Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

La loi et le droit

La part des échanges culturels dans la référence à la norme et les pratiques juridiques durant le haut Moyen Âge

Philippe Depreux

Texte intégral

  • 1 W. Levison, England and the Continent in the Eighth Century, Oxford, 1946 ; V. Ortenberg, The Engl (...)
  • 2 En voici quelques exemples : T. Lounghis, « Die byzantinischen Gesandten als Vermittler materielle (...)
  • 3 Levison, op. cit., p. 98. Sur l’action de Boniface, cf. Th. Schieffer, Winfrid-Bonifatius und die (...)
  • 4 Levison, op. cit., p. 101-102.
  • 5 W. Vogler, « St. Martin in Tours und St. Galien. Europâische Beziehungen zwischen zwei karolingisc (...)
  • 6 Sur l’influence des érudits irlandais sur le continent, cf. Die Iren und Europa im früheren Mittel (...)
  • 7 P. Fournier, « De quelques infiltrations byzantines dans le droit canonique de l’époque carolingie (...)
  • 8 Outre les études publiées dans le recueil mentionné à la note précédente, on peut se reporter à N.(...)

1Lorsqu’il s’interroge sur les formes et les enjeux des échanges culturels au cours du haut Moyen Âge, l’historien qui travaille sur l’Europe du nord-ouest pense naturellement aux relations entre le continent et les îles anglo-saxonnes1, alors même que l’analyse des contacts entre les divers royaumes d’Occident et entre ces derniers et Byzance ou les pays d’Islam fait l’objet d’une attention toujours plus grande2. En ce qui concerne l’histoire du droit et des institutions, le rôle des Anglo-Saxons est loin d’être négligeable. Il s’exprime par exemple par le renforcement de la prééminence du pape, grâce à l’action de missionnaires tel Boniface3. De même, le recours à la prière réciproque dans le cadre d’une association fraternelle matérialisée par l’inscription des noms dans un « livre de vie », dont le succès fut grand dans l’empire carolingien, est réputé d’origine insulaire4. Les conséquences de tels accords étaient d’ordre juridique, ce qui explique pourquoi le livre de fraternité de Saint-Gall est conservé aux archives, parmi les actes et autres titres de propriété, et non parmi les volumes de la bibliothèque5. Ces missionnaires d’outre-Manche ne transmirent cependant pas que des usages irlandais6 ou anglo-saxons : ils purent à l’occasion s’avérer les agents de diffusion d’usages ou de règles d’origine byzantine, par le biais notamment de Théodore de Tarse7, archevêque de Canterbury dans la seconde moitié du VIIe siècle8.

  • 9 G. Dilcher, « Warum mittelalterliche Rechtsgeschichte heute ? », Zeitschrift der Savigny-Stiftung (...)
  • 10 R. Schulze, « Das Recht fremder Kulturen – Vom Nutzen der Rechtsethnologie für die Rechtsgeschicht (...)
  • 11 L’analyse érudite de P. Wormald sur la formation du droit à l’époque carolingienne est à cet égard (...)
  • 12 Cf. par exemple I. Wood, « Administration, law and culture in Merovingian Gaul », dans The Uses of (...)
  • 13 W. Hartmann, « Rechtskenntnis und Rechtsverständnis bei den Laien des früheren Mittelalters », dan (...)
  • 14 C’est ce qu’illustre par exemple l’étude de M. Kobler, « Rechtsgeschichtliches in zwei bayerischen (...)
  • 15 Sur la rupture que représentent les XIe et XIIe siècles, cf. P. Vinogradoff, Roman Law in Medieval (...)
  • 16 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, 1990 ; W. Sellert, « Aufzeich (...)
  • 17 M. Richter, The oral tradition in the early middle ages, Turnhout. 1994. Sur les problèmes plus pa (...)
  • 18 Cf. par exemple L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie cent (...)
  • 19 C. V. Schwerin, Rituale für Gottesurteile, Heidelberg, 1933 ; R. Bartlett, Trial by Fire and Water (...)
  • 20 Il est par exemple significatif que, dans le Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, les no (...)

2L’étude du droit comme phénomène social9, renouvelée par une approche anthropologique10, permet d’appréhender l’acte juridique à la fois comme produit et facteur de l’évolution de la société dépendant notamment des échanges culturels, ce qui offre à l’historien qui s’interroge sur la formation du droit médiéval l’occasion de raisonner en d’autres termes que ceux de transformation d’un droit originel (notamment du droit germanique) ou de dégradation (du droit romain en particulier), où l’idée de connaissance du droit joue un rôle essentiel11. On insiste toujours plus sur les connaissances juridiques, à la fois des praticiens du droit12 et des personnes tout simplement soumises à la loi13. À cet égard, les sources mises en œuvre ne sont pas restreintes aux seuls textes juridiques : l’historien fait flèche de tout bois14. Or l’importance des personnes et des manuscrits, bien mise en évidence à propos de la diffusion du droit romain qui sonne en quelque sorte le glas du haut Moyen Âge15, n’est pas moindre dans la période qui précède, même si les indices sont ténus. Le formalisme des gens du Moyen Âge conduit également l’historien à s’interroger sur « la raison des gestes », qui peut évoluer en dépit du poids des habitudes16. À cet égard, l’étude des origines et des influences culturelles s’avère particulièrement délicate, non seulement parce qu’elle fut longtemps récupérée (si ce n’est motivée) par divers courants idéologiques, mais parce qu’elle met en œuvre non plus telle catégorie documentaire, mais l’ensemble des sources, alors même que son objet relève de la culture orale, cette part essentielle des mentalités et des comportements médiévaux qui a tendance à nous échapper du fait même qu’elle va de soi17. Ainsi, à une même époque, tel notaire pouvait se montrer sensible aux gestes alors que tel autre les passait sous silence18. En ce qui concerne les gestes du droit, il faut noter une différence de traitement entre les gestes judiciaires, bien étudiés pour le haut Moyen Âge19, et les gestes accomplis lors de la conclusion d’actes juridiques, à propos desquels on s’est plus attaché à cerner les origines qu’à préciser l’évolution et la diffusion20.

  • 21 On a pu le montrer en analysant l’emploi des termes germaniques et latins désignant le juge et le (...)
  • 22 J. Gaudemet, « Les ordalies au Moyen Âge : doctrine, législation et pratique canoniques », dans La (...)
  • 23 H.-R. Hagemann, « Vom Diebstahl im altdcutschen Recht », dans Festschrift für Hermann Krause, Colo (...)
  • 24 Sur le mode de transmission du droit romain en tant que droit de l’Église, cf. I. Wood, « Roman La (...)
  • 25 G. Fransen, Les collections canoniques, Turnhout, 1973 ; H. Mordek, Kirchenrecht und Reform im Fra (...)

3Comme en la plupart des domaines touchant à l’histoire du haut Moyen Âge, la dimension religieuse est fondamentale. La christianisation de la société conduisit à une évolution de certaines institutions en raison de l’influence exercée par les clercs, à commencer par la conception même du droit et de l’acte de juger, dominée désormais par l’idée de correction21. On pourrait également citer le cas de l’ordalie, considérée comme une pratique germanique christianisée22. Ce ne sont pas les seuls exemples d’une influence attestée ou supposée des clercs sur le droit23 – sur le droit séculier, s’entend (pour des raisons de place et de cohérence24, le droit canonique est exclu de la présente réflexion alors même qu’il participe des « échanges culturels au Moyen Âge », ne serait-ce qu’à propos du mode de diffusion des collections canoniques25).

***

  • 26 K. Pennington, « Medieval Law », dans Medieval Studies. An Introduction, J. Powell dir., New York, (...)
  • 27 K. Kroeschell, « Germanisches Recht als Forschungsproblem », dans Festschrift fiir H. Thieme, 1986 (...)
  • 28 Cf. par exemple K. von Amira, Die Wadiation, Munich, 1911.
  • 29 Kroeschell, « Germanisches Recht », op. cit., p. 70.
  • 30 Ibid, p. 72. Sur l’impossibilité dans laquelle se trouve également l’historien d’exploiter le droi (...)

4Le débat sur la diversité des sources du droit est souvent restreint à celui relatif aux origines romaines ou germaniques, qu’il est souvent difficile, voire impossible, de démêler26. La recherche des racines germaniques du droit médiéval, sous l’influence du modèle que constitue la Germanie de Tacite, a très longtemps nourri la pensée des historiens du droit27. À cet égard, alors même que la traque des éléments communs aux divers peuples d’origine proto-germanique est l’un des fondements de la recherche sur le droit du haut Moyen Âge28, la méthode régressive généralement employée n’est pas sans susciter de critiques29, car la continuité entre le droit germanique primitif et le droit Scandinave, qui sert généralement de référence, doit être remise en cause30.

  • 31 R. Van Caenegem, « La preuve dans le droit du Moyen Âge occidental », dans La preuve, op. cit., p. (...)
  • 32 F.-L. Ganshof, « La preuve dans le droit franc », dans La preuve, op. cit., p. 71-98, à la p. 95.
  • 33 S. Esders, Romische Rechtstradition und merowingisches Konigtum. Zum Rechtscharakter politischer H (...)
  • 34 S. Guterman, The Principle of the Personality of Law in the Germanic Kingdoms of Western Europe fr (...)
  • 35 Wood, « Roman Law », op. cit., p. 9.
  • 36 Il convient ici de renvoyer aux travaux d’E. Levy, West Roman Vulgar Law. The Law of Property, Phi (...)
  • 37 Kroeschell, « Germanisches Recht », op. cit., p. 70-71.
  • 38 R. Schmidt-Wiegand, « Die volkssprachigen Wörter der Leges barbarorum als Ausdruck sprachlicher In (...)
  • 39 W. Bergmann, « Fortleben des antiken Notariats im Frühmittelalter », dans Tradition und Gegenwart. (...)
  • 40 Guterman, op. cit., p. 318.
  • 41 K. Kroeschell, « Sôhne und Tochter im germanischen Erbrecht », dans Studien zu den germanischen Vo (...)
  • 42 H. Nehlsen, « Der Grabfrevel in den germanischen Rechtsaufzeichnungen. Zugleich ein Beitrag zur Di (...)

5L’examen des origines romaines s’avère tout aussi délicat, comme le montrent les incertitudes des historiens du droit quant à l’origine de l’inquisitio carolingienne31, qui n’est pas apparue sous Charlemagne, comme on a pu le prétendre32. Certes, ce dernier favorisa le recours à cette technique d’investigation, mais elle est attestée bien avant son règne et semble dérivée des pratiques romaines33. La loi romaine imprégna fortement le droit réputé germanique, par exemple en ce qui concerne la prescription trentenaire34. Mais dans les lois, il est difficile de distinguer les éléments barbares des éléments romains35. Cela est d’autant plus difficile qu’il existe une voie moyenne, que constitue le droit romain vulgaire36. C’est ainsi que certains principes sont communs au droit romain tardif et aux lois barbares rédigées vers la même époque37. Le sens des termes germaniques cités dans les lois barbares est également infléchi par les concepts latins38. À cet égard, il ne faut pas exclure l’influence exercée par les notaires39, susceptibles d’instiller des éléments de droit romain dans les pratiques juridiques40. Or ces influences réciproques ont longtemps brouillé les pistes : il est en effet assez déconcertant d’observer que même l’exclusion des femmes de l’héritage de la loi salique pourrait avoir une origine romaine41 ! À cela, il faut ajouter le rôle de l’Église et les interférences possibles entre le droit réputé germanique et le droit ecclésiastique, comme l’illustre par exemple le rapprochement que Hermann Nehlsen a pu établir entre la législation barbare et certains pénitentiels à propos de l’exclusion de la communauté juridique42.

  • 43 Lex Frisionum, K. Freiherr von Richthofen éd., Hanovre, 1863 (MGH Leges, 3), p. 631-711, à la p. 6 (...)
  • 44 Lex Frisionum, p. 696-697 (Add. XI) : Qui fanum effregerit, et ibi aliquid de sacris tulerit, duci (...)
  • 45 On lit en effet dans la Capitulatio de partibus Saxoniae qu’« il a plu à tous que les églises du C (...)
  • 46 Siems, op. cit., p. 338 et suiv.

6Quant à la question de la réception des traditions des peuples pour lesquels Charlemagne fit rédiger des lois, elle n’a vraiment retenu l’attention des chercheurs qu’à propos de la loi des Frisons. Ce texte offre des exemples d’intégration d’usages païens dans une législation chrétienne destinée à un peuple officiellement christianisé ; ainsi est-il permis de tuer les nouveauxnés dans certaines conditions43. Mais le cas le plus intriguant est celui de l’additio sapientium relative aux profanateurs de temples : celui qui est entré par effraction dans un fanum et y a dérobé quelque objet sacré doit être noyé à la marée montante après avoir eu les oreilles mutilées et avoir été castré ; c’est ainsi qu’il doit être immolé aux dieux dont il a violé le sanctuaire44. En dépit de nombreuses tentatives d’explication, dont la plus séduisante est l’hypothèse selon laquelle cet élément de l’ancien droit frison païen aurait été préservé pour mieux assurer le respect des églises en vertu du principe exposé dans le premier capitulaire saxon45, il faut bien admettre que l’interprétation de cette décision pose toujours problème46.

  • 47 Siems, op. cit., p. 159 et suiv.
  • 48 C’est ainsi que W. Schlesinger, Die Entstehung der Landesherrschaft. Untersuchungen vorwiegend nac (...)
  • 49 C’est ce qu’affirme M. Innes, State and Society in the Early Middle Ages. The Middle Rhine Valley,(...)
  • 50 Annales Laureshamenses, a° 802 (XXXV), G.-H. Pertz éd., Hanovre, 1826 (MGH SS, 1), p. 39.
  • 51 R. Schmidt-Wiegand, « Lex Thuringorum », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 2, (...)

7Une autre question qui se pose à l’égard des lois rédigées sous Charlemagne porte sur le lieu où elles le furent : dans les régions concernées, ou bien au palais ? Autrement dit : la cour fut-elle un lieu de débat sur les diverses traditions juridiques ? Est-ce là que les « sages », tels Wlemar et Saxmund, se rendirent pour y exposer le droit « national », frison en l’occurrence47 ? On a nié cela à propos de la loi des Thuringiens. Que des missi aient été envoyés à Erfurt au cours de l’année 802 pour s’enquérir du droit des Thuringiens48, c’est vraisemblable. En revanche, rien ne permet d’affirmer que la loi des Thuringiens y fut rédigée49, car c’est à Aix-la-Chapelle que l’annaliste de Lorsch situe explicitement cet événement, lors de l’assemblée d’octobre50. Quoi qu’il en soit, l’influence franque dans la loi des Thuringiens est indéniable : l’essentiel des termes germaniques cités dans ce texte sont d’origine franque51.

  • 52 H. Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, 2e éd. Berlin, 1906, p. 379.
  • 53 F. Beyerle, Das Entwicklungsproblem im germanischen Rechtsgang, t. 1 : Siihne, Rache und Preisgabe (...)
  • 54 R. Schmidt-Wiegand, « Alemannisch und Frankisch in Pactus und Lex Alamannorum », dans Beiträge zum (...)
  • 55 Lex Baiwariorum, E. von Schwind éd., Hanovre, 1926 (MGH Leges nationum Germanicarum, 5/2), p. 201- (...)
  • 56 R. Schmidt-Wiegand, « Das fränkische Wortgut der Lex Salica als Gegenstand der Rechtssprachgeograp (...)

8En ce qui concerne les lois barbares plus anciennes, on a depuis longtemps observé l’interdépendance qui existe entre elles52. C’est ainsi que la probatio certa du droit franc tire son origine de la loi wisigothique (en l’occurrence, du code d’Euric53), et que, de manière plus générale, la loi des Alamans et celle des Bavarois sont fortement influencées par la loi salique54 – l’influence franque est d’ailleurs explicitement reconnue dans le prologue de la loi des Bavarois55. Quant aux gloses malbergiques, qui datent des temps mérovingiens, elles véhiculent certes des éléments francs, mais aussi saxons ou alémaniques56.

  • 57 R. Van Caenegem, « Das Recht im Mittelalter », dans Entstehung und Wandel rechtlicher Traditionen,(...)
  • 58 C’est ce que montre fort bien B. Mees, « Celtic Influence in the Vocabulary of Hierarchy during th (...)
  • 59 F.-L. Ganshof, « Charlemagne et l’administration de la justice dans la monarchie franque », dans K (...)
  • 60 R. Jacob, « La parole des mains. Genèse de l’ordalie carolingienne de la croix », dans Les rites d (...)

9L’« extraordinaire capacité d’assimilation »57 de l’Occident rend donc la recherche des origines particulièrement délicate, pour le haut Moyen Âge comme pour les temps qui précèdent58. Or, il faut en réalité aussi élargir le débat, notamment en ce qui concerne les traditions qui ne sont pas romaines, comme l’illustre une étude de Robert Jacob apportant de solides arguments en faveur de l’origine irlandaise de l’ordalie de la croix, dont François-Louis Ganshof n’imaginait pas qu’elle pût se rattacher à une pratique païenne59, alors que R. Jacob met en évidence une certaine continuité depuis les druides des temps celtiques. Ce mode d’ordalie, apparu dans le monde franc sous le règne de Pépin le Bref, connut rapidement un large succès jusqu’à son interdiction par Louis le Pieux, au début de son règne impérial60.

  • 61 R. Sprandel, « Über das Problem neuen Rechts im früheren Mittelalter », Zeitschrift der Savigny-St (...)
  • 62 H. Fuhrmann, Einfluβ und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen. Von ihrem Auftauchen bis (...)
  • 63 H. Nehlsen, « Zur Aktualität und Effektivität germanischer Rechtsaufschreibungen », dans Recht und (...)
  • 64 Ibid., p. 483.
  • 65 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 94-95.
  • 66 Gesta Chuonradi imperatoris, dans Die Werke Wipos, H. Bresslau éd., Hanovre, 1915 (MGH SS rer. Ger (...)

10Certains lettrés du haut Moyen Âge ont réfléchi sur la question de la permanence du droit et sur son caractère immuable61, pour défendre cette idée, tels Agobard de Lyon ou Raban Maur, ou pour la contester, tels Walahfrid Strabon, Hincmar de Reims, Réginon de Prüm ou Abbon de Fleury. Quoi qu’il en soit, le meilleur moyen d’imposer les innovations, qu’on décèle par exemple dans les décrétales pseudo-isidoriennes62, fut d’en vieillir l’autorité. Or le caractère évolutif du droit est en réalité indéniable. C’est ce qu’illustre le fait que certains termes de la loi salique ne sont plus compris à l’époque carolingienne63. Il se pourrait d’ailleurs que cette loi n’ait pas été appliquée à la lettre en raison de son caractère incomplet et désuet64. Un exemple cité par Notker le Lippu (moine de Saint-Gall mort en 1022) dans son traité sur Boèce montre en tout cas l’inadaptation de la loi des Alamans à l’évolution de la situation économique, car la composition prévue pour la perte d’un cheval était trop faible et ne permettait pas de compenser la perte de l’animal65. C’est pourquoi il arrivait qu’une loi tombe en désuétude alors même qu’on se réclamait officiellement d’elle : tel était le cas de la loi des Burgondes au début du XIe siècle, selon le témoignage de Wipon66.

***

  • 67 L’expression est de Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 98.
  • 68 Le débat est présenté en détail par Sellert, « Aufzeichnung des Rechts », op. cit.
  • 69 Isidore de Séville, Historia Gothorum, Wandalorum, Sueborum, dans Chronica minora, Th. Mommsen éd. (...)
  • 70 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, O. Szerwiniack et alii trad., t. 1, (...)
  • 71 É. Magnou-Nortier, « Remarques sur la genèse du Pactus Legis Salicae et sur le privilège d’immunit (...)
  • 72 I. Wood, The Merovingian Kingdoms, 450-751, Londres, 1994, p. 112 ; Wormald, The Making, op. cit.,(...)
  • 73 R. Schmidt-wiegand, « Lex Salica », dans Handworterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 2, Berl (...)
  • 74 À ce propos, cf. Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 468.

11L’une des principales transformations du droit germanique fut sa mise par écrit. Tous les historiens du droit s’accordent sur ce point, bien qu’ils divergent sur la portée de la rédaction des lois barbares : simples « attributs de prestige »67 de rois voulant rehausser leur pouvoir d’un certain lustre romain ou instruments effectifs de gouvernement68. Isidore de Séville considère que la rédaction du Code d’Euric constitua une césure importante dans les pratiques juridiques des Goths69. Or cette mise par écrit du droit était le résultat du contact avec le monde romain et ses institutions. Comme le reconnaît Bède le Vénérable, c’est « suivant l’exemple des Romains » que le roi Ethelbert promulgua un code de lois70. Il en va de même du Pactus legis Salicae. L’influence romaine n’est contestée par personne, même si sa date de rédaction fait l’objet de controverses, d’aucuns situant « bien avant le règne de Clovis le temps où la loi salique prit corps en sa forme ancienne »71. D’autres considèrent que sa rédaction date du règne de Clovis, tout en divergeant sur le moment précis : avant 507 et la conquête de l’Aquitaine72 ou bien après73. Le débat porte par conséquent non seulement sur le degré d’acculturation (en l’occurrence, de romanisation), mais aussi sur la connaissance que les rois barbares avaient de leurs diverses entreprises en matière de législation et l’émulation qui pouvait s’ensuivre. Il n’est donc pas exclu que Clovis ait fait mettre la loi salique par écrit dans un esprit de rivalité avec l’œuvre d’Alaric II, qu’il battit à Vouillé un an après la publication du Bréviaire de ce dernier74.

  • 75 G. Theuerkauf, Lex, Speculum, Compendium iuris. Rechtsaufzeichnung und RechtsbewuΒtsein in Norddeu (...)
  • 76 E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verstandnis (...)
  • 77 C’est peut-être le cas du comte Léon attesté au début du IXe siècle, cf. Ph. Depreux, Prosopograph (...)

12Le lien entre culture romaine et prépondérance de l’écrit demeure à l’époque carolingienne. Ainsi, à l’exception du capitulaire des missi de 802, les références à la lex scripta dans les capitulaires concernent l’Italie75. Cela montre une adaptation des souverains carolingiens aux usages italiens en Italie, mais pas une adoption de cet usage à l’échelle de l’empire. Le poids des habitudes prévaut ici, mais vraisemblablement aussi une différence de personnels. On sait que les souverains francs ont encouragé l’installation en Italie de nobles originaires du nord des Alpes76, mais il n’empêche qu’ils eurent recours à des agents autochtones77. Cette référence appuyée à la lex scripta n’est pas la seule spécificité des capitulaires italiens.

  • 78 Ce trait n’a pas été observé par J. Imbert, « Les références au droit romain sous les Carolingiens (...)
  • 79 Collectio capitularium. Die Kapitulariensammlung des Ansegis, G. Schmitz éd., Hanovre, 1996 (MGH C (...)
  • 80 J. Imbert, « Le droit romain dans les textes juridiques carolingiens », dans Studi in onore di Pie (...)
  • 81 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 335 (no°168, c. 1) = Liber legis Langobardorum Papiensis, A. Boret (...)
  • 82 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 316 (no 157, c. 1). Sur ce voyage, cf. J. Jarnut, « Ludwig der Fro (...)
  • 83 Collectio capitularium, op. cit., p. 478 (I, c. 79).
  • 84 Cracovie, Biblioteka Jagielloñska, anc. Berlin, Staatsbibliothek-Preubischer Kulturbesitz, lat. qu (...)
  • 85 K. Schmid, « Zur historischen Bestimmung des ältesten Eintrags im St. Galler Verbrüderungsbuch », (...)
  • 86 Capitularia regum Francorum, t. 2, A. Boretius et V. Krause éd., Hanovre, 1890-1897 (MGH Capit. re (...)
  • 87 Annales de Saint-Berlin, F. Grat et alii éd., Paris, 1964, a° 876, p. 203.
  • 88 Capitularia, t. I, op. cit., p. 197 (no 93, c. 8). Sur la date (813, et non 787), cf. R. Buchner, (...)
  • 89 R. Schmidt-Wiegand, « Rechtswort und rechtszeichen in der deutschen Dichtung der karolingerzeit »,(...)
  • 90 Die Urkunden Pippins, Karlmanns und Karls des Groβen, E. Mühlbacher éd., Hanovre, 1906 (MGH DD Kar (...)

13Ainsi, dans les capitulaires carolingiens, l’emphytéose n’est mentionnée que dans un contexte italien78, à l’exception d’un extrait de l’épitome de Julien repris par Anségise dans sa Collection de capitulaires79. Ce texte, dont on met en doute qu’il s’agisse d’un capitulaire80, ne prouve pas autre chose qu’une réception d’un élément de droit romain par l’abbé de Fontenelle. L’emphytéose apparaît dans un chapitre du Liber Papiensis (XIe siècle) réputé être un extrait de la législation de Louis le Pieux81. En revanche, l’empereur Lothaire Ier s’y référa effectivement, dans le capitulaire promulgué à Corteolona en 822-823, à l’occasion de son premier déplacement en Italie82. Ce texte est passé dans certains manuscrits de la Collection d’Ansegise83, notamment un manuscrit écrit à Saint-Gall vers la fin du IXe siècle84, qui illustre si besoin encore était les liens entre l’Italie et l’Alémanie méridionale, qui avait d’ailleurs un temps été rattachée au royaume d’Italie85. Enfin, il est également fait mention de l’emphytéose dans un capitulaire de Charles le Chauve promulgué en février 876 à Pavie86. Les mesures prises alors furent connues au nord des Alpes, puisqu’elles furent approuvées la même année lors d’une assemblée réunie à Ponthion87. Néanmoins, on peut penser que le terme, qui n’apparaît pas dans les capitulaires élaborés dans le royaume franc, fait partie du vocabulaire des conseillers juridiques italiens des souverains francs. De même, le substantif wiffa (confiscation) et le verbe wiffare (confisquer) n’apparaissent que dans un capitulaire promulgué en 813 à Mantoue88 ; or il s’agit de termes appartenant au vocabulaire juridique lombard et bavarois89. Toutefois, la connaissance de termes propres aux institutions italiennes n’était pas réservée au personnel italien : ainsi, parmi les diplômes de Charlemagne, la mention de gastalds se trouve certes systématiquement (et logiquement) dans les actes destinés à des bénéficiaires sis en Italie, mais plusieurs d’entre eux furent donnés alors que le souverain se trouvait au nord des Alpes90.

  • 91 À ce propos, cf. F.-L. Ganshof, « Le programme de gouvernement impérial de Charlemagne », dans Ren (...)
  • 92 Theuerkauf, op. cit., p. 62.
  • 93 P. Bonenfant, « L’influence byzantine sur les diplômes des Carolingiens », dans Mélanges Henri Gré (...)
  • 94 Theuerkauf, op. cit., p. 63-64.

14Quant à l’exception que représente le capitulaire de 802, mentionnée plus haut, elle peut être expliquée par le contexte du couronnement impérial91. D’ailleurs, il n’est pas exclu que la volonté de Charlemagne, à la même époque, de mettre toutes les lois par écrit soit due à une influence byzantine – ou à une rivalité avec Byzance92. On observe en effet divers emprunts aux traditions byzantines en matière de diplomatique durant le IXe siècle93. Les lois couchées par écrit sur l’ordre de Charlemagne ou révisées par lui connurent des succès variables, si tant est que la tradition manuscrite, sur laquelle on se fonde, soit significative en l’occurrence94. Toujours est-il que, dans sa volonté de reconnaître à chacun son droit, Charlemagne prit une mesure correspondant parfaitement aux aspirations de son temps.

  • 95 Formulae Merowingici et Karolini aevi, K. Zeumer éd., Hanovre, 1886 (MGH Formulae), p. 24 (Formula (...)
  • 96 De Karolo rege et Leone papa, F. Brunhölzl éd. et trad., Paderborn, 1999, supplément à De Karolo r (...)
  • 97 P. Geary, « Ethnic identity as a situational construct in the early middle ages », Mitteilungen de (...)
  • 98 W. Pohl, « Telling the difference : signs of ethnic identity », dans Strategies of Distinction, op (...)
  • 99 Réginon de Prüm, Chronicon cum continuatione Treverensi, F. Kurze éd., Hanovre, 1890 (MGH SS rer. (...)
  • 100 Pohl, « Introduction », dans Strategies of Distinction, op. cit., p. 1-15, à la p. 11.
  • 101 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 460.
  • 102 Wipon, Gesta, op. cit., p. 29 (c. 6), parle de la lex crudelissima Saxonum.
  • 103 Guterman, op. cit., p. 241. Le droit territorial prévalait en effet depuis le VIIe siècle dans la (...)
  • 104 Guterman, op. cit., p. 247.
  • 105 Ibid., p. 111.
  • 106 E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werk, Cologne, 1969, p. 41 et suiv. « 

15En effet, non seulement les hommes du haut Moyen Âge avaient pleinement conscience de la diversité des sources du droit, comme l’illustre le préambule d’un acte conservé dans les « formules angevines » où il est fait mention tout à la fois de la lex Romana, de la coutume et du pouvoir royal95, mais ils accordèrent une importance toute particulière au droit comme critère de distinction ethnique. Le pape Léon III est réputé avoir contemplé avec étonnement la variété des peuples assemblés à Paderborn en 799 pour l’accueillir : ils différaient par le comportement, la langue, le vêtement et l’armement96. Il s’agit des critères classiques de distinction ethnique97, auxquels les gens des temps carolingiens s’avéraient tout particulièrement sensibles98. Réginon de Prüm introduit cependant un nouveau critère, d’ordre juridique : « les diverses nations se distinguent par l’origine, les moeurs, la langue et les lois »99. Ce n’est en effet qu’à partir des Carolingiens que la loi devient un élément de distinction ethnique100 ; c’est de cette époque que datent les références à la lex scripta101. Les lois barbares firent cependant l’objet de diverses contestations au cours du haut Moyen Âge. Par exemple, Wipon, le biographe de l’empereur Conrad II, dénonça la cruauté de la loi des Saxons102. Plus célèbre est l’opposition d’Agobard de Lyon à la personnalité des lois, qui peut s’expliquer par son origine wisigothique103 ou sa connaissance du droit romain104. L’archevêque de Lyon du temps de Louis le Pieux s’indignait de ce qu’au sein d’une même assemblée, chaque personne pût relever d’un droit différent105 ; pour lui, l’unité de la foi supposait l’unité de la loi106.

  • 107 H. Mordek, « Frühmittelalterliche Gesetzgeber und Iustitia in Miniaturen weltlicher Rechtshandschri (...)
  • 108 Guterman, op. cit., p. 77.
  • 109 Wormald, The Making, op. cit., p. 49.
  • 110 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 58 (no 22, c. 64) : Et ut parvuli qui sine rationabili aetate sunt (...)
  • 111 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 467.
  • 112 Ibid., p. 483-490.
  • 113 W. Kienast, Studien über die franzosischen Volksstamme des Frühmittelalters, Stuttgart, 1968, p. 1 (...)
  • 114 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 472.

16Au haut Moyen Âge (notamment à l’époque carolingienne), la loi était donc constitutive de l’identité d’un peuple, comme l’explicite l’annonce de la représentation figurée des législateurs dans les manuscrits dérivés du recueil de lois de Loup de Ferrières107. Même si la loi salique peut s’appliquer à d’autres personnes que les Francs108, elle est un élément constitutif de l’identité des Francs109. De même, dans l’Admonitio generalis de Charlemagne (789), les gens de Bourgogne sont désignés comme ceux qui vivent selon la loi de Gondebaud110. En fait, la référence à la lex scripta importe plus pour l’identité des individus que pour le cours des actions juridiques et judiciaires. Le comportement juridique varie en effet en fonction de l’espace et du temps : on peut ainsi opposer les pratiques mérovingiennes (où la coutume joue un rôle important) aux pratiques lombardes, où l’on observe une prépondérance du droit écrit111. De même, la différence est flagrante avec les régions héritières du droit wisigothique, où les citations de la lex scripta sont nombreuses et exactes112 (cette question a fait l’objet de plusieurs travaux113). Le réel intérêt pour les lois écrites à l’époque carolingienne114 n’en prend que plus de relief, et l’on peut se demander s’il ne s’agit pas là d’un aspect de la renaissance carolingienne et de l’influence de lettrés originaires des parties les plus romanisées de l’Europe.

  • 115 Wormald, The Making, op. cit., p. 79.
  • 116 Guterman, op. cit., p. 144-145.
  • 117 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 460.
  • 118 Ibid., p. 476.
  • 119 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 87.
  • 120 C’est cependant le cas chez certains historiens, tel W. Pohl, « Zur Bedeutung ethnischer Untersche (...)
  • 121 Pohl, « Telling the difference », op. cit., p. 57-59. R. Bartlett, « Symbolic meanings of hair in (...)
  • 122 Lex Ribuaria, F. Beyerle et R. Buchner éd., Hanovre, 1951 (MGH Leges nationum Germanicarum, 3/2), (...)
  • 123 H. Wolfram, Grenzen und Räume. Geschichte Österreichs vor seiner Entstehung, Vienne, 1995, p. 330.
  • 124 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 478-479.
  • 125 Die Traditionen des Hochstifts Freising, Th. Bitterauf éd., Munich, 1905 (t. 1) et 1909 (t. 2), no(...)
  • 126 À ce sujet, cf. Depreux, Prosopographie, op. cit., p. 316 n. 18. Sur la Bavière de Louis le German (...)
  • 127 Outre Reuter, op.cit., cf. H. C. Faußner, Zum Regnum Bavariae Herzog Arnulfs (907-938), Vienne, 19 (...)

17Les actes de la pratique ne reflètent pas exactement le détail de la lex scripta115 ; il existe d’ailleurs des cas où la pratique juridique va à l’encontre du droit dont on relève116. De même, certaines mesures prises dans les capitulaires mérovingiens vont à l’encontre de ce qu’on trouve dans la loi117. Les références à la loi salique dans les chartes ne correspondent pas à un texte précis118 ; c’est également le cas pour la loi des Alamans119. Cela ne doit cependant pas faire douter de la force du sentiment national en matière juridique120. Cette identité juridique était traduite par des gestes. Ainsi, le fait de couper sa barbe était une mesure punitive ou l’expression de la soumission pour un Lombard121. L’un des gestes les plus remarquables en la matière était la coutume selon laquelle on tirait les témoins par l’oreille en Bavière. Alors que la loi ripuaire prévoit aussi ce geste122, il semble, d’après l’examen des actes de la pratique, ne s’être appliqué qu’aux seuls Bavarois : c’est pourquoi il est parfois fait une distinction, dans le même acte, entre les témoins dont on tira l’oreille et les autres123. Or il est significatif que, dans les actes de Freising, les références à la loi des Bavarois ou à la coutume des Bavarois (des termes qui ne sont pas strictement opposés à cette époque124) annoncent presque systématiquement le recours à cette pratique125. La fréquence de ces références varie au cours du temps : elles sont particulièrement nombreuses vers la fin des années vingt du IXe siècle et sous les souverains ottoniens ; il se pourrait par conséquent que ces mentions expriment une sorte de « fierté nationale » exaltée par l’envoi de Louis le Germanique126 dans son royaume et les revendications politiques des ducs de Bavière du Xe siècle127.

  • 128 Cf. Guterman, op. cit.
  • 129 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 383.
  • 130 P. Amory, « The meaning and purpose of ethnic terminology in the Burgundian laws », Early Medieval (...)
  • 131 À ce propos, cf. S. Gasparri, Prima delle nazioni. Popoli, etnie e regni fra Antichità e Medioevo,(...)
  • 132 Ceci vaut également pour l’époque ultérieure, cf. Krause, op. cit.
  • 133 Ainsi, Pépin le Bref tripla la composition prévue par la loi, cf. le capitulaire aquitain de 768 :(...)
  • 134 Gasparri, op. cit., p. 168, oppose le principe carolingien au droit germanique, qui ne reconnaissa (...)
  • 135 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 101.

18Cette référence plus systématique à la loi dont une personne relève est généralement expliquée par l’existence d’un principe, celui de la personnalité des lois128. Il ne s’agit pas d’un phénomène originel : ce n’est qu’au temps de la rédaction de la loi des Ripuaires, c’est-à-dire au VIIe siècle, que le principe de la personnalité des lois eut tendance à s’imposer129. L’interdépendance entre le Liber Constitutionum et la Lex Romana Burgundionum ainsi que leur origine commune (le droit romain vulgaire) tendent à plaider en faveur d’une justice territoriale, et non pas ethnique, à l’époque de Gondebaud130. La nouveauté carolingienne réside en ce que, désormais, les personnes peuvent revendiquer le droit du territoire d’où elles sont originaires131 : le fait que le souverain carolingien garantisse la validité des lois de chacun132 (tout en pouvant également y apporter des modifications133) est une conséquence de l’intégration des divers territoires dans le regnum Francorum134. On comprend qu’à cet égard on puisse considérer que les recueils de lois participent du programme d’intégration des peuples dans l’empire carolingien135. Par conséquent, l’époque carolingienne (au sens large) peut sembler un temps particulièrement propice aux confrontations de droits et aux échanges en matière juridique.

  • 136 Guterman, op. cit., p. 113.
  • 137 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 396.
  • 138 B. Pohl-Resl, « Ethnische Bezeichnungen und Rechtsbekenntnisse in langobardischen Urkunden », dans(...)
  • 139 Guterman, op. cit., p. 161 et suiv.
  • 140 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 398 ; Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit. (...)
  • 141 Sur l’origine des agents du pouvoir en Italie, cf. Hlawitschka, op. cit. ; sur les répercussions j (...)
  • 142 Les références à la loi semblent y être plus fréquentes à partir du Xe siècle, cf. Wormald, The Ma (...)
  • 143 Guterman, op. cit., p. 114.
  • 144 Ibid., p. 186.
  • 145 Amory, op. cit., p. 21.
  • 146 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 96.

19Cette confrontation de droits est suggérée par le recours, à partir du VIIIe siècle, à des déclarations de la loi sous laquelle on vit (professio iuris ou legis136.) Les chartes lombardes des années soixante du VIIIe siècle sont les exemples les plus anciens de déclaration de nationalité137 ; l’apogée du recours à la professio legis date, toujours en Lombardie, du XIe siècle138.À cette époque, on disposait en Italie de modèles déclinant les diverses procédures, selon l’origine ethnique dont se réclamaient les diverses parties139 (nous aurons l’occasion de revenir sur ce point). Il se trouve que le recours à la professio iuris est particulièrement courant dans les régions où il y avait un fort mélange de populations140, notamment en Italie141 et en Septimanie, mais peut-être aussi en Bourgogne142. En théorie, chacun pouvait revendiquer l’application du droit dont il relevait143 et les tribunaux ayant connaissance d’affaires concernant des gens relevant de lois différentes devaient être composés d’experts de ces lois144. Cette thèse ne fait cependant pas l’unanimité145. Il n’est en tout cas pas exclu que la professio iuris et les divers usages propres à chaque loi ne soient observés que dans un but formaliste de respect des rituels et qu’on ne dépasse pas le stade des apparences146. Quoi qu’il en soit, ces gestes ne supposent pas une confrontation brutale de traditions juridiques différentes. Il n’en allait toutefois pas toujours ainsi.

***

  • 147 Alcuin, Vita Willibrordi archiepiscopi Traiectensis (BHL 8935-36), W. Levison éd., Hanovre, 1919 ((...)
  • 148 G. Constable, Monastic tithes from their origins to the twelfth century, Cambridge, 1964, p. 19 et (...)
  • 149 Die Eingliederung der Sachsen in das Frankenreich, W. Lammers dir., Darmstadt, 1970. On trouvera l (...)
  • 150 F.-L. Ganshof, « Note sur la preuve dans la procédure en cas de flagrant délit en droit franc », d (...)
  • 151 Pennington, op. cit., p. 337 ; sur le contexte, cf. K.-U. Jäschke, « Die normannische “Landnahme” (...)
  • 152 G. Princi Braccini, « Termini germanici per il diritto e la giustizia : sulle tracce dei significa (...)
  • 153 Kienast, op. cit., p. 108-109.
  • 154 D. Bates, « England and the “feudal revolution” », dans Il feudalesimo nell’alto medioevo, t. 2, S (...)
  • 155 Van Caenegem, « Das Recht », op. cit., p. 645-646.
  • 156 Van Caenegem, « La preuve », op. cit., p. 701. Cet usage attesté anciennement - à l’époque anglo-s (...)

20La mission fut probablement l’un des facteurs les plus marquants de confrontation culturelle au haut Moyen Âge. Le simple fait de se convertir au christianisme supposait des changements juridiques, comme l’exprime Alcuin dans sa Vie de saint Willibrord : la conversion entraîne l’adoption de nouvelles règles de la part des populations converties147. À cet égard, la diffusion de l’usage de verser la dîme au clergé avant son imposition par Pépin le Bref est un bon exemple des changements liés à l’emprise du christianisme sur les populations de l’Occident médiéval148. La conversion pouvait être liée à des opérations militaires, comme ce fut le cas en Saxe vers la fin du VIIIe siècle149. On se doit en effet d’évoquer la conquête armée, qui permit la diffusion des pratiques juridiques du vainqueur même lorsque son implantation ne s’avérait pas massive, comme le prouve un miracle de saint Cybard d’Angoulême datant de la fin du VIe siècle150. À propos de l’impact de la conquête, le cas de l’Angleterre est particulièrement exemplaire151 – pas seulement du fait que le terme anglais de law est une importation des Vikings152. De même que l’installation de Rollon et de ses hommes eut certaines répercussions sur les pratiques juridiques en Normandie153, la conquête normande provoqua des changements en profondeur dans les institutions anglaises154. Non seulement l’anglais perdit son statut de langue juridique155, mais l’installation de Guillaume et de ses Normands en 1066 occasionna l’introduction de nouveaux usages judiciaires, tel le duel156.

  • 157 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 499.
  • 158 R. Kottje, « Zum Geltungsbereich der Lex Alamannorum », dans Die transalpinen Verbindungen der Bay (...)
  • 159 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 380.
  • 160 Sur l’influence du droit franc sur les Slaves, cf. H. Gengler, Germanische Rechtsdenkmaler. Leges, (...)
  • 161 Köbler, « Richten », op. cit., notamment p. 101-102.
  • 162 H. Zatschek, « Die Benutzung der Formulae Marculfï und anderer Formularsammlungen in den Privaturk (...)
  • 163 À ce propos, cf. Ph. Depreux, « Tassilon III et le roi des Francs : examen d’une vassalité controv (...)
  • 164 Zatschek, op. cit., p. 260.
  • 165 Ibid., p. 173. Sur ce phénomène, cf. Innes, op. cit., p. 111-118.
  • 166 Kottje, op. cit., p. 365-366.

21La conquête n’est cependant pas systématiquement synonyme de l’imposition d’un nouveau droit, comme le prouve l’histoire de la Septimanie157. Néanmoins, les conquérants emportent avec eux leurs lois : ainsi, l’installation de nombreux Alamans en Italie suite à la conquête de Charlemagne explique le nombre élevé de manuscrits italiens contenant la loi des Alamans158. Plus généralement, les Francs étendirent leur droit au fur et à mesure de l’extension de leur zone d’influence et de l’augmentation du nombre de territoires qui leur étaient soumis. Les agents du pouvoir royal se sont avérés les principaux acteurs de diffusion du droit franc159. De nouveaux usages furent souvent introduits à la faveur de la conquête, tantôt rapidement, tantôt de façon assez lente160. Ainsi, les différences institutionnelles et lexicales entre l’espace franc d’une part et l’Alémanie et la Bavière d’autre part en matière de définition du droit et du jugement tendent à s’estomper suite à l’intégration forcée de ces régions dans le royaume franc, dans la seconde moitié du VIIIe siècle161. De même, on observe une diffusion du formulaire de Marculf au gré de la conquête orientale - par exemple, la pénétration des formulaires occidentaux en Bavière date essentiellement de la fin du VIIIe siècle162 : elle doit donc être considérée comme une conséquence de la mainmise franque qui suivit la déposition de Tassilon163. Cela ne conduisit pas forcément à l’uniformité, comme l’illustre le contraste entre le formalisme des actes de Fulda et la grande inventivité dont font preuve les notaires bavarois164. La diffusion des formules était notamment favorisée par certains notaires travaillant pour divers établissements, tel Asaph, qui rédigea des actes pour Fulda et Wissembourg165. Hormis la présence massive de personnes dans une région, c’est le rapport personnel que certains individus entretenaient avec tel endroit qui explique qu’on y trouve certaines lois, comme c’est par exemple le cas à l’abbaye bavaroise de Tegernsee, où la présence d’Alamans et l’intensité des contacts avec l’Alémanie explique la présence d’une loi des Alamans en ce lieu166.

  • 167 Bitterrauf, op. cit., t. 1, p. 556 (no 661) :...in loco nuncupante Dungeih quod est iuxta civitate (...)
  • 168 Bitterauf, op. cit., t. 1, p. 557 (no 661) : Isti sunt testes per aures tracti secundum legem Baio (...)
  • 169 Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, E. Tremp éd., Hanovre, 1995 (MGH SS rer. Germ., 64), p. 398 (...)
  • 170 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 493 et 501.
  • 171 Ibid., p. 500 ; Liebeschuetz, op. cit., p. 148.

22Le déplacement des personnes occasionnait l’expression de coutumes juridiques inconnues dans la région où elles se trouvaient. On ne sait pas s’il y eut nombre de témoins oculaires étrangers à la Bavière lors de la donation (en réalité, la vente) faite par un certain Baudry à Notre-Dame de Freising, le 10 août 843 près de Verdun, « où fut réalisée l’entente des trois frères, Lothaire, Louis et Charles, et où eut lieu la division de leur royaume »167. A cette occasion, plusieurs témoins furent « tirés par les oreilles selon la loi des Bavarois »168. En revanche, force est de constater le retentissement qu’eut un duel à cheval organisé à Aix-la-Chapelle en 820. L’Astronome relate que le comte de Barcelone, Béra, fut accusé d’infidélité par un certain Sanila, qui le battit en combat singulier à cheval « selon leur propre loi, car tous deux étaient des Goths »169. Le duel judiciaire était chose courante à l’époque ; la particularité de ce combat résidait en ce qu’il était équestre. Il s’agit ici non pas de l’application de la lex scripta, mais d’une coutume170 dont on n’a d’ailleurs pas de témoignage plus ancien171.

  • 172 Guterman, op. cit., p. 103 et n. 19.
  • 173 E. Gamillscheg, Romania Germanica. Sprach-und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des a (...)
  • 174 Schmidt-Wiegand, « Das fränkische Wortgut », op. cit., p. 286.

23Les cas cités peuvent sembler isolés, car exceptionnels (de même, la référence à certaines lois hors de leur zone d’application peut revêtir un caractère d’exception ; c’est ainsi qu’on n’a pu repérer qu’une seule référence à la loi lombarde au nord des Alpes172). La recherche de rituels judiciaires hors de leur contexte habituel s’avère particulièrement ardue ; à l’inverse, il n’est souvent pas nécessaire de préciser ces gestes lorsqu’ils sont habituels. Il est en revanche un autre domaine scientifique auquel on a depuis longtemps fait appel pour étudier l’impact des échanges culturels : il s’agit de la philologie173. À cet égard, plus que la quête des origines des peuples germaniques, c’est certainement la recherche des contacts établis entre eux à telle ou telle époque qui peut permettre la compréhension de certaines similitudes juridiques. C’est par exemple le cas de certains mots du vocabulaire juridique, dont on explique l’existence à la fois chez les Francs, les Anglo-Saxons et les Frisons par l’intensité des échanges qui existaient entre ces peuples au VIIe siècle174.

  • 175 Wormald, The Making, op. cit., p. 51.
  • 176 On trouvera la bibliographie relative à ce poème dans l’étude d’É. Magnou-nortier, « La mission fi (...)
  • 177 Paul Diacre, Historia Langobardorum, L. Bethmann et G. Waitz éd., Hanovre, 1878 (MGH SS rer. Lang.(...)
  • 178 Wormald, The Making, op. cit., p. 64. Il s’agit du manuscrit latin no 4418. À ce propos, cf. B. Bi (...)
  • 179 Bischoff, op. cit., p. 180 n. 54. Sur l’activité judiciaire de Louis le Pieux en Aquitaine, cf. As (...)

24On peut également supposer, sans que cela puisse être prouvé, que les érudits étrangers vivant à la cour franque ont pu faire connaître leur droit175, tel Théodulf d’Orléans, dont on connaît les compétences en droit grâce au Contra indices176, ou encore Paul Diacre, qui prouve qu’il avait des connaissances en la matière par certaines allusions dans l’Histoire des Lombards177. On a supposé que Benoît d’Aniane avait fait connaître à la cour de Louis le Pieux la loi des Wisigoths, copiée au palais d’Aix dans un manuscrit de luxe actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France178. Point n’est cependant besoin de faire jouer ici un rôle à Witiza/Benoît : lors de son règne en Aquitaine, Louis le Pieux avait eu l’occasion de s’intéresser au droit des populations sur lesquelles il avait autorité179.

  • 180 J. Campbell, « Observations on English Government from the Tenth to the Twelfth Century », Transac (...)
  • 181 P. Wormald, « Aethelred the Lawmaker », dans Ethelred the Unready. Papers from the Millenary Confe (...)

25La plupart du temps, les contacts entre les personnes tombent à jamais dans l’oubli. De par leur nature, les manuscrits s’avèrent des témoins matériels de tels échanges et ils nous offrent parfois des clefs d’explication. Ainsi, les contacts entre l’Angleterre et le continent durant le haut Moyen Age sont établis. Par conséquent, la présence de certaines institutions juridiques carolingiennes en Angleterre à l’époque viking, bien mise en évidence par James Campbell, n’est pas particulièrement étonnante180. Encore faut-il trouver des éléments d’explication précis, par exemple en ce qui concerne le recours à l’inquisitio carolingienne. À cet égard, un manuscrit breton du milieu du IXe siècle conservé à Oxford peut être considéré comme un instrument de diffusion du droit carolingien : il s’agit d’un manuscrit du livre I de la Collection d’Anségise qui se trouvait vers la fin du Xe siècle à Worcester, où il fut étudié et corrigé par l’évêque Wulfstan181.

  • 182 À titre d’exemple, cf. Capitularia, t. I, op. cit., p. 191-193 (no 91).
  • 183 Ibid., p. 32 (no 13, c. 4) ; p. 1l6 (no 40, c. 24) ; p. 144(no 57,c. 1).
  • 184 Ibid., p. 69 (no 26, c. 13), à rapprocher de l’Edictus Rothari, F. Bluhme éd., Hanovre, 1868 (MGH (...)
  • 185 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 68 (no 26, c. 6) ; traduction de Tessier, op. cit., p. 287-288.
  • 186 Edictus Rothari, op. cit., c. 376, p. 87 : Nullus presumat haldiam alienam aut ancillam quasi stri (...)
  • 187 Le leggi dei Langobardi. Storia, memoria e diritto di un popolo gennanico, C. Azzara et S. Gasparr (...)
  • 188 Il faut distinguer cette pratique du « cannibalisme de survie » étudié par P. Bonnassie, « Consomm (...)
  • 189 A. Dierkens, « Superstitions, christianisme et paganisme à la fin de l’époque mérovingienne. À pro (...)
  • 190 Pactus Legis Salicae, K. A. Eckhardt éd., Hanovre, 1962 (MGH Leges nationum Germanicarum, 4/ 1), p (...)
  • 191 Il s’agit du manuscrit Saint-Gall, Stiftbibliothek. 730 et du manuscrit Verceil, Biblioteca Capito (...)
  • 192 Mordek, Bibliotheca, op. cit., p. 256 et suiv. ; Id., « Frühmittelalterliche Gesetzgeber », op. ci (...)
  • 193 Sur les remaniements de Loup de Ferrières, cf. Wormald, The Making, op. cit., p. 33-35. Le travail (...)
  • 194 Sur ces catalogues, cf. Mittelalterliche Bücherverzeichnisse des Klosters Fulda und andere Beitrag (...)
  • 195 Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, P. Lehmann éd., t. 1, 2e éd. Mu (...)
  • 196 Schrimpf, op. cit., p. 170-171. Toutefois, il n’est aucunement question de la législation lombarde
  • 197 Kottje, op. cit., p. 365.

26Le rôle joué par certains manuscrits à propos de la connaissance du droit lombard dans l’entourage du souverain franc peut également faire l’objet d’une tentative de reconstitution, par le biais de moyens a priori assez inattendus. Il est bien rare que l’on puisse faire des rapprochements entre les décisions des souverains lombards et celles de leurs homologues francs, à l’exception de la législation italienne de ces derniers, où les références aux codes de lois lombards sont relativement abondantes182. En revanche, les rapprochements de décisions applicables au nord des Alpes avec la législation de Rothari, par exemple, ne sont pas fréquents et généralement pas vraiment significatifs183 – sauf en ce qui concerne un texte : la Capitulatio de partibus Saxonie. Concernant deux éléments de ce capitulaire de Charlemagne particulièrement dur et destiné à mater les Saxons, on a pu établir deux rapprochements avec la législation de Rothari : d’une part, à propos du chapitre punissant de mort celui qui tue son maître ou sa maîtresse184 et, d’autre part, concernant le chapitre où il est dit : « Si, égaré par le diable, quiconque homme ou femme s’adonne à la magie, et mange de la chair humaine, et qu’à cause de cela il fait rôtir cette chair, ou qu’il la donne à manger, qu’il soit puni de mort »185. On peut rapprocher ce passage de l’extrait de l’édit de Rothari, où il est dit : « Que personne n’ose tuer une serve affranchie qui ne lui appartient pas ou une esclave, comme si elle était une magicienne (striga), qu’on appelle masca, parce que cela dépasse l’intelligence des chrétiens qu’on puisse croire possible qu’une femme ait la faculté de dévorer de l’intérieur un homme vivant »186. Il se peut qu’il soit fait allusion à une sorte de possession dans l’édit de Rothari187, alors que Charlemagne dénonce l’anthropophagie188. Le terme de striga n’apparaît pas ailleurs dans les capitulaires carolingiens. Par exemple, dans un passage de l’Indiculus superstitionum ayant trait à la même catégorie de personnes, le terme choisi (femine) est plus neutre pour évoquer le « fait de croire que les femmes commandent à la lune et qu’elles peuvent arracher le cœur des hommes, selon l’opinion des païens »189. Néanmoins, il est possible que Charlemagne se soit plutôt inspiré de la loi salique : on trouve en effet une allusion à un cas similaire dans le Pactus Legis Salicae190. Il est par ailleurs fort difficile de se faire une idée de la diffusion de l’édit de Rothari du temps de Charlemagne, puisque seulement deux manuscrits de ce texte sont antérieurs au IXe siècle ; tous deux sont italiens191. On sait cependant que Loup de Ferrières, lorsqu’il se trouvait à Fulda, copia diverses lois en un recueil que l’on ne connaît que grâce à des copies192. L’édit de Rothari n’y figure pas en tant que tel, mais Loup intégra à son Liber legum une concordia des lois lombardes qui suppose qu’il en avait connaissance193. On ne rencontre la mention d’aucun livre juridique dans les catalogues de Fulda du IXe siècle194, ce qui ne laisse pas de surprendre si l’on compare avec les catalogues contemporains d’autres grands établissements, tels Saint-Gall ou la Reichenau195. Ce n’est que dans un catalogue des ouvrages de Fulda datant de la fin du XVe siècle qu’on trouve l’inventaire de plusieurs lois196. Or la compilation de Loup de Ferrières nous prouve que ces textes législatifs étaient disponibles à Fulda vers 830. On a expliqué la présence de diverses lois à Fulda par la diversité de l’origine ethnique des moines197. Parmi ces textes, il y en avait d’origine lombarde, dont on a peut-être un écho dans le premier capitulaire saxon, pour la rédaction duquel il n’est pas incongru de penser que l’abbé de Fulda fut consulté. Les indices sont toutefois si ténus qu’il s’avère impossible de trancher.

***

  • 198 À ce propos, cf. Guterman, op. cit., p. 197-198 et p. 202.
  • 199 Wood, « Roman Law », op. cit., p. 10.
  • 200 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 379-380.
  • 201 C. Hammer, « Lex scripta in early medieval Bavaria : use and abuse of the lex Baiuvariorum », dans(...)
  • 202 B. Pohl-Resl, « Legal practice and ethnic identity in Lombard Italy », dans Strategies of Distinct (...)
  • 203 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1,op. cit., p. 385-392.
  • 204 Textes relatifs aux institutions privées et publiques aux époques mérovingienne et carolingienne. (...)

27Reste à voir comment, dans la pratique, divers droits purent rivaliser et, le cas échéant, se contaminer réciproquement198. S’il est par exemple indéniable que le Code de Théodose fut le modèle du Code d’Alaric II et d’autres textes juridiques199, il est également évident qu’à l’inverse, les Romains adoptèrent des usages barbares200. D’aucuns supposent que les échanges, voire les confusions, furent favorisés par le fait que les recueils juridiques contenaient diverses lois201. En réalité, il y avait une adaptation de la loi aux usages202, et la personnalité des lois était appliquée selon des modalités différentes en fonction des cas de figure203. Un magnifique exemple de mélange des traditions est offert par un acte fait à Trévise en 780 : dans cette charte de donation, l’auteur, « bien que soumis aux lois romaines », a recours à un contre-don, un launegild204.

  • 205 Guterman, op. cit., p. 113-114.
  • 206 Ibid., p. 198-199.
  • 207 Buchner. Die Rechtsquellen, op. cit., p. 53-54.
  • 208 Zeumer, Formulae, op. cit., p. 271 (no 7).
  • 209 Capitularia, t. 2, op. cit., p. 235-236 (no 252, c. 39).
  • 210 Continuation des Annales Nazariani, G.-H. Pertz éd., Hanovre, 1826 (MGH SS, 1), p. 41-42 = W. Lend (...)
  • 211 Guterman, op. cit., p. 200.
  • 212 Pohl-Resl, « Legal practice », op. cit., p. 210.
  • 213 Guterman, op. cit., p. 144.
  • 214 Ibid., p. 113-114 et p. 140-141.
  • 215 Thévenin, op. cit., p. 208 (no 143) :...quiprofessa sum ego ipsa Ermengarda cometissa ex nacione m (...)
  • 216 Guterman, op. cit., p. 202-206 ; Pohl-resl, « Legal practice », op. cit., p. 212 et 214.
  • 217 Tacite, La Germanie, J. Perret éd., Paris, 1983, p. 83 (c. 20).

28Le mariage était l’une des principales occasions de confrontation de droits différents205. Le mélange des traditions issues du droit romain et du droit germanique est particulièrement net en matière de droit matrimonial206, comme l’illustre ce modèle d’acte transmis dans les formules de Lindenbruch, qui furent probablement écrites au VIIIe siècle entre Meuse et Escaut207 : il s’agit d’un libellum dotis préalable à un mariage secundum legem Salicam208. Un homme pouvait se marier selon la coutume propre au droit de sa femme, tel ce Franc ayant épousé une Saxonne selon la coutume de cette dernière, dont les Pères du concile réuni en 895 à Trebur évoquèrent le cas pour affirmer la validité du mariage quelle que soit la loi selon laquelle il a été conclu209. Inversement, nous connaissons l’exemple d’une Thuringienne fiancée à un Franc selon la loi de ce dernier210. Il y a des cas où les droits sont contradictoires, par exemple à propos du mundium exercé sur la femme211 ; on en a une illustration à propos d’une vente conclue en 758 par une certaine Gunderada, d’origine romaine, avec l’accord de son mari : cela est conforme au droit lombard, mais s’écarte des usages romains212. Normalement, on n’a pas le droit de changer de loi213, mais il était possible de changer de loi en raison d’un mariage214, comme c’est le cas de la comtesse Ermengarde qui déclare, en 988, être originellement soumise à la loi salique, mais vivre désormais sous la loi lombarde car c’est celle de son mari215. Les influences culturelles s’expriment aussi tout particulièrement dans la manière de transmettre les biens, à commencer par l’héritage, où l’on a pu montrer l’influence qu’a jouée le droit romain216 – ne serait-ce que dans l’existence même du testament, dont Tacite nous dit que les Germains l’ignoraient217. C’est toutefois à certains modes d’investiture et de déguerpissement qu’on s’intéressera plus particulièrement ici.

  • 218 R. Sohm, « Frankisches Recht und römisches Recht », Zeitschrift der Savigny-Stiftung fiir Rechtsge (...)
  • 219 Cf. W. Ogris, « Festuca », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 1, Berlin. 1971, (...)
  • 220 Magnou-Nortier, « Remarques sur la genèse », op. cit., p. 512 ; cf. également Barnwell, op. cit., (...)
  • 221 Sur la prudence dont il faut faire preuve en la matière, cf. P. Noailles, « Vindicta », Revue hist (...)
  • 222 C. Schott, « Pactus, Lex und Recht », dans Die Alemannen in der Frühzeit, W. Hübener dir., Bühl, 1 (...)
  • 223 Lex Ribuaria, op. cit., c. 32, p. 85 ; c. 74, p. 125 ; Pactus Legis Salicae, op. cit., c. 46, p. 1 (...)
  • 224 Thévenin, op. cit., p. 226 (no 159, acte de 1049) :...investituram eiusdem traditionis statim illi (...)
  • 225 Ibid., p. 216 (no 148) :...primo incurvatis digitis secundum morem Saxonicum. Isti sunt Saxones qu (...)

29On a depuis longtemps observé que le vocabulaire relatif à l’investiture s’est répandu au fur et à mesure de l’expansion franque218. Dans ce contexte, la festuca est l’un des éléments du rituel les plus célèbres et les plus répandus. Alors qu’on pourrait la tenir pour purement germanique219, d’aucuns ont défendu son origine romaine220. Il n’est pas question de tenter de préciser ici l’origine du recours à la festuca221, tenue durant le haut Moyen Âge – quoi qu’il en soit - pour un élément du droit germanique : alémanique222 (bien qu’il n’y soit fait allusion ni dans le pacte ni dans la loi des Alamans) et, surtout, franc (il en est fait mention à plusieurs reprises dans la loi salique et dans la loi ripuaire223). Le jet ou la remise d’un fétu n’était pas universellement adopté comme symbole de déguerpissement ; par exemple, les Saxons faisaient un geste avec un224 ou plusieurs doigts. À cet égard, un acte datant du règne de Conrad II s’avère particulièrement intéressant : il prouve l’équivalence entre ce geste et le recours au fétu en relatant comment un comte manifesta l’abandon de ses droits d’abord en incurvant ses doigts à la manière saxonne, puis « par la main et le fétu » à la manière franque, à l’attention des Saxons et des Francs orientaux qui faisaient office de témoins225.

  • 226 Feller, op. cit., passim.
  • 227 Thévenin, op. cit., p. 151 (no 105) : Et iuxta legem meant per cultellum et festucam notatum seu g (...)
  • 228 À ce propos, cf. Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 461-463.
  • 229 E. von Künssberg, Messerbräuche. Studien zur Rechtsgeschichte und Volkskunde, Heidelberg, 1941 ; J (...)
  • 230 De nombreux actes mentionnent le wanto. À ce propos, cf. B. Schwineköper, Der Handschuh im Recht, (...)
  • 231 J. Jarnut, « Teotischis homines (a. 816). Studien und Reflexionen über den ältesten (urkundlichen) (...)
  • 232 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 479.
  • 233 Cartularium, A. Boretius éd., Hanovre, 1868 (MGH Leges, 3), p. 595-602 (no 2, p. 595).
  • 234 Bougard, op. cit., p. 308.
  • 235 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, A. Bernard et A. Bruel éd., t. 2, Paris, 1880, no 1230, (...)
  • 236 C’est par exemple le cas d’une donation de biens sis dans le comté d’Autun en 920, cf. Recueil des (...)
  • 237 Künssberg, op. cit., p. 7-37 (chapitre intitulé « Urkundsmesser »), et p. 90.
  • 238 Un sondage dans les Formulae des temps mérovingiens et carolingiens effectué d’après l’index de l’ (...)

30En 872, un personnage ayant joué un grand rôle dans l’histoire des débuts de Saint-Clément de Casauria226, Sisenand, d’origine franque (ex genere Francorum) vendit à l’empereur Louis II ses biens. L’investiture eut lieu, conformément à sa loi, par le couteau, le fétu et une motte de gazon227. Il ne s’agit pas ici d’une référence à la lex scripta, mais d’une allusion aux coutumes juridiques228 : ni le couteau229, ni le gant230, qui est également souvent cité comme un symbole dans le cadre d’une investiture « selon la loi salique » et auquel il est par exemple fait recours dans l’acte italien le plus ancien désignant les étrangers du nord des Alpes par le terme générique de theodisci231, ne sont mentionnés dans la loi salique232. Dans le cartulaire lombard qui fait suite au Liber Papiensis, le couteau, le fétu, le gant, la motte, le rameau et l’encrier sont considérés comme les symboles d’une transmission de droits chez les Francs, les Goths et les Alamans ; en revanche, les Bavarois et les Bourguignons sont réputés ne pas avoir recours au couteau233. Il conviendrait de reconstituer les étapes de la constitution de ce corpus symbolique mentionné dans le cartulaire lombard, qui s’avère « le produit d’une pratique déjà existante et non une codification novatrice » qu’on tend à dater du XIe siècle234. On trouve par exemple tous ces objets dans une donation à l’abbaye de Cluny, faite en 967 à Pavie235. Cela est d’autant plus remarquable que les investitures avec des objets similaires sont rarement évoquées dans les actes de Cluny236. En ce qui concerne le couteau, c’est au cours des XIe et XIIe siècles que le recours à cet objet comme signe d’investiture semble s’être répandu en Occident, apparemment depuis l’Italie237. Force est donc de constater que les plus beaux exemples de ces investitures réputées conformes au droit franc ou au droit salique sont, d’une part, tardives et, d’autre part, originaires d’une région où ce droit était un droit étranger. C’est peut être pour cela qu’on y apporta tant d’attention. Il faudrait cependant chercher à mieux cerner l’originalité de ces pratiques238.

***

  • 239 Sur le caractère éminemment flexible des textes normatifs, cf. H. Mordek, « Karolingische Kapitula (...)
  • 240 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 382.
  • 241 R. Jacob, « Bannissement et rite de la langue tirée au Moyen Âge. Du lien des lois et de sa ruptur (...)
  • 242 Wormald, The Making, op. cit., p. 92.
  • 243 Theuerkauf, op. cit., p. 49 et p. 70.
  • 244 Gasparri, op. cit., p. 166-167.
  • 245 Leyde, Bibliothek der Rijksuniversiteit, Voss. Lat. Q. 119 ; cf. Mordek, Bibliotheca, op. cit., p. (...)
  • 246 Wormald, The Making, op. cit., p. 61.
  • 247 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 98-99, pense que la tradition manuscrite tardive de la loi d (...)

31En dépit d’une grande variété des textes juridiques239, on observe, dans le monde carolingien, une « francisation » du droit240, comme on l’a par exemple récemment constaté à propos du bannissement, par le biais des capitulaires diffusant la loi franque241. À cet égard, la mention lex Francorum, qu’on a également pu considérer comme une glose242, introduisant un chapitre de la loi des Saxons concernant la trahison (c. 24) dans un manuscrit de Corvey datant du Xe siècle243 s’avère particulièrement significative quant à la manière dont ce droit était perçu. L’uniformisation du droit n’étant cependant pas possible, les souverains carolingiens se sont pour le moins efforcés de coordonner ces diverses traditions depuis la cour244. Les manuscrits reflètent la diversité des usages et des champs d’intérêt. Parfois, ils sont assez déconcertants : quel rapport y a-t-il, par exemple, entre la loi des Bavarois et des capitulaires concernant l’Aquitaine, transmis uniquement dans un manuscrit parisien de la fin du IXe siècle245, qui ne présente donc aucun lien avec la Bavière ou l’Aquitaine246 ? L’examen de la tradition manuscrite des lois donne d’ailleurs lieu à des analyses contradictoires quant à l’application qu’on en faisait247.

  • 248 E. Meyer-Marthaller, Römisches Recht in Rcitien im frühen und hohen Mittelalter, Zurich, 1968.
  • 249 G. Köbler, Das Recht im frühen Mittelalter. Untersuchungen zu Herkunft und Inhalt frühmittelalterl (...)
  • 250 F. Kern, Redit und Verfassung im Mittelalter, Tübingen, 1952 (rééd. par E. Anrich de l’article par (...)
  • 251 Van Caenegem, « Das Recht », op. cit., p. 621-622 ; Sellert, « Aufzeichnung », op. cit., p. 81. Su (...)
  • 252 Van Caenegem, « Das Recht », op. cit., p. 613.
  • 253 La réalisation de cette étude fut grandement facilitée par un séjour au Max-Planck-Institut für Ge (...)

32Le droit du Moyen Âge est le fruit de la pratique, comme l’illustre parfaitement la Lex Romana Curiensis248 ; mais les travaux de Gerhard Kobler ont montré qu’il n’était pas forcément jugé bon et accepté dès lors qu’il était ancien ou réputé comme tel249. On en vient donc à contester la thèse de Fritz Kern250, qui fit longtemps autorité, selon laquelle les rois promulguaient le droit, mais ne le faisaient pas, et que le droit (la coutume) changeait sans qu’on voulût le modifier251. Mais il faut reconnaître qu’il est bien rare qu’on sache « qui » a introduit (plus ou moins consciemment) telle innovation, et « où » et « quand » il le fit. On a pu affirmer qu’en réalité, le droit carolingien n’est, bien souvent, ni germanique, ni romain252. À ce titre, les influences culturelles (plutôt que les « échanges ») ont joué une part indéniable. Néanmoins, la plus grande prudence caractérise actuellement les efforts d’analyse, dès lors qu’ils n’entendent pas servir une cause253.

Notes

1 W. Levison, England and the Continent in the Eighth Century, Oxford, 1946 ; V. Ortenberg, The English Church and the Continent in the Tenth and Eleventh Centuries. Cultural, Spiritual, and Artistic Exchanges, Oxford, 1992.

2 En voici quelques exemples : T. Lounghis, « Die byzantinischen Gesandten als Vermittler materieller Kultur vom 5. bis ins 11. Jahrhundert », dans Kommunikation zwischen Orient und Okzident. Alltag und Sachkultur. Internationaler Kongress, Krems an der Donau, 6. bis 9. Oktober 1992, Vienne, 1994, p. 49-67 ; H. Walther, « Der gescheiterte Dialog : das ottonische Reich und der Islam », dans Orientalische Kultur und europaisches Mittelalter, A. Zimmermann et I. Craemer-Ruegenberg dir., Berlin, 1985, p. 20-44 ; H. Witthöft, « Spuren islamischen Einflusses in der Entwicklung des frankischen Münzwesens des 8. Jahrhunderts », ibid., p. 400-420.

3 Levison, op. cit., p. 98. Sur l’action de Boniface, cf. Th. Schieffer, Winfrid-Bonifatius und die christliche Grundlegung Europas, Fribourg-en-Brisgau, 1954.

4 Levison, op. cit., p. 101-102.

5 W. Vogler, « St. Martin in Tours und St. Galien. Europâische Beziehungen zwischen zwei karolingischen Klöstern », dans Codices Sangallenses. Festschrift für Johannes Duft zum 80. Geburtstag, P. Ochsenbein et E. Ziegler dir., Sigmaringen, 1995, p. 117-136, à la p. 123.

6 Sur l’influence des érudits irlandais sur le continent, cf. Die Iren und Europa im früheren Mittelalter, H. Löwe dir., 2 vol., Stuttgart, 1982.

7 P. Fournier, « De quelques infiltrations byzantines dans le droit canonique de l’époque carolingienne », dans Mélanges offerts à M. Gustave Schlumberger, t. 1, Paris, 1924, p. 67-78. Cet auteur s’appuie tout particulièrement sur le pénitentiel attribué traditionnellement à Théodore. Ce dernier n’est toutefois à proprement parler l’auteur d’aucun texte de ce genre, cf. Th. Charles-Edwards, « The Penitential of Theodore and the Iudicia Theodori », dans Archbishop Theodore. Commemorative Studies on his Life and Influence, M. Lapidge dir., Cambridge, 1995, p. 141-174.

8 Outre les études publiées dans le recueil mentionné à la note précédente, on peut se reporter à N. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury, Londres, 1984, p. 71 et suiv. ; R. Fletcher, Who’s Who in Roman Britain and Anglo-Saxon England, Londres, 1989, p. 42. Sur le contexte dans lequel s’inscrit l’action de Théodore, cf. H. Mayr-harting, The Corning of Christianity to Anglo-Saxon England, 3e éd., Londres, 1991.

9 G. Dilcher, « Warum mittelalterliche Rechtsgeschichte heute ? », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Germanische Abteilung, 116 (1999), p. 1-22.

10 R. Schulze, « Das Recht fremder Kulturen – Vom Nutzen der Rechtsethnologie für die Rechtsgeschichte », Historisches Jahrbuch, 110 (1990), p. 446-470 ; N. Rouland, L’anthropologie juridique, 2e éd. Paris, 1995 ; C. Meyer, « Mittelalterliche Rechts – und Verfassungsgeschichte. Die Methodenfrage aus anthropologischer Sicht. Forschungsertrage und Perspektiven », dans Im Spannungsfeld von Recht und Ritual. Soziale Kommunikation in Mittelalter und Früher Neuzeit, H. Duchhardt et G. Melville dir., Cologne, 1997, p. 71-102.

11 L’analyse érudite de P. Wormald sur la formation du droit à l’époque carolingienne est à cet égard exemplaire : elle porte moins sur l’invention du droit que sur la manière dont il était étudié, connu et diffusé, cf. P. Wormald, The Making of English Law : King Alfred to the Twelfth Century, t. 1 : Legislation and its Limits, Oxford, 1999.

12 Cf. par exemple I. Wood, « Administration, law and culture in Merovingian Gaul », dans The Uses of Literacy in Early Medieval Europe, R. Mc Kitterick dir., Cambridge, 1990, p. 63-81 ; J.-P. Brunterc’h, « Un monde lié aux archives : les juristes et les praticiens aux IXe et Xe siècles », dans Plaisir d’archives. Recueil de travaux offerts à Danièle Neirinck, Mayenne, 1997, p. 409-427 ; D. Liebs, « Römische Juristen der Merowinger », dans Wirkungen europaischer Rechtskultur. Festschrift für Karl Kroeschell zum 70. Geburtstag, G. Köbler et H. Nehlsen dir., Munich, 1997, p. 635-666. Pour un exemple d’application de ces connaissances juridiques, cf. F.-L. Ganshof, « Contribution à l’étude de l’application du droit romain et des capitulaires dans la monarchie franque sous les Carolingiens », dans Studi in onore di Edoardo Volterra, t. 3, Milan, 1971, p. 585-603.

13 W. Hartmann, « Rechtskenntnis und Rechtsverständnis bei den Laien des früheren Mittelalters », dans A us Archiven und Bibliotheken. Festschrift für Raymund Kottje zum 65. Geburtstag, H. Mordek dir., Francfort/Main, 1992, p. 1-20.

14 C’est ce qu’illustre par exemple l’étude de M. Kobler, « Rechtsgeschichtliches in zwei bayerischen Heiligenviten des 8. Jahrhunderts », dans Wege europaischer Rechtsgeschichte. Karl Kroeschell zum 60. Geburtstag, G. Köbler dir., Francfort/Main, 1987, p. 168-181.

15 Sur la rupture que représentent les XIe et XIIe siècles, cf. P. Vinogradoff, Roman Law in Medieval Europe, nouvelle éd. Cambridge, 1968 ; J.-Ph. Lévy, « Les actes de la pratique, expression du droit », Revue historique de droit français et étranger, 66 (1988), p. 151-170, à la p. 159. À titre d’illustration, cf. G. Santini, « Administration publique et droit romain dans la Normandie de Guillaume le Conquérant », Revue historique de droit français et étranger, 73 (1995), p. 23-40. Sur l’influence des maîtres en la matière, cf. l’exemple présenté par W. Uruszczak, « Albéric et l’enseignement du droit romain à Reims au XIIe siècle », dans Confluence des droits savants et des pratiques juridiques. Actes du colloque de Montpellier, Milan, 1979, p. 37-68. On insiste cependant toujours plus sur le maintien d’un certain niveau de connaissance du droit romain durant le haut Moyen Âge, cf. J. Gaudemet, « Survivances romaines dans le droit de la monarchie franque du Ve au Xe siècle », Tijdschrift voor Rechtsgeschiedenis, 23 (1955), p. 149-206. On en trouve quelques traces dans la législation carolingienne, comme le prouve la synthèse de F.-L. Ganshof, Droit romain dans les capitulaires, Milan, 1969 (lus Romanum Medii Aevi). Les sources permettant au mieux d’apprécier ce phénomène s’avèrent toutefois les actes de la pratique, cf. J. Flach, « Le droit romain dans les chartes du IXe au XIe siècle en France », dans Mélanges Fitting, t. 1, Montpellier, 1907, p. 383-421 ; M. Garaud, « Le droit romain dans les chartes poitevines du IXe au XIe siècle », dans Mélanges de droit romain dédiés à Georges Comil, t. 1, Gand, 1926, p. 397-424 ; J.-F. Lemarignier, « Les actes de droit privé de Saint-Bertin au haut moyen âge. Survivances et déclin du droit romain dans la pratique franque », Revue Internationale des Droits de l’Antiquité, 5 (1950), p. 35-72 ; D. Blok, « Les formules de droit romain dans les actes privés du haut Moyen Âge », dans Miscellanea Mediaevalia in memoriam Jan Frederik Niermeyer, Groningue, 1967, p. 17-28 ; P. Classen, « Fortleben und Wandel spâtrômischen Urkundenwesens im frühen Mittelalter », dans Recht und Schrift im Mittelalter, Id. dir., Sigmaringen, 1977, p. 13-54 ; M. Rouche, « Les survivances antiques dans trois cartulaires du Sud-Ouest de la France aux Xe et XIe siècles », CCM, 23 (1980), p. 93-108.

16 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, 1990 ; W. Sellert, « Aufzeichnung des Rechts und Gesetz », dans Das Gesetz in Spatantike und frühem Mittelalter, W. Sellert dir., Gottingen, 1992, p. 67-102.

17 M. Richter, The oral tradition in the early middle ages, Turnhout. 1994. Sur les problèmes plus particulièrement inhérents à l’appréhension des pratiques juridiques, cf. G. Dilcher, « Mittelalterliche Rechtsgewohnheit als methodisch-theoretisches Problem », dans Gewohnheitsrecht und Rechtsgewohnheiten im Mittelalter, ID. et alii dir., Berlin, 1992, p. 21-65.

18 Cf. par exemple L. Feller, Les Abruzzes médiévales. Territoire, économie et société en Italie centrale du IXe au XIIe siècle, Rome, 1998, p. 38-39.

19 C. V. Schwerin, Rituale für Gottesurteile, Heidelberg, 1933 ; R. Bartlett, Trial by Fire and Water. The Medieval Judicial Ordeal, Oxford, 1986 ; R. Jacob, « Jugement des hommes et jugement de Dieu à l’aube du Moyen Âge », dans Le juge et le jugement dans les traditions juridiques européennes. Études d’histoire comparée, Id. dir., Paris, 1996, p. 43-86.

20 Il est par exemple significatif que, dans le Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, les notices privilégient une approche monolithique, où chaque geste est réputé ne pas évoluer, ce qui permet de puiser indifféremment dans des sources d’époques diverses.

21 On a pu le montrer en analysant l’emploi des termes germaniques et latins désignant le juge et le jugement dans les sources juridiques et judiciaires du haut Moyen Âge ainsi que dans les traductions contemporaines de l’histoire sainte en langue vernaculaire, cf. G. Köbler, « Richten-Richter-Gericht », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Germanische Abteilung, 87 (1970), p. 57-113.

22 J. Gaudemet, « Les ordalies au Moyen Âge : doctrine, législation et pratique canoniques », dans La preuve, vol. 2, Bruxelles, 1965 (Recueils de la Société Jean Bodin, 17), p. 99-135, aux p. 102 et sui v.

23 H.-R. Hagemann, « Vom Diebstahl im altdcutschen Recht », dans Festschrift für Hermann Krause, Cologne, 1975, p. 1-20, à la p. 10, évoque par exemple l’application du principe de la composition aux divers cas de vol dans le Pactus legis Salicae. De manière générale, cf. J. Imbert, « L’influence du Christianisme sur la législation des peuples francs et germains », dans La conversione al Cristianesimo nell’Europa dell’alto medioevo, Spolète, 1967, p. 365-396.

24 Sur le mode de transmission du droit romain en tant que droit de l’Église, cf. I. Wood, « Roman Law in the Barbarian Kingdoms », dans Rome and the North, A. Ellegård et G. Åkerström-Hougen dir., Jonsered, 1996, p. 5-14, aux p. 12-14.

25 G. Fransen, Les collections canoniques, Turnhout, 1973 ; H. Mordek, Kirchenrecht und Reform im Frankenreich. Die Collectio Vetus Gallica, die alteste systematische Kanonessammlung des frankischen Gallien. Studien und Edition, Berlin, 1975. On dispose d’un précieux instrument de travail sur le sujet : L. Kéry, Canonical Collections of the Early Middle Ages (ca. 400-1140). A Bibliographical Guide to the Manuscripts and Literature, Washington, 1999. Dans un domaine proche, cf. la contribution de B. Judic à ce volume.

26 K. Pennington, « Medieval Law », dans Medieval Studies. An Introduction, J. Powell dir., New York, 1992, p. 333-352, à la p. 334 ; P. Barnwell, « Emperors, jurists and kings : law and custom in the late Roman and early medieval West », Past and Present, 168 (2000), p. 6-29, aux p. 7 et p. 25.

27 K. Kroeschell, « Germanisches Recht als Forschungsproblem », dans Festschrift fiir H. Thieme, 1986, p. 3-19, rééd. dans Id., Studien zum frühen und mittelalterlichen deutschen Recht, Berlin, 1995, p. 65-88, à la p. 66.

28 Cf. par exemple K. von Amira, Die Wadiation, Munich, 1911.

29 Kroeschell, « Germanisches Recht », op. cit., p. 70.

30 Ibid, p. 72. Sur l’impossibilité dans laquelle se trouve également l’historien d’exploiter le droit de la Rus’pour reconstituer le droit Scandinave primitif, cf. D. Strauch, « Schwedisches Landschaftsrecht und Frühes Recht der Rus’ », dans Wirkungen europaischer Rechtskultur, op. cit., p. 1275-1304.

31 R. Van Caenegem, « La preuve dans le droit du Moyen Âge occidental », dans La preuve, op. cit., p. 691-753, p. 707. Pour M. Pallasse, « Le paradoxe de l’inquisitio franque », dans Études d’Histoire du droit privé offertes à Pierre Petot, Paris, 1959, p. 423-430, à la p. 422, l’alternative se situe entre le droit romain et le droit canonique.

32 F.-L. Ganshof, « La preuve dans le droit franc », dans La preuve, op. cit., p. 71-98, à la p. 95.

33 S. Esders, Romische Rechtstradition und merowingisches Konigtum. Zum Rechtscharakter politischer Herrschaft in Burgund im 6. und 7. Jahrhundert, Gottingen, 1997, p. 411-412, plaide pour une origine romaine, contrairement à Van Caenegem. Cf. également S. Esders et Th. Scharff, « Die Untersuchung der Untersuchung. Methodische Überlegungen zum Studium rechtlicher Befragungs-und Weisungspraktiken in Mittelalter und trüher Neuzeit », dans Eid und Wahrheitssuche. Studien zu rechtlichen Befragungspraktiken in Mittelalter und früher Neuzeit, Eid. dir., Francfort/Main, 1999, p. 11-47.

34 S. Guterman, The Principle of the Personality of Law in the Germanic Kingdoms of Western Europe from the Fifth to the Eleventh Century, New York, 1990, p. 201.

35 Wood, « Roman Law », op. cit., p. 9.

36 Il convient ici de renvoyer aux travaux d’E. Levy, West Roman Vulgar Law. The Law of Property, Philadelphie, 1951 ; Id., Weströmisches Vulgarrecht. Das Obligationenrecht, Weimar, 1956. Sur l’ambiguïté de l’expression « droit vulgaire », cf. H. Schmidt, « Die Vulgarrechtsdiskussion », dans Funktion und Form. Quellen-und Methodenprobleme der mittelalterlichen Rechtsgeschichte, K. Kroeschell et A. Cordes dir., Berlin, 1996, p. 1-22 ; Barnwell, op. cit., p. 14.

37 Kroeschell, « Germanisches Recht », op. cit., p. 70-71.

38 R. Schmidt-Wiegand, « Die volkssprachigen Wörter der Leges barbarorum als Ausdruck sprachlicher Interferenz », Frühmittelalterliche Studien, 13 (1979), p. 56-87.

39 W. Bergmann, « Fortleben des antiken Notariats im Frühmittelalter », dans Tradition und Gegenwart. Festschrift zum I75 jährigen Bestehen eines badischen Notarstandes, P.-J. Schuler dir., Karlsruhe, 1981, p. 23-35.

40 Guterman, op. cit., p. 318.

41 K. Kroeschell, « Sôhne und Tochter im germanischen Erbrecht », dans Studien zu den germanischen Volksrechten. Gedächnisschrift für W. Ebel, Francfort/Main, 1982, p. 87-116 (rééd. dans Id., Studien, op. cit., p. 35-64) ; Id., « Germanisches Recht », op. cit., p. 71.

42 H. Nehlsen, « Der Grabfrevel in den germanischen Rechtsaufzeichnungen. Zugleich ein Beitrag zur Diskussion um Todesstrafe und Friedlosigkeit bei den Germanen », dans Zum Grabfrevel in vor-und frühgeschichtlicher Zeit. Untersuchungen zu Grabraub und « haugbrot » in Mittel-und Nordeuropa, H. Jankuhn et alii dir., Gottingen, 1978, p. 107-168, notamment p. 147 et suiv. À ce propos, cf. Kroeschell, « Germanisches Recht », op. cit., p. 78-79. Cf. également J. Weitzel, Dinggenossenschaft und Recht. Untersuchungen zum Rechtsverständnis im frankisch-deutschen Mittelalter, t. 1, Cologne, 1985, p. 187 et suiv.

43 Lex Frisionum, K. Freiherr von Richthofen éd., Hanovre, 1863 (MGH Leges, 3), p. 631-711, à la p. 663 (V, 1). À ce propos, cf. H. Siems, Studien zur Lex Frisionum, Ebelsbach, 1980, p. 334 et suiv. Cf. également S. Lebecq, « Vulfran, Willibrord et la mission de Frise : pour une relecture de la Vita Vulframni », dans L’évangélisation des régions entre Meuse et Moselle et la fondation de l’abbaye d’Echternach (V-IXe siècle), M. Polfer dir., Luxembourg, 2000, p. 429-451, à la p. 443.

44 Lex Frisionum, p. 696-697 (Add. XI) : Qui fanum effregerit, et ibi aliquid de sacris tulerit, ducitur ad mare, et in sabulo, quod accessus maris operire solet, finduntur aures eius, et castratur, et immolatur diis quorum templa violavit.

45 On lit en effet dans la Capitulatio de partibus Saxoniae qu’« il a plu à tous que les églises du Christ... ne jouissent pas de moins d’honneur, qu’elles soient même bien plus respectées que ne l’ont été les temples des idoles », cf. Capitularia regum Francorum, t. 1, éd. A. Boretius, Hanovre, 1883 (MGH Capit. reg. Franc.), p. 68 (no 26, c. 1) ; traduction de G. Tessier, Charlemagne, Paris, 1967, p. 287.

46 Siems, op. cit., p. 338 et suiv.

47 Siems, op. cit., p. 159 et suiv.

48 C’est ainsi que W. Schlesinger, Die Entstehung der Landesherrschaft. Untersuchungen vorwiegend nach mitteldeutschen Quellen, 2e éd. Darmstadt, 1964, p. 52, interprète la souscription par un missus de Charlemagne d’une charte de donation à l’abbaye de Hersfeld faite par le comte Katan et d’autres comtes, le 3 mars 802, à Erfurt in palatio publico, probablement à l’occasion d’un plaid, cf. Urkundenbuch der Reichsabtei Hersfeld, H. Weirich éd., t. 1, Marbourg, 1936, p. 36-38 (no 21).

49 C’est ce qu’affirme M. Innes, State and Society in the Early Middle Ages. The Middle Rhine Valley, 400-1000, Cambridge, 2000, p. 115.

50 Annales Laureshamenses, a° 802 (XXXV), G.-H. Pertz éd., Hanovre, 1826 (MGH SS, 1), p. 39.

51 R. Schmidt-Wiegand, « Lex Thuringorum », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 2, Berlin, 1978, col. 1965-1966, à la col. 1966. Sur la rédaction des lois sous Charlemagne, cf. Ead., « Stammesrecht und Volkssprache in karolingischer Zeit », dans Aspekte der Nationenbildung im Mittelalter, H. Beumann et W. Schroder dir., Sigmaringen, 1978, p. 171-203, aux p. 188 et suiv.

52 H. Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, 2e éd. Berlin, 1906, p. 379.

53 F. Beyerle, Das Entwicklungsproblem im germanischen Rechtsgang, t. 1 : Siihne, Rache und Preisgabe in Hirer Beziehung zum Strafprozeß der Volksrechte, Heidelberg, 1915, p. 380-396 ; Ganshof, « La preuve », op. cit., p. 84 n. 32.

54 R. Schmidt-Wiegand, « Alemannisch und Frankisch in Pactus und Lex Alamannorum », dans Beiträge zum frühalemannischen Recht, C. Schott dir., Bühl, 1978, p. 9-37 ; C. Schott, « Zur Geltung der Lex Alamannorum », dans Die historische Landschaft zwischen Lech und Vogesen. Forschungen und Fragen zur gesamtalemannischen Geschichte, P. Fried et W.-D. Sick dir., Augsbourg, 1988, p. 75-105, aux p. 80-81 ; Wormald, The Making, op. cit., p. 43-44.

55 Lex Baiwariorum, E. von Schwind éd., Hanovre, 1926 (MGH Leges nationum Germanicarum, 5/2), p. 201-203.

56 R. Schmidt-Wiegand, « Das fränkische Wortgut der Lex Salica als Gegenstand der Rechtssprachgeographie », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Germanische Abteilung, 89 (1967). p. 275-293. En la matière, on dispose de l’inventaire de W. Van Helten, « Zu den malbergischen Glossen und den salfränkischen Formeln und Lehnwörtern in der Lex Salica », Beitrage zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur, 25 (1900), p. 225-542.

57 R. Van Caenegem, « Das Recht im Mittelalter », dans Entstehung und Wandel rechtlicher Traditionen, W. Fikentscher et alii dir., Fribourg en Brisgau, 1980, p. 609-667, à la p. 611.

58 C’est ce que montre fort bien B. Mees, « Celtic Influence in the Vocabulary of Hierarchy during the Common Germanic Period », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Germanische Abteilung, 115 (1998), p. 361-388.

59 F.-L. Ganshof, « Charlemagne et l’administration de la justice dans la monarchie franque », dans Karl der Groβe. Lebenswerk und Nachleben, t. 1, Düsseldorf, 1965, p. 394-419, à lap. 412.

60 R. Jacob, « La parole des mains. Genèse de l’ordalie carolingienne de la croix », dans Les rites de la justice. Gestes et rituels Judiciaires au Moyen Âge, C. Gauvard et R. Jacob dir., Paris, 1999, p. 19-62.

61 R. Sprandel, « Über das Problem neuen Rechts im früheren Mittelalter », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanon. Abteilung, 48 (1962), p. 117-137 ; H. M. Klinkenberg, « Die Theorie der Varanderbarkeit des Rechtes im frühen und hohen Mittelalter », dans Lex et Sacramentum im Mittelalter, P. Wilpert dir., Berlin, 1969, p. 157-188 ; G. Dilcher, « Gesetzgebung als Rechtserneuerung. Eine Studie zum Selbstverständnis der mittelalterlichen Leges », dans Rechtsgeschichte als Kulturgeschichte. Festschrift fiir Adalbert Erler zum 70. Geburtstag, Aalen, 1976, p. 13-35 ; W. Hartmann, « Vetera et nova. Altes und neues Kirchenrecht in den Beschlüssen karolingischer Konzilien », Annuarium Historiae Conciliorum, 15 (1983), p. 79-95.

62 H. Fuhrmann, Einfluβ und Verbreitung der pseudoisidorischen Fälschungen. Von ihrem Auftauchen bis in die neuere Zeit, 3 vol., Stuttgart, 1972-1974.

63 H. Nehlsen, « Zur Aktualität und Effektivität germanischer Rechtsaufschreibungen », dans Recht und Schrift, op. cit., p. 449-502, à la p. 473.

64 Ibid., p. 483.

65 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 94-95.

66 Gesta Chuonradi imperatoris, dans Die Werke Wipos, H. Bresslau éd., Hanovre, 1915 (MGH SS rer. Germ., 61), p. 1-62, à la p. 58 (c. 38) :....Burgundiam adiit et convocatis cunctis principibus regni generale colloquium habuit cum eis et diu desuetam atque pene deletam legem tunc primum Burgundiam praelibare fecerat. À ce propos, cf. Nehlsen, « Zur Aktualitât », op. cit., p. 498 ; G. Dilcher, « Zeitbewußtsein und Geschichtlichkeit im Bereich hochmittelalterlicher Rechtsgewohnheit », dans Hochmittelalterliches Geschichtsbewufitsein im Spiegel nichthistorischer Quellen, H.-W. Goetz dir., Berlin, 1998, p. 31-54, aux p. 45 et suiv.

67 L’expression est de Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 98.

68 Le débat est présenté en détail par Sellert, « Aufzeichnung des Rechts », op. cit.

69 Isidore de Séville, Historia Gothorum, Wandalorum, Sueborum, dans Chronica minora, Th. Mommsen éd., vol. 2, Berlin, 1894 (MGH AA, 11), p. 241-303, à la p. 281 : Sub hoc rege Gothi legum instituta scriptis habere coeperunt ; nam antea tantum moribus et consuetudine tenebantur. À ce propos, cf. W. Liebeschuetz, « Citizen status and law in the Roman empire and the Visigothic kingdom », dans Strategies of Distinction. The Construction of Ethnic Communities, 300-800, W. Pohl et H. Reimitz dir., Leyde, 1998, p. 131-152, à la p. 143.

70 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, O. Szerwiniack et alii trad., t. 1, Paris, 1999, p. 91 (II, 5). À ce propos, cf. P. Wormald, « Exempla Romanorum : the Earliest English Legislation in Context », dans Rome and the North, op. cit., p. 15-27.

71 É. Magnou-Nortier, « Remarques sur la genèse du Pactus Legis Salicae et sur le privilège d’immunité (IVe-VIIe siècles) », dans Clovis, histoire et mémoire, M. Rouche dir., t. 1, Paris, 1997, p. 495-538, à la p. 499.

72 I. Wood, The Merovingian Kingdoms, 450-751, Londres, 1994, p. 112 ; Wormald, The Making, op. cit., p. 40.

73 R. Schmidt-wiegand, « Lex Salica », dans Handworterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 2, Berlin, 1978, col. 1949-1962, à la col. 1950 ; C. Schott, « Der Stand der Leges-Forschung », Frühmittelalterliche Studien, 13 (1979), p. 29-55, à la p. 37.

74 À ce propos, cf. Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 468.

75 G. Theuerkauf, Lex, Speculum, Compendium iuris. Rechtsaufzeichnung und RechtsbewuΒtsein in Norddeutschland vom 8. bis zum 16. Jahrhundert, Cologne, 1968, p. 61 et n. 37 ; cela vaut également pour les actes de la pratique des époques ottonienne et salienne, cf. H. Krause, « Königtum und Rechtsordnung in der Zeit der sachsischen und salischen Herrscher », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Germanische Abteilung, 82 (1965), p. 1-98, aux p. 4 et suiv.

76 E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verstandnis der frankischen Konigsherrschaft in Italien, Fribourg en Brisgau, 1960 ; A. Castagnetti, « Teudisci » nella « Langobardia » carolingia, Vérone, 1995.

77 C’est peut-être le cas du comte Léon attesté au début du IXe siècle, cf. Ph. Depreux, Prosopographie de l’entourage de Louis le Pieux (781-840), Sigmaringen, 1997, p. 294.

78 Ce trait n’a pas été observé par J. Imbert, « Les références au droit romain sous les Carolingiens », Revue historique de droit français et étranger, 73 (1995), p. 163-174, qui examine pourtant ces capitulaires (p. 173). Sur la connaissance du droit romain dans l’Italie du haut Moyen Âge, cf. Ch. Radding, The Origins of Medieval Jurisprudence. Pavia and Bologna, 850-1150, New Haven, 1988 ; J. Gaudemet, « Ravenne et la survivance du droit romain au Haut Moyen Âge », dans Vom mittelalterlichen Recht zur neuzeitlichen Rechtswissenschaft. Bedingungen, Wege und Probleme der europäischen Rechtsgeschichte, N. Brieskorn et alii dir., Paderborn, 1994, p. 135-146.

79 Collectio capitularium. Die Kapitulariensammlung des Ansegis, G. Schmitz éd., Hanovre, 1996 (MGH Capit. reg. Franc. NS, 1), p. 549-553 (II, 29) ; cf. Imbert, « Les références », op. cit., p. 168.

80 J. Imbert, « Le droit romain dans les textes juridiques carolingiens », dans Studi in onore di Pietro de Francisci, t. 3, Milan, 1956, p. 61-67 ; G. Schmitz, « Zur Kapitulariengesetzgebung Ludwigs des Frommen », Deutsches Archiv, 42 (1986), p. 471-516, aux p. 479-481 ; Collectio capitularium, op. cit., p. 26-27.

81 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 335 (no°168, c. 1) = Liber legis Langobardorum Papiensis, A. Boretius éd., Hanovre, 1868 (MGH Leges, 3), p. 290-585, à la p. 539 (no 53).

82 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 316 (no 157, c. 1). Sur ce voyage, cf. J. Jarnut, « Ludwig der Fromme, Lothar I. und das Regnum Italiae », dans Charlemagne’s Heir. New Perspectives on the Reign of Louis the Pious (814-840), P. Godman et R. Collins dir., Oxford, 1990, p. 349-362, aux p. 352 et suiv. ; Ph. Depreux, « Empereur, empereur associé et pape au temps de Louis le Pieux », Revue belge de philologie et d’histoire, 70 (1992), p. 893-906, aux p. 901 et suiv.

83 Collectio capitularium, op. cit., p. 478 (I, c. 79).

84 Cracovie, Biblioteka Jagielloñska, anc. Berlin, Staatsbibliothek-Preubischer Kulturbesitz, lat. qu. 931. Sur ce manuscrit passé ensuite à Mondsee, cf. Collectio capitularium, op. cit., p. 79-80.

85 K. Schmid, « Zur historischen Bestimmung des ältesten Eintrags im St. Galler Verbrüderungsbuch », dans Alemannica. Landeskundliche Beitrage. Festschrift für Bruno Boesch, Bühl, 1976 (= Alemannisches Jahrbuch, 1973/1975), p. 500-532, aux p. 522 et suiv.

86 Capitularia regum Francorum, t. 2, A. Boretius et V. Krause éd., Hanovre, 1890-1897 (MGH Capit. reg. Franc.), p. 102 (no 221, c. 10).

87 Annales de Saint-Berlin, F. Grat et alii éd., Paris, 1964, a° 876, p. 203.

88 Capitularia, t. I, op. cit., p. 197 (no 93, c. 8). Sur la date (813, et non 787), cf. R. Buchner, Die Rechtsquellen, Weimar, 1953 (W. Wattenbach et W. Levison, Deutschlands Geschichtsquellen im Mittelalter. Vorzeit und Karolinger, Beiheft), p. 80.

89 R. Schmidt-Wiegand, « Rechtswort und rechtszeichen in der deutschen Dichtung der karolingerzeit », Frühmittelalterliche Studien, 5 (1971), p. 268-283, à la p. 271 ; A. de Sousa Costa, Studien zu volkssprachigen Wortern in karolingischen Kapitularien, Gottingen, 1993, p. 235 et suiv. (no°42) et p. 239 (no 43).

90 Die Urkunden Pippins, Karlmanns und Karls des Groβen, E. Mühlbacher éd., Hanovre, 1906 (MGH DD Karol., 1), no°98, p. 141 ; no°147, p. 199 ; no°172, p. 230 ; no°175, p. 235 ; no°199, p. 268 ; no°207, p. 278.

91 À ce propos, cf. F.-L. Ganshof, « Le programme de gouvernement impérial de Charlemagne », dans Renovatio Imperii, Faenza, 1963, p. 63-96.

92 Theuerkauf, op. cit., p. 62.

93 P. Bonenfant, « L’influence byzantine sur les diplômes des Carolingiens », dans Mélanges Henri Grégoire, t. 3, Bruxelles, 1951 (= Annuaire de l’Institut de philologie et d’histoire orientales et slaves, 11), p. 61-77 ; W. Ohnsorge, « Legimus. Die von Byzanz übernommene Vollzugsform der Metallsiegeldiplome Karls des Großen », dans Festschrift Edmund E. Stengel, Munster, 1952, p. 21-30 (rééd. dans Id., Abendland und Byzanz, Darmstadt, 1958, p. 50-63).

94 Theuerkauf, op. cit., p. 63-64.

95 Formulae Merowingici et Karolini aevi, K. Zeumer éd., Hanovre, 1886 (MGH Formulae), p. 24 (Formulae Andecavenses, no 58) : Lex Romana etdocet, consuetude pacem consentit, et regalis potestis non proibit, ut...

96 De Karolo rege et Leone papa, F. Brunhölzl éd. et trad., Paderborn, 1999, supplément à De Karolo rege et Leone papa. Der Bericht über die Zusammenkunft Karls des Groβen mit Papst Leo III. in Paderborn 799 in einem Epos für Karl den Kaiser, W. Hentze dir., Paderborn, 1999 (Studien und Quellen zur Westfälischen Geschichte, 36), v. 495-496, p. 44 : Quam varias habitu, Unguis, tam vestis et armis/Miratur genres diversis partibus orbis.

97 P. Geary, « Ethnic identity as a situational construct in the early middle ages », Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien, 113 (1983), p. 15-26. Cf. par exemple Isidore de Séville, Etymologiarum sive originum libri XX, W. M. Lindsay éd., Oxford, 1911, t. 2, p. 329 (XIX, 23, 6) : Dinoscuntur et gentes ita habitu sicut et lingua discordes.

98 W. Pohl, « Telling the difference : signs of ethnic identity », dans Strategies of Distinction, op. cit., p. 17-69, p. 45. Tout dépend cependant du contexte : dans certaines circonstances, on ne relevait pas ces différences, cf. Ph. Depreux, « Princes, princesses et nobles étrangers à la cour des rois mérovingiens et carolingiens : alliés, hôtes ou otages ? », dans L’étranger au Moyen Âge. XXXe Congrès de la S.H.M.E.S. (Göttingen, juin 1999,) Paris, 2000, p. 133-154.

99 Réginon de Prüm, Chronicon cum continuatione Treverensi, F. Kurze éd., Hanovre, 1890 (MGH SS rer. Germ., 50), p. XX (lettre à l’archevêque Hatton) :...diversae nationes populorum inter se discrepant genere, moribus, lingua, legibus...

100 Pohl, « Introduction », dans Strategies of Distinction, op. cit., p. 1-15, à la p. 11.

101 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 460.

102 Wipon, Gesta, op. cit., p. 29 (c. 6), parle de la lex crudelissima Saxonum.

103 Guterman, op. cit., p. 241. Le droit territorial prévalait en effet depuis le VIIe siècle dans la péninsule ibérique.

104 Guterman, op. cit., p. 247.

105 Ibid., p. 111.

106 E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werk, Cologne, 1969, p. 41 et suiv. « 

107 H. Mordek, « Frühmittelalterliche Gesetzgeber und Iustitia in Miniaturen weltlicher Rechtshandschriften », dans La Giustizia nell’allo medioevo (secoli V-VIII), t. 2, Spolète, 1995, p. 997-1052.

108 Guterman, op. cit., p. 77.

109 Wormald, The Making, op. cit., p. 49.

110 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 58 (no 22, c. 64) : Et ut parvuli qui sine rationabili aetate sunt non cogantur iurare, sicut Guntbodingi faciunt.

111 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 467.

112 Ibid., p. 483-490.

113 W. Kienast, Studien über die franzosischen Volksstamme des Frühmittelalters, Stuttgart, 1968, p. 151 et suiv. ; M. Zimmermann, « L’usage du droit wisigothique en Catalogne du IXe au XIIe siècle : approches d’une signification culturelle », Mélanges de la Casa de Velazquez, 9 (1973) p. 233-281 ; R. Collins, « Sicut lex Gothorum continet : law and charters in ninth-and tenth-century León and Catalonia », The English Historical Review, 100 (1985), p. 489-512.

114 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 472.

115 Wormald, The Making, op. cit., p. 79.

116 Guterman, op. cit., p. 144-145.

117 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 460.

118 Ibid., p. 476.

119 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 87.

120 C’est cependant le cas chez certains historiens, tel W. Pohl, « Zur Bedeutung ethnischer Unterscheidungen in der frühen Karolingerzeit », dans Sachsen und Franken in Westfalen. Zur Komplexität der ethnischen Deutung und Abgrenzung zweier frühmittelalterlicher Stämme, Oldenbourg, 1999, p. 193-208, à la p. 204.

121 Pohl, « Telling the difference », op. cit., p. 57-59. R. Bartlett, « Symbolic meanings of hair in the middle ages », Transactions of the Royal Historical Society, 6e série, 4 (1994), p. 43-60, n’en parle pas.

122 Lex Ribuaria, F. Beyerle et R. Buchner éd., Hanovre, 1951 (MGH Leges nationum Germanicarum, 3/2), p. 116 (c. 63 = 60) ; cf. R. Schmidt-Wiegand, « Gebärden », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 1, Berlin, 1971, col. 1411-1419, à la col. 1413.

123 H. Wolfram, Grenzen und Räume. Geschichte Österreichs vor seiner Entstehung, Vienne, 1995, p. 330.

124 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 478-479.

125 Die Traditionen des Hochstifts Freising, Th. Bitterauf éd., Munich, 1905 (t. 1) et 1909 (t. 2), no 7, 61, 213a, 519, 547, 554, 576b, 580, 587, 588b, 590, 591, 596, 599, 661, 1045, 1095, 1106, 1127, 1148, 1149, 1153, 1177, 1194, 1201a, 1202, 1203, 1217, 1234b, 1270, 1305, 1351, 1354. Le fait que les témoins eurent l’oreille tirée n’est pas mentionné explicitement dans l’acte no 704 ; la chose n’est cependant pas exclue. Sur la perception d’une norme que révèle cette expression, cf. W. Brown, « The use of norms in disputes in early medieval Bavaria », Viator, 30 (1999), p. 15-40, aux p. 21 et suiv.

126 À ce sujet, cf. Depreux, Prosopographie, op. cit., p. 316 n. 18. Sur la Bavière de Louis le Germanique, cf. T. Reuter, Germany in the Early Middle Ages, 800-1056, Harlow, 1991 ; E. Goldberg, Creating a Medieval Kingdom : Carolingian Kingship, Court Culture, and Aristocratic Society under Louis of East Francia (840-76), thèse de l’Université de Virginie, 1998.

127 Outre Reuter, op.cit., cf. H. C. Faußner, Zum Regnum Bavariae Herzog Arnulfs (907-938), Vienne, 1984 ; J. Fried, Der Weg in die Geschichte. Die Ursprünge Deutschlands bis 1024, Francfort, 1998 ; G. Althoff, Die Ottonen. Königsherrschaft ohne Staat, Stuttgart, 2000.

128 Cf. Guterman, op. cit.

129 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 383.

130 P. Amory, « The meaning and purpose of ethnic terminology in the Burgundian laws », Early Medieval Europe, 2 (1993), p. 1-28, à la p. 6.

131 À ce propos, cf. S. Gasparri, Prima delle nazioni. Popoli, etnie e regni fra Antichità e Medioevo, Rome, 1997, p. 167 ; Imbert, « Les références », op. cit., p. 164-165.

132 Ceci vaut également pour l’époque ultérieure, cf. Krause, op. cit.

133 Ainsi, Pépin le Bref tripla la composition prévue par la loi, cf. le capitulaire aquitain de 768 : Capitularia, t. 1, op. cit., p. 43 (no 18, c. 7).

134 Gasparri, op. cit., p. 168, oppose le principe carolingien au droit germanique, qui ne reconnaissait pas de droits aux étrangers. Mais en l’occurrence, on ne peut pas parler d’« étrangers » à propos des sujets du souverain franc d’origines ethniques diverses.

135 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 101.

136 Guterman, op. cit., p. 113.

137 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 396.

138 B. Pohl-Resl, « Ethnische Bezeichnungen und Rechtsbekenntnisse in langobardischen Urkunden », dans Ethnogenese und Überlieferung. Angewandte Methoden der Frühmittelalterforschung, K. Brunner et B. Merta dir., Vienne, 1994, p. 163-171 ; Pohl, « Zur Bedeutung », op. cil., p. 203.

139 Guterman, op. cit., p. 161 et suiv.

140 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 398 ; Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 479-480.

141 Sur l’origine des agents du pouvoir en Italie, cf. Hlawitschka, op. cit. ; sur les répercussions juridiques, cf. Castagnetti, op. cit. ; sur les conditions d’exercice de la justice, cf. F. Bougard, La justice dans le royaume d’Italie de la fin du VIIIe siècle au début du XIe siècle, Rome, 1995.

142 Les références à la loi semblent y être plus fréquentes à partir du Xe siècle, cf. Wormald, The Making, op. cit., p. 79. Cet auteur ne mentionne que quelques cas ; il faudrait s’assurer que ces sondages sont vraiment représentatifs.

143 Guterman, op. cit., p. 114.

144 Ibid., p. 186.

145 Amory, op. cit., p. 21.

146 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 96.

147 Alcuin, Vita Willibrordi archiepiscopi Traiectensis (BHL 8935-36), W. Levison éd., Hanovre, 1919 (MGH SSRM, 7/1), p. 81-141, aux p. 126-127 (c. 12).

148 G. Constable, Monastic tithes from their origins to the twelfth century, Cambridge, 1964, p. 19 et suiv.

149 Die Eingliederung der Sachsen in das Frankenreich, W. Lammers dir., Darmstadt, 1970. On trouvera la bibliographie récente dans les actes d’un colloque tenu en 1997 pour préparer l’exposition de Paderborn (1999) : Sachsen und Franken in Westfalen, op. cit.

150 F.-L. Ganshof, « Note sur la preuve dans la procédure en cas de flagrant délit en droit franc », dans Miscellanea Mediaevalia in memoriam Jan Frederik Niermeyer, Groningue, 1967, p. 9-16.

151 Pennington, op. cit., p. 337 ; sur le contexte, cf. K.-U. Jäschke, « Die normannische “Landnahme” auf den Britischen Inseln », dans Ausgewählte Probleme europäischer Landnahmen des Früh-und Hochmittelalters. Methodische Grundlagendiskussion im Grenzbereich zwischen Archäologie und Geschichte, M. Müller-Wille et R. Schneider dir., t. 2, Sigmaringen, 1994, p. 213-335.

152 G. Princi Braccini, « Termini germanici per il diritto e la giustizia : sulle tracce dei significati autentici attraverso etimologie vecchie e nuove », dans La giustizia nell’alto medioevo (secoli V-VIII), t. 2, Spolète, 1995, p. 1053-1207, à la p. 1066.

153 Kienast, op. cit., p. 108-109.

154 D. Bates, « England and the “feudal revolution” », dans Il feudalesimo nell’alto medioevo, t. 2, Spolète, 2000, p. 611-646.

155 Van Caenegem, « Das Recht », op. cit., p. 645-646.

156 Van Caenegem, « La preuve », op. cit., p. 701. Cet usage attesté anciennement - à l’époque anglo-saxonne, cf. M. W. Bloomfield, « Beowulf, Byrhtnoth, and the judgment of God : trial by combat in Anglo-Saxon England », Speculum, 44 (1969), p. 545-559 - avait été perdu entre-temps, cf. R. Van Caenegem, The Birth of the English Common Law, 2e éd., Cambridge, 1988, p. 65-66.

157 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 499.

158 R. Kottje, « Zum Geltungsbereich der Lex Alamannorum », dans Die transalpinen Verbindungen der Bayern, Alemannen und Franken bis zum 10. Jahrhundert, H. Beumann et W. Schröder dir., Sigmaringen, 1987, p. 359-377, aux p. 362 et suiv.

159 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 380.

160 Sur l’influence du droit franc sur les Slaves, cf. H. Gengler, Germanische Rechtsdenkmaler. Leges, Capitularia, Formulae..., Erlangen, 1875, p. 127-128. Il convient toutefois de ne pas exagérer l’importance des ruptures, cf. à ce propos L. Bruyning, « Lawcourt proceedings in the Lombard kingdom before and after the Frankish conquest », Journal of Medieval History, 11 (1985), p. 193-214. Sur le même thème, mais à l’époque ottonienne, cf. J. Sutherland, « Aspects of continuity and change in the Italian placitum, 962-72. The nature and significance of courtroom procedures », Journal of Medieval History, 2 (1976), p. 89-118.

161 Köbler, « Richten », op. cit., notamment p. 101-102.

162 H. Zatschek, « Die Benutzung der Formulae Marculfï und anderer Formularsammlungen in den Privaturkunden des 8. bis 10. Jahrhundert », Mitteilungen des Instituts für Ôsterreichische Geschichtsforschung, 42 (1927), p. 165-267, à la p. 247. Sur la question de la diffusion des formulaires, cf. également W. John, « Formale Beziehungen der privaten Schenkungsurkunden Italiens und des Frankenreiches und die Wirksamkeit der Formulare », Archiv für Urkundenforschung, 14 (1936), p. 1-104.

163 À ce propos, cf. Ph. Depreux, « Tassilon III et le roi des Francs : examen d’une vassalité controversée », Revue Historique, 293 (1995), p. 23-73 ; S. Airlie, « Narratives of triumph and rituals of submission : Charlemagne’s mastering of Bavaria », The Transactions of the Royal Historical Society, 6e série, 9 (1999), p. 93-119.

164 Zatschek, op. cit., p. 260.

165 Ibid., p. 173. Sur ce phénomène, cf. Innes, op. cit., p. 111-118.

166 Kottje, op. cit., p. 365-366.

167 Bitterrauf, op. cit., t. 1, p. 556 (no 661) :...in loco nuncupante Dungeih quod est iuxta civitate Uiriduna ubi trium fratrum Hludharii, Hludouuici et Karoli facta est concordia et divisio regni ipsorum... À ce propos, cf. F. Lot et L. Halphen, Le règne de Charles le Chauve (840-877), 1re partie, Paris, 1909, p. 66.

168 Bitterauf, op. cit., t. 1, p. 557 (no 661) : Isti sunt testes per aures tracti secundum legem Baiouuariorum... Sur les informations qu’on peut tirer de ce document, cf. W. Störmer, Früher Adel. Studien zur politischen Führungsschicht im fränkischdeutschen Reich vom 8. bis 11. Jahrhundert, Stuttgart, 1973, vol. 2, p. 274 et suiv., sauf pour l’identification de Baudry (cf. Depreux, Prosopographie, op. cit., p. 119).

169 Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, E. Tremp éd., Hanovre, 1995 (MGH SS rer. Germ., 64), p. 398 (c. 33) : In quo placito Bera comes Barcinonensis, cum impeteretur a quodam, vocabulo Sanila, et infidelitatis argueretur, cum eodem secundum legem propriam – utpote quia uterque Gothus erat – aequestri proelio congressus est et victus...

170 Nehlsen, « Zur Aktualitat », op. cit., p. 493 et 501.

171 Ibid., p. 500 ; Liebeschuetz, op. cit., p. 148.

172 Guterman, op. cit., p. 103 et n. 19.

173 E. Gamillscheg, Romania Germanica. Sprach-und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des alten Romerreichs, 3 vol., Leipzig 1934-1936. Pour un exemple d’application des méthodes philologiques à l’histoire, cf. R. Schmidt-Wiegand, « Sali. Die malbergischen Glossen der Lex Salica und die Ausbreitung der Franken », Rheinische Vierteljahrsblätter, 32 (1968), p. 140-166 (rééd. dans Siedlung, Sprache und Bevölkerungsstruktur im Frankenreich, F. Petri dir., Darmstadt, 1973, p. 490-530).

174 Schmidt-Wiegand, « Das fränkische Wortgut », op. cit., p. 286.

175 Wormald, The Making, op. cit., p. 51.

176 On trouvera la bibliographie relative à ce poème dans l’étude d’É. Magnou-nortier, « La mission financière de Theodulf en Gaule méridionale d’après le Contra iudices », dans Papauté, Monachisme et Théories politiques. Études d’histoire médiévale offertes à Marcel Pacaut, t. 1 : Le pouvoir et l’institution ecclésiale, Lyon, 1994, p. 89-110.

177 Paul Diacre, Historia Langobardorum, L. Bethmann et G. Waitz éd., Hanovre, 1878 (MGH SS rer. Lang.), p. 12-187, aux p. 134 (IV, 42), p. 155 (V, 33) et p. 187 (VI, 58).

178 Wormald, The Making, op. cit., p. 64. Il s’agit du manuscrit latin no 4418. À ce propos, cf. B. Bischoff, « Die Hofbibliothek unter Ludwig dem Frommen », dans B. Bischoff, Mittelalterliche Studien, t. 3, Stuttgart, 1981, p. 170-186.

179 Bischoff, op. cit., p. 180 n. 54. Sur l’activité judiciaire de Louis le Pieux en Aquitaine, cf. Astronomus, op. cit., c. 19, p. 340.

180 J. Campbell, « Observations on English Government from the Tenth to the Twelfth Century », Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, 25 (1975), p. 39-54 (rééd. dans Essays in Anglo-Saxon History, Londres, 1986, p. 155-170).

181 P. Wormald, « Aethelred the Lawmaker », dans Ethelred the Unready. Papers from the Millenary Conference, D. Hill dir., Oxford, 1978, p. 47-80, p. 71 et suiv. Sur le manuscrit Oxford, Bodleian Library. Hatton 42, cf. H. Mordek, Bibliotheca capitularium regum Francorum manuscripta. Überlieferung und Traditionszusammenhang der frankischen Herrschererlasse, Munich, 1995, p.404-406 ; Anségise, Collectio capitularium, op.cit., p. 110-113.

182 À titre d’exemple, cf. Capitularia, t. I, op. cit., p. 191-193 (no 91).

183 Ibid., p. 32 (no 13, c. 4) ; p. 1l6 (no 40, c. 24) ; p. 144(no 57,c. 1).

184 Ibid., p. 69 (no 26, c. 13), à rapprocher de l’Edictus Rothari, F. Bluhme éd., Hanovre, 1868 (MGH Leges, 3), p. 1-90, à la p. 14 (c. 13).

185 Capitularia, t. 1, op. cit., p. 68 (no 26, c. 6) ; traduction de Tessier, op. cit., p. 287-288.

186 Edictus Rothari, op. cit., c. 376, p. 87 : Nullus presumat haldiam alienam aut ancillam quasi strigam, quem dicunt mascam, occidere ; quod christianis mentibus nullatenus credendum est, nec possibilem ut millier liominem vivum intrinsecus possit comedere.

187 Le leggi dei Langobardi. Storia, memoria e diritto di un popolo gennanico, C. Azzara et S. Gasparri dir., Milan, 1992, p. 118, n. 154.

188 Il faut distinguer cette pratique du « cannibalisme de survie » étudié par P. Bonnassie, « Consommation d’aliments immondes et cannibalisme de survie dans l’Occident du haut Moyen Âge », Annales ESC, 1989, p. 1035-1056.

189 A. Dierkens, « Superstitions, christianisme et paganisme à la fin de l’époque mérovingienne. À propos de l’Indiculus superstitionum et paganiarum », dans Magie, sorcellerie et parapsychologie, H. Hasquin dir., Bruxelles, 1984, p. 9-26, à la p. 22.

190 Pactus Legis Salicae, K. A. Eckhardt éd., Hanovre, 1962 (MGH Leges nationum Germanicarum, 4/ 1), p. 231 (c. 64) : Si stria hominem commederit et ei fuerit adprobatum...

191 Il s’agit du manuscrit Saint-Gall, Stiftbibliothek. 730 et du manuscrit Verceil, Biblioteca Capitolare Eusebiana, CLXXXVIII. Cf. l’introduction de F. Bluhme à l’édition des Leges Langobardorum, Hanovre, 1868 (MGH Leges, 3), p. XII et suiv. et p. XVI et suiv. ; B. Bischoff, « Manuscripts in the Early Middle Ages », dans B. Bischoff, Manuscripts and Libraries in the Age of Charlemagne, M. Gorman trad., Cambridge, 1994, p. 1-19, à la p. 10.

192 Mordek, Bibliotheca, op. cit., p. 256 et suiv. ; Id., « Frühmittelalterliche Gesetzgeber », op. cit., p. 1032 et suiv.

193 Sur les remaniements de Loup de Ferrières, cf. Wormald, The Making, op. cit., p. 33-35. Le travail de Loup fait l’objet d’un examen particulièrement sévère de la part de H. Siems, « Textbearbeitung und Umgang mit Rechtstexten im Frühmittelalter. Zur Umgestaltung der Leges im Liber legum des Lupus », dans Recht im frühmittelalterlichen Gallien. Spcitantike Tradition und germanische Wertvorstellungen, Id. et alii dir., Colognç, 1995, p. 29-72.

194 Sur ces catalogues, cf. Mittelalterliche Bücherverzeichnisse des Klosters Fulda und andere Beitrage zur Geschichte der Bibliothek des Klosters Fulda im Mittelalter, G. Schrimpf dir., Francfort/Main, 1992, p. 94 et suiv.

195 Mittelalterliche Bibliothekskataloge Deutschlands und der Schweiz, P. Lehmann éd., t. 1, 2e éd. Munich, 1969, p. 79 (Saint-Gall) et p. 247-248 (Reichenau). À ce propos, cf. J. Duft, « Rechtshandschriften in mittelalterlichen Bibliothekskatalogen des Bodenseeraumes », dans Festschrift für Ernst Kolb zum sechzigsten Geburtstag, Innsbruck, 1971, p. 65-80 (rééd. dans Id.. Die Abtei St. Galien, t. 1 : Beiträge zur Erforschung ihrer Manuskripte, P. Ochsenbein dir.. Sigmaringen. 1990, p. 176-191).

196 Schrimpf, op. cit., p. 170-171. Toutefois, il n’est aucunement question de la législation lombarde.

197 Kottje, op. cit., p. 365.

198 À ce propos, cf. Guterman, op. cit., p. 197-198 et p. 202.

199 Wood, « Roman Law », op. cit., p. 10.

200 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 379-380.

201 C. Hammer, « Lex scripta in early medieval Bavaria : use and abuse of the lex Baiuvariorum », dans Law in Medieval Life and Thought, E. King et S. Ridyard dir., Sewanee, 1990, p. 185-195, aux p. 188-189.

202 B. Pohl-Resl, « Legal practice and ethnic identity in Lombard Italy », dans Strategies of Distinction, op. cit., p. 205-219, p. 216.

203 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1,op. cit., p. 385-392.

204 Textes relatifs aux institutions privées et publiques aux époques mérovingienne et carolingienne. Institutions privées, M. Thévenin éd., Paris, 1887, p. 74 (no 61) : Et manifestus sum ego qui supra Felix genitur ruus, qui accept ad te suprascripta filia mea launigild, quamquam Romane legibus subiectus... Sur le launegild, cf. Sousa Costa, op. cit., p. 206-208.

205 Guterman, op. cit., p. 113-114.

206 Ibid., p. 198-199.

207 Buchner. Die Rechtsquellen, op. cit., p. 53-54.

208 Zeumer, Formulae, op. cit., p. 271 (no 7).

209 Capitularia, t. 2, op. cit., p. 235-236 (no 252, c. 39).

210 Continuation des Annales Nazariani, G.-H. Pertz éd., Hanovre, 1826 (MGH SS, 1), p. 41-42 = W. Lendi, Untersuchungen zur frühalemannischen Annalistik. Die Murbacher Annalen. Mit Edition, Fribourg, 1971, p. 159. À ce propos, cf. Schlesinger, op. cit., p. 51.

211 Guterman, op. cit., p. 200.

212 Pohl-Resl, « Legal practice », op. cit., p. 210.

213 Guterman, op. cit., p. 144.

214 Ibid., p. 113-114 et p. 140-141.

215 Thévenin, op. cit., p. 208 (no 143) :...quiprofessa sum ego ipsa Ermengarda cometissa ex nacione mea legem vivere Solicita, set nunc pro ipso viro meo legem vivere videor Langobardorum...

216 Guterman, op. cit., p. 202-206 ; Pohl-resl, « Legal practice », op. cit., p. 212 et 214.

217 Tacite, La Germanie, J. Perret éd., Paris, 1983, p. 83 (c. 20).

218 R. Sohm, « Frankisches Recht und römisches Recht », Zeitschrift der Savigny-Stiftung fiir Rechtsgeschichte, Germ. Abt., 1 (1880), p. 1-84, aux p. 27 et suiv. ; H. Brunner, Zur Rechtsgeschichte der romischen und germanischen Urkunde, t. 1, Berlin, 1880, p. 279-284 ; cf. également J. Grimm, Deutsche Rechtsalterthümer, 2 vol., Darmstadt, 1955, t. 2, p. 86 et suiv.

219 Cf. W. Ogris, « Festuca », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 1, Berlin. 1971, col. 1111-1114.

220 Magnou-Nortier, « Remarques sur la genèse », op. cit., p. 512 ; cf. également Barnwell, op. cit., p. 24. Cf. déjà Grimm, op. cit., t. 1, p. 168 et suiv.

221 Sur la prudence dont il faut faire preuve en la matière, cf. P. Noailles, « Vindicta », Revue historique de droit français et étranger, 1940-1941, p. 1-57, à la p. 9, n. 3.

222 C. Schott, « Pactus, Lex und Recht », dans Die Alemannen in der Frühzeit, W. Hübener dir., Bühl, 1974, p. 135-168, à la p. 165.

223 Lex Ribuaria, op. cit., c. 32, p. 85 ; c. 74, p. 125 ; Pactus Legis Salicae, op. cit., c. 46, p. 176-181 ; c. 50, p. 192.

224 Thévenin, op. cit., p. 226 (no 159, acte de 1049) :...investituram eiusdem traditionis statim illi cum digito suo, sicut mos est, promittens...

225 Ibid., p. 216 (no 148) :...primo incurvatis digitis secundum morem Saxonicum. Isti sunt Saxones qui hoc viderunt et audierunt... Et deinde abnegationem fecit cum manu et festuca more Francorum. Isti sunt orientales Franci qui hoc viderunt et audierunt...

226 Feller, op. cit., passim.

227 Thévenin, op. cit., p. 151 (no 105) : Et iuxta legem meant per cultellum et festucam notatum seu guasonem terrae vobis exinde ad vestram partem corporalem facio vestituram...

228 À ce propos, cf. Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 461-463.

229 E. von Künssberg, Messerbräuche. Studien zur Rechtsgeschichte und Volkskunde, Heidelberg, 1941 ; J. Balon, « Sur deux garanties coutumières : le gage symbolique du couteau et le serment laïque », Revue historique de droit français et étranger, 31 (1953), p. 567-575.

230 De nombreux actes mentionnent le wanto. À ce propos, cf. B. Schwineköper, Der Handschuh im Recht, Ämterwesen, Brauch und Volksglauben, 2e éd. Sigmaringen, 1981. Quant à la traduction traditionnelle d’andelangus par « gant », elle a été rejetée par J. Balon, « L’andelangus en face du droit », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Germanische Abteilung, 79 (1962), p. 32-51. Son interprétation est cependant loin de faire l’unanimité, cf. H. Lentze, « Andelang », dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, t. 1, Berlin, 1971, col. 158-159.

231 J. Jarnut, « Teotischis homines (a. 816). Studien und Reflexionen über den ältesten (urkundlichen) Beleg des Begriffes theodiscus », Mitteilungen des Instituts fur Österreichische Geschichtsforschung, 104 (1996), p. 26-40, à la p. 39.

232 Nehlsen, « Zur Aktualität », op. cit., p. 479.

233 Cartularium, A. Boretius éd., Hanovre, 1868 (MGH Leges, 3), p. 595-602 (no 2, p. 595).

234 Bougard, op. cit., p. 308.

235 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, A. Bernard et A. Bruel éd., t. 2, Paris, 1880, no 1230, p. 319-321. Künssberg, op. cit., p. 11, affirme à propos du recours au couteau comme mode d’investiture : im Jahre 967 treffen wir es in Cluny. Cela n’est pas tout à fait exact, puisqu’il s’agit d’un acte conclu en Italie.

236 C’est par exemple le cas d’une donation de biens sis dans le comté d’Autun en 920, cf. Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, A. Bernard et A. Bruel éd., t. 1, Paris, 1876, no 219, p. 208-209. Pour un exemple d’investiture par l’huis, cf. ibid., no 91, p. 102-103 (acte de 906). Les exemples d’investiture par le gant sont un peu plus nombreux.

237 Künssberg, op. cit., p. 7-37 (chapitre intitulé « Urkundsmesser »), et p. 90.

238 Un sondage dans les Formulae des temps mérovingiens et carolingiens effectué d’après l’index de l’édition de Zeumer (op. cit.), confirme le caractère courant du recours à la festuca, attesté par exemple chez Marculf et dans les formules de Tours ou de Sens. En revanche, le recours à d’autres objets (par exemple : de l’herbe, une motte de terre, l’huis) est beaucoup plus rarement évoqué. Il est toutefois attesté au VIIIe siècle dans les formules de Sens. Le recours au couteau ne semble pas mentionné.

239 Sur le caractère éminemment flexible des textes normatifs, cf. H. Mordek, « Karolingische Kapitularien », dans Überlieferung und Geltung normativer Texte des frühen und hohen Mittelalters, Id. dir., Sigmaringen, 1986, p. 25-50.

240 Brunner, Deutsche Rechtsgeschichte, t. 1, op. cit., p. 382.

241 R. Jacob, « Bannissement et rite de la langue tirée au Moyen Âge. Du lien des lois et de sa rupture », Annales HSS, 55 (2000), p. 1039-1079, p. 1067 et suiv.

242 Wormald, The Making, op. cit., p. 92.

243 Theuerkauf, op. cit., p. 49 et p. 70.

244 Gasparri, op. cit., p. 166-167.

245 Leyde, Bibliothek der Rijksuniversiteit, Voss. Lat. Q. 119 ; cf. Mordek, Bibliotheca, op. cit., p. 210-217.

246 Wormald, The Making, op. cit., p. 61.

247 Schott, « Zur Geltung », op. cit., p. 98-99, pense que la tradition manuscrite tardive de la loi des Alamans (IXe-XIe siècle) tend à infirmer l’idée d’une utilisation généralisée. En revanche, R. McKitterick, The Carolingians and the written word, Cambridge, 1989, est d’un avis contraire.

248 E. Meyer-Marthaller, Römisches Recht in Rcitien im frühen und hohen Mittelalter, Zurich, 1968.

249 G. Köbler, Das Recht im frühen Mittelalter. Untersuchungen zu Herkunft und Inhalt frühmittelalterlicher Rechtsbegriffe im deutschen Sprachgebiet, Cologne, 1971. À ce propos, cf. Kroeschell, « Germanisches Recht », op. cit., p. 80-81.

250 F. Kern, Redit und Verfassung im Mittelalter, Tübingen, 1952 (rééd. par E. Anrich de l’article paru en 1919 dans la Historische Zeitschrift).

251 Van Caenegem, « Das Recht », op. cit., p. 621-622 ; Sellert, « Aufzeichnung », op. cit., p. 81. Sur les rois modifiant la loi en dépit de la rhétorique relative à la rénovation du droit, cf. Dilcher, « Gesetzgebung », op. cit.

252 Van Caenegem, « Das Recht », op. cit., p. 613.

253 La réalisation de cette étude fut grandement facilitée par un séjour au Max-Planck-Institut für Geschichte (Göttingen) en septembre 2000, grâce à l’attribution d’une bourse dont je remercie le Professeur O. G. Oexle, directeur de cet institut.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.