Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Le trésor de reliques de l’abbaye de Zwiefalten

Un précieux témoignage des échanges culturels entre Orient et Occident

Edina Bozóky

Texte intégral

  • 1 W. Setzler, Kloster Zwiefalten. Eine schwäbische Benediktinerabtei zwischen Reichsfreiheit und Lan (...)

1L’abbaye bénédictine de Zwiefalten, située près d’Ulm, en Souabe, fut fondée en 1089 par deux comtes, Kuno de Wülflingen et Liuthold d’Achalm. Cette fondation se rattacha au mouvement de la réforme de Hirsau, inspirée par Cluny. À l’époque des événements dont il s’agira ici, vers 1 138, elle comptait 70 moines, 130 frères convers et 62 moniales. Mais notre propos ne concerne pas l’histoire générale du monastère, qui fut étudiée en détail par W. Setzler1.

  • 2 Ortlieb, De fundatione monasterii Zwilvildensis, H. F. O. Abel éd., Hanovre, 1852 (MGH SS, 10), p. (...)
  • 3 Berthold, Liber de constructione monasterii Zwilvildensis, cf. L. Wallach, « Berthold of Zwiefalte (...)
  • 4 Notae Zwifaltenses, G. Waitz éd., Hanovre, 1879 (MGH SS, 24), p. 829-830, à la p. 829 (années 1156 (...)
  • 5 L’inventaire des reliques de la fin du XVe siècle, contenu dans le manuscrit Stuttgart, Württember (...)
  • 6 L’obituaire fut ajouté au calendrier du Psautier d’Egbert.
  • 7 Necrologium Zwifaltense, F. L. Baumann éd., Berlin, 1888 (MGH Necrol. Germ., 1), p. 240-268.

2Zwiefalten, dont les bâtiments actuels sont de style baroque, nous intéresse avant tout à cause de ses relations privilégiées avec la Pologne, d’où provenait une importante partie du trésor de l’abbaye. La documentation sur ces relations, et en général sur l’histoire de l’abbaye médiévale nous fournit des renseignements extrêmement riches et précis : pour la période concernant la première moitié du XIIe siècle, nous disposons de deux chroniques contemporaines, celles d’Ortlieb2 (1135-1137) et de Berthold3 (1137-1138), des notes de dédicaces d’autels4, d’un inventaire des reliques5, d’un obituaire du XIIe siècle6 ainsi que d’un nécrologe7. De plus, certains des objets dont il sera question existent encore, notamment la main droite de saint Étienne, relique la plus insigne de l’abbaye, qui constitue le principal centre d’intérêt de ma présentation.

  • 8 L’article de Sz. Wieczorek, « Zwiefalten i Polska w Pierwszej Polowie XII w. », Kwartalnik History (...)

3En effet, en dehors des sources déjà mentionnées, un récit bref mais très dense, rédigé par un moine de Zwiefalten, raconte la translation de la relique de la main de saint Étienne en 1140 de Pologne à Zwiefalten. Il ne s’agit pas d’un simple trajet ; son histoire ouvre des horizons bien plus larges et jette un éclairage nouveau sur les relations qui existaient dans la première moitié du XIIe siècle entre les familles princières de l’Est et de l’Ouest et sur les modalités de la circulation des biens8. Par ailleurs, plusieurs personnages qui figurent dans le récit se sont distingués par leur participation à des échanges culturels. Au travers des objets, personnages et événements que nous allons évoquer ici, tout un réseau d’échanges peut être reconstitué. Les intérêts politiques ont provoqué des alliances matrimoniales et, par ce biais, la circulation des biens culturels, dans un espace géographique de grande étendue.

4Après avoir présenté le récit des tribulations de la main de saint Étienne jusqu’à son arrivée à Zwiefalten, je m’attacherai à l’analyse du trésor du monastère, pour terminer par un bilan sur les échanges culturels dont l’abbaye fut la bénéficiaire.

  • 9 H. Spilling, op. cit. n. 5, p. 10.

5Le texte qui relate la Translation de la main d’Étienne a été ajouté d’une autre main au manuscrit autographe d’Ortlieb sur les feuillets restés blancs (Stuttgart, Landesbibliothek, Cod. hist. 4° 156, fol. 51 et suiv.). Sa rédaction est attribuée à Ortlieb par certains chercheurs, dont récemment H. Spilling9.

6Le récit se divise en deux séquences : la première raconte le sort de la relique d’Étienne avant son acquisition par le duc de Pologne Boleslaw III ; la deuxième, fondée sur les expériences vécues des moines de Zwiefalten, concerne l’obtention de la relique par l’abbaye.

  • 10 Boleslaw a épousé en 1103 Svislava, fille aînée de Sviatopolk.

7L’histoire de la main de saint Étienne commence, dans notre récit, au temps de l’empereur Henri IV 1081-1106) (et du duc de Pologne Boleslaw III, surnommé Bouche-Torse. Après la mort de son père (1102), Boleslaw a réussi en 1107 à chasser son demi-frère aîné, le duc Zbigniew, grâce à l’appui des chevaliers et des alliances établies avec le roi de Hongrie et le grand prince de Kiev, Sviatopolk II Michaël, son beau-père10. Boleslaw repoussa une expédition du roi germanique Henri V en 1109 et assura ainsi l’indépendance de son pays vis-à-vis de l’Allemagne. Il régna jusqu’en 1138 ; après sa disparition, le duché, secoué de crises politiques, fut divisé en principautés territoriales.

  • 11 Alexis Comnène régna de 1081 à 1118.

8Mais retournons au récit de la translation. C’est au commencement du règne de Boleslaw qu’« un des princes grecs les plus nobles a donné en mariage sa fille au roi des Ruthènes » : il s’agissait de Barbara Comnène (fille ou plutôt nièce d’Alexis Comnène11), que Sviatopolk Michaël, prince de Kiev (1093-1113), épousa au début du XIIe siècle. Nous savons que la cour byzantine ne laissait que très rarement une princesse porphyrogénète partir se marier à l’étranger : tel avait été le cas de Maria/Irène Lécapène qui avait épousé le roi Siméon de Bulgarie en 927, ou celui d’Anna, sœur de l’empereur Basile II et de Constantin VIII, qui s’était mariée avec Vladimir, prince de Kiev en 989, ou encore de Maria, fille de Constantin IX Monomaque, devenue l’épouse du prince de Kiev Vsevolod (1079-1099). Nous ignorons si la princesse mariée à Sviatopolk Michaël appartenait à la catégorie des porphyrogénètes.

9Selon notre récit, le prince byzantin dota sa fille de parures, de vaisselle d’or et d’argent et de reliques. Parmi ces dernières figurait la main droite du protomartyr Étienne.

  • 12 De translatione sancti Stephani de Jerusalem in urbem Byzantium, PL, 41, 1861, col. 817-822. Une a (...)
  • 13 K. G. Holum, « Pulcherias’s Crusade A. D. 421-22 and the Ideology of Imperial Victory », Greek, Ro (...)
  • 14 I. Kalavrezou, « Helping Hands for the Empire : Imperial Ceremonies and the Cult of Relics at the (...)
  • 15 Cf. aussi sur ce sujet le no spécial de Gesta, 36/1 (1997) consacré aux reliques partielles et aux (...)
  • 16 Kalavrezou, « Helping Hands », op. cit., p. 78.

10Le bras droit du saint avait une valeur particulière, étroitement liée au pouvoir impérial. Il était entré très tôt dans la collection de reliques des empereurs de Constantinople. Selon une légende, le corps d’Étienne aurait été transporté dans la nouvelle capitale dès l’époque de Constantin12, avant même son invention en 415 à Jérusalem... Il est plus vraisemblable que c’est en 42113 que l’empereur Théodose II et sa sœur Pulchérie ont obtenu le bras droit du saint : en son honneur, une chapelle fut élevée près du palais de Daphné par Pulchérie14. Son arrivée coïncidait avec une menace de guerre de la Perse sassanide, et sa présence à Constantinople devait garantir la faveur divine à la dynastie et à l’empire. De surcroît, le nom grec du martyr – Stephanos : « couronne » –, évoquant à la fois l’insigne martyrial et l’insigne impérial, prêtait un sens hautement symbolique à la relique. Les bras et les mains figuraient par ailleurs parmi les plus précieuses parties des corps saints après la tête, puisque c’est avec leur bras et leur main que, de leur vivant, les saints accomplissaient les gestes de bénédiction et de guérison, et transmettaient ainsi la virtus divine15. Pour l’empereur byzantin, le bras et la main droite d’Étienne, et plus tard ceux de Jean-Baptiste, apparaissent comme un instrument du pouvoir, « garantissant l’autorité politique et l’approbation divine de celui qui la détient »16.

  • 17 P. Riant, Exuviae sacrae Constantinopolitanae, Genève, 1878, t. II, p. 212-213.
  • 18 Ornamenta Ecclesiae : Kunst und Künstler der Romanik. Katalog zur Ausstellung des Schnütgen-Museums (...)
  • 19 Catalogus Codicum Hagiographicorum Bibliothecae Regiae Bruxellensis, t. I, Bruxelles, 1886, p. 75- (...)
  • 20 Cf. P.-E. Wagner, « Trésor de la cathédrale Saint-Étienne », dans Le chemin des reliques. Témoigna (...)
  • 21 De gestis episcoporum Autissiodorensium, I, XLIV, PL, 138, col. 266 : mention d’un reliquaire en f (...)

11D’après des témoignages du milieu du XIIe siècle, on vénérait toujours le bras à Constantinople : la liste des reliques de la ville le signale dans la chapelle impériale ; Nicolaus Thingeyrensis (1157) le mentionne aussi17. La relique du bras (le cubitus), avec une partie de la tête du saint, fut envoyée à Halberstadt après le pillage de Constantinople, et existe toujours, abritée avec les reliques de saint Nicolas, dans un bras-reliquaire orfêvré, exécuté après 122518. Selon d’autres traditions, Rome aurait gardé également (dès la fin du VIe siècle...) deux bras d’Étienne : le pape Pélage II aurait offert le bras droit à la basilique Saint-Pierre, et le bras gauche aurait été conservé à Sainte-Praxède. D’après une autre légende, Besançon avait obtenu également un bras du protomartyr, inséré dans un reliquaire d’or et de pierres précieuses, peu après l’invention de 415, sous Théodose Ier19 ; cette relique est parvenue à Metz sous l’épiscopat de Thierry II (1006-1047)20. La cathédrale Saint-Étienne d’Auxerre possédait aussi une relique de la main ou du bras du saint21.

12L’authenticité de la main d’Étienne qui figure dans notre récit soulève donc des doutes d’autant plus sérieux que, dans un passage, l’auteur croit bon de préciser qu’en raison de la valeur de la relique, par crainte d’un vol, aucune authentique ne l’accompagnait... On peut affirmer seulement que, pour doter la princesse, la cour byzantine s’est séparée d’une relique réputée être la main d’Étienne. Ayant obtenu plus tard la relique, les moines de Zwiefalten avaient tout intérêt à faire croire à son authenticité.

  • 22 Pour une étude générale, cf. G. Vernadsky, Kievan Russia, New Haven, 1948.
  • 23 Cf. K. Ciggaar, « Theophano : an empress reconsidered », dans The empress Theophano. Byzantium and (...)

13Comme c’était toujours le cas à l’occasion de la conclusion de mariages dynastiques, le trésor que la princesse emportait avec elle à la cour de Kiev scellait une alliance politique. À cette époque, la Russie de Kiev22 jouait un rôle essentiel pour Byzance dans les régions situées au Nord de la Mer Noire, notamment pour servir de bouclier contre les peuples nomades des steppes, en l’occurrence les Coumans (appelés Polovetz par les Russes), qui, après avoir vaincu les Petchénègues, menaçaient la principauté de Kiev dès 1061. Il ne paraît donc pas étonnant que, pour renforcer l’alliance avec les Russes de Kiev, les Byzantins aient accompagné l’envoi de la fiancée de cadeaux particulièrement précieux comme ils l’avaient sans doute déjà fait en 972, lors du mariage de Théophano avec Otton IL Selon K. Ciggaar, cette princesse byzantine a apporté avec sa dot probablement des reliques aussi, dont certaines auraient pu faire naître des nouveaux cultes en Occident. K. Ciggaar pense notamment à l’introduction du culte des saints orientaux tels que Nicolas, Démétrios et Denis23.

  • 24 Cf. mon article « Le rôle des reines et princesses dans les translations de reliques », dans Reine (...)
  • 25 W. Berschin et Th. Klüppe, Die reichenauer Heiligblut-Reliquie, Konstanz, 1988.
  • 26 Cf. 900 Jahre Heilig-Blut-Verehrung in Weingarten. 1094-1994. Festschrift zum HeiligBlut-Jubiläum (...)
  • 27 K. J. Leyser, « Frederick Barbarossa, Henry II and the hand of St. James », dans Id., Medieval Ger (...)

14La circulation des reliques par dot et par douaire, vraisemblablement très répandue au Moyen Âge, est mentionnée dans quelques textes hagiographiques24. Citons par exemple pour le second quart du Xe siècle, l’acquisition comme « prix nuptial » d’un crucifix-reliquaire contenant le Précieux Sang, qui fut cédé en 925 à l’abbaye de Reichenau25 ; ou bien, plus proche de l’époque de Zwiefalten, la donation du Précieux Sang de Mantoue par Judith de Flandre ainsi que d’autres reliques, obtenues par son mariage avec le prince anglais Tostig, au monastère de Weingarten après 109426 ; ou encore, le transport de la main de saint Jacques par Mathilde, veuve de l’empereur Henri V, en 1125 en Angleterre, où elle fut offerte à l’abbaye de Reading27.

15La transmission de la relique de saint Etienne par dot se répéta à la génération suivante, qui nous conduit cette fois-ci en Pologne, plus exactement en Silésie. En effet, Maria, la fille du prince de Kiev et de la princesse byzantine, et demi-sœur, rappelons-le, de la première femme de Boleslaw III, devait épouser, selon le vœu de son père, un des princes polonais les plus nobles : l’événement eut lieu vers 1118. Pour aller chercher la princesse dans son pays, un autre prince polonais très riche, appelé dans le texte Patricius, mais qu’on a facilement identifié avec Pierre Wlost, fut envoyé comme paranymphe. Cependant Pierre garda Maria et sa dot pour lui-même... Bien que cela ne soit pas précisé dans le récit, il est clair que la main de saint Étienne faisait partie de la dot de Maria, puisqu’il peut, comme on le verra plus loin, en disposer.

  • 28 Ct. P. David, Histoire politique de Boleslas Bouchetorse, Paris, 1932 (Études historiques et litté (...)
  • 29 Magister Vincentius, Chronica Polonorum, III, § 19, A. Bielowski éd., Lvov, 1872 (Monumenta Poloni (...)
  • 30 Herbord, Vita Ottonis episcopi Bahenbergensis, II, § 4, R. Köpke éd., Hanovre, 1868 (MGH SS, 20), (...)
  • 31 Dlugosz, Annales seu cronicae. Varsovie, 1964 (année 1124). Cf. aussi The Annals of Jan Dlugosz. M (...)

16Pierre Wlost ou Wlostowic mérite de retenir l’attention28. C’est un des plus remarquables personnages de la Pologne médiévale. Il contribua grandement aux « échanges culturels » avec l’Occident. Originaire d’une famille de grands seigneurs silésiens, il apparaît sur la scène historique polonaise autour de 1118 à la cour de Boleslaw III. Dans l’historiographie polonaise du Moyen Âge, toute une série de légendes se développent autour de lui. Selon notre récit, il possédait une immense fortune qu’il avait obtenue par traîtrise. Il gagna la confiance d’un prince (un « roi » dans le texte) ruthène, ennemi de son seigneur, le duc des Polonais ; il devint son intime avant de le livrer aux mains de ses ennemis. Grâce à d’autres sources, on peut identifier le personnage avec Wolodar, prince de Przemysl, qui fut capturé en 1122 d’après la Chronique de Kiev. Le chroniqueur Maître Vincent, qui écrit vers 1220, raconte également ces événements, en y ajoutant quelques détails pittoresques : Pierre Wlost avait enlevé le prince ruthène au milieu d’un banquet, le tirant par les cheveux, le saisissant comme un aigle le fait avec une poule29. Cette histoire a été aussi résumée par Herbord dans sa Vie d’Otton, évêque de Bamberg30 : le prince (roi) ruthène est allié aux Poméraniens ; pour s’introduire dans son entourage, Pierre se déclara transfuge, puis l’enleva lors d’une chasse. Au XVe siècle, l’historien polonais Dlugosz prête une origine danoise à Pierre : il est le fils du trésorier du roi de Danemark ; envoyé à la cour polonaise pour y être élevé, il devient un des hommes de confiance du duc Boleslaw. Ensemble, ils conquièrent le Danemark, ce qui permet à Pierre de mettre la main sur le trésor royal (1124)31... Dlugosz rapporte en 1134 la capture par Pierre d’un prince ruthène, mais il identifie ce dernier avec Iaropolk, fils de Vladimir, grand-duc de Kiev. Il raconte aussi l’épisode du prince Wolodar, sans y impliquer Pierre.

  • 32 Selon d’autres versions, Pierre fit pénitence à cause du vol du trésor de Danemark, et fonda sept (...)

17Selon notre récit, pour expier sa félonie, Pierre Wlost fut condamné à faire pénitence et à offrir en aumône à l’Église ses richesses amassées injustement32. C’est à cette occasion qu’il se sépara de la main d’Étienne, car, d’après la peine que le pape et les évêques de son pays lui avaient imposée, il devait fonder plus de soixante-dix églises à ses propres frais, ce qui dépassait ses moyens pourtant très importants. C’est alors que lui vint à l’esprit l’idée d’offrir au duc Boleslaw la main du protomartyr Étienne en échange d’un domaine très fertile appelé Rotskin, d’une étendue de plus de 5 000 houba (houba : équivalent du manse). La proposition plut au duc, parce qu’« il ne lui manquait rien d’autre en ce monde que des reliques des saints ». Le domaine obtenu en échange de la main d’Étienne fut cédé au monastère de Bretislaw, et le duc entra en possession de la relique. Le récit précise qu’elle n’était pas enfermée dans un récipient de valeur, « craignant que quelqu’un, attiré par l’éclat du métal, ne volât ce qui avait été acquis avec un tel désir ».

  • 33 Selon la tradition, Boleslaw III devait sa naissance à un miracle de saint Gilles : Gallus Anonymu (...)
  • 34 Annales Magdeburgenses, a° 1145, G. H. Pertz éd., Hanovre, 1859 (MGH SS, 16), p. 105-196, à la p.  (...)
  • 35 Th. Plociennik, « Les inscriptions des tympans polonais relatives aux fondations d’églises », dans(...)

18Avant de suivre les cheminements ultérieurs de la relique d’Étienne, il faut évoquer les fondations de Pierre Wlost témoignant de relations suivies avec plusieurs centres monastiques de l’Occident. Il figure sous le nom de comes Poloniae dans l’obituaire de l’abbaye Saint-Gilles en Provence, où il a pu accompagner le duc Boleslaw lors de son pèlerinage en 112933. Vers 1124, il fit venir du monastère des chanoines réguliers d’Arrouaise pour Sobotka (Sleza) et Wroclaw. Pour sa principale fondation, le monastère d’OIbin, près de Wroclaw, il se procura les reliques de saint Vincent à Magdebourg en 114534 où il se rendit pour gagner les faveurs de Conrad III à la révolte des fils de Boleslaw contre leur frère aîné. Pierre et sa femme Maria élirent leur sépulture dans cette abbaye, qui fut détruite au XVIe siècle. À l’église Sainte-Marie de Wroclaw, un très beau tympan, représentant la Vierge à l’enfant et les donateurs, portant une inscription, garde le souvenir de la fondation en 1150 par Maria, épouse de Pierre, et par leur fils Swietoslaw35 :

« Moi, Maria, je donne ce temple à Toi, Marie, mère de grâce. Swentoslaus, mon descendant, offre ce temple. »

19La sculpture qui orne le tympan montre, selon les spécialistes, une influence de l’art mosan, ce qui n’est pas étonnant, puisqu’à l’époque de Pierre Wlost, Wroclaw et Plock avaient des évêques venant du diocèse de Liège : Gautier et Alexandre, deux frères, originaires de Malonne.

20Bien que la plupart des monuments dont la fondation ou l’enrichissement sont attachés au nom de Pierre Wlost aient disparu, on peut constater qu’en Silésie et notamment dans sa capitale, Wroclaw, Pierre Wlost s’est montré un vrai mécène qui a établi des liens politiques et religieux entre l’Occident et l’Orient.

  • 36 Cf. I. Eberl, « Die Grafen von Berg, ihr Herrschaftsbereich und dessen adlige Familien », Ulm und (...)

21Retournons à la deuxième séquence du récit de la translation de la main de saint Étienne. Après la mort en 1138 du duc Boleslaw, sa veuve, Salomé, qui était sa deuxième femme, devint bienfaitrice de l’abbaye de Zwiefalten. Elle appartenait à la maison des comtes de Berg dont l’émergence remontait à la seconde moitié du XIe siècle36.

  • 37 Ortlieb, De fundatione, p. 85 : Deinde comes Heinricus de Berge cum filio suo eiusdem nominis ac d (...)

22Si les premiers transferts de la main de saint Étienne furent liés à des alliances politiques, la décision de Salomé, comtesse de Berg, de l’offrir à l’abbaye de Zwiefalten, manifestait sa volonté de renouer avec l’abbaye, devenue la nécropole des comtes de Berg. Les deux Henri, grand-père et père de Salomé, ainsi que l’un de ses frères, avaient fini leurs jours au monastère en habit de moine et furent ensevelis dans la salle capitulaire, avec d’autres membres de la famille, à savoir le comte Bobon et sa femme Sophia, et un jeune fils du comte Diépold, frère de Salomé37.

  • 38 A. Gieysztor et alii, History of Poland, Varsovie, 1979, p. 68.

23Après avoir envoyé sa fille Gertrude ainsi que de nombreux cadeaux au monastère, au cours de l’année 1139, Salomé fit venir de Zwiefalten en Pologne une délégation qui comprenait le moine Otton de Streusslingen (Stuzzelingin), qui appartenait à un lignage proche de la famille fondatrice du monastère, ainsi que deux autres moines dont l’auteur du récit de translation. Au terme d’un voyage assez pénible, les moines arrivèrent après l’Avent dans un village appelé Pagus (que l’on peut identifier avec Pajeczno) où Salomé les accueillit avec honneur. Ensuite, se déplaçant « à la manière des Numides », s’abritant sous la tente lors des étapes, Salomé et les moines pénétrèrent dans la province ecclésiastique de Gniezno, dont une partie constituait le douaire de la princesse38. Ils atteignirent l’église de Malgostus (Malogoszcz, située dans la circonscription de Kielce). C’est là que les moines eurent le privilège de choisir plus de quatre-vingt-dix parcelles de reliques, si petites qu’elles ne remplissaient même pas un petit écrin.

  • 39 Né en 1105 du premier mariage de Boleslaw avec Svislava, fille aînée de Sviatopolk II Michaël, gra (...)
  • 40 Il n’est pas impossible que le doigt manquant du protomartyr soit celui que le duc de Normandie Ro (...)
  • 41 Première mention de l’église en 1136 : Abbatia sancte Marie in castello lancicie. C’est dans la de (...)
  • 42 Z. Swiechowski, Romanesque Art in Poland, Varsovie, 1983, p. 247-248.

24Mais c’est ailleurs et en une autre occasion que les moines obtinrent la main de saint Étienne. Dans la ville de Leczyca, située entre Kalisz et Varsovie, Salomé réunit un conseil des grands de la principauté, où elle convoqua aussi ses deux fils Boleslaw et Mieszko, mariés respectivement à la fille du « roi » de Russie (le prince Vsevolod de Novgorod) et à celle du « roi » de Hongrie (Elizabeth, fille du prince Almos). Il s’agissait de décider si sa toute jeune fille Agnès (treizième enfant de Boleslaw et de Salomé) devait se marier ou devenir religieuse. L’assemblée trancha en faveur des fiançailles d’Agnès avec le fils du « roi » de Russie, âgé d’à peine trois ans. Il s’agit de Mstislav II, fils d’Isislav de Kiev. Ce mariage politique, qui fut célébré en 1151, avait pour but de contrebalancer la popularité dont jouissait leur demi-frère Wladislaw39. C’est dans ces circonstances que les trois moines de Zwiefalten reçurent la relique d’Étienne. Selon notre récit, « avant même la fin de la réunion, elle (Salomé) nous donna la main [...] du premier martyr Étienne, sauf le pouce, dont la peau adhérait directement aux os très sacrés »40. À cette époque, il existait déjà une église collégiale à Leczyca, dédiée à la vierge et à saint Alexis41, en grande partie conservée jusqu’à nos jours : on peut supposer que les reliques en question y étaient abritées. Lors des fouilles de l’église, on y a trouvé, dans un tombeau de prêtre, un calice et une patène, fabriqués dans la seconde moitié du XIe siècle ; la patène, ornée de la main de Dieu, porte cette inscription en latin : « la main droite de Dieu fait miracle »42.

25L’offrande de la main d’Étienne à l’abbaye de Zwiefalten constitua une sorte de prix de consolation en substitution pour la princesse Agnès... Salomé envoya aussi aux moines des cadeaux d’une valeur de deux cents marcs d’argent.

  • 43 Il s’agissait sans doute de Slaves encore païens : « Au milieu du XIIe s., les Slaves installés à (...)
  • 44 Embriko, comte de Leiningen, 1125-1146.
  • 45 Frédéric II, † 1147, père de Frédéric Barberousse.
  • 46 H. Spilling, op. cit., p. 10.

26Le trajet de retour est précisé dans le récit : évitant les « Barbares »43, les moines traversaient la Saxe, guidés par le margrave Conrad de Wettin jusqu’à la Francie orientale, puis sous la conduite de l’évêque de Würzburg44 et du duc de Souabe45, ils parvinrent à Zwiefalten le Ier avril 1141, le lundi après le dimanche des Rameaux. Dernièrement, H. Spilling a corrigé le millésime en 114046.

27Si le récit de la translation contient des éléments légendaires, il n’en reste pas moins que l’abbaye de Zwiefalten bénéficia effectivement des dons généreux offerts par Boleslaw, Salomé et d’autres personnages de leur famille et de leur entourage. La Chronique de Berthold, moine et custos du trésor de Zwiefalten, contient la description précise de leurs offrandes, qui révèle les intérêts du réseau politico-matrimonial de la famille comtale de Berg. Elle privilégiait des alliances avec les familles princières de l’Est. Non seulement Salomé, mais aussi ses deux sœurs avaient épousé des princes slaves : Richinza, le duc de Bohême, et Sophia, le duc de Moravie. Leurs offrandes affluaient à Zwiefalten, car le monastère était devenu la nécropole familiale et un lieu de prière pour les membres de la maison de Berg.

  • 47 Berthold, Liber de constructione, L. Wallach éd., op. cit., p. 200 : Denique ista praefata Salome (...)
  • 48 A. Haseloff, Der Psalter Erzbischofs Egberts von Trier, Codex Gertrudianus in Cividale, Trèves, 19 (...)
  • 49 L. Wallach, « La Chronique de Berthold de Zwiefalten », Revue Bénédictine, 5 (1978) p. 145-146.

28Parmi les offrandes, celles de Salomé furent les plus importantes. Il s’agit d’abord des reliques dont nous avons entendu l’histoire : la main du protomartyr Étienne avec la peau, la chair et les ongles, mais sans le pouce, ainsi que quatre-vingt-dix autres reliques de saints47, parmi lesquelles figuraient une parcelle de la Sainte Croix, la dent de Jean-Baptiste, la dent de saint Pancrace, la dent de sainte Cécile, et des fragments du Précieux Sang, du lait de la Vierge et de la chaîne de saint Pierre. Une autre partie des dons de Salomé était constituée de vêtements et de mobilier liturgiques : étoles, aubes, manteaux richement ornés, des dorsaux, 100 livres d’argent, une ceinture, une dalmatique, un subtile (vêtement de sous-diacre), un manipule (ornement porté au bras gauche du prêtre), une mitre d’évêque et trois nappes d’autel, des cruches d’argent, une croix d’or, un calice d’argent doré, des écrins d’ivoire, un cristal très beau, mais aussi trois chevaux, deux onces d’or, deux peaux (dont une d’hermine). Berthold énumère aussi d’autres dons qui ne parvinrent pas à Zwiefalten ; parmi ceux-ci figurait un grand Psautier, que certains chercheurs ont identifié avec le Codex Aureus, le Psautier d’Egbert de Trèves48 ; d’autres, notamment L. Wallach, spécialiste des manuscrits et de l’historiographie de Zwiefalten, pensent que le Psautier de Salomé s’est égaré49.

  • 50 Berthold, Liber de constructione, L. Wallach éd., op. cit., p. 201 : Ista tres Deo dilectae sorore (...)
  • 51 Necrologium Zwifaltense, F. L. Baumann éd., op. cit. n. 7, p. 253 (note pour le 31 mai) : Sophia c (...)
  • 52 Berthold, Liber de constructione, L. Wallach éd., op. cit., p. 201 : Ex his maxima pars pro victu (...)

29Le duc Boleslaw a offert au monastère une chape d’une valeur de 70 marcs ; les deux sœurs de Salomé, des nappes d’autel, une bannière, une dalmatique, un écrin d’ivoire, des sommes d’argent. « Ces trois sœurs bienaimées de Dieu s’unirent pour orner ce lieu »50, dit Berthold avec une tournure d’inspiration biblique. Le Nécrologe de Zwiefalten note également que Salomé et ses sœurs furent des bienfaitrices éminentes du monastère51. Mais pour diverses dépenses, les moines durent se séparer d’une grande partie de ces offrandes : pour la nourriture et les vêtements des frères, et pour la rénovation des anciens bâtiments et la construction des nouveaux52.

  • 53 Ibid., p. 201.
  • 54 Ortlieb, op. cit., p. 89 : ducis Boloniorum cubicularia.
  • 55 Berthold, op. cit., p. 201 : Salome duct ricis pedissequa.

30D’autres personnages de l’Est contribuèrent également à la constitution du trésor de Zwiefalten, notamment l’évêque de Prague, Meginhard (1128-1 134), qui offrit une chape qu’il avait reçue de l’empereur de Constantinople lors de son pèlerinage à Jérusalem, ainsi qu’un crucifix, plein de reliques, suspendu à une chaîne d’or et trois étoles. Ces dons furent enlevés par son successeur, Jean, puis récupérés grâce à l’intervention d’un cardinal, d’un archevêque et même de l’empereur Lothaire III53. Des personnes moins célèbres firent aussi preuve de générosité : une dame slave de Bohême offrit un grand dorsal ; une dame polonaise, nommée Bilihilt, femme de chambre du duc de Pologne54, puis de Salomé55, se distingua particulièrement par ses largesses : elle donna une croix en argent doré, décorée de gemmes, une bannière, deux calices, une chasuble, une étole et d’autres cadeaux non précisés.

  • 56 Ibid., p. 202-204.

31La Chronique de Berthold énumère enfin tous les dons offerts au monastère, tant les terres que les autres cadeaux. La plupart des donateurs appartenaient à l’entourage des deux comtes fondateurs : c’étaient des chevaliers de Kuno et de Liuthold (miles Counonis comitis, miles Liutoldi comitis), devenus parfois moines à Zwiefalten, qui donnaient un ou deux manses, un pré, une vigne, un jardin ou même un moulin56.

  • 57 Notae Zwifaltenses, G. Waitz éd., op. cit. n. 4, p. 829.
  • 58 H. Spilling, op. cit., p. 68 : In brachio auro et argento et lapidibus decorato hec continentur re (...)
  • 59 Conservé à Zwiefalten, Katholische Münsterpfarramt.

32Parmi les objets qui subsistent de ce trésor remarquable, on doit évoquer en premier lieu la main de saint Étienne. D’après la note de dédicace de l’église orientale (1156) par l’évêque Hermann de Constance, les reliques d’Étienne furent déposées, avec vingt-sept autres reliques, dans l’autel57. Selon l’inventaire de la fin du XVe siècle, la main du saint fut abritée dans un reliquaire anatomique, orné d’or, d’argent et de pierres précieuses58. La main d’Étienne est restée la relique principale de Zwiefalten même à l’époque moderne, comme en témoigne une gravure de 1690. Le reliquaire actuel est de style baroque (fabriqué en 1624)59. De même, l’un des principaux autels de l’église fut consacré à saint Étienne.

  • 60 Conservés au même endroit.
  • 61 Ortlieb, De fundatione, p. 89 ; Berthold, op. cit., p. 226 ; cf. A. Frolow, La relique de la Vraie (...)

33Deux croix-reliquaires60 artistiquement bien plus intéressantes témoignent également de l’époque de floraison de Zwiefalten. La première, une staurothèque pourvue d’un soubassement ainsi que d’un couronnement baroques (fabriqués vers 1620), renferme les parcelles de la croix ramenées de Jérusalem en 1102 par Berthold de Sperbeseck61, qui avait participé à la première croisade avec le duc Frédéric de Souabe. Le tableau d’or (« à la façon d’un livre » : in modum libri fabricata) fut fabriqué, selon Berthold, par l’abbé Ulrich. Quatre médaillons en émail y représentent le Christ crucifié : la tête du Christ, les deux mains et en bas les deux pieds ; le cadre est orné également de 54 pierres et de filigranes. Selon la description d’Ortlieb, ce reliquaire renfermait aussi des pierres provenant du lieu de l’Ascension, ainsi que du Tombeau, du Calvaire et de la Crèche du Seigneur.

  • 62 Ortlieb, De fundatione, p. 89 ; cf. A. Frolow, La relique de la Vraie Croix, no°329, 2.

34L’autre reliquaire a la forme d’une croix processionnelle. C’est Otto de Steisslingen, moine de Zwiefalten, qui a donné le fragment de la Vraie Croix qu’il avait reçu du patriarche de Jérusalem Garmond de Picquigny (1118-1128). La relique, recouverte d’une plaque d’or, se trouve au croisement des deux bras de la croix. Les extrémités de la croix contenaient les reliques du vêtement de la Vierge, des restes de Jean-Baptiste, des apôtres André, Barthélémy, Philippe, Pierre et Paul. Ces fragments étaient visibles à travers des lentilles de cristal. Le corps du Christ crucifié est d’une très belle exécution62. Il existait à Zwiefalten une importante production d’orfèvrerie ; les deux objets proviennent de cet atelier.

35Pour le thème des échanges culturels qui constitue l’objet de ce colloque, on peut tirer plusieurs conclusions de ces témoignages exceptionnels.

36La circulation des trésors – trésors de reliques, mais aussi parures, objets d’orfèvrerie, or, argent, pierres précieuses – passait souvent par les alliances matrimoniales, par la dot offerte avec l’épouse. Comme le confirment d’autres cas, ces trésors restaient dans le patrimoine de la femme lors de son veuvage, jusqu’à ce qu’ils soient offerts à un établissement religieux. L’exemple de Zwiefalten montre bien que la richesse des monastères venait principalement des grands laïcs qui échangeaient leurs biens contre les prières des moines pour les âmes des membres de leurs familles. On a pu observer également qu’une partie au moins des dons était transformée en objets d’art dans l’atelier monastique. En cas de difficultés économiques, les moines n’hésitaient pas cependant à se séparer des objets du trésor...

37Pour la conclusion générale, soulignons la complexité et la richesse extraordinaires des réseaux de circulation des biens entre l’Est et l’Ouest durant la période entre la première et la deuxième croisade. Au gré des intérêts politiques qui liaient ou qui opposaient les familles princières, les objets de valeur, tout comme les femmes, parcouraient de longues distances : la main de saint Étienne n’est-elle pas allée, en l’espace d’un demi-siècle, de Constantinople à Zwiefalten en faisant étape à Kiev et en plusieurs localités polonaises ?

Annexes

APPENDICES

I. Généalogie des principaux personnages

- Sviatopolk II Michaël, grand-prince de Kiev (né en 1050, règne 1093-1113), petit-fils de Iaroslav le Sage63

= 1) concubine N.
Mstislav, prince de Vladimir-Volynsk † 1099

=2) fille de Tugorkhan, khan des Coumans
Iaroslav, prince de Vladimir-Volynsk f 1123
Anna + Sviatoslav, prince de Lutsk
Svislava + Boleslaw III, duc de Pologne (en 1102-1103)
Predslava + Almos, fils de Géza Ier (en 1104)

=3) Barbara Komnena (Comnène), épousée vers 1 103, † 1125
Briacheslav f 1127
Iziaslav † 1128
Maria + Piotr Wlost (en 1138) † 1153.

- Boleslaw III Piast (1084-1138 ; duc de Pologne 1102-1138)
= 1) Svislava, fille de Sviatopolk
Wladislaw II (1105-1 159), prince de Silésie après 1139 + Agnès, fille du marquis Léopold III d’Autriche

=2) Salomé, fille du comte de Berg † 1145 : 13 enfants dont :
Gertrude, moniale à Zwiefalten † 1160
Boleslaw IV (1 125-1173), duc de Masovie et de Cujavie (Kujawy) + Vierchoslava, fille du prince de Novgorod
Mieczyslaw (Mieszko) III (1126/27-1203), duc de Grande-Pologne + Élisabeth, fille du prince Almos de Hongrie
Agnès (1137-1181) + Mstislas II, grand prince de Kiev

- Henri I er et II, Diepold, comtes de Berg
Filles de Henri Ier :
Salomé + Boleslaw III
Sophia + Otto, duc de Moravie
Richinza + Vladislas Ier, duc de Bohême

II. La translation de la main de saint Étienne64

Au temps de l’empereur Henri IV et du très illustre Boleslaw, duc des Polonais, un des plus nobles princes grecs donna sa fille en mariage au roi des Ruthènes, et, outre d’autres magnifiques cadeaux de mariage, à savoir des parures de vêtement, une quantité infinie de divers récipients d’or et d’argent d’une exécution admirable, et d’autres présents enviables de choses précieuses, par-delà l’or et l’argent, il fit don des parcelles glorieuses de saintes reliques. Parmi celles-ci, la main du très saint lévite Étienne, premier martyr, brilla tout spécialement de l’éclat de sainteté, et obtint le privilège particulier d’être vénérée avant toutes les autres reliques, même si elles étaient vénérées depuis des siècles. L’épouse mentionnée du roi susdit eut de son mari une fille remarquable par son élégance, que son père, quand elle eut grandi, décida de donner en mariage à l’un des plus nobles princes de Pologne. Le paranymphe de cette union et de ces fiançailles était un prince polonais très riche, nommé Patricius, mais comme la suite le montra clairement, le perfide marieur décida de garder pour lui et non pas pour l’autre la fiancée avec les cadeaux de mariage. Après avoir obtenu cela, il fut infecté d’un autre venin d’une très grande perfidie : il abusa traîtreusement un roi de Russie qui commettait des actes d’hostilité contre le duc des Polonais, son seigneur ; et après lui avoir prêté serment de fidélité, s’être soumis à sa puissance et avoir tenu son fils sur les fonts baptismaux, il remit aux mains de ses ennemis le prince – qui ignorait ce fourbe complot –, livré aux chaînes et condamné à verser un immense poids d’argent. À cause de cette exécrable fourberie et d’autres crimes, le seigneur pape et les évêques de sa terre lui ordonnèrent de distribuer pour le Christ les richesses qu’il avait amassées depuis longtemps. En effet, entre bien d’autres aumônes abondantes qu’il dut prodiguer pour la satisfaction des besoins des pèlerins, des malades, des veuves et des orphelins, ils l’obligèrent à faire élever à ses propres frais soixante-dix églises et davantage : parmi ces constructions, ils le contraignirent à édifier plusieurs monastères de moines, auxquels il fournit des subsides suffisants sur ses revenus et son avoir. Mais voulant combler les monastères susdits d’un don plus grand, il se mit à réfléchir comment il pourrait aussi accomplir cela par d’autres moyens. En réfléchissant, il lui vint à l’esprit l’idée d’offrir au duc Boleslaw déjà nommé la main du protomartyr Étienne en échange d’un domaine très fertile de 5 000 houba, appelé Rotskin. Il fit part souvent de son intention au duc susdit, qui, pensant qu’il ne lui manquait rien d’autre en ce monde que des reliques de saints, donna satisfaction très rapidement et très volontiers à la demande qui lui était faite. En effet, le duc offrait l’alleu dont nous avons parlé au monastère de Bretislaw, et, après une inspection minutieuse et un examen qui écartait complètement toute espèce de doute, il reçut la main depuis longtemps désirée, recouverte de peau et de chair. Considérant que cette main était plus précieuse que tous les métaux et les perles les plus précieuses, ce qui était vrai, on ne voulait l’enchâsser dans un ouvrage d’orfèvre ni y ajouter une feuille (une authentique), craignant que quelqu’un, attiré par l’éclat du métal, ne volât ce qui avait été acquis avec un tel désir. Mais que dire de plus ? Après tant d’actions vertueuses, après tant de triomphes sur diverses nations, après tant de donations aux monastères et aux églises, dont de très nombreuses à notre abbaye, enfin donc au milieu seulement de ses jours, ce duc, poussé par la mort, prit le chemin de ses ancêtres : ce fut le 5 des Kalendes de novembre qu’il s’acquitta de la dette de la mort.

Sa femme, Salomé, fille d’Henri, comte de Berg, et sœur de Diepold qui gouverne jusqu’à présent le comté de son père, devenue veuve de son mari, nous envoya, pour demeurer perpétuellement avec nous, l’une de ses filles, nommée Gertrude, avec de grands cadeaux. Ensuite, peu d’années plus tard, elle nous envoya un messager pour demander que le seigneur Otton de Stuzzelingin, notre frère, qu’elle avait pour habitude d’appeler maître, se rendît auprès d’elle, accompagné d’un moine-prêtre. C’est pourquoi cet Otton, et moi qui l’accompagnais en tant que prêtre ainsi qu’un autre frère appelé Gernode, après bien des peines et bien des difficultés de voyage, nous arrivâmes auprès d’elle au village Pagus après l’Avent du Seigneur. Quand elle nous vit, nous dont elle désirait depuis longtemps la venue, elle nous salua avec honneur comme il convient. Après être demeurés quelques jours avec elle, changeant de maisons et de tentes à la manière des Numides, un jour, sur son ordre, non sans crainte des Barbares, nous nous enfermâmes avec son chambellan fidèle, dans l’église d’un lieu nommé Malgostus. Après l’accueil du sacristain, le chambellan nous ouvrit tous les écrins bien qu’ils fussent fermés avec les clés de sa maîtresse et, parmi les riches trésors de saintes reliques, il nous fit choisir tout ce qu’il y aurait de plus remarquable. Après avoir choisi à notre gré quatre-vingt-dix parcelles ou davantage parmi les innombrables, les plus insignes et les plus précieuses saintes reliques, nous ne parvînmes même pas à remplir un petit écrin. C’est pourquoi bientôt après, lorsqu’elle était déjà sur le point de nous donner l’autorisation de partir, elle fit venir de leurs pays ses fils illustres, les ducs Boleslaw et Mieszko avec leurs femmes, à savoir les filles des rois de Hongrie et de Russie, pour une assemblée générale. Lors de cette assemblée, tenue avec les grands du royaume dans la cité qui s’appelle Lantsiza, elle entreprit de discuter avec eux s’ils voulaient donner sa fille Agnès à un homme, ou la fiancer au roi céleste par l’entremise de notre ministère et par la communauté de moniales de notre monastère. Mais comme ils craignaient que leur frère aîné, né d’une autre mère, le duc Wladislaw, ne les surpassât en popularité auprès du peuple, ils décidèrent de l’unir au fils, âgé d’à peine trois ans, du roi de Russie, pour conclure un traité d’alliance. Mais avant même la fin de la réunion, elle nous donna la main, souvent évoquée et encore plus souvent digne d’être vénérée, du premier martyr Étienne, sans le pouce, dont la peau adhérait directement aux os très sacrés à cause de la destruction des chairs. Elle nous donna aussi le petit écrin mentionné plus haut qui renfermait les reliques des saints, ainsi que d’autres cadeaux précieux, d’une valeur de 200 marcs d’argent, que nous nous sommes abstenus d’évoquer ici puisque nous en parlerons plus loin.

Après avoir reçu ses adieux, nous partîmes, et, après avoir contourné de nombreux Barbares, traversé la Saxe jusqu’à la Francie orientale sous la conduite du marquis Conrad, et continué la route sous celle de l’évêque de Würzburg et de Frédéric le Jeune, duc de Souabe, nous arrivâmes enfin à notre monastère, au complet, et en possession de toutes les choses que nous avions reçues, l’an 1141 de l’Incarnation, les Kalendes d’avril, la 2e férie après les Rameaux. Avec quelle joie, quelle allégresse bondissante tous nos compagnons nous y accueillirent, en témoignèrent leurs larmes mêlées de joie, car ceux dont ils avaient entendu dire qu’ils étaient morts après avoir été exposés à des supplices variés, voilà qu’ils les virent arriver sains et saufs avec un chant de joie.

Notes

1 W. Setzler, Kloster Zwiefalten. Eine schwäbische Benediktinerabtei zwischen Reichsfreiheit und Landsässigkeit, Sigmaringen, 1979. Cf. aussi 900 Jahre Benediktinerabtei Zwiefalten, H. J. Pretsch dir., Ulm, 1990.

2 Ortlieb, De fundatione monasterii Zwilvildensis, H. F. O. Abel éd., Hanovre, 1852 (MGH SS, 10), p. 64-92 ; texte lat. avec trad, allemande : L. Wallach, E. König, K. O. Müller, Die Zwiefalter Chroniken Ortliebs und Bertholds, Sigmaringen, 1978. Je me suis servie des notes de cette édition pour l’identification des personnages et des lieux. Néanmoins je citerai l’édition des MGH en raison de sa plus grande accessibilité.

3 Berthold, Liber de constructione monasterii Zwilvildensis, cf. L. Wallach, « Berthold of Zwiefalten’s Chronicle. Reconstructed and edited with an Introduction and Notes », Traditio, 13 (1957), p. 153-248 ; texte lat. et trad, all., cf. ci-dessus. Je citerai l’édition parue dans Traditio.

4 Notae Zwifaltenses, G. Waitz éd., Hanovre, 1879 (MGH SS, 24), p. 829-830, à la p. 829 (années 1156 et 1178), contenant la liste des reliques déposées dans les autels.

5 L’inventaire des reliques de la fin du XVe siècle, contenu dans le manuscrit Stuttgart, Württembergische Landesbibliothek, Cod. theol et phil. 8° 70, fut édité par H. Spilling, Sanctarum reliquiarum pignera gloriosa. Quellen zur Geschichte des Reliquiensatzes der Benediktinerabtei Zwiefalten, Bad Buchau, 1992, p. 63-105.

6 L’obituaire fut ajouté au calendrier du Psautier d’Egbert.

7 Necrologium Zwifaltense, F. L. Baumann éd., Berlin, 1888 (MGH Necrol. Germ., 1), p. 240-268.

8 L’article de Sz. Wieczorek, « Zwiefalten i Polska w Pierwszej Polowie XII w. », Kwartalnik Historyczny, 103 (1996), p. 23-55, met l’accent sur les contacts entre la cour ducale polonaise et le monastère. Je remercie le professeur R. Michalowski d’avoir bien voulu me transmettre des documents sur ce sujet.

9 H. Spilling, op. cit. n. 5, p. 10.

10 Boleslaw a épousé en 1103 Svislava, fille aînée de Sviatopolk.

11 Alexis Comnène régna de 1081 à 1118.

12 De translatione sancti Stephani de Jerusalem in urbem Byzantium, PL, 41, 1861, col. 817-822. Une autre légende raconte qu’à l’époque de l’empereur Théodose, les reliques d’Etienne furent apportées de Constantinople à Rome pour guérir la fille de l’empereur, Eudocie, en échange du corps de saint Laurent, cédé aux Conslantinopolitains (cf. Catalogus codicum hagiographicorum Bibliothecae Regiae Bruxellensis, t. I, Bruxelles, 1886, p. 70-74). Les épisodes des deux légendes sont représentés dans l’atrium de l’église San Lorenzo à Rome : cf. G. Kaftal, Iconography of the Saints in Central and South Italian Schools of Painting, Florence, 1986 (1re éd. 1965), col. 1061-1066.

13 K. G. Holum, « Pulcherias’s Crusade A. D. 421-22 and the Ideology of Imperial Victory », Greek, Roman and Byzantine Studies, 18 (1977), p. 153-172.

14 I. Kalavrezou, « Helping Hands for the Empire : Imperial Ceremonies and the Cult of Relics at the Byzantine Court », dans Byzantine Court Culture from 829 to 1024, H. Maguire dir., Washington, 1994, p.53-79. Pour les sources, cf. Théophane, Chronographia, I, 86, C. de Boor éd., Teubner, 1883.

15 Cf. aussi sur ce sujet le no spécial de Gesta, 36/1 (1997) consacré aux reliques partielles et aux reliquaires « anatomiques », en particulier C. W. Bynum et P. Gerson, « Body-Part Reliquaries and Body Parts in the Middle Ages », p. 3-7 ; B. D. Boehm, « Body-Part Reliquaries : The State of Research », p. 8-19 et C. Hahn, « The Voices of the Saints : Speaking Reliquaries », p. 20-31.

16 Kalavrezou, « Helping Hands », op. cit., p. 78.

17 P. Riant, Exuviae sacrae Constantinopolitanae, Genève, 1878, t. II, p. 212-213.

18 Ornamenta Ecclesiae : Kunst und Künstler der Romanik. Katalog zur Ausstellung des Schnütgen-Museums, A. Legner éd., Cologne, 1985, t. III, p. 133-136. Egalement après 1204, un fragment du bras du protomartyr fut porté à Anchin, et un doigt, à Auxerre (cf. P. Riant, « Des dépouilles religieuses enlevées à Constantinople au XIIIe siècle », Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, 4° série, 6 (1875), p. 187 et 203.

19 Catalogus Codicum Hagiographicorum Bibliothecae Regiae Bruxellensis, t. I, Bruxelles, 1886, p. 75-80. Collin de Plancy mentionne des reliques du bras d’Étienne dans trois autres églises romaines : Saint-Yves, Sainte-Cécile et Saint-Louis (Dictionnaire critique des reliques et des images miraculeuses, Paris, 1821, p. 287-288).

20 Cf. P.-E. Wagner, « Trésor de la cathédrale Saint-Étienne », dans Le chemin des reliques. Témoignages précieux et ordinaires de la vie religieuse à Metz au Moyen Age (catalogue), Metz, Musées de la Cour d’Or, 2000, p. 47. Il note que « Le Cérémonial du XIIe siècle mentionne deux reliquaires, un pour chacune des deux parties du bras de saint Étienne ».

21 De gestis episcoporum Autissiodorensium, I, XLIV, PL, 138, col. 266 : mention d’un reliquaire en forme de main fabriquée sous l’épiscopat de Gaudry (918-933) :...fabricari fecit... in honore sancti Stephani unam manum auream gemmis politam. L’inventaire de 1531 du Trésor de la cathédrale comprend aussi ung ymage de saint Etienne dargent dore, le pied assis sur quatre lyons, tenant une chasse en ses mains, en laquelle a du bras de monsieur de sainct Etienne comme le pourte lescription, pesant unze mars sept trezeaux moins (F. Roland, Inventaire du Trésor de la cathédrale d’Auxerre, Auxerre, 1892, p. 145).

22 Pour une étude générale, cf. G. Vernadsky, Kievan Russia, New Haven, 1948.

23 Cf. K. Ciggaar, « Theophano : an empress reconsidered », dans The empress Theophano. Byzantium and the West at the turn of the first millenium, A. Davids dir., Cambridge, 1995, p. 59.

24 Cf. mon article « Le rôle des reines et princesses dans les translations de reliques », dans Reines et princesses au Moyen Age. Actes du cinquième colloque international de Montpellier, Université Paul-Valéry (24-27 novembre 1999), Ch. Raynaud dir., Montpellier, 2001 (Les cahiers du C.R.I.S.I.M.A., 5), p. 349-360.

25 W. Berschin et Th. Klüppe, Die reichenauer Heiligblut-Reliquie, Konstanz, 1988.

26 Cf. 900 Jahre Heilig-Blut-Verehrung in Weingarten. 1094-1994. Festschrift zum HeiligBlut-Jubiläum am 12. März 1994, N. Kruse et H. U. Rudolf dir., Sigmarigen, 1994.

27 K. J. Leyser, « Frederick Barbarossa, Henry II and the hand of St. James », dans Id., Medieval Germany and its Neighbours, Londres, 1982, p. 215-240.

28 Ct. P. David, Histoire politique de Boleslas Bouchetorse, Paris, 1932 (Études historiques et littéraires sur la Pologne médiévale, VII), qui présente les sources.

29 Magister Vincentius, Chronica Polonorum, III, § 19, A. Bielowski éd., Lvov, 1872 (Monumenta Poloniae Historica, 2), p. 193-453, à la p. 350.

30 Herbord, Vita Ottonis episcopi Bahenbergensis, II, § 4, R. Köpke éd., Hanovre, 1868 (MGH SS, 20), p. 697-771, ici p. 726.

31 Dlugosz, Annales seu cronicae. Varsovie, 1964 (année 1124). Cf. aussi The Annals of Jan Dlugosz. M. Michael, trad, (traduction anglaise abrégée), Charlton, 1997. p. 97-98.

32 Selon d’autres versions, Pierre fit pénitence à cause du vol du trésor de Danemark, et fonda sept églises (cf. Boguphalus et Godislaus Basco, Chronicon Poloniae, § 32, W. A. Maciejowski et A. Bielowski éd., Lvov, 1872 (Monumenta Poloniae Historica, 2), p. 467-598, aux p. 520-521).

33 Selon la tradition, Boleslaw III devait sa naissance à un miracle de saint Gilles : Gallus Anonymus, Chronicae et gesta ducum sive principum Polonorum, I, § 30-31, K. Maleczynski éd., Cracovie, 1952 (Monumenta Poloniae Historica, Nova Series 2), p. 57-59.

34 Annales Magdeburgenses, a° 1145, G. H. Pertz éd., Hanovre, 1859 (MGH SS, 16), p. 105-196, à la p. 187 : Intererat quoque eidem curiae quidam princeps Poloniae nomine Petrus, christiane religionis sectator devotissimus, qui ad propagandum sub suo principatu catholicae religionis cultum, a iam dicto episcopo (Frédéric, évêque de Magdebourg) aliquod de sanctorum reliquiis munus sibi inpendi peciit, et per regis intervention impetravit. Communi enim consensu tam episcopi quant et canonicorum donata est magna pars reliquiarum sancti Vincentii episcopi et confessons.

35 Th. Plociennik, « Les inscriptions des tympans polonais relatives aux fondations d’églises », dans Épigraphie et iconographie. Actes du Colloque tenu à Poitiers les 5-8 octobre 1995, R. Favreau dir., Poitiers, 1996, p. 201-209.

36 Cf. I. Eberl, « Die Grafen von Berg, ihr Herrschaftsbereich und dessen adlige Familien », Ulm und Oberschwaben. Zeitschrift für Geschichte und Kunst, 44 (1982), p. 29-171.

37 Ortlieb, De fundatione, p. 85 : Deinde comes Heinricus de Berge cum filio suo eiusdem nominis ac dignitatis ad succurrendum in hora mortis monachi per domnum Oudalricum abbatem apud nos effecti, cum ossibus parentum suorum, id est Bobbonis comitis et Sophiae ipsius uxoris, et parvuli filii Diepoldi sunt huc transducti et in capitolio nostro cuncti pariter in uno monumento positi.

38 A. Gieysztor et alii, History of Poland, Varsovie, 1979, p. 68.

39 Né en 1105 du premier mariage de Boleslaw avec Svislava, fille aînée de Sviatopolk II Michaël, grand-prince de Kiev.

40 Il n’est pas impossible que le doigt manquant du protomartyr soit celui que le duc de Normandie Robert II se procura en 1035 à Jérusalem. Avant sa mort à Nicée sur le chemin du retour, il confia la relique à Girard Flaitel, qui la déposa au monastère Saint-Wandrille. Selon Lucien Musset, l’acquisition de ce doigt serait à l’origine de la dévotion particulière des Normands pour saint Étienne (L. Musset, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, 1967, p. 17). Je remercie Véronique Gazeau qui m’a donné cette information.

41 Première mention de l’église en 1136 : Abbatia sancte Marie in castello lancicie. C’est dans la deuxième moitié du XIIe siècle que plusieurs monastères furent transformés en collégiales, cf. L. Kulczycki, L’organisation de l’Église de Pologne avant le XIIIe siècle, Grenoble, 1928.

42 Z. Swiechowski, Romanesque Art in Poland, Varsovie, 1983, p. 247-248.

43 Il s’agissait sans doute de Slaves encore païens : « Au milieu du XIIe s., les Slaves installés à l’Est de la Saale sont encore appelés “incroyants, peuple sauvage et barbare” », cf. J.-P. Arrignon, Les Églises slaves des origines au XVe siècle, Paris, 1991, p. 46.

44 Embriko, comte de Leiningen, 1125-1146.

45 Frédéric II, † 1147, père de Frédéric Barberousse.

46 H. Spilling, op. cit., p. 10.

47 Berthold, Liber de constructione, L. Wallach éd., op. cit., p. 200 : Denique ista praefata Salome Boloniae ductrix semel in uno anno me huic loco tunc praesidente per nuntios nostros haec sanctae Dei genitrici transmisit dona : manum s. Stephani prothomartiris cum cute, carnibus et unguibus, absque pollice et alias reliquias sanctorum nonaginta...

48 A. Haseloff, Der Psalter Erzbischofs Egberts von Trier, Codex Gertrudianus in Cividale, Trèves, 1901.

49 L. Wallach, « La Chronique de Berthold de Zwiefalten », Revue Bénédictine, 5 (1978) p. 145-146.

50 Berthold, Liber de constructione, L. Wallach éd., op. cit., p. 201 : Ista tres Deo dilectae sorores ad ornandum istum locum convene runt in unum (cf. Is. 60, 13 et Ps. 2, 2).

51 Necrologium Zwifaltense, F. L. Baumann éd., op. cit. n. 7, p. 253 (note pour le 31 mai) : Sophia cv. et ductrix Moravie, soror Salome ducisse ; ista et sorores eius multa bona fecerunt nobis.

52 Berthold, Liber de constructione, L. Wallach éd., op. cit., p. 201 : Ex his maxima pars pro victu et vestitu fratrum consumpta, pro restauratione antiquorum, pro constructione novorum aedificiorum aliisque diversis necessitatibus venundata...

53 Ibid., p. 201.

54 Ortlieb, op. cit., p. 89 : ducis Boloniorum cubicularia.

55 Berthold, op. cit., p. 201 : Salome duct ricis pedissequa.

56 Ibid., p. 202-204.

57 Notae Zwifaltenses, G. Waitz éd., op. cit. n. 4, p. 829.

58 H. Spilling, op. cit., p. 68 : In brachio auro et argento et lapidibus decorato hec continentur reliquie : Sinistra manus Sancti Stephani prothomartiris cum cute et carne.

59 Conservé à Zwiefalten, Katholische Münsterpfarramt.

60 Conservés au même endroit.

61 Ortlieb, De fundatione, p. 89 ; Berthold, op. cit., p. 226 ; cf. A. Frolow, La relique de la Vraie Croix, Paris, 1961, no°329, 1.

62 Ortlieb, De fundatione, p. 89 ; cf. A. Frolow, La relique de la Vraie Croix, no°329, 2.

63 Schéma d’après N. de Baumgarten, « Généalogies et mariages occidentaux des Rurikides russes du Xe au XIIIe siècle », Orientalia Christiana, 9 (1927).

64 Traduction établie d’après l’édition de H. F. O. Abel, op. cit. n. 2, p. 90-92. Je tiens à exprimer ma vive reconnaissance à Georges Pon pour son aide précieuse dans la réalisation de ce travail.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540