Arras, Médiathèque, 559, et Paris, BnF, lat. 6401 A.

40 Pour un résumé de son développement voir Gameson, « Books, Culture and the Church in Canterbury », surtout p. 34-37.

41 Sur Eadwig, voir Bishop, English Caroline Minuscule, no 24 ; D. N. Dumville, English Caroline Minuscule Script and Monastic History, Woodbridge, 1993, p. 111-138 ; et R. G. Gameson, « The Colophon of the Eadwig Gospels » (à paraître).

42 New York, Pierpont Morgan Library, M 333, fol. 85r. Voir M. Schapiro, « The Image of the Disappearing Christ », Gazette des Beaux-Arts, ser. 6 (1943), p. 135-152 ; aussi R. Deshman, « Another Look at the Disappearing Christ : Corporeal and Spiritual Vision in Early Medieval Images », Art Bulletin, 79 (1997), p. 518-546.

43 Anvers, Museum Plantin-Moretus, M. 16. 15 (olim 194).

44 Fol. 54r et 137v : la première est un exemple relativement pur du style anglo-saxon « Type II » ; la seconde est une réinterprétation, plus moderne, du même type. Les débuts des évangiles de Matthieu et Luc ont été découpés.

45 Voir n. 1-2 ci-dessus.

46 Voir R. G. Gameson, « The Origin of the Exeter Book of Old English Poetry », AngloSaxon England, 25 (1996), p. 135-185.

47 Oxford, Bodleian Library, Auct. D. 2. 16 : R. Schilling, « Two Unknown Flemish Miniatures of the Eleventh Century », Burlington Magazine, 90 (1948), p. 312-317 ; J. J. G. Alexander, Medieval Illuminators and their Methods of Work, New Haven et Londres, 1992, p. 77-82.

48 Voir Rhin-Meuse : Art et civilisation 800-1400, J. Stiennon et R. Lejeune dir., 2 vol., Bruxelles-Cologne, 1972, t. 1, no°F19, et F22-5 ; Deremble, « L’Enluminure », p. 296-297.

49 Saint-Omer, Bibliothèque de l’agglomération, 698 : Deremble, « L’Enluminure », p. 293-297 ; Ead., « L’Illustration romane de la Vie de Saint-Omer : MS 698 de la Bibliothèque de Saint-Omer », dans La Cathédrale de Saint-Omer, N. Delanne-Logie et Y.-M. Hilaire dir., Paris, 2000, p. 39-48.

50 Paris, BnF, lut. 819 : V. Leroquais, Les Sacramentaires et les missels manuscrits des Bibliothèques publiques de France, 4 vol., Paris, 1924, t. I, no°43 (p. 105-107).

51 P. Mc Gurk et J. Rosenthal, « The Anglo-Saxon Gospelbooks of Judith, countess of Flanders : Their Text, Make-up and Function », Anglo-Saxon England, 24 (1995), p. 251-308.

52 New York, Pierpont Morgan Library, M 708 et 709 : F. Steenbock, Der kirchliche Prachteinband im frühen Mittelalter von den Anfangen bis zum Beginn der Gotik, Berlin 1965, no 76-77.

53 Fulda, Hessische Landesbibliothek, Aa. 21 : H. Köllner et C. Jakobi-mirwald, Die illuminierten Handschriften des Hessischen Landesbibliothek, Fulda, t. 1, Stuttgart, 1993, p. 51-54. L’image liminaire, montrant Judith à côté du Christ, est reproduite en couleur dans Heinrich der Lowe und seine Zeit : Herrschaft und Reprasentation der Welfen 1125-1235, J. Luckhardt et F. Niehoff dir., 3 vol., Braunschweig, 1995, t. 2, p. 55.

54 Monte Cassino, Archivio della Badia, 437. Voir F. Newton, The Scriptorium and Library at Monte Cassino 1058-1105, Cambridge, 1999, p. 233-240.

55 Voir N. R. Ker, Catalogue of Manuscripts Containing Anglo-Saxon, Oxford, 1957, p. 469.

56 Voir P. Grierson, « Les Livres de l’Abbé Seiwold de Bath », Revue Bénédictine, 52 (1940), p. 96-116 ; et M. Lapidge, « Surviving Booklists from Anglo-Saxon England », dans Learning and Literature in Anglo-Saxon England : Studies presented to Peter Clemoes, M. Lapidge et H. Gneuss dir., Cambridge, 1985, p. 33-89, surtout p. 58-62.

57 Arras, Médiathèque, 764, partie III.

58 Arras, Médiathèque 1029 (812) : J. van der Straeten, Les Manuscrits hagiographiques d’Arras et de Boulogne-sur-Mer, Bruxelles, 1971, p. 62-63. Plus généralement, sur les Vitae des saints de Jumièges et leurs transmissions manuscrites, voir J. Howe, « The Hagiography of Jumièges », dans L’hagiographie du haut moyen âge en Gaule du Nord : manuscrits, textes et centres de production, M. Heinzelmann dir., Stuttgart, 2001, p. 91-125.

59 Arras, Médiathèque, 346 (867).

60 R. G. Gameson, The Manuscripts of Early Norman England (c. 1066-1130), Londres, 1999, surtout p. 11-13.

61 Oxford, Bodleian Library, Barlow 4 et Bodley 229.

62 Pour plus de détails sur le travail de cette main, voir Gameson, « Exeter Book », p. 153 et n. 73.

63 Voir T. Webber, « The Diffusion of Augustine’s Confessions in England during the Eleventh and Twelfth Centuries », dans The Cloister and the World : Essays in Medieval History in honour of Barbara Harvey, J. Blair et B. Golding dir., Oxford, 1996, p. 29-45.

64 Londres, British Library, Royal 5 A. XI. L’inscription est reproduite dans G. F. Warner et J. P. Gilson, Catalogue of Western Manuscripts in the Old Royal and King’s Collections in the British Museum, 4 vol., Londres, 1921, t. 4, pl. 39(a). Pour l’édition, la traduction (anglaise) et le commentaire, voir Gameson, « “Signed” Manuscripts ».

65 Des mains correspondantes se trouvent, par exemple, dans Cambridge, Trinity College, O. 3. 35 et Oxford, Bodleian Library, Bodley 385 – tous deux de Christ Church, Canterbury.

66 Oxford, Bodleian Library, Bodley 340, fol. 169v : D. Rogers, The Bodleian Library and its Treasures, Oxford, 1991, ill. 24.

67 Saint-Omer, Bibliothèque de l’agglomération, 342bis : Porcher, Manuscrits à peintures, no 112 ; Id., L’Enluminure française, Paris, 1959, pl. VII. Les noms se trouvent au bas du fol. 104r ; ils correspondent au travail d’au moins trois mains différentes, dont les dates s’étendent du premier quart à la fin du XIe siècle.

68 La copie faite à Exeter est actuellement Paris, BnF, lat. 14782 : J. J. G. Alexander, « A Little-Known Gospel Book of the Later Eleventh Century from Exeter », Burlington Magazine, 108 (1966), p. 6-16 ; C. M. Kauffmann, Romanesque Manuscripts 1066-1190, Londres, 1975, no°2 ; F. Avril et P. Stirnemann, Manuscrits enluminés d’origine insulaire, Paris, 1987, no 26.

69 Lille, BM, 479 : Deremble, « L’Enluminure », p. 307-308 ; W. M. Hinkle, « The Gospels of Cysoing : The Anglo-Saxon and Norman Sources of the Miniatures », Art Bulletin, 58 (1976), p. 485-510 ; W. Cahn, Romanesque Manuscripts : The Twelfth Century, 2 vol., Londres, 1996, t. 2, no 112.

70 Stuttgart, Landesbibliothek. Bibl. 4° 7.

71 À ce sujet, voir Deremble, « L’Enluminure », p. 300-306 et 311-313 ; P. Cerny, « Les manuscrits à peintures de l’abbaye de Marchiennes jusqu’à la fin du XIIe siècle », Bulletin de la Commission départementale d’Histoire et d’Archéologie du Pas-de-Calais, 11 (1982), p. 49-68. Les échos de l’art anglais, tels qu’on les voit dans l’œuvre de ces centres au XIe siècle, ont sans doute été transmis en seconde main par Saint-Vaast : l’ornementation en question appartient, en fait, à une famille flamande de décoration.

72 Je voudrais exprimer ma vive reconnaissance à Hélène Barbier qui m’a été d’une aide inestimable.

Table des illustrations

Légende Fig.1 Londres British Library, Add. 33241, fol.1v-2r. Encomium Enmae reginae… 175 x 115 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Légende Fig. 2. Londres, Lambeth Palace Library, 237, fol. 150r. Augustin, Enchiridion ; Sextus Pythagoraeus (Rufinus), Sententiae. 260 x 174 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Légende Fig. 3. Londres, British Library, Arundel 125, fol. 54v. Job, Esdra. 248 x 165 mm
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Fig. 4. Londres, British Library, Arundel 125, fol 92r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 5. Londres, College of Arms, Arundel 22, fol. 84r. 335 x 235 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 806k
Légende Fig. 6. Gand, Bibliothèque universitaire, 308, fol 49v. Vitae sanctorum. 240 x 172 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Fig. 7. Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 11, fol. 107v. Livre des Évangiles. 330 x 260 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Fig.8. Saint-Omer. Bibliothèque de l’agglomératon, 342 bis, fol. 1v + 2r. Évangéliaire ; Passio S. Dionysii. 295 x 202 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 793k
Légende Fig. 9. Arras, Médiathèque, 559 (vol. Ill), fol. 44r. Bible. 495 x 365 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 715k
Légende Fig. 10. Arras, Médiathèque, 559 (vol. III), fol. 123r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Légende Fig. 11. Londres, British Library, Add. 34890, fol 114v. Livre des Évangiles. 320 x 245 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 631k
Légende Fig. 12. Arras, Médiathèque, 849, fol. 159r. Liste des livres de Sæwold, ajoutée à une copie d’Augustin, In evangelium lohannis. 344 x 265 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
Légende Fig. 13. Arras, Médiathèque, 764, fol. 164r.Isidore, Allegoriae sacrae scripturae, etc. 200 x 165 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 14. Arras, Médiathèque, 1029, fol 107r. Vitae sanctorum. 182 x 135 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Fig. 15. Arras, Médiathèque, 346, fol. 32r. Ambroise, Hexameron. 320 x 194 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Légende Fig. 16. Saint-Omer. Bibliothèque de l’agglomération, 342 bis, fol. 104r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Légende Fig. 17. Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 10 (vol. II), fol. 24r. Livre des Évangiles. 314 x240 mm
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Légende Fig. 18. Boulogne-sur-Mer, Bibliothèque municipale, 107, fol. 88v. Vitae sonctorum. 251 x 185 mm.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/20250/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.