Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Un médiateur culturel au début du XIVe siècle

Le prédicateur polonais Pérégrin d’Opole

Hervé Martin

Texte intégral

1Tout prédicateur du bas Moyen Âge était à sa façon, voire nécessairement, un médiateur culturel, placé sur la ligne de contact entre clercs et laïcs, litterati et illitterati, culture savante et culture populaire. Les cas de Jourdain de Pise, le mentor des bourgeois florentins, et de saint Yves de Tréguier, très apprécié des paysans bas-bretons, sont exemplaires en ce sens. On connaît les efforts louables du premier pour passer du latin au toscan, et le trilinguisme du second, aussi à l’aise en breton qu’en français ou en latin. Leur contemporain Pérégrin d’Opole était également trilingue, puisqu’il lui fallait s’exprimer selon les circonstances en polonais ou en allemand, sans oublier le latin dans lequel il a rédigé ses sermons. De plus, ce frère prêcheur silésien se trouvait placé au contact de deux civilisations, la slave et la germanique, de deux espaces politiques, l’Empire et le Royaume de Pologne, et en une vaste zone de marches entre le monde chrétien et le dernier réduit païen de Lituanie ainsi qu’entre deux christianismes, le latin et le byzantin. Ce dernier aspect des choses sera évoqué de façon unilatérale, donc réductrice, quand j’analyserai la propagation des modèles latins à l’est de l’Oder. Je précise aussi d’entrée de jeu que, dans les cités d’Europe centrale, en particulier dans les villes de locatio régies par le droit germanique, les deux cultures, la slave et l’allemande, étaient étroitement imbriquées, non sans conflits, comme le montre l’histoire agitée de Cracovie au début du XIVe siècle.

  • 1 Peregrinus de Opole, Sermones de tempore et de sanctis, R. Tatarzynski éd., Varsovie, 1997 (Instit (...)

2Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques précisions s’imposent sur la vie et l’œuvre de Pérégrin d’Opole. Né vers 1260, il a passé sa jeunesse à Opole et à Ratibor en Silésie. La seconde de ces villes, à laquelle on attribue plus de 3 000 habitants, a abrité une communauté de dominicains à partir de 1239, alors que la première a dû attendre les années 1280 pour voir s’installer ces religieux. Le jeune Pérégrin a donc fait profession chez les prêcheurs de Ratibor et acquis dans leur studium une bonne connaissance de l’Écriture sainte et une solide formation théologique, ses sermons en attestent. À partir de 1303, Pérégrin a exercé les fonctions de prieur du couvent de Ratibor et de pénitencier de la famille ducale de Silésie, ce qui lui a valu de prononcer des homélies devant la cour. C’est vraisemblablement en ces années, entre 1297 et 1304, qu’il a composé ses sermons de tempore et de sanctis. En 1305, il est devenu provincial de Pologne et l’est resté jusqu’en 1312, à charge de veiller sur 35 couvents, dont 3 de religieuses. Après être rentré dans le rang et avoir enseigné au studium de Ratibor, Pérégrin est devenu inquisiteur en 1318 par la volonté du pape d’Avignon Jean XXII. Sa science théologique et ses capacités oratoires lui ont valu cette promotion, qui en a fait un discret émule de Bernard Gui. En 1322, il a été de nouveau élu au poste de provincial de Pologne, qu’il a occupé jusqu’en 1327. La fin de sa vie, intervenue dans les années 1330, est mal connue. En 1333, un Peregrinus senior est signalé au couvent de Breslau1.

  • 2 Peregrinus de Opole, op. cit., p. LXXIII et suiv.
  • 3 Prosopographische Studien zur Geschichte Oppelns als herzoglicher Residenzstadt im Mittelalter, Be (...)

3Qu’il s’agisse de Breslau/Wroclaw, de Ratibor ou d’Opole, nous avons toujours affaire à des villes de locatio érigées au XIIIe siècle, où cohabitent une oligarchie de notables d’origine allemande et le commun peuple polonais. À Ratibor, la locatio est intervenue en 1235, alors qu’à Opole elle s’est opérée dès 1211-1217. Si la première ville a reçu une charte de droit allemand en 1286, la seconde se trouvait régie par le droit flamand. Alors que le duc Mesco Ier aimait à se dire de Ratibor au début du XIIIe siècle, ses successeurs se sont appelés d’Opole2, comme si la seconde ville croissait en importance. Siège d’un archidiaconé, elle possédait l’équipement religieux typique d’une petite ville de l’Occident chrétien : deux paroisses, une collégiale, un couvent de franciscains à partir de 1248 et ensuite le couvent de dominicains précité. Cette agglomération, à laquelle il n’est pas interdit d’attribuer environ 3 000 habitants au vu de ses deux couvents de frères, a été l’objet d’une étude approfondie de la part de Dieter Veldtrup3. C’était, comme on l’a observé plus haut, l’une des villes de résidence des ducs piast de Silésie, qui avaient rang de princes d’Empire. Dite « de droit allemand », Opole abritait une population mêlée, faite d’Allemands et de Polonais, regroupée autour du noyau urbain initial, constitué par un marché et une collégiale. Les biogrammes de 900 individus ont pu être établis pour la période 1200-1600. Trois catégories sociales sont ainsi sorties de l’ombre : le clergé, dont les franciscains et les dominicains ; les magistrats et les officiers urbains, et enfin le personnel de la cour ducale. Ces trois groupes semblent assez cloisonnés, le réseau des officiers de la cour s’avérant le plus fermé. Grâce à cette recherche, on peut se faire une idée du public de Pérégrin : des ecclésiastiques, des échevins et des conseillers municipaux, des juges, des officiers de la cour, des soldats, des maîtres de métiers et des artisans, en somme les couches élevées et moyennes, les meliores et les mediocres urbis.

  • 4 Sermones de tempore et de sanctis, éd. citée, p. LXXX. Désormais cet ouvrage sera simplement désig (...)

4L’œuvre conservée de Pérégrin d’Opole se ramène, à notre connaissance, aux sermons précités, qu’il a composés au début de sa carrière de prédicateur. Le calibrage assez strict de ces sermons, qui font en général de 100 à 150 lignes dans la version imprimée, laisse entendre que lui-même ou ses disciples et admirateurs ont voulu faire œuvre utile pour le vulgum pecus des orateurs, en leur fournissant des textes très ramassés, très concentrés, susceptibles d’être délayés à l’oral. Pour bâtir ces énoncés prêts à l’emploi, à proférer en allemand devant les patriciens des villes et en polonais devant d’autres publics, notre dominicain a puisé largement chez ses devanciers, suivant les habitudes de l’époque4. Il a mis à contribution Martin d’Opava († 1279), une ville proche de Ratibor, actuellement en Moravie, Berthold de Ratisbonne († 1272) et Jacques de Voragine († 1298). La plupart de ces remplois étaient ignorés des auditeurs, pour lesquels Pérégrin n’était qu’un simple maillon dans la chaîne des porte-parole de la foi chrétienne et nullement un auteur suivant les critères actuels.

  • 5 La divergence entre les deux auteurs tient au fait que Schneyer a pris en compte plusieurs années (...)

5Les Sermones de tempore de Pérégrin vont du premier dimanche de l’Avent au vingt-cinquième dimanche après la Pentecôte ; leur nombre oscille de 57 à 65 selon que l’on retient ou non certaines allocutions d’après Pâques et d’après Pentecôte. Les Sermones de sanctis vont de la Saint André à la Sainte Catherine ; en prenant en compte ceux qui sont consacrés aux saints slaves, on atteint un total de 63. Si l’on additionne les deux catégories de sermons, on ne dépasse pas, selon J. Wolny, le chiffre de 128, ce qui reste loin des 312 homélies recensées par J. B. Schneyer5. Pour préparer cette communication, j’ai lu et traduit 40 sermons, 37 de la première catégorie et 3 de la seconde, ce qui représente un tiers du corpus précité. Les observations que je vais présenter doivent donc être considérées comme provisoires. Après avoir salué le sens pédagogique de Pérégrin, je m’attacherai au narrateur, puis au propagateur de la « religion christique de salut », selon la belle formule d’Emmanuel Le Roy Ladurie. Je soulignerai ensuite son souci de diffuser des normes de comportement, de discipliner les esprits et les corps. Pour terminer, j’essaierai de montrer comment il s’est situé à la frontière de deux aires politiques et culturelles, en ce carrefour d’influences qu’était la Silésie.

Le pédagogue

  • 6 N. Bériou, L’Avènement des maîtres de la parole, Paris, 1999, p. 134 et suiv.
  • 7 Texte latin dans Sermones, éd. citée, p. 58.
  • 8 Ibid., latin, p. 72.

6Le sens pédagogique, qualité requise de tout intermédiaire culturel, s’affiche avec éclat dans ces sermons et se trouve accentué par la façon un peu sèche dont ils ont été couchés par écrit. Pérégrin d’Opole est un adepte du sermo modernus, qui consiste en un commentaire construit du texte scripturaire ramené au verset thématique6. Ce dernier est tronçonné par le prédicateur, qui le glose à grand renfort d’autorités, de raisonnements, de similitudes et d’exempta. Comme notre dominicain n’a pas fréquenté les facultés de théologie et n’a pas dépassé le studium de son couvent, il nous donne une version simplifiée et allégée du sermo modernus. Ses plans sont aussi limpides que stéréotypés. En voici deux exemples. Pour le quatrième dimanche après l’Épiphanie, le thème est puisé chez Matthieu 8, 23 : « Jésus monta dans l’embarcation ». Le prédicateur enchaîne : « Dans cet évangile, nous pouvons noter deux choses. Primo, il nous inspire la terreur. Secundo, il nous enseigne ce que nous devons faire quand nous sommes environnés de périls7 ». Le dimanche de la sexagésime, l’orateur commente Exiit, qui seminat, seminare semen (Luc, 8, 5) de façon aussi sobre qu’efficace : « Dans cet évangile, nous pouvons noter deux choses. D’abord, qui est celui qui sortit pour semer. Ensuite, ce que signifie cette semence. Et pour que vous puissiez mieux comprendre ce que je veux dire, je vais raconter un exemplum remarquable »8.

  • 9 Ibid., p. 8.
  • 10 Ibid., p. 13.

7Parmi les ficelles pédagogiques, la plus visible consiste en l’usage de dialogues fictifs, du genre : « Quelqu’un pourrait dire : pourquoi le Seigneur enverra-t-il ce signe pour annoncer le jour de Jugement ? Je te dirai à ce propos : d’abord pour te faire peur et t’amener à corriger ta vie » etc.9 Voici un autre exemple de ce procédé : « Mais, dis-tu : pour ma part, je n’ai jamais éprouvé cette contrition. Alors, je vais t’apprendre de quelle façon l’acquérir. Tu dois d’abord te désoler de ce que tu as fait » etc.10

  • 11 Ibid., p. 9 ; N. Bériou, L’Avènement, op. cit., p. 424 et suiv.

8Maître de sa matière, comme tout bon instituteur doit l’être, Pérégrin sait faire fonctionner la machine à prêcher, comme d’autres le moulin à prières ou la boîte à musique. Pour témoin, ce passage où il semble s’adresser autant à lui-même qu’à ses confrères disposés à utiliser ses écrits : « Expose ici de quelle façon les pécheurs seront dirigés vers les différents châtiments infernaux, parce que les orgueilleux seront punis d’une certaine façon, les avares d’une autre et ainsi de suite ». Comment ne pas penser à l’ordre canonique des péchés capitaux, donné par le terme saligia, soit superbia, avaritia, luxuria, etc.11 Chaque lettre appelle un vocable qui, luimême, suscite un développement stéréotypé.

  • 12 J’ai dénombré 7 autorités dans le sermon du deuxième dimanche de l’Avent, et 11 dans le sermon sui (...)
  • 13 L’éditeur, R. Tatarzynski, opère de nombreux renvois à la Silva allegoriarum totius Sacrae Scriptu (...)
  • 14 Sermones, éd. citée, latin, p. 6, 1. 97-104.
  • 15 Ibid., p. 147-148.1.22-26.

9Notre auteur n’abuse pas des autorités scripturaires, restant très en-deçà des chiffres astronomiques de 60 à 80 citations par sermon atteints par certains de ses contemporains ou successeurs. Il cite parcimonieusement les textes sacrés et les Pères, au point de rendre vaine toute statistique12. Tout en étant nourri d’Écriture sainte, il n’en fait pas un usage mécanique, il ne transforme pas les versets bibliques en arguments dans une démonstration. Il sait se mettre à l’écoute de la parole sacrée pour en retirer des enseignements, avec beaucoup de clarté et de simplicité. Il fait un usage très judicieux de l’indispensable matériau biblique, en s’aidant évidemment de certains commentaires antérieurs13. Comme tous ses confrères, il procède à des parallèles entre l’Ancien et le Nouveau Testaments. À l’entrée de l’Avent, il compare le Christ à Pinhas, le fils d’Eléazar (Nombres, 25, 6-8) : « s’étant saisi du poignard de la chair, entendons de la croix, surgissant du milieu de la multitude, entendons des anges, il fit irruption dans le lupanar, c’est-à-dire dans le monde, et il tua l’homme, figure du diable, qui forniquait avec la Madianite, entendons avec la nature humaine »14. On retrouve la même pertinence quand le prédicateur s’adonne à l’exégèse allégorique, ainsi à propos de l’Échelle de Jacob (Genèse, 28, 12) : « Les anges, c’est-à-dire les messagers qui montent, ce sont les prières des fidèles ; ceux qui descendent, ce sont les inspirations divines. Non seulement Dieu nous ordonne de demander, mais encore il veut nous donner plus que nous ne pouvons demander »15. Nourri d’Écriture sainte, Pérégrin détient un art consommé de la résumer et d’en tirer les leçons pour des fidèles que le texte intégral ne pouvait que dérouter.

  • 16 Rufin, I, 36-37, De Theodore confessore apud Antiochiam, PL., 20, col. 504.
  • 17 Sermones, p. 145, 1.68-79. Ce récit est repris par Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, III, (...)

10S’il cite assez peu les Pères de l’Église, comme l’observe Richard Tatarzynski, il connaît l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, ou tout au moins sa traduction et sa continuation par Rufin d’Aquilée. Il attribue d’ailleurs au premier le récit du martyre de Théodore d’Antioche (dans les années 361-363) qui revient en fait au second16. À défaut de pouvoir reproduire ici cet exemplum avant la lettre, je souligne que le prédicateur suit de près Rufin, le condense avec exactitude et supprime un nom propre qui n’apporte rien à l’histoire elle-même. Le préfet Sallustius, responsable de la persécution, devient simplement quidam tortor17.

  • 18 Sermones, p. 103 (1. 1-15), p. 115 (1. 83-86).

11C’est donc sans réticences que l’on peut décerner au dominicain silésien un prix de pédagogie, d’autant plus qu’il sait greffer son propos sur la liturgie. Le dimanche des Rameaux, évoquant la réception du Christ à Jérusalem « avec des louanges et des branches de palmier », il précise : « comme les fidèles l’ont reçu aujourd’hui ». Le jour de Pâques, il énumère les différentes apparitions du Christ ressuscité avant de préciser : « ces cinq apparitions, le prêtre les figure pendant la messe quand il se tourne cinq fois vers le peuple, dont la troisième fois silencieusement, pour figurer la troisième apparition à Pierre, dont on ne sait ni où ni quand elle se produisit »18.

Le narrateur

  • 19 J. Wolny, « Exempla z kazań niedzielnych Peregryna z Opola », dans Kultura elitarna i kultura maso (...)
  • 20 Sermones, p. 6 et 13.

12Le narrateur ne le cède en rien au pédagogue. En bon disciple d’Étienne de Bourbon et d’Humbert de Romans, Pérégrin d’Opole fait un usage constant de l’exemplum. Il y a plus de vingt ans, J. Wolny a publié un choix de 71 exempta et fragments extraits des Sermones de tempore19. On ne peut en rester à ce total, qui nous donnerait une moyenne à peine supérieure à un exemplum par sermon. Il faut en effet tenir compte de la réutilisation de certaines anecdotes dans le corpus, et rappeler que les frontières des exempta peuvent être indécises. Sans avoir toujours droit à la formule canonique : « nous avons un exemplum à ce propos », suivie du récit complet et de sa moralisation, il faut parfois se contenter d’une expression elliptique du genre : « raconte l’exemplum de la femme qui vendit un enfant à un juif », ou d’une anecdote à peine amorcée sur le mode : « cette contrition, Madeleine l’eut, ainsi que Pierre et aussi ce clerc parisien qui ne put se confesser si ce n’est sur des tablettes à écrire à cause de ses larmes »20. Si l’on prend en compte ces esquisses de récits, qui donnaient lieu à des développements à l’oral, les statistiques s’avèrent plus flatteuses : en 20 sermons, j’ai dénombré 44 exempta ou assimilés, soit un peu plus de deux anecdotes par sermon, en moyenne. Quand les circonstances l’exigent, l’orateur narre trois à quatre exempta, ainsi pour Noël ou pour le troisième dimanche de Carême. Mais il lui arrive aussi de se contenter d’un exemplum, comme le jour de l’Épiphanie.

  • 21 Ibid., p. 41 et 22.
  • 22 Ibid., p. 16, 91, 131.
  • 23 Wolny et Tatarzynski indiquent la provenance de 17 des 44 anecdotes recensées, soit : Vitae Patrum (...)
  • 24 Sennones, éd. citée, p. 74 et 76.

13Ces anecdotes sont des outils pédagogiques, comme le prouvent les formules introductives : « nous avons un exemple à ce propos en la personne du roi Constantin ; raconte l’exemplum du démon qui, voyant des hommes vils aller à confesse et en revenir purifiés, voulut aussi se confesser »21. Notre homme connaît parfaitement ses classiques : la punition de celui qui avait volé sa vache à une pauvre veuve ; le mariage des neuf filles du diable ou la prise au pied de la lettre de l’expression « graisser la patte »22. Il puise toujours à bonne source, en particulier dans les Vitae Patrum et dans la Légende dorée, mais cette source n’a pu être identifiée par les éditeurs dans plus d’un cas sur deux23. Jamais un vidi ou un audivi ne vient relever cette série d’emprunts livresques, qui cadre bien avec la période d’exploitation du stock narratif identifiée par Jacques Le Goff. Je souligne toutefois la pertinence des choix opérés dans ce fonds. À preuve, cette histoire destinée à persuader les fidèles qu’il est dangereux de s’en remettre à ses proches pour assurer le salut de son âme : un ermite vit en songe « un homme assis devant une table remplie de toutes sortes de mets. Une autre table, vide, se trouvait derrière lui. Comme on lui demandait ce que cela signifiait, il répondit : cette table qui se tient devant moi, ce sont les œuvres de miséricorde que j’ai accomplies pendant ma vie et dont je bénéficie maintenant. Quant à la table qui est derrière moi, je l’ai disposée de mon vivant, en ordonnant à ma femme et à mes enfants de veiller de quelque façon au salut de mon âme. Or elle est encore vide, parce qu’ils m’ont oublié ». Ici, la leçon se dégage d’elle-même ; ailleurs, de longues moralisations s’en chargent, ainsi à propos du roi qui ne pouvait supporter de boire du vin non coupé24.

  • 25 Voir H. Ρlatelle, Les Exemples du Livre des Abeilles, Turnhout, 1997.
  • 26 Sermones, p. 171-172,1. 66-89. Nous donnons une version contractée de cet exemplum.

14Dans la ligne de Thomas de Cantimpré, très soucieux, dans le Bonum universale de apibus, de célébrer les conquêtes pastorales des premiers disciples de saint Dominique25, notre auteur s’efforce de souligner l’originalité des frères mendiants. Il loue en particulier leur aptitude à prendre en compte la condition sociale et professionnelle des fidèles, en mettant en scène un ancien marchand, pécheur endurci, auquel un frère s’adressa en ces termes, à la requête de sa femme inquiète pour son salut : « Voudriez-vous aujourd’hui passer avec moi un marché dans lequel vous pourriez gagner cent marcs ? Je vous donne toutes les bonnes œuvres que j’ai faites dans mon ordre depuis trente ans (les jeûnes, les prières, les prédications, etc.) en échange de vos péchés. Maintenant, dites-moi donc vos péchés ! » Le marchand accepta le troc, mais voulut, dans un premier temps, se contenter d’une confession incomplète. Il en vint finalement à des aveux complets, arrosés d’abondantes larmes26.

Le propagateur du christianisme d’après-Latran

  • 27 Voir à ce propos A. Vauchez, « Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274) », d (...)

15Narrateur habile, pédagogue maître de ses effets, Pérégrin d’Opole compte parmi les propagateurs du christianisme d’après le concile de Latran IV de 1215, entendu à la fois comme un corps de croyances et comme un ensemble de rites et de règles de comportement27.

  • 28 Sermones, éd. citée, latin, p. 9 et 123.
  • 29 Ibid., p. 124, 140-141.

16Loin de prendre en compte l’ensemble du « catéchisme » exposé par le prieur de Ratibor et autres lieux, je me contenterai de le présenter comme un porte-parole de la « religion christique de salut » chère à Emmanuel Le Roy Ladurie. Son Christ souffre, évidemment, comme les crucifix allemands et polonais. « Homme, vois la croix à laquelle j’ai été suspendu par toi, vois les clous qui ont été fichés à travers mes pieds et mes mains. » Loin de se limiter à la Passion, ces souffrances ont duré toute une vie : « la servitude du Christ fut longue et pesante, puisqu’il nous a servis pendant trente-trois ans en souffrant la faim et la soif, en étant à la peine, en se déplaçant, et en subissant le chaud et le froid »28. Son Christ saigne abondamment, selon les canons de l’époque, mais il pleure aussi beaucoup, ce qui est plus original. Le Seigneur verse des larmes pour quatre raisons, pas moins, dont le fait d’être séparé des hommes par le péché. Ces pleurs ont été annoncés par ceux de David, tout marri de devoir se séparer de Jonathan, qu’il aimait profondément. Ces pleurs, les fidèles doivent les réitérer quand ils reçoivent l’eucharistie29.

  • 30 Ibid., p. 125-126, 144-145.

17Son Christ ne manque pas de consoler les pauvres humains, en présentant un aspect maternel prononcé. Il ne cesse de penser à nous au ciel, comme une mère s’inquiète en permanence de son fils parti au loin. En un autre passage, le parallèle est poussé encore plus loin : « La mère cajole son fils en pleurs en baissant la voix, en essuyant ses larmes et en lui donnant des consolations. De même, le Christ consolera les affligés par ses douces paroles, puis en essuyant leurs larmes et enfin en nous accordant des récompenses »30.

  • 31 Ibid, p. 140, 64. 141-142.
  • 32 Ibid, p. 142, 7-10.
  • 33 Ibid., p. 42.

18Quoique contemporain de l’apogée de la chrétienté, le religieux silésien fait preuve d’un pessimisme foncier, laissant entendre que le christianisme n’a pas attendu les crises du bas Moyen Âge pour broyer du noir et se draper de couleurs tragiques. En héritier d’innocent III. Pérégrin reprend les poncifs macabres ; en disciple de saint Dominique, il croit que la menace du châtiment pèse en permanence sur l’humanité et que seule la présence des gens de bien permet aux méchants d’obtenir un sursis. Tel un moine des temps obscurs, il cultive le mépris du monde au point d’estimer que « si l’on veut bien considérer le lieu où nous sommes et celui vers lequel nous nous dirigeons, il vaudrait mieux pleurer que se réjouir ». Ne sommes-nous pas en effet pris dans une nasse ? « Si je regarde vers le haut, je vois la patrie céleste dont j’ai été chassé. Je ne sais si j’y reviendrai jamais. Si je regarde vers le bas, je vois mon tombeau sur la terre... Si je regarde devant moi, je vois mes amis et mes compagnons gisant sur le brancard funéraire »31. En-deçà de ce pessimisme, qui tient de l’angoisse existentielle, se placent un très fort sentiment de culpabilité (« nous savons que nous sommes coupables en tant et tant de domaines ») et une obsession eschatologique permanente, au nom de laquelle la venue du Messie à Noël annonce son terrifiant retour à la Fin des Temps32. À force de rapprocher l’alpha et l’oméga, les guides du peuple chrétien ne s’attardent pas aux évocations rassurantes : dans l’enfant de la crèche, ils ne peuvent s’empêcher de voir le crucifié. L’étoile des Rois mages ressemble à un « très bel enfant sur la tête duquel une croix resplendissait »33.

  • 34 J. Kloczowski, Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987, présente le XIIIe siècle comme un t (...)
  • 35 Sermones, latin, p. 43-47.

19Tout en inculquant une version inquiète et larmoyante de l’évangile, notre auteur cherche à diffuser des normes rituelles et comportementales caractéristiques du christianisme occidental du XIIIe siècle, très encadré et très normalisé. Cette police des comportements n’était sans doute pas ignorée dans le monde orthodoxe, mais je manque d’informations à ce sujet. Je me contente donc d’observer que les sermons dont je dispose ont pour but de propager les modèles romains en un pays qui n’est plus une terre de mission34. L’allocution du premier dimanche après l’Épiphanie, bâtie sur Luc 2, 46 : « au bout de trois jours, ses parents le découvrirent dans le temple », fournit un bel exemple des efforts déployés par le prédicateur pour forger des esprits et des corps dociles. Il commence par rappeler que, quand les juifs se rendaient au temple, les hommes étaient séparés des femmes. Cette coutume, que l’on peut rapprocher de la corde tendue par certains missionnaires du bas Moyen Âge entre les deux sexes, « avait été instaurée pour des raisons d’honnêteté », précise-t-il. Et de poursuivre : l’exemple de Jésus et de ses parents « nous incite à la visite des lieux saints », à la place de celle des tavernes et des lupanars, et au respect des jours de fête où on doit se consacrer uniquement à la prière. Ce précepte est, hélas, souvent bafoué, les uns se souciant d’acheminer le blé au moulin et les autres les denrées aux foires. À l’exemple de Joseph et de Marie, nous devons « mener nos enfants à l’église pour qu’ils prennent l’habitude de bien faire », et ne rentrer à la maison qu’une fois la fête terminée. Beaucoup de fidèles n’ont pas cette patience : « après avoir entendu les sermons ou l’annonce des jours fériés, ou après avoir vu le corps du Christ, ils se précipitent chez eux, mus par le diable qui les attire hors de l’église alors que l’office n’est pas terminé ». Le texte laisse entendre qu’il y a des délestages successifs, après le prône, après le sermon et après la consécration. Le fameux verset de saint Luc, qui ne suscite pas le développement attendu sur Jésus et les docteurs, comporte un dernier enseignement : si nous avons perdu le Christ, il nous faut le chercher assidûment, comme Joseph et Marie, et en des lieux adéquats, ce qui exclut le marché et la taverne35.

  • 36 Ibid., p. 44,1. 23-36.

20Toujours dans ce sermon, le futur provincial de Pologne multiplie les recommandations. Il prône l’assistance à la messe et l’écoute attentive des homélies en relatant l’histoire d’un bourgeois qui, au lieu de se rendre à l’office, s’en allait à cheval visiter ses propriétés, ses champs et ses moulins à la campagne. Insensible aux conseils de son épouse, il n’hésitait pas à lui lancer : « je sais mieux ce que je dois faire que tes prédicateurs ». Un jour qu’il chevauchait, le diable vint à sa rencontre, et lui ordonna de descendre de sa monture pour venir entendre sa messe en enfer36.

  • 37 Ibid., p. 93, 76.
  • 38 Ibid., p. 92.

21Le problème de la confession revient à plusieurs reprises dans l’homiliaire, surtout par le détour des exempla. Le diable, nous est-il dit, redoute plus que tout les effets du sacrement de pénitence. Il ne nous fera pas de croche-pied pour nous empêcher d’aller à Saint-Jacques, au sermon ou à la messe, mais il n’hésitera pas à nous saisir à la gorge pour nous interdire de parler à confesse. Il n’y a donc aucune raison d’user avec parcimonie de ce sacrement qui lave plus blanc : le jour de la quinquagésime, un avertissement est lancé aux nombreux fidèles « qui ne se sont pas confessés et qui n’ont pas pleuré leurs péchés depuis le carême passé jusqu’à maintenant »37. L’aveu doit être aussi complet que circonstancié et doit se faire auprès d’un confesseur expérimenté, ce qui s’accompagne d’une pique contre les confrères incompétents, incapables de réciter exactement la liste des sept péchés, des sept vertus, des dix commandements, etc.38

  • 39 Histoire religieuse de la Pologne, p. 135-140.
  • 40 Sermones, p. 48-49,1. 1-37.

22Après les prescriptions rituelles, je retiendrai, dans le domaine moral, ce qui touche au mariage, à la famille et à l’éducation des enfants, en écho à Jerzy Kloczowski qui a souligné la dimension familiale et affective du christianisme polonais39. Le dominicain silésien célèbre l’éminente dignité du mariage, le premier des sacrements, souligne-t-il. Il place cette règle de vie instaurée par Dieu au-dessus de celles élaborées par Benoît, Bernard et Dominique pour leurs ordres respectifs. Qui plus est, le mariage a été institué « dans le temps le plus heureux qui fût jamais, avant le péché », et « dans le lieu le plus digne et le plus heureux qui soit au monde, c’est-à-dire le paradis », pour signifier que les époux, « s’ils ont bien vécu, peuvent parvenir au paradis supérieur, c’est-à-dire au royaume des cieux ». Cet éloge, sans doute sincère, s’explique aussi, comme le reconnaît le prédicateur, par le souci de réfuter les hérétiques convaincus « qu’aucun homme ne peut se sauver dans le mariage. » Jésus lui-même a ruiné cette assertion en se rendant avec sa mère et ses disciples aux noces de Cana40.

  • 41 Ibid., p. 49-50,1.43-60.
  • 42 Ibid., p. 50,1. 75-77.
  • 43 Ibid., p. 50,1. 77-85.

23Non content de célébrer la grandeur du mariage, notre dominicain cherche à réfréner les abus du pouvoir marital, à commencer par les violences physiques exercées sur leur femme par des ivrognes de retour de la taverne, désireux de se venger des humiliations qu’ils y ont subies. D’où cette vigoureuse adresse au mari : ta femme « doit avoir les mêmes avantages que toi, pour le vêtement, la nourriture, la boisson et les commodités de l’existence ». Suit une attaque contre les tyrans domestiques qui « ne laissent à leurs femmes à peu près aucune propriété matérielle ; ils mettent tout sous clef devant elles, au point qu’elles n’ont pas le nécessaire pour leurs propres enfants ni pour elles-mêmes » et qu’elles ne peuvent pas se payer le bain et autres choses41. Ces accapareurs sont qualifiés sans détours de « voleurs de leurs épouses » par un religieux qui n’hésite pas à donner à la femme le beau rôle dans le couple (pour inciter son conjoint à aller à la messe et à se confesser) et qui est bien conscient de mériter les compliments de la gent féminine : « Grand bien à ce prédicateur, disent les dames, pour avoir si bien parlé en notre faveur contre les hommes »42. Tout en épousant la cause des femmes, peut-être par habitude de voir des mulieres religiosae fréquenter son couvent et suivre ses sermons, le frère ne saurait encourager la guerre des sexes. Aussi s’efforce-t-il de définir une via media : s’il peut arriver que la femme mérite de recevoir une gifle de son mari, elle ne doit pas pour autant se plier toujours au bon plaisir de ce dernier, tout en se gardant de verser dans la contradiction systématique43.

  • 44 Ibid., p. 51,1. 96-107 ; p. 111.

24L’éducation des enfants constitue un problème capital pour l’avenir de la société chrétienne. Il ne faut pas hésiter à les corriger de bonne heure et à leur enseigner la crainte de Dieu, sinon, devenus grands, « ils se soucient peu des reproches qu’on leur adresse ». S’il faut punir à bon escient, il faut aussi savoir manifester de l’affection : « les bonnes mères ont cette habitude : quand elles punissent leurs enfants et même quand elles leur infligent la discipline, si elles voient ensuite qu’ils pleurent sans pouvoir se consoler, elles les apaisent par de douces paroles et elles les caressent »44.

Un « passeur » à la frontière de deux aires culturelles

25Il nous reste maintenant à considérer en Pérégrin d’Opole le « passeur culturel ». L’octroi de ce qualificatif très « tendance » doit d’emblée être pondéré par le rappel du caractère stéréotypé de bien des sermons, dont le fond de tableau, ce qu’on appellerait le décor au théâtre, pourrait convenir à l’ensemble de l’Europe, du Tage à la Vistule, en des temps que l’on peut qualifier grosso modo de féodaux. Si l’on ne retenait que ces clichés, dont la recension reste néanmoins utile, Pérégrin ne mériterait pas le titre de passeur, mais plutôt celui de serviteur dévoué de la pensée romaine et occidentale unique. Cependant, son rôle de médiateur entre l’aire culturelle germanique et Faire slave me paraît incontestable pour plusieurs raisons.

  • 45 Wolny, op. cit. n. 19, p. 250 ; Tatarzynski, éd. citée, p. 50,1. 82 et suiv.
  • 46 Ibid., p. 104, 1. 43. Dans le quis in te ?, il n’est pas difficile de reconnaître le dis-moi qui t (...)
  • 47 Ibid., p. 167,1. 119-131.

26Cette médiation s’exerce d’abord au plan linguistique, vu la diversité de ses auditoires, qui lui impose d’être au moins trilingue. À ce propos, deux passages retiennent l’attention. Parlant de ces femmes qui font toujours le contraire de leur mari, le dominicain nous dit, dans l’édition Wolny, qu’elles « revêtent ce manteau que l’on appelle nevesci swar », c’est-à-dire la querelle féminine. Dans l’édition Tatarzynski, ce manteau s’appelle vrowencrik, où il n’est pas difficile de reconnaître le frauwen Krig donné entre parenthèses par Wolny, c’est-à-dire la guerre des femmes. Deux éditeurs nous valent donc deux expressions, l’une polonaise, l’autre allemande, pour désigner ce fameux drap plus résistant que l’écarlate dans lequel certaines femmes se drapent pour dire noir quand leur mari dit blanc45. En un autre passage, consacré aux outrages subis par le Christ, le prédicateur nous dit que ses tortionnaires « se moquaient de lui comme le font les enfants quand ils jouent au jeu appelé cuzzebut et qu’ils disent : “qui en toi ?” »46, ce qui fait penser à colin-maillard. Le terme cuzzebut semble être plus germanique que polonais. Sans habiter une tour de Babel, l’orateur évolue dans un carrefour linguistique, aussi peut-on s’étonner de sa discrétion le jour de la Pentecôte, où il se contente de rappeler que les apôtres « parlaient toutes les langues de la terre par la vertu du Saint-Esprit ». Ce prodige ne le surprend pas, puisque le héros d’un exemplum dû à Grégoire le Grand a appris, au cours d’un passage au ciel, à parler le grec et d’autres langues qu’il ignorait47. Visiblement, la glossolalie n’est pas le souci premier de notre apôtre, peut-être en raison de sa virtuosité linguistique, ou du possible recours à un latin passe-partout ?

  • 48 Ibid., p. 56 : « s’ils ont 10 marcs, ils veulent en avoir 100 ; s’ils en ont 100, ils veulent en a (...)

27L’imaginaire social véhiculé par les sermons ici pris en compte est celui d’un urbain peu porté à évoquer la vie rurale, bon connaisseur des patriciens dévorés par le désir de s’enrichir, et bien conscient des périls qui guettent les mineurs, nombreux en Europe centrale à cette époque. Il nous relate ainsi qu’une femme « faisait parvenir chaque jour du pain et du vin à son mari que la terre avait enseveli alors qu’il creusait pour en extraire de l’argent. Elle le sustenta pendant un an, à la fin duquel on le libéra sain et sauf »48.

  • 49 Ibid., p. 104 et 125.

28Les pratiques judiciaires ici évoquées sont-elles germaniques, polonaises, ou germano-polonaises ? Je laisse aux spécialistes le soin d’en décider. Il s’agit de l’habitude de voiler les yeux d’un voleur quand on le conduit au gibet, et de la coutume de porter le cadavre de la victime devant le tribunal, pour déchaîner la colère et les appels à la vengeance contre les assassins, sous la forme : « Juge et venge, juste juge ! »49.

  • 50 Ibid., p. 149,1. 62-64.
  • 51 Ibid., p. 156,1. 13-14 ; p. LXXIV ; p. 45,1. 81-83.

29Si la majeure partie de l’imagerie politique est stéréotypée et conventionnelle, certaines de ses composantes relèvent toutefois d’un point de vue centre-européen. Le roi puissant en son royaume et capable d’y faire ce qu’il veut n’est sans doute pas le roi de Pologne, encore faible à cette époque, mais peut être le roi de Bohême ou, plus probablement, le Capétien, doté vers 1300 d’un prestige sans égal. Un parallèle dressé par l’orateur le dit d’ailleurs explicitement : « il serait sot de demander la joie du monde au Seigneur de toutes choses, comme il ne serait pas convenable de demander au roi de Lrance une goutte d’eau ou de vin »50. En revanche, rien n’interdit de penser que le roi victorieux qui monte à son palais pour se reposer gravit les degrés du Wawel cracovien ou ceux du Hradcany praguois. En un autre passage, se trouve explicitement mentionné un certain duc Wratislaw, qui est très probablement le duc de Silésie Wladislas, qui a régné de 1246 à 1281 et brigué le trône de Pologne en 1273, avant que ses possessions ne fussent partagées entre ses quatre fils. Le texte semble laisser filtrer une discrète nostalgie : « Si tu cherchais le duc Wratislaw à Jérusalem, où il ne possédait rien parce que ce n’est pas son pays, tu ne l’y trouverais pas. De même, si tu cherchais le Christ au marché, à la taverne ou à la danse, tu ne l’y trouverais pas »51.

  • 52 Ibid., p. 605-609 (latin).

30Bien qu’ils émanent d’un religieux nouveau style, ces sermons véhiculent la vieille idéologie slave et centre-européenne du roi souffre-passion, prêt à se sacrifier pour le salut de son peuple. L’homélie consacrée à saint Venceslas de Bohême († 939) est empreinte de connotations christiques et franciscaines manifestes. Le thème (« voici que le sang de ton frère crie vers moi de la terre ») assimile d’emblée Venceslas à Abel et le meurtrier Boleslas à Caïn. La sainteté du premier éclate dans ses mortifications : le port d’un cilice sous son habit royal, les levers nocturnes, en plein hiver, pour visiter nu-pieds des églises où « ses pieds délicats laissent des traces sanglantes ». Il joue aussi les grands-prêtres, battant et broyant le blé pour en faire des hosties, pressant les raisins pour en faire du vin non fermenté destiné aux églises. À défaut d’être un « roi-hostie » comme Saint Louis, Venceslas se comporte en grand ordonnateur du saint sacrifice dans son royaume. Quand son frère Boleslas le convie à un banquet, il pressent que sa fin est proche. Au lieu de fuir, comme on le lui conseille, il choisit de se comporter comme le Christ lors de la dernière Cène : « Buvons, proclame-t-il, ce calice de la passion en l’honneur de saint Michel, pour qu’il conduise nos âmes en paradis ». La nuit venue, il se rend à l’église comme de coutume, et tombe sous les coups de Boleslas et de ses sbires52. En ces lignes, la royauté sacrée à l’ancienne se trouve revêtue des oripeaux du franciscanisme et de la religion christique de salut, en honneur vers 1300.

  • 53 Ibid., p. 60,1. 83-85 ; p. 39,1. 1-26.

31Dans le domaine religieux stricto sensu, Pérégrin est bien un fils de l’Europe centrale. Il ne s’en prend qu’une fois, très brièvement, aux sorcières « qui déçoivent les hommes par leurs incantations », peut-être parce que l’ère du compromis entre le christianisme et la religion agraire traditionnelle n’est pas tout à fait close. Le sermon de l’Épiphanie lui donne l’occasion de soulever explicitement le problème des païens, encore majoritaires en Lituanie. Il voit dans les Rois mages « l’avant-garde des peuples » qui ont cru dans le Fils de Dieu. « C’est aujourd’hui, souligne-t-il, que commença l’appel des peuples à la foi du Christ ». Ces populations ont été arrachées à une situation paradoxale : en effet, elles avaient beau croupir dans le péché, Dieu ne leur en accordait pas moins les biens de la nature et de la fortune. Il ne leur refusait ni le soleil ni la pluie. Mais leur condition était misérable, et leur aveuglement était tel « qu’ils rendaient honneur aux dieux par des figures de bois, des pierres et des oiseaux, sans en retirer aucune consolation dans la vie comme dans la mort »53. Il est difficile de ne pas faire le rapprochement avec le paganisme des Slaves et plus encore avec celui des Baltes, sans parler des Lituaniens.

  • 54 Ibid., p. 27, p. 6 et p. 100 (I. 36-42).

32Les juifs sont bien présents dans les homélies, ou sur le mode de la cohabitation paisible et fructueuse (« Raconte de quelle façon Marie a guéri à Rome un juif aveugle devant sa statue »), ou sur celui d’une concurrence redoutable (« Raconte l’exemplum concernant la femme qui vendit son enfant à un juif »). Sans verser dans le délire antijudaïque d’un Berthold de Ratisbonne, le prieur de Ratibor prend à partie les tenants de l’Ancienne Loi dans le sermon du dimanche de la Passion. « La perversité des juifs, proclame-t-il, apparaît en ceci que, non contents de blasphémer la doctrine de Dieu, ils voulurent aussi le lapider. Comme des corbeaux sortis de l’enfer, ils ont mis en pièces la colombe avec leurs becs ; comme des loups, ils ont lacéré le doux agneau par leurs morsures et leurs malédictions ; comme des chiens fous, ils ont mordu leur pasteur, et maintenant ils ont pris les pierres les plus dures pour le lapider »54. Cette charge en annonce d’autres, plus violentes, de la part des successeurs de notre frère dominicain.

33Il me reste à mentionner un dernier trait de celui-ci : il participe intensément du culte de ces martyrs dont l’apostolat et le sacrifice ont permis la conversion de l’Europe centrale. Il vénère ces tombeaux autour desquels s’est organisée la piété populaire et sur lesquels se sont édifiées les églises nationales, à Gniezno, à Cracovie et à Prague. Pour en prendre la mesure, il faut se tourner vers les sermons de sanctis, en particulier vers les allocutions consacrées à sainte Élisabeth de Hongrie, à sainte Hedvige de Silésie, à saint Venceslas déjà cité, à saint Stanislas et à saint Adalbert.

  • 55 Ibid., p. 573-577 (latin).

34L’homélie consacrée à saint Adalbert55, cet évêque venu de Prague à la fin du Xe siècle pour convertir les Polonais et les Pruthènes, n’est pas un simple décalque de la Vita du martyr et ne constitue en rien le pendant verbal de la célèbre porte de la cathédrale de Gniezno. La raison essentielle de cette discordance réside dans le fait que le prédicateur a opté pour un plan thématique et systématique. Dans la première partie, consacrée aux vertus de son héros, il veut à toutes forces le comparer à un ange, ce qui donne lieu à des développements assez fades, la fonction de médiation mise à part. Dans le second point, il faut faire éclater la virtus du saint et donc relater certains de ses miracles. En conséquence, des passages de la Vita sont utilisés au service d’une argumentation, mais l’économie du récit n’est pas respectée. À aucun moment, l’orateur ne s’exalte. Je retiens de cette allocution assez convenue qu’elle mentionne le passage d’Adalbert de Bohême en Hongrie « pour annoncer la parole de Dieu », et de Hongrie en Pologne, où, avant de s’adresser aux païens des bords de la Baltique, il s’attache à convertir « un prince du nom de Boleslas et une grande partie du peuple à la foi chrétienne ». Ces lignes font d’Adalbert le grand « convertisseur » de l’Europe centrale. Je relève aussi au passage que deux anges, nommés Stanislas et Adalbert, comparés aux deux chérubins bibliques qui protégeaient l’Arche de Dieu de leurs ailes, sont chargés de veiller sur l’Église, entendons sur l’Église de Pologne. C’est une façon élégante de renvoyer Gniezno et Cracovie dos à dos.

35J’en viens aux conclusions qui se dégagent de ces premières analyses, dans lesquelles il faut voir simplement un rapport d’étape. À en juger par la version latine de ses sermons, Pérégrin d’Opole a choisi d’être un médiateur efficace. Parlent en ce sens les plans limpides de ses allocutions, le petit nombre de citations scripturaires, et la concision du narrateur soucieux de sélectionner des anecdotes frappantes et d’en tirer des leçons claires. Prêchent aussi en ce sens le souci d’humaniser le message chrétien, en jouant sur des ressorts psychologiques variés, et la volonté délibérée de tracer aux fidèles des programmes précis de comportement. Quand il traite de la vie conjugale et des relations hommes-femmes, le dominicain silésien rompt avec la misogynie dominante dans le clergé et doit légitimement s’attirer les faveurs de la gent féminine.

  • 56 J. Kloczowski, op. cit., p. 135-137. Notre conclusion va dans le même sens que les analyses de cet (...)

36Le passeur culturel, quant à lui, présente deux visages. Sur la ligne de contact entre le monde germanique et le monde slave, il ne multiplie pas les jongleries linguistiques. Dans les représentations et les valeurs qu’il véhicule, il est très difficile de distinguer l’élément slave de l’élément germanique, sauf quand il parle des saints nationaux et, moindrement, du champ politique. Résidant dans une vaste zone de marches entre christianisme et paganisme, et entre catholicisme et orthodoxie, il se révèle être un propagateur zélé du christianisme latin d’après Latran. Son héros par excellence, c’est saint Adalbert, qui a largement contribué à faire basculer la Bohême, la Hongrie et la Pologne dans le camp romain. Il ne fait pas la moindre réserve sur le côté péremptoire et autoritaire de la mission de l’évêque de Prague, que le professeur M. Serwanski aime à résumer ainsi : « je m’appelle Adalbert et je viens vous enseigner la vraie foi ». Il célèbre sans réticence l’un de ses miracles punitifs, qui a consisté à rendre muets des Poméraniens peu disposés à lui indiquer le bon chemin. À ce titre, Pérégrin d’Opole doit occuper une bonne place parmi les propagateurs de la culture scolastique et gothique, et des « valeurs, symboles et représentations de la culture ouest-européenne »56, qui se sont profondément enracinés à l’est de l’Oder aux XIIIe et XIVe siècles.

Notes

1 Peregrinus de Opole, Sermones de tempore et de sanctis, R. Tatarzynski éd., Varsovie, 1997 (Institutum Thomisticum), p. LXXIII-LXXIX. Richard Tatarzynski rectifie certaines affirmations de ses devanciers, dont J. Longère, La Prédication médiévale, Paris, 1975, p. 118.

2 Peregrinus de Opole, op. cit., p. LXXIII et suiv.

3 Prosopographische Studien zur Geschichte Oppelns als herzoglicher Residenzstadt im Mittelalter, Berlin, 1995. Joseph Morsel a donné un dense compte rendu de cet ouvrage dans le Bulletin de la MHFA de 1996, p. 179-180.

4 Sermones de tempore et de sanctis, éd. citée, p. LXXX. Désormais cet ouvrage sera simplement désigné sous le titre de Sermones.

5 La divergence entre les deux auteurs tient au fait que Schneyer a pris en compte plusieurs années liturgiques, au cours desquelles Pérégrin a tissé des variations sur les mêmes thèmes, au point de fournir parfois six ou huit versions de la même allocution (cf. R. Tatarzynski dans Sermones, p. LXXX-LXXXII).

6 N. Bériou, L’Avènement des maîtres de la parole, Paris, 1999, p. 134 et suiv.

7 Texte latin dans Sermones, éd. citée, p. 58.

8 Ibid., latin, p. 72.

9 Ibid., p. 8.

10 Ibid., p. 13.

11 Ibid., p. 9 ; N. Bériou, L’Avènement, op. cit., p. 424 et suiv.

12 J’ai dénombré 7 autorités dans le sermon du deuxième dimanche de l’Avent, et 11 dans le sermon suivant (Sermones, p. 7-14).

13 L’éditeur, R. Tatarzynski, opère de nombreux renvois à la Silva allegoriarum totius Sacrae Scripturae de Lorete Dom Geronymo, Barcelone, 1570, héritière de l’exégèse allégorique du Moyen Âge.

14 Sermones, éd. citée, latin, p. 6, 1. 97-104.

15 Ibid., p. 147-148.1.22-26.

16 Rufin, I, 36-37, De Theodore confessore apud Antiochiam, PL., 20, col. 504.

17 Sermones, p. 145, 1.68-79. Ce récit est repris par Théodoret de Cyr, Histoire ecclésiastique, III, 11, 2-3 (indication fournie par Annik Martin).

18 Sermones, p. 103 (1. 1-15), p. 115 (1. 83-86).

19 J. Wolny, « Exempla z kazań niedzielnych Peregryna z Opola », dans Kultura elitarna i kultura masowa w Polsze późnego Średniowiecza, Breslau-Varsovie-Cracovie-Gdansk, 1978, p. 243-282 (éd. p. 248-274). Voir à ce propos R. Tatarzynski dans Sermones, p. CXII.

20 Sermones, p. 6 et 13.

21 Ibid., p. 41 et 22.

22 Ibid., p. 16, 91, 131.

23 Wolny et Tatarzynski indiquent la provenance de 17 des 44 anecdotes recensées, soit : Vitae Patrum 4, Grégoire le Grand 2, Légende dorée 4, Summa vitiorum 1, Gesta Romanorum 3, Étienne de Bourbon 1, Césaire de Heisterbach 1, Initia exemplorum 1.

24 Sennones, éd. citée, p. 74 et 76.

25 Voir H. Ρlatelle, Les Exemples du Livre des Abeilles, Turnhout, 1997.

26 Sermones, p. 171-172,1. 66-89. Nous donnons une version contractée de cet exemplum.

27 Voir à ce propos A. Vauchez, « Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054-1274) », dans Histoire du christianisme, 5, Paris, 1993, p. 737 et suiv. L’auteur souligne le tournant pastoral de l’Église au XIIIe siècle, le renforcement des structures d’encadrement, le renouveau de la prédication et l’essor de la pratique sacramentelle.

28 Sermones, éd. citée, latin, p. 9 et 123.

29 Ibid., p. 124, 140-141.

30 Ibid., p. 125-126, 144-145.

31 Ibid, p. 140, 64. 141-142.

32 Ibid, p. 142, 7-10.

33 Ibid., p. 42.

34 J. Kloczowski, Histoire religieuse de la Pologne, Paris, 1987, présente le XIIIe siècle comme un tournant majeur (p. 84 et suiv.). À partir de 1320, on voit s’approfondir la christianisation, toujours suivant le modèle occidental (p. 118 et suiv.).

35 Sermones, latin, p. 43-47.

36 Ibid., p. 44,1. 23-36.

37 Ibid., p. 93, 76.

38 Ibid., p. 92.

39 Histoire religieuse de la Pologne, p. 135-140.

40 Sermones, p. 48-49,1. 1-37.

41 Ibid., p. 49-50,1.43-60.

42 Ibid., p. 50,1. 75-77.

43 Ibid., p. 50,1. 77-85.

44 Ibid., p. 51,1. 96-107 ; p. 111.

45 Wolny, op. cit. n. 19, p. 250 ; Tatarzynski, éd. citée, p. 50,1. 82 et suiv.

46 Ibid., p. 104, 1. 43. Dans le quis in te ?, il n’est pas difficile de reconnaître le dis-moi qui t’a frappé de l’évangile.

47 Ibid., p. 167,1. 119-131.

48 Ibid., p. 56 : « s’ils ont 10 marcs, ils veulent en avoir 100 ; s’ils en ont 100, ils veulent en avoir 1000 » ; p. 95,1. 55-57.

49 Ibid., p. 104 et 125.

50 Ibid., p. 149,1. 62-64.

51 Ibid., p. 156,1. 13-14 ; p. LXXIV ; p. 45,1. 81-83.

52 Ibid., p. 605-609 (latin).

53 Ibid., p. 60,1. 83-85 ; p. 39,1. 1-26.

54 Ibid., p. 27, p. 6 et p. 100 (I. 36-42).

55 Ibid., p. 573-577 (latin).

56 J. Kloczowski, op. cit., p. 135-137. Notre conclusion va dans le même sens que les analyses de cet auteur, qui se situent sur un plan général.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site