Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Manuel Calécas et les Frères Chrysobergès, grecs et prêcheurs

Claudine Delacroix-Besnier

Texte intégral

  • 1 C. Delacroix-Besnier, « Autour du manuscrit FX 28 de la bibliothèque communale de Sienne », MEFRMA (...)

1Calécas et Chrysobergès : ces familles furent les figures emblématiques de l’unionisme grec au tournant des XIVe et XVe siècles. Promoteurs de ce courant politique et religieux qui se développa dans la seconde moitié du XIVe siècle, ils jouèrent, avec leur cercle de relations, un rôle très important dans l’éclosion de l’humanisme en Italie au XVe siècle. Ce furent en effet les vecteurs de la transmission de textes grecs et latins, dans les deux sens, entre l’Italie et Constantinople. Ce passage textuel s’est effectué par l’intermédiaire de deux principaux relais : la Crète et Lesbos, dans la proximité des couvents dominicains1.

  • 2 C. Delacroix-Besnier, Commentaire et édition du De oboedientia ecclesiae romanae de Philippe de Pé (...)
  • 3 Ces manuscrits sont conservés à la bibliothèque du Vatican et ont été étudiés de façon très minuti (...)

2L’histoire de cette transmission, qui se situe au point de convergence de travaux antérieurs et de recherches actuelles2, permet de mieux apprécier les modalités du passage direct de la culture grecque en Occident de même que le rôle éminent qu’y joua l’ordre des prêcheurs. Cette histoire est assez difficile à reconstruire du fait de la destruction de nombreux documents lors de la conquête turque en mer Égée et dans les Balkans. Il est donc nécessaire de croiser de multiples sources d’informations, documents d’archives ecclésiastiques et notariales, d’une part, manuscrits, d’autre part, souvent autographes, donnant une foule de renseignements par les textes qu’ils contiennent et surtout dans leurs notes marginales3.

  • 4 La politique pontificale évolua après l’élection de Martin V à Constance en 1417 dans le cadre des (...)
  • 5 Th. Kaeppeli, « Deux nouveaux ouvrages de Philippe Incontri de Péra O. P. », Archivum Fratrum Prae (...)
  • 6 J. Darrouzès, « Conférence sur la primauté du pape à Constantinople en 1357 », Revue des Éludes by (...)
  • 7 J. Meyendorff, « Projets de concile œcuménique en 1367 », Dumbarton Oaks Papers, 14 (1960), p. 149 (...)
  • 8 O. Halecki, Un empereur de Byzance à Rome, Londres, 19742 (Variorum Reprints).
  • 9 Pour la chronologie de leurs déplacements, voir G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 519-521 ; R. J. (...)

3Les héros de cette histoire furent donc cette poignée de Grecs qui peu à peu passèrent dans l’obédience de Rome grâce à l’influence des dominicains missionnaires du couvent de Péra, situé dans le faubourg génois de Constantinople. Ce passage textuel s’est effectué dans un contexte politique et religieux particulier dont il faut esquisser les grandes lignes afin d’en mieux apprécier les raisons. L’étau turc se refermait de plus en plus autour de la capitale de l’empire byzantin, surtout depuis la prise d’Andrinople en 1369, et les partisans de l’union avec Rome ne manquaient pas de lier ce danger au schisme de l’Église grecque. Ils poussaient à une ouverture vers l’Occident qui permettrait de mettre en place une ligue pour défendre l’empire chrétien. Le pape imposa longtemps la fin du schisme comme condition préalable à la croisade contre les Turcs4. Ces pressions provoquèrent des réactions dans les milieux traditionalistes byzantins et, depuis les années 1320, le pouvoir impérial oscillait entre ces tendances contradictoires, oscillation constante dans l’histoire de Byzance entre ouverture au monde et renfermement sur l’identité grecque. Pendant le long règne d’Andronic II Paléologue (1282-1328) les divisions déchirèrent l’Église grecque. Neuf patriarches se succédèrent, le plus souvent poussés à la démission par les partisans ou les adversaires de l’union avec Rome. Les trois principaux artisans de l’union au concile de Lyon II (1274), le patriarche Jean Beccos, Constantin Méliténiotès et Georges Métochitès furent condamnés par le synode de 1285 et moururent en prison5. Le calme revint pendant le règne d’Andronic III (1328-1341) qui vit l’influence latine se développer dans l’entourage de l’empereur qui avait épousé Anne de Savoie. La guerre civile qui se déroula pendant la régence de celle-ci (1341-1347) favorisa le retour des traditionalistes qui triomphèrent lors de la prise du pouvoir par Jean VI Cantacuzène, oncle de Jean V Paléologue, encore mineur. Les traditionalistes, menés par l’archevêque de Thessalonique, Grégoire Palamas, réussirent à faire condamner par le synode le patriarche Jean XIV Calécas, favorable à l’ouverture à l’Ouest. Malgré cela cette politique d’ouverture resta d’actualité, sous la pression de la conjoncture militaire, alors que le Palamisme devenait la doctrine officielle de l’Église grecque lors du synode de 1351. La répression s’abattit sur les anti-palamites, le philosophe Nicéphore Grégoras fut condamné en même temps que Jean Calécas, en 1347, et mourut en prison. Vingt ans plus tard, ce fut le tour du moine de l’Athos Prochoros Cydonès, traducteur de nombreux ouvrages des pères et docteurs de l’Église latine, saint Augustin, saint Thomas, Hervé Nédélec, comme nous le verrons plus loin. Pendant ce temps la diplomatie byzantine menée par le frère de Prochoros, Démétrios Cydonès, en sa qualité de mesazon, ou chancelier impérial, poursuivit ses ouvertures vers les Latins. Chancelier de Jean VI Cantacuzène (1347-1355) puis de Jean V Paléologue (1355-1391), Démétrios Cydonès s’était converti au rite latin en 1356. Plusieurs conférences furent organisées avec les légats pontificaux ; ainsi, le carme Pierre Thomas vint discuter en 1357 de la primauté romaine et de l’organisation d’une ligue contre les Turcs6, puis en 1367, un projet de concile œcuménique fut évoqué par Paul de Calabre, archevêque de Smyme, auprès de Jean Cantacuzène, alors retiré dans un monastère de la capitale7. Deux ans plus tard, Jean V Paléologue, accompagné de Démétrios Cydonès, se rendit à Rome et prononça une profession de foi romaine devant le pape Urbain V8. Mais l’influence du mesazon faiblit à partir de 1375. La mise sur pied de la ligue, négociée par Jean Laskaris Calophéros, et que devait conduire Louis de Hongrie, tardait et Jean V dut signer une trêve avec les Turcs. L’échec de cette politique d’ouverture est patent lorsqu’en 1396, la ligue enfin réunie fut battue par Bajazet à Nicopolis. Les partisans de l’union furent alors persécutés et poussés à l’exil. Pourtant beaucoup comptaient parmi les amis intimes de Manuel II qui avait succédé à son père en 1391. L’empereur ne put rien pour les protéger. Alors commence pour Démétrios Cydonès, Manuel Calécas et les frères Chrysobergès une vie d’errance entre les îles et l’Italie et leur asile fut toujours un couvent dominicain9.

Démétrios Cydonès et Philippe de Péra : la transmission de textes grecs en Occident

  • 10 Th. Kaeppeli, « Deux nouveaux ouvrages », op. cit., p. 170-171.

4Cette histoire des Grecs uniates commence en effet par un événement fondateur. Pendant l’hiver 1354/55, alors que Démétrios Cydonès s’était réfugié au monastère des Manganes avec Jean Cantacuzène, nous sommes à la fin de la guerre civile, il achevait la traduction de la Somme contre les Gentils de Thomas d’Aquin. Démétrios avait appris le latin dans le palais impérial grâce aux leçons d’un frère prêcheur du couvent de Péra. Rappelé à la tête de l’administration impériale par Jean V Paléologue, ses relations se poursuivirent avec les prêcheurs et même une collaboration active s’établit avec frère Philippe de Péra10. Ensemble, ils se rendirent dans les bibliothèques des monastères de Constantinople à la recherche de textes leur permettant, l’un de se conforter dans sa difficile position de converti, l’autre de collectionner les arguments les plus probants afin de persuader les Grecs de mettre fin au schisme. Au bout de trente ans de discussions avec les Grecs, Philippe de Péra rédigea trois textes entre 1356 et 1359, un Libellus qui semble être le projet de rédaction d’un vaste traité polémique qui a pris la forme d’un diptyque comprenant un volet ecclésiologique, le De oboedientia ecclesiae romanae, et un volet dogmatique, le De processione Spiritus sancti. Frère Philippe était en effet l’élève de frère Simon de Constantinople, l’un des pères de cette méthode dominicaine mise au point en pays grec et consistant à rechercher dans les textes grecs les plus anciens, extraits de la patristique et des sources conciliaires, les preuves que les Grecs ont toujours conçu la doctrine de la procession du Saint-Esprit comme les Latins jusqu’à l’époque du patriarche Photios, origine du schisme. Il faut remarquer que la période d’écriture des traités de Philippe de Péra coïncide avec celle de sa collaboration avec Démétrios Cydonès. L’étude du De oboedientia montre que Philippe de Péra avait déjà réuni une très importante documentation, mais cette collaboration dut donner l’impulsion décisive à la mise en chantier de sa rédaction.

  • 11 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains, op. cit., p. 231-232.
  • 12 ...tandem anno preterito, coadjuvante quodam fideli Greco vocato Demetrio Chidonij, nobili genere, (...)
  • 13 ...quia nullus nostrorum scribens contra errores Grecorum ponit sufficienter causant sive occasione (...)
  • 14 Hottinger fraudis et imposturae convictus, L. Allatius éd. et trad, partielles, Rome, 1661, p. 347 (...)
  • 15 « Jacobi Praedicatoris ad Andronicum Paleologum maiorem epistula », R. J. Loenertz éd., Archivum F (...)
  • 16 « Iohannis de Fontibus ord. Praedicatorum, epistula ad abbatem et conventum », R. J. Loenertz éd.,(...)

5Sans déflorer les résultats d’une enquête en cours de rédaction sur l’une des œuvres de Philippe de Péra, le De oboedientia ecclesiae romanae, il convient, dans le cadre de cette communication, de mentionner quelques éléments montrant le rôle très important des prêcheurs de Péra dans la transmission de textes grecs à l’Occident latin. L’étude de son traité De processione Spiritus sancti a déjà montré combien son œuvre fut décisive pour la connaissance de Cyrille d’Alexandrie11. Dans le De oboedientia, il évoque à de nombreuses reprises sa méthode et ses résultats. Frère Philippe a recherché les actes grecs du concile de Chalcédoine dont il donne un extrait dans sa traduction personnelle en latin, de même pour ceux du concile ignatien de 869/870. Il s’agit d’un résumé en grec de ces actes dont la version intégrale avait été détruite et dont il évoque la découverte et la traduction dans son Libellus12. L’exploration de ce traité montre l’utilisation par notre auteur de nombreuses autres sources grecques, non traduites en latin à l’époque de sa rédaction, comme la vie de Jean Chrysostome par Nicéphore Calliste. Il s’agit bien là de porter ces sources grecques à la connaissance d’un lectorat latin et plus particulièrement celle de ses frères dominicains auxquels il désire transmettre les résultats de ses recherches ainsi qu’il l’écrit dans son Libellus13. Philippe de Péra rédige son œuvre dans cette langue, d’autres de ses frères ont écrit en grec, s’adressant à un lectorat grec, ainsi Simon de Constantinople14, Jacques15 et Iohannes de Fontibus16.

  • 17 C. Delacroix-Besnier, « L’ouverture de l’Église latine à la patristique grecque », à paraître.

6La comparaison entre le De oboedientia de Philippe de Péra et d’autres traités ecclésiologiques plus tardifs, rédigés par des prêcheurs comme le Liber dialogorum de gerarchia subcelestis anonyme de 1387, ou ceux de Jean de Raguse, Tractatus de ecclesia, et de Jean de Torquemada, deux écrivains dominicains du XVe siècle, montre combien était originale la documentation du frère de Péra17.

Traduire des textes grecs en latin

  • 18 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la Chrétienté grecque, op. cit., p. 284.
  • 19 Nicéphore Grégoras, PG, 148, col. 701-722.
  • 20 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la Chrétienté grecque, op. cit., p. 399.

7Donc, Philippe de Péra écrit en latin à des Latins dans le but de leur donner les arguments nécessaires pour convaincre les Grecs de retourner dans l’Église de Rome. En même temps il leur donne à connaître des textes qui jusqu’alors n’avaient pas été traduits en latin. Dans l’autre sens, des Grecs traduisent des textes latins en grec. Cette entreprise de traductions de la littérature religieuse latine fut prise en charge tant par les adversaires que par les partisans de l’union avec Rome. Les premiers afin de permettre la renaissance de la théologie byzantine, les seconds afin d’assurer la pastorale des Grecs uniates dans leur langue et d’accroître l’argumentaire en faveur de Rome. Jean Cantacuzène fut l’un des maîtres d’œuvre d’un vaste programme de traductions et de copies de l’œuvre de Thomas d’Aquin ; son but était de susciter une renaissance de la théologie byzantine afin de pouvoir contrer les arguments des Latins dans le cadre d’un concile œcuménique, alors en projet comme nous l’avons vu. Jean Cantacuzène avait le souvenir de discussions avec les Latins, frères dominicains notamment, et de la difficulté des clercs byzantins18. L’empereur Andronic III avait dû faire appel à Nicéphore Grégoras, un laïc, pour leur répondre19. Une meilleure connaissance de la théologie latine et des méthodes de discussion, mises au point grâce à l’étude d’Aristote dans les universités latines, permettrait aux théologiens grecs d’être mieux armés. Objet de rejet en même temps qu’outil, le syllogisme est au cœur des discussions entre opposants et partisans de l’union avec Rome. Les résultats de cette stratégie apparaissent dans les actes du concile qui ne put être réuni que près de soixante-dix ans plus tard à Florence en 1438/39. La délégation grecque s’exaspérait de l’usage du syllogisme, disant que ce procédé freinait les débats, mais, parmi elle, Bessarion, alors métropolite de Nicée, l’utilisait, très habilement conseillé par Georges Scholarios20 et ces derniers firent en fait pencher les débats du côté de l’union.

  • 21 G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 519.
  • 22 Ibid., p. 64-67, 159-162.
  • 23 Ibid., p. 67, n. 1 : PG, 152, col. 112, il s’agit de la rétroversion en latin de cette œuvre par A (...)
  • 24 Ibid., p. 28-40.
  • 25 Ibid., p. 80.
  • 26 Ibid., p. 90.
  • 27 Ibid., p. 91.

8Mais justement pour les unionistes, traduire la théologie latine en grec, c’était chercher des preuves de la légitimité de leur choix. Après avoir traduit la Somme contre les Gentils, Démétrios Cydonès traverse une crise de conscience, jusqu’en 1361. Ce fut une période d’intenses discussions avec ses coreligionnaires et de recherches tant dans la patristique grecque que latine, comme en témoignent, nous l’avons vu, les écrits de Philippe de Péra. Celui-ci le dit converti dès 1356 dans son Libellus, et il polémiquait toujours en 1361 avec Nil Cabasilas qui tentait de le dissuader d’abandonner le schisme21. Démétrios Cydonès avait traduit une partie de l’œuvre de saint Thomas, la Somme contre les Gentils, une partie de la Somme théologique, et un opuscule, De rationibus fidei ad cantorem antiochenum, mais aussi beaucoup d’autres textes extraits de la patristique latine qu’il utilisa dans son œuvre personnelle. Ses manuscrits autographes sont de véritables florilèges d’extraits de la patristique latine avec le traité d’Anselme d’Aoste sur la procession du Saint-Esprit et sa lettre sur les azymes, le De fide ad Petrum de saint Fulgence ; de saint Augustin : un florilège augustinien conçu par Prosper d’Aquitaine, le commentaire sur Jean et cinq extraits du Contra Iulianum, l’homélie du pape Grégoire le Grand sur les Évangiles, un extrait de saint Hilaire, le Libellus contra legem sarracenorum de Riccoldo da Montecroce22. Une partie de ces traductions a été copiée par Manuel Calécas qui les a utilisées également ; ainsi retrouve-t-on l’extrait de l’œuvre de saint Hilaire dans son Adversus Graecos23. De nombreux extraits furent également traduits par Prochoros, frère de Démétrios. Il continua les versions de traités de saint Augustin (De vera religione, De beata vita ou De libero arbitrio), des lettres, sermons et autres pièces, 82 articles de la troisième partie de la Somme théologique de saint Thomas, le De mundi aeternitate24. Prochoros s’intéressait aussi à ce que les théologiens latins avaient écrit de plus récent comme le commentaire des sentences de Pierre Lombard par Hervé Nédellec et des quodlibeta de ce dernier. Hervé Nédellec appartenait à l’ordre des prêcheurs, il n’était mort que depuis 1323, nul doute que les Cydonès avaient pris connaissance de son œuvre par l’intermédiaire des missionnaires de Péra. L’œuvre de Prochoros Cydonès manifeste non seulement une très grande connaissance de la langue et de la littérature latine mais aussi une grande familiarité avec la scholastique et ses techniques de discussion. Manuel Calécas poursuivit ce travail. Il traduisit de saint Anselme, Cur Deus homo25, également le De Trinitate de Boèce. Il copia des traductions de Maxime Planude comme les Métamorphoses d’Ovide26 ; il rédigea aussi des ouvrages philosophiques : commentaires à la Physique d’Aristote27.

9Cette immense entreprise, menée par une poignée d’hommes, s’explique par leur but. Ce sont essentiellement des textes qui pouvaient leur permettre d’étayer le dogme latin et les conforter dans leur choix. Mais elle fut épuisante, ainsi la condamnation de Prochoros par le synode de 1368 acheva-t-elle un homme déprimé par l’échec, mais déjà épuisé par son travail. Traduire la théologie latine permettait aussi de convaincre les hésitants, de prêcher et d’assurer la pastorale des groupes uniates dispersés dans les îles par les persécutions des années 1390.

Une vie d’errance entre l’Italie et les îles

  • 28 G. T. Dennis, The Letters of Manuel II, Washington, 1977.
  • 29 R. J. Loenertz éd., La correspondance de Démétrios Cydonès, op. cit. n. 9 ; F. Tinnefeld éd., Stut (...)
  • 30 R. J. Loenertz éd., La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., n. 9.
  • 31 Ibid., p 73-77.
  • 32 Ibid., p. 78-83 ; G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 88-89, 105.

10Ces exilés constituaient un réseau gravitant autour des Cydonès et ils étaient liés, comme lui, à l’empereur Manuel II. Il faut rappeler que Démétrios fut son précepteur. Démétrios et l’empereur ne cessèrent de s’écrire jusqu’à la mort du premier pendant l’hiver 1397/98. Le passage à l’obédience romaine s’est souvent effectué par famille entière, ainsi les Chrysoloras, Manuel, ami intime de Démétrios, et son neveu Jean, les frères Calécas, Maxime et Théodore, les trois frères Chrysobergès, Maxime, Théodore et André, avec leur sœur Anna et leur père. Il faut également mentionner Démétrios Scaranos, parent des Chrysoloras, ami de Manuel Calécas et exécuteur testamentaire de Jean Laskaris Calophéros. Les liens entre eux ne furent jamais interrompus comme en témoignent les correspondances, heureusement conservées, de Manuel II28, Démétrios Cydonès29 et Manuel Calécas30. Entre eux s’échangeaient des nouvelles à caractère intime mais aussi des livres et des réflexions littéraires. Ces lettres contiennent aussi des arguments théologiques en faveur de l’union, ainsi celles qu’adressèrent Démétrios Cydonès et Maxime Chrysobergès à Constantin Asanès31, membre de la famille impériale, et à un certain Caloïdas32, réfugié à Mytilène et difficile à identifier.

  • 33 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit. n. 9, p. 86-89 ; G. T. Dennis, The L (...)
  • 34 G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 519-521.
  • 35 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 63-71.

11Les Grecs convertis firent d’incessants voyages entre l’Italie et les îles. Certains se fixèrent en Italie, ainsi Démétrios Scaranos qui termina ses jours dans le paisible couvent des Camaldules de Florence auprès d’Ambroise Traversari, le traducteur de l’Adversus Graecos de Manuel Calécas33. Démétrios Cydonès reçut la qualité de citoyen de Venise et fit plusieurs séjours dans la cité des doges mais décida de se retirer en Crète peu avant sa mort, ne supportant ni le climat, ni l’atmosphère de la ville34. Démétrios mourut sans doute au couvent des prêcheurs de Candie ainsi que nous le verrons plus loin grâce à un document notarié qui y fut instrumenté. Manuel Chrysoloras fut de nombreuses années l’agent diplomatique de Manuel II en Occident et séjourna à Florence de 1397 à 1400, puis à Pavie et à Milan de 1400 à 1403. Il vivait de ses cours de grec, donnant une impulsion décisive à l’humanisme et initiant un grand siècle d’études grecques dans la cité qui accueillit le concile d’union. Il mourut à Constance au début du concile qui mit fin au Grand Schisme et engagea les discussions qui permirent les décisions de Florence. Il fut enterré au couvent des prêcheurs de la ville35.

  • 36 G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 80-81,86.
  • 37 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 159-160 et 323-324.
  • 38 Ibid., p. 17-46.

12Manuel Calécas fut l’un des copistes de Démétrios : il transcrivit l’œuvre de son maître sur la procession du Saint-Esprit et sa traduction de la Somme contre les Gentils de Thomas d’Aquin36. Il était également l’ami intime de Manuel Chrysoloras de même que de Maxime Chrysobergès. Comme ses amis, il dut quitter Constantinople après sa condamnation par le synode de 1396. Il se réfugia au couvent des prêcheurs de Péra avec le projet de s’installer dans celui de Mytilène, dans l’île de Lesbos, ainsi qu’il l’écrivit au vicaire Élie, de la congrégation des missionnaires dominicains en Orient37. En fait, il resta à Péra jusque vers 1399/1400, car il est en Crète à cette date et rédige une apologie de son maître décédé, Démétrios Cydonès. Il y retrouva les Chrysobergès qui lui conseillèrent sans doute de rejoindre Manuel Chrysoloras en Lombardie, où il pourrait comme ils l’avaient fait se perfectionner en théologie latine. Il séjourna près de deux ans au monastère bénédictin Saint-Ambroise de Milan. Manuel Calécas s’établit ensuite à Mytilène où il prit l’habit dominicain, réalisant son ancien projet, et fut chargé de la chapelle Saint-Jean. C’est là qu’il mourut en 1410, terminant l’Adversus Graecos38.

  • 39 ASV, Notai di Candia, busta 25, notai Giorgio Candachiti. Documentation inédite communiquée gracie (...)
  • 40 ...frater Maximus prior conventus dictorum Fratrum Praedicatorum de Candida, frater Antonius de Aco (...)
  • 41 Maxime est toujours prieur et la liste des frères présents comprend un frère Théodore dit de Roman (...)
  • 42 ...frater Maximus de Constantinopoli ordinis Fratrum Praedicatorum et Anna eius soror, ambo moram t (...)
  • 43 Μ. H. Laurent, « L’activité d’André Chrysobergès O. P. sous le pontificat de Martin V (1418-1431)  (...)
  • 44 Pour Maxime, G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 104. Pour Théodore, R. J. Loenertz, « La Société de (...)
  • 45 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la Chrétienté grecque, op. cit., p. 87 et n. 36.
  • 46 Die decimo septimo. Plenum et irrevocabilem facto ego, Dimitrius Scarano civis Constantinopolitanu (...)
  • 47 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 87-88.
  • 48 Ibid., p. 88-89.
  • 49 Μ. H. Laurent, « L’activité d’André Chrysobergès », op. cit., p. 433-434.

13Une série de documents notariés, conservés aux archives de Venise, complète les renseignements fournis par la correspondance de ces Grecs exilés39. Elle nous apprend que Démétrios Cydonès et le père de la famille Chrysobergès sont morts en Crète. Ces documents notariés qui s’échelonnent de 1398 à 1400 nous montrent l’ensemble de la famille Chrysobergès au couvent Saints-Pierre-et-Paul des prêcheurs de Candie. Les actes furent rédigés par un notaire grec, Georges Candachiti, au couvent. Les frères Maxime, prieur, et Théodore de Constantinople étaient réunis lors du chapitre du 16 octobre 1398 pour vendre une sépulture, située dans le cloître, à un habitant de Candie40. Au mois de juillet de l’année suivante, nous retrouvons le frère Maxime, prieur, et un frère Théodore de Romanie pour recevoir un legs testamentaire41. En septembre, frère Maxime, toujours prieur, et frère Théodore de Constantinople, assemblés de nouveau en chapitre au milieu de leurs frères. Le 30 avril 1400, frère Maxime de Constantinople et sa sœur Anna reçurent un legs de quarante hyperpères42. Il est tout à fait possible d’identifier Maxime et Théodore de Constantinople par les frères Chrysobergès car ils sont toujours désignés ainsi dans les sources43. De plus, en 1398, ils quittèrent l’Italie du Nord, où ils avaient suivi des études de théologie44. En passant par Rome, Maxime avait reçu du pape l’autorisation de fonder un nouveau couvent dominicain45. Les deux frères durent retrouver, à leur retour, leur sœur désormais orpheline, à Candie. Ces documents permettent donc de combler une petite lacune de leur biographie. Un autre document de cette période, toujours instrumenté au couvent par Georges Candachiti, nous informe sur le destin de trois des livres de Démétrios Cydonès. Démétrios Scaranos, citoyen de Constantinople, le 17 octobre 1399, a été chargé par Manuel Chrysoloras, en tant que procurateur, de se faire remettre ce que son ami lui avait légué, c’est-à-dire cent hyperpères et trois livres, un Aristis, un volume contenant les lettres de Libanios et le troisième qui était son épistolaire personnel46.Scaranos est l’un des membres de notre groupe, ami de Cydonès, nous l’avons vu chargé des affaires de Jean Laskaris Calophéros, et maintenant de celles de l’ami de ce dernier, Manuel Chrysoloras. De plus, il était de sa parenté, comme nous l’avons vu plus haut. Ce dernier habitait bien alors Florence où il enseignait le grec grâce au financement de la commune. Scaranos dut par conséquent se déplacer en Crète pour recevoir le legs testamentaire de Démétrios Cydonès. En 1399, Démétrios Scaranos est alors toujours qualifié de citoyen de Constantinople, malgré ses liens avec les Grecs uniates et sa participation, en Crète, à la controverse entre Joseph Bryennios et Maxime Chrysobergès qu’il faut situer à l’époque de ce déplacement47. En fait, il réside peu dans la mère patrie car il suit les affaires très compliquées de l’héritage de Jean Laskaris entre Venise, Chypre et Constantinople jusqu’en 1410. Il semble s’être définitivement établi en Italie après cette date48. Maxime Chrysobergès avait rejoint Manuel Calécas au couvent de Mytilène et y mourut comme son ami. La date de ce décès est inconnue. Il faut la situer avant 1430, date à laquelle un document pontifical permet à André de recueillir les livres de ses frères Maxime et Théodore49.

14Nous pouvons remarquer différents points communs dans ces biographies : l’importance de la littérature et de la théologie, une correspondance qui maintient les liens et permet de se retrouver dans cette vie errante, la fidélité au pays grec même s’il est sous domination latine comme en Crète ou à Mytilène, enfin l’attachement à l’ordre des prêcheurs dont les couvents servent de refuges.

Manuel Calécas, admirateur de saint Augustin

  • 50 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 81.
  • 51 PG, 152, col. 38D.

15L’œuvre de Manuel Calécas est particulièrement intéressante à cet égard. De cette œuvre abondante, nous dirons quelques mots de la lettre à Caloïdas, mais nous nous appesantirons davantage sur l’Adversus Graecos, mentionné déjà plusieurs fois. Nous examinerons de quelle façon cet auteur utilisait la patristique occidentale. Caloïdas était installé à Mytilène et demanda conseil à Maxime Chrysobergès et à Manuel Calécas sur la doctrine de la procession du Saint-Esprit. Les tenants de Grégoire Palamas tiraient argument, contre les Latins, de Jean Damascène qui aurait été opposé à l’expression ex utroque. Dans sa lettre, Manuel Calécas répond aux critiques dont il était l’objet de la part des autres Grecs. Il n’est ni traître ni ne s’est rangé du côté du plus riche et du plus fort. Bien au contraire en entrant en religion, il a renoncé aux biens de ce monde et se console des souffrances de l’exil en lisant saint Jérôme et saint Augustin, qui ont remplacé pour lui Platon et Démosthène50 Nous retrouvons dans son Adversus Graecos, cette admiration pour saint Augustin. Manuel Calécas fonde son argumentation essentiellement sur les pères grecs. Mais, parmi les références à la patrologie grecque, repérons les quelques citations des pères latins. Manuel cite souvent saint Augustin qu’il qualifie de très grand et excellent docteur dont l’autorité était reconnue par les conciles œcuméniques51.

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., col. 63C.
  • 54 Ibid., col. 111-116.
  • 55 Ibid., col. 111 D.
  • 56 Ibid., col. 112 AB.
  • 57 Ibid., col. 112 CD.
  • 58 Ibid., col. 112 C.
  • 59 Ibid., col. 114 BD.
  • 60 Ibid., col. 114 CD.
  • 61 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 42, évoque la collection par Man (...)
  • 62 Ibid., col. 115 B et 254 A.
  • 63 Ibid., col. 119 A.
  • 64 Ibid., col. 123 C, 125 D et dans sa conclusion, col. 127 AB.
  • 65 Ibid., col. 161 D-166 A.
  • 66 Ibid., col. 172 BC.
  • 67 Ibid., col. 218 B.
  • 68 Ibid., col. 535 C.
  • 69 Ibid., col. 350 A, 367 AB, également col. 542 A-562 A sur le thème de la charité, 643 A, commentai (...)

16Il le cite dans le premier livre à partir des actes conciliaires52, puis dans le second livre, il utilise un extrait du De Trinitate53. Dans un autre passage du second livre54, Manuel se fonde sur les actes du cinquième concile dans une phrase reconnaissant l’autorité d’une liste de pères55 : Athanase, Hilaire, Basile, Grégoire le Théologien, Grégoire de Nysse, Ambroise, Augustin, Théophile, Cyrille, Jean de Constantinople, Léon, Proclus. Il cite ensuite essentiellement le De Trinitate de saint Augustin, le De Fide, la lettre XIX et le sermon sur l’Évangile de Jean. Il rapporte l’admiration que saint Augustin portait à saint Hilaire56. Notre auteur cite également saint Ambroise de Milan dans un extrait de son De Fide57, saint Jérôme58. Puis il mentionne aussi les papes Léon et Grégoire, les deux grands. De Léon, que le concile de Chalcédoine a désigné du nom de colonne de vérité, il s’appuie sur les décrets contre la simonie59. De Grégoire, il cite l’homélie sur Jean, sur le cantique des cantiques, le second livre des morales60. Il ajoute à la fin de ce paragraphe qu’il a opéré une sélection parmi les innombrables autorités occidentales que les Grecs reconnaissaient et qui appuyaient la théologie du Filioque61. Manuel Calécas cite donc, dans ce passage, un nombre exceptionnel de Pères occidentaux afin de démontrer aux Grecs qu’ils étaient eux-mêmes autrefois d’accord avec les Latins sur le Filioque. Ces Pères de l’Église de Rome avaient été en effet reconnus comme autorités par les conciles. Ce passage reprend aussi un thème cher aux prêcheurs de Péra : la cécité des Grecs62. Plus loin, il rapproche la pensée de Basile de Césarée et de Cyrille d’Alexandrie avec celle d’Augustin63 pour montrer que, sous une autre forme, saint Augustin avait la même conception de la Trinité que les Pères grecs. Il utilise encore trois fois ce même procédé64, citations du De Trinitate et du De Fide à l’appui. Dans le troisième livre, saint Maxime le Confesseur sert de caution à la théologie latine, mais il ne fait aucune citation de celle-ci65. Il évoque alors le concile de Lyon, qu’il qualifie d’universel contrairement à l’opinion des Grecs et cite Grégoire X66. Dans le livre IV, qui contient une réfutation de la liste des erreurs des Latins concernant le rituel, il cite de nouveau saint Augustin dans sa lettre sur le jeûne du samedi et mentionne Grégoire le Grand, dont le nom est chez tous (id est chez les Grecs comme chez les Latins) très illustre67. Dans d’autres de ses ouvrages comme le De essentia et operatione et le De fide deque principiis, Manuel Calécas cite encore plusieurs fois saint Augustin, lui que le IVe concile appela praecellentissimus maître de l’Église68, notamment le livre VII du De trinitate69.

17Comme Manuel, André Chrysobergès a beaucoup moins cité les Pères latins que les grecs. Sans doute ces frères grecs de l’ordre de saint Dominique étaient-ils plus familiers de leur propre patristique mais ceci s’explique surtout par le but qu’ils se sont assignés : convaincre les Grecs. Ce n’était possible qu’en s’appuyant sur ce qu’ils reconnaissaient comme autorité absolue donc ce qu’avaient dit les pères lors des conciles et c’est ce qui donnait le poids nécessaire aux citations de saint Augustin dont la doctrine avait été reconnue par l’Église universelle réunie en concile. Mais il peut sembler étrange que ces prêcheurs n’aient pas cité saint Thomas. Le Père Loenertz avait son explication, il dit en effet que le De fide deque principiis avait été compilé par Manuel à l’aide des œuvres de saint Thomas traduites par Cydonès. Il précise bien sûr que Manuel a tu le nom de saint Thomas et il n’apparaît en effet pas. Il semble vouloir dire que Manuel pouvait ainsi mieux faire passer pour orthodoxe un ouvrage insistant sur le « dogme chrétien commun aux deux Églises ». Le Père Loenertz a raison en disant que Manuel puisait dans les traductions de Cydonès. En effet, les citations de l’ensemble des trois ouvrages correspondent à la liste des ouvrages du ms Vat gr. 677 qui regroupe une collection de textes de Démétrios Cydonès et du patriarche Jean Beccos. En examinant le système de références tel que son auteur le présente, la théologie de Manuel Calécas est donc très augustinienne et plus bénédictine que thomiste et dominicaine, son passage chez les moines de Saint-Ambroise de Milan ayant sans doute renforcé une tendance déjà présente chez Démétrios Cydonès. L’étude de l’œuvre de Manuel Calécas montre donc toute l’admiration qu’il nourrissait pour la théologie de saint Augustin et la grande connaissance qu’il avait de son œuvre. Ce goût était partagé par ce courant de pensée initié par Démétrios Cydonès, plus sensible sans doute à la spiritualité de ce grand maître latin qu’au rationalisme de saint Thomas. Le travail de polémistes des héritiers de Démétrios Cydonès eut cependant un impact considérable sur les discussions de Florence qui aboutirent au décret d’union. La traduction latine du traité de Manuel Calécas par Ambroise Traversari et la tradition manuscrite de ce texte en témoignent. Ils surent en effet utiliser la pensée occidentale et sa méthode dialectique dont ils avaient reconnu l’efficacité. Peut-être se convainquirent-ils plus qu’ils ne convertirent leurs concitoyens. Utilisation formelle donc, car pour le fond de l’argumentation, ils se sont essentiellement servis des Pères grecs, particulièrement lors de leurs interventions au concile.

Traduire pour assurer la pastorale des communautés uniates

  • 70 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 14.
  • 71 Ibid., p. 13.
  • 72 Ibid., p. 41-42.
  • 73 C. Delacroix-Besnier, « Autour du manuscrit FX 28 », op. cit..

18Pour des raisons plus pratiques, ils s’intéressèrent aussi à la liturgie latine : Manuel Chrysoloras a traduit le missel dominicain en grec à la demande de Maxime Chrysobergès pour le couvent de Candie. Démétrios Cydonès, un Ordo missae selon le rite dominicain que Maxime Chrysobergès copia pour son ami Manuel Calécas70. Ce dernier profita de son séjour à Milan, au monastère Saint-Ambroise de 1401 à 1402, pour étudier la théologie latine, comme nous l’avons vu, mais aussi pour traduire des pièces de la liturgie occidentale : un ordinaire de la confession et de la pénitence, les messes de saint André l’apôtre et du Saint-Esprit selon le rite romain, la troisième messe de Noël selon le rite ambroisien accompagnée d’un commentaire71, et un Te Deum laudamus. Nous connaissons les différentes traductions liturgiques et patristiques de Manuel Calécas dans ses manuscrits autographes actuellement conservés à la bibliothèque du Vatican, ainsi un confïteor plus long que de coutume car il a mêlé le nom de saints latins et de saints grecs (saint Laurent, saint Pierre Martyr et Grégoire de Nazianze, Jean Chrysostome, Basile de Césarée). Ces traductions en grec de la liturgie romaine entraient dans un vaste projet de liturgie « gréco-dominicaine »72 afin de développer des communautés uniates et d’en assurer la pastorale à partir des noyaux constitués autour de couvents de prêcheurs où l’office était dit en grec, à Candie et à Lesbos. Les notes marginales des manuscrits autographes de ces Grecs, dominicains pour la plupart, donnent à connaître, parfois par leur nom, les admirateurs du maître que fut Démétrios Cydonès, ainsi Caloïdas et Flamulio Contostefano73.

19Certes, il fut impossible d’appliquer le décret d’union signé à Florence et les communautés uniates restèrent très minoritaires malgré l’œuvre de cette poignée de dominicains de Péra. Il n’en reste pas moins que le siècle qui précéda le concile fut capital pour l’histoire culturelle de l’Europe. Grâce à eux, qui se donnèrent pour tâche de donner à lire aux Occidentaux la patristique grecque et les Pères de l’Église latine aux Grecs, s’opéra une symbiose des deux sphères culturelles. L’humanisme naquit dans la République florentine de Coluccio Salutati et de Leonardo Bruni qui avait sollicité la venue, pour enseigner le grec, de Manuel Chrysoloras, l’un des principaux acteurs de cette symbiose.

Notes

1 C. Delacroix-Besnier, « Autour du manuscrit FX 28 de la bibliothèque communale de Sienne », MEFRMA, 113 (2001).

2 C. Delacroix-Besnier, Commentaire et édition du De oboedientia ecclesiae romanae de Philippe de Péra O. P., en préparation.

3 Ces manuscrits sont conservés à la bibliothèque du Vatican et ont été étudiés de façon très minutieuse par G. Mercati, Notizie di Procoro e Demetrio Cidone, Manuele Caleca e Teodoro Meliteniota ed altri appunti, Rome. 1931 (Studi e Testi. 56).

4 La politique pontificale évolua après l’élection de Martin V à Constance en 1417 dans le cadre des pourparlers qui préparèrent la tenue d’un concile œcuménique, dans les années 1420. C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la chrétienté grecque aux XIVe et XVe siècles, Rome, 1997 (Collection de l’École Française de Rome, 237), p. 295-297.

5 Th. Kaeppeli, « Deux nouveaux ouvrages de Philippe Incontri de Péra O. P. », Archivum Fratrum Praedicatorum, 23 (1953), p. 163-183.

6 J. Darrouzès, « Conférence sur la primauté du pape à Constantinople en 1357 », Revue des Éludes byzantines, 19 (1961), p. 76-101.

7 J. Meyendorff, « Projets de concile œcuménique en 1367 », Dumbarton Oaks Papers, 14 (1960), p. 149-168.

8 O. Halecki, Un empereur de Byzance à Rome, Londres, 19742 (Variorum Reprints).

9 Pour la chronologie de leurs déplacements, voir G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 519-521 ; R. J. Loenertz, La correspondance de Démétrios Cydonès, 2 vol., Rome, 1956-1960 (Studi e Testi, 186 et 208) ; Id., La correspondance de Manuel Calécas, Rome, 1950 (Studi e Testi, 152).

10 Th. Kaeppeli, « Deux nouveaux ouvrages », op. cit., p. 170-171.

11 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains, op. cit., p. 231-232.

12 ...tandem anno preterito, coadjuvante quodam fideli Greco vocato Demetrio Chidonij, nobili genere, cive Thessalonicensi qui conversus..., tandem insperate invenit octavum concilium... Ipse autem Demetrius preallegatus, invento predicto concilio, quod habebatur in quodam solemny monasterio vocato Sanctus Johannes de Petra, statim revelavit mihi ut verus fidelis, et fecit transc ribi et michi eciam tradidit, ut ego transcribi facerem, nec fui négligens. Post hec statim ipse una mecum transtulimus in linguam Latinam, ut auribus nostrorum traderetur ad perpetuam rei memoriam et amplius non posset occultari, Th. Kaeppeli, « Deux nouveaux ouvrages », op. cit., p. 164-165.

13 ...quia nullus nostrorum scribens contra errores Grecorum ponit sufficienter causant sive occasionem discessus Grecorum...,’ideo ego laborans per annos triginta ut scirem causam huius schismatis..., ibid., p. 164.

14 Hottinger fraudis et imposturae convictus, L. Allatius éd. et trad, partielles, Rome, 1661, p. 347-358 ; De octava sinodo photiana, Rome, 1662, p. 453-458.

15 « Jacobi Praedicatoris ad Andronicum Paleologum maiorem epistula », R. J. Loenertz éd., Archivum Fratrum Praedicatorum, 29 (1959), p. 73-88.

16 « Iohannis de Fontibus ord. Praedicatorum, epistula ad abbatem et conventum », R. J. Loenertz éd., Archivum Fratrum Praedicatorum, 30 (1960), p. 163-195.

17 C. Delacroix-Besnier, « L’ouverture de l’Église latine à la patristique grecque », à paraître.

18 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la Chrétienté grecque, op. cit., p. 284.

19 Nicéphore Grégoras, PG, 148, col. 701-722.

20 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la Chrétienté grecque, op. cit., p. 399.

21 G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 519.

22 Ibid., p. 64-67, 159-162.

23 Ibid., p. 67, n. 1 : PG, 152, col. 112, il s’agit de la rétroversion en latin de cette œuvre par Ambroise Traversari.

24 Ibid., p. 28-40.

25 Ibid., p. 80.

26 Ibid., p. 90.

27 Ibid., p. 91.

28 G. T. Dennis, The Letters of Manuel II, Washington, 1977.

29 R. J. Loenertz éd., La correspondance de Démétrios Cydonès, op. cit. n. 9 ; F. Tinnefeld éd., Stuttgart, 1981-1991 (Bibliotek der Griechische Literatur, 12, 16, 33).

30 R. J. Loenertz éd., La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., n. 9.

31 Ibid., p 73-77.

32 Ibid., p. 78-83 ; G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 88-89, 105.

33 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit. n. 9, p. 86-89 ; G. T. Dennis, The Letters of Manuel II, op. cit., p. LVII.

34 G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 519-521.

35 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 63-71.

36 G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 80-81,86.

37 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 159-160 et 323-324.

38 Ibid., p. 17-46.

39 ASV, Notai di Candia, busta 25, notai Giorgio Candachiti. Documentation inédite communiquée gracieusement par Th. Ganchou qui en prépare la publication dans Thesaurismata. Les citations suivantes sont de sa lecture.

40 ...frater Maximus prior conventus dictorum Fratrum Praedicatorum de Candida, frater Antonius de Acon, frater Antonius de Cipris et frater Theodoras de Constantinopoli...omnes ad sonum campane iuxta solitum congregati ad capitulum..., protocollo I, f° 5v.

41 Maxime est toujours prieur et la liste des frères présents comprend un frère Théodore dit de Romania, qu’il faut sans doute identifier à Théodore de Constantinople, protocollo 1, f° 19.

42 ...frater Maximus de Constantinopoli ordinis Fratrum Praedicatorum et Anna eius soror, ambo moram trahentes Candide..., protocollo 1, f° 38.

43 Μ. H. Laurent, « L’activité d’André Chrysobergès O. P. sous le pontificat de Martin V (1418-1431) », Échos d’Orient, 34 (1935), p. 414-438 ; R. J. Loernertz, « Les Dominicains byzantins Théodore et André Chrysobergès et les négociations pour l’Union de 1415 à 1430 », Archivum Fratrum Praedicatorum, 9 (1939), p. 5-61.

44 Pour Maxime, G. Mercati, Notizie, op. cit., p. 104. Pour Théodore, R. J. Loenertz, « La Société des Frères Pérégrinants de 1374 à 1475, II », Archivum Fratrum Praedicatorum, 45 (1975), p. 107-145, spécialement p. 122-123.

45 C. Delacroix-Besnier, Les Dominicains et la Chrétienté grecque, op. cit., p. 87 et n. 36.

46 Die decimo septimo. Plenum et irrevocabilem facto ego, Dimitrius Scarano civis Constantinopolitanus tanquam procurator et procuratorio nomine sapientis viri ser Hemanuelis Grhussolura civis Constantinopolitani et habitatoris presentialiter civitatis Florentie... de yperperis cretensibus centum et libris tribus grecis, uno videlicet Aristis, tunc altero Libanii epistolarum et tercio epistolarum sapientis viri ser Dimitri Chidoni quondam..., ASV, Notai di Candia, busta 25, notai Giorgio Candachiti, protocollo 1, f° 27v.

47 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 87-88.

48 Ibid., p. 88-89.

49 Μ. H. Laurent, « L’activité d’André Chrysobergès », op. cit., p. 433-434.

50 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 81.

51 PG, 152, col. 38D.

52 Ibid.

53 Ibid., col. 63C.

54 Ibid., col. 111-116.

55 Ibid., col. 111 D.

56 Ibid., col. 112 AB.

57 Ibid., col. 112 CD.

58 Ibid., col. 112 C.

59 Ibid., col. 114 BD.

60 Ibid., col. 114 CD.

61 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 42, évoque la collection par Manuel Calécas d’un florilège dans les bibliothèques de Milan.

62 Ibid., col. 115 B et 254 A.

63 Ibid., col. 119 A.

64 Ibid., col. 123 C, 125 D et dans sa conclusion, col. 127 AB.

65 Ibid., col. 161 D-166 A.

66 Ibid., col. 172 BC.

67 Ibid., col. 218 B.

68 Ibid., col. 535 C.

69 Ibid., col. 350 A, 367 AB, également col. 542 A-562 A sur le thème de la charité, 643 A, commentaire sur le psaume CIX et sur l’Évangile de Jean, 19.

70 R. J. Loenertz, La correspondance de Manuel Calécas, op. cit., p. 14.

71 Ibid., p. 13.

72 Ibid., p. 41-42.

73 C. Delacroix-Besnier, « Autour du manuscrit FX 28 », op. cit..

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.